Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyMer 6 Mai - 14:47
Un voyage est souvent défini comme un long trajet, de plusieurs jours, permettant d'observer différents paysages, de voir, lentement, les modifications apparaître. Les forêts qui deviennent plus denses. Les reliefs qui s'adoucissent. Mais voyager, pour certains, c'est seulement aller dans un endroit, finalement assez proche de sa propre habitation. De son propre environnement de vie. Une ville, par exemple. Voyager, cela peut apparaître juste comme marcher, errer, dans certaines rues. S'installer sur une construction urbaine. Et observer, dans tous les cas, les mouvements de ces nombreuses silhouettes.

Et c'est ce qu'il fait, régulièrement. Assez souvent. Suffisamment pour que certains remarquent cette habitude. Il voyage. Juste en regardant ces différentes silhouettes. En observant ce que certains achètent. En se penchant aussi sur les étales des itinérants. Des choses à observer. Des choses à voir. À découvrir. Des histoires à écouter, aussi … Car certains aiment parler de ce qu'ils savent – ou croient savoir – concernant certains bijoux. Certaines choses.
Et c'est ainsi que les choses se répètent, avec une certaines régularités. Non pas pour se vider la tête. Non, au contraire. Pour la remplir. De nouvelles choses. De nouvelles visions. Et pourquoi ne pas ajouter quelque chose à sa propre collection de souvenir, sa mémoire matérielle ?

N'est-ce pas ainsi que l'on se crée une histoire ? Des souvenirs à accrocher, à conserver. Qui portent des contes, des récits. Même des souvenirs de ce conflit, en Italie. Oui, il en a un. Et il a de tout. Et là encore, il ramène quelque chose. Enfermé dans un coffret en bois d'ébène. À l'intérieur ? Un crâne animal. Un rongeur. Un rat, peut-être. Décoré, selon des traditions proche des peuples dits barbares. Il n'a pas coûté très cher.

Il n'a pas coûté trop cher. Financièrement du moins. Car c'est des mains d'une communauté qu'il a été arraché. Par un guerrier. Qui s'en ait débarrassé à un itinérant. Qui l'a vendu à un autre. Jusqu'à arriver, là, entre ses mains. C'est du moins ce qu'il a compris. De cette histoire racontée par l'homme qui le lui a vendu. Qui sait où se trouve la vérité du mensonge, à part cet homme ?

C'est donc en tant que cavalier voyageur que le Cardinal revient face à l'entrée sombre du Dédale de Chair. Descendant tranquillement de la monture innommée, la silhouette encapuchonnée passe un instant sa main contre l'encolure. Bien vite, le cheval galope dans la direction opposé. S'effaçant lentement dans une certaine brume. Ayant récupéré son bâton – son arme, qu'importe ce que certains pourraient y redire – il commence à avancer. Une arme, oui. Différente d'autre. Qui épouse certaines courbes de sa Cuirasse, bien que celle-ci ne recouvre pas ses traits. Une extrémité qui s'entrelace en plusieurs bois. Rappelant la couronne d'acier et d'écorce, qui accompagne la Pestilence.

Il s'enfonce, alors. Dans le Dédale de Chair. Les mains occupées – l'une tenant le bâton, l'autre le coffret –, le jeune homme est pourtant des plus attentif. À ce qui l'entoure. Aux possibilités. C'est ce qu'il a appris à faire. Pour servir au mieux Ses intérêts, ceux d'Acamas. Mais aussi pour apprécier au mieux ce qui l'entoure. Nourrir sa curiosité …
Il avance, donc. S'enfonçant plus profondément, dans les boyaux. Pour enfin atteindre l'obscurité de l'Antre de la Pestilence. L'Estomac du Dédale. Sa fosse, profonde. Dans laquelle des malheureux peuvent être plongés. Sans remords. Et sans espoirs de les voir remonter à la surface.

Sans mauvaise surprise.
Quoique … ? Une surprise est-elle mauvaise ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptySam 9 Mai - 20:52

La Famine s’était réveillée de son long sommeil. Avait arpenté à nouveau les boyaux de la citadelle infernale, et entendu de la voix du représentant d’Arès. Ses missions impliquaient qu’elle demeure au sein du dédale pour l’heure, afin de tirer au maximum profit de ses compétences, avait dit le Pontifex. Que connaissait-il alors de ses compétences, s’il ne lui était accordé ni carnage ni destruction ? Qu’à cela ne tienne, Jehane avait considéré que c’était acceptable, ou tout du moins tolérable pour l’heure. Dernière survivante des Berserkers lors de la guerre les ayant opposés aux Saints en 545, elle avait été gardée captive au Sanctuaire cinq années durant. Elle y avait nettement amélioré son talent naturel, son arcane de discrétion, qui lui avait valu d’être une si fière et douée voleuse en son temps, avant qu’elle ne reçoive la bénédiction d’Arès. Capable de se rendre imperceptible parmi les ombres, elle savait épier les murmures…

La Cardinale avait appris par Haldor – l’ancien Tribut d’Odin, même s’il n’acceptait pas cette appellation, rien que ça ! – que les autres Cardinaux (Védan et Melon ?), lui compris, aimaient à sortir, prendre l’air. Alors, si elle en était privée pour sa part, elle ne manquerait pas d’user de cette information à son avantage. Car en effet, quel meilleur moment qu’une promenade d’un Cardinal que pour venir jeter un coup d’œil discret à son antre, son sanctuaire ? La maison, le foyer… n’était pas là que l’on se sentait le plus à l’aise ? Le plus prompt à agir naturellement ? En cette libération qu’est le retour à la maison, ce moment même où l’on se dit « c’est bon, j’ai passé la porte de mon domaine, je suis en sécurité » ?

Précisément ce que Jehane cherchait, donc. Aux portes, elle était demeurée cachée. Un bon endroit pour épier les allées et venues. Une sensation étrange alors qu’il était sorti. Acamas ? Non. Ou bien oui ? C’était un sentiment étrange. Une ressemblance frappante, mais des nuances qui permettent de réaliser que ce n’est qu’un sosie. Quelle était cette manœuvre ? Et pourquoi le Pontifex ne lui en avait-il pas parlé ? Quoi qu’il en soit, la Pestilence était donc de sortie. Et au creux de l’estomac, elle vint observer. Observer et attendre, tapie.

[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Trident-jehane

La Famine n’a touché à rien, bien sûr. Elle a juste observé les lieux, qui n’avaient pas vraiment changé depuis ce temps. La cathédrale de chair avait beau être vivante, et les matières se déplacer, l’ensemble préservait malgré tout peu ou prou son homogénéité bien particulière. À l’exception peut-être de possession particulière du nouveau résident. S’il y en avait et qui n’étaient pas cachées, elle aurait pu les voir durant ce temps passé à attendre.
Lorsqu’il rentre enfin, canne à la main, son regard d’améthyste scrute. Qu’a-t-il ramené ? Que cache-t-il dans ce coffret ? Qu’allait-il faire à présent ? Bien des questions sur lesquelles elle pourrait peut-être obtenir des réponses en continuant de l’observer. À un moment ou un autre, elle interviendrait, elle le savait. Il faudrait bien qu’elle lui pose quelques questions, sur ce « détail » dont le Pontifex n’avait pas jugé bon de l’entretenir. Et elle en réservait un bon lot pour ce dernier d’ailleurs, lorsqu’il lui serait donné de le revoir...


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyVen 15 Mai - 19:52

Une poussée sur ses jambes et voilà que la Pestilence quitte le plancher des vaches. Atteignant les hauteurs de l'estomac, l'extrémité la plus basse de son bâton vient cogner légèrement contre le plateau rocheux – osseux ? – qui domine la profonde crevasse. Le son résonne. Il infecte le silence quasi religieux qui domine d'ordinaire l'environnement. Infecte. Oui, le mot semble particulièrement bien choisi. Car si ce n'est guère que le coup du bois contre l'os – ou la pierre, qu'importe l'interprétation –, cela reste une anomalie viscérale. Qui se fait entendre. Une nécrose de ce silence.

Ou peut-être est-ce simplement la résonance de la douleur dans laquelle existe, continuellement, cet environnement. Blessé, meurtri, dans cette chair si particulière. Un blessure béante, une entaille infestée de cette substance corrosive. Peut-être. Oui. Peut-être que le Dédale souffre, en ces lieux.
Peut-être que sous cette carcasse de roche et d'ossement se trouve finalement de nombreux nerfs. À vifs. Rongés par les infiltrations continuelles de cette source intarissable. Peut-être, en effet, que chaque pas arrachent à ce Dédale – s'il est bien vivant – une douleur si insoutenable qu'il n'est guère en mesure de la faire entendre. Que seuls ces petits coups. Ces échos caverneux réussissent à interpréter.

Ou alors, peut-être est-ce tout simplement l'imagination de la Pestilence qui dérive, encore. Un peu. Comme souvent. Mais la question se pose. Pour lui. Le Dédale est-il vivant ? Le Dédale peut-il souffrir ? Cet agglomérat est-il vivant ? Est-il capable de reconnaître ? D'écouter ? D'exister comme une entité unique ou au contraire comme une succession de chants et de paroles, provenant des différents os, peaux et muscles qui composent son organisme ?

Les questions se posent. Mais les réponses, parfois, sont plus complexes à trouver. Surtout en ces lieux. Poser certaines questions revient à paraître aussi stupide qu'un nouveau né. En poser d'autres revient à attirer l'attention d'un peu trop près. Enfin, certaines ne se posent guère. Elles s'expérimentent. Une chose qu'il évitera de faire, du moins lorsque cela concerne directement l'intégrité du Dédale.
Il s'avance – conscient qu'on pourrait l'observer, car ce lieu est un nid de vipère, inconscient que cela se produit en ce moment –, pour s'enfoncer lentement dans les ombres du creux. Pour atteindre la paroi étrange. Qui s'ouvre, dans un son feutré à la douce caresse d'un fragment de son énergie cosmique. Il rejoint ainsi quelques veines secrètes. Qu'il s'autorise à avoir. Après tout, un organe doit bien être lui aussi connecté à un système circulatoire. Qu'il soit dépendant ou non ne tiens qu'au maître des lieux. Et il a opté pour cela. Un environnement à lui. Qui lui permet d'être rapidement sur place. Et en hauteur.

Un environnement isolé. Et qui a l'habitude de le rester.

Éclairé par de faibles braseros, l'environnement ne semble pas si différent, bien que la roche et l'os semble s'accompagner de nervures particulières. Une arborescence noire, présente avant sa propre venue. Après tout, il lui a été déconseillé de tenter quoique ce soit de lui-même en ces lieux. Obéissant, il n'a rien fait de ceci.

Ses pas finissent par le guider jusque dans un environnement bien plus isolé encore. Aucunement un sanctuaire, mais plutôt un atelier. Et une salle de trophées. Une arme. Un bocal rempli de débris. Un tournesol séché. Quelques pierres gravées, récupérées dans le Grand Nord. Et d'autres choses. De nombreuses choses. Parmi lesquelles vient se poser le coffret de bois noir. Qu'il ouvre, doucement. Pour en sortir l'objet. Qu'il vient déposer à côté d'une lame courte, fêlée. Des souvenirs. Conservés. Qui encerclent cet atelier de bois.
Une silhouette artificielle, en cours de fabrication. Une silhouette sans véritable trait. Minimaliste. Plus une reproduction de la mécanique du bras, de la main. De la jambe. Du corps, en somme. Oui. Plus une reproduction de cela qu'un visage figé.

Un lieu dans lequel il passerait des heures sans une once de honte. Un lieu dans lequel il se plaît à conserver et lire. À étudier. Car, de quelques tours de mains, ce coin atelier peut facilement se transformer en un support de lecture.

Car les parchemins sont présents aussi. Conservés. Dans différents coffres. Tout comme d'autres éléments. Plus fragiles. Plus importants.
Les maladies, elles s'étudient, elles aussi. Parfois sur le vif. Parfois, avec la patience de l'érudit.

De quoi se perdre des heures, en effet. Se sentir exister. Se sentir être capable de faire quelque chose. De pouvoir s'inventer une certaine forme de vie. Même si cela le pousse, dans son regard, à marquer les différences. Après tout, combien d'humains ressentent le besoin de conserver autant, au point de sentir observé. Par chaque objets. Par chaque souvenirs ?
Mais cette sensation est appréciée. Elle semble naturelle. Pour lui.

Quittant peu après ce jardin secret, le jeune homme reprend lentement le chemin inverse, déviant pendant quelques instants pour récupérer dans la réserve un fruit. Lançant la pomme, il l'attrape. Une fois. Deux fois. Une nouvelle et très légère impulsion de cosmos vient lier le cœur stomacal et ces veines secrètes.

Il avance, de quelques pas. Avant de s'asseoir sur ce perchoir, posant son arme blanche sur le côté, sans en perdre un accès vif. Immédiat. Car il l'est, toujours. Même si certaines Bêtes savent rôder bien loin de ses yeux. Et il croque dans la pomme. Alors que de l'air commence à vibrer. Il fredonne. Une petite mélodie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyMer 20 Mai - 12:09
Le Cardinal de la Pestilence semblait être une parfaite curiosité. La plupart des Berserkers d’Arès étaient des animaux. Les fauves de la terre, comme cela se disait en son temps. Trop souvent, l’on trouvait ici la plus pure bestialité, s’exprimant même parfois dans une bêtise crasse malheureusement assez symptomatique. Il suffisait de voir cet ancien Guerrier Divin qui méritait bien de s’être vu collé l’Ours. La Mort, oui, la mort de la réflexion et du bon sens, sans nul doute ! Jehane ne se sentait pas tout à fait comme eux. Elle ne vivait pas qu’au travers du spectre des marées de sang et du cannibalisme. Il y avait être une Bête, et être un simple animal… Désespoir que d’observer ceci en cette ère à nouveau, mais après tout il fallait bien que certains aillent mourir en première ligne ! Des choix tout désignés.

La Famine quant à elle souhaitait la destruction non pour elle, mais pour son maître. Pas spécialement assoiffée de sang, ni faim de combat, seuls la volonté de son seigneur Arès la poussait réellement en ce sens plus que de répondre à un besoin profond, comme cela semblait être le cas pour certains des pires énergumènes arpentant ces couloirs. Ce Melon semblait bien différent. Si elle n’avait pu détailler sa collection, elle pouvait tout du moins juger que ces petits objets qu’il allait collecter et manipuler dénotaient d’une habitude trop humaine, et donc trop rare au sein de la Cathédrale de chair.

Elle qui avait tué cette part d’elle-même, l’avait abandonnée à la citadelle lorsqu’elle en avait quitté les murs – au sens premier du terme – cela l’intriguait malgré tout. Cela, et le fait qu’il portait ce visage, bien entendu. Ses attitudes et son aura trahissaient sans mal qu’il n’était pas Acamas. Mais qu’était-il alors ? C’en fut assez, jugea-t-elle. Et lorsqu’il se mit à fredonner, elle quitta les ombres et les murmures pour l’accompagner.


Sa douce mélodie fut ce qu’il put percevoir en premier, juste avant sa présence, la première brisant le voile qui camouflait jusqu’alors la seconde. Elle s’approcha alors, et tout tant dans ses notes joué, son Cosmos ou son attitude dénotait qu’elle n’était pas là pour l’agresser de quelque manière que ce soit. Elle n’était qu’un lac de calme plat, onde apaisante, que sa voix douce vint ponctuer.
- La Famine vient te saluer, cavalier blanc. Suis-je une nuisance venue mettre fin à ton chant, ou une présence tolérée venue l’accompagner ? Ce sera à toi de me le dire, si je te dérange je partirai, mais… je me disais que nous pourrions parler...
Elle avait parlé lentement, de sa voix semblant provenir de partout et nulle part à la fois. Sa manière de communiquer, transmettant ses mots par l’esprit tandis que sa gorge ne pouvait plus produire le moindre son. Elle avançait plus lentement encore, à pas mesuré, manifestant son désir de ne pas le brusquer. Jehane lui laissait donc le choix de tenir conversation ou non. Serait-il aussi intrigué, ou bien préférerait-il préserver son intimité ? Quant à savoir si elle respecterait son choix ou non, ça, seul l’avenir le dirait.


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyVen 22 Mai - 14:10
Les quelques notes viennent accompagner les vibrations nées de ses lèvres. Il fronce un instant les sourcils. Pour la voir lentement traverser le voile par lequel elle masquait sa présence. Le silence, ainsi se brise. Réellement. Par l'harmonie des cordes sur lesquelles les doigts de cette femme. Sa propre petite évasion musicale cesse, profitant des notes, sans réel désir d'en fissurer la délicatesse.
Qui s'estompe, pour laisser place à une voix. Qui vient porter les mots directement dans son esprit. Par un réflexe naturel, le Cardinal porte sa main contre sa tête. Étrange sensation que celle-ci, en effet. Particulière. Entendre des mots. Une voix – à la douceur digne des notes de lyre. Il entend, tout ceci. Sans voir l'origine. Sans voir de mouvements – altérés ou non par la présence d'un tissu, d'un masque.

Une voix qui appartient au silence. Qui s'y plaît. Qui lui parle, gravant des mots dans son cerveau. Mais laquelle ? L'audition est-elle réellement quémandée dans cet exercice ? La réflexion est présente … Mais elle ne l'empêche pas de répondre, simplement. Respectueusement, après avoir avaler les quelques morceaux de fruit. « Bienvenue, Famine. En effet, nous pourrions échanger. Nous le devons, même. » Il ne se redresse pas, restant ainsi installé, sur les hauteurs de cet Estomac. Ses yeux se posent un instant sur la fosse, profonde. « Je ne sais pas s'il est pertinent ou même agréable pour toi d'entendre cette question mais ... En souhaites-tu une ? » Il lève son regard. Le dirige vers elle.

Puis montre le fruit, cette pomme. Tout en continuant de l'observer.

Zvezdan le Stratège, interprète de l'Ardente Guerre.
Haldor le Guerrier, représentant de la Pâle Mort.
Et elle. L'Obscure et Silencieuse Famine. Dont le nom ne lui est pas connu.

Une autre élue, choisie par Arès. Une silhouette, à la voix silencieuse et aux mouvements invisibles, semble-t-il. Lentement, il vient récupérer son arme, ce bâton. Un coup. Unique. Un brasero s'allume alors. À la surface de ce lac. Des flammes blêmes, dansant à la surface de l'eau, en son centre. Un petit tas de bois, reposant sur un empilement blanc. Sur un empilement qui s'enfonce dans les profondeurs de cette fosse.

Une flamme blême, donc, qui n'apporte finalement qu'une clarté instable, un jeu de lumière. Mais qui vient ponctuer la question qu'il commence à poser. La Famine souhaite parler. Et c'est donc simplement qu'il compte le faire.
Car elle l'intrigue, oui. Cette façon de communiquer. Cette façon d'être. Ce silence. Il est curieux. Discrètement. Curieux de cette différence évidente avec les autres membres de ce quatuor. « Tu peux m'appeler Mérion. » Il reste sur son perchoir. Après tout il lui a proposé quelque chose. Son prochain mouvement dépendra de la réponse de cette femme.

Qu'il observe, pour le moment. Sans hostilité, sans jugement.
Calme. Patient. Comme souvent.

« Famine ... Dois-je t'appeler ainsi ? Où portes-tu un nom que tu préfère entendre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyMer 27 Mai - 0:41
Tandis qu’il l’observe, masque d’étonnement, elle poursuit sa marche lente en sa direction. La Pestilence ne cherche pas à la faire fuir, ne la chasse pas. Tout du contraire, lui souhaite la bienvenue, lui offre un petit en-cas. Haldor avait été le premier, se comportant comme un parfait idiot de service jusqu’à ce qu’elle lui rappelle qu’il avait été un des guerriers divins d’Odin, ce qui lui avait fait piquer une petite crise. Elle n’avait pas encore vu celui qu’Haldor avait nommé Védan, mais cela ne saurait sans doute tarder. Et enfin celui-ci, qui paraissait d’ores et déjà tellement différent des autres, elle inclue.
- Je te remercie de ton accueil. J’espère cependant que tu ne le prendras pas mal si je décline ta proposition, mais je n’ai pas trop de ce genre d’appétit.
Elle se doutait qu’il ne le prendrait pas mal, considérant à quel point il avait pris des pincettes pour le lui proposer. Mais pour une fois qu’une discussion s’installait au sein du dédale avec les formes, elle n’allait pas rechigner à rester dans ce ton. Tout ce qui comptait après tout serait sa capacité à en apprendre plus durant cet échange. Et tandis qu’il leur apporte un peu de lumière, elle s’accroupit lentement avant de s’asseoir en tailleur, délicatement.

Ce n’est pas sur lui qu’elle porte en l’instant son regard d’améthyste, mais sur l’endroit à présent mieux éclairé, regardant danser les ombres que ces flammes projetaient. Ce n’est que lorsqu’il donne son nom qu’elle tourne enfin la tête vers lui et l’observe. Un léger froncement de sourcil qui disparaît presque aussitôt. Mérion… Melon. Comment pouvait-on être aussi con ? Mérion n’était pourtant pas un nom compliqué. À moins que ce soit fait exprès, dans le but de l’humilier ? Pas qu’elle aurait été étonnée qu’Haldor fut aussi bête, mais elle se devait bien de prendre en compte toutes les possibilités. Quant bien même, s’il avait voulu se moquer de lui, pourquoi pas Marron alors, qui ressemblait tout de même un peu plus. Ce n’aurait pas été moins risible, et elle trouva donc que le plus ridicule dans l’histoire était encore celui qui affublait de pareils surnoms à d’autres Cardinaux. Védan s’appelait-il bien Védan, du coup ?
- Famine est le nom qui me convient le mieux, mais j’ai remarqué que les gens étaient souvent plus à l’aise s’ils pouvaient m’appeler par le prénom qui m’a été donné en une autre vie. Tu peux donc m’appeler Jehane si tu le préfères.
Elle semble réfléchir un instant. Ou tout du moins peser les mots dont elle va user. Elle préfère aller à l’essentiel, c’est la substance même de ce qu’elle est désormais. Mais sans doute est-il utile, quitte à garder le fond, de chercher à peaufiner la forme.
- La dernière fois que j’ai interrogé un Cardinal sur ses origines, bien que mes remarques furent légitimes, je me suis heurtée à un mur de colère disproportionnée. Aussi, j’espère qu’il n’en sera pas de même, et que je ne te provoquerai aucune migraine, mais je me dois tout de même de poser la question… Quel est donc ton lien avec le Pontifex Acamas ? Votre ressemblance est, je dois dire, pour le moins troublante...
Voilà qui serait donc son entame. Et comme elle l’avait vu avec Haldor, tant de choses pouvaient découler d’une simple et innocente question telle que celle-ci. Autant dire donc qu’il fut légitime qu’elle ne s’avance pas trop en enchaînant sur d’autres… chaque chose en son temps !


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyVen 29 Mai - 19:23

Il lance la pomme, qui retourne dans sa main. Ses yeux observent un instant la demoiselle en noir. Qu'il écoute, bien évidemment. Après tout, elle est venue à lui – l'importance étant de savoir pour quelles raisons, entre autre. Il secoue la tête, lorsqu'elle refuse son invitation. « Il n'y a pas de mal. Ce lieu n'est, de toute façon, pas le plus à même à accueillir ce genre d'appétit. » Quelques mots. Probable ironie. Après tout, ce domaine ne reste-t-il pas l'Estomac du Dédale ? Là où la digestion commence. Naturelle, comme tout phénomène physiologie. Mais viciée. Tant la Pestilence s'interprète à travers la fosse elle-même.

Ironie, oui. Mais réalité, aussi. Plus qu'un estomac, cet Estomac Calamiteux protège. Les nervures et cavités dans lesquelles peuvent évoluer les différents membres de sa légion – et finalement ceux qui sont invités, ou non, à y entrer – n'ont finalement guère d'importance dans cette mission.
Protéger. Le palpitant. L'Autel. Ce n'est que là que l'espace est suffisant pour s'attarder sur les infections qui voudraient tenter ne serait-ce que d'imaginer s'en prendre à cette autorité.

Et malgré cela il croque une nouvelle fois dans la cendre juteuse, avant de poser le fruit à ses côtés. L'ignorer. Alors que sa main retrouve la direction de son bâton. Pour mieux retrouver le plancher des vaches, alors que les nouvelles paroles de Famine – une Jehane, semble-t-il, concentrée par certaines choses – résonnent dans l'antre de l'Immaculé. Ses pieds arrivent doucement contre le sol.

« Alors, Famine ce sera. Jehane ne sera qu'un nom que j'utiliserai, s'il faut, avec d'autres membres de l'armée. » Un choix. C'est là le plus important. Enfin, est-il seulement une notion de choix avec les Cuirasses ? Après tout, Zvezdan ne devrait-il pas être simplement Guerre, Haldor être Mort et lui Pestilence ? Une question à se poser. Une question qui doit bien avoir une réponse.
Dans le comportement de ces Cuirasses. Dans leur façon d'agir sur le corps. Sur la psyché. Elles peuvent tant offrir. Tant prendre, aussi ?

Il écoute, donc, alors qu'il est maintenant à son niveau. Qu'il observe cette flamme danser à la surface. Son sourcil se hausse, un instant. Il l'observe. Un Cardinal aux réactions pouvant s'approcher de la colère ? Des migraines ? Oh. Aurait-elle fait face à un Ours un brin sauvage ?

Il secoue, dans tous les cas, son visage, avant d'assimiler la question de Famine. Voilà une question qui a attendu, dans l'ombre. Mais qu'il entendait, résonner. À travers les murs – une résonance sans voix, bien évidemment. Des regards. Des interrogations silencieuses. Que cette voix cosmique – tout autant silencieuse, finalement –, semble venir porter. Des interrogations qui forment l'une des raisons le poussant à quitter, parfois, le lieu. La quête de souvenirs. La quête de Mérion. Juste Mérion.
« Nous partageons un lien, oui. Il est simple. Il va peut-être te décevoir. » Ses perles d'ambre se posent sur elle. « Nous partageons un lien du sang. » Il hausse, un instant, les épaules. N'est-ce pas la vérité ?

Que peut-il répondre d'autre, de toute façon ?
Face à cette demande, seules trois solutions sont possibles. La rediriger vers Acamas, qui serait alors le premier mis face à cette demande. Réagir comme Haldor. Ou intégrer une quelconque vérité, que seul Acamas pourra expliciter ou non.

Le lien du sang. Celui de la famille. Il est de sa famille. De cela, il en a la conviction. La famille d'Arès.

« Vu que nous en sommes aux questions, laisse moi t'en poser une. » Mérion l'observe, un instant. Ce visage, principalement. Qui n'a pas traversé la porte de ce domaine. Qui semblait s'extirper d'un voile. Une voile lointain, mystérieux. « Que cherchais-tu à observer, depuis le voile d'ombre qui te cachais ? » Curieux, il l'est. Il peut comprendre ce principe. Qui semble, manifestement, être interprété de bien des façons.

Après tout, chacun semble vouloir observer l'autre. Le connaître. Savoir dans quelle mesure il sera un allié utile. Ou un fardeau à traîner. Et les Cardinaux, au milieu de tout cela, sont sûrement ceux qui ont le plus besoin de telles évidences, de telles preuves. Connaître leurs armées. Connaître leurs pairs. Car nulle doute que l'ombre silencieuse pourrait apporter à la vermine blanche. L'inverse est aussi vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyMer 3 Juin - 2:05
La remarque est pertinente. Le gardien de l’estomac et la Famine, discutant d’appétit. Elle acquiesce, reconnaissant volontiers l’ironie de la situation sans pour autant trop s’y attarder. Par contre, elle note qu’il sera donc le premier à accepter de ne pas s’encombrer d’un nom d’un autre temps. De la reconnaître simplement pour ce qu’elle est : Famine, la sombre cavalière d’Arès. Derechef, elle opine, simple prise en compte de ce qui venait d’être annoncé.

Vient alors le moment de la confidence, sans roulements de tambours. Un lien du sang donc, sans autre précision. Était-elle déçue, comme Mérion avait estimé que ce pourrait être le cas ? Pas vraiment, si ce n’était par le manque de précision. Jehane n’était pas vraiment la plus imaginative des guerrières en la matière. Elle avait été une jeune femme terre à terre, et l’était globalement restée. Et autant aimait-elle jouer avec l’esprit de par son art des illusions, la manipulation concernant la chair et le sang lui était tant étrangère que cela ne lui venait même pas particulièrement à l’esprit. Un lien du sang, d’accord. Des frères sans doute, peut-être jumeaux ? Ils n’étaient pas toujours parfaitement identique, disait-on. Elle n’en avait jamais vraiment rencontré, sinon un Gémeaux, et il était sûr qu’il ne ressemblait à rien, à défaut de ressembler à un frère. Mais dans ce cas… pourquoi tant de secrets, en fait ?
- Vous êtes frères, alors ?
Creuserait-elle encore plus ou non ? Cela dépendrait. Des questions lui brûlaient les lèvres l’esprit, mais il y avait toujours ce souhait de ne pas brûler les étapes. De ne pas le brusquer. Et au pire, elle pourrait toujours aller demander au Pontifex la raison pour laquelle il ne lui en avait rien dit au moment de lui confier sa mission. Quelques jours à peine qu’elle était sortie de sa stase, et voilà déjà les questionnements qui s’accumulaient…

À ce titre, il était légitime alors qu’elle fournisse quelques réponses pour sa part. Du donnant donnant. Ainsi, tout comme lui, elle en dirait assez pour considérer cela comme une réponse, mais demeurerait assez vague pour qu’il ne soit possible d’en faire grand-chose.
- Je suis les Ombres & les Murmures. N’est-il pas logique que je m’y fonde naturellement ? Est-ce que je préfère regarder ou ne pas être vue ? Écouter ou ne pas être entendue ? C’est là surtout une question de point de vue...
Elle laisse filer quelques secondes. Et elle en décocherait presque un rictus si toutefois elle avait été pourvue du nécessaire pour sourire.
- Certains se cachent. D’autres ont des choses à cacher. Parfois les deux vont ensemble. N’est-ce pas ?
Malgré tout, cette voix qui semblait provenir de partout et de nulle part à la fois semblait légèrement amusée.


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyLun 22 Juin - 3:23
Des frères hein ? Je doute qu'il apprécierait la comparaison. Une certaine malice vient habiter son regard, son sourire, alors que ses yeux observent cette surface calme, apaisée. Des reflets vont et viennent, véritable danse de cette blême flamme contre les eaux tranquilles.
Quoique … Peut-être ne sont-elles pas si tranquilles ? Quelques mouvements. Imperceptibles. Quelques ombres, qui fuient ces éclats blêmes. Des choses qui préfèrent les abysses. Des choses qui préfèrent se cacher. Et cela lui arrache un sourire. Car il sait qu'ils ne tenteront rien. Du moins envers eux. Pas envers la Pestilence, bien entendu. Mais pas envers la Famine, aussi.

Alors qui sait ce qui se passe … dans ce silence étrange.

Que le jeune homme brise, par quelques mots. « Quelle importance, finalement … ? » Il semble rechercher un instant une réponse à cette question. « Famine … Quelle est l'importance du lien pour toi ? Ne sommes-nous tous pas des serviteurs d'Arès ? » Rêveur, légèrement. C'est ainsi que les choses doivent être vues, finalement. Des guerriers. Des Cardinaux. Des Centurions. Et des Légionnaires – et n'oublions pas le reste de la fourmilière. Non. Il ne l'oublie pas. Aussi essentiels que le reste. Il aura même une idée pour elle.

Pour qu'une partie de cette fourmilière leur permette de s'étendre.

Mais chaque chose en son temps. « Une seule chose compte pour les êtres comme nous … » Son regard plonge dans la fosse. « Le lien avec ce que nous sommes actuellement. Un cœur de l'armée d'Arès, chacun. Un cœur qui peut être arraché. Remplacé. J'ai cru comprendre que ma Cuirasse en ait un exemple précis. » Et pourtant un léger sourire vient se poser sur ses lèvres.
Puis un murmure. « Et je ne pense pas que celle qui Se veut être uniquement Famine a quelque chose à redire à cette réponse et à cette logique. »

Elle aura eu sa réponse. Un lien du sang.
Elle aura eu sa deuxième réponse. Un lien de dévotion à Arès.
Elle aura surtout sa réponse, qui vient se fixer à Sa logique. Famine est le nom qui te convient le mieux.

Posant son regard de nouveau sur la femme des ombres, écoutant sa réponse. Qui finalement se pose en deux temps. La réponse. Oui. Et la légère malice de cette entité des murmures. Qui lui arrache un léger rire. « Nous apprenons tous. L'observation n'est qu'une partie du processus. À un moment donné, il est parfois essentiel de s'extraire du voile.  Sinon, les questions restent sans réponses. » Son arme s'envole simplement, pour rejoindre la flamme blême. Qui remonte le long de la hampe blanche. Pour se lover entre les excroissances. Tandis que l'arme se fixe entre la pierre. Une véritable lanterne.

Glissant ses mains dans son dos, il penche un instant sa tête sur le côté. « Et ta légion est sûrement de celle qui joue le mieux ce double rôle, non ? Les Murmures, les Ombres. Se cacher. Découvrir ce que cache les autres. Mais … à qui vient le rôle de protéger les secrets de ton Maître ? » Il la regarde. « Est-ce là aussi le rôle du Murmure ? » Où n'est-ce finalement pas le simple Silence ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyLun 29 Juin - 5:11
Regard malicieux et sourire à sa question ? Qu’est-ce que cela signifiait ? D’une certaine manière, elle l’apprendrait assez tôt, par l’explication alambiquée qu’il lui offrit en retour. Se rendait-il compte qu’en esquivant la question, il donnait justement une très nette réponse ? C’est ainsi qu’elle perçoit les choses du moins. Car si la réponse avait été simple, alors ici elle aurait été donnée. Face à une telle ressemblance, pourquoi ne pas reconnaître qu’ils étaient frères s’ils l’étaient réellement ? Elle sait alors que l’histoire est forcément bien plus compliquée qu’un simple lien familial. Cette possibilité est donc écartée, ne laissant pas beaucoup d’autres liens du sang parmi les possibilités. La Famine soupire.
- Un « non » aurait suffit, je pense. Mais cela aurait grandement écourté la discussion, il est vrai. As-tu besoin de parler, cavalier blanc, pour ainsi prendre tant de détours ? Si tu cherches à vaincre le silence, je sais être une oreille attentive comme tu t’en doutes.
Un ton presque taquin, anormal en son registre. Et la voilà qui plisse les yeux, semblant peut-être prise d’un mal de crâne même si ce n’était pas le cas. Tous les murmures qu’elle percevait n’étaient pas volontairement épiés, et certains n’hésitaient pas à s’imposer à elle en masses informes, s’échouant sur l’écueil de sa psyché brisée. Pauvre âme que de ne pas se rendre compte encore du processus inéluctable qui était en marche. Cela pourrait prendre des mois, ou des années...
- Nous ne faisons pas ce que nous voulons...
Laisse-t-elle échapper, plus pour elle-même. Du moins l’impression que cela peut donner.
- Rien de tout cela n’a peut-être d’importance. Et peut-être que tout en a. Aucun de nous n’est déterminant mais chacun est utile. Nous ne décidons pas. Nous sommes une ruche où chacun doit tenir son rôle. Le Maître dicte à la Voix, et sait que les secrets n’existent pas. Ils ne sont qu’illusoires et tout fini par se savoir. Cela aussi, je le sais…
Elle avait parlé en plongeant son regard dans le néant abyssal ondoyant, sans trop savoir parfois quel message elle était en train de faire passer. Sa mission ne lui plaisait pas. Mais elle demeurait sa mission. Elle ne pouvait pas l’exprimer aussi clairement, mais de toute manière, elle n’avait certainement pas à s’excuser d’appliquer la volonté d’Arès, transmise par le Pontifex. Et les secrets de ce dernier finiraient bien par tomber, eux aussi...
- Au final, je pense que celui qui a le plus à cacher a aussi le plus à perdre. Si nous apprenons tous, il convient d’apprendre vite. Car même les Voix ne durent pas...
Le retour de cette petite mélodie amusée dans sa voix, une pointe d’étincelle dans le regard en se tournant vers lui.


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge650/650[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1350/1350[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyJeu 16 Juil - 13:01
Étrange. Difficile à percevoir. Voilà comment peut être Famine par moment. Affirmation et négation se mélangent, l'une et l'autre, pour former un discours qui possède, finalement, un certain sens. Une certaine essence, du moins. Des quatre Cardinaux, ils semblent que Mort est Pestilence semblent être les véritables nouveaux venus.
Et au fil de ces paroles, qu'il écoute sans un mot, le jeune homme ne peut empêcher un léger rire résonner intérieurement. Cacher son appréciation de la tournure des événements de cette première rencontre entre Haldor et la Dame en Noire. Quel calvaire cela devait être pour lui de supporter ce mélange harmonieux de douceur et d'insistance, d'expérience et de compréhension des choses.

Pour Mérion ? Le calvaire serait plutôt de ne pas savoir réellement comment se projeter dans ce monde qu'elle esquisse par certains aspects. Les Voix se sont succédé – tout comme les Pestilences – de cela il en avait déjà été informé. Mais par l'habile jeu des discussions, une question reste. Que devrait-il se passer pour lui, si l'actuel Pontifex venait à disparaître ?

D'un mouvement, ses yeux viennent chercher sa main. Qu'il ouvre et ferme. Ce corps. Qu'il ressent. Les désirs qui peuvent parfois naître, péniblement, dans cette carcasse particulière, artificielle … Est-elle liée à la sienne ? Le lien de sang, oui. Un fils, ou un frère, n'a pas à se poser cette question. Mais lui. Lui. Il doit se la poser. Il ne peut que se la poser.

Sans oublier d'écouter. Ces mélanges d'indices. Un apprentissage, en soi. La Pestilence ne crachera sur aucune réalité observée par les autres Cardinaux. Et celle de Jehane – non de Famine – semble se profiler sous cette image de Ruche. Un rôle. Une place. Qui comporte ses avantages. Ses missions. Quelques soient celles-ci. Intéressante image. Teintée d'un fatalisme particulier.

« Si nous apprenons tous, il convient d'apprendre vite. » Il répète lentement cette phrase, avant de sourire. Ses doigts viennent un instant caresser le menton. « Apprendre est une chose. Comprendre en est une autre. Je peux comprendre que les Voix ne durent pas. Mais je pense que nous pouvons comprendre, toi comme moi, qu'il n'est guère dans notre intérêt à ce que l'Élu qui porte les Mots de notre Seigneur ne soit qu'une tête qui peut sauter d'un claquement de doigts. » Et pourtant, cela a été le cas, ces dernières années. Au point que la Guerre a dû jouer un rôle intermédiaire, sans Voix.

« Certains pensent que rien ne changera, que les Voix ne durent pas. D'autres laissent entendre que l'on peut faire mentir le destin. » Il semble peser les deux paroles de ces mains. Comme le ferait la balance brisée de la Famine. « Le véritable secret à trouver serait de savoir quelle vérité et quelles actions permettraient à notre … Ruche … de sortir de cette situation dans laquelle elle s'est enfermée. » Bridée par ces Citadelles. Victorieuse, certes, mais pas Conquérante. Et touchée, affaiblie, d'une certaine manière, par cette période sans Pontifex. Sans une Voix pour Arès.

Son regard se tourne vers elle. « Mais ça aussi, tu le sais, n'est-ce pas ? Tu es Famine. L'ancienne vie, Jehane, ne semble plus qu'exister à travers un nom que certains préfèrent utiliser. Que ne ferions-nous pas pour notre Seigneur ? »

Aucun sacrifice n'est trop grand. Paraît-il. À cette idée, il s'était déjà faite. Mais va-t-elle aussi loin … ?
Car à sa première question personnelle, son esprit ne lui a trouvé aucune réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-bleu1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-rouge750/750[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane G-jaune1200/1200[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane   [Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane EmptyVen 31 Juil - 23:03
Elle l’observe, tandis qu’il réfléchit à ce qu’elle vient de dire. Toujours un air amusé sur le visage, forcément. Oui, les Voix ne durent pas. Et la Famine ressentait une puissante envie de lui demander si cela, au fond, ne l’arrangerait pas, afin d’être le seul en ce Dédale à porter ce visage ! Mais c’en serait un peu trop, certainement. Peu convenable d’appuyer avec trop d’insistance la probabilité d’une mort prochaine de leur Pontifex. Et pourtant… s’il était parmi les mortels à servir Arès une proie de choix, ce serait forcément celui-ci. Depuis toujours et à jamais, jusqu’à ce que le Dieu du Chaos règne en maître sur toutes choses, ses ennemis chercheraient à abattre son plus proche serviteur. Et si ce n’était pas eux qui s’en chargeaient, eh bien… Arès lui-même avait parfois des instincts à calmer, et il se disait de plus que Velya lui aussi aimait bien en faire disparaître.

Tandis qu’elle l’observe, la Bête le voit porter regard sur sa propre main, qu’il agite. Presque comme s’il était étonné de la voir bouger. Ce qui pouvait n’avoir l’air de rien, mais de peu de sens dans une telle discussion. Était-il vraiment plongé dans ses réflexions comme elle le pensait – et dans ce cas, qu’est-ce qui provoquait cette réaction – ou bien cherchait-il juste à chasser quelques fourmillements dans ses doigts ? S’ennuyait-il à ce point de cette discussion ? De peu d’importance de toute manière. D’autres questions seraient à poser, mais plus à lui. Un cas qui serait donc à creuser avec le Pontifex justement, qui avait été si prompt à l’envoyer déterrer des secrets qu’il avait lui-même enterré. L’amnésique, l’ami de jeunesse et la réplique à présent. Léger rictus.

Il lui répond alors, et la Fauve aux quatre visages hausse tout d’abord les épaules. En vérité, le sort d’Acamas lui importait peu, vraiment. Qu’il dure ou non, cela ne changeait pas grand-chose à ses yeux. Maximus, Xanthe, Thivan, Acamas… Deux qu’elle n’avait pas connu, mais ils n’avaient pas vraiment laissé leur empreinte eux non plus. Ils ne font que passer, tous. Juste des pions pour que le Roi puisse être victorieux, et qu’importe le nombre qu’il faudrait en sacrifier. Mais cet avis avait déjà été exprimé, et qu’il soit d’accord ou non, bien sûr, celui de Jehane ne changerait pas. Aussi n’était-il plus utile d’en discuter, tout simplement. Elle est une créature d’action plus que de débat. De chaos plus que de verbe. Aucun mot, de leur part en tout cas, ne changerait quoi que ce soit à la situation de toute manière, car ils n’étaient que trop peu de choses, tant Cardinaux qu’ils étaient.

Le sacrifice. Elle hausse un sourcil, et se lève. Sans animosité ni précipitation. Et c’est même avec un certain amusement encore qu’elle répond.
- Ironique que ce soit à moi que tu poses cette question. J’ai été emprisonnée pour notre Seigneur, cinq années durant, afin qu’il ait le temps de reformer ses armées. J’ai offert jusque ma vie pour notre Seigneur, afin de pouvoir le servir à nouveau, encore et encore. Ancienne vie ou nouvelle vie, qu’importe, je l’ai fait, et le ferai encore. Pour lui, l’éternel, et non pour ses serviteurs éphémères, tout comme moi. Réinventer la roue… l’arrêter ou la briser… Nous ne sommes rien pour cela. Mais en allant tous dans le même sens, il nous sera alors possible de lui donner assez d’élan pour que se réalise la volonté d’Arès. Voilà pourquoi nos intérêts personnels sont si vains, Pestilence.
Un signe de tête, en guise de salut. Un signe de la main, pour appuyer son inexorable départ. Quelques pas, et ses doigts qui pincent les cordes de sa lyre, répandant sa douce mélodie. Et aussi simplement qu’elle était « arrivée », la voilà repartie...

Citation :
RP terminé de mon côté, je te libère ! Razz


[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
 
[Janvier 553] Dans le creux de l'estomac ~ Jehane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Estomac calamiteux-
Sauter vers: