Votez
I
II
III
IV
V


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 Calypso ~ Nymphe des Hyades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
CalypsoCalypsoArmure :
Ecaille des Hyades

Statistiques
HP:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-bleu1050/1050Calypso ~ Nymphe des Hyades V-bleu  (1050/1050)
CP:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-rouge850/850Calypso ~ Nymphe des Hyades V-rouge  (850/850)
CC:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-jaune1200/1200Calypso ~ Nymphe des Hyades V-jaune  (1200/1200)
Message Calypso ~ Nymphe des Hyades   Calypso ~ Nymphe des Hyades EmptyDim 7 Juin - 20:08
Calypso
Qui est-il ?


    Nom : Calypso.
    Date de naissance : 4 avril 523.
    Âge : 29 ans.
    Sexe : féminin.
    Armure demandée : Ecaille des Hyades.


Comment est-il ?

    Apparence et Psychologie :

    Malgré une petite trentaine d’années tout juste entamée, Calypso a un air très jeune. 5 à 10 ans de moins en général. Elle a de longs cheveux argentés et des yeux violet pâle qu’elle aime faire ressortir par des tenues claires et vivantes. Elle fait cependant faire des tenues sur mesure où elle dispose toujours de nombreuses poches secondaires et doubles coutures dissimulées pour ranger des armes potentielles. Elle pleure parfois sa poitrine presque plate parce qu’elle pense qu’elle n’attire pas le regard de celui qu’elle aime. Grande (1 m 65), elle est toute menue et fine, ce qui ne l’empêche pas d’avoir quelques muscles bien dessinés, notamment les avant-bras et les épaules grâce à sa pratique régulière de l’arc. Elle essaie de s’entretenir aussi les jambes en courant de temps en temps, mais c’est loin d’être son activité favorite. En revanche elle adore danser.

    Côté mental, c’est une GRANDE timide. Elle n’a aucune autorité, aucune présence, à part peut-être quand il s’agit d’appliquer des ordres du Légat, qu’elle protège avec hargne et persévérance. Tout du moins, ce sera la facette de sa personnalité que verront les gens qu’elle ne connaît pas. Avec de bons amis, elle pourra parler plus librement, être très taquine et s’épancher longuement sur des souvenirs communs. Les souvenirs… Elle aime en parler, les organiser et les coucher sur écrit, c’est pourquoi elle s’est initiée comme chroniqueuse Atlante. De fait, elle gardera toujours sur elle un porte-plume, un petit pot d’encre et des parchemins ou des peaux traitées spécialement, le tout dans un étuis imperméable à l’eau qu’elle sera capable de dissimuler en cas de besoin.


Son Histoire



    « Ô Seigneur Poséidon, Puissant protecteur d’Atlantis. Ma requête est toujours la même : laissez-moi rejoindre vos rangs pour le protéger, s’il vous plait ! »

    Encore le même appel. Depuis des mois.

    *

    La flèche fila droit dans le ciel, sifflant en continu grâce au petit appeau qui y était fixé. Une dizaine de secondes s’écoula avant que le son cessât. Elle tendit l’oreille et une autre poignée de secondes plus tard, une autre flèche se plantait quelques mètres à côté d’elle dans la terre fraîche. Elle se précipita pour récupérer le message enroulé autour, se tourna vers Maître Galadrion avec enthousiasme.

    « Dix mètres !
    -Bien joué. »

    L’archer afficha un sourire auquel il manquait une dent, souvenir d’une bataille pas forcément très conventionnelle. Dix mètres d’erreur sur une trajectoire qui partait d’un bout à l’autre de la cité représentaient une marge parfaitement acceptable, bien qu’il savait son élève suffisamment perfectionniste pour travailler et réduire encore ce résultat.

    Calypso Toreador Arkantea.

    Fille unique d’une famille de Sangs-Purs plutôt importante d’Atlantis. De la réunion de deux familles en fait. Quelque part dans ses arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grands-parents, un Toreador s’était marié avec une Arkantea. Le résultat a été un bond conséquent parmi les fortunes d’Atlantis, du prestige, de l‘influence… et des responsabilités pour les descendants. Des privilèges un peu partout dans la cité. Une éducation stricte dans des domaines très variés : géographie, philosophie, langue, politique, Histoire, science, et ainsi de suite. Savoir composer avec l’importance de chaque famille, penser à de possibles mariages, préserver la tradition et le lignage.

    « Cette technique est un peu archaïque, mais j’ai bon espoir qu’elle serve si un détachement de soldats non-Eveillés quittait un jour Atlantis. Rien qu’à Alexandrie par exemple.
    -Oh je sais bien Madame, voilà un certain nombre de fois que vous m’entretenez de votre projet, et vous savez que vous avez bien sûr tout mon soutien. En termes d’archerie, vous êtes l’un de nos éléments les plus précis. »

    Elle acquiesça, puis jeta un œil à la clepsydre posée sur le banc. Aussitôt Galadrion lui indiqua d’un signe qu’elle pouvait partir. Elle s’inclina selon les convenances puis s’éloigna pour se changer de nouveau en habits civils. Son humeur assombrie aussitôt qu’elle quitta ses protections, débanda son arc et rangea son carquois. Elle s’entraînait dur pourtant : arc, fronde, arbalète, couteau de lancer, et même de simples aiguilles pouvaient devenir des armes létales une fois entre ses mains. A pieds ou à cheval. Avec son arme de prédilection, elle pouvait tenir une cadence d’une flèche décochée en 5 secondes.
    Dans la vie civile elle jonglait depuis des années entre ses devoirs nobiliaires, approfondir son savoir en autonomie à la bibliothèque, rédiger des chroniques avec les archivistes, et se préparer à entrer dans l’Amirauté. Car il y avait des personnes qu’elle voulait pouvoir protéger sans rougir.

    *

    Elle les avait rencontrés lors de cours communs à tous les jeunes nobles de très bonnes familles de l’académie des enfants. Deux individus parfaitement affirmés, semblables comme deux gouttes d’eau au détail près que c’étaient une fille et un garçon. Des cheveux blancs. Des yeux d’océan, d’écume et de tempête. Sangs-Purs. Merinita.
    Ils devaient avoir une dizaine d’années et Calypso trois de moins. Seule héritière à ce jour des Toreador Arkantea, elle avait une immense pression sociale sur les épaules, qui l’avait rendue réservée face au grand monde. Pourtant, avec cette innocence qui caractérise les enfants, elle avait un jour réussi à approcher Aurora et lui tendre l’une de ses plumes, quand elle avait cassé la sienne. Ce fut le premier geste qui débuta une amitié qui dure depuis.

    Bien entendu, la sœur et le frère étant inséparables, elle rencontra aussi très rapidement Orphéus, et ses parents furent si contents de trouver une nouvelle façon de s’entendre avec l’une des huit grandes familles patriciennes qu’ils firent absolument tout pour permettre à Calypso de passer du temps avec les jumeaux. Ils partagèrent ainsi des souvenirs, des connaissances, des obligations, des peines, des colères, des joies.

    Un jour, elle apprit qu’Orphéus avait, inconsciemment, sauvé un cétacé tout en condamnant des hommes qui s’en prenaient à lui. Que son pouvoir commençait à naître. Dans le même temps, il était pressenti comme un certain nombre de Merinita à devenir Légat, et Aurora à assurer sa protection. Une conversation surprise par hasard.

    Elle en tut le secret, mais cette découverte éveilla une soudaine peur en elle : être séparée de ses deux meilleurs amis par le devoir. C’est pourquoi elle se résolut à travailler d’arrache-pied pour rattraper ces trois petites années qui les écartaient et entrer à son tour au service de Poséidon. Elle forma son esprit à tout ce qui tombait sous son appétit littéraire. Elle força son corps à s’endurcir sous les coups d’un maître d’armes, ses parents refusant de laisser leur unique progéniture s’éloigner trop loin du foyer familial sans protection pour voyager. C’est à cette époque qu’elle s’imposa comme indépendante auprès des siens.

    *

    « Allons Damoiselle, nous avons répété ce geste des centaines de fois ! Vous devriez avoir compris ! Estoc, parade, prise de distance !
    -Je… Je n’y arrive pas…
    -Vous y arriverez quand j’en aurai terminé avec vous, comptez sur moi. »

    Elle essaya. Força. Elle pourfendit de son épée maints ennemis imaginaires, mais jamais ne parvint à briser la garde de son adversaire. Des jours durant. Jusqu’à ce que le maître d’armes décidât de recourir à une méthode un peu plus radicale. Avec l’accord de la famille, et tant qu’aucun coup mortel ou mutilation ne lui était infligé, il envoya de faux assassins la surprendre à plusieurs reprises, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, en n’importe quel endroit.
    Ce jour-là, la jeune noble se rendait chez une autre de ses précieux amis : Calista Atlas. Sa cadette de sept années avait un jour parlé d’un orphelinat pendant une après-midi tranquille qu’elle passait avec ses cousins et Calypso. L’idée avait paru merveilleuse à cette dernière, et elles s’étaient promis de s’y retrouver quelques fois. La petite princesse avait beaucoup gagné en maturité et en beauté depuis ces fois où elle courait après eux au milieu d’un parc.

    La Toreador Arkantea allait donc vers cet orphelinat lorsque les faux assassins frappèrent de nouveau. Elle reconnut aussitôt leur livrée et se mit en garde (le but n’était pas de cacher leur identité mais de la mettre en difficulté pour que ses réflexes à l’épée se manifestassent). Ils étaient trois, l’encerclaient et elle n’avait pour équipement que sa lame et un vase de fleurs qu’elle était venue apporter à Calista. Mais elle ne recula pas pour autant, car on ne la préviendrait pas de manière si évidente en combat réel.
    Oubliant son cadeau, elle échangea quelques passes férocement qui la mirent déjà en difficulté. Elle se servit alors des fleurs et de l’eau pour surprendre l’un de ses assaillants, brisa le vase sur son crâne pour l’assommer. Et d’un. Les deux autres furent assez surpris, on leur avait parlé d’une personne sur la défensive et d’un niveau assez moyen. Ils chargèrent alors de façon plus directe pour mieux l’éprouver encore. On lui avait appris à se servir des obstacles pour se repositionner de façon avantageuse dans un combat, aussi courut-elle à travers les jardins de l’orphelinat, sauta par-dessus les bancs, se protégea derrière des statues. Les deux hommes commençaient à se prendre au jeu et la poursuivirent avec acharnement, mais entre deux échanges de coups des enfants apparurent aux fenêtres et à la porte d’entrée pour regarder. Elle leur cria de rentrer à l’intérieur, perdant du même coup sa concentration et gagnant des estafilades. Pour ne pas les mettre en danger, Calypso se résolut à tenir la position, offrant ainsi un spectacle des plus surprenants pour qui passait dans les parages. Elle roulait, parait, tentait de contre-attaquer sans succès, s’épuisant. A force de courir dans tous les sens elle était même revenue à son point de départ et regretta de ne pas avoir d’autre vase sous la main.
    C’est alors que l’un des gamins parmi les plus jeunes eut l’idée de s’avancer vers elle pour jouer avec. Elle le vit comme au ralenti, juste sur la trajectoire de l’un des assassins, déjà bien lancé dans son mouvement. Et elle visualisa dans son esprit ce qui se passerait si c’était l’un des Merinita qui se trouvait là.

    « NON ! »

    Suivant une impulsion instinctive, elle lâcha son épée et tendit le bras en direction de l’homme qui allait malencontreusement faucher le garçonnet. L’eau du vase suivit son mouvement, gela en plein vol et alla épingler l’assaillant contre un arbre par divers pans de ses vêtements. A l’autre, elle envoya les morceaux du vase qu’elle avait ramassés : l’un d’entre eux atteignit son poignet et le désarma, un autre se planta dans sa cuisse, provoquant un grondement douloureux. Aussitôt il donna le signal pour la reddition. Ils n’étaient pas Eveillés, elle venait de les vaincre même si ce n’était pas à la force de sa lame comme prévu. Et surtout d’éviter une catastrophe.

    Portée auprès du garçon, elle le serra fébrilement contre elle, vérifia qu’il n’avait rien.

    « C’est joli…
    -Quoi ?
    -Regarde Calypso, il pleut ! Il ne pleut jamais à Atlantis, il n’y a pas de nuages ! »

    Elle leva la tête et constata le phénomène. Toute la petite place du parvis était baignée de pluie, dans laquelle on pouvait admirer un mince arc-en-ciel. Quant à sa source, elle provenait d’elle-même.

    « Mon… cosmos ? »

    L’énergie la parcourait en vagues bleutées. Elle se tourna vers le malheureux encore accroché à l’arbre et comprit qu’il s’agissait d’hydrokinésie. Avec un peu de concentration, elle parvint à faire retourner la glace à son état liquide, et la pluie finit par s’estomper. Elle observa alors les dégâts qu’elle avait causés tout autour et soupira. Calista était là et avait tout vu.

    « Je suis désolée… Je n’ai même plus de fleurs à t’offrir… »

    *

    Maître Galadrion s’était trouvé dans l’assistance. Et plus que l’Eveil en lui-même, il avait noté la dextérité de la jeune noble avec ses armes improvisées. Il se rapprocha alors du maître épéiste et de la famille pour proposer ses services, car il était convaincu que le style qui conviendrait le mieux à l’héritière n’était pas celui des lames de corps-à-corps. Il vit juste, et l’apprentissage de Calypso s’en trouva subitement amélioré. Le recul et la vision d’ensemble dont elle bénéficiait à distance lui permettaient d’être un élément bien plus utile dans un groupe. Elle pouvait garder une position, en profiter pour apporter les premiers soins à un camarade blessé, communiquer des informations par le biais d’un code de signes.

    Malgré cela, aucune écaille ne venait à elle. L’Eveil ne suffisait pas. Elle vit Orphéus endosser le rôle de Voix de Poséidon après le Primus Senator Cinead -et la tristesse de Calista devant son abdication -, Aurora devenir son ombre.

    Elle s’en ouvrit à la jumelle avec inquiétude.

    « Je ne cherche pas à tout prix à partir en guerre mais je ne veux pas vous perdre… Ce n’est même pas une histoire de souverains… Je tiens à vous… En devenant Légat, Orphéus devient le centre d’attention, et toi la première personne à s’interposer entre lui et le danger… Je voudrais être utile… Vous aider… Quand je l’ai vu offrir son propre œil j’ai compris qu’il ne reculerait pas… et toi non plus hein ? »

    Aurora était restée muette un instant. Elle semblait avoir compris quelque chose que son sourire cachait moqueusement.

    *

    A partir de cette période, ils se virent moins, mais Calypso se dégageait toujours du temps pour pouvoir leur parler ou dîner avec eux régulièrement. Avec l’un, l’autre, ou de préférence les deux. Ces petits échanges la rassuraient sur la solidité de leur lien, et elle en profitait pour poser des questions à Orphéus sur la façon d’obtenir une écaille, comment elles choisissaient leur porteur, sans cacher son ambition de pouvoir entrer dans l’Amirauté à leurs côtés.

    Ce qu’elle cachait en revanche, c’étaient ses petites incursions de nuit parfois, jusque dans la salle des écailles du Temple de Poséidon. A force de rendre visite au Légat dans son environnement professionnel, elle connaissait les lieux à la perfection, y compris les gardes et leurs horaires. Elle avait développé une sorte de don pour passer inaperçue et l’utilisait pour se rendre en ce lieu particulier où les enfants d’Amphitrite attendaient leur porteur. Elle n’y faisait rien de mal, contemplait simplement les anciens monstres en espérant que l’un d’eux voulût bien d’elle. En priant pour que l’Ebranleur des terres l’estimât suffisamment forte et digne.

    « Ô Seigneur Poséidon, Puissant protecteur d’Atlantis. Ma requête est toujours la même : laissez-moi rejoindre vos rangs pour le protéger, s’il vous plait ! »


Et vous, qui êtes-vous ?

    Age : 26. Mais plus pour longtemps.
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b] Re:Zero kara hajimeru isekai seikatsu [/b] → [i]Emilia[/i] est [b]Calypso[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Ludo Tier.
    Comment avez-vous connu le forum : Veni, vidi… mori.



Calypso ~ Nymphe des Hyades Ysqc


Dernière édition par Calypso le Jeu 11 Juin - 12:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-bleu1350/1350Calypso ~ Nymphe des Hyades V-bleu  (1350/1350)
CP:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-rouge900/900Calypso ~ Nymphe des Hyades V-rouge  (900/900)
CC:
Calypso ~ Nymphe des Hyades G-jaune1350/1350Calypso ~ Nymphe des Hyades V-jaune  (1350/1350)
Message Re: Calypso ~ Nymphe des Hyades   Calypso ~ Nymphe des Hyades EmptyDim 7 Juin - 21:32
Je valide Eveil 5, avec les habituels XP qui vont avec.

J'ai évidemment beaucoup aimé la présentation et l'effort d'intégrer des éléments de l'histoire d'Orphéus et de Calista. L'idée d'une Nymphe me plait également énormément, même si cela te fera intégrer l'unité CALYPSO, en portant le même nom °°

Priorité à l'acquisition rp de ton armure ma chère ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
 
Calypso ~ Nymphe des Hyades
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: