Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Octobre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AegisAegisArmure :
Vierge

Statistiques
HP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-bleu200/200[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-bleu  (200/200)
CP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-rouge240/240[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-rouge  (240/240)
CC:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-jaune245/245[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-jaune  (245/245)
Message [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)    [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  EmptyMar 28 Juil - 1:28
Monter les marches en compagnie de la jeune femme était une bonne chose. Après des longues heures d'entrainement, elle était devenue un fier chevalier d'Athéna. Il sentait qu'elle avait encore gagné en assurance avec le temps. Toutefois, les affaires d'un chevalier d'or était parfois bien loin des préoccupations des castes inférieures. Il n'avait aucune acrimonie envers elles, loin s'en faut, mais c'était juste une vérité parmi d'autres. Continuant leur chemin, ils arrivèrent devant le parvis du Temple du Pope.

- J'espère que tu es prête à cette rencontre avec le Pope, c'est un homme qui a son caractère mais aussi colérique que le Lion de Némée si tu défailles dans tes propos. Ta ferveur envers Dieu doit être forte mais tempérée par la Raison d'État, c'est malheureusement le pêché des guerriers de notre condition.

Par bien des points, Aegis aurait aimé une vie monastique, loin des guerres. Mais... La guerre s'était présentée devant ses portes et l'avait happée dans ce cycle infernal. Il était devenu un chevalier d'Athéna, un garant de cet espoir que les armes se tairaient pour être remplacer la raison et le Verbe. Soupirant un instant après ce moment de réflexion, il s'avança vers l'entrée du Temple du pope. Ses immenses colonnades étaient le signe de la puissance souveraine du Sanctuaire, ses tapis et ses bannières pourpres rappelaient aussi le pouvoir de l'Empire sur la Mare Nostrum. Aegis n'avait jamais été témoin de tout cela mais Sighild pouvait désormais les admirer comme bien d'autres chevaliers avant elle.

Après avoir expliquer aux gardes la raison de leur présence, les portes de la grande salle du trône leurs furent ouvertes. S'avançant de quelques mètres, les bougies dansaient dans un léger courant d'air. Aegis releva son casque de son front afin de le mettre sous son coude. Puis, il posa un genou à terre devant le trône du Grand Pope.

- Aegis, chevalier d'or de la Vierge, se présente à vous Excellence. Ordonnez, et, par la Volonté de Dieu, j'obéirais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SighildSighildArmure :
Croix du Sud (Silver)

Statistiques
HP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-bleu1050/1050[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-rouge750/750[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-jaune1350/1350[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)    [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  EmptyMar 28 Juil - 21:53
Sighild avait le sentiment de mener une double vie.

Elle avait gardé bien des choses de l'ancienne, bien sûr. La nonne s'était installée dans une abbaye au pied du Sanctuaire, bâtie au coeur même du village qui avait pris racine dans l'ombre de la montagne. Elle y avait constaté l'atmosphère particulière, antique et comme figée dans le temps, de cette communauté où il n'était pas rare que l'on rende grâce à Athéna en cet an de Dieu 553 ; là-bas, hommes et femmes s'habillaient comme leurs ancêtres et ils étaient parfaitement conscients de la nature extraordinaire de leurs voisins chevaliers. La loi du secret y était pratiquée avec naturel, et Sighild s'était demandée s'il existait d'autres lieux semblables, d'autres bourgs disséminés à travers le monde, et où l'on pratiquait le culte d'êtres aussi formidables que la déesse.
Là, elle s'était rapidement intégrée aux gens du cru pourtant si grégaires. Les bonnes œuvres, sa volonté acharnée à aider les autres, avaient fini par lui gagner les faveurs de ses nouveaux voisins. Il n'était pas rare de la voir un jour perchée en haut d'un toit brisé par les éléments de la veille, un lourd panier de tuiles cuites sous son bras épaissi par la guerre ; on pouvait la retrouver le lendemain à narrer aux enfants de Rodorio les écritures saintes, en des termes charitables qui leur épargnaient à quel point Dieu pouvait être un maître brutal envers ses ennemis.

Mais il arrivait également à la Franque de s'absenter des journées entières du village... pour vaquer à ses propres obligations de chevalier. La garde, la surveillance, l'entraînement - dans la foi et l'exercice, elle menait un rythme presque ascétique qui seyait, selon elle, à son rang de pieuse guerrière. Ses premiers mois d'acclimatation l'avaient à ce point accaparée qu'elle n'avait pas eu l'occasion de revoir Aegis, sinon en quelques aperçus lointains lorsque leurs tâches respectives les amenaient à se croiser sur les belles dalles blanches pavant les grandes allées et places ouvertes du Sanctuaire.

Sighild était une femme de lettres, une dévote sincère autant qu'une combattante : mais son âme s'était toujours trouvée plus au calme dans le premier de ces habits plutôt que dans le second. La sérénité de sa nouvelle vie l'avait presque convaincue qu'elle n'aurait plus à endosser d'autre rôle que celui-là... Jusqu'à cette convocation. Elle avait eu un sourire indulgent envers elle-même, songeant combien de fois elle s'était déjà fourvoyée en Francie lorsque ses espoirs d'un monde tranquille l'avaient persuadée que les rois de son peuple ne sonneraient plus les cors de guerre.
Ils sonnaient encore, et continueraient de le faire. A moins qu'un souverain ne pointe, telle l'aurore de l'Odyssée, pour mettre un terme à toutes les batailles. Ce serait la venue du royaume des cieux, celui qu'elle chérissait dans le secret de son cœur.

Elle retrouva son mentor au pied des nombreuses marches qui menaient au pic dominant le Sanctuaire - elle nota l'attention, car la demeure de la Vierge se situait à mi-chemin des longues envolées de marbre.
Leur relation était singulière. La nonne ne pouvait s'empêcher de voir en le chevalier d'or ce jeune moine aveugle, portant les lourdes responsabilités d'un guerrier d'élite alors que toute la vie se trouvait encore devant lui : elle savait le tribut que prélevait une vie de combats sur l'innocence et le bonheur qu'on était en droit d'attendre d'une existence sur terre. C'était le genre de prix à payer qu'elle s'indignait de voir imposé à un tel cadet.
Et pourtant, d'eux deux, c'était bien elle la novice.

« Alors nous allons tous deux voir le Pope, hmm ? lui lança-t-elle à vue en guise de salut.

Le ton était faussement accusateur. S'il y avait bien quelque chose que la femme avait mis du temps à pardonner à son cadet, c'était la confusion très volontaire qu'il avait induite entre les deux Papes de ce monde. Celui de Rome, et celui - bien plus au fait des secrets de ce monde - du Sanctuaire.

L'ascension s'était faite dans un silence religieux, uniquement rompu par le claquement de leurs pieds contre les degrés d'albâtre menant au sommet de la colline. Elle avait goûté l'effort et la vue qui se révélait progressivement à ses yeux couleur de tempête, qui dévoilait pan après pan de l'étendue de leur refuge aux allures de garnison. Les grandes colonnades côtoyaient les lourds frontons taillés dans le plus pur respect des traditions de la Grèce antique, et l'on vaquait de-ci de-là comme de petites fourmis vêtues des toges cassées et lâches qui correspondaient si bien au temps clément du pays. De cette hauteur, elle voyait les lointaines montagnes qui cernaient les terres de l'Est Byzantin, et parfois son œil acéré captait le reflet étincelant de la mer. Un soupir d'aise lui échappait de temps à autres, comme elle appréciait la beauté de ce qui l'entourait et s'en trouvait ragaillardie.

Ils arrivèrent au terme de leur montée un long moment plus tard, se présentant au-devant d'un temple monumental dont on leur ouvrit les grandes portes martelées de motifs sur lesquels elle ne s'attarda pas : toute son attention se reportait sur l'intérieur, d'ombres repoussées par la lumière dansante de bougies savamment disposées et de rais de clarté filtrant par les ventaux creusés sous ce qui, dans une église, aurait été apparenté à la nef.

- Sighild de la Croix du Sud, votre Sainteté » fit-elle en écho à son compagnon, observant l'homme qui leur faisait face de dessous l'argent de son masque.

A peu près aussi massif que le trône qu'il occupait, c'était un homme d'une blondeur plus chaleureuse que la sienne. Il portait ses cheveux longs comme une crinière, selon les coutumes des Francs, et l'épaisse barbe qui lui mangeait le bas du visage ne parvenait pas à en adoucir franchement les contours. Quelque part dans l'éclat de ses yeux, qu'elle avait mis quelques secondes à détailler, lui semblait ressortir un vert moucheté d'or - des tons de fauve. Un coup d’œil sur le côté, en direction d'Aegis, et elle se demanda subrepticement de quelle couleur pouvait bien être son regard.

Elle ignorait la raison exacte de sa venue, mais elle se doutait que la convocation n'avait rien d'une simple obligation protocolaire quant à l'arrivée d'un nouveau chevalier au Sanctuaire. Elle avait assez obéi à des rois guerriers pour en reconnaître un quand elle le voyait, et ils n'appelaient jamais personne à leur service que lorsqu'il était temps de défendre leur bannière.


[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  Signature2

« Le calme avant la Tempête. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2118-sighild-chevalier-d-argent-de
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-bleu260/260[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-bleu  (260/260)
CP:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-rouge330/330[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-rouge  (330/330)
CC:
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  G-jaune216/216[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  V-jaune  (216/216)
Message Re: [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)    [Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  EmptyMar 18 Aoû - 1:50
    La rencontre à venir allait être particulière. Très particulière. Déjà car il allait recevoir l’une des premières guerrières qu’il avait vu venir dans les étoiles. Il avait chargé le chevalier d’or de la vierge de la récupérer et de commencer à la former. Il avait suivi ça de loin, de très loin, et n’en savait que peu sur cette jeune femme. Elle portait l’armure d’argent de la croix du sud, avait eu comme maître Aegis de la vierge, vivait dans un couvent et… partageait les convictions chrétienne du chevalier d’or, avec au moins autant d’intensité que ce dernier. Ces convictions fortes envers le dieu chrétien, théoriquement unique, du moins d’après eux, seraient à terme une source de problèmes supplémentaires pour le Pope et il le savait. À un moment donné les choses glisseraient, Athéna partageait également son avis et il avait pris certaines mesures à ce propos, il espérait que ça serait assez. Pour le reste, c’est de ces convictions qu’il avait maintenant besoin.

    Mais pour le moment, c’est de cette conviction qu’il avait besoin. Il allait leur faire utiliser leur savoir des textes, leurs idées et pousser leur croyance dans des réflexions poussées. Il avait un problème et ils étaient sa solution. Il attendit donc leur venue sur son trône, expédiant certaines affaires. Il savait qu’ils seraient à l’heure, un homme comme le chevalier d’or la vierge n’arriverait pas en retard. Et il eut raison et ne patienta pas plus que nécessaire. Il regarda la procession rentré dans son temple et son regard se porta sur la nouvelle guerrière d’argent. Il attendit qu’ils le saluent comme c’étaient leur devoir avant de prendre la parole.

    « - Je te remercie de ta fidélité et de ta dévotion Aegis. Je te souhaite la bienvenue dans l’ordre de du chevalier, Sighild de la Croix du Sud. J’aimerais d’abord savoir comment les choses se passent pour toi, Sighild, comment se passe ton admission dans l’ordre, ton éveil et comment comptes-tu servir dans l’ordre ? »

    Des questions que Childéric avait posées de nombreuses fois. Mais des questions qui étaient toujours nécessaires, du moins à ses yeux. Il mettait un point d’honneur à savoir et à comprendre qui était les hommes sous ordres. D’abord, pour pouvoir les utiliser où il serait utile et efficace ensuite, car ils étaient des humains et c’était son devoir de faire en sorte qu’ils puissent l’être et pour ça, il avait besoin de les connaître. Il écouterait donc les réponses de la jeune femme avec attention car il savait qu’elle pourrait lui être utile. Mais il n’avait pas non plus beaucoup de temps et il ne tournerait pas autour du pot très longtemps. Il reprit ensuite la parole.

    « - Sa formation s’est-elle bien passé Aegis ? »

    Il était curieux de voir en le chevalier de la vierge un possible formateur. Il était jeune, très jeune ! Mais l’âge d’un chevalier après tout, est très paradoxal. On ne vit pas vieux quand on sert les dieux. Pour Childéric, c’était plutôt le destin qui avait aligné les étoiles pour ces deux-là. Le sixième gardien n’aurait pas pu former quelqu’un d’autres qu’une croyante telle que lui. Et fatalement, la croix du sud n’aurait pu trouver de meilleur formateur qu’un individu partageant avec autant de ferveur ses croyances.


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)  Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
[Février 553] Convocation des anges (ft. Sighild & Childéric)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Imperium Byzantinum :: Sanctuaire :: Temple du Pope-
Sauter vers: