Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyLun 4 Mai - 22:55
Il lui semblait qu’une éternité la séparait de sa dernière venue à Rome. Et pourtant, cette errance à la recherche de réponses n’avait durée que quelques mois, marchant de routes en routes, villages en villages, pour percer un secret qui ne lui était pas encore venu. Mais maintenant que ses ailes étaient revenues, plus blanches et immaculées qu’autrefois, Rowena avait ressenti ce besoin de… rentrer ? Même s’il ne restait que des ruines de la Tour des Vents, ce lieu avait été pour elle une maison, un sanctuaire protecteur où les rayons du Soleil l’avait aussi bien puni que protégé. La mélancolie suivait ses pas aussi surement que la culpabilité de n’avoir pas su sauver les siens. Mais qu’aurait-elle pu faire, si tout cela était la volonté d’Apollon ? Elle n’était qu’une ouaille, qui devait croire et avoir confiance en cette volonté supérieur : celle que le cycle allait reprendre et que les révélations viendrait en temps voulu. Cela n’en rendait pas moins l’errance difficile, avec ce goût d’inachevé qui ne semblait pouvoir se combler. Alors il lui fallait reprendre la route, séduire le regard des Muses qui avaient été ses guides pour lui rendre ses ailes et son pouvoir. Quelque chose se tramait, à n’en pas douter, mais seule… oui seule, la jeune femme n’avait guère de chance. Elle se demandait, au cours de ses longues heures de voyage, dans quel état serait la ville ? Qu’est-ce qu’elle trouverait là bas, qui pourrait aider à ramener sur le monde la main implacable mais bienveillante du Soleil ? Les voix par delà le voile, pour elle qui marchait le fil, n’avaient pu apporter plus de réponses pour calmer les questions.

Pour réponse, sa route serait donc celle de Rome. Vers les ruines d’une autre vie.

Le jour est sur le déclin lorsque Rowena, Aven et son fils Edan approche d’un petit village, assez grand pour posséder une auberge, mais bien trop petit pour être considéré comme ville et garder le mystère sur de potentiels étrangers en vadrouille. Peu importe, ils ont l’habitude, tous les trois. « Nous avons fait une longue route, un peu de repos nous fera du bien. » Elle acquiesce aux paroles de son ami, rendant un sourire agréable à l’idée de se reposer un peu. Il est vrai qu’ils n’ont pas eu beaucoup le temps de se reposer depuis qu’elle a fait le choix de reprendre la route de Rome. Elle l’en a d’ailleurs beaucoup remercié de continuer sa route en sa compagnie, même si rien ne semblait les lier au premier abord.

Ils passent tous trois la porte de l’auberge, dont le brouhaha apporte une agréable chaleur au coeur de l’hiver. Il y a de la vie ici et là, des discussions et des rires qui ravissent le coeur un peu trop solitaire et abandonné de Rowena, laissée si longtemps à garder la Tour des Vents avant que les Oracles, peu à peu, ne la rejoignent. Comme elle semble découvrir à nouveau la vie à l’extérieur, un mélange intense de curiosité, de joie, et peut-être un soupçon d’angoisse. Et alors qu’elle accompagne Aven pour s’occuper de réserver quelques chambres pour la nuit, cette même angoisse, sur laquelle elle n’avait pas mis de nom ni de source semble s’alourdir sur son coeur : là, à une table, elle reconnaît ce visage. Un visage que les rêves n’ont pas effacé. Qu’elle n’aurait pas voulu effacer. Sa main se pose doucement sur le bras de son ami, un murmure traverse ses lèvres « Peux-tu aller réserver les chambres pour nous ? » Un instant, elle voit dans son regard une légère incompréhension, une surprise même, mais il n’en demande pas plus. Elle se décale alors vers cette silhouette attablée qui ne semble pas encore l’avoir vu.

Il lui semble si différent. Elle reconnaît le visage, les traits… mais pas le cosmos qui est le sien. Pourtant elle l’appelle d’une voix douce à l’approche, un espoir dans la voix. Un doute aussi :

« Lykeios ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyMar 5 Mai - 23:09

Il n’avait qu’à peine touché à son repas. « Et si je n’y trouve rien, je fais quoi ? », voilà la question qui lui tournait en tête, en boucle depuis qu’il s’était mis en route pour Rome. Il avait tout d’abord préféré ignorer les conseils d’Abrarxès. Accomplir son Itinérance, telle que réclamée par Apollon. Sculpter son chef-d’œuvre, et donné vie à la Chlamyde de l’Épervier de Zéphyr. Son seul but, sur lequel il avait porté l’entièreté de ses forces, la totalité de son esprit. Cela lui avait également permis de faire le point. De comprendre ce qu’il était désormais. Lykeios était mort. Démétrios était mort. À ses yeux du moins, il ne se voyait plus ni comme le Dieu-Loup, ni comme le pugiliste qu’il était avant. Il était quelqu’un de nouveau, avec un but dans la vie, pour une fois.

Mais Abrarxès l’avait prévenu que cela ne suffirait pas à plaire aux Muses. Qu’Apollon n’en aurait pas assez. Que ce ne serait que le début, une quête, en entraînant une autre, en entraînant encore une autre. En vérité, cela ne lui faisait pas vraiment peur. Il craignait juste de ne trouver aucune piste. Car toujours, il savait ce qu’il voulait : ramener Apollon, pour pouvoir à nouveau goûter à sa lumière, à sa gloire. Et voilà que plus il approchait de Rome, plus il doutait. Sa seule piste pour l’heure. En revoyant les endroits visités par Lykeios, il parvenait à clarifier ses souvenirs. Peut-être que s’il retournait sur les ruines de la Tour des Vents, d’autres informations pourraient lui revenir, qu’il espérait crucial. Ou bien aurait-il la chance de trouver une piste, un indice laissé là… Mais plus il pensait à ce plan, et plus il s’inquiétait. Tout ne reposait que sur une masse de « si » et de « peut-être »…

Et si… s’il acceptait la proposition du Tuatha… ? Porteur de Peste. Flèche d’Apollon. Plus que le nom, la mission surtout l’intéressait, en ne servant qu’à détruire les ennemis d’Apollon. Sa substance entière était portée vers la guerre, la bataille. Doué que pour terrasser ses adversaires. Que ce soit le véritable Lykeios, Démétrios, ou ce qu’il était à présent… Alors, pourquoi pas, quitte à être seul… Seul ? Pas si sûr… Perdu dans ses pensées, il ne s’était pas rendu compte de sa présence. Il la fixe de ses yeux de glace et se demande « le voit-elle ? Se rend-elle compte en mon regard que je ne suis pas celui qu’elle espère ? ». Physiquement, il n’a pas changé pourtant, si ce n’est l’absence du sceau d’Artémis sur son torse.

Un instant flotte. Il tente de se calmer, de baisser sa tension, le rythme de ses pulsions venant d’exploser. Le fait d’avoir été reconnu, ou le fait que ce soit elle particulièrement qui se tenait devant lui ? Quoi qu’il en soit, il sait qui elle est. Était aux premières loges de leur relation.
- Veena...
Finit-il par laisser échapper simplement de ses lèvres, tentant de déglutir alors qu’il se sentait la gorge sèche. Pourquoi se sentait-il autant déstabilisé ? D’un signe de main, il l’invite à s’installer face à lui.
- Nous avons à parler longuement, je pense...
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyVen 8 Mai - 2:20
Le souvenir d’un baiser. Le souvenir d’une étreinte. Tout cela revient en mémoire, à la simple observation de ce visage. Elle semble le redécouvrir, alors qu’ils se sont quittés lors de la destruction de la Tour des Vents, il n’y a pas si longtemps que cela. Mais la guerre les avait séparé, lui sur le front à plonger ses crocs dans le corps de ses ennemis, elle à veiller de loin. Mais comment oublier tout ce qui a pu les lier, même si fugaces furent les instants ? Comment oublier les confidences partagées et les larmes versées ? Les sentiments jamais avoués également, muselé dans un coeur qui sait ne pas devoir en exprimer plus en ces temps troublés. Leur tâche va bien au delà de toutes ces considérations et elle a déjà failli, autrefois, à cette même tâche pour de telles émotions. Mais ce nom qui échappe à ses lèvres, qu’elle n’a jamais dit qu’à lui… Peut-il à ce point semble si différent, alors que les yeux sont les mêmes, les traits du visage également… Mais elle sait qu’on ne peut se fier à la simple apparence et la distance qui s’est d’un coup installée entre eux ne semble pas née de la simple chute de leur Ordre.

« Tu as sans doute raison, Lykeios. »

Sa voix se fait plus fermée à elle aussi, même si sa douceur naturelle ne peut entièrement la quitter. Il y demeure un soupçon d’angoisse qui lui tient au corps, et devant lui maintenant, elle ne sait pas sur quel pied danser. L’a-t-elle jamais su ? Il est - était ? - un dieu loup, fils de son seigneur Apollon. Si différent et éloigné d’elle mais qui l’avait approcher plus qu’il ne l’avait fait avec tous les autres. Elle s’était sentie en sécurité près de lui. Et si, désormais, elle ne peut pas dire que l’homme sous ses yeux lui inspire de la crainte, il n’y a plus cette même chaleur, cette complicité intime si ténue qu’elle regrette vivement. Profondément même. Un sourire sincère s’en vient néanmoins ourler son visage, réchauffant du même coup son regard aux yeux limpides. Suivant le geste, elle vient s’asseoir à la table en face de lui.

« Je suis heureuse de te revoir, tu m’as l’air bien portant. Même si Il n’est plus tout à fait là, j’aime à croire que Son influence nous a mis sur la même route, à nouveau. »

Même disparu, vaincu par la déesse de la Sagesse, le divin Apollon continuait certainement de jouer son jeu et les guider. De ça, Rowena en était persuadée, car la chance seule ne pouvait pas l’avoir mené sur le chemin d’un ancien Oracle. Lykeios, à plus forte raison. Mais elle savoure, malgré les doutes qui sont les siens, de retrouver quelqu’un qui pourrait peut-être l’aider à comprendre comment rendre la gloire à leur ordre. C’était peut-être le signe recherché ? Au delà de ce qu’il signifiait de manière très personnelle pour elle. Elle ne peut s’empêcher hélas de laisser glisser ses yeux sur la poitrine de l’homme devant elle, où elle espérait y voir le sceau d’Artémis qui résonnait avec les siens. Mais il n’y a rien, et un léger froncement de sourcil perplexe traverse ses traits, sans qu’elle n’en fasse mention immédiatement. Cela ferait parti, certainement, de cette longue discussion.

« Comment vas-tu ? Es-tu toujours… »

Les mots meurent sur ses lèvres. Es-tu toujours Oracle ? Trop simple, elle n’aurait pas hésité. Non, bien sûr que non, elle ne l’aurait pas demandé ainsi, surtout pas d’ailleurs dans une simple auberge. Mais l’autre question brûle ses lèvres, si absurde qu’elle n’ose demander… malgré ce cosmos différent. Malgré ce sceau absent…

Es-tu toujours Lykeios ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyMar 12 Mai - 14:31

La plupart des relations de Lykeios avaient été superficielles. Il n’était tout simplement pas fait pour les rapports humains, après avoir été loup des siècles durant. Mais en Asclépios, il avait eu un frère. Et en Célestia, il avait eu une sœur. Des relations plus ou moins imposées donc, puisque le fait d’avoir été enfants d’Apollon les avait intimement liés. Bien sûr, des liens réels s’étaient créés. Outre la filiation, des sentiments réciproques avaient pris place. Et puis… Il y avait eu elle. Rowena, Veena. Le lien qu’il s’était choisi. Ils partageaient malédiction nocturne. Ils partageaient ce regard qui avait vécu trop longuement, en lequel on pouvait sonder si profondément que l’on ne pouvait en voir la fin.

Ce regard, elle l’avait compris, n’était plus celui de Lykeios… La conscience derrière ces yeux de glace n’a pas vécu au fil des ages. Elle n’a pas vu les tertres éternellement drapés de nuit. Elle n’a pas mené sa meute, siècles après siècles. Cette conscience là avait plutôt mené une vie de déchéance, dont le destin avait voulu qu’elle soit courte, avant que d’autres dieux s’en mêlent. Mais de cela aussi, il se dissociait à présent. Il l’avait compris lorsqu’il avait entendu cette voix le prononcer : Lykeios serait toujours son nom, mais ce ne serait que parce que c’était ainsi que les rares personnes qui pouvaient compter le connaissait. Il avait entendu ce nom de la voix d’Apollon, et là, de la bouche de cette femme dont il avait juste envie de prendre les mains. Il n’était peut-être pas que l’Épervier de Zéphyr. Il n’était peut-être pas que l’annonciateur du renouveau. Peut-être demeurait-il toujours quelqu’un sous cette Chlamyde, avec ses propres envies, sa propre volonté…

Il resta silencieux en l’observant. Quand elle s’installa. Lorsqu’elle lui fait part de ses pensées. Lorsqu’elle lui pose la question… Car ce silence qui la brise n’est pas innocent.
- Je… Lykeios n’est plus tout à fait là, lui non plus. Le Soleil a pris bien des choses avec lui avant de s’en retourner sommeiller, de toute évidence. Mais je suis toujours l’un des siens. Heureux de te revoir, moi aussi...
Ce qu’il disait pourrait peut-être être difficile à comprendre, mais est-ce qu’il avait beaucoup plus d’explication à fournir. En vérité, un peu, oui. Mais est-ce qu’il avait envie en l’instant de lui préciser en long et en large que Lykeios s’était vu offrir un repos éternel, sauf que sa carcasse d’emprunt avait continué à poser un pied devant l’autre par contre. La vérité crue et sans enrobage n’avait peut-être pas besoin d’être longuement explicitée pour l’heure. Pas plus qu’il n’avait envie de perdre du temps à douter d’elle. Il ne poserait pas la question de son affiliation, misant tout sur le fait qu’avec sa propre histoire il était difficilement envisageable qu’elle en retourne sa veste.
- Je ne pensais pas que j’en retrouverais d’autres, du moins pas si vite. Tu sembles aller bien, toi aussi...
Après l’avoir longtemps fixée, son regard retombe sur sa tambouille qui lui faisait encore moins envie à présent. Repousse l’assiette et le pain qui l’accompagne. Il reste troublé, et comme pour balayer cela, s’occupe les lèvres en enchaînant.
- L’on dit que tous les chemins mènent à Rome. Est-ce ta destination également ?
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyDim 17 Mai - 18:17
Il n’est plus tout à fait là, lui non plus.

Les mots résonnent, mais Rowena ne sait guère trop comment les tourner dans son esprit. Elle devine derrière un sens caché, ou tout du moins plus profond. Des explications sans doute laissées sous silence et en même temps elle ne peut pas lui en vouloir. S’il y a quelque chose de douloureux ou de difficile à dire, elle est la plus à même à comprendre que l’art de la confidence ne se fait pas si aisément. Alors elle retourne un petit sourire rassurant, une bienveillance naturelle qui ne questionnera pas plus, attendant peut-être l’instant où celui qui se tient devant elle daignerait lui confier un peu plus ce qu’il sait.

« Sa lumière brille toujours en toi, d’un façon ou d’une autre. »

Et elle est heureuse de savoir qu’il est toujours l’un des siens. Un Oracle, devine-t-elle, et si leur route se sont croisées au plus proche de Rome, c’est une bonne nouvelle. Les Itinérants commencent à se rassembler, comme les nuées d’oiseaux dans les cieux, la migration est, d’une certaine manière, terminée. Le chemin et le voyage continue, mais avec moins d’ignorance, l’espère-t-elle. Même si Lykeios n’est plus tout à fait celui qu’elle a connu, il semble garder en lui les souvenirs de leurs échanges, ceux les plus secrets. Veena. Il ne l’a toujours appelé que comme ça, dès l’instant où il a compris la vérité sur sa nature. Comme la preuve qu’il l’a accepté, pleine et entière dans ce secret et cette malédiction qui est sienne.

Un instant le silence s’étire dans une légère gêne, rappelant les débuts de leurs rencontres. Intérieurement, cela éveille un agréable sentiment chez l’Oracle du Cygne, car ce sont des moments délicieux… peut-être les plus vivants qu’elle n’ait jamais eu depuis qu’elle avait été puni par le divin Apollon. Savait-il de quelle façon il avait pu révéler tant de douceur pour elle ? Combien le contact fantôme de ses lèvres sur les siennes revient la hanter parfois ? Mais bizarrement, c’est lui qui semble des deux le plus troublé.

« J’ai voyagé de longs mois et j’ai eu la chance de tomber sur de bonnes personnes. » Un regard mélancolique et affectueux coule vers Aven et son fils, occupé du côté du comptoir. Bien vite, elle revient à Lykeios. « Mais oui pour Rome, c’est ce que j’envisageais. Même si l’endroit est peut-être dangereux pour nous, j’ose croire qu’il y aura peut-être un signe là bas de la direction à prendre. Et puis, d’autres auront eu la même idée que nous, j’espère ? »

Elle n’est pas sûre… En vérité, il restait si peu d’entre eux de la dernière guerre… les autres éveillés d’Apollon n’irait peut-être pas en cette ville désormais. Mais c’était leur seule direction, le seul repère qu’il restait malgré la destruction de la Tour des Vents. Elle hésite également à lui confier un autre secret qu’elle cache. Mais le doit-elle, à lui ? Elle garde maîtrise de ses gestes, mais une seconde, son esprit vagabonde jusqu’à sa hanche où pend une petite sacoche en cuir. En son sein, un objet qu’elle a emporté dans sa fuite de la Tour, pour la mettre en sureté. Une fiole. Le seul souvenir d’une vieille mission qui pourrait peut-être aider au retour de la lumière.

« Ensuite… Peut-être aller vers la Francia ? En souvenir d’une… vieille aventure ? J'ai récupéré quelque chose qui pourrait aider. »

Sa voix s’éclaire un peu aussi surement que le petit sourire qui vient à nouveau naître sur ses lèvres. Il avait été comme elle dépêché dans cette mission qui avait malencontreusement dû être ajournée rapidement à cause de la guerre… Oh peut-être ne ferait-il pas le lien, mais elle pourrait lui en parler plus longuement un peu plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyJeu 21 Mai - 23:31
Avait-elle compris ? Est-ce que l’allusion qu’il avait fait à actuel statut avait pu suffire ? Il n’en était clairement pas convaincu, aussi ce sujet devrait-il forcément revenir sur le tapis. Être exposé sans détour, quitte à ce que cela ne lui plaise pas. Toutefois… cette petite phrase qu’elle avait eu à son attention… que d’une certaine manière, la lumière d’Apollon l’habitait toujours… Cela le fit douter. Est-ce qu’elle reconnaissait par là que malgré le changement de maître en cette carcasse, il demeurait toujours digne du Soleil ? Des doutes, encore. À croire qu’il n’était capable que de s’y noyer dernièrement. Bien une preuve que tout avait changé : le Dieu-Loup ne doutait pas. Il veillait. Il croquait. Il chassait. Voilà un champ limité qui lui rendrait la vie bien plus simple en cet instant.

Mais il l’écoute, et un fait vient le tirer de ce type de pensées. Lykeios suit son regard, fixant un instant cet homme qu’elle lui montrait, l’enfant qui l’accompagnait. Des éveillés eux aussi ? Ils n’en avaient pas l’air, bien qu’il ne pouvait en avoir certitude d’un seul regard. De toute façon, ce n’était absolument pas cela qui l’inquiéta. Il eut l’impression d’entendre sa voix rauque plutôt que de prononcer lui-même ces mots.
- Est-ce qu’il… est-ce que vous êtes… Hum, ça ne me regarde sans doute pas...
Cela regarderait l’autre. Cela regarderait le Dieu-Loup qui avait considéré cette femme comme sa compagne avant que la guerre ne vienne tous les séparer. Mais pas lui… le moment lui parut tout de suite plus opportun pour révéler son secret alors. Quelque chose en lui ne souhaite pas qu’elle pense qu’il a dit cela car il s’en moquait. Quelque chose au fond de lui voulait qu’elle sache… tout simplement.
- Je ne suis pas celui que tu as connu. Et ce n’est pas une métaphore… Son père l’a libéré du sceau de la Lune, et lui a accordé le repos.
Il boit une longue gorgée, comme s’il tentait d’y trouver refuge un instant. N’a pas envie de voir le jugement qu’elle pourrait avoir dans son regard en cet instant. N’a pas envie de lire la déception. Tout était déjà assez compliqué comme cela, après tout.
- J’ai repris alors la place qui était la mienne, après n’avoir été que spectateur depuis… son Incarnation. Mes souvenirs de cette période sont flous, mais… certains éléments me permettent de les faire revenir avec une certaine clarté. Des objets, des sons, des odeurs, des lieux...
« Et ton visage m’en ramène à de précieux », se retient-il de dire. Oui… tout était déjà bien assez compliqué, en effet. Avec un peu trop de précipitation pour ne rien cacher, il chercha alors à changer de sujet. Ou plutôt à revenir sur les informations qu’elle lui avait confié juste un instant plus tôt.
- Je dois admettre que je ne vois pas précisément à quoi tu fais référence… Je… j’ai l’impression que nous sommes déjà allés en Francia ensemble. Mais je peine à me rappeler pourquoi. Comme si cela n’avait été qu’un bref voyage sans but, ou dont il n’avait pas été atteint. Il faudra sans doute que tu m’en dises plus, pour me rafraîchir la mémoire. Par contre… je pense en effet que c’est une bonne destination. J’ai de bonnes raisons de penser qu’il nous faut nous rendre en Burgondie, nous et ceux que nous trouverons peut-être à Rome. L’on m’a soufflé qu’à Lyon, nous pourrions peut-être trouver ce que nous cherchons...
Le moment, grave, fit retomber un peu de la tension qu’elle lui faisait ressentir, par sa seule présence en face de lui. Le bleu glacial de son regard cherchait dès lors à croiser le sien à nouveau. Qu’y lirait-il à présent ?
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyJeu 28 Mai - 14:48
Ses yeux reviennent vers ceux de Lykeios, et une seconde, elle y perçoit quelque chose d’indescriptible mais qui fait fleurir un léger sourire sur ses lèvres. Cela s’accentue quand elle entend les mots, les hésitations et c’est avec une réelle tendresse qu’elle y répond, donnée autant à son interlocuteur qu’à ceux qu’elle va évoquer :

« Ce sont des amis. Ils m’ont aidé quand j’en avais le plus besoin. »

Aven surtout, bien que la bonne humeur et l’innocence de son fils avait réchauffé le coeur fatigué de l’Oracle. Le guérisseur itinérant savait certaines choses que Rowena avait bien voulu lui confier, curieux d’en savoir plus et de comprendre surtout l’être éthéré qui l’avait guidé un jour au coeur de la nuit. Oui il y a de l’affection, véritablement, mais rien de plus.

Et puis le vent froid des paroles s’en vient effacer la petite joie douce qui illuminait son visage. Ce n’est certainement pas voulu pour être blessant, et ça ne devrait pas tant l’être que ça, mais la tristesse remplace très vite le pétillement vivant de ses prunelles. Des larmes qui ne coulent pas viennent poser un voile sur son regard et elle maintient avec une force chevillée au corps un sanglot. Sa voix malgré tout ne pourra rien prononcer dans l’immédiat, le temps de faire face à cette nouvelle perte. Elle n’a que trop pleuré ceux qui ont d’ores et déjà disparu, ces victimes des combats tombés comme la Tour des Vents. Elle avait eu l’espoir que Lykeios se soit enfuit, et en un sens, c’était le cas. Mais pas totalement. La vérité fait mal, toujours, et c’est une absence nouvelle qui se creuse dans son coeur. Par les dieux, elle aurait dû savoir que donner trop allait une fois encore la blesser. Elle pensait s’en être prémuni… être préparé. Mais le loup l’avait happé plus qu’elle ne le pensait, et si son âme douce et sensible pleure la disparition d’un ami, elle pleure surtout la disparition d’un… elle n’ose même pas penser au mot.

« Je vois. » Il y a un étranglement léger dans sa voix, masquant vainement sa tristesse. « C’est… Il l’attendait depuis longtemps, ce repos. J’espère qu’il l’aura bel et bien trouvé comme il le souhaite. » Et je prierais pour que ça soit le cas. Elle n’ose pas le dire mais le pense. Elle sait que ses songes la mèneront, désormais, à adresser quelques paroles au loup endormi. Quand elle retrouve le chemin des yeux de Lykeios, il n’y a aucun jugement, ni véritablement de déception. Comment pourrait-elle en adresser à cet homme qui n’est pas coupable ? Un fragment de sourire revient, se voulant rassurant : « Hé bien en un sens, tu as toi même retrouvé ta propre liberté. Et je suis enchanté, alors, de te rencontrer. » Il n’était pas le Lykeios qu’elle avait connu, mais cela l’empêcherait-elle d’apprécier ce nouveau compagnon de route ? En aucune façon, même si les souvenirs seraient mordants et douloureux, parfois pas facile à museler. « Je pourrais essayer de t’aider à retrouver quelques souvenirs, si c’est ce que tu souhaites. » Elle ne savait guère tout de la vie du loup qui l’avait quitté, mais peut-être pourrait-elle apporter de la clarté à l’ombre.

Le sujet change et revient sur leur prochaine destination après Rome. Elle ne l’avouerait pas, mais cela soulage un peu ses pensées de laisser celles-ci dériver vers autre chose. Que son coeur saigne en silence, ce serait suffisant pour l’instant. Et plus vite qu’elle ne le pense, elle sera amené à rafraichir quelque peu la mémoire de l’Epervier.

« Nous y sommes allés en effet. Mais cette affaire n’a hélas pas pu être menée à bien à cause du début de la guerre. Je t’en parlerai plus précisément… plus tard. » Elle n’est pas sûre qu’une taverne sur la route de Rome soit le meilleur endroit pour en discourir. En tout cas pas dans la salle principale où des gens de tous horizons regardaient dans leur chope. Néanmoins, la curiosité frappe : « Puis-je… puis-je te demander qui t'a soufflé ça ? » Peut-être serait-ce un piège ? S’il n’était pas sûr d’avoir tous ses souvenirs, peut-être que quelqu’un en aurait profité… Elle ne voulait pas paraître impolie, mais la prudence restait de mise, sur un territoire qui n’était plus celui du Soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyLun 1 Juin - 1:41
Un bref instant de soulagement avait donc fait place à la peine. Celle qu’elle avait laissé échapper lorsqu’elle avait appris que le Dieu-Loup n’était plus. Le sourire avec lequel elle avait annoncé n’être pas engagée avec ce dormeur s’efface alors, ses yeux s’embuent tandis que quelques secondes s’égrainent sans qu’elle ne reprenne la parole. Gorge nouée, elle accepte le repos de celui qu’il était, tout en souhaitant la bienvenue à celui qu’il est désormais.
- Merci...
Il ne parvint pas sur le moment à trouver d’autres mots. Il n’était pas le plus doué pour parler, surtout lorsque cela commençait à mettre en jeu des sentiments. Les recevoir, les partager, il ne savait pas faire. Là, ce qui soufflait surtout Lykeios, c’était cette abnégation. Cette capacité à souhaiter le meilleur pour celui à qui elle devait renoncer, et ce sacrifice que cela devait être de se dire enchantée de rencontrer celui qui remplaçait l’être qu’elle avait perdu. Cela le touchait, le troublait, au point qu’il ne trouvait pas les mots pour la consoler, ni ceux pour lui témoigner son respect en pareille situation.
- Je ne suis pas contre quelques rappels, pour rafraîchir cette mémoire. Surtout sur ce qui pourrait nous être utile dans notre quête actuelle. Je ne suis pas vraiment sûr d’en savoir plus sur ce qu’il était, d’où il venait, ce qu’il voulait...
Une part de lui ne pouvait pas s’empêcher de voir l’ancien Lykeios comme un rival. Si une part de lui était reconnaissante de ce qui lui était arrivé car cela avait changé sa vie, l’avait sauvé de la maladie et donné un but ; une autre, plus profonde, ne pouvait s’empêcher de le voir comme un envahisseur qui avait totalement ruiné son existence pour le temps où il avait dominé sa conscience. Il ne pleurait pas la perte du Dieu-Loup donc, loin de là. Et les seuls souvenirs qui l’intéressaient alors n’étaient que ceux qui pouvaient le conduire jusqu’à Apollon, ainsi que de lui plaire.
- Comme tu le disais, il nous faudra parler plus précisément de tout cela plus tard, alors que nous pourrons le faire librement. Es-tu libre de partir ? Je veux dire...
Coup d’œil vers les dormeurs qui avaient voyagé avec elle.
- Là où nous allons, ils ne feraient que nous encombrer. Tu le sais, je n’en doute pas. Je ne veux pas non plus par trop présager de ta décision, mais j’ose espérer que nous poursuivrons notre route ensemble désormais. Nous avons encore beaucoup à nous dire, si le temps nous est donné...
Cela restait sa décision bien sûr. Lui ne s’imaginait pas voyager avec des dormeurs, aussi poursuivrait-il seul si elle ne parvenait pas à les quitter. Ce qu’il pourrait comprendre désormais. Après tout, même s’ils étaient tous deux des serviteurs du Soleil, ces gens avaient été ses proches ces derniers temps, tandis que lui s’était révélé être un parfait inconnu...
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyDim 7 Juin - 3:24
Il est difficile de faire comme si de rien, même si elle voudrait le cacher. Mais la blessure est trop fraiche et trop ouverte pour masquer la douleur au fond de ses prunelles. Elle doit pourtant retenir le flot de sentiments qui menace de la submerger, car elle ne veut pas donner à Lykeios l’impression d’être le coupable déclencheur de ces émotions. Il est le triste messager d’une nouvelle qui lui brise le coeur, mais elle sait que ce n’est pas sa faute et qu’il a certainement ses autres problèmes de son côté. Il n’est pas le Dieu-Loup, il est lui même, et le coeur tendre et bienveillant de Rowena est heureuse pour lui en vérité. Car elle sait combien la possession peut détruire la psyché de l’être d’origine. De même qu’accepter le départ définitif de celui qui avait tant compté pour elle n’est pas difficile lorsque l’on se convainc que c’était aussi la bonne chose. Il n’est pas réellement mort, ose-t-elle se dire… juste parti dans le repos mérité et tant attendu. Son seul regret, croit-elle, c’est qu’elle ne le reverra jamais.

Oui se convaincre, c’est la chose à faire. Le mieux pour calmer la détresse qui écrase son coeur et son être tout entier. Elle apprendra à nouveau à ne pas laisser ses sentiments parler à la place de la raison.

« Je te dirais ce que je sais de lui alors. Il n’était pas du genre à se confier, mais j’ai passé assez de temps avec lui je pense pour… » La voix hésite. Un sanglot monte et manque de la trahir. « …pour le connaître. Mais plus tard. Je t’en parlerais plus tard. » Au delà du fait que le lieu n’était pas propice, elle n’avait pas la force d’évoquer le Lykeios qu’elle avait connu. Cela raviverait trop de souvenirs et elle n’avait pas la force de les affronter. Elle sollicitait déjà toute sa volonté pour ne pas trembler et laisser tomber les larmes. Quelle stupide émotive faisait-elle !

Elle acquiesce, sans suivre le coup d’oeil de l’Epervier mais devinait aisément ce qu’il observe. Et elle comprend. Elle savait qu’en rencontrant un autre Oracle qu’il serait plus judicieux de continuer la route ensemble. Un autre pincement au coeur la travers à l’idée de devoir abandonner Aven et son fils, mais elle sait que c’est la meilleure chose à faire, ne serait-ce que pour les protéger. L’idée de parcourir les routes avec Lykeios cependant est une nouvelle perspective et il lui faut y songer un instant. Le devoir avant les sentiments.

« Je suis libre en effet, je sais qu’il est plus prudent pour eux de les séparer de ma route. Je leur parlerais ce soir, et nous continuerons le voyage ensemble demain. » Si tôt, mais ils n’ont guère le choix désormais. Et si cela la rend triste de dire adieu à celui qui l’avait aidé durant ces longs mois, elle préfère le savoir en sécurité. Elle musèle un peu plus la tristesse dans ses traits avant de continuer. « Cela nous donnera l’occasion de faire plus ample connaissance. Tu as l’air d’avoir quelques souvenirs de moi, non ? » Elle ose retrouver un petit sourire, vestige lointain de ceux qu’elle a pu donner en ce début de conversation. Il l’a appelé Veena après tout. Et il n’y a qu’à une seule personne qu’elle a dit ce nom. « Me parleras-tu un peu de toi ? » Peut-être pas ce soir si il ne le souhaite pas, mais elle espère qu’il osera vouloir échanger plus que les raisons de leurs missions. Et même si cela sera douloureux pour elle un temps, elle veut aussi connaître l’homme qu’il y avait derrière le Dieu-Loup. Celui qui reste. Celui sous ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyMar 9 Juin - 2:32
Comme la discussion avance, il devient de plus en plus évident que la nouvelle n’est pas aussi bien encaissée que cela. Des petits signes qui ne trompent pas. Et même si Lykeios n’est pas des plus observateurs, son regard peut percevoir les indices de sa peine. Il n’en est pas étonné outre mesure. Il sait ce qu’ils étaient. Il a vu leur rapprochement. Il a su leurs épreuves. Il comprend… Aussi la laisse-t-il digérer un petit peu la nouvelle. Quelques minutes n’y suffiront pas certainement, mais au moins ne la presse-t-il pas, la laisse prendre le temps nécessaire pour que sa voix se raffermisse sans doute. Mais lorsqu’elle prend la parole, ce n’est pas le cas. Alors qu’elle parle de l’autre, elle marque une pause qui ne trompe pas, même si elle fait ce qu’elle peut pour ne pas craquer. Instinctif, tandis que son regard de glace s’est fixé sur elle, il tend une main pour couvrir la sienne. Il ne cherche pas à être entreprenant mais juste… de la conforter comme il peut. Elle trouvera peut-être que c’est trop, alors que ce n’est sans doute pas assez, mais il ne s’est pas vraiment posé la question.
- Ce n’est pas nécessaire… si c’est douloureux pour toi, alors ce n’est vraiment pas indispensable. Il n’est pas utile qu’un absent fasse souffrir encore...
Phrase naïve s’il en était. Mais il n’avait juste aucune idée de ce qu’était le deuil. Aucune idée de ce que cela faisait de perdre un proche, pour la simple et bonne raison qu’il n’en avait jamais eu. Pour lui, c’est par leur présence que les gens lui avaient fait du mal, toute sa vie durant, et c’est dans la solitude qu’il avait trouvé des îlots de paix. Comment donc avec sa propre expérience pouvait-il voir l’absence autre chose que comme du vide, comme une chose qui ne pouvait pas l’affecter ?

Il n’en est pas moins sincère ; si parler de lui la fait souffrir, alors il se passera sans aucun mal de ce qu’elle pourrait lui en dire. Alors, plus tard, ou bien jamais même, en effet. La discussion peut se poursuivre sur un autre sujet heureusement, plus concret, plus ancré dans le présent, et qui permettrait donc sans doute à quelques sombres pensées de s’atténuer, même si cela ne veut pas dire que ce soit joyeux pour autant. Après tout, il s’agissait d’une autre perte à venir pour Rowena, qui acceptait de faire d’autres adieux ce soir avant qu’ils puissent partir ensemble dès le lendemain. Il opine, pouvant bien lui accorder une journée de répit supplémentaire.

Cependant, il se fige rapidement sur un autre point. Sa main glisse doucement et quitte celle de la jeune femme, non sans un léger malaise. Autant jouer la carte de la franchise dans tous les cas, car sa gêne indiquerait aisément la réponse de toute manière.
- En effet… comme je le disais, ses souvenirs m’apparaissent avec plus de clarté lorsqu’ils ont quelque chose sur quoi s’ancrer. Et t’avoir là, en face de moi...
Son regard fuit un instant, un léger soupir, avant de se confier.
- Je me souviens de ce qu’il y a eu entre vous. Je me souviens des regards et des gestes. Les discussions sont vagues, mais je me souviens de l’essentiel, je crois. Je me souviens qu’il t’a toujours appelé que Veena, et pourquoi. Je me souviens de ton visage, plus qu’aucun autre. J’imagine que cela en dit long sur le fait que tu comptais pour lui...
Lykeios laisse quelques instants filer, l’observe, espérant que cela n’allait pas provoquer les larmes qu’elle était parvenue à contenir jusque là. Ce sera dommage d’effacer ce sourire qui venait d’apparaître… Cette dernière remarque notamment, moins factuelle que les autres. Ce n’était que sa propre interpretation, mais il se disait en l’instant que cela lui ferait certainement plaisir de l’entendre.
- Et si tu le souhaites… oui, je ne vois pas d’inconvénient à te parler de moi. Enfin, celui que j’étais du moins, même s’il n’y a pas tant à en dire… mais peut-être souhaites-tu rejoindre tes amis ? Si le temps de tes adieux est compté, tu préféreras peut-être le passer avec eux. Quant à nous, une longue route jusqu’à Rome nous attend...
Pas qu’il voulait en terminer de cette conversation. Depuis son retour au premier plan, il avait l’impression qu’il n’avait pensé qu’à Apollon, vécu qu’à travers lui, dans le seul but de le retrouver. Peut-être à cause de la clarté de ses souvenirs, il avait quelque part un peu l’impression de la connaître. D’être intime. De partager quelque chose avec elle. Ce qui, forcément, la rendait unique à ses yeux. Certes, ils vivaient tous deux pour Apollon, et le Soleil était la raison même pour laquelle ils pouvaient se connaître, et pourraient voyager ensemble. Mais elle avait quelque chose en plus. Quelque chose un peu à lui quelque part. Quelque chose qui lui était propre.
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyVen 19 Juin - 14:02
Il lui semblait que son corps s’était peu à peu glacé depuis que la nouvelle lui était parvenue et qu’elle en réalisait pleinement l’ampleur. Mais elle ne le remarqua que lorsque la main chaude de Lykeios se posa sur la sienne, comme un soutien silencieux et simple. Très simple mais au combien doux et apprécié. Un geste qui n’était pas sans rappeler à la jeune femme le Dieu-Loup dans un souvenir mélancolique et légèrement amer. Pourtant, elle sourit à cette marque venue sans demander l’autorisation, signe d’une personne qui n’était pas très à l’aise avec les mots et le réconfort. Il n’avait sans doute pas idée, mais ce fut plus que suffisant pour Rowena pour raccrocher un peu les morceaux éparpillés de son coeur et renfermer sous sa peau la tristesse qui déferlait juste quelques secondes avant. Il n’était pas celui qu’elle avait connu, mais ce nouvel homme devant elle lui semblait déjà quelqu’un de confiance, cachant une certaine douceur à son encontre. Elle adressa un sourire reconnaissant, après les mots qui se voulaient rassurant :

« Merci. » Souffle-t-il en acquiesçant simplement. Elle se dit qu’elle ne devrait pas, mais son corps n’écoute pas et rend une pression sur la main de l’Epervier, comme cherchant à s’ancrer à la force qu’il lui donnait par ce simple geste. Juste cela est suffisant, même si hélas, l’absence du Dieu-Loup continuera à la faire souffrir jusqu’à ce que le deuil passe. Ces choses là prenaient du temps et elle savait comment y faire face. Elle savait de quelle façon elle devrait finir par accepter, mais avant elle laisserait à son coeur le temps de refermer ses plaies. Oui, ces choses là prennent du temps…

Et puis la chaleur lui échappe, le regard la fuit un instant et elle ne pensait pas que sa question serait une telle source de gêne. Elle comprend alors pourquoi, et c’est moins vis-à-vis de lui que vis-à-vis d’elle qu’il ressent un tel malaise. Et malgré les mots qui franchissent les lèvres de Lykeios, elle ressent pour lui une sincère reconnaissance, à ne pas vouloir la blesser plus mais osant la franchise. Le sourire qu’elle a, certes, n’a plus l’éclat qu’il avait eu quelques temps avant, et un nouveau tremblement menace d’emporter ses lèvres, mais elle retient cela. Comme si la force puisée dans le geste un peu plus tôt lui avait fait retrouver l’emprise de ses sens et son coeur. Oui elle y ressent une immense tristesse qui viendra la terrasser lorsqu’elle retrouverait les murs solitaires de sa chambre, mais aussi une assurance plaisante douce-amère : elle veut croire que le Lykeios qu’elle a connu l’avait aimait, pour avoir laissé en son hôte des souvenirs vivaces d’elle. Tout du moins comme un Dieu-Loup peut aimer. Au moins, elle comptait. Si cela faisait du mal, il y avait du bien également à savoir une telle chose, peu importe la conjecture faite.

« Je vois. Merci pour ta franchise. J’espère que… ces souvenirs ne te gêneront pas trop, vis-à-vis de moi. » Le sourire demeure, lui, reflète une petite inquiétude : elle ne voudrait pas que ce qu’il se souvient de Lykeios ne trouble ce qu’ils pourraient construire tous deux désormais, comme compagnon de route et Oracles. Bien qu’elle comprendrait aussi. Il était libre de ne pas apprécier les souvenirs et échanges, les gestes doux d’un autre que lui hantant sa mémoire. Elle ne lui en voudrait pas. Et visiblement, il semble vouloir faire un peu plus connaissance.

La nouvelle l’enchante plus qu’elle ne l’avait imaginé. Mais il a raison, réalise-t-elle, et elle regarde ses deux compagnons qui ont trouvé une table également, semblant l’attendre. Elle peut voir dans les yeux du fils d’Aven une certaine impatience, comme souhaitant la retrouver au plus vite. Elle ne craignait pas de les quitter, mais aurait voulu pouvoir les préparer un peu plus à la nouvelle.

« Tu as raison, oui. Nous aurons tout le temps sur la route pour discuter plus longuement. » Et d’ici là, elle aurait peut-être réussi à calmer la douleur de ses propres sentiments pour pouvoir évoquer avec lui de vieux souvenirs. « Nous nous retrouverons demain matin dans ce cas ? » Elle croise son regard puis doucement se lève et s’éloigne de quelques pas de sa chaise. Ses yeux n’ont pas quitté l’Epervier, et elle regrette que ses mots aient l’air si froids, si distants. Comme comblant cet espace, elle ajoute dans un nouveau petit sourire, le ton sincère : « Je suis contente de t’avoir trouvé. » Malgré les nouvelles difficile. Malgré tout. « A demain. » Et elle s’en va, s’évitant de croiser le regard de glace qui aurait pu la retenir un peu plus, sans savoir pourquoi.

***

La matinée est quelque peu entamée lorsqu’elle quitte sa chambre. A l’étage de l’établissement, elle a fait ses adieux à ses deux compagnons, laissant couler quelques chaudes larmes avec la promesse de les retrouver un jour. Le Cygne leur souhaite le meilleur, et décide enfin à rejoindre la salle principale au rez-de-chaussée, cherchant dans les voyageurs attablés la silhouette de Lykeios. Lorsqu’elle le voit - difficile à rater en vérité - elle se rapproche comme elle l’avait pu faire la veille, saluant avec plus de force et d’énergie qu’elle ne l’avait quitté :

« Bonjour Lykeios. Tu as bien dormi ? » Elle l’interroge de quelques banalités, avant de demander : « Dis moi, jusqu’ici je faisais le voyage à pied, comment fais-tu de ton côté ? As-tu une monture ? » Si tel était le cas, il serait peut-être difficile de voyager. Ils n’y avaient pas songé la soirée passée, mais l’évidence lui était venu quand Aven l’avait lui même questionné. Et les chevaux n’étaient pas une ressource bon marché… « J’ai très peu d’argent avec moi également. » Elle sourit un peu désolée à l’Epervier. Le peu qu’elle avait lui revenait de quelques services rendus, de chants effectués ou d’un cadeau donné par son compagnon juste quelques minutes avant. En soi, pas grand chose.


Dernière édition par Rowena le Mer 24 Juin - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyMer 24 Juin - 0:52
À qui ce contact avait-il pu faire le plus de bien ? Sa main posée sur celle de la jeune femme paraissait l’avoir apaisée quelque peu. Mais durant ce contact éphémère, ces quelques instants de réconfort qu’ils partagent, Rowena serre sa main en retour. Premier véritable contact humain qu’il avait depuis bien longtemps. Même s’il brise lui-même ce contact quelques secondes plus tard, cela ne manque pas de lui rester à l’esprit, glisse son pouce là où elle avait tenu sa main, comme pour tenter de préserver un peu plus longtemps ce contact et cette chaleur. N’était-ce pas après tout un peu pour ce genre de sensation qu’il recherchait Apollon ? Certes, cela n’atteignait pas le même niveau, et rien ne justifierait qu’il fasse passer l’aura solaire au second plan. Mais c’était un peu une manière de se dire qu’il n’était pas seul également. Que quelqu’un était là pour lui, même si d’une certaine manière, elle devait surtout voir le Dieu-Loup à travers lui. Ce qu’il se dit en tout cas, sans trop savoir si c’est réellement le cas. Comment pourrait-il en être autrement, alors qu’il avait son corps, sa voix, sans doute quelques manières en commun.

Elle avait accepté ses explications, et ils avaient conclus qu’ils reprendraient donc là où ils en étaient le lendemain. Sur la route qui les séparait encore de Rome, ils auraient sans doute encore pas mal à échanger.
- Je suis heureux de t’avoir trouvée aussi.
Lui avait-il dit. Il avait retenu de prononcer son prénom, réalisant que peut-être cela la mettrait mal à l’aise qu’un autre que celui avec qui elle avait partagé son histoire et ces moments l’appelle Veena. Peut-être que Rowena était plus de circonstance dans un endroit public, dans la bouche d’un inconnu, car c’était encore ce qu’il était pour elle malgré tout. Il l’avait alors regardé s’en aller, jusqu’à ce qu’elle rejoigne ses compagnons de voyage. Là, il n’était resté qu’un court instant en place, avant de disparaître pour le reste de la soirée…

[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore

Très tôt, il avait repris place à l’endroit même où ils s’étaient aperçus la veille. Il avait tout d’abord pris le temps de régler certains points, tout du moins faire un petit peu de repérage. S’ils devaient voyager ensemble, certaines mesures seraient à prendre, notamment pour rendre ce voyage plus rapide et moins épuisant. D’autant que si rien n’avait changé pour elle, voyager de nuit ne sera pas le plus aisé. Cela fait, il avait eu le temps de se retourner quelques questions dans le crâne, encore et encore. Allait-elle vraiment faire le choix d’abandonner ses compagnons pour le retrouver lui, dont au final elle ne connaissait rien du caractère et des humeurs ? Il n’était pas le compagnon le plus joyeux. Bon, le Loup ne l’était pas non plus, cela n’avait pas empêché ce qu’ils avaient vécu. Il espérait en tout cas qu’il ne deviendrait pas une torture pour elle. Son corps n’aurait de cesse de lui rappeler ce qu’elle avait perdu, alors que l’âme qui habitait cette carcasse était bien différente, trop obnubilée par sa quête au risque d’effacer l’humain…

Ses craintes finissent par être écartées lorsqu’elle se présente enfin à lui. Le sentiment est différent de la veille, moins l’impression de rêver ou de vivre les sentiments d’un autre, mais il ne pouvait clairement pas prétendre être indifférent à cette présence cependant. Il la scrute, et si elle semble plus en forme, elle n’en a pas moins les yeux un peu rougis. Soit elle avait eu du mal à dormir tout comme lui, soit les adieux n’avaient pas été sans mal. Il comprenait, pas de jugement, et répondit donc simplement aux questions posées sans en faire cas.
- Pas très bien dormi, non, mais je dois t’avouer que je ne sais plus vraiment ce que c’est. Du mal à ne pas dormir que d’un œil dernièrement...
Il n’a pas l’air particulièrement affecté pourtant, plutôt la force de l’habitude.
- Et toi ? Tu as pu profiter de ta nuit ? Régler ce que tu voulais ?
Il déglutit. Il n’a pas été particulièrement sec ou froid, ou en tout cas n’en a pas l’impression, mais ses propres questions sonnaient étrangement à ses oreilles. Un peu comme s’il y avait une pointe de reproche dissimulée, et que lui-même s’étonnait à trouver là. C’était ridicule, d’autant qu’elle n’avait rien à se reprocher. Elle était libre de faire ce qu’elle désirait après tout. Et puis, elle l’avait bien dit que c’était juste des amis. Il détourne un peu le regard, inspire profondément. C’était quoi, ce sentiment étrange qui lui serrait la poitrine ?

Heureusement, elle lui avait fourni de quoi dissiper son trouble, en changeant de sujet, ce qui lui permettrait de ne pas s’éterniser sur ce qu’elle avait fait ou non de sa nuit et avec qui – non mais quelle idée de se poser ce genre de questions, vraiment !
- À pied jusqu’ici, oui. Mais j’ai déjà plus ou moins réglé la question d’un autre moyen de transport. Si nous voyageons ensemble et que nous ne voulons pas trop tarder à rejoindre Rome, des chevaux nous serons utile. Je nous en procurerai, ne t’inquiète pas des finances, ce n’est pas un souci. Tu sais monter au moins ?
En effet, les finances n’étaient pas un souci compte-tenu de la manière dont il comptait se les procurer. Un peu de la même manière qu’il avait « gagné » l’argent qu’il utilisait lorsqu’il se permettait de dormir et manger dans une auberge. Une tendance à appliquer l’adage « qui trouve garde » un peu trop à la lettre, mais dans une situation telle que la sienne, il fallait savoir faire le nécessaire pour arriver à ses buts. Il était question de servir le Soleil. Alors si cela devait passer par quelques… emprunts, alors ainsi soit-il. Il s’assurait juste que les dépouillés pourraient s’en remettre. Il ne volerait pas à quelqu’un quoi que ce soit qui remettrait en cause sa survie. Mais d’autres pourraient s’en mal se priver de quelques pièces, voir même d’un couple de chevaux…
- Désires-tu que nous prenions un repas avant de partir, ou bien nous mettons-nous en route immédiatement ? Nous avons pas mal de chemin à couvrir, et de discussions à avoir, mais je ne pense pas qu’il soit opportun de voyager le ventre vide non plus. Tu pourrais peut-être en profiter pour me raconter un peu… ce qu’il t’est arrivé, depuis ?
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
RowenaRowenaArmure :
Cygne d'Euros (Est et Automne)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1350/1350[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge600/600[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (600/600)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyLun 20 Juil - 16:25
Si son regard avait abordé de la douceur désolée en entendant Lykeios lui avouer avoir un sommeil difficile, les prunelles de la jeune femme se tordent d’une certaine surprise, puis se plissent d’un très léger reproche. Comme si lui même en avait à lui formuler. Cela ne dure qu’un instant et elle ne lui en veut guère. Il s’est certainement mépris de quelque chose à son intention, et elle répond simplement d’un haussement d’épaule, retrouvant sa douceur naturelle :

« Non, nous sommes deux à avoir peu dormi je pense. Mes nuits n’ont jamais été véritablement tranquille après tout. »

Il le sait certainement, si des souvenirs la concernant demeuraient toujours dans la mémoire de l’Epervier. Chaque nuit n’était qu’une longue étreinte dans le voile des ténèbres, dansant sur le fil entre la vie et la mort, chantant la lumière éteinte du soleil et sa propre détresse, écoutant les murmures de l’autre côté et attendant que sa peine prenne fin avec le levé du jour. Toutes les nuits étaient semblables, et cette nuit n’avait pas fait exception. Elle avait simplement hurler plus fort, au coeur de l’éthéré, son malheur et son coeur brisé. La douleur n’était pas oublié en cette matinée, mais elle était déjà moins intolérable que la veille. Elle supporterait celle-ci comme elle l’avait toujours fait, une croix sur ses épaules, une tâche dans son coeur.

Pour eux deux, il vaut mieux changer de sujet, et les modalités de leur voyage sont une excellente raison. Comme la veille, ils semblent préférer éviter les mots qui peuvent faire mal, à l’un comme à l’autre, et la mission qui est la leur, ou du moins les prémices, est parfaite pour converser doucement. Peu à peu, ils pourraient sans doute apprendre à se connaître, et Rowena pourrait passer outre ce visage qui lui rappelle ce qui a été perdu. Il n’y peut rien, le pauvre Lykeios, et elle se promet de ne jamais lui faire sentir ce qu’elle peut parfois ressentir, en plongeant les yeux dans les siens. Il ne mérite pas de porter pareille culpabilité.

Un sourcil se lève néanmoins face aux paroles de l’Epervier, un peu perplexe de sa solution qui n’est pas très claire pourtant. Comment s’est-il procuré les ressources nécessaires pour les chevaux, elle l’ignore, mais sa prudence naturelle l’invite à ne pas en demander d’avantage au coeur de l’auberge. A dire vrai, il ne semble pas plus rouler sur l’or qu’elle, mais elle sait combien les apparences sont trompeuses. Elle acquiesce, un petit sourire taquin sur les lèvres :

« Parfaitement oui. Il y a longtemps que je n’ai pas exercé mais cela ne se perd pas. »

Et puis il propose de déjeuner avant d’entamer leur longue route, ce qu’elle ne peut qu’approuver. Si la route du soleil continuera sans eux ce jour, leur tâche peut attendre encore un peu qu’ils se nourrissent.

« C’est une bonne idée oui. Je n’ai pas beaucoup mangé hier soir, je meurs de faim. » Elle pince les lèvres quand les paroles franchissent celles-ci. Il se doute certainement que ce qu’il a avoué hier avait bloqué toute envie à Rowena de se sustenter, mais elle ose néanmoins lui adresser un sourire rassurant : ce n’est pas sa faute, il n’est que le messager d’une triste nouvelle. Et après tout, elle avait retrouvé un peu l’appétit ce matin. Ils s’assoient donc tous deux à la table, commande un plat pour chacun qui arrivera rapidement : bouillie infâme de voyageur mais qui tient au corps. Après juste quelques bouchées, elle répond à son désir d’en savoir plus sur sa vie ces derniers mois. « Je n’ai pas grand chose à raconter j’en ai peur. Quand nous avons su que la bataille était finie, j’ai fui avec ce que j’ai pu et me suis éloignée le plus possible. J’ai dérivé vers le nord de l’Italie où j’ai fini par rencontrer mes compagnons. A ce moment là, je commençais déjà à faire des rêves étranges, et mes nuits avec Veena me semblaient plus en plus longues. Chaque nuit je me suis mises à chanter pour les… les morts, guidant entre les fils des deux mondes, si l’on peut dire. » Elle ne sait pas trop s’il comprendra ce qu’elle évoque, lui qui n’a pas les yeux pour percevoir ce qu’elle même voit. Mais elle continue. « Puis comme dis, je me suis mises à faire ces rêves où j’entendais aussi un chant, celui d’un cygne. Quand je l’ai enfin vu dans mes songes, face à face, j’ai su que quelque chose arriverait cette même nuit. C’est là que j’ai été choisi. » Par les muses, lui avait révélé cette nouvelle Chlamyde. Elle n’en avait guère dit plus, mais seulement que ses chants, nuit après nuit, gorgés de désespoirs et de tristesse, teintés également d’un soupçon de colère, avait fini par appeler les Muses. « Voilà tout. Quand je me suis réveillée, je ne savais pas trop où aller. Comme je te l’ai dis, Rome semblait être la meilleure destination, dans un premier temps. » Elle n’a pas trop l’habitude de parler autant, mais rien ne lui pèse trop, dans ces événements vécus dernièrement, sinon la chute de leur ordre. En retour, elle lui demande enfin : « Et toi ? Qu’est-il arrivé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t891-rowena-le-paon-de-ceci
LykeiosLykeiosArmure :
Epervier de Zéphyr (Ouest et Printemps)

Statistiques
HP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-bleu1800/1800[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-bleu  (1800/1800)
CP:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-rouge1200/1200[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs G-jaune1500/1500[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs   [Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs EmptyDim 9 Aoû - 18:33
Il opina alors qu’elle évoquait ses difficultés à trouver le sommeil. Bien sûr qu’il était au courant et comprenait parfaitement. C’était sans doute même un des liants entre Veena et Lykeios, cette garde nocturne qu’impliquait leurs malédictions. Il ne se rappelait pas de leurs possibles interactions nocturnes, les souvenirs du Loup encore plus lointains que ceux du fils d’Apollon, mais il gardait un chaleureux souvenir de retrouvailles le matin venu, alors que sa garde se terminait. Mais cela semblait désormais être en un autre temps, une toute autre époque. Des instants perdu d’une autre personnalité, en un lieu qui n’existait plus désormais. Cela le laissait songeur malgré tout.

Ils prennent alors leur repas ensemble, Rowena décidant qu’ils pouvaient bien se le permettre afin de ne pas voyager le ventre vide, et lui d’opiner. Au moins sait-elle monter, sans doute mieux que lui même, ni le pugiliste ni le loup n’ayant vraiment eu vocation à s’y adonner. Ce ne devait pas être si compliqué, pas vrai ? C’était trop tard de toute manière. Le repérage avait déjà été fait, et il n’y avait pas vraiment de raison de changer soudainement de plan. Ce souci ne demeure même pas en son esprit, rapidement balayé par les quelques bouchées qu’il avale, entre quelques coups d’œil qu’il porte à sa désormais compagne de voyage. Se disant que si lui avait lancé un « je meurs de faim », cela se serait soldé par un empiffrage en règle, un gavage frénétique ne s’arrêtant que repus. Mais bon, il ne suffisait que d’un coup d’œil pour s’apercevoir qu’ils n’avaient pas la même classe, forcément, et cela ne le choque pas. L’amuse même légèrement, comme il décroche un demi-sourire.

Qui s’efface bien vite, comme il écoute son récit. Ne cherche même plus à se nourrir, juste à l’écouter. Il n’a pas trop faim de toute manière, et préfère de loin se concentrer sur le son de sa voix. Cette fuite qu’il a connu également, après la défaite de leur ordre. Ce voyage sans but, jusqu’à ce qu’ils se mettent sur la voie des Muses. La suite diffère car chez chacun la volonté artistique d’Apollon se manifeste différemment, comme avait pu le lui dire Abrarxès. Il redouble alors d’attention, car cette part du récit lui est propre. Se sent en peine comme elle parle de ses chants mortuaires. Mais y voit une autre similitude avec son propre chemin : une solitude parmi les morts. Peut-être qu’il voit cela de manière biaisé. Elle n’avait pas été seule réellement, puisque voyageant auprès de simples dormeurs. Mais ce n’était pas ce chemin là qui l’intéressait, pas celui-là qui le marquait. Ses chants nocturnes… c’était là qu’elle avait réellement pu être elle-même, là qu’elle avait avancé sur la voie du Cygne. Ainsi, ce serait donc cette forme-ci qu’il retiendrait surtout. Mais c’est déjà à son tour de répondre à la question du comment.
- J’imagine que… je me suis réveillé en plein bataille, ou du moins juste après. Mon corps était blessé, mais je ne saurais vraiment en dire plus. Mes souvenirs de ces derniers moments sont très confus. J’ai l’impression que c’était souvent ainsi. Je ne me souviens pas vraiment de ses combats, comme si en ces moments j’avais été relégué plus loin encore. Qu’importe à présent… J’ai alors été englouti d’une intense lumière. C’était Lui. Il m’a parlé. Enfin, pas à moi… Il a informé son fils qu’il était en droit de se reposer à présent, après l’avoir bien servi… J’étais confus. Je ne savais plus vraiment qui j’étais. Il m’a appelé Lykeios, alors j’ai jugé que c’était ainsi que je me nommais. Il m’a fallu du temps avant de faire le tri, la part des choses entre les souvenirs qui m’appartenaient et ceux dont j’ai juste été le témoin.

Mais j’ai aussi entendu, senti et retenu l’appel. Celui qui ordonnait à ses serviteurs d’accomplir leur Itinérance… C’est ce que j’ai fait. Je me suis porté vers Delphes. C’est là où tous deux nous avons vécu, lui et moi. Là que sa meute m’avait trouvé… Cela semblait sensé. Je me suis souvenu que non loin, j’avais croisé une sculptrice. Que je pourrais peut-être user de ses dons – ce dont je m’en souvenais en tout cas – afin de réaliser ce que les Muses attendaient de moi, et d’acquérir ainsi le droit à mon tour de servir. Et ainsi, je suis devenu l’Épervier de Zéphyr...
Ce serait ainsi qu’il se présenterait, sa nouvelle identité, si seulement cela n’était pas trop risqué. S’il n’y avait pas le besoin impérieux de faire profil bas. Car il n’était plus Démétrios, pas plus que Lykeios. Ce dernier nom toutefois avait le mérite d’être connu et usité par ceux qui auraient survécus, comme Rowena, si toutefois il y en avait d’autres. Plus simple donc, même si ce n’était pas lui que ça représentait à ses yeux.
- Cela fait… J’ai décidé de me mettre en quête d’autres comme nous, et d’indices sur la quête menant à notre maître. Si l’on dit que tous les chemins mènent à Rome, il n’est dès lors pas dérisoire de penser qu’ils en partent également. Avant même d’y parvenir, cela semble avoir payé déjà, puisque je t’ai trouvée… Espérons que cette veine se poursuive !
Parlant, il avait repoussé son plat. Pas plus faim que cela. Il lui laisserait le temps de terminer, ne l’accablant pas pour l’heure d’autres questions encore. Peut-être qu’elle-même souhaiterait en poser d’autres ?

[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore

Lorsque repas et discussion seraient achevés, il la préviendrait. Qu’elle prenne un peu d’avance, sur la route les menant à Rome. Qu’il avait… « des détails à régler » mais qu’il ne manquerait pas de la rejoindre très rapidement. Il tiendrait parole, lorsqu’à quelques centaines de mètres de là, elle pourrait le voir débouler dans un galop moyennement maîtrisé, un second cheval en selle. Parvient à s’arrêter non loin d’elle, lui soufflant juste à la hâte.
- Pas le temps d’expliquer. Filons comme les vents !
Difficile à dire si l’allusion est volontaire.
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs Solaire-dore


[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs SSban
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2094-lykeios-epervier-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1715-lykeios-epervier-de-zephyr
 
[Janvier 553 - Lykeios] Sur les routes de Rome se cache les souvenirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: