Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge900/900[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1050/1050)
Message [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyLun 8 Juin - 20:07
Bran Ruz
"Jamais plus"




=> Forêt Ombrageuse

L’alliance scellée, les deux âmes se sont envolées pour s'extirper de la sombre forêt. Sitôt ont-ils quitté la canopée pour gagner les nuées que la masse du Bran Ruz se déploie et se confond dans les nuages qui obscurcissent cette trame infinie.
Un œil mortel ne saurait discerner cette engeance ténébreuse qui se dresse et agite l’air tout autour de lui. Ses ailes n’ont pour ainsi dire pas regagné de leur superbe, se dotant d’un entrelacs de plumes et de matières mortes, décomposées. Elles sont toutefois plus vigoureuses et portent sans mal Velizara, juchée sur son dos.
Sa vitesse de vol est mesurée. D’une part pour ne pas gêner sa compagne de voyage, mais aussi pour prendre le temps d’apprécier les terres en contrebas. Son œil, qui perçoit les plus infimes mouvements, tel le prédateur qu’il incarne, roi des cieux, caresse les vallées. La Réponse n’est pas un homme à aimer palabrer. Le silence s’instaure donc entre eux deux, alliés de circonstances. Alliés d’une cause commune. Un accord qu’il faudra signer dans le sang et le carnage.

Bientôt.

Ses pensées se bousculent, parasitées par la faim et la démesure de ses projets. Elles s’esquissent, s’évaporent et se reforment sans cesse. Il veut avant tout planter ses crocs dans la viande et goûter au sang. Une nouvelle forme d’ivresse. Intarissable. Il lui faudra pourtant apprendre à la museler, à la contrôler.

Un jour.

Bran prête tout de même une attention toute particulière à Velizara. Alors, quand cette dernière lui indique les pourtours de ce qu’il semble être leur destination, le Corbeau Rouge entamera sa descente. Le vent souffle et agite vêtements et rémiges écarlates. Les serres du corvidé griffent le sol et l’éventrent. Il s’arrête, étire ses ailes pour aider la Baba Yaga à regagner la terre ferme avant de les replier contre ses flancs.

« Comment se nomme cet endroit ? Je n’en ai plus le souvenir. » Demande Bran en reprenant peu à peu des atours laissant penser à un être mi-homme mi-oiseau. Il balaye l’endroit avec attention. Il croasse encore plus qu’il ne parle : « Velya, me voici. »

Car il a l’intuition que le Vivisectionniste sait déjà. Il n’ignore pas que deux enfants de la Pestilence se présentent au seuil de sa demeure. Il peut entendre des chuchotis, détailler un mouvement presque imperceptible dans cette « roche ».

« D’autres nous rejoindront peut-être. Connais-tu certains serviteurs de l’Arès ? Tu connais Zvezdan, j’imagine ? »


Ce nom-ci n’a pas été effacé. Il est bien ancré dans son esprit. Tueur de Pope. Bran escompte bien faucher la vie d’un second.

Demain.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu200/200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge260/260[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (260/260)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune235/235[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMar 9 Juin - 0:59


Bientôt, un jour, demain

Le silence n’a jamais été gênant pour Velizara, c’est une chose qui se savoure et s’écoute comme une agréable mélodie. Une harmonie paisible qui accompagne la vue impressionnante que ses yeux découvrent pour la première fois. Il n’y a pas l’émerveillement d’un enfant qui apprend dans ses prunelles, car les horreurs vues, vécues et perpétuées ont effacé la moindre innocence dans celles-ci. Mais il n’en est pas moins impressionné. Juché sur le dos du Corbeau Rouge qui lui a prêté ses ailes, il goûte à un sentiment de liberté nouveau et infini, jamais connu mais déjà apprécié. Il sent qu’il pourrait vouloir demeurer ainsi, libre de chacun de ses mouvements, le vent dans les cheveux et le regard posé sur l’horizon qui s’étire sans fin. Et parfois, simplement redescendre pour chasser la proie, obtenir le sang désiré et remonter sans chaines. Oui… il envie un instant l’Insoumis, la Réponse qui comme lui se refuse l’aliénation. Mais qui jouit d’un don rare qu’il pourrait vouloir lui arracher. Il suffirait de rien, pour plonger une main vers la gorge, une griffe vers le coeur éteint… Mais l’instinct qui désire, lui l’égoïste, est muselé par autre chose : la confiance d’une alliance nouée, une promesse de sang et de chasse, et un appel à la gloire du Chaos. C’est tout ce qu’il demande, et main dans la main avec le Corbeau Rouge qui prête ses ailes, ils iront loin.

Loin sur l’horizon qui rougira.

Après ce qui semble être une éternité à danser dans les cieux, surplomber le monde, les yeux de Velizara se rouvrent comme sortant d’un long sommeil. Et déjà, au plus profond de son coeur et son corps, il ressent cette faim qui gronde et qui brûle ses entrailles. Il sait qu’ils se rapprochent. La maison. Le manque. Là, tout en bas, si proche qu’il pourrait le toucher d’une main tendue. Sa voix s’abaisse au niveau des sens de l’oiseau pour lui indiquer la proximité de leur but, et peu à peu ils redescendent vers la forêt Dans un tremblement qui fait gémir le sol, le Corbeau de Sang abaisse les ailes fièrement, et son allié, son guide, s’ancre à nouveau à terre, comme attiré inexorablement par elle. Il y a battement de coeur qui fait vibrer son être, quand le regard accroche les murs du Dédale. Un souvenir qui vient grignoter la mémoire et il lui semble, juste pour quelques secondes, revoir les échos du passé. Il ne bouge pas, scrute seulement, jusqu’à ce que la voix de son compagnon perce le voile de ses pensées.

« Dédale de Chair, Citadelle des Berserkers, domaine d’Arès. » Les yeux ne quittent pas une seule seconde la vue qui s’étant devant lui, c’est la réponse instinctive qui vient, une réminiscence de quelque chose qu’il ne pourra jamais oublier.

Puis, les sens rappelés à la réalité, le visage de Velizara se tourne brusquement vers Bran Ruz dont le coassement rauque et étrange pourrait presque appeler celui qu’il ne voudrait pas voir. Pas encore. Pas maintenant. Mais il ne dit rien, car il sait que c’est pour lui que son compagnon est venu. Pour comprendre et répondre. Il le devra aussi, un jour.

« Sans doute certains savent-ils que nous sommes déjà là. » Velya peut-être d’ailleurs. Mais il sait que leur présence ne sera pas passée inaperçue, surtout avec une telle arrivée. Il connait des chemins pour rentrer plus discrètement, mais d’autres sauraient toujours. Peu importe. D’un geste, il remonte la capuche de sa cape sur son visage, comme l’ombre chasseresse qu’il doit être. Baba Yaga qui guette sous la cime des arbres. « Je le connais oui. Cardinal de la Guerre. Je ne sais s’il est toujours de ce monde. » Une part l’espère, car les souvenirs qui hantent sa mémoire lui rappelle une certaine appréciation de la personne en question. Un autre compagnon avec qui il s’était battu côte à côté. Mais il ignore oui s’il a survécu à la guerre. Il est parti si vite la dernière fois. « L’entrée nous reconnaîtra. » Dit-il enfin, retournant un regard vers les grandes portes qui couvre leur champ de vision. Les Cuirasses se feront droit de passage pour pénétrer le Dédale, comme part intégrante de cette entité immense et vivante.


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 10 Juin - 9:52
C'était une autre sorte de chasse qui avait poussé le colosse à gagner le coeur de la forêt, à rejoindre les routes menant à certains villages alentours. Une chasse en rapport aux armures, en rapport aux corps et au sang dont le dédale avait besoin. Sa cuirasse aurait bientôt besoin de sang, il le sentait, et préférait "faire ses courses" en personne plutôt que de laisser cela à ses soldats. Les protections divines d'Arès se nourrissaient du sang, frais de préférence, et la Mort avait alors prit l'option la plus logique pour elle : avoir des réserves personnelles.

Sa mission n'avait pas été longue, deux jours tout au plus, et il avait eu la chance de tomber sur ce qu'il cherchait assez aisément. Une petite troupe de chasseurs à l'orée de la grande forêt, apeurés mais dans l'obligation de rapporter de quoi manger à leur village. Et la Mort avait alors fait son office. Sur cinq, deux suffisaient. La Mort avait fauché les trois autres et enfermé l'un des hommes dans un immense sac de toile, relié à la selle du Boiteux tandis qu'il avait déposé le second, attaché, sur la croupe de son fidèle destrier.

"Le Boiteux" était précisément son cheval, celui qui portait la Mort. Les yeux de la créature étaient noires comme la nuit, la couleur de sa robe grise jusqu'au bout du museau, et de la bête s'échappait une brume étrange. L'on pouvait deviner ses côtes, à croire qu'elle était mourante. Décharnée était le bon terme, à dire vrai. Mais les apparences étaient trompeuses. Car elle pouvait supporter aisément le poids du colosse, ainsi que celui du sac qu'il traînait derrière lui. Et dans ces yeux noirs, on devinait aisément la méchanceté pure. Ce cheval était l'un des quatre destriers. Appartenant à l'un des quatre Fléau d'Arès. Le Cavalier pâle.

En arrivant à proximité des portes, deux silhouettes étaient déjà visibles. On n'approchait pas d'ici sans être en lien avec le Dédale, de cela Haldor en était sûr. Il se mit à ralentir son allure, tandis que derrière lui l'homme attaché à la croupe commençait à gesticuler. Se tournant un instant, il frappa du poing la base du crâne du malheureux qui sombra de nouveau dans l'inconscience. Quant au sac derrière le cheval, il semblait inerte mais cela n'intéressait pas le géant pour le moment. Sans doute que la route aurait laissé des traces sur le corps du pauvre chasseur mais bien pire l'attendait à destination s'il avait survécu.

Enfin, il fit arrêter son canasson. Haldor prit un instant pour détailler du regard les deux individus. De parfaits inconnus. Puis d'un bond, il descendit du canasson, se redressant de toute sa hauteur, un petit sourire sur son visage. Il ne portait pas sa propre cuirasse, maintenant que le Dédale savait qui il était. Seule une cape de voyage grise, portant le symbole d'un ours dévorant le corps d'un homme comme écusson. Autour de sa personne se dégageait également un peu de brume, une aura argentée qu'il ne maîtrisait pas réellement. Et sa gigantesque lame dans son dos.
    - Et bien, voilà des visages que je ne connais pas. Qu'est-ce que vous foutez dans l'coin ?

Le cheval souffla dans ses cheveux, lui donnant un coup de museau. Il est vrai que ce dernier n'entrait généralement pas en ce lieu et il allait devoir le débarrasser.
    - Merde, j'oubliais. Une petite seconde.

S'approchant de la croupe du Boiteux, Haldor fit tomber sans ménagement le corps du premier chasseur et détacha la corde qui maintenait le sac à sa selle, tirant un grand coup sur ce dernier pour le ramener à lui. Donnant un petit coup de pied dedans, le sac bougea de nouveau, laissant entendre des gémissements étouffés. C'est bon, il était toujours en vie lui aussi. Il l'ouvrit donc afin d'en sortir le second bonhomme. Dans ses yeux, la peur la plus absolue. Et un espoir, léger, ténu, en remarquant les deux autres devants.
    - Aidez-moi. Aidez-nous. Je vo...

L'aura argentée du colosse enveloppa le pauvre malheureux qui ne put finir sa phrase. Il était toujours en vie mais tétanisé. Ce qu'il avait vu, ce que la Mort avait fait, son esprit ne pouvait le comprendre. Revenant vers l'avant, le Cardinal flatta l'encolure du canasson.
    - Tu peux y aller, mon vieil ami.

Et déjà le cheval se détournait pour se fondre dans les brumes, laissant le colosse avec les deux corps et les deux nouveaux.
    - Faites pas attention à ces deux là, ils sont avec moi. Bref, j'disais donc : j'peux vous aider ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
NympheaNympheaArmure :
Saint du Lotus

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 10 Juin - 21:38
Ailes d’acier majestueusement déployées, Péri virevolte sur le toit du dédale de chair. Depuis le temps qu’elle et Esther avaient parlé de leur projet de potager, il avait vu le jour et des petits carrés de bois remplis de terre avaient été installés ici et là. C’était là une occupation bien peu courante pour des Berserkers, mais elle avait le mérite de lui donner une bonne raison pour sortir de ces boyaux hideux alors peu importait ce que les autres pouvaient bien en penser. L’heure n’était plus au plantage mais il fallait venir régulièrement arroser et s’occuper des mauvaises herbes. Armée de son arrosoir de bois, elle faisait pleuvoir de fines gouttelettes sur les jeunes plans. Afin de les protéger du froid, elle les avait recouvert d’un paillis d’herbes séchées. Toute ravie de ce moment de légèreté qu’elle passe, elle chantonne doucement.

Une ombre volante venue de loin approche des portes et semble s’être posée par là à moins qu’elle ne vole à basse altitude. Elle ne voit pas bien de là où elle est et l’a perdue de vue. Des allées et venues, il y en a de temps en temps ici et cela ne la choque pas plus que cela. Ce qui l’intrigue c’est le caractère volant de la chose, ou de la personne. Il semblerait que la capacité de voler ne soit plus si rare que cela au dédale… Mais Péri ne se préoccupe pas du ou des nouveaux venus. Elle poursuit tranquillement son activité quotidienne, celle qui vient après l’entretien de Sonata, monture de Famine.

Depuis que Guerre l’a prévenue de faire attention d’où elle mettait les pieds, elle oeuvrait le plus possible en vol. Mais parfois il fallait bien se poser pour entretenir ses bébés plantes. Elle apprécie de les voir grandir. Elle ne craint rien de Velya et elle sait son jardin protégé par Mort. Alors ses précautions ne sont sans doute pas nécessaires.

La voix de ce dernier s’élève et attise sa curiosité. Elle ne perçoit pas ce qu’il se dit, mais elle se rapproche du bord du toit du dédale. Elle se pose agenouillée et ses ailes se replient derrière elle. Tel un corbeau, elle observe. Peut être descendra-t-elle dire bonjour, peut-être pas. De son perchoir elle voit les silhouettes plus nettement. Sans plus bouger, elle écoute.


[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] 49ky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2339-nymphea-chevalier-du https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2317-nymphea-du-lotus-journal
AkirAkirArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 10 Juin - 22:45
Il aimait bien vagabonder hors de la citadelle, le grand air, il n'avais jamais pu rester très longtemps enfermé à l'intérieur. Pour chasser, mais aussi flâner, visiter, voir ce qui se balade dans le coin, ou pour les plus courageux observer ceux qui s'approchent de la citadelle. Et là, il y en avait deux, personnes qui s’approchèrent des portes de la citadelle. Pourtant il lui semblait qu'il avait déjà vu l'un des deux. Il en était presque certain, ce rouge, cette forme d'oiseau.

Il réfléchi un petit instant, il se souvenait bien d'un corbeau rouge une fois, mais il ne lui semblait pas que c'était un Berzerker, il l'était devenu ? Il venait portant les couleurs d'une autre faction ? Lui avait-il donné son nom ? Vran ?...non...Bran ? Oui c'est ça il était de bonne compagnie quand ils avaient conversé ensemble. Dans un sens ça lui faisait plaisir de le voir.

La seconde personne ne lui disait rien enfin, il ne reconnaissait pas son cosmos en tout cas et elle était encapuchonnée. Il ne voyait pas bien de loin son apparence malgré sa très bonne vue. Les deux formaient un duo un peu sinistre, mais avançait cote à cote, ils semblaient voyager depuis un petit moment ensemble, il y avait une sorte d'entente entre eux. Mais il n'entendait rien, il était trop loin pour entendre leur conversation. Se faufilant d'arbres en arbre il les observaient de loin, poussé par sa curiosité.

Il lui semblait qu'ils ne l'avaient pas encore repéré pour le moment, il était assez discret mais un chevalier avec un sens affûté pour détecter le cosmos l'aurait sans aucun doute déjà aperçu. Il continuait donc de les évaluer de loin tout en s’efforçant de rester invisible.

Ils n'étaient plus très loin de la porte quand il le senti, ce puissant cosmos mais pas inconnu. Tonitruant comme la première fois, il ne cherchait même pas à le cacher. Il revenait de chasse lui aussi semblait-il, en témoigne le filet à l'arrière du destrier bien rempli. Son sympathique patron Haldor. Il amorçait la rencontre permettant de brouiller les pistes quand à un éventuel guetteur, lui même. Il restait un petit moment en retrait en regardant la réaction des deux personnes.

Par contre sa voix tonitruante portait de très loin il l'entendait d'où il était. Mais somme toute une conversation assez banale. Pas de réactions excessives ou agressives, mis à par ses paroles et les quelques coups que la Mort assénait à ses prises, rien ne troublait le calme de ce moment.

Ce ne serait pas une mauvaise idée de maintenant dévoiler sa présence, il était au moins avec quelqu'un qu'il connaissait bien. Ça le rassurait plus à présent, ce n'était plus le moment de se cacher.

Il approchait au moment ou le colosse terminait de parler. Avançant sereinement vers eux. Peu importe comment ça allait tourner au pire il avait un allié. On ne sais jamais avec les berzerkers, du calme à la rage, de la joie à la tristesse, tout pouvait basculer en un instant.

Salut patron, bonne prise ? Je vous ai déjà vu quelque par il me semble, cette couleur rouge, Bran c'est ça ? Vous faite partie des nôtres à présent ? Bienvenue à vous deux en tout cas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1811-akir-du-tigre-v-2 https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1729-akir
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge900/900[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyVen 12 Juin - 17:02
Bran Ruz
"Jamais plus"




Le Bran Ruz pose un regard de marbre sur l’immense porte, perçoit du mouvement au-delà de celle-ci. Ces lieux incarnent ce qu’il y a de plus implacable dans le Cycle. Mais il sait. Il sait que cette figure de l’Arès revêt bien des nuances. Que tous, ne sont pas capables d’apprécier. La Réponse sonde les lieux, plantant ses pieds dans la terre, prenant racine, littéralement. Sa Cuirasse laisse des serres s’extirper et mordre. Son cosmos se déploie en même temps que son regard acéré se pare de la pupille d’un oiseau prédateur.
Il hoche la tête à la réponse de Velizara, son nom finira bien par parvenir à ses oreilles.
C’est alors que le Corbeau Rouge sent des vibrations accaparer ses sens. Un grand homme juché sur une drôle de monture ne tarde pas à apparaître. L’odeur de la peur et de la Mort l’enveloppe. Il ramène une proie et éveille du même coup son appétit. Sa soif de sang. Bran ne s’émeut ni du traitement infligé à l’homme, encore moins aux suppliques de ce dernier. Le pauvre hère ne s’adresse pas à la bonne personne. Bran ne désire plus faire preuve de clémence.
Ce qui l’intéresse davantage, c’est l’écusson qu’il porte. Il garde pour lui ses réflexions, mais une lueur d’intérêt gravite dans ses froides prunelles. Extirpant ses serres du sol, Bran fait un pas vers le géant qui laisse sa monture se retirer.

« Je ne vais pas toucher les proies d’un autre. » Déclare-t-il sur un ton encore légèrement croassant.

Bran se détourne un instant du géant pour découvrir une figure familière. Il fouille dans sa mémoire et en extirpe des images. Un échange des plus instructifs. Des liens avec un Tigre, une Tarentule… il se souvient que cette dernière ne voulait pas d’adieux entre eux. Venir ici lui apparaît alors d’une logique imparable. Il doit se trouver là. C’était écrit, dicté par d’anciens songes le liant à cette terre. Quelque part, le déraciné se vit soudainement chez lui. Une impression qui l’ébranle. Mais il ne le montre pas. Jamais. Les ombres dansent autour de lui sans jamais rien clamer. Peut-être seulement la soif. Encore bien prégnante et qui titille, parasite ses pensées.

« Akir Al Kahoulani. »

Ce nom s’envole entre ses lèvres, comme d’autres reviennent à l’orée de sa psyché. Cette fois-ci, il n’a pas revêtu l’apparence d’un corbeau.

« Je vous remercie pour votre accueil, guerriers. Je me nomme Bran Ruz, en effet. Maintes fois mes ailes m’ont portées jusque dans ces contrées. »


Brièvement, il aperçoit une silhouette en retrait qui observe. Bran respecte sa volonté, continue son discours :

« Autrefois Oracle de l’Épervier, puis Augure de Lug responsable de son Crépuscule, je suis celui qui a incarné sa mort. » Ainsi est le Cycle. Sans doute est-il prédestiné à être ici, enfin, le souffle sa conscience. « J’ai combattu aux côtés de Zvezdan afin de tuer l’ancien Pope Bélisaire. Ma volonté était d’unir nos factions. Velya semble m’avoir offert un tout autre chemin jusqu’à vous… »

S’il faut montrer patte blanche, c’est chose faite ! Bien que ses plumes soient maculées de sang. Il laisse le soin à la Baba Yaga d’évoquer sa propre histoire. Il se place d’ailleurs à ses côtés, en soutien muet. Mais inébranlable.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu200/200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge260/260[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (260/260)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune235/235[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 24 Juin - 21:31


Bientôt, un jour, demain

Le regard de la Baba Yaga finit par se détacher des hauts murs de la Citadelle et de la silhouette qui semble se cacher plus haut, les sens accaparés par la présence qui peu à peu se dessine dans les environs. Monté sur son cheval à l’aspect pitoyable, le guerrier approche et il ne faut pas beaucoup de temps à Velizara pour deviner celui qui s’avance par-devers eux. Il n’y a pas de cuirasse qui habille l’homme, mais il reconnaît les signes de la monture et l’aura qui suit celle-ci. Celle d’une Mort certaine et implacable qui avance et entoure son porteur. Il ne connait cependant pas le visage qui leur sourit et semble les détailler, descendant de la bête comme pour les accueillir. C’est un regard semblablement curieux que la Baba Yaga renvoie, sans adresser la moindre parole dans un premier temps. La question vient rapidement et les gémissements répondent à celle-ci avant toute autre chose, avortant un semblant de discussion. C’est à cet instant qu’il remarque les proies qu’avait chassé l’homme, Cardinal de la Mort, débarrassant sa monture aux allures fantomatiques d’un poids. Il n’y a pas vraiment d’intérêt pour les victimes dans le regard azur de Velizara, pas même un soupçon de pitié. Quant à s’étonner d’une telle démonstration, il n’en est rien également.

Un autre observateur vient se joindre également à ces présentations attendues, un visage qui peuple ses souvenirs de façon très vague, mais il se souvient du Tigre, déjà présent à l’époque. C’est Bran, étonnamment qui apporte un nom à ce visage, même si cela capte peu, en vérité, l’intérêt de Velizara. Si une part de son attention reste attentive aux mots que son compagnon accorde à ceux venus les accueillir, une autre part de lui est à nouveau attiré par les murs de chair qui semble murmurer à son oreille un appel silencieux. Une pulsation commune qui pourrait lui faire croire que son coeur bat à l’unisson du Dédale. Une illusion de son esprit avalé si longtemps pas l’entité immense, un besoin et un manque qui continue si terriblement de le gangrener. A nouveau, le voilà affamé et si proche pourtant du but, avec une crainte qui néanmoins demeure et fait hérisser les poils sur sa nuque. Un frisson, juste un, avant que l’attention soit à nouveau happée par la conversation. Les yeux qui s’étaient détournée pour se poser à nouveau sur le domaine des Berserkers se glisse sur les deux autres. La présence de Bran à ses côtés est comme une ancre sur la réalité de l’instant, et qui le pousse à se présenter à son tour.

« La Mort qui chevauche avec Arès vient nous accueillir. » Commence-t-il d’abord d’un ton neutre et égal, en regardant le grand guerrier aux cheveux clairs et aux yeux noirs. L’intérêt, peut-être, titille le bleu glacé de ses prunelles, curieux de savoir à quoi ressemble le Guerrier Pâle de cette génération. Oui la Mort, fléau aux ordres du dieu de la Guerre. Un représentant du chaos tant recherché. « Je suis Velizara, Centurion de la Baba Yaga. » Et il n'a pas grand chose d'autre à raconter, là où le Corbeau de Sang à plus de chose à exposer. Autrefois il avait été tant, au sommet de cette bâtisse et de ces soldats. Autrefois il avait eu le même rang que celui qui devant eux les scrute. Autrefois oui… Et les mots qui franchissent ses lèvres révèlent une vérité presque douloureuse, mais sans regret. Il n’est plus Thivan. Juste l’écho. Juste le renouveau. « Les troupes sont-elles déjà nombreuses à se rassembler ? » Aujourd’hui comme hier, il n’a jamais été très doué pour converser, ni même bien bavard pour exprimer sa pensée. Mais il veut savoir si le Dédale s’est rempli. Si les agents du chaos se rassemblent. Si l’aube d’une guerre approche à grand pas.


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
NympheaNympheaArmure :
Saint du Lotus

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyJeu 25 Juin - 16:28
Les voix lui parviennent et elle écoute. Un autre Berserker rejoint le groupe et se présente. De toute évidence, il fait partie de l'armée de Mort. Il faudra qu'elle vienne se présenter. Si elle en croit le nom que lui donne le dénommé Bran, elle en a déjà entendu parler. Si sa mémoire ne lui fait pas défaut, Haldor lui avait dit d'ailleurs que c'était « un bon gars » alors évidemment elle est curieuse maintenant qu'elle l'a sous les yeux. Quand aux deux autres qu'elle ne connaît pas, elle ne sait pas trop quoi penser pour le moment. Elle ne se leure pas quant au fait qu'ils ne l'aient pas repérée. Le but n'avait pas été de se cacher d'ailleurs. Juste de garder une certaine distance.

Puis que le moment en était aux présentations et qu'il ne semblait pas y avoir de truc officiel ou pressé, elle pouvait alors descendre les saluer. Gracieusement elle saute, et d'un battement d'ailes alors qu'elle est à quelques pas du sol, elle amortit sa chute comme si elle avait juste sauté d'une simple marche. C'est une chose qu'elle n'avait pas cru possible et à laquelle elle n'avait pas pensé avant d'en avoir discuté avec l'Argenté. Ses ailes se replient dans son dos et doucement elle s'approche du petit groupe. Un léger sourire s'affiche sur ses lèvres. D'un signe de tête, elle salue celui qu'elle connaît.

- ça va mieux toi on dirait. J'en suis ravie pour toi. Son visage se tourne vers les trois autres. Je suis Elyra Légionnaire de la Péri. Ses yeux d'or se posent sur Akir, qu'elle détaille une seconde à présent qu'elle est plus proche pour le voir. C'est donc toi le Tigre. On m'a parlé de toi.

Pas qu'une fois d'ailleurs, chose qu'elle ne sait pas car lorsqu'Esther a parlé de lui, elle l'a fait sans le nommer. Tournant légèrement la tête de nouveau, ses yeux solaires se posent sur celui qui a parlé en dernier. Comme ça à première vue il a l'air assez flippant sans qu'elle puisse définir exactement pourquoi. De toute façon elle applique la règle absolue du « on se méfie de tout le monde ici ! ».

- Nous sommes trois nouveaux dans notre légion, sans compter que ma Cardinale revient de loin si l'on peut dire.

Sa réponse ne répond pas vraiment à la question posée, mais elle n'a de vision que sur son groupe et ne saurait se prononcer sur les autres. Au moins ainsi pouvait-elle simplement apporter un élément de réponse. Mieux que rien comme elle aimait à dire. Et puis qu'est ce que « nombreux » pouvait dire ? Ça dépend tellement du contexte. Elle n'a rien de particulier à dire au troisième. Dommage, elle aurait aimé avoir un petit mot pour chacun, le soucis de l'équilibre, pas de jaloux tout ça…

- Bienvenus en tout cas. C'est sympa de voir toujours plus de nouvelles têtes.


[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] 49ky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2339-nymphea-chevalier-du https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2317-nymphea-du-lotus-journal
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyJeu 25 Juin - 17:47
Contrairement à d'autre, lui ne calculait pas les présences qui ne se montraient pas. Non pas qu'il n'en soit pas capable mais disons qu'en ces murs, il n'avait pas forcément envie de savoir qui épiait qui. Pas depuis sa récente rencontre avec le Corps de cette maudite citadelle. Toutefois, voir Akir débarquer lui fit plaisir. Alors qu'il le complimentait sur sa prise, le colosse se gratta l'arrière du crâne, pensif. Vrai que sa prise était sympa mais il risquait d'avoir besoin d'aide pour ramener ces deux-là sans abîmer sa marchandise.
    - Ouaip ! Assez content de la prise aussi. Par contre j'vais profiter que tu sois là et tu m'aideras à ramener les colis jusqu'à la grotte. Et s'ils mouftent trop, une bonne torgnole pour les faire taire... Et sinon tu les connaissais d'avant toi ? Enfin au moins l'un d'eux ?

Akir semblait connaître les personnes ici présentes. Une en tout cas. Bran ? Alors que les questions s'amoncelaient dans son esprit, ce dernier prit la parole lui aussi. Confirmant son identité. Et son ancienne allégeance aussi. Ainsi donc il avait face à lui un tueur de Pope ? Un large sourire sur le visage, il écoutait tout en se disant que si il avait combattu avec Vedan, c'est qu'il en valait la peine après tout. Et dire que lui aussi il avait été à deux doigts de zigouiller un Pope. Mais voilà, Acamas s'était gardé la part du Lion. Forcément.

Par contre le sourire s'estompa un peu lorsqu'il expliquait que Velya était intervenu pour lui. Si rapprocher les factions avaient été sa première pensée, voilà que le Vivisectionniste y avait mit sa griffe personnelle en faisant de lui un des leurs. Par jeu ? Par intérêt personnel ? Haldor ne pouvait pas voir cela d'un très bon oeil de fait, s'interrogeant sur ce que recherchait cette créature en ces lieux. Il ne prêtait pas l'espace sans un loyer, c'était évident. Que gagnait-il alors au change ?

La seconde personne prit elle aussi la parole. Velizara de la Baba Yaga. Mentalement, il se fit violence pour essayer de retenir les noms qui avaient été prononcés. C'est qu'il fallait les garder en tête maintenant, n'en déplaise à sa mémoire capricieuse. Sa question sur les troupes était légitime. Mais une autre âme arriva avant qu'il ne puisse commencer à y répondre. La Péri. Sa présence, comme celle de Akir, lui faisait réellement plaisir.
    - Yep, j'te l'avais dit. Ce n'était qu'une question de temps.

Elle aussi se présentait aux deux "nouveaux", pas si novices visiblement. Ely' commençant même à expliquer combien ils étaient au sein de sa légion. Ce qu'il savait, c'est que ces deux recrues n'étaient pas pour lui. Il posa son regard sur "Velizaza". Laissant pour le moment "Braz" avec Tigrou.
    - Les troupes commencent à débouler de partout, ouais. Mais c'n'est clairement pas encore suffisant. M'enfin, le principal étant que les quatre Cavaliers sont réveillés et disposés à semer le chaos de par le monde.

Ce qui à ses yeux était le plus important. Il ne pouvait y avoir d'armée sans les Cardinaux à la tête de celles-ci. Lui se chargeait de l'armée des Cendres. Mais pour être tout à fait franc, il ne comptait véritablement que sur sa propre force pour faire fonctionner le tout.
    - Et donc vous vous êtes croisés en chemin pour venir ici ? C'est rare de voir les Centurions déboulés en groupe. Et toi ? Tu connais donc Védan et Velya hein. J'trouve ça pas trop mal d'avoir dans nos rangs quelqu'un qui connait bien ces Oracles, pour en avoir été un. Question stratégie, ça s'pose là. Bref, bienvenue à la maison !

De maison, elle n'en portait que le nom, même pour la Mort. Mais à défaut de trouver mieux, le mot était sans doute le plus adéquat. Il n'allait tout de même pas l'appeler "le taudis" hein. Et puis Braz l'intriguait. Si Velya avait jeté son dévolu sur lui, c'est qu'il y avait une raison. Cela ne lui plaisait pas. Velya était retors. Même lui l'avait compris. Puis, se souvenant d'un petit, tout petit oubli, il se reprit, grand sourire, vers Velizaza et Braz.
    - Au fait, t'as visé juste. J'suis bien le Cardinal de la Mort. J'm'appelle Haldor !

ET J'SUIS TROOOOOOOOOOOOOOOP FOOOOOOOOOOOOOOOORT !!!! Mais ça, il le gardait pour lui. Pour l'instant hein !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
AkirAkirArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyVen 26 Juin - 15:00
Waw tu t’en est souvenu en entier, Akir suffira.

Et puis ce patronyme n’a pas vraiment de sens il était le seul membre vivant de sa famille, et ses parents n’étaient même pas nobles, peut être sans doute plus loin dans sa généalogie, mais pas dans son proche cercle familial.

Il n’était pas sûr d’avoir déjà vu Bran en forme complétement humaine mais son comportement faisait penser à un oiseau, il était difficile de le confondre. Un tueur de Pope qui apparemment était l’équivalent du Pontifex, c’était une bonne recrue, très appréciable même. Mais il ne savait pas si le fait qu’il était lié d’une façon où d’une autre à Velya, c’était une bonne nouvelle, sa dernière rencontre avec était impérissable, mais pas dans le bon sens du terme.

Oui, il est passé quelques temps avant la guerre d’Italia, quand Endymion le Marina est passé nous faire un petit coucou. On a un peu discuté quand le Berzerker du Wendigo, Kostas, s’expliquait avec la poiscaille. Bien sur Boss je vais vous aider à ramener tout ça.


Il allait aider volontiers son patron, il était d’un naturel serviable et puis ça ne se fait pas de pas répondre la demande de son supérieur. Puis arriva la jeune femme d’un extraordinaire beauté et au regard impressionnant. La péri dans la mythologie Perse, ça lui revenait dans les livres que lui lisait sa mère plus jeune, et vu l’entrée en scène de la demoiselle, c’était plutôt ça qu’il avait en tête. Une sorte de fée, un génie féminin d’une beauté surréaliste et d’une voix envoutante.

Ha heuuuu…
Il rougit légèrement un peu impressionné…En bien j’espère. Enchanté de faire votre connaissance en tout cas. Il lui sourit. Ça me ramène un peu en enfance de voir une Péri en chair et en os, elles sont comme on les décrit dans les contes. Tu ramène un peu de souvenir de la Perse.

Elle a demandé comment allait Haldor ? Il allait mal à un moment ? Il lui adressait la parole à la nouvelle arrivante.

Pourquoi ? Il ne se sentait pas bien ?

Baba Yaga ? Ça ne lui évoquait rein il ne savait pas si c’était le nom d’une personne ou d’un animal mythique. Mais c’est vrai que Bran n’avait pas évoqué le nom de sa nouvelle armure.

Enchanté également Velizara de la Baba Yaga, dis-moi Bran ? Du coup tu as une nouvelle armure du coup ? Quel est son nom ?

Sa cardinale ? Donc la supérieure de cette Elyra est une femme ? Mais c’est vrai qu’à part Haldor et Zvezdan et le mystérieux Melon, enfin peut être qu’Esther s’était trompée ce nom est vraiment étrange, il n’avait pas encore entendu parler de la 4ème cardinale.

En effet c’est agréable de faire de nouvelles rencontres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1811-akir-du-tigre-v-2 https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1729-akir
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge900/900[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyVen 26 Juin - 16:27
Bran Ruz
"Bientôt, un jour, demain"




Le Bran Ruz observe le ballet qui se joue sous ses yeux. Leur arrivée a attiré l’attention et bientôt les questions, comme les salutations, se bousculent. Il n’y a point d’agressivité, un rien de méfiance et le Corbeau Rouge saura comprendre en temps voulu ce qu’il suscite. Pour l’heure, il se place en retrait, évaluant chaque protagoniste de son regard acéré. Une belle jeune femme est descendue de son perchoir et se présente comme étant Elyra, placée sous l’égide de la Péri. Une créature qui se confondait avec d’autres de son propre folklore. Aussi s’incline-t-il avec une déférence courtoise, comme il avait pu le faire à la Cour du Roi Gradlon.

« Mes hommages, dame Elyra. »

Ses yeux reprennent leur teinte verte. Rendus plus humains, ils brillent d’une vive intelligence et une note de dangerosité, muette, en compagnie de futurs frères et sœurs d’armes. Il est après tout un prédateur, dont la soif s’est quelque peu tarie depuis qu’il se trouve face à la porte du Dédale. Il se tourne vers le géant aux cheveux immaculés. La Mort plane, mais la Mort est avenante, pour l’heure. Il lui octroie un signe de tête.

« La Roue tourne, un nouveau Cycle s’annonce, oui. Il n’est pas anodin que nous nous retrouvions tous ici. Et en effet, nous nous sommes trouvés par un heureux hasard. » Hasard dont le Corbeau Rouge ne croit pas. « Après tout, nous appartenons au même bataillon. »

Une pause, il incline la tête sur le côté à la manière d’un oiseau rendu curieux. « Ah, oui, en effet. Nous avons combattu ensemble. Pour ce qui est de Velya, c’est… autre chose. Disons que c’est lui qui m’a rencontré… »

Une ombre, fugace, traversa ses pupilles qui s’étrécissent. Il poursuivit, voyant là une occasion de se renseigner sur le personnage.

« Savez-vous, d’ailleurs, où puis-je le trouver ? Il est temps pour moi d’obtenir des réponses du Vivisectionniste. »

S’il a prononcé ces mots d’une voix parfaitement maîtrisée, la Baba Yaga, elle, saurait lire entre les lignes et y sentir sa fureur. Bridée, pour l’heure, comme les grondements au creux de son ventre.

« Je vous remercie, Cardinal Haldor. Je saurais me montrer utile en termes de politique, voire de diplomatie. Reste que je suis avant tout un combattant. »


Un léger sourire s’accroche sur ses lippes. Il tourne son attention vers Akir. « Le corbeau est un animal surprenant, n’est-il pas ? Je suis fort aise de vous retrouver, j’espère que la petite Tarentule se porte bien ? Nous nous étions quittés sur un au revoir et non des adieux, j’espère la trouver prochainement. »

Il observe la Cuirasse qui le recouvre, cet agencement de chair et de muscles à vif.

« Je suis l’Oupyr. »

L’assoiffé.

« De nouvelles rencontres et des retrouvailles. Cela vaut bien de petites réjouissances autour d’une chasse prochaine ou d’un… repas. »


Mais la Mort à déjà ses proies et il ne compte pas partager. L’idée de repartir dans la forêt pour se sustenter tous ensemble est séduisante, une occasion de nouer plus solidement des liens. Il a d’ailleurs une œillade amusée face à Akir qui manifeste les couleurs de l’embarras devant Elyra. Un sentiment surprenant, bien humain qu’il prend plaisir à détailler. Il ne comprend pas. Bran coule un regard à Velizara.

« Je serai honoré de te savoir encore à mes côtés à cette occasion. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu200/200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge260/260[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (260/260)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune235/235[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 1 Juil - 2:15


Bientôt, un jour, demain

Ils sont si nombreux à parler. Les voix s’enchainent, les paroles s’échangent et les mots se mélangent. Si rien ne semble transparaitre sur le visage fermé de Velizara, un sentiment d’oppression étrange commence à naître dans son coeur. Il a si longtemps fait face à la solitude, aux chuchotis de son propre esprit et aux hurlements de détresse de ses victimes, mais il n’a plus l’habitude de ces longues conversation où les questions suivent les réponses et donnent naissances à de nouvelles interrogations. Il ne nierait pas, si on lui demandait, que ce n’était pas aisé à suivre. Et non pas qu’il fut idiot ou simplet, c’était la concentration de ses pensées qui commençait à nouveau à s’enfuir, du moins quand il sentait les mots ne pas lui être adressé. Et au fond de lui, écho d’un souvenir ou attente viscérale, il y avait ce bourdonnement à ces oreilles, ce sifflement qui n’appartenait qu’à lui seul et voulait le ramener vers la chair. L’ignorer était tolérable, mais pas éternel. La distraction, quoique difficile à accepter dans son ensemble, était la bienvenue pour le détourner de ce grondement sourd.

Un geste de la tête poli et simple répond aux présentations de la jeune femme qui vient se poser vers eux, nouvelle venue et attentive à l’écoute de cette conversation, puisqu’elle est la première à répondre à son interrogation. Il la détaille juste un peu, puis hoche la tête aux salutations d’usage, une fois encore, répondant d’un ton certes neutre, mais peut-être pas aussi glacé qu’il aurait pu l’être avant : « Merci. » Bienvenue… l’est-il vraiment ? Aux yeux d’Arès sans doute, puisqu’il portait toujours une Cuirasse. Il n’était plus celui d’autrefois. Oui, dire bienvenue était une bonne chose.

Il y a une certaine affection joyeuse dans les traits du Cardinal de la Mort, lorsqu’il s’adresse au Tigre et à la Péri. Une entente franche qui avait ce quelque chose de chaud et lointain, qu’il ne lui semblait pas avoir déjà connu. Peut-être vaguement avec Zvezdan. Ludmila aussi. Li Mei dans une autre vie. Des noms lointains dont un seul pouvait encore être, à son sens, celui d’un Berserker. Il ne saurait dire ce que cette vision de ces trois là, en cet instant devant lui, pouvait éveiller comme vestige de souvenirs et d’émotions. En un sens, il avait l’impression que les choses avaient changées. Peut-être pour le mieux.

« Les quatre cavaliers chevauchent aux côtés d’Arès. » Répète-t-il à sa façon les mots du Cardinal dans un léger murmure, semblant comme savourer le sens de cette révélation. Un léger pli marque le bord de ses lèvres comme témoin d’un vague sourire. « Le Chaos est en marche, voilà ce que je voulais entendre. J’aime l’idée d’arriver avant que les choses ne soient entièrement commencées. » Il exprime un avis, un désir. Voilà une chose rare mais qui semble aviver la flamme de ce pour quoi il se bat. Ce pour quoi il existe. Son retour est au parfait moment, et il espère que l’attente ne sera point trop longue. Ce peu importe la menace qui pouvait peser sur ses épaules. « Espérons que d’autres soient nombreux à entendre l’appel. » Le Chaos n’attend pas. Oh il ne le sait que trop bien.

La question d’Haldor qui suit est rapidement nourrit par les mots de Bran, resté un instant légèrement en retrait avant de reprendre. Tranquillement, Velizara ne peut qu’acquiescer à ses mots, percevant ici le sous texte qu’il approuve : le Hasard n’a rien guidé de leur rencontre. Mais c’est un secret qui leur appartient, à eux seuls. Ces mêmes secrets qui font tourner, juste une seconde, le regard d’azur de la Baba Yaga vers son compagnon, devinant dans le ton une rage sourde qu’il doit bien être le seul à percevoir. Il sait. Ils savent tous deux. Nulles chaines pour les emprisonner.

Quelque chose, d’autre, le fait cependant tiquer. Il ne peut guère en montrer trop, et le marbre vient de nouveau emprisonner ses traits. Mais il semble que Zvezdan n’est pas un nom inconnu à ces nouveaux Berserkers. Il ne sait pas trop s’il doit être surpris ou inquiet à l’idée de retrouver ce vieux compagnon d’arme. Il n’a pas droit de dire cette vérité qui résonne, ce souvenir qui hante. Et étrangement, il savoure l’idée de revoir à nouveau un visage ancien. Une ancre dans sa mémoire, comme l’était quelque peu Bran. Comme l’est certainement Velya…

« Content de vous rejoindre. » Dit-il alors à la suite - peut-être tardive - des présentations du dénommé Haldor. Content, est-ce réellement approprié ? Au plus proche de ce qu’il peut penser, lui si solitaire. Mais il ne peut nier que sa curiosité qui s’était éloigné en ce début de conversation avait rapidement été retrouvée, illuminant la glace de ses prunelles. Un sourire, peut-être un peu plus marqué répond à son compagnon alors qu’il tourne la tête vers lui : « Tu sais que tu peux compter sur moi. » Pour cette chasse. Pour d’autres. Ca aussi, ils savent. Puis se retournant vers le comité d’accueil : « A ce qu’on dit, la forêt est pleine de ressource. Et des villages un peu plus loin également. » Des souvenirs encore, qui hantent sa mémoire, confirment cette pensées. Et le sac ainsi que le cadavre à côté du Cardinal de la Mort est un bon argument en plus.


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1350/1350[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyJeu 2 Juil - 0:36
Haldor doutait que quelqu'un puisse réellement dire où se trouvait Velya. Ce mec avait la fâcheuse tendance à débarquer quand il le voulait, où il le voulait, sans laisser aux autres l'opportunité de lui dire "c'est gentil mais casse-toi". Il en avait lui-même fait les frais, même si la rencontre avait été à deux doigts de se concrétiser par une décapitation sommaire. En aurait-il eu la possibilité ? Il ne le savait pas mais l'état dans lequel il s'était alors trouvé l'avait privé de toute réflexion. De fait, possible ou non, il aurait tenté l'expérience.
    -De c'que j'ai vu, c'est plutôt lui qui trouve les gens. Mais peut-être qu'en beuglant son nom dans l'dédale, il viendra à toi. Surtout si vous êtes des connaissances. Tu dois savoir c'que tu fais...

Sous entendu : à ta place, je chercherai pas le mec délibérément. Puis la réflexion de Bran le fit sourire, avant de littéralement le faire exploser de rire. Quelques instants après, il dardait son regard sur le Corbeau. Politique ? Ce n'était pas trop ce qu'il avait voulu dire. Et il imaginait sans mal la tronche de Melon si ce dernier avait entendu un lascar supposer que la politique était au coeur des préoccupations du porteur de la Mort. Non, Haldor était bien plus primaire que cela. Peut-être que l'ancienne Mort s'était montré meilleure diplomate qu'il ne l'était lui-même mais il se reconnaissait plutôt dans la seconde partie des dires de Braz.
    - T'emmerde pas avec la politique ou la diplomatie mon pote. Perso, j'suis comme toi. Un combattant avant tout. J'laisse les négociations à ceux qui savent faire et j'm'occupe de la partie "destruction". J'suis d'la vieille école, celle qui dit "on tue d'abord, on pose les questions ensuite".

Une école qui avait fait ses preuves, ce qui lui rappelait un vieux dicton qu'il avait à l'esprit : "on ne discute pas avec un ours : on s'casse ou on s'fait becter". Bah c'était exactement la même avec lui. Et tandis que les discussions se poursuivaient, Haldor notait mentalement le nom de l'armure... Ainsi donc se trouvait-il face à Braz le Pire. Il possédait un certain charisme, il ne pouvait le nier. Même si son armure avait un nom de merde. Le colosse appréciait cela.

Les échanges se poursuivaient mais en dépit du plaisir manifeste qu'il prenait ici, il devait encore rapatrier ces deux loustics jusqu'à sa tanière. Son regard se posait donc tour à tour sur les protagonistes, sachant que pour sa part il allait devoir se casser. Une chasse prochaine ? Il dirait pas non, même s'il était plutôt d'un naturel solitaire dans ces occasions. Pour la bouffe par contre, ce serait un plaisir.
    - Velizaza, Braz, j'suis content d'voir fait votre rencontre et j'ai hâte de semer le chaos avec de pareils compagnons à mes côtés. Quand vous programmerez vos réjouissances, j'en serai. Au moins pour la bectance. Alors hésitez pas à m'sonner. Tigrou, tu restes ou tu m'aides à ramener ces deux machins, là ?

Déjà avait-il attrapé l'un des deux, le traînant sur le sol comme un sac à patate. Posant enfin son regard sur la Péri, il lui adressa un petit sourire.
    - Ma p'tite Ely', j'te dis à plus tard ? J'suis content d'te voir en forme en tout cas. Allez, à ploush !

De nouveau son regard se porta sur Akir.
    - Oh, Tigrou ? Si tu veux continuer de discuter, tu peux. Par contre t'oublies pas d'ramener l'autre jusqu'à la grotte après hein. J'te fais confiance. Allez !

Signe de la main à tous et toute et il poursuivit son petit trajet, se mettant à siffloter un petit air personnel. Sa fameuse chanson sur "Baha le Bamamut", et notamment sur le passage précis qui traitait de "cette grosse pute". Sans la chanter, mais avec son petit air si entraînant. Il avait déjà une nouvelle chanson en tête... Celle qui parlait de Braz Le Pire et de Velizaza du Babagaga ! Il avait hâte de la chanter à Melon.

Citation :
Du coup Haldor doit ramener sa prise, il vous laisse ici. Content de vous avoir rencontré !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
NympheaNympheaArmure :
Saint du Lotus

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (750/750)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyDim 5 Juil - 10:57
Elle sourit au Cardinal, vraiment contente de le voir en pleine forme puis à Akir semblant un peu intimidé par sa présence. Une réaction humaine à laquelle elle n'est pas coutumière, sa nouvelle apparence étant bien trop récente pour qu'elle ait eu le temps de l'éprouver vraiment parmi la populasse, mais qui flatte son ego.

- En bien oui. Mais j'espère bien que nous aurons l'occasion de passer du temps ensemble afin de faire plus ample connaissance. Qu'elle puisse se faire sa propre idée sur le Tigrou du Patron de l'Araignée. Oh tu viens de Perse ? Quelle coïncidence ! Enfin pour Péri, moi je viens d'Italie pas loin de Naples. Quant à Haldor... Elle lui jette un regard en coin. Une migraine rien de bien méchant.

Le rouquin est fort courtois, le genre d'attitude à laquelle elle n'est pas habituée, son passé étant loin d'être très glorieux et ça lui plaît. Un léger sourire se forme sur ses lèvres. Elle avait noté distraitement son lien avec Velya, apparemment ce dernier se faisait un principe de rencontrer tous les Berserkers. D'un côté cela semble normal de vouloir connaître tout le monde, sans doute souhaite-t-il savoir qui il pourra utiliser pour ses plans et projets personnels, ou bien cherche t-il quelqu'un de peu scrupuleux qui boirait son sang sans réfléchir. On en a des comme ça au dédale. Mais elle ne les a pas croisés à ce qui lui semble ou pas encore. Pourtant elle traîne et déambule mais il faut croire qu'elle n'a pas de chance ou bien si ? Mais elle ne le sait pas, ce n'est pas quelque chose qui se devine ou qui se voit. Et puis quelle importance ? Quoiqu'il en soit elle fait non de la tête lorsqu'il demande s'ils savent où trouver l'Ancien. Elle ne sait pas et préfère ne pas savoir.

- Je l'ai vu une fois aussi. Il semble être nulle part et partout à la fois, sortant des murs pour vous surprendre quand vous ne vous y attendez pas. Il observe tout et tout le monde. Entrez et il saura que vous êtes là. Appelez oui, et je suis certaine qu'il viendra avec plaisir s'il n'est pas occupé à autre chose.

Elle le regarde avec curiosité. Une teinte de cheveux pareille elle n'y est pas habituée. Elle aime bien. A Sorrente, les habitants étaient tous bruns. Déjà son blond doré dénotait parmi eux, mais personne n'y faisait attention car la saleté, le gras et la boue les colorait en permanence. Velizara a une apparence pas plus classique ce qui lui fait penser que tous ici sont unique en leur genre. Amusant constat.

Le dénommé Bran invite tout le monde à un repas. Est ce pour tout de suite ou plus tard ? Un peu simplette sur les bords, elle ne sait pas trop. La Baba Yaga est partante en tout cas. Mort quant à lui file et elle en déduit que ce sera pour une autre fois.

- A plus tard Haldor ! Contente aussi pour toi. Ses prunelles mordorées se posent sur le Tigre. Ne sachant pas encore s'il restait ou partait, elle fit comme s'il allait suivre le Cardinal. Passe me voir à l'occasion. Je suis curieuse de savoir ce que l'on raconte sur Péri par chez toi. Puis elle se tourne vers les deux nouveaux, pas si nouveaux. Ils ont un passif plus étroitement lié aux Berserkers qu'elle-même après tout. Je ne suis pas une chasseuse mais si vous organisez un repas ça pourrait être intéressant d'y convier tous les Berserkers.

Intéressant oui, un moyen aussi d'en croiser plus d'un coup aussi. Cependant en auraient-ils le temps ? Les choses s'agitaient, le temps de l'inaction pendrait fin et l'avenir serait encore plus incertain. Plus tard alors, pour célébrer une victoire par exemple. Oui parce qu'il n'est pas concevable qu'ils échouent.


[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] 49ky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2339-nymphea-chevalier-du https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2317-nymphea-du-lotus-journal
AkirAkirArmure :
Cuirasse du tigre

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (1200/1200)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune750/750[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (750/750)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMer 8 Juil - 15:37
Oui la petite Esther se porte bien, elle a un peu grandi mais tu la reconnaitras surement. En tout cas elle est simple à trouver, elle observe beaucoup, elle viendra à toi avant même que tu la trouve je pense. Elle sera ravie de te revoir aussi.

En tout cas ça lui faisait plaisir de le revoir, la dernière discussion c’était bien passée ce qui était assez rare pour le souligner dans le coin. Il aimerait que ça se passe plus souvent, hélas.

Oupyr ?

Décidément encore un de ces noms bizarres, il faudrait qu’il trouve de quoi lire pour se renseigner sur une de ces créatures bizarres qui n’était pas dans les légendes de sa région natale. Mais où trouver un livre dans ce coin paumé ? On était loin de toutes villes alors trouver une bibliothèque dans la forêt était totalement improbable.

Bonne idée, il faudrait s’organiser ça. Je peux me proposer pour ramener à manger, vous pouvez compter sur moi.


Il imaginait que ça se ferait dans un futur proche mais là le patron lui avait confié une tâche, il allait bientôt partir. Mais il pourrait aisément aider à chasser, quelque soit le gibier d’ailleurs. Et il avait suffisamment vagabonder dans cette forêt pour savoir où aller.

Oui je suis né là-bas, on m’a beaucoup parlé des Péris quand j’étais enfant, leur réputation n’est pas usurpée et là je vois que ce qu’on en dit est vrai, des êtres d’apparence féérique. Des génies féminins, ailés d’une grande grâce et d’une beauté presque divine, je n’en sais pas beaucoup plus, je ferais des recherches si jamais on peut tomber sur des livres dans le coin.

Une migraine ? D’un genre qui fait perdre le contrôle comme pendant leur combat d’entraînement peut-être. Anodin, mais peut-être pas en fait. La dangerosité de l’expérience fait qu’il n’enquêtait jamais sur cette histoire, mais il se méfierait assurément pour ne pas être la cible pendant un de ces fameux mal de tête. Et pour Velya il n’y avait rien à ajouter, il ne savait pas quoi dire de plus.

Il embarqua donc l’homme qui était inerte et le porta autour de ses épaules comme le chasseur portait le gibier qu’il ramène à la maison. Et commença à avancer d’un pas rapide pour arriver dans peu de temps au niveau du Cardinal.

Citation :
Akir quitte l’endroit du RP la prise d’Haldor sur le dos


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1811-akir-du-tigre-v-2 https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1729-akir
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu1200/1200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge900/900[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (900/900)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune1050/1050[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyJeu 9 Juil - 18:32
Bran Ruz
"Bientôt, un jour, demain"




Bran note intérieurement l’information concernant Velya. Il sent dominer des sentiments de méfiance et de crainte. Cette entité régit les lieux, mais à quel point ? Le Corbeau Rouge n’a aucun souvenir de sa rencontre avec lui. Des pans entiers de sa mémoire lui ont échappé. Sont bien sombres, obscurci d’une manière peu naturelle à ses sens de druide. Ancien druide, il ne mérite plus ce titre, l’a-t-il seulement déjà mérité ? Ses pensées s’envolent pour son neveu et son frère. Le Destin est ainsi fait, sans sa femme, demeurer auprès des Oracles n’a plus de sens.
Il laisse sciemment planer le doute quant à ses liens avec Velya. Seule Velizara sait. Connais ses intentions à son sujet. Il doit d’abord observer. Voler en larges cercles avant de se décider.
Oui, il sait ce qu’il fait. Il a compris le sous-entendu délivré par Haldor. Ce géant lui plaît, il a la carrure pour porter une couronne sur sa tête. Bran l’observe encore un moment, essayant de détailler les symboles qu’il arbore. Curieux, cela lui évoque quelque chose sans savoir quoi. Avant qu’il ne puisse l’interroger sur ses probables origines nordiques, la Mort décide de prendre congé, de même qu’Akir. La chasse sera pour une prochaine fois. L’homme s’incline, a un sourire lorsque le grand homme à la chevelure immaculée écorche son nom.

« Bien, au plaisir, messires. »


Bran ira trouver la Tarentule, à défaut de se risquer à trouver son Sire. Une toile se doit d’être tissée avec patience et minutie.
Ne reste plus que la Baba Yaga et la Péri.

« Je vais le laisser venir à moi, dans ce cas. Je suis attentif aux conseils qu’on me livre. Je vous remercie pour ces précisions à son sujet. Il semble être un homme… tout à fait à part. »

Sa voix est parfaitement maîtrisée, neutre. Bran est intrigué par cette rencontre à venir. Il est étonné qu’une promesse d’un festin ne l’ai d’ailleurs pas attiré. Son sourire s’étire.

« Nous procéderons donc ainsi. Je vais essayer de me familiariser avec le Dédale et provoquer d’autres rencontres qui, je l’espère, seront toutes aussi plaisantes que celle-ci. »


Main sur le cœur, le Oupyr incline respectueusement la tête vers ces dames.

« Je sais, chère Baba Yaga… »
souffle-t-il à son adresse, un franc sourire dans ses yeux perçants. « Je pense que nous allons prendre congé. Ma dame… »

Sa tête se penche vers Velizara.

« Je peux continuer seul si tu préfères. Je te rejoindrais dans la forêt. J’ai pour projet d’aller saluer la petite Esther. »

Il marque une pause pour savoir ce qu’il en est et se retire dans l’ombre, s’engageant dans le Dédale…

=> Fin du RP pour moi, merci beaucoup <3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-bleu200/200[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-bleu  (200/200)
CP:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-rouge260/260[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-rouge  (260/260)
CC:
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] G-jaune235/235[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]   [Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE] EmptyMar 18 Aoû - 2:18


Bientôt, un jour, demain

Velya observe. Velya se présente quand il le veut. Ça ne l’étonne pas. Ça ne le rassure pas non plus. Car le Dédale est son domaine, et le Dédale n’a rien de rassurant. Il se sent pourtant toujours aussi attiré par l’immense territoire de chair, appelé à le rejoindre comme s’il en faisait encore parti, aspirant à retrouver la chaleur et les battements de pouls uni aux siens… Et en même temps, la part rationnelle qu’il lui reste, cette humanité et individualité retrouvée hurle qu’il ne doit pas demeurer trop près. Malgré la fin qui oppresse. Malgré le manque qui le crève. Malgré tout ce qu’il pourrait croire retrouver mais qu’il n’a jamais possédé. Velya observe. Et c’est un problème. Mais peut-être juste pour un moment.

En tout cas, les trois Berserkers qui se sont présentés devant eux semblent le connaître et il ne saurait dire s’ils l’apprécient ou pas. Lire les visages ou les tons de voix n’ont jamais été son fort, mais il n’a pas l’impression que l’appréciation se fait, à la mention de ce chien caché dans les replis du Dédale. Une bonne chose et un instant, les yeux pâles se posent sur le Corbeau de Sang. Ils ne sont peut-être pas seuls à vouloir sa chair et sa peau.

Une chasse se préparera bientôt, mais pour l’heure, il semble que se séparer est le mieux. Sans plus de mots, juste un vague salut au Cardinal et au Tigre, Velizara les regarde partir en direction du Dédale avec leurs propres proies. Un sang frais et neuf pour nourrir ce qui se cache dans la Citadelle. Puis Bran Ruz dans sa direction, quelques mots soufflés à son attention dans une proximité étrange. Les yeux se croisent et peut-être est-ce qu’un petit sourire tord les lèvres de la Baba Yaga. Perspective de chasse. Perspective d’allié. Un geste de la tête négatif et quelques mots « Je vais aussi faire un tour de mon côté. » Pas besoin de lui dire d’être prudent, il le sait sans doute. Même s’il n’a jamais vécu au Dédale. « A une prochaine fois, Elyra de la Péri. Pour cette petite chasse sans doute, ou entre les murs de la Citadelle. » Qui sait, peut-être tomberait-il à nouveau sur elle pour faire plus ample connaissance. Il n’a jamais été très bon pour ce genre de rencontres sociales, plus à l’aise pour répondre aux questions que les poser. Oui qui sait, les nouveaux visages du chaos surprennent, mais ne sont pas moins prometteurs.

Citation :
Je venais juste faire une mini conclusion de mon côté à ce rp, et du coup Velizara quitte aussi la scène !


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
 
[Janvier 553] Bientôt, un jour, demain. [LIBRE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Portes des crânes-
Sauter vers: