Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Fin de chapitre] Ouroboros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AsherAsherArmure :
Delta

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu220/220[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge240/240[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune305/305[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (305/305)
Message [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptySam 10 Déc - 23:21
    Le repos, et le renouveau. C’était enfin ce à quoi le guerrier divin de Delta pourrait goutter. Mais un renouveau vers quoi ? Il avait ses idées, ses aspirations et pour la première fois, un objectif à atteindre, objectif qu’il s’était fixé il y a un mois de ça. Avant la guerre et ses promesses de sang. Mais aurait-il la possibilité de l’accomplir ? Rien n’était moins sûr. Il n’avait que des mots en ce sens, des petits mots auxquels, quelqu’un comme lui en particulier, n’accordait aucun poids. Il était facile de promettre et de trahir plus tard. Il l’avait fait plus de fois qu’il ne pouvait s’en souvenir. À chaque fois aussi, qu’il en arrivait à quelque chose d'autres que lui-même, un couperet venait trancher tout ça avec violence. Renvoyant Asher à sa propre condition, celle de la cendre. Qu’il ne serait jamais rien d’autre que de la cendre. Mais on lui avait promis l’existence, on lui avait promis autre chose que l’éternel retour à la cendre. Et il voulait voir si ce genre de promesse serait tenu. S’il pourrait accomplir le voyage qui lui tenait à cœur.

    Il contempla le corps du petit garçon qui était tombé de fatigue à la sortie du portail sacré ouvert par Odin. Pendant un instant, il hésita à le laisser là, dans la neige, à son propre sort ou à celui de qui voudrait bien s’occuper de son cas. Après tout, il avait mieux à faire, il avait ses propres blessures à s’occuper et ses propres problèmes. Les mots d’Odin avaient dû peser lourd sur l’esprit d’Alvis. Il avait vaguement entendu les tumultes de la discussion et le petit garçon avait le don de se monter le bourrichon pour pas grand-chose. Encore une fois, il partait d’un postulat simple, naît de sa naïveté. Le monde n’est pas juste comme il le pense et que les forts, font toujours ce qu’ils veulent des faibles. Dorana avait disposé à foison de la vie de plus faible que lui et Pandore, la traînée d’Hadès, avait voulu utiliser la vie d’Asher de la même façon, incapable de lui survivre. Ce que tu veux, il faut le prendre. Par la force et le sang. Par la cendre. C’est longtemps ce qu’avait pensé Asher. Mais il était maintenant en train de revoir sa façon de voir le monde, de le comprendre et surtout, de le vivre....

    Il poussa donc un profond soupir et le souleva du sol, sans faire preuve de ménagement, pour le passer par-dessus ses épaules et l’amener dans des appartements qu’il savait vides dans le palais d’Asgard. Oh, les autres seraient sûrement contents de se retrouver, de se donner l’accolade des guerriers, de boire et de danser. De chanter et de vivre. Mais ce n’était pas son monde à lui, ce n’était pas leur monde à eux. Peut-être plus tard, qu’il y ferait un passage rapide, pour sauver les apparences, ô combien importantes, plutôt que par réel envie de compagnie. Mais pas maintenant. Il finit donc, en serpentant le long des couloirs extérieurs du château que personne n’utilisait ou presque en cette saison. Il avait l’avantage d’évoluer dans ces couloirs comme une chauve-souris dans ses grottes. Il déposa alors le corps d’Alvis dans un lit.

    « - Tu es trop naïf pour être le fils d’un serpent. Ton sang n’est pas assez froid. Mais tu devrais prendre les choses avec plus de recul et y réfléchir... Odin se montre bien plus miséricordieux que je ne l’aurais jamais imaginé.»

    Cette dernière phrase, lâché plus pour lui-même que pour Alvis, évoquait le sort qu’avait subi Asher. Traître, Odin aurait eu tous les droits de le tuer simplement ou de faire subir à son âme le pire des traitements. Mais il n’en avait rien fait. Mieux, il lui avait accordé son pardon. Et dans ce parjure, le guerrier de Delta avait trouvé au final, bien plus qu’il n’avait perdu. Il avait trouvé l’ombre d’un père, le goût des cendres. L’illusion d’une solution et le goût du pardon. Et peut-être au fond, la lumière au fond du tunnel et une véritable liberté. Mais pour ça, il devait partir un temps. De ça au moins, il était certain, il avait besoin de changer d’air et de s’entretenir avec quelqu’un en particulier. Mais maintenant, il était temps pour lui de récupérer et le guerrier de Delta, après avoir déposé son homologue de Gamma là, était sur le point de sortir de la chambre pour retourner dans ses propres appartements.


- And I wish I could trust you...
- If you did, you'd be the fool I always took you for.
[Fin de chapitre] Ouroboros   Griffi10

Merci Reba ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t296-asher-dorana-guerrier-
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu1050/1050[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge850/850[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (850/850)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune1200/1200[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptyDim 11 Déc - 20:18
Le monde tourbillonnait au gré du vent glacé du nord. Les soldats, déjà, se dispersaient pour rentrer chez eux, poser leurs armes et saisir leurs coupes. Un sentiment d'allégresse générale envahissait la vallée sous le joug d'Odin, et même parmi les guerriers divins, le soulagement s'installait.

Étendu dans la neige, le Serpent entendait son cœur tambouriner à ses tempes, d'une mélodie de plus en plus lente et forte. Le bruit des pas foulant le sol se confondait avec les battements réguliers, dans un tonnerre assourdissant. La terre tournait, tanguait comme le drakkar lancé sur les flots par un jour de tempête. Les lumières des flambeaux que l'on commençait à allumer pour la fin du jour se mélangeaient avec les dangereuses lueurs du crépuscules, traîtresses, qui menaient sur les sentiers dangereux à la frontière entre Helheim et le Valhalla.

***Alvissss, ton heure arrivera plus tard... Alvi... Al...
-Je ne veux plus t'entendre, Jör.
***

Une nouvelle fois, une silhouette émergea du tumulte, se rapprocha. Grise comme la cendre, elle flotta jusqu'à lui, et des mains empoignèrent son corps meurtri progressivement recouvert par les écailles de l'Ouroboros. Une douleur aiguë lui cingla le corps, puis le silence, enfin.

***

Une démarche lente, détendue, approchait. L'air était froid. Le ciel gris, de cette teinte à la fois aussi étincelante que le soleil et aussi sombre que l'obscurité d'un linceul couvrant un proche. Le vent semblait hurler à la mort depuis des heures déjà.

Son pas crissait dans la neige, dans ces bois que personne en-dehors d'elle ne foulaient. Maudite. Bien aises, ces gens des villages, quand elle leur prodiguait ses conseils. Bonnes récoltes. Maladies. Blessures. Aucun mal ne résistait à ses incantations ou à ses baumes, et quand elle devenait gênante, on la chassait. L'habitude de ce rituel ne dérangeait plus personne. Parfois, on troquait, on la payait. Souvent, on la haïssait, on l'insultait.

Un jour, dans ces bois qu'elle connaissait par cœur, elle remarqua une forme qui n'aurait pas dû s'y trouver. Un souffle faible, aucun son assez fort pour être entendu à moins de se pencher directement sur cette forme. Il s'agissait d'un bébé. Abandonné. Un nouveau-né à la peau déjà bleuie, aux mouvements imperceptibles. Elle sortit sa dague, dont le reflet brilla au gris du ciel, prête à abréger ses souffrances, et c'est alors qu'il ouvrit les yeux, comme s'il sentait sa présence. Des yeux fendus comme ceux d'un serpent, d'un vert aussi pur que l'émeraude. Figée, elle le fut. La raison de son abandon lui sautait désormais aux yeux, et elle suspendit tous ses gestes.

Un instinct, de sa main impérieuse, lui fit ranger sa lame, poser ses doigts noueux sur la joue de l'enfant. Frigorifié bien sûr. Elle le souleva avec une infinie douceur et le porta contre sa poitrine pour l'envelopper dans son châle épais. Survivant à ces premières pénibles heures, il possédait assurément les graines d'une résistance hors du commun.

***
"Il y a dans tes yeux un éclat d'intelligence, petit homme. Les dieux ont probablement tracé pour toi un chemin grandiose, mais un chemin qui sera fort difficile à suivre. Tu souffriras, tu douteras, tu t'enfuiras et tu te relèveras... Mais pour suivre ta route il te faudra sans cesse repousser tes limites, et cela commence par exister. Il te faut nom. Il te faut parler."

Les yeux ophidiens la dévisageaient. Attentif, il se laissait bercer par la voix de la vieille sorcière, comme au son d'un gong dont chaque coup lui révèlerait son destin. Leur regard plongèrent l'un dans l'autre un long moment, puis la sorcière finit par soupirer.

"Écoute et apprends, petit homme : c'est là le premier enseignement que je te donne. Moi, Hel, fille du rusé Loki. LA Hel, la seule et unique maîtresse des morts.
-La ! La ! Lala !
"

Un simple éclat de rire lui fit froncer les sourcils, et alors elle approcha ses longs doigts de son visage, qui se décomposaient à chaque centimètre plus proche, comme pourrissants à vue d’œil. C'était toute la moitié de son corps qui se putréfiait en quelques secondes, montrant au minuscule être devant elle la vérité de son apparence, de son pouvoir. Ses os allaient toucher sa vue, troubler son rire, susciter la peur dans ses entrailles et...

***
Un choc lui fit ouvrir les yeux. Un choc doux et moelleux. Celui d'un corps tombant sur un matelas de fourrures et de paille montés sur un lit de bois. L'odeur de sang poignait et entre ses paupières closes il aperçut une silhouette, des cheveux d'une couleur familière.

Il inspira un grand coup alors que le monde remis à sa place semblait l'attirer de plus en plus fort vers le sol. Le cauchemar finissait, et dans son champ de vision flou se dressait un homme connu, une repère dans le chaos.

"Pourquoi ?"

Asher parvenait déjà à la limite de la pièce, sans un regard en arrière, et le mot unique franchit les lèvres du Serpent qui refermait déjà les paupières, épuisé d'avoir tant épuisé de sa force, de son esprit et de son sang dans cette bataille sans but.
La question en appelait beaucoup d'autres à cet instant : pourquoi m'as-tu sauvé ? Pourquoi ne m'as-tu pas tué ? Pourquoi ne m'as-tu pas asservi ? Pourquoi m'as-tu appelé, guidé ? Pourquoi avoir choisi de rentrer ? Pourquoi survivre ? Pourquoi mentir ?

Tant de pourquoi et de questions se bousculaient dans l'esprit d'Alvis à ce moment-là, et aucune réponse n'arrivait, de nulle part. D'une impulsion de cosmos, l'armure de Gamma reprit sa forme totémique à côté du lit, baignée d'écarlate, saupoudrée de neige, de regrets et de remords. Le sauvageon affaibli se concentra, écouta pour vérifier si déjà le Delta avait quitté la pièce ou non. Plus très sûr.
L'odeur du sang brouillait ses pensées, et sous ses vêtements déchirés par les lames des épées, les fers des lances ou encore les assauts du désespoir d'Anamaya et Heed, on pouvait voir des écailles, minuscules, nombreuses. Sur chaque plaie, une sorte de peau secondaire, qui tomberait et réparerait tous les coups. A ce stade de blessures, Alvis ressemblait à une sorte d'être mutant, mi-Homme et mi-serpent. La Mue officiait patiemment, rattrapant de sa torpeur le sommeil auquel le guerrier de Gamma tentait d'échapper.

"Tu... reviendras... ?"

Spoiler:
 


[Fin de chapitre] Ouroboros   Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AsherAsherArmure :
Delta

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu220/220[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge240/240[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune305/305[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptyLun 26 Déc - 1:46
    Le guerrier de Delta ne put retenir un sourire amusé quand il entendit ce simple mot sortir de la bouche de son comparse de Gamma. Oh oui, il s’était battu côte à côte lors de cette opération militaire d’envergure. Oh oui, Asher en était venu à considérer différemment son allégeance et son servir en tant que guerrier divin. De même que sa vision sur certaines personnes. Il savait aussi qu’à la place du sauvageon tout le monde l’aurait laissé là dans la neige et que même la prêtresse n’aurait pas prêté attention à lui. Sa bonté avec ses limites et elle avait d'autres priorité devant lui. Chose à laquelle Delta ne pouvait lui tenir rigueur en réalité. Mais sa vision du jeune homme elle, n’avait pas changé. Il voyait toujours en Alvis une pierre brute qu’il pourrait tailler à sa guise pour en faire l’objet qu’il voulait qu’il soit. Une arme encore bien instable qui demande encore beaucoup de travail mais il ne pouvait se résoudre à laisser mourir le jeune garçon, surtout après avoir vu de quoi il était capable. Une fois ses pouvoirs raffinés, il fera un bon guerrier. Ne reste qu’à briser ses principes. Ainsi le guerrier de Delta s’arrêta donc. Se retourna vers Alvis, un sourire énigmatique sur le visage.

    « - Tu me dois la vie maintenant, n’est ce pas une raison amplement suffisante ? »

    Dissimulant aussi la douleur derrière ce sourire, la flèche que Delta avait prit dans le bras se rappela à lui et il devait aussi s’occuper de ses propres blessures. Il put voir un étrange phénomène se former sur les quelques morceaux de peau visible d’Alvis comme s’il devenait serpent. Intéressant, vraiment. Le petit garçon tenait plus du reptile que de l’être humain. Des informations qu’Asher serait utilisé avec soin. De même, il avait, avant ça, laissé faire Gamma et son armure. Chaque guerrier avait un rapport particulier avec sa protection sacrée, Asher avait longtemps vu la sienne comme un simple outil, symbole de statut social et de puissance. Rien d’autre. Mais il commençait à la considérer comme autre chose. À l'exact opposé d’Hakon qui passait son temps engoncé dans son morceau de métal sacré. Il serait peut-être intéressant de poser la question à Alvis un jour. De voir comment lui, considéré sa relation avec sa protection sacrée. Pour le reste, la supplique du jeune garçon surpris vraiment le guerrier divin. Son influence se serait-elle répondu plus ample qu’il ne l’avait pensé ou s’agissait-il d’autre chose ?

    « - Eh bien, il faudrait savoir ce que tu veux petit ! Tu me veux loin de toi et là, voilà que tu réclames ma présence ! Je te l’ai déjà dit donc, ce n’est pas pour rien que toujours, c’est vers moi que tu vas. »

    Le guerrier de Delta termina sa phrase par un profond soupir. Il voulait retrouver le milieu dans lequel il était le mieux : la solitude. Pour s’y ressourcer et y retrouver les forces dont il avait besoin. Mais il ne pouvait pas laisser passer cette occasion. Il avait peut-être là le moment rêver pour porter un coup de grâce à la volonté du jeune garçon et faire un pas de plus vers l’objectif qu’il partageait pour lui. Et Asher savait exactement ce qu’il lui restait à faire. C’était le moment pour lui de jouer ses cartes et de voir s’il pouvait remporter la mise ! Asher vit donc volt-face et tendit son bras, ensanglanté devant lui. Montrant la plaie qui suintait toujours de la vie de Dorana.

    « - Pour que je revienne, il faudrait déjà que tu survives. Enfin, si tu veux que je reste, il va falloir déjà que tu sois en état de parler. Et surtout, que tu me prêtes ta dague que j’enlève cette tête de flèche de mon bras. »

    L’air sérieux, le guerrier de Delta laissa donc à Alvis le temps de la réponse et de comprendre ce qu’il venait de lui. Ce qui ne serait pas forcément facile pour lui vu son état, si proche des portes de la mort et surtout de celle bien trop voisine du sommeil. S’il ne c’était pas déjà rendormi, ça serait déjà une bonne chose.



- And I wish I could trust you...
- If you did, you'd be the fool I always took you for.
[Fin de chapitre] Ouroboros   Griffi10

Merci Reba ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t296-asher-dorana-guerrier-
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu1050/1050[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge850/850[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (850/850)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune1200/1200[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptyMar 27 Déc - 14:04
J'ai fait un rêve étrange. A mon réveil, il ne restait que la douleur, et cet homme dos à moi. Un instant seulement, leurs images se sont superposées et je ne savais plus très bien quelle part résultait de la réalité et quelle part de mes espoirs. Inconsciemment, il agit parfois de la même manière, et cela me trouble. Peut-être... que c'est le seul moyen qu'elle a trouvé pour me faire savoir qu'elle veille toujours. Ou bien il s'agit seulement de ce que je souhaite, que mon imagination utilise tout ce qu'elle trouve pour se raccrocher à la vie. Mon seul véritable héritage.

Quelques mots volèrent dans la pièce, comme des coups de tambours frappés à un pas, assourdissants.

***Devoir... par intérêt.***

La raison n'arborait rien d'honorable ni de compatissant, mais cela ressemblait suffisamment à Asher pour que cette fois le Serpent y crût sans discuter. Rien ne disait qu'il en serait mort autrement, le cosmos de Jör toujours aussi actif à réparer chaque petite parcelle de blessure, que ce fût dans la neige ou à côté d'un âtre bien nourri. Toutefois son geste montrait qu'il changeait petit à petit, et cette constatation aidait Alvis à ne pas perdre pieds. Abandonné dans la neige, il aurait probablement cherché à se traîner quelque part dans une grotte, puis une fois remis, se serait naturellement enfui d'Asgard. Avec ce geste, Asher redistribuait les cartes différemment.

***Petit...***

Le silence s'installa en même temps que la douleur s'estompait. Du mieux qu'il pouvait en juger, l'adolescent comprit qu'Asher attendait quelque chose de sa part, là, tout de suite. L'information chuta dans l'oubli presque aussi vite. Comme indices, l'odeur du sang frais lui désigna une plaie encore ouverte. Pas l'une des siennes puisque sa Mue stoppait les écoulements sanguins les uns après les autres. Blessé. Le Delta saignait.
Péniblement, le petit brun entrouvrit les paupières, vit la forme d'un bras tendu vers lui, dont quelques gouttes s'échappaient pour s'échouer dans les couvertures. Il les referma, incapable de soutenir la lumière pourtant déclinante du jour. Usant d'un effort particulièrement éprouvant, il se redressa en position assise, tendit la main vers ce bras qui n'attendait que lui. A la manière d'un aveugle, il promena ses mains jusqu'à trouver la blessure, mais les écailles sur ses doigts perturbaient sa difficile analyse de la situation.

Il s'interrompit pour gratter à partir de l'épaule cette peau qui le démangeait, l'empêchait d'exercer pleinement son toucher. Avec l'assurance de l'habitude, il tira dès qu'il put sous la surface écailleuse, et un lambeau se détacha largement sur toute la longueur de son bras, jusqu'au bout de ses doigts. De ses blessures, il ne restait déjà plus rien et il abandonna la mue à côté de lui pour reproduire la même opération sur son autre bras, révélant des membres parfaitement cicatrisés.
Une fois débarrassé, il se concentra de nouveau sur Asher, son bras, la flèche... Sans hésiter plus avant, il le tira vers lui et saisit la pointe métallique qui dépassait légèrement de la chair entre ses dents pour l'extraire en douceur et la cracher plus loin. Fort heureusement, l'armure de Delta avait empêché le projectile d'être réellement délicat à retirer. Enfin, sans se poser de questions, Alvis se mit à lécher la plaie, à la manière qu'un loup emploierait après un combat.

Il finit par relâcher son aîné, repu de fatigue, réfléchit un instant. Empêcher le sang de couler. Il tira sans force sur son vêtement pour l'arracher, n'y parvint pas, se résolut à l'enlever de façon plus traditionnelle pour le lui tendre d'un bras tremblant.

"Un bandage... Tu peux... utiliser... ça."

Le Serpent tenta une nouvelle fois d'ouvrir les yeux mais un vertige l'en dissuada et il lâcha le vêtement sans savoir si Asher l'avait empoigné ou non. Instinctivement il se recoucha sur les fourrures, recroquevillé sur lui-même. Sa régénération rapide exigeait de lui toutes ses forces restantes, bien qu'il luttait pour demeurer éveillé encore quelques minutes. Juste un peu...

Spoiler:
 


[Fin de chapitre] Ouroboros   Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AsherAsherArmure :
Delta

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu220/220[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (220/220)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge240/240[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (240/240)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune305/305[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (305/305)
Message Re: [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptyJeu 29 Déc - 2:40
    Le guerrier de Delta observa le garçon devant lui jouer avec sa peau avec un intérêt certain. Décidément, Alvis avait des pouvoirs qui dépassaient largement le simple stade de l’humanité. Ses yeux n’étaient pas la seule chose d’ophidiens en lui. En plus de ses crochets de venin, il avait aussi la capacité de muet pour se régénérer. Décidément, son lien avec le serpent de la fin de temps s’était bien plus profondément que l’avait pensé d’abord Asher. Mais ce n’était pas forcément une bonne chose. Certes, cela offrait à Alvis des pouvoirs qui dépassaient largement le stade du guerrier divin, mais il ne faut jamais faire confiance à un serpent. Jamais ! Plus que n’importe quel animal, c’était le serpent qui représentait la traîtrise et le mensonge. Au final, Asher incarnait dans bien des aspects, plus de clichés sur cet animal au sang-froid que le porteur de l’armure du serpent monde. Il fallait de tout façon donc, accorder à Jor' une confiance partielle. Faire attention à ce que l'animal pouvait dire. Surtout après les mots d’Odin, il y avait bien des secrets dans son enfermement et si un être capable de miséricorde envers des traîtres comme Asher avait laissé le serpent où il était. C'est qu'il avait de bonnes raisons pour le faire. Sinon, il l'aurait sûrement pardonné. Si la bête avait vraiment fait acte de contrition, ce qui n’était certainement pas le cas. Sûrement que le gros serpent finirait par manger le petit et s’en servir. C’était la conviction profonde d’Asher après tout ce qu’il avait vu.

    La suite par contre, le surpris et il du faire appel à tout le contrôle qu’il était capable de s’imposer pour ne pas simplement sortir son arme avec son autre bras et la planter dans la gorge du gamin épuisé et jadis mourant qu’il avait devant lui. Surtout quand il vit ce jeune idiot approcher ses dents de sa plaie et y trifouiller pour retirer la tête de la flèche qui y était toujours figée. Il ne put retenir une légère grimace de douleur et empêcher son bras de se contracter. Mais il réussit à garder pour lui la rage froide et brutale que cette action, pourtant bien attentionné, avait fait naître dans le cœur du guerrier de Delta. La suite le surpris, et il comprit à quel point Alvis était loin de la réalité. Il lécha sa plaie ouverte comme un animal et ne fit rien d’autre que de faire mal à Asher. Beaucoup de gens auraient pu prendre ça pour un acte de sadisme, mais Dorana connaissait suffisamment bien son homologue pour comprendre le dessous de cet acte, malgré sa stupidité.

    La suite en était presque encore plus rempli de bonté. Bonté que le guerrier de Delta ne comprenait pas vraiment, mais qu’il saurait sûrement utiliser pour sa propre cause. Car c’était là son seul et unique but. Oui, c’était sur cette ligne de conduite qu’il devait rester et rien d’autre. Utiliser Alvis. Mais l’utiliser pour quoi . A vrai dire, avant, il l’aurait probablement utilisé pour qu’il affronte, et tue probablement en mourant en même temps, certains des guerriers divins que Dorana avait toujours qualifiés de gênant. Le vieux Toryald ou cet idiot d’Hakon. Même s’il aurait aimé pouvoir passer sa propre lame dans la gorge de l’étalon stupide ! Mais c’était avant que son monde ne change et avant qu’il ne se retrouve son but. À quoi bon avoir une épée s’il ne savait pas vraiment pour qui et pourquoi s’en servir. C’était une question à laquelle il comptait bientôt trouver la réponse. Seul ! Encore et toujours. Mais c’était le genre d’introspection qui ne se fait que dans le calme et de du repos de la solitude. Que dans les bras reposant et apaisant de la réclusion. Alors à quoi bon faire d’Alvis son arme et à quoi bon avoir sa vie entre les mains ?

    Mais il était du genre à prévoir à l’avance et à envisager des éventualités. Et une idée lui traversa alors l’esprit et il savait ce qu’il ferait. Plutôt que de déverser sa rage, il allait la forger et en faire une arme. Il allait faire quelque chose de plus subtile justement avec le jeune garçon devant lui. Il déversa de façon pernicieuse un peu de cosmos dans le corps d’Alvis, ce qui devrait aussi lui redonnait quelques forces pour continuer sa régénération visiblement très coûteuse en énergie. Mais ce cosmos était chargé de la colère d’Asher et il agirait sur le long terme dans l’esprit du jeune garçon. Nourrissant sa colère à l’égare de n’importe qui d’autre à part le guerrier de Delta lui-même. Si tout se passait comme prévu, il venait de passer la laisse autour du cou du jeune garçon. Il attrapa alors le morceau de tissu par terre et quitta alors simplement la pièce. Il devait trouver quelque chose pour désinfecter la plaie lécher sur son bras qui le dégouttait profondément... Des plaies propres, c’est ce qu’on lui avait appris, comme le meilleur moyen d’éviter que son corps ne pourrisse qu’on en soit réduit à lui couper le bras pour lui sauver la vie. Peut-être qu’il reviendrait plus tard, mais pas maintenant. Un autre élan d’affection déplacé du petit garçon et il lui passerait sa lame au travers de la gorge pour s’être approché trop près de lui...


Citation :
Récupération : 1/1


- And I wish I could trust you...
- If you did, you'd be the fool I always took you for.
[Fin de chapitre] Ouroboros   Griffi10

Merci Reba ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t296-asher-dorana-guerrier-
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-bleu1050/1050[Fin de chapitre] Ouroboros   V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-rouge850/850[Fin de chapitre] Ouroboros   V-rouge  (850/850)
CC:
[Fin de chapitre] Ouroboros   G-jaune1200/1200[Fin de chapitre] Ouroboros   V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Fin de chapitre] Ouroboros    [Fin de chapitre] Ouroboros   EmptyDim 1 Jan - 21:34
Le fracas des murmures s'estompa presque tout de suite, seulement troublé par l'ondulation des flammes, comme l'air se ridait à la place d'une rivière qui ne se trouvait pas là. Alvis se concentra, mais il n'y eut plus rien qu'un bruit sec, court -celui de la porte qui se refermait sur le guerrier de Delta-, puis le silence. Repartait-il satisfait ou irrité ? Que cherchait Asher en lui tendant ainsi sa blessure ? Le Serpent n'y tint plus et s'abandonna aux brumes du sommeil sans plus tarder. Dans cet état au moins l'espace cessait de tourner autour de sa tête, et ses muscles de le faire souffrir. Ne demeurait plus que la chaleur. Celle du feu, celle des fourrures. Chaleur humaine oubliée.

Jörmungand l'observa longtemps, aux aguets dans les tréfonds de son esprit. Ce jour, l'enfant avait prouvé qu'il valait n'importe quel homme, que ses crochets pouvaient fendre les masses aussi bien que les lames d'Alpha ou les serviteurs d'Epsilon. Sa principale faiblesse résidait dans le fait que son corps n'y résistait pas encore, qu'il demandait beaucoup de repos après de pareils efforts. Utiliser deux fois dans un temps très rapproché le poison du Serpent-Monde l'affaiblissait plus que de raison, mais tout allait bien. Grâce au renfort inespéré de ce paria pardonné par la prêtresse.

Le repos d'Alvis, dans sa complétude, lui prit une journée entière. Comme personne ne le voyait vagabonder dans les couloirs du palais comme à son habitude, où alors à fureter à la bibliothèque, dans les alentours, voire dans la vallée, deux servantes vinrent frapper à sa porte. Rendues quelque peu hardies par l'euphorie ambiante de la victoire, elles poussèrent même un peu plus loin leur travail de vérification, pour découvrir l'adolescent dans cette posture étrange, semi-allongée semi-recroquevillée sur le lit. La première raviva le feu, rajouta des bûches dans l'âtre. La seconde s'approcha du garçon et se surprit à sourire tendrement à la vue de son expression détendue.

"Il a l'air si paisible..."

Jusque-là, son visage affichait systématiquement la méfiance, l'hostilité. Il ne dormait que d'un œil, afin de pouvoir bondir en cas de danger et s'enfuir aussitôt, toujours attentif, toujours sur le qui-vive, une résultante de toutes ces années de solitude. Mais cette fois, cette seule fois, il dormait tout son soûl, l'innocence peinte de la plus douce des façons au creux de ses yeux, la respiration calme, les membres relâchés et en désordre à force de se retourner dans ses songes.

"Il ressemble tellement à un garçon normal comme ça...
-Mais si nous le touchons, il va se réveiller. Mieux vaut être prudentes, les autres racontent qu'il serait du genre à vous égorger par réflexe !
-Non, pas maintenant. Regarde-le, c'est impossible !"

Avec d'infinies précautions, la servante souleva l'un de ses bras, puis lentement son dos, le souleva à demi du lit.

"Aide-moi, il faut l'installer plus confortablement."


C'est ainsi qu'Alvis se réveilla à la fin du jour suivant. L'heure semblait la même qu'à laquelle ils étaient rentrés de Jamir, pourtant il sut que beaucoup de temps avait passé en regardant la réserve de bois presque vide, en sentant des restes d'odeurs familières dans l'air. On l'avait glissé sous les fourrures, probablement abreuvé et nourri car son ventre ne criait pas famine. Et cette faiblesse de sa part le pétrifia. Il se crispa à sa place, la tête pratiquement enfouie dans l'oreiller. Plusieurs heures durant, si vulnérable qu'il ne s'en serait même pas rendu compte, quelqu'un aurait pu pénétrer dans la pièce, lui trancher la gorge, et la mort l'emporter. Mais non.

Décidément même les simples civils faisaient figure de fous dans cette terre perdue au milieu des neiges éternelles... Cette excentricité l'étouffait, le rendait malade. Rien n'avait de sens en Asgard.

Il se leva, trouva des vêtements propres qui l'attendaient sur un petit meuble. Probablement laissés à son attention. Il se changea avec la désagréable impression de ne plus posséder le contrôle sur sa vie, sur ses actes. Voulait-il cela ? Qu'on l'habillât, qu'on le nourrît, qu'on exauçât ses caprices uniquement parce qu'il portait une armure divine ? Devenir comme l'un de ces chiens qu'on abandonnait dans les bois une fois devenus trop vieux pour la chasse ?

Sur une impulsion, l'adolescent sauta par la fenêtre et courut dans la neige en direction de la mer, des contrées sauvages. Cette sécurité, la lourdeur et la mollesse qu'elle apportait, l'effrayait.


[Fin de chapitre] Ouroboros   Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Fin de chapitre] Ouroboros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: