Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMer 22 Juil - 12:46
Ils y étaient arrivés. La première étape avait été franchie et déjà les gardiennes les accompagnaient auprès de celui ou de celle qui portait le titre de Pontifex. La Voix d'Arès, certainement la personne la plus importante de cette Citadelle, à dire vrai. Le danger pour cette petite compagnie était grand mais les uns comme les autres étaient déterminés à faire de cette expédition une réussite. Adonis ne pouvait s'empêcher d'être fier des deux hommes qui l'accompagnaient. Non seulement ils s'étaient jusque là montrés digne de la Chlamyde qui était la leur, mais ils s'étaient aussi montrés responsables et capables d'amener des gardiennes suspicieuses à se fier à eux. Temporairement, évidemment, mais suffisamment pour qu'ils aient l'accès au grand patron du coin.

Alors qu'il remontait les couloirs, Adonis observait les lieux avec attention. Non seulement pour tenter de mémoriser le chemin emprunté afin qu'ils ne se perdent pas au retour - ou en cas de fuite en urgence ? - mais aussi car les murs l'intriguaient. Ils étaient comme vivants. Bougeaient. Et parfois, il avait l'impression de voir des yeux l'observer. Cet endroit était une sorte de musée des horreurs. Un hymne à la violence et à la mort.

Mais Adonis ne craignait pas la mort. Et de sa personne se dégageait une aura chaleureuse, clairement bienveillante, qui semblait comme illuminer le chemin qu'il arpentait. Se servant de son bâton de marche pour progresser, il veillait à ce que ses compagnons le suivent. D'autant que Kyrios possédait toujours ce fameux trésor caché. Adressant un sourire à ses compagnons, il faisait en sorte que son aura les enveloppe également, apaisant leurs tourments. Leurs doutes. Du moins le souhaitait-il de tout coeur. Et lové sur ses épaules, Esculape observait l'avancée avec attention.
    - Nous approchons de notre but mes amis. N'oublions pas la raison qui nous a conduit en ce lieu. Vous connaissez vos rôles, mes frères. Soyons digne de la confiance de Maître Marcus.

Ils débouchèrent finalement au coeur d'un endroit parfaitement étrange. Une sorte de grande grotte circulaire, toujours cette étrange chair un peu partout, et face à eux un autel certainement dédié au dieu Arès. Et là, un homme. Le représentant de son Seigneur, sans le moindre doute. Respectant les usages - et ne souhaitant aucunement se montrer irrespectueux ou menaçant en s'approchant plus que de raison - Adonis plaça sa main sur son coeur, et inclina la tête vers l'inconnu.
    - Monseigneur Pontifex, au nom d'Apollon, je vous remercie de nous recevoir en votre demeure. Je suis Adonis, Pythie de Delphes, Patron du Théâtre. Humble messager qui ne souhaite qu'une chose : être entendu par le représentant d'Arès.

Ses compagnons allaient devoir se présenter également, comme il en était d'usage. Et alors la partie débuterait enfin. Pour quelle fin ? Il ne pouvait anticiper. Mais l'aura chaleureuse qui émanait de lui le rassurait, le portait. Il n'en était pas réellement conscient. Mais cela lui rappelait l'époque où Asclépios agissait de même avec lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
KyriosKyriosArmure :
Chlamyde d'Actéon

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1000/1000[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1000/1000)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge550/550[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (550/550)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1150/1150[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1150/1150)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyVen 24 Juil - 22:38

Moment décisif


Nous avions donc suivis les deux gardiennes du Dédale afin de nous rendre auprès du chef des lieux. Non pas Arès mais celui qui représentait son autorité sur cette terre, le Pontifex. La traversée du monde obscur des Berserkers se fit en bonne et due forme. Beaucoup de regards invisibles s’étaient posés sur nous pendant notre court périple. Tout semblait vivant dans ce monde étrange, le sol, les murs, mêmes les pierres placées aléatoirement semblaient faits de chair et organiques. Quoiqu’il en soit, nous étions parvenus à la seconde partie de notre mission, convaincre le maître des lieux de nous fournir une aide nécessaire au sauvetage des nôtres. Si Adonis avait su convaincre Velizara et Liv de notre bonne foi, j’espérais sincèrement que ses talents d’orateur allaient encore nous éblouir.

Alors que nous marchions, je mémorisais un maximum les lieux dans lesquels je me trouvais afin de faire une analyse plus complète de la situation. Une situation peu commune qui se prêtait pourtant très bien à notre mission. J’avais du augmenter légèrement le cosmos que je gardais en perpétuel contrôle autour de moi et du présent que nous avait offert Marcus afin de ne pas l’exposer à tous pour le moment. Personne ne l’avait remarqué et c’était une excellente chose. Nous étions désormais au centre du monde des Berserkers et si un piège nous était tendu, la mort était la seule et unique option envisageable.

Les paroles encourageantes du marionnettiste fusèrent vers mon coeur, réchauffant mon corps et me donnant encore plus de courage. Nous comptions autant sur lui que lui semblait compter sur nous. Il avait raison, et peut-être même trop, nous devions nous montrer à la hauteur des attentes du Mécène.

Nous arrivâmes finalement à destination, dans une grande pièce circulaire dont le toit était immensément élevé et toujours ces murs qui donnaient l’impression d’avoir faim. Vraiment aucun de goût pour la décoration ces adeptes d’Arès. Au centre de cette pièce se dressait un autel. Je ne savais pas à quoi était destiné cet autel mais ma curiosité fut balayée en un instant en m’imaginant qu’il s’agissait d’un autel dédié aux sacrifices humains en l’honneur du dieu de la guerre. Peut-être étions-nous les prochains à subir le courroux du frère d’Athéna lui-même.

L’autel était impressionnant mais ce qui me figea fut la présence de cet homme près de l’autel. Un homme, sans aucun doute le dirigeant des lieux, se trouvait là devant nous. Adonis ne perdit pas une seconde et il se présenta en trouvant une nouvelle fois les mots adaptés à la situation. Je l’imitais bêtement, une main sur le coeur et l’autre dans le dos, je m’inclinais légèrement mais suffisamment pour lui montrer le respect qui lui est dû.

- Seigneur Pontifex, commençai-je en accompagnant mes hommages d’une mouvement de la tête. En effet, merci d’avoir accepté de nous recevoir en votre demeure si originale. Je suis l’un des quatre chevaux de feu au service du dieu Apollon. Je me nomme Kyrios et je suis l’Oracle de l’Aube Nouvelle. Soyez rassuré, nous ne venons pas en ennemis et espérons partir d’ici avec de bonnes nouvelles à annoncer.

Le ton était donné et les négociations allaient commencer. Mon rôle était de garder cette pièce d’armure mais aussi de veiller s’il n’y avait pas d’entourloupe du style embuscade ou autres coup monté. Il était néanmoins très envisageable que le Pontifex nous demande et prouver notre valeur, j’espérais juste qu’il ne demanderait pas à l’un de ses Cardinaux effrayant d’être témoin de cette conversation ou d’en instiguer la traîtrise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1820-kyrios-oracle-d-acte https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1813-kyrios-oracle-d-acteon
YeloYeloArmure :
Chlamyde du Silence

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge450/450[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (450/450)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1300/1300[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1300/1300)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMar 28 Juil - 11:08
    Soudés à l’effigie des doigts d’une main, la petite communauté entreprenait dorénavant l’arc suivant de leur épopée en terre guerrière. Surveillés au doigt et à l’œil du joug des gardiens concordant au domaine, l’orchestre de lumière chatoyait via contraste, telle une bigarrure au cœur de l’abîme. Tirant sa source de la majesté propre aux Chlamydes, la dissonance s’articulait autour d’un clair-obscur polychrome.

    Au centre de la trachée organique, des allées boyautées se succédaient en chemin. S’engouffrant davantage, Yelo humait l’empyreume jusqu’à la moelle, répugnant autant que faire se pouvait la saveur de cet arôme abject. De mal en pis, l’ossature carnée abreuvait la moindre parcelle ornementale, comme si les apôtres d’Arès prenaient en définitive racine au sein des entrailles d’un vers gargantuesque, à l’aspect abominable.

    Son esprit lui jouait en outre quelques tours, amplifiant empiriquement les contours de cette atmosphère suintante. Tout compte fait, les Centurions de la Légion d’Ossements ne les eurent pas dévorés tout cru, accueillant au préalable la parole des disciples solaires avec le plus vif intérêt. Si le Pontifex partageait leur modèle de conduite, il n’en serait que préférable dans l’optique d’un dialogue à bonne enseigne. Néanmoins, une sphère interne de l’Inspiré restait à l’affût, se méfiant de l’eau qui dort.

    Un ample antre leur ouvrit ses bras au bout de l’artère, arborant en aigle un piédestal axial. Gare aux vertiges, étant donné l’aven s’engouffrant entre la troupe et ledit autel sacrificiel. Précipice à minima comblé de l’ossature d’un pont dont la composition ne s’avérait guère plus un coup de théâtre, tant le jeune homme s’accoutumait malgré lui aux nuances des carnations, quand bien même aurait-il préféré subir un lavage de cerveau afin d’absoudre ces obscénités.

    Fondue dans le décor, une entité se mettait en évidence. En lieu et place de cette présence ne pouvait se tapisser que l'altesse de ce berceau de tous les diables. Singeant les modalités de ces camarades, l'homme pâle se courbait délicatement en guise en révérence, l’arcade orbitaire close.

    « Votre seigneurie, permettez-moi de vous remercier tout autant pour l’honneur que vous nous faites. Mon nom est Yelo, Oracle du Silence. Veuillez agréer nos excuses pour le dérangement occasionné. En espérant que la perspective d’un échange de vues vous convienne. » Il accentuait cette acclimatation d’une teinte obséquieuse, par souci de bienséance.


[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] 200810031518298250


Dernière édition par Yelo le Lun 10 Aoû - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2090-yelo-oracle-du-silen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1969-yelo-oracle-du-silence
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMar 28 Juil - 14:09
Alors ainsi, Les envoyés d'Apollon reviennent apporter la lumière aux créatures du Dédale. Tseh. Un sourire sur mes lèvres, lorsque j'apprends la nouvelle. Alors dites-moi, artistes, qu'est-ce que ça sera, cette fois ? Est-ce qu'il s'agira d'éclairer le chemin, ou bien de nous aveugler, ou peut-être même de nous brûler sous la lumière solaire ? Ou en tout cas essayer.

J'ai du mal à dire, depuis le temps. Du mal à composer avec les caprices bipolaires du Soleil.

Mais parait-il que les lucioles viennent discuter. Qu'elles veulent voir le Pontifex, et qu'elles ont fait tout le chemin pour ça. Et ces pauvres petites lucioles sont dans une situation bien précaire, depuis la Guerre, n'est-ce pas ?

En Italie, nous n'avons perdus que de la chair à canon et de l'énergie.
Vous, vous avez perdu Augure, Dieu, Toit et Liberté.

J'y songe, un sourire sur mes lèvres, amusé par le contraste et la scène qu'il amène aujourd'hui. Une scène pas tout à fait inhabituelle, à vrai dire : celle des Oracles qui viennent quémander l'aide des Berserkers, parce qu'il n'y a personne d'autre pour réellement leur prêter oreille attentive... Or, les choses sont différentes, cette fois-ci. Compliquées, serait le mot exact. Car à force de vous tendre la main et vous voir prendre le bras, je commence à fatiguer. Alors... Alors je suis curieux. Curieux de ce que vous avez dans votre manche, cette fois-ci.

La réflexion me court sous la peau, un air songeur sur mon visage, assis sur le trône qui domine la pièce. Jambes croisées, confortablement installé, j'observe droit devant moi, pour les voir arriver. Et bien assez tôt, ils arrivent, effectivement. Pas un visage connu, trois parfait inconnus... Messagers, dit-il. Ils sont polis, les troubadours sans Seigneur. Ils parlent de longues phrases honorées, désolées... Heh. Adonis, Kyrios et Yelo. J'observe chacun d'entre eux, un instant, visage penché, tempe soutenue par mon poing, accoudé au trône. Mon regard s'attarde un court instant sur ce Kyrios... Un sourire, sur mes lèvres. Une sorte de malice sur mes traits... En voilà des mots amusants. Un soufflement de nez, un ton léger, dans ma voix.

- Me voilà rassuré, un instant j'ai pris peur que vous puissiez être des envahisseurs. Flegmatique, avec toujours ce sourire à mon visage. Léger, discret, mais présent. Dans mes yeux, une lueur d'intérêt. Des yeux qui scrutent, qui sondent. Observer les réactions, réponses et tics des trois hommes. Les cerner. Comme à la chasse. Ne pas venir en ennemis, dis-tu ? Je l'espère pour vous.

Repartir d'ici avec de bonnes nouvelles ?
Sois donc plus modeste dans tes ambitions, Luciole. Commence par espérer repartir d'ici tout court.

- Zvezdan, Pontifex d'Arès Une sobre présentation, sans m'éterniser. Une légère inclinaison de la tête en guise de salut, et ma voix résonne de nouveau, plus claire cette fois-ci, plus forte. Vous êtes venu ici pour être entendu. Alors je vous écoute : soyez concis, notre temps à tous est précieux.

Et j'aime autant ne pas multiplier les tours autour du pot.
Je suis curieux, Oracles, vraiment. Curieux de votre demande – car vous ne venez jamais ici si ce n'est pas pour une demande -, et curieux de vos mots à venir. De ce que vous avez à offrir. De ce que vous avez à dire. Car je ne vous demande rien, pour l'instant... mais ça ne saurait tarder. J'espère que vous êtes aussi habiles de vos mots que vous êtes polis. J'espère qu'il y a quelque chose à faire, avec vous.

J'ai envie d'y croire, à l'entente entre le Soleil et le Sang. Mais lorsque j'y ai cru à l'époque, je l'ai regretté. Qu'en sera-t-il aujourd'hui ?

Tout repose sur vos épaules, messagers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMar 28 Juil - 19:16
La danse débutait et de ce que pouvait observer Adonis, ils n'étaient clairement pas face au premier idiot venu. Il ne s'était pas attendu à moins, évidemment, et pour une fois le Marionnettiste pouvait espérer une joute verbale à la hauteur de ses talents. Il n'avait pas été l'élève de n'importe qui, Asclépios ayant toujours beaucoup insisté sur l'importance des mots et la manière de les tourner. Et en cela, Kyrios avait fait preuve d'une petite maladresse.

Il ne pouvait néanmoins pas lui en vouloir d'avoir souhaité se montrer courtois. Mais avancer au sein d'une forteresse comme celle-ci que l'on n'était pas venu en ennemi avait quelque chose d'un peu absurde. Une évidence qui n'était pas toujours utile de mettre en avant. Mais l'Oracle de l'Aube Nouvelle portait effectivement quelque chose qui pouvait s'apparenter à un présent précieux. Encore qu'il faille encore que ce présent intéresse le Pontifex.

Pour sa part, La Pythie de Delphes souriait à cet homme qui trônait en maître absolu par ici. Sans doute appréciait-il de pouvoir regarder de haut ses invités. Adonis pouvait aisément constater qu'il n'existait rien ici qui puisse permettre aux invités de s'installer confortablement. Une volonté très certainement des maîtres des lieux, afin que nul ne puisse oublier la place qui était la leur. Une prédisposition intéressante, il est vrai, que le Marionnettiste comprenait et acceptait. Ici, ils n'étaient que des messagers. Une lueur d'espoir ? Pas pour les Berserkers. Ils n'avaient pas besoin d'eux, après tout que représentait Apollon actuellement ?
    - Vous avez raison. Notre temps est effectivement précieux et nous ne désirons pas nous attarder plus que de raison, Pontifex Zvezdan.

D'autres missions étaient désormais au coeur des préoccupations des hommes composant cette petite équipe. Pour le Patron du Théâtre, retrouver Esmelia était une priorité. Pour leur ordre, notamment. Lui remettre le présent de Marcus était indispensable à tous. Mais il n'oubliait pas l'Augure. Attente et patience. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, l'échange devait être le maître-mot.
    - Ce qui m'amène à la raison de notre présence à tous. Il y a trop longtemps que nos deux familles ont rompus le contact. Vous n'êtes pas sans savoir que depuis la fin de la précédente guerre, les nôtres ont été traqués comme des bêtes. Notre tour et nos demeures détruites. Nos frères et sœurs persécutés. Nous nous sommes cachés, n'avons pu garder les liens qui nous unissaient avec nos amis de l'époque. Mais Marcus, le Grand Mécène des Arts qui suppléer notre illustre Augure, a pensé à juste titre qu'il était temps d'envoyer une délégation.

Il fixait le Pontifex, cherchant à décrypter ce qu'il pouvait avoir dans la tête. Ses postures et ses mimiques pouvaient être autant d'indices pour qui savait les lire. Et pour un Marionnettiste tel que lui, il n'était pas si compliqué de jouer à ce petit jeu.
    - Certaines alliances du passé ont portées leur fruit, après tout, et il est légitime pour nous de revenir vers ceux qui ont été des alliés à de si nombreuses reprises.

La mort d'un Grand Pope était au coeur d'une de ces alliances. Il ne fallait pas l'oublier. L'on pouvait évidemment souligner que les Berserkers avaient toujours apportés plus de soldats dans l'équation mais nul n'était sensé ignorer que les guerriers d'Apollon n'avaient jamais été les plus nombreux.
    - Toutefois, nous ne sommes pas ici pour quémander votre aide ou un soutien de votre part. Mais seulement une oreille attentive à ce que nous souhaitons mettre en place. Je suis convaincu qu'il nous faut repartir sur de nouvelles bases, plus solides, afin de pouvoir compter les uns sur les autres à l'avenir. Cet échange est la première étape.

Un curieux sourire se dessinait sur son visage alors qu'il accentuait ses propos par quelques gestes de la main. Esculape toujours autour de ses épaules observait le maître des lieux. Ses yeux reptiliens ne le lâchaient pas un instant.
    - Nous ne sommes pas naïfs, Pontifex. Nous avons conscience de l'absurdité que cette requête peut avoir à vos yeux. Après tout, nous ne sommes plus qu'une poignée pour le moment. Les nôtres effectuent leur propre quête. Ou se cachent le temps d'organiser une riposte contre les hommes de Narsès. Contre les Saints d'Athéna. De fait, qu'aurions-nous à vous apporter ? Et bien des informations, tout d'abord. Nous possédons un réseau étendu. Des oreilles éparpillées qui peuvent aider. Un soutien également. Militaire mais pas seulement. Mais si nous disposons de nos propres ressources, de nos propres informateurs, nous sommes cruellement en manque d'alliés.

De nouveau, il inclinait la tête dans sa direction. S'ils n'étaient pas là pour demander un soutien militaire, il ne fallait pas non plus faire de ces hommes des ennemis. Apollon n'avait pas besoin de ça.
    - Nous avons chacun nos objectifs personnels. Mais peut-être que certains d'entre eux concordent ? Agissons de concert lorsque cela sera nécessaire - pour vous comme pour nous - et alors je suis sûr que cette alliance sera bénéfique à tous. Néanmoins, si vous jugez qu'il est préférable pour vous de rejeter cette requête, ou que cette alliance ne vous apportera rien de profitable, alors nous repartirons comme nous sommes venus.

Et nul ne saurait alors en tenir rigueur aux guerriers d'Arès. Ils n'étaient pas ici pour réclamer. Mais pour voir si à l'avenir, ils pourraient s'associer pour réussir là où seul, ils échoueraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
KyriosKyriosArmure :
Chlamyde d'Actéon

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1000/1000[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1000/1000)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge550/550[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (550/550)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1150/1150[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1150/1150)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyLun 3 Aoû - 8:15

En voilà une bonne idée


Le regard fixé sur notre nouvel interlocuteur, je ne laissais rien passer. J’écoutais attentivement les paroles emplies de politesse de Yelo tout en gardant un œil attentif à ce Pontifex. Ainsi donc c’était là la prestance qu’on lui attribuait mais pour autant il n’imposait pas une grande admiration. Non pas que qu’il était inintéressant mais les lieux ainsi que la personne d’éminence en présence contrastaient beaucoup trop avec ce que j’avais pour habitude de voir. Le cynisme de ses propos frappèrent mes tympans avec force, me faisant comprendre que nous avions affaire à une personne sûre d’elle. Bien évidemment il pouvait avoir une totale confiance en lui, nous étions trois pauvres lanternes éclairant les ténèbres, entourées par des bêtes sauvages prêtes à nous saisir à la gorge aussitôt l’ordre donné.

Il se présenta très brièvement, Zvezdan, c’était son nom. Il semblait las de nous recevoir, je ne pouvais percevoir une quelconque curiosité ou un quelconque intérêt pour nous. « Dépêchez-vous, je n’ai pas que ça à faire », c’est ce à quoi nous étions confrontés. Un dirigeant trop occupé pour porter attention aux autres ? Soit. Le talent de notre Pythie allait devoir surpasser la lassitude évidente de ce Pontifex.

Il ne tarda pas à prendre la parole, notre cher Adonis qui avait été choisi pour ses talents d’orateur et persuasifs. Portant une oreille attentive à ce qu’il disait, mon regard se détacha de la voix d’Ares pour se poser sur mon allié médecin. Lui, fixait Zvezdan. Il n’avait certainement pas remarqué qu’il avait toute mon attention. Je voulais non seulement être un de ceux ayant réussi à reforger l’alliance entre Oracles et Berserkers mais aussi apprendre de ce marionnettiste qui avait sans nul doute possible une expérience certaine dans son domaine.

Les paroles d’Adonis furent longues et lourdes de sens pour nous. Un retour à la réalité, que nous n’avions pas réellement quitté, qui exposait les éveillés d’Apollon à une situation déroutante et périlleuse. Je laissais échapper un soupir qui parut long mais qui ne dura en réalité que quelques secondes. Tout avait été dit. Adonis avait exposé notre situation et le Pontifex ne s’intéresserait certainement qu’à celui ayant le plus beau discours.

Je me mis alors à faire quelques pas dans cette immense salle étrange qui sentait le sang mêlé à de fortes odeurs de décomposition. Sympa l’endroit. Je continuais mes quelques pas, lents et pondérés afin de ne pas vexer votre seigneurie Pontifex tout en arborant un sourire modéré et détaillant les différents matériaux sans les toucher. De la pierre, de la chair et du marbre. Beaucoup d’autres matériaux se trouvaient certainement au-delà de ces murs étranges mais je ne m’y risquerais pas.

Sans même m’en apercevoir, j’étais revenu à mon point de départ et j’espérais être en mesure d’entendre la réponse de Zvezdan. Allait-il rester dans ce cynisme ambiant ou allait-il répondre clairement à notre demande ? Les réponses possibles étaient somme toute assez évidentes à donner mais personne ne savait à quoi s’attendre.

Je m’arrêtais près de Yelo et reporta mon attention sur le Pontifex qui ne semblait pas avoir bouger d’un centimètre. Je le détaillais de haut en bas, me laissant surprendre par une idée totalement excessive. Et si en partant d’ici je faisais une belle sculpture de ce dirigeant, après tout c’était le premier que je rencontrais. De plus si je pouvais sculpter cette étrange pierre qui compose le dédale, je pourrais créer une statue presque vivante.

Chassant mes idées farfelues, le grand sourire niais qui était apparu sur mon visage durant ces quelques secondes de torpeur ne s’effaça pas immédiatement. Un regard vers Yelo, un haussement d’épaules et de sourcils, et l’attente reprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1820-kyrios-oracle-d-acte https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1813-kyrios-oracle-d-acteon
YeloYeloArmure :
Chlamyde du Silence

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge450/450[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (450/450)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1300/1300[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1300/1300)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyVen 7 Aoû - 11:48
    À l’image d’un bon samaritain, Yelo buvait les paroles de celui qui leur offrait présentement l’hospitalité. Quand bien même le ton quelque peu désinvolte employé lui aurait irrité les tympans en temps ordinaire, il tolérait à l’amiable les mœurs céans, le minois apathique face au trône de l’autocrate. Neutralisant le moindre ondoiement émotif, brio usuel pour son mentor, l’Inspiré baignait au sein d’un lagon de décontraction lénifiant, le mettant à l’écart de toute contrariété.

    Sous son air sommairement leste, le Pontifex évoquait auprès du jeune homme un intellect astucieux, à l’aune de sa caste belliciste. Bis repetita, le visage pâle se fourvoyait sur le compte des Berserkers d’Arès. Restant par anticipation sur l’idée préconçue de son jugement, forgé en amont, il discernait au fur et à mesure la finesse manifeste desdits fauves, en tout cas de ceux qu’il avait eu la chance de croiser jusqu’à maintenant.

    En pleine joute verbale, la maestria d’Adonis se matérialisait telle la pierre de touche du vis-à-vis, tandis que Yelo observait assidûment le round d’observation du duo d’orateurs, prêt à intervenir si le besoin s’en faisait sentir.
    Concomitamment, la nuée de ses pensées se tournait vers son ami Kyrios. L’Aube Nouvelle soulevait le poids d’un fardeau imputant sur ses épaules depuis belle lurette. Cette responsabilité s’avérait probablement la cause de son bouillonnement intérieur, lui qui semblait faire les cent pas à l’entour de l’Autel rituel. L’adepte du Silence aurait souhaité lui faire aumône secourable en partageant la charge de ce colis, mettant en balance la croix et la bannière de cette quête.

    Malencontreusement, contraint face à la quadrature du cercle, il ne pouvait qu’ajouter foi à la faculté de l’Oracle d’Actéon, et se rallier à l’appréciation de son verdict quant à la pièce qui devrait faire office d’attestation de valeur lors d’un éventuel accord réciproque. Son acolyte conservait bien entendu l’entièreté de sa confiance.

    « Vous n’avez rien à craindre des Oracles. Si vous le vouliez, vous pourriez nous écraser comme de vulgaires insectes. C’est aussi ce que pensent nos adversaires, avança-t-il frontalement à l’hôte des lieux, les mains en rampe de politesse, l’allure courbée bien que gardant la tête droite. Seulement, l’engagement que nous portons envers notre Augure nous galvanise. L’ennemi ne se doutera pas forcément d’une alliance. Ils nous pensent décimés, désarmés, mais il est aussi plus facile de se faufiler parmi les brèches lorsque tous les regards ne sont pas braqués sur vous. Nous pourrions être un œil à la fois discret et avisé capable de vous prêter main-forte, en faveur d’un consentement mutuel. »


[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] 200810031518298250


Dernière édition par Yelo le Lun 10 Aoû - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2090-yelo-oracle-du-silen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1969-yelo-oracle-du-silence
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptySam 8 Aoû - 23:59
- L'engagement envers votre Augure enchaîné, captif et donc sans pouvoir, oui. Un regard vers le dénommé Yelo. Qui avance des choses vraies, mais aussi des choses épineuses. Cette première phrase pour lui répondre, sur un ton neutre, mais faite de mots cassants.Puis, une seconde, pour relativiser. Je sais votre compétence, vos forces et vos atouts. C'est d'autres choses qui me préoccupent.

Ces autres choses, c'est vers Adonis qu'elles me mènent.
J'ai écouté. J'ai écouté ses mots, et ce sont les mots de quelqu'un qui sait parler. Ce ne sont pas les mots d'un idiot, mais ce sont ceux d'un ignorant : de quelqu'un qui ne sait pas tout. Ou alors... Qui pense que je ne sais pas tout. Va savoir. Et va savoir ce que je sais vraiment. Morale de l'histoire ? Oui, il est vrai que vous pourriez être utiles, Adonis. Il est vrai que vous pourriez faire des alliés de choix. Tout ça est très vrai.
Mais...

- Avant de continuer cette conversation plus loin, permettez-moi un simple petit rappel sur l'histoire récente des rapports Berserkers-Oracles.

Lentement, j'appuie sur les accoudoirs du trône de mes mains, puis force sur mes bras pour me lever. Un regard, vers plus bas, et un Cosmos rouge terne qui commence à m'envelopper. Plus doux que le flamboyant rouge de mes colères enragées ou le sombre carmin de mes fureurs froides. Sans agressivité, neutre, une émanation, tandis que je descends les marches. Puis, une impulsion. Une impulsion cosmique, moi pour origine, une onde qui traverse l'air, et dans son sillage, la réalité change, le paysage se transforme pour devenir les portes du Dédale... Mais légèrement différentes de celles qu'ils ont vu en rentrant. La végétation autour, différente, pas les mêmes gardes à l'entrée. Plutôt que le climat froid de Février, une chaleur estivale. Le chaud aussi, ils peuvent le sentir.
Et surtout... Ils peuvent voir deux de leurs semblables, à l'entrée. Deux Oracles de l'ancienne génération.

- La première rencontre entre nous et les Oracles de cette ère, c'était ici même. Bran Ruz et Thafnout, tous deux envoyés par l'Augure de l'époque, pour la même raison que vous autres. Une voix qui vient de partout et nulle part à la fois. La mienne, à moi qui n'est présent nulle par dans ce paysage du passé. Notre première rencontre, notre premier contact. Et quant à notre premier échange?

La scène se joue. Montre les gardes à l'entrée du Dédale, qui vont à la rencontre des Oracles. Des gardes goguenards et sur la défensive, mais des gardes qui n'ont pas encore sorti leurs armes. Ils n'en auront jamais l'occasion : Thafnout, l'Oracle à la peau sombre, sort la sienne, fait usage de son pouvoir... Un son étrange se propage dans l'air, et les gardes tombent au sol, immobiles.

- Notre premier échange, ce n'était pas des mots, c'était une lame sortie au clair par l'un des vôtres. Comment disait-il, déjà ? Ah, oui « N'oubliez pas qui est le maître du feu solaire. Ceci étant dit, vos gardes avaient la volonté manifeste de nous passer au fil de l'épée. Une simple mesure de précaution ne mérite pas de telles palpitations. » La phrase est lancée avec la voix de Thafnout, comme un écho d'hier. Sa définition de précaution ne m'a jamais vraiment convaincu, pour tout vous dire.

Une voix acerbe dans l'air... L'air qui change, qui se tord, et la réalité change de nouveau. Floue. Elle montre une pièce à l'intérieur du Dédale, et des silhouettes qui discutent. Un écho du passé, encore, mais cette fois-ci, suggéré, plutôt que montré. Trois silhouettes de brume rouges, qui discutent avec deux silhouettes faite d'une lumière éclatante, solaire.

- Mais l'incident a été excusé, et nous avons parlé. Nous avons conclu l'Alliance entre le Soleil et le Sang, et au finir des discussions, l'attaque sur le Sanctuaire était proche.

Encore une fois, l'air change... L'air se charge d'une fumée étouffante, et là aussi, les trois Oracles peuvent sentir la fumée leur passer les poumons. Puis, quand la fumée s'évapore, elle offre une vue depuis les collines d'un Sanctuaire pris d'assaut. La campagne prise d'assaut, Rodorio piégée par les flammes, des ruines et bruits de combats audibles jusqu'au Temple du Bélier. Des colonnes de fumée noire qui s'élèvent au ciel, une odeur de sang, de mort. De Guerre.

- Trois Cardinaux ainsi que l'Oracle Bran Ruz ont déferlés sur le Sanctuaire. La scène se poursuit. Cette scène que les Oracles suivent selon un point de vue sur la colline... Le point de vue bouge. Ils voient 3 Chevaux armurés, leur Cavaliers Cardinaux, et un Corbeau Rouge qui foncent et tranchent leur chemin jusqu'au Temple du Bélier. Ils voient une chevauchée folle, effrénée, sauvage, comme s'ils y étaient, comme s'ils étaient un quatrième cavalier qui suit derrière les trois Fléaux. Ils suivent une silhouette, tout particulièrement. La mienne. Ils verront le Zvezdan de jadis, massacrer un Saint de Pégase. Ils le verront rentrer dans le Temple du Bélier, pour y rencontre son gardien, le Pope, et le Bran Ruz, aux prises avec la Voix d'Athéna de cette époque. Ils verront le combat, ou tout du moins, une partie. Quelque chose de bref, confus, brutal : des flash d'assaut, de coups échangés, de sang coulé. Plumes de Corbeau rouge, énergies lumineuses, illusions de Guerre, Glace immortelle. La scène prendra fin, sur un Zvezdan accroupi au-dessus du corps du Pope, qui assène un ultime coup de poing à son adversaire... Dés lors, une explosion de glace. Et là aussi, il pourront sentir le froid... Puis, le néant. Moi et Bran avons tués le Pope Bélisaire, oui. Par le passé, notre alliance a pu être fructueuse, oui...

L'air change. Toujours.
Cette fois-ci, de nouveau, une scène étrange, suggérée, plutôt que montrée. Une pièce dans le Dédale, encore, des silhouettes de brume rouge... Pas la moindre silhouette solaire, cette fois-ci.

- Puis nous avons collaborés, à Carthage. Une opération entourée de mystères, où les choses ont tournées de façon curieuse. Beaucoup de flou, beaucoup de questions sans réponse... En filigrane de mon exposé, la discussion des ombres se fait. Impossible de comprendre ce qu'elles disent, sauf un mot. Un nom : Celestia. Des questions auxquelles l'une des vôtres avait visiblement réponse. Mais jamais elle n'a jugée bon de partager ses lumières. Ou en tout cas... C'était le sentiment de notre représentant sur place , à l'époque.

Je me rappelle d'Esther, oui. Qui trouvait cette Celestia trop... secrète. Méfiante. Je me rappelle de Carthage, de toutes les informations incomplètes qu'on y a récupéré. Un sacré foutoir.

L'air change, sans discontinuer.
Le paysage devient celui de Jamir. Jamir, entourée d'une muraille de chair : notre siège sur les fortifications de ce domaine. Une scène, alors. quatre silhouettes de brume rouge, et deux de Lumière. Des mots échangés. Un homme de lumière qui demande de passer le siège d'Arès, d'un ton arrogant. Le refus : ma voix, arrogante elle aussi. Puis, une des silhouette de lumière, qui fond sur l'une des autres silhouette de brume rouge. Rapide, brutale : un coup, et la brume rougeâtre disparaît dans l'air, tuée. Dés lors, les silhouettes cessent d'être indistinctes : clairement reconnaissables, le visage de ces Coronado et Japeth, ceux de cette époque... De cet assaut.

- Puis à Jamir, une ouaille d'Apollon a tuée l'un de nos Cardinaux. Une voix froide, impassible. Coronado de l'Ombre de la Vierge, se faisait-il appeler. « Hypnos nous pris trois guerriers », s'est-il justifié. Quelque chose d'acerbe, qui monte dans mon ton. Cet homme a tué chez Arès, pour venger Apollon d'une attaque d'Hadès.

Ridicule, n'est-ce pas ? Aujourd'hui encore, j'aimerai comprendre. Aujourd'hui encore, je patiente.

L'air change, une ultime fois.
Une scène de combat, confuse et sanglante, des images successives d'une lutte. Une lutte entre moi et un autre Oracle. Je n'ai jamais su son nom, finalement.

- à Jamir, j'ai dû combattre l'un des vôtre pour obtenir ce pourquoi tous se battaient là-bas. L'air se déchire. Le voile d'images du passé se lève, et ils peuvent désormais me voir : Tout juste devant Adonis, descendu du trône, les mains croisées derrière le dos. Je le fixe. Un instant de silence, dans cette grande pièce lugubre. Puis, mes pas qui commencent à tourner autour du trio, mon regard qui rejoint le plafond, un air songeur sur mes traits.

- En somme, notre collaboration la plus fructueuse, ça a été au Sanctuaire, où nous avons envoyés 3 Guerriers, tandis que vous en avez envoyé un. Qui plus est, un guerrier que je sais de source sûre ne plus être parmi les vôtres. Mon sourire s'étire. Moi aussi, j'ai mes infos. Celle-ci, je la dois à un certain papillon. Carthage a été un fiasco total, et nous avons de bonnes raisons de penser que cette Celestia fait de la rétention d'informations. La liste s'allonge, mon regard s’assombrit. à Jamir, nous avons payé le prix du sang pour un autre fautif, et nous avons dû faire saigner le Soleil pour obtenir notre dû.

La liste s'allonge, et je pense que vous commencez à comprendre mes réticences, n'est-ce pas, Lucioles ? Et à vrai dire... à vrai dire, la liste n'est pas finie.

- En Italie, nous vous avons soutenus pour défendre une cause qui n'est pas la nôtre, pour vous défendre des Saints. Plusieurs de nos éveillés et de nos dormeurs sont morts pour que vous puissiez vivre. Tandis que lorsque les Saints ont commencés à construire les Citadelles dans nos terres et que nous avons lutté pour essayer de les repousser, pas l'ombre d'un servant du Soleil n'est venue nous soutenir.

Mes pas s'arrêtent devant Adonis. Alors maintenant que je te regarde dans les yeux, Oracle, dis-moi donc...

- Vous me parlez d'informations. De réseaux, de ressources, de soutien. Et si on commençait à parler confiance, dans un premier temps, hm? ça serait déjà un début, non ? Équivalence, aussi. Éclaircissements, également. Vous me parlez de ce Grand Mécène des Arts. Qui est-ce que c'est supposé être, exactement ?

L'Augure suppléant, peut-être ?

- Ils sont nombreux à faire une erreur, quand ils pensent aux Berserkers. À penser que nous ne sommes que des outils. Quelque chose d'instable, enragé, qu'il faut lancer dans la bonne direction, et espérer qu'il morde la bonne cible. Un pas, pour approcher de l'Oracle. Réduire la distance, assez pour qu'il comprenne la situation, pas assez pour que ça soit irrespectueux, agressif. Jusqu'ici, quand j'ai croisé la lumière d'Apollon, elle a cherchée soit à nous guider, soit à nous aveugler, soit à nous brûler. Or, nous avons déjà la flamme d'Arès pour nous guider. Notre chemin, nous savons le tracer tout seul. Or, nous ne tolérerons pas d'être aveuglés : la flamme est déjà instable par nature. Or, vous ne voulez pas nous brûler, parce que la flemme brûlera en retour. Et qu'elle brûlera plus fort encore.

La lumière d'Apollon, si elle doit suivre les Berserkers d'Arès, ce sera pour les accompagner. Comme des alliés, pas comme des bergers. Mal inspiré est le berger qui essaie de rameuter des loups dans son enclos, vous ne pensez pas ?


Un léger rire... Et le retour au sérieux, pour parler d'autre chose.

- Mais j'ai assez parlé. Vous savez ma version, ma vérité, mes craintes et espoirs. Vous vouliez une oreille attentive ? Vous l'avez. Mais ce que j'ai écouté jusqu'ici ne me convainc pas. Pas assez.

Donnez-moi une bonne raison de tendre de nouveau ma main vers la bouche qui m'a mordu auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyDim 9 Aoû - 1:53
Il observait. Et alors que le pouvoir du Pontifex entrait en action, il ne fit rien pour s'en préserver. L'homme voulait leur montrer ? Et bien qu'il le fasse. Pour Adonis, il n'était question ici que de discussion et de partage d'information. Pour lui, voir de ses yeux les échanges du passée avait un intérêt réel. Car il manquait clairement d'éléments sur ce qui avait pu se dérouler par le passé. Marcus était un sage. Mais un sage avec une vision étriquée de la réalité. Il avait envoyé ici, au coeur du sanctuaire des Berserkers, un trio d'Oracles peu versés dans la politique pour la plupart. Et surtout sans la moindre information quant aux raisons ayant poussées les Oracles et les Berserkers à faire cause commune. Et à s'éloigner ensuite.

Oui, Adonis était un porte-parole. Mais un porte-parole qui se basait sur les récits de son mentor et non pas sur rien, comme l'avait fait Marcus. Ces images, ces voix, elles pouvaient être altérées. Après tout, le pouvoir du Pontifex pouvait lui permettre pareille manipulation. Mais le Marionnettiste n'était pas sans pouvoir face à lui. Et il percevait clairement que l'homme lui montrait les choses telles qu'elles avaient été. Les premières paroles. Et une leçon.

Une leçon que l'Oracle écoutait avec toute l'attention dont il était capable. Il percevait les émotions. Percevait les doutes. Et surtout l'amertume de celui qui avait vécu trop de trahisons pour désormais se fier à la parole d'un seul homme. Un homme qui n'apportait pour le moment que de belles paroles et rien de bien concret. Pour autant, il n'était pas sans défense. Pour autant, il était ici dans un monde qu'il connaissait. Parler à un représentant d'un des grands Dieux aurait pu glacer le sang de n'importe qui. Mais Adonis avait été l'élève du dieu de la Médecine. Adonis avait été en contact avec le Dieu-Loup de Delphes. Aussi fort soit-il, Le Pontifex n'était qu'un homme. Ainsi répondit-il aux questions par un sourire.

Nulle moquerie dans ce dernier. Seulement l'assurance d'un homme qui savait de quoi il parlait et qui avait un atout dans manche. Un atout que possédait Kyrios. Mais comme ils en avaient convenus ensemble, l'Oracle serait le décisionnaire : devait-on leur offrir le présent ou les laisser sans rien et repartir bredouille. Cette entente était la clé de voûte d'un futur meilleur pour les Oracles. Mais Adonis n'y fondait pas tout ses espoirs. Lui, il voyait plus large.
    - Voilà un résumé précis. Et qui dévoile nos relations passées sous un jour nouveau pour moi. Mais qui ne montre qu'une partie de l'histoire, je le crains. Je ne nie aucun de ces événements et je dois admettre que vous m'apprenez certaines choses. Toutefois, je vous l'ai précisé dès l'entame de notre discussion : nous ne sommes pas ici pour quémander de l'aide mais pour renouer contact. Avant de vous convaincre de quoi que ce soit, il m'apparaît comme important de clarifier ma position sur les faits relatées. Ce serait vous faire offense que d'oublier tout ceci.

C'était désormais à Adonis de prendre la mesure de la conversation. A Adonis de faire quelques pas tout en maintenant une certaine distance avec l'homme. Il ne le craignait pas. Mais respectait ce qu'il était. Son regard se porta sur lui. Ce dernier avait montré l'étendu de son pouvoir mais les informations qu'il possédait étaient aussi incomplètes. Il montrait les choses de son propre point de vue. Difficile de fait de se faire un avis global. Pour autant, il devrait faire avec.
    - Je ne suis pas ici pour porter le fardeau de l'ancienne génération. Certains d'entre eux étaient des fous présomptueux, des imbéciles trop sûrs de pouvoir manipuler le monde dans lequel ils vivaient, sans comprendre véritablement que leurs actes allaient nous conduire à notre perte. Quelle stupidité que de venir ici et de justifier sa bêtise par un principe de précaution dans lequel je ne me reconnais pas non plus.

Bran et Thafnout. Deux idiots, chacun à leur niveau. Le Second pour avoir tiré la lame et menacé des soldats d'Arès, et le premier pour avoir échoué à contrôler son partenaire. Ou à le tempérer. Ici, cela n'arriverait pas. Car le Marionnettiste ne permettrait pas que cette délégation échoue lamentablement. Les deux oracles avaient été pardonnés. Lui n'aurait pas été si magnanime. Déposant son sac sur le sol, il raffermit sa prise sur son bâton de marche alors que son propre pouvoir l'enveloppait désormais. Une aura rassurante, chaude. Esculape siffla un bref instant.

Lors de ce résumé, plusieurs éléments avaient alarmés le médecin. La dernière scène avait clairement montré le Dieu-Loup. L'erreur n'était pas permise et il l'avait clairement reconnu. Et le nom de Célestia avait également été énoncée. Une fois encore, une connaissance de son maître. Une fois encore, un membre de sa fratrie. Mais chose rassurante, jamais le nom de son mentor n'avait été mentionné. Ni en mal, ni en bien. Alors qu'il savait de source sûre que ce dernier avait agit pour le bien des Berserkers. Par contre, cette ombre qui avait tué au nom d'Apollon, il ne pouvait accepter cette faute.
    - Quant à ce Coronado de l'ombre de la Vierge, voilà un titre qui ne me parle aucunement. S'il a tué au nom d'Apollon, cela ne signifie pas forcément que c'est réellement lui qu'il servait. L'art du mensonge et de la tromperie est un outil utile pour qui veut jeter le trouble entre deux camps. Visiblement, cela a fonctionné. Mais à bien y réfléchir, ne trouvez-vous pas grotesque que d'une main, nous vous demandions de l'aide tandis que la seconde se faufile dans les ombres pour tuer l'un de vos Seigneurs de Guerre, en se cachant derrière cette histoire de vengeance ? Je l'ai dit : l'ancienne génération était constituée en partie d'idiots. Mais ils n'étaient pas suicidaires pour autant. Croyez-moi : il n'est pas difficile pour un expert d'attirer l'attention sur un autre pour avoir le champ libre.

La mise en scène était grossière. Indigne d'un véritable stratège. Il ne comprenait donc pas que l'on puisse porter crédit à ces allégations. Moins encore lorsque le terme "ombre de la Vierge" n'était pas un titre officielle parmi les Oracles. Pas de ceux qui servaient la lumière d'Apollon en tout cas. Mais un écho du passé traversa l'esprit du médecin. Les histoires de son mentor. L'ombre du Taureau que ce dernier avait rencontré. Le soleil et l'ombre.
    - Toutefois, je ne peux que supposer et en aucune manière vous apportez les preuves de ce que j'avance. Pas encore, tout du moins. Vous parlez de confiance, d'équivalence. Je doute que cet échange suffise à vous persuader de l'utilité de ces liens que nous souhaitons renouer. Les mots ne représentent finalement que peu de chose et je perçois que vous êtes un homme d'actions. Les images projetées l'attestent. Mais qu'importe, vous avez posé des questions et nous y répondrons. Notre Grand Mécène des Arts, Marcus, est celui qui nous conseille en l'absence de notre Augure. Il ne remplace pas ce dernier et ne donne aucun ordre. Il suit une ligne directrice et aide les nouveaux éveillés à trouver leur voie. Je vous l'ai dit : son réseau est vaste et ses connaissances sont grandes. C'est un érudit, un Sage de notre ordre. Et celui qui veille sur les nôtres tandis que le Seigneur Cuchulainn est emprisonné dans les geôles des Saints.

Un nom était dévoilé. Adonis estimait l'information connue et même si ce n'était pas le cas, il n'avait aucun intérêt à le cacher. Pas ici. Pas alors que le Pontifex se méfiait d'eux. Lorsque l'on devait gagner la confiance d'un homme qui n'avait vécu que des désillusions, il fallait prendre des risques. Son regard se posa sur Kyrios. Lui aussi avait une clé. Un élément qui pourrait faire basculer la discussion. Mais jugerait-il utile de dévoiler l'atout de suite ? La voix d'Adonis reprit :
    - Jusque là, en dehors de la mort du Grand Pope, vous n'avez parlé que des morts et du sang versé. Ceux des vôtres. Ceux de nos ennemis. Mais il existe une personne qui soignait les vôtres au cours de ces batailles, sans distinction aucune. Berserkers ou Oracles, cela n'avait aucune importance pour lui. Je parle bien sûr de mon maître, Asclépios, fils d'Apollon et Père de la Médecine. Du bien est ressorti de nos alliances passées, même si ce bien n'est pas aussi visible et spectaculaire que les coups d'éclats mentionnés. En venant à vous, nous ne souhaitons pas vous tromper. Le soleil est une bénédiction. Ni guide, ni aveuglement, ni brûlure. Il est source de vie, c'est un fait.

Il le savait pour avoir entendu son maître en parler. Asclépios avait rencontré des Berserkers. Il avait porté assistance à ceux qu'il avait croisé, sans se soucier de la faction qu'ils servaient. Et les serviteurs d'Arès n'avaient pas fait exception à sa règle, à sa ligne directrice. Le Pontifex avait nommé des Oracles. Avait cité des situations où l'entente avait débouché sur des morts. Alors pourquoi ignorer les actes qui avaient permis de sauver de nombreuses vies ? Éveillés comme dormeur ?
    - Vous convaincre me paraît difficile tant ce passé est compliqué. Mais il parait évident que nous avons bien plus à perdre que vous dans cette affaire et qu'il n'est pas dans notre intérêt de nous servir de vous. Vous l'avez dit... Un berger ne rameute pas les loups dans son enclos. Il y perdrait son bétail. Et sans doute la vie. Marchons ensemble. Laissez-nous l'opportunité de vous prouver que nous sommes différents. Pour l'heure, nous ne représentons pas grand chose. Mais notre ordre revient. Les nôtres s'éveillent de par le monde. Et bientôt, notre pouvoir sera suffisant pour rebâtir ce qui doit l'être. La décision vous revient. Allez-vous balayer d'un revers de la main tout espoir de réconciliation et d'alliance future sur la base d'actions passées et obscures pour la plupart ? Ou serez-vous à l'origine d'une alliance autrement plus puissante que celles nouées par le passé et qui conduira à l'accomplissement de nos objectifs à tous ?

Finalement, peut-être qu'ils auraient tous à y gagner. Mais peut-être aussi que le cadeau de Kyrios serait suffisant pour faire pencher la balance ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
KyriosKyriosArmure :
Chlamyde d'Actéon

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1000/1000[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1000/1000)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge550/550[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (550/550)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1150/1150[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1150/1150)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyLun 17 Aoû - 17:54

L’atout


Le temps me paraissait long entre ces murs vivants et menaçants. Bien que les paroles qu’échangeaient le Pontifex et Adonis étaient intéressantes et pleines de sens, demeurer plus longtemps dans cet endroit me paraissait impossible. Je n’avais néanmoins pas le luxe de choisir et décider si je pouvais partir. La mission était bien trop importante pour que je tourne les talons et quitte cette assemblée. Pour sûr, des guerriers tapis dans l’ombre m’auraient aussitôt sauter à la gorge pour ramener ma tête aux pieds de leur chef. Un sourire m’échappa tandis que le pouvoir dudit chef se dévoilait.

Des images du passé apparaissaient devant nos yeux. Tout d’abord ébahi par la beauté et l’étrangeté de ce don, je ne l’écoutais pas et regardais les actions défiler devant moi. Il y avait eu bien des événements dont nous étions, selon les dires de Zvezdan, responsables. Ceux qui nous avaient précédés étaient peut-être des fous et des illuminés de première gamme, des imbéciles qui n’avaient pas su faire profit de cette alliance qu’ils avaient créé. Des noms parvenaient à mes oreilles, des noms que je n’avais jamais entendu auparavant. J’enregistrais d’une oreille distraite tout ce qui m’était audible à ce moment jusqu’à ce que l’air se déchire soudainement, me laissant à nouveau voir le visage du maître des lieux. Il s’était rapproché d’Adonis en un instant et ses paroles s’apparentaient plus à des reproches qu’à une réelle discussion. Je pouvais comprendre sa position et sa rancune mais pouvait-il réellement nous blâmer pour les méfaits d’autres Oracles ? Nous sommes les soldats d’Apollon mais il ne contrôle en rien notre volonté.

Un poing serré lorsque je le vis proche de notre allié mais je repris aussitôt mon sang froid afin de ne pas entraver cette quête. Je le sentais blessé, le Pontifex. Blessé dans son orgueil et aujourd’hui méfiant. Alors qu’il terminait son long discours, Adonis pris la parole à son tour et nous assistions là à un échange titanesque dans lequel des informations de haute importance fuitaient. Un réel régal pour mes oreilles et mon âme de nouvel Oracle. Ils étaient parvenus à absorber toute mon attention, je ne ressentais plus ce qu’il se passait autour de moi, je n’avais d’intérêt que pour leurs voix mais je sentais également qu’il allait être difficile de convaincre un être blessé et soucieux de l’avenir de ses alliés.

Une minute de réflexion, un instant de méditation. Les yeux fermés, je réfléchissais longuement, ne captant plus la voix d’Adonis. Je me retrouvais avec moi-même, une main sous le menton, la respiration lente afin de prendre la meilleure des décisions pour nous autres. Nous n’étions pas venus pour faire la guerre mais pour trouver un allié capable de nous aider dans la prochaine lutte contre les chevaliers d’Athéna et de Narsès. L’évidence était que si le Pontifex décidait de nous renvoyer maintenant, notre ordre courrait à sa perte. Apollon n’était plus là et notre Augure prisonnier. L’Augure… Il fallait le sauver coûte que coûte, il était le seul à pouvoir nous rassembler et nous guider dans ce chapitre obscur de notre histoire. Très bien.

Prenant une grande inspiration, j’ouvris les yeux et laissais disparaître la fine pellicule de cosmos qui cachait le paquet que je portais. Elle se dissipa sous une légère pluie de particules solaires avant de rejoindre le sol et l’éclairer une fraction de seconde. Je pris soin d’attendre qu’Adonis eut terminé son discours avant d’attraper le paquet et de me positionner en direction du Pontifex. La décision était prise et c’était là notre dernière option de récupérer le fer de lance qui pourrait nous permettre de retrouver notre gloire.

- Permettez-moi de m’exprimer à mon tour, commençai-je maintenant sûr de moi. Je comprends parfaitement votre méfiance et seul un fou oserait prétendre le contraire mais il y a une chose qu’il faut éclaircir. Nous sommes une nouvelle génération d’Oracles qui n’avons rien à voir avec ceux que vous nous avez montré à l’instant. Ces fous ne connaissaient certainement pas le sens du mot honneur et étaient guidés par des pulsions personnelles qui ont malheureusement entraînées ces tragédies dont vous avez été victimes. Vous avez changé la vision que j’avais des Berserkers, non seulement vous mais aussi vos guerrières Liv et Velizara. Laissez-nous vous montrer que nous pouvons également changer la vision que vous avez des Oracles. Nous ne pourrons pas et ne voulons pas expier des fautes commises par ceux qui nous ont précédés mais nous pouvons faire en sorte que vous n’ayez plus cette méfiance envers nous.

Le paquet entre mes mains, j’espérais capter son attention suffisamment pour qu’il s’intéresse à mes paroles.

- La lumière d’Apollon, continuai-je, si elle doit vous suivre, vous suivra comme une alliée et je pense parler au nom de tous les Oracles en vous assurant que si un soutien sera demandé, nous serons là. En ce qui concerne les Saints et Narsès, notre lutte a déjà repris et d’après vos dires, ils ont étendu leur territoire sur les vôtres. Nous sommes peut-être dispersés mais si nous pouvons nous rassembler nous aurons certainement une force suffisante pour les faire reculer et regretter leurs actes. Tenez, Pontifex, voici ce dont nous sommes capables et jugez par vous-mêmes ce que nous pourrions accomplir.

J’ouvris le paquet, retirant corde de cuir qui reliait le tout. Le tissu tomba sur le sol, laissant apparaître un bras. Une pièce d’une armure d’or qui appartenait sans le moindre doute à l’un des plus grands guerriers d’Athéna. La lueur de l’objet illumina une seconde la pièce avant de retrouver son éclat normal. Nos visages se reflétaient sur l’objet tandis que je guettais la réaction de Zvezdan.

- C’est sans doute un bien triste trophée pour vous mais je suis prêt à vous le céder en gage de notre alliance, si vous acceptez évidemment. Vous trouveriez sans doute une utilité à un tel objet.

Il fallait désormais patienter et voir si l’apparition d’un tel objet à cette assemblée serait suffisante pour finalement mettre un terme aux négociations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1820-kyrios-oracle-d-acte https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1813-kyrios-oracle-d-acteon
YeloYeloArmure :
Chlamyde du Silence

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge450/450[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (450/450)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1300/1300[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1300/1300)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMar 18 Aoû - 12:37
    Une ombre rougeâtre se levait. D’harmonie discordante, le Pontifex orchestrait une représentation théâtrale digne de son auteur. Les silhouettes se mouvaient, divulguant maints vestiges d’antan concordant aux anciennes unions entre Oracles et Berserkers. Dans un premier temps, l’Altesse blâmait l’approche de Bran Ruz et Thafnout, Oracles de la génération antérieure méconnus aux esgourdes de l’Inspiré. Les reflets d’une lame luisaient via la pénombre, présageant une approche un tantinet brutale.
    La manœuvre scénique de l’hôte dénotait d’une tangibilité telle qu’elle procurait un sentiment d’authenticité troublant. Nonobstant, l’Inspiré se tenait sur ses gardes quant à l’aspect possiblement romancé de ce récit à sens unique.

    « Je vous conjure de prendre en considération le pacifisme de notre approche. Ces anciens Oracles auraient usé de leurs pouvoirs à l’entrée du Dédale. Or, nous n’avons pas employé la même méthode, et sommes entrés ici uniquement par usage de nos mots. Cela ne démontre-t-il pas une preuve d’évolution ? Les erreurs du passé sont faites pour ne pas être reproduites, et servent d’expérience. Nous n’avons rien à voir avec ces personnages.

    Les scènes s’enchaînaient de but en blanc. Alliance. Meurtre. Trahison. Discorde. Le passé fourmillait de détails esquintants.
    Yelo se retrouvait sans voix vis-à-vis des accusations de Zvezdan. Celui-ci camouflait potentiellement de subtils fragments de l’historique dans l’optique de manier l’intrigue à sa guise, mais il ne se serait pas avéré habile de l’offenser en ces temps amers. En tant qu’Oracle de cette enseigne, le jeune homme savait ô combien un silence volontaire pouvait obscurcir une facette plus terne, davantage sombre. Lui, maniait de son silence comme d’un ajustoir, prompt à disserter sur le nécessaire et à taire les arrières pensés impromptues pour le bien de cette quête.

    - Nous ne sommes pas parfaits, et nous ne le seront surement jamais, mais je doute que nous soyons pires que certains de vos opposants, au vu de la raison qui vous a poussé à collaborer avec d’anciens Oracles par le passé.

    Marcus n’avait certes pas choisi le trio d’Oracles pour leurs connaissances aiguisées en matière de politique, mais justement du fait qu’ils n’étaient guère liés aux évènements de naguère, n’ayant rien à voir avec ceux-ci. Et pour cause, des Oracles plus anciens ne demeuraient peut-être pas de la partie dans le but de faire la part belle au changement. Le parti pris s’éclairait au fil des velléités ; envoyer de nouvelles têtes à l’effet de penser à l’avenir et d’entretenir de nouvelles relations saines.

    - Le passé est le passé. Nous ne pouvons l’influer, seulement l’assumer et améliorer ce qui n’a pas fonctionné. Nous devrions à mon sens œuvrer pour le futur de nos factions. Cesser de ressasser, et aller de l’avant en maîtres mots. »

    La voix de la Pythie rétorquait aux paroles blessantes du Seigneur avec fermeté, citant notamment les accomplissements d’Asclépios. Le visage pâle connaissait depuis moult mois la révérence qu’Adonis portait envers le puit de sagesse qu’incarnait son ancien maître. Il ne laisserait pas de tels propos sans retour équivalent.
    Sentant l’heure venue, Kyrios mettait un terme aux discours en libérant la clef de voute tant attendue. Yelo guettait tout comme son camarade la réaction du Pontifex, empli d’incertitude. Comment allait-il réagir ?


[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] 200810031518298250


Dernière édition par Yelo le Mer 19 Aoû - 16:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2090-yelo-oracle-du-silen https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1969-yelo-oracle-du-silence
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMar 18 Aoû - 17:15
Ça me ferait presque sourire.
Ce discours qui se dédouane, qui condamne les agissements passés, les agissements des autres, pour se laver les mains de l'affront. Bien noble de leur part, mais les choses sont plus complexes que ça, hm ? Il ne s'agit pas tant de vos actions et de celles de vos prédécesseurs, il ne s'agit pas de les séparer... Puisqu'elles forment un Tout. Le Tout de votre Ordre.

- Renouer contact implique une entraide future. Première réponse, adressée à Adonis. Je doute que vous reveniez à nos portes pour le plaisir de la discussion et du paysage. Une ironie sur mes lèvres étirées. Oui, renouer contact, mais bien pour y gagner quelque chose à la fin, hm ? Donnant donnant, comme tout dans ce bas-monde.

Mais nous sommes d'accords : vos prédécesseurs sont soit des abrutis, soit des manipulateurs, soit pire, dans certains cas.
Quant au cas de ce Coronado...

- Si j'avais l'absolue certitude de l'implication des Oracles. Nous n'aurions pas cette conversation. Un regard entendu. Si j'étais persuadé que ce connard était ce qu'il prétend, vous auriez peut-être pu rentrer, oui. Mais ça n'aurait pas été pour discuter. Je suis familier aux principes d'illusions et de tromperie... Étonnant, n'est-ce pas ? Vous avez le bénéfice du doute. C'est pour ça qu'un dialogue est encore possible aujourd'hui.

Cet épisode mis de côté, j'écoute la suite. Une suite intéressante. Déjà, le cas de ce Marcus. Conseiller, érudit, sage... Mais pas meneur. Pas la moindre réelle légitimité, pour porter leur Ordre sur ses épaules, pas d'autorité réelle. Donc, les Oracles sont littéralement disséminés ça et là, sans ordres précis, laissés à leurs initiatives personnelles et aux éventuelles visions ou que sais-je ? Tseh. Et après l'on voudrait que je ne sois pas sceptique... Puis il y a ce nom. Cuchulainn. Un nom familier. De loin. De quelques années plus tôt, un jour. Une rencontre dans ces forêts-mêmes. Je n'en montre rien, mais je note l'information. J'écoute. Je laisse poursuivre. J'attends, avant de relever.

Viens alors la mention d'Asclépios. J'ai entendu qu'il a aidé à Jamir, oui. Mais à Jamir, j'ai aussi dû combattre un autre. Jamir était chaotique, elle aussi. Et donc, cet Adonis serait un disciple ? Intéressant. L'information, là aussi, je la note, sans la relever. Le fond de son discours n'est pas faux, certes. Mais le problème est ailleurs.
J'écoute ses derniers mots, un air songeur au visage. Encore incertain, encore pensif.

J'écoute Yelo. Encore et toujours, ce discours qui se détache des erreurs passées. Le « Nous » de ces trois-ci, qui chercher à s'exclure du « Eux » de leurs prédécesseurs. Sauf qu'à mes yeux, vous former le « Vous » des Oracles. Le Tout des Oracles.

J'écoute, oui. Puis je finis par lui offrir un sourire mauvais. Me détourner d'Adonis, et m'approcher de lui.

-  « Cesser de ressasser », ça sonne facile, dans la bouche de ceux qui n'ont rien perdu dans cette affaire. Une voix plus basse, plus ferme. Quelque chose d'acerbe dans mon ton, un regard qui fixe, perçant. Il n'y a pas de « eux » et de « nous », à mes yeux. Ceux du passé parlaient au nom des Oracles, vous aujourd'hui parlez au nom des Oracles. Vous êtes des messagers, des voix. Condamner les actions des voix d'auparavant est une chose, mais ça n'efface rien. Le passé n'est pas aussi immuable que vous aimez le présenter. L'influencer, non, certes. L'assumer, c'est un premier pas. Mieux ? Le réparer.

Parce que les incidents passés, ils ne se règlent pas à un coup de « on est désolés » et de « on fera mieux plus tard », hélas.

Une oeillade vers Kyrios, lorsqu'il ajoute ses propres mots. Les mots. J'écoute les mots, encore et toujours. J'enregistre. Je pourrais lui répondre, mais ce serait me répéter. Alors plutôt, j'attends qu'il finisse... Puis j'attends ce quelque chose, qu'il a entre les mains. Je le regarder dévoiler, ôter le tissu, pour finalement montrer une pièce d'armure. Un métal que je connais bien. Un or caractéristique, celui des armures de Sagesse. J'observe l'objet, circonspect un instant. Sourcils haussés. Si ça peut être utile ? Oui. Comment ? Je ne sais pas encore. Si ça fait réellement pencher le poids dans la balance de ces négociations. Pas vraiment. Ou plutôt, pas assez.
Une offrande est une chose. Une chose appréciée. Mais ce qui ressort de cette discussion m'intéresse plus qu'un morceau de métal magique.

Tout de même. Intéressante trouvaille.

Mon regard reviens vers Adonis, tout en même temps que je reste devant Yelo. J'ai écouté, oui. Vos mots, vos arguments. Votre position.

- Il ne s'agit pas de porter le fardeau de l'ancienne génération. Il s'agit de restaurer ce qui peut l'être. Une confiance mutuelle, dans un premier temps. Et donc, cette idée de réparation. Mais ça... ça, je veux en parler à huit-clos. Le marionnettiste est très visiblement aussi le maître d’orchestre des Oracles, dans ces négociations. J'ai quelques points à voir avec lui tout particulièrement. Alors un mouvement du bras, et ma main s'ouvre sous l'offrande présentée par Kyrios : un geste pour demander l'objet. J'accepte votre présent et je me souviendrai de ce geste. Du reste, je veux m'entretenir de quelques menus détail avec le Patron du Théâtre. Kyrios, Yelo, vous êtes libres de voguer dans le Dédale ou attendre plus loin.

Un signe de tête à l'intention des deux, puis je reviens vers Adonis.
La suite de ce que j'ai à dire, je préfère le dire avec un seul interlocuteur. Je préfère le dire sans détours, et sans distraction.

La suite ? La suite, ce sont les termes de cette possible entente.
Ça, et la problématique qui me taraude finalement le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMer 19 Aoû - 10:09
Ils avaient de toute évidence atteint un point où la discussion simple n'aboutirait plus. Une fois encore, il comprenait la réaction du Pontifex mais ne pouvait s'empêcher de voir en l'homme quelqu'un de frileux. Il avait été emporté par les tourments des guerres précédentes et ne parvenait pas à se sortir des cycles précédents. La confiance se gagnait. Seulement, encore fallait-il laisser la place pour cela. Certes, s'il l'avait désiré, les Oracles n'auraient jamais atteint ce lieu et il lui était reconnaissant de sa curiosité. Mais voilà, c'est précisément ce que cette rencontre représentait : une simple curiosité.

Les interventions de ses compagnons appuyaient les dires du patron du Théâtre. Et Kyrios trouva opportun de dévoiler leur atout, estimant qu'il était plus que temps de prouver la valeur et les motivations des Oracles. Cela semblait prendre et Adonis adressa un petit sourire à son camarade. Il avait brillamment manœuvré pour sortir leur paquet au moment idéal. Cela appuierait son argumentation sans mot supplémentaire.

Toutefois, Adonis estimait que le Pontifex se fourvoyait gravement. "Ceux qui n'ont rien perdu" disait-il ? Le regard du marionnettiste se fit plus sombre. Qu'était-ce que la perte de quelques soldats là où les troupes d'Apollon avaient été décimés, les Tours détruites ? Rien perdu ? Vraiment ?

"Tu semblais plus subtil que cela, très cher Zvezdan."

Des pensées qu'il taisait pour l'heure. Pour ses compagnons. Mais une fois que ceux-ci seraient sortis, il se montrerait alors plus entreprenant. La proposition du Pontifex lui paraissait correcte. Ainsi se rapprochait-il de ses alliés pendant ce petit interlude. Réparer ses erreurs. Non. Ce ne sont pas les erreurs qu'il fallait réparer. Qu'il fallait changer. Mais les hommes. Là encore, il gardait ses réflexions. Pour le moment.
    - Ne vous inquiétez pas mes amis. Je pense que ces détails ne nous prendront pas plus de temps que cela. N'hésitez pas à voir de vos yeux les merveilles que recèlent ce Dédale. Et merci pour votre aide. Au moins avons-nous atteint notre objectif de contact. Poursuivons donc sur notre lancée.

Yelo saurait. Il comprendrait que l'idée était de voir ceux qui se trouvaient au sein de ce dédale. Les Fauves d'Arès. Et peut-être même les Cardinaux, qui sait ? L'idée étant de savoir qui seraient les potentiels alliés. Ou possibles ennemis ? Déjà se rapprochait-il du Pontifex. Bientôt, ils seraient seuls à seuls. Le visage d'Adonis changerait-il alors ? Le Marionnettiste avait tendu ses fils. restait à voir comment il saurait maintenant déplacer ses pantins.
    - Et bien, je vous écoute, Pontifex.

Car il était évident qu'il avait des choses à dire. Autre que "vous n'êtes que des traîtres, des méchants et je suis pas content". Il était observateur et avait perçu qui était le leader "politique" de l'équipe. Mais à quel point avait-il comprit qui se trouvait devant lui ? Esculape siffla.

Citation :
Yelo et Kyrios, vous n'êtes pas obligé de répondre. Vous pouvez dès à présent vous balader ou rester en retrait su vous estimez cela plus logique avec vos rp


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyMer 19 Aoû - 12:04
- Bien, Mon regard revient vers Adonis. Plusieurs choses, donc.

Autant détailler ces points-ci, que tout soit clair pour tout le monde.

- Ici, j'ai développé mes réticences... Mais sur le concret, je suis ouvert à de nouveau collaborer avec les enfants du Soleil. Sinon vous ne seriez pas là, là aussi. Mais voilà : le passé n'est pas Que le passé, non. L'on ne peut pas pas simplement mettre de côté les choses parce qu'elles ont eu lieu il y a 2 ans. Se dédouaner, simplement parce que ce n'est pas Lui, mais un « L'Autre », un collègue zélé, ou limité, ou intéressé. Et on en revient très précisément au souci que j'ai eu à l'époque, et que je vois se dessiner ici : notre alliance de jadis, elle n'était pas avec les Oracles, elle était avec Bran. Les autres Oracles n'ont sans doute jamais totalement adhéré à ce pacte. Thafnout ne cachait même pas ses réserves, et nos rares contacts en dehors de ça ont souvent été peu fructueux. Des exceptions ? Oui. Mais justement : posons les bases concrètes de cette potentielle entente. Maintenant, arrêtez-moi si je me trompe...

Je ne sais pas tout de votre situation. Mais je pense en savoir assez pour dresser ce portait.

- Votre Sanctuaire est détruit et votre territoire annexé, en ça, vous n'avez plus aucune réelle base d'opération et le discours que vous m'avez tenu tout le long me laisse penser que hormis quelques pied-à-terre et structures disséminées ça et là je ne sais où, l'organisation spatiale de votre ordre est éclatée. Pas de territoire, pas de base. Et la suite logique se dessine. Votre Augure est retenu prisonnier, votre Dieu scellé, et la personne la plus influente après l'Augure serait selon vos dires ce Marcus, qui n'a donc vraisemblablement pas un rôle de leader, mais de conseiller. Il n'a donc aucune réelle autorité. Mes questions à partir de là sont les suivantes : Parvenez-vous seulement à communiquer entre Oracles ? Votre ordre arrive-t-il à maintenir l'organisation militaire nécessaire aux jeux des Dieux ; les nouvelles, ordres de missions et informations sont-ils transmis, transmis rapidement ? Si je devais prêter oreille à l'idée d'une nouvelle entente Berserker-Oracles, combien de temps puis-je espérer attendre avant que les vôtres soient au courant? Mon regard se fait plus perçant. En somme, cette entente, est-ce une entente Berserker-Oracles, ou une entente Berserker-Adonis, Kyrios et Yelo ?

Elle est là ma crainte. Non seulement à cause de l'état de leur Ordre, mais aussi à cause de l'état de leur chaîne de commandement.

- Peut-être que je me trompe sur le point de votre organisation. Mais je suis à peu prés sûr ne pas me tromper sur le point suivant : un pacte ici, ce serait signer une entente du Sceau Berserker, tandis que vous ne seriez pas capables de signer du Sceau Oracle en contrepartie. Parce que votre Leader est absent, captif, que le commanditaire de votre mission n'a pas d'autorité concrète sur vous autres, et que par conséquent cette entente ne vaut que les mots échangés ici. Votre Augure une fois hypothétiquement libéré pourrait balayer d'un revers de la main cette entente et il serait dans son bon droit. En somme, vous me demandez beaucoup de vous faire confiance. Et si j'entends donner de ma confiance, je n'entends pas me baser que sur ça. Un léger sourire. La confiance est un liant sur les bases d'un contrat équitable et en règle. Pas une fondation.

Surtout avec les Dieux. Je ne ferais pas l'erreur de tout baser sur la confiance au milieu de ces Olympiens prompts à la tromperie et aux retournements de veste sur un coup de tête.

- Selon si vous avez la solution à cette problématique, alors les choses pourraient tourner dans le bon sens pour chacun. Ou si vous trouvez une alternative... Je suis tout ouïe. Mais, puisqu'il y a un Mais.... Mon ton se fait plus ferme, plus sérieux. Bien entendu, si la moindre information vous parvient sur ce Coronado, je compte sur vous pour partager. Son frère d'arme s'appelait quant à lui Japeth. Il m'intéresse aussi. Puis... Puis il y a ça, aussi. ça mis à part, je souhaiterai que cette Celestia puisse se rendre ici au Dédale afin d'être confrontée aux suspicions qui pèsent sur elle. Sur mes lèvres, un sourire malicieux, et un geste de la main pour rassurer. Pas d'inquiétude, rien de très intimidant... Simplement, je voudrais organiser une rencontre entre elle, moi, et le Berserker ayant jadis participé à la mission de Carthage. Les événements là-bas sont excessivement flous, et j'ai l'intention de démêler le vrai du faux. Ça me tient tout particulièrement à cœur.

Une braise dans le fond de mes yeux noirs, tandis que les derniers mots sortent. Oui, ça me tient à cœur. Je veux savoir ce qu'il en est, de ces événements sans queue ni tête dans la ville où je suis né. Avoir le fin mot.

Mais d'abord... D'abord, voir ce qu'il en est, de cette Alliance entre le Soleil et le Sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyJeu 20 Aoû - 14:54
Nul besoin de l'arrêter. Il avait parfaitement raison et le savait. Cet homme ne semblait pas être de ceux à avancer des arguments sans connaître son sujet. Comme le Marionnettiste l'avait dit précédemment, il savait comme la situation des oracles étaient précaires. Et qu'il aurait été maladroit de dire qu'ils n'avaient plus rien de comparables avec ceux du passé sans pour autant pouvoir prouver leur bonne foi.

Si le trio était arrivé ici, ce n'était pas seulement en leur nom et le Pontifex devait s'en douter. Pour autant, sa question était légitime, surtout en se basant sur l'idée qu'un chef seul prenait ce genre de décision. Si l'Augure décidait de balayer cette alliance d'un revers de la main, alors ils n'y pourraient rien. Un risque mesuré mais que chacun des protagonistes avaient en tête. Mais c'était aussi pour cette raison que le médecin était ravi de se retrouver seul à seul.

Pas d'oreilles indiscrètes. Pas de risque de voir ses propos rapportés à Marcus. Pas de possibilité de voir le jugement dans le regard de ses compagnons. Un étrange sourire se dessinait sur ses lèvres. Qu'il était plaisant de discuter d'égal à égal avec cet homme. Car si leur titre différait, dans l'esprit du Marionnettiste n'existait aucun lien de subordination avec le Pontifex. Peu lui importe qu'il soit à la tête des légions d'Arès finalement. Il avait obtenu le droit de lui parler face à face et en profiterait. Mains croisées dans son dos, il attendait qu'il finisse pour pouvoir lui répondre.
    - Il s'agit bien d'une entente Berserkers-Oracles. Nous ne sommes que des messagers, je vous l'ai dit. Mais je ne suis pas un simple émissaire non plus. Notre organisation a été contrainte d'évoluer. Les rangs du passé ont eux aussi été changés. Je suis la Pythie de Delphes, le Patron du Théâtre. Et nous sommes quatre à porter ce titre de "Patron des Arts". En conséquence, vous parlez à une personne qui a déjà un pouvoir de décision, et qui sera écouté. Nous sommes ceux qui organisons les armées d'Apollon. Quant à l'information, je ne vous mentirais pas : elle prend plus de temps que par le passé mais circule tout de même. De nombreux réseaux existent. Nous les utilisons. Si une alliance ou un traité temporaire devait être conclu, nous ferions en sorte de faire parvenir l'information par ces réseaux.

Les Éminences étaient les guerriers les plus puissants du Seigneur sur le papier mais ils n'étaient pas des chefs d'armées à proprement parler. La responsabilités revenaient aux Exaltés.
    - Nos armées se regroupent. La vraie difficulté du moment n'étant pas l'absence de notre Augure mais plutôt la chasse incessante dont nous sommes victimes. Nous agissons actuellement par petites équipes, comme celle qui est venue à vous. Ainsi passons-nous plus facilement entre les mailles du filet. Et pouvons agir à notre niveau.

Il n'était pas difficile de jouer la guerre des nerfs avec ces équipes réduites. Empoisonnement ciblé, sabotage, prise d'information. Les options étaient nombreuses et toutes avaient leur importance. Mais il n'était pas ici pour parler de leur technique de combat. Pas de suite.
    - Mais je ne peux vous donner tort concernant notre Augure et sa volonté. Je ne peux garantir qu'il accorde du crédit aux actions qui sont les nôtres pendant son enfermement. Ce pourquoi, dès le départ, je n'ai précisé qu'une seule et unique chose : cette rencontre est une prise de contact. Pouvant amener, plus tard et si les conditions sont favorables, à une véritable alliance. Mais en attendant mieux pour vous, je peux déjà être un point d'ancrage.

Chaque chose en son temps, Pontifex. Ici, aucun pacte ne sera signé. Précisément car les Oracles n'ont pas de chef. Précisément parce qu'il est difficile de parler au nom d'un homme qui est prisonnier et dont on ne sait pas grand chose. Et toi, comment réagirais-tu, ici, à ma place ?
    - Là où je peux me porter garant, toutefois, ce sont sur les derniers points. Je veillerai à ce que l'information vous remonte si nous en apprenons plus sur ce Japeth ou ce Coronado. Je ferai même en sorte d'enquêter à ce sujet personnellement. Je vous l'ai dit, je ne suis pas simple soldat. J'aurai des réponses.

De la bonne volonté, ce n'était là que la seule chose qu'il pouvait offrir à l'homme. Pas de promesse sur des choses qu'il ne maîtrisait pas, seulement des certitudes sur ce qui était en son pouvoir. Les noms et titres donnés étaient précis, suffisamment pour lui permettre de faire lui aussi des recherches. Et puis il devait admettre être curieux. Le passé faisait peser une lourde charge sur les épaules des nouveaux Oracles et il comptait bien en alléger le poids.
    - Quant à Célestia, je verrais ce que je peux faire. Je dois moi-même me remettre en route après cette mission, afin de retrouver une certaine personne. Mon chemin me conduira obligatoirement à rencontrer les miens. Je suis convaincu de pouvoir vous la mener ici, si j'ai la garantie qu'aucun mal ne lui soit fait. Elle a une dette envers moi, elle ne refusera donc pas de m'accompagner.

Et si elle refuse ? Et bien il avait une autre solution. Moins agréable pour elle. Mais s'il était question d'aplanir la situation et de justifier les errements du passé, alors il se prêterait au jeu. Tant qu'il obtenait lui aussi des garanties. Donnant-donnant avait-il dit. Mais pour l'heure, n'était-ce pas seulement les Oracles qui donnaient ?
    - Voilà donc ce que nous offrons pour le moment... Il levait la main, semblant compter sur ses doigts. Un partage d'information concernant ces deux curieux personnages que sont Japeth et Coronado. Une partie d'une armure d'or d'un chevalier d'Athéna. Une entrevue avec Célestia afin d'éclaircir là aussi une situation passée. Vous l'avez dit : un contrat se doit d'être équitable. Que pourrais-je donc dire aux miens concernant notre échange ?

Un simple "je réfléchis" ne serait pas suffisant. Aucune garantie ne pouvait être donnée, il le savait. Après tout, il n'était pas l'Augure. Pas encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyJeu 20 Aoû - 15:50
Bien. Les choses commencent à aller dans le bon sens.

L'idée d'une entente temporaire en attendant le retour de l'Augure est... Plausible. Je ne sais pas trop ce que pourrait donner tout ça à plus long terme, mais si quoique ce soit doit finir par se faire à lus long terme, alors ce sera une base intéressante.

« Pas un simple soldat », dit-il. Et effectivement, il ne parle pas comme un simple Soldat. Le huit-clos participerait-t-il à délier la langue ? Peut-être bien. Toujours est-il que... que ça peut s'envisager selon ces termes-ci, oui. J'écoute, tout, attentivement. J'écoute leur réorganisation interne, j'écoute leurs difficultés, j'écoute les faiblesses, potentiellement transformées en force. Un point d'ancrage... En attendant la suite. En attendant l'Augure. Et au final, qui sera-t-il, cet Augure ? L'homme en prison finalement libéré, ou quelqu'un d'autre qui finira par profiter que le poste soit vacant ? Quelqu'un aurait déjà dû prendre les rennes, m'est avis.
Un Leader temporaire, capable de supporter le poids de ses propres décisions et d'être la Voix tant que la Vraie Voix est muette, emprisonnée.

Mais j'imagine que tout est plus compliqué avec un Dieu scellé et un Augure enchaîné, hm ? Tseh. Et pourtant : vous pourriez sans doute faire plus, dans les bonnes conditions.

- Aucun mal injustifié ne lui sera fait. Une pause, après ces mots choisis précautionneusement pour aborder le cas Celestia.De la même façon que votre survie ici tient sur le fil de votre bonne foi et du respect dû, la sienne tiendra sur les mêmes principes. Un sourire, amusé, mais tout à la fois acerbe. Certaines maladresses de vos comparses auraient pu leur valoir quelques soucis en ces murs, à une autre époque. Mais je comprends bien que vous seul êtes réellement habitué à cet exercice, dans ce petit groupe. Un regard par-dessus son épaule un instant, dans la direction où les deux autres se sont volatilisés. J'espère qu'il apprendront vite au sein de votre ordre. Autrement, c'est la vie qui leur apprendra.

Et la vie tend à être une rude instructrice.
Je reviens vers Adonis, j'écoute. Celestia lui doit quelque chose, alors il pourra jouer cette carte auprès d'elle. Bien. Vient finalement la question de ce qui peut être attendu en retour. De ce que les Berserker peuvent apporter aux Oracles. Une vaste question. Mais déjà, quelques éléments de réponse me viennent.

- De la même façon que vous avez vos Réseaux, j'ai les miens en Transylvanie. De nombreux villages et clans disséminés ça et là, sous mon influence plus ou moins directe. Si la traque qui vous est menée doit attirer vos pas jusque dans la région, vous pourrez trouver refuge en ces lieux. Des gens d'ici veillent sur ces communautés et servent à la fois de relais. Vous pourrez passer un message au Dédale par ce biais et espérer un soutien pour peu que la situation nous le permette. Faire circuler l'information, sécuriser les Terres là où les Citadelles n'ont pas étendu leur influence. C'est tout le but de cette grande manœuvre, autant s'en servir, hm ? J'ai aussi l'intention d'envoyer quelques gens se renseigner sur la situation à Rome... Là aussi, dans la mesure du raisonnable et selon nos moyens, vous pourrez espérer une aide quant à vos soucis place. Les Berserkers envoyés auront la consigne de prêter oreille aux requêtes des Oracles rencontrés. Enfin, et là dans les deux sens, j'offre et requiers un partage d'information concernant quoique ce soit pouvant mettre à mal l'Influence d'Athéna, des Saints, et de l'Empire Byzantin à leur botte.

Dans mes yeux, une lueur rieuse, à mon corps, un léger frisson d'adrénaline qui passe.

- L'ennemi commun, c'est encore la meilleure façon de lier les hommes. Plus tard, lorsqu'un Augure sera à la tête de votre Ordre, alors l'on pourra parler de solidifier cette entente. Non plus seulement échanger des informations, mais des ressources pour faire tomber Athéna. En attendant ça, voilà ce que je propose.

Un refuge, une main tendue quant à leurs soucis en Italie, et un échange d'information. Je me trouve déjà bien généreux de proposer de l'éventuelle main d’œuvre... Mais après tout, je ne veux pas voir Rome aux mains d'Athéna non plus.

Gagnant sur tous les tableaux, donc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
AdonisAdonisArmure :
Oracle du Marionnettiste

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1200/1200[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge600/600[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (600/600)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyJeu 20 Aoû - 16:22
Et cela lui suffisait, finalement. Car n'était-ce pas déjà un sacré bond en avant ? N'était-ce pas déjà plus que ce qui avait été demandé ? Si Adonis prenait les choses en main de la sorte, ce n'était pas pour rien. La sécurité des siens prévalait et il se devait d'anticiper sur les actions de ceux qui voulaient leur perte. S'assurer qu'un havre de paix potentiel puisse être accordé à ceux de sa caste, voilà une chose qu'il appréciait à sa juste valeur.

certes, il entendait bien le "si les ressources le permettent". Mais c'était déjà beaucoup. Des paroles en l'air ? Il n'y croyait pas. Il voyait bien là le genre d'homme qui n'hésiterait pas à opposer un refus ferme et définitif si les choses ne lui convenaient pas. Quel intérêt alors de voir partir une délégation mineure avec de fausses promesses ? Non, le Marionnettiste pouvait croire ce qu'il entendait. Lui aussi se détendait peu à peu.
    - Il est vrai que les miens peuvent parfois se montrer maladroits et je vous remercie de ne pas les avoir châtiés. La responsabilité de tels échanges peut peser lourd pour qui n'est pas habitué à manier les mots. Ils apprendront. Pour Yelo, je veillerai à parfaire sa formation sur ce point là également. En tout cas, je prends acte de vos paroles.

Aucun mal injustifié. Voilà une tournure de phrase qui était lourde de sens. Mais il n'obtiendrait pas mieux, il le savait. Et veillerait à être présent le jour venu, si on le lui autorisait. Laisser une consœur sans protection n'était pas une option.
    - Quant à ce que vous proposez en échange, je dois dire que cela dépasse mes attentes et je vous en sais gré. Il s'agit là d'une base sur laquelle nous pouvons nous entendre.

Athéna. Il n'éprouvait pas la même haine que d'autres à son égard. Mais estimait que la déesse méritait une correction pour avoir enfermé son dieu. Pour avoir laissé faire cette purge immonde contre son peuple. Pour ne pas avoir su rester à la place qui était la sienne. Elle paierait. Ainsi que ses sbires. Là encore, il s'agissait d'une promesse facile à tenir pour lui.
    - Il est évident que toute information susceptible de faire pencher la balance de notre côté comme du vôtre sera partagée. L'empire paiera ses exactions, soyez en sûr. Et je laisserai le loisir à mon Augure, lorsqu'il sera de nouveau libre, de venir à vous pour consolider ce que nous commençons à créer aujourd'hui. Si vous m'y autorisez, j'aimerai avoir l'autorisation, le moment venu, de revenir sur vos terres afin d'être le lien entre vous et les miens.

La curiosité le poussait à poser la question. Une curiosité liée aux événements qu'il avait aperçu ça et là alors qu'on le conduisait en ce lieu. Une curiosité liée aussi au cadeau qui avait été offert. Qu'en feraient-ils ?
    - Et bien, je crois que nous avons un accord... Temporaire, soumis à condition. Mais accord tout de même.

Il souriait au Pontifex. Oui, en un sens, il avait accomplis un petit miracle en parvenant au terme de cette discussion. En obtenant ces quelques garanties. Esculape frôla sa joue. Une voix se fit entendre dans sa tête.
    Qu'as-tu en tête, Adonis ? Si tu penses encore à ton projet pour les hommes, oublie-le. Ton maître lui-même a été châtié par le Roi des Dieux pour avoir été contre certains commandements. Satisfais-toi de ce que tu as.

Se satisfaire de ce qu'il avait... Non, il ne pouvait pas. Asclépios lui avait enseigné l'art de la médecine a un degré qui dépassait celui des simples mortels. Il devait élever son art. Et peut-être que certains secrets des autres factions l'y aideraient.
    - Ainsi, si nous en avons terminé, je vais prendre congé. Je vous rassure, je ne compte pas m'éterniser en vos murs. Seulement prendre une journée pour me reposer avant de reprendre la route. Une fois encore, si vous m'y autorisez.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2056-adonis-oracle-du-mar
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-bleu1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-rouge1350/1350[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] G-jaune1650/1650[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]   [Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios] EmptyJeu 20 Aoû - 16:50
- Vous l'avez. L'autorisation est donnée, sans tergiverser. Mais lorsque le moment arrivera, je m'entretiendrai directement avec votre Augure. Je n'ai jamais rencontre l'Augure de l'ère précédente, et j'ai l'intention de rectifier ça ici.

Savoir qui mène l'ordre. Car la tête en dit long sur l'identité du groupe. La tête pense et les membres agissent... Malgré quelques errances, de tout côté de chaque camp. Les électrons libres. J'en ai été longtemps un à ma manière non ? Tseh. Les choses sont à la fois infiniment plus simples et infiniment plus complexes, là haut sur ce trône, avec tout le pouvoir que ça implique.

- Temporaire, mais un accord tout de même, effectivement. Rien de trop engageant, mais rien de trop superficiel non plus. J'ai un moment songé d'envoyer des gens à Rome sans même prévenir les Oracles, au nez et à la barbe de tous... Mais peut-être qu'il y a quelque chose à jouer, finalement. Après tout, nombre d'entre eux connaissent la ville, et savent comment fonctionnent les choses sous l'occupation Sainte. Les soutenir? Oui. Mais aussi exploiter leurs connaissances et ressources, si ça s'avère nécessaire. Cette ville ne finira pas dans les mains de Sagesse. Je la lui arrachera des mains, avec ou sans le soutien des Oracles. « Avec » m'épargnerai bien des efforts, cela étant.

Je rend son sourire à l'homme. Des réponses. Des précautions. C'est bien tout ce qu'il me faut, finalement. Des réponses sur le flou du passé, et des précautions pour ne pas répéter les erreurs de jadis. Et selon ce que les réponses m'apportent... Alors peut-être, autre chose.

Savoir ce qu'il en est de ce Coronado et de son lien à Apollon.
Savoir ce qu'il en est de Celestia et de éventuelles informations cachées.
Savoir ce qu'il en sera, de cette plausible entente.

Va savoir. Peut-être aurez vous votre rôle à jouer dans la reprise des Citadelles. Mais avant tout chose... Je suis curieux de comment est-ce qu'ils vont se dépêtrer de leur situation en Italie. Et de leur souci d'Augure, de Dieu scellé... Vous êtes dans une situation bien délicate, Lucioles. Alors peut-être est-ce pour le mieux, cet arrangement modéré. Que vous ne nous emportiez pas dans votre chute si vous vous éteignez... Et que l'on puisse consolider, si vous deviez de nouveau briller comme à votre grande époque.

- Comme vos semblables avant vous, vous êtes libre de voguer dans le Dédale avant votre départ. Soyez simplement vigilants : Jusqu'ici, vous avez pris le chemin sécurisé, sous escorte. Hors de ce sentier, cet endroit est dangereux pour tous. Même pour nous, parfois. Mais faites, oui. Pas d'inquiétude, je veille.

Ou plutôt, On veille pour moi. Mais ça, c'est une autre histoire.

- Au plaisir, Adonis de Delphes.

Un signe de tête en guise de salut, et mon esprit par vite se perdre dans les pensées. Un regard vers cet avant-bras d'or dans ma main droite.

Et qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi, au juste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
 
[Février] Négociations ou exécution ? [Vedan/Yelo/Kyrios]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: