Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-bleu1350/1350Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-bleu  (1350/1350)
CP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-rouge600/600Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-rouge  (600/600)
CC:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-jaune1350/1350Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-jaune  (1350/1350)
Message Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]   Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] EmptyMar 26 Mai - 14:31
Liv
Qui est-il ?


    Nom : Liv
    Date de naissance : Décembre 530
    Âge : 22 ans
    Sexe : Féminin
    Armure demandée : Cuirasse du Kochtcheï, le Héros immortel


Comment est-il ?

    Août 552 - Transylvanie - Troisième Lueur


    "La Postérité est dans le sang et la succession. Je crois comprendre ce que votre premier enseignement veut dire, maintenant."


    Était-ce sa Fille qui le tirait de sa longue agonie ?

    Si oui, alors cela signifiait qu'une Souris était enfin devenue une Louve.

    Les yeux rouges, la sueur au front, Dragan tourna les yeux vers la propriétaire de cette voix chantante. Le Seigneur de ces lieux se serait levé, s'il avait pu. Hélas, sa situation ne lui permettait plus de profiter d'un tel luxe : les blessures continuaient de s'infecter et ses muscles transpiraient déjà tous les maux de la guerre.

    ...Maladie
    ...Faiblesse.

    Et faiblard, fut alors le grand blessé !

    Au garde à vous, ses jambes cédèrent aussitôt sous son poids. Les bandages enroulés autour de son torse eux-mêmes étaient encore mouillées, aussi bien de ces gouttes carmines que d'un liquide purulent...

    Cette situation n'était théoriquement pas une inconnue. La Mort, ce vestige du passé avait su la tromper depuis plusieurs siècles, oscillant entre jeunesse et vieillesse. Invisible et Intangible de ses doigts, l'âme de Dragan avait traversé quelques siècles. Son contrecoup avait été un anonymat dont il s'était rendu propriétaire, mais son âme naguère bienveillante s'était émoussée avec le temps. Au final, il en était devenu pareil à ces mains squelettiques : tâchée de sang. Sa fille adoptive semblait d'ailleurs lui en vouloir pour cette même raison...

    Squelettiques...Cela signifiait que quelqu'un avait levé le voile sur sa Mort.

    Une seule réponse possible : Liv...

    Le Berserker fut partagé. Mais pouvait-il lui en vouloir, dans le fond ? Difficile de rester ainsi captive de cette situation qui lui offrait à la fois confort et appréhension...

    C'était fini. Il ne pouvait plus rien faire.

    "La Postérité est dans le sang et la succession, en effet. Si tel est le cas, tu te souviens de Mara, peut-être ?
    - Non. Que des bribes, des images du passé. Si je devais définir, ce ne serait qu'un écho..."
    Sa voix oscillait légèrement. Avait-elle peur ? Pour quelle raison ?"Mais je ne suis pas là pour ça. Il est temps, Dragan."

    Des ombres de la porte, s'extirpa la silhouette élégante, composée et brûlante d'une fière guerrière du passé. Des yeux d'un bleu aussi profond que l'océan le dardait avec une si grande sévérité qu'il ne peut s'empêcher de se redresser ; rien de plus, rien de moins qu'un réflexe. Les lueurs de la Nuit et de la Lune venait de lever le voile sur son identité, approfondissant la couleur rousse des cheveux de sa fille. Toutefois, la main tremblante qu'elle portait à son collier de plume finit d'achever ce qu'il s'était jusque-là empêché de voir : la Vérité.

    Cette petite poupée de chiffon, pleine d'inquiétude et d'orgueil, n'était certainement pas Mara.

    C'était...Juste "quelque chose" de très proche d'elle. Un fragment de cette femme qu'il avait protégé des âges avec lui. Ou alors, ce "quelque chose" tout juste esclave d'une lourde succession. Laver son nom, le relever après son Oubli. En était-elle seulement capable, aussi fragile qu'un papillon ? Inconsciemment, Liv le contredit aussitôt. Sans aucune forme de douceur, la jeune femme agrippa violemment son cou, ses traits se métamorphosant petit à petit en ceux d'une femme dont il ne valait mieux pas éveiller son ire...

    "C'est la fin. Je suis terriblement désolée."
    , avoua-t-elle plus doucement. Trop doucement. L'image d'un vieil ami s'imposa dans l'esprit de la mi-Slave, avant de disparaître aussitôt dans les méandres de ses souvenirs. "Mais je ne peux pas rester plus longtemps ici, tout comme je refuse de vivre dans une panique constante. Ca me fait honte à moi-même. Je suis même à peu près certaines que ramener ta tête me donnerait un peu de notoriété dans ce sable blanc d'hiver..."

    Les lèvres de la jeune femme tremblaient. Ressentait-elle cette position dominante comme une délivrance, après tant d'années passées en isolement ? Ressentait-elle vraiment de la tristesse envers leur situation ? Ou était-ce les nerfs qui lâchaient ? Cela importait peu.

    "La guerre vient de finir, n'est-ce pas ? Eh bien, je ne vous ferais pas le plaisir de vous laisser vous reposer. Ce serait me condamner à rester emprisonnée éternellement ici-même...Et pour quelle raison ? La Guerre ? La Vie ? La Gloire ? Je suis fatiguée, lasse d'être considérée comme une laisser pour morte. Je vais donc prendre votre suite. Et me forger seule.",, avoua la jeune femme sans aucune forme de détour, une note d'une cruauté froide et cinglante s'entremêlant dans ses sons.

    Même dans sa douleur, il tentait de voir du bon en sa fille. Cette élégance feintée et naturelle était digne d'elle ; de cet opportunisme et de cette Rage interne qui bouillonnait en elle. Si seulement il avait su, quelques années auparavant...Alors, peut-être aurait-il fait des choix plus judicieux.

    Les lèvres pincées, la Belle signa ses intentions.

    "Avant que je ne m'exécute, Seigneur Ares est-il à la hauteur de ce que vous m'avez raconté ? De ce que je crois espérer ?"
    -...Eh bien, quelle question. Crois-tu que ça donnera du sens à ta vie ? ...Pour commencer, il va falloir oublier les histoires que je t'ai racontées jusque-là à son sujet. Elles sont probablement désuètes et trop vagues." Le Vétéran ricana entre quelques toussotements, peu effrayé par l'aura intimidante qui émanait de cette femme. "Il est comme moi. Ce n'est plus qu'une ombre..La Guerre dans toute sa brutalité... Veux-tu réellement te battre pour ce genre de dieux ? Tu ne pourras plus faire marche arrière, après..."

    Cette fidélité aveugle et son idéalisme inné, de qui tenait-elle ces qualités ? Et ce monstre d'ambitions ? Pourquoi un tel défaut ? Qui donc étaient derrière ces mots, en ce bref instant ? Il ne le savait. Il avait beau avoir lu les pans de son âme depuis près de deux années, enterrant à tout hasard les conclusions d'un prédécesseur trop zélé pour se rapprocher le plus possible de l'image qu'il s'était faite de sa douce du passé, les nouvelles réactions de la jeune femme étaient toujours aussi indéchiffrables. Entremêlées, malgré son visage impassible. Des cordes désormais impossible à délier et qui faisait certainement naître en elle quelques conflits internes dans cet esprit si ordonné...Un brin cynique.

    Oui, Liv faisait preuve d'une individualité étonnamment affirmée malgré ses insécurités.

    Il ne s'écoula pas plus d'une minute avant que la jeune noble ne reprenne l'initiative. Le couteau qu'elle leva pour en porter la pointe à sa gorge, accoudée contre son lit dans ses draps froissés, trancha tout doute qui subsistaient encore quant à ses intentions.

    "Des derniers mots ?"

    Seulement, les voilà. Voilà ce moment. Celui tant attendu, sa part du marché passé avec la Lanterne .

    "...J'ai fuis la Mort durant des siècles, pour finir par l'héberger sous mon toit. Tu n'es pas si différente. " Les yeux de Dragan se fermèrent une dernière fois. ". ..J'aurais préféré te voir plus vaillante, mais je ne t'en veux pas...Je n'ai pas su te protéger de toi-même."

    D'une certaine manière, sa Lanterne avait exaucé ses vœux. Il avait tiré la lignée de la seule femme qu'il avait jamais aimé de l'oubli et des affres du temps.

    L'hésitation ne mordit néanmoins pas la jeune femme : elle tira un trait sec et précis sur ce passé d'un ennui particulier, pour le prix d'une Cuirasse d'un blanc immaculé...



Son Histoire

    "Tout a débuté cette nuit-là. On jura de m'arracher de la froideur d'un Echec.
    Fuyant la Mort à travers les âges..."



    Rome - Vestiges du forum - An 545

    "Nous étions là, dans ce théâtre peuplé de fantômes. Ensemble. Toi et moi. Tes yeux s'étaient relevés pour croiser mon regard et mon cœur s'était emballé, comme à chaque fois. Cette fois-ci, je pouvais te voir. Tu n'étais plus une illusion. Et tu étais magnifique. Ô, j'avais failli oublier tes lèvres pincées dans la colère, tes yeux rieurs mais tendres à la fois dans l'adversité. Comme je m'en veux...

    Tu ne m'as peut-être pas reconnu à Rome, dans cette jeune fille. Ce n'est pas grave. Je préfère que tu ne me vois pas. Après tout, mon cœur est maintenant celui d'un vieil homme, qui cache sa mort dans le corps d'autrui. Dans les Cuirasses d'autrui. Dans les cadavres d'autrui. Au fil des guerres, je suis devenue misérable. Telles ces larves de Guêpe qui s'empiffrent dans les chenilles parasitées pour ne pas encourir le risque d'être frappé par la Mort de sitôt.

    ...

    Un vrai fantôme, hein ? Un peu comme la maison, à ta gauche. Je te suis des yeux, te soutient dans ta démarche involontaire, dans tes mimiques perdues. Tu n'en as peut-être pas conscience, mais cela faisait depuis des années, voire peut-être bien des siècles que le feu à dévorer ta Cuirasse. Cela ne t'avait visiblement pas intimidée et t'y avait pénétré sans tergiverser, comme une souris alléchée par l'odeur d'un fromage...

    Au loin, un homme gronde. Je crois comprendre. Veux-tu échapper à tes prétendants ?

    Soudain, la Lanterne clignota. Elle avait réagi dans mes mains, comme pour sceller notre promesse. Sa lumière capta immédiatement ta silhouette naguère fantomatique, tes souvenirs à réveiller...Est-ce pour cela, que tu connues de me protéger ?

    Il y avait des voiles, autour de son âme. Cela ne faisait déjà aucun doute à l'époque. C'est toujours le cas. Cela dure depuis des générations et ses mailles sont devenues terriblement solides...

    Mais laisse-moi t'aider, cette fois-ci.

    Cette jeune fille qui te ressemble tant n'est pas censée être une poupée de chiffon."


    Transylvanie - An 445 - Première Lueur

    J'ai fini par la recueillir.

    Emmitouflée dans sa fourrure de loup, la jeune fille avait observé avec curiosité la demeure un peu froide que j'avais pour habitude d'appeler maison. C'était une expression inhabituelle pour moi, et je la redécouvrais avec une certaine joie : Liv avait l'air si étonnée de découvrir le paysage de Transylvanie, ces grandes portes et ce hall qui s'était ouvert sur nous, que j'en oubliais la Guerre et le Dédale. J'avais toujours vécu seul, aussi bien hanté par les silencieuses petites fourmis humaines que par mes propres fantômes, dont ceux des geôles que je n'avais pas encore sû rendre inutilisable.

    A peine la porte s'ouvrit, que l'ombre d'une jeune femme me fila sous le nez. Sa petite silhouette avait dérobé les mains de ma nouvelle venue. Ou plutôt, ma fille adoptive.

    "Oh, une nouvelle ! Comment t'appeles-tu, toi ?
    - Liv. Je m'appelle Liv...


    La servante enleva aussitôt sa cape pour recouvrir la jeune rousse. Un regard avait suffit pour dérober le coeur de la tendre Dusa...

    - Liv. C'est un très joli nom que voilà. Dans ma langue, Liv se dit Hilf. Et ça signifie "Protection". Mais j'oublie, moi c'est Dusa !

    Tant d'énergie m'avait fait rouler des yeux à l'époque, et je ne sus que plus tard que ce ne serait pas la dernière fois. Liv, quant à elle, s'était montrée silencieuse mais courtoise. D'un mouvement de tête, je l'avais invité à me suivre, traversant quelques escaliers de pierres, une ou deux cheminées qui avaient parfois pu réchauffer la pièce. Nous arrivions finalement dans un salon assez grand, où de petits fauteuils nous offraient visuellement leur confort.

    "Bien. Je me rends compte que nous n'avons pas pris le temps de parler sans être dérangé. Assis-toi, je t'en prie."

    La métisse slavonne m'écouta sans broncher. Liv était déjà militaire de nature, je la sentais déjà ordonnée. Cela m'avait plu, à l'époque. Je crois. Et motivée, je le fus plus encore lorsqu'elle se montra cette fois-ci ouverte à la conversation, aux richesses que pouvaient lui apporter des situations nouvelles...

    "C'est très beau, par ici. Un peu mystérieux...Et froid. Mais ça me change du brouhaha des autres villes. J'ai l'impression de retourner chez moi, quelque part." Ses doigts tapotèrent le tissu du fauteuil, crescendo. Etait-ce son tic lorsqu'elle réfléchissait ? Si certains s'en formaliseraient certainement, je trouvais cela amusant. Un brin trop impérial pour quelqu'un venant d'arriver dans ma demeure. "Vous ne m'avez pas pris sous votre aile par hasard, n'est-ce pas ?"

    Sa question n'avait rien d'original, ni même d'étonnant. Tout en massant mon crâne, je ne fis que satisfaire davantage son esprit si avide de réponses.

    "Oui. J'ai fait la promesse à l'un de tes parents."

    Oh. Etais-tu déçue ?

    "Oh...Je vois. Vous avez pourtant l'air jeune...
    -Les apparences sont parfois trompeuses, jeune fille."


    Je n'aurais pas pu être plus explicite qu'en cet instant. L'ironie me frappa aussitôt d'un revers de la main lorsque je m'étais souvenue que la jeune fille face à moi n'était pas Mara. Un silence s'imposa en laissant tous les deux être les proies à notre fatigue. Le voyage avait été long. Morphée n'aurait su se montrer plus tentateur, pour autant du coup de l’œil, un mouvement s'était incrusté dans ma rétine. J'avais vu Liv se lever. Curieuse, mais toujours aussi calme, je me souviens de ces yeux saisissant qui furetèrent vers les meubles puis vers le bureau, où reposait une plume et quelques parchemins historiques. Sa fascination pour ces objets de valeurs m'avait tiré de mes demi-songes et je l'en remerciais : pour les cinq années à suivre, nous nous étions trouvé un point commun.

    "Tu sais lire et écrire ?
    - Oui, mon père m'a appris."


    Bien. Passant une main sur le manche de mon épée qui pendouillait à ma ceinture, j'avais éclairci ma voix, dans l'espoir de capter son attention. Gâteux ? Oui. Un peu. Déjà.

    "Alors, tu vas adorer la petite bibliothèque que j'ai agencé. Je t'ai aussi préparé une chambre, Dusa te la montrera..." A ces mots, ma main avait automatiquement saisi l'un des parchemins que j'avais laissé de côté, de peur qu'elle ne l'aperçoive. Mais je n'avais pas pu lui tourner bien longtemps le dos ; après autant de chemin, cette fille avait besoin d'être rassurée. "Je veux que tu te sentes bien, ici. Dès aujourd'hui, je te considère comme ma fille adoptive. Sauf si cela te gêne ?"

    Ébahie, son trouble ne passa pas inaperçue. Bien vite pourtant, elle chassa ses émotions pour reprendre son masque.

    "Non...C'est juste que'on ne me traitait pas aussi bien à Rome, après l'attaque des armées de Bélisaire. Et pourtant. Ce n'est pas dans ce pays que je me voyais être traitée une gentille dame. "

    "Je n'ai peut-être pas tout ici, mais tu auras de quoi bien vivre. Et surtout, tu sauras te défendre, j'y tiens..., confiai-je, en ne recevant pourtant que pour seule réponse un soupir détaché. Las. "Tes parents sont morts avant que j'ai pu les voir à Rome. Cela me chagrine"
    - Non, ne soyez pas ainsi triste. De son vivant, mon père me racontait souvent des histoires. Il me disait que certains d'entre nous mourraient étrangement dans la famille. Aujourd'hui, je crois qu'il n'y a plus que moi. Mais, je crois aussi que c'est la Vie. Et j'irais jusqu'au bout des choses.

    Ce jour-là, ce fut sa détermination qui me marqua. J'allais lui avouer la vérité quand une petite voix m'avait dicté le contraire. Mieux valait ne pas l'inquiéter, et remédier au souci par prévention...

    "Liv. As-tu conscience de ton cosmos ?"

    Transylvanie - An 447 - Deuxième Lueur

    Ce jour-là, Liv avait failli mourir. C'était la deuxième fois, et depuis bien longtemps, je ne croyais plus hasard. Alors je l'avais prise par le poignet pour l'emmener dans l'une des rares salle où l'on pouvait espérer parler de son épée de Damoclès, en face-à-face.

    "Bon. Eh bien, je crois que je te dois la Vérité, maintenant.
    - Volontiers. Ces non-dits m'agacent et l'idée d'être constamment sous surveillance ne me plaît pas.


    Mes yeux se posèrent sur la jeune fille que je venais tout juste de sauver... Par où commencer ?

    Inspiration.
    Expiration.

    "Je ne t'ai pas recueilli pour rien. Dans ce monde, tu te sentiras probablement différente : tu analyseras les choses avant d'agir, pour éviter de faire un faux pas. Et tu auras bien raison. C'est en cela que porte notre entraînement."

    J'avais soupiré contre le Destin, en posant la Lanterne à mes pieds. Sa Lumière devait désormais protéger deux personnes...

    "Tu es vulnérable pour le moment, Liv. J'ai peur que la Mort ou la Folie t'emportent. C'est comme cela que les tiens meurent jeunes depuis des générations. Pas seulement parce que le glaive a frappé une fois le dos de ta première ancêtre. Pas non plus parce que ton autre ancêtre a bu une coupole d'eau empoisonné qui lui était destinée. Et encore moins parce que la folie d'un cadet vous a conduit au bord d'un gouffre des décennies après. Il y a d'autres raisons. "

    Cette révélation ne l'avait pas fait chavirer d'un iota. Pas le moins du monde. Le sang-froid - dont elle fit étrangement preuve - avait révélé une bravoure que je lui concédais encore volontiers. Moi qui m'était attendu à sécher quelques larmes de crocodile, son silence m'avait toujours empêché de savoir à quoi elle pensait réellement...

    "C'est stupide. Comment vivre, si c'est pour rester à l'écart, rester à jamais dans l'Oubli ?"

    Je n'en ai pas la réponse...

    Cela me renvoya vers notre doux passé. Du temps où j'avais un autre visage, où la Mort ne me menaçait pas à chaque instant. Il y avait de bons parents dans sa chair : des hommes vaillants, des hommes opportunistes, et de malheureux jeunes enfants, morts trop jeunes pour connaître la gloire à laquelle ils auraient pu aspirer. C'était une jeune fille avec beaucoup de noblesse. Un peu comme toi.

    Je voulais la tenir éloignée des cruautés de ce monde...

    "Le Monde est devenu dangereux. Il y a un truc qui te colle à la peau. Qui veut ta peau. La Mort n'est pas que physique : elle est aussi morale. Et...maintenant, cela m'inquiète. " Un sourire étira mes lèvres, afin de la rassurer. " Je ne serais pas toujours là, mais si tu restes ici, j'en serais rassuré. Ce sera compliqué, mais rien n'est infaisable. J'échappe moi aussi à la Mort depuis très longtemps. Et, j'ai mes astuces. Ma Cuirasse, aussi. Cela change la donne. Tu dois devenir invisible pour le moment... "

    Me levant, ma main vint se poser sur son épaule, lui solliciter une réponse. Bientôt, que ce soit dans deux semaines, dans un mois, dans un an ou même d'ici une décennie, le Pontifex exigera ma présence. Et je n'allais certainement pas privé ma Fille de mes enseignements en temps de paix.

    Tout pour sa survie. Mon Devoir et le Dédale en étaient presque devenus secondaires pour cette fois-ci.

    Tu me suis ?

    Après quelques secondes d'hésitations, elle m'avait rendu mon sourire.

    Malgré son caractère, Liv était si compréhensive...


    Spoiler:
     



Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 23 ans
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]TRANSISTOR[/b] → [i]Red[/i] est [b]Liv[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Ca fait quelques années déjà
    Comment avez-vous connu le forum :Cf Ryme




Dernière édition par Liv le Mer 3 Juin - 10:39, édité 101 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-bleu1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-bleu  (1/1)
CP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-rouge1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-rouge  (1/1)
CC:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-jaune1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-jaune  (1/1)
Message Re: Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]   Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] EmptyMer 27 Mai - 20:32
Rebienvenue et bon courage pour ta fiche !

Comme d'habitude, n'hésite pas à passer par le conseil du staff si tu as des questions.


Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-bleu1350/1350Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-bleu  (1350/1350)
CP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-rouge600/600Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-rouge  (600/600)
CC:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-jaune1350/1350Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]   Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] EmptyLun 1 Juin - 22:28
Bonsoir,

Je signale que ma fiche est terminée. En vous souhaitant bonne lecture, merci d'avance Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-bleu1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-bleu  (1/1)
CP:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-rouge1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-rouge  (1/1)
CC:
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] G-jaune1/1Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] V-jaune  (1/1)
Message Re: Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]   Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] EmptyJeu 4 Juin - 5:54
Désolé pour l'attente !

Sans surprise, je te revalide donc au rang 5, équivalent Or, avec les points de compétence correspondants. Tu conserves tous les XP de ton personnage précédent, du fait des modalités de reprise du forum durant le premier mois.

Bon jeu !


Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Liv, Berserker du Kochtcheï [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: