Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Janvier 553] L'Invitation de la Mer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyDim 17 Mai - 18:32
Un carrefour. Une croisée des chemins entre les peuples. Une ville entre terre et mer. C'était là que naissaient et mourraient les Empires, et où toute la Sagesse du monde était amassée. Alexandrie avait rempli ce rôle, autrefois, lorsque les lignées des souverains véritables d'Egypte avaient été remplacées par une nouvelle, issue du lieutenant du Conquérant qui avait donné son nom à la cité. Le règne de Ptolémée et de ses descendants avait à la fois signé le glas du Cycle des deux Egypte, et entamé un nouvel âge d'or sur ces terres... Qui à son tour, avait finit par prendre fin. Le carrefour du monde n'était plus ici, désormais. Alexandrie avait été relayée au rang de relique du Cycle précédent.

Tout cela, Rudjek le lisait dans la Bibliothèque emblématique d'Alexandrie. Dans des livres, bien sur, qu'il consultait dans l'espoir d'en apprendre plus sur les Dieux Grecs et sur les étranges paroles que la Muse lui avait murmuré, des années plus tôt. Mais surtout dans les murs. Les pierres de ce temple du savoir lui apprenaient plus encore que les lettres des vieux parchemins. Détruite, reconstruite, modifiée... La Bibliothèque portait en elle toutes les traces du Cycle qui fut. Alors que l'Architecte posait ses mains sur les plus anciennes pierres, il pouvait ressentir la volonté, la vision de ceux qui avaient tour à tour bâti ce lieu. Le Grec qui avait voulu reconstruire ce que l'incendie avait brûlé. Le Romain qui avait voulu remplacer le style original pour que Rome puisse s'approprier la Bibliothèque et son savoir. L’Égyptien... Il ne savait quoi penser de l’Égyptien. Il y avait dans son oeuvre un souhait de construire un lieu dédié aux arts, certes, mais également... Mettre en avant le savoir pour cacher autre chose derrière sa brillance? Ces murs cachaient encore quelque chose. Malheureusement, même si analyser l'agencement de la célèbre Bibliothèque d'Alexandrie était une activité absolument passionnante, ce n'était pas ce que Rudjek était venu y accomplir.

Voyage rimait avec apprentissage. Il avait prit à cœur, presque trois ans plus tôt, de suivre les paroles de la Muse Uranie. Après avoir voyagé partout en Egypte pour compléter ses connaissances et son savoir-faire, il avait pris la route vers le Nord. Si prendre la mer et gagner l'antique Rome était son objectif, l'étape à Alexandrie était nécessaire. Pour trouver un bateau, tout d'abord. Pour en découvrir plus sur les secrets occultes des anciens peuples de Grèce et d'Egypte, ensuite. Rudjek avait laissé cette première considération à des personnes de confiance. Quant à la seconde...

    - Quelle déception. Quelle tragédie! Les Muses doivent larmoyer de voir ainsi ce lieu qui leur était consacré dans un si triste état... Peut-on encore parler de bibliothèque, alors que l'on y trouve aujourd'hui plus de mendiants que d'érudits? Quoique... Vu mes résultats jusqu'ici, leurs conseils seront peut-être plus avisés que ceux de ces pages poussiéreuses.

L'Oracle de Kephri, vêtu d'une robe blanche en tissu, attachée au niveau de la taille et des épaules par des cordelettes, passa un regard fatigué autour de lui. Il s'était isolé dans une salle d'étude à l'écart des grands halls de la Bibliothèque, où bon nombre de personnes quémandaient les rares visiteurs. Ces derniers étaient d'ailleurs plus souvent là pour admirer le bâtiment que les ouvrages. En l'absence de fonds et de curateurs, l'entretien des lieux laissait terriblement à désirer. Quelques rares passionnés veillaient à ce que la Bibliothèque ne tombe pas en ruine, mais les moyens à leur disposition manquaient.
Et les livres? Les livres étaient peut-être ce qui causait le plus grand chagrin à Rudjek. Il avait réuni autour de sa table bon nombre d'ouvrages et de parchemins qu'il avait trié au cours de ces derniers jours, mais ces piles lui laissaient le sentiment d'être bien moins hautes que ce qu'elles auraient du être. L'énorme livre qu'il parcourait, l'index regroupant les titres et sujets des ouvrages de cet illustre lieu, laissait envisager que plusieurs vies n'auraient pas été suffisantes pour tout assimiler. Mais dans les faits, la plupart des ouvrages de la bibliothèques étaient manquants. Détruits. Volés. Déplacés... ne subsistaient que de bien maigres restes de ce qui avait autrefois été le plus grand recueil de connaissances du monde connu.

Rudjek claqua de la langue sous l'effet de la frustration. Ce spectacle, les autres visiteurs de la Bibliothèque l'avaient déjà vu à plusieurs reprises ces derniers jours. L'Architecte s'était donc volontairement isolé dans cette alcôve pour leur épargner ses éclats de plus en plus fréquents. Qu'il était douloureux de savoir que toutes les réponses à ses questions s'étaient trouvé ici, mais que la médiocrité de ceux qui l'avaient précédé avait amené la ruine de ce trésor. Il aurait pu partir et laisser derrière lui ce triste spectacle... Mais plus encore que la négligence, Rudjek détestait davantage laisser un travail inachevé.

Des bruits de pas se firent entendre dans le couloir, faisant dévier les yeux dorés de l'Oracle vers l'entrée de la salle, où depuis longtemps aucune porte ne tenait. Posant son coude sur la table et son visage dans sa paume, Rudjek se tourna à moitié vers le nouveau venu, qu'il ne distinguait pas encore Il éleva finalement la voix pour s'adresser à lui, la curiosité venant raviver un semblant d'intérêt dans sa voix éreintée.

    - Ai-je encore parlé trop fort? Ou bien ai-je réquisitionné un ouvrage que vous convoitiez? Dans tous les cas, je vous en prie, approchez donc. Un peu de conversation redonnera peut-être un éclat de vie à ce triste vestige.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyMar 19 Mai - 23:19
S'étendant à perte de vue sous ses yeux, l'Hippocampe observait pensivement la Mare Nostrum qui lui faisait face. Etait-elle si lointaine cette époque où il parcourait avec insouciance les Sept Mers, se demandant simplement quelle quantité de richesses leur navire allait pouvoir amasser la journée suivante ou dans quelle ville ils pourraient faire escale pour se ravitailler? Parfois entendait-il encore les rires des marins de son père se gaussant grassement devant une des blagues de leur Capitaine alors que ma mère venait de faire irruption sur le pont. Si cette époque lui manquait? Pas vraiment. Car si l'ignorance avait sans nul doute certains avantages, jamais il ne pourrait refermer cette porte qu'il avait ouverte. Tant de richesses dont il n'avait pu jouir pendant toutes ces années. Tant de merveilles dont il ne soupçonnait même pas l'existence. Une vie à côté de laquelle il serait passé si Elle n'était pas intervenue. Et pour cela, il lui serait éternellement reconnaissant.

Alexandrie. Cette magnifique cité dans laquelle les Hommes se succédaient depuis des siècles, en quête de réponses et de connaissances. Sa Bibliothèque enviée par les érudits du Monde entier. Son Phare dont la lumière avait apporté espoir à tellement de marins. Peut-être aurait-elle eu un jour la chance de se hisser sur les traces de la merveilleuse Atlantis. Si seulement les Vulgaires n'avaient pas commencé à lentement la ronger. Tels une maladie. Non, un fléau. Érodant tout ce qu'ils touchaient et l'amenant lentement mais sûrement vers la décrépitude. Une sorte de chaine alimentaire lui avait décrit le Légat. Dont les hommes se croyaient au sommet et imposaient leur place au reste du monde. Plus le temps passait et plus il constatait cette vérité. Heureusement que certains étaient là pour ramener les choses comme elles devaient l'être. Heureusement.

Un brin de mépris dans le regard, il avait tourné son visage en direction de ladite cité. A chaque retour d'Atlantis, son état d'esprit demeurait le même. Des pensées assombries, noires. Comme si la splendeur de la cité sous-marine ne faisait qu'accentuer le contraste des imperfections de ce monde. Peut-être davantage encore lorsqu'il ressortait d'une réunion organisée avec les autres généraux de Poséidon. Une réunion où tous les dangers pesant sur leur Sanctuaire remontaient à la surface. Combien d'entre eux deviendraient une réalité dans les semaines ou les mois à venir, il l'ignorait encore. Et aucun de ses vents ne lui avait encore soufflé d'informations à ce sujet. Il faudrait se montrer patient. De toute façon, n'était ce pas ces ordres qu'il avait reçus? Attendre, observer, se préparer. Et si parfois se préparer signifiait affuter sa lame, aujourd'hui il s'agissait davantage de récolter des informations. A cette seule conditions pourraient-ils sortir victorieux des conflits qui les attendaient.

Des grognements dans l'escalier le firent se retourner vers l'entrée de l'étage alors qu'un de ses hommes pointait le bout de son nez. En sueur, le visage rougi tant par la fatigue que par l'alcool qu'il avait probablement ingurgité, l'homme s'approchait de lui en reprenant son souffle.

Mon Général, je vous apporte les informations que vous avez demandées. Reprenant une nouvelle bouffée d'air, jurant sur les trop nombreuses marches de ce maudit phare, il poursuivit Un groupe étrange est arrivé en ville il y a quelques jours et recherche un navire pour se rendre à Rome. L'homme que vous avez ressenti en fait partie. Il se trouve actuellement à la Bibliothèque et ne semble pas vouloir en sortir. J'espère que ce n'est pas encore un de ces foutus pillards...

Drystan avait souri devant cette dernière phrase. Un sourire mauvais qui avait déclenché le silence du soldat qui lui faisait face. Il ne valait mieux pas effectivement qu'il s'agisse de pillards. Car si nombreux étaient ceux qui étaient parvenus à dérober des ouvrages en toute impunité pendant des années, les choses avaient changé depuis qu'il s'était vu attribuer la protection de ce lieu.

Bien, je m'y rends de ce pas. J'ai hâte de savoir qui est ce visiteur inattendu. Dis aux hommes de se tenir prêts au cas où. Sait on jamais.

L'homme avait acquiescé, ajoutant quelques détails quant à la localisation de leur "invité" tandis que le Général avait rapidement redescendu les marches du Phare pour prendre la direction de la Bibliothèque. Qui pouvait bien être cet homme qui ne cachait nullement sa présence dans cette ville? Peut-être ignorait-il tout simplement l'importance de cette ville pour les Atlantes? Ou bien souhaitait-il que quelqu'un repère sa présence? Quelles que puissent être ses raisons, l'homme devait être soit bien inconscient, soit plutôt sûr de lui pour faire preuve de tant de négligence. Et à dire vrai, les deux hypothèses attisaient sa curiosité. Accélérant le pas devant ces réflexions, l'Hippocampe s'était rapidement rapproché de sa destination, son excitation grandissant au fur et à mesure que la distance se réduisait. Quelques minutes alors que quelques mendiants s'étaient écartés de lui, apercevant la lame qui pendait à sa ceinture. Quelques secondes, alors qu'il apercevait l'ouverture de la salle dans laquelle l'homme se trouvait.

S'appuyant sur l'embrasure de la porte, Drystan plissa un instant les yeux pour observer l'homme qui l'avait entendu arriver. Plutôt jeune, de carrure assez imposante. Des pupilles dorées lui rappelant partiellement les siennes. Des traits plutôt semblables à ceux des habitants de cette ville même s'il était certain de ne jamais avoir ressenti l'aura de cet homme jusqu'à présent. Quelques richesses apparentes détonnant fortement avec la majeure partie des personnes qu'il pouvait croiser en ce lieu. Et à ses côtés, nombre de livres que l'homme semblait consulter. De quoi l'occuper pendant un long moment si l'homme voulait les étudier dans leur totalité.

Pour répondre à votre seconde question, il me faut savoir quels ouvrages vous consultez actuellement. Et je vois qu'effectivement, vous semblez avoir trouvé nombre de sujets qui vous intéressent dans cette majestueuse Bibliothèque.

Tout en désignant les ouvrages, l'invitant à lui donner quelques détails, Drystan s'était avancé lentement en direction de l'homme. Répondant à l'invitation qui venait de lui être faite tout en observant succinctement les parchemins posés sur la table. Arrivé non loin de son interlocuteur, il s'était simplement adossé contre le mur, plongeant un instant son regard dans celui de l'homme avant de reprendre

Et pour l'autre question, je n'étais pas présent à la Bibliothèque ces dernières heures alors je ne peux juger de votre potentielle nuisance. Même si je n'ai rien entendu de réellement gênant en arrivant. Néanmoins, je dois admettre que vous avez une capacité toute particulière pour vous faire remarquer au sein de cette cité. La moindre brise, le moindre souffle laisse courir le bruit d'une compagnie de passage dans cette cité et cherchant à rejoindre Rome. Alors je ne pouvais pas rater l'occasion de venir rencontrer un de ses membres. Et si je m'attendais à rencontrer quelqu'un de spécial, je ne pensais pas croiser un riche Seigneur au sein de cette bibliothèque. Puis-je vous demander à qui ai je l'honneur? Pour ma part, vous pouvez m'appeler Drystan. Un...Protecteur de cette cité. Cherchant à éviter qu'elle ne sombre plus profondément encore. Et à accueillir les personnes remarquables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyJeu 21 Mai - 3:08
Rudjek ne s'attendait à rien de particulier de la personne qui avait troublé son temps d'étude. Qu'il s'agisse d'un pauvre ère faisant la manche ou d'un érudit à la recherche d'un parchemin particulier, ce ne serait pour lui qu'une brève distraction. Un moyen de s'occuper l'esprit un instant, le temps d'oublier la frustration causé par son manque de résultat, tout au plus. Pourtant, alors que ses yeux dorés se portaient sur le nouvel arrivant, cette prédiction fut balayée par l'entrée de l'inconnu dans la pièce.
Il ne portait ni l'habit des hommes de la rues, ni celui des hommes de lettre. C'était un homme d'armes. Une épée à la hanche, le port agile et athlétique, la tenue élégante, mais offrant une grande liberté de mouvements... Autant d'indices qui laissaient peu place au doute quant à l'occupation de ce visiteur. Pourtant, plus que cela, ce fut cette étrange aura qu'il ressenti à l'apparition de l'homme qui le fit réagir. Brièvement, il lui sembla distinguer un halo étoilé autour de sa personne... Mais, le temps d'un battement de paupières, cette impression s'était volatilisée. La surprise pu se lire pendant un bref instant sur le visage de l'Oracle, mais celle-ci se volatilisa tout aussi vite alors que dans ses pupilles dorées un éclat d'intérêt était ravivé.

L'homme répondit à l'une de ses questions par une autre, déguisée. Il ne semblait pas être là pour récupérer un livre, mais ne manqua pas pour autant de lui faire remarquer la grande quantité de ses "emprunts". La remarque arracha un sourire à Rudjek. Son regard se détourna vers la table pour contempler son "oeuvre" que lui désignait le visiteur. Architecture, sculpture, anciennes légendes grecques et égyptiennes... Mais s'y trouvaient également aussi des traités sur d'autres arts, certaines retranscriptions des débats de personnalités du passé... Et, pour les plus rares, des trouvailles traitant de Magie et d'Alchimie. L'Oracle avait, il fallait l'avouer, eu les yeux plus gros que le ventre en parcourant les rayons de la Bibliothèque. Offrir à son visiteur la liste complète serait aussi long que stérile. Aussi, alors qu'il s'approchait, Rudjek se contenta de balayer l'air de sa main dans un geste désinvolte, toujours son léger sourire sur les lèvres.

    - Ah! S'il m'était possible de me consacrer à tous les sujets qui retiennent mon attention, je ne serais pas prêt de ressortir d'ici. Néanmoins, mon temps en ces lieux est, à mon grand regret, compté. Je m'évertue pour l'heure à trier les recueils susceptibles de contenir les informations que je recherche de ceux qui n'ont qu'un intérêt limité. Malheureusement, il semblerait que la plupart ne se trouvent plus ici...

A cette dernière remarque, le sourire de l'architecte s’effaça pour laisser paraître une pointe de regret. L'homme d'armes s'avança pour s'adosser à un mur, juste devant l'Oracle. Malgré sa démarche calme et détendue, il conservait une légère distance entre eux. Celui-ci était prudent, même si Rudjek ignorait pourquoi à vrai dire. Cet élément, plutôt que de l'inquiéter, venait renforcer son intérêt pour cette apparition fortuite. Il y avait chez cet homme quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti aussi fortement. Peut-être allait-il au final trouver ce qu'il cherchait, non pas dans un livre, mais dans une discussion cordiale?

L'inconnu lui expliqua alors que, s'il n'avait pas entendu quoi que ce soit à son sujet dans la Bibliothèque, Rudjek et sa troupe avaient néanmoins attiré son attention. Il se présenta comme Drystan, un homme protégeant la cité de la déchéance... Et veillant à accueillir les hôtes de marque, selon ses propres dires. Si l'Oracle pouvait admettre ne pas avoir veillé à se faire particulièrement discret, il ne voyait cependant pas pour autant comment sa compagnie et lui auraient pu susciter autant de remous. S'étant redressé sur sa chaise pour joindre ses mains et croiser les jambes en écoutant l'homme, Rudjek resta silencieux quelques instants, semblant réfléchir à sa réponse. Après plusieurs secondes durant lesquelles les deux paires de pupilles dorées se fixèrent, l'Egyptien se décida à répondre aux interrogations du dénommé Drystan.

    - Vous me surestimez! De "Seigneur", je n'ai jamais eu le titre. Il est vrai que la fortune m'a souri, mais je demeure un simple artisan, allant là où mes projets me mènent. Mon nom est Rudjek. J'ai parcouru les terres de Basse et Haute Egypte en offrant mes services d'architecte à ceux qui en avaient les moyens... Ainsi qu'à ceux qui ne les avaient pas, mais méritaient mon aide par d'autres qualités.

L'Oracle adressa un sourire qui se voulait amical à son interlocuteur. Se relevant de sa chaise, il fit quelques pas vers Drystan pour effacer autant physiquement que symboliquement la distance entre eux, et lui tendre une main afin de sceller leurs présentations. Alors qu'il attendait un quelconque geste du protecteur en retour du sien, Rudjek continua la conversation en revenant sur les propos que Drystan avait évoqué tantôt. Il était curieux d'en apprendre plus sur cet homme, et les véritables raisons qui l'avaient poussé à venir à sa rencontre. Et s'il fallait danser sur le fil des devinettes et des demi-vérités pour obtenir des réponses, alors ainsi en serait-il.

    - Moi-même et les membres de ma compagnie cherchons effectivement un transport pour gagner Rome. Il est temps pour nous de découvrir d'autres paysages, d'autres cultures, et de parfaire notre savoir-faire. Cependant ni le fait de chercher un navire dans un port, ni le fait de chercher un livre dans une bibliothèque, ne m'apparaissent comme particulièrement inhabituels dans une ville comme Alexandrie. Un de mes hommes a-t-il donc commis une offense susceptibles d'attirer le regard de ses gardiens? Par ailleurs, vous vous présentez comme protecteur de cette cité... Dois-je en conclure que vous tenez votre autorité de l'Exarque du Caire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyDim 24 Mai - 22:17
Architecture, sculpture, légendes, multiples étaient les sujets qui se situaient sur la table de l'homme qui lui faisait face. Il ne distinguait aucun fil conducteur dans ses recherches, aucune référence qui puisse réellement attiser sa méfiance. Il semblait être simplement en quête de connaissances et profitant des richesses de la Bibliothèque pour apprendre. Ne restait qu'à s'assurer qu'il n'était pas en ces lieux pour "emprunter" certaines de ces connaissances ou même qu'il ne s'agissait pas là d'une couverture pour d'autres motifs qui lui seraient cachés. Après tout, les apparences étaient certes du côté de cet homme mais il ne pouvait ignorer ce qu'il avait ressenti. Ecoutant sa réponse quant aux sujets qui l'intéressaient, Drystan eut une réaction similaire à celle de son interlocuteur lorsque sa dernière phrase fut prononcée. La disparition de nombreux ouvrages de cette bibliothèque.

Vous avez raison. Il parait que cette Bibliothèque regorgeait de connaissances il y a des années de cela. Mais voilà, les Hommes sont ce qu'ils sont. Ils prennent ce qui les intéressent et détruisent ce dont ils n'ont plus besoin. Si personne ne prend la peine de les remettre dans le droit chemin, ils finiront par détruire l'ensemble du monde et il finira comme cette Bibliothèque. Vidé de toutes ses richesses, en ruines. Qu'en pensez vous? Vous semblez vous-même bien dépité par toutes les connaissances que vous auriez pu y trouver?

Qui pouvait bien être cet homme? Pas un pillard, pas un destructeur. Simple voyageur qui semblait découvrir Alexandrie pour le première fois, au vu de la voracité dont il faisait preuve devant toutes les possibilités qu'elle offrait. Lorsque l'homme reprit la parole pour répondre à son appellation de Seigneur, Drystan eut un sourire amusé sur le visage. Humilité, générosité et soif de connaissance. L'hôte idéal pour la Bibliothèque d'Alexandrie s'il se fiait simplement aux informations que l'homme lui donnait. Pourquoi pas après tout. Il fallait bien qu'au milieu de toutes ces mauvaises graines on puisse parfois trouver quelques personnes dignes d'intérêt. Une réflexion qui, dans d'autres circonstances, aurait pu s'arrêter là. Mais pas aujourd'hui. Face à cet homme, il avait besoin d'en apprendre davantage. Bien davantage. Alors seulement pourrait-il se faire une véritable opinion sur la personne. Serrant la main de l'homme pour répondre à ses présentations, il répondit

Rudjek. Généreux architecte parcourant l'Egypte pour proposer ses services. Voilà qui est bien intéressant. C'est un honneur de vous rencontrer! J'ai moi-même eu l'occasion de d'apercevoir des architectures que je n'avais jamais imaginées ces dernières années. J'imagine qu'elles vous plairaient. Peut-être un jour... Enfin. Êtes vous simplement de passage pour consulter les richesses de la Bibliothèque en attendant de vous rendre à Rome? Rome n'est pas une ville sûre pour tout le monde. Peut-être avez vous des chantiers à y reconstruire? Il parait que les conflits des dernières années y ont causé de nombreuses destructions, certaines plus importantes que d'autres. Mais vous devez le savoir vous-aussi. En votre qualité d'architecte je veux dire.

Amusé par ses dernières allusions, Drystan observera la réaction de l'homme qui lui faisait face. S'il était réellement un éveillé, peut-être verrait-il dans ses propos autre chose que de simples discussions sur les destructions de l'Empire Byzantin. Ou peut-être pas. Peu d'occasions s'étaient offertes à lui de croiser des Eveillés en dehors d'Atlantis et il n'avait par conséquent que peu d'expérience quant à la manière d'aborder les autres camps. Méfiance était le maître mot qui lui avait été conseillé. Et il avait entendu dire que les Berserkers étaient des brutes sans cervelles. Cela ne correspondait pas vraiment à la description de cet homme. Alors qui était-il. Perdu dans ses réflexions, s'interrogeant quant à l'identité de Rudjek, une légère brise vint soulever certains parchemins posés sur la table. Peut-être Lips cherchant à lui montrer quelque chose. Une remarque provenant de Rudjek attira l'attention de l'Hippocampe qui ne put retenir un léger rire devant la mention de son appartenance aux troupes de Jean de Cappadoce.

Je ne pensais pas que je ressemblais à un de ces soldats byzantins. J'avoue que je suis un peu déçu. Enfin, je vais croire que cette idée est liée à l'épée à ma taille. Mais non, je n'appartiens pas à ces armées. Je sers une tout autre autorité. Bien plus respectable selon moi. Une autorité qui a elle-aussi à coeur la sécurité de cette magnifique cité. Un sourire amusé sur le visage, il reprit Je vous rassure, aucun de vos hommes n'a pour le moment commis une quelconque offense à mon égard ou à l'égard de cette ville. Et vous ne me semblez pas être homme à vouloir offenser les autres. Si je suis venu, c'est parce que votre présence à vous a attiré mon attention et les vents m'ont conduit jusqu'ici. Votre compagnie cherche peut-être à parfaire ses compétences. Mais vous-même, que cherchez-vous exactement? Vous ne semblez pas servir l'Exarque mais je suis persuadé que vous servez vous-aussi une autorité. Puis-je vous demander quelle est elle?

Aucune trace d'animosité dans le regard de l'Hippocampe mais plutôt une curiosité bien visible tandis qu'une nouvelle brise venait balayer la pièce, apportant une petit parfum marin au milieu des lourdes pierres de la Bibliothèques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyMar 2 Juin - 2:54
Intriguant dans son apparence, l'inconnu l'était tout autant dans ses paroles. Lorsque Rudjek avait divergé en manifestant son regret de n'avoir pu trouver tous les ouvrages qu'il désirait, l'homme avait affirmé partager sa vision des choses. Il semblait même avoir un avis fort tranché sur le sujet. Pour avoir lui-même autrefois été de ceux qui pillaient les vestiges du passé sans se douter de leur importance, l'Oracle n'ignorait rien des raisons qui pouvaient pousser certains à vouloir se les accaparer. Il se réservait cependant pour l'heure d'en dire d'avantage à ce sujet avant d'en savoir plus sur l'identité de cette personne. Venait-il de tomber sur un curateur de la Bibliothèque quelque peu difficile? Rudjek préféra pour l'instant éluder la question afin d'en apprendre d'avantage.

    - Ce que j'en pense... Vous êtes bien cruel, de demander ainsi à un simple citoyen son avis sur le triste état de sa nation. Ou de ce qu'il en reste... Il y aurait de quoi débattre jusqu'à la nuit tombée. Je préférerais pour l'heure savoir ce qui vous amène.

Les présentations furent faites, et les deux hommes se serrèrent la main. Pourtant, un parfum de méfiance et de mystère persistait entre les deux hommes. La curiosité et la prudence semblait tirailler aussi bien l'un que l'autre interlocuteur. Derrière leurs pupilles dorées, leurs esprits se livraient à une étrange danse du verbe. En dire un peu, mais pas trop. Glisser un mot, une remarque habile, pour laisser à l'autre deviner son intention. Combien de temps ce petit jeu allait-il persister?

Drystan évoqua l'architecture, son voyage, Rome, et les troubles qui la secouaient depuis quelques années. Un étrange cheminement de pensée aux yeux de Rudjek, qui n'était pas certain de comprendre où son invité voulait en venir. Aurait-il dû comprendre certaines allusions? Le gardien de la cité ne faisait-il pas erreur sur sa qualité, comme quand il l'avait nommé de Seigneur? Que d'incertitudes. L’Égyptien sentit une brise passagère traverser les lieux, troublant un instant ses réflexions en faisant tourner certains papiers qu'il consultait. L'Oracle ne s'en serait pas formalisé d'ordinaire... Mais un ouvrage en particulier commença à voir ses pages se tourner, laissant apparaître des textes en hébreux et des schémas de statues et silhouettes humanoïdes faites de pierre. Retournant à la table d'un pas vif, Rudjek fit mine d'empêcher les vieux parchemins de s'envoler, et referma subtilement cet ouvrage-ci pour le placer sous un autre. Même s'il ne connaissait pas encore la fois de Drystan, ce n'était pas le moment de se faire traiter d'hérétique en dévoilant qu'il s'intéressait à la sorcellerie des anciens peuples.
Ayant arrangé rapidement la table par des gestes prestes et précis, Rudjek se retourna de nouveau vers son interlocuteur. Son expression ne laissait rien échapper de ses doutes. N'affichant à son vis à vis qu'un sourire agréable, il entreprit de poursuivre la conversation comme si de rien n'était.

    - Eh bien, Sire Drystan, cet honneur est partagé. On m'a conté la campagne byzantine pour réclamer l'ancienne cité, oui. Cette guerre apporte des dangers, mais aussi des opportunités. J'ai suffisamment confiance en la demande que ce conflit engendrera, ainsi qu'en mes propres talents, pour être prêt à courir le risque qu'une telle entreprise représente. Rome possède toujours, après tout, de nombreux trésors dont on ne saurait tarir la radiance. Mais vous semblez bien plus au fait que moi de ce qu'il se passe en Italia. Ce sera, pour ma part, mon premier voyage hors d'Egypte. Je ne peux me vanter d'être familier avec ces contrées.

Rudjek disait vrai. Il n'avait de toute manière que peu de choses à cacher. Les seuls éléments qui donnaient un semblant de but à son errance étaient les mystérieuses paroles d'une Muse désincarnée, et les rêves qui se poursuivaient, plus énigmatiques les uns que les autres, depuis son retour dans ce monde de lumière. Ce n'était pas le genre de chose qu'on l'on avouait quand on gardait un minimum de bon sens. L'Oracle, en tous cas, pensait que réveiller ce genre de détail ne ferait qu'éveiller d'avantage la suspicion et la méfiance de Drystan. Cela aurait été dommage! Alors que cette conversation s'engageait si bien.
Le rire de l'homme à la barbe finement taillée résonna, sincère mais mesuré, dans la pièce. Visiblement, le fait d'être associé aux Byzantins l'avait amusé. Le reste de ses paroles éveillèrent l'intérêt de Rudjek, mais le laissèrent au final sur sa fin. Ainsi, il obéissait à quelqu'un d'autre, plus respectable? ... De toute évidence, l'homme ne portait pas Constantinople dans son cœur. Mais quelle autre puissance dans la région pouvait être la sienne? La Perse? Les rebelles du Sud qui planifiaient une révolte? Il n'avait le profil ni des uns, ni des autres. Le mystère restant entier, Rudjek glissa une excuse pendant les paroles de son interlocuteur.

    - Oh? Une autre autorité que Constantinople? Pardonnez-moi. J'avais naturellement pensé que... Mmh...

L'Oracle laissa Drystan poursuivre. Il répondit à la plupart de ses questions, mais d'autres apparurent vite. La simple présence de Rudjek avait attirer son regard, et les vents l'auraient poussé jusqu'à lui. Et voilà à présent qu'il était convaincu que l’Égyptien, lui aussi, obéissait à quelqu'un. Peut-être les prophéties et les rêves avaient eux aussi une place dans cette discussion, après tout. L'improbable se faisait de plus en plus prégnant dans leurs paroles. Rudjek prit quelques instants pour mesurer ses paroles, puis répondit finalement d'un air pensif, en prenant son menton dans une main.

    - Vous me voyez soulagé de savoir que ma compagnie n'a pas commis d'impair. Cependant vos paroles demeurent bien mystérieuses. Je vous assure que la soif de connaissance est bel et bien la seule motivation à ma présence en ces lieux. Quand à mon allégeance, je ne saurai quoi vous répondre... Je n'ai d'autre maître que moi-même, et le Soleil. Sa course guide la mienne, et lui seul a la légitimité de juger de mes actes sur cette terre. Même si j'en suis flatté, je crains ne pas saisir la cause de l'attention que vous m'accordez. Éclairez-moi donc. Sur ces vents qui vous guident. Sur ceux que vous servez... Voulez-vous peut-être boire quelque chose? J'ai de la bière du Sud ici, au miel et aux épices.

Joignant le geste à la parole, l'incarnation de Képhri porta la main à sa sacoche, posée au pied de la table, et en retira un petit pichet scellé. Il avait déjà des verres sur la table, et sa gorge commençait à se faire sèche à parler avec autant de précaution. Rudjek ouvrit le pichet pour verser le liquide ambré dans un des verres, avant de se rasseoir, invitant Drystan d'un geste à se joindre à lui. Ses dernières paroles, quoique toujours empreintes de prudence, laissaient une ouverture pour que son visiteur puisse le rejoindre sur un terrain qu'ils arpentaient tous deux. Du moins, il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyMar 9 Juin - 22:12
Plutôt intéressé par l'avis de son interlocuteur quant à l'état de cette Bibliothèque, Drystan avait affiché une mine légèrement déçue devant le refus qui lui avait été opposé. Certes, les arguments de l'homme étaient plutôt justes quant à la possibilité pour un tel débat de s'éterniser. Ainsi qu'à l'égard des autres sujets bien plus prioritaires qu'une telle discussion. Mais l'opinion d'une personne sur Alexandrie permettait généralement d'en apprendre énormément sur sa personnalité. Dommage. Peut-être plus tard lorsqu'il aurait enfin obtenu les informations qu'il recherchait. Et tout particulièrement sur l'identité réelle de cet homme. Une énigme que sa première tentative ne l'avait pas aidé à résoudre.

Observant la réaction de Rudjek devant la brise qui s'était soudainement levée, l'Hippocampe ne put retenir un sourire amusé. Certes, l'homme n'était pas resté de marbre devant cet évènement inattendu. Mais pas vraiment pour la raison à laquelle il s'attendait. Se précipitant vers les parchemins qui s'étaient légèrement déplacés, il les avait rapidement remis en place, ne lui laissant le temps que d'apercevoir d'étranges représentations de statues. Encore un de ces nombreux sujets étranges qui semblaient intéresser l'homme mais qui pour lui n'avait que peu d'intérêt. Une chose était certaine: cet homme tenait tout particulièrement à éviter que ces parchemins ne soient abimés. Par intérêt personnel ou par respect, impossible de savoir. Mais Drystan se plaisait à penser que cela répondait en partie à sa question initiale.

Lorsque tout fut remis en place comme Rudjek le souhaitait, ce dernier revint vers Drystan pour poursuivre leur discussion. Evoquant tout d'abord la Cité Eternelle et les destructions engendrées par le conflit byzantin. Ainsi que les nombreuses richesses que la cité devait encore posséder. A la mention de sa connaissance de ladite ville, accompagnée peu de temps après de légère excuses quant à l'évocation de l'appartenance de Drystan à la garde Byzantine, ce dernier avait finalement répondu, levant une main en signe d'apaisement.

Il n'y a pas de mal, ne vous inquiétez pas. Il me semble en effet plutôt logique de penser que je puisse appartenir aux Soldats Byzantins. Après tout, ils sont plutôt nombreux aux alentours. Bien que j'ai un peu de mal à les imaginer, pour la plupart, se mélanger aux érudits et aux mendiants qui peuplent cette Bibliothèque. D'autant qu'ils doivent avoir d'autres occupations pour le moment. Quant à Rome, je ne m'y suis arrêté qu'occasionnellement par le passé. Je n'ai pas eu la chance d'en découvrir toutes les splendeurs. Peut-être un jour. Si ces barbares ne détruisent pas tout d'ici là. Mais finalement, je pense que je n'ai pas grand chose à craindre. Au vu des compétences dont vous parlez ainsi que votre soif de connaissance, je ne doute pas que vous éviterez que toutes ces richesses disparaissent. Me trompe-je?

Si leurs échanges demeuraient courtois, l'Hippocampe se demandait si ne se cachait pas par moments derrière leurs propos une joute verbale bien organisée. Lui qui essayait de savoir à qui il avait affaire sans dévoiler le premier son appartenance. Et Rudjek qui ne lui avait pour le moment dévoilé aucune information qu'il puisse réellement exploiter. L'homme faisait-il preuve de prudence au vu du lieu dans lequel il se trouvait? Mais dans ce cas, pourquoi avoir permis à n'importe qui de ressentir son Cosmos? Un piège? Non, l'hypothèse était plus que grotesque. Il avait fréquenté maints traitres, filou et brutes par le passé. De nombreux hommes attendant le moment opportun pour vous planter une lame dans le dos. Une sensation difficilement oubliable et qu'il ne ressentait pas en cet instant. Au contraire, les sentiments de l'homme semblaient plutôt visibles et sincères. Comme l'excuse qu'il avait formulée quelques instants auparavant ou son soulagement de savoir que sa troupe n'avait causé aucun trouble. Une seule parole l'interpelait à nouveau. Le Soleil. Pour les Eveillés, ce nom avait une signification toute particulière. Cet homme était-il un suivant d'Apollon? Ou avait-il simplement usé de ce mot dans un élan philosophique comme auraient pu le faire de nombreux vulgaires? Il fallait qu'il en ait le coeur net. S'asseyant face à Rudjek, il acquiesça avec enthousiasme à sa proposition.

Je ne peux évidemment pas refuser une telle invitation, je suis toujours amateur de découvrir de bons breuvages! Si son engouement était réel quant au partage de cette bière que l'homme lui proposait, Drystan reprit un ton plus sérieux pour répondre aux questions qui lui était posées Ces vents qui me guident... Connaissez-vous la Légende des Vents mon ami? On m'a conté un jour que les Vents étaient enfants d'Apollon, il y a bien longtemps de cela. Mais suite à son refus de participer à la Titanomachie, ses enfants lui auraient été confisqués pour être mis à la garde du Dieu Eole. Sauf l'un d'eux qui serait parvenu à rejoindre son père, Zéphyr. Marquant une pause, amusé, pour observer la réaction de son interlocuteur, il poursuivit Enfin, ce sont des Légendes, je ne saurais dire ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. Mais je me plais à penser que certains de ses enfants veillent sur moi, et ce même si je ne vénère pas le Soleil pour ma part. Plutôt les Océans, les Flots. Et leurs maîtres incontestés que sont le Seigneur Poséidon et la Déesse Amphitrite. Les Protecteurs de la belle Alexandrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyVen 12 Juin - 23:48
Rudjek se permit de laisser échapper un soupir lorsque Drystan lui avoua ne pas avoir plus d'information concernant ce qu'il se passait de l'autre côté de la Mare Nostrum. L’Égyptien avait espérer trouver dans une ville comme Alexandrie un voyageur ou un marchand pour le renseigner sur sa destination, mais les rumeurs qu'il avait pu réunir jusque là avaient été au mieux confuses, au pire inquiétantes. Il n'avait de toute évidence pas d'autres choix que de se rendre sur place, et constater la chose de ses propres yeux. On disait, après tout, que tous les chemins menaient à Rome. Peut-être oubliait-on de préciser également qu'il n'y avait pas de raccourcis pour s'y rendre?

Le visiteur chercha au passage à sonder les intentions de l'Oracle quand aux richesses de Rome, évoquées plus tôt. A cela, l'intéressé ne répondit que par un sourire énigmatique. Les préserver? Cela aurait été bien au-delà de ses compétences. On ne pouvait entraver la rotation de la Roue du Temps. Pourtant Drystan avait l'air d'être de ceux qui s'y consacraient. Un noble objectif, mais ultimement futile. Quant à lui répondre... Rudjek en était pour l'heure incapable de lui répondre. Était-il appelé à Rome pour sauver la ville de son déclin? L'accélérer? Ou seulement en être témoin? La Muse lui avait dis qu'il comprendrait en temps voulu quelle était sa place. Ce jour-là, peut-être pourrait-il répondre à la question de Drystan. D'ici là, Képhri serait heureux de pouvoir partager sa boisson avec le protégé des vents. L’Égyptien adressa un sourire radieux à son interlocuteur lorsque celui-ci accepta son invitation et vint le rejoindre à sa table.

    - Je l'ai amené de Thèbes, ma ville natale. Vous m'en direz des nouvelles!

Rudjek s'empressa de verser le liquide ambré dans un second verre, et l'odeur subtilement épicée de la bière se glissa jusqu'à leurs narines. Il s'agissait de ces boissons que l'on pouvait déguster peu importe la température, chose indispensable pour une cité telle que Thèbes. Même s'il était lui-même avide de nouvelles découvertes, avoir le gout de son foyer toujours auprès de soi était un luxe que l'Oracle pouvait se permettre.
Alors que lui-même portait son verre à ses lèvres, il écouta avec avidité le conte de Drystan, qui avait rapidement retenu son attention. Rudjek avait cherché à en apprendre plus sur les mythes grecs, suite à sa vision de la Muse Uranie, en particulier ceux concernant le Dieux des Arts. Et ce récit-là était une nouveauté, allumant dans le regard doré de l’Égypte un intérêt vivace. Ses paroles suivantes, abordant la question de sa vénération pour la mer et ses seigneurs, sonnèrent étrangement familières à l'Oracle de Kephri. Songeur, Rudjek porta de nouveau sa boisson à ses lèvres. Il décida qu'il était temps de mener ce petit jeu à sa fin, mais pas sans remercier Drystan pour lui avoir fait connaitre cette légende à propos de Zéphyr.

    - Je ne connaissais pas cette légende au sujet des Vents et d'Apollon. Je vous remercie de l'avoir partagé avec moi. Il y en a une autre, à propos de Zephyr, que j'ai moi-même entendu au cours de mes errances. Elle raconte comment Apollon et le Vent se sont disputés les faveurs d'un homme, Hyacinth. Que celui-ci ayant préféré le Dieu Solaire au Vent de l'Ouest, Zephyr détourna un disque lancé par Apollon pour le faire se planter dans le crâne de son amant.

Rudjek interrompit ses paroles à un moment dramatique pour reprendre une gorgée de sa bière. Drystan pouvait-il voir où il voulait en venir, en racontant cette légende après la sienne? Quel était le possible lien? Mais l'Oracle n'avait pas l'intention de le laisser s'interroger bien longtemps. Sitôt son verre reposé, il reprit.

    - Cependant... Votre conte me fait reconsidérer les choses. Zephyr a-t-il agit par jalousie? Ou par fidélité et admiration pour son Père, désespéré de le voir se détourner de lui pour un mortel? La loyauté peut être une chose effrayante, parfois. Elle est capable de transformer les hommes pour les rendre capables du meilleur comme du pire. Cela est d'autant plus vrai quand on la dévoue à des entités aussi absolues que les anciens Dieux. Mais poussée à son paroxysme, cette loyauté peut conduire ces entités et leurs agents à vous accorder leurs faveurs. Votre vénération pour les Flots est-elle de cette espèce? Poséidon vous a-t-il accordé l'habit de ses plus fervents croyants... Comme l'a fait le Soleil pour moi?

Cela serait suffisant. Qu'il comprenne ou non le sens caché de ses paroles, Rudjek allait pouvoir déterminer si sa théorie était exacte. Si les autres Dieux, comme Apollon, avaient leurs élus. Et si c'était pour cette raison que l'aura de Drystan était si particulière. Restait à savoir si, une fois les masques tombés, les deux hommes pourraient poursuivre leur dégustation en toute quiétude. Malgré son incertitude, l’Égyptien était confiant. Il avait encore quelques astuces de ses vieux jours pour se dérober à ceux qui lui voulaient du mal. Ce serait à regret, cependant. La conversation avait été jusqu'ici fort agréable, et la voir dégénérer serait un vrai gâchis aux yeux de l'Oracle d'Apollon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyMer 17 Juin - 12:45
Avec enthousiasme et curiosité, Drystan avait observé son interlocuteur verser le breuvage qu'il souhaitait partager avec lui. Nombreuses étaient les habitudes auxquelles il avait du renoncer depuis qu'il était devenu Général de Poséidon. Ne serait-ce que pour donner bonne impression à la population d'Atlantis, dans une relation où son statut de Vulgaire lui avait donné un sacré handicap. Si certaines coutumes pirates étaient rapidement sorties de son esprit, l'opportunité de partager des breuvages exotiques avec ses compagnons d'armes était quelque chose qui lui manquait parfois. Certes, il s'était rapproché de certains de ses gardes et ne s'empêchait pas de partager quelques verres avec eux lorsque l'occasion se présentait. Mais la situation était différente, tout comme l'était indubitablement l'ambiance qui l'accompagnait. En cet instant, en ce lieu inhabituel, avec cet inconnu, il retrouvait en quelque sorte les souvenirs pas si lointains de son passé de joyeux ignorant.

Humant le doux parfum qui émanait de son gobelet, il l'avait finalement porté à ses lèvres, avalant une bonne gorgée du breuvage afin de profiter pleinement des notes épicées qu'il pouvait percevoir.

Je n'ai pas la chance de connaitre la ville de Thèbes. Mes voyages se sont principalement limités au villes côtières de la Mare Nostrum. La jugeriez-vous digne d'intérêt? D'autres intérêts que ce breuvage fort sympathique j'entends.

Égayé par cette découverte plutôt agréable et probablement motivé par l'intérêt non-dissimulé de Rudjek qui semblait boire ses paroles plus vite qu'il ne buvait lui-même son gobelet, l'Hippocampe avait volontiers conté la Légende des Vents qu'il détenait de sa mère, ne sachant pas exactement quelle réaction il en attendait de son interlocuteur. S'il ne s'attendait probablement pas à voir émerger un tel engouement dans les yeux de son auditeur, il avait été à son tour fortement intrigué par l'autre Légende concernant Zéphyr que l'homme lui avait partagée. Zéphyr tuant un homme parce qu'il avait choisi le Dieu Solaire plutôt que lui-même. Amusant. Décidément, ce vent avait vraiment de nombreuses qualités. Derrière cette apparente douceur, peut-être cachait-il une fourberie digne des plus grands assassins? Faire plus souvent appel à lui dans le futur lui permettrait assurément d'en apprendre davantage à ce sujet.

Hé bien, à mon tour de vous remercier pour cette Légende! Elle me plait bien, et me donne envie d'en apprendre davantage sur Zéphyr. Un vrai esprit libre, sans limite, contrôlé par ses idéaux et ses sentiments! Le Vent a décidément tellement de facettes différentes qu'il serait difficile de toutes les connaitre. Je m'en souviendrai. Pour ce qui est de la Loyauté, il est difficile d'avoir un avis vraiment tranché à ce sujet. J'ai croisé la route de nombreuses personnes et peu d'entre elles connaissaient vraiment ce concept. Et pour les autres, j'ai l'impression qu'il s'agissait plutôt d'une notion éphémère. J'imagine donc que la Loyauté a elle-aussi de nombreuses facettes. De l'intérêt commun au fanatisme, en passant par le simple respect. Je me demande bien dans quelle case je pourrais moi-même me placer?

Affichant une moue faussement intriguée, comme s'il faisait mine de rechercher profondément la réponse à cette dernière question, il reprit un sourire amusé lorsque la dernière question de Rudjek retentit. Se levant pour présenter une révérence assurément surjouée - tout en s'assurant de ne pas renverser son gobelet - il reprit la parole

Et voilà que nous arrivons finalement au sujet principal de cette rencontre. Permettez moi de compléter ma présentation de tout à l'heure. Drystan, Général de l'Hippocampe, au service de Seigneur Poséidon et la Déesse Amphitrite. Protecteur de la Cité d'Alexandrie. Si j'ai bien interprété vos paroles, vous ne devriez pas me prendre pour un fou et comprendre de quoi il est question. Et peut-être pourriez-vous alors me compléter vous-aussi votre titre? Et me dire si d'autres objectifs vous amènent en cette cité, ou même en direction de Rome? Peut-être êtes-vous à la recherche de celui qui porte le titre d'Augure d'Apollon et dont j'ai moi-même entendu parler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyDim 21 Juin - 20:22
Il était bon d'ainsi pouvoir converser agréablement autour d'un verre, malgré les circonstances et les subtilités sous-jacentes à leur entretien. Rudjek était agréablement surpris d'avoir trouvé quelqu'un qui partageait son intérêt pour les anciens mythes. Les membres de sa troupe, y compris sa chère sœur, Samia, comprenaient que telle était sa vocation, mais n'avaient pas forcément ni le désir ni les moyens de soutenir une conversation poussée sur ces sujets. L’égyptien se félicita d'avoir pris la décision de faire étape à Alexandrie, plutôt que de directement partir pour Rome. Le temps était peut-être à l'Itinérance, mais la précipitation lui aurait retiré tout son sens, après tout. Le voyage et les rencontres qui en découlaient se devaient d'être aussi importantes que la destination.
Au détour de leur dégustation, Drystan surprit son hôte en le questionnant sur sa ville natale. L'Oracle prit le temps de la réflexion. Rudjek pouvait bien volontiers satisfaire la curiosité du navigateur, après que celui-ci ait répondu du mieux qu'il pouvait à ses questions sur son statut. Cependant, c'était une question compliquée. La ville de Thèbes avait constitué l'entièreté de son monde durant son ancienne vie. Il la connaissait par cœur. Mais à présent qu'il pouvait la voir d'un œil différent? Il se devait d'être honnête avec son invité, même si la réponse allait lui procurer une légère peine.

    - Thèbes était autrefois le siège du pouvoir en Haute-Egypte, la capitale d'un royaume entier... Aujourd'hui ce n'est guère plus qu'une ville de province, un village subsistant à l'ombre des anciens monuments bâtis à la gloire des pharaons. A moins que vous ne soyez, comme moi, féru d'anciennes merveilles architecturales, je doute que vous y trouviez grand chose d'intérêt.

Rudjek doutait, lui-même, jamais revoir cette ville. Il avait laissé son ancienne vie derrière lui, lors de sa renaissance. Il n'oubliait pas. Il ne délaissait pas. Mais il fallait savoir abandonner l'ancien temps pour mieux embrasser le nouveau.

La conversation se poursuivit, abordant les questions des vents, des légendes, de la loyauté. Derrière ces paroles érudites échangées en toute politesse, Rudjek se questionnait. Cet homme qui parlait des vents comme s'il les connaissait personnellement, qui confondait allégeance et loyauté... Il se disait protecteur de la cité, mais à l'entendre était plutôt un voyageur de la mer. Il voulait protéger l'héritage du passé, mais restait élusif sur la culture qui était la sienne. Qui était-il vraiment? La réponse tomba finalement, en même temps que les masques des deux interlocuteurs.

Drystan se releva, et dans une pose se voulant volontairement grandiloquente, se présenta à nouveau. Général de l'Hippocampe, au service de Poséidon et de sa femme, Amphitrite. Un titre qui n'était pas sans rappeler à l'Oracle les paroles de la Muse Uranie, lorsqu'elle lui avait donné le sien. Enfin, le début de ses prophéties allaient pouvoir se mettre en branle. Enfin, Rudjek allait pouvoir avoir des réponses. Face aux questions de son interlocuteur, qui déjà se bousculaient, l'égyptien se contenta de lever son verre avec un large sourire à l'adresse du serviteur du Dieu des Mers.

    - Eh bien soyez rassuré! Nous sommes de toute évidence aussi fous l'un que l'autre. Je suis Rudjek, Oracle de Képhri, au service d'Apollon, pour vous servir. Concernant mes objectifs, je ne vous ai pas menti jusqu'ici. Parcourir ces terres et parfaire mon art est la mission que j'ai reçu d'une des neuf Muses, afin de servir le Soleil au mieux. Aussi, venir en ce lieu qui fut construit en leur honneur me semblait tout indiqué. Ses paroles, et les rêves qui m'assaillent ces derniers mois sont ce qui me guide. Vers le Nord. Vers Rome, où m'attendent cet Augure et les ruines de la Tour des Vents.

Alors qu'il disait ceci, Rudjek termina son verre de bière, dont il faisait tourner les restes au fond de son récipient depuis quelques secondes. Il le reposa alors sur la table, et s'appuyant sur cette dernière se redressa pour venir placer son regard au niveau de celui de Drystan. Il y avait bon nombre de choses dont l'Oracle voulait l'entretenir, à présent, mais une question surpassait toutes les autres par son importance. A moitié pour satisfaire sa curiosité, à moitié par provocation facétieuse, l'Oracle de Képhri questionna le Général sur ses intentions. Ce n'était que justice, après tout ce temps passé à vouloir sonder les objectifs de Rudjek, qu'il en fasse lui aussi les frais.

    - Maintenant que vous connaissez mon allégeance, qu'allez-vous faire, Général de Poséidon? Je n'ai pas connaissance d'une querelle entre le Soleil et son oncle... Mais peut-être les récents événements en Italia ont-ils changé la donne?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptySam 27 Juin - 10:11
Si la ville de Thèbes semblait tenir à coeur à son interlocuteur, il semblait effectivement bien peu probable que Drystan y mette les pieds un jour. Outre son éloignement substantiel des côtes qu'il avait l'habitude de parcourir, la ville semblait avoir passé son temps et ne plus être qu'un éclat subsistant d'un lointain passé glorieux. Peut-être à une autre époque aurait-il envisagé de s'y rendre avec son équipage pour tenter de trouver quelques richesses au sein des monuments demeurant. Peut-être aurait-il rêvé de trouver le Tombeau d'un de ces Pharaons pour s'emparer de montagnes d'or et de pierres précieuses. Mais aujourd'hui, il avait bien d'autres affaires à gérer. Et les richesses de cette nouvelle vie et de la cité d'Atlantis lui suffisaient amplement. Cela ne voulait pas dire qu'il passerait à côté d'un bon butin si l'opportunité se présentait à lui. Mais de là à faire un tel détour. D'autant que maintenant il savait. Il savait que fâcher des entités supérieures n'était pas forcément une bonne idée. Et assurément pas un simple conte pour repousser les pillards.

J'avoue que l'Architecture n'est pas dans mes principaux centres d'intérêts... D'autant que j'ai déjà l'habitude de résider au sein d'une cité où celle-ci dépasse de loin nombre des plus grandes créations humaines. Je vous souhaite d'avoir l'occasion de la visiter, je suis persuadé que vous en seriez vous-même émerveillé...

Laissant ces paroles en suspend, il avait poursuivi ses propos jusqu'à finalement dévoiler sa véritable Nature et son allégeance à celui qui lui faisait face. Après tout, leurs discussions en mi-teintes avaient été amusantes pendant quelques instants mais il ne pouvait passer trop de temps à jouer ce petit jeu. Outre la possibilité de rater une opportunité en voulant se montrer trop prudent, le temps était une ressource rare qu'il ne pouvait se permettre de gaspiller. Enfin, pas pour ce genre de choses. Après tout, le Légat avait confiance en lui, il ne souhaitait pas le décevoir. Et puis, depuis quand le prudence était-elle entrée dans son vocabulaire? Lui qui avait l'habitude de foncer d'abord et de réfléchir ensuite aux conséquences? Ah. Que cette nouvelle vie ne l'avait pas changé. En bien, en mal, tout dépendait du point de vue. Mais au moins, elle avait probablement accru significativement son espérance de vie.

Finalement, Rudjek avait lui-aussi décidé de jouer carte sur table devant la sincérité du Général de Poséidon. Lui avouant son appartenance aux représentants du Seigneur Apollon. Si la mention de leur folie mutuelle avait ouvertement amusé l'Hippocampe, la mention de Képhri ne l'avait pas vraiment fait réagir. Jamais il n'avait entendu ce nom et il ne connaissait pas suffisamment l'homme pour se permettre de lui en demander davantage à ce sujet. Après tout, il aurait été dommageable de vexer son interlocuteur alors que la discussion devenait des plus intéressantes. Drystan écouta silencieusement les explications de l'Oracle, légèrement surpris d'entendre que l'homme comptait se rendre à Rome pour retrouver son Augure. Ses rêves ne lui avaient donc pas dit que l'Augure était emprisonné?

Finalement, l'Oracle se leva pour se placer face au Général de Poséidon, désireux de connaitre son sentiment face à son appartenance aux suivants d'Apollon. L'observant un instant d'un regard facétieux, il leva finalement les mains en signe d'apaisement.

Ne vous inquiétez pas, je n'ai pas l'intention de sortir la lame qui se trouve à ma ceinture. Ni de demander aux vents de vous réduire en morceaux. Après tout, à en croire les Légendes dont nous parlions il y a quelques instants, ces derniers apprécient fortement le Seigneur que vous servez. Il y a des factions pour lesquelles je n'éprouve que peu d'amitié mais les Oracles n'en font pas partie. Je ne suis pas votre ennemi. Pour preuve, voici une information qui pourrait peut-être vous intéresser. Loin de moi l'idée de vouloir remettre en cause vos rêves et vos visions, vous êtes bien plus à même que moi de les interpréter, mais j'émets quelques doutes quant à votre capacité à rencontrer l'Augure du Seigneur Apollon dans les Ruines de la Tour des Vents. En tout cas, ce n'est pas vraiment l'information que les Vents m'ont apportées...

Marquant une courte pause pour observer la réaction de Rudjek et le juger, il reprit finalement

Je peux vous proposer quelque chose mais rien ne vous oblige à accepter. Même si, je suis d'avis que vous auriez de nombreux intérêts à le faire au vu de tout ce que cela vous apporterait. Mais encore faudrait-il que vous-mêmes vous ayez quelque chose à offrir au Seigneur Poséidon. Peut-être pourrais-je alors vous proposer un voyage au sein de la Merveilleuse Cité d'Atlantis. Non pas simplement pour en admirer l'Architecture qui, je n'en doute pas, ravirait le coeur d'un amoureux de l'Architecture comme vous l'êtes, mais aussi pour rencontrer, sous ma supervision, le Légat du Seigneur Poséidon. Il pourrait vous en apprendre davantage sur l'Augure que vous recherchez. Et peut-être même sur les autres Oracles, qui sait. Mais comme je l'ai dit, il faudrait que vous puissiez vous-aussi apporter quelque chose aux Divinités que je sers. Qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyDim 28 Juin - 21:35
Rudjek était ignorant. Il le savait lui-même, depuis que sa vie avait changé, il y a deux ans. Le monde était rempli de choses que son esprit était encore incapable de concevoir. C'était pourquoi il voyageait. C'était pourquoi il apprenait. Mais chaque découverte ne faisait rien de plus que lui ouvrir les yeux sur la réelle étendue de son ignorance.
Alors qu'il buvait les paroles du serviteur de Poséidon, l'égyptien eu l'impression d'être redevenu ce jeune garçon, candide et rêveur, qui creusait et jouait dans la boue du Nil à la recherche de trésors imaginaires... Sauf que quelqu'un venait de se présenter à lui pour lui offrir tout ce qu'il avait passé tant de temps à chercher. L'inspiration. La vérité. De quoi raviver sa conviction.

Sans qu'il s'en rende lui-même compte, Rudjek avait commencé à faire brûler son Cosmos alors qu'il écoutait son interlocuteur. Nulle trace d'hostilité cependant dans son aura! Comme l'indiquait le sourire flamboyant qui traversait son visage, ce n'étaient la que les flammes de sa passion qui s'exprimaient, réchauffant l'air d'un vent chaud semblant venir tout droit du désert. Il ne pouvait pas se retenir! Après tout, l'Homme devant lui déclarait commander aux Vents! Venir d'une cité perdue! Obéir au Dieu des Mers! Connaitre le sort de l'Augure! Et plus encore, il l'invitait à voir tout cela de ses propres yeux! Après lui avoir fait cette offre, Drystan marqua un arrêt, attendant de toute évidence une réponse de la part de l'Oracle.
Celle-ci ne vint cependant pas tout de suite. Tout ce qui s'échappa des lèvres de Rudjek fut un léger rire, au travers duquel il parvint néanmoins à articuler quelques mots.

    - Hmm! La légendaire cite d'Atlantis! Rien de moins! Ha! Hahahahahahaha!

L'hilarité de l'incarnation de Kephri alla crescendo, jusqu'à rayonner d'une joie sincère et incontrôlable, se répercutant dans les murs de l'antique bibliothèque dans un écho puissant. Nul doute que cet éclat enjoué allait attirer de l'attention de la part des autres personnes présentes dans cet édifice, mais Rudjek n'en avait cure! Que la radiance de son rire imprègne les murs moroses de l'endroit! Cela ne pouvait que l'embellir, plus encore que n'importe quelle rénovation!

L'Oracle prit son temps pour calmer son rire. L'air commençait de toute manière à lui manquer. Le sourire toujours aux lèvres et la respiration courte, il se détourna un instant de la table pour retrouver sa contenance. Lorsque ses yeux dorés se retournèrent à nouveau vers le Général de Poséidon, leur éclat avaient retrouvé un certain calme, mais en rien la lumière qui les habitait à présent était toujours belle et bien présente. Rudjek, rayonnant, chercha à apaiser son visiteur. Il ne voulait pas que Drystan se méprenne sur la raison de son rire.

    - Pardonnez-moi. Loin de moi l'idée de me moquer de votre offre. Vous avez tout bonnement pulvérisé mes espérances, Drystan de l'Hippocampe! A tel point que je ne pouvais que rire de leur médiocrité!

L'Oracle d'Apollon ne s'était pas attendu le moins du monde à être ainsi surpris par cet Homme. Aussi assuré qu'il était de sa propre qualité, Rudjek ne pouvait que se faire humble lorsque les Dieux décidaient ainsi de lui jeter sa propre petitesse au visage. Il ne pouvait pas laisser cette occasion offerte par le destin d'en découvrir plus. Aussi, la réponse à l'offre de Drystan allait de soi! Cependant, la condition posée par le marin demeurait. Qu'avait un simple mortel à offrir à un Dieu comme Poséidon? ... Aussi difficile qu'ait pu paraître cette question, Rudjek sembla bien vite résoudre ce problème. Il ne lui fallut que quelques secondes de réflexion les yeux fermés pour, en les rouvrant, dévoiler un regard éclairé et décidé.

    - Vous m'en avez trop dit pour vous arrêter en si bon chemin, Drystan. Vous devez m'en dire plus sur l'Augure! Vous devez me montrer votre cité! Mais si celle-ci est à la hauteur de sa légende, vos maîtres n'auront que faire de mes richesses ou de mes reliques. Aussi, tout ce qu'il me reste à leur offrir est la même chose que je donne à tous mes commanditaires, qu'ils soient misérables ou prestigieux : la perfection!

Arrogant? Assurément. Le cran de Rudjek était après tout à la hauteur de ses talents! Sa déclaration aussi audacieuse qu'elle fut, demandait néanmoins des éclaircissements. L'égyptien reprit donc rapidement la parole, tendant son bras devant lui, paume tournée vers le ciel, comme pour énoncer une évidence.

    - Je suis un artiste. Une fois un ouvrage accepté, je réponds aux demandes de mes clients, je sublime et surpasse leurs attentes! La véritable question est donc de savoir ce que eux demanderont de moi, mon ami! Et pour cela, il me faudra les rencontrer. J'espère que cette réponse pourra vous satisfaire, car c'est la seule que je puisse vous offrir!

Il s'agissait là moins d'un ultimatum que d'un aveu, bien que les formes de celui-ci soient bien étrange, il fallait l'avouer. Rudjek n'était qu'un homme, aussi talentueux soit-il. Il ignorait tout de Poséidon, d'Atlantis, et de ce qui pourrait satisfaire leurs désirs. Mais l'ignorance n'était pas une mauvaise chose. Elle ne faisait qu'annoncer la nécessité de voyager, découvrir et apprendre. Si Drystan acceptait de l'aider à accomplir ce voyage, alors, peut-être, au bout de celui-ci, son ignorance donnerait-elle naissance à quelque chose de nouveau, de grand, de beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptySam 4 Juil - 12:51
Alors que sa proposition était faite, Drystan attendait la réponse de l'Oracle d'Apollon. Un silence s'instilla entre les deux hommes, laissant quelques instants à l'Hippocampe pour réfléchir aux conséquences qui pouvaient en découler. Dans tous les cas, amener un Oracle au Légat de Poséidon ne pouvait être une mauvaise idée. Alors qu'Atlantis ne possédait aucun point de contact avec cette faction, il s'agissait là d'une opportunité non-négligeable pour démarrer cette "relation". Une relation qui n'avait, à l'heure actuelle, aucune raison de mal se passer. Après tout, les Oracles ne constituaient une réelle menace et au contraire, pouvaient devenir une pièce maîtresse sur l'échiquier du Seigneur Poséidon et de sa Déesse. Encore fallait-il que les choses se passent comme prévu.

Idéalement, il aurait fallu que l'Oracle ait des informations à leur échanger. Informations contre informations, l'échange le plus pertinent dans la situation actuelle. Mais au vu des propos de Rudjek, il était fort probable que ce dernier ne soit actuellement pas en possession de toutes les cartes dont ils avaient besoin. Qu'à cela ne tienne, il fallait espérer que l'homme aurait d'autres moyens de négociations à sa disposition. Alors qu'il tergiversait encore intérieurement sur les évolutions à venir, le rire de l'Oracle tira le Général de ses réflexions. D'abord léger, il grandit lentement jusqu'à retentir au sein de toute la Bibliothèque. Perplexe, Drystan observait son interlocuteur, se demandant comment réagir face à cette réaction inattendue. Se moquait-il de sa proposition? Le prenait-il pour un fou? Difficile d'évaluer un simple rire, plus encore lorsqu'il ressentait le Cosmos de l'homme s'étendre tout autour d'eux. Pendant un court instant, le souffle des vents commença à prendre de l'ampleur autour des deux hommes avant que le Général ne l'apaise d'un simple signe de la main. Nulle trace d'hostilité, il n'y avait pas de raison de s'exciter. Pour le moment.

Aux premiers propos de l'homme, Drystan laissa transparaitre un léger sourire alors qu'il répondait

Alors vous m'en voyez ravi. C'est exactement ce que je laissais entendre à Sciron qui semblait s'ombrager de votre réaction. Mais nous sommes entre amis et compagnons de trinquerie.

Redonnant la parole à l'Oracle, Drystan écouta la suite de ses explications, appréciatif de son enthousiasme. L'homme semblait réellement emballé par la proposition qui lui était faite et il avait visiblement de nombreux projets, de nombreuses idées qui germaient dans son esprit au fur et à mesure que la proposition se concrétisait. Jetant un regard menaçant en direction de l'entrée de la salle, là où une tête venait d'apparaitre pour observer l'origine de ce rire, l'Hippocampe attendit que l'opportun s'en aille pour retourner son regard en direction de Rudjek. L'observant un instant, il semblait soupeser la valeur des propos de l'homme, cherchant par moments si un double sens ne s'était pas glissé au sein de ses paroles. Finalement, le Général s'étira avant de planter son regard dans celui de l'homme, percevant l'espace d'un instant la passion qui y brillait.

Je ne le serais pas avec tout le monde, mais j'ai envie d'être totalement honnête avec vous. Votre passion est honorable et ce monde manque cruellement d'hommes et de femmes démontrant une telle ferveur. Je vais donc vous conduire à mon Légat, si telle est votre volonté. Sachez néanmoins que la cité d'Atlantis est sacrée et que nul visiteur n'y pénètre sans une bonne raison. Et n'en ressort sans l'accord du Seigneur Poséidon.

Il marqua une légère pause pour laisser le temps à l'Oracle de peser chacun de ses mots

Je ne doute pas de votre talent et de votre passion. Mais je ne suis pas certain que vos seules compétences artistiques suffisent à obtenir un accord avec notre Légat. Qu'il s'agisse d'informations sur votre Augure ou la possibilité d'admirer l'Architecture d'Atlantis selon vos envies. Enfin, je peux me tromper. Mais je vous conseille d'envisager d'autres arrangements liés à votre statut. Le Légat est un homme juste dont la sécurité d'Atlantis passe avant tout. Et qui a de nombreuses responsabilités. Si vos discussions n'aboutissent à rien, je ne peux vous garantir que vous obtiendrez ce que vous souhaitez.

Ni même que vous ressortirez de la cité d'Atlantis. Une phrase qui avait traversé son esprit mais qu'il n'avait souhaité prononcer pour ne pas se montrer menaçant à l'égard de l'Oracle.

Mais vous me semblez Homme à avoir suffisamment de suite dans les idées et d'imagination pour que tout se passe pour le mieux. Si cela vous convient, suivez-moi. Une fois sortis de ces lieux, je cacherai votre vue afin que l'entrée d'Atlantis ne vous soit pas révélée. Je pense que vous ne m'en voudrez pas pour cette précaution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyMar 7 Juil - 3:12
La fièvre de la découverte avait refermé sa poigne sur l'âme de Rudjek. Pensez-vous! La possibilité de poser ses yeux sur une cité dont la légende égalait même les mythes les plus anciens des pharaons! Il ne pouvait s'agir là que du destin voulu par Apollon. Seules de grandes choses pouvaient ressortir d'une telle rencontre. Des accomplissements dignes de ceux qui hantaient ses rêves depuis son Eveil! Il était en droit de s'enthousiasmer. L'interruption cependant de son entrevue par un curieux vint refroidir les ardeurs de l’Égyptien. Ce fut avec un regard dur et courroucé qu'il fusilla cet inconscient, faisant hâter son départ d'autant. Lorsque leur intimité leur fut rendue, les deux Éveillés purent continuer leur tractations.

Malgré le ridicule et l'arrogance dont avait été emprunt la réponde de l'Oracle, Drystan avait semblait-il décidé de le prendre au sérieux. Il eu la bonté de le prévenir que la meilleure volonté du monde ne suffirait pas à écarter les difficultés que Rudjek allait rencontrer, en se rendant en Atlantis sans avoir de quoi satisfaire son suzerain. C'était là des paroles pleines de sagesse, et l'Oracle de Képhri était reconnaissant de la sincérité de son interlocuteur. Cependant, ce dernier semblait croire que l’Égyptien ne comptait que sur ses talents artistiques pour gagner les faveurs du Légat. C'était la vérité. Mais pas toute la vérité... Les meilleures cartes se devaient de n'être révélées qu'au moment propice. Gardant face à Drystan un sourire confiant et énigmatique, il se contenta d'écarter ses craintes de revers de la main.

    - Si votre Légat est, comme vous, guidé par la raison, alors nous parviendrons à un accord. Je n'en doute pas un instant. Je garderai vos conseils à l'esprit, mais vous assure que vos inquiétudes n'ont pas lieu d'être.

Le futur dirait bien assez tôt si cette assurance était fondée ou non. Pour l'heure, cette nouvelle voie qui s'ouvrait à lui était pleine de promesse, et Rudjek n'aurait pour rien au monde refusé de l'emprunter en pêchant par prudence. Une seule ombre se glissait, néanmoins, sur ce splendide tableau. Ses précédents projets se retrouvaient chamboulés par cette soudaine nouvelle destination. Ce problème se révéla d'autant plus pressant que le Général de l'Hippocampe se déclara prêt à le guider dès maintenant vers la cité d'Atlantis, à la condition que ses yeux soient bandés. S'attendant à ce qu'un tel départ ne se fasse qu'après un délai, ce fut surpris que Rudjek observa Drystan, et il ne manqua pas de le lui faire remarquer.

    - Sur le champ? J'aurais pensé qu'un voyage vers une cité perdue aurait demandé plus de préparatifs! Mais soit! Je n'ai pas de réticences à respecter votre loi du secret, cependant ne nous précipitons pas. Au risque de briser votre élan, il va me falloir tout d'abord régler quelques affaires avant de pouvoir quitter Alexandrie. A commencer par remettre à leur place tous ces ouvrages! Et vous m'y aiderez Drystan. Cela nous donnera du temps pour terminer notre conversation.

Avec un léger rire, l'Oracle joignit le geste à la parole et commença à refermer et empiler les différents ouvrages qui recouvraient sa table de travail. Sans se soucier de l'avis de son compagnon, il ne tarda pas à lui déposer entre les mains une pile de rouleaux et de livres. Alors qu'il continuait à trier et empiler le reste de son désordre, Rudjek vocalisa un point somme toute assez essentiel qu'il leur restait à éclaircir concernant ce voyage à Atlantis.

    - Je suppose que votre offre d'accéder à votre cité ne concerne que ma personne? Si ma compagnie ne peut m'accompagner, me garantirez-vous au moins qu'ils pourront séjourner à Alexandrie jusqu'à mon retour?

Alors qu'il parlait, Rudjek en profita pour refermer et ranger son pichet de bière. L'Oracle remis sa sacoche par-dessus son épaule, et ses bras entourèrent la seconde moitié de ses documents qu'il avait réuni. Ainsi empilés, ils faisaient craindre qu'à tout moment cet amas pouvait s'affaisser dans une catastrophe académique monumentale. Par don d'équilibriste, ou par mystère occulte, l’Égyptien parvint néanmoins à naviguer avec son chargement jusqu'à la sortie de la pièce, écoutant la réponse du serviteur de Poséidon alors qu'ils avançaient. Ils avaient encore à faire avant leur départ. Aussi leur fallait-il être efficace et aller à l'essentiel! Première étape : la section consacrée aux récits et poèmes épiques des anciennes légendes, dont il avait dévalisé les étagère!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DrystanDrystanArmure :
-

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu200/200[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge210/210[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (210/210)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune275/275[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (275/275)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyDim 9 Aoû - 12:36
Il n'y avait plus aucun doute: l'affaire était conclue. Il ne pouvait imaginer que l'Oracle de Képhri refuserait son offre au vu la réaction qu'il avait eue lorsqu'Atlantis avait été évoquée. Si les rumeurs étaient vraies, il y avait bien une chose qui guidait inlassablement le coeur des suivants d'Apollon: la passion. Passionnés par leur art, prêts à tout pour ne serait-ce qu'effleurer l'une des richesses qui pourrait faire vibrer leur coeur. Ils étaient des rêveurs. D'aucun disaient qu'il s'agissait là d'une des raisons pour lesquelles ils permettaient aux hommes d'évoluer. Le rêve de les voir s'élever et dépasser leurs limites du moment. Le rêve de les voir palier à tous les défauts qu'ils arboraient sans relâche. Un beau rêve probablement. Mais un rêve inaccessible. Heureusement, ils avaient compris que parfois la destruction était nécessaire pour mieux reconstruire. Ce qui pouvait faire d'eux des alliés des Marinas, dans certaines circonstances.

Une chose était sure, l'homme ne manquait pas de confiance en lui. Nullement inquiété par ses mises en garde, il demeurait persuadé que l'entretien se passerait sans aucune difficulté. Qu'à cela ne tienne, il faisait son choix en connaissance de cause.

Il sera donc fait comme vous le souhaitez. Une fois devant le Légat, votre destin ne sera plus qu'entre vos seules mains de toute façon. Et ma "raison" ne vous servira plus à rien. Si nous nous recroisons à nouveau, n'hésitez pas à apporter d'autres breuvages à partager, je suis toujours friand de ce genre de découvertes exotiques. Peut-être certains de mes hommes m'accompagneront-ils le moment venu. En attendant....

Se préparant pour repartir vers Atlantis, Drystan s'étira puis se retourna en direction de Rudjek, tendant les bras vers lui pour lui faire signe de l'accompagner vers leur destination. Quelle ne fut pas sa surprise de se retrouver soudainement avec une pile de livres posés sur ses mains tendues, tandis que les dernières paroles de l'Egyptien résonnaient dans son esprit "remettre à leur place tous ces ouvrages! Et vous m'y aiderez Drystan". Un instant interdit, le Général de Poséidon demeura immobile tandis que l'Oracle s'éloignait en direction de la pièce suivante, sa propre pile de livres entre les mains. Soupirant, laissant apparaitre un amusement certain sur son visage, il se résigna à finalement se mettre en mouvement pour le rattraper.

Au moins, vous ne manquez pas d'assurance. Il me tarde de voir jusqu'où cela vous mènera. S'il ne s'agit que de ranger ces ouvrages, j'accepte de vous y aider. Mais ne perdons pas trop de temps, le Légat est un homme très occupé. Quant à votre compagnie, ils ne peuvent effectivement pas entrer à Atlantis. Ils y seraient exécutés sur le champ. Je peux néanmoins vous assurer de leur sécurité jusqu'à votre rencontre avec le Légat, je demanderai à mes hommes de s'en assurer. Et ils pourront demeurer à Alexandrie tant qu'ils n'en enfreignent pas les lois. En venant dérober certains des livres que vous n'avez pu lire par exemple. Et ils doivent être nombreux car j'ai bien l'impression que tous les livres vous intéressent... Cela vous convient-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-bleu1050/1050[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-rouge750/750[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer G-jaune1350/1350[Janvier 553] L'Invitation de la Mer V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] L'Invitation de la Mer   [Janvier 553] L'Invitation de la Mer EmptyLun 21 Sep - 3:31
    - Que de ranger des ouvrages... Hm. J'ai une mauvaise pour vous alors.

Un sourire ironique venait de se glisser sur les lèvres de l'égyptien. Ce dernier s'en voulait de décevoir, coup sur coup, les espoirs de ce brave et amical Drystan. Malheureusement, malgré les dires du général de Poséidon, Rudjek doutait qu'un départ précipité ou non puisse affecter sa rencontre avec le Légat. Celui-ci ignorait pour l'heure jusqu'à son existence. Qu'ils partent dans la seconde ou dans l'heure n'aurait que peu d'importance. Et il restait encore à faire pour lui au sein d'Alexandrie.

Enfin arrivés dans les allées principales de la Bibliothèque, l'Oracle s'orienta avec la précision d'un habitué des lieux jusqu'aux allées où avaient leur résidence la plupart des ouvrages qu'il avait emprunté. Commençant sans attendre sa besogne, il commença à placer les rouleaux, livres et carnets là où étaient leur place. Pendant qu'il reprenait la parole pour expliquer ses précédents mots à Drystan, Rudjek lui indiqua d'un signe de la main où les ouvrages sur le dessus de sa pile devaient se placer.

    - Votre offre me convient, bien évidemment. Cependant il y a encore quelques arrangements à faire. Ces livres, par exemple. Pour ne pas avoir à les voler, il va me falloir passer à l'office des scribes en bas de la rue pour commander des copies! Et après cela, enfin, un dernier détour pour prévenir ma compagnie de mon absence. Il y a parmi eux une âme que je ne souhaiterais pas inquiéter, voyez-vous...

L'Oracle ne s'inquiétait pas pour sa compagnie elle-même. Il avait des assistants fidèles et consciencieux pour s'occuper des affaires courantes en son absence. Mais l'idée de repartir sans prévenir Samia lui était intolérable. Sa petite sœur serait tourmentée par une disparition inexpliquée de son ainé, même si elle s'évertuerait à le cacher. Quel genre de frère serait-il alors? Le même que celui qui l'avait abandonné, bien des années plus tôt. Et Apollon ne lui avait pas offert une nouvelle vie pour qu'il répète ses erreurs.

Quelques instants passèrent, studieux, pendant lesquels l'Oracle et le Marina passèrent entre les rayons pour ranger les différents emprunts de l'égyptien. Ils parlèrent de quelques sujets sans importances, tels que les titres de certains des ouvrages rangés. Lorsqu'enfin il ne resta plus qu'une poignée d'entre eux, Rudjek prit un air plus sérieux. Calant l'ultime pile sous son bras, il invita le Général à le suivre hors du hall principal, pour regagner les couloirs plus étroits de l'aile égyptienne de la bibliothèque.

    - Drystan. Vous m'avez demandé, un peu plus tôt, ce que je pensais de la destruction engendrée par la cupidité des hommes. Je peux à présent vous donner une réponse plus... honnête. Venez! Les derniers ouvrages doivent se ranger plus loin.

Rudjek guida alors le serviteur de Poséidon au travers des détours oubliés de la Bibliothèque d'Alexandrie. Au cours de ces quelques jours, le Patron de la Sculpture avait eu tout le loisir de communier avec la structure des lieux, d'en comprendre la logique. Ainsi avait-il pu trouver ce à côté de quoi les chiens de Constantinople étaient passés. Alors qu'ils descendaient un escalier pour arriver dans les sous-sols, l'Oracle continua sur le sujet qu'il avait amorcé un peu plus tôt. A la lumière de sa torche, il n'y avait plus trace du sourire léger qu'il abordait d'ordinaire.

    - La destruction que les peuples provoquent en cherchant à s'étendre, s'imposer, se libérer... Je n'ai pas de rancœur en son endroit. La destruction n'est pas inhéremment mauvaise. Au contraire, elle est immuable, et nécessaire. Une civilisation ne peut prospérer que sur les ruines de la précédente. Son peuple, sa foi, ses connaissances... Elles perdurent de génération en génération, jusqu'à s'harmoniser avec celles qui l'ont supplanté, et devenir sa force. Même la glorieuse Egypte ne faisait pas exception à cette loi. Au contraire, elle en était le fruit! Ce devrait être ici... Ah! Voilà!

Ils étaient arrivés. Devant eux, dans ce qui ressemblait à une réserve où certains outils et objets étaient stockés, se trouvait un mur. Les yeux attentifs pouvaient y déceler les formes d'un bas relief, en partie effacées par l'usure et le temps. Les doigts de Rudjek passèrent sur la structure, détaillant sa forme pour retrouver ce qu'il cherchait. La couronne et le sceptre du pharaon. La forme ailée de la déesse sur les genoux de laquelle il se tenait. Et au-dessus de cette déesse... Le disque solaire. L'œil de Re.
L'égyptien pressa la surface du disque à peine discernable. La pierre pivota pour se transformer en poignée, à peine assez large pour que s'y glissent les doigts d'une main. Un bruit sourd s'entendit alors derrière le mur. Rudjek poussa dessus et, le faisant pivoter, dévoila ce qui se cachait derrière.

Une petite étude, poussiéreuse, renfermée, oubliée de tous depuis sans doutes des millénaires. Les restes d'une chaise pourrie demeurait devant un bureau de scribe assez élaboré, fait de pierre et de bois. Dans les étagères tout autour, plusieurs ouvrages reposaient, épargnés par les pillages et incendies successifs. L'iconographie encore présente sur les murs laissaient entrevoir la présence d'une déesse ailée guidant les mortels vers la Vérité. Un sanctuaire secret qui lui était dédié, peut-être? Rudjek alluma une bougie encore intacte sur le bureau avant d'inviter Drystan à s'avancer et de refermer le passage derrière lui. Après cela, il commença à ranger les quelques ouvrages qui lui restaient en main là où il les avait trouvé et reprit la discussion là où elle s'était interrompue.

    - Cependant il y a une chose qui dévoie ce cycle. Lorsque les hommes font l'erreur de détruire non pas pour prospérer, mais par pure folie ou fanatisme. Lorsqu'ils effacent la gloire et la sagesse du passé plutôt que de l'accepter. Voilà mon véritable ennemi, celui contre lequel je me bat, et qui semble avoir frappé cette Bibliothèque... L'Oubli.

Le dernier ouvrage entre ses mains, l'égyptien pondéra un instant. Ce qui était perdu, ce qui ne l'était pas... Et ce qu'il lui fallait redécouvrir. Telle était sa mission, celle qu'il avait entrepris pour suivre la volonté du Dieu Solaire. Son escale qui s'annonçait dans la Cité de Poséidon était-elle un prolongement de cette quête? Ou bien progressait-il au stade suivant du plan de son Maître? L'avenir le leur dirait!
Pour l'heure, il était trop tôt pour ramener cet ouvrage ici. Il était temps de donner un peu de travail aux scribes d'Alexandrie, le temps qu'il découvre les secrets de l'Atlantide!


[Janvier 553] L'Invitation de la Mer Rudjek12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
 
[Janvier 553] L'Invitation de la Mer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Alexandrie-
Sauter vers: