Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1200/1200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge600/600[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (600/600)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1350/1350)
Message [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptySam 27 Juin - 17:05
Tout avait été dit. Désormais la mission commençait. Ils s'étaient ainsi rapprochés de la véritable entrée du domaine des Fauves d'Arès. Et à mesure que de nouvelles portes se dressaient, Adonis devenait plus sérieux. Son sac à dos lui pesait plus lourd que d'ordinaire, comme s'il craignait avoir besoin de ce qui se trouvait à l'intérieur. S'il maîtrisait son cosmos, il n'en restait pas moins prêt à le déployer si nécessaire. Le silence s'était imposé parmi leur rang alors qu'ils approchaient. Ce qui faisait sourire le Marionnettiste, sachant que Yelo était le maître en cette matière.

A bien y regarder, les portes de leur sanctuaire paraissaient vivantes. Quelque chose de contre nature se dressait face à ses yeux. Et en même temps qui amenait le médecin à se poser bien des questions. Sa curiosité était grande mais il savait qu'ici, il y avait une frontière qu'ils ne devaient pas franchir sans y avoir été invité. Non seulement c'était une questions de bon sens, mais aussi une intuition qui s'imposait à lui au regard de la consistance de ce passage. Son regard se posa sur ses compagnons alors qu'il levait la main pour faire cesser l'avancée du groupe.
    - Nous sommes suffisamment avancé, mes amis, pour pouvoir nous faire connaître. Mais avant cela... Je ne vais pas m'inviter chez nos hôtes sans protection. Tenez-vous prêts.

Déposant son sac sur le sol, le médecin agrippa son bâton de marche et ferma les yeux. Un instant, une lueur l'enveloppa, réchauffant l'espace autour d'eux, et tandis que celle-ci disparaissait, les pièces de sa Chlamyde étaient désormais bien en place sur le Patron du Théâtre. Couleur d'or et de sable de pied en cape, il portait désormais un casque qui lui cerclait le contour de la tête, permettant de maintenir un masque blanc qui recouvrait pratiquement la totalité de son visage, laissant simplement sa chevelure d'argent retomber sur ses épaules. L'armure en elle-même était assez simple, en dehors d'un motif très particulier apparaissant au centre du plastron de l'armure : celle d'un homme semblant manipuler une marionnette à l'aide de fils, avec un soleil en fond de scène.

Ainsi paré, il était prêt à poursuivre sa mission. Il laissait ses compagnons faire de même et s'approcha des portes, après avoir reprit son sac de voyage. Là, il frappa trois fois sur le sol à l'aide de son bâton et prononça ces mots suffisamment forts pour être entendu par les Gardiens qui protégeraient les portes de ce Sanctuaire.
    - Gardiens du Dédale ! Nous sommes les envoyés du Seigneur Apollon et du Grand Mécène des Arts. Nous demandons humblement le droit de passage et la possibilité de rencontrer le Pontifex, Voix d'Arès, afin de nous entretenir avec lui.

Sortant des ténèbres derrière lui, une forme reptilienne s'approchait de lui. Un serpent noir, au regard étrange. Esculape... Arrivé près d'Adonis, il prit alors l'option de grimper le long de son bâton de marche et de remonter ainsi son bras pour se hisser sur ses épaules, observant lui aussi les portes de chaires. Maintenant, il attendait. Avec ses compagnons, il ne craignait pas ce qui se trouvait au delà de ce passage. Ils étaient ici pour accomplir la volonté de Marcus. Et en dépit de ce que son mentor lui avait appris concernant les anciennes relations entre Arès et Apollon, il voulait croire à une alliance possible. Ou au moins à la possibilité d'en discuter.


Citation :
Je suis parti du principe qu'avec le voyage, le port de mon armure était exclu. Je considère donc que je la fais apparaître de suite.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YeloYeloArmure :
Chlamyde du Silence

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1200/1200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge450/450[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (450/450)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1300/1300[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1300/1300)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyDim 28 Juin - 13:09
Ambiance:
 

    L'acte crucial de cette mission ne saurait pour le moins tarder et s'augurait sous d'incommodes auspices. À mesure que les compagnons s'adonnaient à leur progression, un silence lugubre s'emparait des composants de l'atmosphère de cette vallée sanguinolente. La familiarité flagrante de ce mutisme incolore avec les rudiments de la spécifique science créatrice du jeune Inspiré nivelait son niveau de concentration, comme si il en extrayait la substantifique moelle.

    Les aspérités des parois, rocailleuses de prime abord, paraissaient organiques, quasiment vivantes, ce qui stupéfia sèchement sa mine l'espace d'un instant, quand bien même ne laissait-il rien paraître explicitement. La tonalité carnée du lieu magnétisait la lueur de ses pupilles évidées, lui donnant le sentiment qu'une multitude de créatures irascibles pouvaient surgir de toute part à n'importe quel moment.
    Malgré cette crainte, les trois Oracles faisaient preuve de caractère et de bravoure, se livrant une confiance mutuelle sans faille et s'enfonçant à chaque foulée plus encore au cœur des mornes tréfonds.

    Inéluctablement, Adonis s'avisa à stopper leur marche étouffante par un mouvement de bras équivoque. Il demeurait inconcevable que les dévoués au Soleil se soumettent au joug des fauves d'Arès sans une défense préalable. Le médecin fut l'auteur de cette remarque et s'empressa par ce fait de revêtir sa Chlamyde exaltée afin de dépeindre à leurs rétines le modèle à calquer. Son revêtement se parsemait de reflets d'or et de dune qui enjolivaient le climat ambiant, de même qu'ils revigoraient la flamboyance de ce mausolée maussade.

    L'allégorie du silence prit en définitive ses aises et convoqua sa distincte armure succinctement. Il usa de sa singulière méditation afin d'insuffler une quiétude harmonieuse aux contours de son anatomie, libérant de cette manière les volutes raffinées de son aura cosmique. Sa Chlamyde se manifesta dans la douceur de ce cocon relaxant et auréola de sa caresse l'extrémité de sa tenue blanchâtre. Différentes teintes de gris, de l'acier en passant par l'argent tout comme l'ardoise, composaient la structure des pièces, qui se distinguaient par une finesse palpable, tandis qu'un masque aux tracés arlequins dénué de cavité buccale ou du relief des lèvres, absentes, dissimulait les plus infimes traits superflus de son visage blême.

    Une fois les parades scéniques effectuées, le marionnettiste s'exclama de vive voix, revendiquant par cette action la possibilité de leur faire accorder un entretient en présence d'un ambassadeur à l'évidence hautement gradé. Yelo, quant à ce qui le concernait, n'avait pas exploité sa parole depuis de bonnes minutes. Le jeune homme laissait son mentor agir de son expérience certaine, guettant cependant avec parcimonie le temps propice aux discours.

    Désormais, l'attente se faisait cérémonielle, alors que l'incertitude s'accentuait accroissement. Maintenant que les pourparlers étaient en ligne de mire, l'objectif primordial de cette quête se tenait à portée de main. Le trio se devait d'être prêt, opérationnel aux possibles éventualités. Une légère brise s'invita, comme pour les préparer aux négociations à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2090-yelo-oracle-du-silen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1969-yelo-oracle-du-silence
KyriosKyriosArmure :
Chlamyde d'Actéon

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1000/1000[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1000/1000)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge550/550[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (550/550)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1150/1150[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1150/1150)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyDim 28 Juin - 15:41

Souffle de vie en nature morte


Tout semblait clair lorsque la petite compagnie reprit sa timide avancée vers les portes sombres du royaume d’Arès. Ces grandes structures semblaient des plus étranges. De prime abord faites de simples pierres, je fus ahuri lorsque je crus les voir bouger. La confusion qui régnait dans mon esprit se dissipa lorsque je compris qu’il s’agissait réellement de chair, une chair que la mort n’avait pas encore fauchée. Nous nous trouvions devant cette composition épouvantable qui semblait être le poumons de cet endroit. Comme s'il était vivant.

Adonis stoppa notre avancée d’un geste sec et sûr. Je m’arrêtai donc aussitôt, mes sens en alerte et sursautant presque lorsque la voix du marionnettiste me parvint. Il avait une fois de plus raison, il était temps de faire appel à notre force. Je l’observais lorsqu’il ferma les yeux et agrippa son bâton. La lueur qui l’enveloppa réchauffa l’atmosphère et en un instant il fut recouvert de son armure aux reflets échauffés. Elle était magnifique. Il ne faisait aucun doute que cette armure appartenait à un fidèle du maître des arts, Apollon lui-même.

Yelo, qui comme moi n’avait pas dit un traître mot depuis notre arrivée faisait honneur à son titre. Le Silencieux aurait pu paraître invisible tant il était paisible et discret. Imitant son maître, il fit apparaître son armure lui aussi. Elle le recouvra de toute sa splendeur ainsi que son visage qui disparut derrière un masque dénué de lèvres.

Je pris une inspiration profonde. Je n’avais porté cette Chlamyde qu’une seule et unique fois. Elle m’avait vaillamment protéger contre mes ennemis, ces félons d’Athéna à la recherche d’Oracles. Je lui faisait totalement confiance. Mon souffle se bloqua une fraction de seconde avant que je n’entre en contact mental avec elle. Comme si nos esprits se cherchaient, nous nous retrouvâmes dans le néant. Une véloce lueur traversa le ciel tel un étalon galopant à toute vitesse et vint se heurter à mon corps. La lumière enchanta les lieux avant de disparaître aussi vite qu’elle était apparue. Lorsqu’elle se dissipa totalement, j’étais recouvert d’une armure sombre aux reflets rougeoyants et argentés. Il faisait plutôt sombre mais les bordures écarlates et ambrés de mon armure semblaient emprisonner une flamme volatile. Mon casque quant à lui se trouvait dans ma main, j’estimai secrètement à ce moment là qu’il fallait que nos ennemis sachent à qui ils avaient affaire et ne pas taire son identité. J’étais prêt maintenant, il y faisait chaud à l’intérieur et je sentais sa puissance se mêler à la mienne comme deux cours d’eau se rejoignant pour former un torrent.

Adonis somma les forces d’Arès de venir à nous. Il était plus que probable que nous étions épiés par les gardiens de ces lieux. L’angoisse ne me gagnait plus désormais, laissant place à la confiance en les paroles du marionnettiste. Nous étions parés de nos armures et il était certain que notre arrivée n’était pas passée inaperçue. Il nous fallait désormais attendre que ces guerriers sanguinaires viennent à nous. Je me surpris à penser que leur réputation était exagérée mais je me trompais assurément.

Je levai les yeux au ciel afin d’observer cette atmosphère lourde et cette absence de vie autour de nous. Aucun oiseau ne survolait l’endroit, aucune âme ne semblait vivre aux alentours de cette contrée où régnait odeur de mort et de sang. Un léger souffle souleva une infime couche de poussière qui passa entre mes jambes avant de disparaître aussi soudainement qu’elle s’était éveillée. Elle semblait elle aussi vouloir fuir cet endroit malsain. Ce semblant de brise nous annonçait subtilement l’arrivée de nos hôtes quels qu’ils soient et l’entrée en matière pour laquelle nous avions été choisis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1820-kyrios-oracle-d-acte https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1813-kyrios-oracle-d-acteon
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge600/600[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (600/600)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyDim 28 Juin - 19:02
Le Dédale s'était réveillé. A peine interpellé par une présence indésirable, les Berserkers, devant l'entrée, s'étaient mis à bouger comme l'auraient fait une trentaine de fourmis dans une fourmilière. La chair qui maintenait en équilibre la Porte des crânes pulsait d'un sang indiquant une certaine forme d'adrénaline, un indice organique que Liv ne manqua pas de relever. Que se passait-il donc en dehors de ces murs ? La Berserker du Kochtcheï ne le sut, mais la jeune femme était certaine d'en tirer une raison tôt et tard, quelle qu'elle fut. Attiré par la lumière de sa Lanterne -celle qui ne l'avait jamais quitté-, un garde s'était rapproché d'elle et l'avait averti sommairement . "Trois intrus". Des intrus qui ne tardèrent pas à signer leur présence.

Ainsi que leur allégeance...

D'une main levée, Liv signifia au garde ses attentions. L'initiative était sienne, pour cette fois-ci. Mais elle ne serait probablement pas la seule à les accueillir. Déjà, un autre cosmos s'approchait depuis les salles du Dédale. Munie de sa Cuirasse immaculée, lanterne à la ceinture, la Légion des Ossements initierait donc le début de ces présentations. Et, plus sa petite silhouette progressait entre les couloirs de chair, plus il lui semblait reconnaître la nature du Dédale. Elle dépoétisait ce qui avait été naguère lyrique et enlevait l'art de la Guerre au profit d'un bain de sang sans nul autre motif que la passion et la Rage qui suintaient de leur Cuirasse. Nul doute que les lieux avaient déjà de quoi tester les motivations d'un homme, qu'il soit Marina, Berserker, ou même Saint...

De ces pénombres, une voix féminine et douce prit possession de la brise qui tapait contre les portes, tandis que ces dernières s'ouvraient encore derrière elle...

"Mes salutations guerriers d'Apollon et bienvenue au Dédale de Chair. J'espère que les lieux ne vous ont pas trop intimidé." Les mains jointes, la jeune femme ferma les yeux, huma l'air dans un air de béatitude, comme ravie de parler à des spécimens d'un tout autre genre. "Après tout, il faut du courage pour se dresser ici-même, et cette partie-ci est encore relativement...accueillante."

Le cliquetis de sa Cuirasse résonna dans la salle, et la lumière qui encadrait timidement sa silhouette laissa cette fois-ci entrapercevoir l'identité de leur hôte. Vêtue de sa Cuirasse blanche et couronnée. Élégante quoiqu'un brin tortueuse, son allure générale n'enlevait pas un certain goût pour le raffinement, ce qui eut pu paraître saugrenue en un tel lieu. Nulle méchanceté ne se dégageait de sa personne, bien au contraire. Dans les prunelles de la Slavonne, demeurait une lueur de curiosité et de fascination. Après tout, la Centurion aimait le Savoir. Tout comme elle aimait les Arts et les nouvelles expériences...Ô, quel vent portait donc ces âmes errantes ?

"Nul besoin d'être aussi tendue, allons. Nous avons toute notre vie devant nous." Munie d'un sourire charmant, son regard s'attarda sur les trois silhouettes puis sur le serpent qui se dressait sur le bras de ce qu'elle présupposait être le chef de ce petit peloton, les détaillant avec une précision aussi froide que chirurgicale... "Mais commençons donc sur de bonnes bases. Je m'appelle Liv, Centurion du Kochtcheï, de la Légion des Ossements. Puis-je savoir à qui ai-je l'honneur ?"

Ses paroles s'adressèrent par la suite principalement à l'homme qui tenait fermement un bâton entre ses mains, et un serpent sur son bras. Quelle étrange créature...Liv n'en reconnut pas la race, mais se garda bien de demander plus de précisions à son porteur.

"Sauf erreur de ma part, cela fait depuis quelques mois que nous n'avons plus eu de vos nouvelles. Je suis...curieuse de connaître les raisons d'une telle audience."

C'était là la moindre des choses, en particulier face à des guerriers en pleine possession de leurs facultés physiques et mentales. Depuis des siècles, l'Histoire avait fait de ces guerriers ailés, des Hommes à aimer et à haïr. Il était de notoriété que les Oracles d'Apollon n'étaient jamais là quand il le fallait, et toujours là quand ils décidaient de suivre une inspiration que personne n'avait désiré en ce bas monde, aussi fugace et plaisante fut-elle après quelques années d'esquisses. Mais n'était-ce pas cela qui les rendaient atypiques et fascinants ? Ces observations concrètes et en temps réels étaient une bouffée d'air fraîche pour la jeune femme, une future page dans ses parchemins. Quelle que soit l'issue, ils avaient toute son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu200/200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (200/200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge260/260[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (260/260)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune235/235[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyMar 30 Juin - 1:08


Les Portes
L’explosion de cosmos est immanquable, et il sait ne pas être le seul à avoir perçu celle-ci. Proche de l’entrée du Dédale, Velizara s’était alors dirigé vers cette étranger sensation, nouvelle et si différente de celle qui faisait la marque des Berserkers. La soif de sang n’était pas, et c’était plutôt un sentiment autre, familier mais nouveau, qui titillait les sens et les souvenirs enfouis dans sa mémoire. Rien de concret, juste une sensation qui se cachait dans l’ombre de ses pensées à mesure qu’il approchait de l’entrée. Des gardes, déjà, se faufilaient dans les lieux, et une autre silhouette jamais vue encore, ou peut-être entraperçue. La couleur de la Cuirasse sur la peau de cette personne était semblable à la sienne, le blanc de l’armée des Ossements. Etrange mais amusante coïncidence qui passa bien rapidement sur son intérêt avant d’être effacé par la curiosité vis-à-vis des nouveaux venus. Suivant de près mais presque dans l’ombre, la Baba Yaga avança vêtu de sa Cuirasse, la capuche relevée sur sa tête et masquant les traits du bas de son visage. Seuls les yeux, ceux du chasseur, demeuraient visibles d’un bleu de glace perçant et attentif. Pourtant, il n’y avait aucune agressivité dans sa posture, pas d’hostilité dans son regard, seulement l’attente de l’avenir, et les réponses qui viendraient de cet accueil. Car l’allégeance a été entendue, couvrant comme la marée les échos de ses souvenirs. Pas tous les plus agréables lorsqu’il s’agissait des envoyés d’Apollon. Oh oui, Thivan se souvenait des Oracles, certes alliés de circonstances, fiables à certains moments… Mais il se souvenait aussi de ces Oracles noirs, venus pour agir contre eux et tuer des Berserkers sans la moindre raison. Mitigé était son avis à propos des brebis du dieu du soleil. Mais il n’était plus Thivan. Il n’était plus rien ici, sinon la sorcière chasseresse venue en cet instant accueillir les trois étranges visiteurs.

Les salutations viennent de sa compagne, d’une politesse étrange mais qui importe peu aux yeux de Velizara. Tandis que les paroles vont et viennent, il observe juste les oracles, certains au visage caché, d’autre découvert, chacun vêtu d’une armure en ces lieux désolés. Pas une approche des plus subtiles, surtout à le faire au devant des portes du sanctuaire d’Arès, mais certainement pas un choix dénué de sens lorsque l’on connaissait les Berserkers. Il ne sait pas trop si les autres l’ont remarqué, et il se fond normalement plutôt bien dans les ombres, mais pas en cet instant. Ses yeux brillent de la lueur azur, et il avance finalement aux côté de celle qui se présente comme le Centurion du Kochtcheï. La faible lueur de la lanterne à son côté éclair le peu de visage visible. Les mots de cette Liv sont presque du miel doux, à côté du ton plus froid qui est celui de Velizara. Si c’est une voix féminine qui également résonne sous la cape qui masque sa bouche, elle est bien moins émotive. Un soupçon de curiosité, qui se répercute dans le regard :

« Il est certain que le Pontifex sera plus disposé à recevoir ceux qui explicitent les raisons de leur présence, et se présentent comme il se doit. » Pas d’accusations, ce n’est que le début de cet accueil et en vérité, ce serait à Acamas - si eux deux juges les visiteurs dignes de le voir - d’être destinataire des raisons de cette visite. Mais il n’était pas question de mener à leur chef trois étrangers venus au nom d’Apollon, sans plus d’explications. « Je suis Velizara, Centurion de la Baba Yaga, de la légion des Ossements également. » Un signe de bonne volonté - peut-être ? - pour inciter les autres vers une certaine… confiance. Si l’on peut dire. En tout cas, à cet instant précis, on ne pouvait pas dire que les guerriers d’Arès ne faisaient pas d’efforts pour recevoir des visiteurs.

Cuirasse:
 


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1200/1200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge600/600[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (600/600)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyMar 30 Juin - 10:44
Enfin les gardiens se découvrirent. Enfin quelqu'un s'avançait vers eux, afin d'accueillir la délégation et de connaître les raisons qui poussaient cette étonnante équipe à s'approcher ainsi de ces portes. Sans doute que les visites n'étaient pas ce dont ils avaient le plus l'habitude par ici et pourtant, les deux arrivants se montraient curieux, et plutôt accueillants en dépit des conditions. Les présentations étaient demandées et les deux personnes firent le premier pas.

Adonis inclina légèrement la tête, à deux reprises, afin de saluer les deux entités. D'abord Liv, de la Légion des Ossements. Qui mettait en avant la dangerosité des lieux et le courage qu'il fallait pour se présenter ici. Elle n'avait pas tort, il est vrai, et le fait que derrière puisse être pire n'était pas une chose qui se voulait rassurante. Pour autant, le médecin savait qu'elle disait vrai. Par ici, tout semblait corrompu, vicié. Mais il représentait le soleil. Qu'avait-il à craindre alors ?

Quant au fait que plusieurs mois s'étaient écoulés entre les dernières rencontres, Adonis n'en savait pas grand chose. Marcus ne les ayant clairement pas informé d'autre chose que la raison première de cette délégation. Pour autant, le Marionnettiste n'était pas homme à se laisser déstabiliser si facilement. Son mentor lui avait parlé des Berserkers. Des relations de l'époque. Et avec ce qui s'était passé ces dernières années, notamment avec la chute des Tours et l'emprisonnement de leur Augure, il n'y avait rien de surprenant à ce que l'alliance avec Arès n'ait pas été la première préoccupations des survivants.

Afin de faire preuve de respect, il souleva son masque au dessus de sa tête, dévoilant son visage et un sourire sur celui-ci. Ses yeux détaillaient Liv et la dénommée Velizara, plus froide, plus incisive, mais toutes deux membres de la même Légion.
    - Et bien j'attendais de pouvoir m'adresser à des personnes physiques plutôt qu'aux portes pour décliner mon identité, c'est donc chose faite. Pardonnez ce retard.

Il était évident que bien que le vent puisse porter les mots, il n'aurait pas présenté ses compagnons sans une oreille attentive face à lui. Ce qui était chose faite.
    - Je laisserai mes compagnons se présenter par eux-même. Mais pour ma part, je suis Adonis, Pythie de Delphes et Patron du Théâtre, pour vous servir.

Un titre à rallonge, qu'il pouvait encore compléter mais qu'il estimait largement suffisant pour l'heure. Il ne savait pas bien ce que les guerriers d'Arès savaient des nouvelles concernant les Oracles mais s'ils se basaient sur les événements du passé et les armures anciennes, ils risquaient de ne pas bien saisir ce que son armure représentait. Depuis la chute, les choses avaient changés en profondeur au sein de leur ordre.
    - Et vous avez parfaitement raison, cela faisait trop longtemps qu'un contact n'avait pas été effectué entre nos différentes factions. Nous avons rencontré bien des difficultés ces derniers mois, notre ordre étant traqués et décimés, ce qui fait qu'il a été très difficile de mettre en place cette délégation. Il n'est pas aisé de donner des nouvelles alors que nous nous cachons d'un ennemi trop fort pour nous.

Ce qui était la plus stricte des vérités et Adonis n'avait aucune honte à admettre qu'ils étaient devenus des cibles. Des cibles facile à atteindre. La raison ? Les hommes de Narsès étaient partout.
    - Et c'est précisément parce que cela faisait longtemps que nous avons effectué ce voyage en personne. Afin de savoir si les liens du passé pouvaient être renouvelés. De renouer avec votre ordre si cela est possible. Et de prendre contact avec votre Pontifex pour connaître son opinion et celui du Seigneur Arès quant à une possible collaboration entre nous.

S'ils refusaient ? Et bien qu'importe, ils repartiraient sans délivrer leur précieux cadeau. Une alliance se devait d'être bénéfique dès deux côtés. Ici, les Oracles avaient de quoi aider les Berserkers. Adonis le savait. Mais il n'en parlerait pas à de simples gardes. Seule la Voix d'Arès méritait d'avoir les tenants et aboutissants des derniers événements. Que ces gardiennes refusent étaient leur droit le plus strict et il accepterait sans commentaire. Il était un élu d'Apollon. Pas un simple marchand de tapis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
YeloYeloArmure :
Chlamyde du Silence

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1200/1200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge450/450[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (450/450)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1300/1300[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1300/1300)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyMer 1 Juil - 13:21
    Ainsi la communauté du Soleil levant se retrouvait formellement lancée dans la fosse aux lions, sans nulle autre échappatoire que cette rhétorique oratoire collaborative à laquelle ils allaient s'allouer vaillamment. Depuis l'envers de son masque monochrome, à l'expression recto monocorde, l'Inspiré pouvait discerner les traits fugitifs d'une silhouette efféminée, que les portes dévoilaient modiquement à mesure qu'elles s’entrouvraient dans la pénombre ambiante. Le tintement d'une voix le prit de court dans le même temps et s'en alla effleurer la sensibilité de ses tympans, avant qu'une minime source de lumière ne vienne en définitive révéler la véritable nature de cette entité. Cette dernière divulgua son appellation sous l'étendard de la Légion des Ossements, façon de tâter le terrain au moyen d'une délicatesse parcimonieuse, attitude qui ne mécontentait guère le jeune Oracle, quoique ces simagrées dissimulaient éventuellement une facette moins aimable, qu'il ne leur faudrait pas réveiller.

    Nécessairement, la Berserker du Kochtcheï ne fut pas l'unique venue des suites du branle-bas clinquant du marionnettiste, une ribambelle d''échos réverbérants s'étant répercutés sur des bornes à la ronde du fait de la résonance particulièrement diluvienne des lieux. Camouflée dans l'obscurité, une seconde présence suivait la trace de sa consœur et s'introduit à eux une fois encore. Posture moins charmante, on ne peut plus glaçante, de quoi en devenir livide, ce qui était fort heureusement déjà le cas de Yelo. Décidément, la Légion des Ossements était mise à l'honneur puisque la dénommée Velizara se rattachait également à ladite cohorte.

    D'après les dires de Liv, plusieurs saisons avaient eu le temps de défiler suite à la dernière correspondance entre les deux factions concernées. Or, le jeune homme n'avait point eu vent de ce rapport, lui qui tenait son rang d'Oracle depuis une si brève période. Quand bien même n'avait-il aucun lien avec quelques relations antérieures désuètes, il ne se dédouanerait nullement si jamais des bévues s'avéraient avoir été commises par le passé. La responsabilité des agissements du camp prenait allègrement le pas sur la disculpation à ses yeux... Signe de maturité qui saurait porter ses fruits ? Rien n'était moins sûr, car cela dépendrait exclusivement de l'échelle de rancune des Berserkers. Acquiesceraient-ils à faire l'impasse docilement ?
    Inconsciemment, le « visage pâle » escomptait que cette broutille ne fasse pas tourner la diplomatie au vinaigre, mais les trois compères n'en étaient assurément pas à ce stade. Faire preuve d'aplomb et pertinence s'apprêtait à devenir capital dans cette situation légèrement inconfortable. Quoi qu'il en fût, Yelo n'avait pour sa part jamais eu affaire aux combattants d'Arès, et pouvait compter sur son casier vierge afin de faire bonne figure, et cela s'appliquait aussi présentement à ses amis.

    Sans crier gare, Adonis répliqua coup sur coup à l'exposition des Centurions d'Arès, suite à quoi l'Inspiré retira son masque pianissimo, laissant dévoiler les fines aspérités de ses pores blafards, ainsi que la pureté de son expression immaculée. Il s'inclina subtilement à posteriori, obstruant ses paupières en guise de déférence.

    - Enchanté. Mon nom est Yelo, Oracle du Silence. Je n'ai pas connaissance des événements passés, mais sachez néanmoins que nos intentions sont uniquement bienveillantes, et portées par une volonté fédératrice, d'où l'élan consciencieux de notre approche, adressa-t-il à ses destinataires sans l'ombre d'une malveillance, mais avec le calme habituel que certains lui reconnaissaient aisément. En s'abaissant, il put sentir la rudesse palpable de la statuette prêtée par Kyrios en amont au travers de sa sacoche de voyage, sensation qui le rassérénera ardemment et qui l'enduisit d'espérance.


Dernière édition par Yelo le Sam 4 Juil - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2090-yelo-oracle-du-silen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1969-yelo-oracle-du-silence
KyriosKyriosArmure :
Chlamyde d'Actéon

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1000/1000[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1000/1000)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge550/550[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (550/550)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1150/1150[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1150/1150)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyJeu 2 Juil - 17:24

Un premier contact



L’attente fut très brève, si courte qu’elle fut à peine remarquée. Alors que les mots d’Adonis avaient résonné dans ce nouveau monde, les gardiens et serviteurs d’Arès se manifestèrent avec la vivacité d’un battement de cils. Une première présence, féminine pour sûr aux aspects contraires à ce que j’attendais de trouver ici. Sa douce voix brisa le silence succinct qui avait précédé son apparition. Nous étions en territoire inconnu et mes sens demeuraient tous en alerte afin de ne pas me laisser surprendre. Quelle ironie… elle m’avait d’ores et déjà surpris ruinant indiscutablement l’idée que je me faisais des soldats du dieu de la guerre. Elle se présenta à nous sans la moindre hostilité révélant son appartenance à la Légion des Ossements. Un nom qui faisait froid dans le dos, en totale désaccord avec la personne que je voyais.

A peine eut-elle achevée son introduction qu’une autre présence se fit sentir. Différente en tout point si ce n’est dans le genre. Il s’agissait d’une femme, sombre, déjà plus en adéquation avec les lieux qu’elle gardait. Et même si sa vision était quelque peu moins attrayante, elle ne dégageait pas pour autant hostilité ou quelconque animosité. Du même bataillon que sa consœur, elle se présenta également en bonne et due forme. Le premier contact avait été établi et le rôle et le talent de notre marionnettiste allaient être mis en avant.

Mes deux compagnons se présentèrent chacun leur tour, révélant leurs visages comme signe de respect. Je les observai du coin de l’œil, gardant néanmoins une attention certaine sur les deux femmes. Elles ne nous avaient pas sauter à la gorge, ce qui était déjà rassurant. Je voulais leur faire confiance mais il était beaucoup trop tôt pour laisser de telles pensées guider mes actes. La naïveté était un défaut faisant partie intégrante de mon être, je ne lui laissais cependant pas la place en ce jour. Abandonnant mes pensées, je me présentais naturellement, imitant les deux Oracles.

- Je suis également ravi de vous rencontrer, dis-je en inclinant légèrement la tête, les yeux clos afin de leur montrer le respect qui leur était attribuable. Je suis Kyrios, l’un des chevaux de feu au service d’Apollon, Oracle de l’Aube Nouvelle.

Les paroles échangées quelques secondes plus tard eurent toute mon attention. Tout comme l’avait laissé entendre Marcus, les relations entre Oracles et Centurions avaient été oubliées mais nous étions là pour renouer des liens, aussi forts qu’ils pouvaient l’être. Adonis semblait avoir une certaine aisance relationnelle tout comme Yelo qui s’exprimait aussi aisément qu’il maîtrisait son silence.

- C’est vrai, me permis-je à leur suite. Nous ne sommes pas venus en ennemis rassurez-vous. Nous en avons assez et ces terres et ses habitants n’en font pas partis.

Un sourire amical sur le visage, sourire forcé que je gardais en espérant ne pas les froisser outre mesure. La malveillance, la traîtrise ou la félonie n’étaient pas de mise. Aucune des forces en présence n’était poussée par l’un de ses noirs désirs. Il fallait impérativement recréer un lien de confiance et seulement après nous aurions le droit de nous entretenir avec le représentant d’Arès sur Terre. Plutôt Adonis que nous, j’avais mes doutes sur le fait qu’elles acceptent de nous présenter tous les trois à leur Pontifex. Ce qui serait louable de leur part.

J’avais mon importance en ces lieux. Les éveillées d’Arès l’ignoraient encore mais le paquet invisible que je transportais serait la pièce maîtresse de cette alliance, l’élément qui pouvait lier Oracles et Berserkers. J’attendais les ordres du marionnettiste, lui saurait nous guider dans cet abîme ténébreux. Mon attention délaissa quelques secondes les deux femmes pour se porter sur les alentours. La méfiance était de mise, certes, mais je n’étais pas à la recherche d’embusqués ou de pièges. La curiosité des lieux attisait la mienne tant et si bien que mille et une questions se bousculaient dans ma tête. Comment un tel pays pouvait-il existé ? Un questionnement tout à fait innocent et dénué de quelconque sentiment. Juste un appétit d’informations, une avidité de savoir et une appétence de découverte. Mais il fallait garder le cap, ne pas se laisser distraire et continuer sur la voie que le destin avait tracée pour nous trois. J’aurais tout le temps de poser mes questions après l’accomplissement de cette tâche.

Mes à priori se dissipaient lentement, je me faisais une autre idée des ces partisans d’Arès mais il ne fallait pas généraliser la chose. Si ces guerrières avaient été accueillantes et hospitalières, nous ignorions encore considérablement ce qui se trouvait derrière elles. D’autres pouvaient à tout moment nous rejoindre et si la Légion des Ossements possédait vraisemblablement des soldats accueillants, d’autres régiments aux noms saisissants ne l’étaient assurément pas. La suite des événements se faisait désirer, j’avais grand hâte d’en découvrir plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1820-kyrios-oracle-d-acte https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1813-kyrios-oracle-d-acteon
VelizaraVelizaraArmure :
Baba Yaga

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu200/200[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (200/200)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge260/260[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (260/260)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune235/235[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (235/235)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptySam 4 Juil - 1:41


Les Portes
De toute évidence, ces trois là ne sont pas venus avec des intentions hostiles. En vérité, il ne fallait pas être très malin pour deviner une chose pareille, car à moins d’avoir glissé des alliés à eux dans les environs, cachés à leur vue, ils n'auraient pas eu beaucoup de chance s’ils s’étaient présentés de façon belliqueuse. Oh il avait souvenir, au plus profond de sa mémoire, de visiteurs importuns croyant que les Berserkers apprécieraient la violence sous toutes les formes, même au sein d’une visite qui se voulait courtoise d’origine. Un Oracle, se souvint-il, des années auparavant… Il n’avait pas été reçu avec beaucoup de sourires, tout au contraire. Mais heureusement que les trois là faisaient preuve de bon sens, et Velizara les observa donc tour à tour, ses yeux seuls bougeant à chaque nom prononcé. Etrangement, les titres qu’ils portaient, tous, ne disaient rien à la Baba Yaga, et un instant il douta que ceux devant eux soient des oracles même s’ils prétendaient servir Apollon. Ce grand Mécène évoqué plus tôt l’avait d’ores et déjà fait tiqué, mais ce n’était rien à côté de ce qu’il venait d’apprendre. Une légère surprise illuminait ses prunelles bleues, même s’il se garda d’en faire mention pour le moment. La chute des oracles avait très certainement changé bien des choses, de la même manière que les Berserkers d’Arès avaient quelque peu évolués également.

Ce que comprenait Velizara en tout cas, c’est que ces trois là, et ceux qu’ils représentaient en outre, étaient des proies en quête d’un protecteur, face au prédateur qui les chassait. Assurément le Sanctuaire et les petits chiens d’Athéna, même s’il ne l’aurait pas parié sur sa vie. Bien des factions pouvaient représenter des dangers pour d’autres. Mais curieusement, c’était vers eux que les Oracles se tournaient une fois encore, comme si la lumière des serviteurs d’Apollon se voulait éclairante pour les guerriers d’Arès. Difficile de dire si c’était une réelle bonne idée, au vu du passif qu’il avait en mémoire… Après tout, certains « serviteurs » d’Apollon avait causé du tort aux Berserkers. Ceux se revendiquant du Soleil Noir. Mais après tout, ce choix n’était pas de son ressort et lui et Liv ne seraient que messager auprès du Pontifex. Tout au plus apte à juger si la visite n’était pas frauduleuse ou dangereuse pour les hautes instances à l’intérieur (même si pour ce dernier point, la Baba Yaga en doutait fortement).

« C’est le Sanctuaire qui vous traque ? » Une question certes, mais teintée d’une certaine affirmation. Aux dernières nouvelles, les vestiges de la Tour étaient dominés par les pions d’Athéna. Une vague nouvelle qui lui était venue aux oreilles sans qu’il n’y prête trop attention, car une information bien éloignée de leurs terres. Néanmoins, une confirmation leur donnerait à nouveau un ennemi commun. Un ennemi qui n’était pas réellement une surprise. « Ce sera au Pontifex de décider s’il convient de renouer une alliance, mais j'imagine que vous avez de quoi l'intriguer. » En tout cas, il vaudrait mieux pour eux. Ce n’est pas une menace ou une critique agressive, un simple fait lâché de ce ton froid. Il reprend, ses souvenirs se mêlant un instant à ses paroles « Les alliances d’autrefois ont su cependant être lucratives, entrainant la mort d’un Pope d’Athéna par la main de l’un des vôtre, et l’un des nôtres. » Belisaire, l’insecte doré qui s’était fait écraser en prétendant avoir tout prévu. Une preuve simple de faiblesse qui hantait encore les échos de sa mémoire avec un certain… amusement. Depuis, de ce qu'il avait apprit, les Berserkers pouvaient se targuer d'avoir le sang d'un second Pope sur les mains. « On dirait que votre ordre a beaucoup changé. Qu’est-ce que ce Grand Mécène des Arts ? Vous n'avez plus d’Augure à votre tête ? » Il semble en connaître beaucoup sur eux, et en tout cas c’était vrai, fut-un temps. Mais l’expérience faisait parti de sa mémoire et il s’interrogeait sur ces nouveaux… « Oracles » qui semblaient si différents. Etaient-ils réellement ce qu’ils prétendaient être ? Après tout, ils avaient dit être « envoyé du Seigneur Apollon ». Ce qui pouvait changer beaucoup de chose.


Velizara parle au masculin et en #c6d9f0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t226-thivan-de-la-pestilenc
LivLivArmure :
Berserker du Kochtcheï

Statistiques
HP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-bleu1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-rouge600/600[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-rouge  (600/600)
CC:
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] G-jaune1350/1350[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]   [Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?] EmptyMar 7 Juil - 12:56
Un Patron des Arts, l'Aube et le Silence. Même absent du grand Echiquier des Dieux, Apollon avait une conception particulière du petit monde qu'il comptait régir. La course du Soleil mettait en lumière les deux Oracles et leur arrivée de faisait peut-être un peu l'image de ce qu'ils représentaient. Et si Liv n'eut aucun mal à comprendre le sens général de ses paroles, leur conversation était désormais ponctuée de révélations techniques. A son arrivée, Velizara éclaira quelques chandelles à son passage en décelant les nuances qui se tapissaient dans la description de leur situation :une implication que la Centurion du Berserker ne manqua pas de relever comme étant celle d'un Vétéran. Ses paroles brillaient de connaissances au sujet des Oracles : ce n'était pas la première fois que la Baba Yaga leur faisait face. Et, si Velizara serait le tranchant d'épée, Liv n'en serait que le gant de velours.

"Il n'y a pas de pardon à avoir.", fit-elle avec un sourire léger, les mains jointes.

Si les manières de la jeune femme dénotaient avec l'environnement, son étiquette et sa délicatesse apparente démontraient simplement un goût relatif pour les négociations. Ou était-ce l'intérêt qu'elle portait pour ces hommes venus d'une faction ayant marqué l'histoire ? Toujours était-il que la tournure des événements ne se prêtaient pas à des excuses et que la jeune femme sembla vouloir les mettre à l'aise avant une plus ample confrontation. La Chute des Tours avait certainement impacté leur rang et il n'y avait rien d'étonnant à les voir désormais si dissipés en ce monde. Si perdus. Ils étaient de ces oiseaux aux ailes brisés que des enfants s'amusaient à taper avec un bâton en main...

Ô, cette révélation était navrante, toutefois elle eut le mérite de remuer des sentiments partagés de leur côté. C'était la probabilité la plus évidente. Gardant le silence, sa voix porta à leurs oreilles quelques connaissances du passé.

"Si je peux me permettre, avez-vous rencontré l'un de vos traqueurs en chemin ?" C'était une hypothèse que Liv préférait avoir sous la main. Mieux valait agir en étant conscient de leur situation actuelle. "Etes-vous sûr de ne pas avoir été suivis?"

Sans quoi, si danger il y avait, le Dédale se tiendrait certainement prêt à teindre quelques roches...Mais que pouvait-elle bien savoir d'eux, pour l'heure ? Ni Velizara ni elle ne connaissaient l'identité concrètes de ces poursuivants...

Par ailleurs, le rôle que les Oracles jouaient suivait par ailleurs ce même schéma. Ils ne venaient pas en ennemis. Mais étaient-ils fiables pour autant ? Pour s'en assurer, elles n'avaient plus qu'à tenter le diable et les porter devant Acamas, à l'Autel des Sacrifices. Après tout, elles n'avaient rien à craindre. Une fois à l'intérieur de ces murs, les Oracles risquaient davantage leurs peaux qu'aucun autre guerrier d'Arès...

Une dernière fois, son regard oscilla entre les trois Oracles pendant que Velizara partageait ses doutes. Ce retrait marqua une dernière observation de sa part, envers ses hommes dont l'Art se faisait moins évident que dans les récits de son Maître et Père. Fait étonnant : le Silence semblait ne pas avoir perdu sa voix, et leur Art se montrait plus silencieux qu'elle ne l'avait espéré. Quel lien entretenaient-ils avec leur art ? Quels étaient les critères de leurs Chlamydes ? Jusqu'où allaient leurs compétences ? Quelles étaient leurs forces ? Leurs faiblesses ? Liv chassa ces questions de son esprit. L'heure n'était pas à l'étude. Aussi reprit-elle le flambeau, approuvant les dires de sa consoeur de Légion.

"Ce devrait être possible, mais la Baba Yaga n'a pas tord à ce sujet : il n'est pas de ma compétence de décider si oui ou non, le Dédale se montrera clément à votre cause." D'un geste de la main, la jeune femme intima à un garde de se rapprocher d'elle. Soufflant quelques mots à son oreille, elle somma au garde d'aller prévenir le Pontifex de la présence des trois Oracles. Ce dernier hocha sommairement de la tête avant de rejoindre les Couloirs macabres de leur demeure. "Toutefois, nous serons mieux à même de prendre une décision, une fois ces derniers points éclaircis."

Le visage de Liv n'avait pas perdu sa sérénité. Pourtant, son sang semblait bouillir dans ses veines...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t750-oropher-cardinal-de-la
 
[Fin janvier 553] Les Portes [Oracles/libre ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Portes des crânes-
Sauter vers: