Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 Conseil de Guerre [Cardinaux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1/1)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1/1)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1/1)
Message Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 5 Juin - 7:11
Je vois. Bien, vous pouvez disposer.
D'un geste de la main, il invite les gardes à se retirer, ce qu'ils font.

Ainsi donc, Velya a fini par revenir - et semble bien décidé à rattraper le temps perdu. Déjà, on fait état de ses errances aux quatre coins du Dédale, de ses rencontres avec différents Berserkers. Ne s'agit-il pour lui que de s'informer, d'apprendre ce qu'il a manqué, ou bien... ?
Acamas a choisi un mauvais moment pour s'absenter. Non qu'il ait vraiment eu le choix : tout Pontifex qu'il soit, il a ses propres affaires à surveiller. De celles qui ne peuvent être gérées depuis cette antre, où les yeux sont partout au sens littéral. Plus encore maintenant que celui à qui ils appartiennent y a repris ses quartiers.

Qu'importe. Voilà qui est réglé à présent, au moins pour le moment. Et il est temps de parler. Ainsi qu'il l'a lui-même déclaré, la Paix a pris fin, et la Guerre reprend sa place. Harmonie dort désormais, et ne se réveillera pas avant longtemps. C'en est fini de cette attente, de cette patience, de cette passivité qui leur convient si peu. Les armes ont été assez fourbies : à présent, il leur faut trancher.

Sa poigne se resserre sur le manche de sa faux, celle qu'il a emprunté à la Mort - et il l'abat d'un coup sec sur le sol de la Cathédrale. Sa voix porte telle une onde de choc, à la recherche de quatre destinataires bien spécifiques - et d'un de plus, puisqu'il le faut. Ce n'est pas comme s'il allait se priver de s'inviter de toute façon.
J'appelle à moi les fléaux des hommes. Second coup. J'appelle à moi ceux qui amènent les temps à leur fin. Troisième coup. J'appelle à moi la Victoire et le Sang, le Manque et la Peur. Quatrième coup. J'appelle à moi les Cavaliers d'Arès, et que le monde tremble à leur approche !
Le silence retombe. L'air vibre encore de son appel. Chacun d'eux a reçu son message, il ne peut en être autrement. Cette convocation n'est pas seulement la sienne : elle est celle de leur maître. Elle est celle d'Arès. Et s'ils ne peuvent l'entendre de sa bouche, Acamas sera sa voix autant qu'il le faudra. N'est-ce pas là son rôle ?

S'estimant satisfait, il va prendre place - va s'asseoir sur le Trône de Crânes, d'où il pourra les voir venir. Nul doute qu'ils seront bientôt là, qu'ils feront honneur à leur rang. Depuis quand les Quatre Cavaliers n'ont-ils pas tous été réunis ? Depuis combien de temps n'ont-ils pas tous chevauché de concert ? C'est un signe - celui qu'ils broieront bientôt sous leurs sabots ce Sanctuaire délabré et les corps de ceux qui auront prétendu le protéger. Unis, qui pourrait les arrêter ?

Un à un, ils arrivent, répondent présents. Chacun d'eux porte sur le dos une Cuirasse Cardinale - Noire, Rouge, Blanche et Pâle : celles qui donnent sens à toutes les autres, celles par qui tout commence. Telle est la tenue de circonstance pour un tel événement. Son regard s'attarde sur Jehane, à laquelle il n'a eu le temps de parler depuis son retour : a-t-elle déjà pu faire ce qu'il a dit attendre d'elle ? Un échange plus privé sera sans doute de rigueur, lorsqu'ils en auront terminé ici. Mais d'abord...
Je déclare ce premier conclave officiellement ouvert. Il s'appuie contre le dossier du siège osseux, l'arme encore à la main. Vous l'avez tous ressenti, et je vous le confirme. La déesse Harmonie s'en est allée, et avec elle la trêve qu'elle nous imposait. Rien ne nous empêche plus désormais de déferler sur le monde.
Une fièvre passagère éclaire son regard - contrôlée, mais bien présente.
Néanmoins... Avant de prendre notre revanche, il est quelques problèmes qu'il va nous falloir régler en priorité. J'ose croire que vous aurez tous remarqué les hideuses citadelles que les pantins serviles de la déesse sont venus bâtir en nos terres. Ne pensez-vous pas qu'elles ont bien assez souillé notre paysage ? Un sourire se pose sur ses lèvres - il n'est pas sans savoir que certains n'attendent que sa bénédiction. Il est grand temps que nous fassions le nécessaire pour nous en débarrasser. Rappelons-leur où ils se trouvent. Rappelons-leur qui nous sommes. Et qu'ils sachent que nous non plus, nous ne les avons pas oubliés...


Conseil de Guerre [Cardinaux] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VelyaVelyaArmure :
...

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu300/300Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (300/300)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge440/440Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (440/440)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune447/447Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (447/447)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 5 Juin - 11:01
" Ainsi, il a choisi enfin de bouger... "

Ressentant dans sa chair les coups de semonce de la faux de la Mort, il entendit les mots du représentant divin d'Arès de cette génération. Une petite chose le fit tiquer. Ce beau diable avait fait une petite invitation et cela n'était pas pour lui déplaire. Pas une fois il n'avait eu la grâce d'être invité par le Pontifex ... Le regard sombre, la créature leva un verre de sang avant de le boire d'un trait. Il ne comptait pas laisser la moindre marge de manoeuvre à ce petit prétentieux.

Son regard ophidien était perceptible par les serpents qui constituaient une grande part de son refuge. Quelques sifflements répondirent à l'agacement de leur maître. Concentré, il se releva et s'enfonça dans la chair d'un mur. Quelques membranes semblaient souffrir à chaque passage du Vivisectionniste et il devait bien reconnaître que le sang manquait de plus en plus cruellement au Dédale. Il fallait le nourrir au plus vite de sang frais.

Il arriva enfin, invisible, dans la salle du Conseil. Les Cardinaux entraient les uns derrière les autres. Cependant, à leurs arrivées, le Pontifex eut des propos pour le moins surprenants, était-il fou ? Ouuu... Il n'avait pas conscience de certains détails concernant ces maudites forteresses. Le Cardinal de la Guerre avait tenté de les détruire, agissant dans l'ombre à cette fin. Si déclencher une guerre était impossible avec l'influence de la Déesse Harmonie, bien des actions avaient été entreprises pour faire plier les "installations" de la Déesse de la Guerre dans cette partie du monde et cela avait été un échec. Naïveté ? Non. Acamas avait certainement bien des défauts mais pas celui-là, enfin il l'espérait. Il suffisait de voir entrer l'ancien Ase pour se rendre compte que le nouveau Pontifex avait fait feu de tout bois pour reconstituer ses forces. Enfin... Haldor, comme Jehane, seraient de bons éléments pour la suite.

Mérion... Lui était encore une inconnue pour le Vivisectionniste. Il avait surveillé ses petites expériences et avait suivi son évolution. C'était intéressant mais il attendait de le voir sur le terrain. Zvezdan de la Guerre. Si un homme méritait la place d'Acamas, c'était lui. Actuellement, il restait une bonne pièce de rechange si ce Pontifex se montrait aussi compétent que les précédents. Xanthe, Thivan... Ce dernier était né de sa chair, il sera utile par la suite. Le premier était encore un sujet d'étude, il l'utilisera le moment venu.

Alors que tous les "convives" entraient, un nuage de sang se forma au-dessus d'eux. Un filet de sang se mit à tomber de ce dernier et prit rapidement la forme du Dédale de chair.

" Pontifex... Alors que vous nous faites la grâce d'inviter vos plus hauts dirigeants, je dois avouer ma stupéfaction de ne pas avoir entendu mon nom. Est ce un oubli ? Pourtant, je pensais être connu de par vous, non ? "

La balle était dans son camp, à ce pourceau empli d'orgueil.


Conseil de Guerre [Cardinaux] 1476548710080535300

Hélas ! les Portes de vie ne s'ouvrent jamais que sur de la mort, ne s'ouvrent jamais que sur les palais et sur les jardins de la mort... Et l'univers m'apparaît comme un immense, comme un inexorable jardin des supplices... Partout du sang, et là où il y a plus de vie, partout d'horribles tourmenteurs qui fouillent les chairs, scient les os, vous retournent la peau, avec des faces sinistres de joie...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge750/750Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (750/750)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 5 Juin - 11:50
Enfin. Enfin, l’appel était lancé, enfin le Pontifex rassemblait les Cardinaux d’Arès. Jehane espérait bien que directives seraient données pour qu’ils puissent enfin répandre le chaos pour lequel ils avaient été réunis et drapés des Cuirasses de sang. Cette inactivité, cette oisiveté plus ou moins imposée ne convenait décidément pas avec leur rôle le plus profond. Les fauves de la terre ne devaient pas être considérés comme de petits chats domestiques… De plus, sur cette période de calme imposée, la Famine avait répondu aux attentes du Pontifex. Elle avait été Ombres & Murmures, et il lui semblait totalement impensable que certaines choses aient été gardées secrètes. Ses tentatives d’obtenir un entretien avec la voix d’Arès s’étaient soldées par des échecs, aussi ce jour enfin pourrait-elle parler, l’espérait-elle.

Ainsi, comme tous les autres Cardinaux, elle s’était mise en marche. Comme le jour où elle s’était éveillée, elle avait revêtu son armure, sa Cuirasse sombre et bestiale, dont les quatre ailes ne pouvaient se tendre en ces boyaux, et dont le casque aux quatre visages observaient en toutes directions, mais dont tous n’étaient pas encore aptes à rapporter leurs propres murmures… pour le moment. Quoi qu’il en soit, ce fut impatiente donc que la Famine parant la Bête pénétra une nouvelle fois au sein du domaine du Pontifex. Emprunta le pont d’ossements, menant jusqu’à l’autel où la voix d’Arès attendait. Elle ne s’inclina pas, ni ne mis genou en terre, comme elle s’était jurée de ne plus jamais le faire après avoir été Tribut. Seul Arès aurait droit à cette révérence, cette forme de soumission, et ce même si elle connaissait sa place et que respect restaient dû aux deux plus proches serviteurs de son maître.

Lorsque tous les Cardinaux furent enfin rassemblés, les mots résonnent. Le Conclave est ouvert. La sentence est proclamée : Harmonie s’est enfin rendormie alors qu’Arès reprenait ses droit. Était-ce à cela donc que Jehane avait assisté, lors de sa rencontre avec Velya ? Le dernier soupir de la trêve ? Acamas pour sa part semble vouloir en profiter pour qu’ils marchent enfin, et la destination n’est pas si éloignée. Des citadelles qui gâchent le paysage. N’ayant pu sortir pour le bien de ses missions, elle n’avait pu poser son regard d’améthyste sur elle, mais au moins en avait-elle vaguement entendu parler. Serait-ce si simple que cela cependant ? Rien ne le serait, sans doute. Car pour semer le chaos il fallait aussi savoir marcher en son sein. La guerre et la destruction ne sont pas choix de facilité ; voilà pourquoi les lâches préféraient la paix.

Mais avant que toute réponse puisse être apportée sur ce point, un cinquième « invité » fit son irruption. Le Vivisectionniste depuis son éveil aimait à rappeler sa présence de ci de là. Si Jehane était venue le rencontrer après son premier coup d’éclat, elle avait aussi appris qu’une autre de ces apparitions avait eu lieu, avec le récit que lui en avait fait sa Péri. Et directement vient apporter une certaine tension, une touche de discorde et de pression sur le Pontifex. Finalement, qu’est-ce qui allait avoir lieu ici ? Un conseil de guerre, ou un combat de coqs ?


Conseil de Guerre [Cardinaux] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1350/1350)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 5 Juin - 14:13
L'appel, enfin !

L'écho s'était répercuté dans toute la Citadelle, atteignant Haldor. La cuirasse pâle s'était alors emparée de son corps, générant autour de lui la traditionnelle brume qui émanait de sa personne, cette aura argentée dont il tirait un de ses titres. Son arme titanesque dans le dos, il était donc parti vers la source de l'appel. Si Acamas réunissait ses Cardinaux, c'est que les choses allaient enfin bouger. Et c'était pour le mieux : la Mort s'impatientait.

Il ne mit pas longtemps à rejoindre les autres et chacun prit place. Pour le colosse, nul besoin de poser genou au sol : un simple hochement de tête pour saluer son sauveur était suffisant. Ce dernier connaissait le colosse et n'y verrait nulle insulte. Famine, Pestilence, Guerre et Mort. Les Fauves seraient bientôt relâchés. Les premières paroles. Et la présence de l'autre, le "Corps". Toujours spectaculaire ces petits effets de sang. Et toujours aussi dégueulasse à dire vrai.

Alors que Velya prend lui aussi la parole, Haldor ne peut s'empêcher de penser qu'il serait difficile pour le Pontifex de se faire entendre si cette chose décidait de le discréditer devant ses propres Cardinaux. Il espérait que Velya n'était pas ici pour agir contre l'homme. Car si leur première rencontre s'était bien déroulée, le colosse n'obéissait qu'à la Voix d'Arès. Qu'en était-il pour les autres ? Son regard se posa sur Guerre. Lui aussi lui avait parlé des Citadelles ennemies. Les détruire ? Même lui savait que si ce n'était pas déjà le cas aujourd’hui, c'était précisément parce qu'elles devaient être extrêmement bien protégées. Alors quoi ? Ignorant la remarque de Velya qui ne lui était pas adressée, la voix du colosse s'éleva :
    - J'suis d'accord. Il est temps qu'on s'bouge le derche. Mais si ces citadelles sont là, et toujours intactes, c'est qu'elles sont protégées. Que proposes-tu Acamas. Entre "vouloir" et "pouvoir", il y a une différence.

Depuis quelques temps maintenant, Haldor évoluait. Il ne s'en apercevait pas clairement, c'était léger. Mais son ancienne personnalité revenait. Fondamentalement, il restait le même. Mais sa nature guerrière reprenait de plus en plus de place, écrasant son côté "candide". Cette histoire de Citadelle n'était finalement qu'un des nombreux points à voir. Car s'il fallait rappeler à Athéna qui ils étaient, il en faudrait plus. Elle n'aurait sans doute pas oublié que son dernier Grand Pope avait perdu la tête à cause du Pontifex. Nulle doute qu'elle aussi s'était préparée en conséquence pour faire face à la fureur des guerriers d'Arès.
    - Les Légions des Cendres n'attendent que les ordres.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1650/1650)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 5 Juin - 17:53
Victoire, Sang, Manque et Peur.
J'aurais presque croire que je suis le seul appelé à la table du Pontifex, si ça avait été les seuls paroles de l'appel.

Après tant d'années, Cardinaux et Pontifex réunis en ce qui ressemble à quelque chose de cohérent, d'à peu prés fiable, viable, solide. Loin de l'absence ou de la fragilité de jadis, là où les Cavaliers manquaient, ou alors les Pontifex, ou bien même les deux. Arès a appelé ses Hérault, ils ont répondu, et cette fois-ci, ils ne semblent pas éphémères. Du moins... Pas trop. Eh bien soit : répondons donc à cet appel. La Guerre se met en marche, de nouveau.

Quelques pas, pour y arriver, pour m'y rendre, plus prestement que d'habitude. Je n'ai pas cette paresse tranquille qui m'habite parfois, non. J'ai hâte. Hâte à beaucoup de choses. Semer la Guerre parmi les Citadelles et leurs pantins, marcher sur le Sanctuaire et sur ses résidents, conquérir un Empire et ses citoyens. Et toujours, cette éternelle hésitation, ce doute que j'ai, sur ce que je ferais quand Constantinople sera au creux de ma main : la brûler, la réduire en esclavage ?
J'y pense, et je souris. C'est bien dommage que ta femme se soit éteinte, Empereur Justinien. J'aurais aimé la souiller devant tes yeux impuissants, juste pour que tu saches ce que ça fait.

Simple tribut de Guerre, n'est-ce pas ? Toi et les tiens devez être familiers au concept.

Un air trop serein pour être anodin sur mon visage, je me rends là où se rassemblent les maux de l'humanité, pour arriver jusqu'à l'Autel et prendre place prés des autres Cardinaux. Une œillade vers chacun d'entre eux, deux familiers, et la troisième non... Me semble-t-il. Tribut d'une autre époque, ai-je entendu dire. Une époque que je n'ai pas connu, mais...
Mais comme la dernière fois, ce drôle de sentiment. Ces yeux particuliers... à la fois inconnus, mais familiers. Tseh. Toujours aussi capricieuse, foutue mémoire, hm ?

Peu importe. N'importe que ce qu'a à dire celui qui nous a ressemblé, haut sur son trône.
Plus d'Harmonie. Et avec elle, le retour des chiens de Guerre. Plus d'une paix factice que personne ne respecte réellement. Les gens ont-ils réellement cessés de faire la guerre, pendant sa présence ? Non. Non, la déesse ne pas que contenir, pas arrêter. Un pansement d'apaisement sur la plaie béante du conflit : l'humanité saigne son agressivité depuis toujours. Née du conflit, prospère dans le conflit, précipite sa ruine par le conflit, s'éteindra par le conflit.
Après tout, les Dieux sont les premiers garants de cet ordre des choses.

Les Dieux et les Faux-Dieux. Les créatures surpuissantes, les monstres d'Ego. Tu en as mis du temps à sortir de ton trou, Velya.

J'observe sa petite mise en scène, le visage neutre. Dans mes yeux, un courroux froid, maîtrisé. Plus tard, ton cas. Plus tard. En attendant, je vais être curieux de voir le traitement que te sert le Pontifex, et l'inverse. De voir les relations, les allégeances et les dominances... Ou leur absence.
J'ai le temps. Je suis quelqu'un de patient. Plus qu'à une certaine époque.

- J'ai moi-même ma propre proposition, à vrai dire. Une œillade vers Haldor, un sourire féroce sur mes lèvres. Un regard vers Acamas, puis un pas en avant, pour prendre l'espace. Et une phrase, pour reprendre les derniers mots du Pontifex. De leur rappeler comme il est facile d'inciter la guerre dans les esprits belliqueux, aussi. Qu'ils sachent que nous aussi, l'on peut jouer le jeu des pions et des manipulations. Une voix claire, pour me faire entendre, une malice déterminée dans mon regard. Pas la malice d'un plaisantin, mais celle d'un stratège.

- Haldor a raison, les Siebenburgen sont bien protégées. Les Saints veillent, et les éveillés de la garde Scholai les épaulent. Athéna a apposée des sceaux sur les fondations de chacun des Citadelles, et ces sceaux sont la base de grands cercles cosmiques qui entourent ces places fortes. Les chiens de Sagesse ont l'avantage de la logistique byzantine, l'influence, aussi. Mais ici... C'est différent. Une pause, le temps de laisser les informations circuler. Ici, leurs pantins, ce sont des mercenaires et chefs de guerre Germains. Et ils sont bien éloignés du noyau dur de l'influence Byzantine.

Plus la toile du pouvoir est grande, plus il est difficile de la maintenir sous contrôle.


Et Athéna semble experte, dans l'art d'avoir les yeux plus gros que le ventre.
Déjà d'ici, ils doivent tous deviner où je veux en venir, au moins en partie. Alors venons-en au fait : c'est bien assez de mise en contexte et explication pour gérer ce cas.

- J'ai demandé à Esther d'aller espionner dans les Citadelles, pour en apprendre plus. Les lieux, leur hiérarchie, qui contrôle, savoir si les Saints assument un rôle d’éminences grises, ou si les seigneurs sont des alliés conscients de leur rôle dans les plans d'Athéna. En savoir plus sur ces sceaux, aussi. En somme : juger de leurs défenses et effectifs militaires, mais aussi, juger de leur... Cohésion. De leur fidélité. Les Germains sont des guerriers et des conquérants. Leur faire miroiter conquête, profits et terres à obtenir, pour perturber le status quo. Inviter la Guerre à leurs portes et dans leurs esprits, sans même investir nos armées. Pas dans un premier temps, en tout cas. La voilà, ma proposition.

La porte d'entrée est trop solide ? Soit : allons corrompre le portier.

- J'ai quelques contacts dans la région qui pourront aussi me donner des informations à ce niveau, et quelques idées sur comment mettre cette idée en place, selon ce que nous rapporte Esther. D'abord, repérage. Puis action. Battre les Saints à leur propre petit jeu d'échecs, voilà qui serait coquasse, hm ?

Puis si ça ne fonctionne pas, j'suis à peu prés sûr qu'on aura des volontaires pour passer par la porte de devant, et qu'aujourd'hui, ça sera plus envisageable qu'hier. Hein Haldor?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge650/650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (650/650)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyDim 7 Juin - 22:46
L'appel est lancé. Il résonne à travers le Dédale. Des coups. Portant des mots. Une autorité. Celle du Pontifex, bien entendu. Mais qui n'est finalement celle que d'une seule entité. Un invisible. Une divinité. Non pas celle qui apaise. Mais celle qui éveille. Oui, l'appel est lancé.
Les coups résonnent. Puissants. Autoritaires. Ils résonnent, pas dans ces simples murs, pas de ce labyrinthe cartilagineux. Mais dans ces quatre cœurs battant. Dont le sien. Il ouvre un œil. Alors que son corps est installé dans les hauteurs de cet estomac. Alors qu'il observe cette fosse, cette stagnation, qui elle-même semble répondre à cet appel, tel la surface calme d'un lac, dérangée par l'intrusion d'une pierre.

L'appel est lancé. Et c'est par une simple impulsion qu'il se lève. Alors qu'elle vient lentement le recouvrir. Blanche. Couronnée. Le Cardinal se laisse alors lentement tombé. Pour rejoindre ce mouvement organique. Pour rechercher, à travers ces couloirs, le seul lieu dans lequel il doit être, en cet instant précis. Comme eux.

Le Faucheur, et sa morte lame.
Haldor, qui se prépare déjà à abattre sa funeste sentence.
La Bête, d'ombre et brume.
Jehane – non, Famine – silencieuse et observatrice.
La Stratège, dansant avec la guerre.
Zvezdan, à l'intelligence et à la patience du maître de guerre.
La Vermine, et sa nature d'ivoire.
Mérion, l'apprenti qui a pourtant lui aussi été convié, alors que son heaume semble s'effacer en une poussière invisible.

Libérant son visage, tandis que ses yeux d'ambres viennent chercher ceux du Pontifex. Dont la voix vient à dominer les lieux. Pour poser les réalités. Harmonie s'est endormie. L'Instinct se réveille. Un battement de cœur traverse un instant sa poitrine. L'instant guerrier, sauvage, animal, bestial. Le leur.
Et le sien. À celui qui arrive. Un nuage. Une goutte. Qui s'extraie de cet agglomérat. Le Dédale accouchant de cette silhouette. Sans hurlement. Mais avec cette même particularité. Ces mêmes sons. Velya. Qui fini par interrompre cette audience, pour lancer son fiel.

Un regard vers lui. Pour le détailler. Une œillade. Vers Zvezdan. Une compréhension.
Observe. Écoute. Et apprend. Comprend le regard du Stratège, pour réagir. Car des choses auraient pu être lancées … Et il préfère, alors, lui, aussi, le silence. Haldor n'a lui-même pas pris la peine de réagir. Il n'est donc pas nécessaire.

Méfiance.
Méfiance envers cet homme.
Cette chose.

Le Stratège devient vite le cœur de ce Conclave : informations, contextualisation. Tout est donné pour permettre une certaine compréhension de la situation. La plus complète ? Difficile à dire : dans une guerre, les différents partis savent cacher certains atouts. Il est donc essentiel de connaître. D'apprendre. De faire, aussi.

« Ces différents sceaux … Leur fonctionnement est essentiel, en effet. » Il prend la parole. Une main dans son dos, l'autre maintenant son bâton. Il regarde le Pontifex, puis Zvezdan. Puis l'assemblée. « Le fonctionnement du cosmos est parfois similaire à celui d'un corps. Les Citadelles sont éloignées du cœur, avec les désavantages que cela offre. Une alimentation, voilà le point commun. Mais comment sont alimentés ces sceaux ? À la différence du corps, le cosmos n'a guère besoin de logistique matériel. Mais de liens. » Il caresse sa lèvre inférieure de son pouce, son regard un temps perdu. « Il a besoin d'énergie. Qu'il trouve quelque part. Sur Nos terres. Ainsi, outre la fonction principale, même si nous pouvons lancer une hypothèse de sécurité et de surveillance, il serait important de connaître cette origine. »

Il observe Zvezdan, une lueur malicieuse venant habiter ses yeux. « Chaque arme possède sa logistique. Trouvons les ressources qui permettent aux sceaux de fonctionner, ou les liens qui permettent de les alimenter … » Il semble réfléchir, un instant. Les idées glissent dans ses yeux. Il imagine. Puis l'observe de nouveau. « De là, nous pourrons infecter la chose qui tient le rôle de source. » La source. Le protecteur. L'alimentation. Qu'importe son nom. « Cela aurait-il une utilité pour toi ? » Il serait dommage que certains éveillés, en charge des sceaux … viennent à être guider vers la mort par ce lien.

Puis le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1/1)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1/1)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1/1)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyDim 14 Juin - 8:29
À l'absence de surprise générale, Velya a choisi de se manifester. Acamas n'est pas sans savoir que la plupart des Cardinaux ont déjà eu le plaisir relatif de recevoir sa compagnie, sans l'avoir demandée.
Ainsi sont-ils déjà familiers de ses petits tours, et nul ne cille en le voyant ainsi apparaître devant eux : il n'aurait pour rien au monde raté une telle occasion de faire l'intéressant. Le poing soutenant sa mâchoire, le Pontifex l'avise d'un air placide, neutre à souhait.
Je ne pouvais savoir si vous seriez des nôtres, seigneur Velya. Je n'ignore pas que vous avez vos propres préoccupations. Mais si vous préférez que je vous convoque directement, je saurai m'en rappeler la prochaine fois.
Tout ceci n'est que jeux de postures de toute façon, ils le savent aussi bien l'un que l'autre. S'il avait exigé sa présence, le vampire se serait insurgé de son outrecuidance - et ce n'est pas de toute façon pas comme s'il lui fallait venir « en personne » pour tout savoir de leurs échanges. Autant y couper court, donc, les sujets du jour étant autrement plus importants que ces mesquines chamailleries.
Ravi que vous ayez pu vous libérer. Je vous en prie, prenez place.
D'un geste de la main, il l'invite à s'installer où bon lui semblera - la pièce n'étant de toute façon pourvue d'aucun siège, sauf pour celui qu'il occupe lui-même. Libre à leur « invité d'honneur » de s'en fabriquer un s'il tient à son petit confort. Non, il n'est pas dans leur intérêt de perdre ainsi leur temps, pas alors qu'ils sont enfin libres de leurs mouvements. Sans en détenir la preuve, il soupçonne que l'absence de Velya ait à voir avec cette inertie forcée, ou avec celle qui en était la cause.
Elles sont protégées, oui, répond-t-il à Haldor, mais aucune protection n'est infaillible. Achille vous le dirait, si la sienne ne lui avait pas fait défaut.
Si fameusement que le terme est entré dans l'histoire. Aucun bouclier n'est invincible, aucune défense infranchissable, surtout pour qui a la Guerre de son côté. Et justement, il laisse la parole à Zvezdan alors que celui-ci partage avec tous ce qu'il a pu apprendre, n'ayant pas attendu pour s'y intéresser. Et si ses efforts n'ont pas encore porté leurs fruits, ils n'ont pas pour autant été vains.

Le Cavalier Rouge soulève nombre de points pertinents, démontrant qu'en dépit de ses attributions, il a autre chose dans la tête qu'une simple soif de carnage. Cette clairvoyance lui est-elle propre, ou est-ce d'avoir dû mener leurs armées quand nul autre ne le pouvait qui l'a rendu si avisé ? Si Acamas n'était venu s'en emparer, la place de Pontifex lui aurait sans doute échu tôt ou tard. Un signe de tête approbateur fit office tant d'éloges que de remerciements.
Le Cardinal de la Guerre a raison. Athéna cherche à étendre toujours plus loin son influence, mais elle n'a pas les moyens de sa politique. En plus de ses propres terres, il lui faut à présent tenir Rome pour s'assurer que les Oracles rescapés ne viennent pas y semer les graines de la révolte. Avec le nombre d'ennemis qu'elle s'est fait au fil des âges, je doute que ce soient les seuls sur lesquels il lui faut garder un oeil.
Les Spectres enfermés en Chine tous les deux siècles viennent évidemment à l'esprit. Et tant d'autres, tant d'autres... Le panthéon grec a posé les fondations de ce qu'il est aujourd'hui dans l’ichor de ceux qui leur ont fait obstacle. Il serait naïf de croire qu'Athéna n'a pas fait sa part. Arès aussi, bien sûr, mais lui n'a pas l'audace de prétendre avoir les mains propres.
Son influence auprès de l'Empire Byzantin lui permet d'y pallier dans une moindre mesure, mais ce n'est qu'une maigre consolation. Je doute qu'elle se passerait de déployer des Chevaliers d'Or pour nous tenir en respect si elle le pouvait : nous devons après tout être la plus grande menace qu'il lui reste à craindre à l'heure actuelle. Les Oracles défaits, les Marinas silencieux, les Ases aux prises avec eux-mêmes... Qui reste-t-il encore sur l'échiquier en cette ère ? Par ailleurs, notre calme de ces derniers mois ont dû prêter à croire que nous avions nous aussi besoin de panser nos plaies... Alors que nous sommes en réalité plus puissants que nous ne l'avons été depuis des années.
Son regard parcourt l'assistance, empreint d'une certaine fierté. Même en se basant sur ce qu'ils avaient pu voir à la bataille de Milan, ils n'ont aucune raison de croire que les Berserkers disposent de plus de trois Cardinaux. Et c'est sans compter ceux qui les ont rejoint depuis lors, certes plus faibles, mais non moins nécessaires au renforcement de leur armada.
En somme, c'est probablement le meilleur moment si nous voulons agir. Mais il nous faudra être prudents. Si notre... Intérêt pour ces constructions devient trop flagrant avant que nous ayons pu porter un coup décisif, nous ne réussirons qu'à éveiller sa méfiance et l'encourager à masser plus de troupes à nos portes. Un siège ne serait pas à notre avantage, il y a trop d'inconnues dans la balance.
Prudence est un mot honni en ces murs, qu'on ne prononce que rarement - mais qui est ici d'application, qu'importe les dents qu'il fera grincer. Quelle que soit l'idée que la Sagesse ait derrière la tête en faisant bâtir ces forteresses - ne s'agit-il vraiment que de les tenir à l'oeil ? -, leur meilleure chance de s'en débarrasser est de frapper avant qu'ils aient pu consolider plus encore leur position.
Ceci étant dit... Je souscris à cette proposition. Mais si toute information supplémentaire est bonne à prendre, j'aimerais particulièrement en savoir davantage concernant ces sceaux. Que ce soit leur disposition exacte ou des inscriptions qu'ils comportent, ce sont autant de détails qui pourraient nous aider à les affaiblir.
Voire à les briser, mais mieux vaut ne pas trop s'avancer. Athéna n'est pas venue les poser en personne - ils s'en seraient aperçus. Ils ont dû être amenés depuis quelque part, confiés à quelqu'un pour qu'il les appose en son nom. Qui, donc ? Par combien de personnes sont-ils passés pour arriver à destination ? Ce sont autant d'options pour obtenir ces renseignements.
Je ne sais jusqu'où Esther est capable d'aller par ses propres moyens, mais peut-être serait-il bon d'organiser une diversion pour lui faciliter la tâche et, qui sait, lui permettre de s'aventurer plus loin... Si nous mêlons nos gens aux marchands de passage qui y séjournent, ce ne devrait pas être compliqué. Je sais que les opérations délicates ne sont pas du goût de tous, dit-il en lorgnant vers Haldor, mais ce n'est qu'une étape avant de pouvoir en revenir à des méthodes plus... Traditionnelles. Et à ce sujet... Maintenant que vous avez eu le loisir de vous familiariser avec vos subalternes, je pense qu'il est temps que nous commencions à discuter du rôle qu'auront à tenir chacune de vos légions. Si la Guerre reste pour chacun d'entre nous notre nature première, un peu plus d'organisation ne saurait nous nuire.
Le silence plane un instant, alors que son attention se porte sur la première intéressée.
Cardinale de la Famine, j'ai déjà pu constater par moi-même votre discrétion. C'est une qualité trop rare parmi nous, et j'attends de vous que vous l'inculquiez à vos hommes. Vous et la Légion des Ombres serez en charge de tout ce qui a trait au renseignement et aux missions furtives. En ce sens, je compte sur vous pour prendre contact avec le Centurion de la Tarentule lorsqu'elle sera revenue de son expédition. Je sais qu'elle n'est pas sous vos ordres, mais je suis certain que vous trouverez un intérêt dans ses compétences particulières.
Sans doute n'en sera-t-elle pas étonnée : après tout, il lui a déjà confié une première mission, même s'ils sont seuls à le savoir. Ce n'est que suite logique.
Bien sûr, le Cardinal de la Guerre travaillera en étroite collaboration avec vous dans le cadre ce projet précis. Puisqu'il en est à l'origine, je ne voudrais pas lui donner l'impression de l'en déposséder. Cependant, il va être absent quelques temps et ne pourra donc pas s'assurer lui-même de son bon développement. Je compte en effet me rendre en Atlantis, et j'entends qu'il m'y accompagne. Ses prunelles ambrées se tournent vers l'intéressé, jaugeant sa réaction. Il est, je pense, le plus au fait de nos récents rapports avec les Marinas, et donc le mieux placé pour m'épauler dans cette rencontre.
Il scrute les visages, tous autant qu'ils sont, se demandant si cette perspective suscitera quoi que ce soit chez l'un d'entre eux.
Cela fait trop longtemps que nous n'avons pas entendu parler d'eux pour que ce soit anodin, et je suis curieux de savoir ce que ça cache, expliqua-t-il en se renfonçant dans son siège macabre. En outre... L'admettre ne me procure aucune joie, mais si nous voulons voir brûler le Sanctuaire et tous ceux qui s'y trouvent, le meilleur moyen d'y arriver et de ne pas compter sur notre seule puissance, si grande soit-elle. Ne péchons pas par excès d'orgueil. Il va nous falloir des alliés. Et en tant que grands absents des dernières confrontations, ils ont dû pouvoir préserver leurs forces, et cela fait d'eux les meilleurs que l'on puisse envisager. Ce n'est pas le seul facteur à prendre en compte, mais l'argument se suffit à lui-même : qui, plus que les puissants, mérite de marcher à leurs côtés ? Cela pose-t-il un problème à quelqu'un ?

Citation :
Il n'est pas nécessaire de respecter l'ordre du premier tour, postez quand vous le voulez | pouvez. N'hésitez pas à vous arranger entre vous si nécessaire.


Conseil de Guerre [Cardinaux] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VelyaVelyaArmure :
...

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu300/300Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (300/300)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge440/440Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (440/440)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune447/447Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (447/447)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyDim 14 Juin - 11:26
Le Vivisectionniste fit une petite courbette d'usage et se plaça à la droite du Pontifex, restant debout. Il écoutait les uns et les autres, le bal venait de commencer... Chacun faisait son office dans cette sarabande de guerriers. Un sourire aux lèvres, il observa un long moment le Cardinal de la Pestilence. Il allait le saluer quand quelque chose le bloqua, un sentiment de menace ? Il ne saurait dire. Plissant légèrement les yeux, il ne disait rien. Ce n'était pas le moment de comprendre la raison de cette sensation.

Jehane, Haldor, Zvezdan... Aucune surprise, ils étaient tels qu'il les connaissait. Vélya opina de nombreuses fois aux interrogations et affirmations du Cardinal de la Guerre. Ce dernier avait été observé depuis des années, de nombreuses recherches avaient été accompli sur son passé afin de le lier par le chantage. Cependant, certaines découvertes l'avaient conduit à ne pas se mêler des affaires de cet homme, la créature savait où mettre les pieds et les desseins des Olympiens n'étaient pas à sous-estimés. Les Nebojša ... Descendants des Singidùn... La tour de Singidunum.... Peut-être que le nouveau Pontifex se montrerait curieux et obtiendrait les mêmes informations, devait-il en parler et mettre en danger l'unité de l'armée d'Arès ? Non évidemment. Il ne comptait pas jouer avec les divisions.

Il fallait avouer qu'Acamas jouait un jeu dangereux, en prenant dans l'armée d'Arès des rescapés des autres forces occultes de ce Monde. Haldor en était le symbole même, et, certaines sources lui avaient appris que les Ases étaient actuellement en mouvement. Pfff.... Quelle ironie ... Toutefois, la réaction de la Cuirasse de la Mort était un signe à ne pas omettre. Thanatos en personne avait donné sa bénédiction, le cosmos de l'armure en avait fait foi.

Alors qu'il était en train d'étudier chacun, le Pontifex reprit la parole et fit un point. Vélya embraya de suite.

" Monseigneur a raison sur tout cela. Permettez moi de vous indiquer la raison pour laquelle nous avons eu quelques difficultés pour contrer les actions d'Athéna dans nos belles forêts. Beaucoup d'entre vous l'ignorent mais les anciens Dieux de Transylvanie ont été détruit autrefois par les Dieux Olympiens, il n'en reste plus grand chose. Notre terre est vue par nos ennemis du sud comme le terreau de possibles richesses inconnues. Et "elles" doivent le rester. "

Un silence.

" Second point, Athéna a obtenu l'aide d'une autre divinité. A n'en point douter. En effet, autour de chaque forteresse, une force repousse nos créatures ou les détruit même. La question est qui et j'espère que la petite Araignée trouvera des réponses. Je vous invite donc à prendre garde de ne pas éveiller la colère de cet inconnu dans l'équation. En cela je rejoins la prudence de notre Pontifex. "

"Notre". Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Vrai qu'Acamas l'avait surpris sur l'instant, les derniers Pontifex n'ayant pas été au niveau. Bien que les développements avec Thivan promettaient bien des choses. Le regard de la créature se fit moins agressif.

" Pour la diplomatie avec les Marinas, je ne peux qu'y souscrire et apporterait tous les moyens logistiques à ma disposition pour votre voyage. Le dédale créera chevaux et gardes si besoin. J'ai moi même proposé au Cardinal de la Famine une mission sur la terre des Saints, elle est la plus à même de la mener... En effet, de ce qu'elle pourra nous ramener, nous pourrons obtenir des alliés d'importance afin d'affaiblir les Saints, si ce n'est des informations de première importance... "

D'un signe de la tête, Vélya informa de la fin de sa prose. Il avait parlé.



Conseil de Guerre [Cardinaux] 1476548710080535300

Hélas ! les Portes de vie ne s'ouvrent jamais que sur de la mort, ne s'ouvrent jamais que sur les palais et sur les jardins de la mort... Et l'univers m'apparaît comme un immense, comme un inexorable jardin des supplices... Partout du sang, et là où il y a plus de vie, partout d'horribles tourmenteurs qui fouillent les chairs, scient les os, vous retournent la peau, avec des faces sinistres de joie...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge750/750Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (750/750)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyMer 17 Juin - 14:26
Un moment de trouble qu’elle doit étouffer, alors qu’elle sent le regard de Zvezdan dans sa direction. Jehane tente de reprendre emprise sur le moment, se concentrer sur autre chose, tandis qu’elle se sent prise de vertiges, venus avec les voix lui susurrant des mots indiscernables dans le lointain. Son visage se plisse à la manière de celui d’un migraineux sans doute comme elle lutte contre cette impression et alors qu’en clignant elle reprend conscience, c’est justement à l’habitué des maux de tête de s’exprimer. Sans trop de surprise l’Ours est d’accord pour s’attaquer aux citadelles, mais pose un « mais ». Consent qu’elles sont protégées et s’attend donc à ce qu’un plan soit proposé. Ce point particulier l’étonne un bref instant. Serait-il finalement capable d’un minimum de réflexion, lui qui avait du mal à ne pas écorcher des noms de deux syllabes et estimait que « femme mine » était un jeu de mot acceptable au point de s’en bidonner tout seul ?

Zvezdan y succède alors, s’avançant, et comme il propose son plan elle semble ailleurs sans doute, tandis qu’elle maîtrisait peu à peu les murmures. La Famine comprend toutefois l’idée globale consistant à espionner pour trouver de possibles failles, notamment via la manipulation de barbares germains qui les gardent. Mérion quant à lui se focalise sur les sceaux qui protègent ces bâtisses, et la manière de les faire tomber. Jehane pour sa part est troublée. La Bête connaît le sang et le vide, la souffrance et le chaos. S’encombre moins de briques et de pierres. En sa propre Balance, son échelle de valeur, la poussière vaut moins que les cris. Les Fléaux sont la Mort, la Guerre, la Famine et la Pestilence, et elle ne voit pas comment ils s’appliquent ici. Autre époque autres méthodes sans doute, mais le Fauve impatient se demande dans quel genre de mascarade elle pourra bien se montrer utile alors qu’elle ne peut user ni de crocs ni de griffes…

Le Pontifex précise alors, sans s’émouvoir de la présence de Velya à ses côtés, qu’Athéna a trop devoir diviser son attention finira bien par commettre des erreurs, même s’il est préférable d’éviter de trop l’inciter à porter son regard dans notre direction alors que les Oracles de Rome viennent de tomber. Il estime cependant qu’il est temps d’agir, et souscrit au plan de Guerre, soutenant de même les propositions de Pestilence tandis qu’il souhaite en apprendre plus sur les sceaux pour les faire tomber. Il parle alors de mêler des fauves aux marchands de passage, peut-être dans le but de permettre à la Tarentule infiltrée de pénétrer plus loin encore dans sa connaissance de ces citadelles. Des bêtes sauvages accoutrés en agneaux… elle ne peut en retenir une grimace tant cela lui paraît incongru.

Ses ordres tombent enfin. Si l’on pouvait parler d’ordres. Tâcher d’enseigner aux siens à se dissimuler aussi bien qu’elle. Que la Légion des Ombres et des Murmures se concentre sur les renseignements et la furtivité, quitte apparemment à empiéter quelque peu sur le plan que Guerre mettait en place avec Esther de la Tarentule. Voilà qui allait les pousser à discuter ensemble à nouveau. Chercherait-elle à se dissimuler pour l’occasion, ou au contraire lui ferait-elle comprendre qui elle était s’il n’avait pas encore fait le lien ? Décision qui lui paraissait tout à fait secondaire et sans intérêt sur le moment, cela serait vu en temps voulu.
- Si là se trouve la volonté d’Arès...
Dit-elle simplement, froidement. Elle pouvait comprendre en quoi la prudence était nécessaire. Mais l’impression de se retrouver cantonnée à faire tapisserie alors qu’elle avait été entraînée à répandre les corps n’était pas de nature à lui plaire, et il n’était pas dit que le fauve en cage accepte d’y rester bien longtemps… Il faudrait donc qu’elle organise diverses rencontres avec la Guerre, la Tarentule, ainsi que ses Ombres. Et pour les deux premiers, il valait mieux que cela arrive avant le départ du Pontifex pour Atlantis, pour bien faire. Guerre avait donc un projet qu’il n’aurait pas le temps de mener sans discontinuité, là où Famine en avait les capacités sans en avoir la vocation. Impossible de savoir si cette collaboration allait porter ses fruits ou non, mais il était sûr que si elle devait s’en mêler, mieux valait qu’elle obtienne autant d’informations que nécessaire, elle qui n’avait plus vu la lumière du jour depuis que sa tête avait roulé au sol, détachée de son corps…

Zvezdan et Jehane avaient donc des ordres plutôt clairs, alors qu’elle remarqua qu’il n’avait pas encore été fait mention ni de Mérion ni d’Haldor. Elle serait curieuse d’apprendre en quoi leurs compétences allaient servir dans l’immédiat, même si l’Ase ferait certainement une diversion de taille tant dans ces citadelles qu’aux portes du Sanctuaire où une autre mission attendait la Famine, comme Velya ne manqua pas de le rappeler. Auparavant, l’expédition diplomatique fut tout de même approuvée par ce dernier, ce qui scella donc un accord entre les deux plus notables serviteurs d’Arès, ce qui devrait pouvoir faire baisser un peu la tension qui s’était installée entre eux en début de Conclave. D’autres informations sont à noter : la ruine des Dieux locaux au profit du panthéon Grec, qui voyait là une formidable occasion de venir s’accaparer quelques richesses que Velya préférait voir rester cachées. Ainsi que la confirmation qu’un puissant allié d’Athéna était sans doute à l’œuvre à la protection de ces citadelles dont il faudrait se méfier, tandis que les créatures d’Arès y étaient repoussées ou détruites tout simplement. L’heure de répondre donc à la question posée, ainsi qu’apporter ses propres précisions.
- Athéna et ses Saints demeure la force dominante à l’heure actuelle, et même si nos armées accueillent de nouveaux fauves il serait déraisonnable de penser que nous sommes assez nombreux pour la défaire, et ce malgré nos quatre armées qui pourraient malgré tout suffisamment harceler les forces de cet Empire qui ne pourra pas être sur tous les fronts sans doute. L’ennemi de notre ennemi peut alors devenir notre ami, si l’Empereur des Mers peut nous permettre d’égaliser les forces, et d’affaiblir suffisamment et durablement notre opposition.
Naturellement, et comme toujours, sa voix s’exprimait sans qu’aucun mouvement ne semble déformer le col de cuir qui couvrait le bas de son visage, ses mots venant trouver naissance directement en l’esprit de ses interlocuteurs, sa télépathie remplaçant la voix dont elle avait été privée.
- Quant à la mission confiée par le seigneur Velya, c’était justement l’un des points dont j’aurais aimé vous parler plus tôt, Pontifex, mais l’on ne peut pas dire que vous ayez été fort disponible pour vos Cardinaux dernièrement. Il m’a donc demandé d’user de mes connaissances du Sanctuaire pour me rendre en leur cimetière et ramener quelques restes de deux des cadavres qui y sommeillent. Je souhaitais m’en entretenir avec vous avant de faire mes choix, mais puisque le sujet est sur la table… Tout d’abord, m’est-il utile de préciser que je ne pourrais pas mener ces deux missions de front ? Entre me rendre au Sanctuaire et visiter leur cimetière au risque de ne jamais en revenir, et prendre la relève de Guerre quant à ces citadelles durant son absence, il me semble impossible de répondre aux deux exigences tout à la fois...
Même si elle n’avait à aucun moment confirmé qu’elle irait bien profaner des tombes au Sanctuaire, elle y avait réfléchi un peu, mais si la priorité était donnée à ces citadelles, il était sûr qu’elle n’aurait d’autre choix que de décliner… ce qui ne la peinerait pas particulièrement, pas très pressée de revoir le Sanctuaire sinon que dans le but de réduire leurs temples en cendres, en vérité.


Conseil de Guerre [Cardinaux] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1350/1350)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyVen 19 Juin - 11:00
Védan, fidèle à lui-même, avait évidemment son avis et des informations d'importance concernant ces fameuses tours. Ainsi donc Haldor se plongeait dans l'écoute, afin de bien saisir l'ensemble de ce qui allait se dire. Cette réunion était la première d'importance, il aurait alors été mal avisé de ne pas se concentrer. Surtout que connaissant Mérion et Acamas, il en entendrait parler si cela venait à arriver.

D'ailleurs le Pontiflex reprenait directement après les propos de son ami. Rien n'est infaillible ? Oui, c'est vrai que chaque chose avait une faiblesse. Mais il savait aussi qu'en dépit de ces faiblesses, il restait parfois trop difficile de détruire une cible. Les protections n'étaient pas les seules dont il fallait se méfier. De potentiels renforts aussi étaient à craindre et se laisser submerger par des forces ennemies, même si elles étaient plus faibles que les Cardinaux, pouvait potentiellement faire retarder les choses. Car si la force était clairement de leur côté, il ne fallait pas oublier que le nombre était chez leurs adversaires. Mais pour le moment, il taisait sa remarque. Patienter n'était pas son fort mais nécessaire ici.

Le fait que la Déesse de la Sagesse ait autant d'ennemis éparpillés arrangeait évidemment clairement leur affaire du moment. En cela, Acamas avait raison et c'est avec un rire gras qu'il faisait écho aux propos de ce dernier. En entendant la mention d'Esther, la Mort devint alors plus vigilante. Sa p'tite Araignée étant en mission, il se devait de s'assurer que tout aille pour le mieux. C'est qu'il y tenait à la gamine. Et ses talents, déjà utilisés par Védan avec son accord, pouvaient apporter nombres de bénéfices à cette armée. Opération délicate ?
    - Ça, c'est clair. Mais chacun ses forces, après tout.

Vint alors les missions - ou particularité - des différents Cardinaux. La réunion avançait bien et cette partie l'intéressait d'autant plus. Car après tout, même s'il les avait tous croisé, certains restaient énigmatiques. Surtout la Famine. Il grimaça en entendant qu'une fois encore, sa Esther serait utilisé par un autre. Il lâcha d'ailleurs la remarque.
    - Guerre... Maintenant Famine... Dites-moi si j'dérange hein ? C'pas que ça m'emmerde, mais c'ma p'tite Araignée les mecs !

Il boudait ? Vraiment ? Pas forcément mais sa nature le poussait à s'exprimer là dessus. Et si l’infiltration n'était clairement pas pour lui, il restait agacé qu'on se serve des guerriers de son unité. Pour le reste, il n'avait pas trop so, mot à dire. L'idée de contacter les Marinas lui paraissant bonne. Mais de fait, lui ? Il allait faire quoi pendant que toute cette jolie bande s'amusait ?
    - Moi, j'ai un problème ouais. J'vais pas m'tourner les pouces dans cette putain de Citadelle pendant que les autres vont s'amuser, j'préfère vous prévenir.

Même Velya semblait approuver les consignes pour Famine et Guerre. Un simple coup d'oeil vers Melon. En mode "toi aussi t'as l'impression de servir à rien ?". Il se souvint alors de ce que lui avait proposé le "Corps". Serait-ce là la seule chose qu'on lui demanderait ? Trouver une goumiche pour la ramener à ce gros pervers ? A moins que la remarque de Famine ne change la donne. Elle ne pouvait être à deux endroits en même temps mais les deux missions nécessitaient de la discrétion, chose dont il était dépourvu lui-même. Et en repensant au sanctuaire, en entendant l'autre connasse en parler, il ne pouvait s'empêcher de ressentir une petite pointe de douleur à la base de son crâne. Son aura monta d'un cran sans qu'il ne le contrôle, laissant une très légère brume s'échapper de son armure.
    - J'veux pas faire mon chieur, Acamas, mais depuis que j'suis ici, on ne m'a proposé qu'une seule mission : ramener une gonzesse. J'annonce ! J'vais finir par partir en chasse moi aussi, afin de mettre la patte sur un des chevaliers d'Athéna et de l'ramener à Velya comme il me l'a demandé. Comme ça, il pourra lui bouffer les entrailles et lire l'avenir, comme il semblait le vouloir. Et j'pense que j'vais emmener Pestilence avec moi. Pas d'raison que lui aussi s'emmerde ici. T'en penses quoi mon pote ? La Mort s'impatiente... Nous, les Fléaux d'Arès, n'avons aucune raison de rester terrer ici alors que nous pouvons enfin nous déchaîner.

Coup d'oeil vers Melon. Puis vers Velya. Ce dernier avait parlé de cela lors de leur précédente rencontre et s'il avait eu du mal à y souscrire, il y voyait désormais un intérêt : celui de ne pas rester avec lui, tout seul, au coeur du Dédale. Acamas, Védan, Jehane... Tous dehors, ne laissant que Velya, Melon et lui ici. Le meilleur moyen de finir en bain de sang tout ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1650/1650)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyLun 22 Juin - 4:17
- C'est une piste à creuser, oui. Début de réponse, en tournant mon regard vers Mérion. Une piste oui, mais... Mais ça se base sur beaucoup de suppositions, ce sera dépendant de ce que nous rapporte Esther. M'est avis que la logistique de sceaux Divins n'est pas le genre de chose qui tient à un processus simple, si facilement perturbable. Pour peu qu'il y a une logistique tout court. Les Dieux ne répondent pas toujours à la logique de notre monde. Leurs facultés non plus.

Ces sceaux pourraient bien être autosuffisants, ces Sceaux pourraient bien être maintenus à distance par Athéna... Ces sceaux sont un énorme mystère sur lequel travailler, en somme. Tout ça, ce ne sont que des suppositions. Nous n'en sommes qu'à ce stade, finalement, tous. Savoir si les gens des Citadelles seront manipulables ? Savoir si les Sceaux sont faillibles, et si oui, comment ? Des Si. Encore et toujours des Si.
Des Si à confirmer avant de creuser plus loin. Saura-tu mener ton rôle à bien, petite Araignée ?

C'est de ça que beaucoup dépend... en tout cas, dans le cadre de cette approche qui se veut plus subtile, validée par le Pontifex. Oui, Athéna aime être partout à la fois oui, L'Empire est son outil le plus puissant, mais aussi son fardeau le plus lourd. J'ai toujours essayé de jouer là-dessus, lorsque j'en ai eu l'occasion. Attaquer le géant à ses fondations. Tu as raison, Acamas. Qu'ils nous croient faibles : le Dédale fourmille de sang neuf. Qu'ils croient que parce que nous sommes reclus, nous sommes sur la défensive : nous préparons l'assaut. Qu'ils croient bien ce qu'ils veulent, pour peu que ça les rassure.

Là, quand ils seront rassurés, persuadés de leur sécurité, nous frapperont.

- La piste des diversions, oui, j'y ai déjà songé. et ça s'est mal passé. Mais ça, ce sera un sujet pour un peu plus tard.J'aurais sans doute quelques pions à jouer en ce sens.

Des relations ça et là, au travers de la région. Pas besoin d'être une araignée, pour tisser sa toile.
Certains tissent des relations. D'autres tissent un réseau d'ennemi. Les Dieux aiment faire les deux. J'y songe, tandis que Velya parle. Parle de ces Dieux qui en détruisent d'autres. Ces créatures ne sont finalement pas bien différentes de nous autres. Tseh. « Monseigneur », dit-il. N'était-ce pas insecte, la dernière fois que l'on s'est croisé ?
Le Velya d'aujourd'hui semble plus policé, curieusement. Le vent continue de tourner, encore et encore... Va savoir quand est-ce qu'il décidera de faucher une âme damnée parmi tant d'autres.
Mais il parle, cette fois-ci. Il parle les mots, plutôt que de parler le sang et la bêtise. Alors j'écoute. Calmement.

- Un autre, rien que ça. « Un autre ». Est-ce que ça s'entend à ce point dans mon ton, que j'en parle comme de nuisances ? Soit. Esther devra redoubler de prudence, en ce cas. Ça change deux trois choses dans la balance.

Si une divinité protège, si une force extérieur entre en ligne de compte... Alors il faut savoir de qui il s'agit. Pour savoir quoi faire de cette information. Et j'aime autant être parmi les premiers au courant, sur ces choses. Combien de fois est-ce que ça s'est mal passé, auparavant ? Les initiatives de Berserker isolés face à l'inconnu, à l'incongru. Cet Endymion, aux portes. On m'a rapporté sa bêtise, oui... mais les choses n'auraient-elles pas pu être mieux gérées, si ça n'avait pas été César et Kostas pour l'accueillir ?
Putain. César et Kostas pour accueillir qui que ce soit, quel plan de merde.

Mais maintenant... Maintenant, les rôles peuvent se répartir plus intelligemment, oui. Une œillade vers Famine, lorsque Acamas parle d'une collaboration, quant au projet des Citadelles. Toujours, cette foutue impression de déjà vu... Mais je ne vais pas m'attarder là-dessus maintenant. Je vais d'abord me contenter d'acquiescer, puis me tourner vers le Pontifex...

Et être surpris, juste deux petites secondes. Pour finalement sourire.

- Eh bien, ce sera avec plaisir... Et avec un certain amusement, considérant notre dernier contact avec eux. J'en parlais plus tôt, non ? Le Dragon des Mers. Cette fois-ci, ce ne seront pas quelques demeurés à la porte d'entrée qui iront parler avec ceux sous la mer. Un regard vers Acamas. Je t'expliquerai le détail, plus tard. De ça, et de nos rares autres rencontres avec eux.

Sauf une, qui ne regarde que moi.
« Expliquer des détails ». ça m'a l'air d'être le maître mot de ce petit rassemblement. S'expliquer, de façon plus générale. J'ai écouté, le petit speech quant à la fameuse mission demandée à Famine par Velya. Puis maintenant, j'écoute Haldor en rajouter, avec une autre potentielle tâche confiée... Bouffer ses entrailles et lire l'avenir.. Hein ?
Putain. Ca n'a pas que du bon, cette effervescence au Dédale. Ça amène aussi son lot de... Problèmes, dira-t-on. Mais une chose en son temps, hein ? Acamas sera fera une joie d'expliquer à Haldor pourquoi laisser le Dédale sans Pontifex ni Cardinaux, c'est pas un bon plan. Du tout. De un, par rapport à nos ennemis de l'extérieur, et de deux, par rapport à nos.... « Zones d'ombres » de l'intérieur.
Mais autant placer un mot. Surtout avec ce que j'ai croisé récemment.

- Trop vider le Dédale de ses forces en un coup comme ça, ce serait trop risqué, qui plus est considérant les Citadelles qui nous entourent. Et les forces inconnues qui déboulent, aussi... Un regard vers Acamas. J'ai croisé une certaine Scáthach il y a peu de ça, avec César. Au détour d'une virée vers une des Citadelles. Une pause, pour me remémorer les titres et allégeances. « Scáthach, Prince de l'Île au Cieux, Findias. Tuatha des Papillons », pour être plus précis. Elle cherchait quelqu'un, sur nos Terres. Bran Ruz, un Oracle avec qui l'on a pu attaquer le Sanctuaire, fut une époque. « Le traître est réclamé par son clan », m'a-t-elle dit. Un regard plus sérieux. Son clan : sous-entendant une autre faction à prendre en compte dans le jeu des pouvoirs. Elle était puissante. Très puissante. Et puisque César de son côté est très con, il a eu l'occasion de constater ça par lui-même. Très con, très irrespectueux, très... César, quoi. Au détour d'une rapide discussion, je lui ait fait comprendre que ce qu'elle cherchait n'était pas là, et je lui ai soutiré un... Indice, sibyllin.Un sourire jaune sur mon visage. encore une qui parlait beaucoup en Enigme... « les Tours sont de lumières et de chiffres. Briser la lumière ne fera pas tomber les Tours. » C'est ce qu'elle m'a dit, au finir de notre petit arrangement. Ce que je sais sur Bran, et une contrepartie en retour. Je lui ait dit notre dernière rencontre, je lui ait dit son statut d'Oracle, puisqu'elle n'en était apparemment pas une... Et je lui ait dit de chercher du côté des ouailles d'Apollon.

L'ombre d'un sourire, sur mon visage, à cette mention. Amusez-vous bien avec Mademoiselle, enfants du Soleil.

- Tout ça pour dire... Il y a des puissances que l'on ne connaît pas, au dehors. Potentielles menaces, potentiels alliés... Ce qu'il faut retenir, c'est qu'ils n'ont pas l'air frileux à traîner dans nos parages. Est-ce qu'on veut n'avoir qu'un Dédale sans Cardinaux ni Pontifex à leur présenter, si un jour ils devaient décider de se présenter à nos portes? Un instant de flottement, pour chercher chacun du regard. Là comme ça, j'aurais tendance à dire que non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge650/650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (650/650)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyMer 24 Juin - 0:17
La Pestilence hoche doucement la tête aux réflexions de Zvezdan. Les dieux aiment jouer avec leurs propres règles, quitte à perdre certains de leurs dévots. Mais ces règles sont à étudier. À observer. Pour mieux comprendre certaines armes utilisées. Pour mieux s'en protéger. Pour mieux les détourner. Peut-être. Mais oui, toutes ces possibilités ne dépendent que d'une seule et unique chose : la connaissance. Le savoir ésotérique qui danse dans les symboles posés par les chiens de la Guerrière Sage. Ou par elle-même.
Car pour l'heure, seule la Tarentule pourra signifier si oui ou non l'humanité – la plus éveillée, bien entendu – est réellement consciente de la présence de ces sceaux ou de son implication dans leur fonctionnement.

Mais ils intéressent. Lui, bien entendu. Car il aimerait comprendre cette énergie qui protège les Citadelles – même si la comprendre ne peut signifier agir dessus, véritablement. Le Pontifex lui-même semble prendre cette donnée avec un certain intérêt. Celui de la prudence, qui doit être omniprésente dans ce territoire dominé par les hauts murs de ces forteresses.

Être en cage dans son propre domaine, voilà qui est bien dérangeant. Mais aussi une couverture idéale pour permettre aux esprits d’échafauder. D'observer. Trouver de nouvelles astuces pour récupérer des informations. Pour combattre. S'adapter, simplement. Et c'est ce que ce Conclave semble vouloir faire. S'adapter à la situation pour mieux la renverser.
Même s'il est parfois nécessaire de s'adapter à de véritables colosses. Comme ces informations lancées par le Prêtre du Dédale. Dont la présence d'une nouvelle divinité dans l'équation. Fâcheux. Tout comme l'absence de cette information avant l'envoi même de la Tarentule.

Des dieux anciens morts. Des ressources que les pays du Sud recherchent. Oui. Ces deux informations sont importantes. Elles sont cruciales. Mais …
Des dieux qui s'unissent dans l'ombre des Citadelle ?

Réagir dessus ? Une erreur. Ce conclave n'est pas le lieu pour résoudre ce genre de manque d'organisation. Que la Guerre – qui a joué un rôle de chef militaire et de camp – n'ait pas été mis au courant avant … Une envie du Vivisectionniste ou une difficulté dans ses propres arts divinatoires … ? Un point à régler. Un jour. Pas maintenant. Un point dont il se souviendra.

Des arts ésotériques particuliers. Qui semblent être le cœur de deux missions. Retrouver les restes de Saints d'un côté … et une femme à ramener pour que le prêtre joue les haruspices dans ses entrailles ? Et comment connaître cette information ? En écoutant déjà le calme de la Famine, face à un dilemme. Et en écoutant Haldor. Bien entendu. Dont l'esprit s'est suffisamment échauffé. Cela devait arriver, bien entendu. Cela était prévisible. Bien entendu. Mais qu'il aille jusqu'à proposer cela …
Zvezdan reprend bien vite le flambeau, pour jouer aussi ce rôle d'informateur. La venue d'une femme. Scáthach. Les prédictions étranges de celle-ci. Un froncement de sourcil. Un regard vers la Guerre. « Les Tours … ? Parlait-elle de ces Citadelles ? » Il se mord le pouce. La réflexion. La Lumière et le Chiffre. Une réflexion, parmi d'autres.

Il fronce un instant les sourcils. Une idée. Mais situationnelle.

Et un silence. Alors que Zvezdan termine. Alors que la Pestilence le brise de si sec. « Le Dédale est actuellement enclavé. Et pourtant, comme le souligne Zvezdan, les chemins vers celui-ci semblent bien trop ouverts à mon goût. » Un regard vers Haldor. Non. Décidément. Quelque chose ne fait pas de lui le meilleur placé pour cette mission. Quand à Famine … Ce dilemme, c'était à Acamas de le régler. Alors, simplement, tournant les yeux vers le Maître du Conclave, le jeune homme incline doucement la tête. « Je peux prétendre, si vous le souhaitez et si vous n'avez aucune autre affectation pour moi, Pontifex, à la mission de rester dans le Dédale. »

Ne pas pouvoir sortir.
Ne pas pouvoir rejoindre l'extérieur.
Ne pas pouvoir se perdre un instant dans sa fausse humanité.
Ne pas le montrer, le garder pour soi.

Tseh. Calvaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AcamasAcamasArmure :
-

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1/1)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1/1)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1/1Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1/1)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyMar 30 Juin - 22:44
Une autre divinité ?... Intéressant. fait Acamas, sans en paraître surpris outre-mesure.
Pourquoi le serait-il ? Comme il en avait lui-même fait état, Athéna a eu les yeux plus gros que le ventre en multipliant les conquêtes, et les conséquences de ces excès devaient commencer à se faire sentir.
Pour toute son arrogance, si elle possède un tant soit peu de cette Sagesse dont elle se prétend dépositaire, ce n'est que bien normal qu'elle ait fini par requérir l'assistance d'un autre. Mais qui, oui ? Le regard qu'il a porté sur Velya revient aux premiers concernés.
Notre objectif premier sera donc de découvrir de quel dieu il peut bien s'agir. Plus facile à dire qu'à faire, j'en conviens... Mais Athéna ne fait pas l'unanimité au sein-même de sa propre famille, et tous ne sont pas versés dans les arts qui permettraient la mise en place d'un tel dispositif. Cela réduit déjà la liste des suspects potentiels.
Héphaïstos ? Cela semble peu probable : si son affection pour sa demi-soeur est bien connue, sa perpétuelle neutralité dans les guerres divines l'est plus encore. Après des siècles à s'en tenir éloigné, pourquoi changer maintenant ?
Zeus ? N'a-t-il pas mieux à faire ? Et Athéna se risquerait-elle seulement à le décevoir en allant quémander son aide, après qu'il lui ait offert la Terre sur un plateau ? Non ; il lui facilite déjà bien assez la vie par la mise en place de ce grotesque Stratagème.
La collaboration volontaire n'est cependant pas sa seule option. Se pourrait-il qu'elle ait contraint Apollon à lui prêter main-forte, lui faisant miroiter un emprisonnement plus tolérable ?...
Renseignez-vous autant que faire se peut sur ces sceaux. insiste-t-il une nouvelle fois. Je doute que les simples mortels qui occupent ces citadelles en connaissent tous les secrets, mais la moindre information à leur sujet pourrait nous aider à comprendre qui se cache derrière leur installation. Nous ne pourrons agir tant que nous n'y verrons pas plus clair...
Le message est clair : s'ils veulent voir ces monstruosités disparaître de leur ligne d'horizon, avoir la joie de les démolir personnellement jusqu'à la dernière pierre, ils ont tout intérêt à lui ramener ce qu'il lui faut savoir. Si vastes que soient ses connaissances occultes, il ne peut travailler à partir de rien.
Les précisions supplémentaires apportées par Zvezdan, si bien intentionnées soient-elles, ne font pas lumière sur ce mystère, bien au contraire. Ce récit, il l'a déjà entendu de la bouche de César, mais s'en faire conter une version plus ordonnée n'est pas de refus.
Scáthach et l'Île aux Cieux ; des noms mis de côté pour le moment, mais dont il lui faudrait tirer au clair toutes les implications tôt ou tard. Il n'est pas rare que les guerriers au service de l'une ou l'autre divinité s'arrogent le nom de héros légendaires, par naissance ou par choix - mais il arrive parfois que ce soit plus qu'un vulgaire hommage. N'en est-il pas lui-même la preuve ?
Ce n'est toutefois pas la seule chose à retenir de tout ça.
Je m'étonne surtout que son premier réflexe pour trouver un Oracle, fut-il compromis, ait été de venir frapper à nos portes... Même s'il est vrai qu'il lui serait difficile d'aller le faire aux leurs. À nouveau, sa mâchoire trouve l'appui de son poing fermé. Il a du mal à croire que ça puisse n'être qu'un simple hasard, mais garde pour lui ses suppositions. Tu as bien fait. Restons attentifs au cas où elle reviendrait nous rendre visite... Je serais curieux de faire sa connaissance.
Une note sinistre vibre brièvement dans sa voix. César, malgré tous ses défauts, reste un Berserker, et qu'une étrangère s'en prenne à lui de la sorte n'est pas pour lui plaire.
Mais non, je te rassure : je ne comptais pas laisser le Dédale sans défense... Quand bien même il est tout à fait capable de se défendre lui-même. Et effectivement, Mérion, j'ai pour projet de t'en confier la garde, qu'il s'agisse de le protéger contre les forces extérieures ou de mettre un terme aux querelles qui éclateront en son sein.
Les esclandres s'étaient multipliés au cours des derniers mois. Ne pouvoir quitter la Cathédrale - ou, en tout cas, bien moins qu'à l'accoutumée - a pesé sur les nerfs de ses occupants ; pour beaucoup, la solution avait été de s'en défouler les uns sur les autres. Rien de très grave, les Cardinaux ayant su ramener l'ordre dans leurs légions respectives lorsqu'il le fallait, de la manière qui leur était propre... Mais d'ici peu, tous ne seraient plus là pour le faire. Et bien que les Fauves de la Terre soient à nouveau libre de leurs mouvements désormais, rien ne permet d'affirmer qu'ils se montreront moins turbulents. Oui, à n'en point douter, ce serait là un rôle à plein temps.
Si cela doit s'avérer nécessaire, je compte sur toi pour appliquer la justice comme je le ferais moi-même.
Et nul mieux que lui ne peut savoir ce que ces mots impliquent. Certes, les Berserkers d'Arès incarnent une forme de chaos - mais un chaos organisé. Et ceux allant à l'encontre de ce semblant d'organisation, de cet ordre sommaire vont devoir apprendre qu'il n'est pas en option ; à leurs dépens, s'il le faut.
Je vous remercie, mais ce ne sera pas nécessaire. Je pense préférable de voyager en effectif réduit, que ce soit afin de ne pas attirer l'attention lors de notre départ ou pour ne pas mettre nos hôtes sur la défensive dès notre arrivée. Débarquer sur leur sol avec ce qui ressemble à un ost de guerre n'est sans doute pas la meilleure manière de paraître amical. Je pense qu'un Centurion de plus pour nous accompagner sera amplement suffisant.
Il faut bien qu'ils apprennent : les subalternes d'aujourd'hui pourraient bien être les hauts-gradés de demain. En outre, l'heureux élu pourrait ainsi faire office d'écuyer et pallier à leurs besoins. Qui sait, peut-être Zvezdan aurait-il quelqu'un en tête ; ils auraient tout le temps d'en discuter plus tard.
Son attention va ensuite vers Famine et Mort - qui, semble-t-il, ont tout deux eu à recevoir des consignes qui ne sont pas les siennes. S'il subsiste encore le moindre doute, voilà bien la preuve que le Vivisectionniste ne s'est pas ennuyé en son absence... Si cela le crispe, il n'en laisse rien paraître.
J'ignorais en effet que vous aviez déjà reçu des requêtes préalables. Sans doute suis-je revenu trop récemment pour qu'on ait eu le temps de m'en faire part. Car quelle autre raison y aurait-il pour qu'on ne l'en ait pas informé ? Le Centurion de la Tarentule mène en ce moment-même une première mission de reconnaissance. Je vous enjoins à attendre son retour et à aviser en fonction de ce qu'elle en rapportera.
Si tant est qu'elle revienne. Malgré les prises de températures menées par Zvezdan, ils n'en savent que trop peu sur ce qui se cache derrière ces murs fortifiés ; ils viennent encore d'en avoir la preuve.
D'ici là, je pense préférable que vous mettiez d'abord vos soldats au fait de leurs nouvelles attributions, ne serait-ce que pour pouvoir déléguer plus facilement s'il vous faut vous éloigner de nos terres. Si vous ne les avez pas encore tous rencontrés, peut-être même pourrez-vous y déceler des talents à même de vous aider dans cette seconde tâche. Ne négligeons pas ce que cela pourrait nous rapporter. Mais... Si vous décidez de vous y rendre, le faire seule me paraît malavisé.
Est-il besoin de préciser pourquoi ? Quelle que soit la discrétion dont Jehane était capable, le Sanctuaire avait très certainement ses propres mesures contre de telles intrusions... Et même si ce n'était pas le cas, une telle opération pouvait dégénérer de mille et une façons. Famine n'était déjà pas nécessairement heureuse d'avoir été en ce monde ; et quand bien même elle ne lui avait pas donné raison de douter de sa loyauté, qu'en dirait-elle si elle impliquait de retomber aux mains de ses geôliers ?
Et enfin...
Il se concentre pleinement sur Haldor, qu'il a expressément gardé pour la fin. Pour lui apprendre la patience, tout d'abord, mais aussi pour se laisser le temps de la réflexion. Depuis qu'il avait pris le colosse à son service, il avait préféré le garder là où il pouvait le voir - ou, à défaut, où Mérion pouvait le surveiller à sa place. Mais là où il allait, il ne pouvait venir avec lui. Oh, non pas qu'il doute de son autonomie ; ce n'était pas là le problème...
Je ne t'ai pas oublié, ne t'inquiète pas. Nous allons tâcher de rallier l'Empereur des Mers à notre cause, mais cela ne veut pas dire que nous devons cesser d'accroître nos forces. Toi et tes hommes, vous porterez des Cuirasses esseulées dans les villages alentours, à la recherche de nouveaux compagnons.
Les Cuirasses trouvent rarement ce qu'elles cherchent du premier coup. La plupart passent de corps en corps à la recherche de celui qui leur conviendrait, laissant un bain de sang dans leur sillage. Ainsi, s'il devrait s'agir d'une corvée, sans doute peut-on y trouver une forme de divertissement.
Bien sûr, je comprendrais que vous en profitiez pour vous défouler. Après ce repos forcé, nous avons tous besoin de nous dégourdir les jambes. Et si d'aventure un Saint de passage vient y regarder de trop près... Oui, tu pourras faire preuve d'hospitalité.
Un sourire mauvais conclut sa tirade. Des compromis. Voilà le mieux qu'il pouvait proposer. Même alors qu'il continue de recouvrer des facultés, physiques comme mentales, Haldor n'est pas homme à pratiquer autre chose que l'assaut frontal. Or, le temps de s'en prendre directement au Sanctuaire n'est pas encore venu : ce serait révéler leur main trop tôt dans la partie. Ils ne vont pas gâcher cette nouvelle donne.
Bien. Avec cela, je pense que nous avons tous des préparatifs auxquels nous atteler... fait-il en se levant de son siège, raffermissant sa prise sur la hampe de l'arme qui n'a pas quitté sa main pour y prendre appui.Avant que je déclare la fin de ce conclave, l'un de vous a-t-il quelque chose à ajouter ?
Son regard accroche brièvement celui de Jehane, de sorte qu'elle seule le perçoive. Ils ont à parler encore, oui - mais pas ici.


Conseil de Guerre [Cardinaux] JtTovMb
The blood makes us human
Makes us more than human
Makes us human no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VelyaVelyaArmure :
...

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu300/300Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (300/300)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge440/440Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (440/440)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune447/447Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (447/447)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyMer 1 Juil - 23:32
Vélya écouta avec soin chaque intervenant, les contredisant nullement. Le retour des Sidhe était une chose qu'il comptait prendre en compte dans la suite des opérations. C'était ses ennemis les plus dangereux, ils étaient son contraire, sa némésis... Se relevant, il prit la parole à son tour.

" Je n'ai rien d'autre à dire et vais donc quitter ce Conclave. Cardinal Mérion, j'aimerai m'entretenir avec vous dès que vous le pourrez évidemment. Seigneur Acamas, Seigneurs Cardinaux, je vous laisse donc deviser sur la mise en pratique de vos plans. "

Il se glissa alors en direction d'un mur de chaire et disparut en quelques instants. Il s'avançait dans la pénombre du sang et des nerfs, chaque impulsion du sang le faisait avancer en direction d'un endroit seulement connu de lui. Il Fallait qu'il demande conseil à son "amie" sur la nouvelle donne de la situation. Et puis, la Cuirasse de Thanatos avait réagi étrangement. Une inquiétude qu'il avait confirmé en observant Haldor pendant toute cette discussion. Il allait devoir prendre quelques décisions rapidement.

Citation :
Fin du RP.



Conseil de Guerre [Cardinaux] 1476548710080535300

Hélas ! les Portes de vie ne s'ouvrent jamais que sur de la mort, ne s'ouvrent jamais que sur les palais et sur les jardins de la mort... Et l'univers m'apparaît comme un immense, comme un inexorable jardin des supplices... Partout du sang, et là où il y a plus de vie, partout d'horribles tourmenteurs qui fouillent les chairs, scient les os, vous retournent la peau, avec des faces sinistres de joie...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1350/1350)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyJeu 2 Juil - 0:02
Quoi ? C'était ça, ce qu'on lui demandait ? Le visage du colosse se ferma un instant, réagissant étrangement aux paroles du Pontiflex. Certes, il ne l'oubliait pas dans ses projets et c'était quand même mieux que de ne pas le mentionner. Pour autant, cette mission ressemblait plus à une mise au placard qu'à autre chose. Encore que pour Melon, cela devait être pire : rester ici, seul, avec comme seule compagnie l'autre dégénéré qui en plus lui avait demandé de le voir. Mauvaise idée... Très mauvaise idée.

Mais quand même... Les Ressources humaines pour sa gueule, c'était un peu comme lui dire "bon, va t'amuser un peu dehors, si t'arrives à mettre la main sur un ou deux soldats, c'est top mais t'attends pas à grand chose". Acamas lui refusait les missions diplomatiques et il pouvait le comprendre. Toutefois en quoi le recrutement différait ? Les cuirasses étaient sauvages et tueraient quiconque ne se montraient pas digne de les porter. Il doutait donc que de se balader avec toutes ces conneries ne puissent attirer l'attention de force plus importante.

Au pire, il n'aurait qu'à croiser les doigts pour rencontrer un de ces Saints dont ils avaient parlés. Mais clairement, la Mort n'était pas ravie de son affectation et allait devoir s'en accommoder. Il ne put toutefois s'empêcher de jeter un regard chargé de reproche à Famine et à Guerre qui eux, pour le coup, avaient réellement de quoi faire. Se redressant suite au départ du "Corps", le colosse poussa un long soupir résigné. Acamas le mettait de côté. Il craignait quelque chose, même lui pouvait le remarquer. Sinon pourquoi se priver d'un de ses atouts ?
    - M'ouais. J'suis pas emballé mais les ordres sont les ordres. J'm'occupe de préparer mes gars rapidement et on ira voir c'qu'on peut ramener comme renfort ici.

On ne pourrait lui reprocher sa franchise tout comme on ne pourrait pas lui dire qu'il n'obéissait pas aux ordres. Même quand ça ne lui plaisait pas, il était de ceux à respecter les consignes. Car bien que Cardinal, il était aussi avant tout un soldat répondant aux ordres de son Général. Acamas avait certainement ses raisons de l'astreindre à cette mission et il ne poserait pas d'autres questions. Et tandis qu'il tournait le dos à l'Assemblée, il ne put réprimer les dernières paroles qui lui venaient. Elles n'étaient pas adressées à quelqu'un en particulier, plus une sorte de réflexion personnelle, comme cela pouvait arriver parfois.
    - "Oh t'as fait quoi toi ? Ah oui sympa, négocier, enlever, frapper... T'as d'la chance. Moi ? Ah j'me suis éclaté aussi... J'suis allé dans des villages de gros bouseux, j'ai lâché les cuirasses et devine quoi ? Elles ont bouffées tout l'monde. Aucun renfort mais elles se sont régalées. Et moi, bah j'me suis emmerdé, les deux pieds dans la merde. Génial ! J'adore ma vie !"

Les derniers mots n'étaient plus que murmures alors que l'on ne voyait déjà plus l'Argenté, déjà repartie dans ses quartiers puisque visiblement la réunion était finie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge650/650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (650/650)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyJeu 2 Juil - 2:33
Un haussement de sourcil vient se poser discrètement contre les traits de la Pestilence lorsque la voix du Prêtre du Dédale résonne. Pour une ultime fois. Et pour surtout accrocher son nom à cette voix. Tournant son regard vers Velya, un simple hochement de tête vient se répondre à cette demande. « Nous conviendrons alors d'une rencontre … » Il l'observe, alors que la chose s'éloigne tranquillement, pour lentement rejoindre l'agglomérat de chair qu'est le Dédale.

Un silence s'impose simplement dans l'environnement de ce Conclave, avant que le soupire d'Haldor résonne, briser cette accalmie. Et quelques mots, qui laissent entendre l'agacement de la Mort.
Le choix du recrutement est-il si mauvais pour le Cardinal de la Mort ? Rechercher de nouvelles troupes lui permettrait de s'éloigner de certaines interférences. Que ce soit les migraines développées suite aux questions de la Famine ou certaines … envies de Velya … Oui, peut-être est-il mieux que le Faucheur aille voir ailleurs.

Pour le bien de qui ?

Suivant des yeux le Cardinal Pâle, son sourcil se hausse légèrement plus. Lorsqu'il entend. Les mots. Le monologue. Cet échange entre Haldor et un … autre Cardinal, plus tard. Possiblement. Tournant son regard vers les différents membres du Conclave encore présent, la Pestilence tousse légèrement. « J'imagine que vous vous habituerez … » Un commentaire. Simple. Lui, s'est habitué. Bien entendu. Enfin … sauf aux chansons. « Qu'importe. Seigneur Acamas … » Il se tourne vers lui et s'incline respectueusement. « J'aimerai, lorsque vous aurez du temps à m'accorder, pouvoir échanger avec vous sur certaines choses. » Certains événements. Et certaines directives plus concrètes concernant Velya.

Concernant certaines choses qui doivent être développées.

« Je pense que je vais maintenant prendre congé. Zvezdan, si tu as un peu de temps à m'accorder concernant cette rencontre, je saurai me tenir disponible avant ton départ. » Un rapide moment. Cela devrait suffire. S'éloignant alors lui-même. Une petite réflexion. Penser à Zvezdan qui quitte les lieux. Acamas qui quitte les lieux.
Haldor qui quitte les lieux, aux côtés de certaines Cuirasses. Un élément qu'il voudrait étudier, lui-même. Famine qui elle-même quittera les lieux.

Il hausse un sourcil.
Encore. Et ne peut le contrôler. Ce murmure.

« Tseh … La prochaine fois, ta gueule … tu la ferme. »

HRP a écrit:
Fin du RP pour moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1650/1650)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge1350/1350Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1650/1650Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyMer 8 Juil - 13:58
- Hm, c'est noté, je te brieferai... Même s'il y a pas grand chose de plus à ajouter. C'est ce que je réponds à Mérion, en repensant à l'entrevue avec la dame aux papillons. Finalement, j'ai dis à peu prés tout ce qu'il y avait à dire ici. Une puissante inconnue avec le goût de parler en énigmes, qui venait ici pour trouver Bran, « Traître à son clan », selon ses mots. Son indice, sa petite phase défouloir sur un César trop bavard comme à son habitude, puis son départ. Y a franchement pas grand chose de plus à ajouter....

- Juste une chose, oui. Il y a par contre quelque chose à ajouter à cette conversation, puisque Acamas le demande. J'ai écouté les directives, les plaintes, les idées, les... Propositions. Celles de Velya, notamment. Une chose, par contre. Une chose qui me vient à l'esprit, tandis que je me tourne vers Haldor. J'te brieferai sur certains villages à pas toucher. J'ai des gens dans la région. Des yeux, des oreilles, mais aussi quelques gens de ma meute disséminés au travers des communautés. Je préférerai éviter que tu ailles massacrer à droite à gauche là où je pose mes pions, tu vois? Je lui dis ça dans un sourire, en commençant à entamer le chemin vers la sortie, comme d'autres.

- Puis... J'ai quelques cibles plus intéressantes à te proposer. Tu te rappelles comme j'ai trouvé une petite dans un des petits fortins de la région ? Y en a d'autres comme ça. Quitte à partir en chasse à la main d’œuvre, autant aller chercher chez la concurrence, non?

Un sourire plus féroce sur mes lèvres, tandis que je lance l'idée. Les petites fortifications et installations liées aux Citadelles, leurs postes avancés et leurs tours de prison. Là, il trouvera des soldats et des gardes, sûrement plus susceptibles de faire des porteurs intéressants. Et selon comme les choses se passent ? Il trouvera peut-être quelques éveillés, quelques agents des Saints, envoyés sur ces sites pour X ou Y raison... La petite mission deviendrait plus intéressante d'un coup, tu ne penses pas, Haldor ?

- Tiens-moi au courant de quand est-ce qu'on part voir ceux sous l'eau. On se reverra d'ici là, de toute façon. Un regard vers Acamas, et ces quelques mots, avant de partir. On se reverra, oui, que je puisse te briefer sur deux trois petits détails, comme j'en parlais tout à l'heure. Mais rien qui ne presse. Rien qui ne doive se mettre en chemin de la Guerre qui se profile au loin.

Parce que dans le sillage des diplomaties et alliances, c'est le conflit qui suit. Et la destination au finir de ce chemin sanglant, c'est le Sanctuaire d'Athéna...
J'espère que tu sauras nous accueillir comme il se doit, Childéric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
JehaneJehaneArmure :
Famine

Statistiques
HP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-bleu1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-bleu  (1200/1200)
CP:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-rouge750/750Conseil de Guerre [Cardinaux] V-rouge  (750/750)
CC:
Conseil de Guerre [Cardinaux] G-jaune1200/1200Conseil de Guerre [Cardinaux] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: Conseil de Guerre [Cardinaux]   Conseil de Guerre [Cardinaux] EmptyJeu 16 Juil - 2:03
Calmement, la Famine attend son heure. Elle écoute, n’intervient pas, et ne gardera que de maigres réactions pour elle. Haldor râle. Beaucoup. Il râle parce que le Pontifex souhaite impliquer Esther sous le commandement provisoire d’autres Cardinaux. Il râle parce qu’on ne lui a pas donné de mission plus tôt. Il râle même lorsqu’on lui donne une mission, et s’en va même dans la foulée. Jamais content, en somme. Mais avant son départ, d’autres discussions ont eu lieu. La Guerre qui mentionne quelques unes de ses intentions et quelques idées. Le fait d’utiliser des pions pour jouer de diversions, mais que la présence d’un autre Dieu protégeant les citadelles changeait pas mal les choses, forcément. Mentionne également sa rencontre avec Scáthach, Tuatha des Papillons, à la recherche d’un traître des Oracles de ce qu’elle comprend. Qu’il est donc préférable de ne pas trop vider le dédale. Mais rapporte une phrase dite par cette femme et qui pourrait leur servir : les tours faites de lumières et de chiffres, mais dont le bris de le lumière ne suffirait pas. Et les chiffres ?

Des pistes de réflexion déjà, mais comme le suggérait Acamas, mieux valait attendre le retour de la Tarentule au sein de la cathédrale de chair pour obtenir son rapport, ainsi qu’un point par Zvezdan. Profiter de ce qu’ils savaient déjà, et ce qu’ils avaient prévu pour la suite. Le Pontifex en tout cas semble vouloir appuyer les recherches sur les sceaux malgré cela. Confie à Mérion la tâche de garder le dédale, tout en s’étonnant des missions confiées par Velya. Velya qui d’ailleurs révélera vouloir rencontrer la Pestilence avant de s’en aller, tandis qu’elle opinait aux recommandations d’Acamas quant à la mission qui l’attendait et la manière de gérer ses troupes. Elle ferait ce qui lui semblerait le mieux, de toute manière, et n’avait pas trop envie d’en discuter. Rien que le fait qu’il suggère qu’elle puisse ne pas avoir encore rencontrée ses soldats montrait bien qu’il n’avait pas appris à la connaître, elle, l’une des plus civilisées de ce dédale à son sens.

La mission donnée à la Mort quant à elle consistera à utiliser les Cuirasses de sang dans quelques villages alentours pour créer de nouveaux Berserkers. Une nouvelle fois, elle prend note d’une suggestion venant de Zvezdan, portant sur le fait de cibler en priorité autour des citadelles. Bonne idée. Cela créerait des remous que leurs ennemis devraient gérer. Et pourrait fort bien attirer l’attention sur Haldor, ce qu’elle pourrait utiliser. Sans compter qu’il pourrait de son côté mettre la main sur un Saint, comme il le désirait. Cela vaudrait le coup qu’elle contacte l’Ase pour mettre les choses au point. Quoi qu’il en soit, tous quittèrent l’endroit, un à un. Et elle, discrète et silencieuse, attendit pour rester la dernière, seule face à Acamas.
- Permettez-vous que nous parlions, enfin ? Je dois admettre que la mission que vous m’avez confiée m’a laissé de plus en plus dubitative. Vous avez requis de ma part que je tende l’oreille pour apprendre quelques secrets… et il s’avère au final que vous en aviez certainement quelques uns dans votre manche. Était-ce dans le seul but de me tester ? Pour quelles autres raisons m’auriez-vous caché qu’un Cardinal serait un ancien Ase, qu’un autre serait créé de votre sang tandis que le troisième serait l’un de mes amis d’enfance ?
Elle avait d’autres questions à poser. Ce qu’il pensait de la mission confiée par Velya, même si une autre priorité lui avait été donnée. Ce qu’il pourrait savoir de cette espèce d’hallucination qu’elle avait pu avoir en discutant avec Velya, ainsi que l’une des dernières manifestations du Cosmos d’Harmonie qu’elle avait pu y ressentir. Des choses qui mériteraient un avis extérieur, mais tout d’abord il était forcément utile pour elle de savoir pourquoi on l’avait envoyé chercher des secrets qui de toute évidence seraient déjà connus de son commanditaire...


Conseil de Guerre [Cardinaux] Jehane-sign2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2087-jehane-cardinale-de- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1717-jehane-cardinale-de-la-famine
 
Conseil de Guerre [Cardinaux]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: