Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyLun 11 Mai - 20:13
    Cette fois, ces pas allaient l’amener plus bas dans les temples. Voilà un moment qu’il n’avait pas eu le loisir de descendre jusqu’à presque Rodorio. Cette vie normale lui manquait toujours, mais plus le temps passait et plus il se faisait, tristement, au poids de la couronne. Il avait pris le temps d’échanger quelques mots avec les gardiens lors de sa traversée. Certains étaient ses amis, ses compagnons, d’autres presque des étrangers, mais maintenant, il était celui qui pourrait les mener à la vie ou à la mort d’une mauvaise ou d’une décision. C’était finalement avec ça qu’il avait le plus de mal mais c’était le poids de la couronne et seul l’avenir lui dirait s’il avait ou non bien fait. Alors à quoi bon se mortifiait pour ça ? Le poids de la couronne encore…

    Mais ce n’était pas pour le plaisir pour prendre l’air qu’il avait entrepris de descendre les marches du Sanctuaire. Il avait reçu des rapports des gardes sur le retour du chevalier d’or du taureau. Voilà un moment que ce dernier était parti en quête de quelque chose de bien personnel et il espérait qu’il avait reçu à mener sa quête à bien. À défaut d’être lui complet, son armure aurait pu l’être. Il avait été content et fier quand ce dernier avait choisi de rester à porter l’or, alors qu’il avait gagné le droit par les armes et la chair au repos. Il aurait pu continuer de vivre ou simplement s’installer quelque part former des aspirants ou bien se chercher un remplaçant. Mais non, il avait fait le choix de la fierté et du devoir et ça, c’était quelque chose que celui qui fut lion respectait énormément. Mais le devoir allait faire en sorte que les retrouvailles soient courte durée.

    Il arriva donc dans le temple du deuxième gardien. Ce dernier était d’un style particulier, très différent de l’architecture purement grec du reste du sanctuaire. Il n’était pas vraiment à son aise dans ce genre d’endroit, ce n’était pas son monde. Mais il y trouvait un certain charme et peut-être qu’un jour il aurait l’occasion de visiter les anciens temples d’Égypte. Mais ce monde-là était mort, le cycle avait tourné et le centre du monde était maintenant ailleurs. Il en va de ça avec les empires, ils vont, viennent et s’éteignent. Combien de temps pourrait-il sauver son empire à lui du cycle ? Il soupira quand il fit ses premiers pas dans la grande allée du temple.

    Oui, ce temple était grand, impressionnant même, à l’image de son occupant. Son regard se perdit dans la grande allée centrale et ses colonnes. Il avança doucement vers le pilier central qui occupait l’espace au coeur du temple. Il n’y avait de trace de son occupant dans cette allée centrale, mais il savait de source sûr que le taureau était de retour. Il espérait qu’il ne soit pas déjà reparti en vadrouille à peine arriver. Mais il était plus probable que le gardien profite de ses appartements après un long voyage. Il était simplement vêtu de la toge blanche de l’office du Pope et n’avait pas pris le masque qui cachait son visage. Il n’en aurait pas besoin ici. Il était là pour donner des ordres, pas pour étaler des secrets. Enfin, les deux allaient trop souvent de pair.

    « - Airôth du taureau. Tu as un visiteur qui t’attend. Si tu as du temps pour lui, bien entendu. »

    Il rit de son rire-rugissement. Il n’avait maintenant plus qu’à attendre que le taureau se présente à lui et il pourrait lui donner les ordres qu’il avait pour lui. Il avait bien réfléchi à tout ça. Sa dernière conversation avec l’augure d’Apollon avait mené son esprit dans bien des chemins et il en était venu à bien des conclusions. Il avait besoin d’information et de voir si ces rumeurs n’étaient que des rumeurs. Il savait vaguement que le taureau avait déjà tenu ce rôle par le passé, alors pourquoi ne pas continuer dans une optique qui marche. Même si ce qu’il allait lui demander risquait d’être un cadeau empoisonné pour le deuxième gardien. Mais il avait confiance en son guerrier et il savait qu’il saurait naviguer au gré des dangers, malgré sa seule pagaie.



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMar 12 Mai - 22:56

Voilà plusieurs heures qu'il écrivait. Oui, des heures. Il avait encore du mal avec certaines lettres, certains mots et il voulait s'appliquer. Cette lettre qu'il rédigeait était importante pour lui. Il avait des choses sur le coeur et puis.. Il souhaitait montrer à cette jeune fille qui avait arpenté son Temple il y a plusieurs années que le Taureau Blanc n'avait pas abandonné, qu'il se battait toujours, qu'il persistait et continuait d’apprendre. Chaque jours. Quand bien même les coups pleuvaient.

Il terminait, doucement. Avait inscrit son nom, son titre. Restait désormais le fameux "Post Scriptum" dont Ileana lui avait expliqué le sens et l'utilité. Il souriait alors. Cette petite rédaction improvisée, à peine rentré de son voyage avait quelque chose de rafraichissant. Un espoir ? Quelques minutes plus tard, alors qu'il était concentré pour terminer, il entendit une voix familière résonner dans les couloirs de sa demeure, puis un rire rugissant. Il était là. Un dernier point, et le Chevalier d'Or se levait, enfilant son armure alors qu'il commençait à se diriger vers son frère d'armes, désormais l'autorité suprême du Sanctuaire. Quelques pas plus tard et le voici devant l'homme. Rares étaient ceux qui dépassaient le Taureau en terme de taille et ce dernier n'avait pas l'habitude relever la tête pour s'adresser à quelqu'un. Il s'inclina respectueusement, la main sur son plastron

- Quel plaisir de te revoir, Grand Pope. J'aurai toujours du temps pour toi Childéric, comment te portes-tu ?

Il se relevait alors, l'observant. N'arrivant pas à se faire cette tenue... Même s'il restait impressionnant, il l'était un peu moins qu'avec son armure imposante. Pourtant, cela n'enlevait rien à son aura, il restait rayonnant. Mais s'il était descendu de son palais, là haut, ce n'était certainement pas par pure courtoisie envers un de siens... Pas seulement en tout cas. Il attendait certainement un retour sur son périple. Au temps éclaircir ce point rapidement...

- Je ne l'ai pas retrouvé... Je sens au fond de moi que ma constellation en souffre. J'ai failli envers Athéna...

Il baissa les yeux un instant. Coupable. C'était la seule chose qu'il regrettait dans son malheur. Son bras ? Bien lui fasse de s'être détaché de son corps. Ce n'était rien, à ses yeux en tout cas. Son âme restait entière. Son armure, elle... avait besoin d'être entière. Son âme résidait dans chacune de ses parties.

Il revint alors dans le regard du lion, se doutant bien qu'il y avait autre chose. Il n’allait pas s'apitoyer sur son sort et encore moins devant lui.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 13 Mai - 16:23
    Le Pope sourit en voyant arriver le taureau d’or. Le voir raviva de nombreux souvenirs, dont ceux violent et sinistre de la guerre. Il avait payé là un lourd tribut, un tribut de chair et d’or. Un tribut dont il ne pourrait jamais récupérer. Un tribut qu’il avait choisi de verser encore, en continuant de servir. Un homme de devoir, et c’est une qualité que le Pope apprécie grandement. Il aurait aimé donner un peu de temps au taureau mais du temps, il n’en avait pas. Mais malgré tout, il était content de revoir cet homme. Il embraya de suite, après les salutations d’usage et le protocole sur le résultat de son périple. Ainsi, il n’avait pas retrouvé son bras et avec lui, les fragments de son armure d’or. C’était un problème… un véritable problème. Incomplète, l’armure en souffrirait, comme le confirmé son porteur. Elle protégerait moins bien son porteur surtout. Encore plus de risques

    « - Je suis content de revoir, Airoth. Ne t’en fais pas. Je suis sur que tu le retrouveras un jour. L’armure ne serait pas restée incomplète longtemps et tu ne lâcheras pas l’affaire je le sais ! Tu n’as nullement failli à ton devoir. Nous le savons tous les deux et je suis certain qu’elle le sait aussi, ne t'en fais pas. Tu as su te montrer digne plus d’une fois et tu surmonteras cette épreuve mon ami. Je suis curieux par contre, de savoir ce que tu as pu apprendre durant ton voyage, comment se porte l’Italie depuis qu’elle est sous la poigne de Narsès ?»

    Et il était convaincu de ce qu’il disait. S’il y a bien quelqu’un qui pouvait retrouver ce qu’il avait perdu, malgré cet échec, c’était le taureau. Mais c’est une quête qui lui prendrait sûrement beaucoup de temps et les candidats à ce vol, plutôt qu’à cette perte étaient nombreux. Qu’il s’agisse de guerriers d’Arès ayant choisi ce genre de prise comme trophée de guerre, un Oracle en fuit y voyant là une sorte de sauf-conduit ou ces mystérieux chevaliers noirs ayant besoin d’un fragment d’or pour une obscure raison…

    « - Pour le reste, tant que le Sanctuaire tiens debout, moi aussi, mais c’est une tâche qui demande plus d’énergie que tout ce que j’ai pu faire avant ! »

    Il poussa alors un profond soupir. Oui, le pouvoir et la couronne étaient un combat de tous les instants. Une nouvelle forme de guerre à laquelle il n’avait pas vraiment été préparé mais qu’il avait dû apprendre à mener. Reste à savoir comment il s’y prendrait et il aurait ses réponses bientôt. Les pions sur les grands échiquiers du monde étaient déjà en mouvement et il était pour lui de porter ses premiers coups. Le taureau serait une pièce importante dans ce qu’il avait en tête. Il savait la mission qu’il voulait lui confier était risqué, mais il avait aussi confiance dans l’homme en face de lui pour la mener à bien. Après tout, il était le diplomate le plus compétent à sa disposition…

    « - Mais je suis désolé, j’aurais aimé que ça soit juste ça, mais je ne suis pas là simplement par courtoisie. J’ai une mission pour toi, une mission très sensible et possiblement risquée. Ça ne te dérange pas si nous nous installons ailleurs pour en parler ? »

    Il sourit et il suivrait le gardien de la seconde maison dans son temple. Il fallait mieux éviter de parler de ce genre de chose en plein milieu de l’allée centrale. Non qu’il doute des gens présents, s’il y en avait, mais plutôt d’où le vent pourrait amener ses mots. Il prit aussi une petite précaution et concentra un peu de son cosmos. Ses yeux changèrent de forme pour prendre l’aspect de ceux d’un félin. Au moins, comme ça, à regarder entre les deux mondes, celui des dormeurs et celui du rêve, il ne pourrait pas être espionné sans qu’il ne soit au courant. Et il était vraiment nécessaire que cette mission reste secrète dans ses détails pour la sécurité de celui à qui il la confirait et surtout pour qu’il puisse avoir une chance de la réussir…


Citation :
Rêve 3 de la paranoïa activé °°


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 14 Mai - 15:52

Si le Taureau d'Airain avait prêté allégeance envers un nouveau Grand Pope, ce n'était pas seulement pour sa fidélité envers Athéna, non. Childéric était un compagnon d'armes, un homme avec qui il avait traversé le pire de ce que pouvait offrir tant les humains que les Dieux mais pas seulement. Il savait inspirer de grandes choses, faire ressortir le meilleur de ceux qui l'entouraient. Preuve en était encore dans ses paroles, dans sa foi envers un Chevalier qui avait pourtant failli et pas qu'une fois. Et pourtant, il croyait en lui, comme d’autre il voyait quelque chose au fond de son être. Il ne put qu'afficher un léger sourire.

- Nous allons aller dehors, les ruines de l'ancien temple sont éloignées de tout. Et puis ça fait des heures que je suis enfermé, un peu de soleil me fera le plus grand bien !

Travesant les quelques couloirs, Airôth réfléchissait brièvement à ce que pourrait lui demander le Grand Pope. Une mission périlleuse. Ainsi il n'allait pas rester longtemps à garder sa Maison. Il eut alors en tête les différentes missions que lui avaient confié les anciens Pope. Toutes ne furent pas de grandes réussites... Peut être l'occasion de prouver qu'il pouvait faire mieux. Aller de l'avant, toujours plus. Il arrivèrent donc dans la cour verdoyante couverte de morceaux de marbre, de pierres et autres colonnes brisées. Le Taureau se retourna alors, passant la main dans son plastron avant d'en ressortir un objet pas plus grand que cette dernière.

- L'Italie se porte mieux qu'à notre dernière visite oui... et si je n'ai pas trouvé ce que je cherchais je suis tout de même tombé sur cet objet. Je n'ai pas essayé de l'ouvrir, l'inscription m'en a dissuadé...

Il lui tendit alors l'objet. Une petite boite en bois cerclée d'or, sur laquelle semblait comme gravé dans la lumière " Ἀπόλλων ". Airôth avait beaucoup appris depuis qu'il arpentait le Sanctuaire. Apollon était un Dieu cyclique qui croyait aux lois du soleil, de son avènement jusqu'à sa chute. Mais il était aussi un Dieu porteur de maladies et calamités envers ceux qui pouvait attiser son courroux. Autant ne pas prendre de risques donc et laisser cela au jugement de la Volonté d'Athéna. Il s'assit ensuite sur une des colonne brisée, ajustant sa cape et invitant Childéric à faire de même face à lui d'un simple geste de la main.

- Je t'écoute Grand Pope, où souhaites-tu m'envoyer et dans quel but ?

Pas de place pour les doutes, pour les erreurs du passé. Elles étaient pourtant toujours présentes oui... Mais il était le Taureau Blanc. Sa lumière ne saurait s'amoindrir.

Citation :
Airôth remet à Childéric une petite boite en bois cerclée d'or et gravée du sceau d'Appolon


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptySam 16 Mai - 1:29
    Les ruines de l’ancien temple ? C’était un bon choix de la part du taureau. Le cadre, en plus d’y être agréable, offrirait aux deux hommes la tranquillité nécessaire à la mission que le Pope voulait confier à son chevalier d’or. Il hésitait toujours, non pas à cause de l’homme en face de lui, mais plutôt à cause de la nature de la tâche qu’il aurait à accomplir. Le silence régna donc le temps que le trajet se fit. Une fois arrivé dans les ruines, ce que fit le taureau surpris le Pope, il ne s’attendait pas à ce qu’il sorte quelque chose qu’il avait gardé si près de lui. C’est un objet assez petit à première vue, mais qui avait l’air extrêmement précieux. Il s’installa, en faisant attention, sur une colonne en ruine pour pouvoir discuter plus à son aise. Surtout quand le deuxième gardien donna l’objet au Pope…

    Et de quel objet il pouvait bien s’agir . Il avait vu suffisamment de ces boîtes maintenant pour reconnaître le genre de contenant précieux qu’un dieu utilise pour conserver certains objets précieux. Ainsi, le butin de guerre pris à la Tour réservait encore des surprises. Intéressant ! Il prit le coffret qu’on lui tendit avec précaution. L’objet était une pièce d’art à n’en pas douter. Pas étonnant d’ailleurs, quand on connaît l’amour de l’art qu’a le dieu solaire. Le deuxième gardien avait bien fait de ne pas ouvrir l’objet en question. Il loua sa sagesse d’un signe de tête en rangeant l’objet dans un pan de sa toge avec d'infinies précautions. Il sourit au taureau.

    « - Eh bien je loue une nouvelle ta sagesse mon ami. Je verrai le détail avec la déesse, c’est bien toi ça, faire toujours plus que ce qu’on te demande ! »

    Il rit alors de son rire signature. Il rugit dans ce monde en ruine où ils étaient seuls. Il aurait été facile de se voir dans le monde d’avant. Celui sans couronne et sans mensonge. Le monde qu’il regrettait amèrement. Mais le monde qu’il avait choisi de quitter pour veiller sur tous les autres. Est-ce qu’il pouvait vraiment lui demander ça ? Oui… il le devait et le devoir est un absolu avec lequel il ne transige que peu. Il reprit alors une mine très sérieuse, officielle.

    « - Je veux que tu te rendes en Francie, plus particulièrement dans le Sud des royaumes francs, quelque part en Aquitaine. Pour une mission… compliquée. Je veux que tu retrouves l’ancien Augure et que tu… discutes avec lui. De la diplomatie en somme. J’ai besoin de savoir quelque chose et je compte sur toi pour être subtile. D’après Cuchulaine, c’est Atlantis qui possède l’une des amphores de Jamir. Je veux vérifier si c’est vrai. Mes autres informations me disent que si c’est vrai, son remplaçant aurait parfaitement pu mener à bien cette mission. »

    Il soupira et laissa le silence se faire quelques instants. La mission était compliqué, risqué surtout. Peut-être difficile à saisir après l’Italie. Peut-être difficile après la guerre, mais il voulait justement penser à après cette guerre. Il voulait comprendre pourquoi le soleil avait sourit. Il avait besoin de toutes les sources d’information possible pour répondre à cette grande question. Il reprit ensuite, ayant laissé le temps au taureau d’assimiler cet ordre.

    « - Je sais que c’est compliqué ce genre de mission, surtout après l’Italie. Mais je veux voir après ! Il y a des dangers qui m’inquiètent plus que les oracles. Des dangers qui m’inquiètent au moins autant que les berserkers. Alors je ne veux pas de violence dans cette mission. Je sais que tu sauras t’y prendre. Je sais que tu as déjà croisé certains des oracles avant tout ça… Peut-être qu’il reste quelque chose de ces liens. Par contre, plus que la mission, c’est ta vie qui prime sur tout. Si c’est trop dangereux, tu reviens. Si tu cours un risque, tu reviens. Si on t’attaque, tu te défends, si on veut te tuer, ne leur laisse pas le luxe de regretter d’avoir essayé. Adalrick est maintenant un mécène des arts près de Toulouse, ça sera je pense ton point de départ, à moins que tu ne penses à autre chose, je te fais confiance pour réaliser le reste. Et si le Sanctuaire peut faire quelque chose pour t’aider dans ta tâche n’hésite pas. Normalement, Odoroi doit être quelque part en Francie, du moins, aux dernières nouvelles que j’ai eues de lui, si jamais. Il a sa propre mission, mais si tu as besoin t’aide. »


Citation :
Rêve 3 de la paranoïa activé °°


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyDim 17 Mai - 15:36

- M'informeras-tu de ce qu'elle renferme si elle vient à être ouverte ? Ce n'est pas dans mon habitude d'être curieux mais j'avoue que... cet objet m'intrigue.

Une demande qu'il savait pouvoir se faire refuser. Certains secrets étaient gardés pour une bonne raison et il le comprenait. Nulle offense en cas de refus, il avait bien d'autres choses à gérer de toute façon. Et ce que lui annonçait le Grand Pope en faisait partie. Il l'écoutait alors, sans un mot. Son âme ne put s'empêcher de tressaillir. L'ancien Augure... Voilà une bonne nouvelle pour commencer. Même si repenser un instant à lui le fit se perdre dans les songes lointains. Celles d'une rencontre, d'une chaine brisée. Cela semblait si lointain... Irréel.

Son devoir était donc l'information. le contact, se renseigner sur l'une des Amphore de Jamir. Sur les paroles d'un prisonnier voué à la divinité lumineuse... Drôle retour des choses alors que le Taureau d'Airain venait de le piller dans une certaine mesure. Trésor de guerre ? Compensation ? Puis vint la bonté de l'ancien Lion d'Or. Pas de combat. Pas de danger. Peut être un allier ? Ce dernier devait être bien occupé s'il était parti. Pas la peine d'y penser donc. Airôth allait accomplir son devoir seul. Après tout, cela fonctionnait mieux ainsi. Sans personne à protéger.

- Ne t'en fais pas pas pour moi, la mort semble me fuir depuis bien des années. Tout ira bien. Je connais Adalrik, il a été bon avec moi, m'a éclairé sur bien des choses. Si je suis un Chevalier aussi dévoué aujourd'hui c'est en partie grâce à lui en un sens. Tu n'aurais pas pu choisir meilleur émissaire pour cette tâche en somme ! Quand bien même la recherche n'est pas mon fort... Mais de tes dires, il sera facile à trouver. Le Chevalier d'Or du Taureau est à ton service et à celui de la Déesse, Grand Pope. Je partirai rapidement pour la Francie, le temps de récupérer de mon précédent voyage.

Il s'inclina alors respectueusement après s'être relevé, fermant les yeux. Puis se redressa, profitant d'une légère brise agréable et fraiche, ainsi que de quelques rayons de soleils sur son visage.

- Penses-tu que je devrais rencontrer notre Augure avant mon départ ? J'avoue que je suis mitigé quant à une discussion avec ce dernier. Si tu as des doutes envers ses paroles, fort à parier qu'il essaiera d'embrouiller mes pensées.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyLun 18 Mai - 13:13
    Il sourit à son camarade, lui aussi été curieux de savoir quel trésor il avait pu trouver dans les ruines de la tour des vents. Surtout le genre de trésors qui avait été suffisamment bien caché et bien protégé pour rester loin des conflits et surtout des pillages. Il avait aussi appris que le poids des secrets était lourd et qu’il ne pouvait pas vraiment tout partager librement. Mais le chevalier du taureau avait mérité de savoir, après tout, c’était son butin, sa prise de guerre.

    « - Si le contenu de cet objet me permet de te le dire, je te le dirais. Mais je ne promets rien, on ne sait jamais avec ces petits cadeaux divins, ils sont souvent empoisonnés... »

    Surtout quand on prend la peine de le protéger de la sorte. Enfin, s’il pourrait tirer un bénéfice de toute cette histoire c’était une bonne chose. Ils auraient besoin de petites victoires pour les temps à venir. Ils auraient aussi besoin de toute l’idée nécessaire pour justement repousser le siège et si l’arme de l’ennemi pouvait faire la différence, c’était une bonne chose. Une si petite boite qui peut finalement peut être sauvé bien des vies. Une bonne chose que ce trésor soit entre nos mains, qu’importe son contenu.

    Il écouta son compagnon d’armes lui répondre. S’inquiéter, c’était son devoir à lui. Il n’avait pas de problème à utiliser ses proches et ses amis, c’était son devoir, c’était le leur. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de penser aux conséquences des ordres qu’ils donnaient. La suite l’étonna un peu. Il ne savait pas que le deuxième gardien avait déjà eu l’occasion de croiser l’ancien Augure. Une bonne chose s’il existait encore des restes d’une relation cordiale entre l’ancien représentant divin et un chevalier d’or c’était une chose à exploiter. Celui qui fut lion se félicita intérieurement d’avoir choisi le taureau pour cette mission. Il l’avait choisi pour son expérience pour ce genre de missions diplomatiques sensible et sa personnalité. Il ne s’inquiéterait pas moins pour autant pour son ami, mais il était un peu plus rassuré à l’idée de le voir partir.

    « - Je t’ai donné les informations que j’ai récupérées, les rumeurs qui cours. Mais ce ne sont que des rumeurs… Je gage aussi qu’il ne sera pas seul, et sûrement bien protégé. Si je n’ai pas eu de mal à récolter ces quelques informations, pense que je ne suis pas le seul. Pense aussi que depuis ta dernière rencontre la guerre et le sang ont tout changé. Tu as l’air d’estimer cet homme, j’espère qu’il restera quelque chose de tout ça. Quelque chose sur lequel on pourra utiliser. »

    La question suivante était tout aussi épineuse. Oui rencontrer l’Augure était une bonne chose. Il voulait que certains de ses chevaliers d’or parlent à la voix d’Apollon, peut-être pour faire changer sa position sur les servants de la sagesse. Mais il doutait d’y arriver vraiment. Mais il le devait, suffisamment pour faire en sorte de pouvoir discuter calmement. De discuter des deux gros problèmes du Pope : le sourire d’Apollon et l’est qui commence à gronder. Pour le reste, oui, parler à son prisonnier serait une bonne chose, surtout si c’était le deuxième gardien qui lui rendait visite. Il se releva de la ruine sur laquelle il s’était installé et fit quelques pas pour se dégourdir un peu les jambes.

    « - Prends le temps qu’il te faut pour te remettre oui. Tu cours beaucoup ces derniers temps. Heureusement que ce n’est pas ta jambe que tu as perdue ! »

    Et il se mit à rire de son rugissement si caractéristique.

    « - Pardon, c’est peut-être encore trop tôt pour ça. Enfin, ça prouve bien que ça ne change rien chez toi. Mais pour redevenir sérieux, je te laisse juge de cette rencontre. Cuchulaine est quelqu’un de spécial. Ce n’est pas un mauvais bougre. Dans une autre vie, il aurait été quelqu’un de très agréable. Mais dans ces situations c’est délicat. En tout cas, si tu vas le voir, je compte sur ta finesse pour gérer ça. Autant éviter si tu ne le ne sens pas. Il ne doit rien savoir de ce que je t’envoie faire. Même ici, personne ne doit savoir. C’est entre toi, moi et la déesse. »


Citation :
Rêve 3 de la paranoïa activé °°


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 20 Mai - 0:00

Il comprenait. Ne dit rient de plus. Tout était résumé. Les secrets des dieux étaient une chose dont il fallait souvent se garder, plus encore lorsque l'on les servait. Et là était l'inconnue justement quant à la suite de leur conversation : Les Dieux. Car là où le Taureau d'Airain se rendrait, il allait devoir preuve de toute sa lumière. Le sang était venu venu couvrir son armure. Avait masqué le soleil pendant un instant. Cela restait un fait. Une vérité qu'il ne saurait oublier. Qu'il ne devait oublier.

- Adalrik est un adepte des cycles... Je ne connais pas la raison de son retrait, ni même celle de son retour mais nul doute qu'il vit selon les rythmes du soleil. J'espère qu'il saura comprendre oui... Je ferai de mon mieux en tout cas. J'ai ma part de sang. Il la verra. Il est... clairvoyant. Prophète si je m'avance même. Mais il m'a conseillé de garder ma Lumière... Et aujourd'hui, elle est plus intense que jamais.

Car là était la vérité. Si à l'époque Airôth était encore nouveau né dans un monde qui le dépassait, il avait entendu les paroles éclairées de l'Augure, sans les écouter. Emplie d'or et d'ébène, la mort reprend sa vie. Au coeur de la Colchide, rocher des naufragés. La Lumière, les Ténèbres, mais quel sera son prix ? Un soleil dans la nuit, ou votre éternité. Les mots résonnaient dans son esprit, comme un retour lointain. Aujourd'hui leur clarté n'était plus voilée. Sous la Lumière d'Apis, le Taureau se tenait droit.

Il ne put s'empêcher de rire quant à la remarque de son ami. En effet, ce n'était pas là sa perte, mais elle n'aurait pas changé grand chose. Tout cela n'était que matériel. Un obstacle à franchir. Rien de plus. Sa lueur ne s'arrêterait pas pour si peu, car il était le Taureau Blanc. Alors il se releva calmement

- Haha ! Ils auraient bien pu me prendre la jambe oui, mais cela n'aurait rien changé.

Et alors qu'il se tenait là, face au Grand Pope, la cape blanche d'Airôth commençait à se mouvoir avant de partir sur le côté droit, comme si le vent la dirigeait, dévoilant le vide de sa perte. Une lueur commençait à poindre au niveau de l'endroit où devait être son épaule, juste sous la pièce d'armure et en un éclat puissant, une longue aile blanche aux reflets d'or apparut. Intangible et pourtant bien réelle. Droite, sans fioriture. Pure lumière. Une jambe ? Quel besoin lorsque les cieux devenaient une nouvelle terre.

- Là fut ma bénédiction sous la lumière de l'Egypte. Je suis le Taureau Ailé, mon ami. Qu'ils prennent mon bras. Qu'ils prennent ma jambe. Ils ne m'empêcheront rien.

Restait la question de Cuchulainn. Il ne savait quoi répondre. Il allait devoir y réfléchir durant son repos, peut être alors trouverait-il une raison de le rencontrer. Peut être pourrait-il lui donner des clés quant à la vision actuelle du Cycle... Oui. Peut être bien. Une bonne raison.

- Je vais y réfléchir. Il releva la tête alors que son aile sembla se décomposer en de multiples points qui se t’arrisaient rapidement jusqu'à disparaitre. sa cape revint couvrir son flanc droit. Le soleil est grand, aujourd'hui.

Son franc sourire se dessinait alors sur son visage éclairé. Il semblait comme apaisé en cet instant fugace.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1500/1500)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1800/1800Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 20 Mai - 9:26
Souvenir







J’ai quitté mon Temple, mon champ de fleurs. Je ne saurais me cacher éternellement parmi mes roses. La culpabilité me ronge autant que le poison qui coule dans mes veines. Je me voue depuis trop longtemps, une rudesse de cœur et d’esprit dont je ne sais plus me prémunir. Alors j’ai quitté mon Temple, mon champ de fleurs.
Mon idée première fut de te trouver, au cœur de ton palais, doux Rêveur. Seulement, je n’ai pas de prétexte pour demander audience et malgré tout, voulant composer avec un nouveau mensonge, j’apprends que tu es occupé. Et absent. Toi aussi, tu as quitté ton Temple, pas ton devoir.

Résolue, je descends les marches, traverse les différentes maisons sans chercher à obtenir des échanges avec mes voisins. Ils croisent un fantôme habillé de son armure, de son masque, de cette blonde chevelure. Une contrefaçon. J’ai conçu une histoire autour de mes mystères, des rumeurs pour expliquer mon caractère « sauvage », inaccessible. C’est pour mieux garder mes secrets qui sont aussi ceux de Childéric.

J’ai quitté mon Temple, mon champ de fleurs. Je l’ai trouvé au sein du Temple du Taureau. Preux Chevalier, voilà bien longtemps que toi et moi, nous nous sommes parlés. Je n’ignore pas les mésaventures qui sont les tiennes. Je suis une mauvaise amie, pourtant, j’ai veillé de loin, à défaut de pouvoir faire autre chose.

Je m’annonce d’une onde cosmique, portant à leurs sens un parfum suave. J’attends d’être invitée par mon époux à avancer, ne souhaitant pas interrompre une conversation d’importance. Un vague sourire sous le masque et je fais quelques pas pour m’incliner avec déférence. Ployant genoux à terre, poing contre mon plastron d’or, j’incline la tête, déploie ma psyché dans leurs esprits. Ma « voix » est une mélodie qui ne trahira pas mon accent, qui je suis, en réalité.

Celle qui te considère comme un Preux Chevalier.

La culpabilité m’accable.

Morwenna des Poissons demande à s'entretenir auprès de vous, Grand Pope Childéric.


Puis, frôlant plus particulièrement l’esprit d’Airôth :

Pardonnez mon interruption, Taureau. J’espère que vous n’en prenez pas ombrage ? D’autant que je viens les mains vides.


Je me souviens de notre première rencontre et de la dernière…




Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 20 Mai - 15:28
    Il sourit au taureau. C’était une bonne chose qu’il comprenne visiblement profondément la philosophie des oracles. Il aurait plus de chances d’arriver à quelque chose par le dialogue et les idées sans devoir en venir aux mains. Mais il y a des réalités qu’il ne te faudra pas oublier, gardien. Il ne te faudra pas oublier Narses et la façon dont il traite ses prisonniers, il ne te faudra pas oublier les litres de sang versé, les blessures et les vies qu’ont coutées cette guerre. Il faudra garder bien tout ça en tête pour la mission que la Pope t’a confiée. Mais il sait que tu y arriveras, c’est pour ça qu’il t’a choisi après tout. Celui qui fut lion approuva la façon qu’avait son ami de prendre la perte de son membre avec philosophie. Il ne savait pas comment il aurait réagi lui face à ça. On ne peut jamais vraiment savoir, mais il s’était adapté, il faisait en sorte de devenir meilleur. Des qualités qu’il fallait porter au crédit du Taureau. Le Pope donna une tape amicale sur l’épaule encore entière de son ami :

    « - Je te fais confiance, tu vas gérer ça comme un chef. Mais n’oublie pas, le plus important c’est ta propre vie. Elle passe avant la mission. »

    En bordure du rêve, il ressent une présence qui le fit se redresser. C’était une présence qu’il connaissait bien, qu’il connaissait même très bien. Il l’avait vue venir quelques secondes seulement avant qu’elle ne s’annonce. Ainsi, elle avait décidé de quitter son champ de rose et son poison. Elle a décidé de venir, peut-être pour parler au deuxième gardien, après tout, il est de retour depuis peu et nombreux sont ceux qui risquent de venir trouver leur compagnon, avant que ce dernier ne repart vers d’autres hospices. Elle respecte le protocole, attend d’être invité par le Pope d’un geste de la main. Elle le salue, comme le font tous les autres, le mensonge ne souffre d’aucune différence. Il l’imagine parfaitement s’amuser de cette situation sous le confort du masque. Alors qu’il reste lui, la voix d’Athéna.

    « - Morwenna ! Me voilà content de te voir ! Il se trouve que j’allais te faire mander bientôt mais puisque tu es là ! J’aimerais que tu accompagnes le chevalier d’or du Verseau à Jamir, il va partir dans quelque temps. Mais tu voulais me demander chose je suis tout ouïe. »

    Il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour sa santé. Il savait que le poison et ce qu’elle devait faire pour tenir le champ de roses était une véritable damnation. Mais elle avait ce choix et il ne pouvait que la soutenir dans son devoir. La soutenir de loin, en tant que Pope et quand il le pouvait, en tant qu’époux. Il devait aussi prendre en considération sa dignité de guerrière et sa force, qu’il respecte et qu’il appréciait. Il savait qu’elle était une bonne candidate sur le papier pour accompagner le Verseau à Jamir. Surtout en réponse au manque de nouvelle d’Héléna. Elle n’était pas commode cette gardienne. Et le Pope se souvenait de la fois où il l’avait rencontré quand il avait dû aller récupérer Silas en compagnie d’Orion et de Lesath. Pendant que les guerriers d’Arès attaquaient le Sanctuaire… Encore un souvenir de guerre.

    Il était chef de guerre maintenant et c’est à lui de faire en sorte que ces problèmes n’arrivent pas. De faire en sorte qu’ils puissent tous avoir, malgré leur rôle de soldat, autre chose que des souvenirs de guerre. Il s’était laissé emporter dans un rêve bien profond, depuis qu’il était Pope et il regrettait trop souvent sa vie simple de soldat. Loin des problèmes de politiques et ses inquiétudes permanentes pour la vie des autres. Il avait l’avantage du rêve pour le porter l’aider dans ces objectifs. Oui, il pouvait rêver et voir le monde comme seul le pouvaient les rêveurs. Ils pourraient de ces yeux veiller sur les siens malgré tout. Il devait juste trouver le temps de pouvoir le faire en paix.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 21 Mai - 4:01

Une tape sur l'épaule. Un sourire. La confiance. En quoi croyait-il, celui au regard félin ? En l'homme ? En sa vie ? En son devoir ? Il n'était qu'une part de ce tout. Pourtant, il pouvait en être blâmé. Par son rôle. Par ses actes. Cela n'importait pas. Seule la vie comptait ici, mais pourquoi ? Cela, l'Airain ne le compris pas. Il acceptait oui. C'était là une ordre, comme un autre. Une mission. Comme une autre.

- Je reviendrai, Grande Pope.

Alors il porta sa main à son plastron, s'inclinant légèrement. Déjà Childéric se relevait alors. Alerte ? Il l'était oui. Et à raison. Car déjà le Deuxième Temple se voyait visité. Une fragrance méconnue. Un visiteur qui attend dans l'ombre de cette mince ouverture qui permettait de profiter des ruines d'un passé que tous ne connaissaient pas. Le Pope lui accorda de venir. Elle se présenta alors avec respect d'une manière bien insidieuse. Voilà longtemps que l'on ne lui avait pas parlé par l'esprit. Morwenna des Poissons. Rarement il l'avait croisée. Peut être pendant la bataille.. Jamais sur les terres d'Athéna. Tant d'histoires. De voyages. Depuis quand avait-elle rejoint les rangs ? Même cela il l'ignorait. Vint alors un message pour lui, pure déférence. Un respect protocolaire à faire pâlir n'importe quel autre chevalier. Il s'amusa cependant de son commentaire, ne cachant pas un léger rire. Un brin mélancolique.

- Vous êtes bienvenue en mon domaine, Morwenna, et je suis bien heureux d'enfin vous rencontrer. Quant à venir les mains vide, sachez que les Poissons ont pris la mauvaise habitude de repartir les mains pleines au contraire. J'espère que cela ne sera pas votre cas.

Et alors il se mit à rire de nouveau. Bien idiot. Les souvenirs remontaient et avaient débordé sur sa langue. Ses deux invités ne comprendraient certainement pas sa maladresse. Aussi, un brin déstabilisé il commença à faire quelque pas. Il songeait alors... L'avait-il vue, elle, parée d'or au moins une fois ? Impossible de se souvenir. A dire vrai, les traits de son visage s'estompaient avec le temps. Des détails restaient. Des couleurs surtout. Il continua ses pas alors, s'éloignant d'eux, se dirigeant vers sa demeure. Il tourna la tête vers eux, une dernière fois.

- Je vous laisse à votre entrevue. Profitez de ces lieux autant que vous le souhaitez. Si vous avez besoin de moi je serai aux devant des marches à faire mon devoir. Grand Pope. Morwenna.

Puis il s'engouffra dans son antre. Le passé. Il avait beau ne pas le regarder, ce dernier s'arrangeait pourtant pour ressurgir continuellement. Les associations se suffisaient à elles seules. Il déambulait dans les couloirs jusqu'à pouvoir sortir à nouveau, se dirigeant d'un pas lent vers le kiosque. De là il voyait tout. De là, le passé l'atteignait moins.

Elle aussi, est partie...


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1500/1500)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1800/1800Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 21 Mai - 11:28
Vide







Je me tiens à ce rôle que je me suis forgé. Être solitaire, cachée derrière les remparts de ses roses empoisonnées, je suis dangereuse, insaisissable. Silencieuse, mais pas dénuée de politesse. D’un peu de mysticisme. Je sais que je vais devoir jongler, faire l’équilibriste. Surtout face des hommes tels que Airôth. Parce qu’ils ont compté pour moi, et qu’aujourd’hui encore rien n’a changé. Je souffre de devoir faire semblant, je redoute d’être face à lui, à eux, qui ont connu Nimuë O’Bannon. C’est pour cette raison que j’ai opté pour la facilité du masque et du sang. Le Dernier Gardien doit tenir son rang, vivre à la frontière d’une prétendue humanité. La mienne est incarnée par Childéric. Je devine sa surprise et son amusement de me trouver là.
Comme je sais que cela lui est difficilement supportable de devoir m’annoncer cette mission prochaine avec Kilian du Verseau. Jamir. Combien de temps n’y ai-je pas mis les pieds ? Je délaisse cette question pour répondre au Grand Pope. Le son de ma « voix » se veut amusé :

« Les grands esprits se rencontrent, cher Grand Pope. Et vous savez bien que je suis là pour devancer vos moindres désirs ! » Je secoue la tête. « À part cela, m’enquérir de votre santé ! Je suis certaine que vous écumez tous les Temples dans le but de faire maigrir les réserves en vin de vos pauvres Chevaliers ! »

Sur cette bravade, j’écoute la réponse d’Airôth. Mon semblant de bonne humeur s’évanouit comme neige au soleil. Je me retrouve démunie face à ses mots. Ne sait quoi rétorquer sans me trahir. Alors je me tais. Le laisse partir rejoindre son devoir. Une fois assurée que nous sommes seuls, je retire mon masque. L’expression de mon visage est grave. Je grimace.

« Quant à venir les mains vides, sachez que les Poissons ont pris la mauvaise habitude de repartir les mains pleines au contraire. J'espère que cela ne sera pas votre cas. »


Je m’exprime à haute voix, imitant dans un faible chuchotis, le Taureau d’Airain. Mes bras se croisent devant ma poitrine, comme une enfant que l’on aurait contrariée. Une moue destinée à Childéric et je m’étire comme un chat, avisant du coin de l’œil, les alentours.

« Eh bien… si c’est là le seul souvenir que je lui ai laissé, je suis bien contente qu’il me croie morte. »


Mes paroles sont dures, clamées par un cœur blessé, accablé par le poids des secrets et des mensonges. Je songe à une pensée que je souffle, douloureusement :

« Parfois, je me dis que j’ai bien fait de disparaître. Je n’ai apporté que la souffrance ici. J’en apporterais probablement encore. »


Ma gorge se noue. Je remets mon masque sur ma figure.

« Je vais retourner dans mon Temple, ça évitera un incident. Du genre, mon pied dans son cul. Ça risque de lui faire tout drôle. Ou alors je vais lui piller sa cave, la tradition des Poissons sera perpétuée ! »


Je libère un léger « rire ». Un rire de l’esprit, sans joie. Inanimé. Ce n’était pas une bonne idée de revenir ici. Déjà, je fais demi-tour.





Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 21 Mai - 18:27
    Il sourit quand son ami lui promit qu’il reviendrait. Cette mission était importante, mais pas au prix de payer la vie d’un chevalier d’or. Ces moments viendraient bien assez tôt. Le temps des morts et des sacrifices. Ils venaient tout juste s’en sortir et ils devaient s’offrir ce luxe de stabilité, ne serait-ce que quelques petits mois. Sortir de la guerre, se reconstruire, avant d’y retourner. De s’avancer droit vers les pertes et les ruptures des liens. Leur temps à tous viendrait assez vite pour qu’il ne leur soit pas nécessaire se précipiter. Il sourit à la réponse de son épouse. Il y avait là nombre de sous-entendu qu’eux seuls pouvaient comprendre quand bien même il était le seul à déjà pouvoir entendre ces mots. Oui, il avait beaucoup à faire et il voulait trouver aussi le temps de quitter ce maudit trône. Alors il rit, ce fut sa réponse. Son rire rugissement vient retentir dans cet endroit calme et isolé.

    Il le regarda ensuite silencieusement saluer la douzième gardienne qui s’était présentée et grimaça intérieurement quand il fit référence aux départs des précédents poissons. Il ne savait pas que les deux chevaliers s’étaient croisés. Au final, elle n’avait pas porté son or très longtemps avant de partir… Ces mots plongèrent aussi celui qui fut lion dans une profonde nostalgie, quelques souvenirs compliqués lui revenant en mémoire. Le départ de Nimue, Alexandrie, et tout le chaos qui s’ensuivit… C’était il y a pourtant seulement deux ans, peut être trois et il avait l’impression que plusieurs siècles s’étaient écoulé. Le monde avait changé, une amie lui avait prédit qu’il finirait par diriger plusieurs pions… Si seulement elle pouvait voir à quel point elle avait raison maintenant, elle serait amusée par la situation. Mais elle avait disparu aussi, comme pratiquement tous ceux qu’il avait connus. Sauf elle. Elle était toujours là. Il l’avait déjà perdu une fois, il avait vécu sa mort dans son âme et ne se relèverait pas d’une deuxième fois. La bête le dévorerait.

    Mais il connaît la femme devant lui et il sait que cette remarque, bien qu’Innocente, va lui faire mal. Voir même que cette remarque va la contrarier. Alors il se prépare à faire face à la tempête qui va immanquablement se lever. Il soupira quand elle parla. Elle avait compté pour beaucoup de gens ici et son départ avait laissé un vide. Tout comme celui d’Ainia mais il n’avait toujours pas retrouvé cette dernière… Il pouvait comprendre, mieux que n’importe qui, la réaction des gens qui pensaient l’avoir perdu. Il avait envie de la prendre ses bras à ce moment précis, pour lui faire comprendre, mais le risque était trop grand. Il était tranquille ici, seul. Mais pouvaient-ils vraiment l’être ? Le rêve lui offrait la vue, mais il ne pouvait voir partout. Alors il fit ce qu’il savait faire mieux que n’importe qui. Il déploya légèrement son cosmos et tissa leur lien. Il pourrait ainsi partager. Elle pourrait comprendre directement le sens de ses émotions.

    « - Tu sais, ton départ a laissé un grand vide. Tu manques encore aux gens qui se sont attachés à toi. Tu as bien vu dans quel état tu m’as retrouvé quand je t’ai cru morte… Bon, je tiens à toi peut-être un peu plus que les autres… Mais tu as le don d’attirer les gens à toi tu sais, sorcière ! »

    Par le lien, elle pourrait sentir son attachement pour elle, mais aussi la triste nostalgie que ces réminiscences du passé avaient fait naître dans le coeur de l’ancien lion. L’importance aussi de sa présence et les souvenirs. Il se souvenait d’une virée qu’il avait faite jadis, avant tout ça, à Constantinople, à quatre. Silas, Ainia, elle & lui. Avant tout ça et quand le monde avait un sens différent. Mais c’était un bon souvenir pour le Pope. Il sourit ensuite à la jeune femme au visage masquée. Il aurait aimé être libéré du poids de ce masque et des mensonges qui vont avec. De cette perruque et des dissimulations qui l’accompagnent. Mais il avait fait ce choix, de partager ce fardeau. Jusqu’où ?


    « - Mais ce masque et ce qui l’accompagne est lourd à porter. Mais nous le portons ensemble. Morwenna peut se faire des nouveaux amis, tu devrais rencontrer Ryme, ma disciple. Elle te plairait je pense. Et je suis sûr que tu pourras te servir dans sa cave quand il sera partie. Si Nébu n’a pas déjà tout bu... »

    Et son rugissement brisa de nouveau le silence des ruines de l’ancien temple du taureau.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1500/1500)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1800/1800Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 21 Mai - 19:49
Tradition







Il ne peut pas savoir qui se tient devant lui en réalité. Il ne le peut pas, il ne le devinera pas. Jamais. Je sais qu’il ne se voulait pas blessant, pourtant une partie de moi sait qu’il pense ses mots. Cette amertume de perdre un être auquel on tient, je l’ai encore en bouche. Je ne peux pas lui en vouloir. Il a raison. Et Airôth a le droit d’être… en colère ? Plein d’aigreur, ou de nostalgie. En vérité je ne sais pas comment prendre ses paroles. Elles sont pour moi, destinées à Nimuë O’Bannon, une identité que j’ai décidé, en mon âme et conscience, d’abandonner.

Le Lien se déploie, je m’arrête, un peu confuse. Je ne le repousse pas pour autant, j’accueille Childéric avec chaleur, comme à chaque fois qu’il se risque dans cette étreinte si particulière qui n’appartient qu’à nous. Mon esprit effleure le sien pour y découvrir de lointains souvenirs. Je pousse un long soupir.

« Je ne veux plus d’une vie de solitude. Il y a des leçons que j’ai apprises, certaines, d’ailleurs, que tu m’as enseignées ! J’ai ce don-là oui, que je ne veux pas gâcher comme autrefois. »


Je me souviens de mon premier Crusos Sunagein, de notre sortie, de nos premiers échanges avec Childéric. Du pommier, de nos confrontations et nos retrouvailles. Oui, nous nous étions séparés au port d’Alexandrie, persuadée que le Sanctuaire d’Athéna me tuait. Que ma place se trouvait au fond des mers et non sur terre.
Le Destin m’a maintes fois prouvé le contraire. Tout comme il nous avait offert le plus précieux des cadeaux. Ma main se pose sur mon armure, sur mon ventre. Childéric peut comprendre que je songe à notre fils, je lui montre toute la tendresse que je lui porte, que je porte à notre famille. Caresse l’âme de mon bien-aimé. Lui, plus que quiconque a subi les remous de cette tempête. Notre Lien ne saurait se défaire si aisément. Il me l’a promis. Et je m’accroche à cela de toutes mes forces.

« Tu as raison. Ce sera sans doute plus facile avec de nouvelles têtes. » J’ai un petit rire. « Oh, c’est vrai, j’oubliais que tu avais adopté un petit chaton. »

L’entendre s’esclaffer avec moi me détend. Soulage mon cœur. C’est là le meilleur des baumes qui peut exister sur cette Terre. Son rire-rugissement pourrait me guider dans les plus noires ténèbres.
Faisant volte-face, je me rapproche du Grand Pope. Mon regard se dirige dans la direction où le Deuxième Gardien est parti.

« Ça ne doit pas être facile pour lui. J’ai entendu parler de l’ancienne Cancer, de sa disparition. Il m’avait avoué son amour pour elle. J’imagine que la mienne n’a rien arrangé. »

Le temps a passé, a-t-il tout arrangé ? J’ai des doutes.

« Merci, Childéric. »

Au travers les interstices de mon masque, il pourra deviner la reconnaissance et l’amusement qui se disputent dans mes prunelles.

« Je ne peux plus me passer de toi, il faut croire. Mais ça m’empêchera pas de… »

Je n’achève pas ma phrase que je m’élance dans le Temple à très grande vitesse. Ma destination est évidente et je « clame haut et fort », tout droit dans leurs esprits :

« Il semblerait que la tradition doit être perpétuée ! »





Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMar 26 Mai - 18:50

Il scrutait la Grèce sous ses yeux. L'air était doux, une petite brise venait venait soulever sa cape et ses mèches. Le Taureau était là, le bras appuyé sur cette grande colonne rouge, soutenant son poids. Le voilà rentré depuis quelques heures à peine et il devait déjà repartir. Pas de suite. Il s'accorderait quelques jours de repos avant, ménager son corps était un devoir après tout. Mais il aurait souhaiter rester un peu plus longtemps. Il n'avait toujours pas vu Paros, nul doute qu'il souhaiterait que son maître lui raconte son périple. Ce dernier savait que cette tâche était importante... Et puis, l'Airain devait voir de ses yeux les progrès de ce petit que rien se semblait pouvoir arrêter. Un sourire alors, au milieu de cette mélancolie que lui inspirait le paysage. Chez lui.

Pourtant le calme ne dura pas vraiment. Cette musique parfumée lui revint en tête alors. Bien plus amusée que précédemment. Il lui fallut quelques secondes avant de tiquer et de se retourner, ressentant l'agitation entre ses murs. Dans un éclat soudain, l'Egyptien disparut alors instantanément pour se retrouver dans le couloir qui menait vers l'aile droite. A peine sa lumière s'estompait qu'il put apercevoir une masse dorée fuser sous ses yeux, dévorant les pavés à grand pas. Elle n'a pas osé... Puis il disparut à nouveau. Le revoilà la seconde d'après, assis sur la table de sa cuisine, une jambe posé dessus, l'autre dans le vide qui soutenait son bras sur lequel reposait sa tête. La Lumière du Taureau blanc était implacable, l'espace se pliait à sa volonté et le deuxième Temple... il le connaissait dans tous ses recoins. Il était chez lui.

- Chevalier Morwenna des Poissons. Dois-je en déduire par votre comportement que vous avez profité de ma longue absence pour visiter ma demeure ?

Car elle était là, arrivée dans la cuisine juste après lui. Son instinct avait visé juste, ce n'était pas les armes, les meubles, les livres... Mais bien les réserves qu'elle visait. Comme si Les Poissons avaient une obsession pour cet endroit. Il s'en amusa intérieurement, et son ton un brin accusateur n'avait rien de menaçant d'ailleurs. Autre problème, il était à peine rentré.. Comment savoir si elle n'avait pas déjà piqué des choses... Il allait devoir s'en assurer. Mais pour le moment, il avait d'autres chats à fouetter...

Si tu savais... Airôth.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 27 Mai - 13:07
    « J’ai ce don-là oui, que je ne veux pas gâcher comme autrefois. » Ces mots qui résonnèrent dans la tête de l’ancien lion lui arrachèrent un large sourire. Un sourire qui rapidement, se teinte d’une légère pointe d’amertume quand elle porte la main sur son ventre. Un geste qu’il comprend. Un geste qui lui pèse car il évoque le vide. Mais l’amertume n’est pas suffisamment forte pour tout gâcher. Et par les liens qu’ils ont toujours tissés, elle peut sentir ce que ressent celui qui fût lion. Oui, il était heureux de tout ça, malgré tout. Heureux de l’avoir avec lui, heureux de savoir qu’il existait, même si on cœur était rongé par le manque. Mais il avait fait ce sacrifice pour préserver sa vie, loin de celle de ses parents. Loin de la guerre et de ses turpitudes, il ne connaîtra pas le sort des assiégés. Un sacrifice qui en valait la peine, mais un sacrifice qui reste le plus dur de tous à porter.

    Il prenait déjà des risques ici et il ne pouvait en prendre plus mais il aurait aimé la prendre contre lui à ce moment et la rassurer. Il ne le pouvait. Mais il essaya de lui faire ressentir tout ça par les liens. Il savait que la tornade grondait et qu’il vaut mieux éviter de vexer ainsi la jeune femme. Une leçon qu’il avait apprise et bien retenue. Mais pour le reste, elle parle de la vie, plutôt que des mensonges et des morts. Oui, il y a beaucoup de nouvelles têtes ici, des gens qui ne connaissent pas Nimue, l’ancienne sainte. Des gens qui n’avaient pas ou peu connu le lion d’or qu’il avait été. Il était content d’avoir rencontré Ryme. Ce petit chat sauvage qu’il avait un peu adopté. Elle serait une excellente guerrière et il aimait bien la petite, comme une petite sœur ou quelque chose comme ça. Pour le reste, oui… Il avait oublié trop facilement que le deuxième gardien avait perdu son lien, en plus de son bras.

    Il est toujours difficile de savoir si les cancers sont vraiment morts, surtout avec la précédente porteuse de l’armure. Mais elle n’était plus là, l’armure appartenait maintenant à un ordre, il n’en fallait pas plus pour additionner un et un. Il parlerait de ça au taureau quand il en aurait l’occasion, quand il reviendrait de missions. Il ne voulait pas lui embrumer l’esprit de plus de souvenirs encore. Il avait besoin de se concentrer sur sa tâche s’il voulait revenir en vie. Quand il la vit s’élancer en courant vers le temple, il repensa à un autre genre de course et il aurait vraiment aimé qu’il s’agisse de ce genre de moment là. Mais non, c’était pour plus tard ça. Il leva un sourcil de doute et de surprises. Qu’est-ce qu’elle…

    Il soupira profondément. Mais c’était aussi pour ça qu’il l’aimait. Il se mit doucement en route vers le temple du taureau et finit par rejoindre les deux chevaliers dans la cuisine. Il y avait dans la pièce une sorte d’ambiance étrange, pas mauvaise, mais un peu étrange. Il entra donc en dernier et se retourna vers le second gardien.

    « - Tu sais, Airôth. C’est un peu devenu une tradition de ce que j’en sais. Venir pilier les réserves du taureau. Une idée de Nébu je crois ! »

    Et il explosa de son rire puissant. L’idée d’imaginer le bélier organiser le pillage en bonne et due forme des caves de son voisin avait quelque chose d’infiniment crédible et de très amusant. Connaissant l’animal, il était fort probable qu’il ait eu l’idée lui-même et que certains des éléments de la réserve du taureau aient déjà été piratés par l’autre chevalier d’or. Il espérait que ce rire serait assez communicatif pour amuser les deux autres chevaliers. Il pouvait comprendre la réaction du taureau de ne pas apprécier qu’on s’occupe de ses propres réserves à sa place. Même s’il ne manquerait jamais de rien au Sanctuaire, le chevalier du taureau avait peut-être quelques amphores secrètes cachées là. Il savait qu’il avait, lui-même de son temps, caché quelques bouteilles de vin de pomme qu’il avait commencé à faire, pour les grandes occasions.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1500/1500)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1500/1500Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1500/1500)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1800/1800Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1800/1800)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 27 Mai - 14:02
Étincelle







Il a été longtemps absent, le Preux Chevalier. Malgré tout, je n’ai pas eu le loisir de revenir ici depuis… oh, bien des années. Sans lui, ça n’a tout simplement pas de sens. J’ai voulu provoquer une étincelle, comme je sais si bien le faire.
La première s’est produite ici même, non loin où Airôth se tient. Voler ses réserves c’est ce qu’il a cru de prime abord en me découvrant dans son Temple. En vérité, j’ai eu l’outrecuidance de décider que sa cuisine ferait une bonne planque pour mes propres bouteilles.
La seconde, j’espère la faire naître de la même façon. Mais je joue à un jeu bien trop dangereux. Je le sais, alors Childéric ne manque pas de me rejoindre et son apparition suffit à y mettre un terme. Et je dois dire qu’il détourne habilement les choses. Et je ne manque pas de me joindre à son hilarité, laissant ma « voix » chanter.
Je perçois l’amusement chez le Taureau, je le connais suffisamment pour cela. Je suis rassurée, ça me suffit, pour l’heure. Puis, j’ai ma propre mission qui m’attend.

Oh oui, vous devriez vous en méfier. Et prendre le temps de poser quelques pièges.


L’idée m’amuse.

Quand nous serons de retour, en bonne santé, sentez-vous libres de tenter votre chance dans ma Maison.

J’ai un coup d’œil pour Childéric. Notre Lien se resserre, l’invitation et mes mots lui sont adressés aussi. Ils reflètent une vérité que je ne peux pas exprimer devant n’importe qui. Je reviendrai. Je te le promets. Je ne vous abandonnerai pas. Le Poison n’est pas ma Fatalité. Tout cela, mon doux Rêveur peut s’en saisir afin de calmer son cœur. Car, même s’il a confiance en mes capacités, il ne peut s’empêcher de ressentir de la crainte de me voir partir.

Sur cette boutade douteuse, je vais vous laisser. Grand Pope, Airôth du Taureau…


Mes pieds claquent dans mon salut très militaire. Mon poing s’abat contre mon plastron et je me détourne dans un mouvement de cape. Jamir… mon cœur se serre sous la poigne des souvenirs. Là-bas, l’étoile Rouge s’est éteinte. Là-bas aussi, j’ai causé bien des catastrophes. Je caresse une ultime fois le Lien entre Childéric et moi, comme une main glissée dans la sienne que je serre avec délicatesse. Cette chaleur m’accompagnera lors de ce voyage.

=> Morwenna quitte le sujet






Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1050/1050)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyDim 31 Mai - 23:01
Ces marches, il les avait déjà monté des dizaines, des centaines de fois. Cette montée-ci revêtait cependant plus d'importance qu'aucune autre auparavant. Son dos était alourdi, tant par l'imposante Clothbox qui y était attachée que par le poids de ses nouvelles responsabilités, et des espoirs qu'on avait fondé en lui. Pourtant, jamais son pas n'avait été aussi léger.

Simplement Paros auparavant. Paros de Pégase, à présent. Cela sonnait bien, se disait-il, même si personne encore ne l'avait appelé ainsi de vive voix. Cela ne faisait que quelques jours que le jeune homme avait obtenu l'Armure de Bronze. Une fois passé la soirée organisée entre les aspirants pour fêter la réussite de ceux qui avaient gagné le droit de rejoindre les rangs d'Athéna, il s'était fait discret. Un temps de réflexion, pour se préparer à ce qui allait suivre. Une occasion de se familiariser avec son armure, aussi. Faire connaissance avec ce nouveau partenaire, même si, une armure, ce n'était pas très bavard, au final.
Paros était parti, ce jour-là, pour s’entraîner dans les environs. Ses projets avaient cependant été changés lorsque, alors qu'il saluait les villageois, certains l'avaient informé avoir vu passer le Chevalier du Taureau un peu plus tôt, alors qu'il se rendait au Sanctuaire. L'ancien aspirant n'avait pas vu son Maître depuis un long moment. Depuis que celui-ci était parti en Italie pour des raisons personnelles. Faisant volte-face, Paros s'était mis à courir vers les marches du Zodiaque sans demander davantage. Il n'y avait peut-être qu'une ou deux autres personnes au monde à qui il tenait à montrer sa nouvelle armure autant qu'Airôth. Son excitation et sa joie à l'idée de lui faire la surprise donnaient des ailes à ses chevilles. Et voilà qu'il était là, à monter ces marches, pour la première fois en tant que Chevalier d'Athéna.

Sa familiarité du trajet lui permis de rapidement passer la première maison. La Maison du Bélier l'avait à peine ralenti dans sa course : Nebu, un membre des douze arrivé il y a quelques années, avait été compréhensif et accueillant. De bonnes qualités, à n'en pas douter, pour quelqu'un qui avait à sa charge le premier Temple du Sanctuaire. Il avait l'habitude de laisser passer l'aspirant, pas la force des choses. Même si le garçon devait toujours s'annoncer, il aurait été peu pratique, au vu la fréquence de ses visites auprès du Taureau d'Or, de devoir se livrer à une inspection détaillée à chaque fois...

Finalement, les formes atypiques du Temple du Taureau se dessinèrent en haut de cette infinité de marche. Le nouveau Chevalier de Bronze ne se fit pas prier pour rentrer dans l'enceinte. Cela avait beau être l'une des douze maison du Zodiaque, Paros connaissait son agencement par cœur. En l'absence d'Airôth, il était même monté ici plusieurs fois pour faire un brin de ménage, histoire que son Maître ne rentre pas dans un foyer froid et poussiéreux. Il espérait qu'en contrepartie, Airôth lui pardonnerait d'avoir piqué l'une de ses bouteilles pour la soirée de l'autre nuit, avec les aspirants...
Alors qu'il arrivait dans le hall principal, il lui sembla distinguer une personne revêtue d'une armure dorée en train de s'éloigner à l'opposé, vers le temple suivant. Ni la chevelure, ni la stature ne correspondaient à celles de son Maître... Un autre chevalier d'or qu'il n'avait pas encore croisé? S'il sortait de ce Temple, surement que c'était parce qu'il venait d'avoir une entrevue avec Airôth, et que ce dernier se trouvait ici. Pour en avoir le cœur net, Pégase se planta au milieu de l'atrium et lança un appel d'une voix forte et enjouée qui se répercuta partout dans la bâtisse.

    - Maître! Votre élève préféré est là! Vous auriez pu me prévenir que vous étiez rentré de votre voyage, quand même! Je vous aurais aidé à remettre le Temple en ordre.

Un bref silence passa, et Paros entendit alors des voix venant de l'aile droite, vers les quartiers de vie du Taureau. Reprenant sa course, le jeune Bronze s'orienta à l'ouïe, et s'approcha prestement de la cuisine du Temple. Son Maître n'était manifestement pas seul, mais l'insouciance du jeune garçon le poussa à ne pas s'en inquiéter. Peut-être aurait-il dû. Il s'approcha de l'ouverture menant vers la salle d'où provenaient les voix et s'y engagea sans hésitation.

    - Oh, vous avez un inv-

Paros se figea, interrompant tant sa phrase que sa démarche. Ses yeux couleur rubis venaient de se planter sur le visage de la personne qui s'entretenait avec son Maître. Fut un temps, il l'avait connu sous le nom de Childéric, Chevalier du Lion. Mais maintenant, son titre était...

    - Le G-Gro... Grand Pape! Pope! Grand P-Pope! Pardon! Je ne voulais pas vous déranger! Je vous laisse!

Le jeune garçon se mit hâtivement et maladroitement à reculer vers le couloir. Son ton comme ses gestes traduisaient la panique enfantine. S'il y avait bien une personne que Paros voulait à tous prix aborder au Sanctuaire, c'était le Grand Pope, mais... Les circonstances improbables de cette rencontre ne lui avaient pas vraiment donné le temps de s'y préparer mentalement. D'autant plus que le colosse barbu était là sans masque, casque, ou décorum! Pas vraiment le cadre officiel et digne que Paros s'était imaginé toutes ces années pour cette entrevue. Il avait tellement de questions à lui poser... Mais les rouages de l'esprit du Pégase étaient en train de s'enrayer! Alors que sa silhouette disparaissait dans le couloir, Paros ne pu que jeter un regard suppliant et rempli d'excuses vers son mentor, qui regardait la scène tranquillement assis à la table de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 3 Juin - 0:19

Ils étaient là tous les deux, d'abord les Poissons, arrêtée dans son élan, puis le Grand Pope, venu pour éviter une hypothétique situation tendue entre deux de ses chevaliers. Quand bien même il n'en aurait pas eu... Enfin, normalement. Childéric évoquait alors cette tradition qui s'instaurait, à savoir celle de fouiller sa demeure en quête de breuvages et de mets... Pourquoi ? Très bonne question. Peut être une convention implicite au fils des années, des générations s'étant instaurée, transmise de maîtres à élèves...

Nebu fut accusé, probable en effet qu'il ait pu le faire... Mais cela s'effaça rapidement, après la... menace cachée émise par Morwenna. Des pièges ? Quelle idée saugrenue. Mais plausible ? Après tout, il ne la connaissait pas. Elle semblait maîtresse en poisons, comme l'étaient la plupart des porteurs de cette armure. Elle n'aurait pas osé. Si ? Le doute s'installa rapidement dans son esprit. Son "invitation" était tout aussi pernicieuse... Et sur ces mots, lancés, elle tira sa révérence, comme si elle venait de remporter une manche. Ainsi là voilà, successeur de celle qui se nommait elle même Poison. Ainsi, elle partait, dans une rencontre brève. Le regard de l'Airain sembla se perdre dans le vide un instant, les yeux légèrement plus pas, fixant l'entrée de cette cuisine.

- Des pièges hein... Dans son attitude, elle me rappelle Nimuë. Toute aussi piquante... A croire que les Poissons sortent tous du même moule hum.

Cette rencontre, bien que fugace, l'avait légèrement fait vaciller. La fatigue certainement, la surprise aussi. Mais pas que... Après tout, il n'avait jamais vraiment vu cette armure. Il n'y associait rien. Etait-ce juste le titre ? Ou bien... sa manière d'agir ? Troublant dans tous les cas. Un peu trop pour lui, en cet instant. Et pourtant, la grâce vint à lui, lorsqu'il put entendre l'écho d'une voix portant haut et fort entre les murs de son temple. Paros ! Il releva la tête et son visage sembla s'éclairait aussi rapidement qu'il s'était éteint. Un sourire large vint dessiner ses joues, aussi il quitta la table pour se positionner debout, droit, entendant les pas prestes de son élève venir vers eux. Il jeta un coup d'oeil rapide à Childéric... Le jeune garçon ne lui avait-il pas dit qu'il rêvait de rencontrer le Grand Pope ? Voilà qui serait cocasse !

Il le vit arriver alors, toujours aussi pétillant. Ce garçon débordait d'une énergie communicative et qui semblait inépuisable. Après les multiples refus du Taureau, il avait continué à venir le voir encore et encore, pour apprendre, pour servir Athéna. Une telle dévotion ne pouvait qu'être utile au sanctuaire, ça comme sa joie de vivre. Il l'observa, sans un mot, souhaitait voir sa réaction. Il réalisa rapidement qui était "l'invité" de son maître. Et commença à perdre ses mots. C'était touchant à dire vrai, aux yeux du jeune homme le Grand Pope revêtait une stature quasi mystique. Pourtant ce dernier paniqua plus que prévu, et commença à reculer doucement, presque tétanisé. Il allait avoir besoin d'un coup de pouce.

Dans un éclat de lumière, Airôth disparut alors pour se placer dans son dos, si bien qu'il percuta doucement... Enfin... Non. Pas lui. Un choc métallique se fit entendre et résonna un court moment. Le Taureau Blanc fixa l'objet, cette boite. Se pencha pour en observer les motifs. Ses pupilles devinrent comme l'or qui venait de bouillir, il ressentit au plus profond de lui une profonde chaleur qui l'envahissait petit à petit. De la joie, pure. Il avait envie de s'exclamer haut et fort, de lui crier sa fierté, de lui demander chaque détails ! Mais pas maintenant. Pas devant Childéric. Non. Aussi il se contenta d'avancer, en poussant sur cette boite sans aucun mal. Le jeune Chevalier suivrait. Il n'avait pas le choix.

- Et bien Paros, c'est un réel plaisir que de te voir. Moi qui allait présenter mon élève à notre hôte... C'est avec une grande joie que je vous présente Paros, Grand Pope, notre nouveau Chevalier de Pégase.

Il fit un clin d'oeil à son frère d'armes, l'appelant à jouer le jeu. Quand bien même ce dernier ne jouerait rien. Il était digne. Représentant d'Athéna. Mais... Le Taureau souhaitait que les choses se fassent le plus officiellement possible, sans la familiarité dont ils pouvaient faire preuve entre eux. Il l'aurait compris par ses mots. Airôth se pencha à l'oreille du jeune Chevalier de Bronze en posant sa main sur son épaule pour lui susurrer quelques mots.

- Je suis fier de toi. J'ai hâte d'entendre ton histoire.

Puis il appuya un peu plus fort avec sa main, poussant Paros à s'agenouiller. Vu sa réaction en voyant l'ancien Lion, il ne semblait l'avoir rencontré... et donc, n'avait eu aucun sacrement. Autant faire les choses jusqu'au bout non ? Et lui, grand fier se tenait droit derrière son ancien élève désormais. Il allait bientôt voire naître un nouveau Chevalier. Son protéger. Celui qui avait sué sang et eau sous sa tutelle, qui n'avait jamais abandonné, même face à la douleur. Il était fier, oui. Comme jamais. Et son Cosmos radieux emplissait doucement la pièce, comme pour donner à cette scène un caractère sacré.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMer 3 Juin - 14:57
[list]Le visage de Childéric se durcit un peu quand il évoqua le nom de la jeune femme qu’il venait de les quitter. Un mélange de sentiments contradictoires. Il y avait un goût amer de voir son nom prononcer par la bouche d’un autre, le goût du mensonge. Un masque qu’ils devaient tous les deux porter sur son retour. Mais pour le reste du monde elle était morte… Il n’avait aucun mal à se souvenir de la souffrance que cette annonce avait fait naître chez lui et ceux qui l’avaient connu à ce moment, au coeur de la campagne d’Italie avaient pu constater les dégâts sur le lion d’or qui avait manqué de glisser profondément dans la faim de la bête de son cosmos. Mais il était revenu depuis, car elle était revenue. Il serait probablement mort au combat sinon, stupidement. Il poussa ensuite un soupir de dépit, et chassa tout ça d’un geste de la main. Il se détestait pour le mensonge qu'il allait devoir proféré sans trembler.

« - Peut-être… j’essaie de ne plus penser à tout ça, c’est mieux pour. J’ai déjà suffisamment de problème avec le présent pour me noyer dans ceux du passé. »

Il savait que c’était une chose qu’il partageait avec le deuxième gardien, cette perte. La sienne n’avait été que brève alors que la quatrième gardienne, maîtresse du taureau avait disparu en mission sans laisser de trace. Une réalité bien trop oppressante dans le monde des guerriers sacrés… Chaque disparition était un problème mais certaines n’avaient pas de solution ou du moins, pas de solution à leur échelle. Mais un jour il aurait les réponses au départ de l’ancienne cancer. Ou tout du moins, son âme ou son cadavre… Une voix résonna alors dans le temple et coupa court à la mélancolie qui semblait s’emparer de l’ancien lion. Une voix qu’il ne connaissait pas mais visiblement qui évoquait quelque chose chez le maître des lieux.

Childéric se souvenait de ce jeune homme qui se présentait devant eux visiblement venu voir Airoth. C’était le petit rêveur à moitié fou qui arrêtait tous les chevaliers sur la route en partant de Rodorio pour qu’il accepte comme disciple. L’ailé était finalement celui qui avait craqué. Il jeta un long regard vers le maître des lieux qui plia le monde sous l’effet de la vitesse de l’or. Un bruit de métal attira son attention : le choc entre la boîte contenant l’armure et celle qu’avait sur le dos l’Égyptien. Ainsi, le petit étrange qui se rêvait chevalier avait fini par obtenir une armure. Il s’agissait donc là de l’introduction d’un nouveau chevalier devant le Pope, un moment important ! Il sourit alors et capta le regard de son ami. Il avait de mal à se retenir de rire, une chose que le taureau qui le connaissait n’aurait pas de mal à repérer.

« - Eh bien, voilà une introduction grandiloquente, chevalier de bronze de Pégase et une façon très peu orthodoxe de saluer ton supérieur, nous sommes fort désappointés devant tes manières. »

Il avait utilisé le nous qu’il utilisait parfois pour signifié qu’il ne parlait pas pour lui seul mais aussi pour la déesse. Il regarda ensuite le chevalier de bronze d’un regard fixe, dur et inquisiteur. Sa voix c’était faites secs et inflexibles quand il avait prononcé ces mots. Il reprit alors, très sérieusement :

« - Je pense qu’un tel manque de respect mérite punition. Je pense que récurer toutes les marches du temple du bélier au temple du Pope à la main serait une tâche à la hauteur de la faute. »

Il avait, essayé, de dire ça sérieusement et avait réussi à tenir jusque là mais faire les gros yeux pour disputer le chevalier de bronze fit le pas de trop qui fit craquer le grand Pope qui explosa de son rire rugissement qui raisonna dans tout le temple. Il y avait un moment qu’il n’avait pas pu rire autant. Après avoir laissé le temps au fou rire de passer, il reprit plus simplement :

« - Bienvenue parmi nous donc Paros, chevalier de bronze de Pégase. Je suis le Pope Childéric et je suis ravi de te rencontrer. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1050/1050)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 4 Juin - 22:06
Le jeune Pégase espérait naïvement pouvoir s'éclipser, et ainsi faire oublier sa maladresse aux deux hommes, chacun bénéficiant en ces lieux d'un statut non-négligeable... Mais il n'eut pas cette chance. Paros sentit sa Clothbox buter sur quelqu'un derrière lui, qu'il n'avait pas entendu arriver. Tournant la tête, il réalisa que son mentor venait d'utiliser l'un de ses déplacements défiant la logique pour lui couper tout espoir de retraite. Et tout espoir de le surprendre, aussi! Le Taureau d'Or était déjà en train d'observer le cube métallique qui contenant l'armure de bronze. Pégase pu voir un sourire franc et heureux, de ceux donc Airôth avait le secret, apparaître sur le visage du second gardien. Sourire qui, bien vite, se retrouva également aussi sur les lèvres de Paros... Avant de rapidement se transformer en sourire gêné lorsque le Taureau commença à le pousser dans la pièce où se trouvait le Grand Pope, par la force d'un seul bras.

    - Non, Maître, vraiment, je repasserai...

Mais ces paroles marmonnées à voix basse n'y changèrent rien. Que de cruauté, de la part du Taureau, sur son pauvre apprenti! Paros n'eut d'autres choix que de se retrouver face au Pope, de nouveau. Cette fois, alors qu'Airôth faisait les présentation, Paros se contenta de fixer le sol, par crainte de voir la réprobation et la colère dans les yeux de la personne dont il avait massacré le titre. Il suivit également le geste imposé par la main de son mentor, et posa genoux à terre, non sans qu'un éclat d'émotion ait traversé son regard lorsque les mots de félicitation de son Maître arrivèrent à ses oreilles. Ces paroles, consécration de tout ce qu'il avait vécu sous la tutelle d'Airôth, l'aidèrent à retrouver un semblant de contenance. Le jeune homme garda la tête baissée et écouta les paroles du représentant d'Athéna.

Et ce ne fut pas chose facile. Pendant les premiers instants, Paros crut réellement qu'il venait de gâcher son avenir au sein de la Chevalerie de la Déesse, quelques jours à peine après en avoir rejoint les rangs. Cependant, il sentait dans son dos les ondes rayonnantes de joie et d'apaisement du Taureau d'Or. Leur contradiction avec le ton strict et sévère du Pope suffirent à lui mettre la puce à l'oreille. Paros avait déjà eu des échos du caractère de l'ancien Lion d'Or par l'une de ses anciennes camarades... Alors quand il évoqua la punition qui allait être la sienne pour lui faire payer son impolitesse, Pégase ne pu retenir un sourire. Faire reluire l'intégralité des marches des Maisons du Zodiaque? La seule pensée de leur nombre était déjà effrayante! C'était absurde! Le Saint de Bronze décida de se prendre lui aussi au jeu, et de répondre à cette absurdité par le même sérieux que celui qui imprégnait les paroles du Grand Pope.

    - Eh bien, je ne vais pas vous cacher que j'espérais mieux, comme première tâche à accomplir en tant que Chevalier d'Athéna... Cela ne va pas vraiment me changer de ce que je faisais en tant qu'aspirant pour mon Maître. Mais si tel est votre ordre, ce sera fait. Je suis confiant en mes capacités de nettoyage! Vous pouvez compter sur moi!

Le rire du Lion d'Or avant commencé à retentir avant même que Pégase puisse terminer sa phrase. Il sembla à Paros que les vibrations seules de ce rire auraient pu être une de ses techniques cosmiques, tant il les sentait se réverbérer en lui. Il fallut grand renfort de volonté pour que le jeune garçon se retienne de l'accompagner dans son hilarité... Mais il souhaitait tout de même montrer au Pope ainsi qu'à son mentor qu'il pouvait faire preuve de retenue et de sérieux, qu'il n'était pas la que pour plaisanter, en digne Chevalier d'Athéna.
Le Pope Childéric lui souhaita la bienvenue, énonçant son nouveau titre, comme Airôth l'avait fait auparavant. Paros n'en revenait toujours pas. Cela lui semblait presque irréel. Mais il était bien là, devant le maître du Sanctuaire, à se présenter avec une sainte armure. Le nouveau Pégase prit le temps d'une respiration, et redressa la tête vers le Grand Pope. Ses yeux et son sourire brillants d'honnêteté, il parla en prenant garde à, cette fois, ne pas s'emmêler dans ses mots.

    - Je vous remercie, Grand Pope. C'est un honneur de pouvoir m'adresser à vous. Je vous renouvelle mes excuses pour avoir interrompu votre discussion avec Maître Airôth. Je manque encore d'expérience, mais mon désir de protéger Athéna et l'Humanité est sincère. Les ailes de Pégase sont à votre service.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptySam 6 Juin - 19:44

Le monde autour d'eux n'existait plus pendant un court instant. Les morts. Les pertes. Les souffrances. Toutes s'étaient tues, laissant place à la joie, la fierté, l'honneur. Le sourire de l'ancien Lion d'Or fut une réponse satisfaisante alors qu'il percevait sans mal la gêne et le doute de Paros. Un mal nécessaire pourtant, cela ne durerait pas. Il le connaissait. Il allait faire face à la situation. Pourtant l'Egyptien fut surpris par les dires du Grand Pope, durs, accusateurs. Ainsi il allait procéder de la sorte, exacerbant son crime et lui infligeant une pénitence à la hauteur de ce dernier.

Le Jeune Chevalier su capter les signes et se montra coopératif, presque espiègle même ! Que d'audace. Toujours aussi surprenant, et fidèle à lui même. Il aurait espéré un devoir plus important ? Le Taureau Blanc y songea alors que son propre rire, moins évident, se mêlait à celui de son frère d'armes. Virent alors les présentations plus officielles. Sans maladresse. Sans rires. Un événement important qui resterait gravé dans l'esprit d'Airôth pour longtemps. Un jour de bonne augure. La nouvelle génération commençait à naître sous ses yeux. Un jour, Paros, nous serons frères toi et moi, et tu veilleras sur ta demeure. Il en était persuadé. Le feu qu'il voyait en lui était paré d'or.

- Grand Pope, j'ai une requête à te demander. Nettoyer les marches est une tâche importante sans aucun doute, mais j'aimerai que le Chevalier Paros de Pégase m'accompagne pour mon voyage.

Sans vergogne, aucune, il attrapa la lanière de cuir qui maintenait l'imposante boite sacrée aux épaules de Pairs. Un simple mouvement vers le haut et voici le Pégase désormais debout, aux côtés du Taureau d'Or. Il relâcha sa prise avant de placer son poing sur son plastron, s'inclinant légèrement.

- Sa volonté est inébranlable et il me sera d'un grand soutient quant à la mission que tu m'as confié.

Car déjà, il se voyait traverser les terres aux côtés de son ancien élève. Dans son esprit se dessinait un plan, une idée pour pouvoir approcher l'ancien Augure. Là serait la tâche première. Et Pégase semblait tout indiqué pour l'épauler dans cette oeuvre.

Un bras droit.


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (0/0)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (0/0)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune0/0Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (0/0)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptySam 6 Juin - 22:10
    Il se dégageait une force étrange de ce jeune chevalier. Pas la force d’un guerrier ou d’un soldat, pas non plus celle d’un meneur d’hommes charismatique. Mais il émanait de lui une forme de force fédératrice, une étrange joie de vivre communicative. Oui, quelque chose dans ce goût-là, une sorte de lumière qui brille. Celui qui fût lion était content de voir que le Pégase avait vu le jeu dans l’attitude des deux amis et s’était lui aussi laissé porter par ce dernier. Le rire du lion raisonna de plus belle dans le temple du deuxième gardien quand il parla de ses capacités de nettoyage. L’ailé avait décidément bien trouvé ce disciple et il avait été sage de voir le potentiel de cet apprenti que bien des chevaliers d’or, lui y compris, avait refusé. Au fond, il avait bien fait de le refuser, il n’aurait pas fait un bon lion car c’est la seule chose qu’il aurait pu et qu’il avait formé. Mais il serait un bon chevalier. Airôth avait bien fait.

    « - Eh bien, les marches ne bougeront pas alors nous aurons tout le temps du monde pour que tu puisses les faire briller ! Mais n’en fait pas trop, Paros, je reste un homme comme les autres, je n’ai rien de vraiment particulier. »

    C’était en effet vrai. La seule différence entre lui et les autres chevaliers c’est qu’il avait été choisit par Athéna pour porter ses mots, être sa voix. Mais ça aurait pu être n’importe lequel d’entre eux, ou presque. Il fut néanmoins très surpris par la demande du Taureau. La mission qu’il lui avait confiée était particulièrement sensible et pouvait décider de bien des choses. C’était un ordre délicat où la possibilité qu’il ne revienne pas été bien réel. Childéric resta silencieux quelque temps, un léger sourire sur les lèvres quand son ami souleva le jeune chevalier pour le mettre à la place de son bras droit. Il est vrai que l’énergie de ce jeune garçon pourrait être un plus pour une mission sensible, il avait l’innocence de la joie. Et si le taureau le jugeait digne de participer… il allait se fier au verdict de son ami. Il regarda alors le taureau dans les yeux avant de faire glisser son regard vers ceux du Pégase.

    « - Eh bien, Paros, si ton maître a suffisamment confiance en toi pour cette mission, je vais dire que moi aussi. Tu risques d’avoir ce que tu veux, ta première mission pour la déesse risque de te rester en tête pendant longtemps. De te forger en tant que chevalier aussi, alors tu n’auras pas le droit à l’échec, c’est une mission difficile, que jamais on n’aurait confiée à un chevalier sans expérience mais… je rejoins l’avis du taureau. Tu peux apporter quelque chose à cette histoire. Et je pense que tu écouteras ton maître, il vaut mieux pour vous deux d’ailleurs, c’est une mission dangereuse. Je le laisserai t’en parler comme il le souhaite, mais faite attention, cette mission est marquée du sceau du secret le plus absolue ».

    Pour le reste, tout était entre les mains du deuxième gardien. Il faisait confiance à ses chevaliers pour prendre des décisions et faire preuve d’initiative, c’était ce genre de réaction inattendue qu’il attendait d’eux. Qu’ils apportent des choses à l’ordre militaire, que leur individualité fasse la force de la multitude. Mais ce qu’il avait à faire dans le temple du taureau était fait, il avait donné ses ordres et il avait maintenant à faire, il devait aussi et surtout remonter dans son temple maintenant. Il était content de pouvoir projeter sa présence sans avoir à monter et descendre ces maudites marches justement. Il ne put résister à l’envie d’ébouriffer les cheveux de l’adolescent, puis, il serra l’avant-bras du taureau comme le font les soldats.

    « - Je vais vous laisser maintenant j’ai à faire. Je te renouvelle toute ma confiance pour cette affaire Airôth, je sais que je te demande l’impossible mais je sais que tu arriveras. À bientôt mon ami, et toi aussi Paros, nous aurons l’occasion de reparler de ce nettoyage des marches quand vous serez de retour. »

    Et un sourire aux lèvres et l’inquiétude au cœur, le Pope quitta le temple du taureau vers le sien.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1050/1050)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1050/1050Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyMar 9 Juin - 21:01
La maladresse et la honte d'un peu plus tôt n'étaient à présent plus qu'un mauvais souvenir. La cuisine du Temple du Taureau baignait désormais dans une ambiance légère et agréable. Ce n'était peut-être pas le grand hall décoré qui trônait au sommet du Sanctuaire, mais cet environnement familier convenait au final bien plus à Paros en guise de scène d'introduction au Grand Pope. Il avaient perdu en officialité, pour gagner en sincérité. Le rire du vieux Lion en témoignait : sans-doute n'aurait-il pas résonné aussi fort s'il avait été à cet instant assis sur son trône. Le croiser en même temps que son Maître avait été une chance : il faudrait que Pégase remercie Athéna de d'avoir conduit ses pas jusqu'à la seconde Maison du Zodiaque, ce jour-là.

Et de toute évidence, le destin que la Déesse lui réservait allait au-delà de ça. Les paroles d'Airôth surprirent son élève. Le Taureau venait à peine de revenir, que déjà il devait repartir? Le visage du jeune garçon s'était retourné pour observer son mentor, l'air interloqué, alors que celui-ci, le plus naturellement du monde, le redressait pas la seule force de son bras. La surprise passa bien vite cependant. Son Maître lui faisait l'honneur de souhaiter qu'il l'accompagne dans une mission officielle pour le Pope du Sanctuaire. Même si Paros ignorait ce que cela impliquait, c'était précisément pour aider le Taureau, la Lionne, ainsi que tous ses anciens camarades aujourd'hui chevaliers qu'il avait si ardemment désiré revêtir l'une des 88 armures. Il n'y avait pas lieu d'hésiter. Pégase imita Airôth en s'inclinant à côté du Chevalier d'Or, pour se joindre silencieusement à sa demande.

Le Pope sembla réfléchir à la requête du Taureau d'Or pendant un instant. Lorsqu'il reprit la parole, ce fut pour évoquer d'un air grave les risques que cette mission pouvait impliquer. Il s'agissait de toute évidence d'une affaire d'importance. N'était-ce pas toujours le cas, quand ont recourrait à l'un des douze? Dangers et secrets étaient à l'ordre du jour. Pourtant, Airôth et le Pope pensaient tous deux que ce jeune chevalier pourrait apporter sa pierre à l'édifice. Paros en fut flatté. Les décevoir n'était dès lors pas une option. Le regard de Pégase remonta jusqu'à croiser celui du représentant d'Athéna et lui répondre d'une voix ferme et résolue.

    - Je vous remercie de la confiance que vous m'accordez, Grand Pope. Je ne vous décevrai pas. Si je suis aux côtés de Maître Airôth, aussi difficile que cette mission puisse être, rien ne pourra nous atteindre... Et je m'assurerai qu'il rentre en un seul morceau, cette fois!

Une nouvelle plaisanterie de l'élève dirigée vers le maître? En partie. Et peut-être cela allait-il lui valoir une remontrance de la part du Taureau peu après. Mais ce n'était pas que cela! Les yeux rubis de Paros étaient à présent dirigés vers le visage de son mentor. Le bras croisé, les lèvres pincés d'un air décidé, il comptait bien appliquer à la lettre sa déclaration. La blessure d'Airôth avait également affecté son apprenti : ce n'était pas rien, de voir ainsi un symbole manqué de peu de se briser. Il savait que le second gardien était du genre à abandonner sa propre sécurité pour privilégier celle des autres, parfois. Pégase n'avait pas l'intention de laisser cela se reproduire lors de cette mission.

La Grand Pope semblait satisfait. Son imposante main vint par surprise se poser sur la tête du Chevalier de Bronze, ébouriffant ses cheveux déjà salement en désordre. L'ancien Lion leur renouvela sa confiance et leur adressa ses adieux alors qu'il se dirigeait vers la sortie du Temple. Paros, avant que Childéric ne disparaisse, sauta sur l'occasion pour placer un dernier mot.

    - Grand Pope! Lorsque nous serons de retour, j'espère que vous accepterez de m'accorder une audience privée. Il y a une affaire personnelle dont je souhaiterais m'entretenir avec vous.

C'était un euphémisme. Plus qu'une affaire personnelle, c'était là l'une des motivations les plus profondes de Paros. La raison qui l'avait décidé à tenter le sort et devenir à tout prix un Chevalier d'Athéna. Pégase espérait qu'accomplir cette mission serait un acte suffisant pour mériter un tel honneur. Il ne pensait pas le Grand Pope du genre à s'en formaliser... Mais il y avait certaines formalités à respecter. Tout le monde ne pouvait avoir le droit de monter au plus haut point du Sanctuaire sans raisons valables. Paros avait déjà appris cela à la dure.

Le Grand Pope se retira. Paros, qui l'avait salué respectueusement jusqu'à ce qu'il soit sorti de la pièce, se redressa et laissa échapper un long soupir. Eh bien! Que d'émotions, pour un scène qui ne devait pourtant pas avoir duré plus de quelques minutes! Le jeune chevalier avait le sentiment qu'il n'aurait pas le temps de s'ennuyer, tant qu'il porterait cette Cloth. Sa nouvelle mission n'allait de toute évidence par le permettre non plus. Et c'était là tout ce qu'il souhaitait!
A ce propos, Paros posa ses mains sur ses hanches et se retourna vers Airôth. Un air réprobateur mais également amusé dans le regard, il abandonna le peu de déférence qu'il lui restait encore pour s'adresser avec une franchise percutante à son mentor.

    - Alors, Maître... Dans quelle sombre affaire venez-vous de m'embarquer sans me demander mon avis?


Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-bleu1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-rouge1250/1250Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-rouge  (1250/1250)
CC:
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] G-jaune1200/1200Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]   Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] EmptyJeu 11 Juin - 14:32

Voilà, c'était fait. Le Grand Pope avait reconnu un nouveau Chevalier en cet instant. Il fallait donc penser à l'avenir désormais. Une mission importante lui avait été confié et il avait décidé d'emmener avec lui le nouveau Pégase, son disciple d'autrefois... Qui désormais ne manquait que d'une chose : l'expérience. Il allait devoir comprendre ce que pouvait signifier de devenir un Saint, comprendre que cette vie qu'ils possédaient ne leur appartenait plus réellement, elles étaient à la disposition d'une cause. D'un Rêve, bien plus grand qu'eux. Il fallait se battre parfois, jusqu'à la mort... Oui. Mais était-ce là leur simple tâche ? Non. Car avant les poings, les âmes pouvaient communiquer. Là était leur rôle. Son rôle. Preux Chevalier. Et cette fois encore il ne serait pas seul. Il allait marcher à côté d'un jeune garçon qu'il avait vu grandir, qu'il connaissait. La confiance allait être une arme pour ce périple. Un petit rire s'échappa de ses lèvres à la remarque de Paros. Cette fois hein ?

- Alors je suis sûr de revenir, entier.

Childéric acceptait donc, faisant confiance au Taureau Blanc non sans oublier d'insister sur le caractère secret et sacré de leur quête. Il en avait conscience oui et l'idée d'impliquer Paros pouvait sembler risquée, il était jeune, n'avait jamais œuvré pour la Déesse... Mais en même temps, il fallait bien commencer quelque part et quelle meilleur leçon que de partir accompagner un Chevalier d'Or. Qui plus est son maître. C'est donc tout sourire qu'il le regardait, prononçant une dernière requête avant que le Grand Pope ne disparaisse. Evidemment qu'il n'allait pas laisser passer sa chance. Il devait lui parler. S'il avait fait tout ce chemin, c'était en partie pour cet instant.

- Nous en discuterons de tout ça plus tard d'accord ? Nous avons quelques jours pour nous préparer. Mais avant cela, nous avons plus important à faire toi et moi.

Il lui fit signe de le suivre et déjà, la masse d'or avançait à grand pas, se dirigeant vers l'entrée du Temple. Il devait vérifier une chose, une toute petite chose. Un détail qui clôturerait parfaitement ces annonces. Ils avançait alors, sortant du temple pour se diriger vers le kiosque. Derrière ce dernier trônait un imposant ciel orangé, les dernières lueurs du jour. Le cadre était parfait. Airôth fit signe à Paros de continuer sa route, lui resterait en retrait.

- Il est temps, Paros. Montre celui que tu es devenu et fait face au monde devant toi.

Impatient, il n'attendait que cela. L'avait-il déjà vue, cette armure ? Peut-être croisée oui... Il ne s'en souvenait plus réellement. Il voulait voir de ses propres yeux, ici même, la fierté de son petit protégé. Ensuite, ils pourraient repartir à l'intérieur et nul doute que tous deux discuteraient jusque tard dans la nuit, échangeant leurs histoires... Avant qu'enfin, ensemble, ils puissent en écrire de nouvelles dès le lendemain.



Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553  - PV : Airoth] Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
 
Sur ma route, Je n'compte plus les soucis [Début Janvier 553 - PV : Airoth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Taureau-
Sauter vers: