Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-bleu1350/1350[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-rouge850/850[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-rouge  (850/850)
CC:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-jaune1600/1600[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-jaune  (1600/1600)
Message [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)   [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) EmptyMer 8 Juil - 23:40
Accueil

Face à l'Arche, le Général attendait vêtu de son écaille et sa cape. A ses côtés se tenait un commandant en armes, membre de la Capitainerie de l'Arctique. Puis face à eux, les deux gardes du Pacifique Nord qui tenaient leur position habituelle, surveillant les allées et venues. Peu nombreuses. Pourtant cette fois, pour la première fois depuis un bon bout de temps, la venue du prochain arrivant allait nécessiter la présence de la Sécurité Intérieure d'Atlantis. Un Oracle d'Apollon venait dans la Blanche Cité, guidé là par le Général de l'Hippocampe depuis la belle Alexandrie.

Un représentant donc. Les rapports furent concis, peu d'informations à son sujet. Les relations avec les hommes du soleil était neutres jusqu'ici, Orpheus avait été mis au courant lui aussi évidemment et nul doute qu'il avait pris ses dispositions. Nul doute qu'il n'oublierait le sujet qui les liait et les préoccupait. Pourtant, le Kraken ne doutait pas vraiment du fait que le sujet n'avancerait pas en rencontrant un inconnu, pour une simple visite de courtoisie. Néanmoins, sa venue pouvait poser des bases d'une meilleure entente qui amènerait à une solution à terme. Il ne fallait pas se précipiter.

Il arriva enfin, émissaire d'un autre Dieu quand bien même il n'était pas ici en ce but. Néanmoins, il représentait Apollon. Cela ne changeait pas. Un homme au teint halé, cheveux légèrement longs. A peine plus grand que l'Algos mais mieux battit. Un détail d'importance en un sens, l'imagine des grands et fins éphèbes qu'il avait au service du Dieu des Arts s'estompait. Après tout, eux aussi se battaient, eux aussi connaissaient la guerre. Il devait y avoir parmi des combattants au moins aussi puissants qu'ici. Après tout, l'Atlante ne connaissait pas vraiment le monde de la surface ; Alexandrie bien sûr et quelques courts voyages en navire. Rien de plus. Il appréciait la vie ici et ne voulait pas en changeait. La préserver. Là était le plus important pour lui. L'homme avait les yeux bandés, une sage précaution prise par Drystan. Orpheus ne semblait s'être trompé sur lui, les retours qu'en avaient Deukalyion étant bons jusqu'ici... Néanmoins, il n'oubliait celle qui l'avait envoyé ici.

    - Soldats, vous pouvez lui retirer son bandeau, nous prenons le relais à partir d'ici.


Il s'avança alors pendant que l'un des deux hommes qui l'accompagnaient s'afférait à libérer l'invité de son entrave. Il allait découvrir la beauté de la Cité des Flots, de sa blancheur et sa lumière, de son ciel si particulier. La pureté de l’Orichalque qui décorait les bâtiments. Le bon vivre qui y régnait. Peut être qu'un homme tel que lui saurait apprécier tout cela à sa juste valeur.

    - Bienvenue en Atlantis, Rudjek Oracle de Kephri. Je suis Deukalyion Algos, Général du Kraken en charge de la sécurité de la Cité, et voici le commandant Kelarch. Ainsi vous avez souhaité voir de vos propres yeux la beauté qui règne chez nous, sachez que cela nous honore.


Il lui tendit la main en signe de salut. Les premières secondes revêtait une importance certaine pour ce genre de rencontre, il le savait, néanmoins il ne jouait pas ici. Il en allait de son devoir, et quand bien même il ignorait des choses sur lui, le Kraken ne pouvait oublier qu'il s'agissait là d'un invité spécial. Aussi, il ne le lâchait pas du regard, cherchant à lire dans ses gestes, ses réactions.

    - La curiosité est-elle la seule raison de votre venue ?




[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) Signature


Dernière édition par Deukalyion le Lun 20 Juil - 22:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken En ligne
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-bleu1050/1050[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-rouge750/750[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-jaune1350/1350[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)   [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) EmptyVen 17 Juil - 2:59
Les dernières affaires avaient été réglées, et les derniers mots d'adieu prononcés. A présent, c'était aveugle que Rudjek s'engageait dans l'inconnu. On aurait pu y voir là un inquiétant parallèle avec un condamné que l'on conduisait à l'échafaud. Pourtant, nulle inquiétude n'habitait le cœur de l'Oracle. Après tout n'était-ce pas là l'essence même du voyage? De la découverte? L'appréhension n'était au final qu'un compagnon de route sur le chemin de sa destinée. Et le Soleil avait guidé ses pas jusqu'à Alexandrie pour une raison. Cette conviction était suffisante pour lui apporter réconfort et assurance avant ce grand saut.

"Saut" n'était peut-être pas le terme approprié. Pour cette grande... Marche? Les yeux bandés et guidé en silence vers un lieu inconnu, l'Egyptien pensait qu'atteindre la cité légendaire d'Atlantis nécessiterait au moins de prendre la mer. Au lieu de cela, Drystan l'avait fait marcher au sein d'Alexandrie pendant un long moment. Rudjek le soupçonnait même d'avoir fait nombre de détours pour lui faire perdre ses repères. Finalement, les bruits de la ville s'étaient tus pour être remplacés par un lourd silence, et des bruits étranges. On lui avait dit d'avancer, et puis... Rien. Pas dans le sens où rien ne s'était passé, mais plutôt que pendant un temps toutes ses perceptions s'étaient volatilisées. Un instant de flottement dans le vide, aussi court qu'un battement de paupière mais par la même aussi long qu'une éternité. Puis tout ses sens se réveillèrent. Un air humide et une odeur marine lui fouettaient le visage. Confus quand à ce qu'il venait de se passer, Rudjek patienta.

Finalement, il entendit une voix ordonner qu'on lui ôte son bandeau. Pendant quelques secondes la lumière aveugla Rudjek. Progressivement, ses yeux s'habituèrent à la luminosité, et enfin, il la vit.
A cet instant, tout devint secondaire. Les personnes autour de lui, de simples figurants. Leurs paroles, un vulgaire bruit de fond. L'Oracle s'avança, comme en transe, jusqu'à se retrouver sur le rebord de la plate-forme où il se trouvait. Sa main se porta à ses lèvres, et un murmure tremblant parvint à s'en échapper.

    - Magnifique...

Devant lui, la cité légendaire s'étendait dans un espace coupé du monde, de sa logique, de ses limites. Des flèches immaculées fendaient l'azur du ciel pour monter jusqu'à s'y perdre, s'appropriant le paysage et ce monde tout entier. Et ce ciel, qu'en dire? Suspendu loin au-dessus de leurs tête, c'était l'Océan entier qui faisait office de plafond céleste, reflétant une lumière diffuse et irréelle, mais également impérieuse et omniprésente sur la cité blanche. Les yeux de Rudjek ne pouvaient encore discerner les détails de cette dernière, mais déjà la forme de ces constructions, les multiples niveaux, les ornements, statues et richesses étaient décelable. Tout ici exultait la majesté, un rêve d'utopie dont l'ambition de toucher à la perfection divine était décelable pour quiconque avait le regard averti.
Les pupilles de l'Architecte s'humidifièrent. En ce lieu, enfin, il comprenait que les images fantastiques de ses rêves pouvaient être faits réalités. Ce lieu était un déclaration, fière et ambitieuse, que les mortels pouvaient accomplir des prouesses au-delà de toute imagination. Il s'agissait ni plus ni moins d'un symbole dédié au dogme de l'excellence! C'en était presque trop pour l'Oracle. Ses conceptions, la vision même de son art venaient d'être chamboulées. Pendant de longues minutes, il resta là, immobile, silencieux, à se baigner dans la beauté de cette vision et dans ce sentiment grisant de toucher à quelque chose d'unique!

Quelque part dans le Patron des Arts, pourtant, une once de fierté demeurait. Sa main remonta jusqu'à ses yeux, bouchant sa vue et rompant le charme qu'Atlantis avait jeté sur lui. Rejetant sa tête en arrière, l'Oracle prit une profonde inspiration pour retrouver sa contenance et sa maîtrise de soi. Il prit quelques secondes, le temps de se remémorer où il se trouvait, et les raisons de sa présence ici.
Lorsque Rudjek se retourna vers les atlantes, il était de nouveau maître de lui-même. L'Oracle de Képhri s'inclina dans une révérence gracieuse, faisant voler ses capes et robes blanches comme pour révéler l'absence de son armure. Ces vêtements étaient certes appropriés pour voyager sur les terres chaudes d'Egypte, mais l'enfant du Nil se fit la réflexion qu'il lui faudrait bien vite en changer. Déjà, il sentait l'humidité maritime commençait à alourdir ses épaules... Les yeux dorés de l'Oracle se relevèrent pour rencontrer ceux, d'un azur profond, de l'homme qui lui avait adressé la parole. Il fit de son mieux pour se remémorer ce qu'il avait entendu, un peu plus tôt, avant de se perdre dans sa contemplation, et formuler une salutation appropriée.

    - Pardonnez mon absence! Votre cité est d'une telle splendeur, sa seule vision m'a submergé! L'idéal qu'elle incarne est tellement imposant que... Ah! Je recommence. Mes manières!

L'incivilité dont il avait fait preuve, à présent qu'il entrait dans la danse de la politesse, ne lui échappait pas. Pour se rattraper, il fit quelques pas dans la direction de celui qu'il s'était présenté comme un collègue de Drystan. Un Général! Rien de moins. Gardant ses yeux sur les siens, il lui adressa in sourire rayonnant, à la hauteur de la joie qui avait envahi son cœur à la vue d'Atlantis, et tendit une main vers lui, écho du geste qu'il avait lui-même entamé un peu plus tôt et que Rudjek avait injustement ignoré.

    - Je suis honoré de faire votre connaissance, Imy-r Algos! Et vous aussi, commandant! C'est donc vous qui avez la charge de préserver ce joyau? Une mission honorable, s'il en est. Pour répondre à votre question, oui, c'est la soif de découverte qui m'a amené à votre cité. Il faut dire que Drystan n'a pas manqué de faire son éloge. Il y a cependant également quelques sujets d'importance dont je souhaiterais m'entretenir avec votre Légat, si celui-ci consent à m'accorder un peu de son temps.

Alors qu'il parlait, Rudjek se souvenait petit à petit, des paroles du Général. Il les avait bel et bien entendu, au final, mais subjugué qu'il était l'artiste les avait relégué au fond de ses pensées. Le serviteur de Poséidon en aurait-il pris ombrage? Ce n'était pas à exclure. L'Oracle était prêt à réparer l'offense commise si nécessaire. Si c'était là tout ce qu'il fallait faire pour voir de plus près la beauté de la cité d'Atlantis et rendre hommage à ceux qui l'habitaient, c'était au final bien petit prix à payer! Mais déjà, rien qu'à cette perspective, l'âme du bâtisseur en lui était à nouveau portée au nues, et son regard se mettait à briller de toutes les flammes du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
DeukalyionDeukalyionArmure :
Écaille du Kraken

Statistiques
HP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-bleu1350/1350[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-rouge850/850[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-rouge  (850/850)
CC:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-jaune1600/1600[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-jaune  (1600/1600)
Message Re: [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)   [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) EmptyMar 21 Juil - 0:04
Ignorance

La main tendue ne fut même pas regardée. A a peine le bandeau avait-il été enlevé que le Kraken avait vu dans les yeux de l'invité d'Atlantis les étoiles de merveilleusement. Retroussant les lèvres, gardant son bras immobile quelques secondes, le Général ressentait forcément un peu d'amertume en cet instant. Cette rencontre, signe d'un premier pas. Car les pas menaient déjà l'Oracle au bord du promontoire de l'Arche et Deukalyion leva sa senestre pour stopper les gardes qui s'apprêtaient à partir à sa suite. Qu'il fasse, ce mot soufflé était un signe qui ne pouvait tromper et au pire des cas, le Kraken était prêt à l'engloutir dans les ombres.

L Commandant avait devancé l'Algos et s'était déjà retourné, ne quittant pas des yeux celui dont il allait avoir la charge durant son séjour. Enfin, il ne serait pas seul et ses soldats l'épauleraient aussi. Un homme de confiance, sans quoi le Général ne l'aurait pas choisi lui pour une telle mission. Il allait être une ombre visible. Deukalyion croisa les bras et à son tour fit volte-face pour regarder de nouveau cet invité qui l'avait ignoré au profit de quelque chose de plus grand.

Atlantis. Cité de mythe et de légendes pour le commun des mortels. Un murmure qui habitait bien des lèves et des esprits, philosophes ou simple rêveurs. Blanche, lumineuse, immense. Immortelle. Un endroit unique offert par un Dieu, protégé depuis des temps immémoriaux pour préserver ce qui faisait d'elle ce qu'elle incarnait. Une vision de l'humanité plus pure, élevée et sage. Avait-elle des défauts ? Certainement. Pourtant, depuis des millénaires des hommes et femme s'acharnait à la défendre, chacun d'eux incarnaient un de ces pilier qui fendait le ciel océanique qu'ils supportait. Là était leur rôle, pierres comme hommes.

    - Et bien vous avez au moins répondu à ma question. Si vous appréciez Atlantis alors je vous pardonne cette incartade.


A son tour Rudjek tendit la main vers lui, imitant un geste amorcé et dédaigné. Si l'expressivité de l'Oracle n'avait pas été si claire nul doute que le Général en aurait pris ombrage. Alors sa dextre vint rejoindre la sienne, scellant la promesse d'une marche vers un avenir plus sûr. Un espoir tout du moins. C'est ce qu'il espérait. Le joyau précédemment nommé était en passe d'être englouti par une force qu'un Dieu seul ne pouvait contenir... Voilà pourquoi la présence de cet homme avait tolérée. Pour l'avenir.

    - Le Légat vous recevra dans les prochains jours, c'est une homme très demandé vous vous en doutez. En attendant vous serez logé dans le quartier principal de ma Capitainerie, celle de l'Arctique. Le Commandant Kelarch vous accompagnera durant votre séjour et sera votre guide. Pour le moment nous allons nous rendre à mon pilier, j’imagine que vous souhaitez en voir un près, non ?


Et déjà le Général fit claquer l'orichalque sous ses pieds, dépassant son invité qui n'aurait qu'à le suivre. Le Commandant fermerait la marche et ce dernier montrait déjà la direction à l'Oracle. Ils allaient pouvoir discuter un peu avant de traverser les quelques zones séparant l'Arche du Pilier. Par chance les murs n'étaient pas encore levé, les habitants ne ressentait pas encore cette tension naissante et la cité n'était pas masquée. Ainsi, il allait pouvoir en profitant au maximum... Enfin, tant qu'il respectait les quelques règles qui seraient siennes.

Deukalyion a écrit:
Rudjek est autorisé à pénétrer en Atlantis. Il sera suivi par le Commandant Kelarch de la Capitainerie de l'Arctique et devra donc être pris en compte dans ses futurs posts.

Il est autorisé à se rendre dans les zones non militarisés d'Atlantis jusqu'à l'Antarctique inclus, sauf autorisation d'Orpheus ou Deukalyion


[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) Signature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1707-deukalyion-algos-gen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1714-deukalyion-algos-general-du-kraken En ligne
RudjekRudjekArmure :
Oracle de Képhri - Patron de la Sculpture

Statistiques
HP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-bleu1050/1050[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-rouge750/750[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) G-jaune1350/1350[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)   [Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek) EmptyLun 3 Aoû - 0:10
Les paroles du Général de Poséidon se voulurent magnanimes, pardonnant à Rudjek son impolitesse. La main de Deukalyon Algos vint rencontrer la sienne, leur union marquant le début d'une relation que tous deux devait espérer fructueuse. La créature des abysses et le scarabée solaire. Improbable, et pourtant...
Avec un sourire enjoué, l'Oracle répondit aux paroles de son hôte alors que leurs mains se séparaient.

    - Ha! Dire que je l'apprécie serait lui faire une insulte! Je suis dors et déjà sous son charme.

Une exagération? A peine. Véritablement, la vision d'Atlantis l'avait subjugué comme peu de choses étaient parvenues à le faire au cours de sa vie. La flamme qu'elle avait allumé allait continué à brûler pendant un long moment, et sa curiosité allait être difficile à assouvir. Le commandant au service du gardien de l'Arctique ne soupçonnait surement pas encore l'étendue de ce que cette mission allait exiger de lui. Il le découvrirait bien assez vite!

La suite de l'exposé de Deukalyon fut concise et efficace, à l'image de l'homme lui-même, semblait-il. Le Légat était donc un homme demandé, comme son titre le laissait entendre... Et pourtant il était prêt à prendre du temps pour accorder, en quelque jours à peine, une rencontre à un étranger? La venue d'un Oracle dans la cité de Poséidon devait être une chose moins anodine que ce que Rudjek avait de prime abord envisagé. Il lui faudrait jouer ses cartes au mieux pour en tiré profit.
Le fait d'être logé directement dans le domaine d'un général, et de faire l'objet d'une surveillance permanente, ne le dérangeait nullement. Le patron de la sculpture était, après tout, de ceux qui n'en brillaient que plus fort lorsque l'attention se portait sur lui. Lorsque le Général s'en retourna pour l'inviter à le suivre vers l'un des immenses piliers qui fendaient l'horizon, Rudjek lui emboîta prestement le pas pour venir marcher à ses côtés. Sa hâte était, comme le Kraken l'avait justement souligné, difficile à cacher.

    - J'en serais honoré. Même à cette distance, leur majesté est évidente. Je n'ai rien vu de tel depuis ma première vision des pyramides... Par ailleurs, soyez assuré que je respecterai vos règles et vos exigences lors de mon séjour dans votre cité. Commandant Kelarch, il me tarde de pouvoir découvrir ses merveilles à vos côtés.

Un regard en arrière pour saluer de ses pupilles dorées le dévouement du soldat. L'Oracle en profita pour s'attarder sur la structure en forme d'arche que, émerveillé par la cité, il n'avait pas remarqué. La couleur du matériau, la forme de cette construction, l'étrange éclat qui en émanait pour former un vortex de lumière... Pendant un bref instant, le désir de retourner sur ses pas pour voir le détail de cet oeuvre, sentir cet étrange métal sous ses doigts, l'assaillit avec virulence. L'égyptien dû se mordre la lèvre pour lutter. Il avait déjà suffisamment vexé les Atlantes pour continué inconsciemment sur cette lancé!
La fierté de Képhri lui permettait de garder sa tête sur les épaules... Mais pour combien de temps? Il y avait tant à voir! La maîtrise de soi de l'Oracle allait être mise à rude épreuve.

Citation :
Petit post, mais peu de choses à ajouter. Je te suis, amigo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1872-rudjek-oracle-de-kep
 
[Février 553] La loi, c'est moi (Rudjek)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Arches d'orichalque-
Sauter vers: