Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptySam 16 Mai - 18:14
Mains dans le dos, Orphéus se tenait dans la petite cour extérieure, qui donnait une vue superbe sur la cité. Cette cour lui permettait de se ressourcer, de méditer aussi, profitant du calme pour mettre ses idées au clair. Ces derniers jours, il avait été accaparé par de nombreuses réunions et entrevues. Mettre en place les choses, avancer ses projets, préparer les sorties futures de ses Généraux. Et accueillir les nouveaux. La Sirène Maléfique avait retrouvé preneur. Et en dépit du problème soulevé par Deukalyion, il s'était mit à espérer. Espérer que les choses s'arrangeraient. Compter sur la chance était exclue. Mais compter sur ceux qui constituaient la base même de son armée, voilà qui paraissait plus logique.

Et c'était précisément pour cela qu'il avait demandé au Kraken de venir aujourd'hui. Il ne doutait aucunement des qualités martiales de celui qu'il avait confirmé à ce poste. Ses responsabilités étaient grandes et il s'était acquitté de ses tâches avec rigueur, avec application. Mais il souhaitait vérifier un point : la stratégie de son ami. Dans son dos, Aurora apparue. Il se tourna vers elle tandis qu'elle se rapprochait, posant sa main sur l'épaule de son frère.
    - Il est arrivé. Je l'ai installé là où tu m'as demandé de le conduire. Mais dis-moi, grand frère... Si tu voulais juste t'entraîner, tu aurais pu le faire avec moi. Jusque là, tu n'as que très rarement dévoilé ton don. Alors pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi maintenant ?

La main du borgne se posa sur celle de sa soeur, lui adressant un sourire qui se voulait rassurant. Orphéus n'était pas un combattant. Il était avant tout un meneur d'homme. On n'attendait pas de lui qu'il soit en première ligne, bien au contraire. Et les pouvoirs qui étaient les siens confortaient ce sentiment. Il était un rempart. L'ultime rempart. Mais il était surtout là pour aider, renforcer ses alliés. Alors pourquoi ce combat ? La question se posait.
    - Deukalyion risque de partir pendant un moment. Atlantis va perdre un de ses protecteurs les plus acharnés. Je vais devoir compenser cette absence, au cas où : c'est mon devoir, après tout. Me confronter à un tel guerrier, après autant d'années, me permettra de vérifier que je ne me suis pas rouillé. Avec lui, perdre, gagner, cela n'a aucune importance. Et lui, il gardera le secret sur ce qu'il verra.

Elle opina de la tête. Elle comprenait. Elle et lui s'entraînaient régulièrement ensemble et elle savait comme il détestait que d'autres personnes puissent voir ce dont il était capable. Orphéus était très dur avec lui-même. Plus qu'avec les autres. Lui déposant un baiser sur la joue, il prit la direction de la fameuse salle d'entraînement. Là où était en train de patienter l'Algos. Alors qu'i pénétrait dans la salle, Aurora veilla à fermer derrière elle, afin que nul ne vienne troubler cet échange. Ils étaient désormais trois.
    - Et voilà, je te l'ai amené. Ah, les hommes et leur fierté.

Elle adressait un grand sourire à Deukalyion, fière d'elle visiblement. Adressant par la même occasion un clin d'oeil à son frère. Ce dernier ne put s'empêcher d'en rire. Avant de s'approcher et de saluer son ami.
    - Merci d'être venu, Deukalyion. Je sais bien que cette fois-ci, il s'agit d'un caprice mais que veux-tu, je ne voyais que toi pour m'aider. N'en déplaise à ma très chère soeur.

De nouveau, il rit. Il venait de déposer sa cape pourpre sur un siège en périphérie, pour finalement regagner le centre de la pièce. Chemise violacée, elle aussi de couleur pourpre, manches courtes, on pouvait distinctement apercevoir le bracelet d'Orichalque qui lui avait été légué par Poséidon en personne. Ce bracelet qui était symbole de son autorité. Et qui lui permettait de bénéficier de la protection de son dieu lorsqu'il devait combattre.
    - Après tout, je n'aimerai pas qu'il y ait trop de monde au courant de ce qui va suivre. Acceptes-tu de me rendre ce service ?



Citation :
Défi envoyé - Je vais faire mon jet d'initiative
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyDim 17 Mai - 21:40
Entrevue courtoise

Le voilà devant le temple. Il était rare qu'il s'y rende aussi souvent et à dire vrai, le garde n'avait pas précisé la raison de cette convocation soudaine de la part du Légat. Peut être possédait-il déjà des informations intéressantes à partager, rapport à leur dernière entrevue. Les choses allaient pouvoir avancer... Peut être oui...

Quelle ne fut pas sa surprise que de voir Aurora, la jumelle de son ami plantée devant les portes. L'Algos et elle n'avaient jamais réellement conversé. Du respect. Rien de plus, rien de moins. Peut être voyait-elle, elle aussi, un roturier derrière cette écaille. Cela ne changeait rien. Elle faisait son travail, il faisait le sien. Ils se saluèrent donc brièvement avant qu'elle ne l'enjoigne à la suivre. Ce qu'il fit, sans un mot. Des directives du frère à n'en pas douter. Là aurait été une vraie surprise si cette dernière avait voulu s'entretenir avec lui. Elle le fit entrer dans une grande salle en lui demandant d'attendre Orpheus avant de s'eclipser. Il n'eut pas à attendre très longtemps, les mains liés l'une à l'autre dans le dos, caressant la cape de sa Scale. Il observait les murs, le plafond assez haut. Une salle inconnue jusqu'alors.

Arriva le Légat, ce dernier le salua avant d'exposer la raison de cette entrevue. Le Kraken ne put que sourire. Voilà qui était rare en effet. Il observait les jumeaux se taquiner alors qu'Orpheus quittait sa cape. Deukalyion détachait quant à lui la sienne sous ses épaulières avant de s'étirer brièvement.

    - Tu es mon Légat, Orpheus, je ne peux que t'obéir. Et puis, ta confiance m'honore... Je vais enfin découvrir ce que tu as si farouchement caché toutes ces années. Même si j'ai bien idée.
    Il vint se placer face à son ami, écartant les bras vers ses jambes, déployant ses doigts avant de remonter les mains légèrement. Les secrets me connaissent, ne t'en fais pas pour ça. Commençons.

Déjà son Cosmos explosait. De son armure semblait s'évaporer une fumée sombre, légèrement pourpre. Autour d'eux, les pierres blanches perdaient de leur éclat, des traits pourpres et lumineux semblaient les recouvrir. Le Légat pourrait commencer à ressentir en lui comme si quelque chose s'en allait, un léger malaise pourrait s’immiscer lentement au plus profond de lui.

    - Bienvenue, Orpheus, dans mon monde.


Déja ses ailes se déployaient, et le voilà propulsé vers le Mérinita les deux poings en avant, ces derniers semblants couverts d'une aura sombre. La danse commençait et lui, au milieu du gouffre qui s'installait, sentait des picotements dans tous ses membres. S'il avait le temps, Orpheus pourrait appercevoir un sourire sur le visage de son Général, avec un regard déterminé et froid.

Avait-il attendu cet instant ?

Citation :
Défi accepté, j’enchaîne donc directement ayant remporté l'initiative (d'un point °°)



[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyLun 18 Mai - 11:56
Accueillant les propos du Kraken d'un signe de tête, Orphéus était prêt à se lancer dans l'opération "Chant des Sirènes". Mentalement, il s'amusait clairement de ce nom. Pour la première fois depuis qu'il était devenu Légat, une autre personne que sa soeur allait le voir en action. En un sens, il en était heureux. Heureux et impatient car à ses yeux, un combat était un spectacle. Parfois mortel, certes, mais pas moins magnifique à observer. Il ne put s'empêcher de repenser à Cuchulainn. A l'époque, ce dernier lui avait fait une démonstration artistique quelque peu atypique. Il allait faire de même ici.

Ils allaient commencer. Réagissant à une impulsion mentale, le bracelet d'Orichalque se nimba d'une étrange lueur. Rapidement, une sorte de manteau de Cosmos enveloppa le Légat, une aura azurée, tandis que derrière lui se matérialisaient trois créatures légendaires. Des femmes-oiseaux, plus communément appelés les Sirènes. Elles semblaient différentes les unes des autres. Trois visages distincts, des ailes de couleurs différentes. Mais toutes possédaient des griffes acérées et un air étrange sur le visage.
    - Laisse-moi donc te présenter Aglaopé "Au beau visage", Thelxinoé "Celle qui enchante" et Pisinoé "Celle qui persuade".

Les trois femmes s'inclinaient pour saluer le Général du Kraken. On percevait clairement du cosmos émaner d'elles. Elles n'étaient pas vivantes. Des créations ? Des illusions ? Qu'importe, elles paraissaient bien réelles et Orphéus comptait sur elles pour la suite. De la fumée noires semblaient se dégager de l'armure du Kraken. Voilà qu'il se lançait lui-aussi avec sérieux dans cette petite expérience.

Autour d'eux, l'environnement semblait altéré par ce pouvoir étrange, un pouvoir lié aux Abyss. Un pouvoir lié aux ténèbres. Le Légat sentait ce poison s'insinuer en lui. Percevait que quelque chose s'opposait à sa volonté. Son odorat s'altérait. Alors lui aussi jouait à ce petit jeu ? Ainsi donc Deukalyion l'invitait dans son propre monde, ce qui était intriguant. Prit par les effets de ce poison, il ne put rien faire face à l'attaque de son ami. Les deux poings le percutaient alors qu'il élevait tout juste les bras pour tenter de se protéger, laissant le cosmos de Poséidon faire son oeuvre : le protéger du danger. L'impact le fit reculer de plusieurs pas. Cette énergie était néfaste pour lui. Il en ressentait clairement les effets. Se redressant toutefois, il adressa un petit signe de tête vers son adversaire du moment. Une des Sirènes posa sa patte griffue sur son épaule. Thelxinoé.
    - Je n'en attendais pas moins de toi, Deukalyion. Ce monde est froid, il est difficile d'y survivre. Nous allons changer un peu la donne. Laisse-moi te montrer toute la beauté d'Atlantis. Toute la beauté qui surplombe ces Abyss dont tu as la garde.

Les deux autres Sirènes se plaçaient de part et d'autre du Légat. L'air semblait vibrer. Requiem. Alors, distinctement, un son se fit entendre. Suivi rapidement par un air étrange, ressemblant à s'y méprendre aux chants des animaux marins. La mélodie semblait avoir pour origine le corps du borgne et Thelxinoé amplifiait celle-ci pour qu'elle prenne place dans l'espace autour d'eux. Le bruit des vagues, du vent, de la pluie, tout se mêlait pour finalement dérouler une partition parfaite : celle que la Nature elle-même jouait depuis que le monde était monde.

En dépit des ténèbres qui s'étaient infiltrés dans son être, Orphéus cherchait à ne pas sombrer en se raccrochant à cette douce mélopée. Requiem s'imposait non pas à l'oreille des êtres vivants mais à leur esprit. Telles les sirènes antiques, enchanteresses, qui poussaient les marins à s'écraser sur les rochers, Orphéus imposait son chant pour forcer l'adversaire à baisser sa garde. Et alors, il pourrait frapper.

A ses côtés, Aglaopé se mit à chanter. Autour du Légat, de l'eau apparue. Comme si son cosmos, lié à Poséidon, lié aux Sept Mers, prenait forme. Levant les bras, il fit alors apparaître plusieurs flèches aqueuses. Le chant d'Aglaopé donnait vie à ces flèches, donnait vie à ce pouvoir. Car si les Abyss l'avaient contaminés, il entendait lui rendre la pareille avec ce qui allait suivre. Les projectiles fusaient déjà sur le Kraken, cherchant à le traverser de part en part. L'eau permettait cela. Et s'il se laissait avoir, il comprendrait alors la nature réel de ce pouvoir.

C'était l'instant rêvé. Thelxinoé et Pisinoé se propulsaient elles aussi vers l'avant, se servant de leurs puissantes ailes. Un peu comme Deukalyion précédemment. La troisième continuaient de chanter à ses côtés, renforçant le pouvoir du Légat. Permettant de contaminer le Général avec le pouvoir du Dieu des Mers. Un lien unissait les trois créatures et l'invocateur. Un lien qui allait démontrer ici toute son utilité. Chaque coup de griffes, chaque attaque auraient une incidence. Pour Deukalyion comme pour Orphéus. Ce dernier prit la parole. Tout sourire en dépit du malaise qui l'enveloppait.
    - Le chant des Sirènes. Il parait que nul ne peut résister à leur voix. Pour ma part, je ne me lasse pas de les écouter. Est-ce que le terrible Kraken y est sensible ?

Les Sirènes revenaient à lui, l'entourant de nouveau, comme pour le protéger. Et cette mélodie qui ne cessait pas. Qui ne cesserait plus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyJeu 21 Mai - 1:03
Deux mondes

Ainsi s'affrontaient alors la splendeur d'Atlantis et ses plus sombres tréfonds. Orpheus avait fait naitre des créatures de sa simple volonté. Trois sirènes qui semblaient refléter chacune une particularité, peut être même étaient-elles des parts de l'âme même de ce dernier. Mais ce ne fut pas là sa seule force. Alors que le Kraken avait laissé parlé sa profondeur abyssale, le Légat quant à lui souhaitait ramener les choses dans l'ordre. Alors que cette salle commençait à se ternir, se couvrir d'une gangue sombre des et veines lumineuses, l'on commençait à entendre le lointain écho des vagues. Puis vint une mélodie tout aussi lointaine et pourtant elle n'émanait de nulle part. Face à cette musique, à ces chants pourtant si proches le Kraken ne put que se mettre sur la défensive, cherchant ça et là la source d'un regard.

Elles étaient trois oui. Toutes souriaient. Nulles ne chantaient. Belles, iréelles. L'écume des vagues se faisait presque palpable et Deukalyion semblait voir ça et la les lueurs bleutées d'une eau pure et clair recouvrir par endroit ses Abysses. Dans cette salle fermée, Atlantis semblait s'imposer. Un duel commençait alors. Les vagues recouvraient les ténèbres. La fumée pourpre dévorait l'écume. Dans l'air se faisait sentir un parfum d'iode, léger, qui disparut alors aussitôt. Plus plus rien. Deukalyion se frotta le nez avant de sourire. Toi aussi, mon ami.... Cette mélopée ne le quittait pas, tout s'entremêlait tant en son esprit que sous yeux. La Voix de Poséidon se faisait un piédestal, entouré d'eau tourbillonnant autour de lui. L'assaut arrivait. Des flèches azur perforaient déjà le corps du Kraken. Une. Deux. Trois. Et déjà l'une de ses créature se ruait sur lui, ses serres acérées commençaient à le dévorer. Mais... Était-ce vraiment le cas ?



Dans son dos, le Légat aurait pu entendre un léger rire amusé. Deukalyion était là, derrière son ami à quelques mètres alors que face à lui se tenait une ombre fumante. Une femme à la longue chevelure dansante, un peu plus petite que le Kraken et pourtant elle semblait revêtir la même armure que lui, noire et pourpre, sans détails. Seuls les épaulières et les ailes ressortaient distinctement. Seuls deux yeux de lumière étaient visibles, grands, s'éclairant dans un rythme similaire à celui qui recouvrait les pierres du temple. L'Ombre se retira comme aspirée au niveau de son buste. Ne restaient alors qu'Orpheus et ses trois muses, et Deukalyion.

    - J'y suis sensible oui... Cette mélodie ne me quitte pas mais... Peut être pas autant que tu le souhaiterais.


Encore une fois, son Cosmos explosait. Son emprise sur cet endroit se renforçait alors qu'il levait les bras. Petit à petit, un battement lointain s'installait. Grandissant. Sourd. Profond. De plus en plus intense. A chaque pulsassions les lueurs qui les entouraient s'intensifiaient. Devenaient violacée lorsqu'elles n'était pas recouverte par le bleu de l'eau. A terme, le Légat n'entendrait plus rien d'autre que ce rythme lent et assourdissant.

Au dessus de l'Algos se formait une masse d'un blanc éclatant sur lequel semblait danser des formes. Une boule qui grandissait pour se figer, immense, des cratères se dessinant ça et là. Une lune, comme ramenée des ténèbres, immaculée... Mais était-elle seule ?

    - HIDDEN MOON !


De toute sa puissance il lança cette orbe sur son ami, alors que dans son dos se préparait une toute autre scène... et pourtant si semblable. L'ombre était revenue, fondue dans les abysses qui couvraient les murs. Elle mimait son maître, générant une masse noire, compacte, ronde et la lançait vers le Légat. Bientôt, il se verrait écrasé par la Lune et par son Ombre. Deux face d'un même astre. Il n'y avait pas de retenue, le Général n'était pas ce genre d'homme. Encore moins face à La Voix des Mers. Les combats le faisaient vibrer, son âme si profondément trouée se remplissait alors à chaque coups. Le chant des Sirènes ne le lâchait pas, entêtant. Dérangeant.

    - Décidément... nous avons bien plus en commun que nous pouvions le penser toi et moi Orpheus. Tu es Atlantis, sa lueur, son éclat. J'en suis les pénombres. Ils s'affrontent ici même comme jamais... Et ils se maintiennent l'un l'autre. Et pourtant... Il n'y a pas que ça.


Car déjà, aux pieds du Mérinita se dessinait un cercle pourpre et tourbillonnant duquel surgit alors l'Ombre pour le frapper en visant son menton, remontant vers les cieux comme si elle parcourait un courant avant de disparaître un peu plus haut comme elle était venue. Un portail plus grand s'ouvrit alors à la droite de Deukalyion, et la plantureuse femme de fumée en sortit pour aller se positionner contre le Kraken, l'entourant de ses bras. Protectrice.

    - J'espère que tu sauras toi aussi garder le secret. Je te présente l'esprit de mon sang. Elle est née avec moi, m'a quittée bien trop jeune avant de revenir me trouver. Orpheus, je te présente ma sœur. Selena Algos.


Et alors en son coeur, il ressentait à nouveau ce vide. En la nommant si clairement, devant son ami, il donnait vie un peu plus intensément. Qui d'autre mieux qu'Orpheus pourrait le comprendre, lui qui avait aussi une jumelle qui ne le quittait jamais. Pourtant, même si cette Ombre était présente, elle n'était pas totalement là.

Qu'aurait-il donné pour pouvoir serrer dans ses bras sa sœur comme pouvait le faire le Légat ?



[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyJeu 21 Mai - 14:40
Les ténèbres contre la lumière. Voilà la symbolique de ce combat entre les deux hommes. Le Légat ne pouvait s'empêcher d'éprouver le plus profond respect envers ce Général. Dire qu'il avait été jeté en prison, conspué même, alors qu'il portait sur ses épaules un fardeau que beaucoup n'aurait pas su gérer. L'écaille du Kraken avait trouvé le porteur parfait. Un autre capable de résister à l'attrait des ténèbres mais qui utilisait ce pouvoir à bon escient. Quelqu'un qui marchait sur le bord du gouffre mais suffisamment aguerri pour ne jamais sombrer.

Sa défense fut parfaite. Admirable. Et elle eut le mérite de surprendre le borgne. Ce qui n'était pas chose aisé. Deukalyion dévoilait l'étendue de ses pouvoirs sans complexe, cherchant à frapper juste tout en esquivant les frappes ennemies. Soudain, un battement sourd. Recouvrant la musique de ce monde à laquelle Orphéus était si sensible. Un battement qui était un mauvais présage. Le bruit de l'océan semblait plus lointain, le chant des animaux moins fort. Était-ce cela que de plonger dans l’abîme ?

Puis il l'a vit. La lune. Qu'elle était belle. Mais dans ce spectacle, une note dissonante. S'il était désormais impacté par ce battement puissant, ses sirènes n'en restaient pas moins prêtes à l'aider. Un sentiment, une impression. Comme si d'autres sens prenaient le relais.
    - En effet, il n'y a pas que cela. Aurora ?

Un nom. Unique. Mais qui était le signal pour eux. Les astres. L'ombre. Le bourdonnement incessant. En un instant, tout se déchaîna autour du Légat. Une attaque d'une telle envergure, avec une telle précision, ne pouvait laisser personne indemne. Le Kraken déployait son ingéniosité et sa stratégie pour mettre à mal la défense du Légat. L'impact généra une onde qui souffla tout dans la zone. Et les mots de Deukalyion parvinrent aux oreilles du Légat. En dépit de ce cognement permanent. Mais cette fois encore, les apparences étaient trompeuses.

Car en lieu et place du Légat se tenait désormais Aurora, épée à la main, une sorte d'aura azurée autour de sa personne également. Au moment de l'impact, elle avait permuté en utilisant sa vitesse. Car sur ce plan là, il n'y avait que peu de personne capable de la battre. Genou au sol, de la sueur coulait abondement de son visage, preuve de l'effort énorme qu'elle venait de déployer pour sortir son frère des griffes du Kraken. L'orbe autour d'elle disparue enfin. Et derrière elle, Orphéus, entourée des trois sirènes. Sa mélodie gagna alors en intensité. Repoussant peu à peu les ténèbres. Repoussant peu à peu les forces adverses, bien qu'elle ne puisse rien contre les battements. Aurora se décala sur le côté, rengainant son sabre.
    - Je ne pourrais pas le refaire, Orphéus.

Elle avait été blessée mais tenait clairement le coup. Le borgne n'avait de toute façon pas le luxe de s'inquiéter pour elle : il connaissait Aurora et savait qu'elle se remettrait avant la fin du combat. Son attention était entièrement tournée sur Deukalyion.
    - Voilà une chose à laquelle je ne m'attendais pas. Tends l'oreille, mon ami. Apaise ton esprit. Je ne suis pas un danger.

Il lui souriait. La musique qui s'échappait d'Orphéus changea. Plus rapide. Les vagues, le vent, cela semblait s'accélérer. La tempête se levait. L'eau autour du Légat s'agitait. Thelxinoé, "Celle qui enchante", se mit à incanter. Et le Légat leva alors les bras, agitant ses mains étrangement. L'eau autour formait une sorte de créature aquatique, un dragon de mer, une créature nimbée d'une aura étrange. La sirène ensorcelait cette eau qui allait être utilisé par Orphéus. Autour de lui, une sorte d'illusion s'imposait aux esprits qui entendaient le chant des Sirènes. Des rochers, les vagues de plus en plus violentes qui s'écrasaient dessus. Et les sirènes, posées sur ces roches, qui tendaient les bras, demandant de l'aide. Demandant que l'on s'approche. Qu'on les aide.

Le Merinita abaissa brutalement les mains, le dragon fondit sur Deukalyion, poussant un rugissement. Alors qu'il ouvrait la gueule avant l'impact, des flèches aqueuses sortirent pour essayer de rendre plus dangereuse encore son assaut. Les sirènes poursuivaient leur chorale, augmentant le pouvoir de leur invocateur. Et avant de savoir si cela allait fonctionner, déjà se préparait-il à la réplique. Car le Kraken ne lâcherait rien face à lui. Et c'est ce qui rendait l'expérience plaisante. Orphéus redécouvrait le plaisir de ne pas retenir ses coups. L'eau autour de lui continuait de réagir étrangement, comme si elle était enchantée.
    - Je suis le Gardien d'Atlantis. Je ne crains pas les Abyss. Je t'attends, Deukalyion. Libère le Kraken !



Citation :
...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyDim 24 Mai - 1:00
Dragon

Lorsque les deux lunes se tarissaient au milieu des pénombres, le Kraken eut la surprise de voir une sphère se dessiner petit à petit, jusqu'à là révéler entièrement une fois les traces de son attaque effacées. Il ne put cacher sa stupeur en observant Aurora en lieu et place d'Orpheus. A genoux, brandissant une arme et à bout de souffle. La jeune femme avait utilisé là bien des ressources pour protéger son frère, il aurait du s'en douter... Il ne l'avait pas vue sortir après tout. Elle tenait son rôle envers et contre tout. La beauté d'un amour fraternel. Impossible à briser. Éternel.

    - Evidemment...


Passé la surprise vint le sourire. Les deux hommes se lançaient à corps perdus dans cette bataille, comme si leur vie en décidait. Ils laissaient parler toute leur puissance. Usaient de toutes leurs stratégie. Ils étaient deux Altantes, fiers, prêts à tout pour défendre leur cité et en un sens, ils le faisaient en cet instant. Ils se montraient leurs talents, ils s’éprouvaient l'un l'autre pour mieux se connaitre, tant eux-même que leur adversaires. Par respect aussi, envers un supérieur et un ami, Deukalyion ne retiendrait pas ses coups.

La mélodie dans l'air changeait, alors que le monde autour d'eux devenait plus sombre. Pour Orpheus, l'eau commenait à devenir moins éclatante. Tout devenait terne et semblait couvert de cette matière sombre qui tâchait ça et là les pierres de la salle. Pourtant l'eau et l'écuyme semblait aussi plus forte, tout comme le son de cette musique qui parvenait à l'esprit du Kraken, tellement qu'il ne semblait pouvoir entendre plus belle. Même son propre souffle ne lui parvenait pas. Il se sentit alors légèrement plus faible un court instant, comme si quelque chose le quittait. Face à lui, le Mérinita sculptait l'air, commentait à l’océan de se plier sous ses gestes. Autour de lui les sirènes dansaient. Il ne fallut pas bien longtemps pour que la créature invoquée, un dragon aqueux, ne fonde sur le Général qui semblait comme prisonnier, ne parvenant à se mouvoir. Ses jambes figées dans le sol, entourée d'une eau au courant violant. Il eut le temps d’apercevoir les flèches qui fondaient sur lui, les mêmes qui avaient traversé le corps de l'Ombre plus tôt. Dans un ultime effort, usant de toute son énergie, il les brisa d'un mouvement de croix avec ses bras. Trop tard.

L'impact fut violent. Le dragon s'était déchaîné sur lui, si bien que l'Algos fut emporté par le flot, roulant jusqu'à l'autre bout de la salle dans un tourbillon d'éléments. Là était le premier assaut. Le premier coup qu'il lui portait. La douleur n'était pas grande cependant, les bras légèrement engourdis. Et alors qu'il se débattait pour sortir de cette tempête, il put entendre dans son esprit les paroles du Légat. Implacable... Mais aussi joueur ? Le défiait-il en lui ordonnant de se libérer ? Il ne lui en fallut pas plus, en dépit de cette chanson qui le paralysait jusqu'alors, son cosmos se fit plus intense et les Abysses qui les entouraient se renforçaient alors, dévorant les roches, l'eau, les courants, les lueurs. Il bondit hors de l'eau, surgissant en furie et fondant sur Orpheus, les deux poings en avant, prêt à le percuter de toute sa force, alors que dans son dos apparaissait déjà son Ombre par un portail, prête à venir asséner un coup rapide avant de s’évaporer.

Il était dans son élément, ressentant encore l'impact du dragon, la ferveur de son opposant, cette combativité qui les tenait l'un comme l'autre. Et autour d'eux les éléments se décharnaient. Se confrontaient, prenant le dessus l'un sur l'autre à mesure que les deux Atlantes laissaient parler leurs énergies. Et les sirènes, sur leurs rochers, chantaient... Il se surpris un instant à penser, entant sa présence non loin. Le spectacle est-il satisfaisant, Aurora ?



[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyLun 25 Mai - 10:46
Mais quel guerrier, quel soldat ! Il ne lâchait rien, semblait subir sans réellement s'en inquiéter tant sa résistance était grande. Emporté par le courant, il se redressait déjà fièrement. Fonçant sur le Légat afin de lui asséner un nouveau coup. Les Abyss étaient plus terribles, de plus en plus présentes. Les ombres semblaient danser devant ses yeux, gênant ses mouvements, handicapant le borgne. Ainsi ne put-il rien faire face au premier assaut du Kraken. L'attaque percuta l'aura de Poséidon, faisant reculer Orphéus de plusieurs pas, ce dernier plaquant sa main sur l'endroit où il avait été touché.

C'est alors qu'un son résonna dans son esprit. Il perçut l'ombre du Kraken prête à le frapper. Son esprit était ouverte aux mélodies environnantes, ses Sirènes jouant également le rôle de Sonar. Ses sens se bloquaient peu à peu mais elles étaient ses yeux, ses oreilles, et communiquaient mentalement avec l'invocateur. L'une d'elle s'interposa alors face à l'ombre, repoussant l'assaut de la créature ténébreuse, hurlant un défi à la face de Deukalyion. Elles n'abandonnaient pas. Tout comme le Légat. Bien que sonné, il n'allait pas abandonner. Il était le Phare qui sortirait Atlantis des ténèbres. Alors que le Kraken était celui qui plongerait ses adversaires dans la peur et le doute.

Fermant son oeil pour se reconnecter à la puissance des Océans, il sentit à la lisière de sa conscience les présence des Sirènes. Les chants et la mélodie qui émanait de son propre corps continuaient d'agir sur Deukalyion. Et d'agir comme un système de localisation parfaitement au point. S'être privé volontairement de son oeil par le passé lui avait permit de développer ses pouvoirs. Son adversaire du jour comprendrait que ses Abyss ne le neutraliseraient pas totalement. Peu à peu, il se laissa gagner par la colère. Une lame de fond naquit dans son esprit, se répercutant dans le monde physique en auréolant le corps du Merinita d'une étrange sphère bleutée. Autour de lui, un court instant, les ténèbres se dissipèrent. Il rouvrit son oeil. Leva les bras. Deux des sirènes n'étaient plus à ses côtés, ayant quittées leur rocher. Elles aussi auréolées de la même sphère que le Légat, elles s'étaient pratiquement téléportées autour de l'Algos. Les griffes acérées des créatures cherchant à lacérer la cible. Un lien cosmique reliait les deux femmes-oiseau à leur invocateur : chaque blessure aurait un impact sur les deux.

Puis, balayant l'espace devant lui, il projeta de nouveau ses flèches aqueuses vers sa proie. Jusque là, Deukalyion avait toujours fait en sorte de se sortir du piège de cette attaque. Mais la détermination du Légat était elle-aussi sans fin. Ses combinaisons n'avaient pour but que d'user sa résistance, afin de placer son ultime attaque. Et jusque là, si l'Algos s'en sortait admirablement, Orphéus n'abandonnait pas non plus.

Une fois encore, la lutte entre lumière et ombre faisait rage. Mais en dépit de tout ceci, des enjeux, Orphéus ne parvenait pas à se départir de ce sourire. Il prenait un grand plaisir à libérer ses pouvoirs ici. Et affronter un tel adversaire ne faisait que lui prouver qu'il avait eu raison de se fier à lui.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyMer 27 Mai - 1:01
Noir

Il n'y avait plus de mots. Ils n'entendaient plus l'un comme l'autre. Plus de brouhaha des vagues, le clapotis de l'eau, le froissement de l'écume. Plus battements lourds. Alors, pourquoi parler ? Pourtant les chants eux persistent. Toujours plus intenses, envoûtants. Le monde changeait encore. Luttait. Tout s’agitait autour deux, les ombres, la fumée, les vagues... Et au milieux de ce Chaos auréolé elles dansaient, trois sirènes magnifiques. Mangeuses d'hommes, mais cela il n'en avait cure en cet instant car il était sous leur charme.

Il put appercevoir un lueur bleue entourer le Légat, mais cette dernière s'estompait... D'instinct Le Kraken recula d'un pas, plaçant ses bras en garde croisée. Sa vue s'estompait alors, et il ne vit plus rien. Il n'y avait plus que les sensations le l'eau sur ses pieds, les éclaboussures de l'eau sur ses mains et ce chant incessant. Dans les pénombre. Il ne voyait plus. Il ne fallut pas longtemps pour qu'il commence à ressentir les premiers coups sur son écaille, puis sur sa peau. Il lâcha un souffle les dents serrées, encaissant les coups les uns après les autres. La douleur remontait à son cerveau. L'assaut semblait long, interminables... Et déjà, alors, la Scale se mit à luire. La seconde d'après, une épaisse fumée s'en échappa sombre et rapide comme de la vapeur, et il ressentit dans ses oreilles un petit "ploc", comme s'il revenait à la surface suivit d'un sifflement qu'il parvint à reconnaître. Trop tard cependant, car alors que les griffes le lacéraient, il tenta de pourfendre les flèches d'un puissant mouvement de bras. Cela ne suffit pas, quelques unes virent à le transpercer alors, comme si l'armure n'existait pas. Et lentement, le grondement des Abysses lui revint. Lentement, les vagues commençaient à nouveau à danser autour de lui. La douleur, elle, le faisait revivre.

    - Haha... HAHAHA... HAHAHAHAHAHA !


Son rire explosa. La souffrance qui le saisissait alors le faisait revivre. Les Abysses l’enserraient, le mal des blessures lui revenait. Cette sensation qui l'avait poussé à se battre si souvent, qui l'avait dirigé lentement vers les recoins les plus sombres que le trou béant de son âme lui offrait. Oui. Il était vivant. Il n'était plus seul. Les Sirènes pouvaient continuer à le lacérer. Leur chant pouvait continuer à le perturber... Mais elle. Elle. Elle ne cesserait pas. Car déjà l'Ombre était sur Orpheus, lui portant des coups rapides avant de disparaître, puis de surgir à nouveau. D'en bas. D'en haut. Sur les côtés. Cette femme à l'allure de Kraken était là, pour lui. Contre eux. Les deux hommes s’affritaient de loin, usant de leurs particularités opposées... Et pourtant si proches.

La beauté venait enlacer le Général. Les profondeurs venaient secouer le Légat. Et au fond de cette salle le Kraken riait à plein poumons, ressentant son propre sang couler par endroits. Le rouge commençait à entacher ce paysage chaotiquement magnifique.



[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyMer 27 Mai - 14:26
Les ténèbres se faisaient plus denses. Peu à peu, il prenait l'ascendant. Peu à peu, il repoussait le Légat même si les attaques de celui-ci portaient. L'équilibre était précaire, ils marchaient tout deux sur le fil du rasoir. Ce combat soulevait la même problématique depuis le début : Ombres contre Lumière. Et les deux protagonistes s'en donnaient à coeur joie, sans retenir leurs coups. Sans restreindre les capacités qui étaient les leurs. Le borgne appréciait cela. Car ici, il pouvait ne pas retenir les pouvoirs qui étaient les siens.

Les sirènes étaient revenues aux côtés de leur invocateur. Si le visage de ce dernier exprimait le sérieux et l'application, quelque chose changea rapidement. La musique. Une dissonance, allant jusqu'à perturber l'équilibre des forces ici présentes. Cette aura, ces vapeurs sombres autour de sa personne. Il devait se canaliser. Sans quoi, le Kraken serait véritablement libéré et qu'il était du devoir du Légat de le lâcher sur les véritables ennemis d'Atlantis. Il avait voulu se tester face au Général. Voir ce que ce dernier avait dans l'estomac. Et il n'avait pas été déçu. Mais il fallait cesser cette folie. Avant que cela ne dégénère.

Déjà l'ombre était sur lui. Et déjà les répliques fusaient. Mais aux coups portés par la Ténébreuse soeur s'opposaient ceux des Sirènes. Les mouvements perdaient en fluidité pour devenir violence. En dépit de ses efforts, Orphéus fut touché et recula contre le mur, retenant un cri de douleur. Une des sirènes bloquait de nouveau une attaque, épargnant un peu le Légat de Poséidon. Et c'est alors qu'il se redressa. Il claqua deux fois dans ses mains. Son bracelet d'Orichalque s'illumina. L'onde se propageait déjà dans toute la pièce, repoussant ténèbres. Pas seulement elles. Les Sirènes se disloquèrent sous l'impulsion du Légat. Le chant que percevait Deukalyion s'évanouie dans les airs. Plus rien ne restait. Plus rien en dehors des ténèbres du Kraken. Et une voix. Qui perça la noirceur. Qui s'imposa à l'esprit même de l'Algos :
    Il est temps de nous arrêter, mon ami. Les Ténèbres ont suffisamment parlé ici. Il n'est pas nécessaire de poursuivre. Ne plonge pas plus loin dans tes Ombres. Entends-moi, et reviens !

L'onde du Légat le cernait désormais, afin de l'aider. De le ramener. Il lui avait dit de se libérer mais il fallait savoir s'arrêter. Toujours sur ses gardes - au cas où - Orphéus observait. Au même titre que le combat avait été un test, pouvoir se canaliser en était un autre. Peut-être encore plus important. Pourtant, pourquoi ce sourire ?

Aurora s'était replacé à ses côtés maintenant que les sirènes avaient disparues.


Citation :
Fin du combat



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyLun 1 Juin - 21:50
Creux

L'attente. Il n'avait du se passer que quelques secondes et pourtant ces dernières semblaient éternelles. Il entendait autour de lui ce brouhaha, le mélange de la clarté pure de l'eau et d'un cœur noirci jusque dans l'âme. Il ne voyait plus. Alors il était là, replié, en garde, prêt à subir un nouvel assaut de ces magnifiques créatures destructrices. Sentir à nouveau sa peau se déchirer. Rien.

Un claquement, double, lui fit tourner la tête légèrement. Toujours un sourire carnassier sur le visage. Puis se furent les clapotis de l'eau qui se firent plus sobres, les sons lointains des vagues. En son esprit il put entendre la voix de son ami qui l'invitait à arrêter leur joute... Avait-ils dépassé les bornes ? Peut-être... Après tout, leurs quelques passes furent débridées, ils n'étaient pas là pour s'étriper. La fin, donc. Il relâcha ses muscles lentement, soufflant sans desserrer la mâchoire. Il venait de se lancer, à peine échauffé que déjà son sang pulsait dans tout son corps. Il en voulait plus... Mais n'aurait rien. Le vide allait revenir, lentement.

Autour d'eux, dans cette salle où les ténèbres avaient pris place, les battements commençaient à se faire plus discrets, moins lumineux aussi, jusqu'à ce que le Kraken place ses bras à la verticale avant d'inspirer un grand coup. Toujours les yeux clos. Son odorat semblait revenu, les mélodies des Sirènes avaient cessés. Il pourrait voir... Mais pas avant qu'il ne s'affaire. Les gagnes se regroupaient autour de lui rapidement, comme aspirées, se transformaient en une épaisse fumée noire et opaque. La pièce retrouva son éclat, bien que s'y trouvait quelques marques ça et là de l'affrontement. Et Deukalyion lui, expira, alors que son écaille était sans couleur, aucun. Petit à petit, l'éclat de cette dernière revenait, l'azur se faisait plus présent jusqu'à la dominer. Lorsqu'il ne resta plus rien de ces traces, le Général posa un genou à terre. Le combat ? Les blessures ? Non... il était encore en forme... Mais le contre-coup de devoir se stopper dans une frénésie qui venait de débuter, de contenir la puissance des Abysses... ça... Ses prunelles lagon se dévoilaient.

    - T'aurais pas... quelque chose à manger..?


Il releva la tête vers son ami, un sourire malicieux, alors que son visage était griffé. Il était bien. Il se sentait bien. La douleur des serres était encore présente, elle durerait peut être quelques jours... Après cela, le vide reviendrait. Ce creux dans sa poitrine... Mais pour l'instant, il fallait profiter.

    - J'étais loin de m'imaginer tout ça de toi, Orpheus. En fait je ne m'imaginais rien... Désolé pour... le bordel. C'est une force un peu compliqué à maintenir lorsque je suis immergé dans un vrai affrontement.




[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyLun 1 Juin - 22:10
    -Si, bien sûr. Mais pas ici. Suis-moi, mon ami.

Il ressentait lui aussi la faim. La faim et l'envie de passer à autre chose. Si utiliser les ténèbres comme venait de le faire le Kraken paraissait effectivement épuisant, il en était de même lorsqu'il fallait manipuler et diriger à sa guise les trois sirènes antiques. Ils passèrent ainsi rapidement à une autre salle non loin, suivie de près par Aurora, salle dans laquelle se trouvaient de nombreux mets et boissons. Avec un sourire, il désigna l'endroit.
    - Mange et profite de cela, je ferai de même.

Aurora s'était déjà plantée devant le buffet, attrapant ce qu'elle pouvait pour l'enfourner dans sa bouche, sans plus de cérémonie. En digne Merinita, elle se devait de montrer des valeurs, une certaine hygiène. Mais elle se fichait tellement de ceci, surtout ici, avec Deukalyion et son propre frère. Orphéus se rapprocha lui aussi et se servit plutôt un verre, préférant cela pour le moment. Il avait gardé pour lui ce qu'il pensait de la dernière remarque du Kraken.

A dire vrai, il comprenait ce qu'il disait. Savoir se contenir n'était pas chose évidence pour un guerrier, moins encore quand il manipulait de telles forces. Pour autant, il s'en était sorti à merveilles et le Légat ne pouvait qu'être rassuré de voir les compétences martiales de son bras droit. Car en dépit de sa force, il avait aussi démontré de l'intelligence tactique. Et cela n'était pas aussi courant parmi les forces armées. Alors qu'il buvait une lampée, il abaissa son bras, semblant peser les mots qui sortiraient de sa bouche.
    - Ne sois pas désolé pour tout à l'heure. Je t'ai demandé de m'affronter avec sérieux et tu n'as fait qu'obéir aux ordres. Tu es revenu à toi sans avoir à me forcer à te ramener avec plus d'enthousiasme, dirons-nous. De fait, sois plutôt fier de ce que tu as accompli. Quant à ton compliment, je l'accueille avec beaucoup d'honneur, de la part d'un tel combattant.

Quelque chose avait changé, entre eux. S'ils s'étaient toujours respectés, toujours soutenus, ce combat avait démontré qu'ils étaient plus semblables encore qu'ils ne l'avaient cru l'un et l'autre. Ils avaient tardés pour faire cette petite démonstration mais elle avait eu le mérite de consolider encore leur entende.
    - Tu comprends maintenant pourquoi je cache ce pouvoir... L'effet de surprise me permet de maintenir mon emprise sur ma cible. Une fois déstabilisé, je peux refermer mes serres autour de son cou. Mais comme je te le disais, je ne suis pas fait pour combattre seul. Mes dons sublimeront les tiens, ainsi que les pouvoirs des autres Généraux. Crois-moi, ensemble, nous serons suffisamment forts pour faire trembler nos ennemis. Mais dis-moi... Comment te sens-tu maintenant ? Tu m'as présenté cette soeur. J'ai perçu ta peine. Si tu souhaites m'en parler, ici tu le peux.

Aurora cessa et se retourna vers eux. Elle était aussi peinée. Ce pourquoi elle ne disait rien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyJeu 4 Juin - 15:31
Deux

Il se releva alors, suivant le Légat dans cette autre pièce tout en s'étirant un peu. Ses quelques blessures tiraient. Une fois arrivé il lui proposa de se servir et sans aucun mot il commença à grignoter un peu de pain, quelques fruits. Il s'approcha des boissons, cherchant un peu d'alcool fort, mais pas trop luxueux. Il reniflait donc plusieurs bouteilles, jusqu'à trouver un rhum blanc. Cela ferait l'affaire. Il ôta son armure pour plus de praticité, puis versa un peu de liquide sur ses différentes griffures son son que son visage se crispe. Un peu sur le visage, sur les bras... avant d'en prendre une bonne gorgée directement au goulot. Pas une attitude digne de son rang, ses origines revenaient rapidement après un affrontement.

    - C'est plus pour les dégâts sur les murs et au sol que je m'inquiétais... Envoie les artisans à ma Capitainerie pour régler les réparations. Des Sirènes hein ? Difficile de leur résister...


Côte à côte, il serait certainement difficile de les arrêter. Le pouvoir d'Orpheus était envoutant, et pouvait faire perdre ses moyens rapidement. Le Général s'était retrouvé comme paralysé, plongé dans le noir... Malgré leur beauté, elles restaient effrayantes. Qui aurait pu soupçonner cela de la part du Mérinita ? Quant au contrôle de son pouvoir, l'Aglos en avait la maîtrise, il le dominait. Il pouvait exacerber ses propres sentiments, les faire exploser, mais toujours il revenait. Il y veillait, sans cesse. Ne pouvait plus perdre le contrôle de lui même aujourd'hui. Il avait des responsabilités. Il avait un rôle. Il se devait de s'y tenir, quand bien même il devait affronter sa propre nature pour cela. Le vide. Là était le plus grand adversaire pour lui.

    - Je vais très bien, les blessures réveillent en moi... quelque chose de bon, on peut dire. Ça rappelle à quel point nous sommes vivants. Quant à Selena... C'était ma sœur oui. Jumelle. Elle est tombé malade quand on était enfants, nos parents n'avaient pas les moyens de la faire soigner.


Il marqua une petite pause, contemplant la bouteille qu'il tenait un court instant avant de la reposer, profitant d'un siège non loin pour s'asseoir. Depuis combien de temps n'avait-il pas parlé d'elle à quelqu'un ? Neikea certainement... Il avait tout partagé avec elle. Depuis... Personne. Jusqu'à ce que...

    - Je ne saurais t'expliquer pourquoi. Depuis que j'ai revêtu l'écaille... J'avais l'impression d'être constamment suivi. Comme si une présence était là, en continu. Son ombre m'est apparue quelques semaines après ma première visite dans la geôle des Abysses. Je ne suis pas idiot, je me doute que c'est lié. Elles s'insinuent en moi, en cette écaille petit à petit. Elles l'ont fait revenir en quelque sorte pour veiller sur moi. Elle est là sans vraiment l'être.


Il fixait le vide, un pan de mur. N'avait pas l'habitude d'en parler. Pourtant il le fit sans aucun mal, se sentant plus proche d'Orpheus après avoir eu cet échange avec lui. Beaucoup de choses s'étaient passées, des échanges non verbaux, des similitudes troublantes... Oui. Il se sentait libéré un sens, malgré les pensées qui tournaient, les souvenirs de cette petite fille aux longs cheveux cuivrés qui courrait dans les ruelles blanches. Il tourna son regard vers Orpheus, puis vers Aurora.

    - Depuis le premier jour, je vous envie tous les deux.


Ils étaient proches, veillaient l'un sur l'autre, toujours présents... Ils se parlaient, riaient, pouvaient se prendre dans les bras. Il donnerait tout pour vivre à nouveau de tels moments.

Tout.


[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge900/900[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyLun 8 Juin - 0:00
Les dégâts ? Il haussait les épaules alors que le Kraken proposait de gérer les réparations. Sa qualité de Légat facilitait grandement ce genre de démarche et il n'avait pas à en faire payer le prix à un général à qui il avait précisément demandé de se lâcher. La discussion était donc close à ce sujet. Pour le reste, il y avait visiblement matière à échanger. Ce qui arracha un sourire au Borgne.
    - Difficile en effet. C'est là tout l'intérêt de ce pouvoir. Je pense que rare sont ceux à s'attendre à ça de la part de la Voix de Poséidon. Venant de la Sirène Maléfique, c'est logique. Mais de moi ?

Il est vrai qu'il avait travaillé son don pour que celui-ci atteigne cette perfection avec les sirènes. Nul doute qu'on pourrait aisément le confondre avec d'autres pouvoirs mais de cela Orphéus s'en moquait réellement. Il prenait plaisir à manipuler les sens de ses adversaires et ce n'est pas aujourd'hui qu'il changerait son fusil d'épaule. Vint alors une histoire plus triste. La maladie de sa soeur.

Le destin pouvait se montrer bien cruel en vérité et perdre sa soeur était une souffrance, il en était convaincu. D'ailleurs sa relation avec Aurora était telle qu'il ne savait pas s'il pourrait se relever en cas de gros pépin. Ils en avaient déjà discutés tout les deux. Et elle s'était montrée autoritaire sur ce point, bien plus que d'ordinaire. Cette dernière perçut d'ailleurs l'hésitation de son frère, jetant un regard par dessus son épaule. Il lui adressa un sourire alors qu'elle s'approchait.
    - Aucun mot ne peut exprimer la peine qui habite mon coeur, mon ami. Mais je sais cette perte difficile à accepter. Je ne saurai imaginer les conséquences si cela devait m'arriver.

Aurora passa sa main sur le bras de son frère. Elle aussi comprenait les deux hommes. Elle aussi, elle serait inconsolable si un malheur devait subvenir. Mais pour son frère, elle tomberait sans hésiter. Elle l'avait déjà prouvé, à en croire la cicatrice qui lui barrait le visage. Elle prit alors la parole :
    - Je ne m'y connais pas en armure. Mais je m'y connais en lien fraternel, surtout pour des jumeaux. Si elle est apparue, c'est qu'elle le souhaitait. Et que toi aussi. Tu as raison de penser qu'elle est là sans vraiment l'être. Je pense que ce pouvoir que j'ai perçu, cette force qui est en toi, à besoin d'un catalyseur. Et c'est Selena. Elle t'empêchera de sombrer dans ces ténèbres. Tout simplement car elle s'y trouve elle même. Cette perte est terrible. Mais elle veille toujours sur toi.

Il partageait son point de vue. Deukalyion enviait ces deux-là et il pouvait aisément le comprendre. Sans doute lui rappelait-il l'union qu'il avait eu avec Selena, ou la symbiose potentielle qu'il aurait eu les années passant. Il était difficile de s'imaginer perdre une soeur. Orphéus souhaitait ne jamais avoir à subir pareille perte. Il savait qu'il en deviendrait fou.
    - Je suis sincèrement désolé. Ce ne sera qu'un maigre réconfort mais sache qu'au besoin, tu pourras toujours compter sur moi. Sur nous. A défaut d'être lié par le sang, d'autres valeurs nous unissent.

Il se tût un instant, prenant de quoi boire et tandis un verre tour à tour aux deux autres protagonistes. Il leva alors ce dernier.
    - A Selena.


Citation :
Si tu veux conclure à un moment, tu me dis ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-bleu1350/1350[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-rouge850/850[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-rouge  (850/850)
CC:
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] G-jaune1600/1600[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]   [Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] EmptyJeu 11 Juin - 20:47
Indestructible

Ils se rapprochaient déjà. La simple évocation de cette disparition semblait résonner en eux, leur instinct dictait alors son ordre le plus clair : Ne vous quittez pas. Il s’enjoint à leurs sourires. Ils les écoutait alors. L'un après l'autre, partageant la peine, la comprenant au moins un peu. La simple idée pouvait suffire dans ce cas.

Entendre parler Aurora était plus rare cependant. Et encore plus pour une si longue phrase. Malgré les années passées aux côtés de son frère, Deukalyion n'avait jamais interagi avec elle, il n'avaient même jamais discuté... Etait-ce la première fois, qu'ils s'adressaient l'un à l'autre aussi profondément ? Peut être bien oui. Il reprit une longue gorgée, lui réchauffant accessoirement le buste. Aurait-il pu imaginer autant de chose de cette simple journée ?

    - Je vous remercie l'un comme l'autre. Peu de gens sont au courant, aussi je ne voyais que vous qui seriez capable de comprendre. Faites bien en sorte que cela n'arrive jamais. J'y veillerai aussi, autant que je le peux.


Il tenta de se lever de ce siège bien trop confortable une première fois mais les douleurs l'en empêchèrent, faisant passer dans ses muscles et ses nerfs un puissant courant électrique. Il s'y repris donc une nouvelle fois, non sans laisser s'échapper un petit souffle. L'écaille avait bien rempli son office... et pourtant les attaques d'Orpheus furent pour le moins insidieuses, avaient sur passer outre la protection d'Orichalque. Il allait devoir se faire soigner oui.

    - Cet échange a été instructif, sur bien des points... Je saurai songer à vos paroles. Sur ce, je vais vous laisser. Je dois aller faire recoudre ces vilaines plaies haha. Continuez à veiller l'un sur l'autre, je ne suis pas loin pour veiller sur vous deux.


Un petit clin d'oeil, non sans douleur grâce à la magnifique griffure sur sa pommette. Les sirènes étaient dangereuses oui... Tout comme pouvait l'être Orpheus. Les deux jumeaux ne sauraient être séparés. Il en était sûr, et œuvrerait pour cela. Pour Atlantis. Pour chaque famille de cette cité. C'était son rôle. Le voilà donc, prêt à quitter la pièce, cependant il s'arrêta devant la porte.

    - Une dernière chose Orpheus. Je me doute que tu y as déjà songé mais... il serait bon d'envoyer le Général Endymion en mer rapidement, histoire que nos futurs invités ne le croisent pas...


Nul doute qu'il comprendrait. Aussi, il n'attendit aucune réponse et franchit la porte, laissant son écaille revenir sur son corps. Direction : Les prêtresses de Poséidon. Elle sauraient le soigner et n'étaient pas très loin...


[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion] Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken
 
[Janvier 553]Le chant des Sirènes [Combat Deukalyion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Temple de Poséidon-
Sauter vers: