Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1050/1050[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1200/1200[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyVen 8 Mai - 15:28
"Reviens me voir quand tu seras reposé. Et là je répondrai à tes questions."

Peut-être avait-il trop tardé. Les délais et la hiérarchie n'entraient pas dans le type de choses auxquelles Alvis était habitué. Il avait simplement pris le temps de découvrir Atlantis, sa géographie, les principes de base de son fonctionnement, d'arrêter de se réveiller chaque matin avec l'horrible impression de vivre parmi des bourreaux et des juges. De reconstruire, aussi.

Deukalyion était sévère, parfois obtus, mais il avait fait des concessions sur certains détails capitaux aux yeux du Serpent. Le général avait dû rendre compte à son supérieur, l'adolescent n'en doutait pas une seconde. Ses faits et gestes étaient suivis, car il était à la fois l'Inconnu, un Porteur d'écailles, le Chaos à encadrer, et un Vulgaire. Tant de désignations qui semblaient comme des titres gravés dans une chair tendre.

Il patientait dans l'antichambre. Cette fois les gardes, plutôt que de le serrer de près comme à son arrivée, se tenait à l'entrée de la pièce, ainsi que c'était leur rôle. Alvis était libre. Ou tout du moins, on avait laissé un peu de lâche à son collier.
Orphéus devait être occupé, car une trentaine de minutes avaient passé déjà depuis qu'on l'avait amené ici. A moins que ce ne fût un test pour éprouver sa patience ? Quoi qu'il en fût, il profita de ce temps pour réfléchir un peu. A tout ce qui s'était passé depuis Asgard. Dans son ennui, il se rappela à un moment qu'il fallait raccourcir sa tresse et ses longues mèches noires. Il dégaina sa dague de cristal, attirant et croisant le regard d'un garde. Il stoppa son geste. Ce n'était pas forcément l'endroit idéal pour ce genre de choses.

"Ce que c'est long..."

Il caressa du bout du doigt la surface translucide de son arme, s'y coupa légèrement. Toujours bien affûtée. Il leva la lame légèrement rougie vers l'une des grandes fenêtres, créant un jeu de lumières qu'il trouvait beau. Il remarqua alors la grande fresque sur le plafond de la salle en forme de dôme. Sans doute une représentation de Poséidon, car l'homme était assis sur un trône, entouré par la mer et quelques-unes de ses créatures. En arrière-plan, on pouvait voir comme un immense corps d'écume suggéré dans les vagues. Ce n'était pas tracé nettement, mais il l'interpréta comme un bout, un simple aperçu ridiculement petit de l'immensité de Léviathan. Le peintre, s'il avait respecté l'échelle, ne voulait pas exclure le géant, sans toutefois qu'il occupât toute la place. Ingénieux.


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge900/900[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyVen 8 Mai - 16:06
    - Il est arrivé, Légat.

Orphéus venait tout juste de terminer la lecture de ce rapport, particulièrement intéressant et qui nécessitait donc toute son attention, lorsque le garde l'interpella. Il haussa un sourcil, s'apercevant qu'il avait peut-être fait attendre le Léviathan plus longtemps que de raison. S'il n'avait pas spécialement de compte à rendre, il n'appréciait pas pour autant faire attendre quelqu'un sans s'en excuser. D'un signe de la main, il fit signe au garde pour que ce dernier aille le chercher, avant de se plonger une dernière fois dans la lecture du document. Il allait devoir faire en sorte que ce genre de chose ne se reproduise pas. Il roula le parchemin au moment où Alvis pénétrait dans la salle.

Ce dernier, même s'il avait encore ses habitudes, se tenait relativement bien. Il savait que le Kraken était en charge de le surveiller et de faire de lui un véritable Marina et était ravi de sa décision à ce sujet. Deukalyion pouvait se montrer patient et ce jeune homme aux yeux reptiliens avait bien besoin de cela. certes, Orphéus avait eu vent par son espion du comportement d'Alvis à l'encontre de certaines personnes. Il avait alors hésité à intervenir, ne pouvant supporter que l'on agisse ainsi avec un Atlante. Mais l'intervention du Kraken l'avait persuadé de ne rien faire, de rester vigilant, mais de le laisser opérer seul. Pour le moment.

Il se leva, fit un signe à une des servantes qui se trouvait dans le fond de la salle pour qu'elle apporte un plateau et deux verres, et prit la direction d'Alvis avec un petit sourire. Il savait que l'ancien Ases ne supportait pas les contacts physiques et avait donc donné des ordres assez stricts à ce sujet. Inutile de mettre de l'huile sur le feu lorsque c'était évitable.
    - Je te prie d'excuser mon retard. J'étais plongé dans la lecture d'un rapport qui méritait mon attention et je n'ai pas pris garde au temps qui passait. J'espère néanmoins que tu ne m'en tiendras pas rigueur. Si tu le souhaites, tu peux te désaltérer.

Il ne savait pas si l'homme accepterait. Il n'était pas du genre à se sentir à l'aise dans ce genre d'environnement, il le voyait, et préférait le lui proposer sans pour autant l'obliger en quoi que ce soit. La raison de sa venue était assez simple à dire vrai : désormais, il était en mesure de communiquer avec le Légat. Si des questions n'avaient pas encore été éclaircies, alors il jouerait le rôle qui était le sien. Lui-même prit un verre d'une liqueur ambrée.
    - Je souhaitais savoir comment se passe ton acclimatation. J'ai bien évidemment des rapports réguliers te concernant. Mais ce qui m'intéresse c'est ce qui se passe là-dedans. Maintenant que tu as eu plus de temps, as-tu des questions ou souhaites-tu t'entretenir avec moi d'un sujet en particulier ?

Il avait désigné le coeur à l'aide de sa main. Ce qu'il voulait, ce n'était pas un bête rapport de ses faits et gestes, de ça il en avait déjà connaissance. Non, lui désirait surtout savoir ce qu'il pensait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft# En ligne
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1050/1050[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1200/1200[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyVen 8 Mai - 17:03
Il finit par arrêter son examen méthodique de chaque détail de la fresque quand une voix lui indiqua qu'il allait être reçu. La seconde d'après, il était sur ses pieds et s'étirait tranquillement, puis alla franchir les dernières portes.

L'homme semblait plus chaleureux que la première fois, et c'était logique, mais aussi plus détendu. Comme si, au-delà de sa présence, le simple calme d'Alvis le satisfaisait. Pourtant il commença à s'adresser à lui par des excuses. Ces mêmes excuses que Deukalyion lui avait demandé face à l'Atlante, celles encore que personne n'avait adressé à Lala, à lui-même. A tous les condamnés injustement. Le décalage entre le discours et la gestuelle dérouta quelque peu le garçon, mais il opina pour accepter simplement ce présent de respect à son égard.

Puisqu'on l'y invitait, il se dirigea vers le plateau, non sans s'être étiré une nouvelle fois. Il fit craquer ses phalanges, sa nuque et le haut de sa colonne vertébrale dans un soupir, enfin délassé de l'attente. C'est qu'à force de courir partout dans son domaine de neige et de crevasses pour échapper aux sbires d'Asher, il ne connaissait plus l'oisiveté d'une sieste sous un monticule blanc ou dans les branches d'un arbre. Il avait besoin de bouger. Il prit le verre et se mit à tourner un peu en rond pour satisfaire son besoin d'exercice. Le liquide sentait l'alcool, mais pas aussi fort que les tonneaux du Palais du Walhalla. Il vida le verre cul-sec. Les autres guerriers divins l'avaient plusieurs fois défié à la boisson, et s'il avait rarement cédé, il avait maintenant une tolérance assez large aux alcools les plus concentrés du grand Nord. Autant dire qu'avec le froid, cela devenait parfois plus un sport qu'un luxe, tout en divertissant les gens.

"J'ai bien des questions oui, mais..."

Il s'arrêta de marcher. Balaya la pièce du regard. Il y avait la femme qui venait de les servir, les gardes avaient refermé les portes depuis l'extérieur. Ils n'étaient donc que 3 en théorie dans la pièce.

"C'est bizarre. Quand je suis avec toi j'ai l'impression d'être épié. La première fois je pensais que c'était parce qu'il y avait trop de monde, mais là..."

Il reposa le verre vide sur le plateau, croisa les bras.

"Tu te permets de rester seul même quand il y a des gardes pas très loin, même face à des personnes dangereuses, en toute confiance. Tu pourrais les appeler rapidement s'il y avait un danger, mais contre un Éveillé ça ne ferait aucune différence. Ils n'auraient le temps de rien. Il y a autre chose hein ? Je sens qu'il y a autre chose."

Ne pas pouvoir un mot sur l'impression qu'il ressentait agaça Alvis, alors il changea de sujet avant d'en faire obsession.

"Deukalyion ressemble à une personne que j'ai connue à Asgard. Un autre guerrier divin. J'aimerais bien me battre contre lui."

Souvenir d'un entraînement dans lequel il avait appris autant dans sa technique que dans son rapport à autrui. Et quelle sensation grisante que de pouvoir jeter toutes ses forces dans un combat, sans risquer de tuer l'autre. Sans risquer de s'abaisser au plaisir du sang, ce concept tellement humain et contre-nature.

"Contre toi aussi, en fait. Voir si l'autre disparaîtrait comme ça."

Une manière de mesurer leur force de conviction, leur puissance, et en quelque sorte leur légitimité -selon le standard que connaissait Alvis- à remplir leur fonction.

"A part ça, il y a une chose que j'aimerais. Mais pas avec n'importe qui... Je comprends à peu près ce disent les hommes-poissons, mais je ne lis pas votre langue. Et donc, je ne peux pas me renseigner comme je voudrais. C'est-à-dire tout seul. Sans avoir besoin des autres. Je n'aime pas avoir besoin de qui que ce soit. Mais j'ai besoin de savoir lire."

Il cherchait les mots pour formuler sa demande. Là aussi, l'exercice lui demandait de peser sa formulation pour éviter de reproduire le malentendu de l'Atlante. Qu'est-ce que c'était agaçant de devoir faire attention même à sa façon de parler ! Pourquoi la civilisation avait-elle besoin d'autant de détours pour simplement formuler une envie, une question, une aspiration !

"Si j'ai bien compris, avec cette peau... Avec cette écaille, je suis un peu un guerrier d'élite et je peux commander aux gens. Enfin pas tous. Mais je ne sais pas comment demander ça et à qui. Tu comprends ce que je veux dire ?"

Il avait oublié une bonne partie des questions qu'il se posait pendant ses déambulations, mais le début lui semblait plutôt bien. Orphéus semblait comprendre les gens, ou au moins leur façon de réagir de ce qu'il en avait vu. Donc, commencer par le plus important, et si des détails lui revenaient petit à petit, il poserait les questions à chaud. D'ailleurs...

"Au fait, qu'est-ce que tu as fait à ton œil ?"


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge900/900[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptySam 9 Mai - 10:31
Intéressante question, il est vrai. Orphéus ne put s'empêcher de rire en entendant la remarque du Léviathan. Aurora était sa soeur et son talent lui permettant de se soustraire à toute perception. Qu'Alvis puisse percevoir une présence était là une preuve d'un talent certain. Encore que, il mettait sans doute cela sur un relâchement de cette dernière qui souhaitait certainement faire comprendre qu'on n'approchait pas le Légat sans qu'elle ne l'accepte. Sans quoi, jamais l'ancien guerrier d'Odin n'aurait perçu celle-ci. Ce qui était amusant aussi, c'était de voir qu'il était ainsi sous estimé. Qu'il était plaisant d'entendre cela en réalité, car plus on le mésestimait, mieux il pouvait atteindre sa cible. En cela, Orphéus utilisait un principe simple de la magie : le détournement d'attention. Son sourire se fit plus carnassier.
    - Il y a autre chose en effet. Ton assurance est touchante, ta naïveté aussi d'ailleurs. Tu as raison, face à un éveillé, ils ne seraient pas d'une grande utilité. Encore que, le nombre est parfois suffisant. Mais ils n'auraient pas le temps de stopper une attaque surprise, oui. De fait, à quoi bon les avoir collé à moi ? De plus, pourquoi devrais-je m'inquiéter alors même que je suis parfaitement capable de te neutraliser toi ou n'importe quel autre adversaire qui se dresserait face à moi ? N'oublie jamais une chose, mon cher ami. Le Légat de Poséidon n'est jamais sans pouvoir. Je ne sais pas si ta Prêtresse était capable de se défendre mais il en est tout autrement pour moi.

Il n'était pas le premier et ne serait certainement pas le dernier à se prétendre capable de l'abattre. Quant à son envie de se battre contre les Généraux, il se fichait de cela. Pour sa part, il n'avait aucune intention d'opposer son pouvoir au sien, préférant garder les particularités de ses dons pour lui et pour lui seul. Car ceux qui entendaient la mélodie du Légat ne devaient pas survivre. La présence plus marquée de sa soeur se fit sentir dans son esprit. Il savait ce qu'elle voulait. Savait qu'elle souhaitait se dévoiler pour montrer à l'impudent qu'elle-même serait capable de l'égorger sans qu'il puisse sentir sa présence avant. Mais Orphéus se refusait à dévoiler son atout. Alvis n'avait perçu qu'une sensation. Il préférait lui laisser le temps de cogiter à tout ceci.
    - Je pense que ça ne déplairait pas à Deukalyion de pouvoir te tester. Je vous laisse voir ce genre de chose entre vous. Si cela te permet de tester la puissance de mes Généraux, alors grand bien t'en fasse. Et si tu veux un jour t'opposer à moi, il te faudra d'abord t'en montrer digne.

Une sensation étrange commençait à se faire sentir autour du Légat. Pour qui était sensible au cosmos, on pouvait percevoir une étrange mélodie. Une sorte de chant au loin qui faisait écho aux sentiments du borgne. Cela émanait clairement de l'Onde du représentant de Poséidon. Une tempête couvait au fond de son coeur et dans le regard de Orphéus, l'orage grondait.

Il prit un instant et la sensation disparue, comme si rien ne s'était passé. Il devait encore apprendre à contrôler son pouvoir. Cela lui avait posé problème par le passé et s'il parvenait à contrôler parfaitement ses humeurs, ce n'était pas encore totalement le cas pour les dons que son maître lui avait donné. Puis, sachant que tout était désormais réglé à ce sujet, il écouta avec intérêt la demande du nouveau venu chez les Marinas. Il comprenait et respectait cette envie d'indépendance. Et ferait en sorte qu'il l'obtienne.
    - Et bien je veillerai à ce que l'on puisse te donner des cours, afin que rapidement tu puisses te débrouiller seul. Je vais toutefois t'avertir de manière très officielle : si j'apprends que tu malmènes d'une façon ou d'une autre ceux qui sont là pour t'enseigner, je ferai en sorte de te faire connaître les Geôles d'Atlantis. Tu l'as dit, tu portes désormais une des écailles de Poséidon. Celle du Léviathan. Si cela te permet de diriger des soldats lors de nos batailles, elle t'impose aussi de respecter les valeurs des Atlantes. Je ne suis pas aussi bon que le Kraken. La prochaine incartade te coûtera bien plus que la perte de ton armure. Me suis-je bien fait comprendre ?

Il n'avait pas haussé le ton. S'était simplement exprimé de sorte à se faire comprendre. Les Ases avaient visiblement leur façon de faire. Ils étaient des guerriers-nés, bravaient la mort et la peur. Mais il existait bien des façon d'instiller la peur dans le coeur de ces guerriers. Et Orphéus en connaissait plus d'une. Il s'était montré magnanime en lui laissant une chance de porter le Léviathan. Mais si Alvis se croyait au dessus des lois, il apprendrait à ses dépends qu'ici, il fallait courber l'échine. Quant à sa dernière question... La main du Légat effleura son bandeau. Il se souvenait de ce jour. Comme s'il s'agissait de la meilleure chose de sa vie.
    - Toi qui est un Nordique, connais-tu la notion de sacrifice ? De don de soi ? J'ai offert cet oeil à Poséidon le jour de mon intronisation, afin de prouver ma foi en ses valeurs. En contrepartie de ce sacrifice, j'y ai gagné un pouvoir bien plus grand.

Peut-être que cela parlerait à l'homme face à lui. N'était-ce pas son dieu d'origine qui avait plus ou moins fait la même chose selon les légendes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft# En ligne
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1050/1050[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1200/1200[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptySam 9 Mai - 12:26
Ah, c'était donc ça. La piétaille, le nombre. Une simple illusion. Un artifice pour mieux cacher cette puissance que le Légat prétendait avoir.

"Si tous ceux qui avaient déclaré pouvoir me neutraliser l'avaient vraiment fait, je serais mort il y a longtemps. Mais ce n'est pas le cas."

Et ils étaient nombreux. Des villageois. Des miliciens. Des mercenaires. Des étrangers. Des Saints. Des Marinas. Des ours. Des loups. D'autres prédateurs. Des guerriers divins. Arrogance ou vérité ? Alvis n'y croirait pas tant qu'il ne l'aurait pas vu. Il était un survivant après tout. A se demander même s'il n'avait pas un peu de sang Helblindi quelque part pour échapper à l’œil de la maîtresse des morts tout comme à celui de Freyja et du maître des Einherjar.

"Tu la connaissais ? Non, si tu la connaissais tu saurais qu'une valkyrie a parfaitement les moyens de se défendre."

Et puis, Eirwen avait eu Toryald comme maître. Pas le dernier des manchots dans le domaine des armes.

Alvis soupira. Dignité, encore et toujours. Jugé en permanence. Certains mots semblaient universels, mais chacun y mettait des significations bien particulières. La conversation commençait à l'ennuyer. Le Légat était plus intéressant quand il sortait des sentiers battus. Et comme un écho à ses pensées, le garçon eut tout à coup un frisson. Il balaya de nouveau la pièce du regard, cela ne ressemblait pas à l'autre chose.

***On dirait que les flots ssss'agitent.***

La suite ne plut pas du tout à l'ancien Gamma, mais son visage demeura aussi lisse que la peau du serpent. Ce n'était pas un calcul : en matière de mensonge, il n'avait aucune compétence. La vie sauvage n'avait pas besoin de mentir, il n'y existait que vérité et faits. Les herbivores étaient les proies des carnivores. Les carnivores s'entre-tuaient pour des territoires, des femelles, des proies, survivre. L'Homme inventait d'autres concepts simplement pour avoir l'air au-dessus de cet état de fait.

"Les menaces n'ont aucune prise sur moi. Pas plus que les "promesses", les "vérités" humaines, l'intimidation ou tout autre nom que tu pourrais leur donner. Il faut que tu comprennes une chose Orphéus : il faut me considérer comme un monstre. Parce que c'est ce que je suis aux yeux du monde, je le sais. Je n'aime pas les humains. Je me sens mieux seul. Dans le blizzard, même si tu respectes des valeurs, les bêtes sont toujours là pour te tuer, ainsi que le froid, la faim, les serviteurs de Hel et j'en passe.
Tu sais pourquoi je me range sagement à tes ordres depuis que je suis à Atlantis ? Oui, je pense que tu as deviné. Tu es quelqu'un d'intelligent. Survivre. Deukalyion m'a dit que les gens ici vivaient, et pas survivaient. Ce n'est pas vrai pour tout le monde. Ceux qui ne sont pas de votre sang, de votre culture, survivent. Ils mentent pour se protéger. Ils obéissent pour se protéger. Niez-le, peu importe. Vous êtes une meute de loups qui se protègent les uns les autres. Et vos "valeurs" ne servent qu'à vous prétendre meilleurs alors que ce n'est pas vrai.
"

Il haussa les épaules, posa un genou à terre et tendit les poignets, sa voix toujours neutre, ses yeux ophidiens cherchant l'âme de son interlocuteur.

"Enferme-moi. Tu perdrais un soldat qui sait survivre. Enlève-moi ma peau. Tu perdrais mon respect et mon intérêt. Je suis remplaçable je le sais. Mais si tu fais l'effort de me voir et de m'entendre comme Deukalyion, tu gagneras un monstre loyal et honnête. Qui n'a pas peur de la laideur humaine. De la mort. En ce sens ton Kraken est bien meilleur que toi, pour le moment. Tu t'en moques sans doute, mais c'est la valeur de ma vie que tu monnayes. Les Atlantes sont-ils des dieux pour monnayer la vie des autres ? Je me demande."

Il se releva tranquillement, toujours en fixant le Légat. Ses yeux ne clignèrent à aucun moment.

"Tu voulais savoir ce qu'il y a dans mon cœur hein ? Eh bien voilà. Une fois, on m'a comparé à une pierre brute qu'il faut tailler. Libre à toi de faire la même chose. Je ne me moque pas de toi ni ne te défie. C'est comme ça que je suis. Et il y a encore 2 ans je n'aurais pas perdu de temps à te raconter tout ça. Peut-être que je ne suis pas totalement une cause perdue."

Orphéus parlait de foi, de sacrifice. De bien grands mots. De bien grandes promesses. Quelle importance y accordaient vraiment les dieux ?

"Alfadir."

Le pouvoir. L'ambition.

"Pour moi, un sacrifice n'attend pas de retour."

Lala.

Alvis soupira. Il parlait beaucoup aujourd'hui, et à bien y réfléchir il ne savait pas trop lui-même où il voulait en venir. Évidemment qu'il ne voulait pas mourir, ni aller dans les Geôles, mais il se sentait comme si cela n'avait pas tant d'importance. Il avait déjà tant perdu, un peu plus ou un peu moins... Il ne restait plus que Jör et lui. Si Orphéus écoutait bien sa mélodie, il entendrait la tragédie. Une suite de notes sombres dans leur couleur, incroyablement claires dans leur vérité. Ponctuée, parfois, par le souffle imperceptible d'un être beaucoup plus grand et ancien. Une simple parcelle d'une entité née à l'aube des temps, réduite à rien du tout.

"Pour cette histoire de lecture, si tu ne me fais pas confiance, je peux te donner la solution. Il faut choisir une vieille femme, ridée jusqu'aux os. A la voix sèche et cassante comme du bois mort. La plus laide possible. Patiente mais stricte. Capable de répondre à tout. Quelqu'un qui n'a plus rien à perdre."

Lala.

Et quelques notes de lumière.


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge900/900[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (900/900)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyLun 11 Mai - 9:08
Orphéus marqua un instant d'arrêt alors que Alvis se lançait dans ses différentes tirades. Il prenait acte de l'opposition manifeste du nouveau Marina, ce dernier ne se contentant pas d'émettre des avis mais aussi de se montrer trop en opposition avec les consignes données. Le Légat patientait. Mais l'orage qui avait grondé précédemment dans ses yeux était descendu dans son coeur. Et c'est à grande peine qu'il se retenait de réagir pour le moment. Son tempérament posé n'était pas ce qui avait attiré le Seigneur des Sept Mers. Mais plutôt cette impression qu'il donnait parfois, celle de cette lame de fond, puissante, irrésistible, prête à emporter les faibles défenses qui se dressaient face à lui.

Si Alvis s'était contenté d'avis personnels sans dépasser certaines limites, il aurait certainement laissé courir les insultes cachées derrière les mots du Léviathan. Mais il semblait croire que c’était au Légat et au Légat seul de s'adapter à son caractère. Oubliait-il que sans la bienveillance de ce dernier, il aurait été abattu comme le chien d'Asgard qu'il était ? Oubliait-il que si le Léviathan revêtait maintenant sa peau, c'est parce qu'il avait autorisé cela ? Un lien était certes né entre eux, mais il était fragile, ténu, car cet homme respectait encore son ancienne allégeance. Du moins était-ce un ressenti fort.

Orphéus prit le temps nécessaire à sa réflexion pour remonter les marches menant à son propre trône. Il se posa dessus, plaçant son index devant ses lèvres, plongé dans une sorte de débat interne. Le silence s'était emparé de la salle, maintenant que Alvis ne disait plus rien. Face à l'hostilité manifeste du guerrier, une silhouette se détacha des ombres derrière le Légat pour se placer à ses côtés. Main sur la garde de son épée, Aurora regardait Alvis avec une animosité non feinte. Son rôle était d'assurer la protection de son frère et ici, elle se devait de se montrer. Dans l'esprit d'Orphéus, la voix de celle-ci résonna :
    " Un mot de toi, mon frère, et je l'égorge pour qu'il expie ses fautes. "

Orphéus ne disait rien. Sa décision aurait été facile à prendre, autrefois. Mais maintenant, il se devait de faire preuve de réserve. De retenue. sans pour autant faire preuve de faiblesse en laissant cet homme cracher son venin sans vergogne. Qu'il puisse avoir ses propres notions d'honneur, de sacrifice, il le concevait et le débat ne pouvait pas être aussi simple que "tu as tort, j'ai raison". Pas intéressant. Par contre, une chose ne passait pas.
    - Ainsi, je dois te considérer comme un monstre ? Mais que sais-tu vraiment des monstres, petit Léviathan ? Que sais-tu réellement de la peur, de l'intimidation ? Tu as une petite parcelle de pouvoir, un passif et tu penses déjà tout connaître de ce monde pour le juger comme tu le fais ? Pourquoi serait-ce à moi de faire plus d'efforts alors même que je t'ai tendu la main. Deukalyion est meilleur que je ne le suis, dis-tu. Et tu as raison. J'estime que chacun de mes Généraux est meilleur que moi. Sais-tu pourquoi ? Non, sans doute pas et je suppose même que tu t'en moques. Sans doute même que tu ne comprendrais pas, tout comme tu ne comprends pas tout ceci. Nos valeurs, notre conception de l'honneur ou que sais-je d'autre en réalité. Cependant, il y a une chose que je ne saurai accepter. De personne.

Sa voix était calme, en dépit de la tempête qui couvait en lui. De son oeil unique, il ne lâchait pas cet homme. Alvis avait cette certitude en lui, cette sensation, qui le poussait à se sentir important au point que se séparer de lui, c'était se séparer d'un élément important. Une telle naïveté était presque touchante.
    - C'est qu'un simple soldat - ne te méprends pas sur ce que tu es réellement, mon cher - puisse croire que c'est au Légat d'agir pour ne pas le tenter. J'ai déjà donné des ordres pour que personne ne te touche, sachant ton aversion pour le contact avec les autres. J'ai demandé à Deukalyion de te prendre sous son aile. De t'aider, même. J'ai fais des efforts que je n'aurai peut-être pas consenti avec un autre. Et voilà que tu me dis qu'il te faut t'envoyer une personne qui n'aurait plus rien à perdre, sans beauté, sans sa jeunesse, sans autre atout que sa connaissance et sa patience pour être sûr que tout se passe bien. Pauvre fou...

Et cette fois il se releva. La mélodie de son Onde se mua en un chant plus fort, comme un appel. Le rythme s'accélérait. Les gardes pénétrèrent dans la salle, Aurora tourna alors le visage vers son frère. Se plaça devant lui. Et une impulsion. Simple. Comme une note unique. Un appel pour le Kraken. Une note qui permettrait à ce dernier de savoir qu'il devait intervenir. Une note qui lui donnerait aussi les grandes lignes de ce qui s'était passé ici. Et sa voix se fit de nouveau entendre alors que ce dernier apparaissait dans la grande salle.
    - Le respect d'un homme qui n'accepte ni ne souhaite comprendre nos coutumes m'importe peu. Alvis du Léviathan, je vais te laisser du temps. Du temps pour réfléchir, pour essayer de comprendre. Je te refuse le droit d'accéder à nos connaissances, je te refuse le droit d'obtenir un professeur. Je te refuse le droit de te déplacer et d'agir comme bon te semble. Général du Kraken, mettez ce soldat aux arrêts. Peut-être que 18 mois dans nos geôles lui permettront d'avoir le temps de méditer sur le comportement qui doit être le sien ici. Atlantis a des règles, j'entends à ce que chaque Marina puisse les respecter !

Le Kraken savait ce qu'il avait à faire. Et si Alvis se montrait une fois encore irrespectueux, alors il lui faudrait en accepter les conséquences. Orphéus se moquait que des soldats ne l'estiment pas en tant que chef. Tout comme il se moquait de ce qu'on pouvait penser de lui et de sa manière d'agir. Alvis avait dépassé une fois encore les limites qui existaient en ce monde. Il était un prédateur ? Et bien c'est qu'il ne connaissait pas bien les règles de la chasse. Orphéus se doutait que cet homme allait se trouver face à un choix difficile. Peut-être même qu'il était capable de feindre l'obéissance pour frapper dans le dos. Mais il savait à quoi s'en tenir. De toute évidence, il avait oublié une chose : le Léviathan pouvait de lui-même quitter son porteur, si ce dernier s'opposait à ce point à Poséidon.
    - Ta cellule te privera du contact avec le Léviathan. Mais tu seras bien traité. Et lorsque ta peine arrivera à son terme, je viendrai à toi. Tu auras à faire un choix. Te plier ou partir. Sache, Alvis, que c'est la première et dernière incartade de ta part que j'accepterai. Visiblement, tu sembles ne plus rien avoir à perdre, même la mort ne t'effraie pas. Soit ! Tentes-moi une fois encore, et je t'accorderai ce repos que tu sembles tant espérer. Deukalyion, il est à toi.

Un homme qui n'avait rien à perdre n'était en rien une bénédiction pour Orphéus. Il commençait même à se demander s'il ne serait pas plus facile de l'exécuter ici et maintenant.




Citation :
Deukalyion va poster après moi. Dans la dernière partie de mon rp, j'intègre qu'il est présent quand j'énonce la sanction.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft# En ligne
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1600/1600[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyLun 11 Mai - 12:29
Melodie

Il n'y eut qu'un simple frisson quelques secondes avant que son écaille ne se mette à luire, insufflant en Deukalyion un sentiment d'alerte. Une courte mélopée reconnait à travers elle dans son corps, jusqu'à atteindre les os de son crâne. Ce signal. Il savait très bien ce que cela pouvait représenter. L'urgence. Le danger.

    - BORDEL, ORPHEUS !


Alors qu'il se tenait là, dans une des rues de l'Arctique à observer une de ses patrouille, il fit volte face. Les ailes du Kraken se déployèrent brusquement, déchirant la cape immaculée du Général. Il ne lui fallut qu'un instant pour décoller, Deukalyion fendant l'air au dessus des bâtiments en direction du Temple de Poséidon, laissant exploser son Cosmos derrière lui pour se hâter. Il n'y avait pas une seule seconde à perdre. Lorsqu'il arriva devant l'entrée, se posant avec une certaine violence, son visage se faisait grave. La mâchoire crispée. Les gardes ayant pu l'apercevoir avaient commencé à ouvrir les grandes portes, mais il n'avait pas le temps. Il poussa violemment ces dernières pour pénétrer dans la salle, le pas pressé et puissant, son aura dégageait une sourde colère, sombre et profonde. Et c'est alors qu'il les vit. Orpheus, debout, de toute sa stature et prononçant sa sentence ainsi que ses ordres à son Général. Et Alvis, face à lui. Ses poings se serraient alors et son grondement se fit plus intense, son Onde sinistre se propageait dans la salle. Alvis... pourquoi...

Dans cette salle, Orpheus était Roi. Sa Voix portait une puissance unique, son Onde était démultipliée par la volonté de Poséidon. Il pouvait soumettre n'importe quelle écaille. L'obédience de ces dernières s'appliquait alors à son paroxysme. Aussi, non sans amertume, Deukalyion leva le bras en l'air. La Mélodie d'Orpheus l'entourait alors, il avait compris. C'était à lui de le faire. Etait-ce une punition qu'il lui infligeait ? Un test ? Peu importait. Les yeux clos, porté par la Voix du Légat il s'exécuta. Tout avançait si bien... pourquoi... La Scale du Kraken ordonnait à celle du Léviathan, son disciple, de se soumettre à lui. De revenir à ses côtés. Dans un éclat de particules écarlates, l'écaille quittait le corps d'Alvis et le Léviathan se reformait aux côtés de Deukalyion. Il fit alors quelques pas vers lui pour se retrouver à ses côtés, fixant l'autre côté de la pièce, la porte qui était sa destination. Pas le moindre battement de cils pour celui qui était sous sa protection.

    - Alvis, Capitaine du Leviathan. Suis-moi, sans faire de vagues. Il ne te sera fait aucun mal. L'écaille du Léviathan restera à mes côtés.


De ses poings commençaient alors à perler des gouttes de sang. Son vide se creusait plus profond, sa colère s'y engouffrait. Il n'y avait nulle menace dans cette dernière. De la déception ? Peut être oui. Il espérait juste ne pas avoir à recourir à la force. Je ne sais pas ce que tu as fait, mais je t'en prie, n'aggrave pas ton cas...



[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1050/1050[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1200/1200[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyLun 11 Mai - 19:46
Le temps que dura la tempête, Alvis resta imperturbable, le regard directement rivé à celui du Légat. Comme il l'avait déclaré précédemment, les menaces claires ou sous-entendues ne lui faisaient ni chaud ni froid. Les punitions il connaissait. Orphéus marquait peut-être un point en soulignant qu'il était jeune et n'avait pas vu grand-chose du monde, mais sa théorie sur les grands principes de l'humanité se vérifiait en même temps qu'il recevait son jugement. Il ne cilla pas.

Mieux encore, il découvrit l'autre, la nature de ce malaise sur lequel il pouvait désormais mettre un visage. Elle lui ressemblait drôlement. C'était donc bien une meute. Le même sang, toujours le même sang. Il gagnait la joute en perdant la liberté. Peu importait.

L'arrivée de Deukalyion ne l'ébranla pas davantage, et rajouta même à la mauvaise impression qu'il avait d'Orphéus. Le Kraken avait obtenu son respect en un temps record. L'impliquer dans la sentence directe n'avait aucun autre sens que de prouver, encore une fois, l'étendue de son pouvoir et par la même occasion de sa vanité.

Alvis se laissa dépecer sans bouger, toujours droit face à l'énorme vague, à la proue du drakkar qu'était sa vie. Il sut au ton de la voix du général que le geste n'était pas exécuté de gaieté de cœur. Il se retourna alors et sentit l'odeur du sang. Un instant, l'envie de lui adresser des excuses fut forte, très forte même. C'était suffisamment inhabituel pour que le garçon s'en voulût. Le Kraken avait vu le monstre et l'intérieur du monstre. Une porte difficilement ouvrable et bien cachée. Il leva alors la tête vers lui et son timbre mourut en quelques mots :

"Moi, et Atlantis."

Il lui avait fait entrevoir un morceau d'avenir qu'il n'avait jamais pris le temps de regardé auparavant. Quelque chose de précieux qu'il emporterait avec lui dans l'ombre des geôles. Alors, à défaut d'empathie, il indiqua simplement d'un signe de tête qu'il était prêt à accepter son sort, avança même le premier sans se tourner vers les jumeaux. On le verrait droit et digne, même dans cette espèce de déshonneur idiot.

***A quoi penssssais-tu exactement ?***

Le Serpent était toujours là. Largement suffisant. Intouchable.

***Je voulais voir quel type de personne il était. Et il a demandé la vérité. Il l'a eue.
-Ta conclusion ?
-Il ne vaut pas Eirwen. Il est aveugle à autre chose que sa meute. Son pouvoir. Il a des œillères.
-Pourquoi as-tu parlé de Lala ? Cccc'était la goutte de trop. Et tu le ssssais.
-Je n'ai rien imposé du tout. Puisqu'il a si peur que je touche aux Atlantes, c'était une idée comme une autre. Et... Lala me manque.
-Elle ne reviendra jamais. Elle est partie chez Hel.
-Je sais. Voilà ce qui arrive quand on permet aux monstres de rêver.
-Ah, je comprends mieux...
-Je refuse de mentir sur ce que je suis. Tu le sais mieux que personne. Même si ça ne plaît pas à tout le monde.***


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1350/1350[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1600/1600[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyMar 12 Mai - 0:30
Cellule

Il entendit les paroles du futur prisonnier. Il n'y eut aucune réaction sur son visage. Ses doigts se desserraient lentement et déjà il commençait à avancer. Par cette phrase simple de trois mots Alvis avait répondu aux questions intérieures que se posait le Général. Il avançait déjà, rapidement dépassé par son supérieur qui pressa le pas. Pas même un regard envers le Légat, ne comptait que la destination, cet endroit. Ils arrivèrent rapidement au Purgatoire, face à un garde.

    - Donnez-moi une clé pour les Exilés. Je veux celle de ma cellule.


Il y eut quelques secondes de flottement. Ils connaissaient le prisonnier. Ils ne connaissaient pas la colère du Général. Aussi, après la stupeur, ils s'exécutèrent et lui donnèrent sa clé. Il s'engouffrait alors, suivi de près par Alvis. Il s'enfonçaient lentement dans le premier niveau des Geôles, le plus tranquille... Au temps que ce dernier pouvait l'être. Il était le mieux placé en tout cas pour un prisonnier qui devait être bien traité. Le risque d'attaque des Bêtes y était quasi nul. Lorsqu'il l'atteignit enfin, il ouvrit la porte.

    - Tu entres ici dans la prison qui fut mienne. Songe à tes actes. Songe à l'homme que tu as devant toi. Remets-moi tes armes. Je repasserai te voir.


Il le laissa s'y engouffrer avant de fermer et tourner cette clés. Déjà il devait ressentir que le lien avec sa Scale s'était tari, asséché. Dans quelques minutes il n'en sentirait plus rien. Et déjà il s'en allait, sans que rien ne change quant à son expression ou son aura. Il déposa la clé dans la main du garde.

    - Je ferai personnellement parvenir un rapport à la Générale Calista


Puis il continua sa route, remontant les marches du Temple, traversant la dernière salle, celle du Dieu, vide. Puis vint celle du Légat, moins vide. Il était là. De nouveau sur son siège. Aurora avait déjà disparue, mais dans la hâte Deukalyion n'y avait quasiment pas prêté attention plus tôt. Il fit quelques pas jusqu'à arriver jusqu'au trône.

    - Cela devait être fait. Nous en discuterons demain si cela ne vous dérange pas.


Pas un mot de plus et déjà il repartait. Il aurait voulu présenter ses excuses, là était son échec. Le Légat lui avait confié une mission, un rôle qu'il devait mener à bien... Mais il n'en ferait rien. Il il avait échoué. Peut être la tâche était impossible oui, mais cela il ne l'acceptait pas. La colère ? Elle était destinée envers lui même. La déception ? Il y avait cru pourtant, les derniers jours s'étaient déroulé sans aucun signe de cet acte, quel qu'il ait pu être. Il sortait de la l'immense demeure de marbre et d'Orichalque, fixant le ciel. Moi et Atlantis. Et déjà alors, il quittait le sol. Une trace bleuté fendait l'air, suivi d'une autre, rouge.


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-bleu1050/1050[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-rouge850/850[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-rouge  (850/850)
CC:
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) G-jaune1200/1200[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)   [Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) EmptyMar 12 Mai - 20:02
Le court trajet s'était fait en silence. A les voir ainsi l'un derrière l'autre on aurait presque pu croire à une sorte d'initiation pour le Léviathan, la découverte de l'un des lieux qu'il était préférable d'éviter à Atlantis. Et si en soi le séjour pourrait y ressembler, le fait que Deukalyion ressortirait sans son subordonné donnait un tout autre dénouement à qui regarderait.

L'adolescent respecta le silence tacite, suivit le pas rapide sans se plaindre, à toujours regarder au-devant. Parfois des suppliques leur parvenaient d'un côté ou de l'autre du couloir, qu'il ignora. Le Kraken avait demandé sa propre ancienne cellule. Ainsi donc il avait lui aussi atterri là. Il en était sorti et servait maintenant fidèlement Orphéus. Mais y avait-il dans son cœur cette sorte de ressentiment présent dans celui d'Alvis ? Improbable. Il ne demanda pas. Ce n'était pas le moment.

La grille s'ouvrit et alors le Serpent le dévisagea une nouvelle fois. Il accomplissait là, par-dessous sa carapace épaisse du devoir, un beau geste en donnant une chance à l'Asgardien. Un espoir. Une Atlantis pleine de promesses.

Docile, Alvis commença par défaire le lacet de cuir à son cou orné de griffes d'ours. Preuve de sa force et de son courage face au prédateur des banquises. Il porta ensuite la main à la dague de Lala et s'arrêta main sur la garde. Cette confiance-là lui parut prématurée, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il défit le fourreau de cuivre sculpté de runes et l'observa un instant, puis dégaina l'arme pour la caresser une dernière fois du regard. En soi elle n'avait pas tant de valeur : la lame n'avait jamais été parfaitement lisse et droite, et croiser le fer avec une autre en métal l'aurait probablement brisée au premier impact. Ce n'était pas une arme pour les Hommes. A la rigueur, une pour la chasse. Mais si Alvis en prenait tellement soin, c'était pour son symbole. Une dague rituelle. Une dague du Sacrifice. Aussi imparfaite et et vieille que Lala.
D'un geste net, il la remit en place puis tendit le tout à Deukalyion.

"S'il te plaît prends-en soin. C'est mon héritage."

Héritage. C'était la première fois qu'il usait du mot pour son compte, mais il lui était venu naturellement. Pas un trésor. Un héritage. Le dernier souvenir de cette mère qui n'en était pas une.

Un instant il se demanda s'il devait aussi remettre la peau d'ours qu'il portait comme une cape. Ce n'était pas une arme, mais les Atlantes pourraient y voir une forme de rébellion. Ou pas. Il décida de la garder. La seule chose que pouvait blesser cet habit, c'étaient les narines sensibles qui ne supportaient pas l'odeur du vrai cuir. Dans le pire des cas, on lui redemanderait de l'enlever plus tard...

L'ancien Gamma n'adressa pas de mots d'adieux. Ils auraient été superflus. Il ne fallait pas briser l'image froide et impassible du général. Il entra simplement dans la cellule, sentit l'étau de pouvoir se refermer et l'étouffer à demi.

***Il repassssssssera te voir.***

Déjà les pas du Kraken s'éloignaient et pourtant, chose assez rare pour être soulignée, Alvis sourit. Sauf qu'il n'y avait personne pour le voir.


[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus) Ysqc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Chronique Mars 551] Premier bilan avec le Légat (PV Orphéus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: