Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Début Février 553] A la "croiset" des chemins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMar 14 Juil 2020 - 16:14
Questionnement







Le Grand Pope avait rapidement répondu à ma demande d'audience, et ses gardes venaient de m'introduire dans le couloir qui menait à la salle du trône, malgré l'heure tardive.
Cela ne faisait qu'une poignée de jours que je m'étais absenté, et pourtant j'avais la sensation que des mois s'étaient écoulés depuis l'entrevue houleuse avec Morwenna et l'ancien lion. La mission à Jamir semblait si lointaine...
Je marchais d'un pas lent le long de l'allée majestueuse, mes bottes d'or résonnant sur le dallage de marbre blanc à chacune de mes foulées. Relater au Grand Pope ma rencontre avec Hermès, et mes affres n'allaient pas être une tache aisée. Mais je me devais de m'y soumettre. Comment allait-il réagir ? Compassion ? Agacement ? Reproches ?
Connaissant Childéric, nul doute qu'il serait sensible à ma peine. Car, je ne comptais pas la masquer outre mesure. Le faciès de glace avait tendance à l'irriter plus qu'autre chose.
Mais plus encore, allait-il deviner mes interrogations profondes ? Pourquoi Athéna n'était-elle pas intervenue, d'une manière ou d'une autre pour me guider ? Pourquoi son frère désinvolte avait-il porté son dévolu sur moi ? N'étais-je qu'un pion de plus sur l'échiquier d'une déesse de la sagesse de plus en plus lointaine ? Une divinité guidée par un rêve auquel je croyais, et pour lequel j'avais renoncé à embrasser mes origines. Si la conversation prenait cette direction, peut-être partagerais-je mes réflexions avec Childéric. Mais avec ma tendance à l'irriter... J'allais jouer la prudence.
Une fois parvenu dans la salle du trône, au centre du vaste tapis carmin, je posais un genou à terre en guise de respect.

Grand Pope... Kilian du Verseau, au rapport. Je viens vous relater ma rencontre avec le dieu Hermès.

Ni froideur, ni colère. J'ai trop fatigué émotionnellement pour donner le change. Les traits tirés de mon visage, mon teint cireux dû à trop de nuits sans sommeil, et mon amaigrissement devaient parler d'eux même. Pourtant, mes épaules s'étaient redressées, débarrassées d'un lourd fardeau dont je n'avais pas eu conscience jusqu’alors.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMer 15 Juil 2020 - 2:57
    Le retour rapide de Kilian surpris Childéric. Il n’était pas du genre à abandonner aussi vite, ni du genre à demander une audience pour rien. S’il avait fait la demande d’être reçu par le Pope si rapidement après être parti en quête de ces réponses occultes, c’est qu’il devait avoir trouvé quelque chose. Alors le Pope simplement fit en sorte de recevoir le chevalier d’or au plus vite. Il n’avait pas de place pour le voir dans la journée alors il lui donnerait une partie du temps de sa soirée. Plutôt de début de la nuit car il ne pouvait pas le recevoir plus tôt. Il avait fait préparé de la même façon que la fois précédente de quoi discuter même s’il espérait que la rencontre entre les deux hommes serait sous de meilleurs auspices que la fois précédente. Il reçut donc le Verseau qui arriva et la première chose qui confirma ce qu’il appréhendait c’était le visage du onzième gardien…

    Lui qui avait la salle habitude d’arborer presque avec fierté une fausse froideur qui avait tendance à irriter Childéric semblait là bien vulnérable. Il était visiblement passé par quelque chose d’éprouvant. Sa démarche ne semblait pas entravée par des blessures physiques mais il savait mieux que personne à quel point un éveillé et en particulier un chevalier d’or bouffi de fierté mal placée pouvait cacher ses blessures. La fatigue pouvait être responsable de ça après tout, il avait enchaîné très rapidement, trop rapidement, son séjour à Jamir et sa traque personnelle de réponses. Il se présenta et ploya le genou, déclarant finalement l’objet de sa requête et la surprise fut lisible sur le visage de celui qui fût lion. Il n’avait clairement pas mis longtemps avant de tomber sur le dieu des voleurs. Avait-il fait un tour dans un certain endroit du Sanctuaire ? Non, il était allé plus loin.

    « - Relève toi Kilian, viens, assied toi, nous serons mieux pour discuter de tout ça. »

    Il était vêtu simplement de sa toge blanche et le masque était visible sur une petite table près du trône que Childéric avait quitté depuis un temps déjà. Il amena donc le Verseau vers deux confortables fauteuils qu’il avait faits cherchés accompagné, évidemment, d’un peu de vin. Le demi-atlante semblait en avoir grand besoin. D’un signe de la tête, Childéric l’invita à prendre sa coupe pour qu’il l’accompagne. La journée avait été longue pour lui mais toute la fatigue liée à cette dernière s'était envolée quand le Verseau avait fait mention de l’objet de sa visite. Une rencontre avec le dieu des voleurs s’était quelque chose qu’il ne pouvait laisser de côté et qui attisait grandement son intérêt.

    Mais plus que son intérêt militaire et professionnelle, c’était l’inquiétude pour Kilian qui percerait sur le visage de celui qui fût lion. Il savait à quel point il était compliqué et difficile de parler avec un dieu. Il avait encore en tête le coup de pression inutile qu’Athéna lui avait infligé lors de leur dernière rencontre. La déesse de la sagesse n’était pas loquasse et commençait seulement à être plus bavarde avec l’homme censé être là pour interpréter son verbe. Il ne pouvait imaginer ce qu’il avait été de rencontrer un dieu à qui on n’a pas prêté allégeance et qui se trouve entre deux eaux. Childéric n’aimait pas trop ce qu’avait fait la déesse avec son frère. Mais ils étaient dieux et eux, des pions condamnés à danser dans leurs mains, rien de plus.

    « - Bien, maintenant ma première et ma plus importante question vis-à-vis de tout ça. Comment vas-tu Kilian et puis-je faire quelque chose pour toi ? »

    Finalement, le moment qu’il avait redoutait aller se présenter à lui plus vite qu’il ne l’avait prévu. Il appréhende le jour où il devrait faire face aux conséquences d’un ordre s’étant mal déroulé. Une mission qui se solderait par un échec et comment il devrait répondre face la mort ou les graves blessures de plusieurs des siens. Il avait encouragé Kilian dans cette quête de réponse et il se sentait responsable de l’état du chevalier d’or. Il se mit donc à écouter ce qu’il allait répondre. Il espérait qu’Athéna écoutait également, elle risquait de trouver ça instructif et si elle n’était pas là, il prendrait soin de lui faire un rapport extrêmement détaillé de la conversation qu’il allait avoir avec Kilian. Peut-être qu’il serait temps que lui aussi, réussisse à parler à ce fameux dieu des marchands en compagnie de sa maîtresse.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMer 15 Juil 2020 - 13:43
L'aveu







Comme à son habitude, le Grand Pope me reçu avec convivialité et simplicité à la fois. De quoi être à l'aise, et en confiance en sa présence.
Et pour la première fois, j'abandonnais totalement ma distance respectueuse pour ne rien gâcher de mon épuisement et de mon état d'esprit. Je n'en avais pas la force, tant maintenir les apparences me coûtait.
Je pris donc place sur le fauteuil qui m'était destiné, sans autre forme de cérémonie, avant de m'emparer de la coupe de vin, pour la vider d'une traite. Comme pour le présent d'Hermès, je savourais le nectar qui apaisa temporairement le tremblement involontaire de mes mains. Je fermais alors brièvement les yeux pour savourer la chaleur qui coulait dans ma gorge, avant de me souvenir de l’identité de mon hôte.

Euh... Je...

Mille réponses me venaient, dont une, par réflexe : Oui, tout va bien. Pourtant, elle refusa de quitter la barrière de mes lèvres. Je tentais de me faire violence, mais je constatais le vide de mes pensées. A force de souffrir, de me questionner, mon esprit se réfugiait dans un grand vide.
Je posais alors un regard las, où brillait l'écho de ma peine, trop intense pour être domptée.

Non, je ne vais pas bien, Grand Pope. Et seul le temps pourra m'aider d'une quelconque façon, je le crains...

Le fardeau envolé, restait toutefois cette peur du vide, cette blessure de l'absence. Remplir le néant que la mort d'Aorlin avait laissé serait une tâche ardue, presque impossible. Et toutes mes forces survivantes restaient vocalisées sur la nécessité d'avancer, de ne pas sombrer dans mon tourment et ma souffrance. Ma solitude.

J'ai... Mon intuition était la bonne... Hermès est venu à moi, en Arcadie, dans la grotte où il a vu le jour... Nous avons joué... Et il m'a montré ses deux facettes. La cruauté la plus subtile, mais aussi une grande humanité. C'était bien lui l'auteur du saccage de mon laboratoire. Il m'a mis au défi, a scruté mon âme et...

Impossible d'en dire davantage. La gorge serrée, je sentis des larmes menaçaient de se relâcher. Non, pas maintenant ! Pas devant le Grand Pope ! La honte, couplée à la douleur me submergea, et je les dominais à grand-peine. Je baissais alors la tête, pour tenter de dissimuler mon état. En vain.

J'ai tué mon frère. Il... Il le fallait...

Vérité crue. Impossible de la nier, de l'amoindrir. La sinistre réalité me frappa de plein fouet, et je restais figé, les yeux dans le vague. L'assassinat en lui-même avait été... nécessaire, je le savais. Au lieu de maudire Hermès, je lui étais infiniment reconnaissant pour m'avoir fait avancer, grandir. Mais la douleur d'un cœur humain mettrait du temps pour disparaître.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyDim 19 Juil 2020 - 19:50
    Une inquiétude plus présente se fit remarquer sur le visage du Pope quand il observa Kilian s’installer et vider la coupe de vin si rapidement. Il était visiblement extrêmement fatigué, peut-être même plus. Il se dégageait de lui une impression de fatigue plus profonde que juste l’épuisement du corps. Les chevaliers d’or en particulier sont entraînés à gérer cette dernière. Ils pouvaient aller bien plus loin que le commun des dormeurs. Le corps du onzième gardien avait été mis à rude épreuve, il revenait de Jamir et il était parti dans la foulée vers autre chose. Mais ce n’était pas seulement l’épuisement du soldat surmené qu’on pouvait ressentir en regardant le chevalier d’or. Il avait abandonné son masque. Il avait laissé celui qui se cache derrière, par convenance ? Il en doutait, surtout vu la teneur de leurs derniers entretiens. Non, il avait vraiment dû se passer quelque chose de difficile pour lui. Les premiers mots qui quittèrent la bouche du Verseau après un temps vinrent confirmer ce que le Pope avait remarqué. Mais qu’avait-il pu bien vivre ?

    Il écouta Kilian avait patience et intérêt. Il ne voulait pas l’interrompre et il voulait lui laisser le temps de trouver ses mots. Visiblement il avait quelque chose à dire et il voulait le dire. La façon dont il avait présenté les choses, cette mention que seul le temps pourrait l’aider à aller mieux, laisser supposer qu’il avait fait face à une forme de blessure émotionnelle. Il ne voyait pas bien qui pouvait avoir été la source de ces blessures pour le chevalier du Verseau. Childéric ne lui connaissait pas beaucoup de liens. Du moins, qu’il eut conscience, il savait que Morwenna était sa demi-sœur, ce qui faisait donc du onzième gardien un demi-atlante. Qui d’autres ? Son ami prisonnier de la glace, mais il semblait particulièrement protégé. Il savait que la maîtrise de la glace du chevalier d’or était puissante et qu’il n’avait pas de mal à maintenir et entretenir ce cercueil. Quoi alors ?

    Il restait silencieux et l’inquiétude fut rapidement remplacée par la surprise. Ainsi, Kilian avait pu rencontrer le dieu des marchands et des voleurs. Ce frère de la sagesse qui semblait de plus en plus se poser comme un allié problématique. Soit, qu’avait-il donc fait au onzième gardien ? Childéric écouta la suite et il allait en avoir pour son argent. Après la surprise, ce fut la dureté du Pope qui pouvait se voir sur le visage du chef de la chevalerie. Il semblerait qu’on avait voulu faire souffrir l’un des siens et c’est une offense qu’il ne pouvait laisser passer, mais avant ça, il devait avoir la fin de l’histoire. Et après la dureté, c’est une profonde sollicitude qui se marqua sur le visage de celui qui fût lion. Le voyageur avait donc forcé le onzième gardien a trancher ce lien qui lui restait avec son passé. Il l’avait poussé à faire en sorte que la nature reprenne ses droits. Pire, il l’avait lui-même forcé ou au moins encouragé, à être l’acteur de ce déchirement. Il pouvait maintenant mieux comprendre la souffrance du Verseau et la nature de sa perte.

    Il avait longtemps refusé de faire le deuil de cet ami malade et avait repoussé sa mort trop longtemps. Que pouvait faire Childéric maintenant ? Pas grand-chose, la couronne l’empêché d’être lui-même mais il pouvait malgré tout se montrer humain. Il se leva donc fit quelques pas vers Kilian et posa une main sur son épaule. C’était là tout le réconfort humain qu’il pouvait lui offrir. Il serra donc l’épaule du chevalier d’or et repris avec une voix teinté de tristesse, il partageait la souffrance de celui qu’il avait en face de lui. Il savait, mieux que n’importe qui, à quel point il est difficile pour un guerrier sacré de façonner et conserver un lien et combien il était douloureux de devoir les arracher.

    « - Je suis désolé pour toi Kilian, vraiment… Si je peux faire quelque chose pour toi, dit le. »

    Il faudrait vraiment à termes qu’il parle à Athéna de son alliance avec le dieu des voleurs. Il pouvait comprendre la nécessité du secret et du mensonge, mais devait savoir ce qu’elle avait permis à son frère. Il pouvait entrevoir aussi, pour avoir discuté avec Kilian ce qu’il avait voulu faire ici. Il espérait justement qu’il s’agissait d’une leçon divine.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyLun 20 Juil 2020 - 20:22
Perdu








Lorsque la main du Grand Pope se posa sur mon épaule, je parvins à lever le visage pour plonger un regard épuisé dans le sien. J'étais sensible à son humanité, plus que je ne saurais le dire. Malheureusement, lui comme moi savions que rien ne pouvait être fait pour amoindrir ma peine.

Je vous remercie. Le mieux sera probablement de m'occuper l'esprit... Reprendre mes recherches, mais dans une autre direction. Partir en mission, ou... Je ne sais pas.

Perdu. A la croisée d'un chemin sans savoir lequel emprunter. Mais je devais continuer à avancer, malgré tout.

Je ne sais pas encore pourquoi Hermès m'a aidé de la sorte... Selon lui, j'étais immobile, et en me poussant à... rompre avec mon passé, je vais pouvoir reprendre le fil de ma vie... A-t-il agi par pure bienveillance, ou pour un intérêt futur, je l'ignore. Toutefois, il connaissait mon ascendance Atlante.

Je n'étais ni assez égocentrique, ni assez naïf pour croire qu'un Olympien allait s'intéresser à un humble mortel uniquement par bonté d'âme. Et mieux valait que je conte un rapport le plus complet possible.

Pour être honnête, il m'a laissé le choix. Il... A invoqué une dague d'or et m'a annoncé que je me trouvais devant le choix le plus important de mon existence. La saisir et trancher mon lien avec mon passé, ou refuser et persister dans mon désir de sauver mon frère...

Et je touchais là un élément qui me perturbait au plus haut point. Une peur qui me tenaillait depuis la sortie de la grotte. Devais-je en parler ? Évoquer ma crainte ? La bonté qu'exprimait le Grand Pope acheva de me convaincre. Alea Jacta Est.

Grand Pope... Je suis un Atlante qui s'est laissé manipulé par Hermès... Comment va réagir la déesse Athéna ? N'aurais-je pas dû faire preuve de sagesse, de moi même ? Et si elle m'avait envoyé des signes que je n'avais pas perçu ?...

Une question qui en sous-entendait une autre, plus pernicieuse. Pourquoi Athéna, la déesse pour qui je m'étais définitivement détourné de mon sang, n'était-elle pas intervenue d'une manière ou d'une autre ? Pourquoi abandonner l'un de ses chevaliers aux turpitudes de son frère ? Avais-je fauté en entrant dans le jeu d'Hermès, ou avais-je été abandonné à mon sort, comme un pion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMer 22 Juil 2020 - 2:25
    Il fut peiné de voir ce qu’il avait fallu que le onzième gardien subisse pour faire tomber son masque et pour dévoiler l’homme qu’il était vraiment. Il avait là devant lui un homme honnête, aimant et surtout brisé. Loin de l’assassin froid et distant qu’il servait au monde. Il avait devant lui l’alchimiste-guérisseur attentionné. S’occuper l’esprit . Oui, c’était une bonne chose dans ce genre de situation, de trouver quelque chose pour ne plus penser à la perte, pour ne plus penser aux manques. Il pourrait se plonger à loisir dans ses recherches et la reconstruction de son laboratoire. Le reste, il n’était pas question qu’il parte en mission. Humainement d’abord, Childéric ne pouvait laisser le chevalier d’or repartir déjà si rapidement et surtout après ce qu’il semblait avoir vécu. Puis militairement, Kilian était épuisé, tant physiquement que militairement. Non, le repos serait sûrement l’ordre que lui donnerait le Pope plus tard s’il en avait l’occasion dans la conversation. Qu’il laisse au temps faire la possibilité de faire son travail !

    Il impossible de vraiment comprendre un dieu. Il s’en était pleinement rendu compte quand il avait pris le rôle de voix de la déesse. Son devoir sacré, s’était d’interpréter ses paroles et de faire en sorte que tous puissent la comprendre. Mais c’était une tâche ô combien difficile. Comment déterminer les motivations, les sous-entendus ou encore les conséquences envisagées dans les actions de telles créatures, si loin des hommes ? C’était tout bonnement impossible. Et lui, n’avait la tâche que d’essayer de comprendre une déesse se laissant volontairement comprendre ou du moins, se rendant parfois volontairement moins cryptique qu’à l'accoutumée. De là à comprendre les motivations d’Hermès ? C’était une tâche trop complexe. Le Verseau était le seul à pouvoir comprendre les mots du patron des marchands et des voleurs. Lui seul avait entendu les mots exacts qu’il avait employé, vu les mimiques de son visage, vu son langage corporel. Kilian devait trouver ses réponses seules, malheureusement…

    Mais ce n’était pas encore le moment pour lui de prendre la parole. Il était pour le moment l’oreille attentive dont avait besoin Kilian. Il est difficile pour un chevalier de vivre ce genre de moment. D’y survivre encore plus. C’est dans ce genre de situation qu’on se rend compte à quel point on est seul. Il se souvenait de la mort de son maître comme si c’était hier. Comment il avait dû faire face à cette perte pratiquement seule, en la mettant de côter, sans s’étendre, en acceptant son devoir et son nouveau statut de chevalier d’or. Il pouvait comprendre Kilian alors. Et il comprenait surtout la chance qui était la sienne de disposer de tels liens. La suite du récit fit encore plus de peine au Pope car il pouvait parfaitement visualiser la scène et ce que planter cette dague avait demandé à Kilian. La suite par contre, serait plus compliquée à géré et elle en appellerait à l’homme. Les sentiments du Verseau étaient légitimes. Le doute était permis dans ces situations. Pourquoi Athéna n'était pas venu ? Pourquoi ne l’avait-elle pas aidée, conseillée ou même sauvée ? Tant de question à la réponse si simple.

    Childéric fit alors un pas de côté, lâcha l’épaule de Kilian. Il s’abaissa alors sur ses genoux pour se mettre au niveau du chevalier d’or qui était assit. Il posa ensuite une de ses mains sur le bras de ce dernier.

    « - Tu n’es pas un Atlante qui s'est laissé manipuler par Hermès. Tu es Kilian du Verseau, chevalier d’or, alchimiste et médecin. Les joutes entre les dieux sont complexes et souvent, il est impossible pour nous, mortels, de comprendre leurs dessins. Ce genre de rencontre que tu as vécu en est l’exemple parfait. Pourquoi Hermès a fait tout ceci ? Toi seul pourra trouver la réponse. »

    Il sourit ensuite au Verseau. Il était le Pope, il devait chasser les doutes. Mais lui-même, croyait profondément, fanatiquement même, à ce qu’il allait dire. Après tout, elle était venu chaque fois qu’il avait prié son nom, elle avait été là chaque fois qu’il avait eu besoin de son aide, sa sagesse et de ses conseils.

    « - Si jamais tu as besoin d’elle, dans les moments les plus sombres Kilian, prie son nom. Prie son nom et si tu as besoin de son assistance elle viendra. Elle est Promachos, celle qui combat en première ligne. Prie son nom quand tu en as le plus besoin, et elle sera là pour toi. »



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMer 22 Juil 2020 - 14:01
Indulgence








Humain, bienveillant, le Grand Pope posa une main sur mon bras, après s'être mis à ma hauteur.
J'étais perdu. J'étais dans le doute, mais il savait trouver les mots justes.
Je me contentais donc d'expulser mes affres par une longue expiration, avant de le remercier d'un sourire tremblant.

Votre foi est communicative, Grand Pope. Je vous remercie... Le moment venu, je lui adresserais mes prières pour soulager mon âme et retrouver une lumière sur mon avenir. Hermès m'a laissé tant de questions que j'ai l'impression d'être un marin solitaire au milieu d'une mer infinie. Mais je crois en vous, et donc en vos paroles.

Et j'étais sincère. A défaut de pouvoir me reposer pleinement sur une déité, je pouvais au moins baisser ma garde devant cet homme si bon.

Vraiment... Je regrette de ne pas vous avoir davantage connu, jadis. Vous deviez être un chevalier d'or d'exception. J'espère un jour être à la hauteur de votre propre légende.

Un objectif comme un autre, mais comment ne pas se rattacher au modèle d'un ancien frère d'arme aussi vertueux ? Ceci me fit alors penser à un autre sujet de discussion que je tenais à aborder.

A ce propos... Pardonnez cette question, mais avez-vous revu Morwenna, depuis notre dernière entrevue ? Quand je suis parti, elle était de bien méchante humeur, et je souhaiterais plaider l'indulgence la concernant, si elle a dépassé les bornes face à vous. J'ignore pourquoi mais son humeur s'est détérioré après notre bref séjour à Constantinople, et je pense que son état de santé peut influer sur ses réactions, parfois excessives. Je ferais le nécessaire pour trouver un traitement à son mal.

J'ignorais comment s'était déroulé leur échange, mais je craignais le pire, la connaissant. La rose pouvait laisser entrevoir sa beauté d'âme, mais également la morsure de ses épines. Même face au Grand Pope. Mais je ne tenais pas à ce qu'un éventuel emportement lui porte trop préjudice. Elle ne le méritait pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptySam 25 Juil 2020 - 15:41
    Il sourit de nouveau au Verseau quand ce dernier parla de sa foi communicative. C’était son rôle, d’être ce phare dans la nuit, d’être toujours celui qui croit. D’être aussi celui qui doute de ce dont les autres ne peuvent douter. Il était là pour porter ses fardeaux car ils sont les pierres de la couronne. C’était ce qu’il faisait avec Kilian. Pas simplement par devoir, non, par compassion et humanité avant tout, par fanatisme aussi. Il avait de la chance dans son malheur de pouvoir réponde à ces questions posées par l’un des plus sibyllins des êtres divins. De prendre des leçons par le père de l’art qu’il pratique n’a de prix que celui qu’on désire payer et ici, il avait dû lui conférer une partie de son âme. Fatalement, le onzième gardien qu’il avait devant lui semblait déjà différent de celui qu’il avait côtoyé précédemment. Hermès d’une façon bien étrange, semblait avoir pratiqué son art sur le Verseau : il l’avait transfiguré, transmuté.

    « - N’oublie pas ça Kilian. La déesse ne peut pas tout voir, mais elle entend les prières quand ceux qui ont la foi sont dans le besoin. »

    La remarque suivante amusa le Pope. Il rit de bon coeur. Quand il portait l’or, il n’était pas vraiment l’homme qu’il était aujourd’hui. Mais il avait planté les graines de celui qu’il allait devenir. Si on avait parlé de lui en tant que Pope, c’est une vérité qu’il n’aurait jamais crue, qui l’aurait amusé même. Et pourtant, celui qui avait pendant longtemps désirer le sort d’Achille était maintenant roi et plus simple soldat. Le Verseau n’avait pas raté grand-chose oui, mais il restait de lui son héritage, ses crocs et son histoire. Sa légende était semée de fautes, de troubles et de colère. Les liens, c’était la seule chose qui l’avait sauvé et ce lien si particulier qu’il avait avec celle qui portait le masque de Morwenna. Sans ça, il serait mort, il aurait été Achille. Alors que maintenant, il était Hector préparant le siège de Troie. Un comble quand on sait où repose le corps du légendaire guerrier achéen.

    « - Tu sais, une légende reste une histoire, on lui donne la force qu’on veut. Je n’étais pas bien différent de toi ou des autres chevaliers d’or. Tu portes déjà ton armure avec fierté et tu construisis quelque chose. Peu sont ceux qui peuvent se vanter d’avoir attiré l’attention d’un olympien personnellement sur eux. Construit ta propre légende, Kilian du Verseau, elle vaut mieux que celle de Childéric du lion. »

    Il fut surpris de le voir passer sur un tout autre sujet et ramener la conversation sur leur dernière rencontre et en particulier sur la douzième et dernière gardienne. S’il savait comment s’était terminé la rencontre entre Morwenna et lui et surtout, comment ils avaient réglé ce léger différent. Mais ces questions étaient légitimes, le Pope avait les réponses mais il ne pouvait les partager, un mensonge de plus. Mais il semblait inquiet pour elle et déterminer à trouver un remède aux effets du sang des poissons. Existe-il seulement un remède viable pour tout ça, à part reformer les liens ? Si quelqu’un pouvait trouver des réponses à ça, c’était possiblement un alchimiste, du moins, de ce que Childéric entendait de l’alchimie. Il avait gardé le visage sérieux quand il avait parlé de ça et l’inflexion de sa voix avait cette même impression, le Pope parlant du comportement d’un de ses chevaliers.

    « - Nous avons réglé ça, ne t’en fais pas. »

    Et sa voix ne laissait pas planer la moindre interrogation, ni la possibilité pour le onzième gardien d’en poser à ce propos. Lui par contre, avait des choses à lui demander, il reprit alors directement après.

    « - Pour le reste, j’aimerais te poser une question, que sais-tu exactement du mal qui la ronge ? »

    Il était curieux d’avoir l’avis du pratiquant des arts d’Hermès sur cette affaire et peut-être que de cette conversation naîtrait quelque chose…


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMar 28 Juil 2020 - 13:54
Avancer en aveugle








Les paroles de Childéric reflétait humanité et modestie. Aussi elles me frappèrent, comme un marteau sur un pan de métal.
Attirer l'attention d'un Olympien... Oui, il était légitime de se poser la question de cet intérêt pour mon humble personne. La sensation d'avoir pactiser avec le diable en personne commença à me tenailler, mais je tentais de me raccrocher à la bonté et la bienveillance qu'avait eu le frère d'Athéna face à mon deuil.
Mes origines Atlantes ? Mes recherches ? Un simple hasard ? Trop de questions encore sans réponses. Mais je sentais presque mon destin peser sur mes frêles épaules.

Ma "légende" sera ce qu'elle sera, mais je souhaite de tout cœur qu'elle sera basée sur votre modèle, Grand Pope. Que vous le vouliez ou non.

Et je ponctuais cette légère boutade par un sourire fatigué mais vibrant de sincérité. Malgré son tempérament qui ne m'avait pas ménagé, je commençais à nourrir une réelle affection pour cet homme, et ce qu'il représentait. Et en cet instant de terrible fragilité, j'étais heureux de pouvoir m'appuyer sur lui.
Je fus cependant surpris par sa réponse concernant Morwenna. Le sérieux qu'il m'opposa, légitime vu que nous évoquions l'un de mes pairs, laissa place à une question plus personnelle. Je pris donc quelques instants pour réfléchir à ma réponse.

Il ne s'agit assurément pas d'un poison comme les autres. D’ordinaire, une toxine, aussi puissante soit-elle, attaque le corps physique. Muscles, nerfs, organes... Mais le mal qui ronge Morwenna... J'ai l'impression qu'il va au delà. Qu'il plonge ses racines plus profondément encore que dans sa chair. Le problème étant que je n'ai pas vraiment eu l'occasion de l'ausculter méthodiquement, ou même d'obtenir ses connaissances sur le sujet.

Une grande frustration d'ailleurs. Mes élixirs pouvaient retarder l'avancée du mal, amoindrir la douleur physique, mais de là à la guérir... C'était une toute autre étape.

Il est malaisé de trouver un remède, en me basant uniquement sur des spéculations. J'aimerais pouvoir étudier une dose du poison qui ronge son sang, ou des archives décrivant la malédiction des chevaliers d'or des Poissons. J'avance à l'aveugle, pour tout dire. Toutefois... Je dois avouer que son état m'inquiète. Elle a fortement décliné, en l'espace des quelques jours qu'a duré mon absence.

Une inquiétude que je trouvais logique de partager avec notre dirigeant. Mon amie allait mal, je l'avais constaté. Mais à ce stade, que pouvais-je faire, hormis retarder son trépas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyMer 12 Aoû 2020 - 13:37
    Savoir susciter l’inspiration, presque des vocations, c’est une qualité certaine chez un chef de guerre. Childéric le savait, mais il ne s’était jamais pensé capable de susciter ce genre d’interaction, d’émotion chez quelqu’un. Alors soit, c’était le rôle qu’il devait endosser maintenant. Plus celui du soldat qui fait sa propre guerre, mais celui du chef qui inspire les autres à le suivre. S’il y arrivait avec Kilian, c’était déjà un bon début. Le côté positif du chef finalement, il était là. Pas dans la politique, pas dans les manipulations et les complots qu’il devait monter. Pas dans les mensonges dans lesquels ils devaient constamment se draper, mais bien dans ces traits d’humour, ces réflexions, ces motivations qu’il pouvait, qu’il devait faire naître dans les moments de doute qui traversent le coeur des chevaliers. Son rôle était de rendre leur vie la plus agréable possible avant qu’ils n’accomplissent l’ultime versant de leur devoir. Un rôle sinistrement glorieux. Mais il répondit au sourire du onzième gardien par son rire tonitruant.

    Ce rire serait donc la ponctuation pour le glissement du sujet, vers le sujet qui ronge le coeur du Pope comme le corps de sa femme. De ce venin qu’elle a accepté de porter du fardeau de son devoir à elle. Il écoute alors avec attention ce que savait Kilian. Tant pour voir ce qu’il a compris, ce qu’il a découvert et ce qu’il pourrait apporter dans cette affaire. Au final, il n’existe qu’un seul et unique moyen pour résoudre ce problème, reformer les liens briser et forcer ceux qui ont trahi à faire ce qu’ils auraient dû faire depuis longtemps. Il avait perçu que ce poison n’était pas une simple cosmique. Rien n’est jamais simple quand il s’agit de cosmos et de passer le stade de l’humanité pour se rapprocher des divinités. Le visage du Pope était sérieux et dur dans cette conversation, il y avait après tout, beaucoup en jeu. Il ne voulait pas non plus outrepasser ce que voulait la jeune femme, et en dire trop à l’alchimiste.

    Il ne s’étonnait pas de son refus d’auscultation, une chose à la fois sensée et raisonnable. Que ça soit en rapport au secret ou au poison qui la ronge. Il souleva une remarque intéressante sur les archives, mais il n’avait au final pas grand-chose à se mettre sous la dent et encore moins de quoi donner un os à ronger au chevalier d’or du Verseau. Les archives concernant le poison étaient… lacunaires, il constituait plutôt quelque chose de personnel et de secret, parmi ce monde de secret qu’est le Sanctuaire ! Il marqua alors un temps de réflexion. L’alchimie pourrait être une option viable à explorer, pour au moins gagner du temps à défaut de solutionner le problème du venin. Mais c’était là l’art du dieu des voleurs et Childéric éprouvait de la méfiance vis-à-vis de cette divinité, comme de toutes les autres d’ailleurs, à l’exception d’Athéna.

    « - Oui… son état est inquiétant, le poison gagne du terrain. Je ne pense pas que tu puisses trouver quelque chose dans les archives. Je l’ai écumé en long, en large et en travers à ce propos, et pour bien d’autres choses encore. Pour le reste, je pense que si tu continues d’avancer sur l’ordre que je t’ai donné, concernant la langue de Jamir, cela devrait peut-être nous aider. Après tout, l’alchimie pourrait bien être une solution. Pour le reste, c’est une malédiction de cosmos plus qu’une véritable maladie, je gage que le traitement doit être différent et la méthodologie à employé également. »

    On ne soigne pas ce genre de maux comme on peut le faire de ceux qui rongent le corps des dormeurs. Il faut penser d’une façon différente, du moins, c’est ce qu’il voyait vis-à-vis de son propre vécu avec ce genre de fardeau. Jamais aucun remède n’avait eu une efficacité sur sa bête. Il avait vu son maître se gaver de nombreuses potions et ne jamais pourtant réussir à devenir autre chose que ce qu’il était censé devenir. Il avait retardé l’inévitable longtemps. Childéric espérait qu’elle avait assez de temps. Ils finiraient par trouver le remède à sa malédiction ou briser ceux qui en sont responsables, mais il était nécessaire pour ça d’avoir ce temps. Si l’alchimie pouvait lui offrir, elle serait alors bienvenue.

    « - Mais ne t’oublie pas toi dans cette affaire Kilian. Tu as besoin de temps, de repose, avant de penser à autre chose. Tous, nous avons notre fardeau à porter et le cacher sous celui des autres n’est pas une bonne solution. Reconstruit ton laboratoire pour te reconstruire toi-même. »



“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
KilianKilianArmure :
Armure d'or du Verseau

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu220/220[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (220/220)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge180/180[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (180/180)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune285/285[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (285/285)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyJeu 13 Aoû 2020 - 13:48
L'avenir








Une malédiction de cosmos ?!
L'annonce me laissa pantois, tant les possibilités s'ouvraient devant moi. Bon sang... Un tel mal était bien plus terrible que les pires toxines ou poisons. J'allais devoir tout donner pour tirer Morwenna de ce mauvais pas... Cette pensée perfide me ramena à mon impuissance à sauver Aorlin.
Et une question se posa : devais-je intervenir ou laisser agir la main de la destinée ?
Machinalement, je baissais la tête pour réfléchir. Peser le pour et le contre. Et finalement, une certitude me vint. Tant que la vie était présente, mon rôle et mon souhait serait de tout donner pour la sauver. Cela n'impliquait pas d'y dédier ma vie, ou de procéder à des extrémités telles celles employées sur mon ami.

Je vais écouter votre conseil, et prendre quelques jours de repos. Puis je gagnerais Constantinople, en quête de matériel mais aussi de connaissance. Si une ville recèle ce que je recherche, c'est bien la nouvelle Rome.

Avancer de nouveau. Reprendre un mouvement, n'était pas si aisé. Mais qu'importe.
Le Grand Pope avait raison : je devais réapprendre à vivre, à me reconstruire avant tout. Et cela passerait par un nouveau laboratoire, mais aussi de nouveaux objectifs. Aider l'irascible sainte des poissons me semblait le défi adéquat.
Sur cette pensée, je me relevais avant de m'incliner devant l'ancien lion, aux sages conseils. Et pour une fois, je lui offris un sourire pâle mais sincère.

Comptez sur moi pour reprendre des forces, Grand Pope. Je pressens que les temps à venir seront agités, alors autant profiter du calme actuel. Je reviendrais de Constantinople au plus tôt, si vous avez besoin de mes services.

Et j'attendis qu'il me donne l'autorisation de prendre congé. A moins qu'il ne souhaite aborder un autre sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-bleu260/260[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-bleu  (260/260)
CP:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-rouge330/330[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-rouge  (330/330)
CC:
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins G-jaune216/216[Début Février 553] A la "croiset" des chemins V-jaune  (216/216)
Message Re: [Début Février 553] A la "croiset" des chemins   [Début Février 553] A la "croiset" des chemins EmptyLun 17 Aoû 2020 - 16:35
    Le Pope observa le Verseau. Si sa rencontre avec Hermès avait eu un aspect positif sur lui, c’était le pousser à briser son masque inutile. Il était plus humain et semblait moins artificiel surtout. Oui, c’était ça fatalement le fin mot de l’histoire : il semblait moins faux. Il était difficile de voir à travers les aspects du Verseau, l’alchimiste, le soigneur, l’assassin, le chevalier, l’être humain. Mais cette rencontre semblait l’avoir aidé, d’une façon ou d’une autre, à faire le tri avec lui-même. Il espérait que c’était le but du maître des voleurs. De pousser le chevalier d’or à faire le point, à avancer d’une façon ou d’une autre. Il l’espérait vraiment. Sinon, il aurait un nouveau problème sur les bras et ce problème divin risquait de peser lourd, très lourd dans la balance. Athéna devait savoir ce qu’elle faisait en le laissant ainsi œuvrer avec ses chevaliers, du moins, si elle était au courant mais Childéric ne manquerait pas de lui faire remonter l’information.

    Childéric lui adressa un signe de tête un sourire quand il parla d’écouter ses consignes et de se diriger avec la nouvelle Rome. Il y aurait là-bas, en effet, de quoi compléter son laboratoire, voire même, pourquoi pas, le faire monter en gamme mais tout dépendait de la débrouillardise du onzième gardien. Avoir un alchimiste à disposition au Sanctuaire serait à n’en pas douter un parfait atout pour le Sanctuaire. Ils auraient tous besoin de ça et pas seulement pour venir en aide à son épouse, mais bien pour toute l’armée. Il y avait certains alchimistes dans l’empire, producteur des flammes qui nous offrent l’avantage sur les mers, peut-être qu’il verrait à terme s’il ne pouvait pas voir pour que Kilian s’y rend, mais il voulait d’abord aborder quelques détails à ce propos avec la déesse.

    « - N’hésite pas à demander de l’aide si tu en as besoin, tu as rencontré Théophilius sur place, va le trouver s’il peut t’être d’une quelconque utilité. »

    Childéric adressa ensuite un signe de tête entendu à Kilian. Oui, les temps à venir seraient difficiles et violent. L’ombre de la guerre était à la porte du Sanctuaire. Qu’il s’agisse des Marinas et l’inconnu qu’il représentait ainsi que le chaos à venir. Des chiens de guerre d’Arès qui eux, de leur côté, étaient les guerriers affamés qui ne tarderaient pas à venir planter sur les dents dans la jugulaire du rêve d’Athéna. Les oracles étaient en déroute mais il n’en restait pas moins une force qu’il ne faut pas oublier ni complètement sous-estimer. Il restait aussi la force la plus incertaine mais la plus dangereuse : celle des spectres. Les plans du Sombre Monarque et de sa sorcière semblaient être en route et il était de son devoir sacré de s’y opposer. Mais il avait besoin de la paix pour ça. On ne peut pas porter la guerre à ses ennemis quand ses frontières brûlent.

    « - Bien Kilian. Revient me voir quand tu auras terminé tout ça et que tu auras réussi à avancer sur l’autre mission que je t’ai confiée. Voilà qui devrait te tenir occupé quelque temps et te permettre justement de faire le point. J’ai besoin de toi pour les événements à venir. Alors je te souhaite bon courage dans ta quête mon ami. »

    Par ses mots, il venait de laisser le soin au onzième gardien de prendre congé s’il le souhaitait. Après Jamir et sa rencontre avec Hermès, il avait gagné le droit à quelques semaines de repos. Mais dans la vie d’un chevalier, le repos est une chose rare qu’on ne trouve que trop peu souvent. S’il pouvait lui offrir deux semaines, ou trois, ça serait déjà énorme pour lui et il en avait drastiquement besoin. Il ne lui restait à lui, plus qu’à en informer la déesse Athéna et voir si elle avait quelque chose à dire à ce propos.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Début Février 553] A la "croiset" des chemins Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Début Février 553] A la "croiset" des chemins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: