Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MehryMehryArmure :
Armure de l'Ophiuchus

Statistiques
HP:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-bleu0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-bleu  (0/0)
CP:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-rouge0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-rouge  (0/0)
CC:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-jaune0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-jaune  (0/0)
Message [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine]   [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] EmptyVen 24 Juil - 6:16
Dans une forêt près de Massalia, Juin 552

— Vous n’devriez pas pénétrer là-d’dans ma p’tite dame.

Les amandes Céladon s’ancrent sur une silhouette altérée par les années, intriguées par les échos parvenant à ses oreilles. Cette contrée est Inconnue, mais en elle réside la prochaine étape de son pèlerinage ; un relais nécessaire pour se rendre dans l’ancienne cité qui, autrefois, abritait le berceau de la connaissance. Le bout de femme ne cherche pas la bagarre, ni même le débat. Toutefois, les pourquoi résonnent, intrinsèque, tant est si bien que les notes tranchent la barrière de ses lèvres.

— Y’s’passe des trucs bizarres dans cet’forêt, vous savez. Y’a des gens qui rentr’et qui ressortent jamais, vous comprenez. Pouf. Ils s’volatilisent. Si vous y entrez, elle va vous prendr’aussi.

Les commissures s’étirent, amicales, surprises par l’accent qu’arbore l’ancêtre. La Voyageuse ne saisit pas tout ce qu’il raconte, mais note l’inquiétude qui perle dans son regard. Il l’avertit, sincèrement. Hélas, cela ne fait que renforcer l’intérêt éprouvé pour cet endroit qui, semble-t-il, renferme mille et un secrets.

De quelques mots, le paysan est remercié et l’âme s’éloigne d’ores et déjà de l’orée de la forêt. Elle y reviendra, pour sûr. Cependant, la récolte des informations demeure, pour l’heure, la première des tâches à réaliser. Ainsi, la masse vadrouille, déambule dans le village en quête de ce qui, peut-être, éclairera partiellement ses lanternes ; de quoi se donner une vague idée de la situation.

Malheureusement, les on-dit n’apportent rien, cette fois ; rien de plus que ce que le vieil homme lui contait tantôt.

Dans l’instinct, le buste se redresse, s’affaisse derechef. L’air circule dans ses poumons, la régénère et renouvelle les pensées qui s’ajustent dans sa tête. Ce bois attise sa curiosité et ces disparitions sont probablement exagérées. En dépit des racontars, Mehry entreprend donc de s’y infiltrer ; cet endroit sera parfait pour retrouver le calme, s’entraîner, faire le point. Nombreuses raisons parmi d’autres, pour lesquelles l’Ophiuchus a quitté le Sanctuaire.

Comme elle s’y attendait, les sombres arbres s’enfoncent dans les profondeurs, obscurcissent la vue accordée par l’Astre de feu. Or, cela ne l’inquiète guère, car son ami n’est jamais très loin : il la suit, à sa manière. Conséquemment, elle s’avance sans crainte, s’éloigne de la lisière pour s’approcher du cœur ; c’est cette étrangeté que la Persane recherche, et elle compte bien la dénicher.

Citation :
Le personnage ne porte pas son armure, mais, conformément aux informations données dans la présentation, l'Ophiuchus l'accompagne dans sa boîte, même si l'apparence est modifiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2154-mehry-silver-saint-de-l-ophiu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1864-mehry-l-ophiuchus
SatineSatineArmure :
...
Message Re: [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine]   [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] EmptyVen 24 Juil - 22:36

Le temps d’une réflexion


Elle avait quitté cette forêt dans laquelle pendant longtemps elle avait demeuré. Ce n’était pas par choix mais la faim se faisait ressentir de plus en plus en cette période. Il lui fallait impérativement trouver de quoi se nourrir et avec une certaine abondance. Les dires concernant une créature étrange mangeuse d’hommes dans la forêt qu’elle fréquentait auparavant étaient devenus trop important et à ce jour très peu de personnes étaient à sa portée. Satine décida alors de quitter cette cime et de se diriger vers une autre où les gens pensaient encore être en sécurité.

Voyageant de nuit recouverte de son long manteau noir, elle passait par de nombreuses routes peu fréquentées mais parfois elle prenait grand plaisir à se mêler à la population. Le visage perpétuellement recouvert par cette capuche sombre, elle n’était qu’une ombre dont les gens se méfiaient mais personne n’en avait réellement peur. Sa route la mena jusqu’à Massalia, une ville portuaire de Francia qui comptait un nombre conséquent d’habitants et une forêt avoisinait l’endroit.

Ses premiers jours furent rudes, toute cette énergie à sa portée, elle aurait pu se faire un festin digne de ce nom mais éliminer autant d’humains en une seule fois aurait été très vite catastrophique pour elle. Son instinct lui hurlait de le faire mais elle parvenait à se contenir. Elle était semblable à un chien à qui on tend un os mais auquel il n’y a pas droit. Elle se comporta comme une humaine plus ou moins normale pendant quelques temps avant de finalement se retirer dans la forêt, envahie par la crainte de céder à ses pulsions meurtrières.

Un jour passa, puis encore quelques autres avant qu’elle ne reprenne ses méfaits. Tapis dans l’ombre de la forêt, elle épiait avec une aisance absolue les passants qui se risquaient à s’enfoncer trop profondément dans cette forêt. Pour eux, rien ne laissait présager un tel changement, un changement si brusque auquel personne ne s’y attendait. Les premières disparitions ne firent pas beaucoup de bruit mais Satine se régalait de cette situation.

Elle avait changé plusieurs fois de mode opératoire. Parfois elle prenait un sombre et malin plaisir à surprendre ses victimes avant de les annihiler d’un coup. Voir la crainte qu’affichait leur visage dans ces moments la galvanisait et la poussait à continuer encore et encore. Très vite la nouvelle parvint aux habitants de la ville et des bruits courraient. Il était question de disparitions, de personnes disparaissant sans raison alors qu’ils avaient pénétré dans cette forêt si calme en tout temps. Une incroyable peur s’installa petit à petit. Certains y croyaient, d’autres l’interprétaient comme une histoire effrayante pour les enfants et d’autres encore avaient en tête de s’y rendre pour y éradiquer ce nouveau mal. Satine en riait de plaisir. Elle savait pertinemment que même s’ils étaient une centaine à venir, ils mourraient tous avant d’avoir pu ne serait-ce poser un regard sur elle.

Ce jour-là, ce n’était pas une centaine d’hommes armés jusqu’aux dents qui se glissa dans la forêt. Le cosmos de la Berserker recouvrait finement la forêt et agissait tel un radar. Elle ressentait tout ce qui entrait dans cet endroit et pouvait alors agir en fonction pour traquer sa proie et l’emmener directement vers une mort certaine. Cette fois-là, alors qu’elle avait ressenti l’entrée d’une personne dans la forêt, elle ressentait son pas assuré, son courage et son sang froid. Qui était cette femme qui, malgré les mises en gardes et les histoires qu’elle avait certainement entendues, foulait le sol feuillu de la forêt sans une once de crainte ? La curiosité de Satine lui insuffla de se rendre auprès de cette nouvelle venue.

Quittant son lieu d’observation premier, elle se rendit lentement en direction de la nouvelle arrivante et lorsqu’elle l’aperçut enfin au loin, elle s’arrêta net. Encapuchonnée comme à son habitude, les lueurs du soleil se faisant rare à ce niveau de la forêt, Satine était une masse sombre derrière laquelle un trou béant d’obscurité se formait. Seules ses mains étaient visibles, des mains qui paraissaient vieilles, usées par le temps et brûlées par les flammes. Elle releva légèrement la tête en direction de sa potentielle prochaine victime mais seul un œil rougeâtre ne pouvait être aperçu.

- Êtes-vous perdue ? Demanda-t-elle de sa voix désagréable et vrillante. Il ne me semble pas que la route continue par ici, vous vous risquez à de bien grands périls si vous tentez d’aller plus avant…

Une mise en garde certaine mais pour la première fois, elle donnait le choix à une personne. Quitter cette forêt vivante ou prendre le risque de ne plus jamais en sortir, de ne plus jamais voir la lumière du soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MehryMehryArmure :
Armure de l'Ophiuchus

Statistiques
HP:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-bleu0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-bleu  (0/0)
CP:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-rouge0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-rouge  (0/0)
CC:
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] G-jaune0/0[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] V-jaune  (0/0)
Message Re: [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine]   [Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine] EmptySam 1 Aoû - 18:00
Partout, la pénombre domine à travers les branches, imprègne l’étendue Céleste et condamne les traînées lumineuses qui transpercent occasionnellement la sombre nappe chimérique. Bientôt, elles seront réduites à néant. Hélas, les résistances rencontrées semblent moindres ; les avertissements précédemment adressés somnolent dans un recoin de l’esprit, explorent les possibilités pour dénicher des éléments d’une normalité supposée. En effet, les forêts grandes et sauvages représentent un danger pour les voyageurs en quête de sensations comme de simples promenades. En cela, les disparitions présumées ne l’inquiètent pas véritablement, mais les discours relatés demeurent, somme toute, étranges.

Une avancée lente, parsemée de branches qui craquent sous ses pieds. Parmi elles, des rebelles s’accrochent à ses vêtements, notamment à cette cape guère recommandée pour ce genre d’activités ; Mehry fait, toutefois, preuve de patience, repousse chaque brin feuillu de sa main, scrutant par la même les alentours.

— Tu m’étonnes que les gens s’y perdent !

Un murmure, comme un venin que cracherait ses lèvres, sans pour autant qu’on ne l’y prenne. Ne pas glisser, tomber, trébucher, car, ici, personne ne viendrait la chercher. Malgré tout, dans l’adaptation se trouve la clef de cette épreuve ; une étape que la Serpentes mènera à bien, dans le but de parvenir à ses fins.

Ne pas disparaître, telle est la limite qu’elle s’est fixée.

Pour quelques minutes, le craquement cesse et la silhouette s’immobilise. En outre, les amandes furètent, cherchent la direction à emprunter pour rejoindre l’autre côté, pour satisfaire sa curiosité autant que ses pronostics. Or, une mélodie froide et étrangère intime la Persane à quitter les songes, tendre l’oreille pour repérer l’endroit d’où proviennent les notes au goût saumâtre.

— Bonne question. Je pense pas, et vous ? Effectivement, des animaux sauvages vivent probablement dans cette forêt, mais bon, tant qu’on les dérange pas, il n’y a aucune raison pour qu’ils viennent à la charge.

Comme les Hommes, ils se protègent et veillent sur leurs progénitures. En cela, les espèces se rejoignent. Un mouvement d’épaule replace son bagage, tandis que le cou se retourne, pensant identifier l’emplacement global de son interlocuteur. Cette âme qui se dissimule dans l’ombre, à l’abri de son regard.

— Qu'est ce qui vous effraie ?

Ou peut-être dérange-t-elle, plus simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2154-mehry-silver-saint-de-l-ophiu https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1864-mehry-l-ophiuchus
 
[Juin 552] l'Âme de la forêt [PV Satine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: