Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-bleu1050/1050[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-rouge850/850[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-jaune1200/1200[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-jaune  (1200/1200)
Message [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre   [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre EmptyVen 1 Mai - 17:12
Février 551 – Remparts de Gamma.

Le silence trompait la menace approchante.

Depuis une paire de mois déjà, le Serpent recevait des visites inopportunes, des chasseurs, des mercenaires, des gardes avides de toucher une récompense pour la tête de l’insaisissable petit rebelle. C’était également depuis cette même période qu’on n’entendait plus parler d’Eirwen, et que l’habituel va-et-vient des guerriers divins au sein du territoire avait diminué, puis stoppé.
Si l’idée d’être pourchassé n’étonnait pas le moins du monde Alvis, celle d’être coupé de toute communication avec Odin et sa prêtresse le mettait mal à l’aise. Non pas qu’il commençait à les apprécier, mais en tant que guerrier divin, on aurait dû venir le solliciter de temps en temps pour des missions, s’assurer que tout allait bien dans le premier domaine d’Asgard ou juste voir s’il était encore vivant -et seulement voir, pas y mettre fin.
Même Fimbul, le loup blanc qu’il avait baptisé, restait à l’abri des frondaisons, à protéger quelques femelles ralliés à lui. D’Elyn d’Epsilon, pas plus de nouvelles que les autres.

***On dirait que le traître a fini par passsssssser à l’acte.
-Tu parles de toi ou d’Asher ?
-Tu crois vraiment que je continuerais à te parler ssssi je voulais ta perte ?
-Tu ne m’as toujours pas répondu au sujet de ta prétendue parenté. Jör, j’ai besoin de…
-Ssssilencccce ! Quelqu’un approche.***

Alvis fut tenté de rétorquer que personne n’entendait leur échange, et que donc le « silence » était tout relatif, mais il se tapit tout de même dans la neige, rendu invisible par les buissons autour de lui ainsi que la peau d’ours blanc attachée à ses épaules.
Quatre hommes avançaient prudemment, armes à la main. Deux arcs, une hache, une épée. Du menu fretin jusqu’à ce que le Serpent ressentît la présence de plusieurs Eveillés. Pas des Conquérants de son niveau, plus des capitaines de petites unités, des valkyries, de la piétaille en somme, mais assez pour le mettre en difficulté par le nombre. Et ils se déployaient autour de la zone pour bloquer toute échappatoire. Comme pour une battue.

***Rien ne te retient icccci. Tu vas te faire tuer en les défiant encore et encore. Asher n’est pas ton ami. Et en admettant que je ne ssssois pas le tien non plus, je préfère quand même que mon hôte ssssurvive.
-Qu’est-ce que tu proposes ?
-Je te délivre de ton fardeau.***

Soudain, l’armure divine de Gamma pesa lourd, si lourd. Alvis n’avait pas vu venir. Il se retrouva plaqué au sol non par instinct, mais à cause de sa propre protection. Il retint son souffle : les quatre hommes parvenaient à sa hauteur en scrutant autour d’eux.

« Vous pensez qu’il est par là ?
-Gamma n’est toujours pas rentré au palais. Le gamin est forcément en vie. Mais bientôt l’appel sera trop fort, il faudra qu’il meure ou la rende.
-Et si c’est notre expédition qui le débusque, à nous la promotion ? Maître Asher sera…
-Tais-toi imbécile ! Il a encore des opposants dans la région. Mieux vaut ne pas prononcer son nom. »

Le petit brun serra les dents. Bien sûr Dorana n’avait jamais vraiment caché son désir de se venger de tous ceux qui l’avaient condamné et persécuté, surtout depuis Kendrill, surtout face à Alvis, mais pour qu’un plan de cette envergure ait pu se mettre en branle, il avait dû trouver un moyen d’écarter tous les défenseurs d’Odin méthodiquement. Eirwen, Toryald, Haldor, Andrhimnir… Tous les autres. Pas forcément les tuer, mais leur faire quitter Asgard, et abandonner leurs protections. Et si le Serpent vivait encore, ce devait être seulement parce qu’il avait partagé un certain nombre de points communs avec Asher. Parce qu’il était malin et survivant. Mais cette fois la battue l’obligerait à reculer s’il ne voulait pas franchir la limite, tuer les humains dont il voulait rester à distance. Bien vu.

***Dépêche-toi. Je vais leur envoyer cccce qu’ils veulent : l’armure, le ssssaphir. Il faut que tu quittes Assssgard. Ccccette fois, cccc’est une dernière chancccce. Ecoute-moi. Je resssterai avec toi mais mon pouvoir ssssera moindre.
-Pourquoi Jör, pourquoi soudainement ? Qu’est-ce qui a changé ?
-Asher veut en finir. Tu ne le vois pas ? Une battue pour toi. Cccc’est comme un dernier hommage, un dernier adieu, et ssssurtout, un dernier avertisssssssssement. Le rejoindre, ou le combattre. Mourir même.***

Silence. Alvis serra les poings. Au fond, il avait su que les choses finiraient ainsi, tant que Dorana serait vivant. Ils ne s’étaient jamais convaincus l’un l’autre. Deux enfants, de chaque côté d’une rivière de sang. L’un attaché à une corde, juché sur un tabouret. L’autre au milieu d’un bûché en croissance.
Il semblait que la corde avait été coupée par la main des Ténèbres et du Chaos, tandis que les flammes avaient libéré l’autre garçon au milieu de la neige et des cendres. Il ne se jeta pas dans la rivière pourtant. Il se laissait brûler, indécis encore.

***Je vais lui laisser un dernier message moi aussi alors. Je ne suis pas un rat qui disparaît simplement quand le navire coule.***

Il sourit pour lui-même. Asher en rirait probablement lorsqu’il apprendrait la nouvelle. Donnant le signal mental à son totem, Alvis fit l’armure divine de Gamma se reformer, puis fendre le ciel dans un trait de cosmos gelé. Surpris, une bonne part des hommes trahit sa position par des exclamations, et ils levèrent les yeux pour suivre la trajectoire. Ce temps fut suffisant à l’adolescent pour sortir de sa cachette et répandre la panique dans les rangs.
Les quatre premiers miliciens furent mis à terre sans comprendre d’où venait l’attaque. L’Eveillé le plus proche se retrouva chargé contre un arbre, molesté, puis assommé. La valkyrie qui suivit put se mettre en garde et érafler le Serpent. Il la déséquilibra en empoignant sa lance avant de l’éliminer d’un puissant coup de talon dans l’estomac.
A partir de là, sa position fut lancée à vive voix dans tout le glacier. Alvis engagea une course-poursuite dans laquelle il se servit de monticules de neige fraîche pour ensevelir ses poursuivants, enjamba des crevasses avec sa détente reptilienne qui laissa les non-Eveillés incapables de suivre, se retrouva acculé par un groupe de trois petits capitaines à bout de souffle. Il échangea coup sur coup sans se soucier de l’état de son corps, conformément à sa technique de combat de prédilection. Quand les plaies devinrent trop nombreuses, il usa de son 7e sens pour couper court à l’altercation et les semer dans un cul-de-sac.
Temporairement perdu de vue, il se hâta vers la frontière d’Asgard et stoppa net. Gardée lourdement. Infranchissable en l’état. Ils avaient anticipé la manœuvre.

« Là ! Attrapez-le ! Tuez-le si nécessaire ! »

Ses réflexes prirent le pas sur toute forme de pensée. Il avait expédié suffisamment de personnes à l’infirmerie pour qu’Asher comprît le message, mais maintenant il devait sauver sa peau. Il tenta de prendre le chemin des fjords, où il pourrait se cacher parmi les habitants, mais la route était coupée. Il y avait bien la possibilité de provoquer une avalanche du côté des hauteurs mais il se retrouverait coincé par son propre piège.

***L’occccéan. Plonge !***

Il n’hésita pas une seconde. En remontant à la surface à peu près une fois par minute, il pourrait longer les glaciers jusqu’à sortir de la zone d’influence d’Asgard. Il serait transi, mais sauf. Comme cette fois où il avait tué l’ours dont la peau ornait son dos, il plongea, se servit de son cosmos trouer la glace. Après quelques instants d’accoutumance à la température, il prit appui sur le rebord et se propulsa vers le sud. Il entendit le son des pas sur la banquise qui résonnaient.

***Ils avaient aussi prévu ça ! Dès que je sortirai la tête de l’eau…
-Nage ! Ne réfléchis pas ! Prends-les de vitesssssssse !***

Le Serpent-Monde semblait avoir une idée en tête, et s’il était vrai qu’il avait probablement menti pendant longtemps sur leur possible filiation et continuait de le faire, il avait aussi été le seul à qui Alvis parlait depuis la mort de Lala. Alors il nagea de toutes ses forces. Le glacier perdait en épaisseur et se craquelait par endroits, lui permettant de reprendre son souffle sans effort supplémentaire. Mais le garçon avait ses limites, et alors qu’il se retournait pour vérifier la distance entre lui et ses poursuivants, une flèche l’atteignit à l’épaule. Tétanisé par la douleur, le froid et les mouvements restreints, il coula. Il comprit alors où Jör voulait en venir : dans les profondeurs, à peu près à la limite où les glaciers fondaient pour rejoindre l’océan, un courant se formait avec violence. Il n’avait plus qu’à économiser son souffle et se laisser porter.

*

Février 551 – Pilier de l’Arctique.

Il reprit connaissance par intervalles. Son premier réflexe fut de se tourner sur le flanc pour recracher toute l’eau qu’il avait avalée et d’inspirer de grandes bouffées d’air humide. Il avisa la flèche brisée dans sa chair, retira la tête d’un coup sec en râlant. Ce dut être ce qui trahit sa présence à la patrouille marina. Ses écailles avaient recouvert la plus grosse partie de la blessure et s’employaient désormais à couvrir la plaie que le petit brun venait de dégager. Il pouvait bouger de nouveau librement, et donc se remettre sur ses pieds avant qu’on vînt à lui.

« Hé toi ! Qui es-tu ! Comment es-tu arrivé ici !
-Laissez-moi tranquille. Je veux juste… rester seul…
-Bien sûr ! Seul près d’un pilier sacré, sans même avoir décliné ton identité ! Nous sommes en guerre, les choses ne se passent pas comme ça mon grand. Tu vas gentiment nous suiv… »

L’homme commit l’erreur d’approcher trop près, de sous-estimer Alvis. A sa main tendue répondit uniquement la douleur d’une morsure, puis d’un coup de boule stratégiquement placé dans le diaphragme. Les autres patrouilleurs se mirent aussitôt en garde et l’un d’eux alla donner l’alerte. Tant qu’ils étaient du même acabit que les mercenaires d’Asgard il pouvait s’en occuper facilement, cependant la fatigue pesait de plus en plus sur sa constitution. Il en étala en paire au sol, puis une cinquantaine de mètres plus loin un trio. Lorsqu’il atteignit une place charnière entre les piliers, tout un régiment l’entourait. Intelligents, les gardes se tenaient cette fois à distance et le regardaient souffler d’épuisement. Il balaya alors les silhouettes des grands piliers du regard, puis les nouveaux arrivants qui se positionnaient. Il comprit où il était. Leva les mains en signe de reddition.

« Je me rends. Je vous suis. Mais ne me touchez pas ! Je suis encore capable de me défendre. Tout ce que vous voulez, c’est que je suis vous dise pourquoi je suis là, c’est ça ?
-Ça c’était au début, p’tit gars. Maintenant que t’as cogné nos camarades, tu vas avoir droit à un jugement directement par le Légat ! Si tu restes tranquille, peut-être qu’il te laissera vivre encore un peu. »

Alvis opina. Il avait froid. Sa peau, ses vêtements et sa fourrure suintaient d’humidité. Il tenait à peine debout et ses yeux dissuadaient sans doute les gardes de prendre ses menaces à la légère, tant ils lançaient des éclairs. Au moins on ne le tuerait pas sur-le-champ.
Veillant bien à garder un espace vital inviolé, il suivit la garde sans plus résister, en profita pour reprendre son souffle et observer la cicatrisation de sa blessure. La mue acheva de se former lorsqu’ils atteignirent une haute structure, bien plus imposante que les bâtiments autour. Ils empruntèrent des couloirs somptueusement décorés, patientèrent dans une antichambre à l’allure plus que royale, puis furent annoncés auprès du Légat. La garde n’y pénétra pas dans sa totalité, mais des lanciers demeurèrent, juste au cas où.
C’est alors qu’Alvis découvrit de grandes alcôves dans lesquelles étaient entreposées comme des armures, en forme de poissons et de mammifères marins. Certaines semblaient mises en évidence sur des piédestaux en or, notamment une qui portait un grand trident, d’autres, simplement exposées comme des objets de grande valeur.
Son regard tomba sur une sorte de serpent marin, très grand, avec des nageoires. Il eut alors une sensation étrange. Il avait l’impression de voir un autre Jörmungand. Que toute cette aventure n’était pas le fruit du hasard. Ni la destination, ni le but. L’écaille sembla résonner à ses pensées et luire, très légèrement.

C’est alors qu’on le sortit de sa rêverie en le poussant vers la porte suivante. Il empoigna aussitôt le bras du garde responsable et faucha ses jambes d’un chassé dans le genou.

« Je vous ai dit de ne pas me toucher ! »

La porte s’ouvrit alors, et il vit le fameux Légat.


[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-bleu1350/1350[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-rouge900/900[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-rouge  (900/900)
CC:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-jaune1350/1350[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre   [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre EmptyVen 1 Mai - 18:17
Il était impatient. Impatient de voir qui osait s'en prendre à ses hommes. Du courage, il en fallait. Peut-être même de la folie en réalité. L'un dans l'autre, il fallait qu'il puisse voir de ses yeux l'énergumène avant que ce dernier ne soit abattu. Un de ses espions avait devancé les gardes et le prisonnier, lui rapportant la teneur des échanges qu'il y avait eu au Pilier. Au moins l'inconnu avait le mérite de rendre cette journée un peu plus intéressante qu'elle ne l'était déjà. Se plonger dans la paperasse, cela n'avait pas que du bon et s'il appréciait ça, il aimait aussi faire autre chose.

Les portes s'ouvrirent. Et les paroles lui parvinrent aux oreilles. Il ne put réprimer un étrange sourire. Décidément ce jeune homme ne manquait pas d'audace. Et à en croire ce qu'il percevait, il n'était pas tout à fait le premier venu. Il descendit les marches et fit un signe aux gardes. Ces derniers, sans toucher l'homme, lui firent comprendre qu'il fallait avancer. Dans son dos, Orphéus sentit la présence réconfortante de sa soeur. Sa protectrice. Ramenant légèrement sa cape sur ses épaules, il détailla un instant le prisonnier.

Son visage se figea un instant. Derrière eux, il perçut une aura qu'il connaissait. Une des Scales semblait reprendre vie. De son oeil unique, il reporta son attention sur lui. Il était à l'origine de cela, c'était une évidence. Voilà qu'on lui amenait un homme qui venait de frapper des gardes, un inconnu qui était entré sur son territoire, et que ce même inconnu faisait réagir une des Ecailles. Tapant une fois dans ses mains, il fit reculer les gardes. Il n'avait nul besoin de protection ici : le cosmos de Poséidon l'habitait et Aurora veillait comme une mère sur ses petits.
    - Voilà quelqu'un qui a du tempérament. Je comprends que tu n'acceptes pas que l'on te touche, toutefois il serait bon de ne pas oublier que tu n'es pas mon invité. Mais je manque à tout mes devoirs, et te prie de m'en excuser. Je suis Orphéus, Légat de Poséidon, et tu te trouves donc sur mon territoire. Puis-je savoir à qui je m'adresse ?

Il lui adressa un petit sourire. En dépit de ce bandeau qui lui barrait l'oeil, le visage du légat restait doux. Patient, il l'était. Encore fallait-il qu'on n'abuse pas de cela. Car il était semblable à l'océan : tantôt calme, tantôt mortel. Il ferma son oeil un instant, comme pour projeter sa pensée vers l'extérieur, en direction des Scales. Une douce chaleur l'enveloppait lorsqu'il agissait ainsi. Il reporta son attention sur son jeune ami, et reprit :
    - Je suis intrigué, vois-tu. Je viens de percevoir une réaction parmi les écailles de mon Seigneur. Hum. Oui, l'une d'elle réagit à ton Onde. Curieux non ? Laisse-moi te faire une confidence. Tu as bien un peu de temps devant toi après tout.

Il ne put réprimer un petit rire suite à sa remarque. Evidemment qu'il avait du temps, après tout il était prisonnier pour l'heure. Mais Orphéus était prêt à faire un geste, à condition que l'homme puisse devenir utile.
    - En tant normal, toute personne qui agresse mes soldats doit mourir. Surtout s'il s'agit d'un étranger. Mais toi, tu sembles différent. Je vais donc t'accorder une faveur comme je n'en accorde que très peu. Qui es-tu et d'où viens-tu ? Et enfin, essaie de te lier à cette écaille, à cette énergie que tu as certainement ressentie. J'ai envie de voir de quoi il en retourne.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-bleu1050/1050[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-rouge850/850[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-jaune1200/1200[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre   [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre EmptyVen 1 Mai - 20:09
La curiosité se disputa avec la prudence et la surprise. En quelques mots l'individu mit en évidence un fait que le Serpent n'avait absolument pas pris en compte jusque-là : il était prisonnier. Quand il voyait les gardes intimidés par sa présence et les précautions qu'on prenait pour l'amener dans cet endroit, ce n'était vraiment pas l'impression qu'il avait. Il ne contredit cependant pas l'homme devant lui, comprenant qu'il était haut placé dans la chaîne alimentaire et qu'il valait mieux faire bonne figure pour le moment.

Le plus surprenant arrivait. Soit il était sûr de sa force, soit il avait compris que les gardes ne serviraient à rien si le petit Asgardien s'énervait vraiment car il les congédia en quelques gestes, se retrouvant ainsi pratiquement en tête à tête avec lui. Et il enchaîna.

"Les.. écailles ? Mon Onde ?"

Là, les mots bloquèrent. Si Alvis avait rattrapé une part de son éducation par lui-même en écumant les bibliothèques du palais d'Odin, les termes spécifiques des marinas, et celui de Marina en lui-même lui échappaient assez pour qu'il affichât une mine incrédule. Et puis, il y avait aussi le fait que cet Orphéus n'avait pas le moins du mondé réagi à ses pupilles fendues, son allure de presque berserker, et ses écailles bien visibles maintenant à l'endroit où il avait retiré la flèche. Quel étrange personnage...

Le garçon décida de commencer par ce qu'il avait compris.

"Je suis Alvis de Ga... Alvis. Je viens d'Asgard. Vous... Vous savez où est Asgard ? Vous pouvez me dire où on est ici, par rapport à Asgard... ?"

Le sourire du Légat l'intrigua et il suivit son regard, vers la salle où il avait croisé l'étrange alter ego de Jörmungand. Il comprit qu'il y avait un lien avec ce qu'il voulait, sans savoir quoi exactement.

"La järnskinn là-bas a réagi et j'ai senti un étrange hamr. C'est ce qui vous intéresse ?"

Si cela pouvait lui garantir de ne pas être épinglé vivant et dépecé, pourquoi pas après tout. Il fit demi-tour et retourna vers l'alcôve concernée, s'arrêtant sur le seuil pour regarder à nouveau ce Jörmungand si exotique à ses yeux. A nouveau l'écaille palpita légèrement. Il oublia complètement Orphéus et s'approcha un peu plus, notant mécaniquement toutes les similitudes avec l'armure de Gamma.

***Je ne comprends pas ce qui se passe. C'est toi qui fais ça ?
-Je ssssuis désolé pour tous les menssssonges et les omissssssssions, Alvissss. Ccccette peau n'est pas exactement la mienne, mais elle n'est pas non plus complètement différente. Pour les Grecs, pour cccce dieu qu'ils appellent Poséidon, cette créature sssse nomme Léviathan. Comme moi, il est ssssi grand qu'il peut faire le tour du monde et il vit dans la mer.
-C'est un autre toi ? Tu as un autre nom que Midgardsormr ? Les Grecs te connaissent sous ce nom ?
-Hm... Peut-être. Ccccela fait partie des choses que je ne peux pas te dire. Les Nornes m'en empêchent. Mais je peux te dire ccccecccci : elle est d'accord pour te protéger. Assssgard n'est plus un endroit où tu peux aller désormais. Change de peau. Change de vie. Ne t'inquiète pas, je ressssterai avec toi, quelque part dans un recoin de ton âme. Je voulais t'offrir une nouvelle chancccce en venant icccci, loin d'Asher et de sssson poison. Si tu veux bien me faire confiancccce une dernière fois.***

Pourquoi ses mots ressemblaient-ils à des adieux ?

Le Serpent en eut la gorge nouée. Il tendit la main vers l'écaille, avec la désagréable impression que lorsque ses doigts la toucheraient il perdrait encore quelqu'un de cher à son cœur. Il vit alors que ses doigts tremblaient.

"Je ne t'oublierai pas. Quoi qu'il se passe, je ne t'oublierai pas. Promis. C'est toi qui m'as donné mon nom."

Il posa la main sur l'orichalque et le Léviathan éclata en morceaux pour venir, dans une sensation si familière, l'envelopper de pied en cape. Pour Alvis, cette puissance venue d'une autre nation, d'un autre dieu, ressembla à un déracinement. Comme si on l'extirpait d'Yggdrasil pour le transporter dans un dixième monde où il était encore plus seul qu'avant.

Il se tourna alors vers le Légat, le désespoir tapissant son visage.


[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-bleu1350/1350[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-rouge900/900[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-rouge  (900/900)
CC:
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre G-jaune1350/1350[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre   [Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre EmptyVen 1 Mai - 21:47
Il haussa son sourcil. Ses explications, ses propos, ils expliquaient pas mal de chose qui restaient flous. L'apparence en soi n'était rien pour Orphéus. Lui même savait comme sa propre apparence pouvait soulever des questionnements. Au sein des Marinas, il ne pouvait s'offusquer ou s'interroger sur les particularités physiques de chacun. Mais les mots qu'il employait, eux étaient plus importants que le reste. Guerrier d'Odin. Voilà qui était réellement intriguant. S'ils étaient différents, ils exprimaient la même chose. Cette sensation, cet intérêt. Il fit quelques pas, préférant toutefois ne pas s'approcher plus de l'homme. Nulle inquiétude dans cette façon de faire, seulement il s'agissait là d'une bête sauvage et il fallait faire preuve de prudence pour ces créatures là. Risquer de se faire mordre et de piquer la bête aurait été du gâchis.

Pour le moment, volontairement, il préférait ne pas répondre à toutes ces interrogations. Il y en avait trop, et chaque réponse soulèverait de nouvelles questions. Cela pouvait attendre. Il suivit l'homme du regard alors qu'il rejoignait l'alcôve. Il préférait ne pas intervenir pour le moment. Il étudiait les traits de cet homme, cet Alvis. Ses réactions. Et il en effleurait la conscience, presque insidieusement. Pas pour le contrôler comme il le faisait avec d'autre mais seulement pour percevoir l'alliance qui était peut-être en train de naître entre le Léviathan et le guerrier Nordique. Dans son dos, Aurora s'approcha. Elle posa sa main sur l'épaule de son frère, parfaite copie de ce dernier.
    - Tu crois que...

Il leva une main, et sa voix résonna dans l'esprit de cette dernière afin de ne pas attirer plus l'attention : "Pas un mot, petite soeur. Regarde." Les choses évoluaient au sanctuaire sous marin depuis qu'il en avait pris la tête. Et alors que l'armure prenait place sur Alvis, un nouveau sourire s'étira sur son visage. Il avait bien fait de ne pas l'abattre. Et ce qu'il pressentait en voyant le Nordique était en train d'arriver. Le destin était capricieux. Alvis se tourna vers lui, apparemment paniqué. Sans doute ne comprenait-il pas tout. Et cela prendrait du temps. Toutefois, l'écaille l'avait reconnu. Il tapa deux fois des mains. Les gardes autour s'inclinèrent immédiatement devant le porteur de l'écaille. On ne pouvait que reconnaître et saluer l'apparition d'un nouveau guerrier Atlante.
    - Alvis d'Asgard, l'écaille du Léviathan vient de te reconnaître comme porteur. En te recouvrant de la sorte, elle se lie à toi, à ta destinée. Tu deviens à compter de ce jour un guerrier au service de Poséidon.

Il fit quelques pas, sa soeur dans son dos. Arrivé à sa hauteur, il reprit un peu de son sérieux. Atlantis avait perdu de précieux alliés avec la dernière guerre. Des morts qui n'avaient pas encore tous été remplacés. Des âmes qui avaient donnés leur vie pour la préservation d'une nation aussi puissante que celle de Poséidon. Voir naître un Marina, c'était comme poser une nouvelle pierre sur cet édifice, le stabilisant plus encore. Du temps, il en faudrait à cet homme. Orphéus le savait. Lui-même ne pourrait pas se fier tout de suite à lui. Il n'empêche que c'était une victoire. Et les Ases n'auraient aucune possibilité de l'atteindre ici, à Atlantis.
    - Tu as de nombreuses questions et tu obtiendras tes réponses, sois en sûr. Toutefois, il te faudra du temps. Tu verras, Poséidon est bon avec ceux qui le servent loyalement. Et tu apprendras à l'aimer. Je ne peux te faire qu'une promesse. Tant que tu respecteras cette écaille, tu seras protégé. Ici, tes ennemis n'arriveront jamais jusqu'à toi. Mes hommes - tes nouveaux frères d'armes - vont t'accompagner jusqu'à tes quartiers. N'oublie pas mon nom, ni qui je suis, Alvis. Car ici à Atlantis, je suis celui sur qui repose l'Ordre et la Loi. Ne pas obéir, c'est mourir. Emmenez-le maintenant. Ah... Et ne le touchez pas, vous avez bien vu qu'il n'aime pas ça.

Il le congédiait. Pas pour longtemps, seulement afin de lui permettre de se faire à cette nouvelle armure. Et aussi pour lui permettre de réfléchir. De nombreuses questions auraient des réponses, dans les jours à venir. Mais il était épuisé, blessé. Et surtout, il venait de passer d'un dieu à un autre. Cela ne se faisait pas sans tracas...
    - Reviens me voir quand tu seras reposé. Et là je répondrai à tes questions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
 
[Chronique / RP de transition][PV Orphéus] D'un serpent à l'autre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier de l'Arctique-
Sauter vers: