Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Juillet 532] La marque du destin [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Juillet 532] La marque du destin [Solo] G-bleu1350/1350[Juillet 532] La marque du destin [Solo] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juillet 532] La marque du destin [Solo] G-rouge900/900[Juillet 532] La marque du destin [Solo] V-rouge  (900/900)
CC:
[Juillet 532] La marque du destin [Solo] G-jaune1350/1350[Juillet 532] La marque du destin [Solo] V-jaune  (1350/1350)
Message [Juillet 532] La marque du destin [Solo]   [Juillet 532] La marque du destin [Solo] EmptyVen 1 Mai - 17:49
Cela faisait maintenant quatre ans qu'il s'exerçait à l'utilisation de l'Onde, du Cosmos comme on l'appelait plus généralement, ainsi qu'aux arts du combat plus standards. Son apprentissage culturel avait débuté bien avant que cela, évidemment. Mais l'incident de la plage alors même qu'il n'avait que huit ans avait incité son père à passer à la vitesse supérieure avec son aîné. Cette situation particulière avait eu le mérite de révéler au jeune garçon le pouvoir latent qu'il possédait. Et un tel don, ça se travaillait. Le peuple Atlante était prévoyant, et le sénateur ne pouvait permettre que le jeune Orpheus ne sache pas utiliser son pouvoir, même s'il était jeune. Pour cela, il avait alloué à son entrainement certains des meilleurs maîtres d'arme de la cité Atlante. Quant à l'utilisation de son cosmos, il se chargeait lui-même de l'enseignement, prenant conseil auprès de certains des Généraux de Poséidon. Si pour la partie du Cosmos, Orpheus était appliqué, il en était tout autre du combat au corps à corps. Cela l'agaçait de devoir se fatiguer avec des mouvements qu'il estimait complexe et indigne de sa personne. Son père avait beau souligner l'importance de savoir se défendre, il n'en restait pas moins partisan du moindre effort. Au contraire de Aurora, sa soeur.

Cette dernière était l'exacte opposée de son frère. Mentalement, pas physiquement. Appliquée lors des échanges au corps à corps, elle adorait apprendre à maîtriser les armes ou les mouvements de combats. Par contre, elle détestait l'art de la stratégie, préférant griffonner sur son papier plutôt que de noter les subtilités liées au commandement. Leur père s'était montré assez clair quant au rôle qu'elle aurait, plus tard, et elle estimait donc qu'apprendre certaines choses relevait de la perte de temps pur et dur. Elle s'entraînait durement afin de devenir l'ombre de Orpheus. Son garde du corps, en sommes. Son adresse avec une épée entre les mains était assez spectaculaire pour une jeune fille de cette âge, compliments qu'elle semblait ignorer mais qui ravissait Aurora en son for intérieur.

Aujourd'hui était un jour particulier pour la fratrie. Depuis quelques jours, ils avaient gagnés la cité d'Alexandrie afin d'accompagner leur père. Ce dernier devait régler des affaires d'état et avait donc rejoint une demeure spécialement conçue pour que les sénateurs en mission dans le coin puisse y séjourner sans avoir besoin de regagner Atlantis. Pendant ces quelques jours, ils étaient restés à demeure. Mais voilà que les choses évoluaient. Ils avaient reçus l'autorisation de se balader dans la grande Alexandrie, afin de faire quelques achats. A la condition évidemment d'être encadré par les gardes de la famille. Après tout, ils étaient encore bien trop jeune pour partir sans escorte et puis il ne fallait pas oublier qu'en étant des membres de l'illustre famille des Merinita, l'argent n'était pas un problème pour eux et cela pouvait attiser la convoitise des plus pauvres. Et les deux jeunes gens étaient ravis de pouvoir faire une pause et de s'éloigner un peu de leurs professeurs.
    - J'aimerai bien me rendre à la bibliothèque. Tellement de livres s'y trouvent, tellement d'ouvrages. Et puis elle est réputée de par le monde.

En réponse, sa soeur gloussa. Il lui jeta un regard froid, sachant que cela n'aurait aucun effet sur elle : elle était imperméable à ses remarques et il était futile d'essayer de lui faire comprendre son intérêt pour les livres. Ils étaient différents sur ce sujet.
    - Tu sais, tu peux aussi en profiter pour t'amuser un peu. Moi je veux faire le marché. Père m'a donné de l'argent.

Voilà. Inutile d'essayer de concilier deux états d'esprit qui était autant à l'opposé l'un de l'autre. C'est donc flanqué de leurs gardes qu'ils purent se rendre à la cité. Pour eux, Atlantis était évidemment la plus belle et nulle autre nation ne pouvait se targuer d'atteindre la perfection de leur monde. Il n'y avait là rien de particulièrement chauvin, car quiconque avait eu l'insigne honneur de parcourir la cité engloutie disait la même chose. Mais Alexandrie restait Alexandrie. A peine étaient-ils arrivés que déjà la cité leur en mettait plein les yeux. Des senteurs exotiques, des quartiers magnifiques. C'est avec des étoiles plein les mirettes que les deux jeunes Merinita regardaient cela. La journée commençait bien... Mais cela ne durerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
 
[Juillet 532] La marque du destin [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: