Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptySam 2 Mai - 20:43


Silencieuse, la nuit a recouvert de son sombre voile le Sanctuaire sacré de la déesse aux yeux pers. L’éclat des étoiles se fait brillance éparse teintant la trame du ciel de leur lointaine lueur. Il entend leur chant. Ce chant qui apaise son coeur. Assit au pied du temple du cancer, l’adolescent se laisse bercer par cette mélodie délicate qu’il est seul à percevoir, son dos confortablement calé sur la créature d’ombre qui le veille depuis son éveil. Cela ne fait que quelques jours. A peine quelques jours, et pourtant, chaque nuit depuis, le borgne s’échappait de son lit pour se reposer ici. Ici, sous leur brillance. Sous leur éclat. Plus encore que les soins qu’on lui prodiguait, s’était d’entendre ce chant qui le guérissait.

Pourtant, les blessures ne manquaient pas, tant et si bien que la tunique légère qu’il porte, deux fois trop grande pour lui, laisse entrapercevoir les bandages qui réduisaient ce mal tapi. Son corps est frêle, affaibli pourtant, la douleur du corps n’est rien face à celui de l’esprit. Lui ne la ressent pratiquement plus. Endormie. Cela fait bien longtemps qu’elle ne le contraint plus. Son esprit après tout l’avait assimilé. Assimilé la douleur pour l’oublier, la perdre dans sa conscience morcelée. Utiliser la morsure du fer pour déliter l’esprit. Pour mutiler l’âme. Car le corps est une porte. Une porte qui mène au coeur. Petit à petit, ils l’avaient usé. Petit à petit, ils l’avaient délité. Affaiblit.

Son âme.

Et face à la douleur, l’oublie avait été la réponse. Oublier sa vie. Oublie son être. S’oublier dans les ombres et préserver ce qui peut l’être. Un si petit être. Si fragile, et qui observe inconscient la trame du ciel. Ce chant. Il avait toujours été présent. Le visage de l’adolescent vient se reposer sur la créature d’ombre qui veille dans son dos. La bête aussi, était demeuré à ses côtés. Un instant, son regard unique s’éteint alors que le vent entremêle les mèches blondes de ses cheveux trop long. Il ressemble à un enfant. Un enfant marqué. Un enfant oublié.

Un enfant qui ne sait plus rêver.

Toujours, les ténèbres l’accueillent. Alors sa prunelle s’ouvre lentement pour de nouveau parcourir le canevas du ciel. Et s’oublier dans ces lueurs éternelles qui chantent leur retrouvaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyDim 3 Mai - 1:29
    Encore une fois, il avait fait le mur et il était compliqué de rentrer dans le temple du lion sans se faire repérer par son maître soit par un autre gardien. De l’avis de Childeric, les chevaliers d’or ne se donnaient pas la peine de s’intéresser à lui soit ils admiraient son zéel et le mal qu’il se donnait pour passer tranquille et lui accordait au moins cette petite victoire. Il n’avait de tout façon, pas vraiment envie de rentrer au temple du lion. Il savait ce qui l’attendait là bas et il ne voulait pas vraiment y faire face maintenant. Il ne parlait plus à son maître depuis un temps et il savait surtout qu’il pouvait se retrouver face à une de ses crises. Il le voyait sombrer de plus en plus et il éprouvait beaucoup de tristesse à cette idée.

    Enfin, la soirée avait été agréable au moins, il avait ça pour lui. Il avait bu de la bonne fin, il avait fini par obtenir les faveurs de cette jolie paysanne de Rodorio, il avait perdu tout son argent aux des amis l’avait regagné en distribuant quelques coups de poing bien placé. Rien de bien digne d’un bon chevalier de la déesse mais bon, il fallait faire avec. Il n’était pas chevalier après tout, mais prince et tout ce comportement ne lui avait pas l’air tout à fait princier non plus au final. Mais bon, c’était toujours mieux que de rester à rien faire au temple du lion. Tout était mieux que ça. C’était malgré tout sa maison et il devait bien y retourner. Surtout que la nuit était vraiment bien avancée et que le réveil allait être douloureux, sûrement littéralement.

    Il avait fini d’escalader le temple du gémeau pour éviter de passer dedans. Il aurait pu passer par les montagnes mais le détour était bien trop long et il n’avait pas le courage de s’y livrer maintenant, l’escalade serait suffisante. Ce serait aussi un bon moyen pour lui de décuver rapidement. Il ne lui en restait plus qu’un pour arriver à bon port. Il passerait ensuite par le côté du temple et le jardin et irait regagner sa chambre sans que personne ne remarque rien ! Un plan parfait qui se déroulerait sans accros ! Quand soudain… tout tomba à l’eau ! Il avait croisé quelqu’un et c’était foutu pour la discrétion ! Par chance, ce n’était pas un chevalier d’or et il ne connaissait pas vraiment le… gamin, vu que ça avait l’air d’être un gamin.

    L’escalade n’avait pas vraiment été sa meilleure idée au final, il avait trop fait jouer les muscles de son dos et la plaie la plus récente de ce dernier s’était rouverte. Merde, il aurait sûrement une nouvelle cicatrice de celle-là, une plutôt vilaine. Il ne voulait vraiment pas rentrer dans le temple… Il continua de s’approcher comme si de rien était mais quand on fait plus de deux mètres et qu’on vient de laisser échapper un grognement de mécontentement, on ne passe pas inaperçu, même la nuit ! Un plan génial vraiment complètement foutu ! Enfin, autant profiter et finir la soirée sur une note positive.

    « - Hey ça va ? Dit moi, tu ne serais pas le disciple du cancer ? J’ai le droit de te demander de passer… discrètement sans en parler à ton maître, histoire de ? Ça rendrait service à un collègue aspirant. Je suis Childeric, futur lion d’or ou roi, qui sait ! »

    Et il se mit à rire. Ce rire qui lui était propre. Ce rire qui ressemblait bien plus au rugissement d’un animal qu’au rire d’un humain. Une sorte de rire fort et puissant qui impose une idée du personnage rapidement, mais qui s’avère bien plus communicatif qu’effrayant ou intimidant, un rire qui invite à la bonne humeur en somme. Mais il sentait que le jeune homme en face de lui n’était pas vraiment propre à la joie de vivre, ou la vie tout cours, il était fort pâle. Comme s’il était malade ou… blessé. Il pouvait sentir le sang couler le long de son dos et il espérait juste qu’il n’en foutrait pas partout jusqu’à ce qu’il soit rentré…


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyLun 4 Mai - 14:13
Concentré sur les brillances éparses parant les cieux, l’adolescent laisse son esprit dériver dans ce sombre océan. Si perdre. Pourtant, la créature dans son dos s’agite un instant. Une présence. Il perçoit un être qui s’approche. Il est tard, et dans le Sanctuaire endormi, rare sont les présences à veiller. Plus encore celle à grimper ces marches, de cela, la créature s’en était assurée. La bête s’agite, et l’adolescent jusqu’alors perdu dans les astres vient dévier son unique prunelle sur son gardien. Une question muette vient effleurer sa conscience, et pour toute réponse, le protecteur d’ombre se redresse, s’avance pour se fondre dans les ténèbres qui le compose. Le borgne contemple le lieu de sa disparition, entendant sa silencieuse demande.

La présence s’approche finalement. Un homme. L’ombre reste tapie. Observe l’apprenti s’avancer sous la lueur de la lune et parler à son enfant. Cet enfant qui vient offrir au nouvel arrivant, un regard indescriptible, clignant plusieurs fois sa paupière lorsqu’il lui adresse ces quelques mots. Cette pieuse demande. Dans sa prunelle unique, d’un bleu froid, nulle émotion ne semble lui répondre. Rien ne semble l’habiter. L’éclat de son rire cependant, vient le faire tressaillir. Ce son le surprend. Si incongru, presque animal, puissant et vibrant dans l’air de la nuit.

Le silence reprend finalement ses droits.

« Il est absent cette nuit. »
La voix de l'adolescent est fragile. Evanescente. Une voix plus coutumière du silence. Il ne prend pas la peine de répondre aux autres de ces interrogations. Il semble... ailleurs, observant au delà du monde tel que les autres le voit. Un instant, la tête du borgne s’incline alors qu'il observe le jeune homme. Pourtant, il semble regarder au delà, au delà du voile de la réalité, par delà le monde du commun. Un ailleurs inaccessible aux yeux du disciple qui lui fait face. « Elles vont s’accrocher à toi. »

En réponse à ses mots, la bête d’ombre s’échappe des ténèbres, prend forme face au Franc. Un monstre quadrupède à l’allure lugubre en émerge, se place devant son protégé, mû par cette seule volonté. Sa tête difforme, étrange entrelacs d’ombre et d’os se tourne vers l’aspirant, la flamme rubis de ses yeux le fixant ardemment. Un regard malaisant, comme si la Mort elle même l'observe. « Tu charrie cette odeur. L’odeur du sang. » Elle gronde, cette bête cauchemardesque, fille des ombres. Le sang, elle s’en est abreuvée à la source. Elle s’en est nourrie. A grandit grâce à lui. « Cette odeur nous attire. » Il incline sa tête massive. « Ou nous repousse. Tout dépend.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyMar 5 Mai - 12:00
    D’abord, le petit lion fut soulagé qu’on lui précise que le gardien du quatrième temple n’était pas là. Il pourrait rentrer plus facilement chez lui. Mais il regarda un peu mieux l’adolescent qu’il avait en face de lui et il avait l’air… complètement perdu ! Ses blessures avaient l’air relativement fraîches bien que propres, il pouvait voir çà et là des bandages mais pas de sang qui venait souiller le tissu. Par contre, il lui manquait un œil, ou quelque chose comme ça à en juger par le pansement sur son visage. Par contre, il avait l’air perdu et n’avait pas pris la peine de répondre aux autres questions que le jeune homme lui avait posées. Bon, tant pis, il n’aurait pas ses réponses mais au moins il pourrait rentrer sans avoir à escalader un nouveau temple.

    « - Attends quoi ? Qui va s’accrocher ? »

    Eut-il tout juste le temps de demander en entendant les mots presque murmurés de son interlocuteur. On lui avait toujours dit qu’il se passait des choses étranges dans le temple du cancer. Qu’en ces lieux, le voile qui sépare la vie de la mort était trop faible et que des choses passaient, des deux côtés. Mais il n’avait jamais trop cru ces choses, ne les ayant jamais vraiment expérimenté. Pourtant, ce soir, il allait vivre une expérience particulière. Plus tard aussi, viendrait prendre une nouvelle route en ces lieux et apprendrait à voir le monde sous des yeux nouveaux, plus tard, il reverra de bête et de morts. Plus tard.

    Quelqu’un d’autre aurait eu peur en voyant la bête éthérée se manifester devant lui. Peut-être que c’était le fou courage de la jeunesse qui n’a pas toujours vraiment conscience d’à quoi elle fait face ? Peut-être simplement la nature du lion de ne pas ressentir la peur, surtout contre une autre bête . Peut-être aussi, et sûrement, parce qu’il fait avait déjà fait l’expérience de la vraie peur que fait naître une bête dans le coeur des hommes et que cette dernière n’était pas aussi effrayante que celle qu’il avait l’habitude de côtoyer. Il était sûrement inconscient, mais il était celui qui deviendrait le roi des animaux, un roi ne recule pas, quand bien même il le voudrait. Pourtant, les prunelles de la bête en face de lui n’augurent rien de bon…

    « - Quoi, tu veux lécher mes plaies sales bêtes ? Je pense pas que ça soit vraiment une bonne idée, pour toi comme pour moi ! Alors doucement ! »

    Il fixa alors la bête de ses prunelles vertes. Il ne bronchait pas. Mais il est vrai que, traverser le temple du cancer avec une plaie ouverte n’était visiblement pas une très bonne idée, il faudra lui faudra donc se nettoyer et visiblement recoudre ses plaies avant de pouvoir traverser. Triste histoire que celle-là. Il détestait la sensation de l’aiguille qui va et vient dans la peau et le mordant du fil. Mais bon, il avait eu tellement de points qu’il ne pouvait plus vraiment compter le nombre de fois où on avait dû le recoudre. Les gentils cadeaux de son estimés maître. Il poussa un soupir et sans quitter des yeux la créature étrange il s’adressa au garçon devant lui.

    « - Dis, t’aurais pas de quoi recoudre la plaie dans mon dos qui s’est rouverte et de quoi laver le sang, visiblement c’est pas une bonne idée de passer au travers du temple comme ça, ça serait sympa. Et tu veux toujours pas me dire ton nom ? »

    Il fit jouer les muscles de ses épaules. Il pouvait sentir le fil cassé battant. Putain, cette plaie était mal placée, il aurait sûrement un mal de chien à la recoudre lui-même. En fait non, s’il voulait la recoudre, il fallait d’abord enlever les fils cassés et en mettre de nouveau. Il ne pouvait pas le faire seul, il aurait besoin d’aide, il faudrait donc que le petit borgne, s’il s’avérait un peu coopératif tripote son dos. Une idée qui le mettait déjà en joie. La soirée avait été trop belle, forcément, il fallait que ça merde à un moment donné, obligatoirement !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyJeu 7 Mai - 18:08
A sa première question, l’adolescent incline légèrement la tête. La réponse lui apparaît comme une évidence. Pour lui, elle l’est. « Les âmes. » Celles qui demeurent au sein du temple du cancer. Leur maison. Cela ne fait que quelques jours qu’il s’est éveillé en son sein, néanmoins, il s’est approprié avec aisance les règles régissants les lieux. Naturellement. Il est chez lui aussi. Ce monde est depuis longtemps le sien, bien plus que ne l’est le monde de celui qui lui fait à présent face. Il est l’un de leur enfant.

L’intervention de la créature d’ombre ne semble que peu troubler l’apprenti lion. Comme l’animal dont il partage la constellation, l’homme fait preuve de courage et d’un peu d’inconscience. Peut être de l’orgueil. Le ton sépulcrale de la bête se fait joueur aux paroles du jeune homme. « Je pourrais. Je l’ai déjà fait. Mais tu ne lui as pas fait de mal alors je n’ai pas de raison de le faire. » S’abreuver du sang à sa source et grandir. Dévorer pour protéger. Le protéger lui, même si le mal avait été fait. Venger pour détruire. Détruire ce qui n’aurait pas dû exister.

L’adolescent lui demeure ailleurs. Son regard s’est de nouveau envolé à l’intervention de son gardien, contemplant les cieux, s’abreuvant du chant des astres qui accapare son attention. La dévie d’une conversation. Aussi les premiers mots peinent à accrocher sa conscience et ce n’est que tardivement qu’il en saisit le sens. Son nom. Sa prunelle se raccroche à lui. Au futur roi qui sera lion. « Je ne le connais pas. » Peut être aurait-il dû lui préciser qu’il ne le connaît plus, néanmoins cette subtilité lui échappe. Les souvenirs se sont envolés et il n’en éprouve nul regret. Rien de plus qu’un simple fait.

Le borgne laisse sa prunelle détailler l’homme avant de laisser son regard dériver jusqu’à l’entrée du temple, non loin derrière eux. Lentement, il se redresse, chancelle sur ses appuis et la bête vient l’aider à demeurer debout. L’adolescent apparaît alors encore plus frêle qu’il n’avait pu le paraître assit, avec ses vêtements trop grand sur une silhouette trop maigre. Néanmoins, il s’avance jusqu’à l’entrée du temple avec l’aide de son familier, se détourne vers le futur lion. « Si tu es avec moi, ça devrait aller. » Il l’attend avant de s’avancer dans les ombres. Les feux follets s’agitent à son arrivée, semble danser à ses côtés, virvolter dans son sillage. Des murmures naissent, chantonnent des mélopées aux saveurs oubliées. Un rien mélancolique, elles semblent heureuses pourtant d’accueillir leur nouveau protégé.

L’impression d’être observé saisira l’apprenti. Des regards froids. Parfois dangereux. Envieux. Certain le sont et le feront sentir, mais un pâle éclat saura les distraire de l’odeur qui les attire. Une lueur paisible. Celui du sans nom qui entrainera finalement le lion jusqu’à la chambre dans laquelle il se repose. Un lit simple, défait, un drap et sur une table contre un mur, quelques bandages et autres effets de soin que le cancer avait pris soin de sortir pour lui. Le lion devrait y trouver son compte et il le laissera inspecter de lui même. L’adolescent, lui, semble à son aise dans la demeure. A sa place, à écouter les chuchotis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptySam 9 Mai - 0:10
    Les âmes allaient s’accrocher . Le lionceau hocha un sourcil. Est-ce que c’était vraiment une bonne chose ? Il ne savait pas mais l’idée le rendait de base assez sceptique. Il n’entendait pas grand-chose à l’ésotérique en général, enfin outre ce qui touche au cosmos. On sortait de loin de son domaine de compétence ici. Il comprit un peu mieux ce qu’était la créature devant lui par contre quand elle parla. Elle était déjà liée au jeune adolescent qu’il avait devant lui. Elle semblait être assez protectrice avec lui qui plus est. Mais elle semblait avoir mal fait son travail, vu l’état dans lequel il était. Il avait souffert de suffisamment des blessures lui-même pour savoir en reconnaître facilement. Et son œil bandé était en soi un très très bon indice, il est vrai. Il ferait mieux de se passer la tête à l’eau froide.

    Le prince secoua la tête venait-il vraiment de dire qu’il ne se connaissait pas son nom ? On lui avait déjà cogné dessus vraiment fort. Il avait parfois oublié quelques choses qui s’était passé avant. Il avait déjà bu beaucoup trop et ne se souvenait plus de toute sa soirée. Mais de là à oublier son prénom. Enfin non pas oublier, ne clairement pas le connaître. C’est triste. Pas avoir de nom au final, c’est être dépossédé d’une partie de soi même. Ce petit gars avait sûrement du vivre quelque chose de sacrément horrible. Et il avait de la peine pour lui. Il souffrait souvent seul et savait le poids que ça pouvait avoir sur l’âme. Il est maussade. Opposé à son maître et ne savait pas quoi penser de lui. Il aimait l’homme comme un père et le haïssait comme la bête qu’il était. Il eut un sourire gentil pour le borgne devant lui.

    « - C’est pas grave. Ça reviendra, j’espère pour toi. Il n’y a pas un nom que tu aimerais utiliser. Sinon, je peux t’en trouver un si jamais. Un surnom en quelque sorte, un truc… entre nous. Peut-être que la bestiole t’a déjà donné un nom ? À moins qu’elle l’ait mangé ! »

    Il rit et brisa le silence de la nuit. Mais il savait vraiment au fond de lui ce qu’une bête pouvait manger. Le garçon se releva et l’invita à le suivre dans le temple. Il était encore temps pour l’escalade… Le lionceau pesa rapidement le pour et le contre, oui, il allait passer à travers le temple. Il rêvait de son lit pour s’écrouler quelques heures avant de devoir trimer toute la journée. Elle serait longue cette putain de journée ! Il soupira et suivit finalement la bête et le garçon dans le temple et… brutalement la température chuta. Ça faisait toujours cet effet-là dans ce temple. Mais c’était la première fois qu’il y passait la nuit comme ça. L’effet était pire qu’en journée et le lion qui sera trouvé ça très désagréable et un peu dérangeant. Cela fit naître un léger malaise chez lui.

    Il suivit donc celui qui n’avait pas de nom vers l’intérieur du temple, il aurait aimé le traverser directement mais il l’amena dans ce qui semblait être une chambre. Elle était très vide et il n’y avait pas grand-chose dedans. Il n’était pas là depuis longtemps ou alors il dormait là à cause de ses blessures. Il y avait sur une table de quoi faire des bandages. Bon, ça devrait faire l’affaire. Il devrait pouvoir bricoler quelque chose. Il adressa un sourire à l’adolescent immobile qui semblait écouter quelque chose que le prince n’entendait pas. Il ne voulait pas vraiment en savoir plus. Il arriva devant la table et ôta sa chemise. Il regarda le tissu de son vêtement. Oui il était plein de sang. Il aurait une nouvelle cicatrice à la collection de zébrure qui marbrait déjà son corps. Une de plus ne lui faisait finalement ni chaud ni froid.

    Il devait avoir l’air ridule à essayé d’attraper les fils mal placé. Après s’être tortillé un peu, il avait fini par réussir à mettre la main dessus et tira d’un coup sec pour les faire sortir. Il jura sous le coup de la douleur. Il recommença de l’autre côté. Il hésita à juste bander la plaie mais non, elle n’était pas propre et les bords trop peu net pour juste être bandé. S’il voulait récupérer vite, il avait besoin de point. Il avait encore un peu de mal à se régénérer avec le cosmos. Il attrapa une aiguille y passa le fil. Oui, il n’y arriverait pas tout seul à moins de se déboîter l’épaule. Il regarda l’aiguille, regarda celui qui n’avait plus de nom. Regarda l’aiguille et le regarda de nouveau.

    « - J’aurais besoin d’un coup de main… Et si je peux t’aider aussi, dit le. Tu sais la dernière fois que tu as changé tes bandages ? »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyJeu 14 Mai - 17:52
Ça reviendra. C’est ce que Scythès lui avait également dit ce soir là, lorsque ses yeux trop longtemps aveugle à l’éclat des étoiles avaient pu les contempler une nouvelle fois. La créature gronde en réponse à sa boutade, vraisemblablement peu amusée par les dires de l’apprenti. « Ne taquines pas trop les morts jeune lion. Ta fougue n’est pas un bouclier très efficace face à nous. » Un conseil avisé qui peut passer pour une menace au vu de la sombre créature qui le profère. La main de l’adolescent vient se perdre dans les ombres de la bête, calmant son ire. Il sait. Sa prunelle vient un instant se perdre dans les cieux. Une dernière fois. « Je ne pense pas. » Une part de lui le sait. Les souvenirs se sont échappés, ont sombrés. Un outil n’a pas besoin de nom pour servir. Son iris bleutée vient de nouveau se poser sur le jeune lion. « Rùn m’appelle mon enfant. » Depuis ce qui lui semble être toujours, avec cette affection qu’il est seul à lui avoir toujours prodigué. « Mais je n’ai pas de surnom. » Le mot semble inhabituel entre ses lèvres alors qu’il reprend de cette voix atone. Trop frêle. « Donc tu peux m’appeler comme tu veux. »

Un outil n’a pas de nom. Il n’en a pas besoin.

En s’avançant dans la maison du cancer, l’adolescent laisse son âme les écouter. Elles lui parlent. Elles chuchotent à son âme, lui murmurent des mots et des chants. Elles l’appellent tendrement. Enfant… Enfant… Enfant des étoiles… Leur mélodie bien que mélancolique est douce à son être. Elles s’agitent et le suivent, feux follets dansant dans les couloirs sombres avant de demeurer à ses côtés dans la pièce lui servant de chambre. La bête contemple le jeune lion s’occuper de sa blessure, constatant de la large plaie dans son dos. Malgré ses dires précédent, elle s’assoit et observe l’homme se démener. L’ombre s’agite, le rubis de ses prunelles suivant le vermeille. Le juron de son compagnon vient faire perdre le fil de sa conversation. Les feux follets s’agitent, viennent danser autour du blessé alors que l’attention du borgne se pose sur ce dernier.

Le sang s’écoule, et l’adolescent constate les nombreuses marques qui zèbrent le corps du jeune lion. Certaines ressemblent aux siennes. Un instant, il se perd dans son monde avant que les mots ne viennent le ramener. Le silence reprend ses droits alors que l’enfant des étoiles réfléchit à sa question. Ses bandages. Il les contemple un instant. « Il y a 2 nuits… Rùn m’a aidé. » La bête dodeline de la tête à cette réponse. « Nous sommes là pour lui. » Toujours. L’adolescent regarde le futur saint, un éclat troublé venant se perdre dans sa prunelle unique. « Je n’ai jamais fait ça. » Avoue t-il de sa voix fragile. Peut être un rien troublée.

Aider. Est-il vraiment capable de cela ? Il n’est qu’un outil.

La créature d’ombre frôle son protégé, vient se porter devant lui. « Je peux le faire si tu veux. » La bête se tourne sur le jeune homme, son ton semblant se faire amusé. « A moins que tu n’ais peur que je ne te mange et que tu préfères laisser faire mon protégé. » Un sourire vient fendre la gueule de la créature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyMar 19 Mai - 14:11
    Il existe véritablement une sorte de symbiose entre cet adolescent sans nom et cette bête. Et visiblement cette bête d’ombre ne semble pas apprécier l’humour du lion. Soit. Il haussa simplement les épaules en réponse à cette mise en garde. Il avait la fougue certes, et la stupidité de la jeunesse surtout. L’habitude surtout, de côtoyer de trop près les monstres alors il avait appris à relativiser et par rapport aux fauves de son quotidien, cette bête-là avait l’air plutôt amical, à défaut d’un meilleur terme. Du moins, elle n’avait pas l’air d’être du genre à vous réveiller les yeux possédés par la sauvagerie et la soif de sang, une lame plantée dans le ventre. Ça avait plutôt l’air d’être une sorte d’ange gardienne spectrale. Enfin, il se moquait un peu de savoir ce que c’était, ce n’était pas son problème à lui. Et puis, il y avait toujours des choses étranges dans ce temple et autour de ses habitants, alors une de plus ou une de moins…

    La chose qui était plus problématique à son sens, c’était l’absence de nom chez le jeune homme. La bête ne l’avait pas mangé, certes, mais il n’en avait pas ! Comment on fait pour ne pas avoir de nom et ne pas s’en inquiéter ? Le jeune lion savait lui, d’où venait son nom. Ce qu’il représentait et ce qu’il lui conduirait à être. C’était déjà d’ailleurs l’un des grands problèmes de sa jeune vie, ce nom. Son nom de roi et son sang de prince, ce monde qu’on lui avait appris à connaître mais ce monde aussi qu’on lui refuserait toujours. Il était entre deux mondes, entre deux endroits. Un peu comme ce gamin devant lui, entre deux. Entre la vie et la mort ? Sûrement. Mais il méritait un nom et si le chevalier d’or du cancer n’avait pas jugé bon de lui en trouver un, Childéric le ferait. Il se frotta le menton, hésitant…

    « - Qu’est-ce que tu dirais d’Oul ? C’est une contraction de cicatrice en Grec. J’aurais pu essayer en francs ou en latin, mais ça sonne moins bien. Et je vais garder une cicatrice de notre rencontre, ça me semble à propos. Ça te plaît ? »

    Il apprit d’autres choses intéressantes, confirmant cette symbiose entre ombre et oublié. Elle veillait bien sur lui, s’occupait de ses pansements. C’était une bonne chose, il n’est pas bon de devoir s’occuper seul d’une telle quantité de bandages. Mais elle avait un nom, elle. Et pas lui ? Quel secret étrange y avait-il derrière tout ça ? La curiosité du lionceau était titillée mais sans plus. Il commençait par contre à bien aimer la compagnie de l’adolescent. Il était simple, et la simplicité était souvent agréable. Bon, il ne l’aurait pas forcément amené à Rodorio dans une escapade nocturne, du moins, pas encore, mais un jour pourquoi pas ? Il frissonna légèrement quand la bête lui proposer de s’occuper de ses sutures à sa place… Mais l’idée avait quelque chose d’étrangement intrigant. A vrai dire, il voyait un peu ça comme un défi, alors pourquoi est-ce qu’un lion reculerait devant une autre bête. Une nouvelle fois, il haussa les épaules.

    « - Comme tu veux, Rùn. Celui de vous deux qui est le plus doué pour faire ça. Tu pourrais lui montrer tiens, si tu veux. Ce serait utile à Oul de savoir faire si une de ces blessures venait à se rouvrir non ? Pour lui, ou pour un voyageur stupide qui passe par le mauvais endroit un soir de pleine lune et de tempête ! Ça commence par faire une bonne histoire ça ! »

    Et il rit de nouveau. Fort. Un bruit sourd qui viendrait troubler le silence du temple de la mort. Mais il était comme ça. Il s’installa donc tournant le dos à la bête et à son petit maître qu’il avait surnommé Oul. Il n’avait pas peur et il ne s’inquiétait pas outre mesure. Il avait vu de près la férocité d’une bête et il savait quand se méfier d’un prédateur. Il avait compris grâce à Rùn que tant qu’il respecterait les règles du jeu, ne lui ferait rien ici. Il pourrait donc bientôt retrouver son lit et cuver le reste de son vin une heure ou deux avants de commencer sa journée. Peut-être trois. Et au moins, il ne se ferait pas pourrir pour avoir fait exploser ses points. Il se ferait déjà suffisamment pourrir de toute façon pour avoir reçu la blessure.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyJeu 21 Mai - 11:52
Oul. L’adolescent contemple un instant le jeune lion. Silencieux, il l’écoute, demeure attentif à ses mots. Ses choix. Cicatrice. Il détaille la peau de l’aspirant recouverte de ces cicatrices si semblables aux siennes. Sa prunelle unique retombe alors sur ses bandages qui enveloppent son propre corps, recouvrant les marques qu’ont laissé ses plaies. Oul. Est ce que ce surnom lui plait ? La question l’interroge. « Est ce que c’est important ? » Sa voix demeure semblable, sans affect. Distante. La bête se détourne sur l’enfant qui questionne. Son protégé. « Que penses tu de ce mot ? » A ce dernier d’y réfléchir. Ce qu’il en pense. Ce qu’il pense de ce mot. Oul. Sa paupière s’éteint. « Il me fait penser à l’océan. Je crois. » Un mot apaisant malgré sa véritable signification.

Cicatrice.

Lorsqu’il rouvre son oeil unique, l’enfant contemple son vis à vis, détaille de nouveau ses cicatrices avant de contempler de nouveau ses bras. Sur ses mains viennent se perdre d’ancienne marque que la vie a gravée sur son corps. Cicatrice. « Il me correspond aussi. » Il n’en manque pas lui aussi. Tous deux sont semblables sur ce point.

La bête se détourne sur l’aspirant, s’amusant un rien de ce courage qu’il perçoit. Peu d’homme aurait accepté qu’une créature telle qu’elle ne vienne s’approcher de ses plaies. « Courageux ou inconscient. Tu es né sous la bonne étoile jeune lion. » Rùn s’avance, sa silhouette se modulant pour prendre l’apparence d’une femme faite d’ombre. Les ténèbres la compose, lui offrant des traits et des courbes vacillants, malaisants, mais ses prunelles demeurent semblables. Lueurs rougeoyantes scintillant dans l’encre de cette peau. Sa main fantomatique d’une noirceur sinistre se tend vers l’aiguille, vient s’en saisir puis l’autre appelle la main de l’adolescent. « Viens mon enfant. Je vais t’apprendre. »

Nulle surprise ne glisse sur le faciès de ce dernier. Nulle crainte non plus alors qu’il s’approche et saisit la main tendue. Elle semble lui sourire. L’ombre récupère un linge propre, qu’elle trempe dans l’eau avant de nettoyer convenablement la plaie et d’ôter les dernières sutures. « C’est mieux. Tu vas pouvoir serrer les dents à présent petit lion. » Et l’ombre de son ombre commence alors son labeur avant de guider la main de son enfant, de lui enseigner.

Nul tremblement ne l’étreint, coutumier des plaies et du sang qui s’écoule. Automate, il reproduit les gestes qu’elle lui a montré.

Et les feux follets dansent et murmurent à son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyJeu 21 Mai - 20:29
    Le futur roi regarda avec un peu de triste l’adolescent qu’il avait devant lui. Il ne savait pas ce qu’il avait vécu. Il n’était pas sûr de vouloir savoir. Quelque chose qui vous prend même votre nom, c’était une sale affaire. Une chose qu’il est mieux d’avoir oublié et il en venait à espérait qu’il ne se souvient jamais de ça. Mais-est-ce qu'on peut vraiment oublier ? Il n’oubliait pas lui. Il se souvenait de chaque coup, chaque moment où la bête avait eu le dessus sur son maître. Chaque instant où il n’avait pas été suffisamment vif à son goût ou suffisamment réactif. Oui… Son maître avait fait en sorte qu’il n’oublie pas. Qu’il n’oublie jamais. Qu’il se souvienne toujours de ces erreurs et de cette violence. Pourquoi ? Une leçon qu’il ne comprendrait que dans bien des années. Pas maintenant. Maintenant, il ne parlait plus à son maître. Trop tard, il comprendrait. Et il le regretterait…

    Il le regarda discuter avec l’ombre du nom qu’il avait trouvé. Il aimait bien ce nom, ça sonnait bien. Il hocha gravement la tête, le visage marqué par le contentement quand son nom fit écho chez celui qui n’en avait pas. Peut-être qu’il venait de lui redonner un peu d’humanité, de lui faire prendre un peu plus pied dans ce monde plutôt que dans celui des morts. Ou bien, ce n’était là que les errements d’un jeune homme encore un peu ivre, qui avait fait le mur et qui se retrouvait dans une situation loufoque à faire recoudre une plaie mal placée. Sûrement un peu des deux. Le reste, Rùn revient vers lui, pour donner suite à un événement qui marqua profondément le futur lion. Il était trop inconscient pour reculer. Mais bien que son corps lui indiquait qu’il devait.

    Mais on lui avait appris à mater la peur. Un soldat ne recule pas, une bête ne fuit pas. Alors il resta, tournant le dos à la créature fantomatique pour qu’elle puisse travailler tranquillement. C’est une étrange sensation que le contact de cette créature fantomatique sur sa peau. D’autant plus maintenant, qu’elle a pris la forme d’une femme. Elle a l’air plus vieille que le petit, mais pas non plus trop âgée. Difficile de se faire une idée quand on ne voit pas vraiment son visage. Elle n’est qu’ombre et éther. C’était ça le plus difficile, plus que la suture. Il a depuis longtemps appris à ignorer la douleur de ce genre d’opération, en témoigne la légion de zébrures qui marquent son corps. Mais ces doigts sont délicats, malgré l’explication, malgré l’ombre. Elle sait ce qu’elle fait. Elle l’a déjà fait. De nombreuses fois…

    « - Eh bien, tu fais ça mieux que moi, et j’ai pourtant l’habitude de me recoudre moi-même. Si j’étais plus doué, je ne serais peut-être aussi marqué. »

    Il rit de nouveau. C’était sa façon à lui de chasser l’ombre. De chasser le doute et de chasser l’ambiance étrange et presque sordide de cette situation. Au final, il n’avait pas peur, son instinct ne lui dictait pas que quelque chose aller passer. Peut-être qu’il se trompait… Mais on ne trompe pas l’instinct d’un lion aussi facilement. Juste il ne pouvait rien contre l’étrangeté et les frissons qui secouaient son corps. C’est une main d’humain qui le recoud, mais c’est l’ombre qui le guide. C’est l’ombre qui décide.

    « - Tu as dû faire ça déjà beaucoup de fois pour lui expliquer si bien du premier coup. Ça ne fait presque pas mal… Aie ! »

    Il n’avait pas vraiment eu mal, mais il avait besoin d’un peu détendre l’atmosphère. Son rire-rugissement était parfait pour ce genre de situation un peu étrange. Il se sentait… entre deux mondes. Une main dans la vie et une autre dans la mort. Une dualité qu’il sentait pensant dans son dos, à trifouiller ces chairs. S’il avait plus raisonnable, il n’aurait sûrement pas accepté, mais on est souvent idiot quand on est jeune et souvent, de ces idioties, découlent de belles rencontres…



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyVen 22 Mai - 15:21
Le lion ne recule pas face à l’aiguille, pas plus qu’il ne recule face à l’ombre de cette femme à la silhouette oubliée. Il devinera un sourire sur ses traits évanescents. Un amusement qui glisse dans ces ténèbres la composant. La peau de l’aspirant frémit en réponse à ses effleurements. La mort fait cet effet là aux vivants. Et de Mort, la belle en est entièrement composée. Des âmes perdues, maudites, de mort et de sang. Pourtant, l’adolescent lui, n’en ait nullement troublé. Elle est une part de lui. La Mort. Une part de sa vie plus que la vie elle même ne l’est aujourd’hui.

Silencieux, il se laisse happer par les enseignements de l’ombre de son ombre qui s’emploie à le guider. Lui apprendre à réparer ce qui a été marqué. Cicatrice. Elle en laissera une elle aussi, se fera symphonie d’un chant qu’il sera seul à comprendre. Seul à entendre. « Les plaies profondes laissent toujours des cicatrices. Elles marquent les corps des épreuves de la vie. Pourtant, les plus horribles sont souvent invisibles. » L’ombre de la mort laisse son étrange voix rompre le rire du jeune homme. Elle dodeline de la tête accompagnant les gestes de son enfant. « La mort connaît la vie. Elle peut la prendre mais aussi l’épargner. » Une tirade amusée derrière un rire un rien forcé. Son ton semble le faire penser. La mort se riant de la vie. La vie se riant de la mort le recouvrant de son ombre sinistre.

Deux mondes opposés et pourtant si liés.

« Pardon. »
L’ombre offre à l’adolescent une caresse alors que le jeune lion reprend son rire puissant. Il respire la vie dans l’ombre de la Mort. Autant que possible cependant. « Nous savons beaucoup de chose même si l’oubli nous a marqué nous aussi. » Le prix à payer. Un faible prix pour demeurer à ses côtés. Les regrets n’existent pas. « Mais notre enfant apprend vite aussi. » L’enfant en question ne répond pas, se concentre sur son labeur sans en éprouver quoi que ce soit. Que ce soit le sang glissant sur ses mains ou la chair sous ses doigts. Il obéit juste aux gestes montrés. Docile. Certaines plaies l’accablent de leur présence, le fait frémir plusieurs fois, cesser ses gestes néanmoins il reprend une fois calmé, assuré par les doigts d’ombre qui guident ses mains jusqu’à la fin cette fois.

Et les feux follets s’agitent, suivent la danse.

C’est elle qui finalement vient récupérer entre ses sombres doigts de quoi lui faire un bandage. « Lèves les bras jeune lion que je puisse te faire un bandage propre. » Une fois cela fait, l’ombre s’emploie à lui refaire un bandage, évitant de toucher sa peau, comme elle le fait depuis le début de l’opération. Lorsqu’elle termine enfin, la créature reprend la forme qui lui sied davantage, se remettant au côté de son protégé. « Tu pourras te targuer d’avoir été soigné par les doigts de la mort. » s’amuse la sombre bête avant de récupérer entre ses crocs la chemise maculée d’écarlate de l’homme, éloignant les feux follets attirés par le carmin. « Je vais prendre ça en compensation.» Le tissu disparaît dans les ombres qui la compose.

Les âmes s’agitent, demeurent toujours autour de leur enfant, ne l’ont quitté un seul instant. Attirées. Gravitants.

« Ce sera mieux à présent. Elles s’accrocheront moins à toi. »
Il se tait puis reprend après avoir laissé un chuchotement effleurer son âme. « Je vais te guider. » Et a l'adolescent de l’entraîner accompagné de son protecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyVen 22 Mai - 18:40
    Il écouta les mots de la femme d’ombre. Elle semblait posséder la sagesse de plusieurs vies . Qu’est-ce qu’elle pouvait bien être ? L’amalgame de plusieurs âmes retrouvant un peu de prise sur le monde matériel par leur cohésion . Il y avait aussi tout une philosophie à faire sur les cicatrices. Est-ce que les pires sont celles que l’on ne voit pas ? Ou simplement celles qui ne se referment pas ? Celle en train d’être recousue aller se refermer, mais il pouvait en citer une demi-douzaine sans trop réfléchir, qui, bien que soignés depuis longtemps, restaient à vif dans son esprit et le resterait peut-être à tout jamais. Il aurait aimé parler de ça avec l’ombre, s’ouvrir un peu. Mais il décida de garder ça pour lui. Il ne voulait pas faire de la cicatrice qui aller se soigner, une nouvelle avec laquelle il devrait vivre. Il en avait déjà bien assez comme ça…

    Il décerna dans ce qu’elle venait de dire une forme d’humour qu’il ne comprit pas. Ou une leçon qu’il ne lui disait rien. Peut-être plus tard, ces mots prendraient tout leur sens, mais pas maintenant. Il était juste fatigué.

    « - Pas de mal Oul, j’en ai vu d’autres ! »

    Il s’était excusé tout de suite. Un brave garçon, attentionné aux autres visiblement. Triste de destiner une âme comme la sienne à un devoir comme celui du soldat. Mais on ne choisit jamais son devoir, on ne fait que l’embrasser ou en mourir. C’était la leçon qu’on lui répétait sens arrête, alors elle avait fini par rentrer. Lui aussi aurait son lot de sangs et de mort, plus encore que tout ce qu’il avait déjà dû voir de son œil unique. Pauvre petit. Un prix visiblement que l’ombre connaissait. Il ne posa pas de question. C’était le genre d’histoire qui ne se raconte pas si facilement. Qui ne se raconte peut-être jamais. Seulement, comment raconter son histoire quand on se souvient pas de son prénom ? Qui était cette femme si proche de lui ? Une mère ? Une sœur ? La responsable de son tourment ? Une âme errante s’étant accrochée à une autre âme errante ? Elle n’avait pas l’air mauvaise pourrait, l’air seulement… Non, il n’y avait pas de raison.

    Il faisait confiance étrangement à cette créature, bien qu’il se méfiât un peu de son essence. Il ne se fit pas prier quand elle lui demanda de lever les bras pour qu’elle lui fasse un bandage. Le contact de nouveau avec elle le fit sursauté. Qu’il était étrange de sentir la mort et l’ombre sur sa peau nue. Une sensation extrêmement dérangeante. Le genre de rencontre qui n’est pas supposé arriver. Il ne dormirait pas cette nuit. C’était sûr… Peut-être même pas forcément beaucoup la suivante aussi. Et encore celle d’après. Rùn venait de faire quoi . La stupeur pouvait se lire sur son visage. Mélanger à de l’incompréhension. Il était perdu. Elle venait de prendre sous sa chemise pour… le sang . Seigneur Dieu tout-puissant, qu’est-ce qu’il venait de faire là ? Il saurait rapidement au moins, si l’ombre était une entité positive ou pas…

    « - Je suppose que… c’est un salaire adéquat . Enfin, je n’en sais rien, ça ne me rassure pas vraiment mais bon, j’espère que tu ne jettes pas une vilaine malédiction ! »

    Il rit de nouveau, mais avec moins de conviction cette fois. Il n’était pas très à l’aise. Mais ce qui était fait, était fait alors… Il donna alors une tape amicale dans le dos du petit. Il lui adressa aussi un grand sourire. Au final, cette expérience lui serait profitable, il était content de cette soirée, bien que cette histoire de chemise ensanglantée l’inquiétât un peu enfin, il devait déjà survivre au jour prochain…

    « - Merci en tout cas Oul ! Et ravis d’avoir fait ta connaissance ! Et toi aussi Rùn ! C’était… chouette ? »

    Et il rit une nouvelle fois.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
OdoroïOdoroïArmure :
Gold Saint du Cancer

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu1350/1350[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge600/600[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (600/600)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune1200/1200[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyMer 3 Juin - 22:44


. L’adolescent ne redresse pas la tête à ses mots. Oul. Ce mot ne parvient pas encore à le définir. A attirer son attention. Cicatrice. Une part de ce qu’il est. Une part de ce qu’’il possède et ne possède plus, aussi. Une part de son histoire qui marque sa chair. Sa symphonie. Son chant de l’oubli. L’enfant des astres demeure distant. Dans sa façon d’être, dans sa façon de regarder ce monde qui l’entoure. Lorsque l’oeil unique s’attache à quelque chose, bien vite, il s’en échappe. Le vivant est moins présent que les morts dans son regard. Alors les feux follets qui dansent à son côté attire ses prunelles, puis l’éclat de rire puissant du jeune lion vient l’y dévier.

Un autre chant. Un chant du vivant, bien différent de celui qui, si longtemps, l’a maintenue tout ce temps.

Rùn s’amuse. La bête sourit, se joue de l’éclat d’inquiétude dans les prunelles du jeune homme farouche. Une malédiction. La créature dodeline de la tête à son rire, à ses mots. « Je pourrais. Le sang est puissant. Ne néglige pas son importance petit Lion. » L’ombre incline sa tête massive à son attention, l’observe de ses yeux incandescents, cauchemardesques. « Le sang peut être une arme pour certain être. Certaine créature. Ne l’oubli pas. » Une leçon. Un conseil à demi-mot. Une menace peut être. La bête ricane. « Ne fait pas cette tête, je ne ferai rien contre toi. Tant que tu n’es pas une menace en tout cas. »

La bête s’échappe à la suite de son enfant, accompagnant leur invité à l’extérieur du temple des âmes. Elles chantent et murmurent à leur passage, mais demeurent aux côtés de l’enfant des astres, qui, bientôt, retrouve ces cieux étoilés qu’il aime tant. Qui apaisent son âme.

Peu à l’aise, l’aspirant demeure pourtant amicale envers l’adolescent, lui offre une tape dans le dos. Surpris, l’enfant des astres se fige, son corps frémit, frisonne et s’écarte en réponse à ce geste. Les souvenirs effleurent sa conscience, lèche cette parcelle de son être qui mû son corps. Ses muscles se tendent en réponse, son dos se voûte et l’adolescent se rapproche de son protecteur, posant une main dans l’ébène de son être. Tête basse, l’adolescent acquiesce seulement aux paroles du futur lion. « Il est l’heure de rentrer dans ta tanière jeune lion. Nos chemins se recroiseront. »

Son unique prunelle polaire vient se perdre dans celles de son vis à vis, s’y fixer. Pour la première fois. Derrière la lande glacée de son iris se perdent des émotions lointaines. Distantes. Perdues. Oubliées peut être.

Un regard qui est...sans être.

Sa paupière s’éteint, et l’adolescent offre un signe de tête au futur chevalier, avant que la bête et l’enfant ne disparaisse finalement, happés par les ténèbres du temple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1738-odoroi-saint-du-cancer#19984
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-bleu260/260[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-bleu  (260/260)
CP:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-rouge330/330[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-rouge  (330/330)
CC:
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver G-jaune216/216[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver V-jaune  (216/216)
Message Re: [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver   [Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver EmptyVen 5 Juin - 15:30
    Il aurait dû être plus attentif ce jour à la chose qu’il venait de croiser, mais l’alcool et la surprise l’avaient pris de cours et c’était trop tard. Mais il n’oublierait pas ce moment et ces conseils. Il garderait ces mots toujours dans un coin de sa tête et ce sont des prévisions qui lui seraient utiles à l’avenir. Mais l’avenir pour le moment, c’était d’aller s’allonger un peu, sans réussir à dormir, et attendre le chant du coq, soit, prendre une petite heure ou deux de repos. Mais il saurait faire fructifier cette rencontre inattendue. Il soupira profondément en passant les murs du temple du cancer. À la fois de soulagement d’être enfin sorti de cet endroit à l’ambiance si particulière et délétère. Mais aussi parce qu’il devrait bientôt faire face à sa propre ambiance malsaine. Au final, le trouble de la maison du cancer est facile à identifier. Celui de sa propre maison était tout autre et il ne savait pas vraiment laquelle des deux ambiances il préférait…

    Enfin, il observa la réaction du borgne quand il lui tapa dans le dos. Il se mordit un peu la lèvre et s’en voulut un peu. Il n’avait pas pensé qu’il pourrait avoir du mal avec ce genre de contact, il n’avait pas pensé tout court en fait. Rùn n’avait pas réagi, alors c’est qu’au fond, il avait bien fait. Les menaces qu’elle lui avait s’il venait à affecter son protégé n’étaient pas que des mots creux destinés à faire peur, il avait ressenti ça. Il s’était senti proie l’espace d’un instant tout au fond de lui alors qu’il avait l’habitude d’être prédateur. Une sensation intéressante. Il fut rassuré de voir l’oeil unique du jeune homme se fixer dans les siens et d’y lire pour la première fois depuis leur rencontre, un semblant de vie et d’émotion. Finalement, il avait bien fait de lui donner cette tape dans le dos.

    il observa les deux êtres vivants et morts rentrer à l’intérieur comme si les ombres de cet entre-deux mondes les avaient dévorés. Une étrange dernière impression, mais ça ne l’empêcha pas de leur adresser de grands signes de la main. Il serait de toute façon amener à les revoir alors… Puis il aimait bien le petit gars, il faudrait juste qu’il retrouve une étincelle de vie, mais ce n’est pas chose facile après ce qu’il a visiblement vécu. Il se demandait vraiment quelle était l’histoire de ces deux personnes et le mystère l’intriguait. Il n’était pas un aspirant comme les autres, pourtant il vivait dans le temple du cancer. Il était un peu vieux pour avoir été simplement recruté pour des prédispositions pour devenir chevalier, surtout pas un chevalier d’or. Alors il devait y avoir quelque chose d’autres. Rùn, finalement, un chevalier du cancer proche des esprits de la mort, c’était sûrement un petit plus pour plaire à l’armure. En tout cas, il faudrait qu’il découvre tout ça plus tard, rien que pour aider Oul à retrouver son humanité.

    Le lionceau reprit donc son chemin vers le temple du lion. Il déglutit en approchant de sa demeure… Il savait reconnaître cette imperceptible présence entre mille. Il n’aurait même pas l’occasion de se profiter de quelques heures allongé dans son lit pour se reposer et il devrait de suite enchaîner avec la bête, la vraie cette fois, non pas celle d’ombre et de mort, mais de faim et de crocs. Bordel, qu’il aurait aimé un peu de tranquillité mais il n’en aurait pas. Il aurait dû s’en douter après qu’il ait fait le mur et les événements de la journée. Il prit une profonde inspiration et commença à changer sa démarche, il avait l’impression de rentrer chez lui comme un voleur. C’était un peu le cas, il voulait éviter d’attirer l’attention du chien de garde ou plutôt, l’entendre venir. Car il viendrait à n’en pas douter et il devrait lutter. Puis tout serait oublié plus tard. Finalement, il préférait les ombres.




“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Juin 546] L'enfant qui ne sait plus rêver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: