Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Mar 31 Mai - 22:53
Dans les ruelles macabres du Dédale de chair, des résidents avaient vue sur une femme, l'apparence commune. Ils étaient nombreux à ignorer son identité, tant on la croisait rarement au sein de la citadelle. En effet, depuis son arrivée dans la citadelle, Aubrée n'était jamais sortie de sa maisonnée sans raison valable ; dans laquelle elle avait justement laissé Esther se reposer.

La convocation du Pontifex via un intermédiaire devait sonner comme un contre-temps dans son nouveau quotidien. Les raisons de cette dernière ne lui étaient pas parvenues, mais évidentes, au regard de leur récent retour de la mission. Mais cela ne devait pas empêcher Aubrée d'anticiper tous les scénarios possibles. Les cardinaux revenaient tout juste de leur raid chez leurs ennemis naturels, chose dont elle n'avait pas été mise au courant, jusqu'à son retour ; ce qui ne manquait pas de sens, eu égard de son rang. Ils n'allaient pas tarder à savoir si l'opération avait été une réussite ou un échec.

Si les rapports de force entre les différentes entités de ce monde lui apparaissaient encore vagues, on avait été assez explicite sur la domination des Saints sur le monde civilisé pour la rendre dubitative sur cette attaque. Un tel coup allait certainement faire des émois. En outre, Aubrée aurait dû suivre l'enthousiasme contagieux de leurs pairs. Cependant, le contraire se passait. Un tel assaut devait amener de la rancœur chez leurs adversaires, et il était à prévoir que les problèmes s'accumuleraient sous l'effet de la vengeance. Le seul élément rassurant dans cette histoire était leur lien – à présent consolidé – avec les oracles qui leur permettaient de tenir bon devant un ennemi d'une puissance supérieure. Manifestement, leur existence rassurait autant la Tarentule qu'elle l'intriguait.

Arrivant devant l'autel des sacrifices, c'était apparemment ici que se tenaient les quartiers du Pontifex. Qu'elle s'y rende nonchalamment, son cosmos seul suffisait à annoncer son arrivée. C'est ainsi que ce qui ressemblait à une simple paysanne – la fin de vingtaine et la longue chevelure brune – se laissait guidée par les subordonnés d'un homme dépositaire d'une grande influence, accompagné du cardinal de la Guerre. Enfin, elle se présentait devant eux, et leur adressait une modeste révérence.

-Moi, Aubrée de la Tarentule, vous présente mes respects.


Son expression était placide. Elle était dans l'esprit de répondre à ses obligations. Une attitude plus relâchée ne viendrait pas sans l'invitation de son interlocuteur principal à se tenir ainsi.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
ZvezdanavatarArmure :
Cuirasse De La Guerre

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
326/326  (326/326)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Jeu 2 Juin - 6:03
Je m'engouffre dans l'édifice par la voie de la chair, moi et ma monture qui passons dans ce mur organique. Je me laisse porter longtemps par lui, tant que l'architecture du Dédale me le permet. Puis lorsqu'on arrive aux petites artères étroites, je l'abandonne en une main qui passe sur son front, le caresse doucement. Alors la marche. Lente, fatiguée, nonchalante. Titubante par moments. On me regarde d'un air surpris dans ces rues de viande, moi qui habituellement marche en ces lieux droit et souriant, confiant. Là, rien. On me propose de me soigner, mais je refuse d'un simple signe de tête à chaque fois. Je n'ai pas de temps à perdre, et lui non plus. Il sait que je reviens. Et il sait sûrement tout le sérieux qui peut se cacher derrière cette attitude désinvolte de tous les jours. Trop pour simplement me donner le luxe du repos. Pas avec ce qui s'est passé au Sanctuaire, pas maintenant. D'abord il doit savoir.

Alors je progresse vers ses quartiers. Certains semblent curieux de comment s'est passé l'attaque. Certains osent même demander. Pas un mot. Juste des regards qui en disent long. Le Pontifex saura, et peut-être alors seulement, vous saurez aussi s'il le juge bon. C'est lâché en un murmure dans l'esprit des plus curieux, d'un ton froid et impassible. Et ils le savent. Ce sérieux quand il est affiché clairement chez moi établit quelque chose de très explicite : C'est pas le moment.

A force de marche, j'arrive devant la porte. De nouveau, je passe par la chair, et arrive à l'intérieur du bureau sans vraiment me plier à un quelconque protocole. Je le vois, le fixe, puis le salue d'un levé de main plutôt lent. Du sang un peu partout, surtout sur les avants bras à avoir frappé le Pope au sol jusqu'à plus soif, mais aussi sur les vêtements, le visage, le long de la bouche. Séché, mais présent. Ca et là, les marques des piqûres de Scorpion du Pope. Cette technique qu'il a utilisé à plusieurs reprise sur moi, et la douleur qui l'accompagne. J'avance vers cette table, passe autour du siège pour m'y affaler sans plus de cérémonie, poussant un long et pénible soupir.

J'ai pas pris la peine de me changer, mais j'imagine que tu ne m'en voudras pas.
Je me rappelle ces tenues pleines de sang et de sale qu'il portait souvent sans plus y faire attention lorsqu'il était Cardinal. Un sourire à cette pensée, le regard qui perd de son grave. Mais ça revient bien vite. Je baisse les yeux vers les paumes rouges de mes mains, puis relève la tête pour plonger mon regard dans le sien.

Il est mort. Le Pope. Mort et remplacé aussitôt par un nouveau.

Simple et concis, qu'il absorbe le plus important. Avec le développement qui arrive. Il remarquera peut-être ces poings rouges qui se serrent en prononçant ces mots, cette veine sur la tempe, cette mâchoire qui se crispe et qui grince... Ca a été une véritable délivrance sur le moment... Oh oui. Rien que d'y repenser, de vagues tremblements dans les pognes. J'explicite alors, sans trop entrer dans les détails trop rapidement.

Il est descendu jusqu'au premier Temple. Moi et l'Épervier l'avons combattus, lui et un de ses Saint. J'ai frappé jusqu'à ce qu'il ne bouge plus. Mais il s'est relevé et a-.

Soudain, la porte s'ouvre. Pour laisser entrer Aubrée. La voilà, celle-là. Cette mission à Carthage... J'avoue être curieux d'en savoir sur ça. De savoir pour Li. Dans son état, cette mission... Heh. Ca reste une Berserker, c'est tristement nécessaire. Parait-il.

Bonjour, Aubrée.

Pas plus de mots. Une voix neutre, sans trop d'intonation, la fatigue inscrite sur les traits, dans la voix, dans la posture sur ce siège dans lequel je me perds. La douleur aussi, mais ça je peux ignorer. Alors finalement, je reporte mon regard vers Thivan.

J'ignorais que tu attendais du monde. Heh... A toi de voir si tu estimes ces informations comme bonnes qu'à être entendues de toi.

Après tout, ça reste le Pontifex. Il doit être le premier à savoir, et le seul à décider de si l'information a à circuler. A côté, une question qui me démange, alors comme on peut s'y attendre de ma part, elle sort naturellement.

Comment va Oropher ?

Citation :
Post de récupération = 69 HP => 169 HP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t322-zvezdan-de-la-guerre
KostasavatarArmure :
Centurion du Wendigo

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Mar 7 Juin - 10:57


Poste édité par erreur, à refaire...

_ Boulet...







Tout ce qui apaise la faim paraît bon.



Dernière édition par Jaspar le Mar 28 Juin - 14:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1254-kostas-du-wendigo
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Jeu 9 Juin - 2:05
Elle est palpable, cette tension qui s’élève dans l’air. Ce n’est pourtant qu’un ressenti, une impression fugace qui parcours le cœur et l’esprit du Pontifex d’Arès quand il perçoit peu à peu les cosmos remplir les murs de la Citadelle. Ils sont de retour, enfin. Tous revenaient de la mission qui leur avait été confié et c’était tous ensemble que Thivan souhaitait les voir. Il n’avait pas l’envie de voir défiler sous ses yeux pléthores de discours interminables et discussions barbantes, non qu’il ait envie de grand chose en vérité. Mais certainement pas du blabla inutile quand il demandait purement et simplement un rapport complet des événements. Aussi, rassembler tous les protagonistes en même temps serait un gain considérable et par ailleurs pouvait déboucher à des réflexions que le Pontifex n’était pas forcément en mesure d’avoir. Non qu’il soit incapable de réfléchir, les avis de Thivan étaient souvent tranchés et direct, et un autre point de vu, à ce qu’on lui avait soufflé plusieurs fois, n’était pas négligeable. Pour chacun de ses visiteurs, le Dédale l’informait sur l’arrivée imminente dans ses quartiers. Le premier d’ailleurs montrait le bout de son nez.

Son état, lorsqu’il passa la porte de chair des quartiers du Pontifex était tel qu’il rappelait presque à Thivan la tenue dans laquelle il s’était mainte fois retrouvé après une bataille ou un simple massacre. Le sang séché colorait ses mains et ses vêtements, son visage, presque sa bouche comme s’il s’en était abreuvé. La remarque d’entrée de jeu ne surprend pas le Pontifex. Et sans surprendre personne, il n’y répond pas, ne prend même pas la peine de réagir. La suite cependant, lâché sans somation surprend un peu plus. Le regard si vide de Thivan s’anime, ne serait-ce que l’espace d’une seconde avant de retrouver cette neutralité glaçante. Ainsi étaient les choses : une bonne et une moins bonne nouvelle. Bélisaire était mort, la bonne nouvelle, glorieuse avancée pour les Berserkers. Mais il était déjà remplacé, une annonce qui résonnait avec un gout d’amertume. Il ne prit pas encore la parole, laissant à Zvezdan le loisir de continuer d’un petit signe de tête. Les mots de la Guerre sont intéressants, révèlent autant sur les agissements des saints que sur les ressentis de son Cardinal, visible et criant au son de sa voix et aux tensions qui s’éveillaient dans tout son corps. Mais il n’a pas le temps de terminer, pas le temps d’ajouter plus que le second visiteur entre en scène.

Il suffisait simplement d’étendre un peu les perceptions pour percevoir le cosmos étrange et si mystérieux de la Tarentule. Etonnant d’ailleurs que Thivan ait préféré convoquer celle-ci plutôt que Li Mei. Mais quand bien même avait-elle participé à la mission que le Pontifex la savait dans une situation fébrile qui ne lui apporterait pas un rapport complet comme il le souhaitait. Pas qu’il n’ait pas confiance en elle… c’était bien plus compliqué. Une complexité qui n’avait d’ailleurs pas grand sens à l’esprit de Thivan et ses multiples incompréhensions vis-à-vis de celle-ci le poussait à simplement l’ignorer. Quand la Berserker se présenta, l’ancien Cardinal de la Pestilence ne sembla pas particulièrement à sa venue. Il acquiesça avec lenteur quand elle salua poliment le Chef des armées, mais ne se donna guère la peine de rendre le salut et se contenta d’attendre. Le dernier visiteur arriverait bientôt. Néanmoins, il prit la peine de répondre à Zvezdan quand celui-ci le questionna sur ses intensions.

« Je n’ai rien à cacher pour l’instant sur ce qui va être entendu. » Simple et concis, froid comme toujours mais ça n’avait rien d’agressif ni de personnel. Le timbre si habituel du Pontifex. « Il est arrivé plus tôt que vous, mais son état est préoccupant. » Il n’en savait guère plus malheureusement sur Oropher, les seules nouvelles qui étaient remontées à lui n’indiquaient pas si sa vie était toujours en danger ou non. Si cela intéressant Zvezdan, il savait que ce n’était pas à Thivan qu’il fallait demander pour ce genre de chose.

Sur ces mots, Jaspar entra enfin. Tient, il s’agenouillait devant lui ? Une chose qu’il n’avait guère imaginé, même s’il s’en fichait. Qu’il y ait trop de protocole ou pas assez, c’était bien l’une des dernières choses qui importait à Thivan. D’un simple geste de la main il l’invita à se relever.

« Nuls doutes que tu auras des choses intéressantes à nous rapporter. Mais avant tout… qui est le nouveau venu rentré avec toi Mort ? » L’aura… à l’entrée du Dédale, cette puanteur putride et violente… il avait l’impression d’en connaître la forme et les contours sans en connaître le personnage qui en était l’instigateur. Curieux qu’il soit arrivé en même temps que les trois autres Cardinaux. Un hasard ? Certainement pas.

« Nous t’écoutons Aubrée. Qu’as-tu à dire sur Carthage ? »

Demanda t-il alors, passant d’un sujet à l’autre sans préavis ni indication. Elle serait la première à parler, à raconter ce qu’elle avait vu et ce qui s’était passé dans la cité en ruine… Cette mission menée en commun avec les Oracles d’Apollon. Oui, le Pontifex était légèrement curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Jeu 9 Juin - 12:49
De toute évidence, l'envergure de cette réunion allait dépasser son simple rapport de mission. Après son arrivée, ils devaient encore attendre l'un d'entre eux. Ni plus ni moins qu'un Cardinal de plus. Ce faisant, la Tarentule se trouvait avec les plus grands pontes du Dédale de chair. Malgré tout, il lui semblait en manquer deux, si elle se fiait à ses connaissances. Pour l'un, Zvezdan laissait entendre qu'il n'était pas en état de se tenir là. Pour le dernier, Aubrée ne recevrait aucune information, selon toute vraisemblance. Il n'empêche, elle se trouvait dans une position a priori intimidante, et il était à prévoir que le moindre faux pas dans son retour d'expériences trouverait possiblement de lourdes conséquences. Après tout, dans cette salle, elle n'avait qu'un allié en la personne du Cardinal de la guerre... et encore. Fraîchement arrivée dans l'enceinte de cette citadelle, il lui restait tout à prouver, à commencer par sa loyauté ainsi que son utilité.

Toisant un moment le dernier arrivant, dont elle apprendrait plus tard le nom de Jaspar... s'il devait se passer un imprévu à la lecture de son rapport, il viendrait de lui tant elle ignorait tout de sa psyché. Au moins s'était-elle faite un peu à la manière d'être de Thivan et Zvezdan, qui ne laissaient que peu craindre le défilé de cette conversation. Devant eux, il lui incombait de la clarté. Aussi son regard froid rejoignait-il celui de son Pontifex, principal destinataire de sa voix presque monocorde.

-Il y avait bien quelque chose de tapi dans cette cité, Apollon ne s'est pas trompé. Elle s'est manifestée à nous dès notre arrivée dans une vision. Ni plus ni moins que des bribes de la destruction de Carthage, d'où sont intervenus des Saints – Pséma et Honorius Galla Scipion de leur nom – contre les Suffètes de l'ancienne divinité de la cité, Moloch Baal. Cette vision s'est achevée sur les cris d'agonie d'enfants, auxquels ont répondu des trombes de flamme de sous les pieds desdits chevaliers.

Marquant une légère pause, Aubrée songeait à s'il était nécessaire ou non de leur donner des éléments d'explication. En effet, on pouvait penser qu'ils soient mieux renseignés qu'elle sur l'histoire de Carthage. Mais mieux valait parer à toutes les éventualités. Au pire allait-elle appuyer un lien logique déjà suggéré.

-Les gravures que j'ai eu loisir d'observer sur la statue de cette divinité laissent croire que des rituels sacrificiels se faisaient en son nom. C'est certainement lié. Mais cela n'aurait pas grande importance si ces pratiques avaient disparu.

À ce moment, son regard se déportait sur chacun des protagonistes présents dans la salle. Aubrée cherchait un changement dans leur attitude, leur expression ; un signe laissant entendre qu'ils savaient. Car ce qu'elle allait maintenant évoquer était sans conteste l'objet de la vision d'Apollon. Si des personnes avaient réveillé une entité au sein de l'ancienne cité punique, c'était eux.

-Il s'est trouvé que nous n'étions pas seuls. Un groupe que j'ai identifié comme les Roisin Dubh, dont certains portaient des roses noires sur leur boutonnière. Ces individus en particulier avaient sur eux des signes religieux qui me sont familiers de ma terre natale, la Francie. Ils disaient vénérer les « entités souterraines », pour reprendre leur expression. J'ai pu arracher de leurs pensées des mots tels que sacrifice, masque, ordre et Advocus Diaboli. Quand j'ai communiqué ces informations au reste du groupe, Célestia m'a paru troublée. J'en ignore la raison, mais j'ai pu sentir que mes mots avaient inspiré son revirement...

Sitôt, Aubrée retrouvait le contact visuel avec le Pontifex. Il était plus que jamais concerné par ce qu'elle allait rendre de son expérience. Peut-être même attendait-il de la Tarentule qu'elle en parle enfin. Car si elle ne se trompait pas, au moins ne pouvait-il pas ignorer ce qui était scellé ici, en sa qualité de premier représentant d'Arès dans ce Dédale. Et si c'était le cas, elle se refusait à laisser s'échapper cet élément, quand bien même le masque insipide de son vis-à-vis rendait difficile ce travail de lecture.

-Quelque chose était scellé dans les ruines de l'ancienne cité, et notre cosmos l'a réveillé. Cinq spectres. Tous d'anciens berserkers. L'un d'eux se faisait appeler Ephtal. Li Mei les a rencontré la première. Il s'est présenté à elle comme le Cardinal de la Mort, le Général du Feu et le Prophète d'Arès.

Effectivement, la Panthère et la Tarentule avaient eu loisir de partager leur expérience au détour de quelques discussions au cours du voyage du retour. Aussi les berserkers en savaient-ils autant sur les tenants et aboutissants de cette mission à Carthage.

-Il est certain que leur allégeance n'appartient plus à Arès. Peut-être sont-ils indépendants, dorénavant ; rien ne permet de l'affirmer. Je n'ai pas pu saisir à temps leurs intentions, car à quelques centaines de mètres de là, Célestia se battait avec les membres du Roisin Dubh. Ils étaient sur le point d'exécuter un rituel sacrificiel avec des enfants, à l'instar des carthaginois avant eux. Encore une fois, j'ignore à quelle fin. Il semble qu'Apollon servait leurs desseins, au moins indirectement, mais je n'en sais pas plus. Nous avons tous perdus conscience au même moment pour une raison qui m'échappe. Au réveil, il ne restait plus rien...

Son rapport s'arrêtait là. Elle s'était exprimée assez longtemps à son goût. En tout cas, elle ne désirait pas monopoliser davantage la parole. Cependant, si cette dernière avait duré, il restait beaucoup à en dire, tant le diable pouvait se nicher dans les détails. Mais pour les relever et éclairer certains éléments, les personnes ici présentes allaient devoir se manifester. Aussi Aubrée les invitait-elle à le faire, ne fixant plus son attention sur quiconque. Maintenant, elle se ferait la spectatrice active de ce qu'il se passerait en cet endroit.

-S'il vous vient des questions...

À aucun moment, son masque de placidité ne s'était rompu. Elle partageait le même air glacial que le Pontifex. Devant eux, elle n'aurait d'autre visage que ce pour quoi ils l'avaient appelé.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
ZvezdanavatarArmure :
Cuirasse De La Guerre

Statistiques
HP:
240/240  (240/240)
CP:
270/270  (270/270)
CC:
326/326  (326/326)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Jeu 23 Juin - 7:52
Je vois.

« Préoccupant. » Pas que je m'attendais à plus de détail de sa part, on parle après tout du Pontifex, pas de l'attaché communication de la section infirmerie du Dédale. Mais le mot en soi ne me plait que moyennement. Le mot et toute l'incertitude qui l'accompagne. Je garde ça dans un coin de ma tête pour finalement la tourner vers Jaspar lorsqu'il fait son entrée. Un petit sourire se dessine à mes lèvres lorsque je visualise le contraste entre nos deux entrées. Tout en solennel, tout en respect. Là où moi... Bah, Thivan n'a jamais montré de véritable intérêt pour ces choses que je sais faire, mais que je ne vais pas m'amuser à exécuter pour leur simple plaisir.

Mon regard vers lui gagne en intensité lorsque le second Cardinal suppose le glorieux dont devrait se parer mon récit. Un sourire désabusé aux lèvres à cette mention. Glorieux, oui. J'imagine que l'on peut le voir ainsi. Et quand il est fait mention de la nouvelle Pestilence, ce sourire perd de son ironie pour gagner en malice, le regard joueur qui revient l'espace de quelques secondes. Un soufflement de nez, puis cette paire d'yeux espiègles qui se tournent vers Thivan.

Tseh, Allez... T'as bien dû le sentir, non ? Moi oui, en tout cas...

Ca pour sûr. Ce que lui perd en puanteur, l'autre à la porte l'a récupéré puis décuplé maintes et maintes fois. Les corps qui traînent dans le sillage de sa monture sont pas sans y contribuer. Curieux personnage, clairement marqué par le sceau de la Pestilence, plus encore que ne l'est – l'était ? - Thivan. Un grand décrépit, une momie des temps anciens affublée de l'une des armures du Dieu Destructeur. Là fut ma première impression. Reste à voir ce que va s'avérer être le personnage sur le plus long terme.

En attendant, mon attention toute entière qui se retourne vers Aubrée, un sérieux soudain qui s'inscrit dans mon regard comme dans ma posture. Curieux. Je suis curieux de nature, mais cette mission plus que n'importe quelle autre attise ce prétendu vice qui m'est cher plus que n'importe quoi d'autre là maintenant. Pour Carthage, pour Li, pour la coopération avec les Oracles, pour la finalité de la mission, ce qu'elle amène de nouveau... Inquisiteur, mon regard la scrute sans pour autant se faire trop pesant, une bienveillance formelle qui s'en dégage tandis que j'appuie la demande de Thivan d'un léger signe de tête. Parle donc.

Les informations s'enchaînent. Vite, trop vite, en trop grande quantité. Les suffètes de Mol-... Quoi ? Sacrifices, enfants, Moloch Baal. Tout m'arrive au visage, ce même visage qui reflète l'intense concentration déployée pour me remémorer ce que j'ai lu et entendu sur les choses de l'ancienne Carthage. Ce que j'ai lu plus jeune quand j'y vivait encore, ce que j'ai lu plus vieux en un élan de curiosité sur mes racines, et tout ce qu'a accompagné ces lectures. Un discret grincement de dents à la mention du sacrifices d'enfants. Mon regard jusqu'ici pensif se plonge dans celui de la Tarentule lorsque les mots sortent de sa bouche. Si elles avaient disparues ? Qu'est-ce que...

La perplexité gagne mon esprit sans se marquer sur mes traits, si ce n'est d'une légère montée du grincement de dents. Vivace, mon regard ne laisse que peu de doutes quant à l'intense effort déployé pour tout enregistrer, tout analyser. Vite, trop vite. Roisin Dubh, « Entités souterraines », Advocus Diaboli, ça et le trouble de Celestia à l'énoncé de ces informations... Hm. Je n'aime pas ça. Vraiment pas.

Et la suite ne fait que confirmer ce sentiment. Cinq Spectres, anciens Berserkers. A cette information, mon regard croise celui de Thivan un fugace instant. Il revient vers Jaspar de façon plus franche à la mention de ce Cardinal de la Mort. Prophète ? Hm... A l'intonation et au bon souvenir du peu que j'ai pu savoir de nos prédécesseurs, je devine là l'ancienne appellation du Pontifex.

Puis le combat de Celestia face à ces inconnus, et le... La perte de conscience collective ? Quoi ? L'interrogation se lisant sur mes traits prend une teinte malaisée. J'aime vraiment pas tout ça. Des questions ? Ooooh, oui des questions. Mes paupières ses ferment lourdement pour que mes doigts viennent les masser lentement, l'air clairement fatigué. A l'harassement des combats va s'ajouter celui de cet assommant flot d'informations. Un étirement, puis je me lève pour commencer à faire les cent pas en cercle dans la pièce, songeur, tête baissée vers le sol, le menton soutenu par un poing placé dessous.

Hm... Une vision vous dites... Les Suffète de Moloch Baal... Les quoi ? Le titre de suffète est celui attribué aux Magistrats Suprêmes de l'ancienne Carthage.

Les sourcils se froncent, la marche s'arrête. Ca encore, peu importe. Ce rituel par contre...

En effet, des rituels à la gloire de Moloch Baal et Tanit se faisaient du temps de la civilisation punique. Que pareils rites se fassent de nos jours... Roisin Dubh, hein ? Et quels étaient ces signes religieux dont vous parlez ? Tous les détails comptent, Aubrée. Surtout face à tant d'incongru.

Un claquement de langue mécontenté, je tourne mon regard vers Thivan. Pour accompagner la rapide œillade, des mots soufflés via l'esprit. Le malaise de cette Celestia à l'écoute de telles information me paraîtrait difficilement anodin. Si les Oracles commencent à nous cacher des choses... Ca devait arriver, mais c'est tôt. Et ça n'a pas besoin d'être ce genre d'urgences. Surtout si d'anciens Berserkers sont impliqués, à vrai dire.

Ephtal. Il faudrait que nous cherchions à remonter vers cette ombre du passé, alors... Peut-être pourras-tu aider à cela, Jaspar. Ils étaient cinq, donc. Et les quatre autres ? Ils portaient des Cuirasses ? Ils se sont annoncés d'une quelconque façon ? Qu'est-ce qui vous a permis de les identifier comme d'anciens Berserkers ? Un soupir. Je n'aime pa ça...

Apollon y serait impliqué d'une quelconque façon ? Hm... Je ne sais vraiment que trop peu quoi penser de tout ça. Les Spectres seraient nos alliés, et voir leurs effectifs se remplir devrait être une bonne chose... Mais un ancien Berserker ? Et pourquoi à Carthage ? Je peste intérieurement. Saloperie...

Et... Et c'est tout ? Vous êtes simplement tombés inconscients sans pouvoir l'expliquer, tous d'un seul coup ? Quand est-ce que ça s'est fait vis-à-vis du déroulement des choses ? Ca a interrompu quelque chose ? Le rituel S'est-il finalement concrétisé ? Vous êtes sûr qu'il ne restait absolument rien à votre réveil ?

J'insiste oui, car il faut être sûr. Je n'ai que très peu envie de voir un détail important nous passer sous le nez pour une simple étourderie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t322-zvezdan-de-la-guerre
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Ven 24 Juin - 12:55
De toute évidence, le Cardinal de la guerre troquait son flegme habituel avec une profonde curiosité quant à ce qui avait pu se passer dans Carthage. Son expression traduisait un scepticisme qui allait pour s'accentuer à mesure qu'elle ajoutait un nouvel élément sur la table. Dans tous les cas, s'il semblait être tourmenté par milles questions, on ne pouvait guère deviner une quelconque implication de sa part dans les mésaventures leur étant tombées dessus lors de cette mission ; ou alors, l'araignée avait devant elle un acteur de haute volée. Son regard se plonge froidement dans le sien tandis qu'il s'approche et s'attelle à sa ronde dans la salle. À sa première remarque, elle devait plisser les yeux pendant une fraction de seconde, réprimant une vague irritation pour en revenir à la neutralité habituelle.

-Cette incongruité, s'il en est, n'est pas de mon fait. Je me souviens clairement avoir entendu ce Scipion employer cette formule. Et... si je puis me permettre, il est bien des réalités qui échappent à la mémoire des hommes, Cardinal.

Il valait mieux lui faire la précision. Se perdre dans les lignes de chroniqueurs pouvait certes aider à se faire une vue générale de ce qui avait pu se passer à tel moment de l'histoire, pour autant, il ne fallait pas être dupe des inexactitudes ou absences mères de silences historiques. Tout ne se saisit pas dans le papier, et il valait mieux mettre à jour ce que l'on savait d'une période donnée à la lumière d'une nouvelle source. Qu'un contemporain de cet événement tragique utilise une telle formule n'était pas anodin, et mieux valait que son supérieur présent ne passe pas à côté de réalités passées incontournables dans la compréhension du cheminement intermédiaire les ayant menés vers cette situation.

Quand vient la deuxième question, Aubrée s'agace un peu plus des détails dans lesquels le jeune homme semblait se perdre. Sur ce point, l'essentiel avait été dit, et ils avaient bien assez d'éléments pour les identifier voire les repérer dans l'espace. De toute, si elle avait eu à observer de tels symboles dans son passé, ils étaient d'une forme bien trop complexe pour des descriptions éclairantes. De plus, elle était demeurée une spectatrice de ces dernières, n'étant pas assez versée dans le religieux pour donner à ces symboles un nom. Aussi devait-elle circonscrire son propos au minimum.

-J'en ai déjà vu de pareil d'où je viens. Je ne saurai vous en dire plus.

Heureusement, Zvezdan travaillait l'orientation de son cheminement pour arriver à des endroits plus pertinents, au point d'insuffler un doute momentané à la jeune mère jusque là impassible. Pendant plusieurs secondes, elle restait silencieuse, le regard introspectif. Elle tentait de se remémorer plus exactement leur apparence dans l'optique de se garder d'une réponse biaisée par des hypothèses par nature incertaines.

-Ils portaient des armures d'un noir éclatant, faites de surplis. Je me souviens également d'une aura... mortifère. Cependant, seul Ephtal s'est présenté. Les autres n'ont fait montre que de leur puissance. À mon niveau, je serais bien incapable d'évaluer leur limite. Au moins pouvais-je sentir qu'au moindre faux-pas, nous étions tous morts. J'ai supposé que notre maître Arès les avait scellé à Carthage, eu égard à la rancune que cet Ephtal semblait lui prêter. Car si j'en crois ses paroles, il a été tué de sa main.

Dans ces paroles, qu'elle s'efface totalement de ses mots disaient sa perplexité devant cette expérience ; de toutes celles passées autour de cette cité, la plus impromptue. Et ce sentiment ne devait pas s'estomper avec ce qui suivait. En effet, ce dernier point n'instillait non plus simplement la perplexité mais l'incompréhension la plus absolue.

-Il m'est difficile de vous répondre, Cardinal... Ce dont je me souviens juste avant de...

Reconstituer le sens de cette perte de conscience programmée nécessitait de relever les changements entre l'instant d'avant et celui après cet écran noir. Forte d'un nouveau travail sur ses souvenirs, Aubrée marquait un nouveau silence plus long que le premier. L'exercice présent était autrement plus compliqué en cela qu'il se révélait difficile d'approcher au plus près du point de rupture.

-Moi-même, Li Mei et Thafnout faisions face à Ephtal et les siens... Célestia combattait seule les membres du Roisin Dubh. Quant-à ma fille, je l'avais envoyée au quai pour rejoindre la Citadelle. Nous aurions très bien pu tous mourir à ce moment. Au moins ces informations vous seraient-elles parvenues, quoi qu'il arrive...

À ce moment, une étincelle s'illuminait dans son regard éteint. Des recoupements se faisaient ; avec eux, des réponses potentielles.

-Au réveil, nous étions tous restés au même endroit, à l'exception de Célestia qui se trouvait sur la plage auprès d'Esther. Je précise que l'oracle fut la dernière à se réveiller.

À ses interlocuteurs de tirer les conclusions et hypothèses de mises à l'écoute de ces nouveaux éléments.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
KostasavatarArmure :
Centurion du Wendigo

Statistiques
HP:
160/160  (160/160)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
244/244  (244/244)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Mar 28 Juin - 14:14


C'est en silence que Jaspar écoutait les propos de la femme ainsi que les interrogations de Zvezdan. Roisin Dubh, Suffètes de Moloch Baal, rituel à la gloire de ce dieu, anciens berserkers présumés devenus spectres, des agents d'Hadès donc. Droit, rigide, immobile, il ne disait mot, aucun. Il écoutait, plaçant tout ce qu'il entendait dans une partie de sa mémoire. Le moment de prendre la parole n'était pas encore venu, il laissa donc la brune finir son récit, finir son rapport et avant qu'elle ne reprenne ou que le Cardinal de la Guerre interviennent, il se mit en avant pour enfin répondre au Pontifex.

_ Le nouvel arrivant n'est autre que le Cardinal de la Pestilence, votre successeur si j'ai bien compris donc. Je n'ai même pas un nom à donner ni même un visage à décrire, pour cela il faudrait que vous le rencontriez par vous même. Il nous a aidé pour l'assaut du Sanctuaire, le Seigneur Arès a du le guider jusque la-haut après son éveil à sa destinée.

Il se tourna vers Zvezdan en premier puis vers Aubrée. Son iris émeraude perça par son coté droit à travers deux mèches. Son regard était froid, si froid, certains aurait dit que Jaspar tenait plus du Spectre que du Berserker, ce qui n'était peut-être pas totalement faux. Il était après tout le représentant de la Mort, une sorte de lien entre les deux divinités. Son armure avait émis une sorte de tressaillement à l'évocation du nom d'Ephtal. Jaspar avait donc tenté de retrouver la trace de ce nom dans sa cuirasse et il en ressortit un bout d'information.

_ Je peux vous confirmé qu'un certain Ephtal a bien été le porteur de cette cuirasse qui est actuellement mienne dans le passé. Il y a environ un siècle d'après ce qu'elle me laisse lire en elle. Je suppose que le Dédale possède des archives quelques parts dans une salle? Peut-être pourrais-je faire plus de recherche à son propos. Disons que j'ai eu l'habitude de tout cela dans mon ancienne vie.

Il avait reposé son regard vert sur Thivan puis le tourna à nouveau vers Aubrée.

_ Pourriez-vous me dire ce qu'est le Roisin Dubh? Cela sonne celte comme nom? Autant je vois un peu prêt qui était le dieu Baal que la... Les Berserkers ont-ils déjà eu à traiter avec ses membres?






Tout ce qui apaise la faim paraît bon.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1254-kostas-du-wendigo
Thivanavatar

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
260/260  (260/260)
CC:
235/235  (235/235)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Ven 1 Juil - 22:00
Le silence s’imposa comme naturel avant qu’Aubrée ne prenne la parole pour rendre son rapport. Même si l’attention de Thivan ne semblait guère acquise aux vues de l’air neutre et passablement indifférent qu’il affichait, le fond de ses prunelles brillait faiblement d’un élan de curiosité. Son regard, posé avec insistance sur la femme ne sembla pas la lâcher et il s’accrocha au sien quand enfin sa voix résonna. En d’autres circonstances, avec d’autres personnes, il aurait semblé normal de poser des questions à voix haute, de s’interroger mutuellement sur ce qui était à cet instant révélé. Mais Thivan était bien incapable de penser à une telle chose, ce qui était naturel pour autrui ne l’était pas pour lui et ses réflexions frappaient dans le silence de son esprit à mesure où paroles et mots étaient prononcés avec la plus monocorde des voix – aussi glaciale et sans vie que la sienne presque. Bien des choses se gravèrent et s’insinuèrent dans sa mémoire, pour plus tard peut être, mais rien n’était laissé au hasard et il songea, recoupant les quelques informations qu’Arès avait bien voulu lui donner sans pour autant être en mesure d’apporter plus au rapport donné. Mais il pouvait toujours compter sur le Cardinal de la Guerre pour s’appesantir sur des questions qu’il n’aurait pas eu la décence de poser ou ne serait-ce que l’idée d’avoir à le faire. Sans compter que Zvezdan était intimement lié à cette mission qu’il aurait du effectué si d’autres affaires ne l’avaient pas retenu ailleurs.

Son regard croisa un instant celui du Cardinal de la Guerre, soutenant celui-ci l’espace de quelques secondes, saisissant le fond de sa pensée en accord avec les paroles qu’Aubrée continuait de déverser. Les Oracles cachaient très certainement quelque chose et la perspective, si elle ne laissait rien paraître sur le visage de Pontifex ne lui plaisait guère. Du moins, les interrogations se faisaient de plus en plus nombreuses à leur égard et il était de plus en plus évident que s’ils étaient alliés, les Berserkers tendaient à enfiler le rôle de pion utile sur un bien grand échiquier. Une chose que le Pontifex avait tenté d’éviter et clairement exprimé lors de leur dernière entrevue avec les suivants d’Apollon, mais si les paroles d’Aubrée et les soupçons de Zvezdan se révélaient fondés, alors cette Célestia savait des choses. Des choses utiles. Des choses qui auraient pu servir…

Un nouveau détournement de ses prunelles de glace, le Pontifex observa la Tarentule avant de laisser exprimer, cette fois, un sentiment de contrariété. Fugace, passif, mais présent, en témoigne le léger froncement de sourcil qu’à Thivan. Une seconde, avant qu’il ne disparaisse et ne revienne la neutralité. Pour la première fois depuis quelques minutes, sa voix s’élève.

« Ephtal… Le Sombre Monarque est connu pour relever de la mort les combattants qui ne lui appartiennent pas. Mais pourquoi réveiller celui-ci si même le Seigneur Arès s’en était débarrassé… ? »

La question n’attend pas de réponse. Les paroles sont le fruit d’une réflexion plus personnelle que publique, assez décousu et vide de sens pour ceux qui ne pouvaient suivre les pensées du Pontifex. A ses yeux pourtant, tout été clair et ça ne lui plaisait guère. Si Ephtal était un ancien traitre et qu’Hadès était censé être leur allié, quelque chose dans la libération de ce Spectre – et sans doute des autres – clochait terriblement. A peine entend t-il la question de Jaspar dont l’intervention ne remonte que peu à ses oreilles. En réponse à sa demande, le Pontifex hocha juste de la tête pour accepter sa requête avant de retourner son regard sur Aubrée.

« Vous avez perdu conscience ? » Il répète mais là encore, ne souhaite pas de réponse. La glace de sa voix résonne avec – peut être – un semblant de déception. Mais surtout une forme de surprise. L’incompréhension résonne dans toute cette partie de l’histoire. Pourquoi, d’un seul coup, avaient-ils tous perdus connaissance… ? « Cette Célestia était donc seule et personne ne sait ce qui s’est passé de son côté hormis elle ? » Coïncidence ? Non. Ça n’avait pas de sens. Oh les Oracles auraient peut être plus de choses à raconter. Surtout si elle seule avait agit de son côté sans témoin pour juger de ses actes… « Je pense qu’une nouvelle rencontre avec les Oracles s’impose. Si nous disposons d’un certain nombre d’informations, eux aussi pourraient nous apporter un autre point de vue. » Si cette alliance tenait toujours et n’avait pas pour seul but de se servir de la puissance martiale des Berserkers. « Est-ce tout ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
EstheravatarArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
100/100  (100/100)
CP:
130/130  (130/130)
CC:
304/304  (304/304)
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   Sam 2 Juil - 16:28
-Je l'ignore.

Concise, Aubrée ne trouvait nul intérêt à spéculer plus longuement sur un groupe occulte jusque là étranger à ses connaissances. Vivre en un territoire donné ne permet guère de saisir toutes les réalités dudit espace, d'autant plus que certaines étaient soigneusement dissimulées aux yeux du commun de la population. À aucun moment, Aubrée n'avait été initiée aux rites païens de ses semblables. De fait, aucune condescendance ne se trouvait dans ses prunelles sombres tandis qu'elles rencontraient celles d'émeraude de ce nouvel interlocuteur. Ignorante de sa personnalité, elle préférait éviter de trop s'entretenir avec lui. L'expérience lui avait montré comme les berserkers pouvaient être imprévisibles. Mieux valait ne pas narguer le destin en de pareilles circonstances. Une prudence sans doute extrême, mais elle était ce qui caractérisait le mieux la Tarentule.

Scrutant tour à tour son présent auditoire, la jeune femme signifiait par là la conclusion de son propos, et il était à prévoir qu'elle s'efface de la conversation des Grands si tant est qu'on ne l'appelle plus expressément à y participer. Spectatrice, elle se tournait vers le Pontifex qui daignait enfin intervenir. L'espace d'un instant, ce qu'elle lisait sur son visage lui faisait craindre d'avoir commis un faux-pas. Cependant, ce sentiment de danger disparaît de la même manière qu'il est apparu ; opaque. Tout du moins, il s'oriente vers une cible absente de la scène, et lui donne l'impression d'une trahison. Après tout, sa formulation laissait entendre que ce Sombre Monarque avait des comptes à rendre à Arès. Quand bien même, Aubrée en ignorait trop pour spéculer davantage sur cette réaction. Il fallait dire que le Pontifex ne semblait guère s'adresser à qui que ce soit en proférant ces paroles... et ne devait pas avoir l'intention d'être compris de tous.

En effet, la suite corroborait cette impression. Parler pour lui-même, exprimant le cheminement personnel tiré de toutes ces informations. D'un regard autre, ce qui allait conditionner la réponse des berserkers, à l'instar d'un corps unique. Une colère muette s'attisait à l'encontre de leurs alliés oracles et des explications allaient être d'usage. Restait à voir quels émissaires le Pontifex choisirait pour cette mission. Les cardinaux revenaient seulement d'un raid notable contre les Saints. D'une part, ils devaient se tenir prêts à une riposte et, de fait, ne pas dégarnir leurs défenses ; d'autre part, ce n'était pas le moment de se diviser entre alliés devant un ennemi plus puissant. En outre, une situation délicate, et une action précipitée irait pour les desservir. Aussi n'était-il pas surprenant qu'à cet instant, Aubrée exprime un scepticisme habillé d'appréhension quant à ce qu'allait décider leur chef. Pour autant, réprimer cette dernière expression après que Thivan s'adresse directement à elle. Une question des plus simples, qui devait se contenter d'un hochement de tête suivi d'un silence.

Son rapport était à présent terminé, et elle ne se sentait pas encore en position de donner son avis sur les affaires d'Etat. En effet, ces dernières appelaient en priorité aux mots des Cardinaux. Elle connaissait sa place.




Codes couleur dialogues : Esther, Agnès, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure, Agnès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t686-esther-de-la-tarentule
Contenu sponsorisé
Message Re: [Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[Début juillet 550] Retour d'expériences [pv Zvezdan & Thivan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chairs :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: