Votez
I
II
III
IV
V


Avril 553 AD
 
Partagez
 

 [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyJeu 13 Aoû - 5:29
L'idée du siècle.

Mais seulement pour lui. Il n'imaginait pas vraiment quelle genre de situation cela amènerait, plongé qu'il était dans ce projet si particulier. La première étape avait été particulièrement douloureuse, pour lui comme pour la créature. Plusieurs jours durant, il avait travaillé à établir un lien. Travaillé aussi à montrer qui était le véritable patron. Et cela était forcément passé par des gnons dans la tronche. A s'en faire mal aux mains d'ailleurs. Mais la leçon avait fini par rentrer et désormais, "Ration de Survie" n'essayait plus de le bouffer. Mieux ! Il comprenait et réagissait aux pulsations de cosmos de son nouvel Alpha.

L'heure était donc venue de faire les premiers pas dans la citadelle. La Grotte des Crânes était son domaine. Et possédait une place suffisante pour son nouvel ami. Des rumeurs avaient rapidement courues le long des couloirs du dédale mais pour beaucoup, cette nouvelle était trop fantasque pour être prise au sérieux. Même de la part du Cardinal de la Mort. Certes, certaines personnes affirmaient avoir vu une bête gigantesque se balader mais la plupart se moquait de ces personnes en leur disant qu'ils avaient simplement croisés Haldor. Celui que l'on nommait l'Ours Septentrional.

Et c'était là, dans cet environnement brumeux propre à son domaine, que l'idée lui était venue. Quitte à utiliser les "talents" de son nouvel ami, autant le faire de manière appropriée non ? Ne s'y connaissant pas vraiment, il devait faire appel à l'expert. Cézame. Ou Sémar. Un nom du genre. Il ne le connaissait pas beaucoup mais savait ce qu'on disait de lui. Et qu'importe finalement. Il devait avoir son avis sur la question. C'est ainsi qu'il se précipitait là où il pensait pouvoir le trouver. Là o était sa véritable place. Aux forges d'Arès.

Et c'est même au pas de course qu'il se ruait là-bas, laissant une ombre imposante le suivre dans ses déplacements. Ceux qui croisèrent cet étrange duo se poussèrent sans demander leur reste. Et c'est sans faire attention à ce qui se trouvait dans les lieux que le géant déboula, en beuglant !
    - HEY ! Y'A QUELQU'UN ICI !!!

La voix, puissante, se répercutait aux alentours alors qu'il fouillait du regard la forge. Avant de reprendre.
    - J'viens voir Cézame, Centurion de la Mouche. J'ai besoin d'un conseil sur les cuirasses.

Mais il est où ce con ??

Et c'est à que le compagnon fit son apparition derrière le colosse. Alors qu'il entrait dans la forge, l'imposant ours poussa un terrible grognement, regardant de son oeil valide la pièce dans laquelle son maître l'avait emmené. Peut-être était-ce pour de la bouffe ? Il se redressa alors sur ses deux pattes postérieures, atteignant facilement les 4 mètres de hauteur. On pouvait clairement comprendre qu'il s'agissait là d'une des créatures de la forêt.
    - C'pour mon pote, derrière moi !

Que... QUOI ????


Citation :
Son ours de compagnie - couleur noire, 4 mètre lorsqu'il se dresse sur ses pattes postérieures, atteignant facilement plus de 8 ou 900 kilos. Imposant, il porte sur lui les stigmates des blessures de sa première rencontre avec Haldor.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge750/750[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyVen 11 Sep - 0:16
    C’est l’heure finalement de la renaissance de la chanson. Si j’avais su ce que tout cela implique, j’aurais fait cette transhumance depuis longtemps ! J’aurais plongé ma chanson dans le sang et l’or et j’aurais compris plus en amont le musique qu’émettent ces choses étrangement qui nous servent de protection. Plus proche encore d’elle, plus proche encore de mon renoncement complet. Mais j’entends déjà au loin venir une musique qui vient troubler l’harmonie de celle que je tisse. Oui… elle trouble la chanson et n’a rien à faire parmi nous. Elle n’est pas vraiment des notres. Mais c’est autre chose, alors il trouble tout et je n’aime pas qu’on trouble ma chanson. Il a été difficile de retrouver la musique après avoir fait danser la pestilence et voilà que la mort se présente. Guerre me manque. Depuis qu’il est devenu celui qui commande. Elle me manque tellement. J’aimerais pouvoir recréer une musique similaire et pourtant, je suis sûr qu’il est possible de faire quelque chose de plus beau que la chanson de guerre.

    J’essaie donc, d’égaler et de dépasser la musique de guerre pour mes sept serpents. Je travaille d’une nouvelle façon et repousse les limites de ce que je pensais possible, en témoigne ma nouvelle création. Je suis en dessous d’elle. Ou de lui, je ne sais plus, ces détails se sont perdus dans la musique qu’il produit. L’œuvre n’est pas encore morte, mais à en croire le sifflement étrange qu’elle produit, cela ne saura tarder. Mon ange bientôt, arrêtera de battre. Je me suis installé sous ma création, profitant de l’ombre qu’offre le cosmos pour la tranquillité et ne pas être déranger. Mais il en faut plus pour que la mort ne vienne pas troubler la musique avec sa dissonance. Non, il en faut plus pour que ce putain de sac à merde vienne faire autre chose que gâcher toute la musique des cuirasses !

    C’est fou d’ailleurs comme on peut repousser la vie et la frontière de la mort. C’est pour ça qu’elle chante différemment de toutes les autres cuirasses, pour ça qu’elle n’a pas sa place au final parmi les créations d’Arès. Mon ange au-dessus de moi n’aurait pas eu le temps d’apprécier son état et les sensations que je lui offre fatalement s’il avait rencontré mort trop vite. Le plus dur, dans cette installation, fut d’installer les cordes assez solidement dans le plafond spongieux du dédale. Mais il est comme tout être vivant : si on enfonce ce qu’on veut suffisamment profondément dans une plaie, la chair se consolide autour. C’est ce que j’ai fait, avec le Dédale. J’ai pu donc tranquillement installer mes cordes pour aider mon ange à voler. Le reste n’a plus qu’été un peu de jeu de couteau. Il est plus difficile qu’on ne le croit de retirer la peau du dos sans pourtant tuer quelqu’un. Les os à nu et la chair à vif ont tendance à être un mauvais mélange pour la survie. Mais avec du doigté j’ai réussi à ne pas tuer le bougre. J’ai ensuite attaché les les morceaux de peau dans son dos pour faire les ailes, les mains écartées comme un annonciateur et j’ai attendu en dessous laissant le sang ruisseler doucement vers son maître.

    Je me redresse alors, vêtu de ma cuirasse qui déchire mes chairs, passant sous la peau pour prendre sa place et s’installer là où elle ne devrait pas être. Je passe plus de temps avec elle depuis qu’elle a bu l’or. Nous nous entendons mieux. Doucement je me relève et j’écarte les bras, brisant l’ombre du cosmos pour apparaître alors à la mort.

    « - Si tu veux que je t’aide à baiser ta sœur derrière toi, tu as frappé à la mauvaise porte. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyMer 16 Sep - 7:43
    - T'es un marrant toi. Toujours une aussi grande gueule hein ? Parait que t'es pas équipé pour baiser quoi que ce soit, c'qui explique que tu te caches toujours et qu'on te voit jamais. Faut pas avoir honte d'être aussi mal équipé. J'suis sûr qu'il y a pire que toi. Bon j'parle pas d'ta gueule de travers hein. Mais t'as capté l'idée j'pense.

Il l'observait. Tout à son travail répugnant. Mais le colosse n'était pas ici pour ça. Pour l'observer. Ou pour se lancer dans une joute verbale même si pour ce dernier point, cela serait une nécessité. On ne se présentait pas à la Mouche sans y être préparé. Haldor ne l'aimait pas. C'était un fait. Sa grande gueule. Et cette façon qu'il avait de se montrer vulgaire sans réelle raison. Certes, lui non plus n'était pas un modèle de vertu. Et justement, le dédale avait-il la place pour deux personnes comme eux ? Un sourire se dessinait sur les lèvres de l'Ursidé. Il était ici pour une raison, il allait donc s'expliquer.
    - Tu dois avoir de la merde dans les oreilles pour pas avoir capté c'que j'ai dit en rentrant, la Mouche ! J'suis là pour deux raisons. Et c'est en rapport aux cuirasses. Alors à part si on m'a dit d'la merde rapport à tes compétences, tu fermes ta gueule un instant et t'écoutes !

Selon la rumeur, cet homme était le seul capable de réparer les cuirasses. Le seul à disposer des connaissances pour le renseigner également. S'il était là pour l'ours, il était aussi là pour sa propre armure. La rendre plus résistante. Lui rendre sa superbe. Suite au combat contre Védan. Mais aussi pour faire de la Mort ce qu'elle était véritablement : la plus belle et plus terrifiante de toutes les armures d'Arès. Bon, on pouvait lui reprocher la manière qu'il avait de demander. Après tout, c'était pas très courtois. Mais voilà, l'autre l'avait quand même accueilli en lui balançant quelques conneries bien senties, pas de raison donc de se contenir. Le respect n'existait pas en ce lieu, il le savait. De fait, pourquoi ne pas répondre ?
    - Déjà, j'veux savoir si tu crois possible que mon pote, là, puisse chopper une armure de combat, un peu comme on fait avec les chevaux des Cardinaux tu vois. Genre j'dois combattre avec lui, j'veux qu'il puisse avoir des protections. Et pas qu'il se batte à poil.

Il se tut, un instant. Et les traits de son visage se tordirent. Il éclata alors de rire. Un long rire franc, qui résonnait autour de lui.
    - Un ours qui se bat à poil. MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!

Il se claquait les cuisses et prit quelques instants pour se remettre de sa propre blague. Un peu débile, évidemment. Mais on ne peut être parfait en tout en ce monde.
    - 'Fin bref. Si tu pouvais m'dire si c'est possible, déjà ça m'arrangerait. Parait qu't'es le meilleur, j'me fierai donc à ton avis à ce sujet. C'est sérieux hein, j'compte vraiment faire combattre cette grosse boule de nerf et j'aimerai qu'elle ne se fasse pas tailler en morceaux en quelques secondes quoi. Y'a du boulot pour l'entraîner.

L'ours restait pour le moment calme, même s'il poussait quelques grognements par ci, par là, et qu'il jetait un regard intrigué vers le corps plus loin. Comme si la vue du sang et de la chair lui donnait faim. Ce qui n'était pas impossible à dire vrai. Mais le géant ne voyait pas cela et se contentait donc de poursuivre.
    - Puis j'ai aussi besoin de tes services pour réparer un peu ma cuirasse. On s'est un peu foutu sur la tronche avec Védan et elle a besoin d'un p'tit renforcement. Pour une fois, tu vas pouvoir utiliser tes mains autrement que pour te branler ! Ca va t'faire bizarre hein ?

Bon. Cette discussion aurait son lot d'insultes et de noms d'oiseaux, sans le moindre doute. Et quelque chose lui disait que rare était celui qui répondait à cet homme étrange. Car en dépit de sa grande gueule, une véritable aura de puissance l'habitait. Haldor pouvait le percevoir. Ainsi, les autres ne devaient pas souvent s'opposer à lui lorsqu'ils se faisaient insulter. Mais le colosse était d'une autre trempe. Il ne craignait pas la Mouche.

Citation :
On profitera de ce rp pour faire le "soin" de mon armure suite au combat en cours avec Védan. Une pierre, deux coups de fait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge750/750[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyLun 12 Oct - 2:33
    « - Tu sais, les grosses épées ne cachent pas les problèmes, mais je la préfère comme ça. Elle doit bien s’enfoncer. Juste attention à ne pas couper ta sœur en deux, je ne pense pas qu’elle se recolle, elle. »

    Pourquoi est-ce que je lui réponds ? Il ne comprend pas ce qu’il vient faire ici. Il parle ensuite des cuirasses. Ca pourrait être intéressant mais il ne sait pas comme elle marche. Il ne veut pas savoir, il ne veut pas comprendre. Mais non, il est trop con pour comprendre de tout façon. Alors à quoi bon parler avec le plus aveugle des dégénérés ? Oui… Lui il ne peut pas comprendre, lui il pue la corruption de la mort. Lui n’a pas l’intérêt de la musique et veut juste la faire taire. Lui est celui qui ne devrait pas être, celui qui trouble l’harmonie de l’orchestre. Alors à quoi bon parler avec un con ? Il pourrait juste voir de ma tête penchée ma langue aller et venir dans les trous béants de mes joues. Pour le reste, je le fixe immobile, attendant de voir ce qu’il a à raconter.

    Bon, la question qu’il pose ensuite n’est pas trop conne. A vrai dire, ça peut faire sens pour quelqu’un qui ne comprend pas comment elle chante. Enfin, la réponse reste malgré tout évidente. Alors je me contente de tourner la tête de l’autre côté, le regard toujours fixe. Je crois que je n’ai pas cligné des yeux depuis… Depuis quand ? Bonne question. C’est surfait quand on y pense de cligner des yeux, on peut s’en passer fatalement. Et si on peut s’en passer bah, c’est que c’est alignant et les choses aliénantes. Oui, peut-être que maintenant je vais arrêter de cligner des yeux. Enfin, il parlait de quoi ? Ah oui ! Oui ! Simplement ! Mais par contre, il faut reconnaître que son histoire d’ours qui se bat à poil est pas mal. Il est con, mais il est marrant ! Du coup, j’ai ricané un peu quand il a balancé celle là.


    « - Non, ta sœur ne peut pas avoir de cuirasse. Vos bestioles à la con sont liées à vos cuirasses. Disons qu’ils font parti de la chanson. C’est compliqué à expliquer pour quelqu’un qui ne peut pas entendre leur chanson. Je pourrais te montrer mais… pas sur que ça soit une expérience que tu veux tenter, c’est plus sportif que baiser ta sœur ! »

    Et la suite voit s’étirer un sourire mauvais sur mon visage. Réparer une cuirasse de cardinal, même cette dissonance mortelle reste toujours un plaisir personnel. Je regrette que Vedan ne doive pas venir me voir lui aussi, guerre me manque beaucoup ! Des quatre, c’est elle qui a la plus belle chanson et elle était si bien accordé avec son ancien porteur. Un regret personnel, une triste que personne ne peut comprendre ! Mais revenons en à nos moutons. Je tourne la tête derrière lui.


    « - Bien, je vais faire chanter mort mais… Tu as ramené quelque chose pour que je la répare ? »

    Sinon… sinon je devrais utiliser quelque chose d’autres. La règle, c’est d’utiliser quelque chose qui n’est pas d’accord. C’est pour ça que je ne peux pas m’utiliser moi, tristement, je ne dis jamais non pour ce genre d’expérience. Mais en échange, c’est sûrement pour ça que j’entends la chanson ! Je suis curieux de voir s’il en a suffisamment dans la tête pour y avoir pensé ou s’il en a suffisamment dans le slip pour assumer que je préparer sa cuirasse avec lui même. Vu que ça, je suis certain qu’il ne serait pas d’accord pour ça ! Oh non non ! Il va rager, tempêter et me taper dessus ! Parfait pour une réparation réussi… si du moins, il ne m’a pas ramené un gentil cadeau qui attend dehors. J’espère pour lui. Sa sœur peut être, mais les animaux ne font pas de bons matériaux à vrai dire, ils ne réparent pas grand-choses. Seules les plus sauvages apprécient ce genre de vice. Mais les plus sauvages sont les plus inutiles. J’avais juste eu le temps de remettre un peu d’ordre dans mon désordre et si d’habitudes j’ai plus ou moins quelque chose, la pute du connard avec sa peste a réduit mon stock à… néant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyMer 14 Oct - 21:57
Haldor se retourna vers la bestiole qui l'accompagnait. Pourquoi donc Cézame n'arrêtait pas de dire qu'elle était sa soeur ? 'Tain mais il avait vraiment un gros problème ce mec. S'il n'était pas le plus débile du dédale, il s'en rapprochait quand même dangereusement. Mais encore une fois, il devait faire avec car il était le seul forgeron du coin. Et il tenait à ses idées.

Quelle ne fut pas sa déception d'entendre les premières constatations. Ainsi donc "Ration" ne pourrait pas revêtir une armure comme ces satanées canassons. Si les raisons lui échappaient, il essayait toutefois de comprendre ce que racontait le lascar. Et ce n'était franchement pas une partie de plaisir. Chanson ? Sérieusement, il avait vraiment toutes les autorisations requises pour rester à ce poste lui ?

Evidemment, concernant les chevaux liés aux cavaliers, il savait qu'il y avait un petit quelque chose en plus. Après tout, "Le Boiteux" répondait à son cosmos sans sourciller et ses pouvoirs semblaient similaires à ceux qu'il possédait lui-même. Il avait ainsi déjà supposé par le passé qu'ils étaient connectés. Il connaissait le principe. Par contre il ne demandait clairement pas une protection similaire à la sienne quoi. De simples morceaux de métaux assemblés auraient suffit à son bonheur, le but étant que son ours ne se fasse pas transpercer facilement le derche. Mais voilà, discuter avec un débile apportait ce genre de complication : on ne se comprenait pas et en plus on devait se montrer poli pour ne pas se faire taxer de salopard.
    - Je pige que dalle à tes conneries de chanson, la Mouche. Si les cuirasses "chantaient", je l'saurais mon pote. Je suis pas le premier débile venu et j'ai déjà porté d'autres armures divines par le passé. J'sais bien qu'on peut entrer en connexion avec l'âme qui habite ces conneries. Sauf que la Mort, elle a pas d'âme mon pote. Elle parle pas. Mais moi, tant qu'elle fait ce que j'lui demande, j'm'en cogne.

L'histoire des liens entre armure n'avait jamais été une chose très intéressante pour lui. Même quand il était d'Asgard. Pour lui, sa force et sa détermination suffisaient à maintenir en place ces armures. Il n'avait pas besoin de tailler une bavette comme le faisait Alvis par le passé ou comme il avait entendu Slim le faire à son tour. Non. Il se suffisait à lui-même et l'armure était une protection. Utile. Efficace. Mais ce sont ses pouvoirs qui maintenaient le tout.

Sans doute se trompait-il. Mais est-ce que cela avait de l'importance ? Il sentait une connexion forte entre Mort et lui. Il ne demandait rien d'autre. Par contre alors que l'autre grande gueule l'ouvrait encore - et pas pour se taper un chibre de 30 centimètres pour une fois - il eut un large sourire.
    - J'connais les règles, tête d'enclume. J'suis revenu la dernière fois avec de quoi faire. Top fraîcheur. Top qualité. Et c'était chez moi donc personne n'y touchait. HEY ! AMENE-LES !

Derrière lui un homme fit son entrée, tenant entre les mains une chaîne. Là, au bout de celle-ci, deux personnes qui gémissaient. Les deux chasseurs qu'il avait attrapé alors qu'il s'était rendu au village voisin quelques jours auparavant. Comme il l'avait ordonné, il avait veillé à ce que personne ne leur fasse de mal. Toutefois l'on pouvait clairement percevoir des signes évidents de malnutrition. Sans parler de la peur qui habitait leurs prunelles. Côtoyer la Mort de si près laissait des marques.
    - Cette marchandise suffira où t'auras besoin d'autre chose, p'tite merde ?

Aaaahhh, les mots d'amour. Et bien ça lui avait presque manqué. Au moins Cézame avait un peu de répondant, c'était toujours ça de gagné malgré sa gueule de triton.
    - J'avoue que ça m'intéresse, cette histoire de réparation d'armure. J'ai jamais été trop focus sur ce truc mais j'dois dire que ton truc de chanson là, j'l'avais jamais entendu avant.

Alors sors-toi les doigts du derche et raconte-moi, fils de truite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge750/750[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyJeu 22 Oct - 14:48
Cuirasse du Mushmahhu:
 

    Tous les aveugles ne méritent pas la lumière. Certains aveugles, ne le sont pas par aliénation ou pas manque d’ambition, non. Ils le sont par choix. C’est le cas de ce cas à merde qui jacte devant moi. Mais qu’il jacte, pour ce que ça peut me faire. Mon ange de sang m’attend, j’entends à ses râles, de plus en plus laborieux, qu’il approche de la fin. Avec sa mort, la fin de la chanson. Mais après tout, il y en a une nouvelle à venir. Oui, il n’y a pas pire aveugle que ceux qui se complaisent dans leur obscurité. Ceux qui savent qu’il y a quelque chose d’autre, qu’il y a une vérité et un sens profond dans le monde, mais qui le refuse, préférant le confort des ténèbres à la violence de la lumière. Oui, pour voir, il faut sacrifier des choses. Voir, oui, ça fait peur. Les ténèbres, contrairement à ce qu’on pourrait croire, offre le confort de l’âme et de l’esprit. La lumière elle, vous oblige à vous regarder en face, à ne plus fuir, et à faire de même avec le monde.


    « - Les autres ne chantent pas. Les cuirasses sont spéciales et Mort, encore plus. Elle est l’animal mal formé de la famille. L’anomalie dans l’orchestre. Un peu comme toi non ? »

    Et j’affiche un large sourire qui étire mes traits déchiré par la cuirasse sous ma peau. Elle serpente aussi, déformant mes chairs au rythme de ses mouvements. Elle aime la peau et ce qu’il y a en dessous. Elle aime la longue agonie de l’écorché. Oui, fatalement, à défaut d’être éclairé, il est au moins sage. Il connaît les règles de base et il aurait été dommage, très dommage, qu’il donne de sa personne pour s’occuper de sa propre cuirasse. Mort a ses petites préférences et elles sont… très invasive. Contrairement à d’autres dont on peut se remettre. C’est pour ça que je n’aime pas Mort. Elle a un goût prononcé pour ce qu’elle est. Là où est les autres cherchent l’harmonie de la souffrance, mort désir ardemment la dissonance de la fin. Plus de douleur dans la mort, plus de plaisir dans la fin.


    « - Bien, ça devrait faire l’affaire. Elle n’est pas l’air trop abîmée. Tu t’es battu avec Zvezdan tu dis ? Soit il a été gentil avec toi, soit tu es plus solide que tu en as l’air. »

    Et déjà, il ne m’intéresse plus. Il est temps de travailler. Je récupère la chaîne des mains du larbin qui les a amenés. Ils ont peur. Bien. La peur rend le sang et la souffrance plus douce. Je sens ma propre cuirasse s’agiter. Depuis que je l’ai baigné dans le sang du cadeau de Velya, elle est plus… affamé. Il faudra qu’elle se calme bientôt, sinon ça sera moi qui la calmerait ! Pour le reste, puis, ça devrait faire l’affaire. Je m’avance près d’eux, très très près deux. Il recule mais je ne les laisse pas faire. J’attrape le visage de l’homme de ma main ensanglanté, laissant ma marque sur ses joues. Je tourne sa tête regardant en détail. Je viens lécher sa joue et hoche la tête avec sérieux. Puis, avec les doigts j’entaillr délicatement la délicatement la peau de son bras, la cuirasse aidant. Je laisse son sang coulé puis, avec un léger filet de cosmos, lui commande de se lever et je manipule le liquide carmin un peu devant moi. Avant d’en déposer quelques gouttes sur ma langue. Un frisson de plaisir me parcourt le corps.


    « - Bien, bien. Un peu mieux que ce que je pensais. Maintenant, tu peux regarder si tu veux, mais… soit tu te mets à genoux comme si tu voulais gober un chibre et t’étouffer avec, soit tu enlèves ta cuirasse et tu la déposes là. »

    Je lui désigne un petit coin un peu plus loin dans la forge. Un coin vide, un endroit pour travailler et d’un coup sec sur la chaîne qui manque de jeter au sol les prisonniers, je les amène déjà vers cet endroit, sans trop faire attention à ce qu’il fait. De tout façon, s’il veut que sa cuirasse soit de nouveau en l’état, il va devoir suivre, d’une façon ou d’une autre.


Cuirasse du Mushmahhu:
 


You needed a touch of madness to do it. You can't have a masterpiece without madness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyMer 28 Oct - 8:10
    - Un peu comme moi, en effet.

L'anomalie de la troupe ? C'était exactement ça.

Si cela pouvait passer pour une insulte, ce n'est pas ainsi que le prit le Colosse. Pour lui, ne pas être comme les autres était même une chance. Ainsi eut-il un large sourire alors qu'il écoutait la Mouche exposer son avis sur les cuirasses et leur possible fonctionnement. Il n'avait pas tort de souligner la différence élémentaire entre Haldor et les autres Berserkers. Tout comme il avait évidemment raison de parler de sa propre cuirasse en ces termes. Était-ce pour cela que Mort et lui étaient liés à ce point alors même qu'il avait appartenu à une autre armée par le passé ?

Il avait remarqué que ce lien se consolidait avec le temps. Sans pour autant permettre à la cuirasse de prendre l'ascendant sur lui. Une dualité qui ne pouvait que plaire à l'Argenté. L'armure renforçait son pouvoir élémentaire et faisait de lui ce monstre de puissance qui était craint. Il aimait cela. Il aimait devoir imposer sa volonté à une armure qui ne désirait qu'une chose : s'imposer elle-aussi. A la lumière des remarques de César, Haldor comprit que le lien entre Mort et lui était encore plus particulier qu'il ne l'avait cru.

Il reposa son regard sur le microbe alors que celui-ci jaugeait les dégâts de la cuirasse. Il haussa simplement les épaules en écoutant sa remarque. S'il y a une chose dont il ne doutait pas, c'était de sa propre force. Certes, il avait perdu la rixe contre le Pontifex. L'ancienne Guerre avait finalement prit le dessus après un combat âpre. Mais il savait aussi qu'il avait donné du fil à retordre à l'homme en question.
    - Si tu connais si bien le bonhomme, tu dois savoir qu'il n'est pas du genre à lever le pied face à un Cardinal. Donc ouais, tu peux considérer que j'suis pas l'dernier lorsqu'il s'agit de s'foutre sur la tronche. C'est d'ailleurs pour ça que Mort m'accepte. Malgré ce que j'étais avant.

Inutile d'entrer dans les détails. Cela n'intéressait pas la Mouche et Haldor n'était pas là pour se vanter. Il était déjà ravi d'apprendre que l'armure pouvait être réparé. Cela lui suffisait largement. Surtout si la qualité des "matières premières" était bonne. Il observait l'homme se préparer. Essayait de ressentir l'énergie autour de lui. Il n'était clairement pas doué pour cela mais qu'est-ce qui l'empêchait d'essayer après tout ? Il n'appréciait pas le mec face à lui. Mais à voir la dextérité qu'il avait, Haldor ne pouvait pas douter de ses talents dans cet art étrange qu'était la réparation des armures. Il s'était d'ailleurs rapidement désintéressé des deux humains. Qu'ils vivent, qu'ils meurent, qu'ils soient sacrifiés ou non. Cela n'avait aucune importance à ses yeux. Le reste par contre... Il pencha la tête sur le côté en écoutant les recommandations et en le voyant goûter ce sang.

Encore un putain d'cannibale. Ils font chier, tous ces tordus. Un de ces quatre, faudra que j'en touche deux mots au Boss. Y'a trop de dingues ici. 'Tain mais heureusement pour Arès que j'suis là en vrai. En vrai, ça m'inspire presque un p'tit couplet à l'ancienne.

MOI, HALDOR,
J'SUIS TROP FOOOOOORT.
UN VRAI TRESOOOOOOOOOOR.
CHERCHE PAS, T'ES DEJA MORT !

Un large sourire s'étirait sur ses lèvres alors que mentalement, il achevait sa strophe. Quant à la proposition du lascar, il savait déjà quoi faire. Un regard en arrière vers "Ration de Survie" lui permit de voir également que l'ours respectait les lieux. Comme s'il craignait la Mouche. Peut-être à raison ?
    - T'aimerais, hein, que j'me place à genoux devant toi. Pour me dominer. Mauvaise pioche ma belle, c'pas moi qui vais te gober tes noisettes atrophiée.

Et déjà se déplaçait-il vers le coin indiqué par César, enlevant les pièces de sa cuirasse afin que ce dernier puisse opérer sur elle. En un sens, il était impatient de voir le résultat. Impatient aussi de voir la manipulation nécessaire. Il ne se faisait aucune illusion : lui-même ne saurait jamais faire ça. Mais il ne pouvait nier être impressionné par ce genre de chose. La notion d'âme et d'armure lui avait toujours échappé. Même à l'époque où il était avec Odin. Il se souvenait de sa discussion avec son ami. Les runes sur son arme. Le fait que sa propre lame possédait une énergie propre.
    - Voilà, c'est fait. A part les cuirasses, tu t'y connais en arme ? Tu penses quoi de cette petite beauté ?

Il avait fait pivoter "Hécatombes", de sorte à ce qu'elle apparaisse clairement devant la Mouche. Si l'armure avait besoin de réparation, il ne semblait pas se rappeler que cela ait été le cas de sa lame. Il savait que celle-ci se servait de son cosmos pour se préserver, pour se renforcer. Et que le métal utilisé était si rare que jusque là, il avait toujours été le seul à posséder un tel arsenal. Mais l'avis d'un autre expert - s'il l'était ? - l'intéressait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
CésarCésarArmure :
du Mushmahhu

Statistiques
HP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-bleu1500/1500[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-bleu  (1500/1500)
CP:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-rouge750/750[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-rouge  (750/750)
CC:
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] G-jaune1350/1350[Février 553]Salut la mouche ! [PV César] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553]Salut la mouche ! [PV César]   [Février 553]Salut la mouche ! [PV César] EmptyDim 8 Nov - 13:12
Cuirasse du Mushmahhu:
 

    Je ne dis rien, mais si, Vedan est du genre à lever le pied. Il passe son temps à lever le pied. A ne pas être lui même et à se retenir. A refuser d’accepter sa vérité, sa lumière. Oui, il est aux portes de comprendre le monde, mais il refuse et s’aliène encore et toujours plus. Il aime les chaînes et surtout, il aime choisir celle qu’il passe autour de son cou. S’il ne s’était pas retenu, tu serais mort, écrasé par sa rage, sa folie et sa colère. Mais ça, il ne la réserve qu’à ceux qui ont le secret de vraiment le pousser à bout. Ceux qui, avec talent, le poussent à arrêter de se retenir, à être lui-même et à vivre vraiment, au sacrifice d’une vie ou deux. Mais ce n’est pas un prix très élevé, surtout quand on en a plusieurs. Mais bon, il n’est pas de bon d’exposer ainsi notre intime relation au petit-enfant handicapé de la famille. Il ne comprendrait sûrement pas. Mort ne comprend pas le chœur des cuirasse et chante sa propre chanson. Mort n’a rien à faire ici.

    « - Je pense que mort accepterait même un enfant à trois jambes et un œil en moins tant qu’il tue. Et, aussi dégénéré que tu sois, tu corresponds bien à cette définition : tu tues, alors elle t’accepte. »

    Il me rejoint ensuite pour déposer sa cuirasse, plaque par plaque. Oui, Vedan a été gentil, il aurait pu faire plus de mal à mort s’il avait voulu. Enfin, je suppose qu’il ne serait pas bien malin pour un pontife de tuer ses cardinaux. Alors que tuer la piétaille, c’est une forme de tradition ici. Je le regarde ensuite agiter son arme. La lame de la mort… Les armes ne chantent pas comme les cuirasses, elles ne sont pas tellement intéressantes, mais après tout, parfois, elles en font parti, comme la faux qu’il est sensé porter mais qu’il n’a pas. Je cale alors un coup dans le genou des deux sacrifices, dans le sens contraire à l’articulation, dans un bruit sec ils tombent au sol s’attrapant le genou. Ils n’iront nul part et la douleur commencera doucement à monter. J’avance alors vers lui et lèche sa lame qui ouvre ma langue en deux, laissant mon sang couler sur toute la longueur de son objet. J’agite un peu ma langue fendu qui déjà, commence à reprendre forme et cicatriser.

    « - C’est un objet… intéressant. Très intéressant. Je suppose que tu es trop con pour avoir fait ça. Ni pour m’en parler en détail ou celui qui te l’a fait t’as expliquer autre chose que comment te l’enfoncer dans le cul pour hurler son nom ? »

    Et, je n’attends pas sa réponse, à vrai dire, je l’écoute malgré tout, mais j’ai à faire. Après tout, il n’est pas venu ici pour tailler le bout de gras ni se faire lécher les couilles, mais pour réparer sa cuirasse et plus rapidement il se tirera, plus rapidement je pourrais recommencer à faire des trucs importants comme… des trucs importants ! Je me penche alors sur les deux sacrifices qui hurlent de douleur et de peur, qui implorent pour leur vie et demandent pitié. Mais ce ne sont là que les premières notes d’ouverture de la symphonie des cuirasses. Je commence alors mon œuvre, car la matière première pour les cuirasses, ce n’est pas le sang. C’est la souffrance. Plus elles sont grandes et plus le sang sera puissant. Ici, pas besoin de tout donner alors, faisons simple.

    Je fais passer ma dague d’une main à l’autre et je commence par son visage, coupant les oreilles et le nez. Puis, je me déplace sur l’autre, et effectue la même opération. Les hurlements redoublent de violence. La musique commence. Sûrement, s’il est attentif qu’il pourra commencer à entendre les premières notes de la douce mélodie des cuirasses : grincements stridents, bruits aussi aigus que violents : cacophonie sans queue ni tête pour celui qui ne sait pas y voir la mélodie. Je me déplace ensuite et sur le premier et je plante ma lame dans son estomac, l’agitant un peu pour bien déchirer ses organes et je fais la même chose sur l’autre. Doucement, ils commencent à mourir et continuent de souffrir. Alors je me recule un peu et commence à faire danser le sang qui s’élève d’eux. Au rythme des bruits qui devraient alors s’effacer pour lui, mais ce qu’il pourrait observer maintenant, c’est le lien de sa cuirasse vivre au rythme des pulsations de sang et des derniers battements de leur coeur. J’attends alors qu’il meurt, en faisant tourner le sang autour de mort et il pourra sentir qu’elle a faim, qu’elle attend ça avec la plus grande impatience. Qu’elle désire et qu’elle réclame, qu’elle pleure presque comme une putain qui attend qu’on la pénètre. Oui, il faut faire monter le plaisir des cuirasses. Puis, quand ils meurent, j’appose le sang sur les endroits où les coups ont pris leur due au métal vivant et j’y rajoute la vie qui lui manquer, créant, du sang, de nouvelles choses : donnant la vie aux cuirasses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1814-cesar-forgeron-centurion-du-m https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1779-cesar-le-chanteur-du-sang
 
[Février 553]Salut la mouche ! [PV César]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: