Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyLun 7 Nov - 15:19
    Le lendemain du Cursos, le lion prit une décision. Sa nuit avait été brève. Il l’avait passé à penser. Plein de choses avaient occupé son esprit et une particulière qu’il pouvait être résolu. Du moins en partie. Et à vrai dire, peut-être qu’il aurait dû y penser avant mais l’idée ne lui était pas venu plus tôt. Les mots de Silas lui étaient revenu en mémoire après son entrevue, très brève, durant la réunion des chevaliers d’or sous l’égide d’Athéna, avec sa voisine du dessous. Elle était vraiment surprenante. Mais c’était plutôt son lien avec les esprits qui intéressaient le lion d’or. C’était un mode qu’il ne comprenait pas. Qui lui échappait complètement dans son infinie grandeur et son infinie complexité. Mais qu’il le veuille ou non, il avait plus ou moins les deux pieds dedans. La bête… le chasseur. Cette chose qui vivait dans son cosmos. Oh, il avait plus ou moins compris qu’elle n’était pas extérieure à lui-même, ce que ce n’était pas un parasite. On ne parasite pas ainsi un cosmos. Mais c’était quelque chose de différent de son moi. Quelque chose qu’il devait, pour pouvoir s’en servir et y survivre comprendre. Et il n’y arriverait pas vraiment seul.

    Il consacra le début de sa matinée à une série d'exercices physiques, routine perpétuelle qu’il avait établie depuis son plus jeune âge. Il devait garder ses crocs aiguisés, encore plus avec la guerre à venir. Il retrouva alors le chemin de son temple, mangea peu et fit quelques ablutions. Il prit soin ensuite de revêtir son armure d’or. Qu’il passa par-dessus une simple tunique de lin clair et d’un pantalon de la même étoffe mais d'une couleur plus foncé. Qui, de toute façon, ne se voyait pas sous son armure d’or. De même que pour la paire de bottes qu’il avait aux pieds. Il devait être sur le coup des dix heures, d'une matinée un peu avancée mais pas encore terminée. Il ne voulait pas dérangeait sa voisine trop tôt et espérait surtout qu’elle ne soit pas trop occupée par ses préparatifs pour la mission que lui avait confiée la déesse la veille. Elle ne tarderait pas à partir, un jour, deux peut être et le lion espérait pouvoir s’entretenir avec elle dans cette période. Il sortit donc de son temple et dévala les quelques marches qui séparaient celui du cancer et celui du lion.

    Il étendit légèrement son cosmos sur le cours trajet, pour faire comprendre qu’il arrivait. Il attendit ensuite quelques secondes devant le parvis du temple de Sunilda et fit alors le pas décisif qui l’amènerait dans l’antre des âmes. C’était un temple particulier, qui n’avait pas grand-chose à voir avec celui qu’il occupait lui et vivre ici l’aurait sûrement rendu fou à la longue. C’était sûrement le propre des étoiles du cancer que cette proximité avec l’âme des morts et le monde des esprits. Une proximité bien éloigné avec ses propres étoiles, plus proche du soleil et de sa lumière. Presque opposé. Mais tout ça l’intriguait plus que ça ne l’effrayait. Il continua d’avancer un peu dans le temple et s’arrêta. Faisant comprendre à sa gardienne qu’il ne voulait pas seulement traverser pour se rendre dans le village en contrebas mais bien s’entretenir avec elle. Il s’éclaircit alors la gorge et prit la parole de sa voix forte, qu’il modula néanmoins pour ne pas troubler l’espèce de clame solennel qui régnait ici.

    « - Le lion demande audience devant le feu follet. J’aurais besoin ds tes lumières et de tes conseils Sunilda. En espérant ne pas te déranger. »

    Et il ne lui restait plus qu’à attendre que le feu follet, le surnom qu’il avait choisi de donner à la maîtresse des lieux, ne réponde à son appel.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyJeu 10 Nov - 17:24


Une main se posa avec douceur sur son avant bras. Une silhouette éthérée et blanche apparaissait lentement aux côtés de Childéric, posant son regard écarlate et bienveillant dans le sien. Pour accompagner son apparition, un vague souffle d'un vent frais, d’outre tombe. La voix de la jeune femme qui se matérialisait était d'un calme infini, d'une sérénité qui faisait écho à ces lieux pourtant plongé dans les plus sombres ténèbres.

« Feu Follet ? En voilà un bien joli surnom, qui, je l'espère, me correspond bien. Je sais que tu ne l'as pas choisi par hasard. Tu as besoin d'un guide, c'est pourquoi tu es venu me trouver. Lion de Némée qui désire autre chose que son rugissement, ses griffes et ses crocs. Bienvenue dans ma demeure, viens, suis-moi. »


L'invita t-elle en finissant de poser ses pieds nus sur le sol, toujours évanescente et habillée de sa somptueuse robe bleue qui voletait à chacun de ses mouvements. Sans attendre son accord, Sunilda ouvrit la marche, se faisant guide dans cette nuit perpétuelle. Ici tout était plongé dans l'obscurité la plus totale, une forte odeur d'encens se faisait sentir et si comme elle le soupçonnait le Lion avait quelques prédispositions, il entendrait vaguement le murmure des âmes grises. Celles qui n'avaient de cesse de danser autour de leur Reine Immaculée. Une fois ou deux, tandis qu'il progressait, la belle tournait son faciès dans sa direction, lui souriait avec une certaine tendresse, de celle qu'une mère accordait à sa progéniture. Car ici, tout visiteur était l'un de ses enfants dont elle avait la garde. Sous sa protection, ils ne risqueraient rien.

« Tu les entends ? Ils te saluent, Lion de Némée. Et pour répondre à ta question de tout à l'heure, non, tu ne me déranges pas, je t'attendais, à vrai dire. »

Sur cette réponse mystérieuse, toute sibylline qu'elle était, Sun' reporta son attention vers l'Invisible. Souvent sa tête se perdait vers les hauteurs, dodelinait quand il lui semblait capter quelque chose. Cet endroit, bien que nimbé d'une énergie sépulcrale, d'une fervente puissance où jouaient le Cosmos et les Esprits, il y avait aussi cette dangerosité latente, d'un équilibre précaire, maintenu par elle, Sunilda. Le feu follet.

Arrivés devant le Mur, là où siégeaient les différents Visages des Morts, elle l'invita à s'asseoir, à prendre place devant d'innombrables bougies qui se consumaient inlassablement. Les flammes étaient étrangement fixes.

« Mon enveloppe charnelle se repose plus loin, tu es devant une projection de mon esprit. Ainsi je peux accueillir tout rêveur dans mon Temple. Alors… raconte-moi tout, Lion de Némée, que puis-je faire exactement pour t'aider ? Quels secrets et mystères as-tu apporté avec toi, dans ton cœur ? Que veut-il ? Ce sont les questions que tu te poses, non ? »




[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyVen 11 Nov - 21:19
    Le lion sursauta quand il sent un étrange contact, comme si le vent soufflait sur son bras, mais un vent qui n’avait rien de naturel. Devant lui, alors qu’il n’y avait rien, se trouvait Sunilda. La jeune femme qu’il venait voir, sortit de nul part ! Mais un petit sourire amusé se dessina ensuite le sur visage de Childéric. Il était content que la jeune femme ait saisi l’image derrière le petit nom qu’il lui avait trouvé. Elle était l’éthéré, insaisissable et mystique. Il entrevit à quel point aussi elle était dangereuse. Mystique attractive, liseuse d’esprits émérites. Elle savait pourquoi le lion venait la voir avant même qu’il ne lui explique et avant même qu’il ne trouve les bons mots pour expliquer ce qui le poussait à demander ainsi son aide. Il répondit donc à l’invitation d’un petit signe de tête et suivit le feu follet, au propre comme au figuré, vers où elle voulait l’entraîner. Le Mérovingien suivit donc cette blafarde lumière dans le noir et une sorte d’impression étrange lui fit tourner la tête çà et là sur leur route, comme s’il avait entendu quelqu’un l’appeler et en écho, il pouvait ressentir quelques grognements provenir de son être.

    Le prédateur avait senti une proie ! Elle ne tarda pas à apporter une réponse au lion et comme il l’avait pensé, c’était bien certains des esprits qu’il pouvait ressentir. Des salutations... c’était bien étrange. Et encore une fois, ce monde fasciné le lion autant qu’il l’inquiétait. Il répondit ensuite au sourire que lui avait lancé la gardienne des âmes. Il jeta alors un regard rempli d’un mélange de stupeur et d’admiration devant le mur des visages devant lequel ils venaient tous les deux de passer. Elle l’invita ensuite à s’asseoir et ce mur d’âme exercerait sur le lion une étrange fascination morbide. Une partie de lui hurlait de se méfier de ces âmes enfermés et l’autre, de s’y jeter corps et âme. De faire sienne leur essence. La voix de Sunilda fit reprendre au lion le cours de la réalité et cette bête, qui lui avait causé tant de problème se trouvait décidément bien trop à sa place ici.

    Il écouta avec soin les mots de la mère des voyageurs. Pesant soigneusement le sens de chacun. Se présenter ainsi en tant qu’esprit était quelque chose qui choqua le lion autant qu’il y trouvait de l’intérêt. Il comprit dans ces simples mots, le risque d’un tel voyage et ce qu’il en coûtait à Sunilda. Son corps, et avec lui sa vie, était à la merci du moindre ennemi qui arriverait à monter les marches du Sanctuaire et si elle s’était laissé emporter par le flux du monde des rêves et l’immatériel, elle ne pourrait rien faire à part voir sa propre vie s’éteindre et probablement, prendre sa place parmi les masques. Il laissa son regard vagabondé sur les masques et ses yeux s’arrêtèrent sur celui portant le visage de Silas. Il déglutit alors et se rappela que son jumeau, sa copie parfaite, avait trépassé il y a longtemps et qu’il devait probablement s’agir de lui. Mais le choc était là.

    « - Et bien d’autres encore, feu follet, et bien d’autres encore ! Je marche sur un fil, au-dessus d’un gouffre où une chute signifiait la perte d’une part de moi à laquelle je tiens. Une autre forme de petite mort, bien moins plaisante que l’original. La mort de mon humanité. La bête et le chasseur. Mais, il est plus simple pour moi de te le montrer directement que te l’expliquer. Ce que je te demande, c’est de m’aider à garder l’équilibre. La traversée, il n’appartient qu’à moi de la faire. Mais, je peux m’aider d’un bâton pour conserver mes appuis non . »

    Le lion déglutit alors, il ne savait pas du tout ce que ça allait donner, surtout dans un lieu si lourd en émotion comme celui-là. Il prit une profonde inspiration et laissa alors couler cette forme si particulière de son cosmos. Cette bête qui était la sienne. Son cosmos s’anima alors, ses yeux, abandonnant leur forme humaine pour celle d’un fauve. Puis, une puissante aura bestiale, féroce et sauvage entoura Childéric. Qu’il canalisa alors. Pour celle plus froide, plus contrôlé du chasseur. Si la bête avait dessus l’homme, le chasseur était l’inverse. C’était la domination de Childéric sur cette bête intérieure. Mais la domination bien souvent, se fait sans l’accord des deux partis, sans harmonie, dissonance dans la mélodie. Mais le lion ne s’était pas plongé complètement dans le gouffre. Il s’était simple assis sur le fils, il pouvait aller encore plus loin et se perdre. Mais c’était ce qu’il voulait éviter. Ou peut-être, apprendre comment remonter. Le souffle du lion se brisa quand le chasseur eut pris sa place. C’était comme s’il se retrouvait en plein milieu d’un banquet, à ne plus savoir vers quel mets tourner son attention. Trop nombreuses étaient les proies en ce lieu de salvation...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptySam 19 Nov - 14:43


« La Mort est totale, il n'y en a pas de petites, ce que tu vois juste, c'est son ombre penchée sur toi. Je la connais très bien, c'est le seul habit que j'aime véritablement porter. » Un petit sourire sur ses lèvres, mystérieux et lourd de sens, Sunilda conserva sa posture. « Montre-moi, oui. Montre-moi le Lion de Némée. »

La Bête et le chasseur. Durant le processus, la belle n'avait pas cillé. En revanche les quelques esprits présents s'agitèrent, anxieux de sentir un combat s'ouvrir ici, dans leur maison paisible et de tranquillité absolu. Après quelques secondes, le cosmos de la brune se manifesta pour chasser les parfums trop chargés de colère, d'agressivité et de sang. Un équilibre précaire, assurément, mais Sunilda ne fit aucun commentaire. Ses yeux écarlates détaillaient la haute stature de Childéric, comme pour le sonder. Son regard, à bien des égards, pouvait être déstabilisant pour celui ou celle qui ne la connaissait pas. Le silence se brisa :

« Tu es comme Héraclès. Tu es comme le Lion de Némée, mais tu oscilles et n'as pas compris ta nature profonde. Ces étoiles ne t'ont pas choisies pour rien et tu ne fais que me montrer de la souffrance entre ces deux parties de toi. Que tu n'acceptes pas, que tu repousses parce que tu en as peur. L'Humanité… qu'est-ce que c'est en définitive ? Tu pourrais très bien me dire que je l'ai perdu, moi, à me présenter ainsi devant toi. Immatérielle, incapable de te toucher, c'est ce que tu te dis ? »

Doucement, la belle se redressa. Les pans épars de sa robe bleue dansaient à chacun de ses mouvements et, arrivée devant lui, elle porta une main à son visage qu'elle effleura du bout des doigts. Son sourire qui n'avait pas disparu, se fit plus doux, plus rassurant :

« Pourtant tu as bien senti ma main caresser ta joue, non ? Sa chaleur alors qu'elle n'existe pas, pas vrai ? Il te faut voir au-delà des choses. Te détacher du monde, mais en es-tu seulement capable ? Je le pense, je sens la marque éclatante de notre Déesse couler en toi. Tu es un funambule, or je vois des mains prêtes à te soutenir. Un ancien Poison écarlate dont tu devrais pourtant te méfier. Ceux nés sous les étoiles des Poissons… Eux portent une réelle malédiction les destinant à une vie solitaire, d'Ermite. Parce qu'ils manipulent la Vie d'une façon… incorrecte. »

Poissons et Cancer étaient diamétralement opposés en ce sens. Et il était évident que Sunilda leur portait une méfiance assez étrange. Pour autant, elle avait rencontré l’Éminence Grise Akritès et son disciple devenu Poison Blanc à son tour. Mais les choses avaient changé, les Poisons s'écoulaient sans jamais rester dans la lumière. Ils s'en retournaient ailleurs, là où devait être leur place. Leur rôle et leur devoir que la Voyageuse respectait.

« Tu as déjà toutes les cartes à ta disposition Lion de Némée, chasseur, soldat d'Athéna. Il ne te manque plus qu'à ouvrir les yeux. Car devant moi je ne vois qu'un autre Aveuglé… et il est de mon devoir de te montrer le chemin. Comme mon époux, Airôth ou encore Andhrimnir… Pour ne citer qu'eux. Connais-tu la constellation du Cancer ? Que sait-tu sur nous, Childéric ? Prince Déchu, Prince Aimé d'un Poison ? »



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyDim 20 Nov - 2:41
    L’ambiance qui commençait à se dégager de cette petite rencontre renvoyait le lion des années en arrière. Quand il n’était pas encore le lion, mais encore un petit chaton qui se voyait peut-être un jour roi. Maintenant, il avait sur la tête, une couronne fantoche d’or et de sang. De violence et d’oubli. Et même le roi de l’or rouge doit parfois, reprendre une leçon de vie. Même s’il s’agissait plus en réalité ici d’une leçon d’équilibre. Il était aussi presque amusant de voir le petit feu-follet dévisager et jauger ainsi l’énorme lion. Mais c’était là son domaine et c’était à elle d’édicter ses règles, surtout que Childéric était son débiteur. Il sentit l’aura de la jeune femme se rependre doucement et au lieu de l’apaisait le fit étrangement frisonner. Lui hérissant les cheveux et le poil. Mais il eut l’effet de néanmoins calmer les hardeurs de la bête qui semblait être momentanément éloigné de sa charge funeste.

    Les mots de Sunilda sortirent alors le lion de la transe mystique dans laquelle il se trouvait. Il était difficile de rester assis sur un fil suspendu dans le vide sans tomber. Hercules ? Voilà une douce ironie qu’il goutta amèrement, lui qui s’était toujours vu embrasser les traces d’Achille. Elle aurait pu ensuite s’arrêter à sa phrase suivante et elle en aurait dit assez au lion pour l’aider à comprendre certaines choses importantes qu’il avait longtemps échappé. Cette bête faisait autant partie de lui qu’il faisait partie d’elle. À des années-lumière de la malédiction de son ami Silas, elle était pourtant la manifestation de ses crocs. Si bien forger qu’ils ont donné naissance à la créature qui devait les porter. Après tout, le lion de Némée dont il incarne les étoiles était bien la fête féroce que le héros avait pour but de tuer. Oui, ce n’était pas là, une question d’incarnation ou de désincarnation, mais de garder le dessus sur cette faim qui était en réalité la sienne. Mais une faim de quoi ? D’émotions, de sentiments. D’amour et de haine. De colère et de joie. De vie et de mort. C’était ça, dont il voulait nourrir ses poings.

    Le lion aurait voulu répondre, mais il était là pour apprendre et il attendit la jeune femme, il la vit se mettre à bouger et il savait qu’elle avait encore des choses à lui dire et des mots qu’il devait entendre. Des vérités surtout. Son cosmos vibra, à vif, quand elle se mit à parler des aspects plus personnels de sa vie. Tout ça agitait la bête, comme si on lui présentait un morceau de viande et qu’on le lui retirait. Du poison hein ? Oui, peut-être sûrement. C’était sûrement ça, la nature d’une relation, un poisson. Une ciguë qu’on boit soi-même, mais une ciguë au goût si sucré, que maintenant qu’il y avait goûté, le lion n’y renoncerait pour rien au monde. Car lui, éternelle pessimiste qui toujours s’était plus retrouvé dans la mort que dans la vie, y avait enfin trouvé un autre intérêt que celui d’égaler les prouesses d’Achille. De vivre sa propre histoire. Le lieu particulier rendait le contrôle de la faim de la bête difficile pour le lion et il oscillait dangereusement sur son fil. Proche de la chute et de ce qu’elle impliquait.

    Et arriva alors le temps des questions et celui encore plus douloureux des réponses. Il était le lion de Némée et sa peau était invulnérable. Il n’avait pas peur du poison et de ces dangers. Il pouvait toujours l’éliminer et surtout, y trouver un remède. Il prit une profonde inspiration et entreprit de répondre au feu-follet :

    « - Je sais que tes étoiles font de toi la gardienne des âmes perdues et des morts. Que le cancer se trouve être l’étoile qui guide les rêveurs. Que la mort fait partie de vous plus que chez n’importe qui. Un feu follet. »

    Le lion n’avait jamais trop côtoyé les autres porteurs de l’armure de Sunilda, mais la proximité des deux temples qu’il est difficilement possible pour les deux guerriers de ne pas se croiser et de se connaître un peu. Son maître lui avait parlé des particulières des étoiles gardiennes de la constellation du crabe.

    « - Pour le reste, ce n’est pas le voyage qui me fait peur, c’est la destination. Cette humanité qui me fait défaut, est différente de ce que tu fais. Je pourrais te montrer alors, ce qui passe quand je chute complètement. Mais... je ne sais pas si je pourrais me rattraper moi-même. Ni même s’il restera quelque chose à sauver. Une bête, un lion en particulier, a besoin de manger et la nourriture de cette bête là est particulière. Tu dis qu’elle fait partie de moi... oui, c’est quelque chose que j’ai longtemps soupçonné sans jamais vouloir l’admettre ou le reconnaître. Aveugle oui, c’est bien résumé. Aveugle à moi-même et au monde autour de moi. Mais tu sembles déjà tout connaître de moi... Il me faut les yeux grands ouverts pour affronter le monde. Ouvre-les-moi s’il te plaît ! »

    Il avait besoin d’être capable de remonter une piste. De traquer ses ennemis comme le chasseur qu’il était sensé de devenir. S’ouvrir les yeux, c’était enfin s’accepter, mais qu’avait-il à accepter et qu’avait-il devant ? La nuit... Le rêve. Voici l’heure où le lion rugit. L’aura du Mérovingien se mit alors à trépigner, comme si cette partie de lui attendait aussi cette révélation.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyDim 20 Nov - 17:12


Sunilda semblait satisfaite de la réponse apportée par son voisin car, avec énergie, elle hocha la tête avec un joyeux sourire. Oui, les Saints du Cancer avaient une relation particulière avec la Mort et son Monde, avec ses habitants, les êtres qui se perdaient entre deux mondes. Tel était son rôle à elle, l'Ethérée et elle l'avait accepté depuis fort longtemps. Bien avant son initiation, peut-être. Quoiqu'il en soit, elle avait un Rêveur en face d'elle, désireux d'accéder aux hautes sphères de ce Monde Nouveau. La Porte des Esprits. Ouvrir les yeux. Il était suppliant, perdu, presque à vaciller devant elle ce géant blond à la peau d'un Lion invulnérable. Qu'importe l'épaisseur du cuir si à l'intérieur, tout n'était que doute et blessures mal refermées.

Qu'il en ait conscience était déjà un premier pas en soit, une porte laissée entrouverte qu'ils le faudrait franchir.

« Il ne te manque qu'un pas à faire, Childéric. Je peux être ton impulsion mais ce voyage, tu devras le faire seul. »

Comme Airôth du Taureau avant lui qui avait perdu ses étoiles, puis retrouvées. Sunilda s'abstint de lui raconter l'histoire de son bien-aimé, ce n'était pas à elle de l'énoncer, de la raconter mais à Taureau Blanc. Le Lion de Némée avait besoin d'un feu follet. La jeune femme était véritablement touchée par la demande de Childéric, si bien qu'une légère note compatissante transparu dans ses prunelles écarlates. Les voix des chuchoteurs se firent plus audibles. Comme pour l'encourager en ce sens.

« Très bien, très bien, je vais te montrer le chemin mais tu devras l'arpenter seul, d'accord ? » Elle le regardait avec douceur, flottant au dessus de lui pour continuer de l'observer intensément. « Mais tu dois bien comprendre que ce voyage ne sera pas sans sacrifice et… dangereux. Tu pourrais définitivement te perdre et je ne pourrais rien faire pour toi si la Bête prend totalement le dessus. Là où je vais t'emporter, ce sera à toi de la combattre. »

La jeune Sunilda attendit le moindre signe de son accord pour se pencher davantage vers lui, fermer les yeux, lui intimer de faire pareil. Ses mains immatérielles traversèrent alors l'enveloppe de chair du Saint du Lion. Aucune douleur, tout juste une impression de vide absolu, d'un silence pesant et total. Plaisant et tranquille quelque part. Nulle musique pour les accompagner. Pour les transcender. Ainsi la Sainte du Cancer sépara t-elle le corps et l'esprit de son vis-à-vis, le tenant par le bras.

« Ouvre les yeux... » souffla Sunilda d'une voix blanche. « Je sais que c'est… étrange de voir son propre corps. Tu t'y feras. Comment te sens-tu ? »

S'enquit-elle, Mère-Louve inquiète.

« N'aie pas peur des Chuchoteurs Gris. Ils sont inoffensifs. Ils sont pareils à des enfants émerveillés par ta lumière. Laisse les te toucher, certains d'entre eux pourraient te suivre. Ne les repousse pas. Ou tu risquerais d'éveiller leur tristesse. Je devrais alors les consoler tous et nous perdrons du temps. »


En effet, quelques uns de ces formes indécises et grises s'approchèrent, virevoltèrent autour d'eux, faisant voleter la très longue chevelure de leur Mère qui riait aux éclats avec eux, attentive et douce. Ils jouaient avec elle d'une manière si spontanée que l'image d'un enfant avec leur mère était décidément bien choisie.

« Ils sentent que tu prépares ton cœur. Tu vas être père, Lion de Némée ? C'est pour veiller sur ta progéniture que tu te risques à entrer au seuil de mon Monde ? »



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptySam 26 Nov - 19:39
    Le lion écouta alors la voix de Sunilda. Il était sur le point de plonger dans un monde inconnu où il n’avait pas la moindre idée de ce qui pouvait lui arriver ni de ce qui allait se passer. Inquiet, plus qu’effrayé à l’idée de passer cette porte sans qu’il ne sache vraiment ce qu’il allait trouver de l’autre côté. Il secoua doucement sa tête, la voix des âmes perdues se faisant plus présente et avec elle, la volonté de la traque et de la chasse. Comme si le fil sur lequel il s’était assis s’était mis à trembler. Rendant l’exercice d’équilibre encore plus difficile pour le lion d’or. Mais il n’avait pas le choix et c’était pour lui, il le sentait au plus profond de son cœur, le seul moyen de comprendre et maîtriser cette force qui faisait partie de lui. De savoir enfin s’en servir de comprendre l’essence de la traque. Car s’il avait au moins une certitude, c’est que son pouvoir à lui, n’avait pas la bienveillance maternelle de Sunilda.

    Se perdre ? Oui... C’était un risque et il y était préparé. Oh, il se ferait tirer les oreilles pour avoir de tel risque si elle savait. Mais il était prêt à les prendre de toute façon. À les prendre pour tout ça. Il avait dans cette aventure, bien plus à gagner qu’à perdre. Il hocha lourdement la tête en regardant Sunilda. Il était prêt, à quoi, il ne savait pas. Mais il était prêt ! Et les mains de la jeune femme, aussi douce que légère, pénétrèrent la carcasse du lion d’or. Il s’était préparé à ressentir beaucoup de choses, de la colère. De la douleur. De la rage. De la peur. Mais rien de tout ça. Ce qui le choqua, c’est le vide absolu dans lequel passa brièvement son esprit. Un néant total. Passer le voile, une épreuve difficile. Le lion ouvrit alors les yeux comme on le lui avait demandé et vit alors son propre corps qui s’était écroulé. Il se vit alors là, allongé sur le sol. Presque mort. Son regard n’arrivant dans un premier temps pas à se détacher de son propre corps, ce furent les mots de Sunilda qui firent reprendre au lion le sens du réel, ou du moins, du monde dans lequel il se trouvait.

    « - Affamé ! »

    Les mots sortirent tout seul de sa bouche, sans vraiment savoir pourquoi il disait ça. Ce n’était pas la faim du corps qu’il pouvait ressentir. C’était un étrange sentiment, à la fois si semblable de la faim et si différent. Une sensation unique, sur laquelle il était au fond, difficile de mettre des mots. Mais la faim... Il vit ensuite tournoyer autour de lui d'autres petits spectres. Le lion tendit alors la main sous l’indication de la maîtresse des âmes mais il hésita longuement. Doucement, il fit alors avancer sa main petit à petit vers ce qu’on lui avait désigné. Et quand sa main toucha le chuchoteur gris, d’après ce qu’avait dit Sunilda, il pouvait sentir des puissantes vague d’émotion passer à travers sa main et doucement remonter vers lui. Bonne ou mauvaise, le sentiment comme devenu tangible sous la main du lion perturbèrent son aspect astral et il eut l’impression de se perdre dans ce tourbillon étrange. Il se perdit dans ces images qui lui étaient renvoyées, dans cette vision d’une famille heureuse. Un rêve qu’il pouvait saisir dans ces poings...

    Mais encore une fois, les mots de la prêtresse des âmes perdus firent revenir le lion à lui, un feu follet aiguillant son chemin dans les ombres. Il se tourna alors vers elle et il savait que ses yeux avaient quelque chose d’étrange, il pouvait le ressentir. La fusion de l’homme et de la bête. Il pouvait ressentir cette instabilité à l’intérieur de son cœur et le chaos que les mots de la jeune femme avaient fait naître. Oui, il allait bientôt devenir père avec tous les dangers que ça impliquait et si elle avait pu lire en lui aussi facilement, représentait-elle un danger pour le futur ? Et le lion put alors sentir comme s’il sentait un pain sortant du four, la vie et les émotions qui émanaient de la jeune femme. Ainsi que de bien d’autre chose aux alentours. Il pouvait sentir une certaine forme de panique s’emparer de lui qu’il essaya tant bien que mal à canaliser. Et il ne put se calmer complètement et se devait sûrement transparaître dans sa voix.

    « - Si je me risque à entrer au seuil du monde c’est pour être capable de contrôler cette faim étrange que je ressens depuis que je suis venu dans ce monde. Pour pouvoir utiliser cette faim pour protéger ceux que j’ai si longtemps était incapable d’aider et pour ne pas que les gens auxquels je tiens se retrouvent consumé par elle. »

    Il ne pouvait répondre clairement à la jeune femme. D’une, il ne le voulait pas, c’était son secret et il devait le garder absolument. Le moindre petit murmure pouvait prendre, à l’autre bout du monde, des proportions bien plus dévastatrices que leur point d’origine. Il ne savait pas encore dans quelle mesure il pouvait confier des choses à la jeune femme qu’il avait devant lui et elle semblait déjà en savoir bien trop au goût du lion d’or. Elle semblait être capable de lire en lui comme dans un livre ouvert. Il voulait cependant la croire animé de bonne attention, elle aurait refusé de l’aider autrement. Elle prenait soin de ces petits marcheurs comme s’ils étaient ses enfants et ouvraient les yeux des aveugles quand ça lui était possible. Mais il s’agissait là de problématique bien plus terrestre et de la confiance d'autres personne qu’il ne pouvait non plus trahir et qui avait plus d’importance que sa propre vie !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyDim 27 Nov - 14:34


Affamé, voilà ce qu'il lui avait répondu et aurait dû faire trembler d'effroi la Mère et ses enfants éthérés. Mais il n'en était rien. Ici, la belle était maîtresse en son royaume, plus encore en plein cœur de son temple. Et si le Chasseur et la Bête devaient glisser dans les pires extrémités, Sunilda n'était pourtant pas dénuée de certaines défenses pour l'aider dans sa tâche. Tâche qu'elle prenait très au sérieux. Un égaré, un aveuglé s'était présenté au seuil de sa demeure, il était de son devoir d'accompagner ces êtres sur la voie des Rêveurs.

Sans jamais le lâcher du regard, la belle le regarda appréhender son monde, toucher du bout des doigts les Gris Chuchoteurs. S'il croyait qu'elle serait un juge, une maîtresse incontestée et dure, le Lion se trompait sur la Sainte du Cancer. Un feu follet oui, juste un guide et rien de plus. Une main habile pour lui montrer les différentes directions à emprunter. Car c'était à lui de faire ses choix et jamais elle n'oserait s’immiscer dans sa Vie. Le conseiller ? Peut-être, mais seulement s'il lui demandait. Car là, c'était une certaine forme de trouble et de méfiance mêlées que la belle Reine Immaculée ressentait en le cœur tourmenté de l'Homme et la Bête.

« Tu es animé par une noble cause. Ici ta volonté sera mise à rude épreuve, sache-le. Tu peux te perdre totalement ou te retrouver… Je serai là, mais je ne saurais interférer. Comprends-le, Lion de Némée. Sauf si… tu me le demandes, alors... »

Elle n'acheva pas sa phrase, se fermant brusquement, lèvres pincées et sourcils froncés. La Mère Louve ne saurait continuer à lui expliquer cela. Il ne comprendrait pas cette notion de sacrifice dont elle saurait faire preuve, le cas échéant. Sunilda ne voulait pas l'inquiéter, ou le faire douter. L'écarter de sa route. Et il y avait Taureau Blanc, aussi, liée à elle, elle liée à lui et il était presque certain qu'il capterait son désarroi. Calmant son propre cœur et son esprit, la jeune femme esquissa un petit sourire encourageant.

« Allons-y. »

Avec douceur, la Cancer s'approcha de la forme éthérée du Lion d'Or et noua ses mains aux siennes. Le feu follet concentra alors son énergie issue des étoiles et ils traversèrent le voile. Pour partir au-delà des étoiles.

« Depuis peu ma constellation s'est confondue avec celle de Taureau Blanc. Aujourd'hui, les nôtres se rencontrent aussi. Tu dois alors comprendre et accepter ce Lien qui nous lie, et va nous lier jusqu'à notre Trépas. Cela est-ce dérangeant pour toi, Childéric ? »

Elle l'appelait par son prénom véritable, celui terrestre pour qu'il n'oublie pas ses racines. Devant eux, un espace infini et sombre. Ils transitaient encore, une impression assez similaire des déplacements interdimentionnels des Gémeaux. Soudain, les astres s'arrêtèrent et ils arrivèrent dans un monde où le gris s'imposait partout. Et là, à quelques mètres, une Porte immense, similaire au Mur des Esprits qui trônait au milieu de son Temple.

« Ton voyage commence ici. Tu dois passer l'Arche et suivre les Lents Marcheurs. Ils progressent lentement, parce que leur cœur est lourd et chargé des souvenirs de leur Vie. À mesure des pas, le poids s'envolera parce qu'ils oublient. La Mort les prenant dans son giron. Tu subiras la même chose. L'Oubli. »

Première épreuve pour le Lion de Némée. Serait-il prêt à abandonner cela pour avancer sur cette voie ?



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyLun 5 Déc - 1:36
    Une noble cause ? Le lion n’était pas vraiment sûr. Il voulait éviter que cette bête ne devienne un problème, arrêter de vivre sur le fil, du moins, gagner un peu plus de stabilité dans son âme. Pour sa belle et son fils à venir. Mais il savait qu’il se ferait sûrement tirer les oreilles pour risquer ainsi sa vie, le jeu en valait largement la chandelle et c’était un risque qu’il devait prendre, s’il voulait prendre un autre chemin que celui de la mort. C’était peut-être ça qui avait manqué à son maître et qui lui avait manqué à lui... un autre chemin à suivre. Non pas celui du soldat et de la mort promise, glorieuse. Mais celui d’une autre vie. Une vie qui vaudrait qu’on se batte pour la conserver et non pour la perdre. C’est ce qu’il avait maintenant, c’est le cadeau qu’on lui avait et c’est pourquoi il allait prendre ce risque. Sa volonté était déjà mise à mal par l’univers entier, un peu plus ou un peu moins... Si elle avait déjà dû rompre, elle l’aurait déjà fait !

    Le lion hacha la tête quand le petit feu follet lui précisa qu’il était temps d’y aller. Il la laissa faire et tout ça était particulièrement étrange à ses yeux et surtout vis-à-vis de ses sens. Comme si un tout nouveau prisme de sensation s’offrait à lui. Tant de chose qu’il aurait pu saisir entre ses crocs mais c’est une faim à laquelle il devait résister et il se laissa emporter ainsi par l’énergie des étoiles. Il sentit qu’il venait encore de passer à une strate différente de la réalité, si seulement il était encore dans le plan qu’il pouvait nommer réalité tant l’endroit semblait mystique et irréel. Seul point tangible, son guide qui l’avait invité ici, Sunilda. Petit point dans l’infini, futilité de l’existence, à quoi bon rester en bas quand on peut voyager ici ? Childéric... oui, c’était ça la première épreuve, ne pas oublier la réalité !

    « - Nous partageons tous le destin des étoiles. Nous nous suivons dans le zodiaque, nos étoiles ont déjà des choses en commun. Nous partageons le même destin du soldat. Je n’ai pas de problème avec ça petit feu follet. Nos destins sont liés dans l’or et les étoiles. »

    Puis, les deux âmes sans corps terminèrent leur premier voyage à travers les étoiles et l’infini pour arriver dans le monde du gris. Sans couleur ni nuance, un monde particulier où il n’y avait qu’un seul chemin. Une route unique à suivre, dans un seul sens, vers une seule porte. Mais il ressentait un attrait tout particulier pour ces longs marcheurs, pour ces gens qui étaient voués à perdre tout ce qu’il avait été. Et à s’oublier eux-mêmes. Si c’était ça tomber au fond du gouffre . Ne faire qu’un avec l’abîme et perdre l’essence de son âme . Non, ça devait être autre chose, quelque chose de différent. Il y avait une différence entre les marcheurs et le lion. Lui, n’était pas mort. Mais cette étrange transe était elle vraiment si différente de la mort . Aveugle oui. Il ne connaissait rien à ce monde. Tout ce qu’il savait, c’était que les gens chargés de souvenir aiguiser la faim de sa bête et doucement effilocher les fils de sa volonté. Mais peut-être que cette forme qui était la sienne n’était pas forcément la bonne... Des questions. Et peut-être les réponses l’aideraient à faire les pas supplémentaires. Car chaque pas qu’il avait fait dans le chemin des oublieux était difficile. Comme s’il devait soulever à chaque pas la terre, de plus en plus lourd. Le lion sortit alors de son silence, comme s’il avait repris alors conscience du monde qui l’entourait :

    « - Mais que suis-je censé oublier ? Ce n’est pas justement, pour garder en tête qui je suis que je suis venue ici ? À quoi bon oublier tout ce qui me fait avancer et à quoi bon oublier pour tout recommencer ? Je ne veux pas oublier, qui je suis, d’où je viens, pas quand j’ai mis tant de temps à le comprendre. La Mort prendrait-elle ombrage si on lui prend son dû ? Les sentiments qui s’échappent doucement de ces vagabonds ont l’air... si bon ! Oh, et est-ce qu’il est possible de... d’adapter son... corps ? Nous ne sommes plus que nos âmes n'est-ce pas ? Aux portes la mort... »

    Et c’était là mettre des mots sur une réalité qui lui avait un peu échappé depuis lors. Oui, il était dans le monde des morts et c’est à ça que ressemblait la fin. Une agonie de vide et de gris, sans couleur ni chaleur. Sans gloire ni victoire. Sans amour. Sans vie. Simplement. C’était ce qu’il avait appris dernière et qu’il avait peur de prendre, la vie... Ce qu’il ne voulait pas oublier !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyMer 7 Déc - 15:04


La jeune Sunilda semblait être satisfaite des réponses apportées. Le cheminement des pensées du Lion d'Or était le bon, comme son interrogation. Pour lui répondre, le Feu-Follet hocha la tête d'une manière presque imperceptible avant de laisser son enveloppe s'envoler de quelques mètres au dessus du sol. De là, les lents marcheurs parurent stopper leur marche, presque reculer. Le cosmos du Cancer entrait en résonance avec les forces de ce nouveau Monde, laissant le blanc s'imposer avec force. Évinçant le noir. Le gris. En quelques instants, ce ne fut plus la frêle jeune fille qui se tenait devant le géant mais une Louve Immaculée. D'une taille imposante, aux yeux pareils à deux rubis iridescents. D'elle, rien de dangereux ou d'effrayant. Il émanait au contraire une sorte de sérénité mystique qui forçait le respect.

Les babines de la gardienne de la Porte des Esprits se retroussèrent en un étrange sourire. Sa voix éclata dans l'esprit du Saint.

« C'est plus compliqué, mais, oui. Il t'ait possible d'adopter une autre forme en ces lieux, comme moi. Je moi même eut à dompter une Bête qui résidait en moi. Mais j'ai très vite compris qu'elle était ma nature profonde. Je suis une Louve Immaculée, comme mon maître avant moi était un Loup Gris. Toi, tu es le Lion et le Chasseur. Vous devez trouver votre propre résonance. Un terrain d'entente pourrait-on dire. Une symbiose. Vous y êtes parvenus, une fois, cela aussi je peux le ressentir à travers ton âme. Je peux lire aisément ces dernières. Il n'y a rien de très compliqué là-dedans, il te sera possible de le faire, en temps voulut. »

D'un mouvement de la tête, Sunilda invita le Lion à grimper sur son dos. Mais avant cela, il lui expliqua :

« Je suis ton Feu-Follet. Nous progresserons donc ensemble sur le chemin de l'Oubli. Il n'y a qu'ainsi que tu pourras te prémunir de tes peurs. Il te faudra résister à toutes les tentations. Mais si tu restes sur le chemin des lents marcheurs… »

En fin de compte l'avait-elle seulement aiguillé suffisamment ? Comprendrait-il ce qu'elle s'essayait à lui montrer et lui faire comprendre ? Il ne voulait pas oublier, il devrait alors lutter. Ne rien dévorer. Ne pas sombrer dans cet univers gris.

Quelque part, un hurlement.



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyMer 7 Déc - 23:02
    Le lion regarda alors la jeune femme se transformer avec un mélange d’admiration et de surprise. Une action vaut plus qu’un long discours. Et il observa avec soin comment la jeune femme avait fait pour se changer. Pour passer de feu follet à louve. Ce côté maternel qu’elle semblait exaltait depuis si longtemps. C’était sûrement ça, qui se dégageait de la jeune femme devenu bête. Cette étrange impression de protection. De confiance presque. Il était certain maintenant, en la voyant sous cette forme, d’avoir fait le bon choix en lui demandant de l’emmener si loin et le bon choix de la suivre elle. Sans pour autant qu’il ne puisse y trouver quelque chose de logique dans ce flux de pensées. Juste une vérité qui venait de s’imposer à lui. Il s’attendit presque à la voir parler, articuler comme elle l’aurait fait dans son corps d’humaine. Mais un léger sursaut s’empara de son corps astral quand il entendit directement la voix de sa guide dans son esprit plutôt que par ses oreilles. Ce genre te tour devait être assez facile une fois après avoir maîtrisé sa forme astrale pensa alors le lion d’or.

    Il n’était donc pas le seul à avoir dû faire face à cette épreuve de la bête. Visiblement le premier lion à avoir l’idée de la régler avec l’aide d’un loup. Une vision particulière quand on connaît la relation entre les deux animaux. Mais c’était les choix de chacun et il avait choisi de mettre de côté sa fierté de lion et de demander de l’aider aux autres pour que son pouvoir ne soit pas qu’une nuisance pour lui-même et ses ennemis, mais qu’il arrive à l’accepter et vraiment le maîtriser. Un chemin encore terriblement long, mais qui lui semblait maintenant plus simple. Car il avait gagné dans ce voyage deux choses. Une destination et un moyen pour y arriver, ce qui était bien plus que ce qu’il avait quand il est venue alors. Le lion obéit alors simplement quand la jeune femme lui demanda de monter sur son dos et il s’installa alors sur l’énorme bête fauve comme il l’aurait fait sur un cheval, avec bien plus d’égard cependant pour sa monture. C’était après tout, sur l’âme même de la quatrième gardienne qu’il s’était ainsi installé pour couvrir la distance. Et pour continuer la route. Ne pas s’arrêter.

    Remonter la route, sans s’oublier. Résister. Volonté. Pourtant... pourtant la chose était difficile. Probablement une des plus délicates que le lion d’or n’ait jamais entrepris. Chaque pas lui donnait envie de se jeter sur l’âme en peine que lui et Sunilda venait ainsi de dépasser. De se jeter sur elle et de la dépouiller de ses substances. Simplement, de chasser. De faire ce qu’il était. Mais la différence entre le chasseur et la bête, c’est que le chasseur choisit sa proie et ne se jette pas simplement sur la première chose qu’il voit croiser sa route. Il prend son temps, agit calmement, réfléchit et avec précision. Chaque pas représentait une tentation contre laquelle le lion d’or devait lutter. Il pouvait sentir son souffle de plus en plus rapide et son cœur battre à la même vitesse. Il aurait presque étrangement pu sentir le sang lui battre les tempes mais... mais tout ceci n’était que des réactions physiques. Or, le lion d’or ne l’était plus. Être physique et il devait apprendre à voir le monde sous ces nouveaux yeux.

    Il poussa alors une profonde inspiration fit aller ses épaules et se redressa sur le loup. Et le monde doucement devant ses yeux, prenait un nouvel aspect. Mais cette sorte de révélation fut de courte durée quand le lion entendit au loin un hurlement. Et il se souvient alors qu’il n’était pas que deux dans le monde. Bien plus plus. Plus que deux et les marcheurs. Une infinité, une légion. Que le monde était autre chose qu’eux d’eux en voyage dans le monde des morts. Il avait oublié qu’il était soldat et qu’il devait se battre. Il se pencha alors sur sa monture de fortune.

    « - Dit moi, petit feu-follet, devrons-nous nous battre contre les crieurs ? Je suis chasseur oui, mais aussi soldat. Mes crocs peuvent-ils aider ceux qui en auraient besoin dans ce monde mystérieux ? »

    Oui... soldat ! Celui qui protège, celui qui sert ! Celui qui se bat, celui qui vit et surtout celui qui meurt. Mais ce qui est déjà mort ne saurait mourir.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptySam 10 Déc - 10:12

La Louve Immaculée ne répondit pas, ses sens trop tournés vers les alentours, vers une force invisible qui progressait à toute vitesse vers eux. Avalant la distance sans un bruit, dans les plus épaisses ténèbres, la Reine en son royaume sentait qu' « ll » se rapprochait. Sunilda n'avait donc pas été assez prudente et elle exposait le Lion d'Or à une engeance qu'il ne devrait même pas appréhender. S'il était assez attentif pour cela, Childéric avait pu la sentir se crisper et glisser dans son mutisme. Gronder parfois sans s'en rendre compte. Lutter, en faisant appel à sa force issue des étoiles.

Puis tout à coup, la jeune louve s'élança dans une course effrénée, criant au Saint de s'accrocher de toute la force de sa volonté. Pour l'y aider, la belle avait commandé à de nombreuses petites mains de s'enrouler autour du chevalier. Celles-ci sortaient directement de son cosmos, de son esprit, de ses flancs pour agripper au Lion de Némée. Un début de réponse ? Ici, il ne saurait lutter. Pas maintenant, pas comme ça. Alors la Souveraine Blanche courait éperdument pour « Lui » échapper. Derrière eux, un nouveau cri.

« Pas contre les crieurs non. Contre « Lui ». Le Cauchemar… » Elle secoua la tête. « Non tu ne pourras... »

Sunilda laissa échapper un jappement de surprise avant de s'écraser contre le sol gris, utilisant ses forces pour maintenir Childéric sur son dos. L'une de ses pattes, prise au piège dans un lien iridescent, l'obligeait à se tenir coi. Une force bien plus grande que la dernière fois s'exerçait sur sa personne, une puissance écrasante qui peu à peu, se matérialisa devant eux.

« L'être d’Écarlate. Le Roi maudit... »
murmura t-elle directement dans l'esprit du Lion. « Je dois te renvoyer... »

Une chose serpenta jusqu'à eux, s'enroula autour de la Louve Immaculée qu'il macula de carmin. Au niveau de leurs visages, une tête que l'on aurait pu croire pourvue d'un masque macabre se porta. Siffla. Couronné d'un casque d'épines d'os, la créature se pencha sur le Lion pour prendre son visage entre ses mains. Des doigts d'hommes, alors que Sunilda voyait des griffes se planter dans sa « chair » immatérielle, lui soutirant un hurlement de douleur.

« Arrête ça Roi Rouge ! »
suppliait Sunilda en réunissant ses forces pour repousser, d'une impulsion cosmique, cette abomination sanglante. « Laisse le Lion de Némée ! »

Les petites mains grises qui soutenaient Childéric se regroupèrent pour frapper durement le Serpent. Un nouveau sifflement et il lâcha prise, libérant seulement le Lion. Il réunit ses membres pour former une paire de pince, semblable au crabe, s'apprêta à les abattre sur la Reine Immaculée.



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptySam 10 Déc - 18:49
    La petit feu-follet ne répondit pas aux questions du lion d’or et il savait que quelque chose n’allait pas. Qu’il se passait quelque chose que la jeune femme n’avait pas prévu. Pourtant, elle semblait bien appréhender ce à quoi les deux chevaliers d’or allaient devoir, bon gré malgré, faire face. Mais il avait l’impression d’être avec quelqu’un d’autre tant la jeune femme-louve était sur le nerf. État de nervosité qui doucement gagna aussi le lion d’or. Perdu, certes, mais il était suffisamment aguerri face aux dangers et suffisamment soldat pour savoir quand quelque chose de dangereux avait lieu. Il ne dit rien et suivit la mère des loups là où elle voulait l’emmener. Conscient, bien qu’ignorant. Puis, elle brisa le silence indiquant à Childéric qu’il devait s’accrocher et c’est ce qu’il fit. Bien qu’il s’attendît à une course tumultueuse, il fut surpris de la vitesse et de la fluidité des déplacements du loup sur lequel il était installé. Il avait encore du mal avec les règles en vigueur dans ce monde, différentes de celle auxquels il était habitué.

    Elle utilisa même son cosmos pour aider le lion à rester en place et l’aide fut bien venue. Elle lui donna ensuite une brève de réponse. Mais il était vrai qu’il y avait une chose pourtant évidente à laquelle il n’avait pas pensé mais qui semblait s’imposer à lui. S’il avait demandé à voyager dans le domaine des rêves, le contraire devait aussi exister, le domaine du cauchemar et c’était quelque chose de lier à ce domaine-là qui semblait effrayer à ce point la mère louve. Lui... le cauchemar. Oh, le lion lutterait, qu’importe l’ennemi, s’il le devait et qu’importe son propre sort. Il lutterait pour sa propre vie et pour le droit de continuer ce voyage. Si seulement il savait contre quoi il devait lutter . Mais le temps n’était visiblement pas aux explications et il aurait, de toute façon ses réponses bien plus rapidement qu’il ne l’aurait réellement voulu. Il avait déjà du mal à comprendre tout ce que pouvait faire ce monde et le champ infini de ces possibles alors devoir se battre là-dedans...

    Puis leur course fut brutalement arrêtée et sans l’aide du feu-follet le lion se serait sûrement écrasé avec force contre le sol et son corps aurait essuyé un violent impact. Il apprit ensuite le nom de cette mystérieuse entité qui semblait leur vouloir du mal. Et les choses allèrent alors de mal en pis pour les deux chevaliers d’or. Le lion perdu, se retrouvait là dans un combat entre deux entités qui le dépassaient complètement mais il pouvait sentir malgré tout qu’il avait un rôle à jouer dans ce combat. Le renvoyer . Pas question ! Mais avant qu’il ait eu le temps de répondre ou de penser quoi que ce soit une chose étrange semblait en vouloir à son âme. Créature mystique d’une puissance qu’il ne pouvait que difficilement imaginer. Sûrement qu’elle ne devait pas ressembler à ça en réalité mais que c’était la forme que lui donnait son esprit pour pouvoir l’appréhender . Mais il était impuissant contre ce regard, cette force qui semblait vouloir le dévorer, l’attirer vers l’obscurité et le cauchemar. Lui faire quitter le route du rêve.

    Effusion de sang dans les parcelles de pensées, qui salit le jardin immaculé.

    Et le lion avait planté ses yeux dans le cœur du cauchemar... Il contemplait là le fin fond de l’abysse et bien pire que l’oubli, c’était ça qu’il pouvait contempler. Quelque chose qui aurait pu avoir raison de son âme et de son esprit si le contact avait duré plus longtemps. Mais regarder si loin dans le noir avait offert au lion de se contempler lui-même. De voir la structure même son être et sa complexité. De comprendre aussi, d’une manière infime, ce qu’il avait à l’intérieur de lui et le gouffre maigre qui existait entre le rêve et le cauchemar. Entre l’homme et la bête. Mais au moment où il pouvait sentir sa vie quitter son corps et rejoindre les yeux rouges, rejoindre l’abîme et l’abysse, la voix et l’énergie de la gardienne des marcheurs gris lui sauva une nouvelle fois la vie. Il ressentit l’implosion du cosmos de la louve et tout ça le ramena à la réalité du rêve. Et à sa propre conscience.

    Childéric contempla alors une scène de chaos et de mort, où celle qui l’avait guidé avait baissé sa garde pour lui venir en aide à lui. Mais ce n’était pas son rôle. C’était lui, le soldat qui protège et cette fois-là, il n’échouerait pas ! Il puisa alors son cosmos à sa source, dans ses propres étoiles et dans sa propre essence, laissant doucement couler le long de son âme, l’aspect du chasseur. Ni bête ni homme, mais l’essence des deux. Le chasseur. Implacable traqueur. C’était un sentiment particulier qui inonda alors le lion d’or. Bien loin de l’état d’harmonie qu’il avait ressenti à ce moment précis à Salamine, c’était une sorte d’acceptation, comme si, plus seulement équilibriste sur un fils, il se trouvait maintenant marcheur sur une route. Une route longue, une route complexe, mais une route qu’il pourrait suivre. Différent de cette chasse froide qu’il avait ressenti alors qu’il dominait cette bête, il l’avait là alors, plutôt accepté. Ses sensations étaient différentes, plus larges, plus grande. Il prit conscience du danger quand il vit la pince géante qui allait s’abattre sur la jeune femme et frappa de ses poings, plus que jamais devenu crocs ! Le lion projeta alors une partie de son cosmos, bête féroce animée, en direction de la créature qui leur faisait face.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyDim 11 Déc - 12:06



Le Monarque Rouge dardait ses prunelles vides et sombres dans la direction du Lion de Némée. Aussitôt le coup se suspendit. Le Temps lui-même paraissait se tordre sous sa propre volonté. La Louve Immaculée disparaissait alors pour laisser la place à une autre silhouette, à une chevelure semblable à une oriflamme tranchant dans ce monde gris. Avec lenteur celle-ci se tourna dans la direction de Childéric et il put reconnaître Nimuë O'Bannon qui lui souriait, ses mains posées contre son ventre arrondit. Dans un petit mouvement de la tête, elle l'invitait à la rejoindre, lui tendit même sa dextre en le voyant immobile. Douter. Pour finir la sulfureuse pirate soupira, brisa la distance qui pouvait bien les séparer, se planta devant le géant et le regarda avec l'un de ses regards mi-mutin, mi-enjôleur. Il put l'entendre parler de sa voix mélodieuse et son verbe toujours aussi acéré et cru :

« Eh bien alors mon Prince Déchu ? Qu'est-ce que tu fais à rester planté là comme un radis ? Je ne vais pas te manger ! Viens donc plutôt saluer ton fils. »

La belle rousse, joignant le geste à la parole, n'attendit pas pour s'emparer des mains de Childéric et les poser contre son ventre. Sous le tissu de sa robe il pouvait sentir se mouvoir la vie qui grandissait en son sein. Son fils. Sa famille unie sous un décor qu'il reconnaîtrait sans mal : la plage de Salamine. Sous ses pieds il aurait la vive impression de sentir la chaleur du sable et l'eau de la mer lui lécher les orteils. Apprécier la douce brise souffler sur son visage, entendre le chant de quelques mouettes. Et un autre, supplication presque inaudible :

« Non, Childéric ! Reviens… »

Seulement la jeune Générale était bien décidée à accaparer l'attention de son Prince, car ses mains se glissèrent autour de sa taille, sa tête se posa contre sa poitrine et sa voix, ensorcelante, lui chantonnait des musiques aux accents d'autrefois. Lorsqu'ils partageaient des moments rien qu'à eux. Paisibles. Le calme avant la tempête.

« Ne voudrais-tu pas connaître cela à jamais, Childéric ? »
Le visage de la Sirène Maléfique se leva vers celui de son bien aimé. « Tous les trois, seuls au monde... Oh, et avec quelques chèvres si tu y tiens vraiment ! »

Une pause, un autre murmure douloureux :« Reviens... »

Soudain l'expression de Nimuë se crispa, le masque se fissura et de ses lèvres, un peu de sang jaillit. La surprise se fit grande et la belle se recula, plaqua ses deux mains contre sa bouche, prise d'une quinte de toux. Sa respiration était sifflante mais il put l'entendre dire.

« Un Diable m'a empoisonné... »

Elle tituba, regarda le sol sans comprendre. L'or maculé d'écarlate. Un hurlement de terreur et de souffrance et les pourtours de Salamine vibrèrent. La créature de sang apparut derrière Nimuë et planta directement ses griffes dans le corps de la belle qui hoqueta. Le regard vide, sa tête retomba sur son épaule. Morte.

« LION DE NEMÉE ! »

Le gris évinça tout.



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyDim 11 Déc - 19:04
    Et tout s’arrêta alors. La relativité du temps arraché à son cœur. Le lion se retrouva alors face à un adversaire qu’il ne pouvait même pas combattre. Quelque chose que ses crocs ne pouvaient pas toucher. Mais il n’eut pas vraiment le temps de comprendre ou même de s’en rendre compte. L’univers c’était juste arrêté, on l’avait déplacé, ailleurs. Loin. Là où il voulait être en réalité. Il se trouvait face à sa belle et la vie qu’elle portait en elle. La vie qu’ils avaient conçu tous les deux. Mais tout ça semblait si irréel que lion resta immobile tout d’abord. Et sans qu’il n’en fût surpris, se fut elle qui prit les choses en main. Il hoqueta de surprise quand elle l’invita. Son cosmos vibrait en écho. Doucement, il s’était laissé à la volonté du chasseur et plus que jamais, c’était celle de l’homme qui reprenait là le dessus. Doucement, il quitta cet état étrange qu’il venait de trouver pour revenir Homme. Et tout y était là, même la petite étincelle de vie que le Mérovingien avait encore du mal à croire réel...

    Et puis la plage... Salamine ! Cette île du renouveau, cette île porteuse de symbole. Mais tout semblait si réel. Ce rêve qu’il aurait aimé se laisser vivre mais... mais ce n’était pas si simple ! Il y avait tant de chose à côté ! Son devoir sacré, sa foi, son rôle de soldat. Son temple à protéger et la déesse qu’il devait, malgré tout, servir. Il y avait aussi le gris, l’ombre et le loup. Il se souvenait d’un loup qu’il devait aider... Il entendit un murmure dans le vide et se retourna, mais tout ça ne devait être qu’une simple illusion, son esprit qui lui jouait un petit tour. Mais il n’eut pas le temps de s’intéresser à ça que sa déjà sa belle se rappelait à lui. C’était peut-être vraiment ça au fond, ce qu’il voulait maintenant. Ces petits moments de paix, loin de la guerre. Loin de son devoir. Loin de sa foi. Loin de tout. Eux trois. Et qu’importe le reste n’est ce pas ? Mais quel reste ? Y avait-il jamais eut autre chose de réel que ça ?

    Il rugit de rire quand la jeune femme qu’il aime parla des chèvres. C’est vrai que c’était leur plan d’avenir improbable. Il tourna alors la tête en arrière, de nouveau, il venait d’entendre son nom. On l’appelait, quelqu’un voulait lui dire quelque chose. Ou bien étaient se simplement le murmure des vagues et les bruits de la houle qui s’écrase sur la plage ? Et alors qu’il cherchait après quelque chose dans le lointain, tout bascula une fois de plus devant Childéric, impuissant. Toujours, éternellement ! Il contempla alors, interdit, le sang couler de la bouche de son aimée. Et le sang s’anima, et planta alors ses griffes dans le corps qui semblait sans vie de Nimue. Et là... quelque chose se brisa dans l’esprit du lion d’or. Il entendit sans vraiment entendre la voix de Sunilda dans le lointain. Il savait maintenant, que c’était elle qui l’appelait depuis un moment. Mais tout ça n’avait plus d’importance. Tout son cosmos irradiait de la colère et de la rage. Instinct bestial a l'état pur. Bête sauvage enragée. Et il poussa cette énergie issu de ses émotions à son paroxysme. Plus loin qu’il n’avait jamais poussé sa propre énergie.

    Il pouvait sentir la chaleur de l’or de son armure. Là ou pas, elle faisait écho à ce que vivait son porteur et lui apportait son soutien. Mais cette fois, plutôt que de sombrer totalement dans la rage et de devenir bête féroce. Il se produisit autre chose, résultat des quelques pas plus certains qu’avait fait le Mérovingien avec l’aide de la femme éthérée. Accepter cette rage... c’était peut-être ça. Accepter cette bête, plutôt que de la dominer ou de se laisser dompter. Le rêve du chasseur. Irréel. Tout ça semblait irréel. Mais le lion était bien là. Ses yeux déformés par la bête, son aura sillonnée de sauvagerie, mais bel et bien réel. Puits de soleil dans ce monde gris. Car c’est ce qu’il était après tout, le lion d’or, gardien de la course du soleil. Le lion de Némée à la peau d’airain. Et il n’allait plus nul part ! Ses yeux grands ouverts, pour voir à travers les pièges et les illusions. Et il darda ses pupilles fendus en direction de cette créature de cauchemar.

    « - Je suis là ! »

    Et il avait évité d’être envoyé dans un monde de sang et de monde bestial. Bien qu’on ne veuille pas de lui, il était là. Rayonnant de son énergie d’or. L’apanage des chevaliers d’or, mais plus particulièrement, celui des rêveurs. Son aura crépitant de l’instabilité de ce statut de chasseur rêveur. Mais diffèrent encore de tout ce que le lion avait jamais été. Une acceptation de son essence. Une cristallisation de sa rage. Il avait vu son âme et sa structure complexe. Il ne l’avait pas compris. Mais il l’avait surtout vu trembler et s’écrouler après. Il chasserait simplement le cauchemar ! Il projeta alors son énergie vers Sunilda, dans l’optique de dévorer le vice et le mal qui s’était entrelacé autour de la mère louve. Chasseur...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyLun 19 Déc - 8:45


« As-tu seulement compris qu'il était impossible de m'échapper, Reine Immaculée ? Ici, il ne peut y avoir qu'un seul souverain. Moi. »

Mais alors que la lumière se faisait totale et absolue, la Louve, dressée sur ses pattes arrières, fit claquer sa mâchoire, libérée du joug du Monarque écarlate. Elle lui répondit, dardant ses prunelles de sang sur cet être informe qui disparaissait sous le flot de l'énergie libérée par le Chasseur-Bête devenu Rêveur :

« Chaque voyage tu perds un peu plus de tes terres, Monarque Rouge. Tu ne m'as vaincu qu'une fois, mais aujourd'hui j'ai compris que tu ne pouvais que disparaître. Car tel est notre lot à tous, Saints du Cancer. Je te renverrai dans le Cycle. Je connais ton nom. »


La créature, dont on ne voyait plus que les pupilles vides, s'agrandirent sous le coup de la surprise.

« Alors tu le sais ? »

Sunilda hocha sa tête massive, joignant ses forces à celles du Lion de Némée.

« Depuis notre première rencontre, Scythès. »

Un soupir, il ferma les yeux, comme satisfait.

« Continue d'accompagner les Rêveurs au pas de nos portes. Guide-les, ne les perds pas comme je l'ai fait… »

« C'est faux, tu m'as permis d'avancer, grâce à elle. »


Soudain, le totem de son armure se matérialisa devant leurs yeux et tout redevint gris. Puis noir. Quand le Lion d'Or ouvrit les yeux, il put voir une jeune femme à la très longue chevelure blanche penchée sur lui. Un petit sourire doux sur son visage de porcelaine.

« Tu as réussi Lion de Némée, te voilà devenu un Rêveur. »

Mais ce n'était que le début du voyage.



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyLun 19 Déc - 19:11
    Le lion écouta alors avec soin la conversation entre les deux entités de rêve qui se faisaient face. Perdu dans ce monde auquel il avait fini par appartenir, sans pour autant en connaître les codes. Il sentait cependant en lui cette force bestial qu’il avait du mal à canaliser et cette essence même de lui-même si particulière. Ses yeux pour la première fois, grand ouvert. Grand ouvert sur le monde, mais surtout grand ouvert sur lui-même. Ce feu qui était naît en son cœur, n’était pas de son fait, mais il ne tenait qu’à lui, d’en faire un brasier insatiable qui dévore le monde ou un feu réconfortant auprès du quel on trouve la chaleur qui chasse le froid qui ronge les os. Le chemin serait encore bien long et semé d’embûche. Son succès était encore bien loin d’être assuré mais au moins, il savait ce qu’il avait à faire et comment il pouvait y arriver. Il devait trouver le moyen d’atteindre cette harmonie, cette paix et cette acceptation. Mais c’était une chose bien plus facile à dire qu’à faire.

    Le reste de la conversation le laissa bouche bée. Il savait que l’ancien chevalier du cancer n’était pas tout à fait mort, ni tout à fait vivant. Qu’il était dans le même état que le chevalier de la balance après son retour de ce fameux sommet pour la paix avec les forces d’Asgard. C’était donc ça, qui lui était arrivé. Il s’était perdu dans le vide et la mort. Perdu dans le rêve et était devenu un cauchemar. Il sentit une force se joindre à la sienne et continuer de lutter contre ces cauchemars. Puis, ce fut l’armure d’or du cancer qui se manifesta devant les deux chevaliers d’or et surtout, entre son ancien maître et son porteur actuel. Vivre entre les mondes, c’était donc là la destinée des porteurs des étoiles du cancer et le poids de leur promiscuité avec la mort. Une leçon en direct, c’était ça, qu’il était possible de venir si on se perdait. Un être sans réelle existence, à la frontière de la vie et de la mort, perdu dans le rêve pour toujours... Une sombre et éternelle agonie.

    Et alors que les couleurs du monde changeaient, le lion d’or se réveilla alors en sursaut, comme s’il sortait alors d’un puissant cauchemar. Il pouvait sentir couler dans son dos les sueurs froides que les visions avaient provoquées sur son corps. Il regarda alors, perdu, le visage de la jeune femme qui était penché au-dessus de lui. Il l’entendit dû dire qu’il avait réussi. Mais il lui fallut du temps pour la reconnaître et la percevoir. Il vit d’abord pour quelques secondes, la femme si chère son cœur qu’on lui avait montré aux protes de la mort. Il espérait pouvoir bientôt la revoir. Mais il n’était pas certain... bientôt, il devrait aller briser le siège de Jamir et lutter. Peut-être tomber... Il finit alors par se redresser doucement et ainsi s’asseoir. Il regarda autour de lui. Oui... il avait oublié où il était. Dans le temple du cancer. Un rêveur, c’était ce qu’il était maintenant.

    Il retrouva alors doucement le contrôle de son cœur et pour la première fois depuis... longtemps. Il se sentait calme. Il redécouvrait le monde sans être constamment à vif. C’était peut-être ça le plus difficile que le retour dans son corps. Plus difficile de réapprendre à ressentir. Surtout qu’il pouvait sentir ses sens avoir été aiguisés par ce voyage. En particulier sa perception du cosmos qui lui vrillait un peu la tête comme quand on boit trop de mauvais vin. Mais c’était une question de contrôle et de travail. Le voyage était encore long et il était loin d’y être arrivé.

    « - Euh... merci ? J’ai l’impression qu’on revient quand même tous les deux de très loin feu-follet. J’ai tant de questions à poser. Mais j’ai l’impression que je dois trouver la réponse à la plupart tout seul. Par contre, est-ce qu’il existe un lien entre ce qu’est devenu Scythes et les Masques rouges qui attaquent Avalon ? Peut-on faire quelque chose pour l’aider ? »

    C’était au moins là, les questions auxquelles la jeune femme pourrait répondre. La coïncidence entre du nom entre le Monarque Rouge et les Masques Rouges étaient aux yeux du lion un peu gros et était une piste possible. Les Masques étaient sûrement en lien avec les spectres, s’ils n’en étaient pas eux-mêmes. Un mystère de plus sur la route du lion et il pourrait remercier Ariane pour les informations, décidément, elles lui étaient bien plus utiles qu’il n’aurait pu le penser.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
ÉaÉaArmure :
Circé

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu1150/1150[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (1150/1150)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge900/900[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (900/900)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune1350/1350[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyMar 20 Déc - 10:26


La Reine Immaculée dodelina de la tête, faisant voleter ses cheveux redevenus tangibles. Ils dansaient et ruisselaient autour de ses épaules et un léger froissement de tissu apprit au Lion que la Sainte du Cancer était belle et bien réelle. À ses côtés, à observer son éveil. Oui, ils revenaient tous les deux d'un voyage très pénible. De loin, comme il disait. Cette manière de le dire faisait sourire la jeune femme qui le laissa s'interroger et finalement poser ses questions. Masques rouges, Roi Rouge ? Ses sourcils se froncèrent.

« Des Masques Rouges ? Non, je n'en ai jamais entendu parler. Le Roi est unique et je ne pense pas qu'il ait de sujet. Nous… devenons solitaire dans la Mort. Je crois. »


Elle paraissait assez troublée, égarée mais ses prunelles, animées par cette vive inquiétude, se portèrent ailleurs comme pour rechercher une réponse. Qu'elle ne possédait pas. Sa tête se secoua encore en un « non » frénétique.

« Je n'ai nulle réponse à t'apporter Lion de Némée. Et nous ne pouvons pas l'aider, je le crains. Sans doute suis-je la seule à pouvoir le libérer totalement du joug du Cauchemar. Je crois que c'est notre rôle à nous, Cancer, de délivrer l'Ancien. Ainsi est le Cycle de la Mort. »


Sunilda se redressa.

« Je tâcherai d'être attentive aux fluctuations des deux Mondes. Scorpion Rouge et moi avons une mission à accomplir, peut-être retrouverai-je du Rouge sur mon chemin ? »


Car cette couleur paraissait teinter les chemins qu'elle empruntait. Mais au lieu de l'effrayer, la Sainte se sentait confiante et assurée dans son devoir. Rien ne la tourmentait réellement, ou du moins s'en prémunissait-elle grâce à sa drôle de nature. Sa vision des choses somme toute particulière.

« Tu devrais aller te purifier dans l'eau de mes bassins, Lion de Némée. Après pareille aventure, tu dois te débarrasser de toute la Souillure que tu rapportes de la Porte des Esprits. » Une pause. « Reviens ici quand tu le désires et en ressent le besoin, d'accord ? Je viendrai te trouver, moi aussi, si j'en ressens le besoin. »

En fermant les yeux, Sunilda fit appel à son cosmos qui alla l'envelopper comme un manteau. En l'espace de quelques secondes, sa silhouette blanche s'évanouit dans le néant. Disparue. Ailleurs. Et pourtant si proche…



[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Xr5s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t700-sunilda-sainte-du-can
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-bleu0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-bleu  (0/0)
CP:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-rouge0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-rouge  (0/0)
CC:
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) G-jaune0/0[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) V-jaune  (0/0)
Message Re: [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)   [1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) EmptyVen 23 Déc - 3:33
    Intéressant. Le lion nota bien les mots de la jeune femme et il avait fait des conclusions hâtives qui étaient d’après les mots de Sunilda, fausses. Bien, c’était une bonne chose. Cette étrange entité qu’était devenu l’ancien chevalier du cancer semblait déjà poser suffisamment de problème comme ça pour en plus être lié à des problèmes plus vastes et plus dangereux. Mais elle avait ce point commun de vivre à la frontière du monde d’Hadès et si c’était la vengeance du Sombre Monarque pour punir les chevaliers d’or de la quatrième maison de marcher sur ses plats de bandes. De même la suite, il retint alors un petit rire quand il finit celle qui l’avait initié au chemin des rêveurs agités aussi frénétiquement sa tête pour lui signifier qu’elle n’avait pas la moindre bride de réponse à la deuxième question du Mérovingien. Mais voilà donc le poids des étoiles du cancer. Décidément, chaque étoile avait avec elle un sombre destin. Une ombre dans le tableau. La bête qu’avait en son cœur le lion d’or. Même si là, elle semblait apaiser. Le monstre dans l’âme de Silas, le sang maudit du poisson, et là, le refus du repos et la transformation en monstre pour le cancer. Sûrement le sort le plus funeste.

    Le lion se releva pendant qu’elle parlait. C’est vrai qu’elle avait sa propre mission à accomplir. À tenir la tête d’une légion. Il voyait mal Sunilda remplir une telle mission mais on l’avait choisi alors c’est qu’elle devait en être capable et le lion ne remettrait pas en question les paroles d’Athéna. Mais elle ne serait pas seule, le scorpion rouge justement, avait l’air déjà plus taillé pour le commandement s’il se sortait de son indolence et sa nonchalance. Finalement, comme Silas et lui, après tout, il faisait partie de la vieille garde du Sanctuaire qui avait vu passer, vivre et tomber de nombreuses étoiles. Les renvoyant perpétuellement devant le côté éphémère de leur vide de soldat...

    « - Tu trouveras sans doute du rouge. C’est même dans sa quête qu’on t’envoie. Mais le rouge des hommes, pas celui des éveillés. Mais tu en auras plus que ton compte. Le scorpion t’aidera je pense si tu as besoin. Je t’aurais bien proposé mon aide pour te remercier du voyage, mais je ne vois pas quoi faire pour ça ! »

    Le lion écouta ensuite les quelques recommandations de la jeune femme. Il est vrai qu’il ne serait pas contre quelques ablutions tant ce petit passage dans le monde des rêves avaient été éprouvants pour lui. La suite lui arracha un sourire.

    « - Nos étoiles sont liées maintenant feu follet. L’un pour l’autre et l’autre pour l’un je suppose. Voilà qui ferait un bon adage pour les voyageurs ! Enfin, je te remercie, je vois maintenant un chemin plus stable que le fil sur lequel je marchais jusqu’alors. »

    Childéric regarda alors la jeune femme faire appel à son cosmos pour se déplacer et disparaître sous ses yeux. Il sourit. Décidément, cette Sunilda était bien particulière et avait quelque chose d’attachant. Quelque chose d’étrangement... familial. Quelque chose qui n’avait pas vraiment ça place dans un monde de soldats et pour ça, le lion d’or était désolé pour elle. Mais y avait-il de vraiment bon choix ? De se détacher de la vie ou d’au contraire vraiment l’embrasser . Le lion avait essayé la première et la vie l’avait alors attiré vers lui brutalement. Et il devait maintenant réapprendre à vivre pour autre chose que pour mourir. Un chemin difficile, mais ce voyage aiderait. Il était un rêveur maintenant après tout, même s’il avait encore beaucoup de travail devant lui. Le lion se mit donc en marche après quelques étirements vers les bassins de la jeune femme. Il renvoya son armure dans son temple en avant et enleva le haut, puis ses chaussures et il plongea dans un bassin à l’eau qu’il avait trouvée suffisamment froide à son goût. Dans lequel il reste immergé quelques longues minutes et il sortit sa tête de l’eau. Où il resta encore quelques minutes de plus pour faire le vide dans on esprit et profiter du calme nouveau qu’il avait retrouvé dans son cœur. Clame qui ne durerait pas forcément, mais c’était le début. Le lion sortit ensuite de l’eau, se secoua un peu pour éviter de mettre de l’eau partout. Il repassa son haut et se mit alors rapidement en route vers son temple, lançant un dernier salut aux morts et à leur mère.


Citation :
That was great <3


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda) Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric En ligne
 
[1er septembre 550] Songe d'une nuit bestiale (entrainement feat Sunilda)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Cancer-
Sauter vers: