Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NebuNebuArmure :
Chevalier du Bélier

Statistiques
HP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-bleu0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-bleu  (0/0)
CP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-rouge0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-rouge  (0/0)
CC:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-jaune0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-jaune  (0/0)
Message [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek    [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  EmptyJeu 21 Mai - 23:49

« Vous pensez vraiment que c'est une bonne idée ? » La voix de Simon résonne dans la salle funéraire. Il grogne, légèrement, s'apprêtant à s'appuyer contre un mur. « Continuez à toucher tout ce que vous trouvez et ça va au moins mal finir pour vous. » Si Simon est un grec à l'allure peu assurée – et au grognement facile –, Numeria, elle, ne semble guère le genre de personne à perdre son calme. C'est avez une certaine prudence que cette Romaine à la peau hâlée vérifie chaque rebord de cette tombe.
Une tombe. C'est ce que cela aurait dû être. Mais les Anciens Égyptiens n'étaient aucunement stupides. Du moins, leurs architectes et ingénieurs. Car c'est d'une véritable connaissance mécanique qu'il fallait doté pour réussir pareil chefs d’œuvres, même si ceux-ci s'enfonçaient dans l'obscurité de la pierre.

Il grogne, à nouveau. Son pied tapote un peu plus vite sur le sol. Les bras croisés, ce petit notable de Thèbes perd patience. Trapus, peu patient – cela avait déjà pu être observé – et vêtu de tissus trop amples pour ce genre d'environnement, le Grec attend. « Pouvez-vous arrêtez cinq minutes ? » La voix de la Romaine fuse. Alors qu'elle trouve le mécanisme. « Cela va durer encore un peu. Sauf si vous voulez tenter d'ouvrir et vous prendre une lame balancer dans la graisse qui vous sert de ventre ? »

Il grogne. Encore. Il veut s'asseoir. Il s'appuyer contre un mur. Il veut faire quelque chose. Mais il ne peut pas. Parce que cet endroit est une vaste mécanique de piège. Un seul mouvement de trop et il pourrait tapisser les murs de ses entrailles.

Un constat qu'il aimerait éviter.
Après tout, il y a un trésor à la clé.
Celui du Premier des Sethi.

S'il n'avait pas eu l'information, nulle doute qu'il serait dans sa demeure, en train de pratiquer un quelconque art individuel. Ou une quelconque activité plus physique que celle d'attendre.
Et elle le sent bien. La Romaine. Elle sent bien son impatience. Vivement qu'elle s'en débarrasse. Vivement qu'elle en termine avec tout ceci …

***

Dans les ombres d'un couloir adjacent, profitant d'un mécanisme pour s'accrocher, il observe. Le duo presque comique. La femme sérieuse, qui tente de ne faire aucune erreur. Et l'homme impatient. La Romaine est sans doute celle possédant la meilleure réaction. Il faut se méfier de tout. Des pièges. Des ombres … Du regard des anciens dieux, protecteurs de ces tombeaux. Du souffle des morts, qui parfois – pour des raisons particulières – n'ont pu faire leur dernier voyage correctement.

Se laissant tomber furtivement de son perchoir, Nebu caresse la commissure de ses lèvres. Observant le couloir, il passe une main dans son dos. Numeria est une femme reconnue pour deux choses dans le milieu : savoir réactiver des mécanismes qu'elle a elle-même fait sauter et ne pas être une femme des plus fiable.
N'est-ce pas, après tout, la raison qui l'a mené ici. Avoir joué un mauvais tour à un Byzantin capricieux ne se fait jamais sans conséquences. Est-ce pour cela qu'elle a accepté l'offre de cet armateur véreux ? Possiblement. Si elle peut acheter sa survie …

Encore faut-il que sa survie soit à vendre. Ce qui n'est pas le cas. Sinon il ne serait pas là. À faire ce genre de choses.

Silencieux, il commence à prendre la direction de l'Ouest du tombeau. Pas le plus simple. Mais le plus efficace. Un passage particulier lui permettrait de rejoindre l'objectif des deux pillards. Un chemin qu'ils ne connaissent pas – il est important de parfois chercher auprès d'autres personnes que ces érudits qui se disent experts sépulcraux. Les anciens papyrus retirent ouvertement certaines informations. Des données que seuls certains intrigants peuvent avoir.

Le tombeau du Premier des Sethi intéresse depuis longtemps Nebu. Intervenir ici serait autant un plaisir professionnel que personnel.

Encore faut-il qu'ils soient réellement seuls dans ces couloirs … Ce qui n'est jamais sûr … Car l'ombre dorée des anciens Égyptiens attirent beaucoup de mondes.
C'est donc prudent qu'il avance, profitant de la faible lueur d'une flammèche.

Un bruit. Il l'entend. Fronçant les sourcils, il pose l'éclairage avant de se hisser. Au mieux un regard sera attiré, approchera et pourra être la cible d'une quelconque action. Au mieux … il aura peur. D'une flamme dans l'ombre des couloirs d'une tombeau.

L'or flamboyant des Pharaons réserve de nombreuses surprises, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-bleu1050/1050[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-rouge750/750[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-jaune1350/1350[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek    [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  EmptyDim 14 Juin - 18:58
Des pas résonnent dans l'obscurité du dédale ancestral. Un. Deux. Trois intrus. Ce lieu n'est pas fait pour les vivants, mais les voilà à braver les interdits et risquer le courroux des anciens Dieux. Ils sont jeunes, inconscients, téméraires. Leurs précédents succès les ont enorgueillis. Après avoir déjà par deux fois récupéré les richesses de leurs ancêtres, ils se sentaient capables de tout affronter. Leur troisième vol devait être le plus lucratif : celui de la tombe d'un ancien prêtre. Ce serait également le plus dangereux et mouvementé.

Rudjek avait orienté ses compagnons dans le désert, en suivant les notes de son père jusqu'au lieu du dernier repos de l'enfant de Set. Ils avaient creusé à plusieurs endroit dans la zone approximative où la tombe devait se trouver, épuisant progressivement leurs vivres et leur patience. Certains de leurs compagnons avaient rebroussé chemin pour "retourner en ville et se ravitailler". Le fils du tailleur de pierre se doutait qu'il ne les reverrait plus. Tant pis pour eux, ils n'auraient rien du trésor. Les efforts de ceux qui étaient resté avaient payé : finalement, ils avaient ramené à la lumière du jour une paroi du temple depuis longtemps englouti par le désert. Il fallait à présent la percer.

Mais alors que l'excavation se faisait, une mauvaise surprise était venue troubler leur travail. Deux étrangers avaient été aperçu, remuant comme eux le sable à la recherche de quelque chose. Leur informations étaient de toute évidence plus précises que les leurs : ils avaient trouvé l'entrée des ruines, camouflé dans une falaise, avec bien plus d'aisance que leur bande de gamins des bas quartiers. Des concurrents, donc. Mais que leur recherche se soit transformé en course n'inquiétait pas Rudjek. Lorsqu'enfin la paroi céda sous son biseau, le jeune pilleur sentit qu'il avait fait le bon choix.

Lorsqu'un architecte construisait, il devait toujours garder la finalité de son oeuvre à l'esprit. Pourquoi faire une porte à un lieu où personne n'était supposé ni entrer, ni sortir? La réponse était simple. Pour inviter les intrus. Entrer naïvement dans un tel lieu pour suivre le chemin qui avait été tracé, revenait à se soumettre à la volonté du constructeur. Pendant que ses concurrents faisaient cette erreur, Rudjek cherchait à rentrer dans l'envers du décor. Les tunnels qui avaient servi aux ouvriers, aux artisans. Ceux réservés aux maîtres des lieux, dont le jeune égyptien souhaitait usurper la position.

Malheureusement, rendus le plus discrets possibles, trouver ces accès convoités n'était pas chose aisée. A plusieurs reprises, Rudjek et les deux compagnon qu'il avait amené avec lui se retrouvèrent face à des voies sans issues, des tombes dénuées de toute offrande, surement consacrées à des serviteur du prêtre pour qui ce tombeau avait été construit. Si Sera, jeune femme taciturne, s’accommodait plutôt bien de cette recherche à tâtons, ce n'était pas le cas d'Osir. Le jeune homme était aussi fort qu'un bœuf... Et son tempérament, têtu et hargneux, le rapprochaient tout autant de l'animal. Alors qu'une fois de plus, le trio était obligé de faire demi-tour, il céda à l'impatience.

    - Encore une impasse. On devrait faire demi-tour et se contenter de suivre les deux autres, Rudjek. La femme a l'air de savoir ce qu'elle fait. C'est pas une novice.

    - Ce n'est surement pas sa première fois, oui... Mais la porte par laquelle ils sont entré était celle que le bâtisseur de ce tombeau voulait qu'ils trouvent. Cette route ne les mènera que de pièges en pièges, jusqu'à la mort. Le véritable chemin est toujours le mieux caché, Osir.

    - Ouais bah dans ce cas il est où?! Pour le moment tout ce que tu trouves c'est des culs de sac. J'attends toujours de le voir, ton "véritable chemin"!

    - Continuez à parler aussi fort et vous allez réveiller les morts.

    - Bordel, Sera! Tu vas pas t'y mettre t-

    - Ssh. Silence.

Une lumière venait de se dévoiler devant, plus en avant dans le couloir. Rudjek intima d'un geste à Osir d'éteindre leur lanterne, ce qu'il fit. Il était surement déjà trop tard pour espérer se faire discret, mais donner plus d'indications à leurs adversaires sur leur localisation n'aurait pas été la chose la plus maligne à faire. Car c'était bien ses concurrents que le jeune homme craignait. Dénué de toute foi, Rudjek n'accordait pas le moindre crédit aux superstitions qui entouraient les tombes de l'ancien peuple. Les morts n'avaient que faire de leurs richesses. Il n'avaient pas non plus d'utilité pour une quelconque lumière. Ils étaient forcément en présence d'une personne de chair et de sang.

Le jeune homme s'avança, prudent, vers la source de cette lumière. Posée au sol, la lanterne brûlait faiblement, sans que personne ne soit là pour profiter de sa lueur. Du moins, c'était là les apparences. Rudjek posa genoux à terre devant la flamme... Et attrapa un couteau sous le couvert de sa cape. Levant les yeux brusquement, il déplia son bras et lança la lame vers les charpentes qui soutenaient le passage. La manœuvre était habile! Le jeune égyptien aurait surement fait la même chose! Avec un sourire sardonique devant la ruse qu'il avait percé, il se permit de lancer une boutade en guise de salutation.

    - Pour une tombe, ce lieu est décidément plein de vie aujourd'hui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
NebuNebuArmure :
Chevalier du Bélier

Statistiques
HP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-bleu0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-bleu  (0/0)
CP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-rouge0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-rouge  (0/0)
CC:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-jaune0/0[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek    [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  EmptyVen 10 Juil - 4:30

Un sourire se pose sur les lèvres de l'homme dans l'ombre. Une lueur accompagne son regard invisible. Prédatrice. Car grâce à la clarté de cette flammèche, l'agent a le plaisir de détailler les traits de l'aventureux explorateur – ou pilleur, n'ayons pas peur des mots. Décidément, certaines momies semblent bien plus fraîches dans ce tombeau plus que dans un autre. Gardant pour lui cette réflexion amusée, il reste vrai que les lieux de morts attirent depuis toujours de nombreux vivants. Et les pièges ne laissent aucun doute : les architectes avaient compris l'attrait de l'or macabre du pillard.

Silencieux, Nebu l'est, tapis dans ces ombres à laquelle il s'est habitué. Tapis, surtout, dans un environnement qu'il maîtrise. Son regard a observé. Les différentes possibilités de mouvement. La façon dont il pourrait se mouvoir. La façon dont il pourrait traverser chaque espace de ce squelette de bois. Bien entendu, il avait aussi le reste. Mais comme aimait à le dire Feu Basile …

Sois un fantôme qu'ils peuvent juger. Mais n'en devient pas réellement sans qu'ils ne puissent y survivre ou l'expliquer. Laisse donc les dormir dans ce doux rêve du monde qu'ils pensent maîtriser.

Un mouvement suffirait. Oui. Sentir son corps perdre toute stabilité durant un court instant, pour ne lui laisser aucune défense. Et l'idée fait son chemin, alors que ses doigts viennent épouser le manche d'une courte lame courbe. Le silence est présent, dans ce couloir aux esclaves. Les morts patientent. Savoir si quelqu'un les rejoindra trop vite … ou non.

Un mouvement. De la part du jeune pillard des tombes intelligent, dont le genou avait rencontré le sol quelques secondes plus tôt. Un pillard qui ne croit pas aux contes de fée que les Anciens ont laissé derrière eux ? Et le tranchant qui vient fendre l'air.
Une réflexion rapide. Un frisson qui parcours l'échine. Un œil qui voit la lame arrivée, plus lente qu'elle ne devrait l'être. Les enseignements ont porté leurs fruits. Le geste du jeune homme est maîtrisé. Mais le sien encore plus, alors que son corps souple s'appuie sur l'architecture de la charpente pour esquiver cet assaut. Il se tenait sur ses gardes, bien entendu. Comment en aurait-il pu en être autrement ?

Celui qui pose un piège … se doit d'être capable d'imaginer qu'il ne peut toujours réussir.

Le geste – celui de l'homme qui se tapissait dans l'ombre – est maîtrisé, donc. Et efficace. Suffisamment pour que ses pieds arrivent au sol dans un son feutré, alors que la lame vient s'enfoncer dans le bois, le tout dans le dos du jeune homme. Des parasites sonores insignifiants pour ceux qui se concentrent sur des mécanismes complexes. Malgré toute la prudence de Numeria – et sa capacité à imaginer, détailler, briser, les pièges qui l'attendent depuis son entrée –, elle est pour le moment bien trop concentrée.
Le geste est agile et vif, alors que la lame courbe vient se poser contre la gorge de l'inconnu. Nebu l'observe. De son regard abyssal. Un brin amusé. Un regard habile, attentif, pourrait voir la marque de Set sur la lame. Un animal étrange.

« Je me faisais justement la même réflexion. » Sa voix est douce. Elle semble surtout adaptée à ces lieux. À ces ombres. Comme s'il savait ce qu'il pouvait y trouver. De l'or, certes. Mais bien plus.
La lame s'appuie légèrement sur la peau. Mais n'entaille pas. Le geste est sûr. Celui de quelqu'un qui sait ce qu'il fait. Et surtout il peut la sentir. La deuxième pointe de métal. Contre son flanc. Prête à percée le foie. « Et je n'aimerai aucunement en ajouter plus que nécessaire. » Une phrase teintée de malice. Alors que le geste est toujours présent. Maîtrisé.

Il n'est pas rare de croiser différents pillards dans une même tombe. Ceux qui survivent aux pièges des Anciens ne sont guère nombreux. Les plus malins sont le plus souvent ceux qui réussissent le mieux à s'en sortir : ils poussent les plus sanguinaires dans ces dits-pièges. Parfois, les plus sanguinaires sont plus rapides. Une estoc bien placée empêche toute négociation. Car il est rare que les pillards parlent entre eux. Ils viennent après tous pour la même chose. Le butin. Et Nebu reste intéressé – toujours – par le butin.
Son nom ne résonne-t-il pas comme l'Or des dieux eux-mêmes ?

« Très bon choix de passage. Je félicite ta prudence ... et celle de tes camarades. » Son regard tourne un instant vers les ombres, plus éloignées. Mais il reste attentif, à ce corps contre lui. Un unique mouvement ... « Alors. En quoi le tombeau du Premier des Sethi peut-il vous être utile ? » Il en parle. Comme s'il l'habitait. Comme s'il en était un gardien.

Qui sait.
Un héritier, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-bleu1050/1050[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-rouge750/750[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-rouge  (750/750)
CC:
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  G-jaune1350/1350[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek    [Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek  EmptyJeu 6 Aoû - 2:57
Rudjek ne croyait pas aux fantômes.
Des âmes égarées, qui n'auraient pas eu les forces ou les rites nécessaires pour accomplir leur ultime voyage, et dont l'essence se retrouverait coincé dans le monde des vivants... Belle invention, pour museler la peur de la mort chez le bas peuple. Pour exiger qu'il se consacre corps et âme au salut de son esprit. Le jeune homme était convaincu que les morts qu'ils soient momifiés, crucifiés, brûlés ou enterrés ne laissaient rien d'éthéré et invisible derrière eux.

Ce en quoi Rudjek croyait par contre, c'était les vestiges du passé.
C'était la la seule hantise qu'il pouvait admettre. Celle de l'histoire, du souvenir. Les restes bien réels de ce qui avait été. Il étaient incompréhensibles et mystérieux, effrayants et fascinants. Les ruines que renfermaient le désert, pour les descendants de ceux qui les avaient construit, incarnaient cette terreur de l'héritage qu'ils avaient perdu. Ils étaient là la preuve de l'existence de ceux qui les avaient précédé.
Et voilà qu'à présent, ces vestiges se donnaient forme humaine pour venir les tourmenter.

Il ne put penser autre chose, lorsque l'ombre qu'il avait décelé dans les combles du tunnel se volatilisa avec une souplesse prodigieuse. Ce fut à peine si Rudjek sentit le souffle du corps qui tombait à côté de lui, le séparant de ses camarades. Il chercha à se redresser et porter la main à une autre de ses dagues, mais déjà la fraîcheur du métal vint s'apposer sur sa gorge. Piégé. Le pilleur n'était cependant pas encore complètement défait. Sa hargne le poussa à venir lui-même titiller la bête, à poser la pointe de sa dague contre le ventre de son ennemi, au travers de son vêtements. Il ne partirait pas sans entraîner quelqu'un avec lui.

Mais sa gorge resta entière. Le vestige était joueur. Il menaça et fait de l'esprit. Rudjek eut une hésitation. La marque sur l'arme qu'il avait sous le menton était celle de l'animal sethite. Le même que sur les notes de son père, et qui identifiait cette tombe. Peut-être était-il encore temps de changer d'avis sur les fantôme? Mais le pilleur était du genre têtu. C'était nécessaire, dans ce métier. Et cette lame n'avait de toute façon rien de spectrale. Sa peau en témoignait.
Derrière eux, ses compagnons s'agitent. Rudjek entend nettement le bruit d'une lame libérée du fourreau. Osir, surement. Son camarade avait un don pour trouver les solutions les plus simples à un problème. Rarement les meilleures, cependant.

    - Hey, connard! Tu ranges ton arme ou je vous tranche tous les deux! Je fais pas dans le détail, je te préviens.

    - Ne vous en faites pas, tout est sous contrôle!

Un beau mensonge, mais nécessaire. Il sentait déjà le regard perçant de Sera en train de chercher une faille à exploiter dans le positionnement de leur nouvel ami. La jeune femme était plus mesurée et subtile qu'Osir, mais elle était tout aussi impitoyable que lui. Si elle trouvait un endroit où planter son stylet, elle le ferait. Et aussi confiant que Rudjek était dans la vitesse et la précision de sa camarade... Il se doutait que la lame de son agresseur le serait bien plus. Et pour l'heure, le jeune égyptien trouvait sa tête très bien où elle était.
L'homme se jouait d'eux. Son ton était condescendant. Arrogant. Il les félicitait comme un enfant ayant donné la réponse qu'attendait son professeur. Tout ce qui irritait le fils du tailleur de pierre au plus haut point. Cependant, il devait prendre son mal en patience. Aussi détestable que cet homme sonnait, il avait toujours cette arme sur sa gorge. Mesurant sa respiration, Rudjek entreprit de répondre la question posée par celui qui l'avait fait otage.

    - Nous voulons la même chose que les deux autres qui se traînent dans le corridor principal... Et que vous, je suppose. Atteindre la chambre du prêtre et ce qu'elle renferme. Nous ne sommes d'ordinaire pas du genre à partager avec des étrangers... Mais vous avez l'air d'être familier avec cet endroit. Aidez-nous, et vous aurez droit à une part. C'est le mieux que je puisse vous offrir.

Ça, et une dague dans la nuque le moment venue. Il fallait bien lui rendre la pareille de ce que le spectre du passé lui offrait en cet instant.
La poigne de Rudjek se raffermit sur son arme. Il jouait un jeu dangereux, mais ses options étaient pour l'heure plutôt réduites. L'appât du gain était tout ce sur quoi il pouvait miser... Avec, peu être, un petit coup de pouce.

    - Ou alors vous mettez votre menace à exécution. Vous me tuez, je vous blesse, et mes amis ici présent vous achèvent. Sans moi, ils mettront peut-être un peu plus de temps, mais parviendront au trésor. Et ils auront alors une part de moins à faire lors du partage. Je ne pense pas que cela les chagrinera. La camaraderie, dans notre activité, c'est pas vraiment ça...

Un sourire teinté d'ironie se glissa sur le visage du jeune homme, légèrement éclairé par les lumières des lanternes posées à leurs pieds. Du bluff? Nullement. Il connaissait ses compagnons, et savait qu'ils n'étaient liés que par leur désir de se tirer de la fange de la basse-ville. Et puis, n'était-ce pas le lot de tout pilleur? Les trahisons, les accidents, les assassinats, les dénonciations... Tous les moyens étaient bons pour se débarrasser de ses camarades une fois le trésor obtenu, pour le conserver pour soi. Rudjek, Sera et Osir connaissaient cette règle.
Tant que les survivants n'étaient pas ressortis, n'étaient-ils pas tous des fantômes, ici, finalement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
 
[Mars 543] Dans l'ombre, l'or demeure ~ Rudjek
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: