Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-bleu900/900[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-bleu  (900/900)
CP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-rouge450/450[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-rouge  (450/450)
CC:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-jaune1650/1650[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-jaune  (1650/1650)
Message [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyVen 5 Juin - 17:25
Plusieurs jours étaient passés depuis que Zvezdan l’avait missionnée afin d’espionner le Siebenbürgen. Un ordre qu’elle aurait bien pu oublier, plus occupée à finaliser les préparatifs au projet avec Elyra. Les matériaux entièrement acheminés, la petite Tarentule avait dominé quelques pécores du Dédale de chair pour réaliser les aménagements sur les toits. Il ne resterait plus que les plantations. De cela, elle en aviserait d’abord avec sa nouvelle amie, ayant à cœur que son travail lui convienne. Après tout, l’idée venait de la Péri à la base. Et il aurait été étrange de ne pas lui laisser voix au chapitre pour les installations qui éveilleraient bientôt sa nostalgie la plus enfouie.

Quant aux citadelles dans les Carpates qui protégeait l’empire byzantin de la menace des Berserkers, Esther avait commencé par se renseigner au plus près auprès des autres serviteurs d’Arès. Sondant les esprits, écoutant aux portes, tissant sa toile. Ainsi put-elle définir que ces fortifications étaient au nombre de sept, ayant désormais en connaissance leur localisation ainsi que leur nom. Zvezdan l’avait déjà informée que des mercenaires étaient chapeautés par les dirigeants byzantins pour tenir le territoire. Des germains, selon toute évidence, attirés par l’appât du gain ainsi que les promesses de terres et de titres. Outre ces renforts humains, on lui avait fait dire que des éveillés s’étaient glissés parmi leurs rangs, appuyés par des sceaux mystérieux.

En définitive, c’était beaucoup de matière à assimiler, mais il fallait bien ces recherches préliminaires pour mener à bien sa surveillance à venir. Et ceci fait, l’Araignée s’endormit dans son refuge pour détacher son esprit de son corps. Bientôt, cette enveloppe spirituelle voyagea jusqu’aux abords de ces bâtisses de pierre. Prudente, elle fit au mieux pour dissimuler sa présence, se mettant d’abord dans une posture observatrice. En premier lieu, il lui fallait repérer les pièges les plus évidents, car après tout, ces sceaux pouvaient bien contrecarrer sa forme dématérialisée, impliquant de plus tard s’exposer en chair et en os. Autant dire que cette possibilité ne l’enthousiasmait guère. Elle préférait de loin accomplir son devoir sans avoir à risquer sa vie pour les beaux yeux de Zvezdan.

Pour bien faire, mieux valait ne pas pécher de précipitation. Pour cette raison, l’Araignée resta de nombreux jours et de nombreuses nuits à se tenir à distance, à tenter de discerner les mouvements de troupe que l’ennemi pouvait traduire de façade, son organisation éventuelle, les messages qui pouvaient partir ou arriver. En somme, les interactions entre les différentes citadelles, ainsi que les communications entre le Siebenbürgen et le reste de l’empire Byzantin. De même, la fille d’Arachné restait à l’affût des détails pouvant sortir de l’ordinaire, attentive aux fluctuations de cosmos dans l’air. Cette première lecture pouvait par exemple lui permettre de repérer quelques éveillés dominant les troupes adverses. Après seulement, la Tarentule saisirait la meilleure opportunité pour infiltrer l’une d’elles. D’expérience, la patience était toujours récompensée, et il n’y avait pas de raison que cela change.

Spoiler:
 


[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptySam 13 Juin - 12:39
Citation :
Kronstadt

[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] RqWIt9qW

Le ciel était sombre, nuageux à l'extrême. La jeune demoiselle put voir une vaste gorge qui semblait avaler les montagnes. Ce col permettait d'entrer et sortir de la Transylvanie afin d'aller vers Sofia, cité Byzantine la plus proche. Comme une petite musique, les gouttes de pluie tombaient aux alentours. La petite Aragne pouvait voir des convois de marchands qui allaient et venaient, passant par cette immense forteresse qui se trouvait sur la route elle même.

Des dizaines de chauve-souris dansaient autour des petites tours qui entouraient le donjon principal. Un frisson. Quelque chose dérangeait la jeune demoiselle alors qu'elle observait dans la pénombre de la forêt. Soudain, des bruits de bottes, une troupe de dix gardes byzantins s'avançait lentement afin de surveiller le chemin certainement. Une petite chose pouvait attirer l'attention d'Esther, ils portaient tous quelque chose sur leur avant bras, un avant bras de tissu ? De ce qu'elle avait déjà vu des Byzantins, ils ne portaient pas ce genre de tenue particulière.

Un léger mouvement dans l'air, elle sentit soudain quelque chose dans la terre. Un léger trait de lumière argentée venait de se faufiler sur le sol et continua sa course. Pendant un instant, elle avait eu l'impression d'entendre... une poule. Attirée par le bruit, elle vit que le dernier légionnaire byzantin qui suivait la petite troupe avait une volaille dans une petite cagette. Coutume pour le moins étrange, était-ce pour manger ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-bleu900/900[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-bleu  (900/900)
CP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-rouge450/450[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-rouge  (450/450)
CC:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-jaune1650/1650[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyDim 14 Juin - 14:39

Le temps des moins encourageants, la petite Tarentule y prêta finalement peu d’attention, décidée à aller au bout de ses efforts. Les détails des infrastructures défensives de la Citadelle l’importait davantage, essayant de repérer quelques brèches, défauts de construction, ou angles morts que de telles fortifications pouvaient présenter. Ceci dit, son travail ne serait guère très décisif, dans la mesure où elle le faisait à l’extérieur de cette bâtisse, aveugle des vices cachés, sans parler qu’elle n’avait pas de connaissance notable en matière d’architecture. Enfin, sur un coup de chance, une faille pouvait lui apparaître. Des bouts de mur qui s’effondrent sous leur poids à la suite d’un mauvais calcul de la part de l’ingénieur… c’était là quelque chose d’assez commun, au final. D’autant plus à cette hauteur. L’appui lui-même pouvait céder avec l’érosion des pluies, entraînant derrière les pierres permettant de tenir l’édifice.

Enfin, au jugé de la qualité évidente de ces constructions, Esther ne se berçait pas vraiment d’illusion, plus intéressée par les convois entrant et sortant de cette gorge entre les montagnes. La pluie se mettant à tomber, cela compliquait son travail de surveillance. Mais d’un autre côté, il lui était plus aisé de se dissimuler. Profitant de cela, elle choisit le convoi d’un marchand qui lui donnait l’impression d’être coutumier de cette route. Ce dernier était protégé de quelques mercenaires, accompagné de sa famille. Rapidement, elle regardait le contenu du chargement, mais sans s’y arrêter trop longtemps. En effet, les informations les plus croustillantes se trouvaient directement dans la caboche de ses proies. Tandis que l’homme se perdait dans ses réflexions, un peu à l’écart des siens, son regard changea subtilement dès lors que l’Araignée vint ancrer son esprit dans le sien.

Devenu sa marionnette, ce commerçant avait la quarantaine, un peu bedonnant, la barbe poivre et sel soigneusement taillée, des vêtements d’assez haute facture sans être trop voyant, un début de calvitie cachée par une coiffe. L’expression un peu ailleurs, il ne percevait pas sa femme qui venait l’aborder voir si tout allait bien. En parallèle, Esther explorait ses proches souvenirs, espérant y trouver quelques images mentales lui permettant de mieux se représenter l’intérieur de la Citadelle, ainsi que l’organisation militaire sur place. Du moins, ce qu’un marchand avait pu en percevoir. De même, si une personnalité sortait du lot, à l’instar d’un administrant important ou autre, Esther prendrait plus de temps pour étudier sa mémoire. Un petit travail qui lui demandait beaucoup de concentration, aveugle à son environnement proche.

Une petite erreur d’appréciation qui la surprit au moment de se faire hurler dessus. D’évidence que ce marchand avançait sur un fil tendu avec sa compagne. Le fait de l’ignorer avait justifié qu’elle explose à cet instant, pour une scène de ménage telle que la marionnette prendrait un visage un peu hébété après avoir émergé de son introspection. Elle se serait bien attardée plus longtemps, ceci dit, la fille d’Arachné ne se voyait pas s’embarrasser de tels problèmes. Aussi choisit-elle simplement de se dégager de l’esprit de sa proie, pour le laisser penaud devant sa femme bien décidée à lui remonter les bretelles. Amusée, la petite Berserker ne résista pas à la tentation d’assister à la scène, voire de quoi était parti le couac. Était-ce d’une infidélité dans la Citadelle ? Voilà qui serait drôle. Fugacement, ses yeux de lui picoter un peu, la vision un peu trouble. Pourquoi ce spectacle la déprimait, tout à coup ?

Mal à l’aise, elle retourna à son devoir. Instinctivement, elle voulut s’enfoncer dans la forêt. Cependant, elle fut arrêtée par un vif frisson. Au-delà de la lisière, plus profondément dans les bois… il y avait quelque chose. Un danger. En dépit de sa forme spectrale, la petite fille se sentait tendue, ce pourquoi elle ne s’engagea pas plus profondément dans ces environs hostiles. De toute façon, quelque chose de bien plus intéressant venait d’attirer son attention. Une patrouille de soldats à l’allure intrigante. Dans un tressaillement, elle s’était laissée surprendre par le caquètement d’une poule… Sans parler cette impression étrange dans la terre, comme si quelque chose s’y était déplacé à vive allure. Regardant sous le bras de l’un des gardes, elle vit circonspecte qu’il portait une cage enfermant une poule à l’intérieur.

Si la circonspection la domina dans un premier temps, bien vite, elle se laissa submerger par sa propre curiosité. Prudemment, elle rompait la distance entre elle ainsi que ces combattants qui portaient une sorte de brassard au bras. Restant vigilante au moindre signe de leur part, que ce soit leur comportement, leur expression, leurs mots, Esther s’assurait qu’ils soient bien incapables de la voir. Car avec ce qui venait de se passer, elle avait toutes les raisons de se méfier. D’un autre côté, une forme d’excitation l’emportait, l’amenant à proximité directe de cette petite troupe. À cette distance, elle pouvait regarder de plus près ces bouts de tissu au niveau de leurs bras qui devait probablement traduire leur allégeance à une organisation ou autre. Ceci fait, elle se rapprochait vers le dernier de la file qui portait la cagette. Le suivant de près, l’Araignée baissait les yeux vers cette petite poule qu’il portait. Était-ce ce petit animal qu’elle avait entendu ? Avec une curiosité enfantine, elle l’observait, avançant lentement son doigt vers le volaille, comme cherchant à lui effleurer le bec. Ce faisant, elle en venait à oublier un peu son environnement proche. C’est qu’il suffisait d’un rien pour la distraire, au mépris de la mission qui lui avait été donnée.


[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyLun 22 Juin - 11:06
Les pensées. Fugitives, constantes, perdues... Elles étaient toutes et une en même temps. Esther s'avançait enfin en terrain inconnu. Les quelques marchands byzantins étaient ici pour acheter du fer et du cuivre. Mais, une image, comme une rémanence s'échappa de l'esprit du marchand. Elle vit un homme, un oriental... Quelque chose comme ca !

[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] FrankHugeIsabellineshrike-size_restricted

L'ombre était là. Qui était-il ? Le marchand semblait même pas conscient de cette présence. Alors que le cri de la femme se faisait entendre, Esther quitta donc le corps de l'écervelé. Qu'avait elle vu ? Elle ne le savait pas encore mais sa curiosité la poussait à chercher encore plus d'informations. Dans cette citadelle, il y avait une grande place centrale et une statue du Dieu chrétien au centre de celle-ci.

Les murs étaient ternes et gris, enrobés de vastes bannières byzantines. Des mercenaires germains étaient là à surveiller et ripailler. Proche de l'accès aux tours, des Byzantins surveillaient les lieux avec plus de sûreté. Il fallait prendre garde, ils semblaient plus conscients de leur environnement. Les bouts de tissus autour de leurs bras avaient de drôles de symboles, s'approcher d'eux étaient dangereux. La petite Araignée ne comprenait pas mais elle se sentait plus fragile en les observant. Un sentiment de danger passa sur sa peau... Puis, cette poule se mit à chanter. Les gardes étaient plus attentifs soudain, ils savaient que quelque chose de menaçant était dans la place.

Ils cherchaient mais ne trouvaient pas encore leur proie. Soudain, une voix se fit entendre.

" Bienvenue petite chose. Ne t'inquiète pas, je ne te veux pas de mal. Que fais tu là ? Tu as fait peur à mon amie à plume ! "

La voix était douce et chaleureuse, curieuse aussi visiblement. Esther ne voyait personne autour d'elle et les gardes ne semblaient pas la voir. Visiblement, les défenses s'étaient activées mais ses dons particuliers l'avaient protégé.

" Ils ne te voient pas ? Voilà qui est étrange. Tu veux de l'aide ? "

Elle pouvait se rendre compte d'une chose. L'homme dans la tête du marchand, son aura... Oui, c'était le même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-bleu900/900[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-bleu  (900/900)
CP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-rouge450/450[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-rouge  (450/450)
CC:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-jaune1650/1650[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyVen 26 Juin - 22:07
Qu’elle approche son index curieux de la volaille qu’un tressaillement la prit à l’instant où cette dernière vint donner sa représentation. Dans son sursaut, elle put remarquer que les gardes non loin s’alarmaient. Cette poule n’avait-elle pas fait que chanter ? À moins que le volatile ne servait à les prévenir du moindre danger. Mais qu’était cette poule, à la fin ? Après ces pensées passées en un éclair, son corps astral se crispa quelque peu. Quand bien même elle n’avait pas de raison de craindre quoi que ce soi sous cette forme, son instinct lui avait fait ressentir un réel danger. Comme si ces personnes étaient capables de la blesser, au mépris de son don. N’était-ce qu’une impression ? De cela, la Tarentule ne tenait pas à s’en assurer. Aussi recula-t-elle de quelques pas, pour éviter de se trouver à portée d’épée de l’un de ces guerriers.

Si ceux-là ne semblaient pas l’avoir remarquée, mieux valait anticiper un autre retournement de situation. Un accident malencontreux pouvait déclencher le réflexe qui ferait rouler sa tête contre le sol. Pendant un moment, une hésitation apparut à son esprit. Ne ferait-elle pas mieux de s’éclipser ? Avait-elle vraiment intérêt à jouer plus longtemps avec le feu ? N’avait-elle pas obtenu assez d’informations ? Hélas, il fallait qu’un restant de curiosité ineffable la retienne d’écouter sa raison. Ces combattants ne l’avaient toujours pas vue, n’est-ce-pas ? Cela devait bien signifier que son don fonctionnait, non ? Quand bien même la poule possédait des capacités de détection, ce n’était pas comme si elle pouvait les avertir de vive voix, pas vrai ?


L’Araignée pouvait bien se rassurer du mieux qu’elle pouvait, une voix sortie de nulle part la fit tressauter de nouveau. Celle-ci avait beau être sympathique de prime abord, une goutte de sueur venait déjà couler le long de sa tempe. Balayant l’environnement du regard, la fillette ne trouva pas la personne qui s’adressait nonchalamment à elle. Son amie à plume ? Le propriétaire de la poulette ? Et il lui proposait de l’aider ? Mais si cette poule lui appartenait, cela ne voulait-il pas dire qu’il travaillait avec ces gardes ? Eu égard ses capacités, certainement qu’il les commandait, même. Les pensées embrouillées par l’angoisse d’une menace bienveillante, Esther réalisa soudain qu’une présence lui apparaissait à proximité… quelque chose de familier… qu’elle avait rencontré récemment… Cet homme, dans la mémoire du marchand. Le maître de l’autre Citadelle ?

L’invitation à s’exprimer ne pouvait être qu’un piège, mais d’un autre côté, il lui apparaissait l’occasion d’une rencontre intrigante. N’était-ce-pas là ce qu’elle était venue chercher ? Cet inconnu, retiendrait-il ses molosses si elle jouait le jeu ? Un pari dangereux, voire suicidaire. Mais étrangement, sa peur s’évanouissait à mesure qu’elle engageait une nouvelle inspiration. Les secondes filant, elle demeurait en vie. Et chaque instant gagné éloignait de son esprit la perspective d’une mort brutale. Aussi se prit-elle de se reposer en tailleur contre terre. Ses prunelles orangées, d’observer le volatile qui avait trahi sa présence. S’apprêtait-elle à s’adresser à une poule ? Peu importe, les dernières manifestations avaient montré que ce n’était pas là n’importe quelle poule. Dans un chuchotement inaudible aux soldats, elle répondait.

– Je ne voulais pas la blesser… Je rêvais, et je l’ai remarquée ! Elle avait quelque chose de bizarre. Donc je voulais la toucher ! Je ne sais pas pourquoi, en fait… C’était stupide, mais je réfléchis pas quand c’est comme ça. Je suis attirée par ce qui brille !

Serait-elle entendue ? Elle pouvait bien parler à voix basse, Esther savait que le plus infime murmure pouvait la trahir. Mais… par certains aspects… si cette chose avait réagi à sa présence et lui avait parlé… ne la tenait-elle pas déjà dans le creux de sa paume ? Un simple mot, et cet étranger pouvait bien faire ce qu’il voulait. Intuitivement, la petite fille se dit qu’il était joueur. Si c’était le cas, il serait gâté ! Esquissant un sourire plus détendu, elle reprenait, toujours prudemment.

– J’aurais aimé venir lui parler de vive voix… mais les gens ici me font peur. Donc je suis venue sur la pointe des pieds. J’ai toujours été douée à ça, même que maman ne m’entend plus ces derniers temps ! Enfin, c’est peut-être parce qu’elle est dure de la feuille maintenant… pas comme toi.

Sa mère… C’est vrai qu’elle ne lui avait pas trop parlé ces derniers temps. Lui avait-elle déjà parlé d’ailleurs ? Pourquoi mentionner son existence, au passage ? Sa mère, qui était-elle ? Avait-elle eu une mère ? Plissant les yeux, la Tarentule paraissait réfléchir toute seule, à un sujet bien personnel, qui ne semblait pas vraiment en lien avec la présente scène. Autrement, elle n’apparaîtrait pas si distraite, comme oubliant le danger alentour. Pour un peu, les soldats échappaient à son attention. Un défaut qui remontait de plus en plus souvent, à l’éveil de stimulus qu’elle-même pouvait déclencher, inconsciemment. Sa mère… Un visage… Un homme avec sa troupe. Une musique, de se jouer dans son esprit. Cet air, quel était-il déjà ? Quel lien avec cette « mère ». Clignant des yeux, elle se rappela qu’elle n’était pas seule. Écarquillant doucement les yeux en le constatant, elle s’excusa de vive voix.

– Pardon, j’étais ailleurs. Je m’appelle Esther, et toi ?


Brusquement, de porter la main à la bouche, le visage de la fillette qui venait de gaffer.


[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
Le ConteurLe ConteurArmure :
Inconnue
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyLun 29 Juin - 18:46
Les gardes allaient et venaient dans cette course effrénée. Alors que la petite Araignée s'était mise dans un coin, lentement, la marée semblait refluer et quitter les lieux. La peur diminuait. Dans un coin de son esprit, elle sentait comme un léger souffle, une respiration.

" J'aime bien aussi ce qui brille. C'est naturel, ne t'excuse pas. Tu es donc arrivée ici et tu regardes, personne ne peut t'en empêcher si tu ne touches rien. Ta Maman ? Ah je vois. "

Esther put entendre quelques voix, comme si deux personnes parlaient dans son esprit. C'était inaudible et elle en aurait perdu la tête si cela avait duré trop longtemps. Heureusement, cela passa. Puis, elle se sentit bien.

" Mon nom a peu d'importance. Tu es envoyée par le seigneur Arès n'est ce pas ? Ne t'inquiète pas, je ne dirais rien. C'est amusant. Tu es une des premières personnes qui passent mes protections de cette manière, j'apprécie ton sens de la discrétion. Mais, le "Gardien" va finir par te voir et lui ne se montrera pas indulgent ! Informe juste les tiens que dans une affaire, tout est toujours négociable ! Vole une poule et amène là dans ton domaine ! "

Puis, la voix ne répondit plus rien. Elle avait été gentille et douce avec la petite araignée, c'était comme si... elle s'adressait à Esther et Arachné en même temps. Situation pour le moins étrange, la "Voix" connaissait Arachné ? Tout autour, tout était encore calme. Toutefois, voler une poule ne serait pas évident, elle allait devoir faire preuve de prudence, trouver une opportunité dans cette histoire de plus en plus étrange.

Qu'allait elle faire ? Continuer son enquête ou voler une poule ? Voire... les deux ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EstherEstherArmure :
Cuirasse de la Tarentule

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-bleu900/900[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-bleu  (900/900)
CP:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-rouge450/450[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-rouge  (450/450)
CC:
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] G-jaune1650/1650[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]   [Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] EmptyMer 1 Juil - 22:14
La main portée au niveau de la bouche, l’Araignée s’attendait à voir l’épée de Damoclès lui tomber sur la nuque. À sa plus grande surprise, rien de cela n’advint. Mieux encore, les gardes alentours retrouvaient de leur contenance, comme s’ils venaient d’essuyer une fausse-alerte. Pourtant… cette voix qui l’avait repérée, n’appartenait-elle pas à leur chef ? Désorientée, Esther percevait toujours sa présence, confortée par sa prise de parole. Ainsi, plutôt que de se précipiter sur son ouverture, il s’entretenait sur une conversation fortuite. Rassurant dans ses mots, il dégageait une forme de familiarité intrigante. D’autant plus lors de cet échange mystérieux… dans sa propre tête. Mais qu’est-ce qu’il faisait, au juste ? Avec qui parlait-il ? En son propre esprit, elle prenait conscience de parcelles qui ne lui appartenaient pas. Une sensation profondément désagréable. Comme de ne pas être entièrement maîtresse d’elle-même.

Grimaçante le long de cette discussion… la Tarentule sentit poindre la possibilité qu’au couloir de sa propre pensée s’esquisse les engrenages de sa Destinée. Elle ne pouvait s’en rendre compte directement, de quoi alimenter une juste frustration. Fort heureusement, ce moment devait-être de courte durée. D’évidence que cet homme ne trahirait pas son identité à une pauvre espionne de l’armée d’Arès, cela aurait été trop beau. De cela, par ailleurs, il paraissait en avoir parfaitement conscience. Un état de fait qui aurait dû l’inquiéter, à condition de prendre à cœur sa mission. En l’occurrence, il n’en était rien. Tout au plus s’était-elle trouvé un terrain de jeu. N’avait-elle pas recherché, en premier lieu, à exciter sa propre curiosité, plutôt que de remplir consciencieusement les objectifs qui lui avaient été attribué ?

De toute manière, de cette affaire, elle ne gagnerait qu’un plat chaud de Zvezdan… Il n’y avait franchement pas de quoi s’enthousiasmer. Savait-il seulement cuisiner celui-là ? Sans doute était-il du genre à laisser brûler la viande dans le feu… Et quand bien même il aurait quelques bases, cela n’égalerait jamais le talent de sa mère ! En tous les cas, pour l’heure, Esther donnait l’apparence d’apprécier l’instant présent, servant son plus beau sourire à son interlocuteur invisible. Quelle aubaine de s’être fait un ami dans de pareilles circonstances ! Et pas n’importe qui visiblement ! Une haute personnalité se proposant de négocier avec Arès en personne ! Pour se faire, il ne fallait respecter que deux conditions : voler une poule et l’amener au Dédale.

Deux tâches des plus aisées. D’autant plus que la fillette n’avait pas oublié cet éclair de cosmos passé sous la terre avec cet espèce de caquètement de poule. Sans doute ce personnage pouvait-il passer d’une poule à l’autre. Un talent pour le moins singulier ; amusant, par certains aspects. Se relevant, il ne restait en bout de ligne qu’une certitude : sa mission ici était terminée. Hors de question de s’aliéner le méchant gardien. Il y avait des limites à ne pas dépasser. Son nouvel ami les lui avait clairement exposé. Et dans l’intérêt de la Citadelle de chair, mieux valait ne pas avoir les yeux plus gros que l’estomac.

Décidée, le défi qui lui était imposé ne lui faisait pas peur ! Des poules, la petite savait où en trouver ! N’avait-elle pas ces dernières semaines exploré les hameaux dans les environs en préparation de son potager avec Elyra ? En parallèle, il lui avait été donné de repérer quelques élevages de poules, même si ce n’était pas ce qu’elle recherchait à la base. Enfin, peu importe. À la vitesse de la pensée, elle se déporta à proximité de l’une de ces fermes. Rêveuse, elle laissait le temps défiler, le soleil disparaître dans l’horizon, les étoiles s’éveiller derrière le voile de la nuitée. Prendre le temps de savourer l’instant comportait plus d’une vertu, en plus de s’épargner les dangers de la précipitation.

De cette manière, l’enfant à la peau cendrée put discerner quelques spécificités pour cette famille qui gardait les poules de leur petite exploitation. Selon toute vraisemblance, une fille de son âge s’assurait de rentrer la volaille. Sans doute que ses aînés s’affairaient à des occupations plus pénibles. Encore qu’en hiver, l’activité agricole n’était pas la plus dense. C’était la saison pour diversifier ses activités, ce que témoignait ce jeune homme au pied d’un arbre, occupé à sculpter des sabots en bois. Quoiqu’il en soit, plusieurs heures étaient passées depuis le moment où une femme avait appelé tout ce beau monde à manger son pot-aux-feu. Et depuis cet épisode, rien de particulier ne s’était passé. Le voisinage lui-même profitait des longues nuits d’hiver pour passer de bons moments en famille. Une ambiance qui la rendait nostalgique, au point d’oublier quelques temps la raison de sa présence en ce village de fortune. Inconsciemment, des images lui revenaient à l’esprit. Elle voyait ses mains passer dans la terre, arracher les mauvaises herbes. La douleur avec la peau esquintée. Le soleil frappant sur ses épaules. Les articulations fatiguées. La faim. Une souffrance banale, que la promesse d’un bon repas permettait d’évincer.

Cette époque… pourquoi ces réminiscences lui apparaissaient comme des constructions artificielles ? La mine plus sombre, ses pensées s’accéléraient, vrillaient dans tous les sens. Bientôt, le besoin de détourner son attention lui prit. Ce faisant, son drôle de devoir lui revint. C’est vrai… il y avait cette poule à voler. Nonchalante, elle entrait là où reposaient ses amies à plumes. Toutes dormaient à poings fermés. Autant dire que l’Araignée n’eut aucune difficulté à saisir l’une d’elles. Et quand bien même cette action eut l’effet d’alarmer la petite bête, Esther usa de son don pour l’apaiser, la rassurer et ce, en même temps qu’elle quittait les lieux pour rejoindre son foyer. Cette poule était à n’en point douter une amie de l’autre personne. Cela exigeait d’en prendre le plus grand soin ! Dans le Dédale, la poulette serait reine ! Une ambassadrice des plus originales… S’y était-elle prise de la bonne manière, au moins ? Elle verrait bien le moment venu ! Au pire, elle reviendrait passer le coucou à l’autre cachottier !


[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo] Esther11

Codes couleur dialogues : Esther, Arachné.
Chroniques d'une Tarentule, Armure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1809-esther-de-la-tarentule En ligne
 
[Janvier 553] Mission de reconnaissance au Siebenbürgen [solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Siebenbürgen-
Sauter vers: