Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 31 Août 2020)
 
Partagez
 

 [Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MérionMérionArmure :
Cuirasse de la Pestilence

Statistiques
HP:
[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair G-bleu1200/1200[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair G-rouge650/650[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair V-rouge  (650/650)
CC:
[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair G-jaune1350/1350[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair V-jaune  (1350/1350)
Message [Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair   [Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair EmptyVen 31 Juil - 2:37
L'Estomac Calamiteux. Toujours observé comme le domaine de la Pestilence, est souvent décrit par cette impressionnante caverne naturelle, dans laquelle est creusée une fosse. Profonde. Dans laquelle baigne un liquide. Des abysses étranges. Des abysses particulières. Véritable salle d'audience ordinaire avec le Cardinal, ce n'est pourtant pas en ces lieux qu'il se trouve. Car l'Estomac Calamiteux, c'est aussi des artères. Des veines. Et des sanctuaires, gravitant autour de cet endroit. Des alcôves permettent d'y entrer, quelques marches enfonçant plus profondément le visiteur dans les viscères du Dédale. Un environnement naturellement sombre, éclairé par des braseros aux flammes blêmes.

S'il n'est pas coutume de voir d'autres membres de la Légion des Ossements, il n'est clairement pas interdit d'y entrer. Mais nulle doute que tout visiteur est surveillé. Après tout, ne dit-on pas qu'au Dédale, même les murs possèdent des yeux ? Dans le domaine du Dieu de la Guerre, il faut s'attendre à être au milieu d'une surveillance quasi militaire.
Même si l'environnement semble ne pas toujours s'y prêter. Car si dans certaines salles, certaines recrues s'entraînent physiques sous la houlettes de plus âges, d'autres sanctuaires, eux, semblent jouer la tâche de véritables domaines de science et d'études. Silencieux, certains méditent. Silencieux, certains s'essayent à l'autopsie de certains corps.

Compréhension du corps.
Compréhension de l'être.
Compréhension du cosmos, aussi.

La Pestilence, après tout, est une interprétation de ce qui existe, de ce qui vit – l'une des interprétations en tout cas. Ainsi, n'est-il pas naturel de comprendre le fonctionnement de ce qui en compose sa propre essence ?

C'est dans l'un de ces sanctuaires que se trouve Mérion, lévitant légèrement. Ombre encapuchonnée, ses mains bougent doucement, à l'image d'un marionnettiste. Mais aucun fils, ni poupées, ne suivent les mouvements de ses doigts. Juste un corps – bien que cela pourrait s'apparenter à une poupée – immobile, allongé sur un autel.
Blanche est la substance qui s'accroche à son visage. À ses doigts. À ses jambes. S'infiltrant lentement sous sa peau, elle lui arrache un hurlement. Ce qu'il ne recherche pas. Ce qu'il ne veut pas entendre, en cet instant. Un mouvement de main. Et voilà que les lèvres sont scellées, par quelques fils cosmiques, cousues à l'image d'un certain dieu nordique. Non. Son corps est suffisamment bruyant ainsi. Il n'a pas besoin d'entendre sa voix.

Il n'en a pas besoin. Le sadisme est inutile en cet instant. Ce qu'il recherche … est de comprendre comment extraire, bien plus efficacement, cette Pestilence qui existe en chaque être. L'extraire. Pour l'utiliser. Pour peut-être en faire quelque chose. De nouvelles maladies, peut-être ? Oui. Et si nous rêvions, un instant, d'éveillés corrompus par leurs propres bactéries. Par leurs propres organismes. Et si nous rêvions, un instant, d'un moyen de briser les chiens d'Athéna par leurs propres cosmos ?

Oh, cela n'est qu'un rêve, pour le moment. Car déjà faut-il réussir à vérifier cette théorie sur des dormeurs. Et pour cela. Il doit écouter. Écouter. Seulement ce corps. Par ses hurlements. Mais sa douleur intérieure. Les battements de son corps. La circulation de son air. Le mouvement du flux sanguin. La moelle épinière. Les nerfs. Chaque micro-organisme formant cette entité.

Qu'un corps humain est complexe.
Mais quelle symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Janvier 553] Symphonie organique ~ Alastair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: