Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 Attiser les feux de la curiosité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
Attiser les feux de la curiosité  G-bleu1200/1200Attiser les feux de la curiosité  V-bleu  (1200/1200)
CP:
Attiser les feux de la curiosité  G-rouge900/900Attiser les feux de la curiosité  V-rouge  (900/900)
CC:
Attiser les feux de la curiosité  G-jaune1050/1050Attiser les feux de la curiosité  V-jaune  (1050/1050)
Message Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyMar 4 Aoû - 22:34
Bran Ruz
"Une étoile brille de nouveau"





=> Le village du damné

Une étoile brille de nouveau.

À ses pieds, deux cerfs morts déjà rongés par la main de la mort. Le Bran Ruz reste parfaitement immobile, comme subjugué par ce spectacle. Il observe la vie se faire peu à peu grignoter par les vers, perdre du terrain dans une bataille qui n’en ai pas une. Il a parlé de Cycle à Velya, n’ignorant pas ce que lui-même représentait. Ou a représenté.
Le druide rouge a embrassé une autre cause, emprunté un chemin bien différent. Un nom. Voilà tout ce qu’il a été en mesure de récolter de son « Domitor ». Un pantin, voilà ce qu’il est devenu. Tout ce qu’il a jadis repoussé !

Une leçon d’humilité ? Non, le Corbeau Rouge a l’outrecuidance de penser tout autrement que cette Bête de Sang qu’il doit considérer comme maître. Il lui a montré ce qu’il est, maintenant. Ce qui sera, à jamais. Jamais plus.

Un nom. Que ses lèvres libèrent dans un souffle. « Artorius. »

Un Saint, le Capricorne. Trois années que l’homme a disparu, accompagné par un druide. Et une destination : Rome. Oh, Bran a effectivement apprécié l’ironie du sort, retourner là d’où il venait. Là où il a chuté. Mais avant de partir en chasse, le voici là, comme une statue, à apprécier la vision de la chair nécrosée. La sensation de faim qui lui noue les entrailles. Il ouvre alors la bouche. Elle se déforme par l’apparition de deux crocs. Sur le point de mordre, Bran s’en abstient.

Une étoile brille de nouveau. Or, c’est un tout autre éclat qui éveille son intérêt : « Akir a eu raison de dire que c’est toi qui me trouverais et non pas l’inverse. »

Sa tête se tourne vers une ombre.

« Tu es venue pour Elle ? »

Il désigne d’un geste de la main, le ciel et l’astre verdâtre parmi ses sœurs immaculées. Non loin d’eux, le Oupyr peut sentir deux autres présences. Dont celle d’un homme au cosmos imposant.

« Tu dois prendre garde. »


Une étoile brille de nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
SinSinArmure :
...
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyMar 4 Aoû - 23:59

Que l’ombre s’en trouve interrogée, cette dernière ne trouvait à répondre qu’un long silence pesant. Pour autant, une présence se dessinait bien, de plus en plus oppressante et angoissante. Un cosmos qui crispe les muscles, exprimant une inconnue parmi les éveillés conventionnels. Car en une seule entité, semblait agoniser une myriade d'essences toutes particulières. Le Berserker, de son côté, pouvait sentir la caresse visqueuse de plusieurs serpents glissant sur sa jambe. Une sensation qu’il découvrirait pour illusoire, le Vampire ne trouvant sur sa chair que la sueur froide sortie d’une fièvre naissante.

Bientôt, une silhouette s’échappait de l’obscurité. Une femme, la chevelure argentée à la frange négligée. De même, ses prunelles étaient d’un gris clair, supportant des pupilles tranchantes ; ophidiennes. Sur son visage, se trouvait une étrange balafre… comme si des racines s’étaient glissées sous sa peau légèrement mâte, partant de la joue inférieure droite pour remonter jusqu’à la droite de son front. Au-dessus d’une tunique orientale de couleur beige, cette créature portait un manteau de soie transparente.

Qu’elle avance pas à pas, à une trentaine de mètres, son regard était si incisif que Bran put croire à un moment qu’elle se trouvait déjà à portée de griffes. Une prédatrice, l’allure passivement menaçante, quand bien même aucun de ses gestes ne traduisait la moindre hostilité. À moins que cela ne dorme naturellement dans son sang ? Continuant de s’approcher, elle attendait d’arriver à une distance suffisante pour qu’une voix presque murmurée puisse atteindre son interlocuteur.

– Non, je suis venue pour toi.

Le débit de parole lent, cette personne ne s’encombrait visiblement pas de mots inutiles. Pas plus qu’elle n’avait prêté d’attention au quiproquo ayant pu emporter le serviteur d’Arès. Sans s’arrêter dans sa marche, arrivant à une dizaine de mètres de distance, rien ne semblait pouvoir l’arrêter, forte d’une détermination prédatrice.

– C’est plutôt toi qui devrais prendre garde. Tes crocs sont encore ceux d’un louveteau. Ta fourrure… si fine qu’une hyène pourrait la déchirer. Et c’est un dragon qui te menace.

À cinq mètres, le rythme de cette créature était toujours aussi lent. Mais ce n’était qu’une bagatelle à côté de cette impression… comme si le temps s’étendait grossièrement… les secondes devenant des minutes. L’adrénaline d’une proie en danger avait ce bénéfice de donner à son esprit assez d’espace pour analyser la situation et trouver une réponse appropriée… encore que la peur pouvait paralyser la pensée.

– Vas-tu le laisser te dévorer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
Attiser les feux de la curiosité  G-bleu1200/1200Attiser les feux de la curiosité  V-bleu  (1200/1200)
CP:
Attiser les feux de la curiosité  G-rouge900/900Attiser les feux de la curiosité  V-rouge  (900/900)
CC:
Attiser les feux de la curiosité  G-jaune1050/1050Attiser les feux de la curiosité  V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyMer 5 Aoû - 10:47
Bran Ruz
"Une étoile brille de nouveau"






Le silence s’écrase et Bran mesure peu à peu l’ampleur de son erreur. Il devient spectateur d’une apparition aussi étrange que perturbante. Car s’insinue dans ses veines, un poison que les hommes nomment peur. Jamais de sa longue vie, le druide n’a eu l’occasion de rencontrer pareille créature. Terrifiante, non pas par l’aspect mais par l’aura qu’elle dégage. Qu’elle impose.
Ce n’est pas l’araignée, c’est un serpent, un dragon, d’après ses mots, qui lui fait face dans toute sa majesté.
S’il parvient à se maîtriser assez pour soutenir son regard, Bran n’en tremble pas moins à cette sensation qui glisse sur sa propre peau. Il sent les écailles caresser sa chair, ne rendant plus tangible la vérité qu’elle étaye. Il n’est rien. Et si l’idée de se soulever contre Velya l’a effleuré tantôt, prêt à se ruer, à mordre, à griffer, à déchiqueter, là, il se retrouve muet, dépossédé de ses moyens.

La femme a cette lenteur calculée que l’on prête aux plus dangereuses engeances. Il ne doute pas un seul instant que cette impression est factice. À l’orée de son esprit se matérialise cette pensée : vais-je mourir ?
L’idée lui semble pourtant incongrue. L’homme ne veut pas y croire. Il s’est éveillé il y a peu, il mesure à peine cette nouvelle vie dans laquelle on l’a jeté en pâture. Un nouveau Cycle s’engrange, c’est là son intime conviction.

« Pour l’heure, je suis une proie sans intérêt. » affirme-t-il d’une voix dénuée d’émotion. « Mais si vous êtes venue pour me dévorer et bien… non. Je ne puis hélas vous donner cette satisfaction. Je gage que je suis ici pour une raison bien différente. Il serait triste et ridicule que je meure maintenant alors que je viens de renaître. »

Qu’il trompe sa destinée.

« Et j’ai ma propre proie à débusquer. Aussi je le répète : non, je ne me laisserai pas dévorer par qui ou quoi que ce soit. »

Cet aplomb peut lui coûter cher.

« Je n’ai plus rien à perdre, tout à gagner pour peu que je me montre… prudent. »
un léger sourire ironique étire ses lèvres desséchées par la soif. « Je me nomme Bran Ruz, ma Dame. »

Il espère qu’elle lui rendrait la politesse, curieux de savoir à qui il avait à faire. Car il est à peu près sûr qu’elle n’est pas une Sidhe…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
SinSinArmure :
...
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyMer 5 Aoû - 12:59
Une proie sans intérêt, disait-il. Une affirmation absurde crachée sous l’effet de la peur. Se rendre plus petit qu’on ne l’est… C’était bien l’attitude d’un pauvre animal sans défense, se recroquevillant sur lui-même au-devant de son prédateur, implorant la destinée pour que ce dernier ne le remarque pas. Lui-même ne devait pas croire en ses propres mots.

– Détrompes toi.

Soufflait-elle dans un murmure presque inaudible. S’arrêtant à deux pas du serviteur d’Arès, l’étrangère l’observait froidement, de ses pupilles ophidiennes. Ainsi, il ne désirait pas mourir et s’en justifiait avec force d’arguments. Comme n’importe quelle vie ici-bas. Toutes pouvaient trouver d’excellentes raisons à prolonger leur misérable existence. Alors pourquoi un autre plutôt que lui ? Silencieuse, elle prenait le temps de le jauger. Une proie ? À ce souhait, il lui serait adressé un sourire inhumain.

– Je ne suis pas ce dragon. Seulement son ennemie.

À l’évocation de son nom, l’inconnue ne parut pas réagir plus que de raison. Nulle surprise ne ressortait de ses traits. À dire vrai, son visage ne traduisait que peu d’émotions. Un mur qui ne céderait pas à la première rencontre.

– Je suis Sin, épouse du défunt Calatin.

À force d’observer le Berserker, la nommée Sin finit par remarquer un détail couvant chez son vis-à-vis. Levant son poignet, elle y présenta sa griffe avant de s’ouvrir les veines. Le fluide carmin glissant le long de son avant-bras, elle l’exposait à la vue du vampire.

– Veux-tu de mon sang ?


Une invitation imprévisible. Et pourtant, son regard ne mentait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
Attiser les feux de la curiosité  G-bleu1200/1200Attiser les feux de la curiosité  V-bleu  (1200/1200)
CP:
Attiser les feux de la curiosité  G-rouge900/900Attiser les feux de la curiosité  V-rouge  (900/900)
CC:
Attiser les feux de la curiosité  G-jaune1050/1050Attiser les feux de la curiosité  V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyMer 5 Aoû - 19:10
Bran Ruz
"Une étoile brille de nouveau"






Les yeux du Corbeau Rouge se plissent. Si le nom de la dame ne lui évoque rien, en revanche, celui de son défunt époux, Calatin, l’interpelle. Il comprend rapidement pourquoi Sin le cherchait. Ce qui lui arrache une expression plus sombre. Si elle est parvenue à le repérer si vite, il est fort à parier que ses ennemis remontent la piste et le trouve, comme elle.
Il y voit une opportunité à saisir, aussi. Mais pour le moment il a des questions qui pèsent contre sa langue. Des questions bloquées à la simple vue de son sang que la femme fait jaillir de ses veines. La faim se dispute la raison, de l’homme ou de la bête, les deux engeances en lui se chamaillent. Le voile, la frontière est si mince et son corps si faible.
Pourtant il se maîtrise et ravale la soif, détourne ses yeux ambrés d’une source à laquelle il aimerait bien s’abreuver jusqu’à la lie. Il sait, il n’ignore pas ce que cela impliquerait de s’y risquer.

« J’ai entendu parler de Calatin, il était un Sluagh. Sa perte doit vous coûter, j’en suis navré. J’ai moi-même perdu ma femme, Dahud, fille d’Ys. Elle m’a été arrachée par… Artorius, c’est là le nom de ma proie. » Une tristesse non feinte se dessine sur son faciès dur. Une émotion qu’il bannit la seconde suivante, bousculée par d’autres mots qu’il adresse à Sin. « Vous êtes vous aussi chassée par les Sidhes ? Je ne suis pas étonné que vous vous tourniez vers moi, puisque vous ne semblez pas ignorer qui je suis. Ce que j’incarne. Ou plutôt, ce que j’ai pu incarner. »

La soif est toujours là, à abrutir son esprit. Tout cet écarlate gâché… Sans qu’il s’en rende compte, sa gorge libère un grondement grave et sa langue pourlèche ses lèvres.

« Les Sidhes me traquent aussi. » Souhaite-t-elle donc une alliance de circonstances ? « Et qui est ce dragon dont vous êtes l’ennemie ? »

Une pause, il écoute le monde autour d’eux. Les vers s’insinuer parmi la pourriture, à ses pieds.

« Avez-vous trouvé refuge auprès de Velya ? Il mentionnait une amie capable de nous rendre ceux qui ont compté pour nous. Est-ce vous ? »

Une lueur d’intérêt passe fugacement dans ces pupilles.

« Qu’attendez-vous de moi, Sin ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
SinSinArmure :
...
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyJeu 6 Aoû - 0:25

Placide, la créature ophidienne baissa son bras tandis que le vampire déclinait sa proposition. Le long de sa peau jusque ses griffes, coulaient des filets de sang qui gouttaient contre l’herbe, de sorte à faire ressortir le carmin de ce nectar exquis. Ainsi, cet homme était capable d’assez de contenance pour résister à l’instinct bestial l’animant. Pour autant, cela signifiait aussi qu'il méprisait sa propre nature. Était-ce une bonne chose aux yeux de Sin ? Son air impassible n’en laissait rien transparaître. Indifférente aux confidences de ce Bran Ruz, une lueur d’intérêt se lit toutefois derrière ses prunelles argentées à la mention d’Artorius. Le laissant s’adonner à ses spéculations, l’épouse de Calatin répondrait tout de même à l’interrogation suivante.

– Ce dragon est le Monde lui-même. Il nous a bannis, moi ainsi que ma progéniture... et tu n’es effectivement pas étranger à ce sort.

Ce faisant, Sin se perdit également dans cet arrêt prompt à faire ressortir la vitalité du lieu. Distraite, elle regardait simplement dans la pénombre de la forêt, par où pouvaient se deviner des formes qui rendaient fertile l’imagination. Que pouvait-elle y voir ? Un moment de contemplation interrompu par une remarque qui parvint à éveiller un profond agacement.

– Un refuge ? Ici ? Ne sois pas trop présomptueux, petit renard. Velya n’est rien de plus qu’un allié de circonstance. Non pas le mien, d’ailleurs… mais plutôt de la personne que j’accompagne. Du reste… la mort n’a que peu de secret pour moi… cela est vrai.

Le poignet porté à hauteur de son menton, Sin en léchait le sang, ses pupilles monstrueuses demeurant fichées dans celles de son interlocuteur.

– J’ai entendu dire que Scáthach était arrivée jusqu’ici, attirée par l’odeur de la traîtrise. Ton existence nous est alors parvenue. Pauvre créature honnie de ce Monde… Tu n’as pas l’intention de te laisser dévorer, m’as-tu dit ? Comment pourrais-tu l’en empêcher ? Tu as tout perdu. Tu es seul. Tu n’es rien de plus qu’un lapin estropié que les loups se disputent.


La voix tranchante, aucune hésitation ne la retenait de traduire le fond de sa pensée. En un instant, il avait pu goûter à sa vulnérabilité. Peu importe qu’il désire autre chose. Un jour viendra où le dragon s’imposera à sa destinée, venant briser ses rêves et ses espoirs ; l’œuvre de sa vie. Une vérité bien cruelle. Mais la vérité est ainsi faite.

– Comment as-tu l’intention de survivre, petit renard ?


Une question qu’il devait se poser avant même de songer à ses plans de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bran RuzBran RuzArmure :
Berserker de l’Oupyr

Statistiques
HP:
Attiser les feux de la curiosité  G-bleu1200/1200Attiser les feux de la curiosité  V-bleu  (1200/1200)
CP:
Attiser les feux de la curiosité  G-rouge900/900Attiser les feux de la curiosité  V-rouge  (900/900)
CC:
Attiser les feux de la curiosité  G-jaune1050/1050Attiser les feux de la curiosité  V-jaune  (1050/1050)
Message Re: Attiser les feux de la curiosité    Attiser les feux de la curiosité  EmptyJeu 6 Aoû - 22:08
Bran Ruz
"Une étoile brille de nouveau"





Le Monde lui-même ? Bran ne relève pas, il attend qu’elle s’exprime, qu’elle réponde à ses interrogations. Cette Sin est particulière, très probablement de la même essence que son époux. Ainsi donc n’est-elle pas venue seule. Qui l’accompagne dans sa retraite, son exil ?
Présomptueux, il peut l’être. Car le Corbeau Rouge a toujours eu l’outrecuidance de croire qu’il peut briser les codes, transcender les lois. Voler ce qui ne lui appartient pas. Une femme dont son cœur s’était éprit, perdue aujourd’hui. Sacrifiée pour lui.
L’entendre dire que la mort n’a pas de secret pour cette dame lui soutire un frisson. Un brin d’espérance, folle, démesurée, est en train de naître. Car il va encore présumer de ses capacités, promettre l’impossible et s’y brûler les ailes en essayant. La chute de la Tour est en partie de son fait, de cela, sa mémoire le lui murmure.

Il l’observe lécher le sang sans sourciller, perdu dans ses pensées, dans la sensation nouvelle de ne plus entendre son cœur battre. De souffler sans qu’une volute chaude ne s’échappe de sa bouche.

« Je ne suis plus vraiment… vivant. Ni tout à fait mort. »
formule-t-il à haute voix sans toutefois répondre directement à Sin. « Non, vous vous trompez, je ne suis pas seul. »

Il songe à Velizara. La Baba Yaga lui a donné son soutien et puis… il y a d’autres Berserkers qu’il a retrouvé.

« Je ne crois pas aux hasards. J’ai autrefois tissé des liens avec des suivants d’Arès avant que je ne chute. Velya m’a proposé un marché. Vous vous présentez à moi… je compte survivre comme je l’ai toujours fait. En naviguant en eaux troubles. En tissant de liens solides, en faisant des promesses que je tiendrai ou non selon les circonstances. Jouer avec les vérités et les mensonges. »

Les jeux de la politique, en somme.

« Mon nom évoque bien autre chose qu’autrefois, il est vrai. Mais cela peut être aussi un avantage. Tout dépend de comment on s’en sert. Le Verbe est une arme autant que peuvent l’être les crocs et les griffes. » Un sourire. « Je reste le tueur de Pope, l’ancien Épervier, Augure… j’ai en ma possession le savoir du monde du Soleil et celui du Sidhe. Je n’attire pas que les assoiffés de justice. »

Bran croise les mains sous sa poitrine et fait naître un manteau de plumes écarlates sur ses épaules.

« Et le petit renard que je suis à su tout de même éveiller votre intérêt. Alors je le répète, qu’attendez-vous de moi ? Et qui est cette personne que vous accompagnez ? »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t297-bran-ruz-eveque-de-l-
 
Attiser les feux de la curiosité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: