Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AnamayaAnamayaArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-bleu200/200[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-rouge150/150[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-rouge  (150/150)
CC:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-jaune325/325[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-jaune  (325/325)
Message [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions   [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions EmptyMar 30 Aoû - 17:22
Ce rp suit celui-ci

Amon-Ré se montrait plus clément ses derniers jours, offrant une lumière douce et généreuse aux occupants du Sanctuaire. Pourtant, c'était le cœur troublé qu'Anamaya en gravissait encore les marches scintillant sous l'éclat de l'astre du jour. A sa main se joignait celle de Lydia. Quelques jours de discussion avait suffi pour que la jeune égyptienne put se faire une idée de l'âge de la toute jeune rousse qui l'accompagnait, sans un mot, ses merveilleux yeux bleus détaillant tout ce qu'ils pouvaient découvrir en cette terre nouvelle.

~ A peine huit années et déjà dotée d'une beauté qui ne demande qu'à s'épanouir. ~

Contrairement à son maître, Lydia ne portait pas de masque. En cette heure, la sainte de la Chevelure de Bérénice en avait jugé le port de par trop prématuré. Elle ne savait encore s'il était réellement judicieux de développer, à ce stade de connaissances, le cosmos que semblait posséder l'enfant.

~ Non, elle le possède, c'est certain mais ce qu'il lui fait entrevoir à de quoi perturber n'importe quel être. Même moi, je n'ai pu que paniquer la première fois que certains de mes dons se sont manifestés. Sans maître Aurélius... ~

Plongée en ses souvenirs, la lionne de Lumière n'en oubliait pas celle qu'elle menait vers le maître suprême du Sanctuaire tout en veillant à ce que la cadette soit au mieux en leur absence. Cela lui avait paru rude de séparer les deux sœurs mais l'idée de la perdre elle, celle qui les avait sauvées, avait surpassé la tristesse d'une courte séparation. Et puis, Alaïs avait trouvé un compagnon de jeu...

Souriant sous le masque qui lui dissimulait l'ensemble des traits en plus de la perruque cachant sa chevelure, elle parvenait pourtant sans le moindre souci à transmettre ses sentiments et son humeur à Lydia et Alaïs. Toutes deux étaient plus que sensibles.

~ Est-ce cela ? ~

Alaïs devait avoir tout au plus cinq printemps. Trop jeune encore mais devant elle aussi réserver son lot de surprises...

Soudain le vent se leva, faisant voltiger avec grâce les délicats vêtements de lins qu'elle portait en plus de son armure d'argent. Qu'elle soit en armes n'empêchait nullement de voir éclater au grand jour sa féminité. Délicieuse ironie que celle-là. En effet, qui en la voyant oserait la prendre pour un homme.

Agréablement rafraîchie par cette brise, elle franchit avec une franche bonne humeur le seuil de la Maison du Cancer, tenant toujours Lydia par la main. Selon la tradition, elle s'annonça alors à la porte.

" Mes respects, Saint du Cancer, Anamaya, Corona de la Chevelure de Bérénice vous demande de m'accorder le passage. Mes pas me conduisant vers notre grand pope. "

En sa qualité, la sainte faisait parti du cercle proche du maître du Sanctuaire. Quoi de plus normal au fond qu'elle emprunte souvent ce passage. Ce qui l'était moins était la présence de l'enfant. Enfant qui en l'attente de la réponse du maître des lieux ne tarda pas à montrer des signes de nervosité.

" Lydia... ? "
" Je les entrevois, maître Néféret. Si loin, si loin mais elles sont là, elles dansent dans l'ombre des colonnes. "

Ces mots lui avaient échappé, résonnant au plus profond du temple mais ce n'était encore rien en ce qui concernait la voix résonnant en son esprit.

~ N'aie crainte, ma tendre. Toi et moi sommes une et aucune d'elles n'osera m'approcher, nous approcher. ~

Echange pour le moins singulier que la sainte ne pouvait entendre ni même imaginer. Elle ne pouvait que contempler la fine aura enveloppant la petite rousse. Qui en cet instant le pourrait...


Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-bleu1150/1150[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-bleu  (1150/1150)
CP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-rouge900/900[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-jaune1350/1350[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions   [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions EmptyMar 30 Aoû - 22:07


Il y avait au bas mot plus d'une centaine de bougies disposées dans la salle principale du Temple du Cancer. Évinçant le noir, faisant s'illuminer un mur gigantesque et étrange. Placé en plein milieu de l'édifice à l'aspect d'une ancienne crypte, il semblait abominable pour le commun des mortels. Mais… ô combien magnifique pour celles et ceux habitués à frayer entre les Mondes. Et tout particulièrement celui des défunts. Aux pieds de celui-ci, une petite silhouette drapée dans une robe immaculée et qui tranchait d'une manière intrigante dans tout ce noir. Lumière parmi les lueurs pâles des flammes des cierges blancs. Quand une voix éclata dans son dos, la petite Sunilda se redressa, sortant de sa prière et de son mutisme. Son corps parut reprendre un aspect plus tangible tandis qu'un léger sourire s'étirait sur ses lippes vermeilles.

Sans un mot pour répondre aux personnes qui s'étaient stoppés à l'entrée de sa demeure, la belle décida d'aller les accueillir en personne. Et le plus simplement du monde. Nulle armure d'Or, point de masque pour recouvrir son visage au teint de neige, Sunilda, la princesse venue du Nord se laissa happer dans les ténèbres.

« Oh, bonjour. Je ne pensais pas avoir de la visite. Je suis Sunilda, Sainte du Cancer. »

Elle marqua une courte pause, hésitante. Il y avait clairement quelque chose qui dérangeait la gardienne de ses lieux. L'Astre du Jour. Pour des raisons connues de elle seule. Et cela n'était pas bien difficile à deviner, vu que Sunilda n'osait s'approcher davantage pour se révéler dans la lumière.

« Que faut-il faire ? Oh, oui. Entrez, je vous en prie. »

La Sainte les invitait à entrer et sans plus de cérémonie, elle s'éloigna pour leur ouvrir la voie. Car beaucoup ne seraient pas à l'aise d'arpenter ces lieux chargé d'un parfum et d'une atmosphère étrange. Bientôt elle s'arrêta de nouveau devant son Mur. La Porte des Esprits.

« Ne craignez rien, ils dorment. Je les surveille. »

Le feu dévoila plusieurs têtes figées dans une parfaite immobilité. Des visages paisibles placés dans quelques alcôves creusées dans la pierre. Et là reposaient les morts, ceux qu'elle avait accompagné dans l'au-delà et qu'elle veillait avec l'attention d'une mère louve. Ce qu'elle était. Une Louve Immaculée, capable de galoper entre ces deux royaumes. Hommes, femmes et enfants, tous se reposaient sous sa bonne garde. Son rôle, son devoir. Un instant elle les observa avant de regarder attentivement le masque de sa consœur.

« Oh, il semble que je l'ai oublié une fois encore. Mais les esprits n'aiment pas beaucoup quand je le porte. Ils préfèrent me voir sans. Voir mes lèvres et mes yeux bouger. Je… ne saurais comment l'expliquer. »

La Sainte du Cancer était d'une petite taille, assez menue mais pas dénuée d'un certain charme assez sauvage. Son maintien était assez altier en définitive, comme son animal totem couvant son territoire avec assurance et fierté. En protectrice, la nordique tenait à ce que ces lieux soient sûrs et tranquilles. D'ailleurs, elle chuchotait presque, par habitude, parce que les défunts n'appréciaient pas les éclats trop retentissants.

« Il ne faut pas avoir peur... »

Laissa t-elle traîner en regardant l'enfant aux côtés de la Sainte.



[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
AnamayaAnamayaArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-bleu200/200[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-rouge150/150[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-rouge  (150/150)
CC:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-jaune325/325[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-jaune  (325/325)
Message Re: [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions   [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions EmptyDim 4 Sep - 15:03
L'ombre qui régnait en ce lieu n'avait rien de rassurant pour une enfant. Pourtant à bien la contempler, Lydia semblait calme. A quelques pas d'elle, se tenait Anamaya, son maître, observant le comportement de la jeune rousse et cette façon qu'elle avait de se tenir parfaitement immobile. Une impassibilité qui lui rappelait singulièrement la sienne quand elle se concentrait sur certaines choses.

A croire qu'elle copiait déjà certaines des pauses de son mentor en plus de montrer un talent certain pour les arts, en particulier ceux de la danse et du chant. Constatations qui avaient eu le don d'enchanter la jeune égyptienne s'il n'y aura eu ses crises en pleine nuit. A chacune d'elles, la sainte lui avait tâté le front en plus d'écouter entre autre la voix de son cœur. Rien n'était anormal, elle semblait même bien fraîche pour une fille ayant passer la nuit à courir sous la lune. Rousse au teint très pâle, associé à une fraîcheur certaine, Lydia dégageait en ces instants une aura de pureté tranchant brutalement avec le troublant voile d'or et d'écarlate sombres qui l'entourait. Un cosmos sauvage qui n'en faisait qu'à sa tête et que malgré ses efforts, la sainte n'avait pu pousser à s'éveiller davantage.

Mais maintenant, les choses semblaient sur le point de basculer, prenant un tour inattendu. En ce temple, la petite était sur une terre unique flirtant avec les portes menant au monde d'Osiris. L'autre monde, cette fois, Anamaya sentait que tout pouvait basculer. La lumière vaillante de l'extérieur offrait une pluie d'or, un phare salvateur comparé à la pénombre régnant en cette demeure d'éternité. Un lieu à mi-chemin entre la vie et la mort.

Souriant à Lydia, la sainte masquée lui prit la main, la faisant faire encore d'autres pas avant qu'une voix ne se manifeste enfin comme surgie du néant.

" Oui, rien de particulier n'annonçait notre venue. C'est un honneur de faire votre connaissance, dame Sunilda. Quant à cette curieuse jeune fille, il s'agit de Lydia, l'une de mes deux protégées. "
" Honorée, dame Sunilda. " Balbutia alors la petite sur un ton quelque peu intimidé.

Puis, sur un geste de la gardienne de la quatrième maison, la jeune femme et l'enfant avancèrent davantage, plongeant dans l'antichambre de l'autre monde.

~ La croisée, nous sommes à la croisée ou un des passages qui en tiennent lieu... ~

Sur cette pensée, Anamaya resserra inconsciemment sa main sur celle de Lydia. Sans brutalité sans crainte, lui insufflant juste un peu de son aura lumineuse. La marche se passa ainsi sans le moindre souci, silencieuse pour le maître, quelque peu maladroite pour l'élève qui recevait ses remarques directement sur sa paume, par pression interposée. Ni l'une ni l'autre ne montraient de signe de crainte en dépit de l'atmosphère particulière propre à la maison du Cancer jusqu'à atteindre le mur des esprits. L'image qu'il offrait était saisissante et si Anamaya en avait été impressionnée, rien ne pouvait le montrer contrairement à Lydia dont les yeux enfantins dévisageaient chacune des faces reposant au fond de son alcôve. Un spectacle qui semblait même l'hypnotiser avant que la voix de Sulnida ne reprenne soudain. Basse, presque timide comme si elle craignait de réveiller tout ce petit monde déjà hors de portée.

" Il n'y a nul souci, je suis une femme tout comme vous. Le port du masque ne peut vous nuire face à moi. Maintenant, je ne le porte pas non plus en permanence. "

Le sourire ravi de Lydia montrait qu'elle appréciait particulièrement ces instants où Anamaya avançait visage nu. Malheureusement, elle était l'une des seules à l'avoir contemplé. Puis, soudain vint la phrase rassurante de la sainte du Cancer. Laquelle provoqua une nouvelle réaction invisible aux yeux de la Chevelure de Bérénice.

* Tu vois, elle aussi te le dit. Il n'y a rien à craindre, ma douce. Ce ne sont pas ceux-là qui sont dangereux. Et je te le rappelle... *

L'étonnante présence se fit presque tangible, en un plan qu'Anamaya ne pouvait voir pas même imaginer, passant des bras diaphanes autour des épaules de l'enfant.

* Nous ne sommes qu'une et une seule âme fracturée. Nous ne sommes qu'une dans l'avenir. Seule la fragilité de notre corps nous empêche de nous unir, de nous combler, en quelques mots, d'être enfin entière... *

Et sans rien dire de plus, Lydia lui fit comprendre qu'elle voulait savoir la fin...

* Dans l'attente, je suis là attachée à chacun de nos pas. Nous séparer serait nous replonger dans un sommeil sans nom pour toute cette génération. *

Ce fugitif aparté écoulé à l'insu d'Anamaya, la sainte se préparait à reprendre son ascension. Laissant juste le temps à Lydia de se remettre de ces découvertes avant de reprendre la route. Le tout était de savoir si d'autres que l'enfant étaient capables en plus de contempler les esprit, d'entrevoir le reflet qu'elle seule voyait...

Une éventualité que son propre maître était totalement incapable d'envisager tant son esprit était fermé à ce monde avec lequel elle n'avait nulle affinité.


Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-bleu1150/1150[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-bleu  (1150/1150)
CP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-rouge900/900[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-rouge  (900/900)
CC:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-jaune1350/1350[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions   [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions EmptyMer 7 Sep - 13:46


« Lydia ? » l'interpella Sunilda en s'approchant à pas feutrés, souple comme une louve. « Hm… qui écoutes-tu en ce moment petite fée ? »

Agenouillée à sa hauteur, Sunilda dodelinait gentiment de la tête, manifestation de sa curiosité et que ses sens envahissaient peu à peu sa propre demeure à la recherche d'une donnée lui étant étrangère. Lui échapper serait compliqué mais la Sainte sentait comme… une étrangeté. Une faille dans ce qu'elle pouvait ressentir en tant que Cancer. C'était différent de ce qu'elle avait l'habitude d'appréhender. Aussi ne brusqua t-elle pas les choses davantage.

Unir. Entière. Fragilité. Corps. Des bribes de mots que Sunilda saisissait dans le vent et faisaient écho en elle. Son œil améthyste se para d'écarlate. La lieuse d'âme usait de son cosmos pour les envelopper avec une douceur infinie, comme la caresse d'une aile de papillon, interrogeant tout d'abord d'un regard la gardienne de la petite enfant rousse dont la pâleur était aussi prononcé que la sienne.

Pourtant cette petite fée vivait-elle comme elle dans les ténèbres ? Une questions que Sunilda se posait mais dont la réponse ne lui apparaissait pas. Songeuse, la fille de Jarl ferma les yeux pour se concentrer. À ses côtés ne tarda pas à apparaître une forme incertaine. Une silhouette fantomatique qui se faufilait entre ombre et lumière. Deux yeux sauvages s'ouvrirent dans l'obscurité pour observer la scène, en retrait, silencieuse mais presque visible. Une grande louve blanche veillait sur Sun'. Pas d'animosité dans son attitude, les deux Louves Immaculées n'étaient jamais agressives sans raison, quand bien même une entité inconnue s'était invitée chez elles. Réfléchies, rêveuses. Elles se retrouvaient quelque part chez cette petite fille.

« Vous êtes ici chez vous, même pour vous recueillir. » fit la Sainte en paraissant changer de sujet. « Là-bas, vous pourrez prier. »

Son doigt désigna ce qui semblait être une arche illuminée par des bougies, sculptée dans la pierre, deux squelettes habillés de manteau vaporeux soutenait comme un grand coffre d'or : l'armure du Cancer. En bas, une crypte où l'odeur d'encens était la plus forte.

« Elle est ouverte à n'importe qui, n'importe quand... »

Continua t-elle avec un sourire tout en se redressant, sans jamais toutefois quitter le regard de Lydia.

« Vous montez voir le nouveau Pope ? »


Hasarda t-elle en reprenant place à même le sol, devant son Mur. Soudain des chuchotis se firent entendre. Doux. Elle aussi susurra dans un souffle.

« Oh, ils se réveillent. N'aie pas peur Lydia, tu peux leur dire bonjour, ils sont curieux de voir des nouvelles personnes. Des nouveaux amis, pour moi ? Oh… Je ne suis pas si présomptueuse. Ce sont des invitées. »

Leur chant s'intensifia, faisant briller l'armure du Cancer perchée en majesté. Elle trônait et veillait elle aussi sur leur demeure.



[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
AnamayaAnamayaArmure :
Chevelure de Bérénice

Statistiques
HP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-bleu200/200[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-rouge150/150[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-rouge  (150/150)
CC:
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions G-jaune325/325[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions V-jaune  (325/325)
Message Re: [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions   [Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions EmptyMar 4 Oct - 13:16
Sous le regard d'Anamaya, la sainte du Cancer s'était rapprochée de Lydia, s'agenouillant pour se mettre à sa hauteur. Les choses semblaient soudain prendre un tour imprévu, excluant l'égyptienne d'une conversation à laquelle elle ne pouvait prendre part. Tout se passait si loin si loin d'elle qu'une crainte primale s'éveillait soudain au plus profond de ses entrailles. C'était dur d'être éloignée et si proche à la fois, sentant ses propres failles remonter en quelques secondes. La féline se tenait à l'affût, prête à agir même si elle ne comprenait pas. Face à l'urgence, souvent les actes précédaient les pensées. Elle avait été formée pour cela aussi, pour rester en vie même face à des périls dont elle ne pouvait tout saisir. Le destin prenait si souvent des tours inattendus, se jouant de tous et de toutes, pauvres âmes perdues dans le dessein impénétrable des dieux.

Lentement la voix de la petite s'éleva en réponse à la question de Sunilda.

" Les lucioles, les petites sœurs des étoiles qui dansent sous les ailes de la nuit rapide. Elles sont si belles si belles, les petites lucioles. "

Puis, prenant la main de son mentor, l'enfant reprit soudain.

" Quand je serai plus grande, je pourrai te les montrer. "
" Lydia... "


Un sourire s'était peint sur le visage d'Anamaya mais qui pouvait le voir, seule la chaleur qu'émettait son cosmos trahissait quelque peu la tendresse qu'elle portait à l'enfant. Elle l'avait pris comme fille bien plus que comme apprentie. Le temps sembla se figer soudain alors que la présence se faisait encore subtile, se préservant de ceux qui tentaient de percer ses secrets.

* Non... Non... *

Sans rien comprendre, Lydia ouvrit tout grands les yeux.

* Non... Pas aussi près. Il ne faut pas les laisser nous voir d'aussi près. Nous ne sommes pour eux qu'un voile de rêve, un voile dont les pans se soulèvent et dansent au gré du vent et du cosmos. Qu'il en soit ainsi, que cela reste ainsi.

Une nous sommes, une nous restons, ma si tendre oiselle... *


La silhouette se déformait, changeait, posant cette fois d'immenses ailes sur les épaules de l'enfant jusqu'à lui envelopper le corps. C'était sa façon de mettre les distances entre elle et les êtres qui tentaient de la cerner. Quelques instants s'ensuivirent ainsi, les yeux des louves cherchant la silhouette fugitive de l'âme fracturée, liée à Lydia par une chaîne aux maillons invisibles.

Soudain tout prit fin quoique cela n'avait pris que quelques secondes sans qu'Anamaya n'en remarque rien. Cet autre monde était bien trop hermétique pour rien. Tout ce qu'elle avait pu percevoir était le malaise croissant de Lydia. Aussi s'empressa-t-elle de répondre à la demande de la sainte du Cancer.

" Oui, nous montons voir le grand pope. Je souhaite emmener Lydia en Egypte pour qu'elle fasse la connaissance de mon maître. Cela ne pourra que lui faire le plus grand bien. Au plus profond de mon cœur, je le sens, elle doit y aller... "

Tenant toujours la main de Lydia dans la sienne, elle avait porté l'autre tout contre son sein. Une gestuelle qui ne laissait aucun doute quant aux intentions de la Corona sainte.

Un autre sourire lui échappa soudain quand elle entendit Sulnida changer brusquement de sujet, attirant leur attention sur l'armure du Cancer dont la beauté sombre éclairait l'un des murs. C'était si inattendu.

" Nous recueillir ? Merci de votre invitation, dame Sunilda, c'est très gentil de votre part et je vous remercie infiniment mais je crains que Lydia ne se sente point trop à l'aise en ces lieux. "

Anamaya était sincère mais elle ne put aller plus loin. Quelque chose semblait se passer. Un tremblement dans la main qui tenait la sienne l'alertait.

" Lydia ? "

Visiblement, la petite avait senti quelque chose et cela ne lui était pas agréable.

* Ils ne sont pas un danger pour nous mais nous connaître, même sans nous distinguer autrement qu'une masse floue, en sera un pour eux. Partons !!! Partons d'ici !!! Que la nuit rapide nous engloutisse et nous efface !!! *

L'éclat de l'apparition se fit soudain plus puissant, montant avec une violence telle qu'il provoqua l'éveil du cosmos d'ambre écarlate de Lydia. C'était si inattendu qu'Anamaya ne put que réagir au plus vite.

" Non, elle ne supporte pas !!! "

Et aussitôt la chevelure d'or et de lumière se libéra pour dresser un voile lumineux autour de l'enfant.

" Dame Sunilda, elle ne peut rester davantage ici !!! Elle est encore bien trop jeune pour comprendre ce qu'il se passe. Trop jeune pour maîtriser un cosmos aussi instable que le sien en plus des visions qui la traversent. Poursuivre maintenant ne ferait que la traumatiser. "

~ Et je ne peux la suivre sur cette partie de la route... ~

Acheva pour elle la Corona sainte. Cette partie de la vie de Lydia lui était inaccessible mais elle sentait aussi que le voile de lumière avait le don de la calmer. La lumière, était-ce derrière elle que Lydia se sentait le mieux, était-ce elle qui serait la solution ? Le tout serait de savoir quelle lumière...


Citation :
rp achevé


Aucun détail sur le physique d'Anamaya n'apparaît dans ses rps. Sa véritable apparence est inconnue de tous.

- " Paroles " - ~ Pensées ~ - * transmissions de Pensées * -

- " Lydia et Alaïs " - ~ Pensées Lydia et Alaïs ~ -


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1245-anamaya
 
[Mi août 550]Au cœur de la valse des Ombres et des Mirages, seule la lumière véritable déchirera le voile des Illusions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Cancer-
Sauter vers: