Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
FaenorFaenor

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu67/240[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (67/240)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge51/330[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (51/330)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune60/427[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (60/427)
Message [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 3 Sep - 17:07
Voilà qu'il était enfin libre de ses mouvements, un mois entier perdu dans les limbes des Enfers et il revenait après quelques soucis avec des squelettes. Sortant du monde des morts, il avait eu la surprise de voir des Spectres se ruer en direction de l'est. Il avait donc suivi de loin et avait rencontrer une drôle de surprise. Voilà que les Berserkers et les Spectres s'étaient unis afin de prendre la tour d'Hélène, c'était pas très correct comme façon de faire. Mais il était ennuyé, il avait reçu la mission de venir ici pour reprendre une certaine amphore que le Culte avait laisser au bon soin de la Gardienne et ce mur de chair les empêchait de passer. L'aura du Dieu n'étant pas trop loin, il comptait passer en toute discrétion pour ne pas poser de souci et il en avisa son ami Abrarxès de l'Ombre du Taureau de la situation.

Il continuait donc à avancer et arrivait dans un village de Jamiriens qui avaient fui depuis un moment. Il comprenait que la situation avait exigé un retrait stratégique et il continuait son avancée quand des auras se rapprochèrent de lui. Le comité d'accueil certainement. Un sourire aux lèvres, il espérait bien que les Berserkers se montreraient avec le même allant que les Saints quelques temps auparavant...

Citation :
Arrivée de Coronado.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1500/1500[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge750/750[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 3 Sep - 18:11
Les berserkers étaient retournés au temps long alors même que les hautes instances de l'armée avaient fait miroiter la promesse de l'événement. Tous s'étaient déplacés pour l'occasion – comme l'avait escompté le dieu Arès – dans l'optique de faire ce pour quoi ils étaient nés : la guerre. Maintenant que le siège était installé et que l'attente leur était imposée, l'enthousiasme de la plupart allait pour s'estomper à mesure que le temps filait. Parmi eux, ils étaient nombreux à penser que leurs chefs les avaient leurrés et cachaient rarement leur déception. Le jeu des faux-semblants n'avait pas sa place en une telle assemblée. Seule la force des puissants empêchait l'ennui d'évoluer en un sentiment de révolte à l'instar d'un exutoire aux pulsions de tout un chacun. Ces derniers n'en demeuraient pas moins troublés sur la tournure que venait de prendre les événements. Pourtant, le champ de force protégeant Jamir n'était guère un secret, mais c'était demander trop de recul aux soldats d'Arès.

Quand bien même, un groupe n'est jamais complètement homogène, et même dans celui-là, des exceptions s'observaient ; quelques rares individus allant jusqu'à éprouver un soulagement que le combat s'en soit trouvé ainsi retardé. Esther comptait parmi ceux-là, et l'appréhension du jour fatidique où la protection Jamirienne sauterait enfin se révélait plus forte que le désir d'arriver à la fin de cette guerre. Durant ses voyages astraux, elle avait pu entendre parler du purgatoire chez quelques familles pratiquantes. Il inspirait généralement de la crainte. En l'occurrence, dans cette situation qui y ressemblait, la Tarentule se sentait bien, et espérait qu'il ne s'achève jamais. Il fallait dire qu'elle prenait tout juste le temps de se reconstituer, après une période difficile où elle avait approché de très près un désespoir irrémédiable.

À ses côtés se tenait une jeune fille – une adolescente – endormie, épuisée par le traumatisme qu'elle avait eu à vivre du fait de l'Araignée. Mais bientôt, elle n'aurait plus à souffrir. Plus après qu'elles se confondent en une seule et même personne. En cela, Esther rachetait son crime, ou plutôt, le couvrait d'un vernis d'innocence. Ainsi tenait-elle en dépit de sa folie, bien qu'une certaine distance commençait à se marquer avec ses artifices. À n'en point douter, la figure de la petite fille naïve et innocente s'était fragilisée, pour produire quelque chose de plus malsain. Il fallait croire que les conseils de ses « amis » l'avaient ironiquement approchée de celle-là même qu'ils ne pouvaient que mépriser pour ce qu'elle incarnait l'essence de la souffrance de la plupart des réprouvés : Arachné.

Soudain, l'arrivée d'un cosmos venait interrompre ce moment de tranquillité. Si le visage de la petite se crispait pendant un instant, il ne s'inquiétait pas outre-mesure. Après tout, ledit cosmos était seul, venait non pas de Jamir mais de l'extérieur, et rien ne montrait qu'il cherchait un conflit avec l'armée d'Arès. En effet, il était peu à parier que cet étranger soit assez confiant pour espérer défier une armée placée en les meilleures conditions. Cela devait justifier que son esprit vienne quitter son enveloppe charnelle pour se déporter à l'endroit même où se tenait l'inconnu, sa pensée se matérialisant en une projection astrale recouvrant l'apparence d'une enfant ; sans plus d'artifice. Elle ne portait pas même son armure, habillée d'une robe basique comme le portait la descendance des familles paysannes. Ses pieds nus n'arrangeaient en rien l'idée que l'on pouvait se faire de son origine sociale, des plus modestes. La vie dans la Citadelle n'avait en rien changé ses habitudes vestimentaires.

Regardant le plus simplement son vis-à-vis, l'attitude d'Esther était désinvolte, voire innocente. Elle n'en cherchait pas moins à lire l'expression de l'homme lui faisant face, mais il était trop tôt pour le juger. Au moment de s'adresser à lui, sa voix était légère, presque amicale.

-Dis, tu ne serais pas un peu perdu ? C'est dangereux ici tu sais... Je ne sais pas qui tu es, mais tu devrais vite partir avant que les autres arrivent ! Je vais essayer de les convaincre de ne pas te suivre, mais je ne peux rien promettre...

L'espace d'un instant, son expression s'assombrissait dans une tristesse subtile, qu'elle s'efforçait de ne pas montrer. Les occasions étaient trop nombreuses à lui rappeler le peu d'emprise qu'elle avait sur son propre destin. Au moins pouvait-elle épargner aux libres de goûter à leur malédiction. Elle ne saurait certainement pas convaincre les siens de quoi que ce soit, mais gagner du temps était à sa portée. Cependant, évaluant avec plus de recul la situation, une possibilité considérée juste à l'instant l'amenait à froncer un moment les sourcils.

-T'es bien perdu, hein ?




Citation :
L'emplacement du vrai corps d'Esther se trouve dans le camp des berserkers, sur une charrette. Une adolescente se tient endormie près d'elle.


Merci pour l'avatar Gawa !
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
KostasKostasArmure :
Cardinal de la Famine

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1350/1350[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge1500/1500[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune900/900[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (900/900)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 3 Sep - 19:36


Cela allait bientôt faire deux semaines que les troupes du dieu de la Guerre avaient posés pieds devant la Tour de Jamir. Deux semaines que le Seigneur Arès était venu en personne leur apporter un présent, un somptueux présent sous la forme d'un corps maudit. Coeur qui créa ensuite une haute et puissante muraille de chair qui enferma le dôme de protection en son sein. Maintenant les spectres étaient libres pour briser la barrière protectrice de Jamir, protégés par cette avant poste des Berserkers.

Jaspar le Cardinal de la Mort attendait, espérant chaque jour que le kekkai entourant la Tour de Jamir se brise pour aller la prendre d'assaut. Les soldats de sa troupe commençait à trouver le temps longs, bloqué ici sans ne rien faire, ne rien faire sauf attendre en gardant sa position, chose qu'ils commençaient à avoir du mal à gérer. Tous les jours, l'homme au masque de mort faisait le tour de ses hommes, la veille il avait du faire un exemple. L'un d'eux se montra vociférant à l'encontre d'Arès et de sa volonté de la présence de ses armées dans cette montagne. Jaspar ne pouvait faire qu'une chose pour le punir, il devait faire un exemple. Il se plaça en face de lui, autour du Cardinal deux âmes virevoltaient. Il les envoya faire leur danse autour du soldat, ce dernier fut alors tétanisé, il supplia son supérieur mais ce dernier n'émit même pas un souffle à son encontre, il commença à tomber sur les genoux mais Jaspar ne le laissa même pas finir son mouvement, il le trancha en deux avant. Il rangea sa faux pendant que le corps s'étalait à terre, ce qui refroidit bien les camarades autour de la victime.

Il revenait de son tour journalier en chevauchant Bigadin son fidèle destrier gris lorsqu'il ressentit un étrange cosmos. Il venait du coin où les spectres s'étaient installés mais pourtant il était si différent. Reprenant la bride en main, tirant sur cette dernière, il fit faire demi tour à sa monture et pris la direction du cosmos étranger. Un Berserker était déjà présent en la présence de la jeune Esther, du moins sa projection astrale. Décidément, elle était toujours aussi frileuse la petite. Il s'approcha un peu plus, toujours sur Bigadin. C'est alors qu'il vit une âme passer devant lui, elle ne semblait pas venir de la forteresse des dieux jumeaux.

_ Perdu? Effectivement je pense pas qu'il l'est mais je crois que sa place n'était pas sur terre actuellement... "La mort et la vie sont au pouvoir de la langue ; Quiconque l'aime en mangera les fruits."

Jaspar attira à lui l'âme qui était sortie de nul part. Il tendit le doigt en sa direction et elle se mit à tournicoter autour. Les deux autres âmes qui l'accompagner comme à son habitude se mirent à tourner autour de la nouvelle âme.

_ Petite araignée, cet homme est assez courageux pour se promener au nez des Spectres et au nôtre. Pourtant je ne pense pas qu'il soit avec nos alliés vu son comportement.

Jaspar décrocha sa faux de son dos et la pointa vers Coronado d'un geste assez lent, ses orbites rouges s'illuminèrent encore plus tout en fixant le blondinet. On aurait presque pu croire qu'il était son frère, du moins si on voyait actuellement son visage caché par le masque de la mort.

_ Qui es-tu et que viens-tu faire ici?

Il ne se présentait pas pour le moment, il attendait ne bougeant pas, sa faux toujours pointé vers l'inconnu. Qu'allait-il lui répondre?





Un homme qui ne connaît que la peur et la faim ressemble à une bête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2763-kostas-cardinal-de-l https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2753-kostas-cardinal-de-la-famine
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge1350/1350[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyDim 4 Sep - 19:29
La Guerre s'est donc bien présentée aux portes de Jamir. Hélas, la grande tour du peuple de Mû était prête à la recevoir. Ainsi, plutôt que de s'y engouffrer en une déferlante sauvage et destructrice, la masse chaotique des armées d'Arès se trouve là, condamnée à s'agglutiner autour de l'endroit en un siège le temps que la Barrière soit levée par leurs alliés Spectres. Pour cela, le Maître du Dédale lui-même se sera déplacé pour qu'un fragment même de sa création prenne racine en ces terres, les avilisse, qu'elles soient témoins de la naissance d'un furoncle sanguinolent à la surface du territoire Jamirien. La grande Muraille de Chair, sinistre édifice de chair palpitante, large cicatrice circulaire élevée haut dans le ciel tout autour de la barrière de protection.

Alors ils devront attendre. Il devra attendre. Il s'était pourtant préparé à un assaut direct, les choses se seront avérées différentes. Déçu ? Oui, presque. Le Cardinal en serait presque déçu. Il espérait pouvoir relâcher le trop-plein de pression accumulé, s'oublier dans la bataille, laisser un voile de sang se dresser entre lui et ce qu'il souhaite ne plus voir, faire en sorte que quelques cris de douleur viennent supplanter ces voix pleines de questions et de reproches qui lui tournent en tête. Avec le goût de l'hémoglobine en bouche, oublier celui de cette amertume qui monte. Un sourire cynique se sera dessiné sur son visage, à voir tout cela voler en éclats. J'avais presque oublié à quel point le Destin aime à se faire d'un ironisme bien cruel.

En attendant, les jours passent. Bientôt, les semaines passent. Pour accompagner le bruit des grains qui s'écoulent dans le sablier, celui des murmures un peu partout parmi les rangs des Berserkers. Des murmures, puis des mots, des grommellements agressifs. Face à cette voix qui monte parmi ses troupes, la Mort aura préférée marquer le coup d'une démonstration sanglante, que les esprits parmi les siens cessent de s'échauffer. La Guerre, elle, bien au contraire, aura préféré laisser enfler. Purulente, la boule d'impatience gonfle, gonfle et gonfle chaque heures qui passe chaque jours. Et ce pas seulement chez les troupes. Chez le Cardinal lui-même.

Elle gonfle, et lorsqu'elle aura à éclater, ce sera pour déverser toute son immondice sur les murs de la grande Tour. Le Vandale ne fait rien pour crever l'abcès, non. Il se contente d'en contenir la progression, d'en diriger l'ire pour s'assurer qu'une fois cette maudite barrière tombée, la hargne de l'armée des flammes ne soit que dédoublée par cette frustrante attente.

Une attente qui aujourd'hui, se voit troublée par l'apparition d'un Cosmos pour le moins singulier. Mais avant tout, étranger, et c'est là ce qui trouble le Cardinal. Il est là, jambes croisée, allongé en haut de la muraille à observer le ciel, silencieux. Entre deux passages parmi ses troupes, il a décidé de monter là-haut, pour observer un temps la Tour plus loin. Les tours, en fait. Celle de Jamir, et celle des Spectres. Songeur, il y sera resté un petit moment avant de se laisser tomber, là comme ça, à vagabonder au travers de ses pensées, le ciel comme support accompagner sa réflexion. Un pouce qui ne cesse de caresser la surface du pendentif à son cou, une autre main portée à sa bouche pour croquer un grand coup dans la pomme qui y réside. Doucement, il s'étire puis se lève, un sourire neutre au visage.

Allons donc voir qui vient signer son arrêt de mort.

Une marche lente jusqu'au lieu. Libre de sa Cuirasse, habillé d'un simple et large pantalon de soie blanc ainsi que d'une tunique légère grenat. Assez rapidement apparaissent d'autres Cosmos qui convergent vers la position de cet invité impromptu. Eh bien, on ne peut nous enlever notre qualité d'hôtes prévenants.

Lorsqu'il arrive sur place, c'est pour y tomber nez-à-nez avec la Tarentule ainsi que la Mort. A l'égard de la première, une voix qui menace de s'élever dans l'esprit du Cardinal, sitôt réprimé par la rigueur qu'il s'est imposée dès les premiers pas engagés vers Jamir. Au second, quelques pas pour se mettre à son niveau, un vague signe de tête, et enfin un regard qui se tourne ultimement vers le troisième acteur de cette scène, illustre inconnu de son état.

Fugace mais perceptible, les yeux du Vandale roulent au ciel en une moue faussement agacée dès lors que son collègue entame ses citations bibliques.

- Et allez, c'est reparti...

C'est murmuré d'entre ses dents, d'un ton las. Un sourire jaune au visage, s'il est plus amusé qu'autre chose par cette manie du second Cardinal, elle n'est pas sans apparaître plus qu'incongrue à ses yeux. Ceci dit...

- Plus que de courage, j'aurais tendance à parler d'inconscience.

Le regard fixe sur le blond, il le darde, le détaille d'yeux qui scrutent sans pudeur. Le rictus de plus tôt se fait goguenard, le ton badin. Une légère œillade vers Jaspar lorsque sa faux vient pointer l'homme. Lentement, ses yeux reviennent glisser vers l'étranger.

- Qui que tu sois et quoi que tu sois venu faire ici, il est sûr et certain que tu ne viens pas avec l'espoir de passer cette muraille. Ou du moins si tel est le cas, je puis t'assurer dès maintenant qu'il s'agit là d'un dessein voué à l'échec.

La voix claire, l'air décontracté sans pour autant que ça fasse ombrage au sérieux de ses paroles, le Cardinal reste pour le moment sous ses atours de force tranquille. Plus bas, sous-jacent, reste cette impatience contenue, cachée sous des pensées et attitudes plus légères.

- Mais peut-être es-tu là pour autre chose, bien que j'en doute ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu200/200[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge260/260[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (260/260)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune235/235[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (235/235)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyLun 5 Sep - 12:59
Une lueur dans les ténèbres. Elle sombre sur un chemin sinueux et tortueux, indicible et étrange, une balance déséquilibrée qui disperse sa noirceur dans cet éclat de lumière. Il avance… avance lentement mais surement vers les hauts murs de chair élevés sur les terres de Jamir. Dès l’instant où ses pas l’on amené en ces lieux, Thivan l’a perçu, cet étranger. Cette lumière faite de ténèbres comme il avait l’impression d’en avoir déjà vu. Peu importe au Pontifex en premier lieu. S’il ne l’ignore pas totalement, il n’a que peu d’intérêt pour cet homme au cosmos étrange qui, pas après pas, approche des terres conquises le temps d’un siège par les armées du Seigneur de la Guerre. Ses enfants s’agitent, passent leur colère et leur frustration alors que la bataille n’est pas celle qu’ils attendaient tous. L’attente n’est pas l’adage des guerriers du chaos. Alors ils hurlent leur rage maintenue bridé, et chacun, de leurs positions tenues, observe l’étranger qui sans crainte s’avance au devant d’une mort certaine. Les Berserkers ne sont pas cléments, et si l’on ose les défier, sans peurs ils répondent, car telle était leur soif et leur désir.

Un à un, les agents du chaos s’avancent sur la scène vide et macabre avant même que le sang ne coule. De l’intérieur du mur de chair, le Pontifex observe, sa conscience perdue et tenue pourtant au cœur de cette monstruosité amenée par leur Maitre. D’ici, il peut tout observer, tout ressentir, et il voit ses Berserkers faire face à l’homme venu des ténèbres. La tarentule d’abord, insouciante ou inconsciente elle même. Puis les cardinaux, diamétralement opposés, terriblement différents.

Et finalement il se présentera lui aussi à l’inconnu, car son instinct n’est pas tranquille. Le bleu de ses yeux un instant brille dans la chair du mur, qui s’ouvre à son passage. Et sur son chemin, une nuée de ténèbres, ce cosmos de mort et de chaos qui entoure toujours le Pontifex. Toujours cette aura presque nauséabonde, mais ici, plus tant de pourriture que le malsain de son esprit indifférent, bestiale et animal. La cape relevée sur le visage, ne se distingue que la pureté de son regard, illuminant sous les impulsion de son cosmos. Mais il n’est pas tout à fait agressif – pas encore – juste présent, juste naturel. Et à chaque pas qu’il esquisse, il s’élève dans les alentours comme un nuage entourant les invités de cette étrange scène. A hauteur de ses deux cardinaux à qui il n’adresse pas même un regard, il plonge ses prunelles sur l’étranger, et un instant, un seul instant sa voix résonne, claire :

« Tu empestes la mort. »


Il ne répéterait pas les questions de Zvezdan et Jaspar, ceux-ci avaient bien été assez expansif et clair sur ce qu’ils souhaitaient savoir. Choque de Thivan partageait, mais qu’il n’avait pas besoin d’exprimé. Son seul ressenti était celui qu’il venait d’évoquer. Et ses yeux… sa personne même faite de mort et de désolation pouvait percevoir cette infime touche de mort qui entourait l’homme devant eux. Et ça n’était pas forcément une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
FaenorFaenor

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu67/240[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (67/240)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge51/330[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (51/330)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune60/427[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (60/427)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 10 Sep - 14:04
Levant la tête vers les deux personnes, les yeux clos, le voyageur sentit la violence qu'il gardait dans leurs cosmos. La première dégageait quasiment rien mais était ce un bon contrôle du cosmos ? Il n'en savait rien, il se demandait pourquoi il avait une étrange sensation. La seconde avait plus de corps, plus de violence dans les propos sans se départir d'une certaine courtoisie. D'ailleurs, le bruit d'une lame s'était faite entendre en quelques instants, il ne comptait pas le laisser passer sans la moindre explication. Silencieux, il aurait bien laisser ces deux là comme ça et continuer son chemin ; peu de chances cependant qu'ils acceptent sans rien dire.

- Je suis Coronado de l'Ombre de la Vierge, je viens ici récupérer quelque chose pour les miens. Pour le reste, je vous prie de bien vouloir reculer sans discuter, je ne veux pas vous blesser et je ne pense pas que vous le pourriez de toute façon. Des Saints avaient au moins de la valeur à mes yeux...

La flèche était lancée contre leur fierté et leur honneur. Il voulait vérifier s'ils étaient attachés à ce genre de principes humains qui les caractérisaient bien souvent. D'un mouvement fluide, il se libérait d'une possible attaque du dernier mais deux autres joueurs entraient en scène à leur tour. Le troisième avait une rage intérieure que l'Ombre reconnaissait sans peine, il était clair qu'il n'était pas homme à se laisser compter facilement. Et... enfin... Une voix sortit de nulle part et d'un geste de la tête, Coronado "regardait" dans la direction de Thivan. Voilà donc les personnes qui venaient de le recevoir et c'était loin d'etre des Spectres - attendus - ou des Saints.

- Voici donc une rencontre peu courtoise je dois l'admettre, je ne cherche pas la guerre... Mais...

Levant la tête vers l'aura sombre qui entourait Jamir, il se demandait si c'était de cela dont parlait le troisième en parlant de muraille. Il avait déjà ressenti cela à la Citadelle de chair il y a bien longtemps, il était assez étonné de la percevoir ici même. Puis, levant la main lentement, un halo lumineux l'entourait pour devenir une sphère de lumière sombre et il la projeta au loin. Elle se fit happée par la muraille de chair. C'était donc bien de cela. Arès avait usé un de ses trois coeurs et ce n'était pas une chose des plus rassurante.

- Je vois.

Simple locution. Il ne comptait pas s'expliquer sur tout cela et sentant autour de lui autant de personne, il savait qu'il n'aurait pas beaucoup de chance de tenir. Soudain, le sol s'ouvrit venant du monde des morts et un nouvel homme entrait en scène. Ses longs cheveux blancs tombaient sur ses épaules comme un linceul et ses pupilles noires observèrent la troupe devant son compagnon d'armes avec une froideur qui ne le lâchait jamais.

- Que fais tu ici ?

- Pséma m'a demandé de venir, Arès a pris la place et j'ai ordre de t'aider. Se tournant vers les Berserkers. Je suis Japheth Cappadocius, Chevalier de l'Ombre du Cancer. Je ne pense pas que vous opposerez à notre bonne volonté de récupérer ce qui nous est dû, fusse au prix d'une muraille ?


L'aura qui se dégageait de l'homme était comme la Mort, proche des Spectres. D'un geste de la main, il fit lever des créatures enterrées depuis des siècles dans les sols de Jamir, des victimes des anciennes batailles qui vécurent ici. Ils portaient des armures quasi détruites aussi mais ils se mettaient déjà en ordre de marche.

- Tu as décidé d'y aller franchement, cela ne t'a pas suffi de sacrifier ton disciple en Asgard ?

- La situation n'est pas la même. Il est vital que nous réussissions ici, là bas ce n'était qu'un amusement.

- Pfff, toujours aussi mortifère. Je vous demande donc de nous laisser passer, messieurs ? Madame ?


Les deux Chevaliers d'Ombre observaient les cinq personnes qui faisaient face, des éclats de cosmos se répandaient dans l'ère alors que la trentaine de guerriers squelettes des temps anciens n'attendaient qu'un geste de leur invocateur. Une brume sombre commençait déjà à s'amplifier autour de l'Ombre du Cancer, brume qui ne quitterait plus jamais Jamir. Sa malédiction venait de tomber sur ses frontières et les futurs chevaliers qui y viendraient... Enfin c'est une autre histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1500/1500[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge750/750[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 10 Sep - 15:27
Sa mine devait s'assombrir un peu plus en sentant le cosmos de Jaspar s'approcher. De toute évidence, elle avait manqué de prudence et quelques uns de ses mots lui étaient parvenu contre sa volonté. Manifestement, il était trop tard pour faire s'éloigner le spectre de la violence, le Cardinal de la Mort dressant sa faux devant l'homme leur faisant face. Quand bien même, ce dernier ne vacillait pas ne serait-ce qu'un peu, se payant même le luxe d'une provocation. Celle-ci n'aurait pas grand effet sur la Tarentule, qui ne s'estimait pas combattante ; une réaction de sa part quant à cette insulte sur son prétendu honneur guerrier aurait été une chose curieuse. Son supérieur trouverait certainement plus de matière à l'irritation, tandis qu'Esther se contentait d'entretenir sa nonchalance, attentive à ce que pouvait lui apprendre cet inconnu. Notamment, cette ambivalence étrange entre sa vraisemblable origine de Saint, et son nouveau rapport apparent avec les héritiers du Sanctuaire. Fallait-il prendre au pied de la lettre l'idée qu'il ait déjà combattu ses successeurs ? La petite berserker gardait l'idée dans un coin de l'esprit. Car si c'était le cas, ils partageaient au moins un ennemi commun ; à défaut d'être alliés.

C'est à ce moment qu'arrivait plus de renfort, en les personnes du Cardinal de la Guerre et du Pontifex. La tournure que prenait les événements laissaient de plus en plus craindre à l'Araignée un conflit ouvert. L'arrivée d'un dernier protagoniste, allié de Coronado, n'allait rien arranger ; des défunts revenant de l'outre-tombe dans la potentialité d'une escarmouche. Le procédé n'était pas bien différent de ses propres capacités, à l'exception qu'elle manipulait les vivants et non les morts. En sondant quelques uns, elle cherchait dans leur attitude des vestiges de leur personnalité passée, des bribes de leur libre arbitre. S'ils existaient toujours en tant qu'individus, elle pouvait espérer en faire quelque chose. Une possibilité dont elle n'était guère optimiste cependant, et qu'elle ne percevait autrement que telle une extrémité dépréciable. Visiblement, ils étaient redoutables, probablement plus que les forces qui leur étaient présentement opposées. Jaugeant cela, elle espérait que les siens ne se ruent pas dans une mêlée qui pouvait bien porter un coup fatal à leurs forces alors même qu'ils devaient se préserver contre leur vrai ennemi. Toutefois, son expression allait exprimer une forme de stupéfaction à l'évocation d'un simple nom.

-Pséma ?

En effet, ce nom ne lui était pas étranger, et cela se retrouvait pleinement sur son visage. Ce nom lui était familier d'une expérience qu'elle aurait aimé oublier : Carthage. Se concentrant un moment, elle se souvenait l'avoir entendu dans cette vision lors de leur arrivée sur ces terres maudites. Deux hommes, dans un temps reculé et avalés par des trombes de flammes alors que la cité était assaillie par les Romains, derrière eux les Saints. Les archives au Dédale avaient retenu ledit événement à une date où il ne devait plus rester de témoin.

-Il est toujours en vie ?

Son regard trahissait une once de scepticisme, comme si elle se refusait à accepter cette éventualité. Cela devait être un homonyme, c'était le plus vraisemblable. Mais l'étincelle dans ses yeux devait changer en considérant la nature de ses présents vis-à-vis, ainsi que leur filiation passée au sanctuaire. De plus, ils semblaient avoir une certaine emprise sur la mort, qui demeurait un tabou ultime même pour les porteurs d'armure. Ce recul lui avait pris plusieurs secondes, à l'issue de lesquelles Esther se tournait vers le Pontifex.

-Ce Pséma, je me souviens l'avoir vu à Carthage... Les flammes l'ont emporté lui et son ami alors qu'ils l'attaquaient...

Selon toute vraisemblance, cet événement était à l'amont de quelque chose de plus grand, dont les deux individus face à eux étaient la présente expression. Arès et Apollon s'étaient intéressés au lieu, et les soldats du premier en ignoraient toujours la raison. Coronado et Japheth mettaient en lumière ces zones d'ombres, qui n'étaient pas sans troubler la Tarentule. Mais elle ne pouvait faire plus que donner à ses chefs des clefs de réponse, qu'eux seuls pouvaient fournir en de telles circonstances.


Merci pour l'avatar Gawa !
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge1350/1350[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyDim 11 Sep - 9:46
- Des yeux bien aveugles face à la notion de valeur, en ce cas.

Ca part du tac-au-tac, sur un ton encore léger bien qu'imprégné d'un arrière-goût acerbe. Une paire de sourcils qui se froncent sur le front du Cardinal à la mention du titre de l'homme en face. Ombre de la Vierge.

- Ombre de la Vierge...

C'est répété d'une voix qui questionne. Des affiliés aux Saints ? Les dires de l'homme semblent contredire cela. Une œillade vers Thivan lorsque c'est dit, comme pour confirmer que le scepticisme soit partagé. La suite ne va pas pour désépaissir le mystère autour de l'homme, loin s'en faut.

- Ne pas chercher la Guerre ? S'avancer au sein même de son berceau, y réclamer passage comme s'il s'agissait d'un droit acquis, tout cela sur ce ton présomptueux...

La voix qui traîne, lente, Quelques doigts qui viennent gratter sous le menton, l'air faussement songeur, yeux au ciel. Les deux foyers s'embrassent en une fournaise ardente lorsque le regard du Cardinal revient darder l'inconnu de pupilles rageuses. Plus encore lorsque cette espèce de sphère d'énergie va pour voler au loin en direction de la muraille. Les lèvres se parent d'un sourire plein de dents.

- Et maintenant ça. Si, je pense bien que tu la cherches, et ce bien plus que de raison.

Sur cette réplique, le ton perd tout de cet espèce de miel faussement doucereux. Les mots sont clamés d'une voix plus dure, ferme. La Rage aux yeux, la fureur clamée, et en un contraste étonnant, les traits du visage eux placés sous le signe d'une espèce d'euphorie encore contenue. Pour aller avec cette lueur sauvage, une teinte plus pétillante. La voix si elle ne rit plus sort pourtant d'entre deux lèvres plissées en un sourire sardonique. C'est ça. Continue. J'attends que ça. Un prétexte.

Ca monte, ça gagne en évidence d'un point de vue extérieur alors que déjà, le Vandale commence à oublier son entourage, ne se focaliser que sur cet homme blond. Les prunelles appesanties sur la silhouette de Coronado, pareilles à celle d'un prédateur qui estime avoir assez tourné autour de sa proie. Oui, Zvezdan garde ce besoin de relâcher quelques démons depuis maintenant trop longtemps pour se rendre compte qu'il est peut-être plus la proie que l'inverse. Même lorsque la terre se déchire depuis les profondeurs, il peine à quitter le blond du regard pour aller laisser vagabonder ses yeux vers le nouveau-venu. De nouveau, un Cosmos singulier. Marqué du sceau de la Mort. Les yeux de l'homme peinent à communiquer bien plus que cette aura, eux-aussi froids comme la Faucheuse. Pour les soutenir, les braises du Vandale, vives, peut-être plus depuis cette arrivée impromptue.

Eux et leurs airs de parvenus sûrs de leur légitimité, à déblatérer comme si l'on était même pas là... Tseh. On va s'marrer, tiens.

Assez vite, les vestiges d'anciens guerriers venus d'autres temps accompagnèrent ce Japheth dans sa venue. C'est d'une oreille plus que distraite que Zvezdan écoute les interrogations de la Tarentule. Il n'est pas dans l'état d'esprit pour prendre ces choses en considération. Cette brume, ces Cosmos, ces guerriers... Le sourire se fige aux traits du Cardinal, d'un coup bien moins prompt à ces dehors décontractés.

- La réponse n'a pas changée sur le seul motif de quelques démonstrations de force ponctuées de vagues justifications paresseuses.

La protection de la muraille leur a été assignée, et en ce qui le concerne, le Vandale n'a pas l'intention de faillir à sa tâche face à quelques étrangers de la sorte qui ne font pas même l''effort ni de déclarer leur allégeance ni de préciser l'objet exact de leur venue. Une énième œillade vers Thivan. ça reste après tout le décisionnaire final...

Malgré ça, déjà, des volutes carmines qui se mettent à émaner du Cardinal en un Cosmos oppressant. Quelques visages déformés par Rage, Peur et Désespoir se dessinent ça et là dans l'entrelacs de Cosmos, hurlements plaintifs, voix furieuses et sifflements fantomatiques à l'appui. Une intensification soudaine, et l'énergie se fait manteau opaque autour de Zvezdan, en un espèce de vent de rouge hurlant. Deux points d'un rouge plus intense viennent percer le brumeux alors que doucement, ça disparaît pour laisser place à l'avatar de la Guerre dans sa Cuirasse.

Dans sa Furie, toujours latente, contenue, là, juste sous l'épiderme à chuinter lentement. Bientôt, certainement, il aura à la relâcher pleinement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
KostasKostasArmure :
Cardinal de la Famine

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1350/1350[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge1500/1500[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune900/900[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (900/900)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyLun 12 Sep - 9:52


Il ne fallut pas longtemps pour qu'un autre Cardinal arrive, un autre? Le seul qui était encore en fonction actuellement avec Jaspar, Zvezdan. Le Cardinal de la Guerre fut alors plus dur que celui de la Mort, montrant bien à l'inconnu qu'il ne passerait pas avec eux devant lui. C'est alors que le Pontife lui-même se dressa contre l'étranger. Le représentant d'Arès avait-il senti une quelconque menace venant de l'étranger? En savait-il plus qu'eux? Tout comme Jaspar, l'homme avait ressenti clairement d'où venait l'homme, des Enfers...

Il se présenta alors comme étant de l'ordre des Ombres, la Vierge. Il testa la muraille en l'attaqua de loin, l'attaque ne servit à rien mais l'homme blond n'avait pas l'air de s'en inquiéter plus que cela. C'est alors qu'un autre arriva, celui-ci se présenta comme étant le Cancer. Jaspar se demandait ce qu'était donc ce zodiaque de l'ombre mais il comprit vite qu'il n'était un ordre secret dépendant d'Athéna sinon pourquoi parlerait-il ainsi des saints? Le nouveau avait étaler son cosmos dans une malédiction qui fit ressortir les morts de la vallée de Jamir et c'est ainsi que des centaines de squelettes portant des armures détruites se levèrent du sol, les morts s'éveillaient sur terre. Derrière son masque Jaspar sourit, cela l'amusait fortement. L'homme en face de lui jouait tout comme lui avec la Mort, cela était intéressant.

Esther avait fait le rapprochement d'un nom avec sa mission de Carthage. Qui était donc ces hommes? Zvezdan se méfiait, fortement même. Jaspar ressentait la fureur en lui, la même qu'il avait senti au sanctuaire quand le Cardinal se battait contre le Pope. Le Cardinal de la Guerre était prêt à en découdre avec eux. Après tout Arès leur avait donné une mission, la protection de la Muraille de Chair. Jaspar tourna ses orbites écarlates vers le nouveau venu, le nécromancien, l'Ombre du Cancer.

_ Ce qui vous est dû disiez-vous... Bien même que cela soit véritable, Arès a fait de ce lieu le sien maintenant. Ce qui se trouve dans cette tour est à lui maintenant. Vouloir y entrer sans son accord c'est aller à l'encontre de sa volonté.

Le Cardinal de la Mort fit tourner sa faux devant lui et la dresse horizontalement devant lui entre les deux ombres. Toujours sur Bigadin, il les toise de son regard impersonnelle derrière son masque.

_ Défierez-vous le Seigneur de la Guerre Ombres? Ou allez-vous passer votre chemin maintenant?

Jaspar en doutait fortement. Cela sentait mauvais, le feu allait bientôt embrasser la paille de la grange et un sacré incendie allait prendre ici même... Que voulez donc les deux hommes à vouloir défiez Arès et ses plus puissants représentants? Arès avait du cacher une chose à ses troupes, Arès devait surement vouloir lui aussi ce qui se trouvait à Jamir, mais qu'est-ce que cela était?






Un homme qui ne connaît que la peur et la faim ressemble à une bête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2763-kostas-cardinal-de-l https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2753-kostas-cardinal-de-la-famine
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu200/200[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (200/200)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge260/260[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (260/260)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune235/235[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (235/235)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyLun 26 Sep - 2:18
Il ne cherchait pas la guerre, disait-il. Mais la perspective de celle-ci n’était jamais loin lorsque les guerriers d’Arès étaient dans le jeu. Non qu’ils l’appelaient tous de leurs vœux, mais elle suivait bien souvent leurs pas, autant que la mort, la désolation et le chaos. A l’observer, cette ombre nimbée d’une lumière sinistre, Thivan à l’instinct qui s’agite, hurle, souffre presque d’une force latente. Et il l’observe avec animosité presque, le regard tel un prédateur prêt à sauter sur sa proie. Il ne le ferait pas. Pas pour l’instant. Pas que la patience était une vertu du Pontifex, Thivan savait surtout que le danger rodait, comme des lames surmontant leur tête. Autant qu’ils étaient dangereux, cet homme l’était aussi.

Il ne cherche pas la guerre, mais semblait-il pourtant l’appeler.

Avec froideur, la voix et les yeux d’Arès observa l’attaque portée par l’Ombre sur le mur de chair, ne traversant ni les barrières ni la hauteur improbable de la création du chaos. Comme une évidence, comme un test. Qui était vraiment cet homme ? Est-ce que cela importait réellement ? Le plus important était de savoir si oui où non il demeurerait après les interdictions de s’avancer plus déjà prononcées. C’était trop simple de croire cela. Et plus terrible encore de constater qu’une nouvelle Ombre s’en venait cacher le soleil déjà si peu présent sur les terres de Jamir, déserté par les rayons sous d’épais nuages noirs annonciateurs de guerre et de mort. Des informations qui fusent, et c’est par le silence seul que le Pontifex répondait, observant tour à tour toujours tel un animal ces deux prédateurs venus sur le territoire conquis d’Arès.

Plus encore que le premier, le second venu laissait transparaitre dans son aura et dans sa force la mort même. Pas que les tours de passe passe et les démonstrations de puissance avaient de quoi intimider ou impressionner Thivan. Et il savait, en jetant un coup d’œil aux autres Cardinaux, que le sentiment était partagé. Les choses n’avaient pas changées. Ils défendraient les murailles, car telle était la volonté d’Arès, et parce que les choses convoitées ne l’étaient surement pas que par ces deux hommes ou ce Pséma, dont le nom ne résonnait pas pour la première fois aux oreilles du Pontifex. Oh cela importait peu.

Se redressant, le dos droit, l’œil glacé dénué de toute vie, ou peut être seulement l’imperceptible envie de sang, l’instinct délirant de tous guerriers, Thivan avança de quelques pas, répondant à cette brume par une autre, plus sale, poisseuse. Sur son chemin, tout autour de lui, le sol commençait à pourrir, se recouvrir d’une mousse purulente. Et les rares plantes sur son passage se mourraient, comme si toute vie était rendue malade puis détruite. Pour les premiers des guerriers relevés de leurs tombeaux, lorsque la brume s’accrocha à eux, les os, les quelques lambeaux de chair qui demeuraient furent peu à peu aspirés de cette factice vitalité, noircissant de puanteur et de pourriture.

« La question ne se pose même pas. Personne ne passera. »

Ils ne cherchaient pas la guerre. Mais ils l’avaient provoqué.

Peut être était-il encore temps de reculer. Ou peut être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
FaenorFaenor

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu67/240[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (67/240)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge51/330[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (51/330)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune60/427[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (60/427)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 1 Oct - 14:27
Les deux Chevaliers de l'ombre s'observèrent un instant avant de fixer de nouveau l'étrange aréopage faisant office de mur devant lui. Brutalement, les cosmos des deux hommes s'embrasèrent et s'intensifiaient au point de créer une tension comme jamais. En un instant, à la surprise générale, Japheth envoyait un uppercut sur le cardinal de la guerre afin de concentrer sur lui toutes les intentions mais la véritable attaque ne venait pas de là.

Tout à coup, un lotus noir se matérialisait sous les pieds de Jaspar. Un puits de ténèbres et de lumières salvatrices. Le coup avait été tellement brutal que le Cardinal s'écrasait sur le sol comme une coquille vide. Plus rien n'était présent en lui. L'Ombre de la Vierge avait déjà quitté les lieux comme ils avaient les informations nécessaires. Japheth observait Zvezdan avec un certain sourire alors que tout le monde devaît se demander comment agir, en effet, est ce que Coronado avait bien disparu ? La question était posée quand il prit la parole.

- Stop ! Hypnos nous a pris trois guerriers. Pensiez vous que le Seigneur de la lumière accepterait que cela continuasse ? C'est un avertissement Berserkers ! L'Augure de l'Eclat du Matin viendra vous voir sous peu, si ce n'est l'Eclat lui même... Votre Cardinal est le glaive de votre rédemption et la rhétorique n'a pas de mise ici. Se tournant vers Thivan. Hey toi ! Je sais que tu es la Voix du marcheur de la destruction, dis lui bien que nous n'accepterons plus aucune menace vis à vis de nos intérêts. Par amitié pour lui, Apollon vous prévient qu'il se montre clément aujourd'hui.

Tournant la tête, il reculait lentement tout en veillant à ne pas être attaquer dans le dos par les partis présents.

Citation :
Coronado et Japheth quittent les lieux sauf en cas de défis des personnes présentes.

Jaspar est mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge1350/1350[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptySam 1 Oct - 21:57
En guise de réponse au refus unanime qui leur fait face, les deux inconnus vont pour intensifier leur Cosmos. Ca s'abat sur les épaules de chacun comme une chape de plomb, le Vandale ne s'y soustrait en aucune façon, mais répond pareillement, paré, son regard bien lointain de son habituelle clairvoyance tant la Rage y a pris place, en cet éclat qui ne va que pour gagner en sauvagerie au fil des secondes qui passent dans ce climat de tension.

Les paupières s'abaissent une fraction de seconde, juste le temps d'un clignement d'yeux. En cette fraction, il est là, devant Zvezdan. Ce Japheth. Il est là, et il frappe, ses phalanges s'écrasent sur la mâchoire du Cardinal. Le coup est puissant. Très. Trop. Surpris, décontenancé, mais pas départi de cet élan rageur, le Berserker crache un glaviot de sang au sol, prêt à répliquer. Un sourire au visage, mauvais, une envie qui se cache sous son trop de patience depuis maintenant trop longtemps. Et elle explose, ici. Un prétexte. C'est tout ce que j'attendais.

Il va pour déchaîner ce qui dort au fond, pour dévoiler un instinct trop longtemps caché, renié. Pour l'en prévenir, ce lotus, cette déferlante, cet assaut de lumière comme de Ténèbres. La carcasse fumante de Jaspar tombe au sol, vierge de toute vie. A ce spectacle, les yeux du désormais dernier Cardinal sortent presque de leurs orbites, grands ouverts, une surprise amère collée au visage. Son mouvement s'en trouve totalement crispé, le regard fixe sur ce corps mort. Et ça se bouscule. Ca s'emmêle en un flot de pensées et sentiments contradictoires, en beaucoup de choses qui passent en tête, en bien trop peu de temps. Rien ne prend le dessus. Sa Rage ne parvient pas à exploser, la surprise refuse de quitter ses traits. Un instinct de survie primaire essaie bien de s'en mêler, malmené entre d'autres émotions, mais n'est qu'un murmure trop faible à l'oreille de Zvezdan, en l'état. Non, ici, il a une oreille de portée aux voix qui lui susurrent la mélodie du Chaos, l'autre aux mots qui viennent bien vite de l'ombre du Cancer.

Seigneur de la lum-...

La surprise ne fait que s'accentuer. Mais ici, plutôt que d'être teintée d'appréhension, elle se pare d'un arrière-goût plus que détestable aux sens du Vandale. Au fur et à mesure du discours, ça se vérifie sur son visage. Les Oracles... ? Qu'est-ce que...

Et il s'en va, cette "Ombre". Il apostrophe Thivan, lui fait part de la « clémence » d'Apollon, puis tourne les talons, comme ça. Comme s'il ne venait pas de tuer un des Généraux des armées d'Arès. Comme s'il ne s'attendait à rien, confiant, sûr de lui, de ses mots et de sa puissance. Un poing se serre, fortement.

Un avertissement... De la clémence... Le mot lui tourne en tête. Clémence. Il le répète mentalement, un énième regard vers Jaspar. Ces Oracles. Ceux-là même pour qui il cultive une méfiance qui n'a fait que s’accroître de jour en jour depuis la mission de Carthage, depuis les soupçons soulevés par le comportement de Celestia, celui-la même rapporté par Esther. Ceux qui semblent jouer trop de jeu à la fois à son bon goût. Et eux ? Eux viennent parler d'avertissement ? Eux viennent dispenser leur ô combien grande miséricorde parmi les pauvres brebis égarées du troupeau Berserker ?

Ce ton...

Son poing se serre encore un peu plus, les jointures blanchies sous trop de pression.

Ce meurtre...

Son cosmos se relâche soudain, et ce qu'il retenait avec peine jusqu'ici explose à la surface du monde.

Ces accusations...

Son regard perd tout de cette stupeur confuse d'il y a quelques secondes. Pour le remplacer, une fournaise qui brûle au centre de ces deux yeux noirs, une Rage silencieuse mais ô combien palpable. Elle est froid et secrète, cette fureur qui monte, mais elle se devine comme rarement, par ces yeux comme par cette aura qu'il dégage. Ce n'est pas la même que plus tôt. Plus tôt, il s'agissait de répondre à l'appel du sang, de défouler quelques instincts primaux. Pas ici. Ici, il y a du ressenti, une poussée vengeresse qui donne corps au sentiment, le décuple. Tout. Mots comme actions, tout dans l'attitude de ces deux étrangers n'a été que pour lentement attiser la Flamme. Et ça brûle trop, désormais. Trop pour être ignoré.

Le visage fermé, neutre, ses pupilles en guise de seules mais pourtant clairs indices de l'idée qui germe en son esprit. Droit, statique, entouré de ce Cosmos carmin, et de nouveau, les voix s'élèvent, cette fois-ci non pas en une multitude confuse et disparate, mais en un seul et uniforme sentiment clamé haut et forts dans leurs hurlements éraillés, désincarnés.

Elles enragent, ces voix. Elle crient Vengeance, elles chantent l'appel du sang.

J'vais te crever, sale chien. J'vais te buter, « par clémence ».

Le regard se fait juste reflet de cette pensée qui lui passe en tête, il fixe la nuque de cette silhouette qui s'efface au loin, s'imagine déjà la trancher, faire sauter cette tête. Il oublie, ne considère pas une seconde la facilité avec laquelle Jaspar s'est fait tuer. En d'autres circonstances, moins en proie à ses luttes internes de dernièrement, il aurait pu écouter cette voix trop faiblarde pour le moment, cet instinct qui lui hurle la folie de son prochain geste.

Mais pas aujourd'hui. Pas maintenant. Aujourd'hui, cette voix est trop faible pour passer au-dessus des cinquante autres qui crient le bellicisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
MorriganMorriganArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-bleu1500/1500[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-rouge750/750[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  G-jaune1800/1800[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  V-jaune  (1800/1800)
Message Re: [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)    [Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  EmptyDim 2 Oct - 21:53
Le répondant des siens n'arrangeait que peu leur situation. Sans doute était-ce à mettre sur le compte de la hardeur légendaire des berserkers. Ce n'était pas exacte, tant chacun semblait réservé à l'idée de donner le premier coup, au point que celui-ci devait venir de leurs vis-à-vis. L'action avait été instantanée, si bien qu'il était impossible à l'araignée de décortiquer son cheminement exact. En effet, avant de n'avoir pu faire quoi que ce soit, Zvezdan avait été projeté par le dénommé Japheth, son camarade en profitant pour faire s'éteindre un cosmos ; celui du Cardinal de la Mort. Son exécution avait été si expéditive qu'elle ne donnait pas même le temps à la Tarentule de ressentir quoi que ce soit. Elle avait été surprise, et il lui était difficile de trouver la transition vers une autre émotion.

Le souffle coupé, elle voyait que Zvezdan se trouvait dans le même état, encore que son attitude trahissait une rage ô combien réprimée. Peu importe son ressentiment, il devait bien voir où leurs adversaires se positionnaient dans l'échelle de puissance par rapport à eux. Esther pour sa part savait par avance que toute confrontation armée ne lui réussirait pas, aussi n'éprouvait-elle pas tant de frustration que son supérieur. Ajouter à cela le peu qu'elle avait vu de Jaspar, et son sort ne l'affectait que peu. Son trouble se résumait bien à ce qu'un être aussi puissant soit si facilement vaincu. Au fond, de ressentir une once de plaisir inavouée à voir l'un de ses semblables trépasser, ce qui disait son attachement à sa Maison.

En revanche, si un élément allait la déranger en particulier, cela serait la continuité des révélations délivrées par leurs interlocuteurs. Ils se plaçaient sous l'égide d'Apollon. Que ce soit eux parmi tous ne la rendait que plus circonspecte quant aux événements passés à Carthage. Apollon avait eu la vision de Carthage et celle venue à la Tarentule une fois arrivée sur ces terres maudites lui avaient révélé les ouailles présentes de ce Dieu ambigu, alors qu'ils semblaient encore au service d'Athéna. Et leurs intérêts élisaient résidence en la place de Jamir, rattaché au Sanctuaire ? Le scepticisme des enfants d'Arès ne pouvait être que légitime.

Hélas, rien ne leur permettrait de freiner les deux individus, s'apprêtant à quitter leur champ de vision à force d'inaction de leur côté. Ses congénères se savaient inférieurs, et avaient raison de s'en tenir là ; chose allant pour arranger les affaires de la Tarentule. Car alors que la tension se faisait de plus en plus froide, plus personne n'attachait aucune attention à son adresse. Les deux hommes n'avaient pas même daigné lui prêter un regard, si bien qu'il lui serait aisé de taire sa présence. Ainsi se déportait-elle d'une place à l'autre, à l'instar d'un fantôme, demeurant à proximité de ces serviteurs d'Apollon et ce, toujours dans leur angle mort. Elle était devenue leur ombre, et si elle ne les arrêterait pas, la petite comptait bien lever le voile sur leurs intentions. Cela valait le coup d'essayer.



Merci pour l'avatar Gawa !
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)  Morrig12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2648-morrigan-ft-de-la-mo
 
[Mi Aout 550] Visite d'une Ombre (ouvert uniquement aux Berserkers)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Jamir-
Sauter vers: