Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyVen 1 Mai - 17:52
Ils étaient rentrés à la Citadelle, sa demeure désormais. L'attaque s'était plutôt bien déroulée et ils avaient marqué les esprits, à n'en point douter. C'est qu'on n'écrasait pas ses ennemis ainsi sans se faire un nom. Et si pas mal de souvenirs restaient cachés, Haldor savait une chose : il aimait que l'on parle de lui. De sa force. Et du fait qu'il avait déchiqueté à mains nues les ennemis de son bienfaiteur. Et même en retirant l'armure, il n'avait pu s'empêcher de s'en foutre partout. Du sang, des restes humains : son manteau de voyage en était clairsemé. Mais contrairement à ceux qui se souciaient de leur apparence, le colosse se moquait royalement de ce genre de considération. Il s'était simplement rendu à ses quartiers histoire de déposer ses affaires et ensuite, comme s'il souhaitait se dégourdir encore un peu les guibolles, il avait traversé la Citadelle sans réellement savoir où aller.

Le nouveau Cardinal de la Mort était ainsi. De toute façon, il allait bien finir par débouler quelque part. Pour l'heure, il avait une furieuse envie de discuter et de pourquoi pas grailler un morceau en même temps. Son bienfaiteur était quelqu'un de peu accommodant, mine de rien, quant à l'autre Cardinal, bah c'était clairement pas mieux. Il était à moitié fêlé et Haldor ne parvenait toujours pas à retenir son nom. Marron ? Melon ? Mérion ? Bah, ça rentrerait bien à un moment. Il ne pouvait s'empêcher de se faire la remarque à haute voix d'ailleurs.
    - J'suis sûr que c'est Melon. mais c'est bizarre comme nom. Marron alors ? Non, Marron, j'lui aurai pété la gueule juste parce qu'il a un prénom de merde. Raaaahhh pourquoi ils ont tous des blases à coucher dehors aussi. Haldor, c'est simple. C'est sympa.

Il levait les yeux à moitié vers le haut, sans faire gaffe à ce qui se trouvait devant lui. Bon d'accord, de base il s'en moquait un peu : de par sa corpulence, ce sont plutôt les autres qui l'évitaient. Mais quand même. Il sentit une résistance. Puis un bruit sourd. Ce qui eut tôt fait de le sortir de sa discussion solo. Baissant les yeux, il remarqua un des gardes qu'il venait d'envoyer promener. Il l'avait percuté mais sans vraiment s'en rendre compte. D'ailleurs, l'Argenté semblait s'étonner de le voir par terre. Ce dernier s'était relevé prestement, commençant à grogner contre le "fou qui avait osé le pousser" mais en constatant la taille du bonhomme, il s'était retenu. Haldor n'était là que depuis un mois, porteur de la Mort assez récent de fait, mais beaucoup avait entendu parler du Cardinal à la crinière d'argent, celui qui portait sur ses vêtements l'emblème d'un ours dévorant un corps humain. Et cet emblème, on pouvait pas le manquer sur le torse du géant. C'est qu'il prenait une place conséquente.
    - Ah merde, j't'avais pas vu microbe. Tu pourrais faire gaffe mon pote quand même. T'aurais pu t'faire mal en plus. C'est que c'pas l'endroit le plus propre du monde, tu sais. Tiens, tant qu't'es là, tu peux m'dire où je peux me poser pour tailler le bout d'gras avec les autres ? Je crois que je me suis perdu.

L'homme le regardait avec de grands yeux, visiblement effaré. Haldor comprit rapidement pourquoi en regardant autour de lui. Il était précisément dans une de ces pièces. Salle de garde ? Sorte de cantine ? Éclatant d'un rire gras, il remit une petite tape sur l'épaule du pauvre bougre qui fut projeté de nouveau au sol. Les autres aussi le regardaient. Que dire de ce spectacle ? Un homme de cette taille, portant cet emblème sur le torse, couvert de sang séché (et visiblement qui ne lui appartenait pas) et qui éclatait d'un rire gras. Sa bonne humeur apparente arracha quand même quelques sourires.
    - Faut faire quoi dans l'coin pour parler à des gens ! Allez, faites pas vos tarlouzes, j'me suis tapé une route de merde. Et franchement, Acamas et Melon, ce sont pas les mecs les plus causants du monde hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyDim 3 Mai - 1:28
Le regard perdu dans le vide, Esther se rendait seulement compte d’une incongruité. Depuis quand avait-elle perdu le fil de sa pensée ? Clignant quelques fois des yeux, elle se demandait s’il lui était déjà arrivé de penser, avant cet instant. Qui était-elle, d’ailleurs ? Circonspecte, la Tarentule balayait l’environnement du regard. Si sombre. Assise à même le sol, sa main enfantine effleurait la chair palpitante de cette… chose ? Cette infrastructure, elle avait un nom… Le Dédale de Chair ? Oui, quelque chose comme ça. Une fois, une pauvre hère s’était risquée à manger un bout de mur, pour se faire lui-même dévorer. Un habitat des plus dangereux, où les esprits sains ne pouvaient survivre. Des esprits sains… Revenait-ce à conclure sur son altérité ? Normal… Qu’est-ce qui était normal, d’ailleurs ?

Se relevant, la petite fille enjambait le cadavre putréfié de sa « sœur ». Autant dire que son nez s’était depuis longtemps habitué à cette odeur pestilentielle qui s’était incrustée à même son habit ; une robe paysanne, ce qu’il y avait de plus commun. Sortie de son antre, elle se questionnait. Que faisait-elle ici ? En perdition, elle s’avançait. Une autorité. Il devait bien y avoir quelqu’un essuyant le rôle de « père » en ce domaine. Thivan ? L’image de sa carcasse lentement digérée par ce château vivant l’amenait à le balayer de son esprit. Zvezdan ? Qu’était-il devenu, celui-là ? Pouvait-il lui dire qui elle était ? Son identité… Elle avançait, l’air songeur. Esther, n’était-ce pas son nom ? Qui lui avait donné ? Ses parents… En avait-elle eu ? Arachné. Sa mère ? Non… Ce sentiment… comme si c’était seulement là l’un de ses nombreux noms. Entre autre, l’Araignée, la Tarentule.

Un Centurion, voilà ce qu’elle est. Ce titre… n’est-il pas d’importance ? Se le demandant, elle toisait du regard quelques gardes rencontrant son chemin. Certains trahissaient sur leur expression une forme d’angoisse à sa vue. Qu’avait-elle de si peu engageant ? Portant le dos de sa main devant son champ de vision, le cendré de sa peau lui apparaissait. Levant les yeux vers ses semblables, elle s’étonnait de n’en trouver aucun de même teinte. Un instant… Ce Zvezdan, ne lui était-il pas semblable ? Voilà qui était rassurant ! Cela devait vouloir dire qu’elle n’était pas si anormale. Un sourire contenté aux lèvres, Esther marchait d’un pas dansant.

Un mouvement de tête, son rythme troublé. Un bruit lointain attirait son attention. Une voix braillarde, guère inconnue à sa mémoire. De qui tenait-elle ce timbre de voix franc, déjà ? Levant les yeux au sommet de ses orbites, elle frappa du poing sur sa main. Mais oui ! Une taverne ! Un instant… Pourquoi une taverne ? Pourquoi lui venait-elle l’image d’une assiette bien remplie ? Deux silhouettes imposantes… C’était où déjà ? Curieuse, elle se dirigeait vers l’origine de ces cris bons vivants. Franchissant le seuil d’une nouvelle salle, l’Araignée trouvait de nombreux soldats dominés par une présence pour le moins charismatique. Un colosse aux cheveux argentés. Les yeux plissés, elle se questionnait encore. N’était-il pas un étranger, celui-là ?

S’avançant tranquillement en direction de cet homme, elle apparaîtrait sous l’apparence d’une petite fille le teint cendré. Ses prunelles orangées luisaient doucement dans l’obscurité. Elle portait une simple robe paysanne, comme d’accoutumée. Les pieds nus. Une créature monstrueuse, qui avait ceci dit gardé quelques traits de son apparence originelle, que ce soit la morphologie de ses os, les traits de son visage ainsi que sa chevelure de jais. Arrivant à son niveau, il terminait seulement sa râlerie. Ainsi, le grand dadais s’ennuyait ? Cela tombait bien, elle-même cherchait de quoi réveiller son esprit resté trop longtemps endormi.

– Toi là, ton visage ne m’est pas étranger ! Tu étais… je crois… dans une auberge, non ? Puis tu n’étais pas seul, il me semble. Tu avais un ami… son nom, quel était-il déjà ? Puis le tiens, hm… Enfin ! Ce n’est pas important ! Tu cherches ton compagnon, c’est ça ? À moins que tu ne sois perdu ?

Disait-elle, la voix presque chantante. Sa réserve d’autrefois avait achevé de se dissiper. Par certains aspects, son attitude même était changée. Une hybridation de personnalités, liées entre elles par les fils d’Arachné. Dans cette toile élaborée, on pouvait se demander qui s’exprimait, qui pensait, qui existait. Pire encore… Pouvait-elle être désormais une créature désincarnée ? Levant le doigt au niveau de ses lèvres, elle réagissait dubitative à deux noms donnés.

– Acamas ? Melon ? Qui sont ces gens ?

Après être restée plusieurs mois, voire années dans sa solitude, à s’oublier, les nouveaux événements lui avaient échappé. Voilà qui était prévisible. Enfin, il n’était jamais trop tard pour rattraper le temps perdu. Après tout, cela faisait bien trente ans qu’elle était restée à ses sept ans. L’âge, c’est dans la tête, n’est-ce pas ?


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyDim 3 Mai - 18:36
Hum ? Il baissa le regard sur la petite chose qui venait de lui parler. Et beh, c'est qu'elle était vraiment petite, elle. En tout cas elle semblait clairement différente des autres. Appelons cela "instinct", mais Haldor devinait qu'il n'avait pas à faire à n'importe qui. Par contre, qu'elle paraisse le connaître, c'est quelque chose qui le surprenait. Fronçant les sourcils, il semblait chercher dans sa mémoire ce détail. En plus elle parlait d'un compagnon. Mais quel compagnon ? A part Melon et Acamas, il connaissait pas grand monde ici. En tout cas personne qu'il pouvait estimer être un véritable allié.

Et plus il se concentrait, plus il sentait la migraine arriver. Pourtant, il avait comme un sentiment de "déjà vu". Quelque chose chez elle lui parlait. Mais impossible de mettre le doigt dessus. Ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait, ce ne serait pas la dernière non plus. Elle était apparemment lié à son passé en tout cas, et il était d'autant plus frustrant de ne pas savoir. Quelle plaie cette merde ! M'enfin.
    - J'dois dire que ta tronche aussi, elle me dit quelque chose. On s'est peut-être croisé dans l'coin, sans se parler ? Nop ? Ton truc de l'auberge, ça m'parle pas. Et j'crois pas avoir eu de compagnons avec moi. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours traîné qu'avec les deux autres quoi. Ou alors tu dois me confondre avec un autre mec aussi séduisant qu'moi !

Ouais, ça devait être ça. Sinon, pourquoi est-ce qu'il aurait ce sentiment étrange. Haldor n'était pas ce que l'on pouvait qualifier d'intellectuel et sa mémoire lui faisait clairement défaut depuis quelques temps. Il se mit à se marrer de sa connerie en tout cas. Par contre, et ça c'était déjà un peu plus étonnant, elle semblait ne pas savoir qui était Acamas. L'impression qu'il avait eu d'elle, c'est qu'elle avait certainement déjà roulé sa bosse. Dans ce cas, comment pouvait-elle ignorer le nom du Pontiflex ? Pour Melon, c'était autre chose : il savait qu'il prononçait mal son nom de temps en temps.
    - J'suis Haldor, Cardinal de la Mort. Mais au fait, t'es qui toi ?

Bah ouais ! Il allait quand même pas passer son temps à l'appeler "la môme". D'ailleurs, il gardait ce surnom dans un coin de sa tête, juste au cas où. Ici, les gens avaient tous des noms à coucher dehors, du coup il était quand même obligé de trouver des surnoms. Espérons que ce soit pas son cas à elle.
    - Acamas, c'est le nouveau big boss du coin en fait, tu savais pas ? Pontiflex, rien que ça. Faut dire que ça en jette. Bon là, j'sais pas où il s'est barré, peut-être qu'il s'est paumé dans ce dédale. Mais ouais, c'est le grand Manitou quoi. Et Melon... Attends. Mérions, voilà. Mérion. Bah lui, c'est un autre Cardinal. Il refile ses merdes de maladie à tout ce qui bouge cet enfoiré. Pestilence. Tu parles d'un don toi, sérieux. Mais j'préfère l'appeler Melon. Ou Marron. Plus simple. Mérion, ça ressemble à rien. D'la merde comme prénom.

Bon. Voilà. Ça, c'est fait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyLun 4 Mai - 0:37
Les yeux plissés, elle observait le colosse en même temps que ce dernier fronçait les sourcils. Définitivement, sa tête lui disait quelque chose. Mais impossible de préciser cette impression… La certitude, c’est qu’il n’était pas d’ici. Mais… autre part que cette cathédrale, c’était quoi au juste ? Grimaçant un peu, une projection mentale lui vient à l’esprit. Des territoires. Des paysages. Des visages. Des factions. Ceux qu’elle surveillait le plus… les Saints ? À cet instant, lui venait la réminiscence d’une silhouette adolescente. Une amie d’une grande candeur. Son contraire. En y réfléchissant, n’étaient-ils tous pas niais par là-bas ? Cette pensée la traversant, Esther prenait le temps de considérer l’homme aux cheveux argentés. Non, il n’était pas de ce bois là lui. Cela étant, il semblait lui-même à la masse, de quoi faire monter sur son visage enfantin un léger rictus d’amusement.

Là comme ça, il devait être franc du collier. Pas vraiment le genre à jouer un rôle. Maîtresse dans l’art des masques, un tel subterfuge ne l’aurait pas échappé. Et pourtant, quelle ne fut pas sa circonspection en lisant par-delà ses traits. Comme si quelque chose le dérangeait, au-delà de sa compréhension. Et sa réponse n’alimentait que plus son désemparement. Ce sentiment de déjà vu était partagé, selon toute évidence. Quand bien même, il ne se souvenait pas de l’avoir rencontrée dans une auberge, de quoi la perdre davantage. Puis… les deux autres… Ce Melon et cet Acamas ? Encore eux ? Sur l'hypothèse du "séducteur", la Tarentule rit un bon coup, avant d’ironiser.

– Oh ça, j’en ai croisé des personnes étranges ! Mais comme toi ? Non, tu es le premier !


Attentive à ce qu’il pouvait traduire comme émotions, le grand dadais facilitait grandement le travail. Expressif comme il était, sans doute était-il de ceux à perdre les moyens en s’essayant aux mensonges et aux faux-semblants. Sans apparaître dans cet état, il se trouvait dans un entre-deux bizarre, d’impossible à bien représenter… jusqu’à ce que l’éclair de génie lui vienne à l’énonciation de son nom : Haldor. Mais oui ! Comment ils appelaient ça déjà… Les Azes ? Un truc qui fait penser à un bourdonnement d’abeille. Et son ami… Toryald ? Au moins aussi imposant, à rechercher des armes aux environs. Cependant, tout juste l’illumination transparut-elle sur son expression qu’un nouveau voile d’incompréhension s’abattit brusquement devant.

Les yeux rebelote plissés, l’Araignée se retenait de trop laisser apparaître son étonnement. Pour se faire, il fallait jouer sur une forme d’ambiguïté sur ses pensées. Reste qu’en filigrane… Lui ? Un Cardinal ? Ça ne faisait aucun sens…

– Esther… Euh…

L’air concentré, elle fouillait sa mémoire pour retrouver son titre. Vu le temps qu’elle avait passé ici, elle devait bien en posséder un, aussi. Un instant… cela faisait combien de temps qu’elle vivait ici ? Mais… c’est pas le moment ! Trêve de distraction ! Cet ordre impérieux adressé envers elle-même, ses prunelles orangées venaient chercher celles d’Haldor.

– Oui, Centurion de la Tarentule ! D’ailleurs… la Mort… hm… ça fait de toi mon chef direct, je crois ?

La hiérarchie avait changé tant de fois, faisant défiler les noms au point que la petite Berserker ne prenait plus la peine de les retenir… enfin, plus si facilement. Et quand ce nouveau Cardinal de la Mort parla de l’autre type, Acamas, comme du Pontifex actuel, Esther se prit simplement du réflexe de se gratter l’oreille, l’air passablement indifférent à la nouvelle.

– Oui, en effet, une marionnette de plus, mais très importante. Enfin, plus que les autres, il paraît.

Marmonnait-elle pour elle-même, au point d’en devenir à peine audible. Car en même temps qu’elle assimilait ces informations secondaires, comme le nom de cet autre « Mérions », Esther continuait de réfléchir. À présent, elle en était persuadé. Il était bien celui qu’elle avait rencontré. Ceci dit, pour une raison inexplicable, il trahissait quelques signes d’amnésie. En plus de cela, il n’était capable de nommer que deux personnes parmi les Berserkers. Acamas et Mérions, eux mêmes nouveaux au bataillon. Le premier, comme Pontifex. Le second, en lien avec les… maladies ? Une métaphore ? La petite Tarentule se faisait bien une idée sur ce que cette métaphore pouvait traduire, mais elle préférait ne pas faire de plans sur la comète. Et puis, ce n’était pas une question prioritaire. En effet, la priorité était de savoir à quoi rimait cette histoire. D’évidence, qu’Acamas ou Mérions aient attiré cet étranger ici pour le recruter… de force ? Par des procédés plus vicieux ? La seconde hypothèse semblait plus plausible, au jugé de l’aura indomptable émanant de ce solide gaillard.

La réflexion avançant, bien sûr, le temps continuait de filer, laissant planer un silence. S’en rendant compte, la petite fille prit le parti de le rompre. Mieux valait éviter de titiller la patience de ce type d’énergumène, d’autant qu’elle se souvenait juste à l’instant que d’ordinaire, elle ne s’exposait jamais directement de cette manière, même envers ses « compagnons ». Prudence est mère de sûreté. Et dans sa vigilance, il lui fallait dans un premier temps tâter le terrain.

– Oui, en effet, j’ai dû me tromper. Enchantée de te connaître Haldor ! Ou Cardinal ? Ou chef ? Ou boss ?

Demandait-elle, l’air interrogé, voilant la malice qui l’inspirait. Inutile de se précipiter. Les réponses tomberaient d’elles-mêmes au cours de la conversation. Mieux valait pour l’heure y aller étape par étape.


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyMar 5 Mai - 16:22
La Tarentule. Oh, c'était intéressant ça. Effectivement, la petite araignée avait raison : s'il se fiait aux infos qu'on lui avait filé, elle était effectivement sous ses ordres. En tout cas, elle était l'un de ses Centurions et pouvaient donc relayer ses ordres aux autres soldats. Pour une chance, c'en était une du coup. Il n'avait pas encore vraiment cherché à savoir qui faisait partie de sa propre équipe et tomber sur l'un d'eux par hasard était franchement une bonne nouvelle. Au point qu'il affichait désormais un large sourire.

En tout cas, elle était quand même pas au point question "information nouvelle" pour une Centurion, ce qui pouvait quand même paraître surprenant. Le terme "marionnette" fit quand même tiquer le colosse. Acamas était un type bien, de ce qu'il savait en tout cas, et il appréciait très moyennement qu'on puisse penser qu'il n'est qu'un pion. Un Pontiflex, c'était quand même le rang le plus élevé de cette armée. Elle se devait de lui obéir sans sourciller.

Mais était-ce lui qui pensait cela, ou bien quelque chose qu'on lui avait foutu dans le crâne, en même temps qu'on lui avait gommé ses souvenirs ? L'ancien Haldor avait toujours respecté l'autorité, sans faire dans le léchage de cul. Quoi qu'il en soit, elle affichait ses opinions sans se soucier de ce que les autres pouvaient en penser, qu'ils soient gradés ou non, et mine de rien cela lui plaisait. Sans doute qu'une part de l'ancien Ases restait profondément encré en lui.
    - C'est un bon gars, Acamas. Et j'espère bien qu'il sera pas une simple marionnette. Car clairement, ça m'ferait chier de suivre une chiffe molle. Mais tu sais quoi, j'aimerai bien avoir ton avis quand tu l'auras vu. C'est qu'tu m'as l'air d'avoir la tête sur les épaules.

Evidemment, il ne semblait pas comprendre ce qu'englobait réellement le terme de marionnette. Il était un guerrier, pas un sage. Et les notions trop compliquées comme celles-ci, il préférait les laisser aux autres. S'il était question de stratégie martiale ou de commander des troupes sur un champ de bataille, il pouvait répondre présent. Mais un type comme lui ne pouvait pas prétendre manipuler les autres ou s'en servir pour atteindre quelques obscurs objectifs. Et si Esther étudiait bien le colosse, elle pourrait aisément remarquer qu'il était tel qu'il se présentait : brut de décoffrage. Il disait ce qu'il pensait. Et faisait ce qu'il disait. Un idiot ? Ce serait une erreur que de le restreindre à cette seule définition. Mais il est vrai qu'il n'était clairement pas un génie. Sans doute même qu'on le manipulait parfois. Une seule chose était sûre : il était préférable pour celui qui essayait de se servir de lui, que jamais l'Argenté ne le remarque. Sans quoi il prouverait que sa Cuirasse n'était pas celle de Mort sans raison.

Pour l'heure en tout cas, il appréciait la discussion avec le Centurion de la Tarentule. Derrière cette tronche bizarre semblait se cacher un être particulièrement intéressant. Jusque là, il n'avait pas eu de vraies conversations avec les autres : soit on le craignait, soit il captait pas un mot. Ici au moins, il était dans une sorte de juste milieu. Puis, semblant se souvenir qu'elle était sous ses ordres, elle lui posa une question quant à la manière dont il lui fallait s'adresser à lui. Il éclata de rire sous la demande. Peut-être que les autres attendaient à ce qu'on puisse les appeler par un titre particulier. Mais lui, qu'importe sa cuirasse, il estimait qu'ils étaient tous des soldats d'Arès. Il est vrai qu'il appartenait aux quatre Cavaliers, possédant une légion sous son commandement, mais franchement ce n'était pas son genre d'exiger qu'on l'appelle "Cardinal".
    - Mouhahahahaha. Tu peux m'appeler Haldor, c'est mon nom après tout. Après si t'insistes, tu peux aussi m'appeler "Patron", mais franchement t'es pas obligé. J'pense qu'il faut pas s'emmerder avec les titres. C'est l'homme ou la femme qui s'trouve dans l'armure qu'il faut respecter, pas son grade.

Il lui avait adressé un petit clin d'oeil en parlant de "patron". Si elle l'appelait comme ça, il pourrait se vanter auprès de Mérion en mode "Hey tête de Marron, t'as vu, on m'respecte trop ici." Rien qu'en imaginant la tronche de son ami, il ne pouvait s'empêcher de sourire. En tout cas le respect était une valeur qu'il estimait plus important que la politesse. Lui même n'était d'ailleurs pas l'homme le plus cultivé du monde, à dire vrai, ce pourquoi il plaçait le respect avant cette qualité. D'ailleurs il dissociait clairement les deux : on pouvait parfois se montrer malpoli, cela ne signifiait pas pour autant que l'on ne respectait pas la personne face à soi.
    - Mais dis-moi, t'as l'air de quand même en connaître un rayon sur l'coin. Tu peux m'dire un peu si à l'époque, les gars d'ici avaient des alliés ? J'ai quand même l'impression qu'on est un peu seul au monde, sérieux. Et si y'a des coins qu'il vaut mieux éviter dans cette citadelle toute bizarre, fais-moi signe. J'apprécierai. Oh, tant que j'y pense...

Il tapa dans ses mains, apparemment ravi de ce qu'il allait balancer. Avant de reprendre, plus fort que précédemment.
    - J'adore ton prénom ! E.S.T.H.E.R !! Facile à retenir, pas comme les autres. Trop bien !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyMar 5 Mai - 23:34
– Oh, je vois, si tu le dis, c’est que ce doit être vrai !

Disait-elle après que le Cardinal de la Mort ait défendu le nommé Acamas. Si une forme de circonspection la prenait en le voyant ainsi esquisser le portrait du nouveau Pontifex, au moins lui laisserait-elle le bénéfice du doute. Après tout, sur un malentendu, il pouvait effectivement être un « bon gars ». Cela étant, s’il respectait l’homme, il ne semblait pas le suivre aveuglément.

Si la Tarentule ne l’avait pas montré, une agréable surprise la prit lorsque son supérieur exprima sa volonté d’entendre son avis une fois le nouveau « big boss » rencontré. Peu de Cardinaux s’abaissaient à la hauteur de leurs subordonnés, attentifs à ce qu’ils sont plutôt qu’à ce qu’il représentent, soit, de la chair à canon. En outre, une attention assez rare de la part d’un serviteur d’Arès. Car après tout, compter sur autre chose que la peur pour dominer les Berserkers revenait à jouer un jeu dangereux. Agirait-il de même devant un autre, ou était-ce parce qu’elle ne lui inspirait aucune menace ? Peu importe à ses yeux. Les considérations si généreuses au sein du Dédale étaient trop rares pour ne pas être simplement acceptées. Aussi, lui sourit-elle, avec une forme de mimétisme, visiblement mise en confiance.

– C’est vrai ? Tu le penses ? En ce cas, c’est d’accord ! Je veillerai à te dire les choses comme elles me viendront ! Mais si tu as raison… je m’inquiète un peu pour lui. S’il est trop gentil, il risque de finir brisé, ou dévoré par Velya, au choix.

Le ton léger, elle en parlait comme un sujet de conversation sans importance. Bien sûr, certaines remarques n’étaient pas vraiment neutres, et donnaient sens à la lueur derrière ses prunelles orangées. La plus attentive, l’Araignée scrutait tous les changements sur la figure du Cardinal. Comme d’accoutumée, la tâche n’était pas vraiment la plus difficile. Une fois de plus, elle rencontrait une personnalité affirmée, ignorante des louvoiements et autres manipulations sociales. Une bête sauvage, comme on pouvait s’y attendre de la part du Bi-cornu. Prévisible, mais possédant pour lui la force de décider de sa vie ou de sa mort au premier signe de trahison. Non pas que la jeune Berserker se laissait tenter par cette perspective… mais au moins savait-elle les dangers qui pouvaient menacer son existence fragile.

Pour survivre, il importait d’apparaître forte, quand bien même elle était la plus faible. Il y avait ça, et bien sûr, le fait de savoir se rendre indispensable. Et comment mieux remplir cet objectif qu’en identifiant ce dont pouvaient avoir besoin son entourage ? Sans cela, sans doute serait-elle déjà morte de la main d’un autre depuis longtemps. Pour autant de vieux réflexes remontaient, quelque chose d’indéfinissable l’amenait à baisser sa garde. Était-ce la faute à ce caractère bon vivant ? L’entendant tourner en dérision les titres, la petite se dit qu’il était vraiment étrange. Comme s’il manquait cette part incontournable à tout esclave de la Citadelle : le Tourment. Sans doute n’avait-il pas encore été mis en condition pour le montrer, mais en dépit de ça, l’Araignée se laissait emporter par l’hypothèse fantaisiste que cet homme puisse ne pas en posséder.

Levant le doigt au niveau des lèvres, la marginale tourna en rond pendant quelques instants, l’air songeur. Cette réflexion parut se densifier en s’arrêtant, grimaçant de plus en plus en même temps que sa main grattait son cuir chevelu. Puis soudain, ses traits se détendirent, hochant doucement la tête de haut en bas, arrivée à une prise de décision difficile. Un petit côté qu’évidemment, elle surjouait, se mettant en scène.

– Oui… patron, j’aime bien. Puis, t’as une tête à te faire appeler « patron ». Je veux dire… je ne crois pas avoir croisé quelqu’un de plus grand ici. T'as l’air fort aussi. Si je t’appelle patron devant tout le monde, personne ne devrait venir m’embêter, tu n’es pas d’accord ?

L’attitude enjouée, elle pensait à moitié ses mots. Car si elle possédait des dons lui permettant de ne pas s’exposer à l’ire de ses semblables, pouvoir se reposer sur un protecteur ne mangeait pas de pain. Si Haldor se plaisait à être appelé ainsi, alors ce serait juste un bon échange de procédé. À en juger son clin d’œil, d’évidence que cette perspective l’amusait grandement. Un sentiment partagé, quoiqu’un peu atténué par sa question. Il fallait bien retrouver son sérieux de temps en temps, même si elle commençait par recevoir avec grand plaisir le petit compliment sur son nom.

– Oh, ça te plaît ? Je suis heureuse de te l’entendre dire ! … Des alliés ? Oh oui, il y avait bien ces Oracles en Italie, mais je ne sais plus trop ce qu’ils sont devenus. Il y a bien eu les deux là, qui sont venus ici. Coronado et l’autre euh… j’ai oublié son nom… enfin, ça va me revenir ! Juste, ils servaient Apollon aussi, et ça ne les a pas empêché de tuer l’un de nos cardinaux. Enfin, ce sont des choses qui arrivent. Je les aimais bien. Adalrik par exemple, il était gentil avec moi. Thafnout aussi. Puis il y avait l’autre, l'idiote. Célestia…


L’expression crispée, d’évidence que se rappeler ce passage peu glorieux de sa vie ne lui plaisait que peu. Enfin, si Haldor voulait plus de précisions, il poserait de lui-même les questions. En l’état, la Tarentule ne souhaitait pas embarrasser son vis-à-vis de discours ennuyeux. Après tout, il était peut-être de ceux ne supportant pas les personnes trop bavardes. Dans son regard, se lisait une forme de retenue que même Haldor pouvait discerner. Une retenue qui ne l’empêcherait pas de jeter un pavé dans la mare, dire d’apprécier le spectacle.

– Il y avait bien ces Ases aussi avec qui nous commercions, pour des armes, je crois. Il y avait Toryald et l’autre… euh… j’sais plus trop…

Esther n’avait visiblement pas terminé de répondre à toutes les questions, mais elle laissait un espace pour qu’à ce stade, il puisse déjà réagir. Et quelle réaction cette dernière remarque pouvait donner…


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyMer 6 Mai - 2:36
    - Bah ouais, j'le pense. Tu apprendras à me connaître mais j'dis ce que je pense. J'suis pas là pour raconter des conneries pour le plaisir de faire chier. Du coup, ça m'intéresse vraiment.

Il existait certainement des gens qui s'amusaient à faire croire des choses aux autres, en maniant les mots ou les tournures de phrases, en y mettant le ton. Lui, il n'était pas doué pour cela. Grosse brute, certains l'appelaient ainsi. La diplomatie, les discours pleins de finesses, toutes ces choses n'étaient pas pour lui et Acamas le savait. Par contre, lorsqu'il était question de diriger les armées, là on pouvait clairement compter sur lui. Chaque soldat avait ses forces et ses faiblesses, il fallait simplement les connaître pour rester efficace. En tout cas, les doutes de la jeune fille semblaient montrer que certains maniaient la langue de bois dans le coin.

Par contre, la gamine venait de prononcer le nom de Velya. Il... Quoi ?? Dévoré par Velya ? Qui c'était ça, encore ? Un ancien Cardinal, l'ancien Pontiflex ? La question méritait d'être posée. Même s'il y avait de fortes chances que d'ici deux heures, il ait oublié le nom pour s'intéresser à autre chose. Sans doute n'aurait-il même pas relevé si Esther n'avait pas mentionné le fait que son Bienfaiteur puisse se faire becter par "ça". Se grattant la tête, il poussa un petit soupir, reportant son attention vers la môme.
    - C'est qui ça, Velya ? Pourquoi il essaierait de bouffer le Pontiflex hum ? J'veux dire, à part Arès, Acamas est la personne la plus importante ici, hein. C'est qu'il faut pas le sous estimer non plus ! Tu m'intrigues. Il vient d'où, ce Velya du coup ?

Il montrait clairement de l'agacement. Pas envers Esther, seulement à l'encontre de ceux menaçaient son boss. Son rôle était de service leur dieu et d'obéir à la voix de ce dernier. Acamas était la Voix de la Citadelle, ils devaient donc tous se soumettre à son autorité. Question de logique. Enfin, la logique d'un soldat quoi. Heureusement, la suite de la discussion eut le mérite d'apaiser le colosse. Il fut même amusé par la remarque de la tarentule. Elle acceptait de l'appeler "Patron", Mérion allait donc en entendre parler un moment.
    - C'est clair, personne ne viendra t'emmerder. D'ailleurs, si t'as le moindre problème, t'auras qu'à leur faire comprendre que j'laisserai rien passer. On fait pas chier un Centurion de mon armée. J'sens qu'on va faire de grandes choses ensemble. Franchement, ravi d'être tombé sur toi !

Il le pensait vraiment. Les discussions avec les autres étaient parfois chiantes à en crever. Quelques petites histoires marrantes, deux ou trois trucs qui l'intéressaient, mais sinon il se faisait un peu chier. Là, il apprenait même des choses quoi. Surtout rapport au passé qu'il ne connaissait pas. Par contre, alors qu'elle terminait ses explications, il ne put s'empêcher de grimacer. Toryald ? Son mal de tête progressait. Comme souvent lorsqu'il entendait parler de certaines choses. Pourquoi ? Il ne cherchait pas à comprendre. Le problème étant qu'une fois installées, ces migraines restaient un moment. Il se massa doucement les temps avant de reprendre :
    - J'vois qu'il y avait pas mal de liens quoi, mais rien de bien fameux non plus. Donc j'résume : Oracles d'Apollon : assassins mais gentils avec toi, sauf l'autre connasse de Célestia. Les Ases : commerces d'armes, avec ce Toto. Les Saints, pas besoin d'me dire, on a réglé le problème à notre manière avec les deux autres. Reste que c'est pas terrible quand même.

Une autre faction existait, il le savait pour en avoir déjà parlé avec Acamas. Les Marinas. Eux, ils ne semblaient pas intervenir dans l'équation. Pourquoi ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptySam 9 Mai - 1:01
Hochant de la tête tout le temps où Haldor affirmait penser ce qu’il disait, Esther ne pouvait vraiment le remettre en question. Après tout, il mettait tant de conviction que cela ne pouvait être un mensonge. Un homme droit dans ses bottes. Pas vraiment le profil habituel dans le coin. Au sein de la Cathédrale, le commun offrait plutôt un large éventail de parias brisés, tous à leur manière. La Mort, à côté, présentait une posture capable de recoller tout ça pour mener une vraie armée, au sens plus conventionnel du terme. Voilà qui pouvait l’interpeller, mais contre toute attente, pas tant que ça. Sa personnalité ne lui donnait aucune difficulté dans son champ d’analyse. Chaque appât était saisi sans détour, à commencer par Velya. D’évidence que sa petite anecdote ne le laissait pas indifférent. Le contraire aurait été décevant.

– Pourquoi ? Simplement parce qu’il le domine ! Vois-tu, si le Pontifex est la voix d’Arès, Velya est son corps. Et ce n’est pas qu’une image !

Disait-elle en désignant les infrastructures organiques du Dédale. Elle entendait montrer que ce Velya était ce qu’il voyait présentement devant ses yeux. Cependant, la Tarentule se doutait qu’un éclaircissement ne serait pas de trop, ne tenant pas plus que ça à l’agacer par quelques allusions obscures.

– Sans doute nous entend-il, en ce moment même. Il est cette Cathédrale, quand bien même il possède également un corps humanoïde, comme toi et moi. Il est le premier agent de la volonté d’Arès et a dévoré le précédent Pontifex pour avoir échoué à porter dignement sa voix. J’espère qu’Acamas saura mieux écouter, sinon…


Inutile d’aller plus loin dans l’explication. Et puis, trahir trop avant sa circonspection à l’encontre de ce nouveau Pontifex qui avait visiblement usé de procédés douteux pour s’aliéner la loyauté d’étrangers ne lui réussirait pas vraiment. Car cette dernière loyauté était nourrie d’une ferveur artificielle qu’elle connaissait bien. L’agacement qu’il démontrait ne le mettait que plus en exergue. Heureusement, l’Araignée sut détendre assez l’atmosphère pour ne pas avoir à se soucier plus de la potentielle colère qui pouvait se cacher derrière l’air bon vivant de son « patron ». À n’en point douter, la Mort en imposait, dégageant un charisme incontestable. Aussi s’attendait-elle à ce que les prochains mois lui dessinent une influence de premier plan dans l’armée d’Arès. S’attirer sa protection était donc de meilleure augure. Une aubaine qui serait certainement plus fructueuse qu’avec Zvezdan, qui avait percé à jour sa véritable nature.

Tout sourire, elle acquiesçait sans réserve à son contentement. Ensemble, sans doute survivraient-ils très longtemps. Parce qu’à la fin, il n’était question que de ça, entre les damnés. Maintenant, son dernier appât confirmait la grosse hypothèse qu’elle s’était rapidement construite à force d’échanger avec lui. Indubitablement, l’amnésie l’avait emporté. Restait à en saisir les contours, ce qui justifierait prochainement quelques enquêtes de sa part. Elle n’allait quand même pas laisser son patron s’embourber dans sa condition de pantin ! Lorsqu’il traduit l’idiote par la connasse, Esther eut un léger rire.

– J’irais pas jusque là… Enfin, elle n’est pas méchante, quoi. Mais je n’aimerais pas me retrouver à travailler une fois de plus avec elle. C’est tout. Ceci dit, faudrait que je me renseigne plus avant sur la situation actuelle. Je me suis exclue trop longtemps de tout ce méli-mélo politique. Si tu ne trouves pas ça terrible, il suffit d’agir. Et à ça, je peux t’y aider.

Concluait-elle en élargissant son sourire, avec une assurance non feinte. Car si elle n’était pas une bête de guerre, au moins avait-elle des compétences rares que les autorités du domaine avaient toujours jugé précieuses. Du moins, pour celles qui avaient pris la peine de s’y intéresser.


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptySam 9 Mai - 9:31
Oh ? Cette fois, on pouvait clairement dire que la gamine l'avait surpris, et franchement, pas qu'un peu. Sauf erreur de sa part, on ne lui avait jamais parlé de ce genre de truc. Et pour le coup, il ne comprenait pas pourquoi. Une information aussi importante que celle-ci, on aurait au moins pu lui en parler, surtout connaissant le caractère emportée du colosse. C'est que cela pouvait vite dégénérer si un type sorti du mur se mettait à gueuler devant lui sans que Mort ne sache qui il est. Il mit l'information en tête de ses priorité du coup, histoire de ne JAMAIS oublier ce truc. Velya ?
    - J'dois admettre que j'suis sur le cul là. Mais du coup, tu vas peut-être pouvoir répondre à cette question... Pourquoi est-ce que la Voix et le corps d'Arès, ils sont pas dans le même corps, hum ? C'est quand même con de faire ça en double, j'trouve. Si le mec déboule d'ici, sort "Moi, j'suis le représentant d'Arès, son corps et sa voix", bah ça lève le doute. Pas de soucis. Là j'apprends qu'on a potentiellement deux boss. J'suis paumé.

Ce qui était vrai, en plus. Pourquoi Arès se compliquait-il la tâche en ayant potentiellement deux représentants qui parlaient pour lui ? Haldor n'était peut-être pas le plus malin des hommes de la Citadelle, mais il possédait une réelle intelligence martiale. Et il voyait d'emblée le problème d'une telle situation : si dans sa propre armée, un autre déboulait en disant "je suis la voix d'Haldor", les mecs n'y comprendraient plus rien. Arès était décidément un dieu bien compliqué. Pas étonnant que le colosse perçoive une certaine forme de nonchalance dans les armées du Dieu de la Guerre. Après tout, si lui-même était aussi désorganisé pour diriger, pas étonnant que ses soldats fassent n'importe quoi. Il faudrait qu'il en parle à Acamas du coup. Car pour être franc, il ne savait pas bien quoi en penser.

Mais du coup, s'il entendait ce qui se disait dans toute la Citadelle, c'est que son pouvoir était énorme. Un problème. Haldor s'approcha d'une des parois, comme cherchant à mieux comprendre la situation. Le précédent Pontifex avait donc été digéré par ce "corps". Et personne n'avait bougé pour l'aider ? Mort commençait à se demander où allait l'allégeance des guerriers ici présents. Si les Pontifex n'étaient finalement que des marionnettes, pour reprendre les termes de la petite Araignée, alors à quoi bon en nommer un ? C'était vraiment idiot comme façon de diriger. Dans un coin, son corps. Dans un autre, sa voix. ET SES COUILLES ALORS, ELLES SONT OU ??
    - Ouais, décidément c'est pas une bonne façon de faire pour moi. Un chef doit jouer le rôle de chef. Qu'il délègue, c'est normal. Mais là, on voit clairement un problème dans la hiérarchie et les soldats peuvent être déstabilisés. En gros, on a un Pontifex qui n'a pas de vrai pouvoir. Et si ce Velya estime que Acamas fait le con, il le bouffera. C'est débile !

Une conclusion bien personnelle mais s'il se trompait, qu'on lui explique en quoi. Il était soldat et ici, son raisonnement était exact. Velya court-circuitait clairement l'autorité de son bienfaiteur. Une entité possédant un tel pouvoir ne devait normalement pas laisser son autorité à un autre. Velya. Il méritait qu'on s'y attarde finalement. Après tout, s'il était vraiment le premier agent de la volonté de leur dieu, alors il fallait revoir certaines choses. Et Esther venait de dévoiler une information qui avait de quoi faire réfléchir le colosse un moment. Mais pas maintenant. Plus depuis qu'il avait déjà émis une de ses remarques.

Esther poursuivait son explication sur les autres factions. Reprenant avec un sourire les termes du colosse. Oui, une fois encore, il avait fait un petit raccourci concernant cette Célestia qu'il ne connaissait pas. L'entendre dire qu'elle se renseignerait un peu plus en détail sur les politiques actuelles lui fit plaisir à entendre Et pour une raison toute simple : il voyait là la possibilité de se décharger de cette part qui l'emmerdait au plus haut point. Savoir pourquoi on s'allait, à quelle fin, etc. Ce n'était pas une chose qu'il appréciait. Lui, il ne demandait finalement qu'une seule chose : on lui montre l'ennemi à abattre, et il fait en sorte de la dézinguer. Mort était simple. Mais Mort pouvait se permettre de tels raccourcis.
    - Quand t'auras les infos que tu cherches, fais moi signe. Et pour cette histoire d'agir, et de m'aider du coup, tu vois ça comment, hum ? J'aime cette mentalité, Esther. J'aime vraiment ça. J'suis persuadé qu'on va faire une équipe de dingue, toi et moi. T'as l'air d'en avoir dans la caboche, moi j'suis efficace dans un autre domaine. On peut jouer sur nos forces respectives.

Un sourire carnassier se dessinait sur son visage. Celui d'un véritable prédateur ayant repéré sa proie. L'Araignée et l'Ursidé. Voilà qui ferait une chanson magnifique.

L'Araignée et l'Ursidé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptySam 9 Mai - 13:15
Introspective, Esther réfléchissait à la problématique que le géant lui posait. Pourquoi Arès se compliquait-il à ce point la vie ? Les bras croisés, la petite se concentrait. La question avait le mérite de porter la fraîcheur d’un regard extérieur. Le genre de question que l’on ne se pose pas vraiment lorsqu’on se tient des années dans la machinerie. Ceci dit, le problème n’avait rien d’insolvable. Il importait surtout de rendre l’explication la plus claire possible, dire d’éclairer au mieux son nouveau boss.

– Eh bien, c’est pas bête comme question.

Précisait-elle déjà. Car en effet, celle-là, c’était la première fois qu’elle l’entendait. Et dans le coin, la Tarentule était davantage habituée à répondre à des bêtises émises d’esprits les plus limités. L’index un moment posé sur ses lèvres, réflexive, elle le leva sur son front, le regard un peu creux, perdue dans son image mentale.

– Pour être parfaitement franche, en fait, ta logique se tient pour une armée normale, mais ici, c’est plus compliqué. Les serviteurs d’Arès ne sont pas fiables, mais plutôt instables quand ce n’est pas incontrôlables. Si t’en choisis un pour les diriger, bah il n’échappe pas à cette réalité. Il finit toujours par se laisser aveugler par sa folie, sa malédiction quand ce n’est pas tout bêtement le pouvoir qui lui monte à la tête. Quand ça arrive, il perd de vue ce qu’Arès attend de lui. Velya, c’est le garde-fou qui intervient pour que les Berserkers suivent toujours sa volonté. Il n’est pas là pour commander ou quoi, ça ne l’intéresse pas. Ce n’est pas un « deuxième big boss ». C’est autre chose. C’est un peu celui qui sélectionne le type le plus apte à représenter la voix d’Arès et à la faire entendre auprès des sourds. Et cette aptitude n’est jamais figée dans le marbre. Elle naît, vit et meurt, comme tout ce qui compose cette Cathédrale. Velya contrôle ce cycle, il en a le pouvoir. Lui est toujours là, attaché à cette terre, là où les Pontifex sont toujours de passage, venant et partant. Tu comprends mieux comme ça ?

Pédagogue, Esther prenait le temps d’expliquer les choses, tout en se tempérant pour ne pas s’épandre en une tirade imbuvable. Ce qu’elle était déjà proche de faire. Aussi s’arrêtait-elle là-dessus. Du moins, sur le sujet, restant disponible pour développer tel ou tel aspect au besoin. Aucune condescendance ne transparaissait dans son attitude. Ayant bien conscience qu’Haldor n’était pas vraiment un Berserker comme les autres, de nombreuses subtilités propres aux Berserkers lui échappaient, et il était bien normal de ne pas comprendre dans ces circonstances. À défaut de le libérer de son amnésie, au moins pouvait-elle faire en sorte qu’il ait la plus juste représentation du fonctionnement dans ce domaine lugubre. Il fallait bien ça pour mieux appréhender la pensée complexe de ce dieu souvent réduit à ce que l’on pouvait attendre d’un héros, jeune et dynamique.

En revanche, la Mort possédait ces attributs. Avec lui, tout semblait plus simple, et des choses d’ordinaires inaccessibles paraissaient soudain à portée de main. Sa certitude après ces quelques échanges, c’est que la situation pourrait se débloquer avec son concours. Lui-même voyait en la petite Tarentule un potentiel qu’il était prêt à exploiter. Une considération qui touchait la petite créature. Car dans le bastion de la violence, seule la force dominait et importait. Marginale dans cet environnement, elle trouvait enfin une personne qui lui permettrait d’exprimer sa propre « force ». En tous les cas, ses encouragements faisaient parfaitement écho en elle, de sorte à la galvaniser. Aussi s’emporta-t-elle à dérouler ses capacités, qu’il ait conscience de ses possibilités comme Cardinal.

– C’est simple ! Mon esprit n’est pas prisonnier de mon corps ! Je peux dormir juste là !

Disait-elle, en désignant un repli de chair à l’écart.

– Et mon regard peut se diriger loin ! Loiiiiiiin !

Reprenait-elle en faisant un grand signe se mettant à un moment sur la pointe des pieds pour élargir l’arc qu’elle dessinait de sa main.

– Tu n’as qu’un mot à dire, et je peux aller voir les Saints, les Marinas, les Oracles, les Ases, ceux que tu veux ! Si tu ne veux pas que je sois vue, alors je ne le serai pas. Si au contraire, tu veux transmettre un message, là encore, je le peux ! Je peux être tes yeux, tes oreilles mais aussi ta voix ! Si je peux me reposer tranquille quelque part, alors je n’aurai plus jamais peur de rien patron !

Le sourire jusqu’aux oreilles, la Tarentule devinait déjà jusqu’à quel point pouvait s’éclaircir son horizon dans ce Dédale, terre maudite où elle s’était toujours retirée à l’écart, dissimulée de l’attention des brutes composant les lieux, craintive d’être attaquée dans son sommeil, alors même qu’elle s’évadait en quelques rêveries.


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge1350/1350[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1200/1200[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptySam 9 Mai - 15:32
En effet, l'explication d'Esther avait le mérite de se montrer suffisamment clair pour que l'esprit de l'Argenté en perçoive les nuances. Il avait raison sur un point : ici, les fous étaient légions et chacun pouvait avoir sa raison de suivre ou non Arès. Avoir quelqu'un qui puisse dicter et reprendre les choses en main quand elles dégénéraient, ce n'était pas si bête. Il comprenait un peu mieux même s'il est vrai qu'il ne voyait pas les choses de la même manière. Velya était un garde-fou. Cela signifiait aussi qu'il possédait la puissance nécessaire à faire sauter le Pontifex si les choses n'allaient pas dans sa direction, d'où le côté "digestion" mentionné précédemment. Cet endroit était décidément bien dégueulasse. Même pour le colosse.

En tout cas, plus il parlait avec elle, plus il appréciait l'échange. Elle était douée d'intelligence et savait mettre l'intonation lorsqu'elle expliquait les choses à son "Patron". Pour Haldor, il voyait là de sacrés avantages à avoir une telle personne à ses côtés. Il connaissait les faiblesses qui étaient les siennes. Le manque de diplomatie, sa logique un peu dure, sa façon de filer tout droit et d'écraser les obstacles plutôt que de les contourner. Et Esther saurait certainement l'aider à s'affranchir de certaines situations complexes. Voilà une rencontre qui présageait d'une collaboration énorme entre eux. En plus, son nom nom était facile. Que demander de plus ?
    - Je comprends mieux. J'prends note pour Velya, du coup ça m'aide à mieux cerner le personnage. Maintenant, j'sais que Velya = danger. Ça m'évitera d'mettre les pieds dans l'plat. Et je cerne déjà beaucoup mieux tes capacités. A bien y réfléchir, tes talents vont effectivement m'être d'une très grande utilité. J'vais y réfléchir, voir c'que donneront nos prochains ordres, mais pouvoir compter sur toi m'allège de pas mal d'emmerdes en fait. J'adore !

Il se mit à rire. Du coin de l'oeil, il regardait l'endroit où Esther semblait se poser quand elle en avait besoin. Il comprenait que ce n'était effectivement pas le top du top pour qui souhaitait fermer les yeux sans risque, surtout avec les grandes gueules du coin. Sa petite protégée - oui c'était déjà ainsi qu'il la considérait alors même qu'elle était nettement plus ancienne que lui en ces murs - méritait un espace qui lui conviendrait mieux. Et l'Argenté savait déjà très bien où elle serait le moins dérangé. Sa capacité à se soustraire au regard des autres, c’était quelque chose d'énormes. Mort n'en voyait pas encore toutes les applications qu'il pourrait en faire mais se faisait toutefois une idée assez nette de la force d'un tel talent. Lui, il n'en était clairement pas capable.

Et si son regard portait si loin, alors il pourrait anticiper sur les mouvements ennemis. Les prendre au piège. Jouer avec eux comme des pantins. Après tout, n'était-il pas un chef de guerre ? Les autres Cardinaux devaient eux aussi pouvoir compter sur de petites pépites pour les aider mais Mort savait une chose : la meilleure, elle était avec lui. Bon en vrai il n'en savait rien. Mais son orgueil dictait ses sentiments et croire qu'un des trois autres puissent avoir une telle âme à leur service, il ne voulait pas y croire. Son armée. Sa pépite. Ses projets. Les choses s'éclairaient d'elles-même juste avec une simple discussion, sa protégée avait égayé sa journée.
    - Tu sais quoi, on va y réfléchir. Mais ouais, on va faire du bon boulot toi et moi. On va faire en sorte que ça fonctionne comme on le veut. Pour ce qui est d'être tranquille, j'sais déjà comment on va gérer ça. Tu peux crécher chez moi quand tu veux. La Grotte des crânes est mon domaine. On n'y vient pas sans mon autorisation, à part Melon mais c'est un Cardinal et il est pas chiant. Quand t'auras besoin d'te poser, tu y vas. J'assurerai ta sécurité s'il le faut. Personne viendra t'emmerder là-bas, crois-moi. Ça te dit comme solution ?

A en croire son imposante silhouette et sa gigantesque lame dans son dos, il était difficile de ne pas le croire. Il ne captait pas toutes les subtilités dans le don d'Esther mais avait saisi une chose : elle avait besoin de calme. Et ça, il pouvait lui garantir une place de choix chez lui. Car il faudrait être fou pour déranger la Mort en son domaine.
    - 'Tain t'as d'la chance quand même. Moi j'saurai jamais détacher mon esprit d'mon corps. Par contre j'suis super doué pour détacher les têtes des corps ! MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!

Il paraissait si fier de sa blague, de son humour, qu'il partit dans un grand éclat de rire. Haldor se moquait des conventions propres à son grade. Il était la Mort et estimait de fait qu'il faisait ce qu'il voulait tant que cela n'allait évidemment pas à l'encontre des consignes d'Arès. Puis il se souvint d'une chose. Juste au cas où...
    - J'suppose que tu sais où s'trouve ma grotte nop ? Au pire j't'y emmènerai si tu veux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-bleu900/900[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-bleu  (900/900)
CP:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-rouge450/450[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-rouge  (450/450)
CC:
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] G-jaune1650/1650[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]   [Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] EmptyDim 10 Mai - 14:26
Fort heureusement, il semblait qu’elle avait trouvé le bon bout pour se faire entendre et comprendre de son nouveau supérieur. Comme quoi, il était possible d’être rentre-dedans mais capable d’appréhender des notions difficiles pour un peu qu’on y mettait les formes. Mieux valait être clair d’entrée de jeu, car il aurait été dommageable que le colosse tienne tête à Velya. Une rébellion qui aurait tourné court, de quoi la désoler. La Tarentule avait une double-raison de s’assurer que la relation entre la Mort et l’hôte de la Cathédrale n’entre pas en confrontation. En effet, d’une part, elle se sentait plus proche de Velya qu’aucun Pontifex ayant assis son autorité devant les Berserkers. D’autre part, force était de constater que son nouveau boss lui plaisait bien.

Avec lui, elle n’avait pas besoin de se prendre la tête pour faire entendre son avis et se rendre utile sans se faire malmener, dans la mesure où elle n’avait pas les moyens de sa politique. Être faible en ce domaine, c’était chose insurmontable en temps ordinaire. Mais désormais, Haldor se proposait d’être fort à sa place. Une aubaine, à n’en point douter. Ou plutôt, un échange de bon procédé. À l’entendre, l’Araignée était parvenue à le convaincre de son utilité. Une considération qui ne venait pas sans l’acceptation de faire un minimum attention quant aux obstacles qui pouvaient se dresser sur sa route. Ainsi seulement, la fille d’Arachné pouvait se projeter loin dans l’avenir.

Chaque fois qu’il prenait la parole, Esther sentait les limites qui l’enfermaient s’évanouir, comme si tout devenait simple, comme si tout se trouvait désormais à portée de main. Il avait cette éloquence, cette force dans le regard. Sa voix portait loin et convainquait aisément que ce n’était pas là des paroles en l’air. Jusque là, il y avait bien Zvezdan qui était capable d’une verve respectable, mais les difficultés rencontrées ci et là, menaçant les fondations de son discours, faisaient qu’elle y prêtait moins foi. Ceci dit, il avait montré ses compétences et fait ses preuves. Partant de là, l’Araignée s’attendait à ce qu’il soit un partenaire de premier choix pour son nouveau chef. Acquiesçant à tout ce que lui dit Haldor, elle finit par lui répondre, la plus enthousiasmée.

– Oui ! Ça me dit bien ! Vraiment, tu m’enlèves une épine dans la patte ! Bon, d’accord, j’en avais toujours sept d’intactes, mais ça restait enquiquinant ! J’irai donc tisser ma toile dans un coin de ta maison ! Avec ça, tu ne risques plus d’être embarrassé par les moustiques, tu peux me faire confiance et dormir sur tes deux oreilles !

Disait-elle, la plus amusée. Après tout, le comportement de la Mort l’invitait à se relâcher ainsi, ce qui était vachement ironique à la réflexion. Même sa plaisanterie quant au fait de détacher des têtes de leurs épaules eut l’effet de la faire rire sans réserve. Une blague un peu directe où elle se serait retrouvée à sourire de manière forcée, en temps ordinaire. Son propre rire devait faire le plus gros du travail, en réalité, le genre communicatif. D’un nouveau hochement de tête, elle acquiesçait à sa dernière question.

– C’est bon c’est bon ! Je connais bien ! Tu m’y retrouveras plus couramment patron ! En attendant, faut que je me mette au travail !


Faisant un salut militaire aussi maladroit que surjoué, Haldor pouvait comprendre qu’elle ne serait pas la plus martiale de sa petite armée. Et lorsqu’elle s’apprêta à tourner les talons pour repartir à la pêche aux informations, elle sembla se rappeler d’un détail, justifiant qu’elle se retourne pour une ultime remarque.

– Ah ! Au fait ! Je te conseille de bien t’entendre avec Zvezdan ! C’est le Cardinal qui a le plus tenu dans la durée ! Et c’est pas pour rien ! Tu devrais comprendre pourquoi en le rencontrant ! Enfin bref, dépasse son petit côté grognon et il devrait t’être d’un soutien précieux à l’avenir ! Bienvenue parmi nous patron, et bon courage pour la suite !


Bien sûr, la Tarentule laissait à son chef l’opportunité d’ajouter quelque chose avant qu’elle ne s’éclipse, reste qu’elle avait déjà l’esprit ailleurs. Ne restait plus qu’à ce que son corps achève de suivre. Sur son expression, l’émerveillement d’un champ de possible devant ses prunelles orangées. Le futur promettait, et il était temps !


[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
 
[Septembre 552]J'me fais chier ! [Esther]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: