Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1500/1500Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge1350/1350Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1650/1650Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1650/1650)
Message Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyJeu 7 Mai - 2:04
Seul, porté par le vent, la nécessité et les caprices d'un esprit aventureux.
Seul, sans avoir à tuer pour survivre, tuer pour supporter, tuer pour... Tuer.
Seul, sans ses frères Vandales, pour le meilleur comme pour le pire.
En somme, seul, et ce après de longues années passées en communauté. Parmi les nobles de Carthage, puis parmi la troupe de survivants, parmi les guerriers.

Mais là, là maintenant, seul. Là aussi, pour le meilleur comme pour le pire.
Ca fait maintenant quelques mois, qu'il a quitté ses frères d'arme. Jeune, quinze petites années de vie derrière lui, mais à l'époque, quinze petites années suffisent, lorsqu'on a pas le choix. Lorsqu'on sait se débrouiller, survivre, combattre, se faufiler au profit des ombres et subtiliser ce qui mérite d'être possédé. Faire sien ce qui est à autrui. Ca a longtemps été sa principale source de revenus, au début de ce périple solitaire. Chasser pour se nourrir, et vendre l'excédent. Voler s'il le faut, si l'opportunité se présente et le jeu en vaut la chandelle. Plus tard, il vendra sa lame à qui le veut contre de l'or.
Il ne s'y est pas résolu, au début. Il voulait... Souffler. Il voulait éviter les réactions, face à une lame à louer si jeune d'âge.

Alors il cache ses yeux qui en ont déjà trop vu trop jeune derrière un regard curieux, qui voyage partout autour de lui en même temps que ses jambes le mènent à errer dans les rues de cette petite ville perdue au cœur des Balkans. Habillé d'une tunique sobre et simpliste, un sac de voyage sur soi et de discrètes pièces d'armure dissimulées sous le tissu, l'enfant soldat darde les rues d'yeux neutres. Portée discrètement, sa dague n'est pas apparente : seul héritage de sa famille et de sa jeunesse à Carthage, l'objet est précieux, tant émotionnellement que monétairement. Une belle lame ouvragée, au tranchant redoutable, forgée avec brio, et donc bonne à attirer les convoitises. Le genre de convoitise qu'il préfère ressentir, plutôt que lui-même inspirer.

Un crépuscule d'été Balkan projette la lumière de son soleil couchant dans les rues de la cité. Drapé dans ses habits d'anonyme sans envergure, Zvezdan vogue dans le presque-nocturne avec une série d'interrogations en tête : Où va-t-il dormir ce soir ? Va-t-il trouver de quoi manger ? De quoi boire ? Aura-t-il le luxe de de manger et à sa faim, et à son goût ? C'est un luxe compliqué que celui d'être difficile, lorsqu'on mène une vie de vagabond... Mais Zvezdan ne s'est jamais totalement débarrassé de certains détails de son enfance dorée : un amour de la bonne nourriture, notamment. Il n'a pas appris à cuisiner pour rien.

Toujours est-il qu'il a l'habitude. Ces questions qu'il se pose, c'est fatalement lui qui doit y répondre. Personne ne trouvera nourriture et toit à sa place. Il lui reste un peu d'or de sa dernière vente de gibier, certes... Mais rien d'extraordinaire. Rien qui ne parvienne à entraver les desseins qui se font lentement chemin dans son esprit. Des dessein de rapine et de ruse.

Alors il y œuvre. Avec ces mains qui ont forgées l'habitude, il déleste quelques malheureux ça et là, dans les rues. Discret - au moins aime-t-il le penser -, il subtilise pour s'accaparer. Un jeu dangereux, où l'erreur peut lui coûter les mains. Ou la vie. Ou qui sait. Qui sait ce qu'ils font aux voleurs, par ici... Mais il ne fait pas d'erreur. Il y arrive, il se débrouille, il emmagasine. Sur ses traits étirés, l'ombre d'un sourire malicieux se dessine.
Discret, au moins aime-t-il le penser, oui. Assez discret pour ne n’attirer ni ennuis, ni attention indésirable, ni rien d'autre ? Rien d'autre que de l'argent facile et un frisson d'adrénaline ?

Les choses sont rarement aussi simples, ici bas. Qui plus est avec un futur Berserker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge750/750Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (750/750)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyDim 10 Mai - 1:17

- Dis Jehane… Est-ce que voler les voleurs, c’est toujours voler ?
Voilà à quoi ressemblait le début d’une bonne aventure… ou d’une très mauvaise idée ! Faustin était spécialiste de ce genre de petites mises en bouche. Le cadet en effet ne manquait pas d’humour et de répartie, et avait un goût certain pour la dérision et les coups du sorts. Quelques temps désormais que Jehane et lui allaient de ville en ville, vivant de larcins. Près de quatre années, depuis qu’ils avaient rejoint Milan. Étaient partis sur les routes, leur projet étant de visiter le monde en vidant des poches. Ils n’étaient pas vraiment pressés cependant, et leur procédure ne déviait que peu d’une ville à l’autre : ils arrivaient, jaugeaient. Piquaient un peu à gauche à droite histoire d’assurer un train de vie décent. Et ne pas s’éterniser trop longtemps, s’assurer un coup un peu plus gros que de la chaparde de bas étage sans toutefois avoir les yeux plus gros que le ventre, et filer avant de s’attirer trop d’ennuis avec les forces de l’ordre ou de possibles rivaux. Rester discrets et vigilants, bien sûr, la base !

Cela commençait à faire quelques temps qu’ils étaient ici. Le moment de partir pourrait être venu. D’autant qu’ils avaient entendus dire que Singidunum était devenue une ville plein d’opportunités depuis que l’Empereur, quelques années plus tôt, avait ordonné qu’elle soit rebâtie. Des rumeurs entendues, mais dont ils seraient heureux de profiter. Faustin avait atteint sa douzaine, Jehane avait encore trois ans de plus. Ils ne pouvaient plus se contenter du strict minimum et de ce type de vie. Le petit frère devenait clairement de plus en plus gourmand, aussi. Voulait souvent tenter des opérations plus téméraires, des coups plus gros… pour le frisson sans doute, mais aussi pour leur assurer de meilleurs repas, de bonnes paillasses et de belles tenues. Ils en étaient encore loin… C’était sans doute de cela dont il s’agissait ici, encore une fois. Certainement une idée risquée en tête, encore, et Jehane allait devoir le raisonner.
- Tu penses à quoi ?
- Bah… c’est ce gars qui vient dans notre coin, tu sais…
- Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée...
- Il vide les mêmes poches que nous, alors je me disais… C’est un peu comme si on lui prêtait cet argent, non ?
- Tu proposes quoi ? On lui tombe dessus, comme ça ? C’est non...
- Mais non ! Tu me connais : discret comme un ombre et muet comme une tombe ! Et puis, il fait une tête de plus que moi et toi t’as les biceps d’une truite, aucune chance…
- Alors c’est réglé, on n’en parle plus.
- Je l’ai suivi. Je sais où il planque ses trouvailles. On a qu’à y aller quand il sera pas dans le coin. C’est même pas vraiment voler, du coup… on vient juste collecter notre part légitime !
Elle se mordille la joue. Elle le sent pas. Mais… voler le voleur qui volait dans les mêmes poches que nous… c’était peut-être pas vraiment voler, en effet.

Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Trident-jehane

Jehane était la plus douée pour la furtivité, très nettement. Faustin était le plus rapide et agile. La décision fut prise qu’elle irait fouiller la planque de cette « nouvelle concurrence » tandis que Faustin monterait la garde. Il adorait encore grimper sur les toits, se plaisant à dire que tous ces perdants regardaient tellement la poussière dans laquelle ils marchaient pour se rappeler de leur condition qu’ils en oubliaient de lever les yeux au ciel. Souvent, cela s’était montré efficace, même si Jehane estimait cette philosophie comme inutile et injuste. Pour s’extirper de leur propre misère, ils en renvoyaient d’autres encore plus bas. Les utilisaient comme des marches pour s’élever. Au début, cela avait été dans le seul but de survivre. L’on se pose alors moins de questions. Mais maintenant ? Jehane ne pensait qu’à l’après. Ce qu’ils pourraient bien faire pour dire au revoir à cette vie, enfin… Malheureusement, ce ne serait sans doute pas pour aujourd’hui encore. Ce serait un aurevoir à cette ville, tout au plus.

Des pas au-dessus d’elle. Un fin miaulement, léger. Le signal, la voie était libre. Faisant confiance à son frère, elle pénétra alors l’endroit, semblant abandonné. La fouille méthodique commença...


Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1500/1500Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge1350/1350Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1650/1650Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyDim 10 Mai - 16:16
Le butin du voleur.
Il a dû vite se résoudre à trouver un petit coin isolé, discret et inhabité, pour emmagasiner quelques trouvailles difficiles à transporter. Discrètement, en tout cas. Ça et là au rythme de ses emprunts, il a trouvé plus que des pièces et de petits objets de valeur. Il a trouvé des choses en plus grand nombre, ou plus volumineuses, des choses qu'il peut transporter le temps d'un trajet pour les déposer plus loin... Mais pas qu'il peut garder sur lui indéfiniment.

Alors il a fallu trouver un endroit. Un vieil atelier abandonné, perdu dans une rue quelconque. Une entrée verrouillée, mais il n'a pas été bien difficile de contourner ce problème. Là, dans la petite pièce, quelques meubles et rangements, quelques outils qui ont trait au travail du bois, rares et abîmés. Une fenêtre barricadée donne sur le dehors, si bien que la luminosité extérieure s'infiltre entre les planches jusqu'à donner un endroit sombre, mais juste assez lumineux pour qu'y progresser ne soit pas un calvaire. Dans l'air, la poussière est épaisse : elle prend d'abord les poumons, puis elle devient visible au regard, faute au soleil ou à la lune, selon les caprices du ciel à l'extérieur.
Ici, personne ne passe. Personne ne s'attarde sur ce petit bout d'architecture. Sauf le squatteur provisoire des lieux. Et désormais, deux autres personnes.

La nuit est tombée, depuis peu. Début de soirée, et Zvezdan n'a pas trouvé réponse à la totalité des questions qu'il s'était posé il y a de ça quelques heures : il a pu manger, mais ni à sa faim, ni à son goût. Il a pu boire en quantité raisonnable, mais il n'a pas trouvé meilleur endroit où dormir. Si bien qu'il est là.
Là, tout proche. Sous un large comptoir de bois, emmitouflé dans une épaisse couverture rapiécée, un coussin de fortune pour soutenir sa tête, et une main sous ledit coussin. L'autre, portée du côté de l'intérieur du comptoir, collée au bois, est rabattue dans son dos, refermée sur sa dague qu'il garde toujours à portée de main dans son sommeil. Un sommeil sans bruit, sans mouvement – en tout cas pour l'instant -, il y a comme un bris dans ses habitudes de dernièrement. Les jours précédents, il continuait de procéder à ses petites exactions une fois la nuit tombée, puis allait parfois s'amuser là où il y a du temps à tuer. Or, la fatigue s'en est peu à peu mêlée. Elle a refusée ses sommeils trop courts et anecdotiques, et elle lui a imposée un grand répit, tôt dans la soirée.

Dans l'atelier tout autour, quelques rares d'objets intéressants, une ou deux babioles qu'il n'aura pas rangé après ses dernières rapines, trop éreinté pour en prendre la peine. Mais le gros de ce qui mérite intérêt réside sous une trappe, elle-même sous le comptoir où il dort, non loin du coussin où sa tête repose. Son crâne ne pèse pas contre l'ouverture, mais une partie du coussin obstrue, si bien qu'il faudrait le déplacer à minima pour ouvrir le contenant. Geste subtil et minime, mais peut-être intimidant, tout de même.

Le jeune Vandale est alerte à son environnement. En temps normal, une intrusion l'aurait sûrement réveillé. Mais l'intrus d'aujourd'hui est plus aguerri que la moyenne... Assez pour qu'il reste endormi.
Pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge750/750Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (750/750)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptySam 16 Mai - 17:08
Dans une main, un morceau de toge. Un carré de tissu dans lequel elle pourrait placer le fruit de son larcin pour l’emporter plus aisément. Jehane n’avait aucune idée de ce sur quoi elle allait bien pouvoir tomber, mais par expérience l’on ne pouvait jamais en mettre assez dans les poches à son goût. Pour une bourse dérobée cela convenait très bien, mais s’il était question de piller la planque d’un voleur, elle espérait bien que même son sac de fortune ne suffise pas. Cela voudrait dès lors dire qu’elle aurait même le loisir de ne choisir que ce qu’elle trouverait de plus précieux… mais bon, on n’en était pas là ! Après tout, être voleur ne voulait pas forcément dire que l’on créchait dans la caverne d’Ali Baba…

Avec précautions, elle passa la porte, qu’elle referma lentement derrière elle. Avant de faire le moindre pas, la jeune brunette prit le temps quelques minutes de s’habituer à l’obscurité de l’endroit. Rien ne pressait plus que nécessaire, surtout avec Faustin qui assurait la garde. Elle tendait l’oreille d’ailleurs, concentrée sur le moindre son, prête à décamper au signal de son petit frère ou à n’importe quelle autre alerte. Rien pour le moment… Bien. Elle avance donc, et entame sa rapine. Rien d’excessivement intéressant. Quelques babioles rien de plus, dont certaines rejoignent tout de même son baluchon. Mais quelques pas plus tard, elle se fige, heureuse d’être tout de même resté aussi silencieuse qu’elle le pouvait, par habitude. Il n’était pas supposé être là. C’est ce qu’avait affirmé Faustin, que la voie serait libre… et pourtant, il y avait bien un type en train de roupiller, à quelques mètres à peine.

La jeune femme sait gérer les risques. Doser ce qui peut être subtil et ce qui ne l’est absolument pas. Fouiller une pièce dans laquelle se trouve le futur dépouillé sans rien connaître de l’endroit ou de celui qu’elle dérobait, voilà qui était une prise de risque superflue à ses yeux – et ce même si son frère ne serait absolument pas d’accord. Elle pivote donc sur ses jambes, commence à faire demi-tour pour repartir par où elle est venue. Ce qu’elle emporte déjà est suffisant pour ne pas considérer la soirée totalement perdue, mais si ça ne vole pas bien haut. Un pas mesuré, un autre… et le drame ! Un hurlement de chien. Assez bien répliqué, mais elle ne pouvait que reconnaître l’alerte de Faustin. Des vigiles… Une patrouille sans doute. En temps normal, elle se serait planquée, prête à fuir et foncer si l’alerte se confirmait. Mais là, immobile, elle tente de calmer les battements oppressants de son cœur, tournant lentement la tête… Est-ce que ça l’avait réveillé ?


Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1500/1500Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge1350/1350Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1650/1650Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyMar 26 Mai - 23:08
Pas de bruit, peu de bruit. Pas assez pour réveiller le jeune vagabond. Pas assez pour le tirer de ce sommeil bien nécessaire, pour qu'il tienne les heures à venir. Pour autant, les songes du jeune Vandale ne sont pas toujours tranquilles. Il serait même plus exact de dire qu'ils le sont rarement
Là, sous ce meuble, au creux de sa couche de fortune, les sourcils se froncent. Pas à cause des légers pas sur le bois non loin, mais à cause de ce que l'esprit endormi laisse se dessiner dans les rêves de l'enfant. Des songes d'arme, des souvenirs de rouge et des regrets nuance courroux. Le visage de parents perdus, l'un à la faucheuse, l'autre à l'Empire. Le visage d'autres proches, d'autres membres de la famille, d'autres qui ont disparus, eux aussi. Désagréables visions nocturnes, si bien que quelques soubresauts se dessinent sous le tissu de la couverture. Un grognement, étouffé, encore discret. Une agitation.

Puis, un aboiement. Et pour le suivre, un réveil en trombe. Sans hurlement, sans grande exclamation. Juste avec beaucoup de sueurs froides et un mal de crâne : S'être redressé trop promptement, et dans la confusion du réveil, ne pas avoir pensé au meuble, plus haut. Une collision, le bruit caractéristique d'un corps qui entre en collision avec un meuble, et la suite logique ne tarde pas à se faire entendre.

Un sifflet de douleur persiflé entre les dents serrées du Vandale, plutôt qu'un « aie » qui aurait pu sortir en d'autres circonstances. Or, ici, Zvezdan a beau revenir d'un autre monde, d'une autre scène imaginée par sa psyché endormie... Il y a tout de même ce souffle de l'instinct, qui murmure à son subconscient qu'il est toujours dans sa planque, celle où il n'est pas supposé être et où il doit ne pas attirer l'attention. Alors il étouffe le juron, il garde pour lui les pensées à voix haute qui auraient pu sortir autrement, puis il se redresse totalement, se lève et...
Et pose son regard sur la silhouette à quelques mètres d'ici.

Un court moment de confusion, d'incompréhension. Puis, les yeux passent vite en revue. La tenue passe-partout, le sac visible, tandis que les objets entreposés ça et là ne le sont plus... Et sa posture, son regard qui cherchait déjà dans cette direction. C'est à ce regard, que Zvezdan s'arrête. Pour le fixer du sien, une intensité particulière qui brille dans ses yeux nuit malgré la fatigue, malgré les cernes. Une sorte de tension silencieuse, immobile.

Interrompue par des pas lourds et des voix qui se font entendre, à l'extérieur.

- T'as pas intérêt à nous les briser pour du vent, Berig.
- Puisque je vous dit que je l'ai vu ! Il s'fait discret ce p'tit connard, hein, mais je l'ai vu entrer une fois tard ! J'commence à en avoir marre d'avoir des trucs qui disparaissent à mon étale, moi...

Le présumé commerçant parle assez fort pour être entendu, à l'inverse de son escorte armurée. Après ses mots lancés trop librement, un son, un silence, et plus rien. Le retour de ce silence de tension, mais... Plus réellement le même.
Prés du comptoir, Zvezdan ne lâche pas des yeux son vis-à-vis. Sans rompre le contact visuel, il fait glisser une main sous ledit comptoir. Un son, faible mais caractéristique : une lame sortie de son fourreau. La main réapparaît au-dessus du meuble, la poigne fermement maintenue sur la garde d'une jolie dague ouvragée, mais tranchante. Belle, mais pas d’apparat.

- Y a pas d'autre sortie, mais ils sont lents dans leurs armures. Des mots lancés à voix basse, d'un ton calme, au moins en apparence. Le regard trahit une nervosité toute autre, même si tenue en laisse. On s'entraide, et j'veux bien partager le reste. Sauf si tu préfères tenter ta chose tout seul avec eux.

Il n'aime pas partager, mais il n'aime pas se faire pincer par la garde non plus.
Une petite voix trop honnête pour son propre bien lui murmure aussi qu'il a plus que ce dont il a besoin, dans sa réserve de trouvailles...

Quoiqu'il en soit, la proposition est lancée. La suite, peu importe de quoi elle est faite, devra être rapide : déjà, quelques silhouettes viennent de passer devant la fenêtre barricadée, visibles à la lueur des torches qu'ils portent.
Seulement quelques pas pour arriver à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge750/750Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (750/750)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyJeu 28 Mai - 1:52
Impossible d’ignorer qu’elle était désormais grillée, tandis que la victime de son larcin se réveillait, se redressant prestement. En temps normal, elle aurait juste filé. Saisit sa chance, et pris tant la porte que la poudre d’escampette. À ce moment-là, Jehane aurait encore eu le temps de fuir, Faustin ayant l’habitude de prévenir bien à l’avance, profitant de ses points de vue en hauteur. Mais elle avait hésité. Perdu des secondes précieuses. Comme si quelque part, elle avait voulu rester. S’assurer qu’il était éveillé. Peut-être une forme de compassion pour quelqu’un qui pratiquait le même type d’activité qu’elle et son frère pour s’en sortir. Des voix se font entendre, approchant, tandis qu’elle n’a toujours pas esquissé le moindre mouvement. Qu’ils s’observent. Il sort une arme. Et elle de réagir alors, marchant très lentement à reculons, lui faisant face, les mains devant elle. Toutefois, pas de menace. Plutôt la proposition d’une coopération passagère. Et elle n’était pas armée pour sa part, sinon du baluchon contenant le fruit de son cambriolage.
- Privés de notre vie ou de notre liberté, nous ne pourrions plus faire les poches de personne. Faisons en sorte de nous en sortir...
Ses mots ne sont que légers murmures, encore plus étouffés par le col de tissu qui lui cache le bas du visage – vieille habitude. Ainsi, son accord est donné. Qu’ils s’en sortent pour commencer, et ensuite, l’on verrait bien. Tout ce qui l’importait était la raison même pour laquelle ils volaient : leur survie ! Et à ses yeux, l’esclavage ou la prison valaient bien la mort. Autant dire que se faire attraper était bien la dernière chose qu’elle pouvait souhaiter, loin après la perte d’un potentiel butin, ou même de tout ce qu’elle pouvait posséder, à ce compte c’était vite vu.

Elle se presse alors. Ignore ce que « le nouveau » a prévu pour sa part. Mais elle n’est pas une guerrière. Un bon coup derrière la tête au mieux, en cas d’extrême urgence. Elle n’a pas de plan, pas de directive, mais il semble pouvoir être en parfaite mesure de se débrouiller. Alors elle se précipite vers la porte, mais ne la franchit pas. Si elle jugeait mal leur distance, elle risquait par trop de se retrouver nez à nez avec l’un d’eux, et là, qu’ils soient lents ou non. Sa décision fut donc de se coller au mur, dans l’angle mort de la porte. Le temps qu’ils rentrent, elle trouverait peut-être un créneau. Et s’ils n’étaient pas trop nombreux, elle pourrait bien essayer d’en assommer un avant de fuir. Elle n’avait pas mieux… généralement, elle était partie depuis longtemps le temps que la garde se radine. De plus, Faustin pourrait aider, certainement. Son jeune frère ne manquait pas de témérité. Elle espérait juste que ça ne se retournerait pas contre lui. Bien sûr, elle se tiendrait prête à improviser. Peut-être que « le nouveau » tenterait de fuir pour sa part, créant une diversion. Ou bien opterait-il pour une solution similaire à la sienne. Dur à prédire. Attendre et voir. L’angoisse lui enserrant la gorge...


Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1500/1500Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge1350/1350Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1650/1650Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyMar 2 Juin - 3:48
Un hochement de tête pour seul réponse, le jeune Vandale s'empresse d'ouvrir la trappe. Ici, un sac de toile, ni trop lourd, ni trop volumineux, mais assez pour justifier une cachette. À l'intérieur, la qualité prime sur la quantité : des objets volés ça et là, trop précieux pour être gardés négligemment sur soi. Alors il a caché, jusqu'ici. Mais maintenant, la cachette est découverte, maintenant, la garde est à sa porte, et la concurrence a même déjà passée la porte.

Alors, fuir. Fuir avec le butin, et prendre toute l'aide qu'il faut pour ça.

Plusieurs choses : Zvezdan est prudent, mais il est aussi confiant. Confiant dans ses capacités, dans ces instincts et ce corps qu'il a forgé pour la survie, pour le combat, et s'il le faut, pour la fuite. Encore et toujours, le constat se répète : La silhouette souple et athlétique, mais le regard d'un jeune garçon qui a déjà trop vu malgré son âge. Le regard d'un jeune garçon qui ne se laissera pas capturer si facilement, aussi. Pas cette fois. Pas encore.

Sans mots, la communication se met en place, primitive, mais suffisante. Il voit la voleuse anonyme se placer dans l'angle de la porte, et de nouveau, il acquiesce silencieusement, comme pour confirmer son approche. Lui de son côté, se cache derrière un des meubles laissés à l'abandon dans cet atelier oublié. Le reste n'est qu'une question de secondes, de pas devant une entrée, et de mains qui pousse sur le bois pour ouvrir la porte.

Une luminosité nouvelle envahi la pièce, celle d'une torche, puis deux, puis enfin trois. Trois torches, trois hommes, qui entrent l'un après l'autre. Tous pourvus d'une armure, excessivement lourde, mais tout de même encombrante. Deux d'entre eux ont l'air solides mais patauds, engoncés dans leur protections, mal à l'aise dans leur rôle. Milice, piétaille, petites mains. Le troisième par contre, premier à être entré, a un profil plus guerrier, une grande stature, une sévérité naturelle sur les traits de son visage entouré d'une barbe imposante. À l'extérieur, un homme habillé d'une tunique simple, un regard perdu entre curiosité et courroux.

- Fouillez.

L'ordre résonne d'une voix grave, et tout se met en marche pour réagir. Comme un seul homme, les trois gardes avancent, et se mettent à chercher. Du regard, des mains. Encore caché à la faveur d'un meuble, le Vandale observe discrètement, cherche la faille, l'opportunité... Mais elle tarde à venir. Si bien qu'au bout d'une poignée de secondes, la main du chef se pose sur la porte, pour la déplacer, son regard tourné vers derrière ce qu'elle pourrait bien cacher. Un bon réflexe qui n'arrange pas notre duo.

'Fait chier.

Le juron part dans son esprit qui s'emballe, une nervosité précipitée remplace peu à peu le calme. Une décision s'impose, rapide, sans doute dangereuse, mais primordiale. L'inaction n'amènera nulle part. J'voulais juste reste une soirée de plus dans cette putain de ville, moi... Le destin s'acharne, et ça le fait sourire un rictus féroce, agacé. Mais il n'a ni le temps de se plaindre, ni de penser. Alors il agit.

Une ombre qui sort du néant, de derrière un meuble. Rapide, agile, elle parvient à se déplacer jusque vers la porte d'entrée avant que les deux gardes ne se rendent réellement compte de son mouvement. Bien assez tôt, elle est à portée du plus aguerri des trois miliciens. Une ombre nommée Zvezdan. L'homme trouve le temps de réagir, interrompt son mouvement pour commencer à se retourner. D'un geste, il va pour dresser la torche entre lui et l'attaquant, mais c'est déjà trop tard : assez proche pour frapper, Zvezdan profite de son élan pour aller lancer son genou avec force entre les jambes de l'homme, zone non-protégée contrairement à son torse, ses bras et ses jambes.

Le corps se cambre, le souffle se coupe, la douleur s'entend. Et du même geste, le jeune voleur pousse de toutes ses forces pour faire tomber l'homme désorienté. Le guerrier perd l'équilibre, tombe au dehors. Dans sa chute, Zvezdan en profite pour lui arracher la torche des mains, et la jeter à l'intérieur de l'atelier, non loin des deux gardes.

Et sans plus attendre, il court. Court pour sa vie, pour sa liberté, court tant qu'il le peut, direction les ruelles, pour perdre, pour semer. Le marchand n'ose pas agir... Et le guerrier au sol va être groggy un moment, mais finira par se remettre. Alors il faut faire vite.

Elle aussi, il va falloir qu'elle fasse vite. Pour fuir, et pour le rattraper, si elle veut sa part du gâteau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge750/750Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (750/750)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyMar 9 Juin - 0:06
L’autre se cache. La porte s’ouvre. Elle retient son souffle, tend l’oreille. Cachée par la force des choses, à l’abri, mais pour combien de temps ? Jehane se tend, de plus en plus, prête à bondir s’il le fallait. Et intérieurement, priait pour que Faustin ne tente rien de stupide, pas pour le moment encore, pas tant qu’elle n’était pas en véritable danger. Elle perd la notion du temps, mais le plancher grince encore. Des grincements qui se rapprochent, d’ailleurs. Est-ce qu’ils partaient enfin ? Peut-être pas. Bien qu’elle en conservait l’espoir, elle se préparait. C’est alors qu’elle entendit le coup, la chute, la course. Tout a été très vite. Elle ne souhaite pas prendre le risque de rester là, après ça. Il fallait qu’elle en profite, si tout venait bien de se dérouler comme elle l’imaginait, alors que son esprit stimulé par l’adrénaline tournait à plein régime.

Elle pousse alors la porte violemment, des mains et d’un pied, au cas où quelqu’un se trouverait derrière. Elle voit deux gardes hébétés, mais ne s’y attarde pas. Contourne la porte, cherche à fuir, et le voit, ce barbu qui se redresse déjà. Jehane saisit alors son baluchon à deux mains, elle lui administre un magnifique swing venant le percuter au menton, l’en renvoyant au sol. La violence physique n’avait jamais été son truc, mais ne disait-on pas que la survie décuplait les forces ? Elle s’échappe, suivant de près la fuite du « voleur volé ». Elle l’a vu préparer son butin. Celui qu’il avait promis de partager s’ils faisaient équipe le temps de survivre à cela. Elle pousse ce qui semble être un marchand qui bêle au coin de la rue, et suit cette direction, estimant qu’il ne pouvait s’agir que de son fuyard. Elle se presse, agile, tente de prendre les raccourcis. Quelques bruits sur les toits parviennent à la rassurer sur la santé de son frère et protégé.
- Par où est-il parti ?
Demande-t-elle dès lors qu’elle s’est éloignée assez pour ne pas craindre d’être entendue. Semer la garde n’était pas particulièrement difficile, sans doute n’avaient-ils même pas essayé. Faustin indique une direction, donne ses indications et estimations. Jehane comprend :
- Il va chercher à quitter la ville. Et on va faire pareil. Je tente de lui mettre la main dessus, et on se retrouve à la planque. Tu sais ce que t’as à faire, hein ?
- T’es sûre que tu veux pas que je t’aide à le retrouver ?
- Pas de temps à perdre. Fonce !

Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Trident-jehane

Le nouveau se débrouillait très bien. Mais elle connaissait mieux la ville, les chemins, les raccourcis, les planques… bref, dès lors qu’elle pouvait comprendre qu’il tenterait de fuir la ville, en considérant la direction empruntée, elle pouvait chercher à déterminer par quel endroit il passerait forcément, et user de sa connaissance de la ville pour y être avant lui. Si bien que durant sa fuite, soudainement, le jeune homme se ferait happer le bras, l’attirant dans une ruelle sombre où la jeune femme se cachait. Elle tente d’anticiper une réaction malheureuse – c’est qu’elle avait vu sa dague… - et dévoile rapidement son visage, son doigt barrant les lèvres du voleur en signe de silence.
- Le vol c’est une chose… mais une promesse est une promesse ! Je peux te faire quitter la ville, plus rapidement que tu l’espères… Fais juste silence, et suis-moi.
Elle a chuchoté, mais par assez articulé pour que ses mots soient clairs et sans ambiguïté. Elle l’entraîne dans un enchaînement de ruelles, s’enfonçant dans les tréfonds de la cité. Lorsqu’ils arrivent devant ce qui fut leur planque à son frère et elle jusque là, Faustin se tient perché sur un cheval, en tenant un second par la bride, leurs affaires toujours empaquetées d’ores et déjà chargées.
- Pourquoi tu l’as amené ici ?
- On l’emmène. On a des trucs à régler, tous les trois.
- Mais on n’a que deux chevaux…
Elle monte alors derrière son frère, passant ses bras autour de lui, le dépossédant des rênes.
- Oh… je vois...
- T’auras qu’à prendre l’autre, le Nouveau. On file, et une fois assez loin, on cause. Ça te va ?


Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1500/1500Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge1350/1350Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1650/1650Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyMer 8 Juil - 21:56
Partir, loin des hommes en armure et de leurs lames, pourvu que ça veuille dire vivre un jour de plus. Un jour de plus libre, un jour de plus avec ses deux mains, sans avoir à payer le prix de ses rapines d'une quelconque façon. Courir et s'éloigner du tumulte, et à terme, de cette ville. Ailleurs, l'herbe sera plus verte, peut-être moins gardée. Ailleurs, l'on ne l'aura pas encore repéré... Et ailleurs, il y aura un peu plus de ce monde à découvrir.
Puis, plus simplement : ailleurs, il y aura client pour racheter les choses qui brillent, dans son sac d'objets volés.

Mais d'abord... D'abord, il y avait ce petit arrangement murmuré au détour d'une fuite.

Une ombre qui dévalait les rues, bientôt interceptée par une autre, et les deux qui finissent englouties par la pénombre d'une ruelle adjacente. Ce n'est que de justesse, que le jeune Vandale retient son réflexe : le réflexe d'une main portée à une lame, pour être dégainée, puis utilisée. Il retient, lorsqu'il reconnaît le visage. Il a la main sur la lame, et il la garde dessus un moment, mais il écoute... Et il acquiesce. Quitter la ville au plus vite, c'était dans ses plans... Mais entre ses projets et ses moyens, il y a un monde. Il avait un cheval, il y quelques temps de ça. La Bête est morte au finir d'une sombre affaire, et il n'a pas trouvé de monture depuis. Il pourrait bien en voler une oui, et ça sera sûrement sa solution à plus long terme...
Mais si quelqu'un fournit, ce serait dommage de se priver, non ?

Alors il suit. Il suit, jusqu'à arriver au niveau des deux chevaux, et du plus jeune enfant qui siège sur l'un d'eux. Il écoute, il observe, et quand on s'adresse à lui, il acquiesce, de nouveau, en montant sur le cheval d'un mouvement souple, habitué.

- Faisons ça, ouais. 'Pas envie de rester ici non plus. Piller dans une ville, amasser le butin, et mettre de la distance entre soi et ses victimes, puis répéter le processus. Jusqu'ici, ça a marché... Alors jusqu'ici, il continue.

Ce n'est désormais plus que l'affaire de quelques galops, pour dire Adieu à cette cité.

***

Il s'est laissé guider, parce qu'ils semblent mieux connaître la ville et ses raccourcis, ses ombres. Sûrement sont-ils là depuis plus longtemps. Il a suivi, sans demander son reste, jusqu'à ce qu'ils quittent l'urbain pour rejoindre les plaines nocturnes. Il est resté sur ses gardes, tout le long. Aux aguets, par réflexe, comme la vie lui a appris qu'il fallait l'être. Là, loin des ruelles et de leur agitation, il se détend.... En partie.

- Ils auront fait leur travail, en partie. Empêcher un voleur de se faire voler... Tseh. Une ironie qui lui arrache un sourire, alors qu'il lance ça au vent. Oui, les gardes ont été utiles, à leur manière. Il y pense, puis finit par tourner son regard vers ses deux compagnons de voyage, sur le cheval non loin. Laisse-moi deviner : je volais dans les mêmes poches que vous, du coup... L'idée, c'était d'récupérer la taxe « premier arrivé, premier servi ». J'ai bon?

Après tout, il avait bien entendu les locaux se plaindre d'autres voleurs... Alors il pose la supposition, un quelque chose d'amusé sur ses traits maintenant débarrassés de la fatigue.
Au final, les gardes sont bien tombés, oui. Il préfère ne pas trop théoriser sur comment les choses auraient tournées autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-bleu1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-rouge750/750Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-rouge  (750/750)
CC:
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] G-jaune1200/1200Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]   Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] EmptyVen 31 Juil - 21:01
Il doit savoir que la solution qu’elle lui propose est la meilleure, car il n’hésite pas longtemps avant de monter en selle. Bien sûr, ces montures ont été volées elles aussi, au dernier moment, et le temps que l’on se mette à chercher les voleurs, ils seront déjà loin. Un plan convenu depuis longtemps. Toujours se ménager une porte de sortie, un moyen de fuir… quelle tristesse qu’à l’avenir ils ne resteraient pas aussi prudents, mais l’appât du gain finirait simplement par les perdre. Qu’importait encore pour l’heure.

Elle a alors guidé leur équipée par devers les rues, jusqu’à la porte Est. Moins bien gardée, elle avait aussi l’avantage pour eux de les éloigner de leurs précédents méfaits, allant de villes en villes depuis Milan. Pas de question sur le chemin, et rien que les sabots de leurs montures pour venir briser ce semblant de silence. Il n’est pas nécessaire de dire quoi que ce soit, après tout les choses ont déjà été entendues : ce ne serait qu’au loin qu’ils discuteraient enfin. C’est lui, le nouveau, qui prend le premier la parole. Peut-être en avait-il besoin pour détendre l’atmosphère, ou se détendre lui-même ? Les deux allaient souvent de pair après tout, et parler pouvait en effet aider à briser un malaise. Toutefois elle avait du mal à s’imaginer que ça puisse être le cas le concernant. Juste que le moment semblait venu, voilà tout.
- Pas loin. Disons plutôt que voler les riches, c’est compliqué. Ca fait toujours des problèmes. Ca porte plainte, ça envoie les forces de l’ordre à nos trousses, quand ça n’a pas tout simplement sa propre garde et ses clébards.
- Les voleurs n’ont qu’eux, et n’ont pas forcément moins à voler. Mais surtout, on n’a jamais vu un tire-laine aller porter plainte...
Faustin avait été le premier à répondre, assez fier de lui. C’est que c’était son plan après tout, faisant partie de ses nouvelles méthodes pour « s’enrichir à coup sûr », un pas de plus sur le chemin de la retraite ! Jehane n’en était pas si sûre, surtout s’il fallait passer par des coups foireux comme celui-ci, les forçant à quitter la ville sans avoir plus en poche que la veille. Encore que… il avait dit qu’il partagerait, non ? Elle porte son regard sur lui, admettant que s’il n’en avait pas encore profité pour fuir, c’est sans doute qu’il avait un peu d’honneur, une parole, et qu’ils pourraient donc s’entendre tous les trois. Durablement ? Qui sait… mais ce genre d’entente ne pouvait pas se passer sans au préalable avoir fait connaissance.
- Je suis Jehane. Et ça, c’est mon petit frère, Faustin. Et toi, c’est comment ?

Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Trident-jehane


- Zvezdan...
Articule-t-elle à mi-voix. Peu de temps encore s’était écoulé depuis l’éveil de la Famine. Une nouvelle ère qui réserverait son lot de surprises, de toute évidence. Comme lorsqu’elle avait croisé Haldor, autre vestige du passé, une impression étrange la tirailla. Une mélancolie lui enserrant le coeur, un poids, une douleur à l’arrière de la tête, comme un hurlement s’y développant pour exploser en son crâne. Qu’est-ce qui venait d’être libéré, avec ces souvenirs du passé ? D’autres choses que la Fauve aux quatre visages avait enfoui, et qui n’auraient jamais dû ressurgir. Un nouveau mur brisé. Un nouveau masque éveillé...

Citation :
Comme on l’avait convenu, c’est la fin pour moi. Merci pour le RP !


Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
 
Échos du premier masque [PV Jehane][Été 540]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: