Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyJeu 11 Juin - 23:09
Au milieu de ce dédale d'arbres et d'écorces sèches, il n'y eut que le son des criquets et les hurlements de loups. Hélas, cette forêt brumeuse n'était pas connue pour être un lieu des plus sûrs, où l'Homme se déroberait volontiers de ses responsabilités pour seulement profiter de la quiétude d'une simple marche à pied. Ô non, loin de là. Car la vérité se fit en effet bien plus sombre. Là, sous ses yeux, gisaient les premières horreurs qu'avait à lui délivrer cette charmante balade.

Sur une allée plus dégagée que de coutume, le cadavre d'une biche avait dérobé toute l'attention de Liv. Toutefois, le regard de la jeune femme ne portait en lui aucune fascination, pas plus qu'il ne reflétait l'ombre d'un chagrin.

En vérité, il était purement et simplement neutre.


La dépouille du cervidé ne faisait naître en elle aucune panique, aucune joie. Un sentiment partagé qui ne la menait nullement à céder à cette envie irrésistible de l'inspecter de plus près afin de dénouer le vrai du faux, et faire alors cesser le "pourquoi" au prix du "comment". Alors, la Slavonne s'était exécutée de loin. Assise sur son rocher, Liv ne fut qu'à quelques mètres seulement de la bête, comme un artiste détaillerait de loin une oeuvre d'art. Tant de questions en tête, et si peu de réponses en retour...Que devait-elle faire de la fraîche carcasse de cette bête qui l'avait tenu compagnie dans la Nuit ? Profiter de ce met de choix et de sa viande tendre ? Peut-être bien. C'était une idée, lorsqu'elle terminerait enfin de profiter des cris des grillons.

Quitte à trouver la Paix, loin, très loin de ce Dédale, la Centurion préférait le faire ici. Sans les autres Berserkers, sans néophytes, sans ce terrible ressentiment qui lui tenaillait bien souvent le cœur. Ici, il n'y avait qu'elle et cette forêt : une petite étoile solitaire et froide, pour briller dans la nuit. Et, dans un calme tout aussi olympien, Liv avait porté à ses lèvres les dernières gouttes d'alcool qu'elle avait fait porter du village le plus proche. Soudain, ses lèvres se pincèrent sous le jugement intangible qui vint s'accrocher à son palais. Quel gâchis. Cette pensée se tourna autant à l'encontre de cette liqueur bon marché qui perdait assurément en saveur que pour cette magnifique créature dont elle avait pris soin dès son arrivée. Tout cela, pour quel résultat ? Une nuée de flèches criblée dans le corps d'un herbivore, délaissé, mais qui avait rampé suffisamment loin pour conserver sa chair et souffler seule. Tout comme elle. Ici, la faiblesse ne pardonnait pas. Cela peina et rassura tout à la fois la jeune femme. Il fallait de la force pour survivre en ce monde inconnu, des convictions.

Après tout, il y avait tellement plus important en ce monde...

Comme pour affirmer ses dires, la Lanterne clignota, puis continua à éclairer faiblement les alentours de ses rayons blafards, telle une Luciole dans la Nuit. Avec un peu de chance, Liv n'y trouverait aucune compagnie. A dire vrai, elle la fuyait à chaque fois sous quelques excuses tantôt adroites, tantôt ouvertement désintéressées lorsque ses confrères du Dédale se présentaient à elle. Ses rares interactions avec les autres Berserkers l'avaient déjà persuadé d'un simple fait commun : la plupart d'entre eux ne cultivaient que des idées rétrogrades et sans valeur, une maladie appelée "simplicité" dont elle ne souhaitait pas être contaminée de sitôt. Non, ce n'était pas eux qui la mènerait jusqu'au bout de ses conquêtes personnelles...

Et pour autant, quelqu'un venait de troubler ses lamentations internes. Liv garda le silence. Selon ce que lui prévoyait la Bonne Fortune, ce dernier la laisserait tranquille, lui et sa Cuirasse maudite, bestiale ou même fantomatique. Mais quelle importance, dans le fond ? Dans la plus grande lassitude, le Kochtcheï termina le fond de sa bouteille...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyVen 12 Juin - 8:46
Se retrouver au coeur de la forêt à cette heure-ci n'avait rien d'inhabituel pour lui. Le calme des lieux, la brume qui l'enveloppait, qui se confondait avec celle qui émanait de son propre corps, laissant la Mort investir la place. Une sensation qu'il recherchait, un calme relatif qu'il appréciait. Mais aujourd'hui, nulle chasse, nulle quête. La volonté seule de se retrouver, réfléchir, faire le point, loin des dégénérés qui peuplaient la Citadelle et ses couloirs de chairs. Loin du pouvoir de ce Velya, qui ici ne pouvait l'atteindre.

Une sorte de cape de voyage sur le dos, gris-pâle, avec comme unique signe caractéristique le symbole d'un ours dévorant un corps sur une partie de celle-ci, une gigantesque lame dans son dos, les cheveux blancs recouvert pour le moment par une capuche qui masquait également son visage, et toujours cette éternelle brume qui l'entourait tel un cocon protecteur. Pour qui connaissait les Cardinaux, il serait reconnaissable entre tous. Car les habitués du dédale avaient tous entendus parlé de l'Argenté, de celui que l'on nommait le Colosse. Un homme qui ne s'en laissait pas conter. Mais qui avait du mal à se remettre des douleurs générées par le Vivisectionniste.

Ici, personne n'était à l'abri. Les bêtes rôdaient. Quelques chasseurs courageux attendaient parfois, de prendre autre chose que les proies habituelles. Mais on ne dérangeait pas la Mort. Bien qu'aucune agressivité ne se dégage de sa personne en l'état, les animaux évitaient soigneusement la zone. Comme si l'instinct primaire de ces créatures les poussait à ne pas venir. L'instinct... Voilà au moins une chose que le Cardinal partageait avec elles. C'est perdu dans ses pensées qu'il déboucha à proximité du rocher. Là, il perçut sa présence. Jeune femme posée, bouteille à la main, semblant profiter de son emplacement. Proche de la carcasse d'un animal, une biche ?

Par réflexe, son regard balayait autour d'elle. Aucune trace d'une autre personne. La brume sembla tournoyer un moment autour de lui avant de se dissiper peu à peu, rendant l'atmosphère un peu plus respirable, moins oppressante. En temps normal, il aurait beuglé. Se serait présenté dans les formes, se serait même intéressé à la jeune femme. Il n'était pas dans un "temps normal". Il abaissa simplement sa capuche, découvrant son visage, dardant un regard perçant vers la bouteille et elle.
    - Choix curieux pour une retraite... Désolé d'passer comme ça, je ne t'avais pas capté avant.

Froid. Il l'était. Et c'était rare. Non loin de là, une souche brisée. Il en prit la direction et se posa lui aussi, observant toujours la jeune femme. Il avait une étrange allure ainsi, avec sa lame qui dépassait allègrement de son dos.
    - J'vais pas t'emmerder bien longtemps, rassure-toi. Ta prise ?

Coup d'oeil à la carcasse. Ce qu'il savait, c'est qu'ici les apparences étaient trompeuses. Le corps du cervidé ne signifiait pas qu'elle était la chasseuse. Elle paraissait surtout être un peu comme lui, finalement. Solitaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyVen 12 Juin - 11:12
L'inconnu ne souffrait d'aucune timidité. Ses pas avaient simplement fait craquer quelques brindilles sous son poids pour mieux en révéler sa grande taille, ses cheveux d'argent et le soupçon de légende qui l'accompagnait. Aussi peu intéressée par autrui fut-elle au Dédale, le Berserker du Kochtcheï avait filtré soigneusement les rumeurs, dans un "on ne sait jamais". Une précaution qui portait maintenant ses fruits, peut-être bien. S'agissait-il du Cardinal de la Mort ? Le temps le confirmerait. Liv ne répondit pas à sa première interrogation. Une réponse de sa part aurait été bien trop explicite sur les sentiments partagées qu'elle portait pour le Dédale.

"Non, ça n'a jamais été ma prise. Je ne l'aurais pas fait avec autant de flèches."

Ses aveux claquèrent avec une honnêteté tranchante, sa main posant par la même occasion sa bouteille contre l'une des pierres, dans un cliquetis léger. Son regard ne s'était toujours pas détaché de l'animal, et le silence qui s'ensuivit indiquait une méfiance de la part de la Centurion et ce, jusqu'à ce qu'elle ne se décide à reprendre la parole.

"C'est dommage, j'aimais bien cette biche. A dire vrai, je l'ai vu quand je suis arrivée ici, et je me suis dit que sa fragilité avait un charme en ces lieux. Ici, on s'attend davantage à tomber sur le loup ou l'animal nocturne. Ou d'autres horreurs de bon comme de mauvais goût..."

Sa main resserra les deux pans de sa cape pour s'y emmitoufler, malgré la brise qui soufflait désormais légèrement dans la forêt et faisaient virevolter ses mèches courtes et carmines.

"Mais on ne peut pas dire qu'elle a échappé à la Mort bien longtemps..." Ses yeux se fermèrent alors que la jeune femme tentait de recréer la scène, un léger sourire à l'idée de se plonger dans ces idées. Liv aimait réfléchir, cela apaisait ses états d'âme et ses jugements. "A-t-elle été victime d'un simple sadisme ? Ou alors est-ce simplement là la marque d'un simple débutant ? Je ne saurais dire..."

Son oeil se rouvrit, cribla le jeune homme du regard. Saisissant un couteau sous sa cape, la Berserker se releva et entreprit cette fois-ci sa marche en direction du cervidé, visiblement prête à faire son travail..."plus ou moins". Ce qu'elle avait lu dans les livres et vaguement vu avec le cuisinier de son ancienne demeure. Une légère ignorance pratique que la rousse n'était pas prête d'avouer dans sa fierté néanmoins...

"Vous êtes ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyVen 12 Juin - 12:07
Elle prit la parole, expliquant ainsi qu'elle n'était pas le boucher qui avait tué l'animal. Il est vrai que cela faisait preuve d'un certain manque de précision, à moins en effet qu'il ne s'agisse que d'un jeu. S'il n'éprouvait aucune empathie pour l'animal, il pouvait comprendre que cette scène déplaise à la jeune femme. Elle avait admit avoir croisé l'animal il y a un moment de cela. Il est vrai que ces forêts étaient plus propice aux carnassiers qu'aux animaux plus fragiles. Mais comme pour l'humanité, ses membres n'étaient pas tous de terribles et fortes âmes. D'autres étaient plus sensibles, plus fragiles.
    - T'as pas tout à fait tort. Mais pour nourrir ces bêtes, il faut aussi du gibier. Pas étonnant alors que ta route est croisée cette biche.

Un équilibre en quelque sorte, qu'appréciait le colosse. Lui-même était un prédateur, mais cela ne l'empêchait pas de respecter la nature des choses. La réflexion de cette femme sur la mort le fit sourire. Qu'il était curieux de parler de cela face au Cardinal qui représentait à lui seul cet aspect implacable, élémentaire, et qui concernait chaque être vivant. De la plus petite créature à la plus grosse. Il porta le regard sur la biche. Détaillait les impacts des flèches. S'étonnait aussi que le chasseur, qui qu'il soit, ne soit pas parvenu à remettre la main sur sa proie. Un véritable chasseur ne laissait pas échapper sa prise, moins encore dans cette région où l'argent ne coulait pas à flot.

Ainsi donc la piste du sadisme était la plus logique. Un simple carton afin de prouver sa valeur, ou pour s'amuser tout simplement. Tuer pour le plaisir. Il ne pouvait nier qu'il l'avait déjà fait. Mais à la guerre, face aux hommes. Pas en massacrant des animaux afin de satisfaire sa soif de sang. On jugeait Arès pour ce qu'il était, ce qu'il représentait. Mais le dieu de la Guerre symbolisait la violence des combats, les batailles pour les terres. Et les petits "à côté" qui s'en suivaient. Pour autant, il n'était pas le dieu des Meurtriers. N'en déplaise aux autres qui cherchaient à le juger en permanence. Haldor aimait à croire qu'Arès n'aurait pas cautionné cela. Mais après, il repensait aux Berserkers. A ceux qui tuaient par plaisir. Et ses espoirs s'envolaient. Après tout, il n'était pas meilleur qu'eux.
    - La Mort n'épargne personne. Qu'importe ton nom, ton sang ou ce que tu es. Elle vient un jour te chercher et tu dois l'accepter.

Une philosophie peut-être assez simpliste mais qui avait le mérite d'être vrai. Riche ou pauvre, idiot ou génie, bête ou homme, personne n'échappait à la mort. Quant aux dieux, c'était un peu plus complexe pour eux. La femme s'était redressée avec la lame au clair, se dirigeant vers la carcasse pour faire son office. Nulle aide ne serait proposée par le colosse et pour cause : il appartenait à cette guerrière de porter le deuil à sa manière. A sa question, il prend le temps. Porte son regard sur elle, l'observe.
    - Je suis le Cavalier Pâle. Celui qui fauche. Je suis Haldor, Cardinal des Légions des Cendres. Porteur de Mort.

Il restait sur sa souche. Puis se redressa, s'approchant d'elle et de la bête.
    - Et toi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyMer 24 Juin - 2:18
Qu'il s'agisse d'un prédateur ou d'un simple habitant de cette forêt, le Mal était fait. Même durant son enfance, Liv n'avait jamais eu un bon rapport avec la Mort. Petite fille, elle avait vu ses parents succomber à ce qui se méprenait être une malédiction familiale. "Les tiens meurent jeunes", lui avait alors affirmé son Père adoptif. Les années suivantes n'avaient guère été reluisante. Condamnée à vivre dans la Peur, enfermée comme un rat dans un château, dépendante de la survie d'un Centurion et du savoir de ses livres, la Colère avait pris le pas, le désir et la rébellion également. Mais tout cela, Haldor n'avait pas besoin de le savoir. Après tout, que pourrait-elle lui dire ?

"J'ai peur de la Mort, depuis toute petite ?"
C'était inutile.
Le goût des larmes s'était perdu dans l'Oubli. Depuis longtemps.

Ô oui. Très longtemps. Ainsi, ce grand gaillard se contentera de voir son pseudo-attachement pour cette biche ainsi que l'hommage qu'elle rendait pour cet animal sans défense qu'elle aimait comme elle haïssait déjà pour sa faiblesse.

C'était une mémoire d'antan, une chose qu'elle ne désirait plus voir désormais...

Liv n'était pas dans les plus hauts rangs. A dire vrai, elle n'était même pas certaine d'être une Centurion attendue par le Dédale. La Cuirasse l'avait accepté, et c'était tout. Toutes deux ne s'en formalisaient plus, et cheminaient ensemble. Méfiante comme à son habitude, Liv tenta de chasser les préoccupations qui soulevaient son estomac, flattant une dernière fois le flanc de la créature, observant du coin de l'oeil le géant de ces forêts. Haldor, Cardinal de la Mort.

"Vous êtes donc le Cavalier pâle. J'ai bien peur d'avoir rencontré mon antithèse, en ce cas. Mais enchantée Haldor et mes hommages, Cardinal de la Mort. Mes doutes étaient donc fondées sur votre identité..."

Entre ses doigts, la dague roula et la jeune femme souffla une bonne fois, prête à faire son oeuvre. Toutefois, sa réponse se faisait sentir et, peu désireuse de se faire attendre, ses mots levèrent son identité en utilisant le même jeu de mots qu'il avait initié. Etait-ce un homme poétique ? Tout portait à croire que non, mais le sens des mots était parfois tout aussi incontrôlable et étonnant que la façon de vivre.

"Je m'appelle Liv. Centurion du Kochtcheï, de la légion des ossements. Et accessoirement, celle qui fuit et cache sa Mort." Un léger sourire étira ses lèvres rosées. Ce devait probablement être une abomination pour ce Cardinal. Qu'importe. "Mais certains attribuent également à cette petite chose le nom de Héros immortel."

Un souffle. L'instant suivant, ses doigts effleurèrent sa Lanterne attachée à sa ceinture, dont la flamme oscilla un bref instant, comme troublée par ses mots. D'une neutralité naguère prononcée, ses traits venaient de céder à une certaine forme de sévérité en parlant de sa Cuirasse. Elle n'était qu'un outil, après tout. Un outil dangereux, qui susurraient des paroles de guerre, de mort, de pestilence et de famine qu'ils valaient mieux ignorer pour son propre bien.

A ces pensées, son poignard s'effaça sans aucune tendresse dans le flan de la bête. La peau résista, s'étira, puis céda sous le poids de son assaut, laissant cette fois-ci libre à l'air le sang et la chair de la créature. Aucune expression sur le visage de la jeune femme, si ce n'était le fardeau de donner une ultime utilité à la biche...

"Alors, qu'est-ce qui vous porte dans ces forêts, mon Cardinal ? Le Dédale vous intimide, ou vous le trouvez également de mauvais goût ?"

Si ses premiers mouvements avaient été maladroits, les suivants lui semblèrent bien plus précis. Doser sa force était finalement la plus grande épreuve. Dans ces muscles, il y avait de quoi faire un bon gibier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyMer 24 Juin - 14:03
Il l'observait, l'étudiait, comme un prédateur étudiait sa proie, cherchant ses faiblesses, ses failles. Depuis quelques temps, Haldor se découvrait de nouvelles capacités. Était-ce l'ancien "lui" qui reprenait peu à peu sa place ? Il ne saurait le dire mais ce qu'il voyait lui plaisait. Il aimait l'homme qu'il devenait au fur et à mesure que le temps passait. Peut-être qu'il y avait encore quelques semaines de là, il se serait complètement désintéressé de la jeune femme, repartant à ses pérégrinations. Mais là, la curiosité et l'ennui le forçaient à rester. A écouter. A regarder.

Non, elle ne s'était pas trompée. Elle se trouvait bien face à l'un des quatre Fléaux du Seigneur Arès. Et en sa qualité de servante, elle prononça son nom et l'armure qui était la sienne. Un sourire naquit sur le visage du colosse alors qu'il croisait les bras, s'adossant à l'arbre. Impossible qu'il retienne l'armure. Mais le prénom était facile, lui. Liv.
    - Liv du Scotch, Ok j'retiendrai ça. L'armée des Ossements... Tu es donc sous la responsabilité de mon ami.

Mérion n'avait décidément que des femmes à son service, c'était assez impressionnant. Et que des femmes de caractère, visiblement. Liv savait manier la lame, savait chasser à en croire sa façon de dépecer la bête. Et le colosse comprit en quoi elle se considérait comme son antithèse. Son contraire. Le Héros Immortel. Mais nul n'était immortel, n'en déplaise aux fous qui le pensaient. Débattre de ce fait n'aurait ici aucun sens toutefois. Mais une remarque restait quand même sur le bout de sa langue.
    - Celle qui fuit et cache sa mort... Le Héros Immortel. Tu portes une cuirasse intéressante, Centurion.

Mais perso, j'crois pas en ta légende, ma grande. M'enfin, ce ne serait pas la première fois que j'me plante sur un sujet et là, pour une première fois, j'veux pas forcément partir sur un débat débile. En plus, j'suis crevé et franchement pas envie de m'emmerder à trouver des arguments. Puis bon, soyons franc... A part lui trancher la tête, comment lui prouver autrement qu'elle se plante ? Et si j'le fais, j'prouverai rien à personne car justement, elle sera morte, elle pourra pas admettre son erreur. En gros, j'dois fermer ma gueule... Quelle connerie.

Est-ce que le dédale l'intimidait ? Pour être tout à fait franc, c'était le cas. Et il n'avait nulle honte à l'admettre d'ailleurs. Mais pour l'heure, ce n'était moins le dédale que certains de ses habitants qui lui posaient problème. Les Lois occultes l'empêchaient de régler le problème à sa manière. Acamas avait été d'une rigoureuse précisions quant à ce que le colosse pouvait faire et ne surtout pas faire. Tuer ses camarades, même les plus dingues, lui étaient interdits. Du moins pour les porteurs de cuirasse. La piétaille, c'était quelque peu différent.
    - De très mauvais goût, j'dois dire. J'ai pas pour habitude de cacher c'que je pense... Je déteste cet endroit. Il est malsain. Il est vivant. Et j'ai rencontré son créateur. J'sais que c'est encore pire que c'qu'on peut voir. Et pour couronner le tout - ne l'prends pas mal hein - mais la plupart des guerriers d'Arès sont des gros tarés !!

Velya. La créature la plus abjecte qu'il lui ait été donné de voir et pourtant, celle-ci s'était intéressée à lui. Cela lui donnait la chair de poule. Même la Mort savait quand elle se trouvait face à une impasse et Velya en était une. Créature millénaire. Qui prêtait ses dons à Arès. Mais pour quelles raisons ? Il n'était pas du genre à le faire par altruisme après tout. Quant aux autres, en dehors des mecs de son armée, il n'avait que peu rencontré de personne sensée. Il avait dit une ou deux fois à Melon qu'il était en quelque sorte le cerveau de la Citadelle. Il le croyait vraiment.

Se détachant du tronc, il s'approcha de Liv, lentement. Il ne dégageait pas grand chose pour l'heure. Aucun sentiment particulier. Pour une fois qu'il tombait sur une âme intelligente au coeur de cette forêt brumeuse. Il n'allait pas la lancer filer aussi facilement. Et pourquoi pas la perspective d'un repas ? Après tout, fallait pas gâcher la bête.
    - Puis j'aime être ici. J'me sens dans mon élément. J'suis un homme de terrain, rester enfermé là-bas, très peu pour moi, j'déteste ça. La Mort est libre et n'aime pas les entraves...

Il regardait ses mains. Puis balaya la zone du regard, comme pour mieux cerner ce qu'il l'entourait.
    - Et toi Liv, en dehors de rendre les derniers honneurs à cette créature, qu'est-ce qui te pousse à te terrer au coeur de cette forêt, loin des tiens ? Suis-je le premier Cardinal que tu croises ? J'sais pas si tu connais le tien mais c'est un mec qui vaut l'coup d'oeil. C'est un homme qui mérite d'être suivi... A qui l'on peut se fier.

Il était rarement élogieux avec les autres. Mais son p'tit Melon était différent. Lui et Acamas l'avaient sauvés, il ne l'oublierait jamais. Un léger rire s'échappait de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyJeu 2 Juil - 0:35
"Liv du Kochtcheï, mon Cardinal. Le Kochtcheï."

Cette invitation à ne pas écorcher son Titre avait été prononcée avec beaucoup de douceur, tant et si bien que l'on craindrait presque ne pas avoir un Berserker en face de soi, mais bien une frêle jeune femme facilement friable dans une poigne trop brute...Et pourtant, depuis sa propre petite rousse jusqu'à la couronne brisée de sa cuirasse, Liv était une guerrière d'Arès. Dans toute cette patience qui la qualifiait déjà. Son oreille se fit donc tendue en sa direction, peu impressionnable. Ô, que l'armée soit composée de la lie de la société n'avait rien d'étonnant : les âmes du Dédale étaient teintées par la Détresse. Aussi, la Centurion se permit de rire avec légèreté aux propos particulièrement expressifs de son supérieur.

"J'aimerais être étonnée, pour être honnête. Mais voilà depuis bien longtemps que Seigneur Arès a perdu sa Lumière selon les mythes du passé, et cela s'est répercuté sur ce qui faisait jadis sa gloire. Enfin, cet état de décrépitude vaut également pour son domaine et pour ses soldats...Ainsi nous dressons-nous."

La période de lucidité de feu Seigneur Mars était une ère révolue, une ère de collaboration où la Lumière capricieuse d'Apollon avait jadis joué son rôle : là demeurait l'une des périodes favorites de la jeune femme. La poussière avait certainement gagné les connaissances d'aujourd'hui, mais cela n'empêchait nullement Liv d'apprécier fouiller dans tous les parchemins dont elle pouvait prendre possession...

"Je me sens mieux dans cette forêt. J'y organise mes pensées et j'y vois des choses que je n'ai pas eu l'occasion de contempler depuis très longtemps. Quitte à m'intéresser au monde pour une seconde fois, je préfère autant m'entourer de cette forêt plutôt que me souvenir d'un tas de chair disgracieux...Et puis, je n'aime pas les lieux exiguës. "

Combien de temps avait-elle fuit la Mort dans une tourelle ? Combien de fois l'avait-elle frôlé avant que son Maître et Géôlier ne prenne soin d'elle ? Combien de cris avait-elle entendu résonner dans la tourelle, s'emparer de son âme quand elle ne prenait pas la peine de se plonger elle-même dans un livre ou une quelconque autre occupation pour se changer les idées ? Non. Les couloirs, les labyrinthes et les petites salles étaient de ces lieux qu'elle préférait éviter. Sa conversation aurait pu rester sur ces notes de cordialité, si le Cardinal ne s'était pas autant approché d'elle..

Derechef, cette dernière clignota...Sa lumière caressant les joues de l'Homme.
Aussitôt, Liv stoppa sa découpe, ses prunelles se dérobant sur le visage du Fléau.

"Si je puis me permettre, vos traits de visage sont tout à fait intéressants, Seigneur Haldor."Sa main se dressa légèrement, afin de mieux contempler les cicatrices que le Destin avait laissé derrière lui. "Oui, vous n'êtes pas comme les autres Berserkers..."

Au sol, quelques larmes de cire tombèrent dans un bruit fracassant et dérangeant. Ce compte-goutte graisseux -d'une boue noirâtre que l'on croirait tout droit venu des enfers-, eut de quoi susciter un haut le cœur avant même que sa nature fusse inspectée...En relevant les yeux, la charmant visage de la jeune femme se décomposa un bref instant, perdue entre les murmures...

"J'aime les légendes qui sortent de l'ordinaire. Si je manque encore un peu d'expérience, ma Lanterne ne se trompe jamais : elle ne réagit qu'aux personnes de mérite et les Héros ayant été naguère remarqués dans l'Histoire...Tout ce qui peut se perdre à travers les âges. Et vous avez certainement influencé l'Histoire d'une manière, très cher." Allègre à l'idée de percer un nouveau secret, ses paupières s'abaissèrent dans un air de béatitude. Pour une brève seconde, le carmin maladif et étranger qui ornait le blanc de ses yeux disparut bien vite sous ce rideau avant de rouvrir des yeux plus humains, arborant cette fois-ci un intérêt aussi passionné que celui d'un savant, dépourvue de la rougeur menaçante et antique. "En revanche, je serais curieuse d'entendre l'histoire de la Mort en vos mots propres...Que ce soit accompagné d'un peu de viande ou non, si vous vous en sentez le cœur."

Qui l'eut crû ? Que la chose la plus intéressante de ce Dédale se serait manifesté juste en face d'elle, devant le simple et chiche cadavre d'une biche. Son Cardinal l'était-il tout autant, intéressant ? Liv n'y répondit pas. La Centurion n'eut rien dire à son sujet, bien trop fasciné par le Cardinal devant elle pour y prêter attention.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyLun 6 Juil - 7:31
Il comprenait l'affection de cette femme vis à vis de la forêt. Il comprenait mieux encore son envie de ne pas se retrouver au sein d'une Citadelle qu'il jugeait dangereuse, étrange et pernicieuse. Pour autant, il savait qu'elle ne pourrait se contenter d'une vie d'ermite, pas avec la cuirasse qui était la sienne. Moins encore avec l'éveil des forces d'Arès. Ils étaient en préparation et la Grande Marche suivrait.

C'est là que quelque chose d'étrange attira l'attention de Haldor. La lanterne de cette femme semblait comme réagir à sa présence. Clignotante à son approche, de la cire tombant sur le sol avec un bruit presque surnaturel. Quelque chose venait de changer suite à cela. Le regard de Liv. Ses questions également. Haldor observait cette lanterne, qui n'était visiblement pas un simple accessoire. Une arme d'une autre nature que celle qui se trouvait dans son dos à lui. Des capacités particulières à dire vrai.
    - Et bien tu n'es pas la première à me dire que je suis différent des autres.

Il savait qu'il n'était pas un natif de ce territoire. Il ne ressemblait aucunement aux quidams qu'il croisait et que ce soit son physique ou sa mentalité, il se démarquait même des autres soldats du dédale. Liv n'était pas la première à lui en faire la remarque et elle ne serait pas la dernière, forcément. D'où il venait ? Il ne se souvenait que d'une chose : le froid et la glace. Mais était-ce là la région de laquelle il était originaire ou seulement les premiers souvenirs qu'il avait de sa rencontre avec le Pontiflex et Melon ?

Alors qu'elle lui expliquait le don de sa lanterne, qu'elle exposait son avis et ses questions, une douleur commençait à poindre à l'orée de son esprit. Une douleur qu'il ne connaissait que trop bien. Qui ne survenait que lorsqu'il commençait à réfléchir à qui il avait été, d'où il provenait réellement. Qui l'impactait encore en dépit des actions de Acamas à son encontre. Son visage se fermait un instant. La lanterne réagissait envers ceux qui marquaient l'histoire ? Seulement, s'il savait d'instinct qu'il avait toujours été un guerrier, un soldat, il ne parvenait pas à se souvenir en quoi ses actes passés auraient pu faire de lui quelqu'un de reconnaissable pour cette loupiote.
    - C'est là où j'vais te décevoir... J'me souviens de rien. J'ai perdu la mémoire. La première image que j'ai dans l'crâne, c'est l'visage d'Acamas me sauvant la vie alors que je gisais sur le sol glacé, blessé mortellement, mais luttant contre l'emprise de cette foutue mort.

Quel coup du sort que ce soit précisément la cuirasse de la Mort qui ait fait de lui un véritable Fauve d'Arès. L'un des quatre Cavaliers chevauchant aux côtés d'Arès. Alors qu'il tenait de poursuivre, son visage se tordit par la fulgurance de la douleur qui traversa son cerveau. Par réflexe, il ferma les yeux, posant ses doigts sur sa tête, prenant quelques longues secondes pour se malaxer les tempes. Cela passait. Mais était-ce un avertissement ?
    - Putain d'mal de crâne.

Il pestait contre cette douleur même s'il s'y était habitué. Il devait faire avec tout comme il devait faire avec la perte de ses souvenirs.
    - Peut-être que la lanterne réagit aux événements à venir, nan ? Parce que j'peux te garantir que j'marquerai l'histoire de ma patte. Ne dit-on pas qu'un ours vaut cent soldats à la guerre ?

Alors non, on ne disait clairement pas ça. A part lui.
    - Ouais, fais péter la viande. Pour mon histoire, comme j'te dis, j'suis un peu emmerdé pour te la raconter. J'sais que j'ai toujours été un guerrier, c'est certain, et j'sais que j'avais déjà cette lame à mes côtés quand Acamas et Melon m'ont trouvés. Elle est particulière et j'doute qu'on aurait refilé ça au premier débile venu. Mais en dehors de ça, j'sais pas grand chose. Et quand j'essaie de m'souvenir, ou qu'on m'pose trop de questions autour de ça, bah ça m'déclenche de sacrées migraines.

Velya, Famine. Esther. Ils lui avaient posés des questions. Jehane avait même eu le culot de le confondre avec un de ces guerriers nordiques. Et Velya s'était intéressé de près à sa lame et aux runes qu'elle portait. "Hécatombes" était son plus grand trésor. Le seul bien qui lui restait - avec son nom - d'une vie aujourd'hui oubliée. Elle était puissante et importante, se gorgeant de son propre cosmos. Il fit d'ailleurs basculer la gigantesque épée devant lui pour qu'elle puisse en admirer les runes dont il avait parlé.
    - Acamas m'a alors soigné et j'ai eu la chance de pouvoir porter la cuirasse de la Mort alors qu'on s'trouvait en train de combattre. Depuis, j'suis celui qu'tu vois face à toi. J'dois admettre que depuis quelques temps, j'ai comme des intuitions plus précises. Des pseudos flash. J'pense qu'un jour, j'saurai vraiment qui j'suis. Mais en attendant, j'm'emmerde pas avec les détails et j'fais ce que j'ai à faire.

Il eut un rire gras alors qu'il terminait sa phrase.
    - Avoue qu'c'est l'histoire la plus pourrie que tu aies entendu ! Ta lanterne s'est peut-être plantée finalement !


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyMer 29 Juil - 22:29
Déception. L'attente d'une réponse ne mit pas longtemps à dévoiler sa vérité. Amnésique. Quelle dommage. Sa lanterne s'était-elle trompée ? Ou était-ce un mystère qui se dressait devant elle ? Sceptique mais davantage surprise, l'histoire que venait de lui confier Haldor avait de quoi lui tirer un battement de stupeur. Sur ses premiers souvenirs, se dressaient simplement le Pontifex et un Cardinal. N'était-ce pas un peu suspect ? Elle l'ignorait. Un pareil coup du destin n'aurait pu désigner une meilleure nomination.

"Ceci explique donc cela."

Suite à quoi, sa petite forme se pencha, ramassa des bâtons de bois sur le sol et les cumula dans ses bras. Lorsqu'un petit tas se forma dans ses bras, Liv retourna au centre pour laisser filer les branches. Sourcil haussé, la perspective d'une lanterne annonçant les auspices d'un futur certain était charmante, mais inédite.

"C'est une idée. Peut-être bien.", souffla-t-elle plus légèrement. Mais elle en doutait : l'avenir n'intéressait qu'elle, et non la Lanterne. "On ne m'a jamais dit comment elle marchait précisément. Mais lui, il n'est certainement pas voyant. Il est juste intrigué par les anciens combattants. En fait, cet homme les sent."

Et il aimait les collectionner quand il le pouvait, comme on collectionnait les poupées de bonne qualité. Il était comme ces rois qui aimaient avoir la main mise sur leurs esclaves. Comme ces pharaons qui jouissaient en contemplant une file d'esclaves sous un beau Soleil. Un goût que les sens et la volonté de la Centurion, en dépit de deux ou trois malentendus, maîtrisant avec une main de fer pour ces débuts de service. A l'écart, il n'y avait aucune chance qu'elle laisse du mou sur l'Esprit de la Lanterne. Seul son regard continuait à scruter avec curiosité celui du jeune homme.

"Et quand bien même j'aime relire les traits de visage, je n'ai rien de particulièrement exploitable pour un amnésique. Ce qui en ressort est en revanche assez flou, mais les prédictions que j'en tire s'avèrent plutôt vrai en réalité. Je m'y perfectionne encore, je n'ai pas eu l'occasion de rencontrer beaucoup de personnes auparavant."

Lis s'apprêta à sonder le visage du Cardinal d'un peu plus prêt avant de se raviser. Les explications qu'Haldor venait de lui fournir lui avait mis la puce à l'oreille. Se réveiller amnésique en présence le Pontifex et un Cardinal n'avaient selon elle rien d'anodin. Un sourire se dressa, sur son visage calme. L'élément était au moins aussi suspect qu'un ours près d'un pot de miel...Mais peut-être se faisait-elle trop d'idées ? Côtoyer ces âmes perdues pouvait la rendre sceptique sur bien des points...

"Non, c'est une histoire très intéressante et mystérieuse, bien au contraire. On voit la peau de l'Ours, mais on ne sait jamais ce qui s'y cache en-dessous. Encore que, il est possible qu'on n'aimerait tout simplement pas envie de le savoir. Ou alors, oui...Tu serais un monsieur tout le monde, avec ses victoires et ses petites défaites..." Pris d'un éclair de lucidité, son visage parla pour elle-même. "Bien sûr, il existe une dernière hypothèse. Il se pourrait aussi que cette amnésie soit en réalité une bénédiction pour toi. Un moyen d'oublier quelque chose qui te ferait du mal... Quelque chose de terriblement dangereux."

Le monde des probabilités étaient si fascinants que la jeune femme s'y perdait volontiers. Que cet intérêt fusse partager ou non importait bien peu tant la Centurion semblait réfléchir à haute voix. En tentant de décortiquer le vrai du faux. En séparant le sang de la mystère et ses os dans sa barbe inexistante. Le bâton qu'elle tenait continuait à faire monter la braise, réveillant un feu qui ne tarda pas à prendre vie. La main de la jeune femme saisit alors quelques bâtons qui vinrent transpercer sans aucune forme de concession les morceaux de biche qu'elle venait de découper. Léchant la viande et consumant la graisse de l'animal, la chair était rôtie à point et son cœur, tendre à souhait.

"Ton morceau de biche. Il va sûrement me manquer un peu de bois, mais je préfère ne pas garder trop longtemps la lumière." En particulier après la constatation d'une biche criblée de flèche. "Bon appétit."

Sa mine s'assombrit. Le futur était si incertain que Liv sentit l'appréhension monter.



Dernière édition par Liv le Jeu 30 Juil - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyJeu 30 Juil - 6:03
Cet homme ? Le discours de la jeune femme lui paraissait réellement obscurs. Surtout pour lui qui n'était pas le plus à l'aise dans ce genre de situation. Il n'était pas difficile de percevoir le pouvoir qui émanait de cette chose mais de là à savoir qu'il puisse s'agir d'un homme, c'était quand même une autre histoire. Il l'observait en tout cas, laissant Liv prendre les devants quant à la préparation du repas futur. Il étudiait celle qui était si secrète et si étrange à la fois.

Savoir étudier les traits et déduire quelque chose de ses observations n'était pas une chose facile, Haldor le comprenait. Lui, il appelait cela de l'instinct. Et il en était pourvu. Un instinct animal qu'il ne devait pas à un objet quelconque mais qui restait assez fiable en temps normal. L'instinct d'un homme habitué aux guerres, aux combats, et qui lui faisait clairement comprendre que cette vie n'était pas sa première. Il était rodé.
    - J'vois. Ce qui veut clairement dire qu'avec l'expérience, tu seras de plus en plus affûté. Excellente nouvelle. C'est un talent rare que tu possèdes, Liv. Faut perfectionner ce truc. Perso, j'adore le concept !

Il lui adressait un sourire franc. A bien l'observer, on pouvait clairement capter qu'il n'y avait aucune moquerie dans ce qu'il venait de balancer. Le colosse était franc du collier et semblait ne pas se formaliser avec les conventions standards des hommes. Cet instinct dont il était si fier faisait de lui une sorte d'hybride entre le soldat et l'animal féroce. Celui que l'on comparait à un ours en avait la force et la carrure. Mais il savait aussi faire la part des choses. Là, certains points lui échappaient et son intérêt était donc réel. Une lanterne. Un esprit. Et une guerrière. Une alliance des plus surprenantes, il est vrai, mais dont il ne pouvait se moquer. Lui mieux que quiconque savait que dans un tel objet pouvait reposer une âme, un esprit, ou quelque chose du genre. "Hécatombes" en était la preuve.

La piste de l'amnésie salutaire fut avancée. Et le sourire du colosse se gommait peu à peu. Il y avait pensé à cela. Il en avait même parlé avec Melon. Une part de sa vie était un véritable mystère et il avait toujours préféré ne pas s'y intéresser. Comme s'il cherchait involontairement à se préserver. Mes ses instincts, ses réflexes et ses cicatrices prouvaient qu'il n'avait pas eu une vie simple. Il n'était ni fermier, ni marchand. C'était des blessures de guerre qui marquaient son corps.
    - J'y ai pensé, ouais. Une sorte de protection... J'dois dire que j'évite généralement d'y penser. Bénédiction ou malédiction, franchement j'sais pas trop. Mais au pire, qu'est-ce que ça m'apporte de savoir ? Tu sais, j'en vois souvent des soldats qui m'disent qu'ils auraient préférés oublier les horreurs de la guerre. Que j'ai d'la chance de plus savoir. En un sens, j'suis assez d'accord. Les souvenirs, ça marque un esprit aussi sûrement qu'une épée marque le corps. Sauf qu'il est facile de se soigner d'une blessure physique. Pour c'qui s'passe là dedans, c'est déjà autre chose !

Il se tapotait la tempe de l'index. La difficulté de soigner le mental, il la connaissait. Ses cauchemars, ses impressions et ses douleurs en étaient des preuves évidentes. Il se rapprochait de l'animal alors qu'elle poursuivait ses manipulations. Elle semblait presque s'inquiéter de quelque chose. Mais quoi ? Pas de lui quand même ? Il attrapa son morceau et mordit dedans. La chair était tendre. Et il sentit le jus de viande lui couler sur le visage. D'un geste, il s'essuya le menton avant de reporter l'attention vers elle.
    - Merci pour ça.

La viande. Le repas. Mais sans doute aussi la discussion.
    - T'as l'air inquiète. Te fais pas d'bile pour la lumière. Ici, en cet instant précis, le véritable danger de cette forêt est précisément en train d'bouffer à tes côtés. T'as l'air habituée à vivre seule. Jamais eu de compagnon d'voyage ? Tu viens d'où, du coup ? Si t'as pas envie d'causer, tu m'fais signe hein. Quand j'mange en bonne compagnie, j'aime bien en même temps tailler un bout d'gras.

Et de nouveau il s'intéressait au gibier. Bien qu'en train de becter, son esprit restait en alerte. Il n'oubliait pas que la biche avait été abattue par d'autres que la jeune femme face à lui. Peut-être était-ce cela qu'elle craignait ? Si oui, elle n'avait vraiment pas de mouron à se faire. La Mort vrillait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyVen 31 Juil - 3:10
Tandis que Liv croqua dans le cœur de la viande, elle ne put réprimer un léger sourire. Ô, il était certain que cette agilité aurait de quoi faire quelques envieux voire même de faire monter un certain engouement dans les rangs. Haldor semblait lui-même encourageant dans cette démarche. Hélas, était-ce aussi simple ? S'occuper de la Lanterne était déjà un fardeau en soi. Un lourd fardeau comblé d'une autre habilité et pas des moindres : lire un semblant de prophétie. Cela étant, la Centurion préférait prendre cela comme un don où elle pouvait en tirer un certain plaisir plutôt qu'un devoir.

"C'est très gentil, mais parfois il y a des destinées qu'il ne vaut mieux pas prononcer. Je crois que l'on appelle ça...la sensibilité." Une donnée bien relative. Selon l'humeur, la personne et la situation. Un tel dosage dans ses propos n'était en rien aisé à contrebalancer. "Il suffit de connaître la légende de Cassandre, maudite par Apollon à prédire uniquement les futurs funestes. J'aimerai éviter qu'on porte un regard noir sur mes petites prédictions. Mais qui sait, peut-être qu'un jour, elles seront détaillées. Je saurais alors vous dire si oui ou non, vous serez chanceux."

Plus amicale, la jeune femme se permit un léger rire, féminin et cristallin. Une telle gaieté fut néanmoins de courte durée : sans doute avait-elle parlé trop vite, en évoquant cette amnésie comme une bénédiction. Ô, ça l'était. Mais seulement pour un court terme.

"Je ne voudrais pas vous offenser, mais oublier est tout de même une terrible tragédie...Ce n'est pas respectueux pour l'être que vous étiez autrefois, sur le long terme. Vous avez oublié ce qui vous pesait sur le cœur, mais vous avez oublié vos forces et votre savoir-faire dans le même temps. Il en va sans dire que je ne suis pas d'accord avec ces soldats. Renoncer à tout jamais est une facilité à ne pas prendre à la légère."

Ses mots étaient tranchants, tout comme son regard ne souffrait d'aucune forme de mensonge. Liv avait son avis sur cette situation et le sujet semblait suffisamment la motiver pour qu'elle en tienne position.

"Dans le fond, he vous sens...Plus volontaire et combattif que cela." Tout en manipulant une seconde brochette, la jeune femme approfondit ses raisons."On souhaite parfois effacer certains événements de nos mémoires, mais ceux-là sont ancrées dans notre chair. Ca fait de toi ce que tu es. Même sans t'en souvenir, tu ne peux y échapper."

Renoncer à se remémorer ; vivre pour oublier. Délaisser ses fardeaux derrière soi était une idée fabuleuse pour qui ne savait plus avancer et s'assumer. Toutefois, n'était-ce pas là l'ombre d'une illusion ? Liv songea qu'il était préférable d'avouer à Haldor que son état actuel valait mieux pour un court terme plutôt qu'un long terme...Pour lui, comme pour les autres. Avec gourmandise, Liv goba le dernier morceau sur sa brochette avant de souffler son dernier conseil, avec plus de douceur. De manière détournée...

"Après tout, qui sera là pour se souvenir du premier Haldor, si vous-même, vous ne vous souvenez pas de votre ancien "vous"?"

Haldor du passé. Haldor des temps présents. Deux personnes différentes, dont l'une d'elle n'était que le fantôme silencieux naviguant paisiblement dans son sang. Liv le savait mieux que quiconque, pour être elle-même hanté par un Esprit tombé dans l'oubli. Ceux-là ne quittaient jamais leurs corps, ni même leurs descendants. Alors, la Centurion du Dragon Slave en était certaine. Un jour viendra où l'on reconnaîtra probablement Haldor. Un jour viendra aussi où une rancœur surgira des entrailles d'un ancien ennemi. C'était ainsi. Puis vint l'interrogation d'Haldor, sur ses inquiétudes et elle-même.

"Non, c'est légitime. Je viens de Rome, mais la Transylvanie a été longtemps mon foyer. Je suis Slave par ma mère, tout comme mon Mentor et père adoptif. Il m'a emmené jusqu'à son domaine quand j'étais plus jeune, et j'y ai alors vécu sous son enseignement et sa protection. C'était un homme avec beaucoup de savoir...Un érudit des temps anciens. Il m'a en quelque sorte inculqué son goût pour les choses antiques et de valeur."

Son sourire, si léger fusse-t-il se dissipa du tout au tout en continuant son histoire. La jeune femme donnait étrangement l'impression de savoir ponctué ses discours, afin de capter l'intérêt de ses interlocuteurs. La vision d'une vie mi-joyeuse mi-morne s'imposa dans son esprit, pour aussitôt être balayée lorsque son regard assuré croisa cette fois-ci ceux d'Haldor. Sans ciller. Sans grandes émotions non plus.

"C'est aussi dans sa demeure que j'ai développé mes dons de prédictions. Quand je passais de cage en cage, je priais parfois pour tomber sur un "bonne tête". Autrement dit, une tête susceptible de s'évader. J'avais alors la conviction qu'un oiseau pouvait s'échapper hors de ces barreaux, qu'importe la force de son bourreau."

Liv ferma les yeux, posa le pour et le contre d'une vérité. Devait-elle parler de l'assassinat, de cet instant de jouissance et de libérations qui s'en était suivi alors qu'elle ne contrôlait pas entièrement ses mouvements ? Non. Un conte se devait d'être plus coloré que cela. Alors elle reprit, en omettant certains détails fâcheux.

"A la mort de mon mentor, je lui ai succédé en tant que Centurion et j'ai hérité de cette Lanterne, ainsi que de son domaine. Mais aujourd'hui, je peux observer tout. Tout cela, de mes propres yeux." Et son esprit assoiffé de connaissances ne pouvait pas attendre de mettre un doigt sur des réalités, plutôt que sur des mots dans une page ou dans un témoignage de guerre. Quand bien même la plus grande menace en cet instant fut un gros ours dévorant paisiblement une cuisse de biche... "Je ne doute pas de vos capacités, mais je préfère éviter un combat inutile..."

Faire couler le sang sans aucune raison n'était pas dans son modus operandi. Pourtant, ces guerriers semblaient si dissipés qu'il était difficile de faire la part des choses. Alors, la Luciole virevoltait simplement dans les airs. Elle oscillait entre les Forêts et sa Demeure, et se gorgeait de savoirs inavoués.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptySam 8 Aoû - 19:20
La sensibilité ? Une chose que ne possédait pas le colosse. Il n'en comprenait même pas le concept tant cela était éloigné de ce qu'il était, de ce qu'il représentait. Comment éprouver de la sensibilité alors que son travail était précisément de porter la mort parmi les ennemis de son Seigneur et Maître ? Il ne réfléchissait pas en terme de sentiment. Mais de nécessité. Rien d'autre. Ainsi se différenciait-il des autres.

Mais si Liv parvenait un jour à affiner son art, alors il serait le premier à aller lui rendre visite. Ne serait-ce que pour l'entendre. Ne serait-ce que pour voir de ses yeux si ses révélations pouvaient avoir un semblant de vérité. Il ne savait pas encore s'il devait y croire. Après tout, il gravitait dans un univers régit par les dieux et les présences spirituelles puissantes. Qu'y avait-il de surprenant à ce qu'une personne soit capable de lire la destinée ?

Il continuait de dévorer la chair. Tout en restant attentif aux propos de la jeune femme. Elle dégageait quelque chose qui l'apaisait. Lui qui était un instinctif, il ne pouvait nier qu'elle l'intriguait. Et son instinct ne lui avait encore jamais fait défaut jusque là. Si beaucoup se fiait à leur réflexion et à leur logique, lui était un animal. Une Bête. De ses instincts reposaient une grande partie de ses propres décisions. L'Ours Septentrional était ainsi. Mérion l'avait bien comprit. Tout comme Acamas.
    - C'est là où on va pas être d'accord toi et moi. Tu dis que j'ai oublié mes forces ? Mon savoir-faire ? Mais c'est faux. C'est inscrit dans mes gênes. C'est comme respirer, tu vois. Tu ne réfléchis pas, tu ne contrôles pas. Ça te vient naturellement. Bah moi c'est pareil. Ce que je suis, ce que j'étais. Bah c'est c'que t'as devant toi. Bien sûr, j'me souviens pas de mon histoire. Mais j'sens au plus profond de moi que j'ai toujours été ce guerrier que tu vois. Je suis la Bête qui porte la Mort.

Au fond de son regard, un éclat argenté s'imprimait peu à peu. Une fois encore, ce que les autres appelaient "souvenirs", lui il appelait cela "instinct". Qu'importe de savoir pourquoi ou comment il connaissait telle ou telle chose, tant qu'il savait le faire. Manier une arme, frapper, tuer. Il était une machine de guerre et quelque chose en lui semblait lui murmurer qu'il avait toujours été ainsi.
    - Mais j'peux comprendre ton raisonnement. Tu sais quoi ? J'te propose un truc. Si un jour mes souvenirs reviennent, j'viendrai à toi. Et on pourra discuter de tout ça à nouveau. Deal ? Tu crois que j'suis plus combatif et volontaire que ça ? Bah j'te dirai si t'avais raison à ce moment là !

S'il ne cherchait pas à se souvenir, il savait que certaines choses lui revenaient de temps en temps. Il n'était pas à exclure qu'un jour ou l'autre, les souvenirs perdues reviendraient. Et qu'il serait de nouveau complet. Qui il avait été. Mais surtout, pourquoi cette perte de mémoire. Cela l'intriguait sans pour autant constituer une énigme digne de ce nom pour lui. Comprendre sans chercher serait l'idéal.

Alors qu'elle lui narrait sa propre histoire, il l'écoutait en terminant son repas. Il essayait de comprendre le cheminement de la jeune femme. De ce qui l'avait amené à être ce qu'elle était aujourd'hui. Pour lui qui n'avait pas de passé, il était toujours captivant de comprendre ce qui poussait l'autre à emprunter la voie des guerriers. Car c'est ce qu'ils étaient. Des soldats. Des tueurs. Ni plus, ni moins. Elle terminait. Et était parvenu à captiver l'Argenté.
    - La connaissance comme moyen de s'enfuir hein ?

La connaissance. La culture. Des choses qui lui manquaient à lui. Il n'était pas idiot. Evidemment. Mais n'était pas aussi doué que ces gens là.
    - Tu n'as pas eu une vie facile. Mais j'envie ta force de caractère et ton héritage. Le savoir est quelque chose qui ne m'intéresse pas assez... Qui n'a que peu d'emprise sur moi. Mais parfois, je me surprends à regretter de ne pas être aussi cultivé que vous autres. Et si tu le répètes, je nierai tout en bloc hein.

Il ne put réprimer un éclat de rire alors qu'il faisait cette révélation. Si ce brave Melon avait été là, sans doute que lui aurait comprit l'état d'esprit du colosse. La Bête. Celle qui ne sait rien en dehors de la Guerre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyLun 10 Aoû - 17:45
Le Sang. Le Sang était une solution. Le Sang détenait la mémoire des acquis du passé. Liv ne put qu’hocher la tête face à cette affirmation. Les paroles d'Haldor détenaient une part de vérité. La probabilité qu’une amnésie fusse atténuée par la résurgence de certains réflexes étaient grandes. Pour autant, seul le Temps ferait son office. Le Temps et l'Expérience. Ces entités étaient leurs lames, leurs maîtres, agissant telles des mères qui n’exigeaient jamais trop d'efforts de leurs enfants. Chacun apprenait à son rythme ; marchait à sa propre cadence. Aucun guerrier ne pouvait atteindre le prestige du jour au lendemain sans leur aide...

« Il est vrai que tu redécouvriras une partie de toi, avec la pratique et le temps. Mais je ne crois pas que la notion de réflexe et celle du savoir ait totalement la même signification, quand bien même ils sont intrinsèquement liés. »

Après tout, que pouvait-elle dicter, sur de simples réflexes ? Des suppositions. Malheureusement, seule la précision pourrait combler et détruire ce maléfice. Une précision qui resurgirait lorsque Haldor regagnerait ses souvenirs. Aux mêmes moments, les yeux couleur océan de Liv brillèrent d'intérêt, comme un millier d'étoiles. Haldor était une expérience vivante et la vie qu’il menait méritait qu’un érudit s’y penche.

Ou, dans son cas, une simple lectrice de bouquins, hantés par quelques Hérauts du Passé. Ô, sa tâche ne serait pas aisée. Emmagasinée des siècles de savoir était un défi quotidien qui ne cessait jamais de monter crescendo dans ses difficultés. A chaque génération, sa complexité. Celle d’antan, celle d’aujourd’hui également. Mais la Mort se trompait sur son sujet ; une erreur que la jeune femme ne releva pas. L'instinct était une chose que la Centurion ne pouvait ignorer. Cette particularité bestiale faisait partie de leur allégeance ; de leurs caractéristiques. Ainsi, l’instinct, oui, se manifestait de bien des manières. Par la lame, par l’œil, par des capacités tantôt plus subtiles, tantôt plus brutales. C'était là son devoir : aiguisé les sens de ses confrères.

« Il faut bien quelqu’un pour s’intéresser aux événements d’hier. Les Oracles songent à un cycle, les Saints, à une unification. Comprendre son ennemi peut nous aider, tout comme une lame plus directe a son utilité propre. »

Sa main fit tournoyer plus habilement le bâton de sa brochette, renvoyant au tranchant de sa lame et à la peau de biche que Liv avait découpé quelques minutes plus tôt. Peut-être offrait-elle à ce Cardinal une image bien frêle de sa personne présentement. Ses petites épaules ; ses paroles plus mesurées que la norme ; l’aura de quiétude qu’elle renvoyait, tout cela devait lui faire penser aux simples femmes d’un village de Transylvanie. Toutefois, c’était de bonne guerre : à ses yeux, cet homme lui semblait davantage faire référence à un grand enfant, plutôt qu’à un être affilié à l'allégorie de la Mort...

"Que c'était amusant",
ne put-elle s'empêcher de songer. Cet enjeu plaisait à Liv. Il y avait en cette interaction un quelque chose d'excitant, dans ce jeu de dupe. Quand est-ce que ces reflets erronées d'une réalité se dissiperont au prix de la réalité ?

« J’attendrais ce moment avec grand plaisir, quand les dieux auront la clémence et la bonté de te rendre ce qui t’a été pris. Quant à ton regret...je n'en dirais pas un mot. Tu peux te fier à cette parole. »

Un sourire confiant et encourageant à ses lèvres, Liv pria silencieusement Aphrodite de lui rappeler les noms et les visages qu’il avait chéri par le passé, dans les jours prochains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyMar 11 Aoû - 8:56
Comprendre son ennemi. C'était là une notion qu'il connaissait et qu'il trouvait effectivement utile. Pour autant, il avait aussi acquis la certitude que la force brute suffisait souvent à faire pencher la balance de son côté. Pour la partie "réflexion", et bien l'armée était vaste et possédait des spécialistes dans ce domaine. Lui, comme il aimait à le dire, il était une arme. Qu'on pointe la direction vers laquelle il fallait frapper et il s'y rendait sans discuter. Un soldat obéissait, on ne lui demandait rien d'autre.

En tout cas, on pouvait dire que Liv savait y faire et le colosse appréciait réellement cette discussion. Qui aurait cru qu'au détour de sa propre chasse, il tomberait sur un Centurion aussi particulier ? Décidément, Mérion bénéficiait d'une aura particulière pour attirer de telles entités au sein de son armée. Une chance qu'il avait et qu'il enviait. Mais qu'importe, la Mort marchait seule. Et seul il finirait.
    - Merci. C'est que j'ai ma p'tite réputation, tu vois, et j'ai appris qu'elle permettait de me protéger aussi efficacement que mes poings.

Il se marrait en parlant de cela. Il savait ce que certains disaient de lui. Lui la brute. Lui l'écervelé. Lui qui n'était qu'un combattant et non pas un stratège. Certes, personne n'osait réellement prendre le risque de le critiquer face à lui. Mais il n'était pas naïf. Et en un sens, cela l'arrangeait qu'on pense cela de lui. Après tout, qui irait se soucier d'un homme que l'on considérait comme un imbécile ? On craignait sa force sans imaginer un seul instant qu'il faisait preuve d'une intelligence certaine lorsqu'il s'agissait de l'art de la guerre.

Ces paroles semblaient résonner étrangement dans son esprit, comme un écho ancien. Comme s'il avait déjà eu cette conversation avec un autre par le passé mais qu'il n'avait oublié. Une sensation de froid s'empara de son âme mais disparue en quelques instants. Présage ? Par réflexe, il leva les yeux au ciel. Avant de reporter son attention sur la jeune femme.
    - Je crois en la parole. L'honneur se fait rare de nos jours. Il est facile de tromper les autres en utilisant les mots. Enfin, pour ceux qui sont doués en cela. L'honneur...

Il poussa un bref soupir. Pour la plupart des Berserkers qu'il avait rencontré, l'honneur n'existait pas. Seule la victoire comptait. Fort heureusement, certains sortaient du lot. Certains étaient issus du même bois que le sien. Bien que moins brut de décoffrage évidemment. Mais le temps filait. Et lui aussi avait des choses à régler. Ainsi se redressait-il complètement, faisant craquer ses cervicales.
    - Bien. J'ai bien mangé et cette discussion m'a plu, ma p'tite Liv. Mais j'vais devoir reprendre la route... Mais j't'oublierai pas. Et j'reviendrai te voir quand ma mémoire sera de retour.

Il se tût un instant. Et éclata de rire. Un rire franc, sincère. Mais pour quelle raison ? Alors qu'il se calmait un peu, il reprit.
    - Pardon. Mais j'trouve hilarant qu'un amnésique puisse balancer comme ça, sans hésiter, un truc du genre "je ne vais pas t'oublier. Mouhahahahahahaha.

Il se claqua les mains sur les cuisses, secouant la tête en repensant à cette blague involontaire. C'est qu'il était... Particulier.
    - Fais gaffe à toi surtout. Et si un jour t'as une emmerde, sache que tu peux compter sur le soutien de la Mort. N'hésite jamais, Liv. J'fais pas cette proposition à n'importe qui. Mais toi, tu m'plais ! A la revoyure !

Il laissait la place aux dernières paroles si nécessaire. Avant de repartir d'où il était venu. Un bref moment de vie pour la Mort. Là aussi, il y avait un parallèle à faire. Mais ce n'était pas le moment. Ni le lieu.

Citation :
RP Terminé pour ma part. Merci beaucoup, faut se caler un truc prochainement puisque ma mémoire est revenue °°

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-bleu1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-rouge600/600[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-rouge  (600/600)
CC:
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]   [Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor] EmptyMar 11 Aoû - 15:46
L'honneur ne faisait pas tout. La Vie traînait souvent dans la boue les plus méritants et il était rare de voir une personne placer cette valeur sur un piédestal. L'injustice la mettait trop à mal. Bienheureux furent ses porte-étendards pour autant. Les petits villages comme les petites seigneuries préféraient les Hommes vrais. Sous le crépitement des flammes, le temps défila sans même que la jeune femme ne s'en aperçoive. Leur conversation resta naturel et le repas exquis, jusqu'à ce qu'Haldor ne signe un impératif en vue.

"Eh bien, il est vrai que moi aussi...je dois retourner au domaine. Et faire le tri dans mes pensées...Peut-être as-tu raison, après tout. Le Dédale regorge de plus de secrets que sa triste carcasse."

Son regard se perdit sur les ossements de la biche. Etait-ce une augure ? Délaisser ses instincts de conservation pour croquer à pleines dents ce que la Vie lui offrait sur un plateau d'argent ? Les mains jointent, Liv songea un bref instant à s'intéresser davantage à sa Légion, quand son regard se porta sur le Colosse. La blague qui lui adressa ne put que faire hausser un sourcil circonspect sur le minois de son homologue féminin. Pas particulièrement sensible à l'humour, Liv releva néanmoins cette ironie comme une pointe de regret, un aveu que son souffle ne tarda pas à atténuer.

"Ce n'est rien qu'une mauvaise passade, allons."

Un jour viendrait où il accepterait son amnésie. Première possibilité. L'autre option destinait à cet homme un recouvrement d'une partie voire de la totalité de sa mémoire. Deuxième possibilité, peut-être un peu plus risquée. Ce jour-là, Haldor en tiendrait-il un sourire ? Ou lui montrerait-il les crocs, telle une bête enragée et blessée par les événements de la vie ?

"Je n'oublierai pas, Haldor. Même si je suis presque persuadée que j'aurais le temps de rencontrer bien des encombres..." L'ombre d'un sourire apparut. Comme si, tout au fond d'elle-même, cette dernière n'attendait que cela. Penchant sa tête en une légère révérence, la Kochtchei marqua son respect. "Je suis ravie d'avoir passé ce repas avec vous. Prenez soin de vous"

Car personne ne savait ce que le lendemain planifiait contre l'humanité.
Citation :
Merci à toi également, et effectivement, il nous faut un second RP °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
 
[Mi-Janvier] Troubleurs de Paix [PV Haldor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: