Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMar 16 Aoû - 13:18
Le Vent se lève







Le silence, toujours le silence. Il n’y avait plus que lui pour toute musique. Cette dernière était à peine perturbée par les notes lancinantes et répétitives de leurs pieds foulant les marches en pierre. L’écho qui reprenait souvent pour tout accompagnement. Glorieux silence, quoiqu’un peu pesant peut-être. La montée des marches représentait toute une épreuve, une torture pour l’ancienne Sainte d’Athéna qui se perdait dans ses pérégrinations. L’humeur sombre, Nimuë progressait sans jamais s’arrêter, sans jamais prendre la peine de jeter un regard en arrière pour s’assurer que le Légat suivait bien. Puis, au bout d’un moment, sa voix, nouvelle mélodie venant perturber le silence, s’éleva :

« Je suis désolée pour ça, Légat. »

Rien d’autre. Et pour quoi s’excusait-elle au juste ? Nul ne saurait le dire. Elle non plus, quelque part. Son visage était sombrement tourné vers le sol, observant ses pieds danser sans jamais s’arrêter, la portant vers les hauteurs du Sanctuaire, vers cette tempête qu’elle sentait poindre. Ses yeux ne se relevèrent qu’une fois qu’il n’y avait plus de marches. Ils étaient arrivés sur la parvis du Temple du Lion. Un endroit familier, remplit de souvenirs. Un jardin. La rousse marqua un temps d’arrêt pour détailler les pourtours intacts du Temple Zodiacal. Et son cosmos s’éleva, enfin. Pour s’annoncer, pour les annoncer au maître des lieux. Silas lui avait dit que leur ami commun se trouvait ici, ce qu’il n’avait pas dit c’était qu’une autre personne était également avec lui. Cette essence, il lui semblait la reconnaître. Alors ses traits se durcirent, le masque de parfait stoïcisme devait être replacé, encore. Toujours.

« Le Vent se lève … »

La Sirène Maléfique gagna rapidement l’intérieur de la demeure du Lion, marchant avec un peu plus de vigueur et de dureté vers les ombres. Sa silhouette disparut rapidement, souhaitant se fondre dans les ténèbres. Et gagner la lumière quand, le cœur serré, elle pénétra dans le jardin. Un léger sourire esquissé en se souvenant de la mise en garde de Silas. Sans se préoccuper de quoique ce soit d’autre, laissant la tempête arriver sur eux, la belle retroussa les manches de sa chemise et s’avança parmi les hautes herbes, se porta jusqu’à un arbrisseau, un pommier. S’agenouillant pour l’étudier avec attention, Nimuë passa une main contre le tronc en une légère caresse. C’était pour lui que le Lion d’Or s’était absenté le jour où elle s’en était allée.

« … il faut tenter de vivre. »

Murmura-t-elle en insufflant un peu de son cosmos dans l’arbuste. Une promesse était une promesse. Elle prendrait soin de son jardin. Pour un interlude avant que l’Ombre ne les dévore tous. Le temps filait mais tant pis. Il y avait un nouvel obstacle dressé sur leur chemin. Une surprise de taille que Nimuë préférait ignorer pour l’instant. Son rôle était ailleurs, le Légat, lui, devait de nouveau faire face aux imprévus. Oh la Sirène Maléfique s’en irait le rejoindre sur l’instant s’il lui demandait. Après tout, ils possédaient désormais une connexion mentale. Un lien ténu pour Cinead mais un moyen simple et efficace pour elle de communiquer avec la Voix. La jeune Sirène Maléfique poussa un long soupir, resta ainsi à genoux dans la terre.

« Ainia … »

Ses doigts se resserrèrent. Elle connaissait déjà sa prochaine destination une fois ce supplice achevé. S’il s’achevait un jour. Pour l’instant, il lui semblait qu’il n’avait pas de fin et que le pire restait à venir.

Spoiler:
 






© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge850/850[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (850/850)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1600/1600[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMer 17 Aoû - 8:16
Seul, et pourtant...

Ce n'était plus côte-à-côte qu'il franchissaient, une à une, les marches du Sanctuaire d'Athéna mais l'un devant l'autre désormais, l'ancienne Sainte ouvrant la voie. L'atmosphère était lourde, sans parler de la température, et le silence s'était installé là depuis qu'ils eurent quittés le Temple des Gémeaux et son gardien. Pas de quoi égailler les deux Atlantes. Cinead nota une chose tout de même, si Nimuë connaissait là un moment difficile elle montrait là un semblant de changement, presque imperceptible et par un fait simple : elle se plaçait devant le Légat. Le guidait, le protégeait ? Peut être, mais Cinead n'était pas dupe, le cinquième temple était celui du Lion. Celui de Childéric, comme il avait pu l'entendre. Nimuë désirait le revoir lui. Alors oui, la Sirène Maléfique ouvrait la marche.

    - Tu n'as pas à l'être, Nimuë...
    Tu en fais déjà plus que tu ne devrais.

Il ne comprenait pas vraiment pourquoi elle avait décidé de briser le silence qui s'était installé depuis trop longtemps. Pour dira ça. Que souhaitait-il lui apprendre par ces mots ? Etait-ce là une excuse d'avance pour ce qui allait se passer dans le Temple du Lion ? Possible, tout comme il était probable qu'elle s'excuse de son humeur, du silence, de sa marche rapide, les vagabondages de son esprit. Peu importait, si une personne devait s'excuser c'était bel et bien le Cinabre, pas elle. Mais cela il s'en occuperait une fois que tout sera fini, une fois que leur maigre délégation serait rentrée en Atlantis.

En approchant de la demeure, juste avant que Nimuë n'exprime son Cosmos, le Purificateur eut une sensation familière, comme une présence, un appel lointain... Oh il connaissait cela, oui. Un écaille était présente en ce temple, sans pour autant être capable de définir laquelle, conséquence des nombreuses protection qui entouraient le Temple et du Cosmos omniprésent de la Sage Déesse. Un Marina se trouvait donc ici ? Etait-ce pour cela que la Sirène avait émis sa propre énergie. Elle disparut ensuite à l'intérieur du Temple, le laissant seul pour le moment... Oh il n'était pas vraiment inquiet, il se doutait bien qu'à chaque maison zodiacale la jeune et belle rousse serait troublée. Il savait qu'il pourrait compter sur elle à chaque instant, mais ne voulait pas lui en demandait plus qu'il ne le faisait déjà rien qu'en lui faisant gravir les marches.

Cédant quelques pas à la faveur de la solitude, Cinead pénétra le temple à son tour, avançant en observant une fois encore la manière dont cette structure avait été établie. Il se stoppa cependant rapidement, sentant l'approche d'une vibrance semblable à celle du Scorpion ou des Gémeaux. Une armure d'or approchait. Le Gardien. Le Lion. Le Légat, comme à son habitude, s'apprêtait à s'énoncer, n'oubliant pas le petit détail qu'il avait pu noter avant de mettre un pied dans cette demeure. Devrait-il se méfier ? Peut être, dans tout les cas il ne craignait rien, il n'était pas seul.

    - Chevalier du Lion, je me présente à toi. Cinead, Légat de Poséidon, en route pour la demeure du Grand Pope afin m'entretenir avec lui. Je suis accompagné d'une de tes connaissance semblerait-il, Nimuë est partie dans les profondeurs de ton temple. Vas-tu nous laisser passer ou alors nous inviteras-tu à boire comme l'a fait un de tes confrère ?


Il ne put s'empêcher de se laisser emporter par un rire léger, comme pour détendre cette atmosphère un peu trop tendue depuis quelques temps. Il en avait besoin, oui, espérait que le Gardien n'en prendrait pas ombrage. Il avait désigné la direction que la Sirène semblait avoir prise comme pour aider le Lion, qui n'en avait surement pas besoin. Oh Cinead ne doutait pas un instant que ce dernier allait la rejoindre sous peu, mais avant cela ils devraient parler tous deux, régler les choses "officiel" en ce sanctuaire et laisser entrevoir la petite surprise que la Générale de l'Atlantique Sud lui cachait. Dont il se doutait, Purificateur. Désormais plus proche, il reconnaissait l'appel de l'Âme présente, oui... Lyumnades...


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Signature


Dernière édition par Cinead le Mer 17 Aoû - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMer 17 Aoû - 14:48
    Voilà un moment que le lion avait compris ce qui se passait. Oui, le légat était venu sur les terres du sanctuaire, accompagné d'Orion du Sagittaire, qui devait sûrement préparer ses arrières « au cas où » pour rejoindre Poséidon si jamais ses intérêts divergeaient de ceux du Sanctuaire. Décidément, à peine avait-il pris l'or que déjà, il se faisait remarquer et pas forcément en bien. Le lion d'or porta sa main à son cou, se souvenant du sort qu'on lui avait promis alors qu'il avait fait seulement la moitié de ce qu'Orion avait fait. Et encore, lui, il était parti pour retrouver une des leurs qui s'étaient perdus... Et n'avait certainement pas ramené le légat en personne au Sanctuaire. Mais, les aléas de la diplomatie sont ceux qu'ils sont. Rapidement, le légat... et Nimue, le lion aurait de toute façon reconnue ce cosmos entre mille, se trouvait ici.

    Beaucoup de questions se bousculaient dans l'esprit du lion. Mais il ne pouvait rien faire de particulier, si ce n'est attendre et il prit donc son mal en patience. Profitant du calme précédant la tempête pour méditer un peu, à sa propre façon. Childéric eut aussi une petite pensée pour Ariane, bien que la cohabitation se passât relativement bien entre les deux guerriers, elle devait être bien plus mal à l'aise et surprise par cette arrivée. Le franc se mettait difficilement à sa place, mais s'il s'était retrouvé dans un des piliers du sanctuaire sous-marin et qu'il voyait arriver Arkites en délégation avec un chevalier d'or, il n'aurait pas été des plus à l'aise non plus. Il choisit donc de laisser la jeune femme un peu tranquille, elle devait sûrement avoir besoin de solitude à ce moment-là et surtout, il ne saurait trop quoi lui dire ou comment l'aider.

    Le message du Pope vient le troubler dans sa méditation et il sut qu'à ce moment-là, la délégation sous-marine ne tarderait pas à arriver devant chez lui... Les gardiens étant de moins en moins nombreux en ce moment. A vrai dire, le bélier avait quitté le Sanctuaire, le taureau n'avait pas de nouveau maître, Silas était donc le premier rempart... Sundila était parti en mission et il était donc lui, le deuxième gardien... Triste bilan. Le lion se tenait donc près, proche de l'atrium qui trône dans le temple du lion. Il n'avait plus qu'à attendre l'arrivée de ses « invités ». Et ils ne tardèrent pas à arriver sur le parvis du temple. Le lion ressentit le cosmos de la jeune rousse qui fit office d'annonce et il la laissa doucement s'infiltrer dans le temple, elle y était invitée et bienvenue. Oh il aurait aimé la rejoindre, mais il ne pouvait pas, son devoir lui imposait de rester là, face au légat, peut-être plus tard... peut-être....

    Le lion se présenta donc devant le légat et le regarda de haut en bas. Oh il le dominait largement par sa taille, mais... rare était ceux qui s'approchaient de son gigantisme. Childéric se rappela de l'ancien légat qu'il avait croisé en de fâcheuses circonstances et les deux hommes n'avaient, physiquement, rien en commun. Mais le gardien du temple savait que l'ancien légat était quelqu'un de fourbe et de retorse, à qui il avait appris qu'il ne fallait pas faire confiance. Les complots qu'il avait mis en place ne s'étaient pas tous révélés mais le lion savait qu'ils étaient nombreux... Reste à voir si ce légat-là était digne de confiance. Le lion au moins, lui laisserait le bénéfice du doute. Après tout, ce n'était pas à toi de juger, les ordres avaient été clairs.

    « - Je sais, elle est libre d'aller où elle veut ici. Quoi, vous avez soif et vous me réclamez une coupe de vin c'est ça ? La montée des marches vous a déjà épuisé ? Il en reste encore beaucoup vous savez. Mais le grand Pope vous a autorisé à passer, de toute façon alors... »

    Mais le protocole était le protocole et le lion allait s'y tenir. C'était son devoir sacré. Il garderait l'entrée et veillerait à ce que le légat monte les marches car tel était la volonté d'Arkites, même s'il n'avait pas confiance en cet homme qui se tenait devant lui, desservie par son prédécesseur.
Spoiler:
 


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1200/1200[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyJeu 18 Aoû - 1:05
Les temps changeaient, se transformaient, évoluaient vers un avenir incertain dont les Marinas avaient récemment été les acteurs pour Avalon.

Hassan, Liao, Arellys, Lytès, Nimuë, Thalès. Elle. Puis les nouveaux atlantes, inconnus ou récents, ceux à venir. Les Saints aussi. Alors, que penser de ces instants, pour lesquels des généraux avaient disparu au nom d'une goutte de sang, au nom d'une malédiction qui avait frappé les voyageurs marins ? Ariane elle-même était perdue. Perdue depuis qu'elle avait quitté Atlantis. Ses pensées ne se dirigeaient plus davantage sur sa mission. Avalon était libérée, et l'enquête aurait pu être couronné de succès à leur retour. Alexandrie le fut pourtant bien moins, théâtre d'un meurtre. Ou d'un échec cuisant. Quelques semaines étaient passées depuis cet incident, pourtant il lui semblait que la faux d'Ephtal ainsi que la musique d'Orpheus faisaient encore écho aux flammes bleues et à la lumière.

Alors oui. Cela faisait déjà, deux...Peut-être trois semaines ? A passer du temps à alterner taquineries et inquiétudes?

Une silhouette féminine s'éloignait à petit pas de la bibliothèque. Depuis le temps, peut-être que la jeune atlante était, elle aussi, sur la liste des disparus à Atlantis ? Lassée, sa main reposa un livre sur l'une de ces étagères qui cintrait les murs du Temple de leur bois couleur châtaigne, tandis que sa salamandre alla se glisser, puis s'enrouler autour de son bras avec une délicate souplesse. Son regard croisa le sien, dynamique. Mais alors qu'elle s'apprêtait à partir, une appréhension montait. Jusqu'où son échec se révélerait à ses yeux ? Ses affaires l'attendaient dans la chambre où Childéric l'avait accueilli, pièce d'un puzzle en partie découvert. Tout ce qui s'était passé...Avait été comme une deuxième petite guerre.

Ariane plaça brièvement une main sur sa joue, comme si ce simple geste pouvait étouffer ses souvenirs dissimulés et parfois, brièvement envolés. Ce n'était pas le moment pour elle d'être aussi fragile d'esprit, pas même après cinq années de prison dorée, pas même après la mort et la perte de presque toute une génération. Alors, munie de quelques forces, Ariane se redressait, comme face à Childéric. Rien n'était encore terminé. Il suffisait de poser un regard sur l'horizon, pour peut-être bien comprendre que tant que son Ecaille était ici, la gardienne avait un rôle à jouer. C'était la volonté des Naïades après tout. Il était temps pour elle de prendre ses affaires, et de repartir. Pour retrouver le jeune homme qui riait d'avoir côtoyé des pirates, respirant. Soufflant, et vivant. Bien malgré ses doutes.

Ô, mais la brune s'attendait à tout, sauf à cela. A dire vrai, Ariane en devint presque de marbre. Deux cosmos avaient résonné, portant par une brise la fragrance marine qui caractérisait le peuple de Poséidon. L'une d'entre elles, bien qu'éloignée, n'était pas sans évoquer un fantôme du passé. Voilà qui était étrange ; l'ancien tribut l'avait perçu, auparavant, quand elle n'avait pas été en mission, mais cela semblait faire si longtemps que la joie d'une possible retrouvaille était remplacée par une mélancolie certaine.

Visiblement, même pour elle, la gaieté ne serait pas partagée. Et vu les circonstances, Ariane le comprenait que trop bien. La forme et l'essence même de son cosmos furent pourtant étranges ; mais il était vrai que Nimuë était devenue Marina. Elle passa au fond du temple.

Un sourire s'était esquissé sur les lèvres des Lyumnades, tapies dans l'obscurité de la Maison du Lion. Cette timidité émotionnelle...On eut dit Râhi. Et puis, depuis quand l'ancienne Saint, femme devenue mature, était-elle aussi refermée sur elle-même qu'en cet instant ? Mais surtout...Au Sanctuaire. Et c'était bien plus cette localisation qui importait, quand on savait que cette dernière avait trahit les Saints par désir, et risquait sa vie d'atlante en revenant ici-même. La réciproque marchait tout autant ; la brune ne savait pas véritablement comment réagir ; ni même ce qu'elle aurait à dire.

Les missions oui. Mais il y avait tellement tout, et tellement peu à la fois. Certains secrets restaient...des secrets, et ceux de Childéric comptaient tout autant. Ô, Liao avait aimé la jeune femme, aussi. Mais ce n'était pas ses affaires. Quelque part, l'atlante aux cheveux d'ébène avait toujours tenté de respecter leurs intimités, bien malgré les murmures des Lyumnades.

Blessée ? Elle ? Un peu.

Ce fut pourtant le Lion qui attira son attention, accompagné du deuxième cosmos. Qui était-il ? Sa présentation la fit froncer des sourcils. Et Liao ? Quel Légat ? Pourquoi venir ici ? Que dire précisément ? De ce qu'elle avait estimé être une dernière lecture de renseignement dans cette bibliothèque sommaire, Ariane faisait désormais face à un homme qui se disait être Légat. Il était surprenant de voir qu'elle n'avait pas réagi aux propos de Childéric, trop abasourdi. C'était à peine si elle aurait bousculé le Lion d'Or.

Lui aussi ?

-...Où est Liao ?

Où est le Légat ? Ou...Depuis quand ? Elle n'eut pas à chercher davantage dans son regard, ni même à se concentrer sur les murmures de son Ecaille, pour constater que l'homme roux était ainsi nommé. Légat depuis peu. Une perte en plus. A petit pas peu sûr, elle s'approchait, autant que son teint légèrement blafard parlait légèrement de sa récente convalescence. Tout cela, pour finalement être cassé par une tache bleutée. La seule preuve de sa strangulation.

-...Qu'est-il advenu de Lytès ? Thalès ?

Question stupide. Elle savait qu'un mal les avait frappé. Mais elle espérait revoir Thalès en pleine forme. Et surtout Lytès. Ariane avait dardé son regard, sa fatigue. La sienne aussi. Elle écoutait et parlait sans être là. Il n'y avait pas de quoi juger pour l'heure, juste de quoi sentir un monde basculer. Comme il y a cinq ans.

Puis finalement, au bout d'une pause, la jeune femme se présenta, peu bavarde. Certainement impatiente pour s'exprimer d'une manière aussi laconique.

-Ariane des Lyumnades, mon Légat. Avec le général de l'Hippocampe, nous nous sommes rendus à Alexandrie afin de terminer ma mission sur Avalon; ce n'était qu'un objectif mineur mais important. Suite à mon affrontement, j'ai perdu de vue Thalès. Ou perdu connaissance, tout simplement.


Elle inclina invariablement sa tête, en guise de salut. Et d'excuses. Ô, l'atlante ferait face aux questions, et il y en aurait, même si les siennes, dans le pire des cas, régleraient celles que se posaient le Légat.

Ariane avait sans doute oublié son voyage, et ne voyait absolument pas de qui il pouvait s'agir malgré ses années passées au Sanctuaire Sous-Marin. Pourtant son regard parlait, évoquait sa méfiance à son égard. Pourquoi Nimuë, au Sanctuaire? C'était suicidaire. Inconscient. Innocent. Lui-même jouait avec sa vie en ayant fait ce chemin. Un peu comme elle. Son sang bouillonnait.



[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Jeu 18 Aoû - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyJeu 18 Aoû - 12:38
Monde vacillant







Le soleil tapait fort et l’arbrisseau était loin d’être assez grand pour lui offrir une ombre suffisante sous ses frondaisons naissantes. Pourtant Nimuë entrevoyait l’arbre qu’il deviendrait, vigoureux, les bras chargés de pommes. Que Childéric ait choisi ce fruit la faisait sourire. Fruit défendu et c’était une Eve qui, sans se soucier du temps qui filait et des mots qui se bousculaient, qu’elle tentait de fermer les yeux pour trouver un refuge. Tentée. Oui la jeune Nimuë était tout de même tentée d’écouter, de voir un monde s’ébranler, vaciller sur ses maigres fondations. Fragiles. Les Piliers ne donnaient pourtant pas cette impression quand la Générale les avait observés.

Un soupir et l’esprit de la jeune atlante se ferma, élevant de hautes murailles autour de sa psyché, autant qu’elle projeta une partie de cette dernière vers le Légat de Poséidon. Cette fois elle y rencontra une résistance et fut satisfaite de constater que son travail avait porté ses fruits. Seulement la belle était passée maître dans ce nouveau domaine de prédilection, Sirène Maléfique, Celle-qui-Annonce-la-Mort. Où avait-elle entendu cela déjà ? En rêve. La future sorcière bleue encouragea le Légat à la laisser entrer, une légère mélodie la précédant. Entêtante, captivante, hypnotique. D’ailleurs cette mélopée ne s’extirpait qu’à peine de ses lèvres vermeilles fendues d’un sourire. Sourire qui s’était figé.

Childéric ne semble pas de très bonne humeur … confia t-elle au Légat de Poséidon d’une voix de l’esprit teintée d’inquiétude. Ne le prend pas personnellement Légat.

Et c’était tout, elle ne l’incomberait pas d’explications alors que les Lyumnades se présentaient. Très fugacement, Cinead put ressentir comme une crispation, une raideur dans un recoin sombre dans sa tête. La Sirène voyait à travers ses yeux, une marque bleutée qui ne lui plaisait pas, qui n’avait rien à faire là.

Liao … Il nous a abandonné.

Une dissonance dans sa musique, un imposant silence qui en disait long sur l’état de Nimuë O’Bannon.

Ils sont tous disparus … ou morts.

Sans douceur la Générale s’extirpa des méandres psychiques de la Voix de la Mer et des Océans pour rouvrir les yeux, étouffant un cri de rage. Bélisaire ? Mort. Ainia ? Disparue, enlevée. Lytès ? Thalès ? Liao ? Cela ne connaîtrait pas de fin. Ils allaient tous disparaître et elle, survivrait année après année, siècle après siècle pour contempler le Monde grandir, sombrer et s’éveiller à nouveau. Elle avait cessé de fredonner, s’était étendue sur le sol pour contempler les nuées.

Et toujours ce même mauvais pressentiment qui la rongeait.







© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge850/850[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (850/850)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1600/1600[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyJeu 18 Aoû - 23:40
Berger

Le lion d'or possédait une certaine stature, une hauteur dont même Cinead qui était loin d'être petit n'avait oser penser atteindre un jour. Il avait là face à lui l'image d'un gardien imposant, bien plus proche de son imaginaire que l'avait été les Gémeaux. Et encore, ce n'était là qu'un avis physionomiste, sans parler un instant de la personnalité de ce dernier, bien lointaine elle aussi du piédestal sur lequel le Purificateur avait placé la Chevalerie de la Sagesse. A dire vrai le Cinabre s’imaginait rencontrer là un homme certainement impatient de retrouver une amie qui s'était éloignée vers d'autres terres. Une autre Foi. De là à avoir face à lui une homme passablement irrité, peu prompt à rire... Alors oui, le Légat le pensait de nouveau : il n'était pas le bienvenu. Et pourtant ce n'était pas forcément pour les raisons auxquelles il pouvait penser de prime abord. Non, il ne pouvait même pas imager en fait. Il leva alors ses mains au dessus de ses épaules brièvement avant de les laisser se poser à nouveau le long de son corps comme pour appuyer l'ironie du début de sa phrase.

    - Et bien moi aussi je suis enchanté de te rencontrer. Ne t'en fais pas pour ça, Silas des Gémeaux à préférer nous inviter à boire plutôt que statuer sur notre passage... Enfin puisqu...


Il n'eut le loisir de terminer sa phrase, interrompu par deux jeunes femmes en même temps. La première à dire vrai fut Nimuë qui s'était pressée aux portes de son esprit désormais moins atteignable avec une voix douce et entêtante, comme cette fois à l'auberge. Oh oui, il l'avait reconnue, cette Sirène. Il l'avait laisser s'exprimer, demandant quelque sorte clémence pour son ami... Le Légat comprit alors qu'il y avait là un passif qu'il ne pouvait saisir, pour le moment. La suite fut pour la deuxième jeune femme dont il pensait savoir qui elle fut. Malheureusement pour lui il ne récolta que des questions et des noms, aucune présentation cette fois encore. Une coutume dans ce temple apparemment... Pourtant il n'y prêta aucune attention cette fois, déjà car au final elle avait prit la peine de s'énoncer, confirmant ses pensées, et ensuite car les noms et questions furent assez dur, fermant un peu plus le visage du Cinabre sur l'instant. Ce qu'il voyait... Ce qu'il entendait de tout côtés. Et cette légère douleur un court instant, comme si un poids s'était posé sur ses yeux. Il se massa la nuque lentement alors qu'il sentait la présence de Nimuë disparaitre, non sans mal comme à son habitude. Que venait-elle de faire ? Ce n'était pas réellement comme la dernière fois... Cinead ferma un peu plus son esprit alors sans pour autant l'empêcher de lui parler. Oh oui, cette leçon sur le navire fut des plus utiles... Son regard se porta sur la jeune femme alors, laissant paraitre un soupçon d'inquiétude.

    - Ariane je suis heureux de te rencontrer enfin et rassuré, je l'avoue... Les échos que j'ai pu avoir de ton combat en Alexandrie m'ont inquiété. Tu as l'air encore affaiblie... Je n'ose imaginer tes péripéties, bien que je me demande pourquoi nous nous rencontrons ici.
    Tournant alors son visage, et le remontant un peu aussi, vers le Lion. Childéric, puisque tu vas nous laisser passer, je pense que tu peux rejoindre Nimuë, elle semblait hâtive de te revoir, ne la fait pas attendre... Je vais discuter quelques instant avec Ariane pendant ce temps si tu le veux bien, désolé d'utiliser ton Temple... Tu dois avoir des questions aussi, elle t'expliquera plus en détail mais sache que nous sommes ici pour proposer une alliance réelle au Grand Pope, et éviter au passage qu'un Saint ne vienne attenter à la vie de ma Générale un jour.

Son sérieux était palpable, dans ses yeux flamboyants pouvait se lire une certaine détermination, tout comme dans sa voix. Trouver une Générale qu'il pensait disparue était un soulagement en soit, mais soulevait des tonnes de questions aussi. Les prochaines minutes allaient instaurer une atmosphère des plus pesante qu'il aurait préféré affronter là bas, chez lui, en Atlantis... Mais le destin avait poussé l'ironie du choix de Poséidon à son paroxysme. Il désigna alors un banc de pierre de sa main droite tout en observant les Lyumnades et ses blessures... Oh, oui, il les entendait aussi, les pleurs étouffés de l'âme qui devait la protéger... Un rude combat les avait endommagées toutes les deux...

    - Allons nous asseoir Ariane, tu as l'air exténuée. Avant tout sache Liao allait très bien lorsque nous nous sommes quittés si ça peu te rassurer un peu. Mais je t'écoute, pose moi tes questions, tu dois en avoir un certain nombre...


Il s'assit alors sur la pierre, attendant les mots prochains de la Générale blessée.


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyLun 22 Aoû - 17:50
    Le lion esquissa un petit rire amusé à la réponse du légat. Il aurait été curieux de voir comment tout c'était passé dans le temple de Silas. Visiblement, plutôt bien car il avait proposé à boire au légat et sûrement aussi à Nimue. Par contre, l'intervention d'Ariane coupa net le légat dans ce qu'il voulait dire et il l’inonda alors de questions. Question à laquelle le lion aurait aussi aimé avoir une réponse, c'est toujours le genre d'information utile, même si on parle ici de futur allié, de savoir qui fait quoi et où se trouvent les gens en question. Et puis, tout ça avait beaucoup travaillé la jeune invitée du lion il était normal qu'elle demande des réponses à tout ça. Elle avait manqué de mourir lors d'une de ces missions et ses frères d'armes étaient disparus. Le lion aurait aussi aimé savoir pour Silas ou encore retrouver Ainia....

    La voix des mers semblait porter un lourd poids sur ses épaules à l'évocation de tout ça par la jeune femme. Il semblait déjà fatigué avant même d'avoir commencé à répondre. Sûrement qu'il en savait plus qu'il n'en dirait. Mais c'était le rôle des hérauts divins et c'était pour ça que Childéric avait du mal avec genre de comportement. Ce n'était pas à lui de faire des commentaires sur ça, il n'était là qu'un hôte, garnissant le passage et le sauf conduit de ses invités. Il ne faisait que son devoir. Mais le plus choquant dans l'histoire, se fut ce que le maître d'Atlantis lui demanda et il ne put retenir un léger rire. Tant la remarque était dénuée de logique et de respect envers le devoir d'un chevalier d'or. Oh oui, il aurait aimé retrouver Nimue c'était à ce moment-là, ce à quoi son cœur et tout son être aspiraient. Mais il avait un devoir à accomplir, un devoir sacré. Qu'il plaçait au-dessus de son propre désir et de sa propre vie. Au-dessus de tout... Il poussa ensuite un grand soupir. Surtout que le légat semblait aller beaucoup trop vite en besogne et le lion en croyait à peine ses yeux.

    « - Si je puis me permettre, légat, vous êtes ici dans mon temple et non à Atlantis. Mon devoir et de m'assurer que vous le traversiez sain et sauf mais il n'en reste pas moins un temple sacré d'Athéna. Pas un coin tranquille à votre disposition. Ainsi, non, même si j'aimerais rattraper le temps perdu avec mon amie qui vous a accompagné, et j'espère l'avoir plus tard, quand j'aurais accompli mon devoir. Car c'est bien de ça qu'il s'agit ici, de mon devoir sacré de garder ce temple. Entretenez-vous avec Ariane si vous le souhaitez, mais je n'irais nulle part. J’espère que vous le comprendrez. »

    Le lion avait remarqué la détermination dans le regard de son interlocuteur. Et il avait parlé calmement, sans déférence ni mépris. Childéric énonçait simplement des faits. Il était le gardien de ce temple. C'était chez lui. Il vit que le légat avait déjà pris ses aises et même s'il prenait légèrement ombrage de cette familiarité excessive il garda toute remarque pour lui. Il se contenta de se placer, en retrait certes, mais non loin du légat et toujours belle et bien dans la salle principale de son temple. Oh, c'est loin de l'endroit où il aimerait être. Il aurait aimé pouvoir montrer ce fameux pommier à Nimue et parler avec elle mais... mais il y avait, encore entre eux, ce devoir, ces armures et les dieux. Toujours... Mais après, le lion espérait vraiment qu'il y aurait un après. Une fois qu'il n'aurait pu à être le chevalier d'or gardien droit et inflexible de ce temple. Une fois qu'il n'aurait plus à être des crocs prêts à mordre. Une fois que la tempête se serait calmé...

    Il aurait aimé en somme, que le monde et que l'histoire soit différente. Mais il n'avait pas le pouvoir de la réécrire. Doucement, il pouvait sentir le lion de son cœur festoyer sur ses remords, ses regrets, sa colère et sa rage. Obstacle de plus qu'il devrait surmonter et il y consacra une partie de sa volonté. À tenter de brider la bête, qui n'aurait pas besoin de beaucoup pour exploser et se manifester... ce combat était loin d'être gagné mais le lion se montrerait fort. Pas question que les choses explosent une nouvelle fois. Pas question de laisser la part belle à cette part de son être avide de se gorger sur l'essence des gens et leurs sentiments. Non, cette fois il n’étranglerait personne... Il resterait le lion d'or, droit et fier.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge850/850[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (850/850)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1600/1600[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMer 24 Aoû - 8:42
Volonte

A peine s'était il posé sur la pierre que les paroles du Lion d'Or le firent se relever, droit et légèrement surpris. En cet instant il perdit son regard dans celui de l'hôte, pas pour le défier loin de là, mais pour comprendre jusqu'au bout sa démarcher. Capter sa volonté, son devoir de chevalier d'or un court instant. Voilà une réaction bien plus digne de sa caste que ce que lui avaient offert les deux précédents, c'était là un point que le Légat n'oublierait pas, en bien. Malgré tout la situation était assez dérangeante, le Cinabre pensait alors avoir été dans le juste en offrant la possibilité aux deux amis de se trouver un court instant, profitant du fait que oui, Ariane des Lyumnades était déjà ici... Trop de questions. Depuis combien de temps et pourquoi ? Comment sa route avait-elle put être déviée d'Alexandrie jusqu'en Grèce après ce fameux affrontement. Il s'était perdu un court instant. Se reprenait alors. Son calme habituel revint alors, une fois la surprise passée et sa voix ne trahissait rien de cette dernière. Il inclina sa tête légèrement tout en parlant avant de la remonter et regarder à nouveau Childéric.

    - Je comprends Chevalier du Lion, pardonne-moi. Retrouver ici, dans un Temple d'Athena, une générale de Poseidon disparue m'a troublé. Tellement de questions m'assaillent tu t'en doutes... Mais tu as raison, j'ai abusé de ton hospitalité, me suis mépris et ai pensé que c'était là l'occasion pour toi de retrouver un court instant ton amie. Nous partons, accomplir notre devoir.


Oh oui, il aurait aimé pour Nimuë qu'il puisse lui accorder un moment de répit, une touche de bien, des retrouvailles chaleureuses pour que cette traversée lui soit moins douloureuse et qu'elle soit moins fermée sur elle même. Mais il s'était mépris, avait manifestement mal jugé ce qu'il pensait être entre la Générale et le Chevalier. Nimuë, nous montons, le Chevalier du Lion ne bougera pas. Nulle critique ici, comme l'avait annoncé l'intéressé il ne faisait que son devoir. L'honneur était sauf, la volonté Divine était exécutée et lui affichait là un bien meilleur tableau que les autres... Pourtant Cinead restait un homme avant tout, ne se targuait pas d'une supériorité certaine à vouloir frôler les Dieux eux même. Il était humain et mettait cela en avant dans sa manière de gérer ses troupes, sa cité. Sa vie. Il aurait aimé que l'ami de la Sirène Maléfique en soit aussi, de cela, mais ce n'était pas vraiment le cas. Rien de grave cependant, il remplissait sa tâche avec brio. Comme les Chevaliers d'Or qui avaient su conquérir le cœur du Purificateur dans les nombreux écrits de Blue Graad.

    - Ariane nous y allons, récupère ton écaille. Nous parlerons plus tard.


Car oui, les quesions restaient alors en suspend pour les deux Altantes. Oh ils auraient pu rester ici, à discuter face au Gardien du Cinquième Temple bien-sûr, et Cinead aurait été prêt à le faire à dire vrai. Mais il restait une donnée sensible : l'accueil qui lui avait été fait depuis son arrivée ici n'était pas propice à cela, se sentant malgré de trop à chaque pas, jugé sans savoir réellement pourquoi. Alors il doutait un instant de la volonté du Grand Pope, ne pouvait parler ouvertement devant un Saint tant que l'accord entre Athéna et Poséidon ne serait pas scellé. Il n'aimait pas ça, cependant, n'était pas du genre à cacher les choses et encore moins aux siens. Il porta un regard de compassion vers Ariane, alors, attendant qu'elle se mette en mouvement. Il attendait Nimuë aussi, qui ne tarderait pas suite à ses mots en son esprit, craignant son humeur une fois de plus mais y ferait face, ce n'était pas la première fois. Tout était si complexe, victime d'un passé dont il lui manquait bien des pièces. ne lui restait qu'à patienter un court instant avant de reprendre la marche vers leur objectif. Paix, alliance... Mais avec qui au final ? Sans confiance... Alors il se raccrochait à ses espoirs, à cette lueur qui le faisait se mouvoir, qui l'avait mené jusqu'ici, l'avait poussé à prendre sous son bras une personne qui jamais n'aurait du revenir ici. Pour Elle. Pour Atlantis et son peuple. Pour Poséidon.


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1200/1200[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyJeu 8 Sep - 0:24
Un autre Légat. La nouvelle paraissait évidente et pourtant, en ce même instant, Ariane s'était mise à souhaiter un semblant de stabilité. Liao lui manquait, d'une certaine manière. Elle voulait avoir une preuve que son cœur avait de mauvais désirs, qu'elle s'éloignait de son devoir et se faisait de simples illusions quant à Atlantis, à son Ecaille. Mais cette tentative était bien vaine, alors même qu'elle observait les deux hommes continuer à "partager" ensemble. "Il" l'avait remplacé.

Néanmoins, Ariane s'était trompée dans ses prévisions. L'ancien Légat était vivant, mais simplement... « éjecté de sa fonction ». Ailleurs. Vaquant à d'autres occupations, plus ou moins sain et sauf des multiples dangers qui les avaient frappés. Ou tout du moins, c'était ce que la gardienne de l'Antarctique avait conclus des paroles du Cinabre. Et quand bien même l'atlante aux cheveux d'ébène entendait bien d'une oreille que Liao les avait quitté par devoir, c'était avec une peine visible qu'elle avait accueilli ses propos. Une réaction appropriée pour un ancien frère d'armes « d'avant la guerre ». Avant ici, avant une tentative d'alliance avec les Saints. Depuis la guerre qui avait laissé de nombreuses séquelles parmi les Marinas. Un camp qui, aujourd'hui, évoluait lentement, tel un enfant se redressant sur ses deux jambes suite à une mauvaise chute. Les esprits changeaient, quoiqu'elle n'avait jamais été totalement contre un accord entre chevaliers et atlantes. Mais ainsi allait la vie.

Alors, était-ce la surprise ou le doute qui amenait un nouveau Légat à venir ici, en compagnie de Nimuë ?

Le tempérament de l'homme était peu commun, et l'observation qu'elle menait de son côté ne débouchait que vers sa propre analyse. Des deux légats que la jeune femme avait connu, le roux était bien différent. Il n'était pas aussi abrupte et guerrier qu'Hassan, ni même aussi stratège que Liao. Mais qu'était-il réellement de fait? La générale posait cette question alors même qu'elle ne connaissait plus Atlantis, enfermée dans son propre esprit imperméable.

Ce fut ainsi qu'elle repensa à une courte phrase, celle de Lytès. « Ariane, beaucoup de choses ont changé dernièrement… beaucoup trop...»

Dans son silence, lèvres closes, autour d'un échange plus stricte que les précédents, cette phrase prenait pourtant tout son sens. Son regard allait de cette nostalgie qui se peignait sur son visage d'une douce manière, à cette mélancolique tristesse qui lui prenait les sens. Ce n'était pas dans ses habitudes de se laisser totalement aller à ce genre d'émotions, toutefois aujourd'hui était une difficile journée pour laquelle Ariane reprit son sang-froid. Quitte à répondre succinctement.

« Je suis fatiguée, voilà tout. J'ignorai vous voir ici-même, surtout depuis un remplacement aussi récent...Accompagné également d'une personne dont la présence est peut-être toute aussi controversée que la mienne... »

Si ce n'est plus. Peu de mots, peu de choses à redire. Tout avait été dit. « ...Retrouver ici une générale de Poséidon disparue... » Ariane n'avait rien laissé paraître de ses souvenirs qui la perturbaient soudainement, se contentant de fermer calmement les yeux tandis que les paroles d'une précédente rencontre lui revenait en tête. Ceux du Grand Pope. Le fait était qu'elle avait déjà l'allure d'un fantôme du passé depuis cet échec. Peut-être même depuis plus longtemps que cet événement.

Une seule fois avait-elle commencé à entrevoir cet état: lorsque Liao lui avait demandé son pardon : Les Lyumnades avaient agi avant la moindre intervention des Marinas, depuis cinq ans. Oui, la réaction était une clef, là où même à chacune des minutes qui passaient, Childéric ne cédait pas à ses espoirs refoulés, rejetant la proposition du Légat; un Légat qui s'excusa derechef.

Le parchemin... Plus posée, Ariane termina par réagir une fois l'ordre prononcé. Il devait quitter le Temple. Mais quel était ce goût amer qui lui serrait la gorge, cette intuition qui lui prenait l'estomac?

...Sa voix résonna sans même comprendre que la négation provenait d'elle. De sa propre voix.

« Non. » Après quelques secondes d'hésitation, elle reprit son raisonnement. « Non, tu n'avais pas tord, jeune Légat, même si ce genre de demandes doit se faire peut-être un peu plus habilement en compagnie d'un Chevalier épris de son devoir. Mais...Pour ma part je n'ai plus rien à cacher. Le Chevalier d'Or du Capricorne est parti, et j'y ai veillé là-dessus...Personnellement. Elle avait agi seule, sans ordre, de son plein gré, et pour peu on aurait pu lui en faire des remarques. Il était vrai que l'aide qu'on lui avait fourni n'était plus désormais, elle gisait six pieds sous terre. Et malgré une légère rancune et une certaine froideur, son ton se faisait doux. Pas plus épris par le sentiment de se mettre en colère que de montrer son enthousiasme. Son œil dériva enfin vers le géant. Le Lion lui avait fourni une démonstration de volonté, une force de caractère qu'elle n'oublierait probablement pas. Quelle audace ! Il avait tenté de mettre en lumière ce qu'elle pouvait volontiers considérer, parfois. « Ce devoir...Est terminé. Je ne suis pas certaine de pouvoir réagir davantage. Quelque chose ne va pas, et je l'ai découvert ici, il y a peu. Childéric, excuse-moi de prendre ta Maison pour un logis, mais je n'en garderai qu'un bon souvenir d'un soldat accomplis. »

Peut-être que la fin approchait? Aujourd'hui était un autre jour, ce que la générale ne réprima pas sous un sourire conscient mais déçu en se retournant vers le Légat. Ses questions n'en étaient plus désormais, et de toute évidence, cela se soldait pour l'heure à un silence. A une parole inconnue. A un ordre soudain.

« Ce n'est pas grave... Je pense que votre silence a répondu à mes questions. »

Questions futiles, d'ailleurs. Bien sûr qu'ils étaient morts, ou perdus. Alors qu'attendait-elle réellement face à eux? Tout en se concentrant sur son Ecaille, elle appela sa protection finalement, et qui, comme une flèche, vint à ses côtés. Elle ne la recouvrait pas totalement. Ne s'en éloignait pas non plus.

Le parchemin...

Quelle nostalgie! Elle demeurait là, l'Ecaille. Et elle aussi. Après tout, les Lyumnades l'avaient accompagné pendant cinq bonnes années. Cinq bonnes années d'encouragement à son égard, où chaque jour la brune avait créé des liens plus forts avec elle, d'une telle manière à "s'adapter" à ses demandes, cette même caractéristique qui lui avait permis de l'obtenir par le sacrifice d'innombrables heures de sa vie. D'errer toujours plus profondément dans l'obscurité du cœur des êtres humains. Parce que les Lyumnades aimaient ce genre d'épreuves chronophages. Et cela avait été suffisant pour obtenir les grâces de cet hospice des plus sombres. Désormais, Ariane se sentait pourtant sujette à un ancien pari, comme tout bons enfants-soldats. De sa venue à Atlantis à son obtention, la Salamandre d'un Orichalque orangée était une destinée du passé, une chose qui lui plaidait de ne pas laisser tomber.

Oui, elle demeurait là, mais la jeune femme était si tendue qu'elle n'osa pas la revêtir. De toute évidence, quelque chose de lourd régnait entre l'atlante et les cruelles Naïades. Une soudaine tension, un refus du côté de la jeune femme. Et Ariane, elle, avait pris sa décision intérieurement. Il avait dû arrêter sa marche depuis sa dernière intervention.

Ô, oui, peut-être était-ce pour cela qu'elle ne la revêtait pas ?

"Légat, je pense que mon service ne peut plus continuer davantage sous peine de devenir un plus grand danger pour vous comme pour moi. Vous devez le ressentir, oui, que la fin du lien se dessine lentement mais sûrement entre l'Ecaille et moi. Voilà qu'elle commençait à exprimer le fond de sa pensée. Si les choses avaient pu être plus simples, Ariane l'aurait sûrement fait autrement. Mais elle ne pouvait monter et obéir au Légat alors même que quelques temps plus tôt, la brune avait « accepté » quelque chose. Bien sûr qu'elle se sentait encore concerner par ses paroles ; elle prononçait la mort d'une chose, le début d'un souvenir. « J'aurai aimé vous accompagner, mais je ne le peux plus et je m'en excuse. Je dois aller poursuivre autre chose, quelque chose que j'ai oublié depuis trop longtemps en devenant tout le monde...Ou en devenant un fantôme, que ce soit au Sanctuaire ou à Atlantis. J'ai vu quelques générations défiler rapidement, et je n'en suis ressortie qu'à moitié vivante et eux, morts pour une seconde fois. "

La fin...Était en quelque sorte volontaire mais explicative ; elle ne pouvait pas le suivre pour l'heure, du moins, l'accompagner plus longtemps alors que sa volonté était faite. La trahison en aurait été double. Et mue par une envie, comme pour conclure tout ceci, Ariane fredonna calmement une mélodie tout en l'arrangeant à sa sauce. Une mélodie qu'elle n'oublierait probablement jamais pour l'avoir entendu lors de son dernier combat. Le flûtiste, la Sirène Maléfique sombre. La sensation lui revenait. C'était là son seul véritable regret, qu'elle ne pourrait vaincre en restant à Atlantis.

C'était une demande, quelque part.



[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Ven 9 Sep - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyJeu 8 Sep - 19:54
Et pourtant







Nimuë avait reconnu sans mal la tentative d'intrusion du Légat dans son esprit. Il fallait bien avouer que ce dernier était bien plus délicat qu'elle quand il s'agissait de frapper à la porte de son esprit. Ses murailles à elle étaient bien solides, peut-être un peu trop. La jeune femme ouvrit donc les yeux pour revenir à la réalité, contempler le futur pommier dont elle s'était amusée à imaginer fort et robuste, les branches chargées de pommes. Un jour, peut-être, s'abriterait-elle sous son ombre avec le Lion d'Or, à converser de tout et de rien et contempler ensemble les étoiles au dessus de leurs têtes ?

Non, probablement pas. Resterait donc Salamine. À contrecœur, la pirate se redressa pour quitter le jardin. Non sans le regarder une dernière fois. Avec un pincement la belle se prit à penser que c'était la dernière fois qu'elle viendrait ici. Intuition ? Ou était-ce juste cette drôle d'impression qui l'habitait depuis son retour ici bas et qui pesait comme tout un monde sur ses épaules ? Tandis qu'elle marchait successivement dans l'ombre puis la lumière la Sirène ne sut contenir un léger rire. Une pensée l'avait traversé, amusé même : elle irait voir Endymion pour qu'il lui tire les cartes. Elle l'imaginait déjà prendre la chose très au sérieux, l'inviter à s'installer devant son bureau en adoptant cette attitude qui l'amusait bien souvent. Il se donnait de grands airs, jouait un rôle qui lui allait à ravir, celui du Diable.

L'Ermite.

Ses pas se stoppèrent. La belle rousse resta ainsi figée dans l'ombre d'une colonne, frappée par les mots des Lyumnades. Combien de temps resta t-elle dans cette parfaite immobilité ? Elle n'aurait su le dire. Elle ne savait pas quoi faire non plus. Rester en retrait, encore, lui semblait être la meilleure des options. Seulement ne devait-elle pas intervenir ? Faire ou dire quelque chose ? Non, la renégat ne le devait pas. L'atlante en revanche…

Alors, d'un pas vif elle s'extirpa des ténèbres pour s'avancer vers le trio. Son premier regard fut pour Childéric, qu'elle tenta de rassurer en un léger sourire enjôleur et mutin. Il put entendre raisonner dans son esprit :

Encore et toujours ce devoir hein, Soldat ? Tu collectionnes les atlantes ?


Le sourire qui ourlait ses lèvres s'étira un instant avant de disparaître. Elle aussi revêtait son masque « martial ». Stoïque, froide, sévère devant Ariane et le Légat. Son œil détailla la marque bleutée au cou de la dame Salamandre. Elle pencha sa tête sur le côté, lança un bref coup d’œil au Lion d'Or. Oh oui, Ariane paraissait bien fatiguée. Cette image qu'elle renvoyait faisait écho à sa propre image qu'elle avait contemplée quelques temps plus tôt, dans son ancien temple, devant son miroir. Plus morte que vive. Convaincue qu'il lui fallait quitter le Sanctuaire avant que l'Ombre ne l'engloutisse toute entière.

Childéric semblait toujours être le témoin de ce genre de chute. Et Nimuë en eut mal au cœur. Tant et si bien qu'un éclat dans ses yeux trahit sa tristesse. Abattement qui faillit bien se muer en toute autre chose. Inspirant un bon coup, soufflant ses sentiments dans un soupir, la fille O'Bannon s'approcha plus étroitement des Lyumnades pour lui dire :

« Un homme qui occupe une place importante dans mon cœur m'a dit ceci un jour : « On sait toujours ce qu'on perd, mais on ne sait jamais ce qu'on gagne. » J'espère que tu es sûre de toi… »

Quelque part, à la voir ainsi, Nimuë n'en doutait pas. Et pourtant. Et pourtant… Bien vite la jeune femme se détourna pour s'éloigner. Ses pas martelant le sol d'une manière rythmée quoique empressée.





© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMar 13 Sep - 2:23
    Le lion soutient alors le regard du légat et il fut légèrement surpris par ce qu'il y trouva. L'homme aux cheveux rouges semblait visiblement, essayer d'effleurer le sens du devoir du chevalier d'or du lion. Ce devoir qu'il avait érigé comme socle de sa vie, comme le réel fondement de son existence, comme, en réalité, la presque seule chose qui l'aidait à avancer. Le lion lui-même, avait parfois du mal à mettre quelques mots solides et concrets sur son devoir. Il donna malgré tout ce bon point à ce nouveau légat. Là où avec les autres, disons simplement que les choses s'étaient beaucoup moins bien passé. Mais certains aspects personnels étant compris dans ce problème. Surtout dans le mystère du stella rubis... Et il choisit donc de reprendre le chemin du temple du Pope et la suite de leur périple diplomatique. Ô combien le lion aurait aimé passer du temps avec Nimue, même quelques instants mais, son devoir lui commandait d'agir de la sorte.

    Cependant, quelque chose vient alors interrompre cette mélodie qui semblait bien huilé, quelque chose qui le surpris. Lui qui avait pris Ariane pour une fervente servante de son Dieu refusa de suivre le légat. Double syllabe, simple mais tellement pleine de sens. Le lion donna à Ariane alors un léger signe de tête en écho de ce qu'elle venait de dire, sur lui, son devoir, son sens de l'hospitalité et surtout, son essence. Soldat. Le reste le surprit un peu. Tout ça ressemblait étrangement à la fin, la fin d'une garde et la fin d'un service. Un soldat rendant les armes. Il aurait été hypocrite de la part du lion d'or de nier cette possibilité à Ariane et à son devoir à elle aussi. À tout ce qu'elle avait pour son camp et tout ce qu'elle ferait encore, peut-être . Le lion n'était pas certain d'avoir saisi toutes ses paroles et tout ce qui se passait dans l'esprit de la jeune femme. Il avait appris à la connaître pendant la convalescence, forcé, qu'elle avait passé ici et elle était à l'image de ses salamandres, fuyante et confuse. La réplique de la jeune femme sur les générations le fit tiquer. Il en était de même pour lui et pourtant, il servait au Sanctuaire depuis sa naissance presque et depuis qu'il avait revêtu l'or, combien d'étoiles avait-il vues passer briller et mourir ? Déjà beaucoup trop !

    Il alla prendre la parole et dire quelque chose quand il vit l'arrivée de la jeune rousse qu'il aurait aimé rejoindre depuis longtemps. Il répondit au sourire de la jeune femme par le sien. Et il sursautait légèrement quand il entendit sa voix dans sa tête.

    *Jusqu'au bout ma belle... Mais je te rassure, tu es celle que je préfère et la seule à qui je promets des cadeaux ! Il t'attend d'ailleurs... *

    Il ne savait pas si ses pensées avaient trouvé le chemin jusqu'à l'esprit de Nimue. C'était elle qui était rentré, assez facilement d'ailleurs, dans l'esprit du lion et c'était à elle de voir si elle avait laissé la porte ouverte pour que le lion puisse lui rendre la pareille. Il n'y connaissait que peu aux choses de l'esprit. C'était un guerrier et son poing n'avait pas d'égal dans le monde des hommes, de ça, il pouvait au moins entre certains. Et les certitudes sont trop peu nombreuses en ce monde. Il se mit légèrement en retrait quand la jeune rousse s'adressa à Ariane et garda pour lui le pincement au cœur qu'il ressentit quand elle resservit à Ariane les mots qu'il lui avait dits il y a quelques semaines. Pour deux raisons. Simplement d'être précieux aux yeux de quelqu'un et elle qui plus est, compté aux yeux du lion. Et l'autre, plus sombre cette fois si, la voir plaider la cause d'un autre Dieu, d'un autre monde que celui qui avait jadis été le leur lui renvoya en pleine figure tout ce qui s'était écroulé entre eux et ce gouffre qu'ils essayaient à chaque fois de franchir. Mais avec plus de réussite cette fois. Il regarda la jeune femme d’avancée comme si de rien était et le lion lui emboîta le pas de plus loin. Il ne put la suivre que sur quelques pas. Et s'adressa au légat et à Ariane.

    « - Il y a une salle, à l'autre bout du temple par là bas, l'état est... particulier, mais vous pourrez régler vos problèmes tranquillement. Il serait malvenu pour moi de faire obstacle à ton devoir de soldat, salamandre. »

    Le lion indiqua alors la direction de la salle d'entraînement. Salle spartiate au confort inexistant, aux murs fracassée à de nombreux endroits. Ou si et là on pouvait voir traces de sang et empruntes de poing, sans oublier les râteliers d'armes et d'ustensiles. Une idée d'où le lion avait obtenu lui ses cicatrices. Puis, s'il avait fait ce choix, le lion s'éloigna légèrement de la salle d'entraînement, laissant le légat et la salamandre pour régler les questions qui s'étaient soulevé quelques minutes auparavant et qu'il ne pourrait régler en présence d'un saint. C'est à ce moment-là, que le lion espérait avoir la chance d'avoir quelques secondes avec Nimue, si elle revenait seulement...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge850/850[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (850/850)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1600/1600[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMar 13 Sep - 12:40
Mur

S'il avait voulut faire un pas il ne l'aurait put, tant le mur dressé face à lui fut grand, et immédiat. Un choc ? Certainement oui. Qu'est-ce qui lui fut le plus marquant, mots ou les actes ? La présence soudaine de l'écaille avait éveillé un souvenir douloureux, une sensation de malaise qu"il ressentait profondément. Ce n'était pas la première fois, un chemin terni, jonché de fissures et de et de blessures, cachées ou non. La même scène se répétait alors, une attirance repoussée, un attachement profond mais impossible. Il n'y avait pas que cela pourtant une nuance bien plus sombre, bien plus triste. Le visage du Légat avait certainement été porté sur une teinte plus blanche, ses yeux trahissait une certaine émotion vive, entre souvenir, tristesse et désillusion.

Des mots lui revenaient et se confrontaient à un passé proche, ampli d'espoirs et d'une vision meilleure, idyllique peut être ? Le Diable l'avait prévenu pourtant et au fond de lui ses conseils avaient été entendu. Pourtant, pour cette fois, il ne pouvait faire autrement que de se sentir mal à l'aise, dérangé. Pour lui ? Un peu certes, forcément, mais aussi pour elle qui lui faisait face, affaiblie et marquée. Mentalement comme physiquement. Accablée. Voir la Marina et son écaille côte à côte lui fit alors ressentir ce cris de désespoir, cette souffrance. Il y avait la douleur oui, les coups, les fissures... Mais pas que. Une détresse profonde comme un être aimant qui n'est pas aimé. Parallèle d'un passé lointain qui le touchait en plein cœur, lui lui rappelant la chaleur d'un sourire et la bienveillance d'une présence perdue. Alors que tous commençaient à partir, s'éloignaient plus ou moins, que le Lion cédait à sa demande première, le Légat se fit ferme.

    - Non. Restez, tous, ce ne sera pas long. Nimuë, ne détourne pas le regard.


Cinead s'avança alors de quelques pas posant une main sur cette écaille meurtrie, la caressant lentement du bout des doigts avant de plonger son regard, dur, le blanc yeux brillants du fait des souvenirs tumultueux qui s'afféraient là, en lui. Il ne permettrait pas que cela lui arrive à elle, même si elle abandonnait. Alors il insuffla son Cosmos lentement dans cette écaille qui d'un coup, d'un seul, se fit engloutir par des flammes bleues et disparut en une fraction de seconde. Ariane pouvait déjà sentir en elle une brisure, que les forces lui manquaient, ses jambes devenant lourdes. Alors il tendit son bras pour la rattraper, la tenant par les épaules alors que doucement son Cosmos s'éteignait.

    - En effet, ton écaille désirait être proche de toi, mais ton âme la repoussait... Est-ce ta Foi presque absente envers Poséidon qui a poussé cela ou était-ce là avant ? Je n'en sais rien, ne t'ai pas connu. Ton Cosmos te quitte, jeune fille, ton écaille ne t'appartient plus, tu as renié sa protection et celle de notre Dieu. Tu as fait ton choix. Sache cependant que je viens de te sauver la vie, cette relation destructrice avec ton écaille t'aurais tuée à petit feu, je l'ai déjà vu. Tu nous trahit en un sens, nous abandonne, mais les paroles d'un homme t'ont sauvé, alors pour les mots que l'ancien Légat avait à ton égard, tu vivras. Ne t'occupe plus de ce qui ne te concerne plus, Atlantis est bien gardée tout comme je le suis. Des Atlantes seront là, toujours.


Une larme coula sur sa joue, il allongea Ariane sur le banc de pierre qu'il avait choisi au départ pour discuter, elle serait assoupie pour un instant, venait de perdre une part d'elle même. Lui aussi en un sens. Son regard se perdait vers la dernière Atlante présente qui s'était arrêtée comme le voulait le Légat. Comprendrait-elle son geste ? Pas entièrement, mais il lui expliquerait, oui. Il avait foi en elle, tout comme il l'espérait, elle avait foi en lui. Il se releva, un dernier regard sur celle qui était assoupie. Son réveil serait dur, mais ce n'était plus son fait. Il se voyait déjà, pourtant, avec cette personne en qui l'ancien Légat avait une confiance forte... Tout cela n'était plus, tant pour Atlantis que pour elle. Il ne permettrait pas qu'une autre personne ne meure de choix qui n'étaient pas les leurs à la base... Il se doutait, oui, que les épreuves d'Ariane n'étaient qu'un prétexte, la goute de trop, mais un tel lien était plus profond, leur relation ancrée dans une déperdition depuis le début... Il n'avait rien ressentit d'elle, ni envers son Dieu, ni envers d'autres écailles, le vide. Vide comme ce qu'allait être sa vie, non éveillée... Mais ce n'était plus son problème désormais. Alors il passa à côté de Childéric, ayant vu un instant cette hésitation en lui, cette volonté. Il porta son regard vers Nimuë. Revint sur le Lion d'Or.

    - Elle a fait son choix, Childéric, son Destin te revient pour le moment. Nimuë, je t'attends dehors.


Il les passa, l'un après l'autre, posant une main sur l'épaule de Nimuë, s'arrêtant un instant. J'ai besoin de toi, Nimuë. Désormais plus que jamais, il était seul. Il avait eut l'espoir, oui, ne s'en ferait plus. Il savait où placer ses pions, ou placer sa confiance et en qui. Comment agir. L'ombre du Feu s'éloigna alors, quittant ce Palais où avait eu lieu la déchéance... Son cœur était lourd, nul doute que sur les marches il se confierait à elle, celle qui était proche de lui, qui le gardait en ces terres hostiles. Mais pour l'heure elle devait avoir son répis, sa récompense pour avoir franchis tant de marches... Il l'espérait oui, que cet ami d'Or l'apaiserait quelques instants.



[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Signature


Dernière édition par Cinead le Lun 19 Sep - 7:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1200/1200[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1650/1650[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMer 14 Sep - 1:52
Le blasphème avait été prononcé, mais le silence qui accueillit la salle relevait bien plus de la révélation donnée que de la réelle émotion. Toutefois, ce n'était pas ce que la générale désirait en cet instant, non, pas plus de faiblesse pour l'accompagner dans son premier et dernier refus. Ainsi les paroles récoltées par le Chevalier et l'Atlante ne l'incitaient pas à reculer, bien loin de là. Il y avait dans cette dernière phrase de la rousse un sous-entendu perceptible, mais la brune n'aurait su dire quoi précisément.

"Oui Nimuë, je le sais bien. J'ai eu l'occasion de longtemps percevoir l'obscurité des âmes perdues sur laquelle mes yeux avaient l'habitude de se reposer, de voir leurs désirs, de voir leurs désillusions à chacun de leurs choix. Un lourd fardeau. Excuse-moi de ne pas être venue te voir auparavant, je n'en ai pas eu l'occasion." Son sourire n'était que feinté, bref, un peu plus sombre. Là serait ces derniers mots qu'elle porterait en tant que "Lyumnades", certainement. La boule au ventre, Ariane prenait toutefois son courage à deux mains pour aller jusqu'au bout des choses. Briser les derniers liens n'était pas chose aisée, mais ce fut finalement le Lion dans toute sa hauteur qui capta le regard ni véritablement bleu, ni fondamentalement vert de l'atlante, perdu entre les couleurs d'une influence marine. Puis, un léger rictus accompagna la volonté cédée du Lion d'Or. A quoi pensait-il réellement? Elle percevait bien les marques d'une première considération dans le cœur du Lion par cette simple proposition qu'il venait de leur tendre. Inspectée brièvement, la salle qu'indiquait également le cinquième gardien de sa simple présence n'était pas celle rêvée pour ce genre "d'évènements", mais elle devinait là une sorte de cadeau. "Merci Childéric mais...Je pense t'avoir déjà dit ce que la salamandre pensait du mot "soldat" à son égard...non?"

C'était comme une ultime petite provocation, une facétie de leurs nombreuses confrontations, pacifiques ou plus violentes, tandis qu'elle cherchait de nouveau du regard le nouveau représentant de Poséidon. Suite à quoi, le Légat s'était avancé pour faire part de ses volontés, coupant court aux confessions. La jeune femme ne tiqua pas. Elle prit une lente inspiration, de celle qui était imperceptible, pour la souffler aussitôt. Des pensées parasites l'assaillaient, lui embuaient l'esprit avec supplice. Ariane était tiraillée par cette très nette impression qu'elle allait mourir d'ici peu. Ou plutôt, que quelque chose s'éteindrait probablement à tout jamais. Etait-ce pour cela que cela lui faisait à la fois si mal au cœur? Que les regards qui l'entouraient lui donnaient l'impression d'être plus petite et à la fois, actrice d'une dernière scène, prêts à rendre définitivement fantôme un pan du passé?

La naissance d'une lumière très pale coupa court à ses souvenirs et à ses sensations, peut-être même à cette anxiété qui l'avait soudainement frappé. Les flammes qui enveloppèrent l'Ecaille avaient cette allure à la fois si similaires aux siennes, bleutées, et si différentes de ce qu'elle espérait véritablement. C'était une lumière douce mais trompeuse qui allait la déposséder de son Ecaille. Un des feux les plus chauds qui soient, normalement. Quelque part, le tout était familier, et ironique. Ariane n'aurait su dire depuis quand ce mot avait décidé de la poursuivre.

Une seconde...Puis deux...Peut-être que...

Sous ses yeux, l'Ecaille avait comme fondu sans trace aucune, et elle, anciennes Lyumnades, commençait à fléchir. L'ex-générale sentait ses jambes vaciller, ses muscles perdre de leur ténacité et de leurs vigueur, et surtout, son cosmos s'envoler, comme s'évaporer autour d'elle telle l'eau qu'elle avait contrôlé uniquement grâce à son propre feu. A dire vrai, lors d'une chute où quelqu'un l'avait rattrapé, Ariane avait presque eu l'impression de perdre la vue. Ce qui l'accueillit n'était ni plus ni moins l'obscurité et une effrayante sensation de faiblesse. Etait-ce le prix de son choix? Le prix d'un retour aux anciennes racines?

La générale avait été l'âme damnée des Légats, et avait toujours été considérée ainsi. Celle qui exécutait les besognes ingrates parée d'un doux visage, celle qui assumait les victimes. Peu importait l'âge, le sexe, la différence. Pas deux mois plus tôt, elle avait même failli vendre un ami aux mains des Enfers sur seuls ordres de l'ancien Légat. C'était ainsi; un jeu d'irrespect faisant de l'ombre à une certaine obéissance. Aujourd'hui, elle était devenue traîtresse.

Ainsi, la Syagria tomba dans l'inconscience.

Citation :
Fin du rp pour moi aussi Smile



[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Mer 14 Sep - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyMer 14 Sep - 12:58
Déchéance







Nimuë avait marqué un temps d'arrêt avant de se tourner à demi vers la petite assemblée. Et elle ne cilla pas, se muant en statue d'albâtre, impassible, comme si la jeune femme avait retrouvé son ancien masque et qu'elle s'en était habillée le visage. Un profond stoïcisme en apparence, qui cachait évidemment tout autre chose. Non, cela ne lui plaisait guère de regarder la déchéance de ce qu'elle pensait être une sœur d'arme. Probablement parce que cette scène était le reflet d'une autre, aux détails près qu'ils n'avaient pas la mer et le phare non loin d'eux pour témoins. Seulement quelques vieilles pierres, des yeux un peu trop nombreux et qui exprimaient beaucoup trop de choses différentes. Une certaine note d'indignation flottait dans celle de la Sirène, de la déception peut-être ? M'enfin, qui était-elle pour porter un jugement ? La Sirène lui avait déjà glissé ses derniers mots, récolté ceux des Lyumnades.

Très vite précipitée dans le vide, privée de ses pouvoirs, de son écaille, de ce qui faisait d'elle une éveillée. Simple mortelle. Le constat était douloureux. Mais Nimuë n'avait pas détourné le regard. Tout s'était passé si vite, si simplement. La dureté de son regard vacilla quelque peu quand, une fois sa tâche achevée, le Légat s'était approché d'elle pour poser une main sur son épaule. Son retour à la réalité fut brutal et la pirate déglutit tout en confrontant son regard dans celui du Cinabre. Qui changea en un instant en comprenant sa détresse. Son désarroi. Ses désillusions.

Je te rejoins rapidement.


Fit-elle tout en brisant sa posture, retournant sur ses pas. Un soupir plus tard et la rousse se trouvait aux côtés de Childéric, observant tristement la silhouette inconsciente de la jeune femme.

« Laissons-la se reposer... »

Et retrouver ses esprits. Nimuë connaissait très bien cette impression pour l'avoir vécut il y a peu. Sa « renaissance » serait difficile, et si la jeune Ariane était comme elle, elle savait qu'elle préférerait un peu de solitude dans son combat. À moins qu'elle se soit trompée dans son appréciation de l'ancienne marina et qu'elle possède moins de force qu'elle l'avait soupçonné ? Mais elle ne doutait plus de son jeu d'acteur. Elle en façonnerait un autre. Son Destin ne la concernait pas. Nimuë passa son bras sous celui du Lion pour l'entraîner à l'écart.

« Oui, je ne te laisse pas trop le choix que de t'éloigner de ton « devoir ». Ta princesse éplorée est plus forte que tu le suspectes. »
Son visage se para enfin de cet air malicieux dont elle avait le secret. « Tu n'arrêtes pas d'avoir des surprises atlantes en ce moment. Laisse donc ton cadeau de côté, avoir la possibilité de revenir ici est déjà... »

La jeune femme n'acheva pas sa phrase, la laissant en suspend tandis qu'elle continuait de l'emmener vers le jardin. Ils n'avaient que de très peu de temps mais c'était suffisant, et elle profiterait de chaque seconde. Ils n'avaient que ça, des instants volés. La pirate relâcha son étreinte une fois arrivés à destination, se plaçant à ses côtés pour regarder l'arbrisseau. Après quelques secondes, la tête rousse de la jeune atlante se posa sur le bras du chevalier.

« Le calme avant la tempête ? Enfin… c'est une façon de parler. » elle songeait à Ariane un instant. « Comme tu t'en doutes, je n'ai pas eu très bon accueil. Moi qui pensait ne jamais revenir ici, je dois m'estimer… heureuse ? Hm, bref. Silas m'a dit pour Ainia, je suis désolée. »

Elle annonçait ça comme si elle était morte. Un soupir. Elle continua rapidement.

« Si je sors d'ici en un seul morceau je tâcherai de suivre une piste. Mais je la retrouverai. »

C'était une promesse qu'elle s'était faite. Et sa prochaine destination semblait toute tracée…

« Et toi ? Tu es consigné ici j'imagine ? » Une pause. « Je vais devoir le rejoindre, Childéric. Peut-être pourrions-nous nous voir plus longuement… après ? »

Hasarda t-elle en se reculant déjà, prête à repartir. Mais après quoi ? Soudain, il lui semblait qu'une autre tempête se profilait à l'horizon. Tout à coup, alors qu'elle était sur le point de tourner les talons, la belle fit volte-face pour se jeter dans les bras du Lion.





© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyDim 18 Sep - 19:44
    Le lion resta là, témoin stoïque de ce qui se passa entre Ariane et le légat. Tous deux refusèrent la tranquillité que le lion leur offrait et la voix des mers choisit de régler ce problème aux yeux de tous, et surtout ce de Childéric. Il écouta le discours du légat avec attention et sa mâchoire et ses poings se crispèrent à certains moments. Il ne savait pas ou il ne voulait pas savoir. Il ne respectait pas le rôle des soldats. Ça, le lion pouvait le ressentir dans ses mots, dans son discours. Et il vit qu'il n'était pas le seul à se parer de ses traits de fer et de ce masque impassible, il jeta un rapide coup d'oeil à Nimue et elle aussi, semblait affecté par tout ça. Après tout, elle aussi avait été dans cette situation, elle avait quitté l'armure d'or des poissons pour l'écaille de la sirène maléfique, un dieu pour un autre, un ancien monde pour un nouveau. Mais on sait toujours ce qu'on quitte mais jamais ce qu'on gagne.

    « - Vous venez de perdre l'un des meilleurs soldats que vous n'aurez jamais. C'est sur ça, que vous devriez pleurer. Mais vous devez déjà sûrement savoir tout ce qu'elle a déjà donné pour votre cause et tout ce qu'elle aurait encore fait pour vous. »

    Et il regarda le légat quitter son temple, le laissant ainsi seul avec Nimue. Il eut un large sourire pour la réplique de la jeune femme. Il est vrai qu'étrangement, le destin du lion était lié à celui des femmes d'Atlantis. Ariane, qui était, par la force des choses, devenu plus ou moins une amie pour Childéric, tant leur sort était commun. Mais la relation qu'ils avaient été étranges malgré ça. Le lion avait beaucoup de respect pour les sacrifices que la petite salamandre avait consentis pour son monde. Et puis, il y avait Nimue... Dont le destin était encore plus intimement lié à celui de Childéric et ce lien, puissant, allait leur attirer sûrement bien des problèmes. Un large sourire sur les lèvres, il répondit à la jeune femme pendant qu'elle le mena où elle voulait aller dans son propre temple :

    « - Je n'y peux rien si les beaux princes comme moi attirent les demoiselles en détresse ! »

    Après avoir rit, le lion soupira quand la jeune femme lâcha son bras. Mais sa tête ne tarda pas à retrouver le chemin du bras du lion. Ce n'était pas grand-chose, mais ces petits contacts signifiés beaucoup. Ils avaient si peu. Ils devaient apprendre à faire avec. Là, quelques secondes, ô combien précieuse. Un cadeau inestimable qui leur avait été fait. Il passa alors son bras par-dessus l'épaule de la jeune femme pour la garder auprès d'elle, même un instant, cela serait déjà beaucoup. Il l'écouta ensuite raconté ô combien c'était difficile pour la belle de revenir au Sanctuaire. Les traîtres sont rarement bien accueillis. Malgré tous les sentiments qu'il avait pour elle, les faits étaient là. Elle les avait trahis... Et après tout, Childéric n'était-il par le premier à jeter ses parjures au visage d'Orion à la moindre occasion ? Il déglutit quand elle parla d'Ainia et elle pourrait sentir le corps du Mérovingien se tendre légèrement à ce propos. C'était une question qui le travaillait et surtout, une énième fois, son impuissance qui le rongeait... Il écouta ensuite la jeune femme dire qu'elle allait aider Ainia. C'est bien. Lui n'en était pas capable, peut-être que sa belle y arriverait ? Un sourire remplit de tristesse et de déception ornèrent les lèvres du lion quand la jeune femme décréta qu'elle allait partir. Mais il fut surpris quand elle fit volt face et qu'elle se jeta dans ses bras. Il ne se fit pas prier et l'étreignit de ses bras puissants.

    « - Tu n'as pas fui pour une fois. »

    Lui glissa-t-il alors en riant dans l'oreille. Il posa son menton sur le sommet du crâne de la jeune fille pour quelques instants, quelques instants à eux, où ils étaient seuls au monde. C'était ça, leur petite lueur d'espoir.

    « - Eh bien, figure-toi que je dois aller en Germanie, à Lugidunum en particulier dans les jours qui suivent. Je dis ça comme ça ! »

    Le lion relâcha alors l'étreinte et se mit à fouiller dans les poches de son pantalon sous son armure d'or. Il sortit alors un anneau d'or, dans lequel on avait passé un petit lacet de cuir. Childéric, de son autre main, pris alors celle de Nimue et il y déposa doucement l'anneau.

    « - C'est assez solennel de t'offrir une bague comme ça, mais c'est le cadeau que je t'ai promis ! »

    Le lion explosa alors de rire, fier de son petit trait d'humour et repris alors :

    « - Vois plutôt ça comme un collier, c'est souvent comme ça que je le porte. C'est... le seul objet qui soit réellement à moi. C'était autour de mon cou quand on m'a ramené ici. C'est ce qui est censé être mes armoiries, c'est ce qui fait de moi le fils de Clodomir, petit-fils de Clovis et prince franc, même si je devrais être roi maintenant, depuis longtemps... »

    Et un étrange masque, de tristesse, de nostalgie et de joie, s’empara alors du visage du lion d'or.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyDim 18 Sep - 21:03
Un cadeau précieux







« Je ne ressens plus le besoin de fuir. Pas quand je suis à tes côtés en tout cas. »

C'était la réponse qu'elle lui avait faite sans qu'elle n'ait à y réfléchir. Quelque part et à ses côtés, la belle changeait. C'était lent et peut-être pas encore assez visible, mais notable tout de même pour que le Lion d'Or le mentionne. Nimuë ne ressentait plus le besoin de le fuir, maintenant qu'il y avait un semblant d'ordre dans son esprit et que le voile de mystère les concernant s'était quelque peu levé. Il y avait toujours des pans assez obscurs, des signes que la belle ne savait pas interpréter mais toujours est-il qu'elle se montrait plus confiante à son endroit. Moins sauvage. Naturelle, à n'en point douter. Leur proximité et la tendresse qu'il faisait montre à son égard étaient des bouffés d'oxygène, des promesses informulées et informulables. Il lui faudrait du temps pour comprendre ce qu'elle ressentait vraiment. Elle l'écouta parler de ses futures péripéties en terres nordiques, intriguée par la mission qu'on lui avait incombé. Pourtant elle n'allait pas l'interroger plus que ça. Ces affaires étaient celles du Sanctuaire, cela ne la concernait pas. Ou plus. Seulement, quand il était question du Lion d'Or… Un petit sourire illumina son visage qui avait gardé quelques traces de gravité.

« Oh, pour aller te geler les miches dans l'froid ? Et… c'est une invitation, hm ? Je serai ravie d'aller réchauffer ton... humeur dans ce pays d'merde. »

Elle rit à son tour, amusée par leur échange. Un peu de légèreté après que le Vent ce soit levé n'était pas un mal. La rouquine pencha la tête sur le côté, intriguée quand, d'un coup, le Saint se prit à farfouiller dans ses habits. Toute trace de son amusement s'envola aussitôt en voyant de quoi il s'agissait. Devinant sans mal de quoi il en retournait.

« Oh. Childéric… Je ne peux pas accepter c'est trop… »

Ses yeux détaillèrent le bijou qui reposait dans la paume de sa main. Réduite au silence pour de longues secondes, la belle finit par redresser vivement la tête, les yeux illuminés :

« Solennel ! Oui, on peut le dire, mais enfin, c'est avec mon père que tu dois voir pour le détail. Mais je pensais pas que tu en étais déjà à demander ma main ! »

La pirate lui asséna un petit coup dans le bras, partageant son hilarité. Cela lui fit le plus grand bien, l'apaisa au moins un temps, lui fit oublier le reste. Comme cette fois-là, sous les étoiles de Salamine.

« Mais tu l'es mon cher Prince Déchu. Tu règnes sur un royaume que tu ne vois pas et il est certes peu de chose mais… »

Elle ménagea son effet, laissant la sonorité de ses paroles s'envoler en une jolie mélodie. Alors Nimuë réduisit la distance qui pouvait bien les séparer encore, obligeant le Saint à se pencher vers elle avec une force insoupçonnée, mêlée à une certaine audace qui lui était propre. Un air mutin sur ses traits, elle lui susurra à l'oreille :

« …tu es le Prince de mon cœur ! Et crois moi, c'était pas une mince affaire ! »

Ce fut à son tour d'aller cueillir un baiser sur ses lèvres, d'abord léger, simple effleurement, une caresse assez douce qu'elle prolongea à loisir, avant de succomber à un élan plus passionné. Plein de fougue, à cette image de pirate conquérante qu'on lui prêtait volontiers. Et en voilà un beau trésor. Précieux, qui n'appartenait qu'à eux. Jusqu'à ce que le souffle vint à lui manquer.

« Eh bien, Childéric, fils de Clodomir, petit-fils de Clovis et prince franc… je suis loin d'être une princesse, et je n'ai rien à t'offrir en retour mais, je suis bien décidée à te céder une partie de moi, quand nous nous retrouverons. »

Un coup d’œil et elle s'exclama en riant :

« Oh mais non, pas dans ce sens là, je te vois venir ! » Une pause. « Mais ce que tu m'as offert est bien trop précieux. Je n'ai rien à t'offrir de semblable... »

Une petite moue naquit sur ses lèvres.





© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyLun 19 Sep - 2:21
    Le lion eut un large sourire quand elle lui annonça qu'elle n'avait plus besoin de fuir. Voilà longtemps qu'il n'avait pas été content de la sorte. Quelques mots, simple mais lourd d'une signification énorme. Cela signifiait que l'espoir existait et que possiblement, pour eux, la fin ne serait pas forcément. Certes, une entière de conflits, de risques et de secrets les attendaient, mais peut-être, qu'ils auraient la force d'affronter ça à deux. Et la suite de leur petit interlude de paix et de réconfort se passa sur une note beaucoup plus joyeuse. Le lion répondit à la proposition de Nimue par un clin d'oeil lourd de sens. Childéric détestait le froid et en effet, il ne serait vraiment pas contre un peu de chaleur dans le grand nord. Surtout ce genre de chaleur là, venant de cette personne-là. Et il ne put s’empêcher de repenser à leur entrevue de Salamine et c'était là, que leur monde avait pris une nouvelle direction. Une direction qu'aucun d'eux n'aurait imaginée voir leur pas emprunter.

    « - Ton père hein ? Eh bien, quand on voit sa fille et celle qui sera son arrière-petite-fille, je vais peut-être reconsidérer ma proposition... »

    Sur ces mots, le lion rugit de nouveau de rire, son rire tonitruant qui avait depuis longtemps était occulté. Leurs rires se mêlèrent alors dans une douce et charmante mélodie. C'était plutôt le genre de chant que le lion aimerait entendre de la part de la sirène et là, il s'y laisserait prendre à chaque fois et avec un plaisir non dissimulé. Le lion se laissa donc faire par la jeune femme quand elle commença sa petite déclaration. Et surtout, quand elle s’avança vers lui et qu'elle l’amena vers elle. Oh et quelle réponse c'était ! Si ses mots touchèrent le lion, ce furent les actes de la jeune femme qui parlèrent le plus. On n'en dit toujours plus avec les actes qu'avec les mots. Et ce long baisé voulait en dire énormément. Un instant de passion, de vie. De normalité presque. Embrassé une femme qu'on aime. Une chose que le lion avait cru qu'il ne connaîtrait jamais. Et pourtant, le destin pourtant si cruel, lui donnait, de temps en temps, une étincelle à son feu. Mais une étincelle fragile qui pouvait s'éteindre à tout moment, fauché par la guerre et la mort. Mais ce qui comptait là, c'était l'instant ! Le lion afficha une mine déconfite quand elle lui annonça qu'elle allait lui offrir une partie d'elle. Oh, il se demandait bien ce qu'elle voulait dire. Il savait que ce n'était pas ce qu'elle avait ensuite sous-entendu. Et c'était pour la taquiner qu'il afficha cet air triste, car rapidement, il se mit à sourire et à rire.

    « - Garde-le. Garde l'aussi longtemps que tu veux et il t'aidera à penser à moi lors de tes longues soirées d'hiver là, loin sur les mers ! »

    Le lion sourit alors. Il savait que bientôt leur monde serait de nouveau séparé et il n'avait pas la moindre de quand il pourrait se recevoir. Il comptait la revoir, oui, c'était sûr mais quand ? C'était autre chose, jamais il n'aurait de temps à eux. C'était impossible, il faudrait qu'il le vol à jamais s'il voulût continuer ainsi. Et même si le risque était énorme, le lion voulait le prendre et il pensait ne pas être le seul à vouloir continuer sur cette route, aussi dangereuse soit-elle.

    « - Eh bien, puisque je suis le prince de ton cœur, je suppose que je devrais te rajouter sur mes armoiries non . Ça aurait de la gueule ! »

    Le lion rit encore une fois et prit les mains de la jeune et il l'amena contre lui,l'embrassant une nouvelle fois et se perdant quelques longues secondes, dans ces petits instants de paix. Chose si rare et précieuse dans la vie pleine de combat et de tourment d'un soldat. Puis, après ses longues secondes, le lion finit par rompre, à regret, le baiser.

    « - Je suppose que tu vas finir par devoir y aller... »

    Elle aussi, elle avait son devoir à accomplir. Elle aussi, était un soldat.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu1800/1800[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge1350/1350[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune1500/1500[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptyLun 19 Sep - 20:13
Devoir et pouvoir







Ce qu'ils ignoraient, c'était que la jeune femme allait bientôt connaître un Hiver très rude et beaucoup plus proche qu'ils pourraient le soupçonner tous les deux. Là-haut, dans les prisons du Sanctuaire. Le Destin n'allait pas tarder à prendre un tournant tout à fait inattendu et si la future Sorcière Bleue en sentait les vagues prémices, elle était très loin d'imaginer la tempête qu'elle était sur le point d'essuyer.

Mort et désolation. Sirène Maléfique qui annonce la venue de la Mort. Mais pour l'heure il y avait cette once de bonheur, simple et fragile qui paraît leurs visages. Des instants certes fugaces de candeur, d'espoir sans doute, pour ces deux soldats appartenant à deux royaumes différents. Que tout paraissait opposer et que tout semblait lier dans un moment temps. Des entrelacs des fils du destin, leur destin qu'ils tissaient avec le plus de soin possible en tâtonnant. Le mieux qu'elle pouvait faire était de prendre quand on lui donnait et accepter quand elle recevait rien. Quand bien même la belle aurait voulu autre chose pour eux. Quelque chose de plus simple. Mais ils n'avaient rien calculé, n'avaient rien décidé. C'était ainsi écrit.

L'avenir serait leur réponse. Savoir si ils avaient eu raison de se lier l'un à l'autre malgré tout, malgré les aléas de leur vie, de leur croyance et de leur devoir. Devoir. Être un soldat avant tout, mais pas forcément un jouet entre les mains des Dieux. Nimuë se souvint alors de sa promesse : celle de lui offrir l'heure de sa mort, de décider, elle. Et personne d'autre. Ses doigts resserrèrent le bijou avec force, serrant tout autant Childéric contre elle. Ajouter ses armoiries à elle. La remarque avait eu le mérite de la faire sourire.

« Je me suis toujours parée d'une rose. Et j'ai continué de le faire, même sur Atlantis. Mais… peut-être que les O'Bannon sont autre chose. Je l'ignore. Je doute qu'une fleur soit du meilleur effet avec tes… qu'est-ce que c'est au juste ? » Elle étudia attentivement l'anneau avant d'être interrompue par le Saint désireux de prolonger encore cet instant de tendresse. « Devoir oui. Le vouloir ? C'est une autre histoire. Mais tu connais la chanson. »

Et le Légat avait besoin d'elle. Il comptait véritablement sur elle et ce pour des raisons qui lui échappaient. Elle ne comprenait pas encore pourquoi il lui portait une si haute estime alors qu'ils ne se connaissaient pas vraiment. Pour dire presque pas, dans la finalité des choses. Elle était une Générale, désignée pour l'accompagner. Bien que sa volonté et sa détermination étaient tout à son honneur et qu'elle même désirait la paix entre les Saints et les Marinas, elle représentait à elle seule un gros point noir dans ces desseins. Sa trahison, sa fuite…

Nimuë n'y croyait pas réellement, au fond. Ce pessimisme lui venait de ce pressentiment qui ne la quittait plus. Et la perspective de devoir quitter les bras du Prince Déchu faisait revivre cette impression saisissante.

« Semblerait que je sois indispensable maintenant ! Ah ah ! » Une pause durant laquelle son rire mua en une musique bien plus triste. « Je repasserais par ton temple quand nous en aurons terminé là-haut. En attendant, prends soin d'Ariane. Tu le fais déjà très bien j'en suis sûre mais… bon. Je connais le chemin qu'elle va emprunter... »

Ses paroles étaient lourdes de sens et ce fut sur ces dernières qu'elle se sépara de Childéric, le cœur serré. Accablée même. Et cette sensation la dérouta. Avant de partir, la belle rousse noua le collier autour de son cou qu'elle laissa glisser contre sa gorge, disparaître dans son corsage.

Un clin d’œil plus tard et elle s'en retourna rejoindre les bras des Ténèbres. Le Feu Ardent, le Purificateur.





© Never-Utopia


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-bleu260/260[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-rouge330/330[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] G-jaune216/216[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]   [Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] EmptySam 24 Sep - 22:34
    Le lion se laissa aller à l'étreinte de la jeune femme. C'était leur oasis de paix. Tout ce qu'ils voulaient avoir pour eux deux, ils devaient le voler. Et c'était ce qu'ils avaient là. Une petite bouffée de paix volée. Pendant que le légat attendait Nimue quelques marches plus haut dans la longue et difficile ascension des marches du zodiaque. Mais c'était leur moment à eux, leur petit instant de joie, leur beau souvenir. Celui auquel il pourrait repenser dans les heures sombres, celui qui viendrait s'ajouter à Salamine. Un peu plus de combustible dans la petite étincelle d'avenir qu'il y avait entre eux. Il rit quand elle parla des armoiries présentes sur l'anneau, qui était simple en réalité, il s'agissait d'un anneau symbolique et pratique aussi. Devoir et pouvoir, c'était une mince frontière entre les deux. Souvent, ce que le lion voulait, c'était ce que son devoir lui imposait. Même s'il y avait une dissonance dans ma symphonie de son obéissance.

    « - Oh tu sais, c'est un anneau très simple. Il y a une petite inscription, avec mon titre, et la représentation d'un roi franc. Mais c'est ce qui est censé expliquer et mettre en avant ce que j'étais et que je ne serais jamais. C'est ça que je t'offre en fait, mon histoire et mon futur. Peut-être que tu pourras en faire quelque chose ! »

    Et le lion se mit alors à rugir de rire. C'était bien ça, la graine de l'espoir et c'est cet anneau, qu'il avait regardé tant de fois durant sa vie. Cet anneau, qu'il avait porté pendant des années autour de son cou et qu'il espérait un jour, pouvoir porter à son doigt avec le reste de ses insignes de roi. Mais ça, c'était quand il était encore naïf et jeune. Maintenant, il avait compris sa place. Celle du soldat. Jamais il ne serait roi. Son oncle s'occupait trop bien des terres de son père et il n'en serait, de toute façon, pas capable. La légitimité ne fait pas du prince un bon roi. Et à ça cette question, il n'aurait jamais la réponse.

    « - Ce serait trop beau si tu restais là... Mais oui, je te l'ai dit, tu es toujours la bienvenue ici, tu trouveras toujours refuge dans mon jardin. Malgré ce que tu lui as fait, la terre n'est pas rancunière. Et j'espère bien que tu repasseras oui ! Tu y seras bien obligé, après avoir monté ces maudites marches il faut les descendre ! »

    Et après, la jeune femme attaqua sur un sujet un peu plus sensible. Celui de l'ancienne générale des Lyummades. La jeune femme avait servi mieux que bon nombre de soldat et venait de perdre sa légitimité. Elle venait de perdre la chose la plus importante pour un soldat : sa cause. Le lion se doutait qu'il devait être difficile pour la rousse de voir ce genre de chose, ça l'était déjà pour lui. Son destin semblait lié à celui de la chute des étoiles des mers. Il avait vu le poisson tomber et il avait été le témoin de la fin de la salamandre.

    « - Je l'ai vu oui... Ne t'en fais pas, je sais que vous étiez amies toutes les deux et je vais faire en sorte que la salamandre ne s'éteigne pas tout à fait. C'est un bon soldat, elle l'a mérité. »

    Soldat... Encore et toujours. Éternellement. Dans cette vie et dans l'autre. Voilà ce qu'ils étaient tous. Des soldats. Fatalité choisit. Tout sourire, le lion regarda sa belle nouer l'anneau collier autour de son cou et il la regarda disparaître dans son temple et vers les autres sphères du Sanctuaire. Il devait lui, veiller sur un petit lézard et étrangement, il ne voyait plus courir les petites bêtes d'Ariane dans son temple. Sinistre présage...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
 
[Début Août 550] Le Vent se lève ... [PV Cinead, Childéric, Ariane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Lion-
Sauter vers: