Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 4 - Les Saints

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BasileusBasileusArmure :
Cronos

Statistiques
HP:
4 - Les Saints G-bleu100/2504 - Les Saints V-bleu  (100/250)
CP:
4 - Les Saints G-rouge1000/10004 - Les Saints V-rouge  (1000/1000)
CC:
4 - Les Saints G-jaune1000/10004 - Les Saints V-jaune  (1000/1000)
Message 4 - Les Saints   4 - Les Saints EmptyLun 27 Avr - 17:54
4 - Les Saints Athena
(L'Empire Byzantin)

(Cher lecteur, ce qui est écrit ici est un parti pris historique et mythologique du Forum. Merci de le prendre en considération.)

Résumé à l'intention des jeunes Saints

Les origines d’Athéna sont mystérieuses. La première pierre qu’elle posa sur ce monde fut la cité d’Athènes, créant d’entrée de jeu des inimitiés avec Poséidon qui était alors son rival à cette prétention. Ce dernier souhaitait faire sien les mines d’Athènes pour le bénéfice d’Atlantis, sans que personne n’en sache plus à ce sujet. Il fallut l’intervention des guerriers de Zeus pour repousser les invasions atlantes qui menaçaient le projet d’Athéna de placer l’humanité au centre de ses affaires. Cela dit, si Athéna remporta pour cette fois la guerre contre Poséidon, s’éclairait déjà la nécessité de se préparer à la prochaine. À cette fin, naquit le Sanctuaire ainsi que les armures des Saints, forgés par Héphaïstos. À l’avenir, il fallait pouvoir se défendre sans l’aide de Zeus.

À la vérité, Héphaïstos n’accepta la faveur d’Athéna qu’à la condition qu’elle s’entende avec les Muiens. Un peuple que le dieu des forgerons protégeait. Au final, si la nature des négociations demeurèrent secrètes, n’en reste pas moins ce fait : les 87 armures sacrées furent forgées, suivant la volonté de la Sagesse. Ainsi, avec son arme, Athéna se fit-elle l’égérie des mortels au cours de la Gigantomachie.

Pendant la guerre de Troie, le Grand Pope du Sanctuaire fut Diomède, qui pouvait compter sur son plus puissant chevalier : Achille. Seulement, au cours des conflits, ce même Achille se retrouva à blesser Dionysos. Ce faisant, une démence de le gagner, l’entraînant vers une sombre destinée. À sa mort, Dionysos s’empara même de son âme, comme pour punir l’inaction de la déesse. Il ne doit pas être à négliger que ce dieu tient toujours grande rancune envers le Sanctuaire. Ainsi s’acheva cette guerre, comme une tâche sombre dans l’histoire des chevaliers Saints. Une déchéance qu’ils devaient à Eris, qui avait été à l’initiative de ce conflit.

Apollon, Arès et Aphrodite, qui soutinrent les troyens, durent se replier en Ionie. Ainsi participèrent-ils aux guerres médiques, ayant vu les premiers la dangereuse influence d’Hadès sur les Perses. Seulement, bientôt, Apollon cessa-t-il de s’opposer à eux pour une raison inconnue. Par le biais d’Athènes, la Sagesse s’inscrit dans ces nouvelles guerres, à l’issue de quoi s’était éclairé cette évidence : les Spectres étaient les pires barbares observés et à l’avenir, ils seraient toujours les pires ennemis du Sanctuaire. Leurs forces s’étendirent jusqu’aux portes des cités protégées par Zeus, justifiant l’intervention de deux de ses Séraphins, sonnant le glas des guerriers de Thanatos. Poussés dans leurs derniers retranchements, les Spectres virent la cité des morts anéantie par leurs ennemis. Même dans la défaite, ils furent toujours pourchassés par les forces de Dionysos.

Après ces événements, une nouvelle armure apparut au Sanctuaire, celle du Phénix qui semblait étrangement liée à Dionysos. Plus exactement, le Phénix était un Spectre redoutable, vaincu par Dionysos, qui l’offrit par la suite à la Sagesse qu’il détestait pourtant. Il est d’autant plus étonnant qu’Athéna l’ait accepté, à se demander ce que cela pouvait bien cacher. Certains mettent ces drôles de décision sous le compte de l’humanité de cette déesse, justifiant du même coup qu’elle accepte l’armure des Gémeaux qui était également lié aux Enfers. Restait ce statu quo, avec Dionysos qui continuait de pourchasser les Spectres à l’est pendant qu’Athéna construisait son assise dans le monde grec.

L’histoire humaine s’enchaîna alors, jusqu’à la naissance de ConstantinopleAthéna fut invitée par Apollon et Arès à les rejoindre dans ce triumvirat, succédant ainsi à Aphrodite qui avait visiblement mal vécu les affrontements divins ayant traversé la longue chronologie de l’histoire romaine. Jusqu’à aujourd’hui, se dessinait ainsi un rôle dont Athéna fut bientôt la première artisane : celui de contrôler les actions des Spectres à l’est de l’Empire afin de préserver la paix et de consolider la Civilisation qu’elle appelait de ses vœux. Ayant en mémoire le sort que fut l’empire de Rome, elle devait en tirer leçon pour éviter qu’il en finisse de même pour l’empire de Byzance qui devait inspirer le monde pour les siècles à venir. À la fin, la Raison doit dominer le plateau de l’humanité. Et à cette fin, furent défaits les guerriers d’Apollon et d’Arès qui menacèrent l’ordre établi. Ainsi, les Saints doivent composer avec les ressentiments des Oracles ainsi que des Berserkers, tout en devant se méfier des Marinas qui, dans leur histoire, furent rarement des alliés.


4 - Les Saints 1441488082-signature-essai


Dernière édition par Basileus le Dim 10 Jan - 2:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t41-1-creation-de-son-parch
BasileusBasileusArmure :
Cronos

Statistiques
HP:
4 - Les Saints G-bleu100/2504 - Les Saints V-bleu  (100/250)
CP:
4 - Les Saints G-rouge1000/10004 - Les Saints V-rouge  (1000/1000)
CC:
4 - Les Saints G-jaune1000/10004 - Les Saints V-jaune  (1000/1000)
Message Re: 4 - Les Saints   4 - Les Saints EmptyDim 10 Jan - 2:54
Pour aller plus loin...

PROFANE

Chronologie.

IVe siècle

324 : Constantin Ier devient le seul empereur
325 : Ier concile de Nicée
330 : Fondation de la Nova Roma, Constantinople, par Constantin Ier
337 : Mort de Constantin
361 : Julien fait construire un port pour son énorme flotte à Constantinople
362 : conquête de la Perse par Julien
364 : Valens devient empereur d’occident
365 : Tentative d’usurpation de Procope à Constantinople
379 : Théodose Ier monte sur le trône impérial
380 : Ier concile œcuménique de Constantinople où l’arianisme est condamné
390 : Théodose fait ériger un obélisque du temple de Karnak sur l’Hippodrome de Constantinople

Ve siècle

410 : Le wisigoth Alaric pille Rome pour prendre le pouvoir
413 : Début de la construction à Constantinople du Mur Théodosien, triple ligne de remparts
414 : Pulchérie devient régente de l’Empire romain d’Orient
422 : Théodose II paie un tribut aux Huns et signe un traité de paix avec les Perses
447 : Les murs de Constantinople sont endommagés par un tremblement de terre. Attila ravage le Péloponnèse jusqu’aux Thermopyles
449 : Nouveau concile à Éphèse. Théodose II tente de négocier avec Attila.
474 : Zénon devient coempereur
476 : Chute de l’Empire romain d’Occident
478 : Le médecin Grec Anthime est banni de Byzance. Théodoric, roi des Ostrogoths, marche sur Constantinople. Zénon lui attribue alors le titre de « maître des milices » et l’envoie conquérir l’Italie tenue par Odoacre pour la gouverner au nom de l’Empire.
484-519 : Premier schisme entre les églises d’Orient et d’Occident
491 : 9 avril : mort de Zénon, empereur byzantin.
498 : La menace isaurienne sur l'empire d'Orient est éliminée. Les forteresses montagnardes des Isauriens sont pacifiées dans le Sud de l'Asie Mineure.

VIe siècle

512 : émeutes dues aux oppositions religieuses. Anastase, monophysite convaincu, réussit à calmer la foule de l’Hippodrome en se présentant devant elle.
518 : Justin Ier, pourtant issu d’une famille de paysans, devient empereur.
523 : Justinien épouse Théodora.
525 : Antioche est détruite par un tremblement de terre.
527 à 565 : Règne de Justinien Ier, reconquête de l’Afrique, de l’Italie, du sud de l’Espagne.
529 : le nouveau Codex de Justinien, réforme des vieilles lois romaines adaptées au christianisme, entre en vigueur. Il fait aussi fermer l’Académie de Platon.
532 : Sainte-Sophie et d’autres bâtiments sont incendiés durant la sédition Nika. Justinien la faire reconstruire et modernise la ville en créant des citernes souterraines et la dote de nombreux autres bâtiments comme l’église Saint-Sauveur-in-Chora. De nombreux artistes venant de Rome participent à la reconstruction de la cité.
533 : Bélisaire l’emporte sur les Vandales à la bataille de l’Ad Decimum.

Société.

Au sommet de la pyramide sociale trône l'Empereur, son pouvoir s'appuie sur une classe dirigeante formée des membres du Sénat dont les pouvoirs se réduisent progressivement en devenant une assemblée des puissants de l'Empire, d'une bureaucratie civile et militaire de plus en plus complexe et d'une aristocratie provinciale qui gouvernent les principales villes de l'empire. (Les fameux Exarques)

Au bas de l'échelle, une paysannerie rurale et agraire forme la grande majorité de la population. C'est de cette classe paysanne que provient la grande majorité des soldats qui forment l'armée byzantine. Ceux-ci sont recrutés sur une base annuelle.

Entre les deux, les marchands grecs byzantins jouissent d'une solide réputation et occupent une position enviable dans le commerce international.

Le clergé jouit également d'une position enviable dans cette société non seulement en raison de sa liberté d'action qui est plus grande qu'en Occident, mais aussi parce que le patriarche de Constantinople est considéré comme l'égal du pape à Rome. Ce clergé est composé de deux groupes : le clergé régulier qui officie dans les églises locales ou églises privées érigées par et pour de grandes familles, et qui est sous l'autorité de l'évêque du lieu ; les moines résidant dans les monastères indépendants de la juridiction ecclésiastique locale et dont l'importance grandit graduellement au point de provoquer à certaines occasions des heurts avec les autorités civiles.

ESOTERIQUE

Histoire de la Faction.

Athènes des temps mythiques

Ceci est une vision du Conteur Homère sur l'histoire des Saints.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Du Bellay.


Homère a raconté la naissance de la Déesse de la Guerre, de la Sagesse et des artisans, protectrice des cités et des Héros. Née d'un coup de marteau sur le crâne de Zeus, elle est la Raison qui naquit dans un monde trop sensibilisé aux émotions les plus extrêmes. On sait peu de choses de la Déesse avant la Gigantomachie.

Lettre d'Athéna.

« Citoyen Homère,

Nous avons reçu votre courrier et nous sommes prêtes à y répondre. Notre naissance est bien celle que les Hommes savent, nous sommes bien née des pensées de notre Père. Nous nous rappelons le premier jour où nous posâmes le genou devant lui. L'Olympe était impressionnante pour la jeune Déesse que nous étions. Face à nous, Zeus, Roi des Dieux et Gardien du Monde céleste, nous prit alors entre ses bras. Notre regard se porta ensuite sur les deux créatures qui siégeaient à la droite et à la gauche du trône céleste. Bien des Chevaliers craignent les enfants d'Érébus et de Nyx et ils ont bien raison. Si il existe de par ce Monde un territoire qui ne sied pas aux dieux jumeaux de la Mort et du Sommeil, c'est bien l'Olympe. Nos propres mythes leur ont donné les noms d'Ether et d'Héméra... Nous y reviendrons au cours de nos correspondances.

Nous doutons encore que ce soit leurs noms primordiaux, nous avons eu l'occasion de discuter avec Hypnos autrefois, il nous avait dit la légende selon laquelle que les Ténèbres et la Nuit puissent engendrer la Lumière était une absurdité. Nous pensons aujourd'hui qu'il avait raison. Enfin, nous digressons sur l'objet de votre courrier...
»

Athéna est devenue une Déesse. Dotée des attributs de la Guerre et de la Civilisation, elle se met immédiatement au travail et cherche une cité humaine qui devient la première pierre de son Rêve pour les Hommes. Athènes. Son oncle, le terrible Poséidon, a des vues aussi sur la Cité et c'est au cours d'un concours que les Athéniens prennent fait et cause pour Athéna. Les premières relations houleuses entre elle et Poséidon Viennent de commencer.

Lettre d'Athéna.

« Citoyen Homère,

Nous avons bien reçu votre dernière lettre. Oui, nous avons connu les affres de la Guerre avec un puissant Légat de Poséidon.

Adama Helian Merinita était un ennemi redoutable, digne d'un Dieu de l'Olympe. Nos mines à l'ouest d'Athènes avaient quelque chose de spécial que cet Atlante souhaitait pour son peuple. Mais il était hors de question de le laisser détruire tant de siècles d'efforts, afin de construire une cité de savoir et de paix. Nous demandâmes alors à notre Père de nous assister dans cette guerre, nous ne pouvions faire contre les terribles Atlantes parés des Scales d'Amphitrite. Sans compter la technologie que les Atlantes avaient volé au Peuple de Mu, autrefois guidé par Okhéanos.

Notre oncle avait toujours été ainsi mais ses héritiers étaient pires. Ce fut ainsi que Zeus aidé par ses Anges vint mettre un terme aux exactions des Atlantes sur les côtes de Thalassa. Poséidon revint soudain de nulle part et mit un terme à la guerre que son héritier avait créé. Nous nous demandons encore à ce jour si cela n'était pas trop fortuit mais nous n'avons pas de preuves. Notez bien que le Dieu des Océans n'est pas le plus intelligent de l'Olympe, on a donné à un renard les rênes des mers et il a obtenu sa puissance par le vol et le mensonge. Que cela soit noté.
»

Homère retire quelques aspects de l'histoire que la Déesse lui avait décrit. Il est inutile de parler de ce Légat, il note juste que Poséidon est personnellement à la tête des armées atlantes contre Athènes, Sparte et Troie. Une première pierre de l'hagiographie divine de la Sagesse s'imprimait dans l'esprit des Hommes. Toutefois, cette dernière considère, avec raison, que la prochaine guerre contre Poséidon ne lui serait pas favorable sans moyen de défense. C'est ainsi que naquit l'idée de "forger" une terre sacrée où ses chevaliers pourraient protéger l'Humanité. Mais sans protection ? Bien des discussions ont lieues et la Déesse partit pour la Forge d'Héphaïstos.

Lettre d'Athéna.

« Citoyen Homère,

Les Atlantes étaient en effet parvenus à nous obliger à ployer le genou. Sans notre Père bien aimé, nous aurions été vaincu, comme Arès à Sparte ou Apollon à Troie. Nous allâmes alors dans les entrailles d'un volcan oublié, là ou régnait le terrible dieu des Forges. Nous avions appris qu'il avait aidé Poséidon pour deux de ses Écailles. Héphaïstos nous reçut avec élégance et nous discutâmes pendant des années sur ce qui pouvait être fait. Ce fut ainsi que nous apprîmes que notre Frère protégeait depuis des années des rescapés du Peuple de Mu. Ils vivaient dans des montagnes à l'est.

Surprise, nous demandions si nous pouvions leur parler. Notre Frère nous rétorqua qu'il avait fait de quelques uns d'entre eux ses élèves. Mais, ils étaient loin désormais des combats de jadis, obtenir d'eux le soutien d'un Dieu serait chose difficile. De mémoire, nous avions vu là un intérêt pour le futur mais, comme l'avait dit le Dieu des Forges, cela allait être difficile d'obtenir d'eux une quelconque aide. Amusé par nos propres réflexions, notre Frère proposa alors un petit jeu.

Si nous étions capable de persuader ces Muiens de rejoindre notre cause, il serait alors heureux de nous aider dans la forge autant d'armures que de constellations dans le ciel. Par un simple petit pari, l'idée de forger 87 armures sacrées était née.
»

L'histoire de la naissance des 87 armures sacrées s'arrête ici. En effet, malgré des demandes, la Déesse garde secret ses négociations avec les héritiers du Peuple de Mu. Elle a manifestement gagné son pari mais comment est une question que les Dieux de l'Olympe se posent encore. Homère envoie quelques courriers à Hermès afin d'avoir des informations complémentaires mais ce dernier lui rétorque que certains secrets ne doivent jamais être dévoilé. Le Dieu des arts interdits lui révèle tout de même que les armures furent éveillées par le sang des Anges du Ciel : les Douze Anges du Zodiaque, les Quatre Chérubins, les 24 Anges des Trônes et 47 anges célestes. Sans avoir plus de détails, l'hagiographe, sur sa faim, abandonne donc l'idée d'en savoir plus.

Continuant la lecture des archives de la déesse grecque, il se rend compte qu'Athéna devient l’égérie des mortels au cours de la Gigantomachie. Cette guerre, dernier avatar de l'affrontement contre les Titans, est devenue le symbole de la puissance d'Athéna au côté de son père. Après avoir terminer ses recherches, il pose ses tablettes dans un coin de ses étagères. Les Hommes se moqueraient des histoires de la sorte. Enfin, c'est ce qu'il pense.

Troie

Honte ou Gloire ? Homère a lu avec attention tous les écrits des Héros qui ont connu cette terrible guerre d'une vingtaine d'années... Il connait le mythe d'Éris, les informations ont été corroboré au cours de différentes conversations épistolaires avec les Dieux. Un soir, il reçoit la visite du Dieu Hermès, sentant l'épuisement du Conteur qui tente de démêler le vrai du faux. Un sourire aux lèvres, le Dieu lui répond que c'est ainsi que l'Histoire commence, mais il reste des choses que les Hommes ne doivent pas connaître. S'il aime sa Déesse, il doit accepter d'omettre certaines vérités compromettantes. Homère a alors la sensation que l'histoire se répète, comme pour les armures sacrées des Chevaliers d'Athéna, le mystère reste entier. Il prend alors la plume et écrit à sa Déesse.

Lettre d'Homère.

« Majesté,

Depuis le jour de ma naissance, je suis porté par les Histoires de notre Monde. J'ai en mémoire un reste au fond de moi, d'une enfance joyeuse et heureuse. Le temps me rappelle que je rejoindrais ma tendre épouse dans un sommeil éternel, qu'Hypnos me l'offre, enfin je l'espère.

Je vous écris au sujet de vos réponses sur Troie et de sa longue agonie. Je sais que cela est pour vous une écharde dans votre coeur, comme un poison instillé par la terrible Éris. Cette haine passagère vous a conduit aux pires extrémités, perdant toute raison. Diomède... L'un de vos plus plus grands Popes a amené les Saints dans des batailles, de victoire en victoire. Achille... L'un des plus grands Saints, chevalier d'or du Lion, a tué des milliers de gens en votre nom. Beau, valeureux, champion d'une morale orgueilleuse de l'honneur, il incarnait l'idéal moral du parfait chevalier. Malheureusement, ce dernier avait eu le tort de blesser votre Frère, Dionysos, et son esprit était déjà empli d'une rage excessive. La raison a basculé violemment dans une rage qu'Arès aurait réprouvé lui même. Vous n'avez rien pu faire pour lui, comme pour Diomède plus tard.

Tout cela pourquoi ? Des flammes, de la destruction... Pour une simple Pomme ? Je sais que cette affaire vous meurtrit et je vais me permettre une réécriture de l'Histoire plus favorable en votre nom. Toutefois, je ne saurais vous recommander de ne plus fâcher Dionysos... La blessure qu'Achille lui fit, votre non réaction, a conduit à ce que le Dieu de la sauvagerie s'empara de l'âme de votre meilleur chevalier. Je pense qu'il en a encore quelques rancunes.

Votre tendre ami.
»

Les Guerres Médiques

Homère lit les écrits qu'il a réuni au cours des dernières années. Il n'est plus le jeune homme insatiable de connaissances d'autrefois. Au delà du commun des mortels, il a le reçu le don de la vie de la part des Dieux, il est la mémoire de leur propre histoire après tout. Le début de cette période de l'histoire des Saints commence avec Apollon.

Lettre d'Homère.

« Majesté,

Malgré mes recherches, je ne parviens pas à obtenir des informations de la part d'Apollon. Son aura semble avoir totalement disparu. Enfin, j'espère que vous pourrez répondre à mes sollicitations. En effet, Apollon était le protecteur de l'Ionie, les derniers oracles survivants de Troie s'étaient réfugiés là bas et se rebellèrent contre Darius le Grand. Ce fut ainsi que commença les terribles Guerres Médiques.

Puis vint ensuite la guerre contre Sparte, puis Athènes... C'était comme si toute l'Olympe se levait contre cet ennemi. Pourtant, l'Olympe... Certaines théories semblent aller dans le sens d'une guerre interne à l'Olympe, entre le monde des Enfers et celui des Cieux. L'échiquier n'étant que le monde des hommes, ai je raison ?
»

Lettre d'Athéna.

« Mon doux ami,

Les gens de notre frère aîné, les Ioniens, furent la cause de ces terribles guerres. Mais, il n'en était pas le responsable. En effet, l'Oracle de Daphné, Agénor, survivant de la terrible Guerre de Troie, découvrit un jour qui était derrière la puissance de Darius, la guerre était la seule solution. Hadès était parvenu à disposer d'un vaste empire - des steppes danubiennes jusqu'aux terres de Bactriane - sans que nous n'y prenions pas assez garde. Malheureusement, l'Ionie fut le théâtre d'un massacre sans nom, Apollon ne les protégeant plus pour une raison étrange. Nous fîmes tout pour sauver ce qui pouvait l'être mais les massacres furent réalisés sous la férule des deux fils de Nyx. Nous pensons que ce fut le point de départ de notre lutte contre les Enfers, Ionie, Ionie, Ionie... Nous ne devons jamais oublier la raison de notre révolte contre la barbarie des Spectres.

Les batailles furent horribles. Tout cela était devenu une question de survie pour les Hommes comme pour l'Olympe. Ister, le dieu fleuve du Nord, nous protégeant des dieux nordiques, devint extrêmement mécontent des intentions d'Hadès et sa rage repoussa les Perses vers le Pontos Euxinos. La défaite de ces derniers sonna les victoires qui vinrent ensuite. Alors que les Spectres sous le commandement de Thanatos s'apprêtaient à détruire la cité de Thasos sous la protection de Zeus, les deux Séraphins de l'Olympe entrèrent dans la danse. Comme nous vous l'avons dit autrefois, ces deux êtres étaient certainement issus d'un monde précédent du nôtre et avaient pactisé avec notre Père. Thanatos fit face à à Métatron, le Séraphin de l'Omniscience. Nous n'étions pas là, ce fut Hermès qui nous relata cela. Le combat ne dura que quelques secondes, Thanatos ploya le genou et quitta Thasos.

Les guerres continuèrent alors. Tout cela se termina à Sestos, le palais infernal d'Hadès dans le monde des mortels. La cité des morts fut anéantie par l'un des alliés de notre père, Sandalphon, le Séraphin de l'Omniprésence, accompagné des quatre grands archanges de l'Olympe. La bataille eut lieu en sept jours. Nous pensons encore que cela marqua les Hommes au point où les Chrétiens reprirent cet épisode comme le jour de la naissance du Monde. Nous ne pouvions dénier une forme de réalité. La plupart de nos frères et de nos soeurs était éprouvée par ces années de conflit. Un de nos frères, Dionysos, décida de continuer la lutte contre les Persans et partit avec les siens afin de chasser les Persans où qu'il soit...

Parfois, voyant nos Kamuis, nous nous disions que les Anges de Zeus étaient l'avatar de ce qui existait avant que Érébus ne recrée le Monde. En effet, toutes les Kamuis sont munies d'ailes célestes... Enfin, cher ami, nous espérons que ces réflexions de notre part vous aideront dans votre oeuvre.
»

Homère lit la lettre de sa Déesse avec un certain plaisir. Les Guerres Médiques sont donc la cause de la haine de la Sagesse contre la Mort. Hadès, Thanatos, Hypnos... Les choses doivent être être plus complexes, moins simplistes mais il comprend la peur que cela a engendré dans le coeur du Monde Grec. Continuant ses recherches, il est surpris par une tablette parlant d'un combat entre Dionysos et un Spectre... Plissant les yeux, il retourne relire ses archives sur la création des armures d'Athéna. Oui, une de plus est née pendant ces guerres, celle du Phénix. Prenant immédiatement son stylet, il grava sa nouvelle correspondance au Dieu de l'ivresse, des vignes, de la folie, de la nature sauvage et de la subversion. Trouver le demi-frère de sa Déesse n'est pas simple mais il a une petite idée pour lui communiquer sa lettre.... Ampéros, l'amant du dieu, est justement à Athènes en ce moment.

Dionysos et Athéna

Dans un lupanar des bas quartiers d'Athènes, un Satyre chantait en compagnie d'une dizaine de jeunes femmes. Les festivités étaient grandes quand un homme se glissa entre les convives afin de lui transmettre un courrier de son Maître. Ampéros, l'amant de Dionysos, ordonna à l'émissaire de lui lire la la tablette. Lire ne faisait pas partie de ses qualités après tout. Il laissait cela aux bien pensants et aux lettrés de ce monde. Alors que l'envoyé d'Homère lui lisait la tablette, Ampéros fut de plus en plus attentif à ce qu'il entendait.

Il savait que les rapports entre son amant divin et sa demi-soeur n'étaient pas.... positives. Ils étaient le contraire l'un de l'autre. Si Arès pouvait se retrouver dans la même position envers Athéna, c'était pire avec Dionysos. En effet, Arès restait facile à cerner, prévisible quand à son caractère. Il n'en était pas du tout de même entre la Sagesse et l'Ivresse. Prenant une coupe de vin pendant qu'une jeune femme se penchait entre ses cuisses, il prit la parole.

« Voilà un discours pour le moins étonnant ... Ainsi donc, le larbin de la Déesse de la Sagesse veut savoir pour le Phénix. Pourquoi une nouvelle armure a rejoint le rang des Saints ? Si elle n'a pas répondu sur ce point, j'imagine qu'il s'était dit que la réponse viendrait de son demi-frère. Hmmmm mon divin ami m'a conté à plusieurs reprises cette histoire et je dois bien avouer qu'elle est cocasse.

Comme tu le sais, mon tendre ami a connu la douleur de la haine des Titans, d'avoir été dévorer avant de renaître enfant divin. Il a vécu ainsi, né des excès des Dieux ou des Titans ! Il est aussi sauvage qu'enivrant dans les plaisirs qu'il apporte... Enfin, je m'égare.

Le Phénix... Pendant les Guerres Médiques, il existait un terrible Spectre qui avait vaincu de nombreux Saints, il était un combattant devenu un danger pour les Dieux eux mêmes, à l'instar du cheval ailé que votre Déesse aime tant. Zeus pouvait admettre l'existence du chevalier de Pégase, ce dernier avait bien blessé Hadès en personne au cours de la bataille des Thermopyles. Ce Spectre semblait disposer des mêmes qualités que le Pégase, c'était un danger et c'était pourquoi Dionysos partit combattre cet énergumène. Je n'ai guère les détails, émissaire. Mais, ce fut une victoire de mon tendre amour. Ensuite, je n'ai que des bribes... Je sais seulement qu'il le fit monter au ciel pour en faire une constellation, le Phénix. Suite à cela, il insuffla son propre cosmos dans l'âme de ce spectre, l'étoile maléfique de la Violence sera extrême autant par sa bienveillance que par sa malveillance, il n'y aura jamais de juste milieu pour ce chevalier. Malédiction ou Bénédiction, je ne serais dire mais j'ai toujours été étonné qu'Athéna le prenne sous sa férule. Pour être franc, je pense que ce chevalier a plus sa place dans la Thiase de mon divin amant que dans celle de votre Déesse.

Enfin... Elle accepte bien l'armure des Gémeaux au sein de ses troupes. Castor n'est il pas lié aux Enfers selon l'Oracle Euripide ? Mouarf, vous avez vos réponses, émissaire, dites au scribe d'Athéna que cette histoire n'est plus qu'un fragment des propres turpitudes de sa Déesse. Elle est trop humaine par moment, cela lui jouera des tours un jour.
»

Après le rapport de son émissaire, Homère comprend alors que le Phénix est susceptible de rejoindre son étoile d'origine ou celle que Dionysos lui a donné. Difficile à dire, Athéna l'a donc pris sous son étoile afin de contrôler les actions potentielles de ce chevalier ? C'est probable. Enfin, reste aussi que Dionysos est extrêmement influent en Orient et personne ne sait ce qu'il va faire dans les siècles à venir. Il continue de combattre les Spectres sans cesse en Orient pendant qu'Athéna construit de son influence le monde grec. Réfléchissant longuement, sur son lit de mort, Homère se dit alors que les rapports entre sa Déesse et le Dieu de l'Ivresse peuvent devenir un danger plus grand qu'avec les autres Dieux de l'Olympe. Il est imprévisible, insaisissable. Il ferma alors la tablette et fait signe à son jeune apprenti de la poser à côté de toutes ses mémoires. Le temps va venir où tout cela rejoindrait le Mont Étoilé (Star Hill), la mort l'invite à aller auprès des Justes. Il reviendrait peut-être sous un autre nom dans le futur, cela ne dépend maintenant que des Dieux.

Constantinople

Constantinople. Un espoir. Athéna, soutenue par Apollon et Mars, avait fondé cette cité dans le but de contrôler les actions des Spectres à l'est de l'Empire. Elle témoignait de sa grandeur, de tout ce qu'elle voulait pour le futur. Les écrits sur la religion, sur les pensées, les artisans qui embellissaient les lieux sous l'influence des Oracles d'Apollon. Tout était superbe.

Toutefois, la chute de Rome a conduit la Déesse a faire un terrible choix. Elle devait sauver l'esprit grec qu'elle avait forgé pendant des siècles, il était le coeur de sa pensée, de ses intentions et de son Rêve d'une société civilisée ou le Verbe deviendrait une arme plus que l'épée. Il fallait donc une force qui allait inspirer le monde pour les siècles à venir...

Le Sanctuaire d'Athéna

Le Sanctuaire est le domaine sacré de la déesse Athéna et de ses Saints, et c'est le lieu qui leur sert de base d'opérations afin de protéger le monde contre les forces hostiles qui le menacent. Cet endroit est caché dans les montagnes situées au nord d'Athènes, et sa position surélevée en rend l'accès difficile. Qui plus est, le Sanctuaire est un lieu dont l'existence reste dissimulée au monde extérieur, et seuls quelques personnes semblent connaître son existence, comme par exemple les villageois de Rodorio.

Le Sanctuaire est composé d'une variété de lieux de vie ou d'entraînement martial, mais la partie la plus importante est la zone englobant les Douze Maisons, la chambre du Pope, et l'Autel d'Athéna où trône la statue de la déesse. Les gens résidant au Sanctuaire semblent tout droit sortis de l'antiquité et s'habillent dans ce style.

Star Hill est un pic rocheux très élevé situé dans le Sanctuaire, qui est considéré comme l'endroit le plus proche du ciel. C'est là que se rend en principe le Pope pour observer les mouvements des étoiles à partir desquels il établit des prophéties. C'est aussi le centre des archives saintes du Sanctuaire, seulement accessible par le Grand Pope. Autrefois, protégé par les Corona Saints, ces derniers sont désormais sous les ordres de Narsès

Jamir

Jamir est une région perdue au cœur de l'Himalaya, entre l'Inde et la Chine, où les Jamiriens semblent vivre en ermites. Ce lieu se situe sur une partie de la chaîne montagneuse dont l'altitude dépasse 8000 mètres. Il est impossible de savoir si cet endroit contient des villages entiers habités par le peuple de Jamir.

Les ancêtres du peuple seraient en fait des alchimistes du continent de Mu qui ont fui avant que ce continent ne soit englouti sous l'océan. Ils se seraient établis dans l'Himalaya et leurs talents dans la création de Cloths expliquerait pourquoi les Jamiriens semblent posséder des dons particuliers dans ce domaine.

POLITIQUE ACTUELLE

L'Humanité est sujette au conflit, elle souhaite donc une Humanité où la Raison règne en maître. C'est à dire ce que cela ne soit plus régi par rapport aux instincts humains. Pour cela, elle est prête à utiliser tous les moyens afin de parvenir à ses fins. L'Empire Byzantin est soutenu selon cette finalité.

Ils dominent le monde humain par leur "contrôle" sur l'Empire Byzantin, du moins le Sanctuaire dispose d'une solide influence sur l'Empire. Ils disposent donc d'un pouvoir politique et militaire remarquable. Les Saints sont sortis récemment victorieux d'une guerre contre les Oracles et Berserkers.

PERSONNAGES IMPORTANTS

Théophilius

Théophilius est né en Grèce, dans la ville de Thessalonique, en 509. Rapidement, il est repéré pour ses prédispositions pour le cosmos et il est envoyé au Sanctuaire pour y suivre la formation des éveillés.

Il n’a jamais revêtu d’armure sacrée. Son entraînement le marque profondément et c’est surtout son talent pour les subtilités du cosmos, que sa maîtrise brute qui vont lui permettre malgré tout, de continuer, son rôle dans les dessins de la déesse ne s’arrêtant pas là. Il s'est ensuite engagé dans l’armée impériale sous la tutelle du Pope de l’époque : Bélisaire. Il va monter les échelons un à un, jusqu’à obtenir le prestigieux grade de capitaine de Constantinople, commandant les forces du Sanctuaire sur place, directement en lien avec le Pope et les chevaliers d’argent. Il sera de toutes les campagnes du sanctuaire depuis son enrôlement.

Il connaît donc tous les chevaliers d’argent ayant séjourné dans la cité et une partie des chevaliers d’or et de bronze ayant participé aux campagnes militaires. Il s’occupe principalement de la surveillance de la cité et récolte les informations qu’il peut à l’intérieur de cette dernière, n’hésitant pas à aiguillier les chevaliers en mission. Il veille sur la cité et les alentours. Prenant grand soin à la protéger des risques occultes et de laisser les dormeurs dans leur tranquillité.

C'est un soldat fidèle, droit et très croyant. Il aime planifier à l'avance et déteste être pris au dépourvu, mais il a su apprendre à s'adapter, même s'il est souvent trop rigide.



Narsès

(Ancien chevalier d'argent de l'Autel)

Narsès est un eunuque arménien né au siècle dernier. Depuis des années au service de la déesse de la Guerre, il a commandé les troupes qui ont permis de restaurer la puissance de la seconde Rome sur la première. Il estime que Rome et l'Italie comme sa chasse gardée et la déesse le lui laisse tant que cette région est tenue.

Sa haine contre les Popes est vivace, il les estime comme des incapables. Il a été par contre surpris par l'invitation du Pope Akritès à combattre de nouveau en Italie, les deux hommes s'appréciaient, ils étaient deux monstres à bien des égards et avaient donc des atomes crochus. Puis, vint le drame, la mort de son ami l'a brisé et sa haine contre les Oracles, Berserkers et Marinas est très vivace. Il n'a pas encore de jugement sur le nouveau Pope, il espère qu'il ne sera pas faible.

Son "sanctuaire" est actuellement à Ravenna. C'est de là qu'il dirige les affaires italiennes, ayant un regard vers le nord et les Berserkers. Athéna lui a donné une chevalière divine, empreint de son cosmos, afin de renforcer son autorité sur les Saints en Italie. Il a laissé son armure en échange afin de créer sa nouvelle garde.



4 - Les Saints 1441488082-signature-essai
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t41-1-creation-de-son-parch
 
4 - Les Saints
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Chorus :: Praecepta :: Contexte des Factions-
Sauter vers: