Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 [Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-bleu1350/1350[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-rouge900/900[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-jaune1350/1350[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-jaune  (1350/1350)
Message [Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo]   [Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] EmptyJeu 13 Aoû - 6:18

Citation :
Ce RP est une justification quant à la disparition de Aurora (homonyme de ma soeur), alors Marina de Circé



Alexandrie, début de soirée. Proche du port, quai de déchargement des navires marchands.

Il l'observait, caché dans les ombres, hors de sa vue et hors de sa portée. Il l'observait tandis qu'elle, elle continuait sa besogne sans avoir conscience qu'elle était épiée. Capuche placée sur sa tête afin que nul ne puisse voir son visage, il patientait. Ici, surtout à cette heure, les honnêtes gens ne restaient pas. Ils quittaient les lieux bien avant que la nuit ne tombe. Ne restait alors que ceux qui faisaient du marché noir ou quelques autres activités peu recommandables.

Mais lui n'était pas ici pour faire des affaires. Non, il était ici pour régler un problème d'importance. Mais pas avant de voir de ses yeux si ses rapports étaient exacts. La femme qu'il épiait pénétra finalement dans l'entrepôt, fermant les portes derrière elle. Il poussa un bref soupir et allait s'avancer lorsqu'un bruissement attira son attention. Une silhouette apparaissait dans son dos. Une jeune femme, à la chevelure argentée, au regard clair. Et dont le visage était marqué par quelques cicatrices. En dépit de cela, elle restait belle. Un sourire en coin, elle prit la parole.
    - Tu es décidément incorrigible. Je t'ai dit que je m'en chargeais. Tu n'as donc pas foi en moi, mon frère ?

Si les mots sonnaient comme un reproche, on pouvait dénoter toutefois un amusement évident dans le ton. L'homme se retourna vers elle. Alentours, personne pour les voir ou les distinguer. Il y avait veillé.
Ainsi baissait-il sa capuche, dévoilant son visage. En dehors de la cicatrice et de ses traits plus masculins, les deux personnes se ressemblaient véritablement. Les jumeaux Merinita. Tandis qu'il abaissait son bras, un scintillement attira l'attention de sa soeur. Elle connaissait le bracelet qui se trouvait sur le bras d'Orphéus. Il s'agissait là du présent de Poséidon en personne. Afin de bénir son nouveau Légat.
    - Tu sais bien que ce n'est pas une question de confiance. Seulement, je ne peux croire si facilement ce rapport. Et avant de prendre ces dispositions, je me dois de m'assurer de la véracité des faits. Toi comme moi, nous l'a connaissons. N'oublie pas que tu t'es servi d'elle par le passé.

Elle ricanait. Haussant même les épaules.
    - De son nom. Seulement de son nom, Orphéus. Si nous portons le même, autant en profiter d'une manière ou d'une autre, non ? Je te signale que tu trouvais l'idée bonne, à l'époque. Et cela m'a permit de ne pas attirer l'attention sur moi. "Ils" pensaient que j'étais "elle", après tout, ce qui me laissait le champ libre pendant qu'elle était surveillée.

Il est vrai qu'ils s'étaient servi de ça. Mais c'était avant qu'il ne soit nommé. Avant qu'il ne devienne la Voix de Poséidon. Et c'était précisément pour son travail qu'il était ici. Sans doute aurait-il laissé Circé tranquille après tout. Mais c'était sans compter le rapport qu'il avait reçu récemment.

Un rapport qui mentionnait une possible volonté de rébellion de la part d'Aurora, Marina de Circé. Il savait que la femme avait toujours été ambitieuse. Même à l'époque où il la côtoyait, il avait aperçu cette volonté de devenir une personne d'importance. Plus qu'une simple Marina. Mais il ne s'en était alors pas alarmé. Après tout, l'ambition permettait de progresser. Mais là, il était question possiblement d'un coup d'état, ou d'une tentative d'assassinat à l'égard de sa personne. Il ne pouvait évidemment pas laisser faire. Mais avant de décider, il devait s'assurer qu'il ne s'agisse pas là d'une erreur.
    - Je ne nie pas que c'était une idée excellente. Mais ce subterfuge est désormais inutile. Je suis dans la lumière et peu à peu, tu le seras aussi.

Il reportait son attention vers le hangar. Depuis que sa cible s'y était engouffrée, plus personne n'y était entrée. Toutefois, trois hommes de mains gardaient clairement les lieux. Un rempart qui ne représentait aucun défi pour lui.
    - J'espérais qu'ils se trompent. Mais cela fait déjà deux jours que je la suis. Et ce que j'ai vu ne me plait pas. De par la tâche qui était la sienne, elle se devait de sécuriser les ports et de contrôler les groupes qui cherchent à prendre le pouvoir par ici. Pour cela, elle avait une couverture toute trouvée. Mais je crains qu'avec le temps, elle ne soit véritablement passé de l'autre côté. Ce soir, je sais qu'elle rencontre certains des patrons du coin. Je dois savoir ce qu'ils se disent et alors, je prendrais ma décision.

Aurora s'était approchée. Elle observait les trois hommes. Et l'entrepôt. Elle était habituée aux interventions de ce genre et voyait déjà par où passer s'ils désiraient être discrets. Mais là était la véritable question finalement. Voulait-il jouer les ombres furtives ? Ou passer à la vitesse supérieure ? Elle n'eut pas besoin de formuler sa question. Le Merinita connaissait parfaitement sa soeur.
    - Je vais me rapprocher. Toi, neutralises les gardes et veille à ce que personne ne puisse entrer ou me voir. Je me charge du reste.

Le sourire de sa soeur disparu. Elle connaissait son travail. Sa main se posa sur la garde de l'épée qu'elle portait à la ceinture.

L'heure était venue d'obtenir des réponses. Mais avant cela, l'ombre du Légat allait avoir du travail. Des yeux se fermeraient ce soir. Définitivement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
OrpheusOrpheusArmure :
Légat

Statistiques
HP:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-bleu1350/1350[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-rouge900/900[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-rouge  (900/900)
CC:
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] G-jaune1350/1350[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo]   [Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo] EmptyJeu 13 Aoû - 16:15
Elle était une ombre. Et ses talents dépassaient de loin ceux de ces Vulgaires. Se faufiler fut un jeu d'enfant, de même que d'user de son cosmos pour étouffer les bruits et égorger les pauvres gardiens qui n'avaient rien vu venir. Sa rapidité d'exécution et la précision de ses gestes lui permettaient ainsi d'agir sans être repéré. Restait à cacher les corps, ce qui ne serait pas difficile étant donné la zone où ils se trouvaient. La seconde partie de sa mission serait un peu plus délicate : veiller à ce que personne ne vienne troubler les investigations de son frère. Et rester sur ses gardes : après tout, il y avait un Marina à l'intérieur, peut-être hostile, ainsi que des malfrats qui n'hésiteraient pas à tuer pour préserver leurs secrets.

De son côté, Orphéus n'avait pas attendu pour se faufiler. Lors de son observation précédente, il ne lui avait pas échappé qu'en hauteur, les vitres étaient pour la plupart ouvertes. Certaines cassées. S'il pouvait être difficile pour un dormeur d'atteindre un tel endroit, cela ne représentait aucune difficulté pour un éveillé.

Prenant garde à ne pas faire de bruits, il parvint à atteindre l'une des fenêtres et à s'y faufiler. A l'intérieur, il ne faisait pas si sombre qu'il ne l'avait cru. Des lanternes avaient été déposées afin d'apporter suffisamment de luminosité pour ceux qui s'y trouvaient. Ici et là, de nombreuses caisses, imposantes, qui avaient été déchargées dans la journée. Facile donc de rester caché en dépit des hommes qui patrouillaient. Surtout en se mouvant en hauteur. Sensible aux chants des âmes, il put rejoindre l'endroit où Circé se trouvait. Comme il l'avait entendu, elle n'était pas seule. Et la discussion avait sommes toute commencé depuis un moment. Il tendit l'oreille. Percevant alors ce qui se disait en contrebas.
    - Voilà pourquoi nous devons agir au plus tôt.

Mince. Il était arrivé trop tard pour percevoir les premières paroles. Mais peut-être en apprendrait-il un peu plus avec les hommes présents. Ils appartenaient clairement tous à des organisations malveillantes. Mais un des visages fut reconnus par Orphéus. Il appartenait lui aussi au monde du sanctuaire sous marin. Ainsi donc, même s'ils n'étaient pas tous des éveillés, ils étaient tout de même des initiés. Un étrange sourire apparu sur son visage.
    - Et comment comptes-tu faire ? Il n'est au pouvoir que depuis quelques semaines et déjà nous sommes prit en tenaille. Certains de nos navires ont été coulés. Nous ne sommes pas comme toi, Aurora. Nous ne pouvons pas nous protéger de ceux de votre monde ! Où est la protection promise ? C'est toi qui disait qu'il ne serait pas un problème. Toi encore qui a dit qu'il n'avait pas l'expérience de ce Cinead. Et voilà où nous en sommes !

L'onde de Circé était agitée, il le percevait aisément. Et sans doute était-elle déjà en train d'user d'un de ses pouvoirs. Car les yeux de l'homme se voilèrent, de la bave dégoulinant de sa bouche. Elle relâcha alors la pression et l'homme reprit contenance. Apeuré. Il s'essuyait la bouche alors que les deux autres paraissaient gênés.
    - N'oublie pas à qui tu t'adresses. Si tu es encore en vie, c'est parce que j'ai pensé que tu me serais utile. Mais tu as raison... J'ai sous estimé le nouveau Légat. Je le connais et j'ai cru qu'il mettrait du temps à mettre en place ses projets. Mais force est de constaté qu'il n'a pas attendu son couronnement pour préparer ses plans. Sans le vouloir, il m'a devancé.

Le sourire du Légat se mua en rictus. Ainsi donc le "Secret des Abyss" avait eu raison. Elle complotait depuis longtemps et avait espéré qu'il échoue pour qu'elle se place en position de dominer Alexandrie. Le Merinita s'interrogeait toutefois sur un point. Qu'espérait-elle en réalité ? Un coup d'état était exclu. Pas sans véritable soutien. Eux, ils n'étaient rien que des dormeurs. De faibles vulgaires. Ici ils avaient peut-être du pouvoir mais face à un Atlante, ils n'étaient rien que des chiens. Il comprenait qu'elle avait mit la main sur les marchés noirs d'Alexandrie. Et les décisions récentes du Merinita dérangeaient clairement ses plans. Mais alors quoi ?

Plongé dans ses pensées, il n'entendit pas les réponses d'un des hommes. Mais à en croire la moue de Circé, cela n'était pas de bon goût. Se rapprochant un peu, il put percevoir plus nettement les propos des protagonistes.
    - Non, c'est impossible au sein d'Atlantis, malheureusement. Sa garde personnelle est aux abois et sa soeur ne laisse personne l'approcher. Je serai morte avant même d'avoir dégainée. Non, il faut l'attirer à Alexandrie. Là où nous aurons l'avantage. Du nombre - car il ne viendrait jamais avec une escorte complète pour éviter d'attirer l'attention des Dormeurs - et l'avantage du terrain. Qui mieux que vous pour savoir où frapper ? Et si nous réussissons, alors nous aurons le champ libre pour nos activités. Ils chercheront à le venger mais nous leur fournirons des boucs émissaires. Et nous garderons la main-mise sur le marché noir. Vos navires ne seront plus coulés. Et moi, j'essaierai de faire en sorte d'intégrer le conseil de sécurité du prochain Légat. Ainsi, je serai en mesure de proposer mon aide et mes services. Sachant que mon rôle est de sécuriser Alexandrie, ils n'y verront rien d'anormal.

Elle avait pensé à tout. Il se souvenait en effet avoir vu passer une requête de sa part pour prendre le commandement des unités d'une partie de la ville, en soutien avec le Général de l'Hippocampe. Et de la Sirène Maléfique. Sauf que pour cette dernière, elle était morte. Plus personne ne lui donnait d'ordre direct en dehors du conseil de Sécurité Atlante. Il en avait assez entendu en tout cas. Assez pour savoir ce qu'il lui restait à faire.

Un instant, il ferma son oeil. Son onde gagnait en intensité alors qu'à ses côtés, trois silhouettes de cosmos faisaient leur apparition. Il se redressait complètement tandis que les sirènes se faufilaient et se répartissaient dans le hangar. Un simple regard en contre-bras et il perçut la peur. Celle de Circé qui avait levé les yeux vers lui, en ressentant l'énergie de son Onde. Elle si impassible. Elle qui possédait tant de visages différents, et bien cette fois elle ne parvenait pas à taire les sentiments qui étaient les siens à ce moment précis.
    - Aurora de Circé... Au nom d'Atlantis et de son Légat, nous te condamnons pour haute trahison.

La voix attira de fait l'attention des trois hommes qui blêmirent. Et alors un chant se fit entendre. Doux, entêtant. S'élevant de trois endroits en même temps. Les Sirènes d'Orphéus entraient en action.

Il était temps d'agir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1839-orpheus-merinita-ft#
 
[Décembre 550]Adieu, Circé ! [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Praeteritum :: Chroniques-
Sauter vers: