Votez
I
II
III


Forum fermé. Bon jeu à tous sous d'autres cieux !
 

Partagez | 
 

 [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Lun 13 Juin - 16:49


Il était dans son temple quand Iolas rentra avec une missive dans les mains. Ce dernier avait retrouvé l'autorisation de revenir tout comme sa femme, l'entretien avec Sunilda avait vraiment aider Silas et cela avait même calmer un peu sa part sombre, comme si Methos faisait barrière contre les interventions de la voix. Mais Silas savait que cela ne serait que temporaire, tout effet a une fin et bientôt le coté sombre arrivera à passer à travers la protection fraternelle passagère. Iolas lui tendit donc un petit papyrus, Sils sut de suite qu'il venait de sa soeur Laelia, la cire cachetant le message avait l'écusson de la famille Vorenus. Silas avait revu sa soeur peu de temps après son retour en Grèce, il lui avait alors donné le moyen de lui faire parvenir des messages. Pour cela elle devait le remettre à l'un des intendants d'une caserne qui cachait en fait certains Silver Saints. L'intendant faisait ensuite la liaison avec le sanctuaire et le message arrivait plus ou moins vite vu que ce n'était pas un message officielle. Quelque fois Silas allait à la rencontre de la personne s'il trainait à Constantinople.

Il fit sauter le sceau de cire et lut la lettre de sa sœur ainée. Il y apprit alors la mort de son mari et la fait qu'elle demandait à le voir. Elle lui donnait rendez-vous dans une taverne du centre de la ville en soirée. Le message datait de plusieurs jours, un de plus et il loupait le rendez-vous. Silas avait convenu de passer la soirée à Rodorio avec Childéric qui comme lui prenait sa soirée de permission. La veille un message télépathique avait consenti le rendez-vous à leur point de chute habituelle, il décida donc de prévenir son ami de ce changement soudain.

" Passes dans mon temple, ce soir c'est à Constantinople que l'on se rend. Des affaires familiale m'attendent, on s'habille bien."


C'est ainsi que quelques heures plus tard, le Lion d'or arriva dans une tenue élégante, Silas habitué à sortir avec plus ou moins de classe, ouvrit alors immédiatement un portail dimensionnel et c'est ainsi que les deux compères arrive dans la capitale de l'empire. Silas dirigea ensuite son ami vers le lieu où sa soeur devait le rencontrer, le Lilas Carmin, pas vraiment le genre d'établissement qu'ils fréquentaient normalement, préférant les tavernes d'ivrognes ou du bas peuple, qu'au lieu de retrouvailles d'une certaine société. Mais Laelia ne pouvait pas se rendre dans des auberges de fortune... Silas passa commande, de la cervoise et ils se trouvèrent une table pour être tranquille dans un coin.

_ Désolé de t'emmener ici pour le moment, on changera d'endroit quand j'aurais vu ma sœur. Oui elle doit nous rejoindre. Elle m'a fait parvenir un message, son mari vient de mourir et elle a besoin de me voir. JE te répond de suite sur le pourquoi qu'on se cache. Mon frère ne sait pas que je suis revenu, il me croit surement mort vu qu'il ne parle jamais de moi d'après Laelia. Elle ne sait pas pour la chevalerie, elle pense que je suis une sorte d'espion guerrier, un soldat de l'ombre qui travaille pour l'empereur. C'est un peu ce qu'on est en fait...

Il sourit à son ami et porta à ses lèvres le breuvage céréalier qu'une brunette venait d'apporter.

_ A la tienne mon ami, à nos vies rallongées quand celle de notre ancien chef a été réduite.

Nouvelle goulée, longue goulée. Il reposa son broc sur la table.

_ Alors Déric, tu me racontes quoi depuis qu'on s'est vraiment parlé? Tu t'es remis de ton combat avec le Berserker? La nouvelle Pestilence, t'as l'air lié à ce cardinal?

Il se mit à rire.





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Mer 15 Juin - 3:21
    Childéric soupira devant les quelques vêtements qu'il avait étalés. Silas était bien mignon mais le lion n'était pas du genre à s'habiller correctement. Il préférait le côté pratique à l'esthétique et avait appris, avec le temps, à se faire à son armure, qu'il avait un temps, vu comme celle de son maître et non la sienne et c'est maintenant elle qu'il portait pratiquement tout le temps. Il choisit finalement une tunique correcte, de chanvre vert, avec quelques fils d'or sur le col, retraçant quelques motifs de feuilles. Il prit soin de mettre à ses poignets les bracelets de cuir qu'il avait acheté à Constantinople lorsque Silas, lui, Nimue et Ainia s'étaient rendus dans la capitale de l'empire. Une pensée du lion d'or alla pour chacune des deux femmes. La soirée aurait des plus amusantes si elles avaient aussi été là, mais le destin en avait décidé autrement. Il finit donc par s'habiller d'un pantalon de lin léger et pratique, noir. Avec des bottes de cuir de la même couleur.

    Le lion dévala les marches jusqu'au temple de Silas à l'heure dite. Il était curieux de voir quels genres d'affaire de famille poussait le chevalier des Gémeaux à se rendre si rapidement à Constantinople. Le troisième gardien ne dit pas grand-chose quand son ami du lion arriva et se contenta d'ouvrir un gouffre à travers les dimensions pour transporter les deux chevaliers d'or à travers ce monde pour rejoindre la capitale. Puis, Silas, qui connaissait bien l'endroit, guida le lion vers un endroit précis. Le lion d'or se moqua gentiment de son ami qui l’emmenait loin des troquets à poivrots qu'ils fréquentaient habituellement. Une fois des choppes pleines devant eux, le troisième gardien se mit à enfin à expliquer la situation au lion.

    Ainsi, c'était la sœur de ce dernier qu'ils venaient voir. Childéric se retient à temps car il avait bien quelques blagues à faire sur la sœur de Silas. Dont notamment, lui demander si ce dernier n'avait pas une gravure ou une peinture d'elle à lui montrer, histoire qu'il sache un peu à l'avance à qui il aurait affaire. Mais la mort du mari jeté sur la rencontre un regard plus tragique. Surtout qu'elle se faisait dans l'ombre du frère aîné du gémeau. Ombre dur à vivre pour Silas, ça, le lion le savait. Il laissa donc son ami terminé et hocha de la tête une fois qu'il eut terminé. Des agents secrets de l'empire, cette idée représentant leur travail fit rire le cinquième gardien.

    « - Et moi je suis ton garde du corps géant ou quelque chose comme ça . L'homme de main que tu envoies casser des bras. »

    Le lion éclata de rire pendant que Silas buvait dans sa chope. Puis, les deux saints trinquèrent à la mémoire de Bélisaire. Mort en soldat. Mais les deux hommes y avaient-ils vraiment gagné au change à la mort du Pope ? Rien n'était moins sûr que ça. Et seul l'avenir le leur dirait. Et le lion avait le pré-sentiment où ça ne serait pas aussi facile que ça... Puis, Silas demanda à son ami ce qui lui était arrivé depuis qu'ils avaient pris le temps de parler de la sorte. Depuis Constantinople... encore. Une vie entière, voilà ce que le lion avait d'abord eu envie répondre. Mais il se reprit, l'ambiance serait bien assez triste plus tard pour qu'il en rajoute maintenant. Il étouffa un rire à la mention de la pestilence.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Mer 15 Juin - 15:22


Son ami lui semblait bien silencieux, plus qu'à l'accoutumée. Quelque chose avait changé en lui, quelque chose habitait ses pensées. Etait-ce l'état du Sanctuaire après la mort de Bélisaire et l'arrivée au pouvoir d'Akritès? Ou était-ce une chose plus personnelle, une chose sur une autre rousse? Silas regarda par la fenêtre, le soleil d'été commençait seulement à descendre pour bercer de sa lumière oranger le ciel et la cité. Sa soeur n'allait pas arriver avant un moment encore, ils avaient donc le temps.

_ Garde du corps? Pourquoi pas? Après tu peux jouer la carte du prince franc qui je sers si tu le souhaites. Mais pour le moment soit simplement Childéric mon ami avec qui je peux parler de tout et celui qui peux faire de même... Laelia n'arrivera qu'à la tombée de la nuit tu sais, nous avons donc une bonne heure voir un peu plus.

Il se perdit dans son regard par la fenêtre puis il le ramena vers la salle, regardant les gens qui bougeait, parlait, se détendait...

_ Dire qu'il y a à peine un mois, on s'amusait un peu plus loin par la haut... Que de changement en si peu de temps, que d’événements... La fuite de Nimuë ou sa traitrise pour résumer facilement, l'attaque des Ombres du Zodiaque, l’enlèvement d'Ainia qui en résulta ainsi que la mort d'Antéros... Ma fuite pour Jamir, votre mission pour me ramener... L'attaque des Berserkers pendant ce temps-la... La mort de Wedge et de Bélisaire... Trois morts donc celle du Pope en même pas deux jours ainsi qu'une disparue...

Il reprit son broc en main en le vidant cul-sec. Il le reposa trop vite et trop fortement ce qui eut pour effet de le fêler en deux sur le coup. Il le regarda un moment avec des yeux effrayés, il avait peur, oui peur que la voix revienne mais en fait cela n'était que du simple enervement, il souffla alors.

_ Et toi mon ami comment vas-tu? Comment prends-tu cela? Tu dois te douter que je le vis un peu mal, l'absence d'Ainia, le fait qu'on ne sache pas où elle est... La mort de Bélisaire qui me touche car je me sens fautif, si j'étais pas parti à Jamir, il serait peut être encore la...

Il commença à serra les dents et les poings mais stoppa à l'arrivée de la serveuse qui était revenue changer le verre de Silas, elle resservit les deux compères à leur demande. Il sirotèrent en silence pendant un moment, puis le Gold Saint des Gémeaux rebrisa une nouvelle fois le silence pour lancer une nouvelle discussion.

_ T'as rencontré ta nouvelle voisine du bas? Un peu bizarre aux premiers abords mais sympathique tout comme son accueil en tenue légère... Si j'étais pas un homme fidèle...

Il éclata de rire, il but encore. Le rire était franc mais il lui pinçait le coeur. Ainia lui manquait, elle lui manquait atrocement et ne pas savoir le rongeait encore plus... L'amour était si bénéfique et pourtant quand cela se passait mal, il était si douloureux, destructeur...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Ven 24 Juin - 19:23
    Le chevalier d’or du lion adressa un sourire mi-figue mi-raisin à Silas quand il parla du rôle que pourrait tenir le chevalier du lion. Un prince franc, c’est ce qu’il était après tout. Son sang et sa naissance lui donnait doit à ce titre. Et avec l’âge qu’il avait maintenant, il serait même roi depuis un certain temps. Oh, peut-être que son royaume n’aurait pas duré et qu’il aurait rapidement perdu sa couronne. Peut-être qu’il serait mort sur le champ de bataille, comme son père. Ou tuer par les siens pour récupérer les terres qui étaient les siennes… Le sort au final, qu’on lui avait réservé. C’était quelque chose de difficile à gérer pour le lion d’or au final. À cheval entre deux mondes, entre deux univers. Chevalier prince. Prince, il ne le serait jamais, il ne lui restait plus que son rôle de soldat, qu’il avait embrassé pleinement.

    « - Non, l’idée du garde du corps ou ton compagnon me semble mieux. »

    Le lion bu alors quelques gorgées de sa cervoise. Silas avait pendant ce temps, reprit la parole. Après tout, sa sœur ne serait là que dans quelques heures et les deux hommes avaient un peu de temps pour échanger sur tout ce qui leur était arrivé depuis. Tant de chose en si peu de temps. Chose d’ailleurs, que le troisième gardien venait de souligner. Oui, il y a un mois leur vie était tout à fait différente, un autre monde. Monde qui, en si peu de temps s’était entièrement écroulé. Le lion grogna quand Silas mentionna la trahison de Nimue. Le lion savait que ce n’était pas ça. Qu’elle avait été trompée et mal guidée. Manipulé. Mais ce n’était pas à lui de parler de tout ça. Puis il y avait aussi le cas d’Ainia et des ombres, un autre problème… Le sujet de la mort de Bélisaire par contre, faisait beaucoup moins d’effet au lion d’or. De même que la mort d’Antéros et de Wedge. La mort fait partie de la vie du soldat et c’est avant tout, ce que sont les chevaliers d’Athéna. Et puis… quelque chose soufflait au lion d’or que peut-être, il les reverrait bientôt et dans le monde des vivants…

    « - Bélisaire est mort de sa propre faute. Oui, tu as désobéi aux ordres, mais il n’était pas obligé de nous envoyer tous comme ça te courir après pour pas grand-chose. Il n’était pas non plus obligé de venir dans le temple du bélier. Il a choisi de mourir en soldat. »

    Aucune affection ou aucun réconfort ne perçait dans la voix du lion d’or. Ce n’était que la stricte vérité. Oui, Silas avait merdé dans les grandes lignes. Mais il avait été presque à sa place et avait fait la même chose déjà. C’était avec l’ancien Pope qu’il avait eu quelques problèmes, mais à quoi bon souiller la mémoire d’un mort . Il avait au final, choisit de mourir dans le fracas du combat et le sang, ça, le lion pouvait respecter. Après sa réplique, le lion vida son verre qui fut rapidement remplacé et s’ensuivit alors une petite période de silence. Puis, le troisième gardien ramena la conversation sur celle qui occupait le temple juste en dessous du sien, que le lion n’avait pas encore rencontré à proprement parler. Il l’avait vu à l’entrée du sanctuaire combattre les cardinaux. Par contre il explosa de rire quand Silas mentionna la tenue légère de la jeune femme.

    « - Fait attention à qui tu dis ça ! Si elle finit par le savoir, elle va te les couper quand elle reviendra ! »

    Le lion, de nouveau, éclata de rire et leva son verre. Puis, après l’avoir bu de moitié d'une seule grande gorgée et s’être essuyé la bouche d’un revers de la main, il reprit :

    « - Non, je n’ai pas eu la chance d’être propre présenté à ma voisine. Visiblement, vous avez fait amplement connaissance. Pas trop j’espère . Pour tout le reste… il faut savoir s’adapter, faire avec. Il y a encore beaucoup d’ombre dans l’histoire de Nimue et j’entends tirer ça au clair, avec ou sans elle. Pour le reste… j’attends de voir ce que notre nouveau grand chef va faire. Je n’aime pas ça, tous ces secrets et ces zones d’ombre. Et c’est lui qui tire les ficelles depuis longtemps. C’est lui a commandé à Bélisaire de me garder en vie alors qu’il voulait voir ma tête rouler… Alors que c’est lui qui l’a perdu. Il a retiré son armure à Rahi. Accepté ce parjure d’ancien cardinal dans nos rangs… Il y avait quelque chose d’illogique là-dedans… »


    Et les mots moururent alors de la bouche du lion d’or et il finit simplement une deuxième chopine. Il faudrait sûrement qu’il ralentisse, s’il voulait rester sobre pour la suite de la nuit. Car cette soirée-là, n’était pas destinée à l’ivresse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Mer 29 Juin - 10:44


Il sourit tristement sur le sujet de sa possible émasculation par Ainia. Elle lui manquait, ne pas savoir était peut être le pire. Où était-elle? Avec qui était-elle? Allait-elle bien? Etait-elle au moins vivante? Tant de questions qui s'entrechoquaient dans son esprit à son sujet. Il attrapa son verre et en descendu la moitié d'une traite comme s'il voulait laver son mental de tous ces mots qui tournoyaient en lui. Purge et vidange par la boisson... C'était peut être mieux ainsi comme guérison... Maigre consolation que voila.

_ Si elle revient un jour...

Il secoua sa tête à ses paroles et termina son broc de cervoise. Il appela de suite la serveuse pour qu'elle le remplisse à nouveau. Il devait arrêter de penser à elle, du moins pour le moment. Les paroles de Childéric choquèrent un peu Silas, certaines informations inconnues le mirent presque sur le cul.

_ Pour Sunilda, je te dirais bien de sauter le pas, elle est assez surprenante. Il fallait dire que je n'avais jamais côtoyé Scythès, peut être que tout cela n'est du qu'au rôle qu'endosse le Saint du Cancer. Pour Nimuë, soit prudent mon ami. Le sceau de la traitrise est sur elle maintenant et je ne sais pas si cette armistice avec les Marinas sera suffisamment solide pour empêcher qu'on veuille son retour au Sanctuaire pour l'enfermer voir pire... Quand on voit que Bélisaire voulait ta tête pour ton soit disant échec... Je me demande bien ce qu'il m'aurait fait pour mon retour et le traitement qu'il aurait eu pour elle si elle était revenu de son vivant... Pire que la mort?

Silas marqua une pause, il trempa à nouveau ses lèvres dans son breuvage céréalier. Il réfléchit se demandant si Akritès était une bonne chose pour le Sanctuaire ou une mauvaise...

_ Je n'ai ps vraiment de véritable idée sur Akritès. Il est sympathique, plus conciliant que Belisaire, comme tu l'as dit, tu lui doit la vie. Il m'a accompagné pour aller mettre Wedge en terre quand nous avons quitter le temple du Bélier. Nous avons parlé un petite peu... Je pense avoir percé une chose sur lui grâce aux archives sur mon ancêtre, mais je n'ai rien de sur encore... Mais sinon que disais-tu? Arbhaal dans nos rangs? Me dit pas que le chien de garde a gagné le droit de porter une armure?

Il éclata de rire. Un rire nerveux, moqueur qui résumait aussi son incompréhension.

_ Ancien Cardinal mais aussi ancien Spectre! Je l'ai entendu par moi-même, ses mots sortant de sa bouche! Troisième allégeance divine, Hadès, Arès et maintenant Athéna? A-t-il peut être servi Odin avant cela? Ou ira-t-il servir Poséidon dans quelques années?

Le Gold Saint des Gémeaux cracha à terre, une chose qui ne lui ressemblait pas, du tout même.

_ A vomir cette nouvelle... Secrets et faits d'ombre... C'est le lot des choses qui va avec les hautes fonctions. Sénateurs, Rois, Empereurs, Popes, Dieux... Au final tout n'est que jeu de pouvoir, d'alliance et de politique... Nous ne sommes que des pions, nous avons signé pour cela en endossant nos armures d'or... Même si c'est déplaisant de se faire utiliser... Akritès sera peut être différent, pour le savoir il faudrait s'entretenir avec lui.

Et une nouvelle pinte tomba, il parlait, parlait beaucoup et cela donnait soif, fortement soif...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Jeu 7 Juil - 2:08
    Le lion commença par boire à nouveau de grandes gorgées de sa boisson. Oui, il ne savait pas s'il reverrait un jour la jeune femme qu'il considérait comme de son propre sang et il aurait tant à lui dire en ce moment et il aurait tant besoin d’elle aussi. Et elle, avait-elle seulement besoin de lui ? Finalement, il avait fait comme son ami et avait vidé sa choppe. Les deux hommes partageaient le même destin, celui de voir les femmes de leur vie s'en aller aussi vite qu'elle était arrivée. Childéric laissa donc ensuite la parole à Silas qui évoqua les chevaliers du cancer. Il est vrai que malgré la proximité entre la maison du lion et de celle du crabe, les rapports entre les précédents porteurs et l'actuelle maîtresse des lieux étaient très limités. Peut-être faudrait-il que le lion d'or corrige ça à l'avenir... Il serait bon de connaître ceux avec qui il sera amené à se battre le plus souvent et déjà, il se méfiait du chevalier du Sagittaire. Presque autant qu'il s'était méfié de Shin !

    Par contre, évoqué les réactions étranges de leur ancien chef de camp, ça, c'était un sujet sur lequel il y avait à dire. Certes, casser du sucre sur le dos d'un mort n'était pas très glorieux, mais les deux hommes l'auraient fait qu'il soit mort ou vivant de la même façon. Childéric ne trouva rien à rajouter, il avait déjà tout dit. Sur la fin de son règne, Bélisaire avait semble-t-il perdu une partie de sa raison et enchaîné les choix étranges. Le lion d'or souhaité bien du courage à la nouvelle tête de la chevalerie pour réparer tout ça. Et comme s'il lisait dans ses pensées, après quelques secondes de silence, Silas lança la conversation sur ce sujet précis. Le lion accueillit les dires du troisième gardien par une mine des plus circonspectes. Le sujet déborda ensuite sur Orion, puisque c'était son nom maintenant. Le lion tapa du poing sur la table quand Silas énuméra les nombreuses allégeances du nouveau disciple de Chiron. Il ni à que les actes qui peuvent parler pour lui, et pour l'instant ce qu'ils disent sont... éloquent !

    « - Je bois à ça ! Aux dieux et à leurs échiquiers, dans lequel nous jouons le rôle des pièces ! Et loin d'être les plus nobles, nous ne sommes que les pions bons à être sacrifié !»

    Et sur ces mots, le lion leva son verre et se mit à rire, d'un rire jaune et assez sarcastique. C'était le destin de chaque porteur d'armure et tous devaient l'accepter, même si c'était parfois, difficile à vivre.

    « - Oui... ! Je l'ai croisé aujourd'hui, revenant tout clinquant de je ne sais où ! Alors je lui ai raconté l'histoire de Shin. Mais visiblement, il change de dieux comme de chemise et il doit avoir une sacrée utilité pour qu'aucun d'entre eux ne l'ait tué alors ! Enfin parlons d'autre chose, tu dis avoir compris des choses sur Arkites quand tu as cherché des informations sur ton ancêtre dans tous les cas, qu'as-tu trouvés, ça a un rapport avec ton œil étrange de l'autre fois ? »

    C'était quelque chose que le lion d'or voulait aborder avec son ami. Il l'avait remarqué, à Jamir, qu'il était différent, complètement différent et qu'il se passait avec lui quelque chose d'étrange. C'était l'occasion, loin de tout et de tous, pour les deux hommes de vider leur sac. Le lion, avant que Silas ne puisse répondre, leva la main pour commander quelque chose à manger. Il demanda une miche de pain, du fromage, de la viande séchée, des fruits et du vin pour faire passer le tout. De quoi attendre tranquillement la sœur de Silas et mettre aux secrets. Histoire que, pour une fois, aucun des deux guerriers ne vivent dans l'ombre de quelque chose...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Jeu 7 Juil - 16:38


Le blond rugissant et le ténébreux silencieux. C'était un peu ainsi qu'Ainia avait appelé au départ le duo que formait les deux chevaliers d'or du Lion et des Gémeaux. Les deux s'étaient bien trouvés à l'époque, obtenant leur armure à quelques semaines d'intervalles, rentrant en même temps dans le cercle d'or, ce qui avait facilité leur rapprochement. Bons compagnons, ils étaient aussi complémentaires que ce soit par leur mentalité que par leurs façons de combattre. C'était un bon duo qui s'il croisait ensemble un ennemi serait bien difficile à défaire. Pour le moment le duo sirotait leur cervoise dans une taverne, offrant leurs pensées l'un à l'autre et ouvrant leur coeur tel de véritables amis.

A l'évocation du nom de Shin, Silas frappa la table. Un nom qu'il n'aimait pas entendre. Un nom qui entacherait à vie la mémoire de son maître, une chose qu'il ne pouvait supporter. Shin était l'erreur de Darius, une chose qu'il avait payé le reste de sa vie, une chose que Silas trouvait malheureuse pour son maître.

_ Shin... Ce nom me révulse toujours autant... Pourtant comparé cet enfoiré avec ce connard d'Arbhaal est assez risible en fin de compte... A quoi bon des fois vouloir être vertueux quand tu vois qu'ils peuvent vêtir la tenue d'or...

Vint alors des demandes plus personnelles quoi que celle sur Akritès ne l'était pas vraiment, il allait répondre déjà à celle-ci entre deux bouchers de pain, une de viande et une gorgée de vin aux herbes. Quelle bonne idée que celle-la.

_ Tu te souviens de Sokaris mon ancêtre chevalier d'or que j'ai découvert. Figures-toi que dans les archives qu'il a laissé, il cite un certain Akritès des Poissons. Je ne dis pas forcément que c'est lui mais c'est fort troublant. T'imagines le nouveau Pope aurait cent vingt voir cent trente ans?

Puis vint le moment de parler de la voix et de tout ce que cela engendre, il vida son verre de vin cul-sec il attendit plusieurs secondes. Childéric comprenait parfaitement que son ami allait parler de chose grave. Silas inspira, expira puis se lança.

_ Mon oeil tu disais... Il me brule, il me provoque une grave douleur quand... Quand la voix se met à parler, quand elle veut prendre le contrôle... Je sais pas comment le dire vraiment mais depuis Kiev, j'ai senti une cassure en moi et une sorte d'entité malsaine m'habite, comme un démon me murmurant sans cesse de sales paroles mais ce démon se trouve en moi dans ma tête, il fait partie de moi... Comme si mon coté sombre s'était éveillé et cette obscurité ne souhaite qu'une chose, pendre le contrôle... Il semblerait que la malédiction des Gémeaux m'est rattrapé... C'est pire depuis l’enlèvement d'Ainia... J'étais à deux doigts de perdre le contrôle à Jamir tu sais...

L'amour... Son amour perdu engendrait la crainte et la peur. Cela engendrait aussi la colère et le désespoir. De tout cela la voix se nourrissait, de tout cela elle gagnait en force de jour en jour malgré ce qu'il tentait de faire pour freiner cela...





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Jeu 7 Juil - 23:12
    Le lion s’en serait presque voulu d’avoir mentionné Shin. Il avait oublié que Silas et le défunt chevalier d’or de la balance avaient partagé le même maître et de voir un condisciple agir de la sorte était difficile à vivre Silas et la mémoire de son maître. Qu’aurait fait le lion si Phocas avait eu un autre disciple qui était dans la trempe de Shin ? Jusqu’à il y a peu, le lion d’or l’aurait sans aucun doute tué, mais maintenant il voyait les choses avec plus de recul sur son maître. Mais la conclusion finale de Silas était la bonne. À quoi bon tout sacrifier pour ces armures d’or, s’il suffit de pilier, violer et parjurer pour réussir à l’obtenir. Certes, Orion n’avait rien de commun avec Shin, mais tout de même, aucun des deux n’était dignes de confiances et c’était ça qui importait le plus dans un cercle de guerrier.

    Puis, la suite de la conversation fut plus sérieuse, plus grave aussi. Le lion ne peut s’empêcher de laisser pendre mâchoire quelques instants quand Silas lui annonça qu’il avait trouvé trace d’un Arkites du poisson, vieux de presque cent trente ans ! La nouvelle choqua le lion d’or mais elle n’était pas dénuée au final, de vérité. Oui, c’est fort probable qu’il s’agisse de quelque chose comme ça. Mais avait-il réussi à tromper la mort aussi longtemps ou bien en était-il revenu ? Et s’il en était revenu, en était-il revenu complet ? Le parchemin que lui avait fait lire Bélisaire lors de son retour de mission à Asgard l’avait marqué. Profondément. Point de repos pour les chevaliers d’or, point de paix dans la mort et il redoutait depuis lors, d’y être confronté et si… non, ça ne se pouvait, Athéna ne l’aurait pas choisi sinon ! Il chassa alors bien vite cette idée de sa tête.

    « - Plutôt bien conservé pour cent trente ans l’animal ! »

    Le lion écouta avec le plus grand intérêt Silas. Il savait que les mots qui allaient suivre n’étaient pas facile à dire, mais il fallait qu’il sorte. Childéric arrêta donc de boire et de manger, pour focaliser toute son attention sur les mots de son ami. Kiev… Oui, Silas avait mal vécu tout ça. Oh, le lion d’or pouvait le comprendre, c’était la guerre dans ce qu’elle a de plus sale, la guerre de tous contre tous, sans aucun ami et aucun allié. Il avait frappé sa part d’innocent ce jour-là, peut-être leur sang avait réveillé la bête qui sommeillé alors en lui ? Non, ce fléau était lié à autre chose. Le lion était un soldat, là où son ami était un homme. Mais le gémeau avait meilleur fond que le lion. Ça, tous les deux le savait. Et le lion pouvait bien comprendre comment elle avait empiré. Il fit alors tourne l’alcool dans son verre avant de répondre.

    « - Tu sais Silas, tu es profondément bon, bien plus que moi. Je sais que tu auras le dessus sur ce… truc. Et que tu lui apprendras le respect. Si jamais, je suis là pour t’aider, j’ai quelques nouveaux petits trucs qui pourraient t’aider si jamais ! Tu auras le dessus sur la malédiction des Gémeaux ! Ne t’en fais pas pour ta belle, on la retrouvera, ça aussi, je peux te le promettre ! »

    A vrai dire, le lion ne savait pas quoi dire d’autre. Il avait tenté un trait d’humour mais avait seulement poussé quelques petits rires étouffé, rien de comparable avec son rugissement habituel, la situation ne s’y prêtait pas. Il pourrait montrer à Silas sa propre malédiction, mais c’est quelque chose qu’il voulait garder en lui le plus possible. La bête saisirait l’occasion, elle était trop mal et le lion pouvait sentir son grognement fétide dans son âme. Elle avait faim et les émotions qui se dégageaient de la conversation des deux guerriers la nourriraient de plus belle !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Jeu 4 Aoû - 17:14


S'entretenir avec son ami, avoir son soutien dans ses événements lui faisait le plus grand bien. Si seulement Ainia était là... Tout cela serait réglé, elle était plus que l'amour qui lui remplissait le cœur, elle était la barrière qui l'empêchait de franchir la voie mais elle n'était plus là, elle était disparue et il ne pouvait pas partir à sa recherche...

_ Ce que tu dis me va droit au cœur mon ami mais ne sous estimes pas le bon coté que tu as en toi. Tu te considères comme un soldat mais tu n'es pas que cela, tu es un homme et bien que tout comme moi tu as donné ta vie à Athéna, il te reste toujours tes sentiments et ton libre arbitre. Chaque Gold semble maudit... Comme si le destin faisait qu'il y avait une chose qui n'allait pas chez eux... Le destin? Cela est-il le fardeau à porter pour être des surhomme défendant la justice? A croire que le schéma se répète sans cesse... Et toi Childéric? Quelle est donc la malédiction qui rode autour des Golds Saints du Lion?

Il trempa à nouveau ses lèvres dans le breuvage de son verre et attendit la réponse de son ami. Quelques instants passèrent, silencieux après que le Lion lui ait répondu. Silas finit sa coupe et alors qu'il allait demander qu'on le resserve, une femme tout de noire vêtue arriva derrière lui.

_ Je vois que tu tiens cela de notre père.

Le Gold Saint se retourna et tomba alors nez à nez devant Laelia, sa sœur ainée. Il passa alors ses bras autour d'elle et l’étreignit fortement. Il la laissa respirer après plusieurs longues secondes, arrêtant de l'étouffer de son amour fraternel. Il se tourna vers le Lion tout souriant.

_ Laelia, je te présente mon grand ami Childéric. Childéric je te présente ma grande soeur Laelia Vorenus.

Silas invita ensuite sa soeur à s'assoir à coté de lui. Elle retira alors la longue cape noire qui lui couvrait les épaules, enlevant ainsi la capuche qui cachait son visage de la lumière.


_ Je suis heureux de te revoir ma sœur, mais attristé que ce soit dans ses circonstances. Tu veux boire quelque chose?

Le Gold Saint interpella une serveur pour qu'elle apporte une coupe à son ainée. Il la servit lui-même, il était heureux de la revoir. Il aurait tant aimé la présenter à Ainia aussi...

_ Qu'avais-tu de si urgent à me dire pour me convoquer à la capitale?

La jeune femme regarda alors le franc l'air un peu intimidé par le colosse blond.

_ Je peux parler devant ton ami?

_ N'ais crainte il ne te mangeras pas.

Silas éclata de rire et se reservit une coupe de vin.





Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Dim 7 Aoû - 23:59
    Le lion sourit aux mots de son ami. Oui, il avait un bon côté, mais des deux, c'était de loin Silas le plus gentil. C'était Silas, qui avait été touché parce qu'il avait été forcé de faire à Kiev et non Childéric. C'était le gémeau qui hésiterait à frapper et non pas le lion. Mais il s'était trouvé en quelque sorte et s'appuyait l'un sur l'autre. Des sentiments... oui. Mais ce n'était que des choses contre lesquelles ils devaient se battre. A vrai dire, il avait réduit sa vie au plus stricte minimum. Il n'avait pas de famille, contrairement à Silas. Pas d'amour, contrairement à Silas. Il avait quelques amis certes. Mais il s'était isolé et avait toujours vécu dans cet isolement. Maintenant, il savait pourquoi son maître avait pris soin de créer toutes ces barrières, cette distance avec les gens. Mais pouvait-on vraiment vivre comme ça ?

    Et vient le sujet des malédictions. Silas lui en avait dit beaucoup et oui, il fallait bien qu'il en parle un jour à quelqu'un. Mais il voulait garder ça pour lui. Il voulait garder cette étrange bête qui va doucement mais sûrement le conduire vers la mort, sans autre opportunité possible que le voyage final. Voyage qui ne lui apportera même pas le repos qu'il avait tant espéré. Mais il devait cette réponse à son ami. Le lion prit donc son courage à deux mains et il allait dévoiler une partie de son mal à Silas. Une partie seulement, car c'était son problème à lui. C'était à lui de protéger les autres de cette bête fauve qui était en lui. Et déjà, il sentait ses larges épaules trop petites pour cette tâche. Il l'avait déjà prouvé...

    « - Disons qu'avec la façon dont j'ai été entraîné, vient la malédiction de la faim. Celle de la bête sauvage, qui a besoin de se nourrir. Et elle ne nourrit pas de viande et de chair, ça serait trop simple. Mais elle se nourrit de haine, de colère, de désespoir. De violence et de chaos. De tout ce qu'il y a de sauvage. C'est assez compliqué à décrire... »

    Et c'était vrai, il n'était même pas sûr de savoir mettre les bons mots sur ce qu'il ressentait. Mais il avait décrit la chose le plus simplement possible. Comment il le sentait. Son maître aurait peut-être dit autre chose, il aurait peut-être pu apporter plus de réponses aux deux guerriers mais, il n'était plus là. Ne restaient donc que Childéric et la bête, sans réponse et sans laisse. Il porta, en miroir à Silas, sa chope à ses lèvres et la vida. Le silence s'installa entre les deux hommes, mais il n'avait rien de gênant ou de pesant. Il était presque au contraire, relaxant, du moins pour le lion. Plus léger au fond, d'en avoir parlé à Silas. Le lion avait repéré la jeune femme en noir qui s'approcha dans le dos de son ami, les deux guerriers étant face à face, il avait pu la repérer depuis longtemps.

    C'était donc elle la sœur du troisième gardien. Plutôt joli, il comprenait pourquoi il ne voulait pas en montrer des peintures à son ami. Et encore, le dessin ne lui aurait pas rendu justice comme il aurait fallu. Le lion sourit quand il vit l'homme chez qui l'alcool devait monter un peu se lever pour prendre dans ses bras sa grande sœur. Les joies de la famille. Étrangement, le lion ne se sentait pas vraiment à sa place ici et il aurait pouvoir s’éclipser mais il ne pouvait pas. Mais il devait faire contre mauvaise fortune bon cœur et se leva quand on le présenta officiellement à belle veuve. Il inclina légèrement la tête dans sa direction en signe de respect et de salutation. Visiblement, ce que la jeune femme avait à dire était assez secret car elle s'inquiétait de la présence de Childéric à cette conversation. Surtout que, de justesse, il retient une blague qui aurait sûrement fait rire jaune Silas et rougir la belle mais elle était en deuil, donc il garda son bon mot pour lui. Mais c'est vrai que ce n'était pas dit qu'il ne la mange pas !

    « - Ne vous en faites pas, je suis venu apporter un peu de muscle et un peu de cerveau ! Cette tête de bois de Silas manque des deux ! Mais si vous voulez parler en famille, je serais heureux de vous laisser tous les deux ! »

    Et le lion rugit de rire après avoir placé une petite pique qui ne manquerait pas de faire rire Silas également.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
SilasavatarArmure :
Gémeaux

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
190/190  (190/190)
CC:
296/296  (296/296)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Mar 9 Aoû - 15:33


Silas souriait à la blague de son ami sur sa propre personne pendant que sa soeur répondait au lion d'or. Elle regardait el colosse avec un air tendre mais aussi triste, la vie d'une veuve ne devait pas être simple, surtout quand on vous retire l'être aimé si brutalement.

_ Si mon frère vous a amené ici c'est qu'il vous fait suffisamment confiance pour que vous puissiez entendre mes paroles Childéric. Je respecterai donc sa volonté, vous pouvez donc rester avec nous si cela est votre souhait.

Silas se rassit alors enfin, se plaçant au plus près de son ainée. Il prit la douce main de la jeune femme et y déposa un tendre baiser puis la garda dans la sienne. Le début de la discussion fut des choses assez banales dans les cas de la perte de son époux. Il lui demandait comment elle allait, comment Claudius son neveu allait et comment il prenait la mort de son père. Le Gold Saint dit à sa sœur qu'il irait le voir bientôt, qu'il était temps que l'enfant connaisse son oncle... Elle lui dit qu'elle allait vivre chez les frères désormais, le Tribun Antonius Aquillius... Vint alors la question fatidique sur les circonstances de la mort du Centurion Lucius Vorenus.

_ Officiellement il serait mort au combat, luttant contre une horde barbare qui aurait été vu à quelques lieues du camps où il stationnait avec ses hommes. Mais j'ai du mal à croire cette version. Quand il m'ont ramené son corps... avec deux blessures, une au ventre et une au torse, transpercé par une épée ou un poignard... ou je sais quoi d'autres... Des angles francs, des coups portés droit... Non je ne peux croire que mon époux soit mort aussi facilement... Puis ses bottes... propres... Elles étaient propres... Trop pour quelqu'un ayant était au combat dans la nature...

_ Que veux-tu dire par tout cela? Il ne serait pas mort en luttant?

_ Il n'est pas mort au combat, j'en suis sur Silas! Il avait des doutes sur certains autres gradés, il disait que quelque chose se tramait dans l'armée et je suis sure... Il est mort à cause de cela... Assassiner! On l'a tuer...

_ Et Antonius? Tu lui as parlé de cela? Il a plus une position pour en savoir plus que moi qui suit poster à Athènes tu sais.

_ Je ne sais pas, je crois qu'il... Non cela ne peux... Il est dedans...

_ J'ai beau ne pas porté notre frère dans mon cœur, Laelia mais je sais bien une chose chez lui, c'est qu'il ne ferait rien pour te causer du mal. Tu le sais bien ma sœur. J'essayerai d'avoir des informations de mon coté, on verra bien ce que je trouverai.

Antonius était un salaud, un frère égoïste qui n'avait jamais aimé Silas, l'accusant de la dépression de leur mère et de toutes les conséquences qu'engendre sa naissance et la mort de Methos. Mais comme l'avait souligné Silas à Laalia, l'ainé de la famille ne ferait jamais de mal à sa soeur, à moins que les années l'ai changé à ce point, lui qui ne revait que d'une chose, suivre les traces du père et le dépasser...

Le trio continua ensuite à parler d'un peu de tout, de la vie de tous les jours, de Constantinople et de l'Empire. Puis arriva l'heure du départ, l'heure pour Silas de quitter sa sœur et de retourner garder son temple du zodiaque. C'est ainsi qu'après le départ de Laelia, les deux Saints s'enfoncèrent vers une ruelle sombre de la ville, et Silas ouvrit un portail dimensionnel pour rejoindre le Sanctuaire et sa véritable fonction, celle de chevalier d'or.






Lorsque j'engage un combat, il ne me vient pas à l'idée que je puisse le perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t174-silas-gold-saint-des-g
ChildéricavatarArmure :
Lion

Statistiques
HP:
260/260  (260/260)
CP:
330/330  (330/330)
CC:
216/216  (216/216)
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   Mer 17 Aoû - 16:33
    Le lion adressa un petit sourire à la sœur de Silas. Il était reconnaissant qu'elle lui face confiance, même s'il aurait vraiment préféré qu'elle lui demande de partir. Il regarda d'un œil distrait le troisième gardien et sa sœur. C'est fou comme il semblait proche. Tout le contraire de comment son ami décrivait son frère aîné. Ça devait être difficile pour lui de se tenir dans l'ombre, en retrait, voire de ne pas exister pour sa famille. C'était peut-être au fond, plus simple de ne rien avoir que de se languir de ce qu'on connaît non ? Et l'idée que sa sœur vive chez son frère semblait ne pas l'enchanter, surtout avec ce que la jeune femme s’apprêtait à dire. Le lion débarquait un peu dans les histoires de famille de Silas. Il savait par ce dernier que le premier né de la famille en était la brebis galeuse. Mais c'était dépassé l'entendement à ce niveau-là.

    Il écouta donc la jeune femme décrire comment était mort son mari. Jeune militaire qui semblait bien parti pour faire carrière dans la légion. Le loin écouta donc la jeune femme qui décrivit comment on lui ramena le corps de son époux, sûrement un moment difficile à passer pour elle et le lion admira le courage qu'avait la jeune femme de rester droite et fière malgré la tristesse de la situation et la difficulté du discours qu'elle avait à tenir. L'histoire des bottes ce ne fut pas sur quoi butta l'esprit du lion. Tout dépend de l'endroit où avait eu lieu le combat mais c'était possible, difficile, mais possible. Ce qui fit tiquer le lion, ce fut la description des blessures. Ça ne collait pas trop avec la description d'un combat qu'il aurait livré seul, dans les bois. Les plaies auraient dû être plus nombreux ou encore dans son dos. Ça ressemblait plus à une mise à mort aux yeux du lion d'or. Oui, définitivement, il y avait quelque chose de louche là-dedans.

    Le lion ne dit rien, mais il partageait les concluait de la jeune femme. L'idée qu'un complot se tramait dans l'armée de l'empire ne le concernait pas directement. Mais cela pouvait avoir son impact, Byzance était la force d'Athéna dans le monde des mortelles. Les liens entre l'empereur et le Sanctuaire puissant. C'était peut-être une information qu'il serait intéressant de partager à l'occasion avec le Pope. Peut-être que dans sa grande liste de secret, il avait quelque chose à propos de ce complot ou bien tomberait-il des nues après avoir entendu parler de ça. Dans tous les cas, c'est une information qui pourrait servir pour plus tard. Le lion ne connaissait pas personnellement le frère de Silas, mais du portrait qu'il en avait été fait, il pensait l'homme ambitieux, parfaitement capable de ça. Après tout, une sœur à mariée est un atout politique utile....

    « - Je suis d'accord avec ta sœur Silas, je ne connais pas ton frère, je ne jugerai donc pas. Mais il y a quelque chose de louche là-dedans. S'il avait combattu comme annoncé une horde de barbare, il n'y aurait pas que deux plaies. Et surtout, on l'aurait frappé dans le dos. Quand tu surprends un ennemi, tu n'attends pas d'être face à lui pour le frapper ! »

    Le lion ne dit rien de plus. Il venait de faire partager ses conclusions à son ami. Oh il n'avait pas besoin de rajouter à Silas que s'il avait besoin d'aide, il pourrait toujours venir trouver Childéric, il le savait déjà. L’atmosphère s’allégea un peu, ainsi que les humeurs. Les trios compères parlèrent de tous et de rien et burent aussi, peut-être un peu trop. Bien loin des préoccupations du Sanctuaire et de la guerre des dieux. Une vie normale, une vie d'homme. Un luxe pour ceux qui se sont placé en marge de l’humanité pour servir. Un luxe pour ceux qui ont renoncé à ces petits plaisirs de la vie pour servir. La vie de soldat... Et pour une fois, c'était une vie d'homme qu'ils vivaient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d-
Contenu sponsorisé
Message Re: [12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]   
Revenir en haut Aller en bas
 
[12 juillet 550] Attente et réflexion [Childéric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Recensement juillet 2010
» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain
» Samedi 24 Juillet Anniversaire Yogojabi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Constantinople-
Sauter vers: