Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMar 11 Aoû - 17:22

[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] GEPcKy6

Hmmm...

Un réveil de plus, cette fois ci nimbé de douceur. Seule sa gorge irritée lui induit l'idée familière d'un usage excessif de ses cordes vocales. Ses paupières sont encore closes, prolongent même leur grève tant le confort des draps conteste toute autre motivation que cette tendre et passive appréciation ; quoiqu'un fumet délectable semble déjà responsable de ce début d'attention, se frayant un chemin au sein de ses narines jusqu'à en réchauffer son ventre. Quelques minutes passent.
Sa dextre parcourt doucement le matelas, d'abord en surface puis ensuite avec une certaine fermeté. Ludmila s'étire alors.
Quelques craquements se font entendre, un signal finalement relaxant puisque dégageant des tensions accumulés durant son sommeil. Aucune réelle douleur ne se fait sentir. Elle se sent bien, et les crépitements d'un feu de bois ne font que la stimuler plus encore en ce sens. Un son affable, propre à une flamme docile et protectrice, loin de celui exultant de sa hache lors de ses instants de prodige.

Sa hache ! Le Dédale !

Elle bondit alors de son lit sans pour autant le quitter, les yeux tout à coup ouverts. Pas pour longtemps. La lumière omniprésente la rappelle subitement à l'ordre, grillant momentanément ses rétines, ce qui l'amène aussitôt à plaquer sa main à l'horizontale contre la partie supérieure de son visage, quant à lui grimaçant.
La vandale éloigne sa pogne tout en re-dévoilant timidement ses orbites, consciente de ne rien avoir entre-aperçu de menaçant. Seule l'authenticité de cette lumière naturelle l'avait malencontreusement frappée de stupeur...
L'incompréhension se tisse rapidement entre chacun de ses songes. Elle avait réussi à passer les portes du bastion, après tout..? En ce cas pourquoi cette lumière l'agresse autant et maintenant ? Bon sang, elle ne se souvient même pas de l'instant de sa sortie, ni même d'avant l'exploit. Seul demeure ce sentiment de paix, cette sainte énergie, incontestable, salvatrice. Cet avènement divin qu'on lui avait donné.
Oui...
Elle y avait répondu, de tout son cœur, de tout son être. Mais alors...
Cette lumière n'est peut-être pas si naturelle. Ne la fait pas souffrir car elle n'en avait pas admiré depuis longtemps, mais plutôt parce qu'elle serait unique, cosmique ? Son mécène devait être là, et elle se trouvait dans un de ses habitats : en l’occurrence une cabane coquette, modeste.
Quel qu'il soit, elle lui doit encore beaucoup. Elle lui devait tout.

Encore confuse, elle recouvre néanmoins doucement l'entierté de ses sens, ressentant la présence de ce dernier sans encore pouvoir le détailler du regard. Il s'agit d'une large pièce unique en partie séparée par une semi-cloison, certainement afin de respecter l'intimité d'une chambre. De son lit, la vigie n’aperçoit que le feu de cheminée, et il en est probablement de même pour Lui.
Elle se frotte le bras, intimidée. Reconnaissante aussi, en apercevant les bandages masquant des plaies éteintes. Elle s'était effectivement battue. Avait vaincu. Touche désormais du bout des doigts sa nouvelle vie...

Vous... êtes un Dieu, n'est-ce pas ?... Souffle t-elle en direction des flammes calmes, sans encore quitter sa place.
Son cœur s'emballe. Si elle ignore où la mène cette rencontre jusqu'à alors concluante, elle assume ce pacte latent partagé avec l'Entité. La confiance avait été acquise dès lors qu'elle avait accepté son don.
Cette force qui lui avait permis de donner corps à sa détermination.

Merci... vraiment... merci. Chuchote t-elle, sentant une larme apparaître.
Humilité.
Un sourire sincère traverse son visage, pendant que ses yeux s'embrument.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMar 11 Aoû - 19:03
Ils reviennent tous d'outre-tombe un à un, dernièrement.
Les fantômes du passé, les gens d'hier. Perdus, disparus, tués... Ou pire.

Mais ce fantôme-ci...
J'ai ressenti le Cosmos. Je l'ai reconnu. Je suis arrivé après que tu sois tombée inconsciente. Je t'ai vue. Reconnue, là aussi.. Et... Et c'est comme la dernière fois. Ces foutus sentiments qui se mélangent et se contredisent.

Est-ce que je dois être heureux de te revoir, Ludmila ? Ou l'inverse. Qu'est-ce que je dois penser quand je regard en arrière ? Quand je regarde... Hmpf. J'oublie pas. Je me rappelle. Là, à ce moment, quand on était tous les deux à bout... Quand tu n'en pouvais plus, et moi non plus. Et qu'on a explosé. Je m'en rappelle, oui. Cette envie de frapper, de faire mal, de te briser. De te rendre chaque coup, d'extérioriser cette putain de rage. Je m'en rappelle très, très, vraiment très bien. J'me rappelle de cette espèce de boule au ventre après, aussi. Quand j'ai réalisé. Quand j'ai compris que je devenais fou au point de presque tuer la dernière compatriote qui partage le sang de mon peuple. Quand je me suis revu, enragé, en train de frapper... En train de te frapper. Je me suis détesté, sur le coup. En colère, mais pas contre toi, pas contre le Dédale, contre le monde. Contre moi.

C'est facile, tellement facile, de se laisser aller à la fureur. De laisser les émotions prendre le contrôle, et juste être spectateur. Juste se laisser aller, et quand c'est fini ? Mettre ça sur le dos de l'énervement. « c'était pas moi », on pourrait presque dire. La vérité ? C'est que j'aurais pu me maîtriser. J'aurais pu me canaliser, être plus fort, plus calme. Pour gérer la situation autrement. J'aurais pu éviter que ça explose. Mais je l'ai pas fait. Et j'ai failli te tuer à cause de ça.
Aujourd'hui encore, ça me court sous la peau comme un espèce de frisson désagréable, quand j'y pense.

Et aujourd'hui j'y pense, sans surprise. Parce que tu es revenue. Folle de rage, une rage qui n'est pas vraiment la tienne... Puisque visiblement, une autre Cuirasse a jetée son dévolu sur toi, et elle t'a imposée la fureur d'Arès. Ce truc qui prend l'esprit, la première fois que la Cuirasse s'immisce. Tu as fait des dégâts, tu as fait des blessés. Et sans doute que tu serais morte, si je n'étais pas arrivé à temps. Puis je me suis posé la question, en te voyant là inconsciente...

Et maintenant quoi ?

J'ai soupiré. J'ai cogité. Puis maintenant, nous y voilà. Ici, dans ce Village perdu au milieu de la forêt, un de ceux sous mon influence. Au milieu des locaux, quelques guerriers de la Légion Ardente qui gardent les lieux. Dans la brume, perdu au cœur d'une forêt sombre, l'endroit semble curieusement paisible. La brume est un peu plus légère aujourd'hui, le soleil est haut, les nuages sont peu nombreux. C'aurait été une journée parfait pour chasser.

Mais plutôt que ça, je suis au-dessus du feu, prés de l'âtre en train de préparer de la viande de cerf pour la cuire. Une marmite, un bouillon qui y chauffe, et un geste de la main pour y ajouter des herbes.
Et elle est plus loin, alitée. Dans mon dos en train de dormir, de reprendre ses forces.
C'aurait pu se faire au Dédale. Mais je préfère être loin des oreilles indiscrètes. Je préfère le cadre ici, plus simplement... Donc oui. Ludmila, amenée au village, soignée le temps de sa convalescence sur place, allongée jusqu'à ce qu'elle se remette. Ça me donne le temps de réfléchir. Ça lui donne le temps de se remettre. Tseh. Qu'est-ce que ça être, hm ? Quand tu vas me voir. Je me demande bien, tiens. J'imagine que je pourrais pas réellement jouer le surpris si je mange le menu regard noir et insultes, voire pire.
J'imagine, oui. Mais j'aimerai que ça tourne autrement.

J'imagine, et bientôt, je vais pouvoir faire plus qu'imaginer. Puisque je l'entends se réveiller, doucement. Je ne me retourne pas encore, je continue de surveiller le feu, touiller dans la marmite. Je prends mon temps... Elle aussi, elle va en avoir besoin. De temps.

J'arrête de touiller, quand j'entends ses premiers mots. Le mouvement se fige... Je souris doucement, alors que je suis dos à elle. Je saurais même pas dire quel genre de sourire. Amusé, désolé ? Un Dieu... Ma pauvre. Quels espoirs fous est-ce que tu as bien pu t'imaginer, dans ta rage folle.

- Pas encore. J'y travaille, cela étant. Je souffle du nez. Lentement, un geste, pour me tourner de trois quart vers elle. La regarder... La reconnaître, oui. Mais pas inconsciente cette fois. Profiter de ce sourire tant qu'il reste, parce que je ne sais pas s'il va rester ou non. Bonjour, Ludmila.

Moi aussi, je souris. Un sourire sincère, mais aussi, un sourire pour cacher l'appréhension. De la main, je vais chercher deux coupelles. Bouge pas trop, t'es encore blessée. L'odeur de nourriture se fait un peu plus forte quand je remplis les deux coupelles. Doucement, je me lève, pour approcher, puis m'asseoir en tailleur prés de sa couche. Une coupelle que je garde calée sur une cuisse, l'autre que je pose à son niveau.

- Mange. Ça sera pas de trop vu l'état dans lequel je t'ai trouvé. Un regard qui fixe, pour l'observer. Pour... Oui. Réaliser que c'est bien elle, après tout ce temps. Puis pour sonder. Parce que tu dois être sacrément perdue ma grande, hm ? Comment tu te sens?

J'aurais pu dire « j'imagine que tu as des questions ». Mais ça, je pense que je vais vite être fixé. Ou pas...
Contente-toi de ne pas gâcher la nourriture, s'il-te-plaît. Ni me la lancer au visage, ni...

Bref. Pars pas en vrille, en gros. Ok ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 14:20


La larme termine sa course au bout du menton puis se détache de la peau, entamant sa chute au moment même où la voix du dit mécène résonne. Effroyable timing. Si le choc émotionnel n'était pas aussi ahurissant, Ludmila l'aurait assurément rattrapée au vol afin de se la replonger dans les yeux. A s'en faire symboliquement mal à défaut de pouvoir rembobiner cet instant si faillible.
Un instant loin, très loin d'être destiné à cet homme.

A la place, elle reste figée. Bouche bée. Yeux écarquillés. Souffle coupé.
Se laissant platement planter par chaque fragment de sollicitude qui lui est adressé.

Elle ne comprend toujours pas.
Mais le corps lui, entame son processus. Si le sourire s'est rapidement volatilisé, l'intensité de son regard se dissipe quant à lui sur la longueur. La respiration défaille également depuis ce violent haut-le-cœur apparu en même temps que la première parole de l'Illusionniste. D'ailleurs, un premier voile lui est ôté puisque sous ses bandages chaque hématome se ravive, s'exprime chacun à leur tour. Pourtant, sa force de persuasion à beau s'effondrer, elle intériorise cette peine en serrant les dents, fronçant ses sourcils. Perdant enfin de sa passivité.
De manière générale, c'est à cette occasion approximativement minutée que l'explosion fait son entrée.
Son interlocuteur le sait, et cette obscure connaissance est l'une des rares à pouvoir être parfaitement lue sur son visage par la vandale...

Mais rien.
Elle soutient seulement son regard sans même se soucier de la coupelle, sa tête chancelant très légèrement sous la tension et son indécision profonde face à ce qu'elle est actuellement en train de vivre.

"Comment tu te sens ?"

La coupelle vole à l'autre bout de la pièce suite à un violent revers de la main.
Puis un râle soudain, énervé mais subi. Souffrance. Elle qui s'étirait tantôt avec satisfaction se contorsionne tout à coup, cassée en deux sous le poids de sa peine purement physique, totale - Ce n'est pas ses doigts contre le récipient, mais les ravages d'une guerre qu'elle accuse brusquement. En retard.

Son premier réflexe consiste à interrompre d'un geste maladroit toute tentative de l'approcher. Elle ne veut même pas qu'il bouge, hélas cet épisode ne lui fait pas rappeler que la douleur, mais plutôt et surtout son impuissance. Soit c'est un cauchemar... soit c'est un autre type de cauchemar.

Lorsque Ludmila se redresse, ce n'est que pour le fusiller d'accusations. Purement visuelles. Du déroulement de son évasion à l'incompréhension de cette entrevue, elle ignore tout et s'imagine le plus amer, à la recherche d'un fautif. Ses échecs ne peuvent qu'être l'oeuvre de plus malins, de plus tortueux. Zvezdan avec son masque de Cardinal était l'un d'eux. En mémoire lui revient le jour où elle avait douté de la réalité même de leur amitié. Bien qu'elle ignore tout de l'enfer, sa vie se parcelle de chapitres funestes, d'un ascenseur émotionnel fort sollicité et depuis ses quelques dernières années, d'une vocation de trompe-la-mort en progression.
De quoi s'égarer peu à peu, de plus en plus intensément. Seule.
Malgré cela, accepter les attentions de son camarade est difficile. Comment lui dire qu'elle ne pige rien ? Que sa présence ne peut qu'être négative puisque annonciatrice d'échec quant à sa dérobade hors du dédale ? Qu'ils ne se sont pas quittés en très bon terme non plus et qu'elle ne sait plus ce qu'il représente exactement dans son existence ? Que pour finir, elle ne peut définitivement pas se sentir bien.

ET APRES ?! Qu'est-ce que ça peut te f... Son ton faiblit puis s'éteint. A nouveau le doute qui s'impose.
Est-ce seulement la réalité ? Ce qui peut être un artifice de Zvezdan peut tout aussi bien être un mauvais rêve. Ses affres passés avec Farkas finissent de la convaincre en ce sens, du moins pour l'heure.

Elle pivote subtilement, lui adressant un regard oblique. Comme pour chercher à son tour des réponses dans le regard adverse.

On... On revient de quelle bataille là?! Le questionne t-elle alors sérieusement à la façon d'une bipolaire confirmée, comme si elle rejouait une scène du Passé, une scène dont elle aurait également oublié le déroulement. Une chose demeure certaine, il ne peut s'agir du Présent ni de la réalité. Puisque le Cardinal de la Guerre avait épuisé toute réserve de patience à l'égard de la Hyène, Hyène elle-même reniée par sa porteuse.

La fatigue la regagne faute à ce chaos intérieur, bien trop complexe pour faire correctement le point.
Moins hostile, toujours méfiante.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 16:34
Évidemment, que ça allait tourner comme ça. Comment est-ce que tu voudrais que ça tourne, abruti ?

J'ai eu l'espoir, un instant. Naïf, idiot, idéaliste, l'espoir que ces retrouvailles puissent bien se passer. Ne pas voir la nourriture voler plus loin dans la pièce, comme je l'ai pressenti. Ne pas voir ce sourire disparaître, remplacé par tout un tas de mimiques, d'émotions. Des choses qui me disent que je suis un problème. Que je gène. Qu'elle aurait préféré ne pas me voir. Qui me disent qu'elle mal, physiquement, bien sûr... Mais pas que.
Agacé. Attristé. Ça me tonne contre le crâne, doucement mais sûrement. Un quelque chose de désagréable, mais latent, insidieux. Un malaise sous la peau, un truc qui me prend l'instinct pour me dire que... Que ça fait mal. En fait. Tout simplement.
Ça m'avait pas manqué. De me soucier de quelqu'un.

- Eh, fais att- Un geste pour m'approcher, quand je la vois prise par la douleur. Mais je vois le sien, de geste. Celui qui refuse. Qui dit « reste là ». Alors je m'interromps. La main avancée recule doucement, part rejoindre mon flanc et se refermer en un poing résigné, sur le sol.

C'est facile, tellement facile, de se laisser aller à la fureur.

La pensée me revient en tête, désagréable. Un murmure de l'esprit. Sûrement la petite voix au fond, qui me dit... Qui me dit que je ne devrais pas faire l'effort. De tout ça. Que je devrais prendre mes distances, et continuer sur la route que je me suis tracé, il y a deux-trois ans de ça. Une route solitaire, où je suis le seul à réellement compter, et où les autres ne sont que des... Autres. Alliés, mais pas amis, appréciés, mais sans m'y attacher. Où il n'y a que mes objectifs, mes ambitions, mes instincts et mes envies. Et le reste ? Nique le reste. Le reste n'en vaut pas la peine, littéralement.
C'est facile, tellement facile, quand la seule personne qui en vaut la peine, c'est soi-même.

Et pourtant. Pourtant ça m'énerve, ces mots que j'entends. Ce que ça peut me faire, tu dis ? Je la fixe, alors qu'elle ne finit pas ses mots. Qu'elle embraye sur une autre question. Une certaine intensité dans le regard, mais... Mais il reste neutre. Je garde le ressenti pour moi, caché dans mes pensées. Ce que ça peut me foutre ? Bonne question. J'suis même pas sûr d'avoir une réponse. J'suis même pas sûr de savoir pourquoi je suis là, pourquoi... C'est important pour moi.
Mais tu vois, le fait est que ça l'est. Que tu l'es. Alors fais avec.

- Toi enragée, sans doute pas tout à fait lucide, qui tranche tout autour de toi. Les mots sortent d'un ton neutre, bas. Presque las. C'est de cette bataille-ci que tu reviens.

Tu aurais pu mourir. Mais tu es là, pas six pieds sous terre. Blessée, pas trépassée. Survivante. Parce que c'est ce que nous sommes, toi et moi. Je m'interdis de mourir, parce que j'ai un héritage à porter. Et d'une certaine façon, suivant la même logique... Je t’interdis de mourir aussi.

- On est dans un village plus en retrait, j'me suis dit que ça serait un meilleur cadre pour que tu soignes. Ma main vient chercher ma coupelle, et je commence à manger. Un coup de croc dans la viande, une mastication, puis mon regard qui revient la chercher. 'Meilleur endroit pour causer, aussi.

Parce qu'il va bien falloir y passer, fatalement. La case discussion. Et j'imagine qu'on a pas que des choses très agréables à aborder, n'est-ce pas ? Tseh. Ça se saurait si les choses pouvaient être aussi simples.

-  « Un Dieu », tu disais. Tu attendais quelqu'un en particulier? Une œillade. Un regard sérieux, pour l'assurer du sérieux de ma question. Tu devrais savoir qu'il n'y en a pas trente-six, des Dieux pour recueillir des gens comme toi et moi.

Oh, il en existe bien quelques autres.
Mais dis-moi, Ludmila. Est-ce que tu y crois vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 17:19

Putain... Ce que son Cardinal raconte ne lui apporte aucune précision !
Non pas qu'elle en soit spécialement fière - au contraire même puisque cet état aussi disparaîtrait avec sa nouvelle vie, elle le sait et le souhaite - mais de toute évidence la rage au corps et la tête dans le guidon sont deux phénomènes suffisamment présents chez elle pour ne donner aucun indice sur le fameux triumvirat du : où, quand, pourquoi.

Par conséquent, le stress monte. Est-ce vraiment un rêve ?
La combattante cesse de se tourner les pouces, frottant son corps et appuyant aléatoirement sur une plaie. Ne peut contenir un nouveau grognement. Mais même ainsi, elle doute encore de la réponse à sa question. Pendant ce temps, son interlocuteur "développe". Ou plutôt relate ses décisions, et sa volonté de parler plus encore.
Une étincelle. C'est physique. Profondément ancré. Elle devine rien qu'à la manière de formuler cette annonce que la conversation sera particulièrement agaçante. L'une de ces fameuses mises au point où elle finit par courber l'échine face à un compatriote plus paternel que fraternel.

Déjà, l'envie de se justifier apparaît. Ludmila se sent comme partagée entre deux vies ; son esprit semble présent, évolué, et n'appelle pas à ressasser de tels contextes désormais inutiles ; pourtant physiquement, la voilà bien en train de revivre une séquence lointaine en compagnie de son supérieur hiérarchique, son ami. A priori, ils ne se sont pas encore fatalement confrontés. Cette scène viendrait plus tard. Mais alors quoi ? Après Kiev ? Non... Jamir alors ? Cette chaotique existence de frustrations et de rappels à l'ordre lui donne le tournis. Elle n'est pourtant pas amnésique. Seulement cette force de persuasion qui sublime ses souhaits - Elle a tourné une page, renié tout cela, et ordonné son mental afin de s'offrir une nouvelle chance d'être Quelqu'un. Quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'heureux.

Mais elle sursaute malgré tout lorsque Zvezdan revient sur la mention d'un Dieu. Alors la Hyène menteuse se défile.

C'est rien. La fièvre, tu sais. Teh! Peste t-elle, mâchoire contractée. Tout de même agacée par la conclusion apportée par son confident. Pas seulement agacée en fait. Contrariée. Merde... Mais... et pourquoi pas, d'abord ? Trahie par son interrogation, elle poursuit, confortée par le calme adverse, toutefois consciente qu'elle risque encore de le saper. Comme toujours. A croire qu'elle n'est faite que pour hacher menu les opposants d'Arès et se taire. C'est pas que j'ai vraiment envie de servir l'un des autres mais... entre nous... Tu en aurais le pouvoir, là tout de suite, tu lui trancherais pas la tête ?

A "Sa Majesté".
Cynisme. Cynisme d'un autre temps, pas vrai ?

Son mal de tête s'intensifie. Migraine, sifflement persistant. Elle râle, frémit.
Sauf que sa voix n'est pas rauque comme à son habitude, elle ne force plus ses faux semblants. Son visage non plus n'est pas celui d'une bête entrain d'agoniser. Juste celui d'une femme fragilisée par la douleur, et qui a besoin de repos.

Pourtant... Si elle revit une rencontre avec Zvezdan, c'est que quelque chose se joue en cet instant.
Elle ne doit pas défaillir. Elle doit comprendre. Est-ce la dernière étape vers sa rédemption ?
Possible.
En tout cas...
...Elle y croit vraiment.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 18:11
La fièvre oui. La terrible fièvre des espoirs vains. Deçus.

Parce que tu penses trop ambitieux, Ludmila, ou plutôt, trop tôt. Tseh. Ça me fait rire, le discours que tu me sers. Pourquoi pas, que tu me dis. Lui trancher la tête, que tu ajoute. Je me demande à quel genre de réaction tu t'attends, quand tu me dis ça. Indignation, agacement, surprise ?
Je me contente de sourire. Un sourire amusé, mais sincère.

- Si tu savais tout ce que je ferais, « si j'en avais le pouvoir. »

Sourire amusé, sincère. Désabusé, quand cette phrase sort d'entre mes lèvres.
Si tu savais comme je les déteste, ces foutus Dieux.
Si tu savais comme j'aspire à ne plus être un pion dans leurs jeux puérils.
Si tu savais à quoi ressemblent mes projets, à plus long terme.

- Tu devrais le savoir. Pour moi, il ne s'agit pas de « servir ». Il s'agit de « me servir de. » Je la fixe, un instant de silence pour la laisser se remémorer. Se rappeler mes discours de jadis, peut-être. La laisser penser. Je suis utile à Arès sur l'échiquier des jeux divins. Il m'est utile sur l'échiquier des jeux humains. La Guerre. Celle que je veux mener contre un Empire. Contre une déesse, aussi. Une déesse et ses suivants. Entre nous, là tout de suite, ni toi ni moi n'avons le pouvoir d'aller contre les caprices des Dieux. Je reprends sa phrase, pour la remettre dans le contexte d'une réalité plus sombre que son sympathique petit scénario hypothétique. Si j'en avais le pouvoir, les Dieux seraient le cadet de mes soucis. Je me paierai le luxe d'une existence loin de leurs manigances, et je vivrai pleinement selon mes désirs, mais selon les fils d'un destin qu'ils manipulent. Les fils du Destin tout court, d'ailleurs... Parce qu'eux aussi, ce sont des marionnettes.

- Sa majesté ne verra pas sa tête tranchée de sitôt. Alors plutôt que de penser à ce qu'il te prend et te fait subir... Pense à ce qu'il te donne. Et à ce qu'il ne te donne pas, mais que tu peux lui arracher si tu y mets les efforts.

Tout se mérite, tout s'approprie, tout s'utilise. Crois-moi ma grande, je me les suis posées, toutes ces questions. Plus que tout, je me suis retourné le crâne, sur ce qu'on est pour les Dieux, sur ce qu'on peut faire de plus, dans leurs jeux. Plus que d'être des ressources utiles, mais remplaçables. S'opposer directement à eux ? Peut-être, à long terme, en s'y préparant. Mais pas maintenant. Quoi maintenant, alors ? Profiter d'eux. De leur pouvoir, de leur influence. De leurs ressources.
Parce que quand tu es un soldat d'Arès, tu as le pouvoir de commander les chiens d'Arès. Voilà la première piste à creuser, celle que j'ai creusé moi, en tout cas.

- Il t'a déjà donné une nouvelle Cuirasse, tu lui dois au moins ça. Je vais chercher son regard, pour voir si elle comprend. Si elle enregistre. Puis je continue. Dans le Dédale, tu t'es battue. Folle de rage, hors de contrôle, parce que tu avais une Cuirasse sur les épaules, et qu'elle t'a insufflé la fureur du premier Sang. Quand tu portes la Cuirasse pour la première fois.

Je le lui dit d'un ton de conte, l'expression sérieuse, qu'elle comprenne que ces mots ne sont ni mensonges, ni manipulations, ni rien de ce genre. Simplement, la plus pure vérité, pour le meilleur et pour le pire.

- Tu n'es plus la Hyène, mais tu es toujours parmi nous. Un autre coup de croc dans la viande, un regard vers l'extérieur. Et les choses bougent. La Guerre arrive et le Dédale n'a jamais été aussi plein.

Trois Cardinaux, un Pontifex, et de nombreuses nouvelles recrues. Ce qui arrive, ça s'annonce en grande pompes. Et il faudra être prêt.

Tu es des nôtres oui, Ludmila. La question maintenant, c'est de savoir si tu vas le subir, ou l'accepter.
Et l'exploiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 19:32

Elle entend parfaitement la première partie du discours, la conçoit puisque c'est cela même qui l'a longtemps porté vers l'avant.
Un credo qui n'a fait que s'étioler avec le temps. Les désillusions. L'émotivité à fleur de peau. Elle ne supporte ni ce qu'elle devient ni ce qu'elle inflige à son entourage. Du moins, lorsque sa véritable lucidité refait surface.

On ne peut pas se servir de lui... Il te le laisse juste croire parce que...
Parce que tu n'es pas borné. Parce que tu te projettes suffisamment loin pour ne pas voir cette Fatalité qui nous dévore déjà.
Quand tu penseras concrétiser ta partie d'échec, tout partira en fumée Zvezdan...

Un simple souffle, une alerte. Assurément trop mince pour faire mouche. Et pourtant, elle le pense.
Sans doute la prend t-il déjà pour une cinglée. Au delà des moments de rage, il assiste malgré tout à chacune de ses crises existentielles et les interprète au mépris de sa propre patience. Il le dit lui-même : "Il se sert de." Une philosophie que Ludmila ne parvient pas à digérer, pire, elle le retarde même dans sa dynamique pourtant posée et fortifiée depuis des années.
Oui pire, car même là, elle s'en veut.
Elle perd pied, ne parvient pas à s'en sortir, et par conséquent le tire vers le bas. Voici une triste vérité, à considérer indépendamment de leur perception propre des lois de l'univers.

Sans doute pour cela qu'il continue son discours. Se muant par ailleurs en un conte glaçant.

La vandale se décompose.
Puis lui revient à sa caboche morcelée des scènes discordantes mais fatidiquement vécues.
Les morsures de la bête. Une tête n'avait pas suffi. Il y en avait d'autres, beaucoup d'autres. Chacune se faisant pièce d'équipement après le passage saisissant de leurs crocs acérés. Chacune la blessant autant qu'elle imprégnait son essence. Une fois le contrôle assuré, c'était de son plein gré que la porteuse de cuirasse plongeait ses mains dans le sol même du Dédale afin de saisir le dernier élément : Cette tête fauchée, qui s'était permise de repousser, se donnant à l'élue sous la forme d'une hache ferme et redoutable.
Tromperie.
Leur force. A elle et à la bête qui l'avait capturée.
Et non celle d'un mécène à la bienveillance miraculeuse. Miraculeuse, impossible - Illégitime ?
Effectivement, qui d'autre voudrait d'elle ? Elle qui méprise les dieux, leurs lois, leurs caprices. Car trop fière de ses propres lois, trop encline à plonger dans la tourmente de ses propres caprices. Ce n'est pas anodin, si Arès la mène par le bout du nez. Là où Zvezdan semble si imperturbable et reste confiant quant à sa progression.

A peine encaisse t-elle pauvrement cet état de fait que ce dernier apporte son effroyable conclusion. Une conclusion qu'il semble heureux de partager, qui éveille quelque chose chez lui. La Guerre arrive et le dédale n'a jamais été aussi plein.
Le regard larmoyant et jusque là en stase de la prochainement trentenaire ne peut plus assumer celui adverse. Éclate, déversant d’inhabituels sanglots.

Je n'ai plus... la force... Zvezdan!....... Affirme t-elle difficilement en se jetant sur lui.
Son front frappant le torse, non pas par colère mais plutôt par désœuvrement. Il ne s'agit pas d'une cible mais d'un point de chute. Je n'y arriverai pas... Tu le sais que j'y arriverai pas... tu le sais...

Elle s'en remet à lui, sans conviction autre que la tendresse qu'il a certainement à son égard, malgré tout. Que peut-il bien répondre à ça ? Rien, assurément et définitivement rien. Peut-être qu'il n'a pas encore dit son dernier mot à propos de cette frasque sans fin, néanmoins elle ne fait plus que vivre sur de trop maigres réserves.

Elle attrape son bras sans relever les yeux. Y appliquant une dernière pression.

... J'y arriverai pas... Glisse t-elle encore, fébrilement.

La bête est en elle.
Une bête au sang froid. Peut-être moins tumultueuse. Peut-être moins tortionnaire.
Cependant, elle n'en veut pas. Sent qu'elle ne parviendra pas à la combattre, celle-ci.
Pas cette fois ci.

La canne à pêche divine a eu raison d'elle, désormais.
Trouve une solution Zvezdan. Quelle qu'elle soit.
Tel est le prix.
Le prix de son insistance à vouloir préserver la vie de ceux qui doivent probablement mieux mourir.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 21:05
- Peut-être bien, oui. Le regard toujours vers l'extérieur, vers le ciel visible depuis une fenêtre de la maisonnette, je dépose ma coupelle sur le côté. Peut-être. Peut-être que tout ça, c'est une grande, vaste désillusion d'un abruti présomptueux, qui croit pouvoir tirer son épingle dans un jeu réservé aux Dieux, lui simple mortel. Peut-être bien. Mais au moins j'aurais joué autant qu'on se sera joué de moi. Quitte à devoir être un pion, autant être le Roi.

Les règles du jeu auraient tendance à dire que ce n'est pas une position réellement enviable.
Mais j'emmerde les règles du jeu.

- Quitte à être condamné à jouer, autant être un bon joueur. C'est pour ça que je n'ai pas été qu'un guerrier, toutes ces années. Que j'ai construit un réseau dans toute la Transylvanie, que j'ai créé et avancé mes pions pour jouer contre Athéna. Pour jouer contre les ennemis à l'intérieur. Pour jouer contre tous. Et au final. Au final, ce n'est même pas la fin. Et qui sait. En cours de route, peut-être s'affranchir des règles du jeu. J'ai vite compris un truc, dans ces foutues affaires : faut être patient.

Constantinople ne tombera pas en un jour.
Athéna ne tombera ni en un jour, ni en une semaine, mois, année ou décennie.
Les chaînes à nos mains, elles ne vont pas se briser de sitôt, et encore moins toutes seules.

Alors je suis patient. Depuis des années maintenant, je suis patient. Je joue le jeu, parce qu'il faut jouer pour gagner. Je tombe et je me relève, je prends ce que cette putain de vie me lance au visage, j'encaisse, puis je guéris. Et pour l'instant ça marche. J'ai des cicatrices, mais ça marche. J'ai... Hmpf. J'ai des liens, mais ça marche. C'est ça. C'est ça le plus difficile dans cette histoire.
C'est pas les Dieux et leur fatalité. Pas les guerriers ennemis et leur pouvoir, leur détermination, leurs sales coups.
C'est d'être un homme avec l'ambition de jouer et gagner dans la cour des Dieux, mais qui traîne des sentiments de simple mortel dans son cœur.

Tseh. Pas pour rien que j'ai essayé de... Heh. Que j'essaie de faire semblant que je peux vivre sans, depuis des années.
'Pas très crédible quand je suis ici à me casser les couilles pour ton sort, hein Ludmila ?

Pas très crédible, alors que ça fait mal quand je vois l'effet de mes mots. Je savais que la vérité serait difficile. Mais j'te dois bien ça. Une dure vérité qui fera mal maintenant, plutôt que de doux mensonges agréables un temps, mais encore plus douloureux quand ils s’effondrent. Alors... Alors oui. Tu es toujours là. Toujours parmi nous, toujours parmi les hordes d'Arès, toujours avec une de ses armures sur ton dos. Rien de tout ça n'a changé. Mais... Mais certaines autres choses ont changées. Des choses dont je n'ai pas encore eu le temps de te parler. Des choses qui joueront dans la balance, j'espère.

Pour l'instant... Pour l'instant tu n'encaisses pas si bien que ça, n'est-ce pas ?
Pour l'instant les sanglots. Pour l'instant ce mouvement soudain, qui me surprend. Juste un moment, je sais pas trop quoi faire. Quoi répondre. Un long moment. Un long moment contrit, quelque chose qui me prend les tripes, désagréable. Puis... Puis je finis par refermer mes bras autour d'elle, l'étreindre sans mot. Sans rien. Parce que je sais pas trop quoi lui dire.
Le Pontifex devrait sortir un discours moralisateur, peut-être menaçant même... Dire qu'elle n'a pas le choix que de pouvoir. Que c'est y arriver, ou mourir. Mais si j'avais voulu lui parler en tant que Pontifex, cette conversation se serait faite au Dédale, moi sur le trône, elle en contrebas, entourée de gardes.

Alors je la laisse sangloter dans mes bras, l'attire contre mon torse, et... Et je regarde le mur en face de moi. Pensif. Avec une pointe de colère qui me prend, subtilement. Tu sais. La colère de celui qui aimerait aider, mais qui ne trouve pas les réponses. Qui se sent coupable, mais ne peut pas réellement faire grand chose pour y remédier.
La colère de l'impuissant.

- C'est... Tseh. Un rire nerveux qui m’interromps. Tu manques pas d'air, Zvezdan.C'est peut-être égoïste de ma part de dire ça... ça l'est. Mais je sais pas quoi te dire d'autre. Mais si t'as plus la force pour Lui... Aies la force pour Moi. Un mouvement, pour me reculer doucement. Pouvoir la regarder dans les yeux. J'ai... Un soupir. Tu sais pourquoi je me bats. Pourquoi je continue toute cette putain de mascarade. Les mots sont rudes, mais le ton est bas. Calme, apaisé. Apaisant, peut-être. C'est peut-être idiot, peut-être vide de sens, peut-être... Peut-être que je me trompe de cible. Mais si je continue, c'est pour tous ceux qui sont morts à Carthage. Ceux qui sont morts, ceux réduits en esclavage, ceux forcés à vivre une vie contre leur propre gré. Frères, sœurs, mères et pères, tous ceux là qui ont tous perdu parce qu'un foutu Empire en a décidé ainsi, et parce qu'une connasse idéaliste tire les ficelles depuis le haut du Sanctuaire.

Athéna. Sagesse, à défaut d'être Miséricorde.

- Peut-être que je devrais lâcher l'affaire. Peut-être que j'suis juste un crétin rageur qui arrive pas à tourner la page. Tseh. Y a sûrement un peu de ça... Ma prise se renforce, légèrement. Une lueur dans mon regard, plus intense. Mais les années passent, et j'suis toujours en colère. J'ai toujours ce truc qui me prend les tripes, et... Et quitte à me battre contre tout ça, j'aimerai avoir la dernière compatriote encore en vie que je connaisse à mes côtés. Une lueur plus intense, oui... Plus émotive aussi. Tu as la force. Les traces que t'as laissée dans ton sillage au Dédale le prouvent. Cette forci-ci, tu l'as. La force de continuer, quant à elle... La phrase ne se termine pas. Qu'en est-il de la force de continuer, oui ? Est-ce que c'est pas cruel, de te demander ça, en plus d'être égoïste ?
Peut-être. J'imagine que je suis cruel et égoïste.

- Essaie pour moi. Pour eux. Ma main va chercher l’emblème vandale à mon cou, le médaillon. Celui qui ne me quitte jamais. S'il-te-plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 12 Aoû - 23:15


Un long, profond, et pesant soupir.
Au delà du sentimentalisme bienvenu, la requête reste rude à entendre. Pourtant, Ludmila y répond déjà, d'une certaine façon - Elle ne s'est pas mise en rogne et appelle d'elle-même à une solution. Certes parce qu'elle est à bout de force. Mais aussi et surtout parce qu'à la longue, un enseignement particulier s'est inscrit au plus profond de son âme et lui intime la retenue : Il n'existe pas pire fléau qu'une franche désillusion.

Alors qu'elle sent l'étreinte s'intensifier à mesure des propos tenus, elle réfléchit. Très sérieuse. Son esprit turbine au point que ses yeux mi-clos s'assèchent. Elle ne va pas le contrarier. Pas cette fois. A croire que si de son côté le Cardinal a épargné tout simulacre ou convention quant à la situation actuelle de sa consœur, en faisant fi des conséquences potentiellement néfastes que cela pouvaient engendrer, cette dernière se résout à s'engager dans la voie inverse. Elle ne va pas chercher la petite bête. Ni creuser ni contester.
Non pas parce qu'il ne serait pas en mesure d'argumenter, mais plutôt parce qu'ils se trouvent tout deux à un carrefour déterminant. Et qu'elle s'en rend compte, cette fois ci. Devine pertinemment qu'en soulevant les failles, cela ne ferait que blesser plus encore.
Que son malheur est contagieux.
Qu'elle est actuellement si vide de toute substance que sa parole ne peut qu'être d'acier plutôt que d'or.
Alors autant le croire. Ou lui faire croire qu'elle le croit.
Ce serait un début. Bon ou mauvais, ce concept non plus ne trouve de toute façon plus grande prise dans son chaos intérieur et, une petite flammèche suffisamment sincère demeure et divulgue spontanément ce dénouement comme marche à suivre. Car effectivement, si elle ne peut rien pour elle-même, peut-être qu'elle peut encore quelque chose pour lui. Avant qu'il ne la rejoigne dans son calvaire. Non, pour qu'il reste ce qu'il est. Jusqu'à la mort.

Carthage hein ?
Ses paupières s'ouvrent plus clairement, afin de répondre plus vivement à Zvezdan qui la détaille. Elle se contente d'un mince sourire, moins faux que la plupart de ses derniers, si bien qu'il doit être vrai ?
En revanche, sa mémoire ne l'aide pas. Elle effleure du bout des doigts le médaillon, consciente que ni les visages de ses parents ni de ses frères ne lui reviennent en tête. Cette vie humaine est si lointaine. Même l'essentiel de son enfance a été corrompu.
Sa haine des dieux, du dédale et de ses semblables a outre-passé celle assez naïve de jadis, à l'égard de ces mouvements armés à la politique vaine. Comment croire au spectacle lorsqu'on voit le marionnettiste ? La plupart des gens s'en contente, trouve ça normal. De son côté, la rescapée n'a jamais réussi. Elle oublie la mise en scène, scrute le véritable acteur. Le juge.
Athéna tout comme Arès sont des porteurs de Guerre. Pas sûr que l'un soit plus sage ou permissif que l'autre.
Tout ce qu'il y a à savoir, c'est qu'aujourd'hui, Zvezdan et Ludmila ôtent des vies comme on ôte une écharde dans le pied. Parmi cette quantité dite négligeable, combien y a t-il de bourreaux de Carthage ? Et puis, est-ce vraiment impossible de marcher ailleurs que sur des épines ?...
...
Elle doit oublier ça.
Puisqu'il a au moins raison sur une chose: Actuellement ils sont impuissants. Elle en sait assez sur le sujet pour ne pas s'essayer à une troisième tentative, quand bien même un dicton induirait le contraire.

...J'aimerai beaucoup voir le Sanctuaire brûler ceci dit. Une évocation honnête, sans amertume excessive, qui plus est largement suffisante pour détendre un brin l'atmosphère. Son sourire s'intensifie donc afin de convaincre son ami de sa sincérité. Voir cette garce chuter de son piédestal, noyée par ses propres preux chevaliers qui se jetteraient dans ses jupons pour flatter son orgueil brisé...Ah! Si seulement on pouvait plus souvent voir ce genre de choses... ça en ferait redescendre certains.

Une diva indétrônable sans ses lauriers ? Pour sûr, ça ne peut qu'octroyer un grand bien à tout le monde. Qui sait, ça calmerait peut-être même les tensions.

La combattante baisse les yeux, luttant intérieurement avec ses craintes. Elle n'a pas encore répondu, après tout. Ironiser, railler, tourner en dérision est toujours plus facile, en plus de facilement trouver écho chez l'interlocuteur. Evidemment, c'est insuffisant dans certains cadres imbibés d'une touche plus solennelle.
Elle laisse sa main glisser le long du bras masculin, caresse amicale, puis applique une légère pression de façon à se dégager délicatement. Reprendre un brin de distance avant d’enchaîner.

Peut-être. Un fugace haussement de sourcils, assumant dès le départ cette peur toujours présente : Celle de ne pas réussir à tenir le coup. Manque de confiance en soi. Le fait est que son visage est moins blême, plus vivant, et donc que les propos de Zvezdan sonnent positivement à son goût. N'est-ce pas. A croire que l'amour et la bienveillance rendent le mensonge beaucoup plus facile. En était-elle pourtant si dénuée jusque là ? Je dois admettre que tu m'as jamais laissé tomber malgré... alors... enfin, bref. Je... reviens de loin. Mais pour toi, je peux essayer. Ouais.

Bon, la réplique ne prend peut-être pas l'aspect solennel tant attendu. Pourtant tout est dit. Ou presque.

Je n'ai jamais trop su si Arès pouvait nous entendre. Je veux dire, au quotidien ou lorsque l'on porte notre cuirasse. Dévie t-elle une fois encore sur un ton plus anecdotique, léger. Mais si c'était le cas, je lui dirai d'aller se faire prendre bien profondément chez les grecs. Que je m'en balance de sa cuirasse et que je le maudis mille fois, pour ce que ça vaut, Teh! Un silence. Frisson à peine perceptible.
C'est qu'elle a déjà eu le luxe de poser son regard sur le Divin, malgré son rôle de piétaille. Elle reprend, plus calmement, son aura toutefois revigorée par cette confidence à voix haute.
Mais bon. Il s'en foutrait, pas vrai ?

Pivotant légèrement, elle adresse un regard malin à son ami. Amusée.
Le grabuge de son ascenseur émotionnel la tuera sans qu'Arès n'ait à lever le petit doigt, assurément.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyJeu 13 Aoû - 15:31
Oui. Oui, je sais, j'en demande beaucoup.
Je sais. C'est pour ça que je te laisse le temps. De réfléchir, d'y penser... D'accepter, j'espère.

Un regard pour fixer. Pour chercher quelque chose à sonder, dans ses yeux. Deviner ce qu'elle pense, ce qu'elle espère ou ce qu'elle craint... ça reste flou, un bon moment. Un bon moment où je la devine perdue dans ses propres pensées. Puis, ce geste, au médaillon, ce mince sourire... Que je partage. Avec l'espoir que ce soient les signes précurseurs d'un « oui ».

Parce que j'ai vraiment pas envie de devoir me projeter dans les scénarios où tu refuses. Dans ce qui s'imposerait alors.

- Tu vois qu'on tombe d'accord, quand on veut. Un sourire un peu plus large, quand elle parle de ce Sanctuaire à brûler. Les mots me font sourire, oui. Un sourire songeur, un sourire un peu plus féroce, aussi. Parce que oui, c'est la vision que je veux concrétiser : celle d'une Athéna qui tombe, elle et tout ce qu'elle a construit dans son sillage. Ses soutiens, exécutés ou dos tournés à elle, morts ou serviles. Comme chez nous. Les Vandales ont eu soit le choix de mourir, soit de coopérer, soit... Soit de ne pas avoir le choix. Le choix de l'esclavage, celui qui n'en est pas vraiment un. Alors faisons la même chose de ton côté, hm ? À l'échelle divine.

Peut-être que je me trompe de cible, oui.
Peut-être que c'est la colère qui parle. Pas peut-être, en fait : assurément.
Peut-être que le monde tourne comme ça. Que ce qui nous est arrivé, ça arrive à pleins d'autres, que nos ancêtres l'ont imposés à d'autres encore. Peut-être bien. Mais qu'est-ce que je peux bien en avoir à foutre du sort de ces anonymes, de ces inconnus qui ne seront jamais les miens, hm ?

C'est triste à dire, triste à réaliser... Mais cette vie, elle force un homme à relativiser. Se détacher, faire des choix. Mon choix, c'est de me soucier de mes racines. De moi, des miens, et de personne d'autre. Les autres ? Les autres n'ont qu'à avoir leurs héros, leurs hérauts et leurs vengeurs. La paix, la véritable paix n'arrivera pas de sitôt, alors je mènerai la Guerre, et je la gagnerai pour calmer cette rage qui me prend les tripes, pour construire ces projets qui me tournent dans la tête, et pour protéger ce qui est cher à mon cœur.
Le reste ploiera s'il le faut.
Le reste brûlera s'il le faut.
Et s'il ne le faut pas ? Alors oui, on pourra discuter. Peut-être. Mais pas avec Athéna.

- En être l'origine, plutôt que simplement le voir, c'est encore mieux, non? Un rire, discret. Elle est loin, l'époque où je pouvais me contenter d'être spectateur. J'ai vu la scène, j'ai vu les acteurs. Puis surtout... J'ai vu les marionnettistes. Une œillade, pour accentuer le sous-entendu. Moi aussi, j'ai bien envie de couper les fils un jour. Mais pour l'instant, je kpréfère jouer pour essayer de changer le script.

Reste à voir ce que toi tu comptes faire.
Une main qui longe mon bras, puis une distance. Je fixe, j'attends une réponse. Je voulais un Oui, J'ai un Peut-être. Mieux que rien. Un peut-être qui s'affirme avec les mots suivants... Alors je ris, plus franchement cette fois.

- J'me vois mal te laisser tomber, même si... Une pause. Sourire jaune. Même si ça a pas toujours été facile. Loin de là. Mais ça se saurait si c'était facile chez les Berserkers. Si c'était facile chez les Vandales. Entre nous, plus simplement.

D'une certaine façon, on se doit bien ça, mutuellement.

- Voyons, Un froncement de sourcil exagéré, un air faussement réprobateur sur le visage. Surveille donc ton langage devant la Voix d'Arès, mortelle. Puis un rictus, qui reste un instant, pour être remplacé par un air plus sérieux. Ouais, les choses ont pas mal changées au Dédale. Et elles ont pas finies de changer, crois-moi.

Parce que j'ai des projets, pour ce tas de viande. Ou plutôt, surtout, des projets pour ses résidents.
Pour l'instant... Une œillade vers la marmite.

- T'es sûre que tu veux Vraiment rien manger?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyJeu 13 Aoû - 22:52

Toujours à l'écoute, elle se détourne toutefois avec l'intention de récupérer la coupelle "tombée" au sol. Sourire triste.
Outre ce bref rattrapage, le fait est que marquer une nouvelle pause dans leurs échanges de regard lui fait également du bien... si bien qu'elle reste un temps de dos. Se retrancher, l'écouter. La vandale a cédé face à son confident mais reste dubitative quant au fond. Toutes ses affirmations passées ont été piétinées au gré de tierces nuances, alors qu'elles se faisaient existentielles. Il n'y a donc pour l'heure plus qu'un seul acteur dans cette masure. Car même si elle n'est pas qu'un fantôme, ses convictions sont englouties, à défaut d'être totalement inexistantes.

Intimement, elle en veut à Arès plus qu'aux autres surtout parce qu'il la touche plus directement depuis toutes ces années. Elle peut pardonner certains intermédiaires, le doit même puisque Zvezdan en est lui-même un. Quoique. Farkas aussi pesait dans cette longue et tragique histoire. Alors s'agissait-il juste de bonne ou de mauvaise pioche durant ce parcours ? Qu'Arès s'en foute, tout simplement, comme elle le disait précédemment. Ne la considère même pas assez pour lui mener personnellement la vie dure ? Il y avait peut-être de ça aussi. Elle se souvient. Il y a peu encore, son seul souhait consistait à se faire remarquer par celui-ci.
Alors quoi ?
Non, le problème vient encore d'ailleurs. Elle n'est plus sûre que la rage ayant dicté ses actes est bien la sienne. Elle n'en est plus sûre car n'en éprouve pas tellement, en ses instants de pureté. D'introspection. Comme en ce moment même.
Voir le Sanctuaire brûler, oui. Néanmoins aucune pulsion ni allégresse ne la gagne à s'imaginer responsable, partie prenante de ce phénomène vaguement fantasmé.

Oui là tout de suite, ce n'est pas le cas. Mais Demain ? En laissant la cuirasse épouser son corps et s'affirmer en tant qu'âme-liée, qu'en serait-il ?

Elle se pinçait les lèvres, toujours à l'abri du regard voisin. Le sien reposant un instant sur cette coupelle éjectée, qu'une main tremblante se décide finalement à ramasser en toute délicatesse. Puis lorsque le moment de se redresser vient, elle acquiert une nouvelle information qui la fait chanceler un moment, l'étonne réellement sans qu'elle ne sache encore quoi en penser. Sauf que c'est plus fort qu'elle, et voilà que leurs regards se croisent de plus belle. La combattante n'est pas seulement attentive mais concernée.
L'humour ne prend pas face au sérieux latent d'une telle annonce.

Hein? Éloquence hors-pair, de circonstance.

Voix d'Arès ? Pontifex ?

Feuu...félicitation... Baragouine t-elle alors que la coupelle lui glisse déjà des doigts pendant qu'elle se redresse, annulant ses efforts sans même qu'elle y prête attention. Que...

Nouvelle question. Il parle de manger. Elle en a rien à cirer et expédie la chose.

... Oui! Enfin non, peu importe! Attend! Tu es aux commandes ?... Changer quoi, qu'est-ce que tu... Dépassant la migraine comme la fatigue, Ludmila se rapproche non sans marcher maladroitement sur la coupelle - qui l'agace et finit expulsée d'un bref coup de pied, poursuivant son épopée propre via de nouvelles roulades anecdotiques.
Il vaut mieux que ça change Zvezdan, enchaîne t-elle d'un ton étonnement autoritaire, car si tu en es là c'est que le statut de Pontifex doit être maudit...

L'insupportable et capricieux Xanthe avait laissé sa place à Thivan, qui... était ce qu'il était. Mais qu'elle estimait tout de même. Lui aussi avait connu un sort funeste ? Voilà quelques années que le Dédale "se réveille" ; que des têtes tombent ; et pas forcément celles de leurs ennemis. Eveil ou soubresaut ? Zvezdan a peut-être une chance ou un mérite inouï, néanmoins il s'expose plus que nécessaire en endossant un tel rôle.
C'est la première chose qui traverse l'esprit tumultueux de sa comparse, même si elle imagine très bien que sa réaction n'est pas appropriée et que son interlocuteur doit se gausser compte tenu de ses ambitions. A raison ?
Elle le darde du regard. Sa chute - si elle doit avoir lieu - est plus proche que jamais.
Ce fameux moment où tout partira en fumée...

Effectivement, il a besoin d'elle...
Pourvu qu'elle se trompe. Pourvu qu'il soit visionnaire.
Que dans un cas comme dans l'autre, ils puissent tout deux se préserver...


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptySam 15 Aoû - 13:38
Sa réaction me fait sourire, d'abord. Je m'y attendais, d'une certaine façon. Après tout, ce n'est pas rien, Pontifex, hm ? Tseh. Les dernières années laissent à penser que c'est rien, d'une certaine façon. Les dernières voix d'Arès, soit passives, soit avalée par les murs du Dédale et les caprices d'un certain Velya, soit de passage, destinées à une autre mission dans le grand schéma. « Maudit », oui, ça a longtemps été le murmure qui court parmi les Légions. Un rôle maudit, une place de siège éjectable. Certains même iraient dire : un trône, sans le pouvoir qui va avec. Une sorte de rôle d'apparat, peut-être ?

Peut-être. Peut-être par le passé, oui.
Plus maintenant.

- Mais dis-moi, Ludmila. Un ton malin, un éclat de malice dans le regard, je m'accoude à ma cuisse puis pose la joue au creux de ma main. Serait-ce de l'inquiétude, ce que je vois ici?

Je la fixe un instant, puis, souffle doucement du nez. Un sourire, accompagné d'un soupir, et l'association des deux correspond bien à ma pensée : Pontifex, ce sera épuisant et dangereux, oui. Mais c'est aussi une opportunité comme aucune autre de faire avancer les choses dans le sens que je veux, à l'avenir.
Alors oui, il faudra faire des compromis, sans doute.
Oui, c'est jouer avec ma vie, et peut-être pire encore.
Oui, le sens que je veux, ça n'est pas nécessairement le bon sens.

Mais c'est le mien.

- Tu sais, j'comprends bien que tu sois inquiète. Mais vois ça autrement : qui d'autre ? Mon regard fixe, plus sérieux. Le sourire disparaît, pour un visage neutre. Qui d'autre pour porter ça sur ses épaules ? Ceux de notre époque qui sont encore là, ils n'ont pas les épaules. Ceux de la nouvelle vague, ils n'ont pas l'expérience. Et depuis quelques générations de Pontifex maintenant, tous ceux qui se sont assis sur ce foutu trône ne sont pas restés longtemps.
Alors rien ne se solidifie, rien ne se concrétise. Parce que les meneurs changent sans cesse, alors les ordres aussi, alors la philosophie aussi.


Et ça commençait à me fatiguer, personnellement.

- Si quelqu'un doit s'asseoir sur ce putain de trône plein d'épines, ce sera quelqu'un qui sait ce qu'il veut, ce qu'il fait, quelqu'un qui a survécu des années durant au Dédale et à la malédiction des Cardinaux . Parce que le rôle de Cardinal aussi, on le disait maudit. Combien sont arrivés pour partir aussi tôt ? Beaucoup. Qui est là, et ne s'est jamais dérobé depuis son arrivée ? Moi.

Une pause, un éclat décidé dans mes yeux noirs. De nouveau, un regard vers l'extérieur.

- Une meute qui change de meneur toutes les lunes ne sera jamais complète, jamais totalement efficace. Droite. Et crois-le ou non, j'ai l'intention d'amener un peu d'ordre dans les rangs. Un rictus sur mes lèvres. Je ne changerai jamais le Chaos du Dédale. Mais à un Chaos sans but ni cohérence, je préfère un Chaos ordonné. Utile.

Le sourire à mes lèvres change. Un sourire d'orgueil, une lueur prédatrice dans le regard.

- Vous voulez suivre la Loi du plus Fort ? Soit. Ça me va.

Vous voulez suivre la Loi du plus Fort ? Soit : ma Loi.
Je vais me contenter de familiariser les chiens de Guerre à quelques règles du jeu. Que cette Loi soit notre force, pas notre faiblesse.

- Bref. J't'expliquerai tout ça plus tard, y a déjà deux trois choses qu'il vaut mieux que tu saches. Je réfléchis. Puis je relève le regard vers elle.Juste une chose. Si tu croises un certain Velya, évite-le. S'il t'aborde, joue le jeu, mais refuse gentiment tout ce qu'il te propose, quoi que ça peut être. Et s'il te cause, rapporte-moi ce qu'il te dit.

Le ton n'y trompe pas : je suis très sérieux. Très, très sérieux.
Velya peut bien lancer ses requêtes, s'il le souhaite. Mais je veux tout savoir. S'il demande, je dois d'abord valider.

De toute façon : on aura bien l'occasion de deviser de tout ça, plus tard. Quand je le convoquerai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyDim 16 Aoû - 11:14


Effectivement, c'est bien de l'inquiétude.
Elle se renfrogne à peine, trop concernée par la nouvelle et suffisamment assagie par les précédents événements pour ne pas la dissimuler à travers de l'agacement. A la place, la vandale se fait attentive, spectatrice de ce monologue se faisant glaçant à mesure des affirmations. Elle en tire d'ailleurs plusieurs interprétations ; la première étant que l'ambition de son ami l'a suffisamment dévoré pour le transformer, lui aussi. En bien ou en mal ? Elle ne sait plus répondre à de telles questions. Se contente seulement de frissonner. De plus, elle réalise dans un second temps que son propre comportement est certainement l'axe principal que Zvezdan cherche à écraser via ses nouvelles doctrines - Un chaos ordonné et utile ? Dans son plan parallèle, Purpurine hurle à la mort. Comme un chien momentanément abandonné par son maître. Là encore sa propriétaire se fait anxieuse.
L'esprit de l'ancien Cardinal est limpide, épuré et assuré. Mais ce n'est pas son cas à elle, trop consciente de ses défauts et de sa faiblesse vis à vis des jouets corrupteurs d'Arès - Comme porteuse de cuirasse, elle demeure une piètre collaboratrice. Est-ce du passé ? En plongeant dans le regard adverse, elle entrevoit pourtant la longueur du chemin ainsi que tous les potentiels obstacles. Veut l'aider.
Cela commence donc par ne pas être le premier, d'obstacle.
Et au final, plus fort que l'inquiétude, c'est bien la peur qui lui tiraille les tripes. Ce subtil virage au cours de l'entrevue n'y est pas pour rien.

Des prémices de directives tombent d'ailleurs sur la table. Son interlocuteur retarde son résumé mais insiste toutefois sur un nom - Velya - ainsi que le comportement à adopter en cas de collision inopinée. Lui aussi a ses inquiétudes, elle les perçoit clairement. Il y a donc toujours des ennemis dans la citadelle ? Arès tolère bien des démons, au point de ne jamais faire l'unanimité parmi ses larbins quant à ses décisions. Sans doute par ailleurs le principal motif de ce chaos non ordonné. Zvezdan s'attaque à un trait particulièrement ancré chez le Divin lui-même, mais il le sait parfaitement. Ce n'est pas qu'un défi mais une nécessité.

Après avoir seulement acquiescé, elle s'approche calmement. Retrouve cette proximité d'il y a quelques minutes.

Je t'aime Zvezdan. Ose t-elle contre toute attente, à la fois pour assurer sa décision finale auprès de ce dernier mais aussi probablement afin de désamorcer en partie l'obscurité qui anime et guide son interlocuteur jusque dans sa gestuelle. Si c'est des malédictions que tu cherches à briser, alors tu peux compter sur moi.
Je ferai attention à ce Velya... Ce nom ne m'est pas étranger, même si je ne me souviens pas...
Elle fronce les sourcils, tournant en rond dans sa mémoire violentée. Mais je vais avoir besoin d'explications. Sur lui, et les autres.

Déposant sa dextre contre sa hanche, elle s'étire à nouveau, en faisant partiellement fi de la douleur puis poursuit.

Si je reste, alors autant me sentir chez moi, pour une fois. Sous ta Loi.
Alors dis-moi, qui sont les nouveaux Chevaucheurs à la tête du Dédale ? Comment les sens-tu ?


Question relativement simple. Pourtant, derrière cette anodine prise d'information, l'aura brièvement endormie de la manieuse d'hache pétarade ; l'épisode Arbhaal et sa science du Dédale lui soufflent une volonté infaillible, celle qu'il faut tester les meneurs, si ce n'est leur trouer la couenne. Son compatriote a t-il réussi à "fraterniser" ? Les a t-il domestiqué ? Si cet Arc doit être celui du Pontifex Zvezdan, alors il ne s'agissait plus que d'imposer totalement et radicalement ses souhaits. Ne pas faire la même erreur que les autres. La faune actuelle ne devait jurer que par lui.

Enfin... J'imagine que déjà bien des choses ont du changer... Reconnait-elle, consciente de cette ardeur délétère qui la rattrape. Parce que le doute demeure, et que ses pulsions peuvent représenter un problème. Problème qui n'existe peut être plus chez les Cardinaux d'aujourd'hui. ... mais s'il faut clore certains sujets : Je suis là.

Enfin.
La conversation reprent enfin une certaine allure. Celle propre à une ancienne Légion. Les rôles sont redistribués, toutefois mis à part l'émotivité et les parts d'ombre, l'étincelle présente chez Ludmila ne témoigne plus qu'une chose.
Seul Zvezdan compte.
A son échelle, elle ne peut qu'être une extension de ce dernier. Le sera sans broncher.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyDim 16 Aoû - 15:21
Il fait peur, ce Zvezdan et ses projets grandiloquents, hm ?
Je perçois ce frisson qui parcours Ludmila, tandis que j'expose la suite envisagée, les idées, les résolutions. Et tu as peur, hm ? Peur, parce que tu sais que ce n'est pas facile. De se contrôler. Parce que tu sais que ça ne sera pas une mince affaire non plus. Tu doutes, peut-être ? Tseh. Je me demande si tu doutes de moi ou de toi. Les deux, peut-être. Les deux : je ne pourrais pas te le reprocher.

Moi aussi, j'ai déraillé, fut une époque. Plus d'une fois. Cocasse de parler de Chaos ordonné, quand on pense à cette fois où on a failli s’entre-tuer, tu trouves pas ?

Un sourire amer me prend les lèvres, alors je repense à cet épisode. Épisode honteux, regretté. En colère contre ma propre colère, en colère contre le manque de contrôle. Le mien, le sien. Aujourd'hui ? Aujourd'hui, cette maîtrise m'est plus naturelle. Et, à bien y regarder... J'ai l'impression d'être plus serein, depuis que la Cuirasse de la Guerre n'est plus sur mes épaules.
J'ai toujours ce truc aux tripes, cette rage enfouie.
Mais c'est la mienne, à moi et à moi seul. Sans rien pour s'y immiscer.

Sans Cuirasse pour me murmurer son influence à l'esprit. Parce qu'il y avait sans doute un peu de ça.

Alors oui, Ludmila, méfie-toi de Velya. Méfie-toi en comme la peste, parce qu'il n'est pas un maux totalement différent. Et si je devais écouter cette petite voix qui susurre à mon esprit, je dirais même qu'il est pire que la peste. Un putain de parasite, une foutue nuisance qui ne doit sa survie qu'à peu de choses. Utile ? Utile, peut-être. Mais il peine à se montrer utile, dernièrement. À jouer son rôle selon ce que le bon sens dicte.
Méfie-toi, oui. Parce que cette sangsue est instable. Et je veux pas que tu sois victime de cette instabilité.

J'observe, tandis qu'elle approche. Puis il y a les mots. Le choix de mot, qui m'arrache une surprise manifeste. Parce qu'elle n'est pas du genre à mettre des mots sur ce qu'elle ressent, habituellement... Pas ce genre de ressenti, en tout cas. Alors d'abord, surprise, oui. Mais finalement, un sourire plus lumineux s'affiche.

- Je t'ai connue moins loquace. Un soupçon de malice se dessine au coin de ce sourire, qui devient un doux rire. Ça... Heh. Ça me manquait. Lui, toi. Ces gens d'avant. Ça me manquait, d'avoir des gens avec qui être un peu plus humain. Un peu plus simple. Si j'étais tout à fait honnête, je dirais qu'il y en a d'autres que j'ai rencontré récemment... Mais c'est pas tout à fait pareil, hm ? C'est bon de te revoir comme ça. Sans qu'on se prenne la tête sur tout et n'importe quoi... Ou pire. Une mélancolie s'invite finalement dans ce sourire. Dans le regard, aussi. Ou pire, oui, et tu vois sûrement de quoi je parle. Finalement, un geste, pour te prendre une main. Par-dessus le tissu de ma tunique, guider tes doigts, pour dessiner le contour d'une certaine cicatrice. Une large cicatrice qui me barre le torse en deux, d'une diagonale épaisse. La trace d'une hache qui a lacéré profond, jadis. Un souvenir. Un rappel. J'y songe, puis relève les yeux pour rencontrer les tiens. Plus de cicatrice. Ni ici... Je finis de guider ta main le long de la marque, puis ma propre main vient chercher ton front. Parce que je l'ai tourmenté, ce pauvre esprit, au cœur de ma colère incontrôlée d'il y a deux-trois ans. Ni là. Ok?

Un serment tacite : ne plus faire couler le sang de l'autre. Parce que... Parce que t'es le seul vestige de cette vie passée, avant qu'Arès vienne. Que la Guerre vienne. Que j'ai bien l'intention de survivre à toute cette mascarade, pour vivre cette foutue vie autant de temps que possible. Et que toi aussi, tu dois survivre.
J'ai assez eu peur de t'avoir tué de mes mains, à l'époque. J'ai pas envie de réitérer.

Une caresse du bout du pouce sur ce front, puis je retire ma main, la laisse reposer à mon genoux. Je laisse redescendre les émotions et les souvenirs pour me concentrer sur le présent. Sur... Ces questions.

- On te dira qu'il est un prêtre d'Arès. Qu'il est le Dédale incarné, que c'est un Allié. Tout ça est vrai, mais ce n'est pas toute la vérité. Et même l'entière vérité, tu ne peux pas l'entendre. Personne ne peut l'entendre. Pour l'instant. C'est un allié, mais il a son propre agenda, sa propre instabilité. Il n'offre jamais sans attendre en retour, et jusqu'ici... Un sourire mauvais sur mes lèvres. Disons qu'il attend plus qu'il n'offre. Qu'il est instable plus qu'il est utile. Et qu'il avance un peu trop ses propres pions sans consulter personne.

Putain de parasite.

- Il est utile et puissant, alors fais attention. Mais évite-le, et ce qu'il t'offre ou te demande, parle-moi en avant quoique ce soit.

Pour ton propre bien, et pour celui des Berserkers.

- Plus stable que les anciens, pour l'instant. Un rictus, pour référer aux Cardinaux. Haldor, Cardinal de la Mort, ancien Ase. Le genre force tranquille, deux mètres de haut, franc du collier et guerrier redoutable. Je te fais pas de dessein. Mérion, Cardinal de la Pestilence. Plus fin, plus subtile, mais... Mais encore un peu empoté sur quelques détails. Un sourire amusé. Son passé avant le Dédale le laisse ignorant de choses basiques de la vie. Mais c'est un bon Cardinal, à défaut d'être un bon danseur. Un rire, cette fois-ci. Jehane de la Famine, ancienne Tribu. Je... Je crois que je la connaissais avant. Je l'ai rencontrée dans mes voyages, avant de devenir Berserker. Sa Cuirasse l'a changée... J'ai pas encore trop eu l'occasion de la voir, mis à part pour quelques projets. Mais c'est une des plus anciennes ici, techniquement.

Au final ? Au final, pour le moment, je n'ai pas à me plaindre.

- T'auras l'occasion de te faire ton propre avis, je vais pas épiloguer. Du reste... Quant à ces choses changées, ou supposées changer. Les Saints se sont offerts le luxe de construire chez nous. Par l'intermédiaire de l'Empire, des Citadelles dans la région, protégées mystiquement. Ils ont profité de la guerre pour faire ça pendant qu'on était occupés au front. J'ai mes plans à ce propos... Mais méfie-toi de ces endroits.

Un incident est si vite arrivé.

- J'ai instauré une politique au Dédale, le Glaive Rouge. Essentiellement : quelque chose qui dit, « amusez-vous à vous entretuer sans but ni raison, à perturber l'ordre, ou à être trop incompétents pour mériter votre Cuirasse, et vous aurez à répondre de vos actions. » C'est plus compliqué que ça, mais j'te filerai le détail sur le chemin retour. J'voudrais pas t'assommer d'informations.

Deux ans de retard, ça ne se rattrape pas en une simple conversation autour du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyDim 16 Aoû - 18:24


Il se moque. Tendrement certes, mais il se moque !
Ludmila ne dit rien, respectueusement retenue par la référence à cette fameuse friction révolue. Ses joues s'empourprent toutefois durant l'épisode, jusqu'à ce que la main adverse atteigne son front. Là, elle se détache, sourcils froncés. Sa dextre balayant nerveusement l'air.

Bon ça va, ça va ! Expédie t-elle pour cette fois-ci se renfrogner. C'est le passé.

Elle prend la chose au sérieux malgré tout. Certaines erreurs ne peuvent être répétées.
S'ils ont même survécu à leurs propres conflits, jusque dans les extrêmes, c'est qu'il y a une raison. Certes son aplomb actuel ne prend source que dans de vieux réflexes, puisque quelques instants plus tôt elle connaissait encore une déconfiture des plus totales... Néanmoins elle s'est engagée et ce n'est plus qu'une question de temps pour regagner son assurance. Du reste, elle se jure de ne pas laisser ses chaotiques travers empiéter sur son pacte fraternel.
Alors tout ce qu'elle veut, là tout de suite, ce n'est pas de ressasser ses failles mais d'au moins avoir une connaissance correcte de la situation afin de conforter leur position.

Je vois. Il rentre pas dans ce chaos ordonné hein. Se contente t-elle de relever, réservant ses sourdes menaces à ceux que son compatriote ne prend pas si étrangement au sérieux. Le Dédale Incarné... Teh! Tu choisis toujours aussi bien tes mots pour me convaincre, toi. Je me tiendrai à l'écart. Un sourire franc. Toute occasion de cracher un peu sur le Dédale est bonne à saisir après tout.

Elle reste muette quant à la suite, attentive. Songeuse à propos de la Pestilence, puisque quelques flash abstraits appuient sa migraine et ravivent ses peines corporelles. Puis réveillée par la mention de Jehane.

Jehane ? La femme sans tête ? D'accord. Haussement d'épaules. Je pensais que Silas lui avait salement réglé son compte... mais Hadès doit toujours roder dans l'ombre de notre très chère Majesté, j'imagine.

Enfin, il en vient alors aux mouvements stratégiques. Les Saints. Evidemment, elle comprend mieux pourquoi leur sort le préoccupe tant - Ainsi ils osent s'étendre jusqu'ici ? Si ça, ce n'est pas tendre le bâton pour se faire battre... Même si dans les faits, l'idée reste solide militairement parlant. Du moins si l'on s'en tient à un code de guerre conventionnel.

Teh. Ils veulent nous confiner dans le Dédale ? Jamir leur a pourtant montré qu'on est pas en reste niveau mobilité... Mais bon. Nos portes sont ouvertes, alors pourquoi pas nos frontières après tout. Elle ricane. Puisque à titre personnel se moque royalement du Dédale. Evidemment, le Pontifex y met sans doute d'avantage de nuances.
Leur timidité me débecte...

Pour conclure, cette réforme sur les règlements de compte entre berserkers. L'ancienne Hyène détourne le regard.
Comment y réagir sans aborder ses propres frasques ? Définitivement fautive en bien des circonstances. Alors elle ne dit rien, marque la distance avec ce concept en se détournant même. De toute façon, cela rejoint son serment auprès de Zvezdan. Sa journée d'hier était la dernière dans cette veine. Il le faut. Peu importe qui, quand, pourquoi.

Elle est où cette coupelle ?! Lâche t-elle comme par diversion. Pour elle-même, en regardant ici et là.

C'est qu'elle a faim !


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyDim 16 Aoû - 19:50
C'est le passé. Je répète d'une voix plus enjouée, un sourire taquin sur le visage, à la fois amusé de sa réaction et heureux qu'on se comprenne. Cet endroit, ces gens, il se divise en bien assez de luttes internes sans ajouter une lutte fratricide par-dessus le marché. C'est plus facile de se battre avec de sombres connards que je haïs dans mes tripes. Je préfère ne pas avoir à me battre avec ceux qui sont importants pour moi.

Pas pour l'instant. Pas assez à mon goût, on va dire. Il apprendra. Une confiance orgueilleuse dans mon ton, dans l'attitude. Oui, il apprendra à faire partie de ce Tout. Tôt ou tard. La fin justifiera les moyens. Mais en attendant la fin, cette conversation. Et ce rire. N'est-ce pas?

Oui, je sais choisir mes mots. Et je ne mens pas : Le Dédale incarné, dans tout ce que ça entend de désagréable, détestable. Tseh. Je garde même quelques inquiétudes pour moi, à ce niveau... Hmpf. J'espère que c'est seulement dans ma tête.

La femme sans tête. J'acquiesce d'un signe de tête. J'me rappelle pas bien de cet épisode. Confus. La rage imposée par Arès joue sur ma mémoire, concernant les événements de Kiev. Mais elle est là. Et je ne suis pas totalement persuadé que son retour soit le fruit d'Hadès, à vrai dire...

Je hausse les épaules. Plutôt le fruit du Dédale, me semble-t-il, ou tout du moins d'Acamas. Quant à savoir les tenants et aboutissants ? Je pense que je n'ai pas réellement envie de savoir. Cet endroit regorge de beaucoup de secrets, et quantité d'entre eux méritent à rester des secrets.
Un jour peut-être, ce tas de merde brûlera et engloutira ses mystères avec lui. Un grand jour.

Surveiller, je pense. Oui, je pense qu'ils ça avant toute chose. Sécuriser quelques ressources sur ces terres aussi. Mais ils vont vite apprendre que nous sommes ici chez nous, et que ça ne nous intéresse pas de les avoir pour voisins. L'apprendre dans le sang. Ces Citadelles passeront sous influence Berserker, ou elles tomberont. Je ne permettrai aucun autre dénouement à l'histoire de cette pseudo-occupation. Vous voulez l'empêcher ? Venez donc, Saints d'Athéna. Venez défendre votre bout de gras. Si seulement vous avez le luxe de vous y essayer, quand je frapperai.

Quand vient l'exposé du Glaive rouge, je remarque sa réaction. Je souris doucement, je sens bien cet espèce de malaise. Sa façon d'esquiver le sujet est presque attendrissante... Toujours cette façon d'éviter certains sujets, hm ? Je souffle du nez, puis me lève doucement.

Par terre, plus loin dans la pièce et à moitié crasseuse... laisse, je m'en occupe. Quelques pas pour me rapprocher du feu, chercher une autre coupelle dans un meuble adjacent. Piocher dans la marmite, le bouillon de viande de cerf, et le servir. Revenir, tendre la coupelle à Ludmila, puis me rasseoir, la fixer un moment. T'en fais pas pour le dernier point. Le dernier incident est oublié, c'était à cause de la Cuirasse. Cas particulier, en somme. Du reste... Pour les soucis de jadis... Tseh. C'est le passé, comme tu disais. Un rictus.

Une attitude qui se veut rassurante, parce que je sens ses doutes. Puis, je reprends en main ma propre coupelle, puis continue ce que j'ai entamé un peu avant notre discussion. Un coup de croc dans la viande, mâche, mâche, mâche. Un regard vers le feu, un retour vers Ludmila.

Dis, Phrase interrompue, entre deux coups de mâche. Des pensées qui se remettent dans l'ordre. Des Cardinaux que je t'ai présenté, ce sera Mérion de la Pestilence, le tiens. Ta Cuirasse, c'est le Zmeï. Commencer par cette simple révélation. Puis enchaîner. Mérion a la charge de protéger le Dédale pendant mon absence... Et en général. Je vais bientôt devoir me déplacer.

Où est-ce qu'on va avec tout ça, vous me demandez ?

J'ai des intérêts à protéger dans la région. Proche du Dédale, mais pas dedans. Dans la forêt autour et les terres éparpillées. Des villages, clans et communautés où j'ai des oreilles qui traînent, des gens, où j'ai le chef local dans ma poche... Quelques piétailles Berserker disséminées au travers des différents coins. Disons que je te propose de gérer un de ces clans dans un premier temps. Là dehors, pas loin des murs du Dédale, mais pas dedans. Qu'est-ce que tu me réponds?

Tu tombes bien, en fait.
J'ai besoin de gens de confiance pour gérer et surveiller ce petit réseau en mon absence. J'ai besoin de déléguer, de façon plus simple.

Alors... Alors disons que je te propose ça, que ça te file un prétexte pour ne pas trop être au Dédale, et que ça me donne quelqu'un pour garder un œil sur mes affaires. Un deal honnête, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyDim 16 Aoû - 20:53

Oui elle a faim, car cette conversation la détend, la rassure finalement.
Dans cette coquille en partie vide, les éléments apportés par son compatriote sont autant de choses auxquels se raccorder afin de servir ses desseins, et par la même, leur relation raffermie. Il y a beaucoup à digérer, dans un sens jamais assez, mais suffisamment pour calmer cette curiosité autrefois maladive.

Alors elle remercie d'un hochement de tête son serviable compagnon et passe à l'assaut. Comme le ferait un prisonnier recouvrant sa liberté et redécouvrant le luxe. Comme le ferait un combattant ayant dispensé toutes ses forces dans sa dernière échauffourée. Double raison d'y aller franchement, en réalité. Mais elle écoute tout de même lorsque le discours reprend, donnant de minces signes d'approbation ici et là sans l'interrompre.

Le Zmeï. Elle le sent depuis le début, même si n'a saisi son intrusion que bien trop tard.
Il la laisse tranquille pour l'heure et elle l'ignore encore de son côté. Pourtant, l'acclimatation se joue déjà.

Puis vient la question la plus importante, celle qui détermine la suite. L'Après. Car cette charmante conversation ne peut s'éterniser, d'ailleurs elle le réalise, la disponibilité de son ami ne sera certainement plus tout à fait la même que par le passé. Remarque, il se voyait déjà régulièrement sollicité. De plus en plus. Pontifex... une suite logique, en réalité.

Après avoir massacré son nouveau bol, elle passe donc son bras contre ses lèvres, s'essuyant à même les bandages. Reprenant d'un ton neutre, sans zèle ni attentes précises. Seulement avec honnêteté.

Tout ce que tu voudras.
J'ai pas l'intention de faire ma précieuse... Je sais pourquoi et pour qui, alors ne perdons plus de temps avec ces attentions ci. Dis moi où tu as besoin que je prenne fonction et je ferai bien les choses. Mais oui, cette mission me convient parfaitement.


Elle ajoute un sourire, sûre de sa réponse, puis se relève direction marmite. Se resserre d'une main lourde et retourne directement sur le lit.

... Par contre ... On est où là ? J'imagine qu'un tour au Dédale est la première chose à faire, et j'ai quelques comptes à régler avec ce Merion. Ne serait-ce que pour repartir sur des bases un peu moins branlantes.

Sans doute lui doit-elle des excuses. C'est même certain. A quoi bon respecter le Glaive Rouge si c'est pour dénigrer sa hiérarchie directe ; non pas qu'elle compte se répandre, s'écraser ou autre. Juste, il y a probablement quelques morceaux à recoller. La moindre des choses.

Ensuite, j'imagine que les nouvelles ne tarderont pas, concernant ces fameux fortins ? J'avoue que pour une fois, quelques journées calmes ne me feraient pas de mal... mais sache que je retrouverai vite la main. Sauf en ce qui concerne le... maniement d'un cheval, ça t'oublie hein. Tes autochtones ont intérêt de me confectionner un char. C'est ma seule exigence.

Satisfaite de son vœu, elle s'en retourne à son second service. Radieuse.
Ces moments d'innocence ne dureront pas.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyLun 17 Aoû - 18:22
- Eh ben, tu mentais pas quand tu disais que tu avais faim.

Les mots sortent, un gloussement les suit, et je continue de manger à mon rythme en l'observant. Je lui explique, lui parle, j'attends la réaction.

- Je verrais avec ton Cardinal, faut que je lui parle de deux trois projets qui concernent ça. T'auras des nouvelles bien assez tôt.

Des projets, oui. Des projets pour cette forêt et quelques un de ces villages, sous mon influence. Des choses qui viendront avec le temps, des choses pour se renforcer. Pour profiter du terrain : Quitte à être entourés par cette large étendue boisée, autant s'en servir...

- On est dans un petit village de la forêt qui entoure le Dédale. Un coup de menton vers l'extérieur, brumeux.Il y a quelques troupes Berserker qui assurent la protection de cet endroit. En contrepartie, ça nous sert d'avant-poste et nous sert en ressources.

Nourriture, matières premières et d'autres choses ça et là. J'ai fait connaissance avec le chef local, l'ai placé sous ma protection, et maintenant, l'ombre des Légions veille sur cet endroit, qu'il ne soit pas englouti par les créatures de la forêt ou par une attaque surprise. Il y a toujours eu quelques vieilles tribus, vieux clans de la forêt qui sont restés malgré l'ambiance particulière de cet endroit. L'avantage de ces lieux, c'est que les étrangers n'osent pas trop s'y aventurer. Alors quand on arrive à composer avec la faune locale et les dangers divers et variés, quand on arrive à vivre de la chasse et appréhender les règles tacites de cet endroit... Il n'est pas si terrible que ça.
La seule règle d'or consiste à ne pas trop s'approcher du Dédale, dans la mesure du possible... Sauf quand il le faut.

- Tu les aura, tes journées. Faut bien que tu te remettes. Nouveau coup de menton au niveau des bandages. Puis un sourire goguenard qui me prend. Va bien falloir que tu apprennes à monter un cheval un jour, tu sais? Je n'ai pas oublié, non. Évidemment. On s'arrangera pour le char.

un dernier coup de croc, pour digérer le dernier morceau de viande de ma coupelle. Un étirement, et mon dos qui se laisse tomber pour rencontrer le sol, en même temps que mes mains se croisent derrière ma tête.

- Mérion devrait pas trop te prendre la tête. C'est normal de péter un câble quand la Cuirasse s'en mêle la première fois. Regard au plafond, un quelque chose de pensif sur mon expression. Mais ouais. Va quand même le voir quand tu peux, c'est techniquement ton supérieur direct.

Et la première impression est importante, avec les supérieurs. Une première impression façon conversation plutôt que façon hache, ça ne sera pas de trop. Tseh.

J'me demande où on va, Ludmila. Où ça nous mène, ton retour. J'suis content. Mais j'suis curieux, aussi. Curieux de la suite.

J'aimerai bien y retourner, là-bas. Là où tout a commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 19 Aoû - 20:20

Ludmila en termine rapidement avec son bol après avoir accueillie les dernières nouvelles. Quelque chose la travaille encore - pas la semonce à propos du cheval, vivement repoussée d'un geste de la main -, même si ce n'est pas réellement un sujet qu'elle se plait à aborder...

Ce n'est donc que ça ? L'impact d'une cuirasse tout à coup acquise ? Rien d'autre ?

Quelques souvenirs épars la minent en même temps que son mal de crane. Elle sait qu'entre toutes les informations que Zvezdan a dû lui apporter, qui plus est dans le cadre de retrouvailles après une fracture délicate, il ne peut buter sur tous ses tords. Pourtant, elle a bien fauché quelques serviteurs ainsi qu'un berserker, avant de se confronter à Mérion. Quand bien même le Gladius l'épargne cette fois-ci, elle reste coupable...
Malgré cela, une autre pensée s'impose : Avoir connaissance exacte de ses rivaux d'alors lui semble fondamental.
Retourner dans le Dédale est une chose qui en impliquent bien d'autres ; et elle s'est peut-être faite des ennemis, que ce soit son propre Cardinal ou encore l'éveillé s'étant interposé. Pour le premier, elle montrera patte blanche afin de restaurer la situation, quant au second, au moins y prêterait-elle une vigilance accrue.

Excuse-moi, j'insiste. Certains sont morts pour rien...
C'est pas mon intention de semer le grabuge alors, qu'il "prenne la tête" ou non je tâcherai de faire profil bas...
Annonce t-elle avec honnêteté, suffisamment chargée en remords pour affirmer cela. Pour les survivants, je veux bien leurs noms par contre.

Non, pas pour finir le travail.
Juste m'excuser. Et oui c'est bien moi.


Avec toi comme Pontifex, on peut sans doute rendre le Dédale un peu moins nul, alors... Sitôt cette justification émise, elle se renfrogne puis repart vers un autre coin de la pièce. A la recherche d'un alcool quelconque - Cela fait si longtemps. Trop longtemps.

Alors je tâcherai de pas tout gâcher, faire de mon mieux, ce genre de choses... Poursuit-elle tout en farfouillant ici et là, pendant que son ami flâne, sur le dos. Avec les autres aussi. Si t'as réussi tout ce temps alors pourquoi pas moi. Bref.
En attendant je lèverai bien mon verre pour ta nouvelle fonction, mais je trouve pas où c'est, et ça m'énerve...Là? Non. Ici? Non plus...


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMar 25 Aoû - 15:36
-  « Des gens sont morts pour rien », c'est notre vie depuis longtemps, maintenant. Sur mon visage, un air songeur. Sans affect. Il y a de l'amertume dans mon cœur, mais je ne le montre pas. « Des gens sont morts pour rien », c'est à peu de choses prés ce qui m'a mené à Arès. « Des gens sont morts pour rien », c'est ce que j'ai subi et perpétré en son nom. Où est-ce que je vais avec ça ? C'est pas bien compliqué : à force de subir et donner la mort, la côtoyer... On s'habitue. On relativise. On se détache. Jadis, la mort me faisait peur. Toute la mort, toutes ses potentielles victimes. Aujourd'hui, je ne me soucie que de la vie de ma vie et celle de ceux qui comptent. Les Autres ? Les Anonymes ? Les gens sans visage ? Tant pis pour eux. Tout le monde doit mourir un jour, mais je ne peux pas porter tout le monde sur mes épaules. Alors les gardes anonymes du Dédale ? J'aurais froncé des sourcils, si tu les avais tué en ton âme et conscience. Que tu leur hôte la vie à cause de la Cuirasse... Tseh. On l'a tous fait. Le jour où ce foutu morceau de métal organique s'est collé à nous, la première fois. Akir. C'est le premier. Le nom te dira peut-être quelque chose de l'époque. Le Tigre docile. Très docile. Trop docile. Celui qui ne cesse de se faire manger par le Dédale et ses occupants, mais qui n'a encore jamais été digéré. Pour l'instant. Le second, ton Cardinal, Mérion, comme je disais. Le Cardinal dans l'ombre du Pontifex d'auparavant. Le mauvais danseur, mais qui apprend vite. Tseh.

Rendre le Dédale un peu moins nul... la phrase me fait sourire. Ce foutoir dégueulasse peut bien crever dans sa propre infection, pour ce que j'en ai à foutre. C'est les âmes à l'intérieur qui m'intéressent. Eux ? Eux, oui, je compte bien... Les rendre un peu moins nuls. Un peu plus ordonnés, efficaces. Et d'autres choses aussi.
Mais un pas à la fois. Ne précipitons rien.

- Meuble à ta gauche, troisième étagère en partant du bas. Sans même quitter des yeux du plafond, je lui indique ça, toujours allongé en pacha, perdu dans mes pensées. Troisième étagère en partant du bas, là où je garde les meilleures bouteilles... Pour les occasions. Levons mon verre pour ma nouvelle fonction, oui... Puis pour ton retour, aussi.
Surtout.

-  « Les autres », je te fais confiance pour les gérer. Supporte ceux supportables, évite les insupportables, et... Si ceux-là insistent trop, tu peux donner une leçon sans trancher une tête. Un léger sourire sur mes lèvres. Quelques mots bien sentis dans un premier temps. Quelques coups après, s'il le faut. Une œillade dans sa direction, un regard entendu, alors que le sourire à mes lèvres se fait complice. La Politique du Glaive Rouge sanctionne les meurtres... Pas les branlées bien méritées. Et c'est peu de choses de dire qu'ils sont nombreux à mériter, ici.

- Après bon, au-delà des règles et tout, y a aussi la loi simple du « évite de te faire des ennemis sous ton propre toit », hein. Bras tendu au-dessus de ma tête, puis lancé vivement en avant pour me redresser. Un étirement, pour chasser la fatigue qui s'accroche encore un peu. Un regard. En haut à gauche, les chopes.

Ne pas se faire d'ennemis au Dédale, ne pas courroucer la hiérarchie... jouer sur le fil. Ne pas se faire manger, ça veut dire se grossir, pour paraître assez menaçant. Mais ne pas trop grossir, pour ne pas attirer l'attention des gros poissons. Moi, les Cardinaux, ou pire. Les choses sont simples au Dédale, si simples que c'en devient compliqué : Le principe de survie le plus élémentaire reste finalement « n'énerve pas les mauvaises personnes ». Foutrement subjectif comme notion, hm ?

- Bref. T'auras tout le loisir de te prendre la tête avec tout ça une fois sur place. Tu parlais d'un verre à partager, 'me semble.

ça m'a donné soif d'en parler, tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptySam 29 Aoû - 13:46

Akir ! Ben voyons !... Au moins celui-ci avait vraisemblablement survécu.
A une autre époque, une Hyène aurait certainement éclaté de rire en apprenant après coup l'identité de sa victime ; il fallait dire que le Tigre ne l'enchantait guère, au contraire même puisqu'il détenait ce petit quelque chose qui la poussait à vouloir l'asticoter, si ce n'est le cribler d'hameçon puis de le traîner sur l'autel des sacrifices. Mais peut-être que le temps passé l'avait changé, lui aussi. Car il compte, ce temps. Et aujourd'hui, si la cuirasse en question repose sur les épaules d'un pataud conciliant et non sur celles d'un cannibale invétéré du nom de Borya, ce n'est probablement pas anodin.

Hmoui... Il faut croire que Tigre et Dédale n'ont jamais fait bon ménage. Releve t-elle plutôt, se débarrassant doucement de ses bribes de culpabilité. Je me souviens de ce Merion. Un peu.
La Pestilence...


A son tour songeuse. En réalité, elle se souvient d'avantage de cet état de dépouillement qui l'avait gagné peu avant de sombrer à son tour dans les abysses. Celui qu'on nomme Pestilence lui était momentanément apparu comme la Pureté au travers de ses arcanes, puisque non content de contre-carrer les féroces assauts, c'est comme s'il avait absorbé tout le poison qui la dévorait en cet instant. Jusqu'à lui retirer même la dernière chose qui lui reste en ce monde : cette essence de héraut divin. Ce qui aurait pu être un grand bien... si elle ne s'était pas réveillée dans un nouvel environnement chargé en cosmos.
Un grand bien. Peut-être.
Ludmila attrape une bouteille au hasard suite aux renseignements de son compatriote, se tournant brièvement vers lui afin de recueillir une validation. Sauf qu'il regarde ailleurs. Elle n'y connait presque rien en alcool, n'a d'ailleurs jamais beaucoup bu ou n'en tire que des souvenirs pour le moins foireux. Mais bon, elle se trouve chez un connaisseur alors, peu de chance de tomber sur la mauvaise pioche, non ?

Zvezdan poursuit plutôt sur le Gladius, ou plus précisément la routine propre à cette belle et grande famille. Elle n'y apprend rien de plus qu'elle ne sait déjà - Le soucis ne venant pas d'un manque de connaissances mais plutôt d'une absence de raison, ou le mépris total envers cette dernière dès lors que la contrariété s'installe. Mais pas seulement. De manière générale, sa pensée même dépasse ses propos. Se retenir n'a jamais été son fort, dans le martial comme dans le social.
Donc elle se tait, bousculant quelques poignées de sa dextre hasardeuse jusqu'à ce qu'une nouvelle indication lui soit heureusement donnée et qu'elle en tire deux chopines. Satisfaite. La blonde platine revient à son point de départ, servant d’infâmes rasades dans les contenants avant d'en tendre un à son confrère.

Ouais, ça ira comme ça. Je n'ai pas vraiment l'intention de blesser à nouveau qui que ce soit parmi les nôtres... Parler de ça l'ennuie. Comme si ce genre d'affirmation suintait le "déjà vu", au détriment de sa faible crédibilité. Mais bon. Je ne suis pas naïve non plus. Qu'ils ne me titillent pas trop et tout se passera bien...

Alors fatalement, l'espace d'un moment, d'une remarque en fait, on peut clairement apercevoir ce qu'elle a toujours été en ce lieu : Une prédatrice qui ne se l'avoue qu'à moitié, et qui prend de la place. Parfois un peu, beaucoup, trop. Ludmila n'en dit pas plus à ce propos, humant puis observant sa choppe en la faisant légèrement tourner, pensive. Puis s'illumine de plus belle en la tendant plus franchement vers l'avant, attendant un choc de célébration.

A ton titre et à cette Destinée qui nous attend, mon ami. Plissant des yeux et intensifiant son sourire, elle ajoute : Et à Carthage, qu'il me tarde de retrouver...

Carthage... Y mettre les pieds flattera peut-être sa mémoire et toutes les émotions diffuses qui y étaient pourtant liées. Est-ce que cette étape chère au cœur de Zvezdan rentrera dans le Plan des Dieux ? A n'en point douter il y veille déjà. Ce rôle de Pontifex lui donne un luxe, celui de composer au nom d'une entité aux aspirations plus vastes et finalement insondables pour le commun des mortels. Il n’empêche que ces mortels semblent nécessaires, même pour ces marionnettistes à la nature supérieure... En ce sens, son compatriote a peut-être raison de continuer de croire. De persévérer, même le cul entre deux chaises, afin d'accomplir ce que nul autre homme ne peut accomplir à moindre échelle.
Du pouvoir.
Nombreux sont ceux à le convoiter, surtout parmi les "ignorants"... Alors pourquoi les "éveillés" en perdraient tant le goût, après tout ?
Zvezdan... Pourvu que tu sois dans le vrai.

Une envie. Celle de lever les yeux au ciel, d'adresser une prière intime pour que cette vision, ce plan, se réalise. Mais... il n'y a rien de plus là haut que leurs yeux ne peuvent déjà détailler au quotidien. La superstition ne fait plus sens. Personne ne répondra à cette flamme intérieure. Ni les dieux, ni un mécène anonyme. Personne.
Ils sont seuls.
Un constat au moins aussi séduisant qu'effrayant.

... Alors comme ça, tu pars bientôt ? Reprend t-elle, comme si ses pensées la métamorphosaient subtilement en une fillette réalisant son propre abandon. Je peux savoir où, si c'est pas indiscret ? Tu seras accompagné ?

Peut-être que l'inquiétude demeure également.
Quand bien même l'ancien Cardinal appartient à la caste des grands survivants, ces retrouvailles tout comme leur passif et plus encore l'avenir qu'ils se promettent en l'instant même la poussent à creuser plus avant. L'envie de le suivre se lit dans son regard. Peu importe que ce soit impossible ou déraisonnable. C'est ainsi. Sans doute parce qu'il est plus facile pour lui de ne compter que sur sa propre personne ou sur ses projections. De son côté, et même lors de convictions passées l'ayant conduites sur des terrains glissants, Ludmila n'a jamais cessé de croire. De compter sur de la chance ou une destinée conciliante, naturellement favorable - Ce qui n'a pourtant jamais fonctionné. Les preuves étant plutôt inverses, d'ailleurs.

Pas étonnant qu'elle n'ait jamais réellement trouvé sa place.
Ni qu'Arès ne l'ait plus considéré que les autres de ses servants.

Là encore, elle se perd dans le regard de son ami. Ne lisant dans celui-ci que son reflet, sa propre fragilité...


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptySam 5 Sep - 16:20
- Disons ça comme ça. Un sourire indescriptible sur mes lèvres, peut-être de la malice... Disons ça comme ça, oui. Ma théorie personnelle tient plutôt au fait qu'Akir ne soit pas le plus débrouillard du lot. Il n'en est pas à sa première mésaventure. Peut-être... Tseh. Peut-être qu'il faudra le tester, lui aussi. Peut-être même passera-t-il au Glaive Rouge, s'il se prouve trop indigne de la Cuirasse sur ses épaules. Pour l'instant, il est le cadet de mes soucis. Pour l'instant... Il peut attendre. J'ai d'autres choses à gérer. En tant que Pontifex, et en tant que Zvezdan. Pestilence, oui. Un tout récent Cardinal, en fait.

Tout récent, amené dans le sillage d'Acamas. Mais... Mais je ne vais pas aborder le cas Acamas maintenant. Franchement ? J'ai pas envie de me taper une séance « mise à jour des 2 dernières années au Dédale ». Plus tard, peut-être. Là j'ai soif. Et... Et j'ai la flemme, n'ayons pas peur de le dire.

- Hm, j'imagine bien. Méfie-toi, Akir est pas le seul de l'époque à encore être ici. César est toujours dans le coin... D'autres aussi. Certains que tu ne vas peut-être même pas reconnaître. Mais.... Mais voilà : tu vas croiser des visages familiers. Pas toujours les plus bienvenus, j'imagine.

César est rarement le bienvenu, après tout.
Boisson trouvée, boisson versée, puis verre avancé, pour trinquer avec elle.

- à ton retour. Sourire rendu, alcool consommé, tandis qu'elle parle de Carthage... Je bois une grande rasade, ferme les yeux, puis profite de cet instant pour m'offrir un temps de réflexion. Carthage, oui. J'ai mes ambitions pour là-bas, aussi. Je ne sais pas encore trop comment je vais m'y prendre, ce que je vais vouloir échafauder... mais je sais qu'elle est dans mes plans. Elle l'a toujours été, bien avant même d'être Pontifex. Avant même d'être Berserker, l'adolescent perdu dans sa vie vagabonde fantasmait des reconquêtes glorieuses, des reprises dans le sang et l'effort, pour retrouver la ville telle que je l'ai connue jadis. Cet endroit n'a jamais totalement quitté mes pensées. Ses gens non plus. Alors oui. Moi aussi, Ludmila. Moi aussi, j'ai hâte. Et à Carthage, que j'entends bien vite retrouver.

Le rictus à mes lèvres s'étire un peu plus. Oui, je n'ai pas l'intention de traîner. Et ça n'est pas anodin, que je m'intéresse au cas des enfants de Poséidon... Les Marinas peuvent être un facteur non-négligeable, dans tout ce qui touche à la ville. Alliés, opposition, carte à jouer, peu importe... Ils ont leur importance.

Tseh. Je sais pas. Je sais pas trop comment est-ce que ça va se passer avec eux. Sur le papier ? Sur le papier, mis à part un incident isolé à Jamir et la petite altercation aux portes du Dédale, une certaine neutralité a toujours existé, entre nos deux Ordres. Sur le papier, oui... Mais j'ai un antécédent personnel avec ceux-là, indirectement.
Je me rappelle comment ils ont jetés Ariane aux oubliettes à l'époque. Quand elle me l'a racontée. Et je me rappelle de la colère.

J'aime pas me rappeler ça. Parce que c'est des souvenirs confus. À la fois heureux et douloureux. Nostalgie amère, douce colère. Colère envers le sort, envers comment les choses ont tournées. Colère envers ceux sous l'eau, colère envers moi-même. Colère envers les Dieux, et leurs jeux cruels. Car c'est à cause d'eux au finir de tout, hm ? Cette malédiction. Tseh. Non, vraiment, j'aime pas me rappeler ça.
Ça me fous en rogne.

- Atlantis! Voix forte, enjouée, je reprends avec plus d'énergie, pour masquer le court moment d'amertume qui m'a pris les humeurs. Je lui répnds : Atlantis, oui. Ils ont un nouveau Légat, et... Et ça fait un moment que nos deux Ordres se sont pas croisés. À part au grand foutoir de Jamir... Où tout le monde s'est joyeusement foutu sur la gueule. Disons que les Saints ont l'art de se faire des ennemis aux quatre coins du monde. Et que l'ennemi de mon ennemi est mon ami... Alors on va voir ce qu'on peut faire à ce niveau.Un air malin sur mes traits, sûr de soi. Parce que j'ai confiance.

- Ce sera leur choix. Savoir si dans les conflits à venir, ils veulent le Dieu de la Guerre brutale dans leur camp, en tant qu'alliés... Ou dans leur ville, en tant que pilleurs. La confiance mue en arrogance, peut-être. Mais c'est l'idée, utilement, quand on vire tous les détails et les tours autour du pot : il n'y a pas 36 solutions, dans les jeux tragiques de la Guerre Sainte. Tu es allié, ou tu es ennemi. Oui, tu peux te payer le luxe de la neutralité... Mais un temps seulement. Et quand ce temps s'écoule, il faut faire un choix. Moi je sais où je vais. Et vous, le saurez vous, Marinas ? Et ouais, je serais accompagné. Velizara, une Berserker de ta Légion. Je fixe Ludmila, un quelque chose dur à détermine dans le regard. Velizara, oui. Elle fait partie de ceux que tu connais, mais que tu ne reconnaîtras peut-être pas immédiatement. Toi, je préfère te mettre dans mon sac de voyage lorsqu'il sera question de Carthage. Entre autre. Je me doute que tu aimerais suivre, mais tu préféreras suivre quand on retournera là-bas, non ? J'ai besoin de toi ici, pour gérer les affaires dont je t'ai parlé plus tôt. Et... Et possible que je donne des ordres particuliers à ta Légion, pendant mon absence. Je pense pas m'éterniser, mais... Mais faut bien que la maison tourne quand papa est pas encore rentré.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMer 9 Sep - 21:48

L'envie de s'esclaffer.
Lacher le nom de César dans une conversation a le don de provoquer cette réaction - Dans le meilleur des cas. Alors même si Ludmila laisse poursuivre son interlocuteur, le gros de sa pensée se concerte afin de déterminer comment un tel individu a pu survivre deux années durant dans le Dédale. Une seule option possible : Il avait changé.
Difficile à croire. Enfin. "Si elle-même changeait alors pourquoi pas les autres".
Mais quand même...

Au delà de ça rien ne la surprend. Encore heureux qu'en deux années l'effectif n'a pas totalement été renouvelé. Les berserkers ont connu suffisamment de défaites sévères pour que le simple défilement du temps ne se mette à leur jouer des tours ; puisqu'au contraire seul le temps leur permettait jusqu'à présent de se redresser et contester la situation actuelle. Le temps, et non d'autres alliés. Ni oracles, ni marinas, ni même spectres.

Hmouais. T'embête pas va. J'ai aucune envie de me rendre là bas, surtout si c'est pour me retrouver prisonnière d'une table des négociations... Même si...
... Y'a pu qu'à espérer qu'ils détestent suffisamment Athéna donc ?
Relève t-elle un brin blasé.

Après tout, si les marinas ont déjà choisi leur place dans la guerre à venir, rien n'empêcherait au nouveau légat de livrer la tête du nouveau pontifex aux saints en guise de bonne foi. Puisque c'est bien là tout ce qui manque à ces futiles jeux de marchands de tapis : des actes plutôt que des paroles.

Même si s'ouvrir des options ne manque pas de cohérence la dracène ne peut rester sereine face à un tel projet. Enfin, il sait probablement ce qu'il fait. Alors à quoi bon relever ce scénario, voire même le contester ouvertement.
Oui, à quoi bon ?

Tu me surprends tout de même.
J'ai toujours payé cher les risques entrepris... Toi à côté, c'est comme si tu t'y épanouissais sans mal. Pourquoi tu n'envoies pas juste cette Velizara prendre la température de leurs eaux ? "Papa" devient orgueilleux si tu veux mon avis...
Une remarque non destinée à piquer ou ricaner. Plutôt sérieuse même. "L'ennemi de mon ennemi est mon ami", Teh! Foutaises! C'est comme quand on parle de cette "belle et grande famille du Dédale" !... Sauf que tout le monde n'a pas la même façon de parvenir à ses fins. Autant les marinas sont satisfaits ou presque de leur situation et y gagneraient plus à jouer le jeu des Saints que de nous autres. C'est que pour les négoces, ta tête dans un sac a plus de valeur aujourd'hui que ton cul sur une chaise.

Tant pis, c'est dit. Ludmila s'attaque à une nouvelle lampée du précieux alcool, l'avalant au plus vite afin de limiter la désagréable sensation accompagnant chaque gorgée. Elle grimace. Puis reprend, toujours aussi entêtée et sceptique.

Quoi de mieux que d'obtenir la tête du commandant adverse quand on veut éviter ou temporiser la guerre ? Ces gens là ne sont pas comme nous. Ils sont capables de fermer les yeux tant que ça assure la stabilité de leur petit domaine chéri, j'en suis sûre.
Tu devrais pas y aller, non.
Lache t-elle finalement - Sans doute qu'elle aurait du commencer par là.

Son regard se défile. Par réflexe son museau se serait déjà plongé dans sa coupe si celle-ci n'était pas aussi délicate à boire. Clairement cette histoire ne lui plaît pas. Encore une fois elle n'a pas son mot à dire, sauf qu'elle ne conteste pas son rôle dans les événements à venir mais plutôt celui de son ami... alors ça passe, non ?

De gros risques pour une aide de toute façon encore et toujours incertaine.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1650/1650[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMar 15 Sep - 19:19
- Appelle ça prendre la température. On a quelques cartes à jouer, et j'ai quelques trucs que je veux vérifier vers chez eux.
C'est les plus proches de Carthage en terme d'influence, après les Saints. Par exemple.


Tu commences à voir où je veux en venir ?
Du reste.. Du reste j'écoute. J'écoute la suite de ce qu'elle me dit, tranquillement. Prendre des risques, oui. C'est de ça qu'il a toujours été question. Faire ses calculs, perdre ou gagner, recommencer. Un jour, je ferais le pari de trop, et ma défaite sera définitive. Mais je pense pas que ça sera à Atlantis. Et je n'ai pas envie d'être cet espèce de planqué qui reste cloîtré dans son trône, à 'intérieur de cet immondice de Dédale, à donner des ordres en gardant mon cul vissé sur ce siège. Je suis quelqu'un qui bouge, qui agit, qui voyage. Je l'ai toujours été. Alors j'irais sur le terrain, j'irais parler, j'irais négocier. Pourquoi ? Parce que pour dire les choses comme elle sont : on est jamais mieux servi que par soi-même. Et la seule personne à qui je fais réellement confiance pour gérer ce genre d'affaires, c'est moi-même. Le reste, c'est déléguer en prenant le risque que tout foire sur une erreur, un incident, une connerie.
Au moins, là si ça foire, je pourrais m'en prendre qu'à moi-même.

- Orgueilleux, hm?Tseh. Je fixe Ludmila avec un sourire, une malice dans le regard, joue posée au creux de ma paume, tête doucement penchée. Orgueilleux, tu dis ? Tu me connais pourtant humble et modeste, depuis le temps.

Sarcasme gentillet, lancé d'une voix de plaisanterie, avec toujours ce petit éclat dans le regard... Pour finalement prendre une mine plus sérieuse. Me pencher sur le fond de son discours, y répondre. Ça me touche, tu sais. Que tu t'inquiètes. Mais...

- Crois-moi. S'amuser à m'attaquer, essayer de me capturer sur un coup de tête, tout ça... Ce serait loin, très loin, très très loin « d'assurer la stabilité de leur Domaine ». Appelle ça de l'Ego. Et oui, tu peux sans doute en lire dans mon regard. Mais je suis tout à fait sérieux. Qu'ils essaient, de grossièrement me capturer pendant une visite diplomatique. J'aimerais bien voir ça. Leur petit paradis sous-marin, ça fait longtemps qu'on ne s'y est pas intéressé. Qu'ils s'amusent à attaquer la voix d'Arès sur un coup de tête... Qu'ils soient débiles à ce point, si ça les amuse. Ca me ferait marrer, tiens.

Je ne suis plus tout à fait seul, maintenant.
Et m'attaquer, ça veut dire attaquer les Berserker. Avec tout ce que ça implique. Puis... Puis tu te doutes que j'ai mes précautions.

- J'ai prévu des trucs, t'en fais pas. Je suis pas seul, les Cardinaux auront des consignes au cas-où je tarde, et Mérion pourra me contacter. S'il perd le contact, il aura des consignes là aussi. Des consignes qui sentiraient mauvais pour l'Empire sous-marin. Tu vois, c'est pas compliqué. Je fais confiance aux Berserker pour agir sur le terrain. Je leur fais pas confiance pour parler en mon nom.

Je la fixe un instant. Tu as bien noté, oui. Je n'ai pas dit « au nom d'Arès ». En mon nom.

- La dernière fois que nos deux ordres sont entrés en contact, c'est les débiles profonds du Dédale qui ont pu causer avec les Marinas. J'ai pas envie de réitérer ça. Et j'ai envie de voir ce qu'il y a à voir de mes propres yeux, entendre de mes oreilles, et parler avec mes mots. Les envoyés, les messagers, tout ça... ça a ses limites.

Et qui de mieux que moi pour parler en mon nom ?

- Quoi de mieux que s'essayer à agresser les enfants d'Arès alors qu'ils sont neutres vis-à-vis de soi pour déclencher une guerre? Je reprends sa phrase, mais je change un peu la perspective. Pour montrer les choses sous un autre angle. On peut jouer le jeu des Si, Ludmila.
S'ils essaient, je ruinerai un pan entier de leur précieuse petite cité avant de me laisser prendre.
S'ils réussissent, le Dédale leur tombera bien assez vite dessus, avec tout ce que ça implique.
Mais si ça se passe bien, leur aide pourrait être le dernier clou dans le cercueil d'Athéna.


Métaphorique ou non. Vois ça comme tu veux.

- Maintenant, les « Si », c'est le domaine des Oracles. Divinations, prophéties, tout ça tout ça... Moi, je m'intéresse aux probabilités et aux opportunités. Aux risques. Les Marinas, c'est une opportunité. C'est un risque aussi, oui. Mais le jeu en vaut la chandelle. Alors je place mon pari.
Puis...
Une risette, un soufflement de nez. T'as quand même pas cru que j'allais la jouer grand Seigneur cloué sur son trône, caché comme une pucelle à attendre que la mort arrive à sa porte, hm?

Je ris doucement, puis je finis par la fixer. Quelque chose de plus doux dans le regard, mais plus... Calme, aussi. Un drôle de calme.

- C'est touchant que tu t'inquiètes pour moi comme ça, tu sais... Mais j'ai choisi ma route. Et sur cette route, y aura des embûches. Des dangers, des épées de Damoclès suspendues au-dessus de ma tête et des couteaux prêts à planter dans mon dos. J'vais me battre. J'vais les combattre. J'vais prendre un raccourci de temps en temps, changer de route parfois, si j'en ai l'occasion.

Mais la destination change pas. Et à la fin du voyage, on finit tous par crever... J'vais pas précipiter ma fin, Ludmila. Mais j'vais pas attendre qu'elle arrive, terrifié, paralysé, sans oser bouger de peur que ça me tombe dessus.
Ça me tombera dessus. Encore, encore et encore. J'vais réussir à repousser la Faucheuse, jusqu'à ce que je finisse par plus réussir. Tout c'que j'veux, c'est avoir avancé d'ici à c'que ça arrive. Avoir vécu.


Une introspection presque nostalgique, à y penser. Le regard dans le vague, je reviens vers elle. Je souris, sincèrement.

- Bref. Beaucoup d'mots pompeux pour dire... Merci. J'comprends ton inquiétude. Mais t'en fais pas, je gère.
J'ai pas le choix.


Pas le choix que de tenir la barre de mon propre navire. Parce qu'il est déchaîné, ce putain d'océan que j'veux traverser. Mais ça m'a jamais arrêté.
Et ça commencera pas de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-bleu1200/1200[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-rouge1350/1350[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] G-jaune1500/1500[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]   [Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] EmptyMar 15 Sep - 21:40

Comme d'habitude elle perd la partie. Lentement mais surement. Avec tout le luxe d'assister au désamorçage de chacune de ses hypothèses, à ses troubles rondement déjoués et finalement au détournement de l'ensemble de ses songes.
Oui, si bien qu'elle réalise que son attitude ne lui ressemble pas. Qu'elle est épuisée, et que son affection comme son zèle ne savent ni l'un ni l'autre s'exprimer légitimement. Au moins Zvezdan les entrevoit - Mais quelle importance ? Puisqu'elle est à côté de la plaque. Se l'avoue intimement. S'écrasant. Comme elle s'est écrasée tout au fil des explications, que ce soit par des mimiques souriantes, complices ou sinon convenues, compréhensives.

"Il gère". C'est le cas de le dire. Autant dehors qu'ici même.
Il est capable de patience. Capable de lui trouver une place adéquate afin qu'elle révèle sa gratitude, honore autant son pacte que son amitié. Là où elle ne fait que brasser des doutes, placer de maigres obstacles qu'elle ne se serait par ailleurs jamais infligée personnellement. Raison pour laquelle elle a entendu puis admis le discours adverse sans broncher.
Sauf qu'une fois de plus cette clarté ne sort pas de son propre esprit.
Et au fond... Eh bien ça la tiraille. La vexe peut-être même. La plombe assurément. Car la ramène d'une certaine façon à ce questionnement simple : Fait-elle partie des débiles profonds du Dédale ? De ceux qui ne comptent vraiment qu'une fois lâchés sur "le terrain" ? Que l'on prend dans "un autre sac" ? Cela se peut. Au cours de quel moment son existence a démontré le contraire ? "Si peu", pour ne pas dire aucun. Elle ne sait plus. Car rien ne lui revient. Si ce n'est ses fautes.
Et son entrain récurent à semer et assumer la violence, physique ou verbale.

Oui... Oublie ça, c'est stupide. Marmonne t-elle, détaillant vaguement son verre puis décidant de l'abandonner. Puis un rire, faible, propre à cette introspection visible car trahie par sa mine déphasée. Un rire pas seulement fébrile. Envieux ? "Tu n'as pas le choix"... En tout cas ta voix ne trompe pas Zvezdan... tu es parfaitement à ta place. C'est beau à voir... Sans ironie.

Oui, si elle parvenait à écarter ses faiblesses, mettre ses songes de côté, alors elle pourrait l'écouter inlassablement.

Bon... Je crois que tout ce qui s'est passé m'a un peu trop remuée, voilà tout. De toute façon je te l'ai dit : Je te suis... et t'aiderai, sans ajouter d'autres complications. Après un peu de repos, j'y verrai plus clair et t'épargnerai toutes ces niaiseries...
Eh, ce verre n'était peut-être pas une si bonne idée d'ailleurs ! J'ai jamais aimé l'alcool. Et avec mes blessures...
Elle revenait en terrain connu - Balançant quelques banalités afin de garder la face. Aussi réservée soit-elle vis à vis de telles liqueurs sa constitution tient évidemment bon. ... donc je vais me reposer... J'imagine que tu as beaucoup à faire. Pis que mon retour a déjà suffisamment bousculé les choses comme ça.

L'ancienne hyène roule des yeux. Accepte enfin sa fatigue, ce qui déclenche par la même un bâillement spontanné qu'elle ne prend pas la peine de couvrir par sa main. Un déclic la pousse néanmoins à reconsidérer visuellement son vieil ami.

Euh. Je peux rester là hein ? D'ici que je regagne le Dédale. Demain. Ou après demain... Ou le surlendemain... Là tout de suite, l'idée ne la motive vraiment pas. Tant bien qu'elle abandonne son assise, s'adossant au matelas comme initialement. De toute façon, nous nous reverrons bien assez tôt.

J'ai confiance. Mais... prend quand même soin de toi.
Ne peut-elle s’empêcher d'ajouter malgré tout. Avant que ses yeux ne se ferment.
Oh le marchant de sable ne la cueillera pas si facilement. Pas après tout ce tumulte sévissant encore en son esprit. Cependant cela reste une bonne méthode pour amener en douceur la fin d'un dialogue et retrouver un espace de solitude imperturbable, même si Zvezdan devait rester dans la pièce. En fait, garder les paupières closes la repose assez comme ça.
L'essentiel afin de trouver le sommeil consiste d'abord à faire le point. Une fois de plus.
Plus facile à ressasser qu'à faire réellement - Ainsi née l'insomnie.


[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
 
[Février 553] Rédemption [Pv Zvezdan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: