Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyDim 19 Juil - 19:10
Cela ne faisait que peu de temps encore que Lazare se trouvait au sein de la cité atlante, et le Capitaine des Carcharocles sentait bien qu’il avait encore tant à apprendre. De toute manière, la reconstruction du Cocyte n’était pas encore terminée, aussi mieux valait tout faire pour se rendre au maximum opérationnel pour le jour où on lui rendrait son navire. Après tout, si les forces de Poséidon se reposait volontiers sur une certaine part de piraterie, ce devait être pour pouvoir en tirer profit, n’est-ce pas ? Et l’Écumeur ne s’imaginait pas rester dans une cité très longtemps, même si celle-ci se situait au fond des océans. Sa place était sur ceux-ci justement, à voguer, et faire ce qu’il savait faire de mieux. L’oisiveté demeurait une chose incompatible avec sa personnalité malheureusement, et il devrait donc bien vite reprendre du service. Ce qu’il entreprendrait ce jour pourrait donc y participer donc.

Orphéus lui avait indiqué lors de son « recrutement » qu’il pourrait bénéficier des conseils du Général de Chrysaor, qui avait pour rôle d’aider les nouvelles recrues à user de leur pouvoir. Une femme, plus ou moins tout ce qu’il en avait appris. Non pas qu’il avait cherché à en apprendre plus non plus. Il aurait peut-être pu interroger son propre Général, mais il préférait de loin avoir le plaisir de la découverte. Car ça l’était forcément lorsque cela concernait une femme, n’est-ce pas ? Il fallait juste espérer que ce ne serait pas le même genre qu’Aurora. La sœur du Légat avait l’air un peu maladive – c’était pas décent d’être aussi pâle, franchement – en plus d’ignorer même la signification du mot « sourire ». Ce serait sans doute plus agréable de se taper un de ses requins de sable que cette porte de prison, oh ça ouais !

Mais en vérité, il s’en moquait un peu. Il en avait vu des femmes guerrières. Et souvent, il ne leur manquait que la barbe pour se fondre dans la masse. Préserver de sa féminité dans un tel monde était rare, et il fallait dès lors préférer la chair fraîche, qui avait le mérite d’être encore en vie sans porter les séquelles de nombreuses batailles. Alors ça n’allait certainement pas se transformer en tour de charme. Tout ce qu’il attendait de cette Chrysaor, homme ou femme, c’était d’améliorer ses capacités, et d’apprendre à les utiliser pour se battre. De ce qu’il avait appris seul, des progrès notables avaient déjà été faites. Si elle pouvait lui montrer la voie pour faire mieux encore, et l’aider à devenir le prédateur qu’il est voué à être, alors c’était bien là tout ce qui importait.

Lazare approche justement du quartier martial, de la zone de l’Indien. Lui avance de sa démarche transpirant d’assurance, portant son écaille d’écarlate et d’argent. Hybris, sa hache, est rangée dans son dos. Un mécanisme permet de la ficher là, le manche s’en rétractant alors, pour ne laisser apparaître qu’un redoutable aileron. Les bâtiments ne l’intéressent pas plus que cela. Ayant vu son pouvoir à l’œuvre, il sait déjà que c’est une lice ou une arène qu’il doit trouver, avant de la laisser pleinement s’exprimer...


[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyLun 20 Juil - 0:34
Dans la lice se trouvant entre l'arène et le complexe martial, des aspirants soldats s’entraînent. Aujourd'hui la consigne est le combat au corps à corps à mains nues. Une bonne façon d’affûter ses réflexes tout en gagnant en résistance face aux coups. Deux par deux, les hommes et femmes prennent leur combat au sérieux et ne se font pas de cadeau. Certains sont plus habiles que d'autres, les duos ont été savamment choisis en fonction de leur niveau. D'un bout de la lice on peut apercevoir des apprentis plutôt gauches et hésitants, et à l'autre bout des combattants plus aguerris. A l'approche du Capitaine, personne ne bronche. S'ils l'ont aperçu, ils ne semblent pas s'en préoccuper. Les gardes en patrouille sont assez rares. Les Atlantes sont plutôt disciplinés et les recrues peuvent se charger elles-mêmes d'indésirables si besoin était.

Le vent se lève soudainement, une bourrasque juste assez forte pour ne pas être ignorée, fait étrange en Atlantis mais peut-être ne l'a-t-il pas encore remarqué. Et comme si c'était un signal, les recrues cessent de combattre aussitôt. Chacun tourne les yeux vers le fond du champ d’entraînement. Une petite silhouette se tient debout avec ce qui semble être une lance ou une pique en main. Difficile à dire, il faudrait s'approcher pour en être certain. Elle semble faire un signe et d'emblée, les recrues quittent la zone, se dirigent en masse vers le bâtiment et croisent le Capitaine sur leur passage. Certains lui jettent alors un regard par curiosité, d'autres l'ignorent simplement. L'un des derniers semble se diriger intentionnellement vers lui et arrivé à sa hauteur il lui lance un :

- Le Général vous attend Capitaine.

S'il regarde de nouveau vers la lice, il verra que la silhouette azurée n'est plus au fond, mais au centre, son arme accrochée dans son dos. Effectivement elle est immobile et a l'air de le regarder. Ses cheveux courts semblent virevolter un instant puis retomber mollement lorsque le vent disparaît aussi abruptement qu'il est venu.

Lorsqu'elle l'a aperçu au loin marchant vers la lice, elle a su instantanément que c'était lui. Bien sûr cela aurait pu être un nouveau Capitaine entré sous son commandement, le rouge flamboyant ne laissant aucun doute quant à son grade, mais alors Aurora n'aurait pas été bien loin pour le lui annoncer. L'heure est venue et elle sent monter en elle une certaine forme d'excitation. Oui, elle est pressée de voir comment il réagira en la voyant. Dans un premier temps elle prend la décision de congédier ses élèves afin d'être tranquille, que personne ne les dérange ni ne les entende, parce que ce qui va être dit ne regarde qu'eux. Elle se place en milieu de lice, se laisse un moment de répit en attendant qu'il approche. Elle sait que ce jour devait arriver, elle avait hâte d'ailleurs, et se délecte de ces quelques minutes où elle peut simplement l'observer en espérant qu'il ne prenne pas mal le fait de la reconnaître. Lorsqu'elle est en mesure de les distinguer, elle étudie les traits de son visage, sa surprise et ce qui suit…

- Capitaine… ça fait un bail.

De toute évidence elle n'est pas surprise. Ne fera pas semblant, parce que c'est juste pas son genre. Mais pour lever tout doute, elle complétera par une remarque.

- J'te croyais mort il y a des années. J'ai pas cru que c'était toi quand Aurora m'a dit avoir sauvé un certain Lazare...

Prononcer son nom à nouveau est étrange et plaisant à la fois. Une ombre passe dans ses yeux déjà fort sombres à l'évocation de sa mort. Une triste période dont elle préfère ne pas se remémorer. Pour l'heure, elle ne bouge pas, le laisse réaliser, encaisser et réagir à sa façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyLun 10 Aoû - 18:50
Il approche. Questionne. Et ainsi guidé se retrouve bientôt sur la lice. Une belle panoplie de soldats se tiennent là, s’entraînent sans doute. Et déjà, cela l’agace. Il n’avait que faire du menu fretin, et tout ceux là ne pourraient qu’être dans ses pattes s’il voulait pouvoir s’entraîner pleinement, relâcher sa pleine puissance pour l’opposer à celle du maître d’armes. Car c’était bien ainsi qu’il pourrait progresser, n’est-ce pas ? Qu’on ne vienne pas lui dire qu’il suffirait de quelques bons mots et conseils pour pouvoir avancer dans sa quête de maîtrise. Répéter quelques mouvements à la noix, très peu pour lui. L’expérience lui apprendrait bien plus. Comme il l’avait dit à Orphéus, il ne connaissait qu’une seule manière d’obtenir légitimement quelque chose : le prendre au prix du sang. Du sien, ou de celui qu’il terrassait. Il en serait de même donc pour l’apprentissage qu’il voulait acquérir.

Et avançant, le loup de mer se pose des questions. Genre… est-ce qu’il devrait dérouiller quelques uns de ces types pour mériter un tête-à-tête plus instructif ? Et si oui, combien ? Tous peut-être ? C’est que ses mégalodons avaient besoin d’exercice autant que lui, dès lors cela pourrait faire un échauffement décent. Une armure bleutée en bout de course, au loin. De ce qu’il a appris déjà, c’est là la couleur des écailles des Généraux. « Si eux c’est les amuse-gueules, voilà désigné le plat de résistance ! » se plaît-il à se dire. Et lorsqu’il voit les rangs subitement se rompre, il croit que c’est pour lui. Du moins, se dit que c’est une possibilité. Aussi tend-il une main dans son dos, et de son aileron s’expulse un manche qu’il saisit, extirpant de là Hybris, sa hache redoutable. Mais personne pour en subir les crocs apparemment. Il n’est pas une cible, mais juste un sujet de curiosité, et il en crache au sol, une pointe d’amertume et de déception. Le Général l’attendait, lui dit-on.
- Ça j’crois pas non !
Laisse-t-il échapper entre ses dents, comme une réponse plus à lui-même qu’à l’autre. Personne s’attend jamais vraiment à Lazare. Il met toujours un point d’honneur à ne pouvoir être prévisible. Il garde sa hache à la main, et se dirige plus décidé encore vers le maître d’armes. Prêt à laisser exploser son pouvoir à tout moment. L’Écumeur commençait même à estimer comme plutôt drôle que de se jeter sur elle directement, avant tout préambule. Il allait peut-être se prendre une déculottée, quelques remontrances… mais cela vaudrait sans doute une véritable leçon, n’est-ce pas ? Si c’était le maître d’armes, elle serait capable de l’endiguer sans mal, pas vrai ? Et donc, on ne pourrait pas l’accuser d’avoir voulu attenter à la vie d’un Général, puisque sur papier, il n’avait aucune chance, pas vrai ?

Voilà sa logique en cet instant, l’esprit pleinement concentré sur le combat imminent. Si bien qu’il ne fait pas attention à ses traits. Pas assez en tout cas. Les discerne, mais entre la distance et le casque qu’elle porte, il ne la reconnaît pas immédiatement. Il fallait dire aussi que cela faisait des années qu’il la considérait comme morte, et cet endroit était le dernier où Lazare estimait possible de la croiser sans doute. Mais vient la voix, et ses sourcils se froncent. Une grimace même qui se peint sur son visage, alors qu’une vive douleur résonne dans sa poitrine. Non… Elle insiste. Le nargue même à son sens. Le croire mort ? Lui ? Non, c’en est trop. Il ne cherche plus à comprendre. Ne le souhaite pas. Il ressent juste une intense colère. Et son caractère emporté ne peut rien faire pour la contrôler. Elle s’était jouée de lui, voilà ce qu’il se disait. Et la revoir ainsi, en plus pour lui dire qu’elle ne s’était même pas donner la peine de s’assurer qu’un « Lazare » pêché par Aurora soit bien lui… Est-ce qu’elle osait réellement se foutre de sa gueule à ce point ?

Il fulmina alors tant que son Cosmos explosa. Sans poser de questions. Son pouvoir passivement se mit en place sur le champ, l’humidité ambiante aspirée en son armure, et profitant de l’aridité, une cohorte de requins géants composés de sable se mirent à « nager » lourdement dans les airs, les entourant. Cela se produisit en un battement de cils, tandis que sur la même période de temps, il se projeta sur elle, poussant un cri rageur, Hybris fendant les airs pour abattre sa proie – ou seulement la jauger, la tester ? Dans ce deuxième cas, il aurait de quoi ruminer, comme elle opposa sa propre arme – une sorte de hallebarde ou de lance – afin de n’être pas si aisément tranchée. Ils ne sont qu’à cette distance, celle de leurs armes, pour la première fois depuis trois années. Eux qui avaient été amis et amants. Elle pour qui il avait tant sacrifié. Et sa perte, après laquelle inconsciemment il avait cherché la mort, pour en être enfin délivré, au risque de provoquer le courroux de puissances inconnues, ce qui avait rasé sa flotte.
- C’est toi qui est morte. Alors t’avises pas à continuer d’te foutre de moi, sinon j’pourrais bien faire en sorte que ce soit l’cas !
Son ton est emprunt d’une amertume sanglante. Il ne voit pas là des retrouvailles, mais une trahison. Celle d’une disparue qui n’avait rien fait pour le retrouver. Au point d’ignorer l’arrivée dans ce monde sous-marin d’un pirate nommé Lazare, hein ? Pour lui faire entendre raison, il allait tout d’abord sérieusement falloir penser à le calmer. Elle connaissait sans doute plusieurs bons moyens pour ce faire, non ?

Citation :
DEFI !!!


[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyMar 11 Aoû - 0:23
La colère, voilà ce qu'elle doit affronter. Bien loin de ce qu'elle avait pu espérer, mais après tout c'était légitime, il n'aurait pu en être autrement de sa part si on y réfléchissait bien. Elle avait beau s'y attendre ça n'en faisait pas moins mal. L'Atlante serre les dents et les poings alors que son visage se ferme alors qu'il laisse exploser son Onde. Elle la reconnaît, cette teinte, cette sensation qu'elle avait cru ne jamais revoir. Elle soupire et se tient prête comme l'attaque semble imminente. D'un œil averti, elle observe les requins de sable, ressent l'humidité ambiante réduite et d'un simple geste part le coup de sa lance. Rien de singulier, une simple attaque de front, à la hache comme autrefois. Elle se sent oppressée de l'intérieur. Sa rage lui transperce le coeur, mais elle ne cille pas. Même les Carcharocles se sont donné le mot. Si près de leur Scale, elle ressent leur menace, leur agressivité faisant écho à la colère de celui qu'ils considèrent comme l'un des leurs. Qu'importe ce qu'elle pourrait dire en l'instant, ce serait peine perdue, il ne l'écouterait pas. Elle étouffe un soupir.

- Soit. Si c'est ce que tu souhaites. Si c'est ce que tu penses... Je serai ton exutoire en sus de ton maître d'armes aujourd'hui. Après, peut-être, accepteras-tu de m'écouter...

Comme il est du genre à vouloir « tout apprendre sur le tas », elle fait fi de la théorie et passe directement à la pratique. D'une pierre deux coups, car après tout, s'il est là c'est pour apprendre et être plus fort, alors quel que soit la forme que prendrait leur relation, elle lui donnerait ce qu'il est venu chercher. Ne serait-ce que pour le rendre plus fort et lui donner une chance de survivre face à ses futurs adversaires. Qu'il puisse vivre, avec ou sans elle, mais qu'il vive, c'est tout ce qui compte. Ça et son bonheur. Et si pour ce dernier il faut qu'elle l'évite à l'avenir, alors elle ferait ce qu'il faut, mais pas avant qu'elle ait pu s'expliquer. Finalement, ce n'est peut-être pas un mal qu'il soit en colère. Ainsi l'instinct et son écaille le guideront sur la façon de réagir et de riposter. Une façon d'apprendre comme une autre en utilisant l’adrénaline comme déclencheur. Une fraction de seconde, elle clôt les yeux et à l'adresse de Chrysaor, pense très fort : « Aide-moi à lui apporter la paix qu'il mérite ». Si seulement elle avait été capable de purifier son âme comme le fait Cinead, mais malheureusement, c'est encore trop tôt pour cela. Il n'y a que quelques jours à peine qu'elle a commencé son entraînement, une semaine tout au plus et elle en est encore à papoter avec Chrysaor pour aiguiser son ouïe et crachoter des flammes bleues afin de les rendre plus précises.

- Tu… Non, rien.

Qu'importe ce qu'elle avait voulu lui dire, la simplicité et la légèreté de leurs discussions d’antan n'avaient plus lieu d'être à présent. De sa lance elle le repousse afin de mettre de la distance entre eux. Son regard terne semble se durcir tout à coup. À son tour elle déploie son Onde bleutée. Leçon n°1 : un coup, un vrai. Pour la première fois, il verrait sa vraie puissance, fini de se retenir pour paraître « normale ». C'est ce qu'elle aurait voulu lui dire, mais il n'est pas prêt pour l'écoute. Elle qui avait vécu dans son monde à lui de nombreuses années, aurait aimé lui montrer son monde à elle d'une façon moins abrupte, plus agréable… Laconique, elle se contente de quelques mots.

- Regarde. Apprends. Esquive !

Le dernier mot est crié. Un éclair passe dans ses prunelles sombres et aussitôt elle l'assène d'un coup des plus puissants avec une rapidité défiant toute concurrence. L'arme est enveloppée de cette même aura bleue, et par son geste véloce, c'est comme si un éclair azur avait foncé sur le Capitaine, un « éclair pourfendeur ». Elle compte sur Lazare, sur ses talents d'esquive, sa réactivité, sa concentration et sur les Carcharocles pour que le coup ne fasse pas trop de dégâts. Même s'il le prenait de plein fouet, elle ne s'en fait pas, elle le sait suffisamment robuste pour encaisser.

- Puise dans ton cosmos et ta rage pour décupler ta force.

Chrysaor prodigue ses conseils, mais l'écoute-t-il seulement ? Elle doit l'avoir énervé, elle en est certaine. Mais plus tard, lorsqu'il se sera un peu épuisé, lorsqu'il aura terminé de passer ses nerfs, elle espérait une accalmie, « le calme après la tempête » ainsi se caractérisait-elle.

- Tes amis aiment l'eau. Ils vont être servis.

La jeune femme aurait souri à cette tirade d'ordinaire, mais elle n'a pas le coeur à rire même lorsque de par son naturel flegme elle trouve le moyen de faire un trait d'esprit. Aussitôt dit, aussitôt le ciel se couvre de nuages presque noirs sur suffisamment d'espace pour obscurcir l'éclairage à se croire en pleine nuit. L'orage gronde tout à coup et de grosses bourrasques soufflent avec puissance. Les cheveux de la marina virevoltent dans tous les sens alors qu'elle ne bronche pas. La tempête a pris place en une seconde à peine et Astéria ne cache pas sa mélancolie. Trop de souvenirs douloureux sont liés à ses pouvoirs et ils remontent à la surface à chaque fois qu'elle en fait usage. Sa lance toujours en main, elle la fait tournoyer au-dessus de sa tête de ses doigts agiles. Les nuages se meuvent, s'assemblent, grossissent jusqu'à ce que la pluie tombe à grosses gouttes. L'on peut alors voir l'Onde de la Marina emplir la lice, s'emparer de chaque gouttelette créée pour ensuite les diriger vers le Capitaine. Elles s'agglutinent autour de lui et s'il n'arrive pas à les aspirer suffisamment vite, il suffoquera sous l'effet de noyade.

- Riposte ! Montre-moi c'que t'as dans l'ventre !

Des paroles inutiles, mais qui lui signifient qu'elle l'attend, qu'elle est prête à recevoir son châtiment et à subir son courroux. Maintenant qu'il a eu une petite démonstration, elle ne doute pas qu'il aura quelques idées quant à ses possibilités d'attaque.

Citation :
Défi accepté !
armure:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyVen 14 Aoû - 0:36
Il n’y avait plus de contrôle. Plus de calcul. Et autant dire qu’en cet instant il se foutait bien de ce que le Légat pourrait-en dire. Heureusement d’ailleurs que l’existence même d’Orphéus ne lui traversait même pas l’esprit en cet instant. Car comment oser lui faire croire que le Légat n’était pas au courant pour ce lien ? Le serviteur de Poséidon aurait pu ignorer le lien entre l’une de ses Générales et lui ? Allons… ce serait gros tout de même. Il était borgne, mais ni aveugle, ni sourd, et encore moins débile. Lazare le croyait extrêmement bien informé au contraire. Il était à la tête d’une Amirauté toute entière, qui se targuait de régner sur les mers.

Mais cela serait à régler plus tard. À froid sans doute, lorsqu’il aurait eu le temps de digérer cette nouvelle information. Ou bien même estimerait-il finalement qu’il était utile de l’utiliser plus stratégiquement. Il est loin des machinations en cet instant en tout cas. Juste dans l’émotion de l’instant présent, vive et brutale, à l’image de la douleur qu’il ressent. Lazare ressent à nouveau un forme de deuil, l’abandon soudain. La perte tout simplement. D’elle, de son père qui avait été l’ami de Lazare, et bien sûr, plus récente, celle de son équipage. Pas mal de gars avec qui il avait vogué des années durant. Cela n’était pas sa faute – n’est-ce pas ? – mais il ne gérait pas vraiment ses émotions en cet instant.
- Personne n’a à m’dire ce que j’dois faire ou non !
Lui beugle-t-il alors qu’elle lui ordonne presque d’esquiver, tente de lui expliquer ce qu’il devait faire. C’est lui le Capitaine. De sa troupe de mercenaires tout d’abord, devenus pirates ensuite. C’est lui qui donne les ordres. Lui qui dit quoi faire et quand. Certes, il est venu pour apprendre, et en d’autres circonstances cela ne l’aurait pas choqué. Mais voilà, c’était son impulsivité qui parlait, le privant de réflexion. Il agit à l’instinct, et s’est déjà assez entraîné que pour avoir compris quelques trucs. Et lorsqu’elle frappe de la pointe de sa lance, il concentre son Cosmos autour de sa hache, contrant l’énergie d’Asteria par la sienne en frappant la lance de sa hache, la détournant, dissipant cette offensive.

Sa nature l’inciterait à poursuivre sur le champ. La noyer sous ses coups. Laisser sa rage s’exprimer jusqu’à ce que son ennemi ne soit plus en mesure de riposter, jamais. Ce qu’elle avait pu le voir faire à bien des reprises déjà, taillant les rangs ennemis de sa hache avec puissance et adresse. Mais ce qu’il la voit faire lui coupe tous ses moyens l’espace d’un instant. Elle déclenche une tempête, sortie de nulle part. Il avait déjà vu cela. Comme ce qui s’était passé le jour où le Cocyte et le reste de sa flotte avaient coulés, l’entraînant dans les profondeurs pour l’amener ici. Il aurait peut-être pu tenter de dresser un mur pour le protéger. Mais trop abasourdi, il se laisse assiéger. Étouffe l’espace d’un instant. A le sentiment de se noyer, comme ce fameux jour où un « phénomène étrange » avait attaqué sa flotte.
- Tu veux voir ce que j’ai dans le ventre ? Il y a une seule manière de le savoir et je vais te la montrer !
Il frappe d’un violent coup de hache à la verticale. Un arc tranchant d’eau sous haute pression en est expulsée, si vite qu’il en devenait pratiquement inarrêtable. Pour voir ce qu’il y a dans le ventre de quelqu’un, il faut commencer par lui ouvrir l’abdomen bien sûr, et c’est ce qu’il essayait de faire ici. Dans le même mouvement, il fit apparaître du sol des crocs de sable autour de sa proie, qui tenteraient de venir se refermer autour de sa taille pour mieux la plier à sa merci. Ils auraient à discuter. Il avait de quoi l’invectiver, de quoi creuser. Mais cela serait bien plus aisé s’il pouvait la tenir en place un minimum...



[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyVen 14 Aoû - 16:08
Comme elle s'en était doutée. Il ne veut rien entendre, alors elle ne chercherait plus à le guider. Son instinct se chargerait du reste. La mise en situation et l'imagination de Lazare feraient le travail, elle ne serait que leur support. Voilà pour le côté apprentissage. Pour le reste c'est une autre paire de manches. Il pare son coup et elle n'en est pas étonnée. Elle sait qu'il aurait riposté si elle ne l'avait subjugué avec son « tour de magie ». Elle joue de l'effet de surprise, de l'inconnu, c'est la seule façon de faire avec un homme aussi redoutable. Elle ne cherche pas à lui faire de mal, juste à le sonner un peu en espérant que ça le calme. Mais c'est peine perdue. La colère dans ses yeux ne désemplit pas et elle sait qu'il ne lui fera pas de cadeau. Elle est prête. Ou pas…

Elle a tout juste le temps de reculer d'un pas pour ne pas avoir la tête découpé en deux, pas assez cependant pour éviter complètement sa hache. Heureusement pour elle, Chrysaor en soutien encaisse la frappe et empêche la lame de s'enfoncer trop profondément dans sa chair. Elle vacille et les traits de son visage se plissent sous l'impact et la douleur lancinante, mais la Général tient bon sur ses appuis. Par réflexe, sa lèvre supérieure se retrousse, menaçante, à peine une seconde le temps qu'elle se concentre et ferme son visage. Ses traits sont neutres à présent, mais ses prunelles sont dures. Elle encaisse en silence le fait que ce soit lui qui l'ai blessée. Pas dans le sens « lui en premier », mais dans le sens où elle avait cru que jamais il ne lui ferait de mal. Comment avait-elle pu se leurrer ainsi ? Non… C'est elle qui l'a cherché, elle qui lui a dit d'attaquer, elle encore qui n'a pas été assez rapide pour esquiver. Elle ne peut s'en prendre qu'à elle-même. Pourtant, l'orgueil est blessé un peu plus quoi qu'il en soit. Elle s'écarte d'un pas pour déloger la lame de son plastron et son sang commence à perler sur ce dernier. Rien d'alarmant, elle ne semble même pas s’en apercevoir.

- Satisfait ?

Si elle a vu les fameuses dents de sable l'entourer, elle ne cherche pas à s'enfuir. Elle n'est pas une lâche et affrontera leur morsure dès qu'elles se seront refermées sur elle. Une autre raison à cela : la meilleure défense, c'est l'attaque et elle prend sa revanche en donnant toute sa puissance dans les mille coups à venir. Avec une vélocité implacable, elle joue de va-et-vient de sa lance. Une beauté visuelle donnant l'impression que les coups n'en sont qu'un et qu'ils forment une nuée d'éclairs frappant ensemble au même moment. Voilà pourquoi elle ne part pas. Impossible de le frapper au corps à corps si elle s'éloigne, elle doit se sacrifier pour porter son attaque et profiter de l'ouverture qu'elle a perçue.

- Le prix du sang...

C'est tout ce qu'il semble comprendre présentement. Elle paye pour l'avoir abandonné, n'avoir pas cherché à vérifier que sa flotte avait bien coulé il y a trois ans et lui paye pour devenir plus fort. Les dents de sable se referment sur sa taille et elle ne peut plus bouger. Cependant cela ne signifie pas qu'elle ne peut pas attaquer… Elle sait qu'elle ne pourra pas éviter l'une de ses prochaines attaques ainsi coincée, alors elle essaie de le distraire un moment en étant la plus rapide, une façon de gagner du temps avant de prendre cher. La lance est levée, pointe vers le ciel et Astéria irradie de cosmos bleuté. Le vent se déchaîne non pas pour balayer l'étau qui la tient prisonnière, mais pour se ruer sur le Capitaine. Jamais vent n'aura été aussi cinglant, tels des fouets que l'on aurait fait claquer sur les Carcharocles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyDim 16 Aoû - 18:09
Sa hache entame tant l’azur de son armure que sa chair, laissant couler le sang de celle qu’il avait aimé. Cela le répugne, le révulse. Il déteste avoir à lui faire du mal, même s’il estime cela légitime, tant comme moyen d’obtenir ses réponses qu’en riposte à ses propres attaques. Suite au premier coup aisément paré, elle n’avait pas hésité à lui apprendre à la dure ce qu’était un duel de guerriers usant de l’Onde. À vrai dire, maîtrisant encore peu ses pouvoirs, Lazare s’imaginait qu’elle parerait une fois de plus avant aisance. Cela n’avait pas été le cas, et même si la manière ne lui plaisait pas, il lui faisait là payer en quelque sorte tout ce qu’il lui reprocherait, mais sans avoir eu le temps encore de l’étaler verbalement. Cela viendrait assez tôt, alors que l’Étoilée lui demande s’il en est satisfait. Il crache au sol avant de répondre.
- J’serai satisfait quand je saurai enfin la vérité !
L’Écumeur ne peut aller plus loin encore. Car alors qu’elle se fait piéger par ses crocs de sable, elle le repousse également de ses véloces coups de lance. La contre-attaque est si rapide qu’il n’a pas le temps de pleinement s’en défendre, deux de ses carcharocles venant s’offrir, s’opposant aux coups de la jeune femme pour en prémunir un minimum Lazare qui en subira tout de même le solde, juste avant que des vents violents s’en mêlent et le repoussent plus encore, faisant s’abattre sur lui leur courroux. Repoussé, blessé, mais quoi qu’il en soit toujours debout, il la sait prisonnière désormais, et ne manquera pas d’en profiter. Il n’a pas l’habitude cependant d’être blessé, entamé par un adversaire. Il avait déjà découpé des rangs entiers de pirates ennemis sans faillir, sans tomber. Le monde des éveillés semblait être tout autre en effet, et il faudrait s’y faire. Serait-ce donc un peu de doute qui s’insinuait tout à la fois ? Il approche. Le combat ne fait que commencer malgré tout.
- Qu’est-ce que tu fous ici ? Comment c’possible que « le hasard » nous ait poussé à nous r’trouver ici, après tout c’temps ? Et comment ça s’fait qu’une tempête aussi soudaine que celle que tu domines s’soit abattue y a quelques jours sur ma flotte, m’amenant directement ici ?
Il sentait sa colère l’accabler à nouveau, s’attisant comme il dénonçait les « coïncidences ». Il avait déjà eu des doutes en discutant avec Orphéus, se promettant d’obtenir le fin mot un jour. Mais maintenant qu’il se retrouvait face à ce visage du passé, comment ignorer encore tous ces signaux, ces indices convergeant vers une seule réalité ? Il se projette alors vers elle avec fureur, ses mégalodons en faisant de même. Elle sera alors accablée d’une succession dynamique d’attaques combinant les coups d’Hybris et les crocs de ses requins géants. Cela aura pour mérite de la libérer de l’étreinte, mais ce ne sera que pour la plonger dans la tourmente des attaques incessantes de Lazare et sa horde. En coup final, ce sont finalement quatre de ses carcharocles qui tentent de venir croquer ses quatre membres, tentant de l’écarteler.
- Réponds Astéria ! Quelle explication peux-tu bien me donner ? Plus de mensonge. Je n’attends rien de plus de toi que la vérité désormais...
Sa voix rauque s’était faite impérieuse. Il exigeait, pas d’autre mot pour désigner cela. À elle de décider donc : qu’est-ce qui le rendrait plus fou de rage, entre la vérité nue ou le fait de continuer à le prendre pour un con ?



[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyLun 17 Aoû - 23:35
La vérité, il n'a que ce mot à la bouche. Une vérité qui l'effraie, et qu'elle n'a pas le droit de divulguer a priori. Elle reste impassible. C'est compréhensible, légitime, elle-même aurait réclamé la vérité dans une telle situation. Elle a deux choix alors, tenter de mentir pour qu'il ne coure aucun risque, ou espérer qu'il ne ferait rien de stupide pouvant les mener à leur perte lorsqu'il saurait. Pourtant le plan lui avait semblé parfait, alors qu'est ce qui avait pu lui mettre la puce à l'oreille ? Peu importe. On ne peut pas le duper. En un sens, elle est soulagée, vivre avec le poids du mensonge aurait été insupportable. S'il y a bien une personne avec qui elle veut être honnête, c'est lui. Et après ? Il aurait l'avenir entre ses mains. Une perspective angoissante. Pas qu'elle craigne pour sa propre vie, elle mourrait pour lui, mais elle craint pour la sienne, qu'elle tente désespérément de sauver par tous les moyens.

Elle n'aime pas le voir blessé ni lui faire de mal, mais il doit comprendre que dans ce monde d'éveillés et de divinités, il ne fait pas le poids seul, pas même avec elle à ses côtés. C'est pour cela qu'elle s'évertue à lui déployer son arsenal de techniques. Cette démonstration est censée l'aider à expliquer ses choix, ses actes même les plus impardonnables. Elle pince les lèvres le cœur lourd. Tant pis s'il la déteste, elle était solitaire avant lui, puis solitaire après l'avoir perdu, alors vivre avec un trou béant pour seule compagnie elle en a l'habitude. Tant qu'il vit, ça ira.
- Des questions… Tant de questions…
Il se rue sur elle, prisonnière. Sa colère pèse plus sur son mental que ses coups, même si à nouveau sa lame s'enfonce dans sa chair et qu'elle frémit sous la douleur sans rien pouvoir y faire que panser quelques plaies grâce à son eau régénératrice. Pas assez. Mieux que rien. Elle ferme les yeux, ne doit pas s'énerver à son tour pour ne pas tomber dans une impasse. Chrysaor se concentre sur elle-même.
- Des réponses tu auras, si seulement tu me laissais le temps de les formuler !
Un gros bloc de roche en bord de lice se soulève tout à coup et fuse sur Lazare. Une attaque sournoise, digne d'une pirate, qu'il ne peut éviter car il ne la voit pas venir. Calme… On se calme… Encore ces satanés requins qui tentent de l'écarteler. Elle les sent à peine, et n'est plus vraiment consciente de la réalité, son esprit s'étant élevé dans les profondeurs de sa méditation au moment où elle avait fait usage de ses dons de télékinésie. Pendant quelques secondes, son visage est rouge de colère, une sorte de frustration qu'ils s'envoient l'un à l'autre à chaque riposte. Une vague surgit alors pour s'abattre sur ses assaillants, les réduisant en poussière. Ses bras, et probablement ses jambes aussi, conservent une marque de brûlure là où les mâchoires des prédateurs s'étaient refermées. Calme après la tempête, elle ouvre les yeux.
- Je suis là parce que c'est chez moi. Je suis née ici.
Elle passe les détails sur l'ancien Chrysaor qui était son maître d'armes ou encore sur sa famille de haute noblesse. Plus tard peut-être s'il demande des précisions, mais elle a peu de temps, il faut qu'elle aille à l'essentiel. Mais comment résumer toute une vie en plein combat ? La nostalgie se peint sur son visage.
- Il y a quatorze ans, porter Chrysaor est devenu mon rêve, mon objectif. J'ai quitté Altantis sept ans plus tard, quand j'ai estimé n'avoir plus rien à apprendre, pour pouvoir profiter de mon père en attendant que la place se libère.
La pluie, qui avait cessé de tomber lorsque le Capitaine s'était défait de sa noyade, s'abat soudainement de nouveau avec violence. Il peut deviner sans soucis l'attaque qui se prépare. Saura-t-il l'éviter cette fois ?
- C'était des vacances parfaites, jusqu'à il y a trois ans. Cette tempête qui a emporté mon père, puis toi que j'ai cru mort aussi… Elle est devenue mon emblème, une partie de moi. Peut-être parce que je me dis que si j'avais su la manipuler plus tôt, j'aurai pu sauver ceux que j'aimais.
Son visage triste ne le regarde pas. Tournée vers le ciel sombre, la pluie inondant ses joues et son front, elle semble en proie à ses vieux cauchemars. Mais il n'est pas mort. Il est là lui. Son père ne reviendra pas bien sûr, ça, elle en est certaine. Cette certitude et ces souvenirs la chagrinent. Les regrets s'avivent en elle. Elle n'aurait pas dû fuir. Elle aurait dû fouiller terre et mer pour trouver son cadavre et être certaine de sa mort. Au lieu de quoi, elle était passée à côté d'un passé plus simple, plus heureux.
- Que s'est-il passé ? Toi aussi, tu as cru que je m'étais noyée !
Elle insiste sur ce dernier mot d'une voix plaintive. Comme répondant à celui-ci, la sphère d'eau se forme autour de lui. La suite, il en a fait l'expérience quelques minutes plus tôt. Lorsque la sphère éclate, elle tente de le prendre par surprise, croisant sa hache de sa lance dans un éclair bleuté. Plus par nécessité de se rapprocher de lui que pour le blesser vraiment, plonger ses yeux dans les siens tant qu'il supporte encore de se tenir devant elle. Tant, qu'il ne lui a pas encore tourné le dos...
- Si tu veux la vérité, alors avant promets moi que tu feras tout ce qu'il faut pour ne pas risquer de te faire tuer.
Ses prunelles sombres sont emplies de crainte. La crainte de ce qu'elle pourrait déclencher et ce qu'elle pourrait perdre à nouveau si ça tourne mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyVen 21 Aoû - 14:33
Dans un jeu aussi dangereux que celui dans lequel il évoluait désormais, il fallait savoir user de tout un vaste éventail de possibilités. Heureusement, le monde des pirates l’avait déjà préparé. Il fallait savoir provoquer, bluffer, lire les indices, les réactions, mais aussi savoir abattre ses cartes. Est-ce qu’Asteria pourrait jouer ce jeu avec lui également ? Est-ce qu’elle pourrait user de faux semblant ? Est-ce qu’elle oserait mentir ? Cacher, dissimuler ? Ou bien abattrait-elle son jeu pour de bon désormais ?

En tout cas, elle lui avait déjà prouvé qu’elle savait prendre des coups et en donner. Il savait pourtant qu’elle était Générale, et la maître d’armes d’Atlantis. Est-ce qu’elle le ménageait tout de même, au moins un peu ? Ou bien était-ce le trouble de le voir là, l’attaquer sans retenue qui plus est, qui l’empêchait de donner son maximum ? Car même si elle était redoutable, il se serait d’emblée attendu à se faire littéralement écraser. Ou bien avait-il juste surestimé la différence de pouvoir entre Généraux et Capitaines ? Non. Il pencha plutôt sur le fait qu’Asteria, pour une raison ou l’autre ou toutes à la fois se faisait moins redoutable, moins impitoyable qu’elle pourrait l’être. Pour preuve qu’elle prend tout de même la peine de discuter, alors même qu’elle est en son étreinte, à sa merci. Elle se concentre et le rabroue. Semble lui demander un cessez-le-feu le temps qu’ils mettent cette discussion à plat, mais ce n’est que pour lui envoyer un énorme rocher dans la tronche par derrière, en traître.

Cela le déconcentre d’ailleurs, et l’espace d’un moment il se masse le crâne, son casque tombé dans l’affaire, tout en fouillant la zone du regard pour essayer de trouver qui avait bien pu lui balancer ça. Personne dans les environs… Elle savait bluffer, donc. Il allait rétorquer. Riposter. Mais elle parle enfin. Lui explique ce qu’elle fait. Ce que cet endroit et cette Écaille représentent pour elle. La pluie reprend et Lazare se remet en garde, se doutant bien qu’une fois de plus cela n’avait rien de naturel et que quelque chose se préparait. Et l’Étoilée continue de mentionner ses souvenirs, jusqu’à un point qui l’ulcère : la tempête qui avait emporté son père, et dont il ne s’était sorti que grâce à l’Onde dont il ignorait encore tout… Elle confirmait qu’elle était devenue son emblème. Partie d’elle. Mais elle ne nie pas. Elle ne dit pas qu’elle n’y est pour rien dans ce qui est arrivé à sa flotte. Elle évite même son regard, et inconsciemment il grimace, crachant au sol son cigare détrempé et éteint depuis longtemps, mais qu’il était parvenu à préserver entre ses dents jusqu’alors.

Alors qu’il l’a écouté sagement jusque là, bien plus désireux de connaissances que de victoire, il sent sa hargne reprendre le dessus. Il aurait encore pu se calmer bien sûr. Se calmer et écouter. Mais ce n’était pas possible alors qu’elle tentait une nouvelle fois de le noyer, de l’asphyxier. Cela semblait devenir son sport favori, à force… Mais son offensive est bien plus faible qu’auparavant. Était-ce les attaques de ses mégalodons qui avaient laissé là leurs empreintes ? Ou bien plus de regrets encore à devoir l’affronter ? Non, sans doute pas. La violence de sa lance en témoigne. S’il ne comprend pas encore assez la nature des forces cosmiques pour les contrer à temps et efficacement, il a déjà affronté suffisamment d’hommes armés pour savoir ce qu’il pouvait se permettre ou non. Il était prêt. Avait déjà vu cette succession d’attaques. Promptement, il réagit, et attrape de lance de sa main libre. Fermement, l’Écumeur stoppe l’avancée de cette attaque, et d’un mouvement sec la dévie, la hampe cramponnée.
- Me faire tuer, moi ? Je suis Lazare, Capitaine du Cocyte. Je vogue sur les larmes de pêcheurs marchant vers les Enfers. Et désormais je porte l’Hybris, afin de mieux pouvoir les y envoyer...
Il lève sa hache, à laquelle il avait donné ce nom, Cocyte et Hybris se complémentant à la perfection. Sa voix est grave. Plus impérieuse que de coutume, laissant momentanément de côté sa nonchalance habituelle. Tendue au dessus de sa tête, sa hache tombe finalement, brutalement, et à la manière de ses requins tente d’enfoncer profondément sa violente morsure dans la chair de celle qu’il avait aimé, et dont la perte l’avait inéluctablement fait sombrer.
- Ce sont les faibles et les crétins qui se font tuer. Dans ce monde ou n’importe quel autre. Me trouve-tu faible, l’Étoilée ?
Il lâche son surnom avec froideur, comme s’il désirait que ce petit nom lui soit douloureux, alors que depuis toujours il n’avait qu’exprimé son affection. Au sol, malgré sa tempête, une zone s’assèche, l’eau aspirée vers son armure qui le soignera légèrement. Juste un moment, juste le temps que ses crocs de sable émergent à nouveau, tentant de se refermer sur sa taille, après quoi seulement il lâchera son emprise sur la hampe de sa lance.
- Si je suis faible et stupide au point de ne pas pouvoir entendre cette vérité que je te réclame pourtant, alors achève-moi en l’instant si tu le peux. Ou bien reconnaît ma force et donne-moi ce qui me revient ! N’ai-je pas déjà dans ce combat mérité d’obtenir ce que je te demande ?
Son regard est froid, mais très clairement, il veut comprendre. Ne lâchera pas l’affaire. Plus il gratte, plus elle lui montre qu’il y en a sous la surface. Alors il n’y a pas des milliers de manière d’en terminer. Soit la vérité éclate enfin, soit ils poursuivront, jusqu’à ce que la mort les sépare pour de bon cette fois...



[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyVen 21 Aoû - 22:59
Le combat l'énerve, elle le voit, pourtant elle ne peut pas rester les bras croisés alors qu'elle le croit tout à fait capable de la mettre en pièce. Elle aurait pu juste se défendre, mais alors elle n'aurait pas pu lui montrer ce qui l'attendra lorsqu'il combattra d'autres, éveillés. Il stoppe sa dernière attaque d'une façon inattendue, la déstabilisant presque. A nouveau il brandit sa hache. Ça on ne peut lui enlever, il est déjà doué de base, mais avec sa puissance cosmique en plus, elle peine à rivaliser. Si elle s'était donnée à fond dès le début, ça aurait été différent, mais là elle accusait le coup de la fatigue et des occasions manquées. Elle note que ses coups sont un peu moins forts, mais plus inévitables que les siens. Alors à nouveau il la blesse et elle s'écroule sous l'impact, tombant à genoux, lance toujours fermement tenue en main.

Elle serre ses poings alors qu'elle est à quatre pattes au sol. Elle doit faire un effort considérable pour tenir bon alors qu'il trouve d'autres façons de l'attaquer, elle, l'intouchable. Elle lui a offert son coeur et il s'amuse à le ratatiner. C'est de bonne guerre pourrait-on dire, mais elle ne peut pas laisser passer ça. Elle a juste envie de l'envoyer paître. Il peut la transpercer de toutes parts, mais profiter se sa faiblesse il n'a pas le droit. Si quelques secondes plus tôt elle aurait volontiers dit qu'elle avait simplement peur pour lui, présentement elle le fusille du regard et se contente d'un laconique :
- Non.
Les crocs de sable refont surface autour d'elle. Sans se relever, elle les laisse l'approcher, juste assez pour les trancher de sa lance dès qu'elles sont à sa portée. Un gracieux et habile mouvement de poignet qui fait son petit effet. Soudainement elle lève sa main paume tournée vers lui et sans qu'elle le touche, le propulse quelques mètres plus loin. Suffit des coups de hache, elle garde ses distances désormais. Nimbée de son cosmos, elle se redresse, lévite, incertaine de pouvoir tenir debout sans user de son sixième sens. Elle frappe le sol de la pointe de sa lance avec fureur et l'orage éclate aussitôt. La foudre s'abat précisément sur lui et fait craqueler le sol sous ses pieds jusqu'à s'effondrer.
- Assez ! Alors écoute bien. Ils m'ont missionnée de détruire ta flotte et de ne faire aucun survivant. Si j'avais refusé, un autre s'en serait chargé et tu ne serais pas là. Au lieu de cela, j'ai plaidoyé en ta faveur pour que l'on t'épargne parce que par miracle tu es un éveillé. Je n'ai rien pu faire de plus que de sauver ta peau. Alors si tu vois un meilleur choix que j'aurai pu faire et bien je suis désolée de ne pas y avoir pensé. J'ai fait ça pour toi. Je suis vraiment désolée de la peine que tu ressens, du mal que je t'ai fait, mais tout ce qui m'importait c'est que tu restes en vie.
Elle lévite toujours, suffisamment haut pour le dominer, mais avant tout pour éviter qu'il ne l'attaque à nouveau ou l'approche simplement comme s'il restait encore quelque chose d'elle-même à préserver. Ce sont deux âmes et deux coeurs brisés qui se font face et sur le moment elle se dit qu'il sera difficile, peut-être même impossible, de recoller les morceaux. Sa colère est partie, tout comme les éclairs sont fugaces, laissant la place à la seule peine.
- Et si je ne suis pas venue te voir plus tôt, c'est parce que je craignais ta réaction, mes actes me pesaient sur la conscience et l'idée de devoir te cacher tout ça m'horripilait.
Repousser l'échéance, juste un peu, mais pas l'éviter. Elle n'est pas lâche et redescend d'ailleurs à quelques centimètres du sol seulement. Il doit être furieux, mais elle est prête à essuyer la dernière tempête dans l'unique but de retrouver le calme qui suit, rentrer se soigner avant de complètement se vider de son sang, et se préparer à faire bonne figure devant les autres. Pauvre Chrysaor qui est maintenant tout maculé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyDim 23 Aoû - 11:42
Elle est à terre, presque abattue, mais pourtant il ne ressent pas de joie. Pas d’ivresse de la victoire. Ah, parce qu’il sait notamment qu’il ne faut pas se reconnaître vainqueur trop tôt, le combat n’est pas terminé, c’est certain. Mais la puissance d’Hybris l’a notamment mise à genoux, et cela a assurément son importance. En le monde des pirates, il ne suffirait ici que d’un ultime coup pour mettre fin aux jours de son adversaire. Mais il fallait dire aussi que dans le monde des pirates, personne n’aurait pu survivre à ce coup de hache. Sa victime se serait juste ouverte de l’épaule au bassin dans un spectacle macabre et sanguinolent. Les Écailles étaient réellement prodigieuse, mais sans doute pas autant encore que l’Onde, capable de décupler la puissance mais aussi de renforcer le corps et ses défenses. Sans doute faudrait-il que Lazare tente de progresser encore dans ce domaine…

Et soudainement, à peine se redresse-t-elle, qu’il se fait propulser sans même avoir été touché, allant s’encastrer dans une bâtisse quelques mètres plus loin. De là, il la regarde s’élever dans les airs, à quelques centimètres du sol. Il ne peut s’attarder sur ce point tandis que d’un nouveau mouvement de lance, elle fait tomber la foudre. Donc, il ne se relèverait pas. Frappé à nouveau, sans rien pouvoir faire. Grésillant, fumant, dans un cocon de douleur que le baume apaisant de son Écaille ne pouvait pas contrer. Il est sonné. Mais elle le frappe encore. C’est cependant de vérité qu’elle l’assène à présent. Ce qu’il avait désiré depuis le début. Et toutes les pièces du puzzle se mettent en place. Des craintes et des doutes qui prennent corps. Orphéus avait bien commandité l’extermination de sa flotte donc. Son nom n’est pas cité, mais qui d’autre aurait missionné cela ? Le Légat et nul autre commandait à l’Amirauté.

Et Astéria dans tout ça ? D’après elle, elle s’était portée volontaire dans le but de lui laisser une chance de survie. Grâce à elle qu’il aurait obtenu sa place ici, étant un éveillé lui aussi. Comment l’avait-elle su, alors que lui l’ignorait jusqu’à ce qu’il entre en contact avec l’Écaille des Carcharocles ? Il n’a plus la force de demander. Pas pour l’instant en tout cas. S’il lui faisait confiance, il devait alors accepter d’avoir passé un pacte avec celui qui avait ordonné sa mort au seul motif qu’il lui rende son navire, ainsi qu’accepter d’avoir ardemment voulu terrasser celle qui, après toutes ces années, avait tenté de lui sauver la vie.

Il ne se redresse pas, non. Au contraire, s’affale encore plus au milieu de ses décombres, sa hache reposant au sol à ses côtés. Ses yeux mi-clos la perçoivent tout de même, lévitant toujours. Elle peut s’élever haut, oui, car c’est elle qui sera la dernière debout, Lazare achevé par ces mots plongés en plein cœur. Il ne ressent plus de colère. Il ne ressent plus rien, en vérité.
- Hé l’Étoilée… finissons-en. Dispose de moi comme tu le souhaites. Viole-moi ou achève-moi, mais qu’on en finisse, tout simplement...
Il laisse sa tête retomber au sol, ses yeux sombres se portant juste sur le ciel qui s’éclaircit à nouveau à présent que la tempête est terminée. Pour la première fois depuis des années, il n’avait plus envie de se battre...



[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyMar 25 Aoû - 10:30
Pas de riposte, pas de crise de colère. A-t-il accepté la vérité si facilement ? De là où elle est, il lui semble comme anéanti et son coeur se serre. Elle aurait aimé lui rendre les choses plus faciles ou qu'il ne soit pas impliqué dans tout cela. Si de son côté elle est heureuse que leurs chemins se soient recroisés de nouveau, elle s'en serait bien passé si ça avait pu lui éviter de tout perdre. C'est comme s'il n'était plus que l'ombre de lui même et qu'elle n'a plus qu'à cueillir ses restes. Elle soupire, pas certaine que l'apathie soit meilleure que la colère. Que peut-elle faire ? Que doit-elle faire ? Tout ce qu'elle pourra, même si c'est peu. Elle lui doit bien cela. Doucement elle s'approche et s'agenouille face à lui. Qu'on en finisse ? Mais c'est déjà terminé. N'a-t-elle pas dit quelques minutes plus tôt que ç'en était assez ?
- J't'ai pas sauvé pour te tuer maintenant l'Ecumeur.
Sa voix est douce, légèrement mélancolique. Elle n'arrive pas à lui en vouloir d'avoir essayé de la tuer. Il avait de bonnes raisons, même si, une façon plus pacifique de discuter aurait fait moins de dégâts. À peine une seconde son regard sombre se pose sur le mur éclaté. Tant pis, ça arrive, ce sera réparé plus tard. Lentement elle retire son gant et doucement sa main se pose sur sa joue. Depuis le premier jour où il était arrivé en Atlantis elle avait eu envie de faire ça. Ses doigts le caressent tendrement.
- J'préfère quand t'es consentant mon ange. Allez, viens. J'suis pas en état de toute façon. Il faut que je me soigne et toi que tu t'reposes. J'vais te montrer mes quartiers. C'est plutôt sympa...
Elle tend son autre main et attire à elle le casque des Carcharocles comme un aimant puis le lui tend. Son autre main n'a pas bougé, ne quitte pas sa joue. Ses prunelles le scrutent, essaient de lire en lui. A priori elle ne devrait pas avoir besoin de le porter, mais peut-être devra-t-elle l'emporter de force. Ce n'est pas grave, ils peuvent rester là un peu, reprendre leur souffle avant d'aller se détendre. Avant qu'il ne remette son couvre-chef, elle s'approche un peu plus et colle son front contre le sien, répondant quelque peu à son besoin de proximité. Avant, elle ne se serait pas encombrée de ces petites touches d'affection, lui aurait sauté dessus sans attendre. Mais avant il n'avait jamais été dans cet état et avant, c'était il y a trop longtemps. Et puis ses craintes sont toujours là. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes, cependant elles la bloquent un peu l'incitant à user de prudence. Elle est déjà ravagée de l’intérieur comme de l'extérieur, elle ne veut pas plus souffrir. La crainte qu'il l'abandonne ou de le perdre d'une façon ou d'une autre ne s'est pas envolée. Elle ne peut pas espérer que le fait de l'avoir retrouvée ait du poids dans la balance alors que c'est elle qui lui a fait tout perdre, mais elle aimerait bien, ne serait-ce qu'avoir l'impression qu'après tout ce temps elle compte encore un peu.
- Tu m'as tellement manqué… Je voudrais pouvoir faire quelque chose pour que ce soit plus facile pour toi, mais je ne sais pas quoi… Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, demande moi.
Elle s'éloigne s'il ne la retient pas et se lève, replace son gant à sa place puis lui tend la main pour l'aider à se relever et l'emmener chez elle, ou dans ses appartements de fonction du moins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyJeu 3 Sep - 10:55
Des deux choix qu’il lui avait laissé, l’Étoilée refusa les deux, coup sur coup. Qu’attendait-elle de lui alors ? Espérait-elle vraiment qu’il continue à vivre ici comme si de rien n’était ? Durant ce laps de temps, elle s’était approchée, posée, agenouillée. Sa voix est devenue douce, tout comme ses doigts qui se posent délicatement sur sa joue, sentant dès lors un frisson lui remonter le long de l’échine. Comme quoi, il était toujours capable de ressentir quelque chose. Elle l’invite à se reposer dans ses quartiers, lui tend son casque. Durant un instant il ne réagit pas. Lazare fronce des sourcils, plongeant son regard dans le sien.

Elle s’approche un peu plus, colle son front contre le sien. Et enfin il a une réaction : celle de lever sa senestre, et de la poser au niveau de ses reins. Sa main y rencontre surtout l’acier froid de son armure, mais cela lui permet au moins de l’attirer un peu plus contre lui. Bien sûr qu’il la retiendra ! Ne la laissera pas aussi facilement se soustraire après tout ça. Il tend alors sa bouche à la rencontre de la sienne. De ses dents vient mordre sa lippe, avant de l’enserrer de ses lèvres, lui volant un baiser vorace. Elle venait de dire qu’il n’avait qu’à demander ce qu’il désirait s’il avait besoin d’elle. Or, il avait besoin d’elle mais sa nature faisait qu’il avait tendance à prendre au lieu de réclamer.

Son autre main s’élève alors à son tour, se posant sur sa gorge, le pouce lui caressant la joue. Glisse jusqu’à sa nuque, profitant du contact avec sa peau. L’enserre alors, et la serrant plus encore cherche à rendre ce baiser plus profond, insatiable, comme si d’une certaine manière il pourrait ainsi rattraper un peu de leur retard, et combler dans la passion le vide et la douleur qu’elle lui avait fait ressentir depuis sa « mort ». Et lorsqu’enfin la fougue de ce baiser serait consumée, préservant son front contre le sien, lui soufflerait :
- Emmène-moi dans ta cabine alors. Tant de temps à rattraper...
Souvent, cette expression se faisait synonyme de « choses à se raconter ». Et pour sûr, ils en auraient. Mais il n’était pas sûr que Lazare pensait beaucoup à la parlotte en cet instant précis...



[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
AsteriaAsteriaArmure :
Chrysaor

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu527/950[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (527/950)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge900/900[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (900/900)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyJeu 3 Sep - 13:04
S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
Si l'on pouvait changer les choses
Et tout recommencer
S'il suffisait qu'on s'aime, s'il suffisait d'aimer
Nous ferions de ce rêve un monde
S'il suffisait d'aimer

Sa réaction ne la surprend pas autant qu'elle l'aurait supposé. C'est tout lui ça de se presque jeter sur elle. Dans le cas présent c'est surtout sur ses lèvres qu'il fond pour son plus grand plaisir. C'est tout ce qu'elle attendait, tout ce qu'elle voulait, tout ce qu'elle craignait ne pas pouvoir retrouver surtout après lui avoir tout avoué. Après tout, ils n'avaient pas été ensemble si longtemps, séparés bien trop tôt. En temporalité piratesque, c'est sans doute beaucoup en y repensant, mais moins que ces trois années qui avaient suivi. Ses sentiments, ses envies à son égard auraient pu avoir disparues depuis le temps. Cela dit, avec tout ce qu'il avait fait pour l'avoir, ça ne pouvait pas être juste pour une passade ou quelque chose de temporaire.

Alors qu'il la serre dans ses bras, elle ne cherche pas à s'éloigner, au contraire, elle se presse contre lui, regrette juste qu'ils soient tous deux en armure. Elle doit se l'avouer, si elle a hâte de rentrer dans ses quartiers, c'est bien pour se débarrasser de tout cela et pouvoir l'enlacer sans plus aucun obstacle entre eux. Elle a souri, amusée, lorsqu'il a commencé par lui mordre la lèvre, puis répondu avec autant de ferveur à ce baiser qu'elle aurait voulu ne jamais voir s'achever. Elle se sent plus pleine et entière qu'avant, cette étreinte comblant un peu ce trou béant qu'il avait laissé en elle lorsqu'il était « mort ».

Elle sourit à sa façon de nommer ses appartements. Oui ils avaient beaucoup à rattraper et pas que des nouvelles ou informations diverses. Sans doute même que le temps des questions ne serait pas pour aujourd'hui. Une autre fois, une occasion de revenir la voir même si ce n'est pas cela qui l'empêcherait de lui rendre visite. Elle se lève doucement, se sent déjà plus en forme, assez pour tenir sur ses pieds sans avoir à recourir à l'artifice de son sixième sens en tout cas. Elle glisse sa main dans la sienne et l’entraîne à sa suite. Le pilier n'est pas si loin, mais ça lui paraît bien trop long. Ses blessures encore ouvertes n'y sont pas pour rien sans doute.

Son antre est à l'image des Quartiers de l'Indien, fleuri, clair, apaisant. Il y a ça et là des bougies un peu partout. C'est grand, très grand, composé de plusieurs pièces, une à vivre, une chambre, un bureau et une salle de bain composée d'une mini piscine. C'est dans cette dernière qu'elle se dirige. Chrysaor se détache de son corps et va se poser sous sa forme totémique dans la pièce principale.
- Fait comme chez toi. Tu peux me rejoindre ou m'attendre comme tu préfères.
Elle sourit en coin, ne doute pas du choix qu'il fera alors qu'elle se déshabille sans pudeur. Quelques secondes plus tard, elle est dans l'eau, son aura s'active et son onde referme ses plaies tandis que l'eau les nettoie. Il faut peu de temps pour qu'elle soit comme neuve.
- Si toutes les plaies pouvaient se refermer si facilement...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2064-asteria-general-de-c https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2013-asteria-sefirot-generale-du-chrysaor
LazareLazareArmure :
Carcharocles (Mégalodon - Requin géant)

Statistiques
HP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-bleu1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-rouge750/750[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-rouge  (750/750)
CC:
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] G-jaune1200/1200[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] V-jaune  (1200/1200)
Message Re: [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]   [Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] EmptyJeu 10 Sep - 15:18
Après ces retrouvailles mouvementées, ils purent un moment se réfugier dans la fougue de leurs baisers. Il valait sans doute mieux pour Asteria qu’elle ne soit pas vue par ses élèves en pareille position, mais il fallait bien admettre que c’était très loin des préoccupations de Lazare pour le moment. Encore tant de sentiments conflictuels qui menaçaient en lui, mais heureusement le contact des lèvres de l’Étoilée primait, et un temps du moins lui ferait oublier le reste. Repousser ces tracas et conflits en arrière-plan pour un moment, le temps d’élaborer plus tard ses actions.

Alors bien sûr qu’il la suit sans discuter. Lazare a déjà en tête bien des choses qui pourraient se produire dès lors qu’ils profiteraient du couvert de l’intimité. C’était sa façon de rattraper le temps perdu, bien sûr. Ils auraient beaucoup à parler, oui… après ! Autant en profiter maintenant avant que leurs corps ne refroidissent par trop, sans quoi il n’y aurait plus que douleurs et plaies. Pour lui, il n’était pas encore tant de les panser. Puisqu’ils n’étaient pas encore morts, autant alors célébrer la vie !
- Il va nous falloir du bon rhum, pour commencer. Puis des huiles parfumées...
S’amuse-t-il à lancer alors qu’il la suit, référence qui serait certainement évidente bien entendu. Même s’il titube, souffre et ressent au fond de lui une puissante envie d’hurler, il ne peut s’empêcher cette petite provocation au maître d’armes, le regardant avec intensité de sous ses paupières lourdes.

L’antre de la belle est différent des autres piliers qu’il avait approché. Il s’était fait la réflexion qu’ils ne pouvaient apparemment pas s’empêcher de « répandre leur odeur » sur leur territoire. Bien sûr, c’était une manière grotesque de l’exprimer, comme si des animaux sauvages urinaient à leurs frontières. Mais clairement ainsi qu’il voyait la chose, comme ils modelaient l’endroit pour leur être favorable ET qu’il soit désagréable à quiconque viendrait mettre un pied chez eux. Asteria avait bien créé un endroit qui lui ressemblait également, mais chez elle, il n’y avait là rien de désagréable. Pas d’aura qui n’incitait qu’à prendre le large. Tout le contraire. Prend donc rapidement ses aises, le requin géant se postant non loin du Chrysaor. La première étape serait donc la salle d’eau… voilà qui lui convenait parfaitement, à un détail près !
- Attendre ? Quelle idée saugrenue...
Rétorque-t-il tout en se dévêtant dans la foulée. Prévisible sans doute, mais il n’a que faire de cela. Tout ce à quoi il pense, ce sont ces courbes dénudées qui s’offrent à son regard. Et à ses mains bien vite, alors qu’il la rejoint pour l’attirer contre lui...

Citation :
Fin du RP <3


[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria] Sign-Lazare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2167-lazare-capitaine-des https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2110-lazare-capitaine-des-carcharocles
 
[Début février 553] À nos adieux manqués [PV Asteria]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Mare Nostrum :: Atlantis :: Pilier de l'Indien-
Sauter vers: