Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyJeu 9 Juil 2020 - 22:00
    Les deux jours depuis le départ de Morwenna et la dispute qui en avait résulté avaient été long pour le Pope. Son humeur avait été assez massacrante, oscillant entre une colère froide, résultat de la frustration naît de cette dispute et un profond dépit. La gestion des émotions n’a jamais vraiment été le point fort de Childéric et il devait lutter régulièrement avec lui-même pour tenir sa bête et ses problèmes à leur place. D’autant plus maintenant, qu’il devait aborder toutes ses anciennes relations avec le détachement du Pope. La seule qui n’aurait pas dû être touché par ça, l’avait été malgré lui. Il avait remis Silas à sa place quand ce dernier avait montré un manque de respect à son supérieur. Il avait preuve de pédagogie avec Kilian. Il s’était malgré lui un peu éloigné de Ryme. Mais c’était le poids et le tribut de la couronne. Un prix qu’il avait accepté de payer parce qu’il aurait pu garder le reste mais…

    Mais même ça avait fini par être atteint par le pouvoir et il pensait qu’il aurait devant lui plus de temps pour ça. Qu’il aurait été mieux préparer. Mais non, il ne l’avait pas été. Il était de ce fait perdu et il fallait faire face à ce genre de chose. Il voulait sortir de sa logique habituelle. Ne pas gérer ça comme un problème militaire. Ne pas agir en soldat. Ne pas non plus agir en roi comme il devait le faire. Il voulait agir en homme. Ce qu’on l’avait toujours empêché de faire. Mais voilà, il est plus difficile d’être homme que d’être roi. Il est impossible d’être à la fois homme et soldat. Alors il verrait ce qu’il serait ce soir. La journée s’était écoulé avec une lenteur incroyable et il avait expédié comme il le pouvait tout ce qu’il y avait à gérer aujourd’hui.

    La nuit venue, il avait enfilé une tenue plus légère. Laissant de côté la toge et le masque du pouvoir pour revenir à des vêtements normaux. Il n’avait que peu d’endroits à lui et il passa le début de la soirée à faire le point sur ses pensés en poussant son corps aussi loin qu’il le pouvait avant de finir par passer par les montagnes pour regagner les éléments plus directs du Sanctuaire. Il avait donné congé à une grande partie de ses gens pour la nuit, ce qu’il faisait régulièrement quand il allait dans la colline aux étoiles ainsi, il ne croisa pratiquement personne quand il prit le chemin du temple des poissons. Passa dans le jardin de roses lui serra le coeur. Il voyait l’utilisé de cet endroit, de cet ultime rempart et de sa puissance sur les ennemis qui arriverait possiblement à monter jusqu’à lui. Mais il ne brûlerait sans hésiter une seule seconde si ça pouvait sauver celle qui était chargée de faire vivre cette chose.

    Peut-être qu’il parlerait de ça ce soir. Le mal que faisait naître cette chose était central dans leurs problèmes à vivre dire. Il était la source du mal qui la rongeait petit à petit sans qu’il puisse y faire quelque chose, de nouveau impuissant. Toujours impuissant. Il avait la même sensation de frustration comme toute les autres fois où il n’avait pas réussi à être là quand il aurait dû. Il voyait les choses doucement lui échapper et il n’aimait pas l’arrière-goût mer qui se dessinait doucement dans le fond de sa gorge. Mais il verrait bien. Il tenait trop à elle pour pouvoir supporter d’échouer une fois de plus. Il avait encore en tête aussi vivace que si c’était il y a quelques minutes les images de son échec de plus. Les images de cette maison de Salamine et tout le reste…

    Il déglutit quand il passa l’entrée du temple et fit doucement raisonner son cosmos pour s’annoncer. Il n’avait pas à le faire d’habitude. Il était le Pope et le maître de son domaine. Mais là, il n’allait pas être le maître du domaine dans lequel il se rendait. Il chercha alors le lien qu’ils avaient tissé avec le temps et l’expérience. Ce lien si vivant à travers duquel il pouvait communiquer directement leur sentiment sans même avoir besoin de mot. Ce lien si intime qu’elle avait coupé brutalement la dernière fois. Ce lien qui était le symbole de ce qu’il avait construit et tout ce qu’il lui restait à construire. Et ce soir, il allait voir ce qu’il pourrait continuer à faire. Il fit quelques pas dans le temple et s’avança près du bassin qui se trouvait dans le centre du temple. Il se rappela alors, en l’attendant et voyant si elle voudrait le voir la dernière fois qu’ils avaient pu nager tous les deux. Peut-être qu’elle pourrait sentir la nostalgie à travers le lien si elle y prêtait attention. Elle pourrait surtout sentir à travers le lien combien elle lui avait manqué durant ces deux jours.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyJeu 9 Juil 2020 - 23:00
Devoir et tempête








La jeune femme n’avait pas passé sa journée dans son temple, à son poste. À faire son devoir. Elle s’en était moquée de longues heures pour tromper son humeur, son monde, soi-même. Toutes les amphores dérobées au sein du Temple du Taureau n’avaient pu y changer grand-chose, privée du droit d’ivresse. Une fois rentrée, Morwenna entreposa le vin volé dans sa propre cave, bien cachée au sein de son laboratoire. L’invitation lancée, elle espérait voir l’ombre du Taureau se profiler dans les jours à venir. Jouer plus encore avec le feu, rire au nez et à la barbe de la hiérarchie.
Et le soir venu, son cœur restait hermétique, engoncé dans ses sentiments. Par fierté, par amertume, par colère surtout !
Deux jours de silence s’étaient instaurés entre eux, où ils se tinrent à ce qu’on attendait d’eux. En parfaits petits soldats. La Sainte des Poissons en avait profité pour travailler. Sur ses recherches, sur elle, sur ses roses. Cultiver pour ainsi dire le mystère. Car tout cela était stérile et vain. Son esprit était accaparé ailleurs. Il fulminait. Elle ruminait des pensées sombres, revivait la scène de leurs retrouvailles, son entêtement, son enfermement, son départ. Non, ça n’aurait pas dû se passer ainsi.

Avachie contre sa bibliothèque, un livre à la main, une amphore renversée, vidée de son contenu non loin à sa portée, une lumière laiteuse filtrait au travers l’atrium. Le lierre envahissait tout, de même que les ronces et les roses qui se battaient pour la conquête de la lumière. Ce fut au moment où ses paupières se fermèrent qu’elle sentit son cosmos se manifester. Il était là, s’annonçait. Et son sang se glaça dans ses veines. L’idée de le laisser planter là lui plaisait bien. Oui, qu’il reste donc seul face à son devoir, comme un con !
Elle grogna. Sa Bête s’agita lorsque Childéric tenta de se frayer un chemin jusqu’à elle. Raviver le Lien. Sans douceur aucune, elle le balaya hors de sa psyché, annonça la couleur. La tempête qu’il allait devoir essuyer.
La Sainte envoya le livre valser à l’autre bout de la pièce. Et elle se releva.

Son pas résonna dans la pièce principale. À mesure que sa silhouette se dessinait, sous l’ombre des colonnades, l’armure d’Or entra en résonance et se détacha pour draper sa porteuse. Qui, d’une démarche altière, se présenta devant son époux. Elle se garda bien de retirer son masque, sa perruque, les artifices du secret et des mensonges. Elle était Morwenna. C’est ainsi qu’elle avait choisi de se faire appeler.
Elle avait choisi.

La jeune femme stoppa sa marche à bonne distance de lui, de l’autre côté du bassin. C’est l’homme qui s’était présenté. Pourtant…

« Que puis-je faire pour vous, Grand Pope ? »

Qu’il tente encore un assaut psychique et la rose qu’elle avait en main s’envolerait dans sa direction. Elle s’inclina d’une manière si exagérée qu’un geste grossier aurait eu le même effet. Elle continua, jouant son rôle, son devoir. Ce qu’on attendait d’elle puisque des yeux l’observaient. Sa « voix » résonnait avec fausseté, désaccordée. Sans humanité.

« Si c’est pour l’avancée de mes recherches, je crains que vous ne soyez venu trop tôt. Ou bien vous avez une nouvelle mission pour moi ? »

Ne me regarde pas comme ça, Childéric. Tu n’as pas le droit.






© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyVen 10 Juil 2020 - 0:00
    Si elle avait voulu faire mal, elle n’aurait pas pu s’y prendre différemment. Il doutait de la tempête face à laquelle il devrait résister, mais il avait mal calculé la force du vent. La force de la colère et de la violence de la blessure qu’il avait causée bien malgré lui. A vrai dire, l’espace d’un instant, la colère aurait pu être sa réponse et elle qui le connaissait si bien aurait pu voir se dessiner dans son aura et sur son visage l’écho de cette rage qui venait de monter. Mais il ne voulait pas laisser place à la colère. Pas maintenant et surtout pas ce soir. Mais il lui fallut quelques instants pour la laisser reculer, comme les va et viens d’une mère déchaîner. Il avait besoin de laisser du temps pour que les vagues se fracassent sur les côtes. Et c’est ce qu’il fit, silencieux pendant quelques instants, une très longue minute. Une trop longue minute, durant laquelle le silence aurait été plus pesant que tout, plus épais et plus dur encore. Mais dans le silence souvent se trouve la paix.

    Il avait vu son petit jeu et l’espace d’un instant, l’idée de la pousser à bout aussi traverser son esprit pendant qu’il faisait un pas vers elle. De pouvoir régler les choses simplement, mais régler leur dispute de cette façon, ça aurait été la façon du soldat. Combattre plutôt que parler, éviter vraiment ce qui devait être dit ce soir. Car ce soir, ils avaient tous les deux des vérités à échanger. Il la trouvait un peu injuste avec lui. Oh, elle portait un poids difficile et terrible, mais le sien l’était tout à autant, si ce n’est plus. Car en plus de ça, il y avait des secrets qu’il ne devait garder que pour lui. La couronne qui se faisait chaque jour plus lourde et de plus en plus envahissante. Elle était vivante, organisme parasité qui dévore l’homme. Combien de temps avant qu’il ne porte plus que le masque et la toge ? Combien de temps avant que de Childéric il ne reste que les souvenirs dans annales de la chevalerie et plus de trace de l’homme, simplement devenu le Pope ? Une réalité qui l’effrayait mais avec laquelle il devait composer. Pour lui, pour elle, pour eux et pour les autres aussi.

    « - Arrête ça s’il te plaît. Tu sais pourquoi je suis là, tu sais qui je suis venu voir. Je suis venu voir ma femme. »

    Oh, il savait qu’après ça, la tempête frapperait de nouveau. Il était là pour y faire ça et pour y survivre. Pour faire en sorte qu’elle y survive elle aussi. C’était plus ça qui l’inquiétait. Elle était capable dans ce genre de moment, de jouer avec le feu et de jouer avec la mort. Et dans cette affaire, bien plus qu’avant, tous les deux avaient énormément à perdre. Beaucoup trop à perdre ! Pour la première fois, il avait vraiment peur de cet aspect auto-destructeur qu’elle avait parfois. Il avait déjà vu où tout ça l’avait mené… Pas une deuxième fois. Ils n’auraient pas de deuxièmes chances de toute façon. Il avait peur qu’elle ne s’en rende pas vraiment compte ou au contraire, qu’elle en ait beaucoup trop conscience et qu’elle cherche à provoquer sa chute d’une façon ou d’une autre. Mais maintenant, il devait atteindre l’oeil du cyclone.

    « - Alors enlève tout ça. Ça ne te sert à rien avec moi, tu n’en as pas besoin. Ne nous sommes-nous pas promis que les masques n’étaient réservés que pour les autres . Jamais entre nous ! Alors va y, vide ton sac, je t’écoute. »

    Voilà l’homme qu’il était. Celui qui affrontait la tempête de face et la laissait se déchaîner sur lui. Il fallait maintenant qu’il y survive, mais tout ça l’intéressé moins que de voir la tempête étouffer. C’est dans le feu du chaos et dans le tourment du vent qu’on peut découvrir qui on est vraiment. Il se doutait de toute façon de ce qui n’allait pas. De sa frustration, de son manque, de sa maladie, de ses mensonges et de ce masque. Il comprenait parfaitement tout ça. Il partageait une partie des troubles de la jeune femme et en avait partagé certains. Il se souvenait doucement de l’époque où la bête, avant même qu’il ne se rencontre, avait commencé doucement à prendre son due sur lui et comment, à petit feu, il n’avait que la mort comme échéance. Il se souvenait avec chaleur de comment elle l’avait poussé à sortir de cette dynamique. Comment elle l’avait poussé à refuser ce fatalisme et cette fin programmée. Comment grâce à elle, il y avait survécu à la plus violente des tempêtes : celle qu’il faisait souffler sur lui-même. Alors il voulait l’aider à sortir de sa propre tempête mais pour ça, il devait marcher avec le vent de face et résister à ses bourrasques sans céder… Il espérait avoir la force de contrer la tempête sans se rompre ni plier.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyVen 10 Juil 2020 - 0:40
Que valent les promesses ?








Un rire mesquin s’envola avant de mourir presque aussitôt. La colère vint poindre à l’horizon, menaça le silence instauré. Nimuë le connaissait assez pour savoir que son jeu sordide l’avait piqué au vif, pour ne pas dire blessé. Elle l’était, elle aussi. Et dans ces moments la raison s’effaçait et l’orgueil prévalait sur le reste.
Elle n’ignorait pas les raisons de sa venue, il souhaitait comprendre. La voir, démanteler ce rempart qu’elle avait choisi d’ériger, dans son mutisme. La jeune femme n’avait pas su trouver les mots, la force de se prémunir des siens, des vérités pénibles à entendre. Il venait voir sa femme, non pas observer un nouveau jeu des apparences, voir une tempête se lever.
Face à cette minute où nulle musique ne vint, perturber l’harmonie de l’instant, elle, resta interdite, parfaitement mutique. Immobile.

Promesse. Ce simple mot suffit à faire manifester son cosmos. Auréoler son corps d’une lumière froide. Promesse !

Pourtant, comme lui, elle abandonna sa pulsion première. Et le silence se fit encore plus assourdissant. Il avait fait un pas vers elle, la Sainte attendit toute une éternité pour l’imiter. Un pas. Une à une, au rythme de sa marche, contournant le bassin, les pièces de l’Or tombèrent dans un terrible fracas. Un pas et ses murailles, érigées effrontément autour de son esprit, s’affaissèrent. Violemment, subitement, comme un coup de tonnerre qu’elle laissa exploser à l’orée du cœur du Rêveur. Seulement, Nimuë, elle, en apparence, semblait sereine. Prédatrice. Il pouvait entendre le grondement de sa propre Bête qui clamait sa rage. Attaquait le Lien d’un coup de croc. Un seul.

Un pas. Elle quitta ses vêtements qui se froissèrent au sol. Et écarta les bras pour lui laisser tout le loisir de voir, de comprendre. De vider son sac.

À la faveur des rayons de la lune, la rousse exposa à ses yeux, les stigmates que son corps portait. Amaigri, l’os de ses clavicules était saillant, comme ses côtes qui dessinaient une courbe trop marquée. Légèrement grise, sa peau ne possédait plus cet éclat marmoréen qu’elle avait fièrement arboré. Depuis son voyage à Jamir, malgré ce qu’elle avait affiché, son état s’était dégradé.

Un pas, elle ne retira pas son masque. Baissa la tête face à l’homme, l’époux, certainement pas le soldat ni même son Pope !

« Que valent les promesses quand celle qui les porte est sur le point de mourir ? »

Regarde-moi Childéric. Telle que je suis. Fanée.

« Je ne sais pas. Je ne sais pas si je dois l’enlever. Elle nous regarde. Tu as changé. Mais je ne suis pas forte. Que valent nos promesses, nos sacrifices en sachant qu’Elle ne me fait pas confiance ? Je croyais… qu’est-ce que je croyais au fond ? Et toi ? Es-tu sûr que tu t’es débarrassé de ta couronne en venant ici ? J’en doute. »

Elle garde obstinément sa posture, elle ne le regarde pas. Tremble de froid et d’indignation.

« Regarde-moi Childéric et ose me dire le contraire ! »






© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyVen 10 Juil 2020 - 3:30
    Le plus dur, face à une tempête, c’est d’être capable de passer de l’autre côté. De trouver la quiétude de l’oeil du cyclone et de l’abandonner. Car il faut finir de traverser. Ne pas s’arrêter à la moitié du chemin et finir le trajet. Maintenant, tous les deux avaient atteint l’oeil du cyclone et il n’avait qu’à aller de l’autre côté. Il absorba comme le reste l’assaut de la jeune femme. Il est plus facile pour une bête de gérer les crocs de son semblable que de gérer les mots et les sentiments. Un croc ne sert qu’à se nourrir et à se battre, un but simple. Sans problème, sans effet, sans rien d'autre que la faim. Un sentiment dévorant mais qu’il est facile de comprendre. Pas comme le chaos dans lequel se trouve maintenant celui qui fût lion. Il la regarda avancer vers lui et finalement abaisser ses barrières. Il la regarda enlevé un à un ses vêtements. Oui… le poison l’avait rongé.

    Plus qu’il ne le pensait, maintenir ce jardin de roses lui coûtait trop. Beaucoup trop. Mais pourtant, il ne pouvait s’empêcher de la trouver toujours aussi fascinante, même aux portes de la mort, il la voyait toujours avec le même œil. Celui d’un mari amoureusement stupide. Ou stupidement amoureux, un peu les deux. Mais il voyait le mal, le venin et ses effets. Et la voir comme ça lui fit mal. Très mal. Il voulut d’abord le garder pour lui, au plus profond de son être et loin du lien. Loin de tout. Mais elle le connaissait et sûrement que ça ne serait pas assez, mais il ferait de son mieux pour tout cacher. Peut-être que ça serait ça, la clef. Mais il n’en fit rien. Le Pope l’aurait caché, le porteur de la couronne aurait tout gardé pour lui. Il n’avait pas suffisamment changé pour cacher ça. S’il lui avait caché ça, elle aurait eu raison, il aurait trop changé, il n’aurait plus été le même. Mais bien qu’il y ait pensé, il n’avait pas pu.

    Elle s’était approchée, faible et vulnérable. Elle s’était avancée sans aucune barrière. Il fit les derniers pas qui les séparaient et fit ce qu’il lui semblait la plus naturelle du monde. Il retira lui-même le masque, la regarde droit dans les yeux, déposa un baiser sur ses lèvres et la prit dans ses bras longuement. Le lien vibrerait de ce qu’il ressentait sur le moment et il n’avait qu’à le laisser parler pour qu’il chante en harmonie avec le silence qui avait perdu sa volonté oppressante. Mais c’était sûrement ce dont ils avaient besoin tous les deux. Elle lui avait répondu et lui avait fait part du coeur du problème. Elle. Elle était toujours le coeur du problème. Sa cause et sa solution. Elle était celle qui rythmait la vie de ses élus par ses yeux et c’était à lui de comprendre son verbe. Une tâche vouée à l’échec car on ne comprend jamais vraiment une déesse. Il resta près d’elle et lui glissa doucement :

    « - Les promesses sont pour ceux qui y croient. Je crois en celles qu’on s’est faite. Je crois en la vie que tu vas finir par retrouver. Comme je crois en toi, et que je crois en Elle. Croire tu sais… C’est finalement ça le nœud du problème. Elle surveille tout le monde et ne fait confiance à personne, enfin pas exactement, elle a sa manière de faire confiance. C’est son rôle, c’est ce qu’elle fait. Elle ne voit pas le monde comme nous. Elle n’est pas dans la même sphère. Ce n’est pas contre toi, ou contre aucun de nous. Elle me mène la vie dure si tu savais... mais je commence à voir ce qu’elle dit, et ça me fait peur. Peur de finir par devenir comme elle, de devenir comme ils étaient. De ne vraiment faire confiance à personne et de douter de tout. Car c’est ça, le poids de la couronne et je suis venu ici sans elle. Car je suis venu sans doute. »

    Et le dire le libéra d’un poids. Finalement, c’était sûrement ça la différence et ce qu’il recherchait pour ne pas sombrer et ployer uniquement sous la couronne. De garder ce monde sans doute pour garder ses liens. Il lui était de plus en plus difficile de séparer l’homme de l’office. Mais il devait préserver ses liens, les empêcher d’être dévoré, non pas par sa bête, mais par une autre entité tout aussi affamée : la couronne.

    « - Tout ça vaut la peine, car grâce à elle, il aura une vie meilleure. Elle rend ça possible. Et il vaut tous les sacrifices. »

    Ce « il », elle comprendrait sans problème de qui il était question ici.

    « - Il est difficile de la comprendre, comme je t’ai dit. Ce qu’elle dit, ne correspond pas toujours à ce qu’elle fait. Mais elle nous laisse être, c’est le signe absolu qu’elle croit en nous. En toi comme en moi. Mais elle guette, car c’est son devoir à elle, de veiller sur nous. Je commence à la comprendre car, d’une certaine façon, je suis amené à devoir penser la même chose. À croire en certaines personnes plutôt qu’à leur faire confiance. C’est peut-être ça finalement, être vraiment le verbe de la déesse. Mais il est difficile de raconter ce qu’on peine à concevoir. Mais finalement c’est ça : elle ne nous fait pas confiance, mais elle croit en nous. Comment peut-être faire confiance à des gens qu’elle ne pourra elle-même jamais comprendre, malgré sa proximité ? Elle est divine et nous sommes mortelles. Pourtant, elle croit en toi. Elle croit en toi malgré tout et elle croira en toi, tant que tu ferras de même. Elle croit en toi, tout comme moi, sans compter que moi, je te fais confiance. »


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptySam 11 Juil 2020 - 10:20
Croyance et confiance







La Bête fut repoussée sans que celle-ci ne cherche à revenir à l’assaut. Plus sage, quoique toujours aussi vindicative, elle représentait la combativité de la jeune femme, le murmure de vie, embrasé dans son cœur. Une croyance, une volonté de s’accrocher à la Vie. Pour Lui, pour Eux. Telle une mère louve protégeant sa famille.
Ce qu’elle lut dans les yeux de son époux, mélange d’amour, de tristesse et de fierté laissa la O’Bannon pantoise. Childéric retira son masque, ses peines, ses doutes d’un baiser, d’une étreinte auxquels elle répondit, s’y abandonnant pleinement, libérée du poids de ses tourments.
Le temps se suspendit, et le reste s’effaça au profit du Lien qui les unissait et les unira toujours. Malgré tout. Malgré le devoir, les mensonges, la honte, les secrets. Entre ses bras la tempête s’éloignait, une pause bien méritée, une parenthèse agréable où Morwenna redevenait cette femme dont le cœur était ballotté entre mer et terre.
Mais ce déchirement ne faisait plus de mal, pas comme autrefois. Son époux était là et incarnait leurs batailles passées, celles à venir ? Elle ne voulait pas y songer pour l’heure. Demeurant entre ses bras, elle l’écouta sans mot dire. Il avait raison, Jack méritait bien tous les sacrifices et la différence soulignée entre croyance et confiance souleva en la Sainte de nouvelles interrogations. La Déesse croyait en chacun d’eux, accordait sa confiance à une poignée d’entre eux. Même à lui, son Grand Pope. La Voix de la Sagesse.
Perdue dans ses pensées, l’ancienne capitaine de la Rose Sanglante considérait le sujet sous un angle différent, offrait un aperçu à travers le Lien, à son bien-aimé. Elle exprimait une note de soulagement, d’abnégation, souhaitant dépasser ses craintes, voir un schéma plus grand. Elle soupira.

« Et toi, tu te retrouves au milieu de tout cela. » Je ne te simplifie jamais rien. « Tu es sage. Bien plus sage que je ne le serais jamais. Tu as changé et c’est par peur de te voir disparaître que je te mène la vie dure. Et je suis désolée de te dire que je ne suis pas prête à changer, à concéder quoique ce soit là-dessus. Te perdre dans ton devoir, t’écarter du chemin que je t’ai montré. »

Un petit sourire mutin se dessine sur son visage fatigué. Elle ne regrettait pas d’agir en garde-fou. Elle se souvenait de Bélisaire et Akritès.

« J’ai confiance et je crois en toi, seulement le poids de la couronne est un fardeau tout aussi nocif que le poison que je combats. Je n’abandonne pas, je suis têtue. Mais mes forces s’amoindrissent et tu l’as dit : je suis mortelle. Quand bien même Satine m’a prédit une vie très longue. Très solitaire. »

Son expression s’effaça au profit d’une autre, plus grave. Plus sérieuse.

« C’est que je vais forcément m’éloigner de toi. Ou perdre la plus importante des batailles. Et sachant cela, je veux croire, oui. En Elle, en nous ? Me défaire de cette défaite. »

C’était à elle d’écrire son Destin. De le façonner.

« Je dois quand même te dire quelque chose. »
Elle releva son visage vers lui, grimaça : « Je n’ai pas résisté à l’envie de piller la cave d’Airôth. Et j’ai rencontré Lesath sur le chemin du retour. Son armure m’est apparue avant lui, c’était très étrange. »





© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptySam 11 Juil 2020 - 23:13
    Le lien déferla de nouveau, réactivé. L’oeil du cyclone avait été traversé et de nouveau, il devait faire face à la tempête. Mais une tempête d’un autre genre. Plus celle de la colère et de la rage, mais bien celle des émotions et des doutes. La plus violente, la plus puissante et surtout, la plus difficile à traverser. Lui-même’n'avait pas réussi à le faire à son propre propos. Il avait juste appris à vivre dans la tempête et à faire face au vent sans être brisé par ce dernier. Mais il était loin de la tranquillité d’un monde sans tempête. Il avait beaucoup d’un coup à encaisser vis-à-vis des émotions de Nimue, mais il y était habitué, alors il reçut la tempête et elle s’ajouta à la sienne. Il comprenait mieux les raisons de son état et ce par quoi elle était passée. Il avait voyagé dans les mêmes eaux tumultueuses. Il rit alors de son rire-rugissement quand elle lui signifia qu’elle ne l’aidait par vraiment et qu’elle lui faisait la vie dure.

    C’était son rôle de Pope et son rôle d’époux de porter la tempête et d’aider les autres à la traverser. Voilà la réalité de son devoir sacré, aider le monde et les siens à passer la tempête sans pour autant qu’il puisse lui la traverser. C’était là son rôle à elle, l’aider à passer également. Mais est-ce qu’il y arriverait ? Elle avait raison sur un point, il avait changé. Il avait dû changer ! Pour s’adapter à la couronne et il avait rapidement était forcé d’acquérir la sagesse nécessaire à l’office. Trop vite peut-être ? L’avenir aurait la réponse à cette interrogation. Alors après avoir rit, il lui sourit et par le lien, il lui fit part de sa reconnaissance. C’était ça qu’il attendait d’elle au final. Qu’elle le rende différent d’eux. Qu’elle l’aide à rester Childéric et non plus le Pope qui vit au sommet de sa tour et qui n’existe plus que par son titre et son rang. Elle était la clef de voûte de ce qu’il lui restait d’humanité dans son combat contre ses deux démons : sa bête et sa couronne.

    Pour le reste, il n’accordait pas de crédit aux augures des hommes, enfin, un crédit limité. Après tout, en tant que Pope, il avait été amené à lire dans les étoiles les volontés divines et avoir été initié à ce genre de chose lui avait montré que l’avenir était une chose on ne peut plus incertaine. Surtout quand il s’agit de la vie ou de la mort d’une personne, tant les forces en présence dans les fils de son destin sont réellement illisible. Après tout, même le destin ne peut s’affranchir du libre arbitre. C’est pour ça qu’il croyait profondément aux chances de survie de la jeune femme. Il espérait que tout ça serait assez, qu’il y arriverait à temps. Mais ils avaient à deux, surmonter des épreuves plus violentes, plus virulentes !

    « - Nous allons forcément changer. Nous sommes amenés, chaque jour qui passe, à devenir différent de ceux que nous étions. Nous vieillissons, ma chère. Mais elle nous a laissé faire nos choix. Et je sais que nous ferons les bons. Je l’ai vu dans les étoiles, c’est le rôle du Pope de voir ce genre de chose ! »

    Puis, quand elle parla de ce qu’elle avait fait, il cligna rapidement des yeux reculant très légèrement sa tête de surprise. Il s’attendait à ce genre de chose de la part de sa femme. C’était même ce qu’il avait craint en réalité. Il avait juste espéré qu’elle aurait boudé un peu plus longtemps avant de se s’adonner à ce côté possiblement auto-destructeur. Si Lesath et Airôth n’étaient pas forcément les pires dans cette affaire, un secret qui est connu de plus de deux personnes n’est plus un secret. Et si ce secret venait à être éventé, ils auraient d’autres problèmes à gérer. Tant entre eux, que rapport à eux que vis-à-vis de l’autorité du Pope. Enfin, le mensonge était son sacerdoce à lui maintenant. Il regarda alors sa femme droit dans les yeux. Il pausa, très rapidement, ses deux mains sur les épaules de la jeune femme et d’un même geste la précipita dans le bassin en l’y poussant.

    « - Voilà, maintenant nous sommes quittes ! »

    Il enleva donc rapidement à son tour ses vêtements et rejoignit la jeune femme dans le bassin.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyMar 14 Juil 2020 - 11:55
Courir après le temps







Une moue sur son visage apprit au Grand Pope qu’elle n’était que peu convaincue par sa première tirade. La jeune femme avait la fâcheuse tendance d’attirer à elle les gens, mais aussi les problèmes. Ou de s’en créer. Par entêtement, par rebuffade, par volonté de contradiction. Un moyen pour elle d’être assurée qu’elle était maîtresse de son destin. Toujours assoiffée de liberté. L’océan et ses lois manquaient à son cœur de pirate, sans vouloir l’avouer à qui que ce soit. Dans son sommeil, quand on lui autorisait le passage au royaume des rêves, souvent elle se voyait voguer sur la Rose Sanglante, à donner la chasse à un malheureux équipage. Ou à traverser des tempêtes. Essuyer celles qu’ils traversaient ensemble, mari et femme, n’avait rien à voir avec ce qu’elle avait pu connaître. Tout était plus simple sur un bateau.
Elle regrettait ce temps, ces moments où rien n’avait d’importance, si ce n’est ce sentiment d’appartenance et d’ivresse de sentir le vent dans ses cheveux, les vagues danser sous ses pieds et l’appel du sang résonner jusqu’au cœur.
Nimuë soupira, écarta ses songes éveillés d’un sourire. Oui, ils vieillissaient tous les deux, mais elle ne se sentait pas bien différente. Alors elle secoua la tête pour montrer son désaccord. Voulut prendre la parole, mais… la surprise de Childéric la dissuada de rebondir sur le sujet. Au lieu de quoi, elle vit, un peu tard, un éclat de malice dans les yeux de son bien-aimé.
Son rire résonna dans son temple avant qu’il ne s’éteigne une fois qu’elle plongea sous la surface de l’eau.

« Tu as une drôle de façon de régler les choses mon Amour ! J’espère que cette punition m’est exclusivement réservée ! Sinon, je serai bien contrariée ! » Et elle rit sous cape en imaginant les réactions des uns et des autres. Elle fit quelques brasses pour rejoindre l’ancien Lion. « Ça va devenir une habitude. Il faut que je me méfie des points d’eau, maintenant. Hm… ça ferait désordre en plein Crusos ! »

La rousse renversa la tête en arrière, amusée et ses mains se nouèrent autour du cou de Childéric. Son regard revint dans celui du Pope.

« Mais je suis sérieuse quand je dis que je te préserverai de toi-même. Je ne veux pas changer. C’est ce qui me terrifie. » Son sourire s’effaça tout à fait. Elle se perdit une fois encore dans ses souvenirs. « Et les étoiles ne t’ont-elles pas murmuré un moyen de guérir ? »

Ses doigts devaient bien le sentir. Le corps de la jeune femme se transformait, lui. Il se paraît des atours que l’on prête aux agonisants. Malade, elle devait trouver le remède rapidement.

« As-tu réfléchi à ce que je t’ai dit ? Ou bien… me laisserais-tu faire à ma manière ? M’autorises-tu à quitter le Sanctuaire, ma garde, pour me perdre dans ma propre quête ? Je dois retrouver Lucius, ou trouver quelqu’un qui pourra m’aider. »

Elle courrait après le temps. Et chaque seconde comptait, désormais.






© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyDim 19 Juil 2020 - 19:53
    Il était soulagé d’avoir réussi à apaiser la tempête. Il n’était pas seulement passé à travers l’oeil du cyclone, il avait vu les vents mourir dans le rire de la jeune femme qu’il avait poussée dans l’eau. Il sentait son corps se détendre et le fait qu’il ait rejoint son épouse dans l’eau n’y était pas vraiment pour rien. Puis, quand elle commença à parler, ce fût son tour de se mettre à rugir de rire. Finalement, ils avaient vraiment réussi à arracher ce petit moment, à le voler à la faveur de la nuit, loin de tout, loin des regards mais pour une fois, près d’eux. Il voulait profiter donc de ce moment, avant de revenir au poids des mensonges et de la couronne. Ils étaient là finalement ce qu’ils voulaient être des époux. Mais ça ne durerait pas longtemps, déjà, rien que dans ce trait d’humour, l’ombre du mensonge planait. Tout ça n’avait pas d’importance pour le moment, c’était justement ce dernier qui comptait. Le moment.

    Elle pouvait lire sur son visage qu’il lui était reconnaissant de ça. Le changement était nécessaire, ils n’étaient plus les mêmes que les deux chevaliers d’or qui se sont rencontrés dans un endroit reculé près du Sanctuaire. Il n’était plus ce jeune lion qui n’avait pas peur de son poison, par ego car le lion ne tremble pas. Parce qu'il avait le pouvoir de chasser le mal qui pouvait l’infecter car tel était le pouvoir de la peau du lion de Némée. Elle n’était plus cette jeune femme blessée qui cherchait à repousser le monde entier loin d’elle. Ils n’étaient pas non plus les deux amants, chacun servant un maître différent, volant du temps comme il le pouvait, çà et là. Les choses avaient changé et eux aussi. Le tout était de changer pour le mieux et de ne pas se perdre. C’était un chemin tortueux et difficile. La couronne allait indubitablement le guider loin de tout ça, comme elle l’avait fait pour ceux qui l’avaient porté avant lui. Elle aurait aussi à composer avec son masque, sa perruque et sa supercherie. Mais il ne devait pas se perdre. Il posa alors doucement ses mains sur les hanches de la jeune femme.

    « - Nous trouverons un moyen de te guérir de ça ! »

    Il déposa doucement ensuite un baiser sur les lèvres de la jeune, pour sceller sa résolution. Ils n’avaient pas d'autres options de toute façon. Soit ils trouvaient un moyen de la guérir, soit elle mourrait. C’était là l'amère et difficile réalité. En plus de tous les mensonges qu’ils devaient construire, l’échéance de la maladie du sang se rapprochait bien trop vite. Mais il avait devant eux un indice, une carte qu’il pourrait jouer. Ils pourraient possiblement avoir des informations leur faisant défaut auprès du prince de l’île aux cieux. Il doutait de la déesse sur cette affaire. Il ne pouvait concevoir qu’elle ne savait pas, il ne pouvait imaginer qu’elle n’avait pas la solution. C’était là sûrement un chemin de croix qu’elle leur imposait pour une raison bien à elle. Confiance et croyance sont définitivement deux choses bien différentes…

    La question suivante le renvoyant possiblement au coeur de la tempête ou du moins, au sifflant des vents. Il n’avait pas la moindre idée de comment gérer cette solution. Il était déchiré entre son coeur de soldat, d’époux et le poids de sa couronne. Il fallait trouve une solution, mais à quel prix et surtout, face à quel risque ? Il ne pouvait pas l’envoyer seul face à tout ça, il lui faudrait quelqu’un à ses côtés, mais qui ? Kilian. Impossible. Silas non plus. Ryme peut-être… Finalement, c’était à ses trois là qu’il pourrait confier cette mission. S’il envoyait sa disciple et son épouse au coeur du danger pour chercher des informations… Pourquoi pas ? Mais il avait besoin d’indice, d’information. La sorcière et l’Augure seraient ceux qui lui apporteraient ces informations.

    « - Je ne sais toujours pas. Je pense que nous en reparlerons quand nous aurons vu ton mentor. La sorcière nous donnera des réponses. Mais si tu pars, tu ne partiras pas seule. Sache-le... »

    Il aurait aimé venir avec elle et faire ce chemin-là à ses côtés, mais il ne pouvait pas pour le moment, il était coincé ici. Il était le roi de cette terre et il était aliéné à sa couronne. Il avait encore et toujours son devoir. Mais son devoir lui permettait de lui offrir une solution. Alors il le ferait, comme toujours, mais pour une fois, pas uniquement parce qu’il devait le faire !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyMar 21 Juil 2020 - 21:35
Le secret n'est plus







Elle lui fit la promesse muette de tout tenter. De guérir, de rester auprès de lui, qu’importent les difficultés, qu’importe les maux que la jeune femme portait sur ses épaules. Ou alors elle échouerait, sans rien regretter, parce qu’elle aurait tout fait. Tout. Et la belle rouquine, têtue, restait au fond d’elle une combattante. Fière, au sang noble et puissant, celui des O’Bannon. Le sang ne trompait pas. Rien ni personne.
Et soudain sa mine s’assombrit. Ses prunelles cherchèrent à fuir celles de son époux. L’embarras se manifestait, il fallait qu’elle lui dise. Répondant d’abord à la tendresse de ses bras et de ses lèvres, écoutant en silence ses recommandations, Nimuë prit une grande inspiration et lâcha.

« Lesath sait tout. »


Voilà, c’était dit. Restait à savoir comment Childéric allait le prendre. Pas tout de suite, la Sainte ne lui laissa pas l’occasion de rétorquer, de gronder ou même d’être surprit. D’une voix sérieuse, cette fois, elle enchaîna :

« Il l’a deviné, je ne pouvais pas prévoir que… j’étais la réponse à sa folie. » Une pause où elle affronta ses prunelles. Ce n’était pas de son fait. « Une part de lui résidait en moi, un grain de sable, qu’il a su déceler. »

La vérité avait éclaté. « Il m’a fait la promesse de ne rien dire, et je le crois. Alors oui. »

Les mains de la jeune femme vinrent se saisir des siennes. « Le secret n’en est plus vraiment un. »

Le dire à haute voir exorcisait ses angoisses, ses peines, ce poids qu’elle avait portés depuis ces deux années. Mais la réalité est là, sans doute difficile à entendre pour celui dont la tête était ceinte d’une couronne bien lourde. Elle voulait le rassurer.

« Je ne suis pas seule. Et s’il le désire et toi aussi, il m’accompagnera dans ma quête. J’ai payé une dette de sang, il reste que j’ai retrouvé un frère. Un ami. »

Un radieux sourire s’épanouit sur ses lèvres rouges.

« Je suis désolée, j’aurais dû commencer par ça, je sais. » Elle cherchait quelque chose dans ses iris. Une réponse. Lui en voudrait-il ? « J’avoue que ton silence n’est pas de bon augure… et je ne serai pas bien difficile à noyer, mon Amour ! »

Sa gorge chanta un léger rire. Elle craignait un peu sa réaction. Pas forcément celle de son époux, mais la voix de la Déesse… si elle venait à l’apprendre… alors leur tête tomberait.






© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptySam 25 Juil 2020 - 15:38
    Il resta interdit quand elle lui annonça la nouvelle. Tout ça tomba comme un couperet. Oh, il savait que le secret ne pourrait pas le rester éternellement. Mais il pensait qu’il aurait plus de temps. La guerre leur avait offert l’opportunité de le conserver plus longtemps mais fatalement, il n’avait pas tenu longtemps. Son cerveau tourné rapidement et il imaginait les réactions en chaînes que tout allait produire et jusqu’où les conséquences pourraient aller. Et les ramifications de tout ça allaient loin, vraiment loin. Si loin qu’elles pouvaient remonter jusqu’à la cité englouti d’Atlantis, le pire cas de figure. Il pourrait gérer le mensonge en interne, après tout, c’était là un ordre d’Athéna et s’il expliquait ça bien à l’ordre, du moins, ceux qui avaient connu Nimue, et ils n’étaient plus nombreux, ils pourraient sûrement comprendre la nécessité d’une telle mascarade. Un mensonge du moins, pour combien d’autres en plus ? Il aurait voulu rajouter quelque chose, mais ses réflexions et la jeune femme ne lui en laissèrent pas le temps.


    Son visage passa ensuite par une surprise franche. La réponse à la folie de Lesath ? Une part de lui qui résidait en elle ? Si tout ça était vrai, les perceptions du scorpion pour détecter les auras, ou du moins la sienne, est tout bonnement hallucinante. Toute cette histoire lui semblait abracadabrantesque, mais ça ne pouvait qu’être vrai. Ce grain de sable, cet écho de la folie que personne ne pouvait prévoir, pas même Athéna dans toute sa sagesse et avec tous ses pouvoirs. Il s’appuya alors dos au bassin, complètement épuisé brutalement par cette nouvelle. Pourquoi tout était toujours si compliqué ? Elle s’approcha de et lui et saisit ses mains. Il lui adressa un sourire dans lequel il ne pouvait cacher le poids qui pesait maintenant sur ses épaules. Enfin, si dans cette histoire, il avait retrouvé un chevalier d’or et que le scorpion pouvait tenir sa langue, pourquoi pas, fatalement, tirer quelque chose d’utile tout ça. Restait la grande inconnue : comment aller réagir Athéna ?

    « - Un morceau de mensonge de moins hein ? »

    Mais pour combien de temps tiendrait-il encore aux yeux des autres ce mensonge ? Combien de temps avait-il encore avant de faire face à une tempête sans précédent ? Pas assez, jamais assez. Il fallait juste que cette tempête reste dans leur propre terre et ne se déplace pas pour rejoindre la mer. Les tempêtes marines sont toujours plus violentes… Il était désemparé et rit plus par réflexe qu’autre chose, quand elle parla de la noyer. Il soupira ensuite. Le clame de l’oeil du cyclone résidait donc dans le crédit qu’on accorde à un fou et l’étincelle d’un cosmos vieux de plusieurs années qu’il avait su percevoir. Le pire, serait comment elle réagirait quand il lui ferait part de la nouvelle. Pour ça, il devait voir s’il pouvait en savoir plus.

    « - Je vais devoir lui en parler… Je ne sais pas comment elle va réagir, mais si c’est quelque chose contre lequel tu n’as rien pu faire et quelque chose qu’elle n’a pas repéré aussi, cela devrait aider. Tu peux m’en dire plus sur ce qui a fait réagir Lesath ? De comment s’est passé sa découverte, tout ce qui pourra me servir quand je devrais lui rendre compte en somme. »

    Et de conversation, il faudrait qu’il en ait une rapidement avec le scorpion. S’il semblait avoir retrouvé la raison, il devait s’assurer d’abord que ça soit bien le cas. S’il était de nouveau suffisamment sain d’esprit pour servir, il devrait s’assurer de son silence d’abord et ensuite de le remettre au travail. Il était le seul chevalier d’or actuellement à ne pas faire partie de l’administration géographique qu’il avait mise en place et ça ne pouvait durer éternellement. Son devoir allait le rattraper lui aussi car il est difficile d’y échapper, même un fou doit rendre des comptes, surtout s’il ne l’est plus. Mais combien de temps pourrait-il rester sain d’esprit ? Il rajouta donc le scorpion à la liste des choses qu’il devrait régler rapidement et des problèmes qui s’accumulaient. Décidément, cette liste n’avait jamais de fin et se rallongeait sans arrêt. Il était peut-être Sisyphe, condamné à pousser son rocher pour toujours...


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
MorwennaMorwennaArmure :
Armure d'Or des Poissons

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu1800/1800Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (1800/1800)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge1350/1350Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (1350/1350)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune1500/1500Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyLun 27 Juil 2020 - 15:51
Sentance







Oui, une part du mensonge s’envolait, gardée par Lesath. La jeune femme hésitait beaucoup entre s’en réjouir, en avoir peur ou se sentir coupable de n’avoir su défendre plus cette mascarade. Elle n’en avait tout simplement pas eu la force.
La force de mentir encore au Scorpion, à elle-même, désobéir à ses principes. Elle ne le pouvait plus. De toute façon, à quoi bon ? Cette pensée l’attrista et fit naître une ombre dans ses yeux pâles. L’ombre de la mort se penchait encore sur elle. Nimuë ne savait pas si elle parviendrait à la repousser, qu’importe si elle était seule ou pas.
La charge de son époux était immense et voir la surprise surgir comme une lame dirigée contre sa poitrine lui fit du mal. Elle lui imposait encore des difficultés.

Alors que tout aurait pu être plus simple pour lui, songea-t-elle tristement en baissant sa tête. « J’attendrais donc son jugement ? Non. »

Elle n’avait pu souffler que ça. La réponse lui avait échappé, mais c’était ce qu’elle pensait. Cette idée lui écorchait le cœur, le mettant à vif.

« Pourquoi déjà penser à une plaidoirie ? Tu vas donc devoir sans cesse justifier le moindre de mes gestes ? Tu ne devrais pas tout supporter. Surtout pas mes conneries, j’irai la trouver moi, si elle accepte de me recevoir. »

Mais je ne demande pas ton accord à toi, ce n’est pas négociable, j’en ai assez qu’on tente de le faire pour moi. Je suis une grande fille et je veux faire face à mes propres actions. Voilà ce que le Lien pourrait révéler s’il tentait de s’y plonger. Il vibrait, tout comme le corps de la jeune femme qu’elle pressa contre l’ancien Lion, en quête de chaleur. Le froid l’enveloppait.

Je suis une anomalie.

La gorge serrée, le silence se fit.

« Mais je te l’ai dit, j’ai confiance en Lesath. Ma dette envers lui a été honorée et bien que nous soyons liés par des promesses, j’ai dans l’idée que c’est avant tout notre amitié qui gardera notre royaume intact, roi. » Elle essaya de lui sourire, sans grand succès. « Je me suis fait à l’idée d’être ta reine damnée. Ce n’est pas pour autant que je te laisserai m’accompagner dans tous mes maux. Laisse-moi gérer cela. »

Une pause tourmentée.

« Ou laisse-moi essuyer seule cette tempête. Tu as ton devoir et j’ai le mien. Tu es le Grand Pope et je ne suis qu’une Sainte d’Or. »

Nimuë s’amusa elle-même de sa remarque. Pourquoi se cacher maintenant derrière son devoir ? Elle gardait pour elle cette réponse.






© Never-Utopia


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Cxyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t239-nimue-gold-sainte-des
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-bleu260/260Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-bleu  (260/260)
CP:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-rouge330/330Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-rouge  (330/330)
CC:
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] G-jaune216/216Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] V-jaune  (216/216)
Message Re: Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]   Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] EmptyMer 29 Juil 2020 - 2:55
    Son rôle était de parler pour la déesse. Mais il ne savait pas comment elle allait réagir à ça. Vraiment. C’était ça qui l’inquiétait grandement. De ne pas être en mesure de savoir. C’était normal de ne pouvoir comprendre la pensée d’une déesse mais lui, il était sa voix. Son verbe devait être le sien, il devait parler sa langue mais là, il était muet. Une mauvaise chose pour le Pope. Oh, elle saurait comprendre qu’il était impossible pour Nimue de passer outre ces détails cosmiques et c’était un miracle que le scorpion ne l’eut pas senti plus tôt ou simplement que les deux porteurs d’or ne se soient pas croisé avant. Mais elle avait imposé le secret. Lesath était fou, on ne sait jamais de quoi ils sont capables même s’il prétend avoir retrouvé un peu de son esprit dans tout ça. Il verrait bien, après tout, on ne prédit pas une tempête pas plus qu’on ne la contrôle. On ne fait que la traverser, l’essuyer en espérant y survivre, car c’est la seule chose que l’Homme peut faire.

    Il regarda sa femme droit dans les yeux. Il lui sourit ensuite. L’idée n’était pas mauvaise et pourrait même être profitable pour Nimue de voir la déesse. C’est une bonne chose de la voir, de savoir qu’elle est là, qu’elle croit, à défaut de faire confiance. Les troupes devraient la voir plus souvent, cela ferait du bien à tous mais son temps viendrait. Il savait pour l’avoir vu affronter Arès lors du siège de Jamir qu’elle n’avait pas volé sa réputation de déesse qui se bat en première ligne aux côtés de ses troupes. Mais cette rencontre pourrait peut-être…

    « - Tu sais, que ça soit toi ou un autre, c’est mon rôle de faire le relais entre le reste de l’ordre et elle. Je suis celui qui lui parle, qui commente et commande vos faits et gestes. C’est le rôle du Pope de veiller sur ses chevaliers d’or. D’autant plus quand il s’agit de sa femme ! Mais je vais lui dire que tu souhaites être reçue par elle et nous verrons ce qu’elle répond alors. »

    Un léger silence s’installa ensuite entre eux deux. Pas un silence gênant, ni pensant, plutôt celui de la réflexion. Beaucoup de choses fatalement restaient à régler mais rien qu’ils ne pourraient résoudre ce soir. Des choses qui, cependant, demandent le temps de la réflexion. Des problèmes à long terme, comme le sont les mensonges dont ils sont originaires. Quand elle reprit la parole il l’écouta attentivement. Il était vrai qu’il y avait maintenant quelque chose à faire si le scorpion avait retrouvé son esprit, il pourrait l’envoyer en mission avec la jeune femme. Mais il devrait s’assurer de son état personnellement. Un mal pour un bien au final. Mais beaucoup de choses reposaient sur le silence d’un fou. Et est-ce qu’il pouvait vraiment se fier à ce genre de chose, il n’en était pas vraiment sûr. Mais elle lui faisait confiance avec son secret alors…

    « - C’est mon devoir en tant que Pope d’essuyer les tempêtes à vos, aux tiens tout particulièrement. Je suis celui qui croit ET qui fait confiance. D’autant plus que je suis ton époux, alors c’est à la fois par devoir et par plaisir que j’essuie les ouragans avec toi, qu’importe ce qui les causes. »

    Et ils en avaient essuyé beaucoup des tempêtes tous les deux. Certaines qu’ils avaient dû affronter seuls, d'autres ensembles et certaines qu'ils avaient eux-mêmes causées. Leur lien avait grandi dans la tempête et le chaos. C’est ce qui en faisait sa force. L’acier forgé dans la tornade ne brise pas facilement. Si seulement il est maintenant possible de le briser. Ils avaient payé le prix de ce lien et de cette forge. Elle avait fait d’énormes sacrifices pour eux, pour vivre sous l’égide d’Athéna. Il voulait que ses sacrifices ne soient pas vains, il voulait qu’elle puisse voir ce que le rêve allait devenir, ou à défaut, qu’elle soit à ses côtés pendant le siège de la cité. Il amena alors la jeune femme contre lui pour l’étreindre et lui apporter le confort de ses bras. Délicatement, il passa une main dans ses cheveux et laissa ce moment durer.

    « - Tout va bien se passer. »

    Il y croyait encore, il y croyait vraiment.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna] Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
Et la tempête est passée au travers de nous, autour de nous. Elle a disparu et nous restons. [Début février 553 - PV : Morwenna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple des Poissons-
Sauter vers: