Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyDim 3 Mai - 13:16
Au loin, les rayons écarlates d'un Soleil vaincu se déployaient sur les toits d'une ribambelle de bâtisses. Maintenant que le petit matin se levait, la ville offrait un terrible témoignage. Naguère atypiques, ces maisonnées n'étaient plus que l'ombre de ce qu'elles avaient été. Ryme en était la triste spectatrice. Chez elle, les contes lui avaient dictés plus d'une fois les nuances que pouvaient prendre le ciel, mais le spectacle que lui offrait la Nature n'aurait su se résumer par de simples mots. Il y avait du sang, il y avait des larmes, mais aussi beaucoup d'espoir et de soulagement. Et alors elle constata, pour la première fois de sa vie, les ravages de la Guerre. Une guerre à laquelle elle avait pris part au côté de son ami et de bien d'autres personnes dont elle ne connaissait même pas le nom. Le destin ne manquait pas d'ironie. La voilà bien embarrassée maintenant, à s'assoupir contre un mur en essuyant ses yeux humides et fatiguées...

"Astra, t'es où...", souffla la locale, impatiente.

Sa poigne s'arrêta sur un caillou qu'elle fit rouler dans sa paume, quelques secondes, quelques minutes, pour finalement la jeter dans le vide. Une moue non convaincue se dessina sur ses lèvres roses. Dire que l'état de la ville la préoccupait plus de coutume serait mentir cependant. La nuit s'était montrée révélatrice et riche en adrénaline. Elle allait s'effacer dans l'une des rues pour se changer les idées lorsqu'une voix familière l'interpella finalement.

"La gueuse, attrape."

Machinalement, dans toute les mauvaises habitudes qui lui avaient été inculqués, sa main rattrapa la bourse en cuir qu'on venait de lui lancer. Tournant son attention en direction de son ami, elle sursauta en percevant ce dernier à peut-être moins de deux mètres d'elle. Malicieusement, l'Italien prit tout le loisir de mettre un bras autour de ses frêles épaules...


"Tu devrais prendre exemple sur moi et mes compétences de pattes de chat, fanfaronna-t-il sans aucun détour d'une voix enjouée, visiblement fier de sa trouvaille. Dans tout ça, on va pouvoir se barrer de ce champ de ruines. Entre nous, tout aussi charmant fut le fait de frôler la mort plus d'une fois, je n'ai pas trop envie de continuer à me faire taper par le premier venu sous prétexte que je sois un "Saint", ou une autre connerie dans le genre. Et puis, je ne sais pas qui était le mec à qui j'ai pris cette bourse, mais...on a de quoi faire avec."


Sa main faisait danser un petit sac dans les airs, d'où le cliquetis de multiples pièces se faisait entendre. Ryme haussa un sourcil. Etait-il vraiment le fils du chef de son ancien village ?

-Ne m'embarque pas dans tes plans foireux, t'as de la chance que les gens soient plus préoccupés à panser leurs plaies...J'aurais pu tout aussi bien me débrouiller"

Aussitôt, la jeune fille en repoussant vivement le bras de son compère. Contrariée, elle l'était. Ses muscles lui faisaient un mal de chien et la jeune fille n'osait songer au désastre ambulant d'après-guerre de sa chevelure, de ses habits et plus généralement, de sa vie toute entière.

"Tu comptes faire quoi, maintenant ? "

Très bonne question. Que comptait-elle faire ? Rentrer au village, voir la sale trogne du Père ? Se justifier de son retour tout en faisant fi d'avoir été chassée comme une malpropre du village ? Sans façon. Ryme se réfugia dans ses réflexions...


"Je ne sais pas...Ou plutôt, je ne sais pas trop." Son silence révéla ses doutes. "Ca ne t'a pas intrigué, de les voir se battre plus rapidement que tout autre personne ? Je suis certaine que la lettre venait de mon père. Peut-être que quelqu'un en saura plus...Peut-être que ce n'est pas un hasard, qu'on nous ait envoyé dans un endroit avec des personnes comme nous."


Sans quoi, Ryme serait dans un sacré pétrin. Forte de cette certitude, sa petite silhouette se leva, s'étira les bras, le dos et sonda rapidement les lieux alentours. Par où commencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyMar 5 Mai - 0:21
    Cette guerre commençait à fatiguer le lion d’or et il voulait vraiment en voir le bout. Enfin, maintenant ce n’était plus qu’une question de mois. Combien ? C'était la question, mais la victoire de Mediolanum devrait permettre de faire la différence : la Tour des vents aller enfin tomber et la campagne d’Italie allait prendre fin. Mais c’était maintenant à lui de gérer tout ça, il avait pris depuis peu du galon dans les forces d’Athéna, une volonté d’Akrites… Oui, il pouvait simplement résumer la chose par la maxime suivante : putain, c’est la merde ! Oh, la guerre se terminait et le combat, ça ne lui faisait pas peur, il avait le poing et les crocs pour mener la victoire mais c’était la fin qui lui faisait peur. Il ne pouvait plus se battre comme avant. Sa vie avait maintenant du poids. Il n’était plus un simple rouage de la machine mais bien un de ses axes…

    Mais quelque chose restait dans le fond de sa tête après cette nouvelle escarmouche urbaine. Le combat avait été un peu plus compliqué que prévu et il avait récolté une vilaine plaie sur le flanc, elle lui laisserait sûrement une cicatrice de plus. Il n’était pas de toute façon plus à un pré. Non, ce qui l’avait intrigué c’était la jeune femme et son ami qu’il avait croisée et avec qui il avait… combattu. La petite, enfin petite, elle devait avoir une petite vingtaine, pas plus, avait déjà un excellent potentiel comisque et il ne faudrait pas grand-chose pour faire d’elle une excellente guerrière, voire même carrément lui faire porter une armure et pourquoi pas l’or. Son armure à lui avait réagi étrange en la voyant elle avait semblé… contente. Et il était plutôt en osmose avec sa propre armure, la comprenant bien. Tous les deux savaient que leur adieu ne saurait tarder. Un Pope ne porte pas d’armure.

    Bon, il avait réussi sans trop de mal à suivre ces deux et là et il voulait vraiment leur parler, surtout à la jeune fille, le garçon l’intéressant beaucoup moins. Il était néanmoins pour vider les poches d’après ce qu’il avait pu observer. Présentement, il avait sûrement mieux à faire que de s’occuper de ça, des ordres à donner. Mais il fallait que les gens se débrouillent parfois seuls. Il trouvait ça très emportant que les gens prennent des initiatives et sachent se débrouiller sans qu’il soit là pour tout surveiller. Il aimait aussi commander par l’exemple et c’est pour qu’il était encore plus en première ligne qu’avant. Il entendait la jeune fille parler. Elle avait l’air perdu. C’était normal après ce qu’elle venait de voir. Et ce n’était pas donné à tout le monde de le voir, c’était interdit normalement…

    « - Eh bien, une chance que je sois là pour te parler ! »

    Il sortit de là où il s’était caché. Il aurait pu se présenter à eux sans quitter son camp et profiter du rêve pour les voir, mais il voulait être là physiquement. Surtout, il voulait que son armure soit là physiquement, il avait besoin de confirmer quelques-unes de ses hypothèses. Mais il était, crasseux, les yeux cernés, le flanc couvert de sang et surtout, dominant tout le monde de sa taille. Peu de gens arrivent après tout à atteindre l’honorable taille de deux mètres dix après tout. Il regarda donc les deux jeunes gens avant de reprendre.

    « - Et je suppose que vous avez des questions tous les deux. Enfin surtout toi petite. Et je t’écoute, je vais essayer d’y répondre honnêtement. Je me suis déjà un peu présenté tout à l’heure, mais bon, je vais le refaire là, au calme. Childeric, chevalier d’or du lion. »

    Il fit encore quelques pas vers les deux jeunes. Son armure d’or brillant malgré l’état dans lequel il se trouvait. Mais elle résonnait vraiment. Oui, il y avait vraiment quelque chose à faire de cette petite et s’il l’avait croisé à ce moment précis de sa vie et de cette guerre, ce n’était pas un hasard. Il devait maintenant trouver quel genre de sens avait toute cette histoire !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Ven 22 Mai - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyMer 6 Mai - 17:26
Astra bondit sur place lorsqu'une grosse voix claqua dans les rues et brisa les pépiements des oiseaux. Non loin d'eux, une silhouette venait à peine de se détacher dans les ombres pour s'approcher des deux jeunes locaux. Qui était-ce ? Etait-ce un chef de guerre ? A en juger le ton de sa voix, il semblait les avoir cherché dans toute la ville...Mais pour quelle raison ? La jeune femme se tourna vers son jeune ami, peu intéressée par le nouveau venu.

"Astra, garde les pièces en trop. Dépense-les en herbes médicinales et en vivres, le village en aura besoin à ton retour...Surtout après ce que nous avons vu."

Cette confrontation aurait, sans aucun doute, de lourds impacts sur leur pays, et peut-être même sur le commerce tout entier. Ces pièces d'Or qu'elle tenait dans sa bourse était sans nul doute l'une des plus importantes ressources en cet instant présent. Alors que la jeune femme s'attendait à faire profil bas pour le reste de leur conversation, ce "Chevalier" se présenta en quelques noms pompeux. Childéric...Venait-il d'une autre tribu ? Son sourcil se haussa subrepticement lorsqu'il l'interpella personnellement. Toutefois, les deux adolescents semblèrent particulièrement sur la défensive désormais. Un long silence s'en suivit, jusqu'à ce que ce dernier ne finisse par tomber aux oubliettes au profit d'un toupet particulièrement campagnard.

"Et ?
- Tu lui veux quoi le vieux ?

Ryme se redressa, sourcils froncés. Malgré le sang, la sueur et les cernes qui lacéraient le visage de cet inconnu, il eut été difficile de faire plus menaçant que ce grand gaillard. Instinctivement, elle s'interposa entre le soldat et son ami d'enfance. Simple acte de précaution, malgré la fatigue qui engourdissait ses muscles...

"C'est très gentil de nous avoir sauvé de ce beau merdier, vraiment, on est très reconnaissant, mais on est aussi très fatigué. Et, hormis cette espèce de pugilat insensé, j'en ai vu plus d'un, des mecs comme toi. Ils pétaient plus hauts que leur cul avec leurs petits poings, leur rires sournois, leurs petits plastrons rouges à deux sous et leurs airs hautains. Et comme récemment, il venait régulièrement foutre la merde dans mon village, je les ai tapé pour les calmer." Ses épaules redressèrent sa silhouette, son regard se plantant dans ceux du "Chevalier d'Or". Pas une seule fois, ils ne cillèrent, dégageant une froideur sauvage, primaire en tout point. "J'ai mal mais ça tombe bien : vous avez aussi mal que moi et je n'ai pas la tête sur les épaules... Je te préviens, si tu me cherches à m'embrouiller dans une sale affaire comme tous les autres, deux mètres de haut ou non, Grand Pope ou je ne sais pas quoi, tant que je suis debout, ça ne passera pas. Comme j'ai l'habitude de le dire, "les mandales se perdent bien facilement par ici"..."

Le rire d'Astra se fit entendre derrière elle, suivi de quelques légers commentaires dans le dialecte de leur région. Pauvre Childéric, il devait être perdu. Il était vrai qu'elle n'avait pas été de main morte, mais qui pouvait bien savoir si cet homme n'était pas une autre menace, dans le fond ? Ici, la guerre avait fait rage et ils n'étaient que de simples adolescents. Pire encore, l'Italienne n'était pour cette époque qu'une femme...Une femme qui, toutefois, ne comptait certainement pas se laisser faire sans avoir son mot à dire. Ryme avait déjà dû s'imposer dans son village, à sa façon.

"Ces paroles étant posées, je vais me permettre de vous demander tout d'abord : pourquoi nous avoir sauvé ? Et surtout, pourquoi s'intéresser davantage à une bonne femme comme moi plutôt qu'à l'autre gus, ci-présent ? Pardonnez-moi, mais je trouve ça particulièrement étrange et cela ne m'aide pas à vous faire confiance...
- Ouais, c'est vrai ça...Mais ! Hey..."

Son sang chaud ne faisait plus qu'un tour dans ses veines. Au fond d'elle-même, l'Italienne mourrait d'envie de poser à cet homme tout un tas de questions. D'une certaine manière, Ryme pressentait qu'ils étaient semblables sur bien des points. Ne serait-ce que pour cette énergie qui se dégageait de ce colosse, bien qu'elle fut incroyablement plus maîtrisée que la sienne...

Verdict ? Une vraie machine de guerre. Et pourtant. Là voilà à se tenir aussi droite qu'un I, à s'interposer entre son ami et leur potentiel ennemi. Malgré toute son bonne volonté -du moins, de son point de vue à elle-, Ryme songea qu'elle devait peut-être paraître ridicule. Au moins aussi fragile qu'un chaton...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptySam 9 Mai - 0:06
    Le lion observa la surprise sur le visage des deux jeunes gens. Oui, il était content de son effet. Les deux petits jeunes avaient du répondant. Surtout la jeune femme à vrai dire. Elle parlait plus, mordait plus. C’était une bonne chose. Elle montrait déjà les crocs. Ça plaisait aussi à l’armure. Cette dernière semblait avoir choisi cette qui prendrait la place de son porteur actuel. Une séparation qui lui fit de la peine, mais il savait qu’elle arriverait là un jour. Il devrait former quelqu'un pour prendre sa place. Un sourire s’étira quand elle se mit à parler. Au oui, cette petite savait déjà mordre, mais ses crocs étaient encore des crocs de lait. Mais le plus gros était déjà là. Il voyait le potentiel caché de cette jeune femme. Elle serait un chevalier d’exception, si elle était bien formée. Il fallait aiguiser la pierre brute. Il continua d’avancer et s’arrêter à distance respectable.

    Son compagnon ponctua ces menaces de quelques choses dans ces dialectes du coin avec lequel il avait du mal. Il en savait juste assez pour saisir le gros du propos qui n’était pas forcément très gentil ni poli. Du moins, si les mots qu’il avait captés étaient les mêmes que ceux qu’utilisaient les soldats. Mais il ponctua malgré tout ce discours d’un nouveau rire rugissement retentissant. Un rire qui avait le don de détendre l’ambiance assez facilement. La suite par contre lui fit plus plaisir. Elle posait des questions. Elle voulait savoir. Elle aussi devait ressentir l’appel de l’armure, d’une façon ou d’une autre, ce genre de chose est toujours réciproque et il connaissait trop bien sa protection pour se laisser tromper. C’était elle, la prochaine lionne. Et il avait besoin de lui montrer.

    Il concentra alors une petite fraction de son cosmos et se déplaça à la vitesse des porteurs d’or. Son ami n’aurait aucune chance de le suivre et de le voir venir. Elle non plus probablement, du moins, d’après ce qu’il avait vu d’elle dans leur petit échange contre les servants d’Arès. Il apparut alors dans leur dos le plus posé du monde posant sa main sur l’épaule de celui qui s’appelait Astra. Puis il recula d’un bon pas, laissant à la petite troupe de se retourner et se peut être vraiment compris ce qu’il venait de se passer. Et encore, il aurait pu aller plus vite. Ses crocs surtout sont bien plus rapides. Il rit de nouveau et s’installa tranquillement par terre.

    « - Parce que toi, tu pourrais faire ça et même mieux, alors que lui... »

    Il rit de nouveau. De plus près, il pouvait presque entendre le hurlement de l’armure. Oui, c’était elle qu’elle voulait et il fallait qu’il lui donne de ce qu’elle voulait. Il fallait qu’elle se montre digne et il verrait. Il n’aurait pas vraiment beaucoup de choses à faire avec elle pour en faire un chevalier d’or. Il forgerait ses crocs proprement. Il ferait d’elle une véritable bête complète. Une bête capable de vivre, pas une bête de mort. Il sourit alors, plus pour lui-même que pour eux. Mais elle lui avait posé des questions. Des questions auxquelles il devait répondre. Après tout, s’il voulait devenir le formateur de cette petite, il devait faire bonne impression.

    « - Vous vous êtes tous les deux retrouver dans une sale histoire. Vous devez vous en doutez. Vous n’avez pas l’air trop benêt, enfin… »

    Un nouvel éclat de rire fit trembler sa cage thoracique.

    « - Pour le reste, je vous ai sauvé un peu par hasard. Je veux dire, si je vous avais vu, je vous aurais sauvé, mais je n’étais pas là spécialement pour ça. Enfin, c’est pas tout à fait exact. Je pense que c’est elle qui m’a amené à toi.
    *Il frappa alors son torse pour désigner son armure d’or.*
    Alors que je devrais être ailleurs. Heureusement maintenant il n’y a plus grand monde pour me donner des ordres ! »

    Encore une fois, il brisa le silence ambiant d’un rugissement de rire.

    « - Mais je suppose que vous avez tous les deux beaucoup de questions. Alors, maintenant que je ne suis plus debout, faisant en sorte que ça se passe bien. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Ven 22 Mai - 19:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyDim 10 Mai - 23:59
Cet homme était rapide. Plus rapide que ce que Ryme avait croisé par le passé. Tellement rapide que son oeil n'avait pu suivre ses mouvements. Pourtant, elle s'était longtemps persuadée du contraire : ses poings avaient toujours su saigner ses adversaires. La Chance avait toujours été de son côté. Tous ensemble, ils avaient protégé leur village, subtilisé la monnaie de bien des riches. Pourquoi était-ce différent, désormais ? Une brève odeur de bois se dégagea brièvement de la jeune femme qui, les poings et les dents serrés, continuaient à observer le Chevalier d'Or d'un regard défiant. En silence, cette fois-ci.

- Mais...Comment il a fait ?!

"Aucune idée", aurait-elle voulu répondre. Mais c'aurait été concéder la cuisante défaite qu'elle venait de subir suite à leur rapport de force. Un goût de défaite s'était accroché à son palais. Pour la première fois de sa vie, quelqu'un l'avait surpassé en terme de rapidité, et peut-être bien en force brute. Comme à son habitude, Ryme déglutit lorsque la peur s'était faite sentir, afin d'expirer la tension qui lui montait aux os... Cet homme en savait long sur le sujet. Porter l'Or était après tout un indice de prestiges, même pour des petites frappes comme eux. Les yeux d'Astra, d'ailleurs, semblaient river sur son Armure, comme ces pilleurs qui estimaient déjà les pièces d'Or qu'elles auraient pu leur rapporter afin de sustenter ceux dans le besoin. Toutefois, Ryme décela de son côté que ce "Childéric" ne semblait pas vouloir les tuer. Bien au contraire. Passées les premières secondes d'étonnement et de colère froide, la Native prit la parole, bien décidé à briser la glace qui s'était instaurée entre eux.

- Qui sont...Ces personnes, là ? Ce sont vos ennemis, n'est-ce pas ? Mise à part cette violence innée, vous ne semblez pas si différent d'eux, sans vouloir vous offenser. Quoique, peut-être que si. Je voudrais bien vous offenser pour avoir foutu la merde à Mediolanum avec ce genre de buses..." Nonchalamment et par-dessus son épaule, Ryme pointa son pouce le corps d'un guerrier, visiblement peu impressionnée par la violence environnante. "Ouais, j'aimerais bien savoir qui je frappe maintenant. Ils se présentent régulièrement dans le même genre d'armures que..."vous", dans les villages environnants. Parfois ils se cachent, parfois ils violentent les villageois. J'avoue ne pas avoir cherché plus que cela à me renseigner sur eux. J'avais déjà la capacité de leur faire ravaler leurs mots mielleux !"

Quelques rayons lumineux crépitèrent tout autour de la jeune femme, laissant entrapercevoir la crinière indomptable de son cosmos danser dans les airs, mordre ce qui l'entourait. Tenter de dominer et d'imposer son règne sauvage...

"Je crois que je suis comme vous. J'ai cette énergie au fond de mon âme, qui me rend...Chanceuse dans ma Malchance ? Il en faut bien, pour sauver ce qu'il reste de nos pauvres contrées, avec toutes vos guerres ! Ca a peut-être joué sur mes motivations. Depuis quelques années, il y a cette chose qui m'accompagne. Toutefois, elle ne se manifeste que de temps en temps en personne..."

Même Ryme, avait appris à craindre sa propre énergie. Après tout, son potentiel à elle était né entre le 5 et le 6 janvier, fête particulièrement renommée en ces contrées où l'on s'échangeait jadis du bois et des plantes pour se souhaiter Fortune, Force et Santé au nom de Strena. Aujourd'hui, on appelait cette fête "Epiphanie". Mais qu'importe : c'était ce même jour où elle avait rencontré "la Bête", le Loup de son village...

- Dites-moi, quel est donc votre..."Ordre" ? Vous combattez pour qui, au juste ? Ce n'est pas commun, une Armure comme celle-là, ajouta alors plus sagement Astra, toujours aussi sceptique quant à l'identité que venait de lui décliner le Chevalier.

Ryme adressa un sourire entendu à son jeune compère. Il avait toujours été sa tête pensante et froide, un brin moqueur, mais également très ingénieux. Ce dernier poursuivit néanmoins bien moins sagement sa lancée quand il expliqua la suite de son raisonnement entre deux bouchées de la pomme que sa main venait de saisir dans son sac...

- Pour être tout à fait honnête, on s'est souvent dit qu'on pouvait sûrement revendre leur espèce d'armure à bon prix, mais c'était peine perdue. Elles finissaient par..."partir", par elles-mêmes la plupart du temps. Par contre, la votre doit valoir un sacré prix.
- C'est même certain...On pourrait en ramener un tas de vivres pour les villageois de l’île Mère et de Stresa. Ils vont finir par se manger les mains et les lambeaux de chair, là-bas... Alors, si en plus, elle m'a choisi, que dire d'autres que je suis particulièrement chanceuse !, lâcha-t-elle, sous un sourire moqueur, mais sans méchanceté.

Quelques paroles dans le dialecte local reprirent alors de plus belles entre les adolescents, leurs voix oscillant au gré de leurs émotions. D'un sourire dédaigné, les traits de Ryme s'étaient mués en une moue attristée. Astra ne sembla pas s'en formaliser, et rougit même furieusement lorsque sa comparse enlaça son cou pour quelques secondes de silence. Il n'avait, dans le fond, pas de temps à perdre pour se procurer une monture convenable et sentait bien qu'il n'avait pas nécessairement sa place dans cette conversation quelque peu..."surnaturelle".

- Si ça ne vous dérange pas, je dois atteler les chevaux et préparer le retour. Je ne serais pas très loin, en cas de besoin. Je vous dirais bien de ne pas lui faire du mal, sous peine que je vous fasse manger votre poing, mais je la connais bien...Porte toi bien Ryme.

Au loin, quelques regards tout aussi poussiéreux que ceux des deux jeunes gens semblaient s'adresser désormais au jeune homme à grands signes de mains, qui s'éloigna à contrecœur. Malgré elle, Ryme le suivit du regard, peinée...

A cet instant, la future Sainte aurait voulu connaître son avenir. Au fond d'elle-même, elle savait que la Vie l'emporterait simplement dans son courant, et que toujours, sa place serait forgée par sa volonté. Par la Loi du plus fort. Cela avait toujours été ainsi. Ce Monde n'était pas prêt de l'effrayer. Il n'en avait jamais été capable. Et, contrairement aux apparences, la jeune fille avait su s'imposer dans les rues, parmi cette plèbe où larcins, arnaques et violences régnaient en maître. Ici, la survie n'était pas hiérarchisée, les plus vulnérables avaient simplement appris à se serrer les coudes. Quant aux plus éminents des pontes, ils devenaient tout simplement une cible pour toutes ces petites mains habiles ou trop abruptes comme les siennes. Qui aurait pu le lui reprocher cela ? On les haïssait suffisamment, ces gens-là, pour continuer à manger des olives et boire du vin sur la famine et la pauvreté qu'ils engrangeaient.

Non, en temps de guerre, les richesses étaient simplement redistribuées entre ceux qui savaient partager leur butin, dérobé à la volée...Ryme s'estimait dans son bon droit, à remettre de l'ordre dans cette criminalité inversée.

Soit. Ryme serait seule face à ce "Chevalier d'Or"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyLun 11 Mai - 15:15
    Il regarda attentivement la réaction de la jeune femme. Il y décela les traits du lion qui se sait battu mais ne veut pas poser le genou. Oh oui, elle avait déjà l’ego de la royauté. Une parfaite candidate. Plus il l’observait, plus il comprenait le choix de l’armure. Il attendit doucement qu’elle avale sa défaite. Il avait lui-même beaucoup changé. Il y a quelque temps, des mois seulement, il aurait montrés à cette petite qui était la bête dominante ici d’une manière peut-être trop incisive. Mais la guerre et la vie avaient fait leur effet sur le lion. Il avait appris à être chef, il avait appris à être roi. Et il y a bien des façons de gagner une bataille, parfois plus efficace que de faire parler simplement les crocs. Il fut surpris de voir à quel point elle était bavarde par contre. Elle avait sûrement beaucoup de questions. Il n’aurait pas de mal à comprendre le poids de son don. Arriver à un tel niveau seule, c’était vraiment impressionnant. Oui, il l’écouta et il vit son cosmos s’embraser. Oui, elle était la future reine qu’il attendait pour prendre sa place. Un large sourire étira le visage de celui qui ne serait plus lion.

    « - C’est un chemin long et les réponses que je vais te donner vont demander de toi des sacrifices petits. Beaucoup de sacrifice. Déjà, je suis désolé que vous ayez été traîné dans cette merde toi et les tiens, que ça soit ici ou à Mediolanum. Mais vous avez de la ressource, surtout toi. Cette énergie, on appelle ça le cosmos. Elle est présente partout mais rare sont ceux qui peuvent s’en servir. Ceux-là, on les nomme les éveillés. Ils peuvent dévier les limites de l’humanité et du monde. »

    Pour joindre l’exemple au verbe, il concentra un peu de cosmos dans son bras et ce dernier se mit à crépiter. Il se releva ensuite et une charge d’électricité commençaient à se former le long de son bras. Il laissa le courant électrique glissé de son bras à l’autre puis, il le dissipa doucement. Ça, plus sa petite démonstration de vitesse juste avant, les deux jeunes gens devaient maintenant avoir une bonne idée de qui ils avaient en face d’eux. Ils n'étaient pas contre bien embêter de répondre à toutes leurs questions… Le monde des dieux et de leurs guerriers étaient censés être secret. Même s’il avait été ici ébréché et qu’elle en faisait partie, lui par contre c’était autre chose et il ne voulait pas trop s’étendre tant qu’il était encore présent. Mais, après l’avoir de nouveau complètement noyé de question, l’un comme l’autre, le jeune garçon décida de laisser le lion et le lionceau seuls. Une riche idée, ce garçon était plus futé qu’il n’en avait l’air.

    « - Bien, c’est mieux que nous ne soyons que tous les deux. Dans les sacrifices dont je t’ai parlé, il y a celui du secret. Il y a des choses que ton ami, pour son propre bien, ne doit jamais savoir. Même si j’ai l’impression qu’il te considère peut-être un peu plus que comme une amie. Mais ce n'est pas mes affaires ça ! »

    Il rugit de rire avant de se reprendre, ils avaient posé beaucoup de questions et il ne devait pas perdre le fil et essayer de lui répondre. Mais il s’était laissé emporter par les liens de ces deux jeunes gens. S’il devait prendre en charge la formation de cette petite, et c’est ce qu’il comptait faire, il ne voulait pas faire d’elle une bête de guerre, il l’aiderait à garder les pieds sur terre et ce garçon serait un bon moyen de faire. Du moins le Pope l’espérait.

    « - Pour le reste, je peux maintenant répondre à tes questions. Je ne sais pas ce qui reste des anciens dieux ici. L’Église prend la place de ceux qui étaient là. Mais nous servons des noms comme Arès, Apollon ou Athéna. Moi, je suis le chef des guerriers d’Athéna depuis peu. Je suis toujours à moitié chevalier d’or du lion, mais plus pour longtemps. Ceux que tu as combattus, ce sont les berserkers d’Arès. Les servants de la guerre alors fatalement… Mais il faut être honnête, cette guerre est de notre fait. Après tout, Athéna, loué soit son nom, est la déesse de la guerre et de la sagesse. »

    Il marqua une pause pour qu’elle puisse déjà digérer tout ça. Il était quasiment certain que tous ces noms ne lui diraient rien et qu’elle aurait d’autres questions à propos d’eux tous. Mais il fallait bien qu’elle découvre ça rapidement, après tout, elle était partie intégrante de cette guerre, qu’elle le veuille ou non. Et encore, c’était là la version simple, il attendrait un peu avant de lui présenter le reste de la famille olympienne et les règles imposées par Zeus à sa famille dans la bataille pour l’humanité.

    « - Il existe douze armures comme la mienne. C’est disons… le pinacle des guerriers d’Athéna, les douze plus puissant, chacun sous les auspices d’un signe du zodiaque. Nous avons le même, toi et moi, nous sommes des lions. Et ces armures, qu’importe le nom qu’elles portent, sont douées d’une volonté propre. C’est pour ça qu’elles fuient une fois leur porteur mort. C’est pour ça aussi qu’elle cherche leur successeur aussi. C’est pour ça qu’elle t’a trouvé toi. Porter l’or implique un certain niveau de responsabilité, et de pouvoir aussi. Tu pourrais parfaitement aider les tiens si tu parviens à te montrer digne du choix qu’elle a fait !»

    Il sourit à la jeune femme. Oui, il aimait bien cette petite, l’armure l’avait bien choisi.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Ven 22 Mai - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyMer 13 Mai - 15:02
Ses yeux observaient le jeune homme partir, une pointe de tristesse perlant dans son regard. Toutes ses révélations se confondaient dans son esprit. Que devait-elle faire ? Où donc voulait en venir ce chef de guerre ? Ce secret, menaçait-il la vie d'Astra ainsi que les autres ? Les sourcils de la jeune femme se froncèrent derechef.

"En effet. Si c'est un secret, alors cela n'aurait pas dû arriver..."

L'idée de mettre en péril la vie de ses proches ne l'intéressait pas. Astra ne méritait pas d'être mêlé dans une guerre invraisemblable. Qu'il était difficile, de croire les paroles d'un chef d'un guerre qui prônait cette fois-ci l'existence d'une multitude de divinités païennes. Ô, Ryme était une femme particulièrement superstitieuse, tout comme les villageois de Stresa pouvaient l'être. L'idée n'était pas tant de prouver leurs existences, mais de reporter ces machinations aux volontés divines...

Un souffle moqueur s'en suivit, comme pour expirer les espoirs déçues que son cœur venait de recracher.

"Athéna...Je suppose que mieux vaut servir la Sagesse et la Guerre que le reste. Il y a beaucoup de trous du cul dans vos rangs ?" De l'une de ses poches, elle sortit un mouchoir où elle avait laissé quelques olives, qu'elle commençait à manger dans la plus grande simplicité. "L'Or et le pouvoir...Voilà des paroles très prometteuses. Ca me ferait presque rêver. Mais j'y perds quoi, en échange ? Il y a toujours un compromis, dans une négociation. J'irais où ? Serais-je vraiment en mesure d'aider les miens ? "

La tête haute, la jeune femme ne voila pas son scepticisme à l'égard des paroles qu'on venait de lui offrir. Ryme avait du mal à comprendre ce qu'il percevait en elle. Le cosmos ? Le prêtre de son village n'avait cessé de la voir comme une trouble-fête, une pécheresse. Les villageois, eux, l'appelait Miraculée comme la Bête. Aux yeux des mortels, elle n'était qu'une femme. Sa vie était dédiée à veiller sur ces parias. Sur ces ruines qu'elle pointait du menton en mâchant son dû.

"Regardez bien ces villes. Je ne parle pas de les détruire. Je ne parle pas non plus de les reconstruire. Je parle de rétablir un peu d'ordre et d'espoir pour ceux qui ont perdu foi et qui ne peuvent plus sortir de la spirale de...Arès, c'est ça ? Ou Athéna ? Je me fous que vous ne soyez pas de ce pays, "Childéric". Moi, je ne vois que ces pauvres créatures qui ont tout perdu à l'issue de ces guerres. Eux ont ma pitié et ma sympathie face à ceux qui s'improvisent juge et tête... Je suis bien portante, mais je suis comme eux. Cela ne veut pas dire que je vous autorise à me prendre de haut, mais je n'ai probablement pas la valeur que vous voulez m'accorder. Je suis une bâtarde qui veille en silence sur un lopin de terre...Alors, pourquoi me dire que je mérite l'Or ? "

Son ton, bien que ferme, sec et abrupte, ne dissimulait pas les insécurités dans lesquelles Ryme demeurait. Etait-ce un moyen de corrompre son esprit ? De la manipuler ? Ou se moquait-il d'elle ? Beaucoup s'amusaient à jouer un Lion en cage. A tendre un bout de bois, à le tapoter pour le voir sortir les crocs. C'était plus drôle et plus mignon encore avec un lionceau sans crinière. Qu'on lui portât ce genre d'attention, celle qu'elle attendait d'un bon nombre de personnes, l'effrayait quelque part. Seulement, il fallait rester forte pour faire bonne figure. Tout bas, dans ses yeux verts et plus émotifs que son comportement, résonnait sa Vérité...

"Je les ai vu. Les horreurs de la guerre. Ces bêtes immondes que nous appelons Rois, Chefs ou Empereurs. Ils viennent nous narguer et mettre le feu à nos foyers sous d'innombrables prétextes bien-pensants : une supériorité monétaire, une supériorité de rang, une supériorité de sang. Près de moi, près des démunis. Près de nous. Ils n'ont aucun pouvoir. Moi, dans tout cela, je ne suis qu'une Lionne sans couronne : je protège les miens au péril de ma Vie. Quitte à laisser éclater mon ire. Quitte à me prendre les coups. Notre survie n'est pas chose aisée, mais par chance, ma bonne étoile plane dans le ciel.

Un jour, je me suis fait un serment : Femme ou non, je poserai ma pierre à l'édifice. Je n'aime pas la société dans laquelle je vis. Romains. Goths et Byzantin. Dans les rues, les éclopés s'appellent ainsi sans distinction. On les aide parfois dans leur détresse en pansant leurs plaies. Et puis parfois, on les rue de coup pour sauver notre peau. Mais laissez moi briser vos idéaux sur ces cycles de haine, de destructions et de constructions : tous sont mes ancêtres. Mais eux sont mes ennemis.

Ces guerriers ailés sont les enfants capricieux et sadiques de ces tyrans : leur art est insouciance, prétention et soumission. Je ne peux que vouloir les dominer.
Ces guerriers sanglants sont les enfants masochistes nés du sang : leur lame, elle, ne connait rien d'autres que les maux que nous leur attribuons. Quelque chose en moi me pousse à leur porter Infortune.

Mais ces guerriers des constellations, sont-ils mes ennemis ? Je ne le sais...

Tes paroles m'ouvrent les yeux : serais-je une éveillée ? Serait-ce ma force en ce monde ? Si tel est le cas, je dois la développer. Ne serait-ce que pour chanter l'hymne des rimes indomptables.

Que sera, sera ! Je laisse cela aux mains de la Fortune..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyJeu 14 Mai - 14:18
    Lui, il avait toujours grandi dans ce monde. Il avait toujours vécu sous l’égide de la déesse, loin du monde des dormeurs. Ainsi il n’avait jamais vraiment dormi. Mais elle avait été entre deux pendants toute sa vie. Un pied dans chaque monde et au fond, vraiment dans aucun des deux. Pas pleinement lucide sur le monde ni complètement en sommeil à ce dernier. Il ne pouvait s’imaginer le trouble. Mais au moins, il pouvait le comprendre à sa propre façon. Il s’y connaissait en matière d’entre deux mondes. Pour le reste, il était normal qu’elle soit perdue et il entendait lui montrer le chemin. Il ne put s’empêcher de rire et de rugir en même temps quand elle parla des trous du cul dans les rangs. Oui, il y en avait. Moins qu’avant, mais il y en avait. Narsès en tête de ligne et le prochain des gros points d'interrogation de sa liste. Mais mis à part ça, tout dépend de ce qu’elle veut dire par trou du cul.

    « - Pas du genre des guerriers d’Arès. Enfin, il y en a quelques-uns, il y en a toujours. La guerre attire toujours ce genre d’âme avide de sang et le soldat au fond, fait couler le sang également. Mais ceux sont mes compagnons, alors peut-être que je ne suis pas vraiment objectif... Mais j'aime me dire que non. »

    Oui, il faisait partie de ces trous du cul à sa façon. Il avait pris plus de vie qu’il ne pouvait se rappeler lors de ce conflit, éveillé comme dormeur. Mais il était soldat, c’était son rôle, son devoir mais surtout, son talent. Un fardeau d’être doué pour prendre des vies. Il sourit ensuite, elle était maligne, elle savait qu’il y avait un revers à la médaille, il y en a toujours un. Ce revers-là par contre, il était de taille et il fallait voir si elle était prête à le payer. Il sentait qu’elle le serait. L’armure ne se serait pas donné tout ce mal pour rien. Mais l’or fait peur, car aussi rutilante qu’elle soit, vient avec elle un fardeau de responsabilité et de devoir. Surtout de devoir, un maître difficile avec lequel il faut apprendre à vivre au prix de bien des sacrifices. Puisse-t-elle jamais avoir à en faire autant que lui.

    « - On n’a jamais rien sans rien tu t’en doutes. L’or fera de toi l’une des guerrières les plus puissantes du monde. C’est un ordre prestigieux, avec seulement douze sièges. Mais ça, arrive son lot de devoir et de mission. Si tu parviens à porter l’or, et j’y crois vraiment, tu devras service à la déesse, tu lui devras sûrement ta vie. Tu devras garder son domaine sacré et son temple, tu devras servir dans son armée et parfois tuer pour elle. Tu devras faire tout ça par devoir, non pas obligation. Le faire parce que tu crois à la cause qu’on sert ! La cause de l’humanité. Une cause qui parfois, implique de se salir des mains, qui implique des sacrifices, mais au final, toujours au nom du plus grand nombre. »

    Pour le reste il se contenta d’avancer vers elle de quelques pas. Qu’elle puisse sentir le lien que l’armure voulait tisser. Oui, elle n’était qu’une petite à moitié réveillée qui veillait sur les siens. Mais c’était là le terreau fertile de l’or. Mais il pouvait comprendre le doute, surtout quand on a les yeux encore lourds du sommeil et qu’il manque la petite impulsion pour les ouvrir. Il ne restait qu’à lui de faire d’elle l’éveillée qu’elle était destinée à devenir.

    « - Parce qu’il faut des années d’entraînement et de vie à des hommes et des femmes pour arriver à seulement un quart de ta puissance actuelle. Que tu as l’âme d’une lionne et le pouvoir de l’or. Que l’armure t’a choisi et que je vois en toi ce que je veux voir dans l’armée que je vais devoir commander. Parce que tu vas pouvoir devenir une sœur qui veille, toujours en silence mais cette fois sur le monde ! Mais il te reste du chemin à faire avant tout ça et l’entraînement sera rude. Il faudra t’y préparer. De même, tu ne pourras plus jamais avoir le même rapport avec les tiens. Tu seras l’ombre qui les protège, mais ils pourront être utilisés contre toi, il te faudra les protéger alors de ça, et même de toi...»

    Il eut du mal à dire ses mots sans vraiment laisser exprimer une part de son trouble, il avait fait ce genre de sacrifice lui. Il ne savait pas s’il valait la peine mais il n’avait pas d’autres options. Il savait que c’était pour le bien de tous, sauf pour son bien à lui et on peut parfois devenir très égoïste dans ce genre de situation…



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11


Dernière édition par Childéric le Ven 22 Mai - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyVen 15 Mai - 4:18
Les bras croisés, seul l’œil de la jeune fille dardait l'Or de son Armure. Ryme pouvait déjà le ressentir. Un étrange lien se créaient entre elles. Alors que ses yeux se fermaient, elle en eut la certitude. Un vrombissement, fut-il léger, résonnait de paire avec les battements de son cœur. C'était un appel. Cela ne faisait aucun doute. Toutefois, quelque chose l'empêchait encore de sentir toute l'intensité que détenait l'éclat doré de cette armure. Ryme devina sans mal qu'elle n'était pas encore prête. Que le chemin serait long, et que son futur actuel était peut-être bien plus hasardeux encore que celui que lui présentait Childéric. Dans tout cela, ses doigts se portèrent sur sa chemise un peu chiche, pour l'en froisser de quelques plis amers.

Cet acte, pour seule hésitation.
Athéna pensait-elle comme cet homme, qui lui vendait ces principes ?

"Que je sois une femme n'a donc pas d'importance dans votre armée...Et ces autres personnes, elles seront comme moi, non ?" Pour celle qui appréciait briser certaines règles incrustées depuis des années, cette liberté était assez flatteuse. Ici, sur ce champ de bataille ou ailleurs, elle n'était rien. Et ne pourraient être que l'un de ces chats de rue luttant sans relâche contre une tempête bien trop grande pour elle. "Enfin, j'imagine que j'aurais toujours à faire mes preuves, cependant...Non pas que la difficulté m'ait effrayé un jour. Je n'ai jamais eu peur de me salir les mains, ni même de sacrifier certaines choses. Surtout depuis que j'ai acquis ce..."cosmos". Quelque part, j'ai l'impression que cela m'a automatiquement mené à vous."

Ni même l'idée de perdre la vie. Après tout, Ryme vivait dans la peur depuis que le meurtrier de son village avait essayé de la sacrifier au nom d'une obscure entité. Mais cette peur -camouflée sous ses allures de petites frappes- était aussi un moteur dont elle se savait déjà détentrice depuis plusieurs mois. Se salir les mains était une chose bien commune en ce bas-monde, mais dans les paroles de Childéric, régnaient un point important. Protéger la Foi, protéger cette humanité. N'était-ce pas imposer un ordre qui manquait cruellement à ce pays ? Leur vie n'était que cycle. Un cycle déglingué, une mascarade trop souvent oubliée. Eux n'auraient de repos que lorsqu'une stabilité sera fixée par le destin.

Il y avait dans ce discours de quoi lui donner une raison à le rejoindre. Plus encore lorsque Ryme songea de nouveau à sa situation, sans grande joie apparente...

"De toute façon, je n'ai nul part où aller, désormais. Mon père était censé me retrouver ici, mais...Eh bien, ce sont des ruines maintenant. J'ignore même pourquoi il m'a demandé de venir en plein milieu d'une guerre. Enfin, il n'y a que moi pour tomber dans ce genre de situations compromettantes. Quant à mon village..."

La jeune fille soupira. Devait-elle aller jusqu'au bout de ses explications ? Sa gorge continuait à se serrer à l'idée qu'on ait peut-être bien voulu la voir morte, ici-même. Ou était-ce un pur hasard ? Peu importait, aurait-elle voulu dire. Mais pour celle qui ne connaissait que la romance que lui avait conté sa défunte mère. Un simple passant dans sa petite ville qui aurait inspiré son nom si peu du pays. "Ryme". C'était là une autre énigme que l'Italienne désirait lever...

"Vous pensez que je serais capable de retrouver quelqu'un, si jamais je venais chez vous ? Disposerais-je d'un peu de liberté, juste pour cela ?" Elle passa une main dans ses cheveux, tenta tant bien que mal de se faire entendre. Son ressenti ne relèverait probablement d'aucune , mais pour elle, c'était une condition absolue pour ne serait-ce que songer à rejoindre leur rang. Les autres existaient. Mais elle aussi. "J'ai le pressentiment que les personnes que je recherche sont comme moi. Peut-être sont-ils même de votre ordre...Je n'en sais rien. Mais j'ai aussi mes raisons de penser à croire que l'un me pousserait à vous rejoindre sans quoi je serais condamnée d'ici quelques mois, ou quelques années. Et l'autre...Eh bien, difficile à dire."

La question n'était pas innocente. Poursuivre des chimères n'aurait pas été très loin de la vérité. Et pour autant, elle pressentait que rester parmi les plus démunis ne l'aideraient certainement pas à changer le Monde. Ou, tout du moins, à devenir en devenir l'une de ses actrices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyMar 19 Mai - 19:19
    C’était une question importante qu’elle posa là. La différence de traitement entre les hommes et les femmes… Le chevalier d’or du lion ne faisait pas grand cas de figure des différences de genre. Il avait, dans sa vie, croisé des guerrières plus forte que lui, plus forte que bien de soldat qu’il avait pu lui même affronter. Il avait croisé des guerrières qui faisaient leur devoir aussi bien, si ce n’est mieux que certains hommes. C’était, pour lui avant tout, un jeu de qualité personnel plutôt que de genre. Mais il était Pope maintenant, plus simplement chevalier du lion. Il avait d’autres responsabilités vis à vis de ce questions et avaient sur ses épaules le poids de nombreuses traditions. Tradition dont il était le garant. Tradition qu’il devait faire respecter comme une autre partie de son devoir et de ses responsabilité.

    « - Il y a des différences entre hommes et femmes oui. Tu devras porter un masque qui ne laissera voir ton visage qu’à un poignet de personne. Ce sera le symbole de ton honneur et de ta fierté de guerrière, alors que les hommes, comme tu le vois, n’ont pas besoin de ça. Mais c’est la seule différence qui existe dans notre ordre. Après, il a toujours, comme tu dis, des trous du cul, mais dans l’ensemble, les choses se passent bien ! Nous servons une femme alors, il serait idiot de leur part de râler trop fort ! »

    Après avoir rit un peu, l’ancien lion sourit. Il était content qu’elle ait pris conscience de l’appel. Peut-être que parler avec lui avait permis à la jeune femme de mettre des mots sur des choses obscures qu’elle ressentait depuis toujours sans jamais savoir ce qu’il en était. Oui, elle était une élue il fallait juste qu’elle attente à son tour et que lui, abandonne l’armure du lion. Qu’il l’abandonne ou qu’il meurt au combat. Il y a eu toujours quelqu’un pour continuer la légende et porter les armures. Combien de ces élus étaient là dans le monde, à attendre leur tour, prêt à remplacer les amis du Pope ? Cette pensée l’attrista un peu. Mais il chassa vite ça de ses pensées. Il avait trouvé une prometteuse guerrière pour l’ordre, une personne qu’il sentait digne de porter son armure quand il ne pourrait plus. C’était une bonne chose, il fallait s’arrêter à ça et voir le positif dans cette obsolescence programmée des guerriers sacrés…

    Il écouta la suite de son histoire. Il y avait quelque chose de tragique derrière tout ça, plus qu’il ne l’avait deviné. Elle devait retrouver quelqu’un et elle avait tout abandonné pour ça. Mais elle n’avait rien trouvé. Peut-être parce qu’il n’y avait rien à trouver ou simplement parce que la guerre avait pris son tribut. Sûrement… Mais c’était cherché une aiguille dans une botte de foin. Enfin, il pouvait bien lui permettre de l’aider à retrouver sa famille s’il pouvait. Son père n’était certainement pas un éveillé pour faire venir sa fille ici en pleine guerre… À moins que tout ça ne soit vraiment l’objectif, de la faire venir là pour provoquer le destin et les rencontres. Pourquoi tout est toujours aussi compliqué quand il s’agit de destin et d’élu divin ? Pourquoi ne peut-on pas vivre tranquillement ces partis de nos vies qui ne regardent que nous…

    « - Tu pourras oui. Je peux te promettre ça. Tu pourras continuer de chercher ton père et ta famille. Si tu as des personnes que tu veux garder près de toi, tu devrais pouvoir les prendre à ton service. Pour le reste, soit ton père n’en avait rien et il s’est fait prendre au piège de cette guerre d’un monde qui ne le concernait pas. Soit en effet, il voulait que cette rencontre ait lieu. À voir si tu vois là le fruit du hasard ou justement, une réponse à l’appel et au destin. À toi de voir ce que tu veux faire… mon apprentie ! »

    Et cette fois, il ne peut s’empêcher de rire à gorge déployé. C’était étrange pour lui de parler ainsi de la jeune femme. De la qualifier d’apprentie. Il avait fait le choix de ne pas en prendre car il ne voulait pas transmettre le vice de la bête des crocs du lion mais il avait l’occasion de faire quelque chose de différents ici. De faire les choses biens ! Elle était une pierre brute qu’il n’avait qu’à tailler et il pourrait tailler des crocs sans la damner. Il le devait faire en sorte que la bête meure avec lui !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyDim 24 Mai - 0:00
Cette conversation devenait de plus en plus étrange. Ryme n'arrivait toujours pas à comprendre ce retournement de situations. Comment avait-elle pu passer du statut de chat de rue à celui d'apprentie ? Et pas n'importe laquelle non. Une apprentie d'un Illuminé revêtant une armure trop brillante sur le dos. La situation lui parut particulièrement cocasse. Et pourtant. Quelque chose en elle lui soufflait la réponse, comme une évidence à peine dérogeable. C'était une opportunité en Or. Un moyen de quitter ces rues. Un moyen d'avoir une influence sur l'après-guerre. Un moyen de garder suffisamment l'anonymat pour espérer ne pas voir ses chevilles gonfler. Ou juste un peu. Naître en tant que femme aurait tôt fait de lui rappeler la triste réalité. Ne serait-ce qu'avec la fameuse loi du Masque, qui portait déjà les premiers signes de l'incohérence. Expressive, les traits de la jeune femme se figèrent en une expression enflammée, puis se figèrent, se perdirent, avant de tout simplement s'envoler dans ses paroles abruptes...

"Ouais mais fierté ou non, je vais devoir me taper un masque nuit et jour. Pff, heureusement que j'aime les défis..."

Ce que Ryme ignorait encore, c'était l'amour et la fierté qu'elle porterait pour son masque deux ans plus tard. A raison. Il serait le symbole d'un rituel dont elle seule aurait le secret... Le reste, ce ne serait qu'un simple aspect esthétique et une question qui attirerait bien trop de philosophie et de plaintes à son goût. La simplicité et l'efficacité primeraient pour ce petit brin de femme.

"Elle est comment, la Déesse ?",lâcha-t-elle en réprimant l'idée de lui montrer l'intérêt qu'elle commençait à porter à cette affaire de services et "saint devoirs". Au loin, Astra haussa la voix, comme pris dans un malentendu ou dans un début de conflits. Cela interpella brièvement la jeune fille, qui, distraitement, partagea pourtant un début de réponse à Childéric. Il fallait qu'elle se concentre... "Si...je garde un peu de liberté et que je ne suis pas amenée à être une bonne sœur dans un couvent, et si ça m'aide à découvrir ce truc qui me colle à la peau, je suppose que..."

Ryme ne termina pas sa phrase. La dispute au loin sembla s'envenimer et les citadins, se pousser légèrement. Entre les découvertes d'un autre monde et la vision de son ancien ami en danger, l'Italienne n'en pouvait plus. D'un geste, elle signifia à Childéric qu'elle reprendrait cette conversation d'ici quelques minutes. Elle serra les dents, courut en direction du marchand et le plaqua au sol, sous les yeux effarés de son ami.

"Ryme ! Qu'est-ce que tu fais ?!
- Bah, tu vois pas ? Je le tabasse. Et bordel, je suis crevée mais j'ai besoin de me défouler...Je t'explique quand je peux. Là je m'empêche de gueuler, du coup je frappe ce que j'ai sous la main. Puis il m'agaçait de loin.
Puis le regard de la jeune fille retomba sur Childéric, lequel eut le droit à un charmant sourire, l'un des plus brefs et cordiaux que la Joue Crasseuse eut pu lui accorder. "Un instant je te prie !"

Son sourire retomba derechef et ses poings reprirent alors leurs danses sans grâce. Astra ne put s'empêcher d'hausser un sourcil dans son incompréhension. Il se tourna alors automatiquement vers le Chevalier, un air suspicieux planant dans le creux de ses prunelles. Que s'était-il passé durant son absence ? Comment Childéric avait-il fait pour la frustrer à ce point ?

"Tu lui as dit quoi, pour qu'elle ait ce genre d'envies ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyDim 24 Mai - 20:25
    Visiblement, elle réfléchissait grandement à cette question de masque. Il était vraiment qu’il ne s’imaginait pas passer sa vie derrière un masque… mais il devrait aussi porter un objet du genre quand sa future apprentie porterait le sien. Pour le moment, il n’avait pas la moindre idée du sort que le destin avait pour lui. Il ne se tromperait plus sur sa destinée. Mais il serait Pope un jour. Dans une année ou presque il prendrait la place d’Arkites. Et après, il porterait aussi le masque. Non pas par obligation, mais parce qu’il sera pour lui un outil pratique. Symbole de son pouvoir et de son autorité. Symbole de son détachement vis-à-vis de ceux qu’il a côtoyés et surtout, symbole des secrets et des mensonges qu’il devra proférer. Mais pour le moment, oui, il ne comprenait pas vraiment le trouble du masque. Alors il essayait de trouver les mots.

    « - Pas jour et nuit. Tu pourras l’enlever pour dormir. Tu pourras face à ceux que tu choisiras. En tant que maître, je ne sais même pas si je peux en faire partie, mais il faudrait que je relise les petites lignes du contrat, cette partie ne m’a jamais vraiment concerné alors... »

    Ça ne l’empêcha pas de rire de son rugissement. Il voulait, à sa façon, détendre l’atmosphère. La question suivante lui arracha un large sourire. Comment était la déesse ? C’était difficile à décrire… Il se souvenait de toutes les fois où il l’avait vu et en même temps, certains de ces souvenirs étaient flous. Il se souvenait des mots qu’elle avait eus pour lui lors de la bataille de Jamir, lors de la mort d’Orion au Sanctuaire, après, au début de la guerre. Elle savait trouver les mots et elle avait un rêve qui valait presque tous les sacrifices. C’était une question simple et pourtant, il était si difficile pour lui d’y répondre simplement. D’y répondre surtout, pour que quelqu’un qui n’avait jamais croisé le chemin de la déesse aux cheveux d’ébène pourrait comprendre.

    « - C’est difficile à décrire mais… elle représente un rêve, un idéal. Elle est le monde meilleur fait de chair et de sang. Oui, c’est quelque chose qui est difficile à expliquer tant qu’on n'a pas posé les yeux sur elle. Tu comprendras rapidement, jeune apprentie. Oui, je pense que ce sont des mots qui rendent justice à ce qu’elle représente. Elle est le rêve devenu réalité. »

    Il avait peut être été un peu emporté par la passion quand il avait pris le temps de répondre à la question mais, après tout, il était un guerrier sacré de la déesse et il croyait en cette dernière et au rêve qu’elle avait pour l’humanité. Il sourit pour le reste à la jeune femme. Sa situation n’aurait rien à voir avec celle d’une none dans un couvent, quand elle porterait l’or à sa place, elle serait respectée et elle jouirait de nombreux privilèges. Bien qu’elle doive aussi s’acquitter de ses devoirs et ces derniers sont souvent très douloureux, mais ô combien nécessaire ! Du coin de l’oeil, il avait vu la rixe éclater entre les locaux et l’ami de la jeune femme. Elle s’élança alors rapidement vers le dit marchant, qui était aux prises avec le jeune homme le plaqua au sol et… commença à lui cogner dessus.

    Il poussa un profond soupir et s’avança à son tour vers l’affaire. Il serait intervenu directement en temps normal mais il voulait voir jusqu'où la jeune fille irait. C’était un bon moyen d’apprendre des choses sur les gens. Il la regarda frapper et elle connaissait son affaire. Oui, elle bougeait bien, savait où frapper et comment tenir son adversaire au sol.

    « - Oh, trois fois rien. Vraiment ! Je suis sûr qu’elle m’aime bien ! »

    Et après avoir rit une fois de plus, il fit un pas en avant et souleva la jeune femme par le col de ses vêtements. D'aucuns y verraient là un lion portant son lionceau par le cou, mais il s’agissait là surtout de sauver les restes sanglants du visage du pauvre malheureux.

    « - Première leçon, on tabasse que les méchants, et lui, il n’a pas l’air très méchant ! Peut être un peu idiot, mais pas méchant ! »





“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyLun 8 Juin - 3:27
La Sagesse. Un rêve devenu réalité. Ce n’était pas une notion très aisée à appréhender seule, et encore moins de l’imaginer personnifiée en une déesse. Sans pour autant nier son existence, Ryme savait que le Monde ne tournait pas toujours selon ses règles. Les facteurs externes jouaient bien souvent en sa défaveur, et elle n’était pas certaine que la victoire à Mediolanum fût particulièrement réjouissante. Néanmoins, ce qu’elle savait, c’était que l’arrivée d’un Chevalier d’Or avait sauvé sa vie, ainsi que celle d’Astra…

Mais la Sagesse n’était toujours son fort. Ryme l’oublia volontairement quelques secondes pour passer ses nerfs et s’amuser un peu, dans les rues. Et elle tapa. Enchaîna les coups. Ses poings n’étaient pas là pour déformer le pauvre homme, mais ils avaient le mérite de calmer le malheureux. Dans sa rage, elle aurait certainement continué sa petite affaire si ça n’avait pas été pour Childéric, et la poigne qu’il avait sur son col. Sans comprendre ce qu’il se passait, la jeune femme se tendit en sentant son corps quitter le sol. Sa voix finit par percer l’atmosphère.

« Aaaaaah lâche-moi ! Ce type est un sale escroc !»

En se débattant, ses pieds retombèrent finalement sur le sol. Elle ne sut néanmoins si ce fut le fruit de ses efforts pour regagner le sol, ou si Childéric lui avait de nouveau cédé ce droit par simple clémence. Autant le prévenir de façon explicite afin qu’il ne recommence pas : elle lui jeta un dernier regard noir, avant de reporter son attention vers son ami.

Si Childéric lui avait bien tout expliqué, sa vie allait changer, et avec elle, tous les contacts qu’elle s’était fait le long de sa vie de petite criminalité. L’idée de ne plus revoir l’ensemble des personnes avec qui elle avait œuvré pour lutter contre la misère lui serrait le cœur. Pourrait-elle leur proposer de venir avec elle, de l’accompagner ? Quelque part, leurs réponses ne faisaient aucun doute. Ils avaient encore le village à protéger. Et puis, des serviteurs ? Ce serait aller à l’encontre de ses croyances. Par conséquent…Cela signifiait certainement que leurs chemins se séparaient. Temporairement, tout du moins. Son masque d’indifférence céda finalement sous le poids des observations et des réalisations combinées. Au même moment, la jeune femme enlaça brusquement son jeune ami avec une tendresse pour le moins révélatrice.

« Astra… », souffla-t-elle, calculant ses mots soigneusement. « Je tenais à te remercier, pour m’avoir soutenu toutes ces années. J’aurais…J’aurais fait plus de chemin avec toi, si j’avais pu. Mais je crois avoir trouver ma route » Noyée dans ses doutes, Ryme eut du mal à aligner adroitement la vérité qui s’était forgée dans sa cœur. A révéler le chemin qu’elle avait pris. « J’ai pris ma décision…Je pars. Je pars, mais pas pour rester en Italia...Non. Je pars plus loin. Là où je pourrais comprendre certaines « choses », me battre pour vous directement et découvrir…Ma véritable nature. Celle de la deuxième Bête qui faisait si peur au prêtre Aerius. Pour savoir aussi pourquoi je me suis sentie si différente pendant si longtemps… Bien sûr...Il faut tout d'abord que je fasse mes preuves, et peut-être seulement, nous serons en mesure de nous revoir comme avant. Tu dois me croire...»

Le long silence qui s’en suivit la bouffa littéralement. Lui en voulait-elle ? Avalant sa salive, Ryme se concentra sur les battements de son cœur, à défaut de pouvoir faire retomber la pression qui montait crescendo dans son cœur.

« Il n’y a pas de problèmes, Ryme… Mais seulement si tu reviens nous voir. Le Croc va nous manquer. A moi aussi. Tu le sais. »

Quand son regard recroisa le sien, un sourire s’esquissa sur ses lèvres... Tendrement, Ryme continua de serrer le jeune homme dans ses bras, sans aucune forme de pudeur.

« Bien sûr…Je reviendrais rendre visite à Stresa, notre village. Un jour. Je ne sais pas quand. Mais un jour, c'est certain ! Je te le promets. »

Ryme termina par se détacher de ses bras, le cœur plus léger. La jeune fille avait désormais la certitude de ne pas avoir abandonné son passé pour autant.




[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyJeu 11 Juin - 2:33
    Il échangea un clin d’oeil avec le garçon pendant qu’il reposait la jeune femme qu’il venait de soulever comme si de rien était. Il avait du mal à se retenir de rire, mais il voulait garder un petit semblant de sérieux dans cette histoire. Après tout, il donnait là sa première leçon à sa toute nouvelle apprentie. Le temps qu’il la repose, le marchand avait eu le temps de filer sans demander son reste et il répondit à son regard noir par son plus charmant sourire. Un sourire amusé qui se musa en sourire d’émotion sincère quand il observa la jeune femme et son ami. Il se sentait un peu de trop dans ce moment et fit un pas en arrière pour leur laisser un peu de temps. Il ne pouvait aller trop loin, mais il ne voulait pas être de trop. Il voulait qu’elle garde ses liens lors de son enseignement, ça lui serait utile pour devenir une lionne et non une bête.

    Alors il écouta ses adieux déchirants et il se dit qu’il ne pouvait pas laisser ces deux jeunes hommes comme ça. Elle aurait droit de le revoir, mais les choses ne seraient plus jamais comme avant. Si elle partait comme ça, ce qu’il y avait en eux, quoi qu’il y ait entre eux, prendre un tout autre aspect. Il pensait à sa propre histoire et non, il ne pouvait pas vraiment laisser passer ça comme ça. Après tout, il était chevalier d’or, et avec ce grade venait aussi plusieurs avantages non négligeables. Et il pouvait faire quelque chose pour eux, alors il allait le faire. Il refit un pas en avant, pour se rappeler au souvenir des deux jeunes gens et reprendre la parole.

    « - Eh bien, tout ce que tu as dit est vrai Ryme. Et tu ne seras pas la seule bête où nous allons, crois moi, ils en ont vu d'autres ! »

    Ils étaient maintenant complètement seuls, grâce au petit coup d’éclat de son apprentie et il pouvait faire cette petite démonstration sans risque de briser les commandements de Zeus. Il appela donc un fragment de son cosmos et les deux jeunes gens pourraient voir les yeux du lion devenir ceux de l’animal qu’il représente et son cosmos se faire plus animal, plus féroce, comme si une bête se trouvait en leur présence. Cette créature disparut aussi vite qu’elle était venu mais qui de mieux qu’un fauve pour en comprendre un autre ? Puis, il leur adressa de nouveau un sourire

    « - Techniquement, tu seras mon apprentie. Tu arrives tard, tu arrives vieille par rapport aux autres et surtout, tu arrives choisi par un chevalier d’or. Alors tu vas en chier, mais tu auras un bon professeur ! Enfin, c’est pour autre chose que je te raconte tout ça. Tu vivras sûrement dans le temple, avec moi et les chevaliers d’or ont le droit d’avoir des… suivants. Pas vraiment des serviteurs, enfin, ça peut, mais des gens qui vivent avec eux pour les aider. Faire la guerre, on ne dirait pas mais ça prend du temps. Alors tu ne peux pas faire venir Astra avec toi mais… moi je peux. Tout ce qu’il aura à faire en échange, c’est sûrement un peu de lessive et nettoyer les sols. Quelque chose comme ça ? »

    A vrai dire, il n’était pas de ceux à avoir des suivants. Son maître n’en avait jamais pris et, pas peur de la bête, il n’en avait pas pris non plus. Mais il s’en sortait extrêmement bien avec cette malédiction. Il avait trouvé son propre moyen lutter contre tout ça, il opposait à la bête la force ses liens. Il avait l’occasion d’en tisser de nouveau et surtout, de protéger la petite de tous ces problèmes à venir. Il ne voulait pas briser trop brutalement son monde, elle aurait suffisamment de mystère à surmonter durant l’enseignement. Elle était déjà forte, très forte, elle devrait être formée. Formée avec une destinée bien précise : celle de prendre l’or du lion. Il ne savait pas combien de temps il lui restait et il voulait pouvoir transmettre le plus possible de chose à sa pupille tant qu’il le pouvait encore. S’il pouvait savoir, sur le moment, qu’il ne porterait pas son armure beaucoup plus longtemps, mais qu’il la rendrait, non pas dans la mort mais pour un devoir bien plus grand, il aurait éclaté de rire. Mais là, il se voulait plus ou moins sérieux, du moins, autant qu’il pouvait l’être dans ce moment si particulier.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu1800/1800[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge1200/1200[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune1650/1650[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyMer 5 Aoû - 23:13
Ryme ne désirait pas quitter son meilleur ami, son partenaire de crime. Pas maintenant. Pas encore. Ils avaient traversé tant d'épreuves ensemble. Et pour autant, la vie en décidait autrement. Elle donnait un nouveau sens au chemin qu'elle devait prendre aujourd'hui. Vivant pour toutes prétentions, née de rien, la future Lionne savait qu'elle devait avancer, se sortir de cet enfer vivant pour seulement espérer faire entendre sa Voix. Cette guerre ne marquait pas la fin. Mais quel genre d'enseignements l'attendait, maintenant qu'elle avait accepté le prix de l'Or ? Elle n'en savait rien. Mais les traces invisibles qui nimbaient son cheminement ne réduisait pas sa volonté. Elle serait la preuve vivante qu'en partant de rien, on pouvait s'affranchir des règles trop étouffantes. Les yeux pleins de défis, la jeune femme fit part de son assurance, fanfaronne. Ces apprentis et cette vie difficile que Childéric lui promettait ne l'effrayait nullement.

"Tu parles que je vais en chier. Je suis à peu près certaine que la nuit venue, ils pleurent encore sur des choses triviales. Ils ne me font pas peur ! Ce ne sera qu'une question de temps avant que je ne m'impose."

Etait-elle un peu peste ? Oui. Mais rien qu'un chouia. Cela, Ryme ne le contestait nullement. D'un autre côté, si ses attentes se portaient vers des futurs confrères capables d'autant de prouesses que les siennes, elle était persuadée qu'un jeune apprenti n'ayant pas connu ce qu'elle avait vécu manquait d'indépendance, de discernement ou alors...De débrouillardise ? Seul le futur saurait confirmer ses doutes. Elle n'avait pas envie de passer ces prochaines années toute seule, sans aucun soutien du pays. Alors, la jeune paysanne s'était préparée au pire.

"C'est vrai, il peut ?"

Visiblement, cette journée était pleine de rebondissement. Passant de la colère à l’incompréhension, de l'incompréhension à une forme de joie, Ryme termina finalement sur une note de remerciement.

"Oh eh bien...merci ?"

Peut-être que cet homme n'était finalement pas un sombre connard. Ou pas tant que cela. Silencieuse, encore coite face aux concessions que venaient de lui céder son futur maître, ce fut au tour d'Astra de prendre la parole. Ce dernier ferma le poing, et éclaircit sa gorge pour délivrer sa réponse.

"...Elle va me faire la gueule si je n'accepte pas alors...Disons oui. Mais, si je puis me permettre...Vous savez, à la place de laver le sol et la lessive tous les jours, même si je ne doute pas de mes talents féminins cachés, j'ai peut-être d'autres choses à vous apporter."Un sourire goguenard étira ses lèvres, pas le moins du monde gêné par la proposition de lavandière que venait d'évoquer Childéric, bien au contraire. "Ryme et moi, on a pas mal voyagé dans le coin. On a aussi rencontré du monde, pas les plus fortunés certes, mais capables de se soulever en cas de guerre dans le pays et de s'organiser. Moi, je suis le fils d'un chef de village. Je sais lire, écrire et accessoirement, je connais bien le pays. Si ça peut vous être utile..."

Quand bien même Ryme avait plus de sang froid et ces étranges capacités, cet étrange "ange gardien" au-dessus d'elle, il lui arrivait d'être plus sérieux. A ce moment-ci, c'était lui qui effectuait les négociations, lui qui s'arrangeait des trajets qu'ils devaient exercer avec Ryme.

"Cela ne me dérange pas de rester auprès de mon amie. Mais de temps en temps, dans le futur, si vous me le permettez, j'aimerais revenir ici pour m'occuper de certains soucis. Entre villageois." S'éclaircissant la gorge, le jeune homme poursuivit avec plus de convictions son discours. "Ryme et moi, on ne pourra pas se passer de garder un œil sur nos affaires actuelles. Ca a été notre devoir, de piller et de donner à manger aux nécessiteux."

Ils avaient œuvré depuis quelques mois maintenant pour faire front aux nécessités de la guerre. Détourner les cargaisons nécessitaient de savoir coordonner ses missions d'une main de maître. Les conflits ne s'arrêteraient pas de sitôt en Italia et un bon nombre de villageois continueraient à crier à l'aide, à mourir de faim. Il fallait donc agir à plusieurs. Quand on le pouvait.



[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-bleu260/260[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-bleu  (260/260)
CP:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-rouge330/330[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-rouge  (330/330)
CC:
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] G-jaune216/216[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] V-jaune  (216/216)
Message Re: [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]   [Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] EmptyVen 4 Sep - 0:18
    Il eut un sourire amusé adressé à la jeune femme quand elle fanfaronna sur l’entraînement et ce qui l’attendait. C’était bien pour elle qu’elle se gorge de son orgueil. C’est souvent le propre du lion d’agir de cette façon. Mais elle ne sait pas dans quel merdier elle s’avance. Les souffrances et la violence qui vont naître de ces quelques mois d’entraînement. Oh, il ne faudrait pas grand-chose pour la former correctement. Elle avait déjà développé seule et naturellement la plus garde partie de ses pouvoirs. Mais c’est sûrement ça qui lui rendrait la vie difficile. Ca, et le privilège d’être l’apprentie de l’or. Au moins, elle pourrait se mélanger aux autres et vivre une vraie vie d’apprentie, contrairement à celle que lui avait vécu. Il ne ferait pas d’elle la solution à son problème et le prochain maillon d’une chaîne voué à être brisé. Il avait cassé ce maillon et il serait le dernier. Les crocs qu’il léguerait ne seraient pas ceux qu’on lui avait confiés. Il avait reforgé ces armes et en ferait cadeau à Ryme.

    Les petits remerciements qu’elle lui adressa quand il parla de ce qu’il pouvait faire pour Astra lui arracha un rugissement de rire. Il y avait quelque chose de tout naturelle dans sa réaction et fatalement, c’était encore une petite fille qu’on privé de son seul lien avec ce qu’elle avait toujours connu. Puis, il suspectait que, d’un côté ou de l’autre, il y avait un peu plus que de la simple amitié entre ces deux-là. Mais cette histoire ne le regardait pas. S’il pouvait juste empêcher sa disciple de souffrir du mal du pays en plus de tous le reste et bien, prendre un serviteur, bien que ce fût contraire à ses habitudes ne l’embêtait pas trop. Un nouveau sourire amusé éclaircit le visage du guerrier d’or quand se fût au tour du dit garçon de prendre la parole. Il semblait avoir quelque chose à redire quant au programme que je lui ai promis !

    Et visiblement, avec le sourire mutin sur son visage, il avait quelque chose d’autres à offrir. Quelque chose dont il était si sur, qu’il attirerait l’attention d’un chevalier d’or, guerrier aux capacités étranges qu’il ne connaissait pas bien, mais qui pourrait faire de lui un atout pour ce genre de personne. Childéric était donc assez curieux de voir ce qu’il avait à raconter. Il était mignon. Pour le moment, c’était un atout à la valeur militaire quasi nul. Il n pourrait soulever personne pour lutter contre une armée, peut-être quelques enfants des rues qui se ferait balayer assez facilement par un groupe de mercenaire, sans parler de soldats impériaux ou encore de guerrier nordique. Mais plus tard… Oui, elle comme lui, tous les deux étaient des investissement sur le temps. C’était peut-être ça que Bélisaire avait vu chez Théophilius jadis…

    Childéric passa sa main dans sa barbe l’air songeur. Pour le moment, oui, il ne servirait à rien et il courrait plus de risque à rester ici qu’à vagabonder dans les villages italiens comme il voulait. Puis, il faisait le bon seigneur de concéder sa liberté pour son amie. De lui ou d’elle, lequel des deux avaient la fierté la plus mal placée ? C’était une question à laquelle il n’avait pas de réponse pour le moment mais il était certain de pouvoir la trouver rapidement. Il fit semblant ensuite d’hésiter un petit temps après qu’il fut fini de parler et il taper alors dans le dos du jeune amicalement.

    « - Bien, vous allez donc venir avec moi tous les deux. Entre deux séances de nettoyage de sol et de lessive, je dois pouvoir m’arranger pour qu’on te forme un peu à ce qu’il te manque. On a une bonne académie militaire au Sanctuaire et je suis sûr que c’est le genre de chose qui pourrait t’aider dans vos affaires. »


    Il tendit finalement sa main au jeune homme. Le marché était déjà entendu avec Ryme quelques instants avant. Lui qui avait passé beaucoup trop de temps seul, il était d’avance fatigué de voir son temple ainsi agité par l’arrivée de ces deux tornades.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Septembre 551]Dans le ciel matinal, des nuages pourpres[PV Childéric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: