Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyJeu 15 Sep - 14:55

« Dors bien petite reine. »

Assise sur le lit, réveillée depuis peu -pour la...troisième fois, peut-être?-, le front brûlant, Ariane avait pris conscience de son nouveau mal dans son rêve. Mais la jeune femme était immobile, sans sourire ni joie sur son visage, juste là d'un calme remarquable. A contempler l'un de ces cauchemars vivants. La vision qui lui était offerte, une petite salamandre gisant mollement sur son lit, sans vie, fit soudainement trembler ses mains. Ses doigts fins vinrent parcourir presque tendrement le peau cramoisie de la Teigne, ultime acte d'affection, avant de déposer le petit corps mou sur le côté, sur le drap blanc. Plusieurs fois, elle avait cligné des yeux, hébétée et perdue. Les souvenirs de sa sœur... Elle les avait perçus, dans ses rêves, brûlée de ses dernières flammes bleues, comme un rêve qui s'envolait pour de bon. La Vouivre...

Sa voix avait de nouveau fait écho.

« Dors bien petite reine. »


La tête baissée, elle réfléchissait vouée à se perdre progressivement. Sa tête lui semblait surnaturellement chargée, mais ne l'empêchait pas d'observer ce qui l'entourait. A dire vrai, elle venait de se rendre compte qu'elle n'était plus seule, mais déjà, quelques choses d'étranges se produisait dans sa tête. Elle savait qui était cet homme. Mais d'une manière étrange.

Blond...Comme là-bas. Elle avait avancé, lui semblait-il, pour retrouver quelqu'un. Qui déjà? Pourquoi avait-elle sa propre image en face d'elle ? Elle cligna des yeux l'espace d'un instant.

« Qu'est-ce que c'est que ça? Une farce? » Un moment de réflexion s'était écoulé avant que d'autres bribes de mémoires viennent lui rappeler ce qu'elle avait réellement vécu. « Non. »

Non et non. Ca ne pouvait pas être elle. Du tout. Elle était Ariane. Elle inspirait, puis expirait. Après réflexion, elle eut la réponse à sa confusion. Les Marinas. Et tout lui était revenu.

"Non, ce n'est pas ça..."

La jeune femme se remémorait les paroles de son dernier rêve: vouée à devenir folle. Elle le savait, tant et si bien que ses mains allèrent se caler dans sa longue moisson touffue de cheveux d'ébène encore un peu ondulés. D'un mouvement brusque, son corps s'était relevé de ce lit, si perturbée qu'elle tenta de dépasser la grande silhouette sans respect aucun. Désespoir et résignation se mêlaient tristement au plus profond de son esprit. Son aura était elle-même ainsi. Seule. Ariane était seule.

Sous le choc, l'ancienne générale préférait fuir et ne pas penser à cette réalité face au Lion. Ce qu'elle avait décidé quelques jours plus tôt avait marqué une fin qu'elle n'avait pas prédit; et une mortelle comme elle ne pouvait rien y faire. Ces visions intruses, pas si nombreuses que cela pour l'heure, l'effrayaient. Lui rappelaient un douloureux compte à rebours que l'ancienne lectrice des cœurs devinait fort bien. Si Teigne était morte, alors toutes les salamandres avaient suivi. Et tandis qu'elle tentait de sortir de la chambre à une vitesse qui lui parut effroyablement trop lente, l'ex-atlante craignait de ne pas pouvoir retenir ses larmes.

Et pourtant, finalement elle s'était retournée, dépourvue de ce visage habituellement taquin ou calme. La générale ne savait pas où aller, ni quoi faire. Ou plutôt, ne souhaitait-elle pas encore voir, aveuglée par la peur. La peur de sa condition de mortelle. Le fait de ne pas pouvoir agir, de se sentir plus impuissante chaque jour.

"Je ne..."
Déglutir était important. "Je n'ai pas..." Il lui fallait continuer pour s'exprimer. "Je suis foutue...C'est fini pour moi...Les Lyumnades...Je suis..."

Maudite. Affolée.

Le générale avait désiré l'inverse, mais se retrouvait emprisonnée par son propre pouvoir. Pour ses propres fautes. Etait-ce cela, la rédemption d'un assassin. Et la Bretagne? Avec ce corps de mortel, c'était comme allé à l'autre bout du monde...Rien. Ils n'y pourraient rien.

Spoiler:
 




[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10



Dernière édition par Ariane le Dim 9 Oct - 2:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu260/260[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge330/330[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune216/216[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyMar 27 Sep - 18:08
    Le lion était inquiet. Inquiet pour Nimue, là-haut dans les geôles du Sanctuaire, pour Silas perdu avec l'entité étrange à l'intérieur de lui, pour Ainia disparu et qu'il n'aurait probablement jamais la chance de retrouver et pour Ariane, qui était là, malade mourante presque, dans son temple. Ennemi de prime à bord, quand Liao l'avait envoyé contre lui pour lui permettre d'emmener Nimue au Sanctuaire sous-marin tranquillement, les choses avaient bien changé. Même si leur relation avait tout de suite été assez étrange, et amusante, même pour le lion, il en était venu à considérer, étrangement, la jeune femme comme une amie. Il avait du respect pour elle et ce qu'elle avait fait pour sa cause, c'était un bon soldat et ce n'était pas mots que le lion d'or prenait à la légère. Mais l'état dans lequel était plongée la jeune fille après qu'elle se soit réveillé, sporadiquement, depuis que le légat lui avait retiré son armure et l'avait privé de son cosmos était critique.

    Childéric avait trouvé le corps des petites salamandres çà et là dans son temple, surtout dans le jardin. Il savait qu'elle partageait un lien fort avec leur maîtresse et qu'elle voudrait sûrement leur rendre un dernier hommage, peut-être... Il avait ramassé alors le corps des petits amphibiens et les avaient regroupés dans une pièce fraîche où elle ne pourrirait pas trop en attendant qu'elle puisse leur dire au revoir. C'était étrange pour lui de faire ça, mais il se doutait qu'elle aurait peut-être le besoin de faire ça. Il les avait toutes trouvées, du moins le pensait-il, toutes, sauf la préférée d'Ariane, celle qui l'avait mordu plusieurs fois, Teigne... Mais ce n'était pas la seule chose que le lion avait à préparer. Il allait partir et ce n'était qu'une question d'heures, pour le nord. Le rendez-vous qu'il avait fixé avec le guerrier divin de Beta était pour bientôt et il devait être là à l'heure ! Il faudrait qu'il trouve quelqu'un pour s'occuper d'Ariane mais qui ?

    Car elle allait avoir besoin d'aide un temps, la fièvre la terrassait et c'est durant cette période qu'elle aurait besoin de quelqu'un. Perdu dans ses préparatifs, le lion entendit des bruits dans la chambre qu'il avait accordée à l'ancienne générale. Il laissa donc tout ce qu'il était en train de faire et se dirigea vers la source de ces bruits. Il entra donc rapidement dans la chambre et c'est là qu'il vit Teigne... elle l'avait donc trouvé. Le petit corps de l'animal se trouvait là, à côté de son lit. Sûrement cette découverte qui était à l'origine de la crise. Car c'était bien de ça qu'il s'agissait. Il ne reconnaissait pas vraiment la jeune femme qu'il avait en face de lui, pourtant, il l'avait vu dans un état pire que ça. Mais là... Childéric pouvait lire dans les yeux d'Ariane à quel point elle était déconnectée de la réalité. Pire, elle ne semblait même pas le reconnaître. Elle lui avait confié que ses pouvoirs étaient liés à ses salamandres et visiblement, elle se prenait un brutal et dangereux retour de bâton.

    Comme un animal blessé, elle essaya de dépasser le lion d'or qui ne s'attendait pas à ça mais il eut le temps de réagir et se mit devant la sortie, empêchant la jeune femme de partir. Une énième fois, confrontée à sa propre impuissance. Sa propre incapacité à aider ceux qui comptaient pour lui. Il posa alors ses mains sur les épaules de la jeune femme. Il pouvait lire la souffrance dans les yeux. Mais que pouvait-il faire pour l'aider, encore une fois rien... Mais il avait toujours ce truc. Instable, risqué, mais c'était toujours mieux que l'impuissance. Il avait appris de ses erreurs. Le chasseur, il fallait qu'il le convoque. Le lion s'abandonna alors à la bête, son cosmos se mit à vibrer dans l'air, ses yeux à se fendre, perdant de leur humanité pour ceux du lion et de sa férocité pure. Quelques fractions de seconde pour Ariane, une éternité pour Childéric. Le chasseur, c'était lui qui dominait la bête et non l'inverse, mais elle en profiterait pour lui faire payer son outrecuidance. Tant pis. L'aura du lion se calma donc. Prenant un aspect plus maîtrisé, moins féroce et plus noble. Et il insuffla alors cette aura à l'intérieur de la jeune femme et ce qu'il vit le terrifia. Le vide et le chaos. C'était ça qu'il trouva. Le légat, l'avait coupé de tout ce qui constitue son essence et son âme. Un châtiment bien cruel pour un soldat qui avait si bien servi. Il fallait qu'il reste fort et le chasseur n'avait que faire de ce genre de chose. D'une voix impérieuse, qui ne ressemblait pas vraiment à la voix habituelle du lion, tout en effilant le lien cosmique au minimum, bien différent de ce qu'il avait fait avec Nimue.

    « - Tu es Ariane. Accroches-toi à ça, c'est le plus important ! Ton nom, ne l'oublie pas ! Le reste ça n'a pas d'importance, tu es forte petite chose, prouve-le ! Essaie de suivre la piste du chasseur. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyMer 28 Sep - 0:01
Dans les ombres du Temple, Ariane voyait l'instant de sa mort. Un sourire aux lèvres, son âme en lambeau. Le temps de cligner des yeux avait pourtant suffit pour qu'elle revienne à elle, hébétée. Oui, chronophage, ce temps gagnait ses secondes tandis que la lucidité se manifestait de nouveau. Les souvenirs n'étaient pas les siens, mais dans son présent, deux grandes mains s'étaient calées contre ses épaules afin de la sortir de ce songe éveillé.

Ils étaient partis vites, ces rêves. Ô, ils reviendront la hanter violemment, et ce bien assez tôt.

De ces mains, un cosmos contrôlé mais doux coulait le long de son corps, alors la brune s'était tendue. Son regard, lui, n'avait rencontré que deux pupilles étrangement fendues, là où elle aurait voulu y voir bien moins. Ou bien plus pour se rassurer. Tout dépendait des points de vue. Mais pas cela, pas cette intensité sacrificielle. Pourquoi? Le Lion avait-il seulement idée que le corps d'une illusionniste, dépourvue de tout cosmos, était une fine branche qu'il était simple, si simple de tordre désormais? Avait-il conscience qu'il perdait son temps avec une renégat, comme les autres? Qu'il se tuait pour le bien d'un autrui qui ne lui rendrait pas toujours la pareille? Qui n'avait déjà plus rien de si charmant et menaçant à la fois?

Un souffle s'échappait de ses lèvres. Oui, renégat désormais. Etait-ce réellement ce qu'elle était? Une charge? Quelqu'un de fragile, la très légère brise d'un Sanctuaire parmi les tempêtes? Encore? Son regard avait repris cette lucidité, timide mais bien là. Alors, pourquoi? Ariane voulait craquer, mais son sang était froid en apparence... Aussi froid que celui d'Eva. Il avait la lueur de ces généraux au bord d'un précipice, les bras et les jambes ballants, conscients de la mort qui planait au fond de leur Océan. Un Océan mortel qui plus est, qui n'attendait qu'un moment fatidique; le bruit de leurs corps venant se briser une ultime fois contre les rochers pointus et érodés. Le général, quant à lui, ne redonnait qu'un silence effrayant dans ce vide; Childéric comprendrait.

Et pourtant, il y avait cette main qui tentait de les retenir de leur chute, qui prenait le poignet d'une ancienne chef des mers parmi tant d'autres, un trivial souvenir destiné à disparaître, de son emprise glissante. Et ce fut seulement en cet instant que l'ancienne atlante, suspendue au vide dans cette image, se rendait compte que l'appel à l'aide qu'elle avait nommé involontairement plus tôt, mettait autant en danger son..."allié" qu'elle-même. A ce sauveur, le général parlait de ses yeux émeraudes qui croisaient les siens. Cruellement, mais nécessairement. Pour la survie de cette autre personne qui avait encore tant à vivre et elle, si peu finalement. Sans le savoir, elle s'était condamnée pour le prix de la mortalité; c'était sa faute, sa volonté. Et toute sa posture hurlait son dégoût. Ses mains finirent par se débattre, plantant légèrement leurs ongles sous le coup de la pression. "Lâche-moi."

"Lâche-moi."

Le ton fut sec. Marchant jusqu'au lit silencieusement, ses mains allèrent trouver le corps encore chaud de la salamandre cramoisie, pour finalement la tenir contre elle. Trop de monde était morts. Ariane. Ariane la Messagère, Ariane les anciennes Lyumnades. Pourquoi sacrifiait-il ses forces pour tenter de raisonner un "soldat" à terre? Ariane n'en avait nulle connaissance, mais le geste l'avait réveillé. Le danger l'avait réveillé. Elle, et la guerre qui faisait rage dans son cœur, vaste écho de l'attaque des Saints. Le sacrifice était son maître-mot mais point idiote, Childéric utilisait de ses techniques interdites pour lui parler, tout comme les Lyumnades lui avaient instruits ces souvenirs qui lui rongeraient peu à peu l'esprit. Une nouvelle malédiction.

"T'es Ariane."

La jeune Syagrii l'avait bien compris, même si les images étrangères l'empêchaient parfois de se rendre compte de ces évidences. Et même sans ses salamandres, le brune savait, se préoccupait plus des autres que du propre avis qu'on se faisait d'elle. Alors, il y avait eu cette grimace, ses lèvres closes trop fermement, préparant un vilain mensonge. Childéric. Sacrifice. Regret. Amertume...Inutilité, aussi. C'était confus et aussi limpide qu'une eau claire, aussi évident que la nécessité de faire du mal au pauvre Lion pour mieux le préserver. Ariane avait toujours procédé ainsi en tant que Lyumnades, et c'était en tant que tel qu'elle continuerait une dernière fois de parler de son verbe illusoire. Le pari était risqué, peut-être allait-elle même se donner la mort, mais plus jamais elle ne désirait revoir quelqu'un se préoccuper, se sacrifier pour elle.

C'était son triste secret. Childéric la portait dans un mythe qu'elle briserait en petits morceaux pour repartir le cœur léger et assuré vers...Où, d'ailleurs? Ses paroles fourchèrent.

"La piste d'un chasseur? De quoi tu parles, je suis déjà là, et tu es aussi condamné que moi, si ce n'est plus! Tu te sens tellement responsable des autres, que tu te détruirais pour des gens qui n'en valent pas la peine. Pauvre petit Lion perdu..." Le secret du mensonge était de s'approcher d'une réalité. Son cœur se serrait, ses yeux s'embuaient sous la feinte d'une fausse joie, ou pseudo-folie qui n'était que simulé volontairement. Elle n'avait pas envie de dire ces paroles. Le Lion était trop confiant. Trop sacrificiel. Comme elle. "Je n'ai plus rien à faire ici désormais."

"Mensonge..."

Ariane tenait le corps de sa favorite entre ses mains, un air satisfait planant sur ses lèvres. Le goût dans sa bouche était âcre. La brune n'était pas ravie. Elle partait comme si tout cela n'importait que très peu. Comme une malpropre. Le talent des acteurs ne se perdaient pas, quand bien même l'ancienne Naïade devait certainement être moins persuasive qu'auparavant, à continuer d'enjamber ses propres pièges. Par habitude, son rôle tentait d'être tenue malgré les souvenirs successifs et les petites erreurs précédentes. A Childéric de les trouver, si la colère ne lui prenait pas déjà la gorge. "Ne me regarde pas ainsi...Même si c'est mon but." Mais la honte n'attendait pas, elle se profilait au loin. C'était mieux pour lui. Mieux pour elle aussi. Il ne la regretterait pas. Alors, arborant toujours cet air vide, Ariane tourna des talons et prit la route hors du Temple, avec un sentiment de culpabilité qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant. Ô, le Lion la haïrait sûrement, mais elle préférait cela plutôt que cette personne dont elle avait une mémoire fixe continuasse à se faire du mal. Pas un regard en arrière, et pourtant, le Lion avait peut-être à s'expliquer.

Déjà, des visions percutèrent les portes de son esprit. L'idée de se retrouver seule...La renégat secoua la tête, se rassurait.

Une Lyumnade se fichait des ressentis qui la visait, non? Alors pourquoi espérait-elle que le jeune homme voit clair en son jeu alors qu'à chaque pas, elle fuyait son aide pour ce dernier "ami", s'éloignait un peu plus vers lui pour partir vers nulle part? Gardienne de l'Océan le plus inhospitalier qui soit, la franque ne l'était plus et en faisait les frais.

Etre rassurée, la cadette en avait bien besoin. Elle serra sa salamandre contre elle, prête à sortir du temple, perturbée. Peut-être bien que la Vouivre avait raison. Peut-être bien qu'elle n'avait rien à perdre à se rendre à cet endroit, désormais.



[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu260/260[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge330/330[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune216/216[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyDim 2 Oct - 0:17
    Sous l'effet de son cosmos, le lion pouvait sentir le corps de la jeune femme se tendre sous ses mains. Il y comprenait pourquoi. Le vide qu'il avait rencontré l'avait profondément choqué. Il avait connu le cosmos d'Ariane. Et il savait lui, ce que ça faisait de vivre avec cette énergie, d'être éveillé. Mais on l'avait poussé dans les ténèbres les plus complètes. Le genre de ténèbres qu'aucune autre lumière ne pouvait percer. On l'avait privé de son sixième sens d'une partie d'elle-même et d'une partie du monde. Il n'aurait pas aimé qu'on le laisse dans ce vide, dans ce noir complet et il fallait qu'il aide la jeune femme comme il le pouvait. Le chasseur, c'était l'incarnation la plus utile de son pouvoir. C'était sûrement par elle qu'il arriverait enfin là où il échouait systématiquement, à aider les gens qui lui sont chers. Elle cria après le lion, elle voulait qu'il la lâche et il s'exécuta. Il la regarda se diriger vers le lit qu'elle avait occupé et surtout vers le cadavre de sa petite bête de compagnie. Le ton était violent, claquant comme un fouet, et le lion savait que la suite ne serait pas joyeuse.

    Tout ce qui l'avait amené à côtoyer Ariane montré qu'elle était imprévisible. Mais la tempête à venir, ça, il pouvait la prévoir. Repenser à ça le fit rire intérieurement. Oui, il n'aurait jamais cru qu'il considérerait l'âme damné de l'ancien légat un jour comme quelque chose qui ressemble à de l'amitié. Leur relation était étrange et le lien qui les unissait aussi. Mais c'était bel et bien un lien, une amitié étrange, teinté du respect d'un soldat dévoué à un autre, qu'on avait abandonné quand on avait plus eu besoin de lui. Un sort pire que la mort aux yeux du lion d'or. Il n'avait pas fait autant de sacrifice pour sa cause qu'Ariane mais il n'hésiterait pas à les faire si l’opportunité se présentait... quoi que... il n'était plus seul maintenant. Il avait maintenant une raison de réfléchir avant de faire des sacrifices inconsidérés, mais il avait malgré tout du respect pour ceux qui faisaient ces choix difficiles et souvent mortels.

    Le lion s'était préparé à beaucoup de choses venant d'Ariane, mais pas de ça. Les mots qu'elle utilisa contre lui furent violents, cruels même ! Perdu, il le savait. Il ne faisait que retarder l'échéance mais il courait droit vers sa perte. Que ça soit à cause de sa bête ou de sa relation avec Nimue. Tôt ou tard, le couperet tomberait sur son cou et il le savait. Mais c'était une chose, comme toujours, de le savoir et d'être confronté en tête à tête avec la vérité nue. Childéric pouvait alors sentir la colère dans sa gorge, comme une boule qui rendait sa respiration lourde et saccadée. Cette colère qu'il éprouvait alors se ressentait dans son cosmos et le chasseur disparu alors. Laissant sa place à la bête. Créature infâme qui jeta alors son dévolu sur Ariane. Une forme d’intérêt que sa gorge connaissait bien. Le lion fit un pas en avant, puis un autre dans la direction d'Ariane et il se bloqua net. Il luttait contre l'incarnation de son cosmos. Après quelques longues secondes de silence, une sorte de compromis fut trouvé alors. Le cosmos du lion exprimait cette colère bestiale, mais c'était Childéric aux commandes.

    Il regarda autour de lui et il vit du coin de l'oeil un petit couteau qui avait sûrement dû servir à couper des fruits ou du pain. Le lion s'en saisit et le lança alors sans ménagement à la jeune femme. Il entendit alors le cliquetis du métal sur les dalles de pierre de son temple.

    « - Si tu penses que tu n'as pas besoin de moi, prend ça et fait le maintenant. Là, ici, sans attendre ! J'ai vu les ténèbres dans lesquelles on t'a plongé maintenant. Mais tu es libre de tes choix maintenant, tout comme je suis libre des miens. On t'a pris ton cosmos, mais tu as maintenant gagné le libre arbitre, quelque chose auquel on accorde beaucoup d'importance. Alors fais tes choix ! »

    Les paroles du lion étaient durs, tout aussi dur que celle de la jeune femme et elles étaient en partie motivée par la colère que ce qu'Ariane lui avait dit avait fait naître en lui. Certes, il avait réussi à maîtriser la bête. Même si on sentait ses relents animaux dans l'aura de Childéric. Mais ses yeux, verts et humain, étaient la preuve que c'était bien sa colère et sa frustration, et non celle de la bête qu'il exprimait ici, sans ménagement.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyDim 2 Oct - 2:23
Un regard dubitatif avait été adressé au Lion lorsque ce dernier lui avait lancé sèchement un couteau en guise de "présent". Un retour probablement mérité pour tous ces propos déplacés qu'elle lui adressait. Alors quel était ce sentiment d'être ainsi insultée? Sous-estimée? Les poings serrés, elle s'était retournée pour se tenir à la même place que celle du Lion. Un face à face. D'une petite salamandre, ses yeux eurent plus l'aura de celui d'un dragon; rarement la jeune femme ne s'était ainsi sentie ainsi énervée et à la fois, aussi perdue.

Le Lion rassemblait là ce qu'elle détestait; un manque de compréhension, l'auteur d'un défi qu'on lui lançait ouvertement, et enfin, un homme qui se mettait en danger pour la personne en qui elle avait probablement le moins confiance; elle-même. Etait-ce un mal pour le Chevalier? Non, mais Ariane était comme lui, dépourvue de toutes ses capacités dans le Temple. Elle ne jouait plus dans la même Cour. Tout en s'approchant, son dos s'était courbé afin que sa main ne s'emparasse de la petite arme. Jouant avec froidement, Ariane avait repris la parole.

"Tu crois que j'ai envie de me suicider? Ai-je seulement mentionné cela?" Ariane n'avait plus de cosmos, l'ancienne générale n'avait plus cette force qui l'avait caractérisé autrefois. Toutefois, les réflexes d'un assassin ne mentaient pas et Childéric blessait probablement une certaine faiblesse chez la Marina: son Ego. Aussi, d'un geste de la main calculée et mesurée, et elle renvoya le couteau dans les airs, qui alla filer près de la joue du Lion pour percuter durement et sèchement le mur. Enervée, la jeune femme l'était tout autant.

"J'aurai pu, et en même temps non. Je ne suis pas assez stupide pour sacrifier directement ce que d'autres ont tenté de protéger pour rien. J'ai passé neuf ans aveuglé par...Par...Elle et ses responsabilités, sous des airs d'enfant et d'insouciance."


C'était le devoir d'une autre personne. Une enfant perdue qui s'était raccrochée à la première corde tendue, pour redresser la tête à la manière d'un adulte. Alors pourquoi?

"Cinq ans. J'ai attendu cinq ans de voir l'ancien Légat Hassan que je considérais comme un père, dont j'avais reçu les nouvelles même pas un mois avant mon retour...Mais lorsque je l'ai eu en face de moi, son âme était perdue quelque part, un endroit inatteignable, que l'on m'avait dit. Pourtant, il était là quand j'ai atteint Alexandrie, je l'ai senti, je l'ai frôlé... J'avais foi en lui, et je viens de l'abandonner pour un choix que je n'aurai jamais pensé prendre, par égoïsme, en détruisant tout ces faux espoirs. Tout comme j'ai abandonné les rêves de ma propre sœur. Je ne peux en vouloir qu'à moi-même, je ne te demande pas de m'aider, je ne te demande pas d'utiliser tes fichus pouvoirs sur moi pour mieux te démolir. Je suis leur plus parfait échec, aux masques les plus ingrats et les plus insouciants alors que j'ai toujours eu conscience de ce que je faisais. Je les ai mené par deux fois à la perdition, je les ai tous sacrifié pour ma survie. Lytès, Râhi, Thalès, d'autres Marinas des précédentes générations, ma sœur..."

C'était cela, sa seule folie. La perte des autres, pas la sienne. Mais elle n'avait jamais demandé à être cette icône non plus. Un tribut, le terme était réducteur, mais suffisant pour définir sa vie. Et alors qu'elle continuait à observer avec dégoût et colère sa salamandre, elle constatait aujourd'hui que de toute évidence, son existence n'avait de sens qu'auprès des hommes. Si elle arrivait seulement à s'y intégrer de nouveau, fraîchement maudite qu'elle était désormais.

Déjà, la brune s'approchait du Lion d'Or, et parlait avec clarté. Le libre-arbitre. Quel sens avait-il lorsque l'on n'avait plus le choix?

"Je me fiche de mes choix, qu'ils soient bon ou mauvais, tant que je sais ce que je dois faire. J'ai tué un général pour le prix d'un échec, ma sœur pour ce même prix. Du véritable soldat, il n'y a plus que moi. Le sang neuf de l'époque. Tu voudrais te sacrifier, toi, pour une telle personne?"


Mais elle ne savait plus ce qu'elle devait faire. Ces phrases qu'elle prononçait n'avaient aucun sens et Ariane le savait, s'accrochait à une ancienne philosophie qui lui avait permis de s'en tenir à son travail. L'ancienne salamandre manquait toujours cruellement de confiance lorsque les choses n'allaient pas dans son sens. Sa détresse avait toujours été voilée par de plus grands mensonges.

Et où étaient les autres salamandres? Ou plutôt ce qu'il en restait? Ariane ne savait que faire, n'avait plus l'air si informé dès à présent, si ce n'était pour être menée aveuglement et sans grand espoir là où son rêve voulait la mener.

"...Je déteste ce genre de sacrifice."

Peu importait son mal de crâne. Se suicider aurait été simple et couard. De toute évidence, Ariane ne voulait pas mourir mais le pensait, pour autant si le reste de son histoire voulait que ses problèmes se termine en tragédie, qu'y pouvait-elle?



[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu260/260[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge330/330[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune216/216[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyJeu 6 Oct - 1:33
    Le lion vit la lueur de l'oeil d'un dragon s'allumer dans les yeux de la petite salamandre. Bien, il avait réussi à l'énerver, à la provoquer. C'était principalement son but. Il avait voulu la faire réagir brutalement. Et il avait réussi. Le suicide, elle ne l'avait pas mentionné, mais le lion avait vu les ténèbres dans lesquelles on l'avait plongé. Il y avait senti ce vide profond, cet absolu sentiment de rien. Et ça l'avait choqué... Et il imaginait difficilement un éveillé vivre ça correctement. Surtout qu'elle avait perdu plus que son propre cosmos. Elle avait aussi perdu son monde et sa cause. Ariane avait tout sacrifié pour servir le maître des mers et le peuple atlante. Sacrifice que personne n'avait reconnu, que personne ne se rappellerait. C'était là, la tragédie de la salamandre et la fin du conte. Et il ne serait pas heureux et n'aurait pas beaucoup d'enfants. Le lion adressa alors un petit sourire satisfait à Ariane quand elle fit siffler la lame près de sa joue.

    Il écouta alors. Digue dans la tempête. Essuyant la colère d'Ariane. Elle vidait son sac et crachait tout le fiel qu'elle avait à cracher. Elle parla des origines d'Atlantis, d'un légat que Childéric ne connaissait même pas, celui qui devait servir avant Liao. Un homme dont l'âme s'était perdue dans l'immensité du rêve. Elle parla aussi de sœur, une chose qui intriguait beaucoup le lion d'or et il ne rata pas une miette de cet échange. Il l'écouta ensuite parler du reste des morts qu'elle avait sur la conscience et de l'énorme poids qui pesait sur ses épaules. C'était le lot des soldats que de voir les générations passées. Combien le lion en avait vu passer lui, des générations de chevaliers d'or depuis qu'il avait revêtu son armure ? Trop... beaucoup trop ! Il frappa alors avec force dans un mur qui vola en éclat, laissa un nuage de poussière et gravas retomber sur le sol.

    « - Écoute-toi ! Tu penses vraiment qu'ils seraient d'accord avec toi de t'entendre parler d'eux comme ça ? Oui, ils sont mort, oui ils sont mort pour toi. Mais c'est parce qu'ils ont trouvé que tu en valais la peine. La vie d'un soldat, ce sont bien les plus précieux et ils l'ont donnés pour toi ! »

    Le lion avait du mal à s'entendre parler. Il n'aurait jamais tenu un tel discours il y a peu de temps. Mais il commençait à accorder un peu plus de valeur à la vie des soldats et en particulier à la sienne propre. Il l'avait offerte et ne la donnerait pas aussi facilement qu'il l'aurait jusqu'alors, rêvait. Mais ce qui l'énervait vraiment, c'est qu'Ariane ne voyait pas le respect dû au sacrifice qui ont été fait pour elle. Elle s'approcha alors du lion et il soutient son regard. Sacrifice... Oui... le pouvoir du chasseur était dangereux. Risqué pour sa propre vie car il ne le contrôlait pas complètement. Mais avec ça, il pouvait être utile. Et plus que tout au monde, le lion voulait être utile aux autres et aux gens qui comptaient pour lui. Aussi étrange que ça puisse paraître, Ariane en faisait partie.

    « - Alors tu détestes tous ceux qui sont déjà mort pour toi ! »

    Les mots du lion claquèrent alors comme un fouet. Durs et cruels. Il le savait. Quand il termina phrase, il savait que ses mots feraient des ravages et que peut-être, il les regretterait. Mais que pouvait-il répondre d'autre à ça ? Encore une fois, il se retrouvait incapable d'aider les gens qu'il voulait aider. Comme toujours. Et si au fond, plus que la bête de son cœur, c'était sa réellement. D'être incapable d'aider et devoir, petit à petit, sombrer tous ceux qui pour lui, avaient de l'importance. C'était sûrement ça, sa croix... Son fardeau et ce qui causerait sa perte. Ce besoin viscéral d'aider les gens et d'en être incapable.

    « - Je ne peux te laisser affronter ce noir seul ! Je l'ai frôlé, je l'ai vu... Ce vide ! Le libre arbitre, ça marche dans les deux. Et si tu ne renonces à rien, tu ne choisis pas ! »



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyDim 9 Oct - 2:11
Enervé. Childéric l'était. Elle aussi. Le Saint d'Or l'écoutait, tentait de hausser la voix également. Et c'était en réalité une bonne chose, la franchise marchait généralement mieux avec la jeune femme que l'apitoiement. Plus utile, plus ravageur. Le Chevalier souhaitait l'aider et voulait lui faire comprendre que sa condition n'était pas une fatalité si soutien, il y avait. Et sa seule opposition n'était que le mal-être de la brune de Neustrie qui se mordillait les lèvres anxieusement...

"Mais si je ne suis pas capable de les protéger, qu'est-ce que je vaux réellement?" Question égoïste. La brune l'observait d'un regard enfantin aussi capricieux que perdu. Dans le fond, c'était peut-être ce qu'elle avait toujours été, une gosse sans réelle voie. Mais c'était cette même qualification qui l'énervait, maintenant que l'Ecaille des Lyumnades n'était pas là pour combler toute sorte de défauts ou de qualités trop prononcés. Incertitude. Faiblesse. Aucune emprise là-dessus, aucun sang froid possible. Une aberration pour l'ancienne générale aussi joueuse et impulsive que froide et réfléchie. Sans identité. "Je n'ai pas envie que tu sois imbriqué dans mes problèmes. Je n'ai presque plus rien pour moi, mais ce n'est pas pour autant que je désire faire du mal à ce qu'il reste...Ni aux autres, ni à toi."

Léger aveu. Que pouvait-on dire réellement de ces paroles, lorsque cette personne qui se tenait précisément devant elle était un ennemi? Qu'elle venait de l'insulter pour qu'il la laisse tranquille, mais qui avait fait l'exact contraire? Du moins, c'était ce que la théorie désirait...mais l'ancienne atlante ne savait plus. Ses choix n'avaient été que basés sur des doutes, pour autant, ils avaient été les siens avant sa déchéance et cela, elle ne le niait pas. Groggy, Ariane porta une main sur son crâne, comme pour calmer ce qui tambourinait contre sa boîte crânienne.

"Douter. Faire des choix...C'est ce qu'Akritès m'a dit. Je l'ai vu, il m'a donné...Quelques explications. Sur beaucoup de choses. J'aurai pu éviter tout cela." Laconique, la brune s'était tue à cette pensée. Et à dire vrai, la rencontre avec un tel homme avait certainement influencé, ou plutôt fait remonter ses réelles pensées à la surface. C'était au Temple du Pope que la brune s'était faite sa propre idée. Dans sa main, la petite salamandre qu'elle tenait était encore le centre de son attention, tandis que Childéric prononçait ces mots comme une arrivée fracassante. Haïr...Non. Ou peut-être que si...Mais non. La tenir dans sa main complètement inanimée, sans rien pouvoir y faire, commençait à l'agacer. La bête était la preuve d'un énième échec évanoui au creux de ses mains. "C'est vrai, j'ai certainement dû les décevoir, même morts. Tu penses que c'est pour cela qu'ils vont me tuer à petit feu? Qu'ils..."

Qu'ils viendront pour certains d'entre eux la hanter? Parce qu'elle leur manquait de respect? Et les anciens Marinas d'avant guerre? Râhi?

Childéric avait certainement dû s'apercevoir qu'au-delà de l'atlante blessée, les raisons étaient plus personnelles. Ancienne tribut, ancienne Lyumnades. Alors, sa petite forme alla s'asseoir de nouveau sur le lit, dépitée. Ariane continuait à lutter de toutes ses forces malgré les difficultés rencontrées.

"Tu n'as rien vu. Tu ne sais pas véritablement...Peut-être bien que je suis vide, même si j'ai désiré ne plus être générale. Peut-être bien que je n'ai plus de place ici, ni même à Atlantis. Mais tu m'aiderais comment?"

De nouveau, la jeune femme esquissa un sourire bref, nullement trompeur cette fois-ci. Toujours simulé toutefois, la tempête avait le mérite d'être passé. Liao lui avait souvent dit que ce caractère correspondait en quelque sorte à celui de Poséidon; un grand éclat pour une réconciliation finalement très rapide.

"Pour être honnête, je n'ai jamais eu véritablement besoin d'aide jusque-là. Je ne veux pas être faible." Oui, l'aide, exceptée pour les entraînements de l'époque, elle n'avait pas été très spectaculaire. L'inverse était probablement plus véridique; Ariane avait préféré soutenir à sa façon les autres atlantes. Puis, le fil de ses pensées dérivèrent sur un sujet qui lui revenait à l'esprit avec toujours plus de clarté. Le Lac...Melizenn. Tournant sa langue trois fois, l'ancienne générale termina par se prononcer. "Mais il y a plus étrange...Je vais probablement disparaître Childéric. Je veux dire, je serais toujours là, mais j'ai peur de m'égarer, de perdre le fil, de ne plus me reconnaître...J'ai l'impression de revivre ce qu'Ariane a vécu dans le mythe grec."

Entre le personnage mythique et elle-même. Un doux sourire complice planait sur les lèvres de la jeune femme. Ariane pensa à Zvezdan. Lui qui contrôlait aussi bien les souvenirs que la Salamandre, peut-être que le Voyageur aurait parfaitement compris sa situation à l'heure actuelle? Mais il n'était pas là, et Childéric était probablement un soutien plus sûr. Mieux connu également.

"Je me suis montrée trop curieuse. Je pense avoir rencontré l'un de ces Thésée et me retrouver actuellement sur l'île de Naxos. Je n'ai plus beaucoup d'options désormais, l'histoire connaît ses versions mais ses trois grandes finalités également. Où est le libre arbitre dans cette condition, selon toi?"

Petit à petit elle abaissait le bouclier qu'elle avait tenu fermement, se montrant curieuse quant à la procédure que le Lion voulait utiliser. Baissant la tête, ses lèvres terminèrent par murmurer les intentions portées depuis son réveil.

"Je ne sais pas où je dois aller, et pourtant, j'écouterai un simple rêve à l'heure actuelle..."


Un bien étrange rêve...



[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu260/260[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge330/330[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune216/216[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyJeu 20 Oct - 15:09
    Les mots de la jeune femme tapèrent droit dans le cœur du lion. C'était là son plus gros problème, son plus grand échec et il l'avait prouvé une fois de plus ! Nimue dans les prisons du Sanctuaire ainsi que la mort d'Orion étaient la preuve de son incapacité à protéger ceux qui comptaient pour lui. Son échec, une nouvelle fois... Et ce n'était pas la première fois qu'il en était réduit à cet état d'impuissance quand il fallait que son poing, pourtant si puissant, protège ceux qui comptent pour lui. Il n'avait aucune réponse à la question de la jeune car il ne savait pas lui-même quoi faire dans ce genre de situation, il le vivait mal à chaque échec. Et la liste était longue. Bien trop longue ! Des gens auxquels il tenait, il n'avait pu en sauver aucun quand ils avaient eu besoin de lui... C'était Athéna et non lui qui a libéré Nimue de l'emprise de son maître. Personne n'avait sauvé Ainia et il ne pouvait rien faire pour aider Silas. C'était la faiblesse du lion, dans sa forme la plus pure. Il n'avait pas de réponse à ça... Il lui sourit malgré tout quand elle lui dit qu'elle ne voulait pas lui faire de mal.

    « - Capable de si grande chose, est incapable de sauver les gens qui comptent pour nous, la malédiction des éveillés. »

    Ce fut les seuls mots qu'il réussit à trouver pour répondre à Ariane... C'était peut-être bien la malédiction de l'humanité, mais sa réalité était encore plus grande pour ceux avec les yeux ouverts. Pour la suite, le lion garda le silence, écoutant ce qu'elle avait à lui dire, mais il ne peut empêcher le mépris de passer sur son visage quand elle parla de la déception qu'elle aurait éventuellement pu faire naître dans le cœur de ceux qui avaient compté pour elle.

    « - Si tu les as déçu, ce sont des idiots ! Il n'appartient qu'à toi de chasser les fantômes, de faire la paix avec toi-même avant de faire la paix avec les autres. Mais tu n'as rien à te reprocher. Tu as fait ton devoir, mieux que n'importe lequel d'entre eux ! »

    Il la regarda ensuite aller s’asseoir sur lui, petit moment de pause, de répit. Il s’avança alors légèrement à son tour. Elle lui posa alors une question simple, à la réponse terriblement compliquée. Qu'avait-il exactement essayé de faire. Il ne savait pas ! Ce pouvoir, il savait être capable d'en faire quelque chose, quelque chose de puissant, mais quoi . Il devait apprendre à la maîtriser ! Dévorer le mal et le conflit, la rage et la haine, c'était sûrement ça qu'il pouvait faire, l'aider à faire le calme.

    « - T'aider à trouver la paix. »

    Voilà la réponse du lion et pour la suite il écouta silencieusement la jeune femme. La faiblesse. Oui, c'était quelque chose de difficile à accepter. De revenir un simple mortel alors qu'on avait dépassé ce stade, tant physiquement que mentalement, se retrouver dans le chaos du vide, privé d'un monde auquel on appartient. Il l'écouta vider son cœur et exposer ses peurs. Une chose rare pour la jeune femme, il pouvait s'en douter. Il n'était pas non plus du genre à se livrer et préférer garder ce genre de problème et de questionnement pour lui. Il l'écouta aussi évoquer le mythe et sa destinée. La solution du libre arbitre. Le lion savait déjà quoi répondre à ça, c'était évident pour lui. Elle parla ensuite de ses rêves comme une seule solution, possible. C'était une piste comme un autre, c'était ça, le libre arbitre.

    « - Et bien c'est simple. Trouves-toi une quatrième solution? Le destin, ce n'est pas ce qui est écrit à l'avance, c'est le résultat de tes choix, c'est ton libre arbitre ! Tu n'es pas commandé entre trois options, libre à toi d'en choisir d'autres ! »

    Et c'était peut-être le rêve qu'elle évoquait, cette nouvelle solution !



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyLun 24 Oct - 15:27
Son regard se portait encore et toujours sur Childéric, qui arborait à la fois un visage profondément peiné et décidé. Et tandis que la lucidité regagnait à petit feu les sens de la jeune femme, redevenue calme un bref instant, la malédiction des Eveillés reprenait vie. Reprenait forme, aussi. Le Lion avait probablement vécu les mêmes événements, mais la salamandre s'était éperdue à se montrer plus capricieuse...Et probablement, elle en avait mordu sa propre queue.

Pour une fois que les informations lui manquaient et qu'elle ne s'était pas faufilée entre deux pierres...

"J'ai loupé quelque chose pendant..."
Son sommeil? Le temps de latence de sa déchéance? Sa mine se faisait un peu plus honteuse, un peu plus inquiète, probablement désolée. "Honnêtement Childéric, j'ai beau être franchement aussi rampante qu'une salamandre aujourd'hui à douter, je crois...Que tu as des problèmes à régler toi aussi, n'est-ce pas?"

Un silence planait, ne sachant plus véritablement si elle devait lutter à l'aide que Childéric lui tendait. "Désolée". Son regard parlait de lui-même. Elle finit par capituler, pressentant que rester maudite et seule ne lui faciliterait pas la tâche. Quelques pas s'étaient ainsi enchaînés avant que l'ancienne générale ne daignasse reprendre la parole, désignant sa main droite qui tenait pour l'heure, la petite salamandre.

"J'aimerai bien trouver la paix...J'aimerai tellement. Mais je ne sais pas où j'atteindrai ce stade-ci."

Le rêve ne donnait aucune explication après tout. Toutefois, pour les fantômes du passé, peut-être ne devait-elle pas baisser les bras. Peut-être devait-elle juste continuer à lutter. Oui c'était une sorte de certitudes, quand bien même les événements, les obstacles et les montagnes au loin se feront hautes et ravageuses. La vie avait toujours été ainsi avec elle, et Ariane n'en était pas morte. Il suffisait seulement d'allumer de nouveau cette petite flamme et de se dresser sur ses deux pieds. Au mieux, s'imposer face à ces pensées trop envahissantes. Si le Lion la regardait avec mépris, c'était tout simplement parce qu'elle agissait en enfant gâté, et non pas comme un noble serviteur d'une cause plus haute.

Elle devait se reprendre.

"Ou pourrais-je..."
l'enterrer? Lui rendre un dernier hommage? Il n'y avait aucun lieu pour elle désormais, et tout comme la petite Teigne gisait inanimée, elle devinait qu'il en était de même pour les autres salamandres, quelque part, dans le Temple, ou dans le jardin. Jamais elle n'aurait crû qu'elle dépendait de son cosmos. "Où sont les autres?"

La vue lui serait peut-être dure, car elles étaient désormais des expériences autrefois parfaites devenues échecs. Mais sa vie était également en jeu actuellement, aussi pressa-t-elle un peu le pas. Les souvenirs ne tarderaient pas à venir la hanter pour mieux freiné son chemin. Et de chemin, elle n'avait plus que le rêve pour espérer quelque chose. Assurément, au plus profond de ses yeux, une lueur un peu plus décidée s'était éveillée.

"Je n'ai plus beaucoup de temps devant moi. Mais je n'ai plus qu'un seul choix avec un peu plus d'espoir. Encore que...J'ai peur de ne pas parvenir totalement éclairée à destination. A Brocéliande. A dire vrai, ça sera probablement ma première vraie décision, du moins, pour ce que je crois être juste. Si c'est le libre arbitre, alors c'est bien incertain...Mais pas dérangeant pour autant. Est-ce véritablement ce que tu vis lorsque la bête prend possession de toi?"

Sa pensée n'avait pas encore été détaillée, préférant tout d'abord s'occuper du dernier problème de la salamandre avant d'entamer les recherches de la Vouivre.




[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu260/260[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge330/330[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune216/216[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptyMer 9 Nov - 17:47
    Un petit rire amusé quitta les livres du lion. Oui, elle avait raté quelques petites choses durant son sommeil. Oh oui, en l’espace d’une journée, peut-être deux, le monde avait tremblé. Sur ses fondements même. Le lion poussa ensuite, après ce petit rire un profond soupir.

    « - Oh oui, tu as raté des choses. Orion, le chevalier d’or du Sagittaire est mort, tué par Nimue, générale de la sirène maléfique, possédé par Lucius, son maître, l’ancien chevalier d’or des poissons. Nimue qui se trouve maintenant dans les geôles du Sanctuaire, où je l’ai déposé sur ordre d’Athéna, voilà, ce que tu as raté... »

    L’épisode était encore frais dans le coeur du lion d’or et le blessait encore. Quoique ce fût un ordre direct d’Athéna, ce qui avait aidé à faire passer la pilule, il n’en avait pas moins déposé sa bien-aimée dans les prisons du Sanctuaire. La suite de même, lui arracha aussi un petit rire. Oui, des problèmes, la liste qu’aurait pu faire le lion était très exhaustive et longue. Ça devait être le propre des guerriers sacrés, d’avoir une liste infinie de problème, pour pouvoir mieux régler ceux des autres et des dieux. Ou bien, c’était simplement là, le propre de l’humanité que d’avoir ce genre de problème. Il s’avança alors et posa sa main dans le dos de la jeune femme. Oui, ils avaient tous les deux des problèmes. Mais il la soutenait dans cette épreuve. Et le regard de la jeune femme en disait long. Il lui sourit alors en réponse.

    « - Tu sais, on cherche tous la paix, sans jamais vraiment la trouver. La mort peut-être, c’est là qu’on peut la trouver la paix. Et encore, je ne suis pas certain qu’on nous l’accorde. »

    Puis, il regarda Ariane partir vers sa salamandre et il savait que le moment de lui dire que les autres avaient subi le même sort était venu. Il invita alors la jeune femme à le suivre vers le jardin et il lui désigna du doigt le linge blanc posé sur le sol. Il avait ressemblé le corps de tous les petits lézards avant de retrouver la seule survivante de la colonie d’amphibien. Pour le reste, il ne savait pas vraiment ce qu’elle voulait faire des cadavres de ses étranges amis. Les brûler ou leur offrir le repos de la terre et des vers .

    « - Le feu ou la terre, à toi de voir ce qui leur convient le mieux. »

    Et il écouta alors la réplique de la jeune femme lourde de sens. Brocéliande ? Le nom disait vaguement quelque chose au lion d’or. C’était, d’après ce souvenir de la géographie de Francie qu’il avait étudié, une très grande forêt dans le nord-ouest du royaume. Mais si elle pouvait y trouver l’absolution dans les feuilles, les ronces et les fougères, pourquoi pas. Y retrouver une place et y retrouver la vue. Cette vue qu’on lui avait arrachée. Cette perception particulière du monde qu’ont les éveiller. La question de la jeune femme le prix de cours et il lui fallut quelques secondes pour pouvoir formuler correctement les mots.

    « - Non. Choisir, c’est renoncer. C’est ça aussi le libre arbitre. Tu es libre de faire ce que tu veux, mais chaque choix que tu fais, t’indique un chemin. Un chemin qu’il faut suivre alors, car tu ne peux défaire ce que tu as choisis, tu ne peux revenir en arrière. C’est un peu comme ça, que je vois le destin et le libre arbitre, comme la somme des choix que tu fais, dont le résultat serait ta liberté. Pour la bête… c’est l’oubli, l'exact opposé. Le renoncement de mon libre arbitre, sa mise de côté, pour la sauvagerie de la bête. Mais là encore, même si j’y renonce, ça reste mon choix, mon libre arbitre. À toi donc, de choisir. De renoncer, de sacrifier et d’oublier. Mais surtout, de ne pas sombrer ! »

    Et le lion sentit alors un frisson lui courir doucement l’échine. La bête répondait, à sa façon, à ce qu’il venait de dire. Oui, il lui fallait continuer de marcher sur le fil de l’humanité et réussir à ne pas tomber…


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-bleu1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-rouge1200/1200[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] G-jaune1650/1650[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]   [Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] EmptySam 19 Nov - 0:44
D'une oreille attentive, la jeune femme écoutait les propos du Lion. Toutefois, si elle ne doutait pas de la portée des préjudices, il n'y avait guère que le Sanctuaire qui avait tremblé. De quoi la mettre encore, toujours un peu de côté. Une main se porta sur sa tête, douloureuse, ou quelque chose semblait lui parler.

"Tu te souviens, mais il n'y a guère que toi qui..."


Ariane l'ignora, ce son tonitruant et accusateur. A quoi bon se répéter sans cesse ces pensées pessimistes qui...? Ah, ce Râhi...Enfin elle venait de perdre son Armure. Ou son Ecaille. Comme lui. Le visage un peu abattu, elle prononça pourtant de quoi atténuer la peine du pauvre Lion.

"Je suis désolée pour toi, je ne doute pas que cela doit t'affecter...."
Ariane baissa les yeux, elle-même dans ce cas. "...Un peu. Je...Ne t'en fais pas, je pense qu'il ne lui arrivera rien, tout comme le Sanctuaire a su se montrer clément pour mon sort, autrefois. Il en ira sûrement de même pour elle."

Elle tenta de sourire légèrement, tandis qu'elle prononçait ces mots. Pas tant que cela. Un tribut restait un tribut, tout comme un prisonnier demeurerait un prisonnier, et les menaces ne changeaient pas leur nature, dénonçant les éventuelles sanctions. Mais Bélisaire n'était plus, alors les yeux fermés, elle ravalait son doute, sachant pertinemment que les enjeux n'étaient pas les mêmes, et concédait à leurs futurs sa dose d'interrogations.

"J'aimerai me sentir concernée...mais ce n'est pas vraiment le cas."

Pour l'heure, il n'y avait aucun camp. Aucun parti dans son esprit. Et c'était une sensation très étrangère, qu'un manque de réaction pouvait évoquer. Nimue? Elle ne l'avait revu que maintenant, ne l'avait pas rencontré depuis son retour. Et ce "aujourd'hui", aussi. Hasard ou volonté, intérêts à l'égard d'un tribut ou non, ce n'était plus dans ses compétences. Sans cosmos, folie guettant, que pouvait-elle bien y faire? Rien. Le Sanctuaire était sous les ordres de quelque chose qui la dépassait, plus encore maintenant que son Ecaille l'avait quitté.

Alors elle se concentra vaguement sur les autres acteurs de cette scène. Orion. Lui, Lucius. A cette mention, Ariane termina par froncer les sourcils, quand enfin, son origine lui revint à l'esprit. Et tout s'était éclairé.

"Lucius? Comme la personne de cette rose noire?"

Oui, la Rose noire que gardait Akritès. D'un hoquet maladroit, l'ancienne atlante plaça sa main devant sa bouche pour cacher sa surprise en considérant son erreur. Elle ne savait pas tenir sa langue, parfois. Mais un acte théâtral lui redonnait déjà un peu de sa personnalité. La magicienne, dramaturge de sa petite troupe atlante, avait été ainsi après tout. Une bonne somme de défauts pour les placer sur des qualités, qualités qui rendaient ses choix impardonnables. Aucune excuse, bien qu'on aurait voulu les lui concéder. Un libre arbitre, ou un destin, comme l'évoquait librement Childéric.

Touchante maladresse.

"Ah! Oublie ça."

Et puis, il y avait la mort, pour expier certains péchés. Mais ce n'était pas ce que la jeune femme recherchait. Non, son but ne revenait qu'à trouver autre chose. Passer outre ce grand mensonge, découvrir la vraie vie, ressentir de nouveaux des sensations comme elle les aimait, peut-être même les plaisirs que lui offrirait une existence toute autre, et il lui faudrait trouver une solution. Ce parchemin en était peut-être un grand début.

Ariane se souvenait de ses propres paroles. "A chaque malédiction, il y avait une origine. Et à cette origine, une solution à la clef."

"Non. Les morts m'ont l'air d'envier les vivants, à dire vrai."
Massant ses jambes endolories puis ses bras, elle tenta de se remettre d'aplomb, dérivant sur une salle connexe à la ville. Ce fut ici que la jeune femme les perçut, ses salamandres regroupées, allongées sur le sol. Frottant ses yeux plus par émotion que par fatigue, la jeune femme s'était approchée des petits corps, les examinant avec soin avant de s'exprimer haut et fort, dos tourné. "Merci Childéric, je n'ai pas l'impression que...Enfin, j'aimais mes salamandres. C'était en quelque sorte une partie de mon existence, à cumuler toutes ces mémoires pour qu'enfin, les morts n'aient aucune peine. Aucune peur. Juste un sourire, malgré cette fin. Non, je voulais tout simplement défier la mort et sa fatalité, dans le fond."

Insolente, certains auraient dit.

"Ce sourire, à l'avenir, j'aimerai ne pas le perdre de vue. Mais surtout, ne le perd pas, toi non plus...Ce serait ne pas oser défier ce qui s'oppose à toi. Au moins cette bête, en tout cas."


Le monde serait moins "joyeux" sans toutes ces émotions, sans spectateurs et acteurs. Et surtout, beaucoup plus morne pour tout ces illusionnistes qui souhaitaient arnaquer les pauvres hères trop aveuglées. Pourtant, il était vrai que la tristesse définissait davantage ce qui se cachait profondément dans son cœur, bien malgré les larmes retenues. Et c'était peut-être pour cela qu'elle avait décidé de choisir la fin de sa salamandre, avec l'aide du Lion. Etait-ce le froid d'une terre glaise qui viendrait mordre et dégrader les salamandres? Ou un feu, brûlant, léchant leur symbole, les créatures marines et terrestres à la fois? La pensée était difficilement acceptable, maintenant que ses compagnes perdues et l'ex Lyumnades étaient désunies.

"La Terre.", finit-elle par murmurer. Ariane aurait voulu dire le Feu. Pour cette petite Salamandre née d'un éclat foudroyant, puis d'une petite flamme qui en avait jailli. Une flamme convertie en un bleu océan, tout juste parce que le rouge d'antan était le simple titre d'un malaise, d'une faiblesse auprès des utilisateurs d'eau qui jonchaient Atlantis comme des petites abeilles dans une ruche, et qui l'avait amené à tenter de se détacher, de se surpasser pour correspondre aux critères atlantes. Les urodèles étaient restées jusqu'au bout, pourtant. "Elles méritent d'être traitée ainsi, elles ne m'ont jamais fait défaut, bien malgré leur taille."

Elle revit l'espace d'un instant les images de la Guerre. De la Teigne, de cette sœur décédée qui faisait d'elle, sa cadette attristée.

L'ancienne Salamandre Cramoisie avait l'impression de devenir folle, les yeux fuyants, penauds. Les poings serrés, menées, sans les influences d'une pensée d'assassin, Ariane n'aimait pas la nature même de la mort. Et ne l'avait probablement jamais acceptée. La Terre...L'ancienne atlante n'était pas sûr que le jardin de Childéric soit la meilleure solution, sauf s'il y consentait.



[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu En ligne
 
[Début août 550] Cruelle petite salamandre... [PV Childéric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Lion-
Sauter vers: