Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] A l'aune du chaos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
BrohosBrohosArmure :
Cuirasse de la Chimère

Statistiques
HP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-bleu1050/1050[Février 553] A l'aune du chaos V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-rouge1500/1500[Février 553] A l'aune du chaos V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Février 553] A l'aune du chaos G-jaune600/600[Février 553] A l'aune du chaos V-jaune  (600/600)
Message [Février 553] A l'aune du chaos   [Février 553] A l'aune du chaos EmptyDim 9 Aoû - 15:40
TRANSYLVANIA | ᚾᚱᚣᚺᛋᛘᚳᚵᚣᚺᛁᚣ


S’il eut été difficile à soumettre, faute d’être exagérément violent, Brohos finît toutefois par devenir le loyal serviteur du Cardinal de la Mort. Son penchant pour les taillades et les cicatrices en nombre fut alors l’instrument du pouvoir d’Haldor, usant de ce rejeton des enfers pour faire régner la terreur sur la population de Transylvanie et asseoir ainsi la domination de sa Légion sur les peuples éparpillés sur les terres côtoyant le Dédale de Chair ; en un sens, sa tyrannie fut porté au pinacle de sa gloire par le dévouement perpétuel de ses atouts. En compagnie d’Akir du Tigre, le Slave usa ainsi des pouvoirs conférés par sa Cuirasse pour répandre le culte de la peur et de la barbarie au cœur des peuplades hétéroclites, sans même se soucier du « qu’en-dira-t-on ». Son rôle s’arrêta à la frontière de la bienpensance, et n’alla pas plus loin ; dehors la sentimentalité et ses effluves de remords ; dehors la moralité et son parfum de retenue ; dehors la patrie et ses onces de fraternité.

Le chaos avait déferlé, poussant les peuples à voir plus loin vers les terres germaniques et sans doute bientôt plus au Sud, là où l’on trouvait… le but caché de toutes leurs péripéties. Brohos frémît à l’idée de voir les gorges se tendre au bout de ses couperets, ce jour où « Ils » seraient forcés de freiner les exodes, ces vagues de réfugiés fuyant les Berserkers ; ces vagues dans lesquels il se glisserait lui-même pour prendre l’ennemi à revers. Une promesse de sang.

S’il était fidèle à celui qui l’avait vaincu, Brohos avait d’une façon bien à lui trop obéi aux ordres. Là où il devait simplement déclencher quelques rumeurs, façonner le mystère, il avait en réalité délibérément créé la zizanie, semé la tempête, ne laissant pour seuls survivants que quelques maigres rescapés ayant échappé aux flammes dévorantes de sa Cuirasse. C’était immodéré, stratégiquement dangereux : sa façon de faire forçait le départ, contraindrait sans doute un jour les Berserkers à partir en campagne plus vite qu’ils ne pouvaient le prévoir ; il hâtait la machine. Mais massacrer quelques malheureux ne lui suffisait pas.

Il erra dans le Dédale longtemps avant de trouver la voie. Longtemps avant que ne se dessinent l’immense gouffre rempli d’ossements et de chairs putréfiés et ses gradins alentours, longtemps avant que sa botte ne foule la plateforme où traînaient en misère les suppliciés d’Arès, longtemps avant que ses pas ne l’entraînent vers les quartiers du Pontifex. Lorsqu’il parvint enfin à la frontière interdite, il laissa s’échapper de sa personne une quantité déraisonnable de cosmos, manifestant sa volonté de se faire remarquer ; une manière non conventionnelle de signaler sa présence. Quelques secondes plus tard, il parla, inclina sa tête et posa son genou à terre, sans même encore voir celui qu’il était venu chercher.

Votre Eminence…

Lâcha-t-il à l’approche du Pontifex. Il n’était pas venu sans convictions. Si sûr qu’il s’inclinait, sa tête elle se remplissait de myriades de pensées perfides. Il voulait la guerre.

Il l’amènerait jusqu’à lui, s’il le fallait.


Dernière édition par Brohos le Lun 10 Aoû - 18:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2089-brohos-centurion-de-
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-bleu1650/1650[Février 553] A l'aune du chaos V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-rouge1350/1350[Février 553] A l'aune du chaos V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] A l'aune du chaos G-jaune1650/1650[Février 553] A l'aune du chaos V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] A l'aune du chaos   [Février 553] A l'aune du chaos EmptyLun 10 Aoû - 0:37
Alors c'est à ce petit jeu que tu veux jouer, Velya. Soit. Soit : jouons, alors. Tu ne veux même plus te cacher, même plus être un minimum subtil dans tes manigances, dans ta défiance. Eh bien soit : le temps qu'il faudra, tu méditeras sur ton erreur, caché dans les murs de cet immondice qui nous sert de toit. Et quand tu ressortira, tu répondras auprès de moi pour tes actions. Ce sera l'occasion de mettre un ou deux choses au clair... Parce que ce Pontifex ne se laissera pas engloutir par les murs si facilement, non. Il ne restera pas une petite chose docile et servile face à tes caprices et coups de folie.

Tu penses pouvoir prendre d'assaut les Cardinaux, les attaquer pour te les accaparer ? Tu penses pouvoir me défier ouvertement comme ça, et... Et espérer t'en tirer indemne ? Espérer que j'ai trop peur, peut-être. Espérer être intouchable, te jouer cette naïve illusion que tu es tout permis ici.

Tu appendras, pauvre rat, qu'il ne fait pas bon me compter parmi ses ennemis. Tu apprendras que je peux te blesser. Que je n'ai pas besoin d'ouvrir ta chair, pour te blesser. Que je n'ai pas même besoin d'être violent.

Je peux te blesser parce que je sais.

Soigne-toi, parasite. Soigne-toi. Ne tarde pas trop, dans ton propre intérêt... Lorsque tu reviendra, nous discuterons. Puisque tu as très visiblement besoin de comprendre que les choses ne sont plus ce qu'elles ont pu être par le passé. Alors je t'aiderai. J'expliquerai. Calmement, froidement. Parce que tu es utile. Mais comme je l'ai dit à César : Il y a la somme de ce que tu as d'utile, et la somme de ce que tu as de gênant. Agaçant.
Veille à ne pas franchir la ligne.

Assis dans mes quartiers, les pensées me prennent l'esprit. Un courroux froid, maîtrisé, stable, qui me court sous la peau. Des pensées sombres, bonnes à afficher un sourire de malice prédatrice sur mes lèvres. Puis... Puis je le sens. Ce Cosmos. Pas un que je connais. Tout du moins, pas familièrement. Une âme du Dédale, déjà croisée, jamais rencontrée. Quelqu'un qui s'est aventuré jusque vers l'Autel, jusque vers mon Antre. Ma main vient mon épaule, un geste pour tendre le bras, faire craquer l'articulation. Je me lève dans un étirement, puis j'avance... Jusqu'à le voir, genou à Terre.

- Brohos, Centurion de la Chimère. J'ai entendu parler de toi. Une âme torturée, rebelle, qui a dû se confronter à la dure loi du Dédale bien assez tôt. Haldor m'a expliqué la dernière fois, au détour d'une conversation... J'observe l'homme, une lueur analytique dans le regard. Jauger la bête, un instant. Tu sais, tu peux t'annoncer plutôt que de brûler ton Cosmos et espérer que quelqu'un remarque le brasier. Même ici, tu n'est pas à l'abri d'attirer l'attention des mauvaises personnes. Un regard vers le mur à ma droite, subtilement. Un sourire... Puis je reviens vers l'homme. Parle donc. J'ai encore un peu de temps avant de devoir m'éclipser.

Quelqu'un à aller voir...
Plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
BrohosBrohosArmure :
Cuirasse de la Chimère

Statistiques
HP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-bleu1050/1050[Février 553] A l'aune du chaos V-bleu  (1050/1050)
CP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-rouge1500/1500[Février 553] A l'aune du chaos V-rouge  (1500/1500)
CC:
[Février 553] A l'aune du chaos G-jaune600/600[Février 553] A l'aune du chaos V-jaune  (600/600)
Message Re: [Février 553] A l'aune du chaos   [Février 553] A l'aune du chaos EmptyLun 10 Aoû - 22:29
TRANSYLVANIA | ᚾᚱᚣᚺᛋᛘᚳᚵᚣᚺᛁᚣ


Le temps figea la pendule de son horloge sur la rencontre entre la Chimère et le Pontifex. Ces deux-êtres, dévoués à la même cause, valets de ce Dédale des horreurs organiques, perdus dans le ventre morbide d'un labyrinthe à l'architecture rocailleuse et viscérale susceptible d'en rebuter plus d'un, s'identifièrent comme deux loups se découvrant sur le même territoire. Seulement, l'un était visiblement plus gros et influent que l'autre, tandis que celui qui l'avait sciemment approché ne pouvait que se courber, s'étaler par terre et montrer sa bedaine en signe de soumission. A côté du Pontifex, le Centurion n'était qu'une formalité.

Pour autant, depuis qu'il avait appris à connaître les rangs des Berserkers, Brohos avait su faire ce qu'il n'aurait jamais pu, jadis, espérer. Tourmenté par bien des maux, fustigé par sa Cuirasse et presque naufragé dans le Dédale, il parvint suite à sa défaite contre le Cardinal de la Mort à reprendre des forces, à retrouver ses instincts pour parvenir en quelque sorte à dompter la Chimère ; ou du moins, à atténuer son emprise sur lui. Domestiquant la douleur, s’accommodant de toutes ces épreuves de tortures infligées par le monstre tricéphale, le Slave devint le dévot de la Mort aux flammes dévorantes, recelant en lui de terribles pulsions armées de rangées de crocs, de cornes incisives et d'un venin puissant.

Soumets-toi.

Avec le temps, le barbare avait appris à écouter le Bouc, la voix la plus mesurée parmi les trois entités en constante querelle à l'intérieur de lui. Ainsi, continuant de baisser poliment la tête, il prit la parole pour la réplique.

Navré de vous importuner, Messire. Je retrouve à peine la parole et il m'est difficile de m'annoncer avec les mots ; j'ai encore bien des choses à apprendre sur les commodités d'usage dans ce Dédale.

Prenant appui sur ses jambes, il se redressa. Il avait beau tenter de fermer les paupières, seul un oeil fut clos ; l'autre, éteint, paraissait fixer le Pontifex, quand bien même il n'était en réalité plus en mesure de voir quoique ce soit. Le borgne, alors debout, écarta les bras comme pour lancer un débat.

On raconte bien des choses, en bas.

Il laissa son bras gauche retomber, le libérant de la gestuelle accompagnant le discours afin que son bras droit puisse devenir celui gouvernant la parole.

Des choses, je ne vous le cache guère, ne font pas bonne presse aux élites.

Se faire la voix du peuple était bien la seule chose, compte tenu de sa récence, qui pouvait lui permettre d'avoir un tantinet de poigne.

Si je ne suis pas à l'abri ici... croyez bien que vous ne l'êtes pas non plus.

Déclara-t-il ouvertement, sans en dire davantage. Une façon pour lui de tester ce Pontifex...

... et de susciter son intérêt par le sacrilège du doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2089-brohos-centurion-de-
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-bleu1650/1650[Février 553] A l'aune du chaos V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] A l'aune du chaos G-rouge1350/1350[Février 553] A l'aune du chaos V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] A l'aune du chaos G-jaune1650/1650[Février 553] A l'aune du chaos V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] A l'aune du chaos   [Février 553] A l'aune du chaos EmptyMer 12 Aoû - 1:49
- La seule réelle loi au Dédale, c'est de savoir s'adapter vite.

Sobre réponse, lancée d'un ton neutre. Savoir s'adapter. Comprendre les gens, les situations, les contextes. Savoir les lires. Les interpréter. Savoir suivre son instinct, et prier pour qu'il soit bon. Savoir s'adapter pour être plus fort et imposer sa volonté, ou savoir s'adapter à celle du plus fort, pour ne pas se faire écraser. Fais des erreurs lors de tes premiers pas, Brohos, tout le monde en fait. Mais apprends vite.

Apprends ton Cardinal, qu'il ne lui vienne pas l'envie de te traverser de son épée.
Apprends ton Pontifex, aussi. Qu'est-ce que tu risques avec moi ? Tseh. Va savoir.

- Des choses.

Une pointe de curiosité dans le regard, je fixe le borgne. J'écoute. Il me fait sourire, ce discours qu'il me sert. Un sourire entre amusement et prédation. Pas à l'abri, dis-tu, hm ?

- Personne n'est à l'abri ici. Je commence par lui répondre ça, mains jointes dans mon dos. Je passe devant lui et commence à marcher, puis l'invite d'un vague geste de la main à suivre sans me retourner. Vivre au Dédale, ce n'est pas vivre à l'abri. C'est vivre au milieu des charognards et des fous, des opportunistes et des violents. Doucement, ma tête se tourne. Une œillade dans sa direction, une lueur particulière dans mes yeux noirs. Dans mon cas très précis, je ne me contente pas de vivre au Dédale. Je commande au Dédale. Alors ma relation avec ceux-là, elle est plus complexe encore. Commander aux charognards et aux fous, aux opportunistes et aux violents. Prendre le chaos insensé de toutes ces âmes damnées, pour en faire un chaos ordonné. Utile. Efficace.

Je m'y attelai déjà, quand j'étais Guerre. Maintenant que je suis Pontifex, il s'agit simplement d'appliquer le principe à plus grande échelle.

- ça fait des années maintenant que je survis, dans cet endroit sans abri. Que les gens disparaissent un à un, dévorés par le Dédale, ou par la vie, ou par l'ennemi... Mais pas moi. Alors dis-moi, Brohos, Un orgueil plein de confiance, sur le sourire à mes lèvres. Un éclat malin dans mon regard. Quels bruits qui courent devraient soudainement m'inquiéter, hm?

Dis-moi donc. Je suis curieux.
Mais n'oublie pas : adapte-toi vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
 
[Février 553] A l'aune du chaos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: