Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 Calista ~ La Nymphe des fonds marins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalistaavatarArmure :
Scylla

Statistiques
HP:
200/200  (200/200)
CP:
210/210  (210/210)
CC:
275/275  (275/275)
Message Calista ~ La Nymphe des fonds marins   Mer 8 Juin - 21:30
Calista
Qui est-il ?


    Nom : Calista d'Atlas
    Date de naissance : 2 avril 528
    Âge : 22 ans
    Sexe : Féminin
    Armure demandée : Scale de Scylla


Comment est-il ?



    Le roulis des vagues caressant la plage, la recouvrant de son écume, allant et venant au rythme de cette douce brise marine fleurant l'iode. Cette immense étendue turquoise semblait se confondre et ne faire qu'un avec l'azur du ciel pour former un précieux écrin, car au milieu du vaste océan, allait et venait au gré du courant, une malle de bois. Un objet parmi tant d'autres qui vint d'échouer sur le rivage, pour tomber à la renverse sur la violente poussée de l'élément aqueux.

    Sous la pression des objets qu'elle contenait, le couvercle ne tarda guère à sauter pour libérer sur le sable fin son précieux trésor. Il y avait là bon nombre d'objets hétéroclites, très certainement issus de butins, quelques lames émoussées, de l'or et des bijoux. Mais ce qui nous intéressera le plus ici, est ce parchemin que la force de l’Éole déroulera. Si un possible lecteur s'était trouvé là, voici ce que les lettres soigneusement calligraphiées lui auraient révélé.

    Journal de bord du Neptune

    A l'heure où j'écris ces quelques lignes, je t’observe du pont de mon navire. Il est assez dur de me concentrer avec le raffut que fait l'équipage suite à notre victoire sur ce bateau pirate. Je ne peux priver mes hommes de ces quelques heures de répit. Après tout, nous avons bien d’autres marchandises à récupérer. Ma chère Calista, au regard que tu me lances je comprends que tu es du même avis que moi. Laissons-les s'amuser pendant qu'ils le peuvent, après tout la vie de marin est loin d'être facile.

    J'observe la brise nocturne jouer avec ta magnifique chevelure de améthyste, l'astre lunaire quant à lui, éclaire ta peau d'albâtre si douce, la mettant en valeur, la rendant porcelaine. Je devine tes lèvres carmines s'ourler de ce sourire malicieux qui te caractérise si bien. Une malice que je retrouve dans ton regard de violet.

    Ma douce enfant. Toi et moi nous savons que derrière ton apparence fragile et délicate tu caches cette soif de vivre. Ton grand-père m’avait prévenu, et quelle fut ma surprise de constater que tu n’étais pas du genre à te laisser faire. Douce et parfois si tempétueuse, fragile et pourtant si dure. Je t’ai vu mené des négociations d’une main de maître.

    Voilà qu'à présent, tu abandonnes ton poste pour t'approcher du mât central de mon bateau. Tout en toi n'est que grâce. Regarde combien les hommes suivent des yeux le doux balancement de tes hanches. Et ils ne sont pas les seuls.

    Ça y est, tu recommences. Comme à chaque fois le son de ta voix m'émeut et trouve résonance au fond de moi. Le mousse s'avance vers toi, t'offrant avec vénération cet instrument qui est le tien et auquel tu tiens tant: ta lyre. A ton contact, elle semble dégager une énergie qui lui est propre, lui donne vie.

    Ah Calista, quelle voix magnifique qu'est la tienne ! Vois comme elle a le pouvoir de charmer tout ces hommes. Eux qui se croient tout puissant, ne sont, à ton contact, que misérables. C'est lentement que tes doigts viennent effleurer les cordes de l'instrument, laissant les notes s'envoler au gré du vent, dans un requiem empreint de tristesse. Pour qui donc ce chant ? Oui, pour qui donc cette mélopée ? Ce frère et cette sœur que tu ne connais pas ? Un appel que tu leur lances pour les faire revenir vers toi ? Car c’est là le but que tu t’es fixée, n’est-ce pas ?

    Si tu voyais combien tu les hypnotises tous autant qu'ils sont! A moins que tu ne le saches déjà ma petite ensorceleuse. Oh oui, je pense que tu le sais douce nymphe. Ta beauté subjugue et bien des marins pourraient se perdre dans tes filets pour te contempler.




Son Histoire



    Chapitre 1: Les trames du Destin

    "- Calista! Il est l'heure! On rentre mon enfant!"

    Un soupir s'échappait des lèvres de la petite. Après tout, pourquoi devrait-elle revenir, elle était si bien là, au bord de l'eau, battant de ses petits pieds la surface aqueuse. Ne voyait-il donc pas qu'il l'interrompait en pleine discussion avec les Néréides?

    "- Mais grand-père, je voulais rester encore un peu."

    Une petite moue boudeuse s'afficha sur le visage de la bambine, tandis qu'elle levait son merveilleux regard violet en direction du vieil homme, espérant ainsi faire fondre le cœur tendre de ce dernier. Après tout, ses amies des eaux ne cessaient de lui répéter qu'elle était la plus belle enfant qu'elles n'aient jamais vu. Alors pourquoi le vieil Evaimon Atlas résisterait-il à sa charmante petite fille?

    "- Et ne me regarde pas ainsi. Ca ne prend pas avec moi, tu le sais bien."

    Nouveau soupir, avant que l'enfant de six ans ne daigne saluer ses amies pour s'en retourner avec une grâce et une habilité peu commune à son âge. Eole viendra saluer la beauté enfantine en venant jouer avec quelques mèches de la chevelure parme. Un éclat de rire cristallin se fit entendre en guise de réponse. Tourbillonnant autour de son aïeul, la petite viendra glisser sa main dans la sienne. Elle appréciait ce contact, il avait le don de la calmer et de l'apaiser.

    "- Grand-père?"

    Intrigué, il portera son regard sur sa petite préférée, attendant la suite de la question.

    "- Tu crois que Satine et Cinead vont bientôt rentrer dis? Je ne les connais pas, cette grande sœur et ce grand-frère. Et moi, je ne demande que ça. Tout le monde me parle d'eux, alors c'est comme si je les connaissais un petit peu, mais je voudrais les avoir avec moi. Pouvoir les toucher, discuter et rigoler avec eux. Peut-être se chamailler aussi. Après tout c'est ce que font tous les frères et sœurs. Pourquoi est-ce qu'ils ont dû partir tous les deux?"

    "- Tu le sais très bien. Je te l'ai déjà expliqué."

    Un moment de silence, tandis que l'enfant plongeait dans ses pensées, avant qu'un nouveau sourire n'apparaisse à ses lèvres.

    "- Satine est la Gardienne de Cinead! Elle veille sur lui et le protège. Et elle préférait se charger elle-même de sa protection plutôt que de le confier à un autre. Nous les Atlas sommes importants pour les Atlantes. C'est bien cela? Alors tu sais, j'ai réfléchi. Moi, quand je serai grande, je les protégerai tous les deux! Je ne laisserai personne leur faire de mal. Oui, je veux être aussi forte que papa!"

    L'homme s'était arrêté pour observer sa descendance avec un sourire empreint de bienveillance. Cette petite, était bien trop fragile à son goût. Elle n'avait pas le caractère bien trempé de celle qui fut sa fille, Cassandra, ou encore de son aînée, Satine. Fragile, elle ne respirait que la douceur et la gentillesse. Pour preuve, elle était parvenue à dompter les Néréides, parlant aux filles des eaux avec une facilité déconcertante. Mais de là à en faire une guerrière...

    Bah après tout pourquoi pas? Elle disposait d'une volonté à toute épreuve, c'était une chose certaine. Pour preuve, elle avait survécu à la mort de sa mère, qui était survenue quelques jours après le départ des deux grands. Oui, la naissance difficile de Calista, et le départ des ainés, avaient plongé Cassandra dans la douleur et la faiblesse, et elle s'était laissée mourir sous le regard impuissant d'Amphérès son époux. Le bébé avait bien failli y passer, mais il avait lutté, s'accrochant à la vie avec la force du désespoir. Oui, à sa manière, cette petite était forte.


    Chapitre 2: Guerrière tu deviendras


    "- Par Poséidon Calista, concentre-toi!"

    La voix grave d'Amphérès claqua, faisant sursauter l'adolescente de seize ans.

    "- Je suis désolée Père."

    "- Il ne suffit pas d'être désolée jeune fille! Tu es dissipée. Rêveuse. C'est ainsi que tu espères gagner une écaille? C'est ainsi que tu espères faire prospérer le nom d'Atlas? Tu ne serviras pas à tes aînés si tu ne parviens pas à maîtriser le cosmos, alors concentres toi à présent!"

    Le regard améthyste s'était teinté d'une vague de colère aux mots employés. Durs. Mordants et blessants. Elle essayait. Vraiment. Mais elle n'y parvenait pas. Pourquoi ne comprenait-il pas? Elle maîtrisait parfaitement bien les armes: surtout celles à distance ou encore les épées. Pourtant il lui manquait encore quelque chose. Cela faisait plusieurs heures, plusieurs jours même, qu'elle cherchait en vain cette force, que tout bon Marina qui se respectait, possédait en lui. D'autant plus qu'elle commençait à fatiguer. A être épuisée. Mais, non, elle ne lâcherait pas prise. Tel le roseau, elle ploierait sous le vent mais ne se briserait pas.

    Il était vrai qu'Amphérès ne ménageait pas sa progéniture. Au contraire, il se montrait encore plus dur avec elle qu'avec quiconque. Oh bien souvent, Calista avait voulu jeter l'éponge. Bien souvent, elle s'était dit que ce jour-là, elle aurait mieux fait de se taire. Que finalement, guerroyer n'était pas une chose faite pour elle. Mais il suffisait que ses doigts glissent sur ce bijou qui ornait ses cheveux, et sa motivation se retrouvait à nouveau forte et inébranlable. Un présent de Cinead, juste avant qu'il ne parte, au lendemain de sa naissance. Depuis, cette œuvre délicate ne l'avait jamais quitté. C'était comme si, une part de son frère veillait sur elle. La protégeait.

    Après avoir laissé ses doigts fins errer sur l'ornement de sa chevelure, la frêle demoiselle s'était relevée. Son père n'avait rien manqué de geste. La seconde suivante, la mèche qui retenait l'objet avait été coupée sans qu'elle ne puisse esquiver, et reposait entre la paume ouverte d'Amphérès. Immédiatement, Calista avait adopté une attitude plus défensive.

    "- Rendez le moi Père."

    "- Non."

    Réponse courte, qui ne laissait aucun doute sur le fait qu'en effet, il ne lui rendrait pas son précieux objet.

    "- Je devrais peut-être même m'en débarrasser."

    Scylla guettait les réactions de sa fille. Qui sait, peut-être qu'en la repoussant dans ses derniers retranchements il parviendrait à lui faire atteindre le cosmos.

    "- A quoi te sert-il de garder ce présent d'une personne que tu ne connais pas?"

    Une attaque basse et vile il en convenait. Il connaissait le désir de sa cadette de connaître ses deux aînés. Oh oui, un désir fort et puissant qui la guidait dans sa vie de tous les jours. Alors, jouer sur cette corde aiderait peut-être. Sûrement même. Poussant le vice plus loin, il laissa tomber la mèche au sol. En touchant ce dernier, le bijou cliqueta.

    "- Père je vous en prie arrêtez! C'est une des premières œuvres qu'a créé Cinead! Je le sais, grand-père me l'a dit."

    "- Et alors?"

    La seconde suivante, son pied reposait sur l'ouvrage délicat. Doucement mais sûrement, la colère la gagnait. Oh celle-ci n'était pas sage conseillère, elle le savait, mais Calista s'en moquait. Elle ne le laisserait pas détruire le seul bien, et le seul lien qu'elle avait avec ce grand-frère inconnu. C'était à lui qu'il s'en prenait en cet instant. Non, jamais elle ne permettrait qu'il arrive quoique ce soir à ce présent. Jamais. Elle y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Alors, elle laissa rugir sa colère. Il semblait que l'air autour d'elle était différent. Plus fort. Plus violent. Elle ressentait les courants changer, leur force s'accroître de plus en plus, comme pour répondre à son appel.

    "- J'ai dis: retirez votre pied de là... Père"

    "- Et je t'ai dis que je n'en ferai rien."

    La pression de son pied se fit plus conséquente, et un hurlement déchira l'air. La seconde suivante, Amphérès fut catapulté dans les airs, sous la poussée violente de cosmos qui enveloppait le corps de sa fille. Un sourire bienveillant et plein de fierté venait éclairer son visage. Oui avec de l'entrainement, elle ferait une excellente Marina. Une excellente gardienne elle aussi. Tout comme Satine.
    L'illusion créée par Scylla s'estompa, et lentement, le père avança vers sa fille, venant caresser délicatement sa joue tandis que ses doigts venaient glisser sur le bijou qui ornait toujours la chevelure de celle-ci.

    "- Tu feras une excellente Gardienne. Sois en sûre et ne doute jamais de toi. Ta mère serait fière de toi. Tout comme je le suis Calista."



    Chapitre 3: L'appel de la nymphe maudite


    En ce début de soirée de fin juin 550, sur le pont d’un navire en pleine mer, le Neptune, s’élevait un chant vif, mais au timbre de voix doux et cristallin. Il y avait quelque chose d’envoûtant dans la douceur qui en émanait. Se tenait là, debout sur un baril, au milieu des marins qui constituaient son public envoûté, la demoiselle à la chevelure améthyste. Oh oui, la beauté de ce visage angélique était sans nulle autre pareille. Les rires fusaient, l’amusement était bel et bien présent au cœur de cette magnifique soirée de début d’été.

    Lorsqu’elle eut terminé, une courbette en direction des hommes en guise de salutations, et voilà qu’elle saute de son perchoir avant de traverser le pont pour gagner un peu plus de calme au loin. Le vent joua un instant dans ses cheveux, faisant cliqueter le présent délicat de son frère. Elle avait entrepris ce voyage pour les affaires de la famille, son grand-père devenant bien trop vieux pour ce genre de chose.

    Ne restait de la descendance d’Atlas, qu’Evaimon et Calista. Amphérès lui était mort au combat, dans la guerre face au Sanctuaire, il y avait de cela cinq ans. La douleur de perdre son père avait été particulièrement difficile pour la jeune femme. Quant à Satine et Cinead, personne ne savait ce qu’ils étaient devenus. Au fond d’elle-même, elle espérait vraiment qu’ils soient en vie, et qu’un jour, tous trois verraient leurs chemins respectifs réunis.

    Inspirant profondément, elle nota quelque chose de différent dans l’air. Malgré la nuit claire pour le moment, elle sentait quelques changements presque électriques. Hum il semblerait bien que le navire allait devoir essuyer quelque intempérie pendant la nuit. Mais pour l’heure, la jeune femme s’en allait gagner sa couche.

    Bien plus tard, se fut sous les cris des marins, l’orage et la pluie mélangés, ainsi que les roulis impérieux et violents des vagues qui se fracassaient contre la coque qu’elle s’éveilla. Immédiatement, en alerte, Calista se leva vivement, alors que chacun des hommes se tenait à son poste. Les ordres fusaient et la tempête se déchaînait sans relâche. Les hommes criaient, cherchaient à maintenir les voiles, tandis que la pluie, l'eau de mer ruisselait sur le pont.

    Jusque-là, le navire tenait bon. La Belle percevait les craquements du bois, le fracas des vagues contre la coque solide. Malgré tout, la situation allait de mal en pis. Un éclair déchira les cieux, et vint s'abattre sur le mat central. La violence du choc, et elle entendit très nettement le craquement sinistre du bois qui se rompt, entraînant dans sa chute des membres de l'équipage, brisant la coque. Un hurlement de rage s'échappa de sa gorge. Les Dieux se jouaient-ils d’eux?

    * Ne résiste pas! Laisse toi guider, tout ira pour le mieux ne t'en fais pas Calista.*

    Elle ne savait qui s'était adressé à elle, peut-être le simple fruit de mon imagination. La houle la happa, et dans sa fureur, la fit passer par-dessus bord. Violemment, son dos percuta la surface de l'eau, lui coupant le souffle, tandis qu'elle avait la sensation de voir les ténèbres se refermer tout autour d’elle.

    C'était fini. Elle allait mourir ici. Dans ces conditions. Son cœur s'emballait, l'air lui manquait, et encore et toujours elle s'enfonçait dans les profondeurs abyssales. La dernière chose qu'il lui semblait comprendre avant de sombrer dans les méandres de l'inconscience, fut:

    * Tout ira bien, ne t'en fais.*

    Encore et toujours cette voix, bientôt suivie d’un chant qui l’apaisa. Ce qui la tira de son inconscience? Elle ne saurait vous le dire. Peut-être le clapotis des vagues qui allaient et venaient sur le sable? Ou encore le hurlement des mouettes? A moins que ce ne soit encore elle, cette voix, qui ne cessait de lui répéter.

    * Réveille-toi Calista! Réveille-toi!"

    Un geste agacé de la part de la naufragée avant qu’elle ne se redresse lentement. Un horrible mal de crâne me prit, tandis qu’elle sentait la nausée l'envahir. Vivement, elle tournait la tête pour rendre toute l'eau qu’elle avait ingurgitée pendant le naufrage...

    Le naufrage...A cette simple pensée son cœur s'emballa dans sa poitrine, et elle se redressa plus rapidement qu’elle ne l'aurait dû et qu’elle l’aurait pensé, jetant un regard hagard tout autour d’elle dans l'espoir de trouver ce qu’elle recherchait: des survivants. Debout, elle hurlait les prénoms des marins, puisant dans ses dernières ressources pour courir le long de la plage, s'effondrant à terre en pleurant, constatant leur absence. Pour la première fois de sa vie, elle était seule, livrée à elle-même, désespérée. De fatigue et d'épuisement, elle sombrait à nouveau dans l'inconscience.

    Un nouveau réveil, sous ce chant mélodieux. Cette fois, plus de soleil, uniquement l'astre nocturne qui la baignait de ses rayons argentés. Le ciel en cette nuit était magnifiquement dégagé, et les étoiles scintillaient de mille feux. Cette simple observation l’apaisa.

    La navigation reposait dans la lecture des Astres, et cette science, on la lui avait apprise. Les étoiles étaient en quelque sorte sa boussole. Il était temps pour elle de se remettre en route. Elle devait regagner l’Atlantide. Retrouver Evaimon. Son vieux cœur ne survivrait pas s’il l’imaginait morte. Mais, il y avait ce chant. Encore et toujours. Il semblait l'appeler, envoûtant, charmant. Oui, indubitablement, il s'agissait là d'un appel.

    Tentant au début d'y résister afin de mener à bien sa quête, la curiosité prit le pas et elle finit par changer de direction pour aller découvrir la source de ce chant. C'est ainsi qu’elle parvint près d'une grotte, où la mélopée gagnait en intensité. Sans crainte, la Belle pénétra dans la noirceur des lieux, ses mains posées sur la paroi rocheuse pour se guider dans l'obscurité.

    Soudain, une lueur bleutée capta son attention et Calista hâta le pas. Là, dans un renfoncement rocheux se trouvait une écaille qu’elle ne connaissait que trop bien pour l’avoir vu portée toutes ses années par son père. Scylla. Il lui semblait retrouver une partie d’elle-même. Et comme pour lui donner raison, son cosmos se mit à luire de façon plus intense, entrant en résonance avec la protection d’orichalque qui se disloqua pour venir recouvrir son corps. Alors, le chant qui l'avait attiré en ces lieux devint sien.

    *Qui es-tu?* lui soufflait la petite voix dans son esprit.

    "- Tu sais qui je suis Scylla. Je suis Calista Atlas. Fille d’Amphérès Atlas, descendante du fondateur d’Atlantide en personne. Et en ce jour, toi et moi, nous nous lions. A jamais tu me prêteras ta force et à jamais je te serai fidèle."

    Visiblement satisfaite, la voix se tut, aussi, gagna-t-elle la sortie. Une nouvelle vie s'offrait à elle et l'entrainement d’Amphérès prenait tout son sens à mes yeux à présent. Mais pour l'heure, il était temps pour elle de partir et de retrouver les siens et elle que cette fois, plus rien ne l'en empêcherait et ne se mettrait au travers de sa route, sans quoi, elle saurait se montrer sans pitié.




Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 31
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]Violette Reine des Fleurs[/b] → [i]Violette[/i] est [b]Calista[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Pfiou je ne compte plus les années.
    Comment avez-vous connu le forum :C'est un grand-frère et une petite soeur qui m'ont appelé à eux!



Dernière édition par Calista le Mer 8 Juin - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
InvitéInvité
Message Re: Calista ~ La Nymphe des fonds marins   Mer 8 Juin - 21:46
Oh ouais !! Une camarade Marina !! 

Bienvenue et vivement que tu nous rejoignes ! Que la Force soit avec toi ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
AkritesavatarArmure :
Aucune

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
240/240  (240/240)
CC:
356/356  (356/356)
Message Re: Calista ~ La Nymphe des fonds marins   Jeu 9 Juin - 0:50
Hello !

Bienvenue !

Alors, je n'ai pas grand chose à dire pour être franc. Bien écrit et respect du contexte. Donc je te valide avec 5 En Eveil et 18 PC !

N'oublie pas ton bonus de 25 XP pour ta Présentation !

Bon jeu sur AoG !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t890-akrites-salonikas-gran
ArianeavatarArmure :
Anciennement Lyumnades

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
180/240  (180/240)
CC:
243/306  (243/306)
Message Re: Calista ~ La Nymphe des fonds marins   Jeu 9 Juin - 12:22
Bienvenue à toi en retard ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
Contenu sponsorisé
Message Re: Calista ~ La Nymphe des fonds marins   
Revenir en haut Aller en bas
 
Calista ~ La Nymphe des fonds marins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calista ~ La Nymphe des fonds marins
» Dragage des fonds marins
» Les fonds marins de la terre du Nord
» La Suisse débloque les fonds de Jean-Claude Duvalier
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: