Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Jeu 26 Mai - 1:56
Sa routine s'était rapidement installée. Pourtant, cela ne faisait que quelques jours à peine qu'il avait rejoint Rome, et plus particulièrement la Tour des Vents, centre du pouvoir de son père. Sa mission lui avait été confiée. Tout comme il avait veillé des siècles durant sur les tertres sacrés de Delphes, la malédiction d'Artémis seraient encore mise à profit. Ainsi, du crépuscule à l'aube, le Dieu-Loup serait le gardien et le protecteur du bastion du Soleil et des Oracles ensommeillés. Prenant son rôle très à cœur, désireux de se racheter pour de bon aux yeux d'Apollon, il ne manquerait cet appel sous aucun prétexte.

Dès l'aurore, il prenait soin d'alerter les armées du Dieu-Soleil que sa garde était terminée par un hurlement aussi puissant qu'il était alors une bête colossale. Quelques heures de repos bien mérités avant de se mettre en route. Les destinations étaient diverses et variées. Lykeios prenait en devoir de parcourir chaque jour bien des lieues afin d'observer les diverses peuplades qui occupaient cette ère, afin de mieux comprendre cette dernière. Bien trop longtemps, il avait été tenu à l'écart du monde. Une manière bien à lui que de se mettre un peu à jour.

Il devait toutefois prendre garde. Ne pas trop en faire. Le corps de Démétrios, cette enveloppe même dont il avait hérité, se trouvait être malade et vicié. Cela s'exprimait par des crises soudaines, des quintes de toux désagréables le laissant essoufflé, s'exprimant généralement lors d'un effort important mais pouvaient toutefois survenir à n'importe quel moment. Sa principale préoccupation, à laquelle il ne pouvait opposer la moindre idée. Le remède confié par Ainia n'avait su rien y faire, et il était fort à parier que même le plus savant des humains ne parviendrait à le soigner.

C'est à cela qu'il se laissait aller à penser tandis qu'il parcourait les rues d'un village Thrace, bénéficiant de sa capacité à se fondre dans la masse malgré son gabarit et ses quelques particularités. Sans cela attirerait-il sans doute bien des regards, entre son corps robuste et sa taille remarquable, ses cheveux d'argent, sa tenue quelque peu excentrique – héritage de Démétrios – ou encore ce croissant de Lune gravé sur son torse. Pourtant, bien des regards le traversaient sans s'arrêter sur lui, n'accrochait pas l'attention tant qu'il ne faisait rien pour se faire remarquer. Et discret, Lykeios avait bien longtemps appris à l'être.

Malencontreusement, distrait qu'il est en l'instant, il ne prend pas garde. Heurte une jeune femme de front, qui ne pourra dès lors plus l'ignorer. La bienséance voudrait qu'il présente une modeste excuse mais il ne tente pas le diable. Son regard azurin ne reste qu'un instant sur elle avant qu'il tente de poursuivre son chemin. Avec un peu de chance, elle n'en ferait pas toute une histoire et l'oublierait bien vite. Avec un peu de chance...

Citation :
Ah, le bon vieux coup de la bousculade, bateau mais toujours tellement efficace XD Lykeios était en Arcane I avant la bousculade, mais après l'avoir heurté ça ne saurait plus faire le moindre effet pour toi. Hésite pas à me MP s'il y a le moindre souci ou si tu avais une meilleure idée, je modifierai rapidement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
AethewolfavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
0/180  (0/180)
CC:
0/244  (0/244)
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Sam 11 Juin - 1:54
Mauvais départ ~


La sensation d’étouffement que ressentait la belle ne faisait qu’empirer, jour après jour. Rien ne semblait bon à allez mieux. Ni chasser, ni dormir, ni même Zvezdan. La belle comprit qu’elle était restée enfermée ici depuis trop longtemps. Elle devait sortir, sans cuirasse, sans mission. Juste pour elle. E tant que femme, qu’être humain et surtout, créature libre de toutes chaînes. Prendre ses distances avec cet endroit, allez souffler ailleurs, changer d’air comme on dit. Elle devait oublier sa grossesse, pour quelques heures. Elle en avait besoin car plus rien n’allait pour elle.

C’est donc vêtu d’une robe simple en chanvre que la belle chinoise sortie en catimini du dédale, se doutant que le Pontifex le saurait mais celui qu’elle évitait en ce moment même n’était pas le père de son enfant mais celui qui tentait de lui faire garder la tête froide. Sauf qu’à trop la protéger ou la sermonner, elle n’en pouvait plus. L’air frais de la Transylvanie balaya les cheveux de notre panthère, accentuant son côté sauvage mais lui faisant énormément de bien. Si le poids dans sa poitrine était toujours présent, elle pu respirer mieux qu’elle ne l’aurait fait en restant enfermée. C’est d’un pas vif, mais nue pied, qu’elle s’engagea dans les bois entourant le territoire d’Arès, mettant de l distance entre son monde et celui dans lequel elle s’engageait. Rien de mieux qu’une balade pour se changer les idées lui avait dit son père autrefois. Dès qu’elle se mit à marcher d’un bon pas, un fin sourire étira lentement son visage, elle n’était rien de plus qu’une femme allant en direction d’un petit village qu’elle appréciait plus au sud. Elle se surprit même à chanter en marchant, chassant lentement ses démons intérieurs. Pour le moment, elle restait sur ses gardes, mais à proximité du village, Li cacherait son cosmos, ne voulant pas risquer de croiser un autre éveillé. Les rayons solaires s’échauffaient au fils des heures et la chinoise s’offrait avec délectation à cette chaleur bienvenue. Une chaleur dont elle profitait que trop peur ses derniers temps. Elle voulait simplement se sentir vivante… Normale.

Sans doute à cause de sa condition de futur mère, mais la belle brune s’imaginait de plus en plus souvent avec une petite échoppe et une maison, s’occupant de ses petits et ne craignant pas sans cesse de perdre ceux qui lui était cher. Zvezdan, Thivan… Borya, elle n’en avait plus de nouvelle, quand bien même elle l’appréciait, lui, la détestait. Parce qu’elle été une pute. Mais ça ne l’avait jamais empêché de la prendre comme tous les autres hommes du dédale. La logique masculine la ferait toujours rire. Ce ne fut que sur les coups de midi, alors que le soleil se mettait à taper plus fort que la féline arriva en vu du village. Faisant disparaitre son cosmos, elle s’engagea dans les rues animées, souriante. Elle papillonna d’un étalage à l’autre, goûtant tout ce qui était gratuit, ne dépensant encore rien du peu d’argent qu’elle possédait.

Pourtant… Lorqu’elle passa devant un étale de jouet en bois pour enfants, la futur mère ralentit jusqu’à s’arrêter, l’œil attiré par un coupon de coton blanc. Elle le voulait, pour faire à son petit sa première couverture… Et de quoi broder pour la rendre unique. Après d’âpres négociations, le belle repartie avec un rare sourire profondément sincère, serrant son précieux paquet contre le cœur. Ne regardant pas où elle allait, la pauvre fut brutalement envoyée au sol suite à une collision avec un homme d’une carrure impressionnante. Protégeant son achat, elle ne put se rattraper et finit sur l’arrière train, sur le sol poussiéreux du village. Une fois la surprise passée, elle releva le nez, le visage beaucoup moins joyeux pour le coup surtout en voyant le fautif tenter de prendre la poudre d’escampette sans même chercher à l’aider. Goujat !

-Ta mère t’as pas apprit qu’une femme c’est délicat ?! Scélérat !

Li se relevait, toute sa bonne humeur de plus tôt totalement envolée, son regard prune lançant des éclairs. Elle lui en voulait en prime, elle avait mal au coccyx. La belle épousseta rapidement sa robe puis se planta devant l’homme, le défiant sans peur malgré son apparence de faible femme. Et le physique de brute dudit homme. En fait, quoi qu’elle fasse, la panthère était incapable de ne pas chercher le conflit… Même quand elle voulait simplement se détendre…




1 de Zvezdan ~ 1 de Borya ~ 1 ಠ_ಠ de Thivan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Mar 14 Juin - 22:44
Rien ne s'était déroulé comme il l'avait espéré. En l'instant Lykeios n'avait pas réalisé avoir bousculé suffisamment la jeune femme que pour l'envoyer au sol. Peu étonnant donc après cela qu'elle en vienne à lui demander des comptes. Il se retourne calmement, retenant un soupir. Il prend alors le temps de l'observer plus pleinement. Ainsi qu'il agissait toujours. Rester silencieux, détailler des yeux tout ce qui se trouvait à portée et plus encore lorsqu'il s'agissait d'un interlocuteur. Ah, si seulement cette attention de tous moments avait pu n'avoir une brève défaillance, rien de ceci ne se serait déroulé… Un simple instant de relâchement, et le voilà à devoir se mêler aux humains plus qu'il ne l'aurait désiré.

Ce qu'il apprend de cette observation minutieuse donc ? Des traits qu'il n'était coutume de rencontrer en ces contrées. N'ayant aucune connaissance quant à l'Asie, il serait bien en peine d'en déterminer plus à partir de cela, si ce n'est qu'elle n'est pas réellement d'ici… à moins que les ethnies peuplant ce monde ce soient bien plus mêlées qu'il n'aurait pu le penser ou le présager. Le Dieu-Loup note également un arrondi se devinant à la manière dont sa robe de chanvre se tendait. Pas assez que pour pouvoir déterminer avec assurance qu'elle porte la vie en elle, mais trop pour que l'idée ne vienne lui effleurer l'esprit.

- Ma mère ne m'a rien appris.

Finit-il par répondre de sa voix rauque, préservant un peu de distance, cherchant encore comment il allait réagir dans cette situation qui le laissait plutôt mal à l'aise. Il ne l'a jamais été en présence de mortels, et son réveil est encore trop récent pour qu'il ait pu se faire à quelques habitudes. Les bonnes manières notamment, du moins telles que les humains les voyaient. Mais peut-être que ce qu'il avait cru percevoir en ce ventre légèrement gonflé l'aidera-t-il à faire montre d'une plus grande précaution.

- J'ai été un peu rustre, mais quoi qu'il en soit je suis désolé de t'avoir causé du tort. S'il est une manière dont je puis racheter cet impair, je t'écoute.

Lykeios préserve parfaitement son sang-froid face à la colère de la petite asiatique. Peut-être ce calme parviendra-t-il à être communicatif suite à sa proposition. Ou tout du moins parviendra à l'apaiser assez pour qu'ils ne viennent pas à attirer plus l'attention encore.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
AethewolfavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
0/180  (0/180)
CC:
0/244  (0/244)
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Jeu 16 Juin - 17:44
Excuses ~


La jeune chinoise toisait ce goujat qui l’avait renversée. Elle se mit à la détailler et haussa un sourcil en constatant cette chevelure lui rappelant celle du traitre. Une colère bien plus profonde grimpa en elle. Arbhaal. Cet enfoiré. Elle le haïssait. Elle voulait voir ses entrailles rependu a ses pieds alors qu’elle lui boufferait le cœur et regardant ses frère d’arme détruire ce qu’il chérissait. Mais… Mais il n’était pas cet homme qu’elle détestait, donc aucune raison qu’il soit la victime d’une rage injustifié. Même si elle était un peu en colère d’avoir fini les quatre fers en l’air, la belle brune ferma les yeux quelques secondes et soupira. Elle pouvait sentir son regard couler sur elle et s’arrêter sur son ventre. Ventre qu’elle protégea d’un bras en lâchant un feulement si discret que seul un animal aurait pu le percevoir. La panthère qu’elle était ne supportait pas que l’on menace son enfant. Même un regard était une menace à ses yeux.

Elle resta sur ses gardes alors qu’il ouvrait la bouche. Elle fut surprise d’autant de franc parlé et ne se cacha pour le couvrir d’un regard nouveau, toute colère envolée. Ne pas avoir connu sa mère, car telle était la conclusion à laquelle la chinoise venait, restait quelque chose de triste. Là tout de suite, elle voulu le prendre contre elle et le bercer en lui susurrant des mots rassurant. Elle secoua la tête, ses lèvres s’étirant en un petit sourire mystérieux. Il fallait vraiment qu’elle calme et contrôle cet instinct qui la poussait à se prendre d’affection pour n’importe qui. S’en devenait risible.

-Je suis désolée d’avoir parlé sans réfléchir. Et j’aurais pu faire plus attention aussi au lieu d’être dans la lune.

Li Mei de la panthère, Berserker sous les ordre du Cardinal de la Mort, de l’armée d’Arès qui s’excusait. Si cela se savait, ils ne la lâcheront plus avec sa au dédale… Elle sourit un peu plus et lui tendis la main, pour la lui serrer, plus masculine qu’une délicat petite femme sans défense pour le coup. Puis une idée germa dans son esprit et elle lui jeta un regard brillant. Ce regard d’enfant qui à une idée d’ânerie derrière la tête. Elle fit deux pas dans sa direction et se pencha un peu en avant, comme pour partager un secret.

-Il y a bien une chose… Allons boire !

Puis dans un même mouvement, Li se redressa et se retournant en lâchant un petit rire. Elle se remit à marcher, attirer par cette idée de boire enfin un bon alcool digne de ce nom et non pas le tord boyaux présent au dédale. Ou le peu de saké qu’elle préservait pour un moment unique à ses yeux… Peut être la naissance de son petit du coup. Elle lui fit signe de la suivre et partie sans ce soucier de s’il la suivait ou non, l’appel de la boisson était trop forte. Tout en avançant, elle caressa tendrement son ventre arrondit. Elle se surprenait à… A aimer cette chose qui grandissait en elle. Alors même qu’elle ne savait pas ce qu’était l’amour. Finalement, au bout d’un certain temps, elle s’arrêta devant une auberge et alla s’installer a une table pour commander à boire. Qu’il vienne ou non, elle boirait en l’honneur de son bébé ! Si Zvezdan l’apprenait… Elle grimaça en pensant au sermon qu’il lui jetterait au visage.





1 de Zvezdan ~ 1 de Borya ~ 1 ಠ_ಠ de Thivan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LykeiosavatarArmure :
Loup de Delphes

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
360/360  (360/360)
CC:
247/247  (247/247)
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Dim 19 Juin - 16:05
Elle parut un instant faire un effort. Fermer les yeux et prendre le temps de respirer, comme pour calmer sa colère. Un geste vers son ventre, comme pour le protéger, ce qui lui confirma son impression. Et de laisser ainsi Lykeios s'en vouloir de l'avoir fait chuter ainsi, sa « victime » n'étant plus simplement une femme mais une mère en devenir. Quelque chose qu'il respectait, la mère signifiant beaucoup pour lui. Malgré le peu de temps qu'il avait pu connaître la sienne, il en gardait des souvenirs forts et entêtant, certains même ne manquant pas de le hanter régulièrement, d'autant plus depuis son éveil et sa rencontre avec Ainia.

Quoi qu'il en soit, ce fut un soulagement de la voir sourire et se détendre. Même lui tendre la main après s'être excusée. Il la saisit bien qu'un peu surpris, l'attitude étant plutôt masculine. Bien qu'il estima qu'elle n'avait pas à s'excuser d'avoir parlé ainsi, Lykeios se jugeant fautif de l'avoir heurtée puis d'avoir préféré la fuite, il n'y avait donc pas de mal commis à son sens, rien qui justifie qu'elle prenne ainsi sur elle. Pour autant, la pragmatique estime inutile d'en débattre sur l'instant. Au moins la situation était-elle apaisée, voilà bien tout ce qui l'intéressait en l'instant.

Elle se fit même plus amicale encore lorsqu'elle se pencha vers lui, comme pour lui révéler un secret, comme si elle était en train de tracer un plan malicieux les mêlant tout deux et cela… juste pour lui proposer d'aller boire ? Bien. Ce n'était pas comme s'il avait mieux à faire de toute façon, et il pensait bien lui devoir cela, si c'est ce qu'elle souhaitait. Le contraste entre son attitude défiante qu'elle tenait quelques instants plus tôt était saisissant, la jeune asiatique se laissant même aller à rire tout comme elle pivotait sur ses pieds se détourner, l'invitant à la suivre. Ce qu'il fit, jusqu'à ce que finalement elle l'amène à l'endroit ciblé et s'installe. Lykeios en fit de même, se posant à côté d'elle. Outre le verre qu'elle souhaitait – était-ce bien raisonnable en son état ? – encore une chose manquait.

- Si nous devons partager un moment ensemble, je pense qu'il est temps pour nous de nous présenter. L'on me nomme Lykeios.

Avec un nom pareil, peu utile bien sûr de préciser d'où il venait, tant il devenait évident qu'il avait vu le jour en Grèce. Par contre en ce qui la concernait…

- Et toi ? D'où viens-tu au juste ? Sans vouloir te manquer de respect, des traits tels que les tiens sont plutôt rares en ces terres. Je me demandais donc ce qui pouvait bien t'avoir amené ici.

En tout cas, elle ne semblait pas être une simple voyageuse éphémère, sa maîtrise de la langue en attestait. Pas non plus une esclave, puisqu'elle paraissait pouvoir agir à sa guise. Pas la riche apparence d'une marchande non plus… Autant dire qu'elle se trouvait encore nimbée de mystère à son sens.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t759-lykeios-du-loup-de-del
AethewolfavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
0/180  (0/180)
CC:
0/244  (0/244)
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   Lun 11 Juil - 19:40
Naïveté imposée~


Assisse à la table, la belle brune avait commandé de quoi boire et regardait l’homme qui lui faisait face. Autant, elle cachait sa nature féline, autant lui-même avait un petit truc sauvage, à la fois proche d’elle et pourtant si différent. Elle cherchant à savoir ce qui lui semblait familier. C’était dérangeant de ne pas trouver. La belle fronça le nez et le gigota quelques secondes, comme si elle reniflait quelque chose dans l’air… Alors ses yeux s’illuminèrent et elle intercepta la serveuse pour lui commander à manger. Une odeur de sucre flottait dans l’air, titillant les envie de la future mère. Néanmoins, elle reporta son regard sur le jeune homme alors qu’il prenait la parole pour se présenter. Li Mei inclina la tête, ploiement, comme étant enchantée de le rencontrer et sourit même avec une certaine élégance.

-Je m’appel Mei Lin, je suis heureuse de te rencontrer ! Et d’où viens-tu ? Ton nom à une sonorité grec mais je me trompe peut-être… Je ne suis pas douée pour ça… Excuse moi.

La chinoise baissa la tête, un peu honteuse alors que le rouge lui montait aux joues. Voilà qu’elle ressortait ce petit numéro, apprit lors des années dans les maisons de passe, c’était devenue une véritable seconde apparence pour elle. La berserker et la catin. Mais dernièrement, la mère cherchait sa place entre les deux facettes déjà présente. Y arriverait-elle ? Seul le temps le dira. Elle releva alors le nez pour l’écouter avec curiosité. D’où elle venait hein… ? La panthère sourit intérieurement alors qu’elle caressait son ventre, sans retirer son masque de jeune femme assez douce lorsqu’il ne s’agissait pas de son petit.

-Je suis romaine. Mon père était un soldat et il a rencontré ma mère par delà les montagnes. Ils sont mort et j’ai étais vendue… Je ne te fais pas de dessin sur ce que j’ai du faire pour survivre. Mais un homme m’a acheté pour que je m’occupe de sa jeune fille, malade. Il ma rendu ma liberté à la mort de celle-ci et je me suis mariée. Aujourd’hui je suis enceinte et je suis venue chercher des choses pour préparer la venue de Huǒyàn…

Un sourire éclatant étira ses traits alors que ses joues rougirent. Si tout n’était que mensonge, elle en devenait plus que convaincante et surtout, son cœur accéléra alors que ses pensées revinrent vers Zvezdan… La belle se mordilla la lèvre et releva les yeux vers lui, ses prunelles couleurs prunes démontrant une certaine timidité, comme si elle ne savait pas quels sujets aborder avec lui. Après tout, elle n’était qu’une affranchit non ? Son regard se détourna vite de celui, presque inquisiteur de son interlocuteur et… Elle fut sauvée par la jeune femme qui vient leur apporter de quoi manger et boire. Et Li du retenir un ronronnement de plaisir alors que son ventre émit un grondement de contentement, accentuant les rougeurs sur ses joues alors qu’elle bafouillait des excuses sans queue ni tête. Elle avait tout de la jeune affranchit innocente et naïve parce qu’inculte… S’il savait…

-Puis-je te demander ce que tu viens faire ici ? C’est un endroit assez perdu… Es-tu un jeune riche ?!

Elle pâlit d’un coup en le regardant et commença à se reculer. Il faillait bien jouer les peur d’une ancienne esclave. Et quoi de pire qu’un noble à qui elle venait d’avouer être une affranchit. Et ancienne cati ?!




1 de Zvezdan ~ 1 de Borya ~ 1 ಠ_ಠ de Thivan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Message Re: [Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Fin juin 550] How long must I live with the damage of my disease [Li Mei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: