Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MehryMehryArmure :
Armure de l'Ophiuchus

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-bleu0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-rouge0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-jaune0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-jaune  (0/0)
Message [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]   [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] EmptyMer 1 Juil - 21:24
Dans le temple du Pope, le lendemain de l'entretien avec Childéric

L’Astre de feu s’éveille dans les brumes polaires, berce les sentiers d’une quiétude marmoréenne. En deçà de son espace, une âme arpente les marches et s’impose au Sanctuaire qui, la veille, lui ouvrait des portes nouvelles. Une présentation inhabituelle, certes, bien qu’arborant les environs depuis naguère ; elle s’infiltre entre les piliers et pénètre dans le temple aux multiples facettes. À l’inverse des manies coutumières et des rituels, l’ombre ne baguenaude pas, mais sillonne l’allée d’un pas pressé, tandis qu’elle se dirige vers l’endroit qui, peut-être, verra naître le fruit de son travail.

Sans attendre, une main se pose sur la poignet, l’enclenche pour dévoiler les trésors dissimulés. Cette pièce, somme toute empreinte de simplicité, sera un deuxième antre pour une durée indéterminée. En outre, un silence s’installe, intime à cesser les mouvements, jusqu’à ce qu’il se brise, emporté par le claquement d’une porte refermée. Aussi, les amandes furètent, observent les quelques piles qui gisent par-terre. Quelques heures auparavant, les coffres et les étagères attiraient son attention, achevaient les ruines de ses suppositions : les documents n’étaient pas en ordre, et sans doute faudrait-il commencer par tout classer, avant de songer ne serait-ce qu’à les consulter. Une tâche d’ores et déjà débuté en sa compagnie, avant de s’en aller, de se reposer pour mieux y revenir.

Pourtant, il reste encore tant à faire…

Piane-Piane, les épaules s’abaissent, l’échine se tord et le reste ne tarde pas à rejoindre la danse des claquements. À l’instar de ses compères, les membres s’allongent et la Serpentes s’étire de fatigue ; pour l’heure, elle ne peut devenir ce lézard qui se prélasse sur une pierre ensoleillée.

— Bon… Allons-y, ça se rangera pas tout seul.

Jetant un œil aux piles de la veille, Mehry s’approche des contenants pour récupérer de nouvelles feuilles à trier et prend place sur le sol, à proximité du travail préalablement accompli. Cette fois encore, un soupir outrepasse la barrière et, déjà, elle se remet au travail, réprimant un bâillement par la même occasion. Ainsi, les mirettes arpentent les lettres déposées sur les papiers, s'interroge sur ce par quoi il faut débuter. Durant un instant, elle oublie qu'il faut trier. Hélas, les interrogations sont illégitimes et, bien assez vite, elle revient à la réalité et commence à remplir les piles qui gisent devant ses mains.

La journée risque d'être particulièrement longue, à n'en point douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2154-mehry-silver-saint-de-l-ophiu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1864-mehry-l-ophiuchus En ligne
AlgebarAlgebarArmure :
Orion

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-rouge750/750[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]   [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] EmptyMer 8 Juil - 11:19
Il y avait si peu de temps à perdre…

Et dire qu’Algebar s’était inquiété, soucié de n’avoir rien à faire dans un premier temps. Depuis son accession au rang de chevalier d’argent, il avait par tous les moyens tenté de s’accaparer l’esprit sur des choses et d’autres. De se remplir le crâne de futilités, pour ne pas avoir à réaliser tout ce qu’il avait dû faire pour acquérir son armure. Pour ne pas laisser une porte ouverte au poids du deuil et de la culpabilité. Sans même avoir besoin d’y penser, machinalement, il remplissait ses journées jusqu’à la gueule afin d’être par assez épuisé le moment du coucher venu que pour juste s’effondrer et sombrer dans le sommeil tant attendu. Là, il n’était pas à l’abri pour autant. Là, ses songes prenaient le pas sur ses souvenirs, laissant place à toutes les dérives. Mais il trouvait encore ces fantaisies plus supportables que la cruauté avec laquelle la réalité le frappait.

Ses quelques premiers jours au Sanctuaire n’avaient pas été des plus aisés à ce titre. Si le jour de son arrivée avait été bien rempli, cela n’avait pas forcément été le cas des suivants, en attendant de se voir confier ses premières tâches. L’héritier d’Orion n’avait en effet plus trop eu le choix que d’affronter ses démons, tandis qu’il s’économisait en le but de rendre une nouvelle vie au Cerbère. Et son recueillement alors qu’il concentrait son Cosmos avant d’y porter les premiers coups de burin l’y avait directement confronté. Un moment particulièrement difficile, mais qui sans doute l’avait vu mûrir un peu plus. D’un enfant esquivant le souvenir de ses propres actes, il devenait sans doute un peu plus homme, à les reconnaître et les accepter comme siens, avec tout ce que cela impliquait.

Mais tout s’accélérait désormais ! Il s’était vu confier une mission, en tant que chef d’équipe. Khoren des Chiens de Chasse et Elias du Phénix seraient ses partenaires, et il devrait bien parvenir à les faire marcher au pas. Il n’avait pas trop d’inquiétude concernant Elias. Le Phénix venu d’une autre ère semblait discipliné, même s’il pouvait parfois lui manquer une case. De plus, les deux hommes s’entraînaient ensemble dernièrement, avec une ultime séance ce soir même, au cours de laquelle Algebar escomptait bien lui montrer qu’il méritait d’être pris au sérieux. Le chien… ce serait une autre affaire sans doute, et Orion avait déjà exprimé ses doutes à ce sujet. Le Pope cependant avait confirmé son point, aussi n’y avait-il plus à discuter, et juste faire confiance en son supérieur.

Bref, tout cela ne lui laissait qu’un temps limité pour poursuivre ce qui avait été débuté la veille. Le désormais apprenti regrettait un peu de ne pas avoir de plus amples disponibilités pour qu’ils puissent approfondir leurs recherches. Le chevalier de l’Ophiuchus semblait quelqu’un de très sérieux, aussi ne devraient-ils pas avoir de mal à se concentrer et avancer sur leurs recherches. Et le moins que l’on pouvait dire, c’était qu’Algebar était très excité par cet apprentissage. C’était l’objectif dont il n’avait pas eu conscience jusqu’à ce qu’on le lui donne. Peut-être parce que cela n’avait jusqu’alors jamais vraiment fait partie des buts réalistes ? Il savait l’apprentissage long et difficile. Et il n’avait voulu qu’offrir son sang au Cerbère en premier lieu, pas de tenter une réparation lui-même. Mais face à l’absence d’autre solution, Childéric lui avait donné son accord. Et pour honorer la mémoire de son maître, il s’y était plongé pleinement.

C’était sans doute une poursuite de cela qui le motivait encore. Andreas était le passionné des étoiles, des mythes derrière les quatre-vingt-huit, nourrissant un très profond respect pour les cloths d’Athéna. Et cet amour inconditionnel, il l’avait transmis à son élève, prenant chacun de ses récits comme une douce brise bienvenue, contrastant avec l’infâme rigueur de son entraînement. Alors, bien sûr qu’il était enthousiaste, et prêt à donner le maximum ! Il ne savait pas faire autrement de toute manière, selon lui aucune tâche ne méritait d’être réalisée si ce n’était pas pour faire de son mieux. Alors, la veille, il avait avec Mehry passé du temps à ranger et trier les documents jusqu’à ce qu’il ne soit plus capable de continuer. Jusqu’à ce qu’il n’ait pas d’autre choix que de reposer son corps épuisé. Rentré en sa cahute, il s’était écroulé, et dormi du sommeil du juste. Puis pris le temps d’un copieux repas : s’ils ne pouvaient pas faire entrer de nourriture dans la petite salle accordée par le Grand Pope, autant éloigner la faim autant que possible. Alors seulement, il s’était précipité par delà les douze temples. Sans son armure pour une fois, car il devrait bien s’y habituer s’il devait partir en mission sans l’emporter. Et une fois la destination atteinte, de saluer Mehry déjà présente, dont le travail avait apparemment déjà débuté.
- Mes salutations, chevalier. J’espère que je ne vous ai pas laissé oeuvrer seule trop longuement. Où en sommes-nous, que je puisse mettre la main à la pâte également ?
Son manque de pratique en matière de sociabilité devait se sentir encore un peu. Il savait mettre les formes, mais son esprit orienté sur les actes avait plutôt tendance à omettre certaines civilités. Un petit « comment allez-vous ? » n’aurait certainement pas fait de mal ici dans la conversation, et ce n’était pas que l’information ne l’intéressait pas, juste que cela ne faisait vraiment pas partie de ses habitudes que de demander cela. Quand aurait-il enregistré ce mécanisme ? « Bonjour maître, comment allez-vous après cette année entière à me laisser risquer ma vie seul chaque jour ? Oh, moi ça va très bien, cela ne fait jamais que neuf ans que cette situation dure et se répète, n’est-ce pas ?! ». Oui, non, définitivement bien peu à propos… Ce qui ne l’empêchait pas bien sûr dans le cas présent de se montrer tout à fait cordial.


[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] Algebar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2088-algebar-silver-saint https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1876-algebar-silver-saint-d-orion
MehryMehryArmure :
Armure de l'Ophiuchus

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-bleu0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-rouge0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-jaune0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]   [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] EmptyDim 19 Juil - 9:53
Les feuilles s’empilent à mesure qu’elles arrivent. Pour chacune, des étapes précises s’inscrivent et se respectent ; la rigueur s’annonce nécessaire pour que la fin de cette tâche survienne et l’esprit s’impatiente à l’idée d’apprendre. Cette opportunité sert des objectifs, des désirs et des obligations sur lesquels la Persane refuse de faire des compromis. En cela, sans rechignée, l’âme s’affaire à ses activités, quand bien même elle s’autorise un soupir mérité.

Un écho lointain, le claquement d’une porte parvient à son audition. Toutefois, la masse ne se retourne pas, continue de classer les documents éparpillés et ne laisse qu’une oreille traîner. Cette habitude trouve une récompense sans tarder ; dans son dos, une sonorité familière bruisse, un timbre rythmant une politesse qui, déjà, l’énerve.

— Oh, salut Algebar. On va mettre les choses au clair tout de suite : pas de « vous » ni d’autres marques de respect quel quelles soient. Ici, on est entre nous, donc mets-toi à l’aise.

Détachée, assurément, toutefois parsemée des traces d’une irritation. Les formalités ne font plus partie de ses habitudes depuis de nombreuses années, des années dans lesquelles elle ne souhaite en aucun cas se replonger. Somme toute, les Jades se déportent, oublient les lignes pour un instant et s’attardent sur le nouvel arrivant.

— Comme hier, plus ou moins. Faut dire que c’est un bordel sans nom… Les tiroirs de gauche et la première étagère sont triés, le coffre à côté des tiroirs est en cours et le reste est à faire.

Pour tout accompagnateur, un doigt parcourt la pièce, attire l’attention sur les éléments préalablement mentionnés. Une avancée qui s’effectue à tâtons, nécessaire à la bonne réalisation de ce travail de fond. Toutefois, les gestes s’arrêtent, lui font signe de la rejoindre.

— Mais, avant ça, dis-moi plutôt comment tu te sens. Hier, t’avais l’air mal en point et le fait de rester aussi tard pour commencer le rangement n’a probablement pas amélioré la chose. T’as pu te reposer un peu au moins ?

Pour ne pas commettre d’impairs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2154-mehry-silver-saint-de-l-ophiu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1864-mehry-l-ophiuchus En ligne
AlgebarAlgebarArmure :
Orion

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-bleu1200/1200[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-rouge750/750[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-rouge  (750/750)
CC:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-jaune1350/1350[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]   [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] EmptyVen 24 Juil - 22:47
- Oh, heu… oui, d'accord, pas de souci !
Répondit-il simplement, désarmé. Cela eut sans doute l'effet contraire à celui qui était attendu, ne se sentant pas particulièrement à l'aise. Cependant, il se rend compte qu'elle a voulu détendre leur relation, et comprend que ce sera sans doute une bonne chose. N'en restait pas moins qu'il venait un peu de se faire taper sur les doigts tout de même. Reste planté là un instant, ne sachant plus trop que faire de lui-même jusqu'à ce qu'elle lui indique du doigt le travail déjà réalisé. Algebar entre alors pleinement dans la petite pièce au lieu que d'en rester à l'entrée, et se dirige comme pour se mettre à la tâche, mais déjà elle lui fait signe d'approcher, s'inquiétant de son état. Au passage, il s'empare donc de quelques plaquettes, autant ne pas faire le chemin à vide.
- Plutôt bien en fait. Je me suis écroulé de fatigue dès que nous en avons terminé, et ce matin ça allait nettement mieux. J'ai pris un copieux repas, je pense que ça va aider aussi, même si la digestion peut parfois fatiguer elle aussi… enfin… moui, c'est pas très intéressant à noter ça...
Une nouvelle fois, il s'était laissé prendre à son propre piège. Fronce les sourcils, secoue la tête en soupirant, commençant déjà à fourrer son nom dans les écrits antiques qu'il tenait entre ses mains.
- Désolé… Quand je suis un peu nerveux, j'ai tendance à dire tout ce qui me passe par la tête. Je n'ai jamais eu trop l'occasion de me rendre compte que j'avais ce défaut, mais depuis que je suis rentré au Sanctuaire...
Grimace, sentant qu'il dérivait à nouveau. Rassemble alors précautionneusement les tablettes avant de redresser le buste et le regard, portant ses ambres en sa direction.
- Je ne sais pas trop comment je dois me comporter. C'est… parfois difficile de faire le tri, sur l'étiquette. Ceux qui en exigent beaucoup, ceux qui sont plus détendus. J'essaie de deviner quand je peux parler, ou quand je dois me taire. C'est déjà assez dur de base, mais… avec le masque, les intentions et les réactions sont encore plus floues.
« Puis vous êtes une femme », se retient-il d'ajouter. Pour un jeune homme de son age, c'était une donnée à prendre en compte bien sûr. Une raison de plus de stresser, de ne pas savoir que dire. Et puis il avait encore moins l'habitude… Andreas et Eschyle avaient été les seules personnes avec qui il avait pu tenir des discussions depuis son départ d'Athènes. Tous deux étaient des hommes. Tous deux n'avaient principalement été que bataille, sang et honneur. Ce n'était donc pas forcément aisé d'en revenir à « une vie normale », du moins tout aussi normale qu'une vie de chevalier pouvait l'être. L'héritier d'Orion finit par hausser les épaules, comme pour botter en touche une conversation intérieure qui pourrait vite devenir fatigante si la laissait se faire.
- Et toi, comment vas-tu ?
Voilà. Il tentait d'être simplement un être humain comme les autres. Ce qu'il est bien sûr, même s'il peut parfois donner l'impression de n'être qu'une créature gauche. Au fur et à mesure de la discussion avec Ryme, le ton s'était détendu, et ses maladresses moins fréquentes. Quelque part, ne suffisait-il pas que de rompre les inconnues ? Les chevaliers d'or ne l'impressionnaient plus, parce qu'il en avait assez pour savoir que la moitié avait un grain. Le Grand Pope ne le faisait plus bégayer, pour l'avoir vu plusieurs fois en quelques jours à peine. La force de l'habitude, seulement. Alors, autant à son tour chercher à lancer la discussion, désacraliser un peu le côté intouchable de la chevalier masquée, et simplement creuser un peu ce qu'il y avait derrière pour ne plus s'en faire tant.
- Tu es chevalier depuis longtemps ? C'est arrivé comment pour toi ?
Demande-t-il alors, plus sobrement, tout en commençant à ordonner plus sérieusement les tablettes entre ses mains.


[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] Algebar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2088-algebar-silver-saint https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1876-algebar-silver-saint-d-orion
MehryMehryArmure :
Armure de l'Ophiuchus

Statistiques
HP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-bleu0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-bleu  (0/0)
CP:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-rouge0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-rouge  (0/0)
CC:
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] G-jaune0/0[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]   [Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar] EmptyMar 28 Juil - 12:41
Les signes d’une confusion s’esquissent, semble-t-il. Pour cause, le Sanctuaire brasse des identités bien distinctes, au sein des Chevaliers ; des Hommes de condition aux esclaves : les statuts, les religions et les régions natales sont parfois source de disparités et les caractères forgés par l’apprentissage de la vie renforcent sans conteste cette idée. Les formalités, jadis rabâchées par les spirituels, les aïeux et les géniteurs, Mehry les pratiquait sur ses terres d’origine. Hélas, l’enfant a grandi et la fleur s’est fanée lorsqu’elle les a quittés, et tout cela appartient au passé.

Des indications, des interrogations s’assurent de l’état du jouvenceau, tandis qu’il s’affaire d’ores et déjà à ces tâches préalablement assignées. Une tentative toutefois avortée par des mains qui cessent de s’agiter, l’interpellent de manière implicite pour la rejoindre. Le flux s’écoule, les notes s’envolent plus vites les unes que les autres. Finalement, le sang neuf se montre plus bavard qu’elle ne l’aurait cru de prime abord, mais ce n’est pas un mal, en soi. Bien loin de là.

De lui-même, l’adolescent parle et s'arrête, laisse échapper un soupir alors qu’il fouine dans les écrits. Nonobstant ses propres réactions, Algebar s’enfonce dans des excuses, des explications qui témoignent de rares interactions, présagent que les heures à venir se placeront sous l’astre d’une autre forme d’étude : lentement, mais sûrement, les discussions s’amorcent. En cela, les incertitudes se dénoncent d’elles-mêmes, évoquent les comportements à adopter en fonction de l’âme qui se trouve en face ; une problématique connue qui s’estompera avec le temps, lorsqu’il comprendra. Vraisemblablement ne lui avoue-t-il pas tout.

Une mention suscite momentanément son intérêt, soulève un point qu’elle se retenait d’aborder. Le masque d’une Femme est une bénédiction comme un poison, dissimule et révèle cette condition que l’ordre met tant d’ardeur à réprouver – dans l’hypothèse où leur présence se tolère. Les commissures s’étirent alors, mussées derrière cette robuste couverture, inébranlable, jusqu’au jour où elle s’ébrèche.

— Aucun problème, tu peux parler librement et dire tout ce qui te passe par la tête, ça restera entre nous de toute manière. T’es encore novice et tu connais probablement pas grand monde, j’me trompe ? Ça viendra avec le temps, évite les affronts, mais reste toi-même, c’est sans doute la meilleure chose à faire.

Des épaules haussées, décontractées aux affirmations d’un caméléon qui, aussitôt, reprend :

— Bon, tant mieux si t’as pu se requinquer un peu. Et, si t’as pu manger, c’est encore mieux. Écoute, rien à signaler de mon côté, la p’tite promenade nocturne a fait son effet !

Un instant, le cou se rabat sur la gauche, imitant les expressions associées à la réflexion. Cette remarque remue des histoires d’autrefois, hisse les souvenirs jusqu’à proximité de la surface. Or, ils ne restent jamais très longtemps en façade.

— Bonne question. De tête, ça doit faire quelque chose dans les… quinze ans ? À l’époque, on m’a vaguement parlé du Sanctuaire, des gens qui agissaient pour faire avancer les choses et ça m’a intriguée. Et toi alors, comment t’es arrivé là ? Tu as pu rencontrer quelques personnes depuis ton arrivée ?

Un mensonge pour une vérité. Déblatérer sur son passé ne lui apporterait rien de concret ; la Rose du Désert refuse toute manifestation de pitié, de plaintes et de lamentations. Alors, elle noie le poisson, quand bien même Ashkan l’a bel et bien guidé jusqu’aux temples présumés sacrés.

Son attention glisse sur les documents, examine les lettres et les langues. Pour chacun, il existe une pile différente, selon les thèmes fixés la veille. Pensive, elle écoute cependant la suite du discours masculin et, les paupières plissées, sa voix se permet une intervention sur le côté. Pour agrémenter cette future remarque qui sort de nulle part, une paire de doigts se porte jusqu’à ce masque qu’elle garde depuis bien trop longtemps déjà. En cette action réside l’occasion parfaite pour savoir ce qu’il se passe dans son esprit.

— Dis, c’est bon si je l’enlève ? C’est flou pour toi et c’est pénible pour moi de lire avec ça sur la tête, alors autant aller au plus simple…

Puis elle réalise.

— Ah. Désolée de t’avoir interrompu... Vas-y, continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2154-mehry-silver-saint-de-l-ophiu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1864-mehry-l-ophiuchus En ligne
 
[Mi-Janvier 553] De fil en aiguille [PV Algebar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: