Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyJeu 30 Juil - 20:57
Paros n'en était pas à sa première tentative de faire entendre raison à son borné de Maître. Cependant jamais les enjeux n'avaient été aussi élevés, et jamais le jeune homme ne s'était jusqu'ici risqué à rendre un de leurs désaccords public. Nul doute que l'un expliquait l'autre. Aussi expérimenté qu'il fut à soutenir le regard ferme d'Airôth, le Chevalier de Bronze n'était que rarement parvenu à le faire plier. Cette fois, ce fut différent. Cette fois, le regard carmin de Paros avait beaucoup à transmettre à son Maître. Beaucoup de non-dit qu'il gardait pour lui depuis qu'il avait vu son mentor revenir de la guerre. Derrière les bravades du nouveau Saint, une certaine appréhension demeurait d'ainsi lever le sceau du silence. Néanmoins, lorsqu'il vit un trouble passer dans les pupilles dorées du Taureau, d'ordinaire pourtant imperturbables, Pégase se rassura. L'émotion fugace qu'il avait décelé ne trompait pas. Ses paroles avaient été entendues.

La main d'Airôth se posa sur l'épaule de Paros, lourde tant pas son poids que par son sens, bien que le Bronze ne comprit pas tout de suite la portée de ce geste. Ce ne fut que lorsque le Taureau parla de son armure, de leur rencontre, lorsque le garçon pu voir la fierté dans le regard de son mentor, qu'il saisit. Que de chemin parcouru, vers son rêve, vers sa maturité en tant que Chevalier. Obtenir l'armure de Pégase avait été une première étape, un premier adoubement. Recevoir ce titre, et la reconnaissance de son Maître, l'était tout autant aux yeux de l'élève. Se voir traiter ainsi comme un digne compagnon et non plus comme un simple inspirant était comme une seconde consécration. L'humidité monta aux yeux du jeune Chevalier, mais n'alla pas plus loin. Paros avait déjà offert par son intervention bien plus d'émoi que nécessaire. Il se contenta de masquer l'eau dans ses yeux par un franc sourire qu'il adressa à Airôth, ainsi que par les paroles qu'il rajouta aux sienne avant de laisser les Oracles parler.

    - Merci. Vous pouvez me faire confiance. Je serai un Chevalier... et un otage exemplaire!

Le mot était bien lourd. La plaisanterie l’allégerait peut-être.

Paris sembla se réjouir de ce début d'entente et leva son verre. Airôth incita Paros à reprendre place à la table. Pégase suivit l'exemple du Chevalier d'Or sans mal, cependant la nourriture présentée lui semblait bien moins appétissante après la vision qu'ils avaient vécu, et les émotions qu'ils avaient traversé. Le Grand Diacre ne semblait pas avoir de réponse plus précise à ce sujet, hormis le nom de cette prémonition et le fait que se phénomène semblait loin d'être unique. A quel point pouvaient-ils donc s'y fier? Le mystère restait entier, mais le jeune garçon y voyait là une providence du destin, un avertissement de ce qui pourrait être. Il était impossible pour l'âme aventureuse de ne pas en tenir compte.

Pour le reste, le prince Troyen semblait plutôt s'amuser de la vivacité du jeune homme. Ce dernier, plutôt embarrassé de s'être ainsi donné en spectacle à des étrangers, baissa les yeux, ne sachant quoi répondre. Il leva néanmoins son verre pour suivre l'invitation de Paris et boire quelques gorgées. La discussion reprit ensuite à propos de cette rencontre qui devait s'effectuer entre l'Augure et un autre représentant d'Apollon. Une "éminence", à en croire les paroles de leur interlocuteur, même si Paros ignorait ce que ce titre signifiait. Airôth cependant se révéla plus prudent. Il semblait avoir relevé une incohérence entre les paroles du Grand Diacre et celles de l'Augure, allant jusqu'à évoquer la possibilité que le représentant du Soleil leur ait menti, et que le Grand Pope s'oppose à cette rencontre. Pégase, à son échelle, avait du mal à comprendre pourquoi la réaction du Pope Childéric serait aussi drastique, ou même pourquoi ce détail alarmait tant son Maître. Soupçonnait-il une tromperie ou une machination de la part de l'Augure et des Oracles?
Paros lança un regard inquiet à l'opposé de la table. Paris et Amadeus risquait en effet de prendre ombrage de ces soupçons, et d'un tel revirement. Le délai n'allait peut-être pas leur convenir, mais le Chevalier de Bronze n'avait pas vraiment d'alternative à offrir pour aider, cette fois. Il souhaitait cependant prôner un apaisement préventif, si l'occasion lui était offerte. D'abord hésitant le jeune homme prit la parole peu après Airôth pour essayer de tempérer un peu ses propos.

    - Maître, ne pensez-vous pas qu'il y a pu avoir méprise dans le sens des paroles de l'Augure? Parler de mensonge est peut-être un peu fort... Nous n'étions après tout pas présents lorsqu'il a dit tout cela.

Cela changeait peut-être peu à la situation. Qu'il y ait mensonge ou méprise, le Taureau d'Or était fondé à souhaiter une explication supplémentaire de l'Augure sur ses informations concernant la jarre. Cependant Pégase aurait voulu éviter que des propos peut-être un peu trop catégoriques viennent entacher cette reprise de contact entre Athéna et Apollon. Ce renouement, si l'on mettait de côté l'accrochage initial avec Amadeus et cette vision funeste, partait dans une bonne direction. Il leur appartenait à présent de préserver cela, pour ce futur qu'il avaient tous entraperçu.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PârisPârisArmure :
Aucune
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyVen 31 Juil - 12:36
L'ancien Troyen leva les yeux vers le Chevalier du Taureau, alors qu'il remettait en cause les paroles de l'actuel Augure. Un sourire se vit ses traits. C'était intéressant. La première pierre était donc posée et donc tout pouvait s'enclencher dans les semaines à venir. Toutefois, parfois le soleil pouvait être empêché par un simple petit caillou, faisant de l'ombre aux plus belles promesses. Amadeus, moins sur ses gardes quant à ses sentiments, passa du sourire à l'agacement à l'écoute du Chevalier de Pégase. Des regards furtifs échangés, aucun mot, il était difficile de lire en eux pendant cet instant.

Paris cassa le silence.

- Je vous comprends Chevalier du Taureau, il est normal de lever toutes les ambiguïtés, d'une manière ou d'une autre. Amadeus sera alors mon émissaire ! Si cela ne vous dérange pas, j'aimerai m'assurer que notre Augure se porta le mieux.

Amadeus ne fut pas surpris outre mesure, l'attitude du Grand Diacre allait dans ce sens depuis un moment. Paris se concentrait sur Paros un instant et tourna enfin la tête vers le chevalier d'or. Si l'Augure était déclaré mort... Voilà une idée intéressante. Cela créerait des soucis à tous les niveaux, les Factions demanderaient alors réparation, l'honneur des Saints serait bafoué pour des siècles. Un sentiment de plaisir passa sur son visage, le regard mystérieux quand à ses intentions. Mais, il fallait que cela se fasse vite. Le jeune Paros, moins résistant mentalement, était la proie idéale du fils de Priam.

- Ne vous inquiétez pas jeune homme, il est tout à fait normal que votre Mentor vérifia toutes les informations en votre possession. Je ne le prends pas mal, je considère cela comme une preuve d'intelligence et de diligence. Nous vous présenterons alors la fresque des exploits passés en son absence. Tout se passe comme prévu.

Il prit alors une grappe de raisins et en mangea quelques perles, regardant les deux joyeux pantins qui étaient en face de lui. Cette terre était celle de l'amour, fugace, passionnée, instinctif. Toute opportunité était bonne à prendre et si l'actuel Oracle avait été assez stupide pour s'enchaîner au Sanctuaire, il serait normal qu'il soit remplacé. La "mort", même par le mensonge, de l'actuel Augure serait la première pierre de l'édifice au déshonneur qui frapperait les Saints.

Le titre d'Augure lui tendait les bras, comme si la nuit appelait son doux frère. Les étoiles seraient ses alliés à n'en point douter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1250/1250[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1250/1250)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyMer 12 Aoû - 18:31

Otage exemplaire ? Bien qu'il s'agissait là d'une plaisanterie de la part de son disciple, lui ne pouvait le prendre comme tel. Il n'en dirait rien, après là était la personnalité de Paros, il tentait certainement d'attendrir une atmosphère par l'humour. Néanmoins, l'Airain gardait en tête qu'il n'en serait rien. Il resterait en invité et de bonne volonté, preuve d'une bonne foi dans l'optique d'un rapprochement des deux camps.

- Nous en saurons plus une fois que j'aurai confronté ses paroles à celle du Grand Diacre.

Un hochement de tête envers Pégase et le Taureau se tourna vers ses hôtes. Tous deux jouaient leurs propres rôles, fidèles à l'image qu'ils imposaient depuis le début de cette rencontre. Amadeus restait tantôt stoïque, tantôt mécontent et Pâris semblait ravi. La Grand Diacre comprenait que les doutes pourraient être un frein pour une entrevue, la confiance était une valeur importante et elle ne pouvait s'imposer sur des bases fissurées.

- Merci pour votre compréhension. Je vais donc retourner au Sanctuaire de ce pas et revenir le plus rapidement possible pour qu'Amadeus puisse rencontrer le Seigneur Cuchulainn.

Ils étaient partis, deux jeunes Chevaliers, un maître et son élève pour s'assurer d'une information capitale pour l'avenir du monde. Il allait revenir, seul, sa mission remplie et ayant fait un premier pas pour établir une paix. Un espoir. La guerre allait de nouveau les frapper, un cycle interminable qui durerait encore des siècle et des siècles sans aucun doute. Le propre de l'humanité, se battre. Mais pour pouvoir continuer à le faire, il fallait être en vie. Il fallait que certains se dressent ensemble pour repousser ceux qui voulaient mettre un terme à tout ça. Une nouvelle œillade vers le jeune Bronze avant de se concentrer à nouveau vers le Troyen.

- Vous avez ma confiance, Grand Diacre. Je reviendrai dans cette auberge pour continuer ce que nous cherchons à mettre en place ensemble. Si vous n'avez pas d'objection, je vais y aller. Le temps presse.

Et déjà le Taureau d'Airain se dirigeait vers la boite renfermant son armure, prêt à l'emporter pour terminer sa mission et certainement commencer une nouvelle. Le retour allait être difficile, oui. Il n'attendait que les mots de son hôte pour quitter les lieux, et donner quelques dernières paroles à Paros. Enfin, les dernières avant les prochaines.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyVen 14 Aoû - 1:33
La prudence de Paros avait de toute évidence était superflue. Paris ne semblait pas s'être vexé des paroles de son Maître. Quant à Amadeus... Lui semblait toujours offensé par chaque respiration que les deux Saints prenaient en sa présence. Les mots du Taureau au sujet de l'Augure n'auraient guère fait de différence sur son état.

Acquiesçant tant aux paroles du Grand Diacre que du Chevalier d'Or, Pégase patienta donc lors des derniers échanges. Les négociations touchaient à leur fin, et à présent que Saints et Oracles avaient trouvé un terrain d'entente, la construction d'une nouvelle entente allait pouvoir commencer. C'était là le résultat que Paros avait espéré, en rejoignant son mentor dans son voyage vers l'ouest. Pourtant la conclusion n'était pas exactement celle à laquelle il s'était attendu. Il avait escompté pouvoir rentrer fièrement aux côtés d'Airôth pour déclarer au Pope que leur mission avait été un succès. Au lieu de cela, le jeune garçon allait demeurer ici. Le destin avait décidément bien des artifices pour les surprendre...
Le gardien de la seconde Maison se leva finalement, sans avoir une seule fois touché à la nourriture sur la table, pour se diriger vers la boite contenant son armure. Derrière lui, son apprenti salua les deux serviteurs d'Apollon avant de suivre ses pas.

    - Très bien. Je m'en remet donc à vous, Grand Diacre. Si vous me permettez, j'aimerais échanger quelques mots avec mon Maître avant que celui-ci ne reparte.

Quelques mots, oui. Paros espérait qu'il n'y aurait pas besoin de plus et que leurs retrouvailles se feraient vite. Il ne voyait pas de raison qu'elles ne le soient pas, mais malgré tout Pégase avait une dernière demande à faire auprès de son Maître. Tout comme il se doutait que ce dernier avait des derniers conseils à lui prodiguer avant de s'en retourner en Grèce. Se portant aux côtés du Taureau, le jeune Chevalier lui souffla quelques mots à voix basse, plus pour ne pas déranger le repas de leurs hôtes avec banalités que pour conserver un quelconque secret.

    - Maître, pourrez-vous informer Daphnéa de la situation? Sans trop lui révéler, bien entendu. Je crains qu'elle ne s'inquiète en vous voyant rentrer sans moi.

La femme qui l'hébergeait à Rodorio depuis des années se remettait encore des pertes que la guerre lui avait déjà infligé. Paros ne voulait pas que son absence fasse resurgir ses vieux démons. Les mots d'un Chevalier d'Or, qui plus est l'un des plus apaisants de tous, permettrait surement d'éviter cela. Jusqu'au jour où le Chevalier de Bronze pourrait lui-même lui annoncer qu'il était de retour, et qu'il se portait bien.
Avec de la chance, il aurait également des histoires à lui raconter. Des histoires dignes des personnalités mythologiques que sa route avait croisé.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PârisPârisArmure :
Aucune
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptySam 22 Aoû - 13:46
- Au plaisir de nous revoir rapidement ! Je veillerai à la sécurité de votre apprenti le temps jusqu'à votre retour.

L'ancien prince troyen ne pouvait dire plus. Observant avec un mélange de nostalgie le lien entre les deux Saints, cela lui rappelait son lien avec son frère aîné. Tant d'années étaient passées depuis et personne n'était plus là pour se rappeler de tout cela de toute façon. Amadeus restait dans un coin de la pièce, il ne pipait mot lui non plus. Buvant son verre de vin, il eut une drôle de sensation. Soudain, il se leva alors qu'un cosmos puissant auréolait les lieux. Apollon ? Non... Et pourtant c'était bien le sien. Les dieux ne pouvaient jamais être parfaitement scellé après tout. Mais pourquoi maintenant ? Cela ne dura qu'un court instant, à peine perceptible pour les Saints mais une légère altération du temps était la marque du dieu solaire.

D'un geste discret de la tête, il fit signe à Amadeus de voir ce qu'il en était dans sa demeure. Le cosmos divin semblait aller dans cette direction...

- Je vous laisse, j'ai une affaire urgente à régler. Bon voyage chevalier et espérons que cela permette une relation durable, même si je n'y crois pas... Au moins, vous semblez honnête dans vos propos, j'espère ne pas être déçu à nouveau.

Pour la première fois depuis leur rencontre, Amadeus témoignait une certaine empathie teintée d'une énorme prudence. Il ne pouvait pas continuer de toute façon sur la première voie, il allait donc prendre celle de la prudence et du Verbe. Il quitta donc l'auberge afin d'aller vers la demeure de son maître. Celui-ci avait raison, tout indiquait que le flux temporel s'était affaibli vers le chemin qui menait à la demeure du Grand Diacre. Pourquoi ? Là bas, il n'y avait qu'un... Bon sang ! Sunilda... Etait elle liée à tout cela ? Il ne savait pas plus. Il partit rapidement sans plus se soucier pendant un temps des affaires des Saints.

Une heure plus tard, arrivé chez lui, Amadeus vit une maison quasi à l'abandon. Les gardes étaient sur le sol, comme endormi par des pavots blancs qui avaient poussé un peu partout. C'était la marque des enfers... Au centre du grand atrium, la Chlamyde du Corbeau de Borée était là, brillante de toute sa lumière froide. Où était partie Sunilda ? Aucune trace d'elle ? Après quelques minutes à détruire les fleurs infernales, il réveilla des gardes et comprit que cela s'était produit après que Sunilda ait quitté les lieux, laissant sa Chlamyde. L'homme était honnête. Les questions ne manquaient pas pourtant mais pour l'instant, l'heure était plus au rangement de la maison du Grand Diacre. Amadeus veilla à ce que cet épisode disparaisse de la mémoire des hommes présents mais il n'en éprouvait pas pour autant une forme d'agacement devant ce chaos inexplicable.

A l'auberge, Paris était resté auprès du jeune homme du nom de Paros. Le chevalier du Taureau venait de quitter les lieux et il se demandait bien ce qui se passait dans sa demeure. Toutefois, l'heure n'était pas à cela ! Il se leva et interpella Pégase.

- Je vous avais promis de vous montrer quelque chose, si vous voulez bien me suivre.

Le Grec avait montré de l'intérêt pour cela et ils firent le chemin en direction d'une petite chapelle au sud de la ville. Pendant ce temps, l'ancien Troyen lui présenta les marchés venant d'Hispanie ou des royaumes Francs. Des richesses désormais au vu de la situation politique à travers toute l'Europe, ici pas d'Empire romain pour assurer la stabilité de la région, il fallait vivre en intelligence. Entrant dans la chapelle, le Diacre parla quelques instants avec les prêtres et invita ensuite Paros à le suivre dans la crypte sous l'autel.

Munie d'une torche, le Troyen laissa apparaître face au Chevalier de Pégase la représentation d'un homme auréolé d'une lumière solaire. Des tatouages ornaient son corps comme le faisaient les anciennes tribus barbares et brillaient d'un éclat lumineux. A la main droite, l'homme portait une épée de très belle facture où on sentait une aura s'en dégager. Soudain, Paros eut une étrange sensation, sa clothbox se mit à luire à intervalles régulières, comme si elle répondait à quelque chose liée à cette fresque.

- Ainsi donc l'armure de Pégase réagit... Ce n'est pas étonnant après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AirôthAirôthArmure :
Taureau

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1250/1250[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1250/1250)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyDim 23 Aoû - 19:32

Un sourire envers le Prince de Troie avant que le Taureau ne déchire un morceau de la grande cape qui le recouvrait alors. Un long morceau de tissu qu'il passa dans les encoches de l'urne de son armure, le précédent lien ayant été brisé par le pouvoir du Grand Diacre. Quelques nœuds plus tard il plaça sa sangle de fortune par dessus sa tête, laissant la boite reposer sur ton épaule. Paros s'était approché de lui pour lui confier une mission à son tour. Quelques mots pour cette femme qui l'avait recueillit, pour qu'elle ne s'inquiète pas. Son sourire n'en grandit que plus, laissant échapper un soupir heureux.

- Tu es bien prévoyant Paros. J'irai lui parler oui, et elle n'aura aucun soucis à se faire. Tout ira bien, tu reviendras en ayant grandi dans quelques temps. Je suis sûr que tu feras les bons choix et j'ai hâte d'entendre ce que tu auras appris ici, Chevalier de Pégase.

Car des choix il allait devoir en prendre. Sur sa situation. Son avenir. C'est à ce moment là, où le Chevalier d'Or tendit son poing fermé vers le jeune Bronze qu'il ressentit un trouble, comme si un de ses battement de cœur avait sauté. Il ne semblait pas être le seul à l'avoir ressenti, Pâris et Amadeus échangèrent un regard avant que l'ancien Épervier n'annonce son départ en accordant un brin d'espoir dans cette rencontre.

Il quitta donc la modeste auberge, non sans garder une inquiétude certaine. Il ne doutait pas une seule seconde de son disciple, cette première mission était importante et le jeune garçon le savait, était prêt pour cela. Seul l'avenir préoccupait l'esprit du Taureau Blanc. Il allait devoir y mettre toute son âme à nouveau pour persuader du bien fondé de ses actes. L'aube n'était plus très loin, il le savait et la lumière au fond de lui allait servir de flambeau.

Sous ses atours de voyageur, il s'éloignait alors de la ville d'un pas preste. Une fois assez loin, perdu dans les terres il revêtit son habit d'or avant de fendre le ciel en une puissante lueur blanche.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Signature
Apparence et Armure d'Airôth :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1834-airoth-chevalier-d-o https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1771-airoth-chevalier-d-or-du-taureau
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyLun 24 Aoû - 2:29
Paros savait qu'il pouvait faire confiance à son mentor, autant pour ménager sa bienfaitrice à la santé fragile que pour revenir rapidement avec des nouvelles du Sanctuaire. Ses paroles, encourageantes, étaient donc attendues, mais rassurèrent néanmoins le jeune Chevalier. Brièvement, la question de savoir à quels "choix" Airôth faisait référence lui traversa l'esprit. Insouciant, le garçon ne soupçonnait pas encore l'existence des menaces subtiles que sa situation auxquelles sa situation risquait de le confronter. Qu'importe. L'heure était aux adieux. Aussi brève puisse être la séparation entre le maître et l'élève, celle-ci se ferait quand même sentir.

    - Merci, Maître. Je ne vous décevrai pas... Et transmettez mes amitiés au Grand Pope! Qu'il ne m'oublie pas trop vite!

Fermant à son tour son poings pour le faire aller à la rencontre de celui du Taureau, l'ancien apprenti partagea avec lui un ultime geste pour marquer leurs adieux et la confiance qu'ils se portaient. Airôth, ainsi que les deux Oracles, se regardèrent alors étrangement, sans que Paros ne décèle la cause de cette soudaine perturbation. Aucun mot ne fut pourtant échangé à ce sujet. Suite à cela, Amadeus partit en prétextant avoir une affaire urgente à régler. Dans sa précipitation, il ne prit pas la peine de saluer le Chevalier de Bronze... Mais ce dernier ne s'en plaignit pas. Paros n'appréciait guère pour le moment son caractère. Au moins s'adressait-il maintenant de manière décente au Chevalier du Taureau. C'était toujours un progrès, par rapport au moment où il les avait pris en embuscade dans une ruelle.

Après le départ des deux hommes, Pégase se retrouva donc seul en présence de l'ancien Prince de Troie. Sur l'instant, le jeune garçon ne su trop quoi faire ou dire. Il était face à face avec une figure de légende, dont le nom avait traversé les siècles! Difficile de conserver sa contenance, quand on se trouvait en présence d'une telle personnalité. Fort heureusement, le Grand Diacre avait un don pour rassurer et apaiser son entourage. Lorsqu'il invita Paros à le suivre, le jeune homme s'empressa de renouer entre elles les lanières qui retenaient sa Pandora Box, et lui emboîta le pas.

Paris guida le Saint à travers la ville, lui présentant tour à tour les différents marchés ou des denrées venus de tous les royaumes aux alentours affluaient. Paros, qui en avait déjà traversé certains lors de ces derniers jours, était impressionné par une telle abondance, et surtout par la quiétude qui planait sur la ville. Le Chevalier ne pouvait que se demander par quel miracle un tel échange entre les cultures s'était fait, et comment une telle paix pouvait être maintenue alors que les ravages de la guerre semblaient s'étendre dans toutes les régions voisines. Peut-être qu'en prenant exemple sur Tolosa, il serait possible d'éviter à l'avenir les combats qui avaient ravagé son ordre et celui des Oracles lors du précédent conflit? Si cela était possible... Paros était prêt à prendre bien des risques pour en faire une réalité. Mais ce n'était pas encore à l'ordre du jour.

A la suite du Grand Diacre, le Chevalier de Pégase pénétra dans une petite chapelle. Paris, de toute évidence une personne d'influence dans la cité, parla un bref instant aux moines présents avant de prendre une torche et de le suivre jusque dans un souterrain. De plus en plus intrigué, Paros suivit et bien vite se retrouva devant un impressionnant mural.
Même à la lumière d'une simple torche, l'incandescence qui se dégageait de cette oeuvre était presque aveuglante. Un homme, dépeint torse nu, se dressait, flamboyant, dans un puits de lumière. Ses yeux, ses cheveux, ses tatouages aux formes étrangères... Tout en lui dégageait une impression d'exaltation qui interloqua le jeune homme qui dans sa vie n'avait eu que bien peu d'occasions d'observer des œuvres d'art. L'épée qu'il tenait, en particulier, exultait une aura telle que les yeux du jeune homme ne pouvaient s'en dégager.

Dans le dos de Paros, la boite qui renfermait son armure se mit à doucement vibrer. La lueur qui s'en échappa éclaira la salle à intervalle régulières, faisant sursauter le garçon. Le fils de Priam ne semblait pour sa part que peu surpris par cette réaction, signe qu'il s'attendait à ce qu'un tel phénomène intervienne. Désireux de comprendre, le chevalier de bronze posa alors la question que Paris attendait surement.

    - Qui... Qui est cet homme? Est-ce qu'il aurait un lien avec l'armure de Pégase?

Le jeune garçon, toujours étonné par cette réaction de la part de la cloth qu'il ne portait que depuis peu, se posait mille autres questions. Nul doute que la plupart des réponses lui seraient apportées par Paris. Pour l'heure, les yeux rubis de Paros restaient fixés sur cette oeuvre. Délicatement, il posa un genoux à terre et posa la boite de métal qu'il portait à terre. Il se demandait... allait-il se passer quelque chose, s'il l'ouvrait?
Sa main avait déjà commencé à soulever le couvercle pour observer quel étrange pouvoir était à l'oeuvre sur l'armure du déicide.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PârisPârisArmure :
Aucune
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptySam 5 Sep - 10:31
L'ancien Troyen eut un sourire en observant la réaction du Saint de Pégase. Sans un mot, il le laissait contempler la fresque et lui même se mit à l'admirer, encore... Combien d'heures étaient ils restés ici afin d'en comprendre les symboliques ? Il savait juste une chose, ou plutôt, avait des questions qui concernaient l'adolescent qui était à côté de lui. Quand ce dernier ouvrit la petite boîte, il n'y vit qu'un simple fragment de métal, il luisait à intermittences avec l'armure de Pégase. Manifestement, ce n'était pas la fresque en elle même la cause, non, c'était ce fragment d'un argent lunaire.

- Pendant l'ancienne Guerre de Troie, j'ai récupéré ce fragment sur le corps de ton ancêtre et mon Dieu m'a demandé de le garder avec soin. Selon lui, les illusions de ce monde étaient trompeuses, il fallait s'en méfier et regarder un sourire permettait d'avoir une vérité. Sibyllin n'est ce pas ? Apollon n'a rien à envier aux célèbres Pythies qui se réveillent actuellement dans le monde. La chute de l'ancienne Tour des Vents est annonciatrice de grands desseins, Athéna l'a-t-elle vue ? Est ce que Rome et Constantinople se sont entendus dans cette guerre inutile ? Bien des questions, peu de réponses...

Posant un silence, rêveur, Pâris reprit le fil de ses pensées à haute voix.

- J'ai combattu autrefois ton ancêtre Chevalier, il portait une armure bien particulière. J'aimerai que tu me montres ce qui se cache dans ta clothbox.... Je veux aussi que le Dieu Apollon la voit. Ton armure est lié au destin des Dieux, telle est la vision du Soleil. Ombre, lumière, mort, vie... Tout cela entoure ta destinée. Si tu touches le fragment, en présence du dieu solaire, peut-être que quelque chose va venir... Je ne sais !

Il l'invitait à prendre sa destinée en main. Bien des événements étranges se répandaient dans le monde, sans explication, ces étoiles rouges qui apparaissaient en donnant d'étranges songes. Il y avait aussi le réveil des Sidhes après des siècles de sommeil dans le monde inférieur, quelque chose s'annonçait mais il était difficile de savoir pourquoi. Enfin, il y avait ce sourire. Il était clair qu'Apollon avait donné un indice sur ses intentions, un lueur dans les ténèbres et le prix qui avait été payé était la destruction même de son domaine sacré. Pourquoi un tel sacrifice ? Pourquoi accepter la mort de centaines des siens ? L'horreur cotoyait avec l'espoir visiblement et le chevalier de Pégase était souvent cité par les Pythies comme le chevalier de l'espoir. Un lien ? Peut-être ! Dans le doute, Pâris voulait savoir ce qu'il pouvait se passer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyDim 6 Sep - 19:17
A la grande surprise du Chevalier, ce n'était pas son armure elle-même qui était en train de briller par intermittence, mais un fragment de celle-ci. Une pierre opalescente, auparavant incrustée dans le casque de sa Cloth, s'était détachée et luisait à présent de cet étrange éclat. Devant ce mystérieux phénomène, les questions de Paros ne se firent que plus nombreuses. Pourquoi ce fragment s'éveillait-il ainsi, devant cette fresque? A moins que ce ne soit l'influence du Prince de Troie? Celui-ci avait démontré qu'il avait les capacités pour faire plier les armures divines à sa volonté...

Les paroles de Paris n'aidèrent nullement le jeune homme à faire sens de cette situation. Nonobstant sa précédente question, il expliqua l'origine du lien qui existait entre sa personne et ce fragment. Un lien de sang, forgé à l'issue d'une guerre légendaire selon la volonté du Dieu Apollon. Une bien sinistre histoire, pour une si petite chose. Ayant levé ses prunelles à la teinte rubis vers l'ancien héros troyen, Paros l'écouta avec intérêt, même s'il ne pu faire sens de toutes ses paroles. Des mots et signes prophétiques. La volonté divine derrière les récents conflits. Ce sourire du Dieu solaire, auquel tout semblait ramener, et qui inquiétait tant son Maître et le Grand Pope. Tant de choses qui dépassaient le jeune Chevalier. Pourtant... Pourtant, indéniablement, les questionnements de Paris trouvaient un écho chez Pégase.
La pierre. Le Grand Diacre l'incitait à s'en saisir. A saisir sa destinée. Quelque chose se révélerait peut-être à eux, s'il la saisissait sous le regard d'Apollon. C'était donc lui, que cette fresque représentait? Que de mystères dans cette pièce. Paros garda le silence quelques instants, essayant de comprendre au mieux les mots du Prince. Finalement, lorsqu'il ouvrit la bouche, ce fut pour exprimer à voix haute ses doutes.

    - Messire, je ne sais si un jeune chevalier tel que moi pourra vous aider à obtenir ces réponses que vous recherchez. Toutes vos paroles concernant les desseins des Dieux sont pour moi bien nébuleuses... Mais il est vrai que j'aimerais également connaitre la vérité derrière ces conflits.

Depuis la guerre d'Italie, le Chevalier de Bronze se demandait pourquoi Athéna avait choisi de les engager dans un conflit aussi violent contre les Oracles d'Apollon. Tant avait été perdu et sacrifié des deux côtés lors de ces combats, alors que leurs enjeux semblaient bien dérisoires au jeune idéaliste. Et si, comme le suggérait Paris, Apollon et Athéna avaient eu un autre objectif en tête? Quel pouvait-il être? Méritait-il que tant de vies soient sacrifiées?

Le Chevalier de Bronze se redressa. Fermant les yeux, il fit scintiller autour de son corps son Cosmos immaculé, et appela à lui l'armure de Pégase. Celle-ci vint se fixer sur son corps, sortant un instant de la léthargie dans laquelle l'aura de Tolosa l'avait plongé. Cela lui semblait plus approprié, d'accomplir un tel geste en ayant sur les épaules l'armure de celui que Apollon et Paris semblaient tenir en si haute estime. Cependant, avant de prendre en main ce mystérieux fragment, Paros avait une question pour le Grand Diacre.

    - N'entretenez-vous pas de la rancune à l'encontre d'Athéna et de ses Chevaliers? Vous les avez combattu pendant longtemps. Et sans doutes vous ont-ils arraché bien plus qu'à Amadeus. Alors... Pourquoi cette bienveillance envers celui qui a hérité de l'armure de votre ennemi?

Le regard du jeune homme se tourna vers le Prince de Troie. Derrière cet éclat naïf et direct, une autre question se cachait. Comment briser le cycle de la haine et des conflits? Paris y était-il seulement parvenu? Il avait été bon avec Paros et son Maître, et ce malgré son histoire qui, racontée par sa propre voix, l'avait opposé à l'un de ses lointains prédécesseurs. Pourtant, Pégase ne décelait pas de haine palpable envers lui ou envers Athéna dans ses paroles. Pas de la manière dont Amadeus l'exprimait, tout du moins.

Était-ce le temps qui s'était écoulé? Une forme de sagesse à laquelle il était parvenu? Avait-il pardonné les actes du passé, ou bien cachait-il ces sentiments au fond de son cœur, muselé par l'expérience des siècles traversés?
Paros avait le sentiment que, quelle que soit la réponse, elle pourrait l'aider à lui-même faire un pas vers une solution à ce dilemme.

Pégase resta attentif à la réponse de Paris, et en écoutant posa un pied à terre. S'accordant un dernier instant de réflexion, il amorça enfin son geste. Son bras se tendit vers la pierre lunaire qui luisait au fonds de sa clothbox pour la saisir, et la lever vers la peinture de l'homme à l'aura resplendissante.
En espérant qu'un rayon de lumière puisse dissiper l'ombre d'un doute.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PârisPârisArmure :
Aucune
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptySam 12 Sep - 12:59
La vérité derrière les conflits, vaste sujet, très vaste sujet... Pâris ne le savait pas lui même et eu un sourire maussade en écoutant son invité. Sa naïveté sur le monde des hommes, mais aussi sur celui des dieux, était pour le moins désarmante. Il l'avait senti. Ce jeune homme avait quelque chose de différents des guerriers qu'il avait croisé jusqu'ici, cela le ramenait loin dans le passé. Autrefois, il avait eu la même sensation, encore... Et voilà que Paros l'invitait à réfléchir sur le pourquoi de la guerre, et le pourquoi de la paix.

La rancune est le lot des dieux, crois moi bien ! Pour comprendre les Dieux, il faut déjà regarder là où il faut... Et cette réponse est en chacun d'entre nous. Les Hommes sont à l'image de Dieu selon les Chrétiens, il en est encore plus vrai concernant les Olympiens. Nous sommes une parcelle de chacun d'entre eux, guerre, paix, amour, vieillesse, rancune, haine... Oui, nous sommes tout cela en même temps et nous avançons ainsi. Prenant un moment de silence. Athéna est la déesse de la Guerre, donc... elle fait la Guerre. C'est ainsi. Elle est aussi Civilisation mais elle veut l'imposer car c'est dans ses principes même. Il n'y aura pas de marché possible sur ce sujet. En définitive, mon combat est plus une question de survie plus qu'une question qu'être rancunier ou haineux contre ta Déesse. Nous arrivons bientôt au printemps et pourtant les bourgeons ne poussent pas comme à leurs habitudes, le soleil leur manque... Alors, je te demande simplement une chose : Ou se place le mal et le bien ?

Puis, il prit un silence de nouveau. Réfléchissant sur ses propres raisons qui l'avaient amené ici même, il se contenta d'un sourire énigmatique avant de reprendre rapidement.

Bienveillance, oui, certainement. Je voulais juste parler, comme quand on revoit un vieil ami. Ton âme a hérité des anciens Chevaliers de Pégase, je le ressens. C'est une chose que ke trouve admirable dans le grand cycle de la vie. Finalement, comme les Hommes et les Dieux, on change pas vraiment, n'est ce pas...

Prenant quelque chose dans la bourse à son ceinturon, il fit glisser une étrange poudre entre ses doigts. Soudain, des fleurs de pavot se mirent à pousser dans tous les sens. C'était comme si les parfums des enfers s'étaient invités ici bas. Un parfum entêtant et lourd se répandait, dévorant les émotions de tous les acteurs. Oui, il devait le voir, il devait le pousser à renaître pour ne serait ce que quelques instants. Nostalgie de la paix ancienne.

Patrocle, reviens...

Au niveau de Pâris, une larme coulait sur ses joues. Ses mains frappèrent brutalement son visage en hurlant de douleurs... les Pavots étaient pour lui aussi une malédiction... Une aura inondait son âme, son corps était recroquevillé sur lui même, hurlant de désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyJeu 17 Sep - 14:14
Le sens des paroles de Parîs demeurait pour le moins nébuleux. Le Chevalier de Pégase était quelque peu déçu de ne pas avoir de réponses plus claires à ses questions, mais il ne pouvait réellement en tenir rigueur au Prince Troyen. Expliquer les desseins et la volonté divine ne devait pas être chose aisée, d'autant plus lorsqu'on avait été, comme lui, témoin de leurs multiples manifestations. Paros pourrait-il comprendre un jour le sens des mots de son hôte? Combien de vie d'expérience lui faudrait-il pour y parvenir?

Après la question du Grand Diacre sur le bien et le mal, le jeune homme baissa les yeux vers la boite renfermant sa Cloth. Pensif, il ressassa les paroles de Parîs. Une partie de lui voulait nier ses affirmations. Répliquer qu'Athéna était certes la déesse de la Guerre, mais aussi de la Sagesse, la protectrice de l'humanité toute entière... Mais après la guerre en Italie, le Chevalier de Bronze était incertain. Il voulait croire que sa déesse incarnait tout ce qui était bon... Mais la paix pouvait-elle être instaurée par des guerriers ayant le sang d'innocents sur les mains? Un monde meilleur pouvait-il être construit sur des fondations recouvrant les ossements des vaincus?
Où était le bien et le mal dans tout cela? Paros n'avait pas de réponse.
Pas encore.

    - Je veux croire que le bien et le mal existent dans tous nos cœurs de mortels... Et si nous sommes à l'image des Dieux, comme vous dites, alors cela signifie qu'eux aussi sont soumis à cette dualité. Mais...

Était-ce réellement le cas? Était-il possible d'enfermer des êtres divins dans les carcans étroits de la moralité humaine? Ou, comme le laissait entendre Parîs, n'étaient-ils qu'esclaves de leur nature, des forces ni bonnes ni mauvaises avec lesquelles il fallait composer?
Paros repensait à son grand-père, à son maître, aux autres Chevaliers. Ils avaient tous une foi inébranlable en Athéna. Et cette foi n'était pas aveugle. Ils n'avaient pas abandonner tout choix moral pour s'en remettre à Athéna. Cette confiance devait avoir un fondement. Pégase le leur enviait. Cette réponse, il devait continuer à la chercher. Quelque part sur le chemin de son apprentissage, il finirait bien par la trouver.

Après un instant de silence, chacun s'accordant un instant de réflexion, le Prince Troyen évoqua le lien privilégié qui semblait entretenir avec l'ancien porteur de cette armure. Paros ne savait quoi penser de cette ressemblance avec ce lointain prédécesseur que Parîs lui louait. Il était flatté d'être ainsi comparé à un homme qui avait combattu dans une guerre légendaire... Mais quelque part, il aurait sans doute préféré que ce soit ses propres qualités qui aient été reconnues, plutôt que celles d'un fantôme. Voir l'homme, plutôt que l'armure qu'il portait.

Perdu dans ses pensées, Paros ne repéra pas tout de suite le changement qui était en train de s'opérer dans la pièce. Il s'était attendu, en sortant cette pierre cachée dans son armure, à bon nombre de choses. Une lumière, une nouvelle vision, un signe quelconque... Mais rien de tel. Les fleurs de pavot qui se mirent à fleurir sur le sol et les murs de la pièce, tout autour d'eux, désarçonna Pégase. L'odeur lourde et entêtante de son arôme lui alourdit l'esprit. Il avait le sentiment de revivre l'étrange rêve dans lequel la mystérieuse Morwenna l'avait plongé, quelques semaines plus tôt. Cependant, cette fois, ce n'était pas lui qui en faisait les frais.
A côté de lui, le Prince Troyen venait de tomber à genoux, hurlant de douleur en frappant son visage de toute ses forces. Tout d'abord paralysé par l'intensité de ses cris, Paros se reprit après quelques secondes pour se porter au secours de son hôte. Refermant son poing sur l'étrange pierre et l'oubliant un instant, il porta son autre main sur l'épaule du Grand Diacre pour essayer, en la serrant légèrement, de le tirer de cette crise qu'il traversait.

    - Pâris? Qu'est-ce qu'il vous arrive? Qu'avez-vous fait?!


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PârisPârisArmure :
Aucune
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyJeu 17 Sep - 14:46
Douleurs... Les fleurs continuaient d'essaimer autour des deux protagonistes de notre Histoire. Qui étaient ils face au poids du destin ? Chaque battement de coeur se faisait intense, Pâris se sentait tellement à l'étroit dans ce corps qui était le sien. Il n'avait plus de souffle, il voulait le conquérir de nouveau mais c'était chose étrange. Apollon resplendissait dans une note d'espoir, sa stature donnait la Foi à simplement le voir. Sa présence inondait la petite salle dans lequel on l'avait enfermé. Soudain, ses pupilles brillèrent et les fleurs de pavot s'éteignirent lentement, comme brûler par une force purificatrice.

Paros. Chevalier de Pégase.

Il avait la sensation de voir quelque chose dans les mains du dieu solaire. C'était une étrange coupe de bois, qui brillait d'un cosmos incroyable. Le temps était arrêté, une vision s'ouvrit vers l'horizon, les murs s'écroulant alors que le monde s'ouvrait autour des deux hommes. Une lumière rédemptrice se répandait sur terre et chassait les ténèbres qui s'étaient abattus sur le monde. Ces ténèbres étaient froides, glaciales et la vie suffoquait et s'apprêtait à mourir, cruel paradoxe, cette lumière rétablissait l'équilibre.

Pâris avait l'impression de devenir fou. Son passé le fragilisait. Alors que le songe disparaissait, Paros s'approcha du Grand Diacre en posant sa question.

- C'est toi mon frère ? Patrocle, noooooon, tu n'aurais pas dû... Reviens noble Patrocle, je ne vais pas bien depuis que tu es mort, mon frère, Achille, nos compagnons... Morts, nous sommes morts face à la caresse de la mort. Je ne suis ... qu'un ombre.

Les cris se répandaient dans la petite salle. Le noble Pâris avait été défait par ses fleurs de pavot, il avait espérer revoir l'ancien Pégase. Il avait vu quelque chose et était aspiré dans ses propres tourments.... Il n'était plus qu'une coquille vide. Lentement, étouffé par ses propres craintes, il prit une dague dorée sous sa tunique. Le regard hagard. Il passa à l'acte brutalement. Il s'écroula sur le sol. Il ne pouvait vivre avec tout cela, toute cette mémoire. Lui aussi devait cesser de vivre, son Ere était terminé depuis tellement longtemps. Fermant les yeux, il pouvait enfin dormir dans la tristesse et la rage. Il souffla quelques mots avant que le silence ne l'étouffa à jamais.

- Athéna a ma vie maintenant. Elle la voulait. Elle l'a. Va chevalier. Tu as accompli ton dessein... Ta déesse te félicitera...

Le silence. La mort. La pièce se terminait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyJeu 17 Sep - 16:24
Tout autour d'eux fleurissaient les pétales de pavot. Leur étrange parfum chantait le sang et la mort. L'espoir et le destin. Penché sur le corps torturé de l'ancien Prince, Paros manqua d'être ébloui par la silhouette incandescente qui leur était apparue, droite et claire dans le tourbillon de couleurs vives qui avait commencé à tordre la pièce.
Un instant fut suspendu dans le temps. Les flammes qui dévoraient les fleurs autour d'eux, comme le souffle des protagonistes, se stoppèrent. Entre les mains du Dieu solaire qui s'était révélé à eux, une coupe. Celle-ci resplendissait d'un Cosmos qui allait jusqu'à égaler celui du Soleil. Les murs du caveau s'ouvrir ensuite pour révéler, dans le dos d'Apollon, une étendu froide et dénuée de vie, qu'une lumière chaude et vive venait libérer.

La vision se brisa ensuite, aussi vite qu'elle était apparue. Et avec son départ, le poids du passé reprit ses droits.
Malgré la fin de cette révélation et la disparition des fleurs, l'était de Grand Diacre ne s'améliorait pas. Celui-ci étant en train de délirer, dévoré par des souvenirs anciens à l'intensité que le jeune Paros ne pouvait concevoir. Les émotions qui mourraient dans ses yeux, cependant, cela lui était familier. La marque de la mort et du désespoir et resserraient leur étau sur les plus accablés de ce monde. Cette étincelle de vie qui était en train de se désagréger devant loin l'alarma. Encore sous les effets du parfum des fleurs de la mort, il ne vit cependant que trop tard la dague entre ses mains, et ne devina les intentions de Pâris que lorsque celles-ci se réalisèrent.

    - Non! Pâris! Ne faites pas ça! S'il vous plait...!

Ses mains se tendirent, mais le temps lui manqua. Alors que le corps de Pâris s'effondrait sur le sol, Pégase agit prestement. Il arracha la dague du corps du serviteur d'Apollon et porta ses mains sur la plaie en appuyant le tissu de la robe du mourant pour endiguer le flot de sang qui s'en échappait. Le Chevalier sentait cependant les derniers éclats de vie et de cosmos du Prince légendaire en train de lui filer entre les doigts. Alors que le jeune homme utilisait l'énergie du désespoir pour empêcher l'inévitable et que des larmes commençaient à couler de ses yeux, Pâris lui livra ses dernière paroles. Les pires qu'il puisse lui offrir.

    - Non! Non. Non. Non... Je ne...

La voix de Paros mourut dans sa gorge, et le silence s'installa.

Le chevalier de bronze resta un long moment dans ce caveau. Jusqu'à ce que tant le sang que ses larmes se tarissent. Bien plus tard, ce fut en tenant dans ses bras le corps sans vie du Grand Diacre qu'il remonta les escaliers de la crypte pour retourner à la chapelle. Là, les prêtres purent voir un jeune homme au visage peiné, couvert de pleurs séchés, transporter le cadavre ensanglanté de Pâris et une étrange boite métallique dans son dos. Alors qu'il déposait le corps de leur dirigeant sur un banc, Paros s'adressa à eux d'une voix enrouée.

    - Appelez... Le seigneur Amadeus. Il doit savoir ce qu'il s'est passé...

Doucement, alors que le monde s'agitait autour de lui, Pégase referma les bras, dont la main était encore serrée sur sa fague, de l'ancien héros sur sa poitrine. A présent, les yeux clos, il semblait en paix. Plus encore que lorsqu'il les avait accueillis, lui et son maître, avec le sourire. Ce monde qu'il laissait derrière lui, cependant, risquait de n'avoir plus rien de paisible, à présent qu'il l'avait quitté.
Contemplant sans un mot le corps de l'homme devant lui, Paros commença à gratter ses propres mains, rouges du sang de celui qu'il n'avait pu sauver.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10


Dernière édition par Paros le Mar 22 Sep - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AmadeusAmadeusArmure :
...
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyLun 21 Sep - 13:35
Stupeur.

Effroi.

Les serviteurs étaient paralysés par l'image qui venait d'apparaître sous leurs yeux. Leur maître... Là.... Entre les mains d'un jeune garçon en larmes.... Des gardes présents coururent vers les l'auberge où Amadeus passait son temps, et, il fallut une petite minute avant de voir apparaître l'ancien Oracle. La douleur... L'ancien Epervier la ressentait encore une fois, la perte d'un être cher. Il stoppa brutalement et vit la tragédie que les Muses lui imposaient en cet instant. Ses iris noirs perçaient l'âme du chevalier de Pégase et il ressentait en lui la même chose qui lui étreignait son propre coeur.

Brutalité.

Une date.

Tous ces visages autour de lui, il ne comprenait rien. Paros avait le visage triste, les mains maculées de celui qui avait voulu sauver une vie. Un souffle. Une erreur. Que s'était il passé ? Posant un genou à terre, le silence était présent. Il posait les doigts sur les paupières de l'ancien Troyen. La blessure était celle de quelque chose de perçant ? Pégase n'avait aucune arme en entrant dans l'auberge, hors ses poings. Cela attestait son innocence.

Dilemme.

Honte.

Son esprit était perturbé par des sarments contraires. Comment les combattre ? Il n'avait pas de réponse.

Pourquoi et comment ?

Ce fut sa seule question.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyMar 22 Sep - 19:07
Dans la chapelle, le temps avait cessé de s'écouler. Par égard pour cette vie longue et inestimable qui venait de s'éteindre, le soleil baignait l'atmosphère d'une myriade de couleurs au travers des vitraux des lieux. Devant le corps de l'ancien héros anatolien, Pégase demeurait immobile. Les yeux dans le vague, il luttait silencieusement pour accepter cette réalité cruelle. Pour comprendre ce geste insensé.

Paros ne réalisa l'approche d'Amadeus que lorsque celui-ci s'avança pour toucher le visage encore tiède de Pâris. Levant son regard lourd vers l'ancien Oracle, il entrouvrit la bouche pour parler mais aucun son ne s'échappa de sa gorge. Ce ne fut qu'à la question de l'homme en face de lui qu'il retrouva l'usage de la parole.

    - Avec sa propre dague...

Le regard du Chevalier de bronze se porta sur les mains du Grand Diacre, aux creux desquels il avait logé la dague dorée qu'il avait utilisé pour mettre fin à ses jours. L'étrange arme brillait encore d'un étrange éclat, alors même qu'un léger filet de liquide carmin recouvrait encore sa lame.
Le "comment" était aisé à trouver. Le "pourquoi", par contre… Était une question qui tourmentait l'esprit du jeune homme. Tout ce qu'il pouvait faire était retranscrire à Amadeus ce qu'il avait constaté. Et espérer que celui-ci puisse saisir ce que Paros ne parvenait à comprendre dans la décision du Prince Troyen.

    - Des fleurs de pavots... Elles ont poussé pendant que le Seigneur Pâris me montrait la fresque. Quelque chose s'est mis à le tourmenter... Avec violence. Désespoir... Même la vision de son Dieu n'a pas pu le calmer. Il a...

Sa voix se brisa de nouveau. Pégase ne pouvait pas encore exprimer vocalement ce à quoi il avait insisté. Comme si le dire serait revenu à en faire une réalité, il l'évitait, fuyait, cherchait une échappatoire. Mais il n'y en avait aucune.

Les mains du jeune homme continuaient de frotter la peau de ses doigts ensanglantés. Sans s'en rendre compte, il était en train de se blesser, et son propre sang commençait à se mêler à l'hémoglobine du suicidé. Son regard vacillant quitta la silhouette sinistre du corps sans vie pour chercher une réponse sur le visage de l'Oracle. Cependant, une fois face au deuil et à la tristesse qu'il lisait sur le facies d'Amadeus, il ne pu que détourner les yeux par honte. Sa peine devait être sans commune mesure avec celle de Paros, qui n'avait rencontré Pâris que le jour-même. Comme une excuse, une pénitence, un dernier aveu quitta ses lèvres dans un souffle.

    - Je n'ai pas pu... Le sauver...

Il n'avait pas planté la dague dans son cœur, mais quelle différence? Il n'avait pas pu le stopper. Il n'avait pas pu l'aider. Et si Paros et son maître n'étaient pas venus à Tolosa, alors... Peut-être les choses auraient-elles pu finir différemment.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AmadeusAmadeusArmure :
...
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptySam 26 Sep - 11:48

Il faisait froid. Derniers miasmes de l'hiver certainement. Le corps encore ensanglanté, des flocons de neige tombaient du ciel comme une révérence à l'ancien héros de Troie. La mort venait accompagner d'un linceul après tout. Rien ne se passait comme avant, on ne pouvait plus faire comme avant. Amadeus posa la main sur l'avant bras de Pégase afin qu'il arrêta de se torturer lui même. Il ne le savait pas encore, l'horreur de la mort était un beau malheur. Il effaçait les douleurs mais créait la mélancolie des proches.

Observant la dague dans les plis de la robe de Paris, l'ancien Oracle la prit et l'examina. Un cosmos sombre en émanait, elle venait très clairement des profondeurs des Enfers. Pourquoi avait il une telle arme ? Pensif, il la posa de côté et prit enfin la parole dans un filet doux et amical.

Tu ne le sais pas encore mais cette douleur ne disparaitra pas. Tu as désormais ton propre tourment, ta propre peine. Transforme là en force pour que la vie continue de se répandre dans le monde. Telle est la volonté d'Apollon en ce monde ! Ne renie pas ce que tu es, quand on vit trop fort, on en oublie le temps qui passe... Je vais m'occuper de Paris. Il m'avait demander une faveur si la mort venait le guetter, toi tu ne peux me suivre là bas.

Dans un souffle.

Tu dois aller prévenir ton maître qui est parti au Sanctuaire d'Athéna. Va vite. N'oublie juste pas l'espoir qu'Apollon t'a certainement montré.

Dans un pas lourd, les mains d'Amadeus prirent le corps de son vieil ami. Une profonde tristesse inondait son être et il n'en voulait à personne. Le chevalier de Pégase était une victime autant que Paris. Ces guerres étaient fatigantes, il avait tenté de repousser les Saints. Il l'avait compris. Il savait que tout cela finirait mal mais le destin était ce qu'il était. Imperturbable. Soupirant, suivi d'un profond silence, l'ancien Epervier fit quelques pas avec le corps de son ami entre ses bras. Les serviteurs pleuraient la perte de leur maître. L'ombre ne pouvait plus démontrer son indifférence dans les circonstances actuelles. Tout cela était tellement futile.

Citation :
Départ d'Amadeus du RP avec le corps de Paris. Paros pourra se rendre compte que la Dague est à ses pieds.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ParosParosArmure :
Pégase

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-rouge1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-rouge  (1050/1050)
CC:
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 G-jaune1050/1050[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 V-jaune  (1050/1050)
Message Re: [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)   [Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 EmptyMar 29 Sep - 4:36

Le contact de la main de l'ancien Oracle sur l'avant-bras de Paros brisa la transe dans laquelle il semblait avoir sombré. La sensation de chaleur sanguine qu'il sentait sur ses doigts depuis l'incident de la crypte s'effrita. Le jeune homme réalisait que, désormais, le sang était sec... Et ses mains gelées.

Le regard carmin du Saint se tournèrent vers Amadeus. Ce dernier observa avec peine et déférence le corps du Grand Diacre. Pégase nota son trouble lorsqu'il examina la dague, mais dans sa mélancolie ne pu en déceler la source. Fautif et repentant, il attendant les mots de reproche et de colère qui, il en était persuadé, ne tarderaient pas à tomber.
L'ancien Epervier ne manqua pas de dureté dans ses paroles, mais de réprimande il n'y en eu aucune. AU lieu de cela, il l'incita à fait sienne cette douleur, et à continuer de vivre. A se relever, et à rapporter ce qu'il avait vu, vécu, au Sanctuaire. Ces mots éveillèrent un écho au sein de Pégase, une étrange réminiscence de la promesse qu'il s'était fait à lui-même, des années plus tôt, quand pour la seconde fois sa famille lui avait été arracher.
Vivre, mais en veillant à ne pas se perdre.
Vivre, afin que la mort ne puisse lui arracher plus que ce qu'elle lui avait déjà pris.

Les doigts du Chevalier se refermèrent pour former deux poings. Il savait que l'ancien Oracle disait vrai, mais rien de tout cela ne parvenait à faire disparaitre sa douleur et son amertume. Paradoxe étrange, Paros aurait surement mieux vécu qu'Amadeus le blâme, plutôt qu'il ne lui ressasse un enseignement que le Bronze aurait déjà dû savoir. Ses lèvres se pincèrent de dépit envers sa propre incapacité, alors même que le serviteur d'Apollon soulevait le corps de son compagnon. Alors qu'il se dirigeait vers la sortie de la chapelle, Paros laissa échapper ces dernières paroles, porteuses d'une peine encore trop forte pour être voilée.

    - C'est une leçon que je connais déjà par cœur... Je voudrais seulement qu'il n'y ait plus besoin de la réciter.

Le visage de Pégase se tourna pour observer le dos d'Amadeus disparaitre dans la lumière de la porte. Il resta un instant là, à considérer ses dernières paroles, et celles de Pâris. Avec la mort du Grand Diacre... Cet accord concernant l'Augure pouvait-il encore se faire? Ce n'était pas à lui d'en décider. Il devait informer son Maître et le Grand Pope de ce qui était arrivé, de la vision qu'il avait eu. C'était le seul moyen de donner un sens à la mort de Pâris, de faire en sorte qu'elle n'ait pas été vaine.

Paros prit une profonde inspiration. Sur son corps, l'armure de Pégase vibra avant de se détacher pour retrouver sa forme originelle, dans la clothbox à son côté. Le jeune Chevalier commença à se relever, mais son regard s'arrêta sur la dague d'or, posée à côté de lui. Il eu une hésitation, mais finalement tendit une main tremblante pour la saisir. Observant son propre reflet dans l'or teinté de sang, il raffermit sa poigne sur le manche.
Amadeus l'avait dit. Il avait désormais son tourment. Il devait porter ce poids.
La dague maudite trouva sa place dans le sac de Pégase.

Rassemblant ses affaires dans son dos, le jeune homme quitta les lieux. A l'extérieur, le froid du vent et de la neige fouettèrent son visage, tout comme les pleurs des habitants qui, en deuil, avaient vu passer devant eux le corps de quelqu'un qui, de toute évidence, incarnait un symbole de la cité. Le profil bas, Paros se glissa au milieu d'eux, ses larmes séchées se fondant sans mal aux leurs, encore fraiches. En silence, sans croiser le regard de personne, il se dirigea vers la sortie de la ville, et au-delà, jusqu'à une colline avoisinante. Personne n'eut le cœur de lui bloquer la route.

Se retournant une dernière fois, Pégase admira une dernière fois Tolosa. La ville qui, quelques jours plus tôt, lui avait semblé si heureuse et vivante lui paraissait à présent éteinte. Piégée dans le linceul de la dernière neige, la ville rose avait en ce jour perdu quelque chose d'irremplaçable. Pourtant, elle continuait de tourner, de vivre. Il lui fallait faire pareil.
En temps voulu, Paros reviendrait. Peut-être alors, elle comme lui auraient-ils trouvé la paix. Il l'espérait de tout son cœur. Tout comme il espérait que Pâris de Troie avait trouvé la sienne, au-delà de l'Achéron.

Hors du regard de tous, deux ailes de lumière se formèrent dans le dos du Chevalier. Elles s'arquèrent et, d'un grand battement, permirent au porteur d'espoir de son envol pour se diriger vers l'est.

Citation :
Retour au Sanctuaire par voie aérienne, sauf information contraire du staff.


[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros) - Page 2 Parosi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Mi-Janvier 553] Il n'y a pas de pire aveugle que celui qui repousse la lumière (Paros)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Profana Erunt :: Francia-
Sauter vers: