Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SinSinArmure :
...
Message [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptySam 15 Aoû - 23:41

Des hurlements stridents sortis d’outre-tombe. Pour un peu, on pouvait penser que ces vociférations sortaient du néant, sinon de l’imagination. Une impression renforcée par leur caractère momentané, laissant croire parfois que ces cris ne s’échapperaient plus de la mémoire. Pourtant, il était bien quelque chose de réel, sans qu’il ne soit possible de le nier. Une silhouette s’avançait lentement sur le pont menant aux quartiers du Pontifex. Une présence qui attirait autour d’elle une sinistre sensation, de nature à alarmer l’instinct. La sueur qui gouttelette. Les muscles qui se raidissent. Les membres qui fourmillent. La mâchoire qui se crispe. Le ventre qui se noue. Autant de signes avant-coureurs d’un danger imminent.

Cependant, au lieu d’une prédatrice, c’est une ambassadrice qui se présente devant la Voix d’Arès. Une femme à la chevelure argentée, la frange négligée, le teint légèrement mât. Ses prunelles sont pareillement grisâtres, découvrant des pupilles perçantes, ophidiennes. Sur son visage se trouve une étrange balafre, comme des racines s’étant propagé sous sa peau. Elle porte un manteau de soie transparente au-dessus d’une tunique orientale, de couleur beige. Le pas lent, son regard rencontre celui du maître des lieux. Si aucune hostilité manifeste ne se lit sur son expression, il se dégage de son aura une menace passive, sans doute involontaire. S’arrêtant à une dizaine de mètres du Pontifex, l’inconnue se prend d’une révérence sobre, qui n’appartient assurément pas à une personne aguerrie de la cour. Dans son geste, on lit le manque de naturel, quelque chose de forcé. Et en se relevant, de conserver son expression placide.

– Pontifex, je me nomme Sin. J’ai accompagné Mebd jusqu’ici. Celle-ci parti, je demeurerai un temps en ces murs pour la représenter, avec ma fille. Vous y opposez-vous ?

Le débit de parole lent, la créature ophidienne n’y allait pas par quatre chemins. Directe, elle jaugeait son interlocuteur. En ces lieux, il était le maître. Même elle ne pouvait se soustraire à cette réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 1:19
L'on m'annonce une arrivée, sans pouvoir me donner de détails. Un garde l'air apeuré, qui ose à peine me dire la nouvelle. Et j'ai du mal à dire ce qui le terrifie le plus entre moi et ce qui vient me voir. Je n'attends personne, à cette heure-ci. En fait, je n'attends personne aujourd'hui. Mais l'expression sur le visage de cet homme en arme, elle a attisée ma curiosité. Alors recevons, hm ? Là, sur ce trône grotesque, à l'image de cet endroit grotesque.

Une jolie tunique sombre, qui aurait pu être sobre si elle n'était pas parcourue de bordures dorées. Un pantalon de laine blanc cassé, ample, une paire de sandales et à mes bras, deux bracelets d'or. Jambes croisées, bras accoudé au trône, je penche doucement la tête jusqu'à reposer ma joue contre mon poing. Puis je fixe, droit devant moi, pour voir arriver. Une paresse décontractée dans mon attitude, un froid méthodique dans mon regard. Une lueur d'intérêt, qui y brille, un intérêt curieux. Je la sens, avant de la voir arriver.

Ce quelque chose. Cette présence.

Je sais reconnaître un autre prédateur quand j'en croise un. Certains, c'est difficile, parce qu'ils savent se cacher. Ils cherchent à se cacher, activement. Une dangerosité cachée derrière l'innocence feinte, la fragilité factice. Un joli minois plein de mensonge, ou une sale gueule anecdotique, qu'on oublie à tort. Mais là, ce n'est pas difficile, parce que ça ne cherche pas à se cacher... ou ça ne sait pas le faire.

Je la sens avant de la voir, oui, mais je finis par la voir. Une femme, aux allures de serpent, des traits et des habits venus d'Orient, qui me rappellent des souvenirs lointains. Mes yeux me montrent une femme, mais mon instinct me murmure une bête à sang froid. Mon esprit, lui... Me dit que c'est une parfaite inconnue, là devant moi. Une inconnue qui n'est pas menaçante par ses gestes et attitudes, mais qui l'est par nature.
Tseh. Qu'est-ce que le Dédale s'est décidé à me recracher, aujourd'hui.

Mon regard va chercher le sien, comme pour la sonder. Sur mon visage, des traits de neutralité, dans mes yeux, cette attente, cette curiosité. Je la laisse se présenter, parler... J'écoute. J'enregistre. Et je la fixe un moment de silence. Comme pour repasser la phrase dans mon esprit. Puis, je cligne des yeux. Flegmatique, mais visiblement confus.

- Mebd. Le nom revient dans ma bouche, la voix claire. Qui est supposée être?

Les questions s'imposent, avant de rendre les salutations d'usage et poser les autres questions. Celle de cette fille, puis d'elle même, du pourquoi du comment... Oui, avant ça, les questions plus pressantes. Des questions dont j'ai peur de connaître en partie les réponses. Parce que cette femme n'est pas n'importe qui. Que si elle a pu venir jusqu'ici sans être arrêtée, questionnée, sans que je sois mis outre mesure au courant de sa présence auparavant... C'est quelqu'un d'autre a intercédé en sa faveur, pour qu'elle puisse circuler. Elle est cette Mebd, qui qu'elle soit. C'est que quelqu'un s'est arrogé l'autorité d'inviter des prédateurs venus d'ailleurs dans l'enceinte du Dédale.
Mes sourcils se froncent. Un agacement subtil se devine au coin de mon expression.

- Laisse-moi deviner. Invités de Velya, hm?

Un agacement moins subtil se devine dans mon ton, dans mes mots.
Tu vas avoir des comptes à rendre, Sangsue. Tes jeux grossiers me fatiguent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 12:05
Impassible, Sin rendait au maître des lieux son regard. Ce dernier semblait quelque peu désappointé. Il était étonnant que la plus haute autorité de la Citadelle de chair après Arès soit ignorant de l’identité de Mebd. D’évidence que sa réputation était encore à faire. Enfin, cette méconnaissance n’était pas vraiment un mal, par certains aspects. À son interrogation, la suivante de Mebd répondit succinctement.

– Reine du Connaught et fondatrice du Roisin Dubh.

Disait-elle, sans que le ton de sa voix n’ait changé, visiblement indifférée par l’ignorance cocasse de son interlocuteur. En revanche, en même temps que le Pontifex exprimait de l’agacement, sa dernière remarque produisit sur l’expression de Sin une réaction pour le moins curieuse. Les cicatrices sur son visage noircissaient, palpitaient. Son regard s’était fait plus tranchant, plus intense, plus dangereux. Pour autant, elle gardait de cette placidité nécessaire pour éviter que la conversation ne dégénère.

– Nous avons été appelées afin de renforcer le pouvoir des Berserkers. Un autre Pontifex se tenait alors à cette place. À présent que tu l’as remplacé, c’est à toi que je m’adresse.

Le ton s’était fait plus sec, plus mordant. Une colère contenue la traversait, qu’elle cherchait tant bien que mal à apaiser. Fermant les paupières, la Sluagh resta un temps silencieuse, juste assez pour reprendre contenance. Sa balafre, de retrouver une teinte plus claire, inanimée. Rouvrant les yeux, ses pupilles rejoignaient celles de Zvezdan, l’air plus neutre.

– Je veux savoir s’il est possible de construire un début d’entente, non pas avec Velya, mais avec… vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 13:17
Roisin Dubh.

Je n'en montre rien, mais ces mots ne sonnent pas totalement inconnus à mon esprit. À ma mémoire. Je me rappelle des récits de la mission de Carthage, oui. Esther et Li Mei, leurs deux acolytes Oracles, les quelques informations qui ont filtrées lors du rapport à Thivan. Je me rappelle des nombreuses zones d'ombres, un récit confus, ponctué de perte de connaissances et d'informations incomplètes. Mais je me rappelle avant toute chose de ces Roisin Dubh. Adorateurs d'entités souterraines, pratiquants de rituels sacrificiels similaires à ceux pratiqués dans la Carthage d'un autre âge. Celle avant le Romains, avant les Vandales, avant tout ça. L'originelle.
Fondatrice du Roisin Dubh, et Reine d'une province des terres Celtes, donc.

Peut-être une occasion de faire lumière sur ces fameuses quelques zones d'ombres... Ou d'autres occasions tout court.

J'écoute et j'observe, toujours dans l'attente. La neutralité reste sur mes traits, et la teinte d'agacement s'apaise. Et je fixe, tandis qu'il y a cette réaction chez elle. Je fixe sans détourner le regard, sans rien. Sans rien d'autre que cette paire d'yeux qui garde le contact visuel. La bête à sang froid aurait-elle paradoxalement le sang chaud ? Va savoir.
Les fauves peuvent bien être des fauves, tant qu'ils se rappellent quel rugissement prévaut en ces murs.

- Je vois. Acamas a laissé quelques petites affaires inachevées dans son sillage, lui aussi, après tout. Soit. Je suis Zvezdan, auparavant Cardinal de la Guerre, désormais Pontifex.

Présentations d'usage finalement délivrées, maintenant que le voile a été levé sur l'origine de cette rencontre. Au fond de moi, toujours une certaine circonspection, toujours quelques doutes... Mais toujours, cette curiosité intéressée. Roisin Dubh, donc. Et elle, Sin, et sa fille encore anonyme. Qui viennent ici quémander une entente... Hm. Voilà qui mérite que je m'y penche. Ils sont rares à oser venir parler d'Alliance entre ces murs. Ceux qui s'y risquent sont généralement désespérés, ou au moins autant damnés que les âmes du Dédale.

- Tout est possible pour peu qu'il s'agisse d'une entente profitable à chacun. Doucement, je décroise les jambes, voûte mon dos, dépose le poing d'une main au creux de la paume de l'autre puis y repose mon menton sur le dos. « Renforcer le pouvoir des Berserkers », donc. Qu'est-ce que le Roisin Dubh pourrait nous offrir, et que pourrait-il bien demander en retour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 14:34
La tension ambiante s’apaisait un peu tandis que le Pontifex rendait à sa convive les politesses d’usage. Manifestement, ces règles de bienséance recouvraient une forme d’importance à ses yeux, mise en de meilleures dispositions. Aussi, à sa question, elle lui répondait froidement.

– Donner un second souffle de vie à vos guerriers défunts. S’il le faut, les rendre plus malléables. Puis, il y a cette demande…

Un frémissement pouvait se percevoir au niveau de sa lèvre supérieure, en même temps que des tremblements à l’endroit de ses prunelles argentées. Ce dernier sujet éveillait en elle quelque chose de désagréable, loin de la ravir. Selon toute vraisemblance, cette affaire ne représentait pas à ses yeux une sinécure, bien au contraire. Pendant un instant, son regard avait scruté l’environnement, avant de revenir vers son vis-à-vis. Un signe ?

– J’ai entendu dire qu’une Sidhe s’était rendue ici pour chasser l’un des vôtres. Un certain Bran Ruz. Ignorez-vous également cela ?

Attentive à la réaction de Zvezdan, ce dernier pouvait deviner à présent ce qui avait motivé la Sluagh à s’entretenir avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 16:01
Second souffle de vie. Une idée qui fait écho avec le récit de ces Berserkers ramenés à la vie sous une forme de Spectre, lors de la mission de Carthage. Cette Sin ne passe pas par quatre chemins et présente les choses telles qu'elles sont. Sans doute ne le sait-elle même pas, mais ces quelques mots échangés suffisent à eux seuls à lever le voile sur quelques mystères d'une affaire vieille de deux ans.

Les choses sont bien faites.

Second souffle de vie et... Malléabilité. C'est là ce qu'ils peuvent offrir. Jouer avec la vie et la mort, ramener à un simulacre d'existence ce qui ne devrait plus être ? Pourquoi pas. Pour d'autres questions, dans d'autres contextes, l'idée aurait pu me déplaire. Pour des Berserkers à ramener d'outre-tombe ? L'idée est séduisante.

Cette autre idée de... « Malléabilité », par contre, c'est une autre histoire.
Ma décision quant à Haldor laisse deviner ma position sur les loyautés factices et influencées, hm ? Ce qui est faux est destiné à un jour être dévoilé comme mensonger, et une loyauté mensongère dévoilée, c'est dangereux Très dangereux. Quoi d'autre ? Une tierce partie garante de la loyauté de guerriers sous notre allégeance, c'est dangereux, là aussi. C'est présenter son dos et le peindre d'une cible rouge, pour le jour où ils devaient avoir soudainement envie d'y planter une dague.
Encore que ça dépende de ce qu'elle entend par malléable. Mais le principe est limpide.
Soit. Des axes intéressant, quand même. Et... Et je me dis qu'il peut peut-être y avoir moyen de grappiller plus. Mais d'abord, cette demande, oui.

Cette demande visiblement compliquée.
J'écoute. J'entends le récit d'une Sidhe en chasse, d'un Bran Ruz traqué. J'entends, et je reconnais. Il y a peu, je n'aurais su qu'une partie de tout ça. J'aurais du la chasse à Bran, mais pas qu'il avait trouvé refuge ici. Depuis peu, je sais. Depuis peu, je sais une autre des... initiatives de Velya. Non content de manigancer dans notre dos, il enrôle un ancien Oracle pourchassé par les siens, et sans doute pas en odeur de sainteté dans son ordre. Il amène les problèmes à notre porte, et si je n'avais pas fouiné, je ne saurais toujours pas.
Heureusement que je connais Bran. Et heureusement qu'il est utile. Autrement, j'aurais réglé la chose promptement.

- Intéressant. Intéressant, ces choses qui nous sont proposées, oui. Et... Et une question qui me vient. Une idée à creuser.« Plus malléables ». L'idée est séduisante, en somme. Une question, cela dit. S'il peut s'agir de les rendre plus malléables, peut-il aussi s'agir de les soustraire à une influence extérieure?

Un regard perçant, une lueur analytique dans le regard. Non, la question n'est pas anodine, non. Bien loin de là. J'aurais pu m'en cacher, j'aurais pu tourner ça autrement, plus subtilement. Mais ici, l'intérêt est autre. L'intérêt est tout justement de jouer cartes sur table. Quant au cas Bran...

- Non, je sais. C'est moi-même qui ait rencontré cette Scáthach, et ce que j'ignorais à l'époque concernant Bran, je le sais aujourd'hui. Qu'en est-il?

Il intéresse beaucoup de monde, cet Ancien Augure. Pour le meilleur comme pour le pire.
Oui je connais Bran, oui je sais sa traque.
Et j'ai hâte de savoir ce que vous lui voulez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 21:58
Si quelques petits incidents avaient marqué leurs échanges, les deux protagonistes approchaient peu à peu de ce que la première était venue chercher : un terrain d’entente. Il n’y avait que la question de la malléabilité qui nécessitait visiblement quelques éclaircissements. Un temps silencieuse, sans doute animée par une juste méfiance, la Sluagh finit par offrir une réponse plus fournie que ce à quoi elle avait pu habituer la Voix d’Arès.

– Cela dépend de ce que vous entendez par là… La meilleure solution est encore de travestir quelques grandes vérités en menus mensonges. C’est un travail d’orfèvre qui, s’il est mal exécuté, peut engendrer des répercussions déplorables. Pour prévenir ce danger, il faut avoir une compréhension intime de ce qui constitue une âme. Tous les druides n’en sont pas capables. Pour cela, une caractéristique innée est nécessaire. Et rares sont ceux à la posséder.

Prudente, elle veillait à ne pas trahir des informations trop stratégiques, bien qu’elle n’était pas de nature à maquiller ses paroles d’écrans de fumée sophistiqués. En tous les cas, ce Pontifex ne semblait pas plus frileux que son prédécesseur à jouer avec la vie et à en trafiquer la volonté. Des manipulations qui en d’autres lieux, prendraient les atours des pires tabous. Mais à la guerre, la morale n’avait pas sa place. D’autant plus là où se tenait la frange de l’humanité. Une posture probablement partagée entre le Roisin Dubh et les Berserkers. Mais il n’était pas dit qu’ils entretenaient plus de points communs que cela. De quoi justifier une précaution, lorsqu’une perle rare est trouvée à même le terrain d’un propriétaire dont on ne connaît les véritables intentions.

– Ce petit renard a attiré notre attention pour ce qu’il fut autrefois. Mais le rencontrer m’a permis de mettre au jour une autre découverte… intéressante.

Elle-même était parfois capable de prêter assez d’attention aux expressions clefs de ses interlocuteurs pour les singer et créer de ces échos susceptibles d’insuffler une étincelle de complicité. Si à ce stade, les instruments promettaient déjà de s’accorder, alors il pouvait être attendu que leur partenariat soit moins éphémère qu’une respiration.

– Je désire le soumettre à la protection du Roisin Dubh envers les Sidhes, à moins que vous ne souhaitiez vous en charger ? Autrement, je demande à ce qu’il puisse quitter l’armée d’Arès sans être inquiété d’aucune façon par les vôtres.

Les pupilles toujours fichées dans celles du Pontifex, Sin attendait de mesurer à présent le degré de pertinence à privilégier la voie de la négociation avec des êtres que l’on disait dominés par leur fureur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyDim 16 Aoû - 23:06
- Oui, je suis familier avec la complexité des travaux sur l'esprit, plus encore lorsqu'il est atteint par l'âme. Ne l'ai-je pas dit à Haldor ? Là où Acamas a touché sa mémoire par le sang, je l'ai touchée par l'âme. Mais ma familiarité s'arrête ici. Je joue avec les sens, les influences subtiles et les souvenirs, jamais avec le contrôle, l'influence profonde. Tromper et aiguiller, plutôt que contrôler, c'est les armes que je manie avec mon Cosmos, mes facultés. Alors... Alors oui, familier, mais sans plus. J'entends par là pouvoir retirer ses chaînes à un esclave lié à son maître par du Faux. Par le doux mensonge d'une affection factice, surnaturelle. Par la poigne d'un contrôle plus rude également, qui en fait une vulgaire marionnette.

Je précise mon idée, sans en dire trop, comme elle a précisé la sienne sans développer. À vrai dire, j'aurais déjà pu lui poser quelques questions... Mais j'ai quelques pistes qui demeurent, grâce aux informations glanées à l'époque. Alors je ne suis pas surpris lorsqu'il est question de Druide. Pour autant il y aura des questions à poser par après... Mais revenons d'abord à nos affaires.

- 'Voyez, je ne crois pas aux loyautés qui reposent sur la tromperie. Quelques mots pour expliquer, sans trahir. Les mensonges et contrôles de l'esprit sont par essence fragiles, destinés à finir dévoilés ou brisés. L'on peut les entretenir, mais c'est un exercice chronophage et instables. Et lorsqu'un esclave brise ses chaînes, qu'un crédule voit le réel... Les choses se compliquent. La loyauté authentique, celle de la Foi, de la confiance et des buts communs, si elle n'est pas parfaite, est plus stable à mon sens. Va de même pour la loyauté au dominant. Celui qui s'impose par sa seule force.

L'allégeance de la meute à un spécimen plus puissant, plus grand, qu'ils respectent par peur pour ce qu'il peut leur faire, mais aussi et surtout, pour la protection qu'il apporte. Le Glaive Rouge, c'est le premier pas vers une politique qui ira irrémédiablement en ce sens. La Peur, la Foi, les Pas marchés dans la même direction, vers le même But. Je préfère ça à des brumes d'imposture.

- Ici et ailleurs, j'ai croisé ou entendu parler de beaucoup de manipulateurs de l'esprit, de l'âme. Ceux supposés l'enchaîner. L'exercice inverse m'intéresse : ceux capables de la délivrer.

Pourquoi ? Ça, même si les pistes de réflexion existent, je le garde pour moi. Car j'ai plusieurs raisons.
De bonnes raisons de penser qu'Asgard use de ce genre d'influence pour s'assurer de la loyauté de leur force de frappe, et si Asgard doit devenir une menace, je veux des contre-mesures.
De bonnes raisons de penser que Velya prend trop ses aises en ces murs, et s'arroge par le sang des loyautés qu'il ne saurait obtenir autrement.
De bonnes raisons de penser que ce savoir sous-estimé puisse m'être utile à plus long terme. Là où tous veulent enfermer des esprits, j'aspire à l'ouvrir, le libérer. Les Chiens de Guerre ne sont-ils après tout pas des créatures d'instinct, loyales mais esprit libre ?
Sauvages, mais membres de la meute.

Aujourd'hui, il est question d'un de ces sauvages. Un tout frais louveteau, qui jadis a été grand rapace prédateur de son ordre.
Bran. Bran qui intéresse pour son passé, son origine. Ses secrets et sa nature. Bran rencontre, parait-il. Une lueur de curiosité brille alors dans mon regard.

- Quel genre de découverte?

Céder Bran ? C'est une idée. Mais pas sans savoir ce que je cède avec lui. Si cette Sin a su découvrir une gemme que je n'ai pas vu chez lui et qu'elle s'en empare pour me prendre une occasion des mains... Heh. Alors oui. Curieux. Vraiment.
Du reste...

- Je connais Bran d'avant son statut de Berserker. J'ai une dette envers lui et je le sais utile. Mais... Puisqu'il y a un mais. Mais L'initiative de son recrutement amène bien des soucis dans son sillage. Il intéresse, pour tout un tas de bonnes et de bien moins bonnes raisons. Il intéresse les mauvaises personnes. J'ai pu m'entretenir avec lui pour apprendre ce que je voulais savoir. Du reste, si c'est votre requête dans le cadre d'une entente mutuelle, je peux y accéder.

La vérité ? La vérité, c'est qu'en cas d'extrême, je n'aurais pas cillé à l'idée de bannir Bran pour ne pas avoir à souffrir de ses ennemis et inimités. Alors en un sens, cette histoire m'enlève une épine du pied.

- Quelques questions, tout de même, Puisque les choses ne peuvent pas être aussi simples. Quelle est la loyauté du Roisin Dubh sur l'échiquier divin ? J'ai croisé bien peu de groupes éveillés indépendants jusqu'ici, et je connais votre groupe de loin. De Carthage, en fait. Je suis également curieux de savoir si cette entente pourrait se développer jusqu'à éventuellement partager nos forces sur des objectifs communs. Car cette aide proposée est intéressante, oui... Lever les morts. Mais face à moi, je devine une combattante qui saurait amplement s'avérer redoutable, si dirigée contre nos ennemis. Et je me dis qu'il doit y en avoir d'autres, dans leur petite compagnie.

D'autres questions peut-être, en temps et en heure. Pour l'instant, voir si la demande lui convient et si les questions posées peuvent être répondues. Tâter le terrain et sentir les sujets sensibles. Les secrets.

Les secrets eux aussi, sont destinés par essence à être tôt ou tard dévoilés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyLun 17 Aoû - 20:55

Manifestement, ses dernières interventions avaient éveillé l’intérêt du Pontifex, à en juger ses paroles fleuves. Une loquacité qui ne perturbait pas plus que ça la Sluagh, prenant grand soin d’écouter chacun des mots, pour les sous-entendus qu’ils pouvaient cacher. Car dans toutes ces formules, peu d’espace était laissé aux badinages. Chaque élément avait sa propre importance. Et à la première requête prudemment esquissée, Sin prenait le temps de réfléchir à la réponse qu’elle jugeait la plus juste.

– Il n’est rien que je puisse affirmer. Pour se faire, il me faudrait expérimenter sur un cas concret. Il est des chances que le sujet trouve la mort dans le processus… plusieurs fois… de quoi laisser des séquelles… et sans assurance qu’à terme, une solution satisfaisante soit trouvée. Qui sait, les chaînes pourraient bien être brisées, mais avec elles, l’esprit de l’esclave que vous souhaitez délivrer. Cela vaut-il le coup de risquer de détruire la coquille de l’œuf au motif que son vernis vous dérange ?

Aucune empathie ne l’avait embarrassée à l’évocation des sujets et de leurs sinistres sorts si jamais ces expériences devaient être menées. Enfin, avec un peu de chance, la demande de Zvezdan serait satisfaite au premier coup. Dans le pire des cas, le sacrifice de leur psyché épouserait la plus sombre vanité. Quand la Voix d’Arès partagea sa vision des choses sur son idéal de loyauté, la druidesse prenait une expression plus glaciale. Non pas la froideur de l’indifférence, mais plutôt de celles qui empruntent à une certaine aversion. Cette conversation animerait-elle en sa mémoire de pénibles souvenirs ?

– Je ne prête foi qu’au sang de mon sang. Le reste n’est que corruption latente, comme une pomme finit toujours par pourrir de l’intérieur, fût-elle autrefois d’une pureté sans égale.

Avait-elle raison de tant se découvrir ? Au fond, le Pontifex s’exposait lui-même avec très peu de retenue. Il était naturel dans le courant d’une discussion de se laisser influencer par l’attitude de l’interlocuteur. Ainsi seulement, il devient possible de mieux se comprendre. Quant à savoir si ça amènera quelque chose de positif ou négatif, seul l’avenir en déciderait. Et lorsque les questions portèrent sur Bran Ruz, la justification vint le plus naturellement aux lèvres de la représentante de Mebd, comme si cela relevait du bon sens.

– Le petit renard s’est révélé être un druide. En cela, il représente à mes yeux une graine qui n’attend que de germer en un arbre magnifique. Seulement, cette jeune pousse ne saurait-être semée en les terres stériles de cette Citadelle. Vous seriez bien impuissant à éveiller son potentiel.

Ayant relevé dans le discours de Zvezdan quelques indices de convergence, elle surenchérissait là-dessus. Ce jeune homme donnait suffisamment de quoi rebondir, et sans que cela ne demande spécialement d’effort. Tout s’accordait pour que les instruments jouent le plus naturellement. De quoi faire presque oublier la tension qui avait pu alourdir l’environnement à son arrivée.

– Il a lui-même fait ce choix. Et s’il est pour vous une personne d’intérêt, voyez en cet accord l’occasion de mieux nous entendre, par son intermédiaire.

En revanche, pareille tension revint à l’évocation de l’allégeance du Roisin Dubh. Un sujet que Sin n’appréciait pas d’aborder, selon toute vraisemblance. Non pas qu’elle donnait à lire de la gêne, mais plutôt, un lourd ressentiment ; une forme de dégoût, peut-être.

– Cette question est prématurée. Cela dit, vous auriez tort de penser que nous sommes tous de simples éveillés. Il en est qui ne sauraient se gagner la protection d’aucun dieu.

Sur son visage inhumain, un sourire ironique, voire acide. Il fallait bien qu’à un moment, les deux interlocuteurs se confrontent à un mur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyLun 17 Aoû - 22:18
- Le vernis me dérange quand il reflète une bannière ennemie. Ce serait infiniment plus simple s'il ne s'agissait que de ça autrement... Je prends note. Merci pour vos éclaircissements.

Je prends note, mais je mets de côté pour le moment. D'autres alternatives se dessinent pour ces soucis d'influence mentale. J'essaie simplement d'avoir plusieurs cartes dans ma manche... Encore que. Si la menace Ase se confirme, je cillerai moins à l'idée de briser leur esprit, si ça veut dire briser leur loyauté. Mais nous n'y sommes pas encore. Va savoir à quoi ressembleront les premiers contacts, quand on finira irrémédiablement par se rencontrer. Prudent, mais pas paranoïaque.
Je veux simplement garder quelques contingences, dans le cas où le grand Nord s'avère belliqueux.

- Tout l'intérêt de croquer la pomme avant qu'elle pourrisse.

Une malice féroce à mes traits, je réponds ça, sur le ton de la conversation, sans trop ciller. Souriant, même. Le sang de son sang. La famille. Tseh. J'aimerais encore avoir le luxe de placer ma foi en la famille. Mais même là, j'ai toujours cette petite voix, qui me dit depuis longtemps maintenant... De ne faire confiance qu'à soi. De n'accorder sa totale confiance qu'à soi-même, et en donner plus ou moins aux autres, mais jamais totalement. Toujours prévoir, toujours se prémunir, toujours être prêt. Les gens sont faillibles... Soi compris. Mais l'on ne doit ses propres échecs qu'à soi même, sans personne d'autre à qui rendre de compte. Aujourd'hui ? Aujourd'hui, les deux personnes à qui je fais le plus confiance sont sûrement Ludmila et Haldor. Une sœur d'arme instable qui a déjà lacéré ma peau, et un rescapé du grand Nord qui suivait jadis Odin.
Alors oui. Accorder sa confiance, mais prévoir, se prémunir.

- Mais les gens à l'inverse des pommes peuvent changer. Multiples fois au cours des âges. Pour le meilleur comme pour le pire. Le sourire quitte mes lèvres pour revenir à une expression songeuse.

Les gens ne pourrissent pas, ils évoluent. Ou régressent. Parfois les deux en boucle.
Les pommes subissent l'effet du temps, puis dépérissent. Les gens subissent le temps, les influences, l'expérience, les joies et les traumas, l'histoire et le monde. J'aurais pu développer cette pensée à voix haute, mais je ne veux pas lancer de grand débat stérile. Alors juste cette phrase, qu'elle prendra comme bon lui semble. À méditer, ou à jeter sans même considérer.

- Un druide. Détail qui m'est sorti de la tête un instant, et pourtant évident. Bran a toujours porté beaucoup de mystères dans son sillage. Celui là, un parmi tant d'autres. En ça, vous pouvez lui offrir et un refuge, et une structure où ses dons seraient utiles. Travaillés. Soit, s'il y consent, alors il a ma bénédiction, et vous avez la mienne.

Prenez donc la jeune pousse sous votre aile. Et s'il devait venir à s'improviser mauvaise herbe à cause de ses liens, alors ce sera à vous de vous improviser jardiniers. Votre terrain d'expertise après tout, n'est-ce pas Druides ?

Un air satisfait sur mon visage, puis je pose mes quelques questions. La réponse et la tension qui l'accompagne n'éveillent pas de réaction particulière sur mes traits. Mais je note, autant que je note le sous-entendu final. Je me doute de votre allégeance à vrai dire, Sin. Mais savoir qu'elle se veut secrète est une autre pièce du tableau.

- Est-ce si prématuré, que de demander à savoir votre allégeance quand vous connaissez la mienne? Je pose la question d'un ton neutre, sans sembler offusqué du refus, calme. Vos propositions sont intéressantes, mais même mon pire ennemi pourrait me proposer des ressources inestimables. Comprenez que je ne peux pas risquer de trop m'engager avec n'importe qui pour peu qu'il me soit proposé un marché alléchant. Aux jeux des Dieux plus que n'importe où, une main tendue peut dissimuler une dague. Dieux manipulateurs, illusionnistes fidèles et espions sont foule, dans ce grand foutoir.

Alors... alors il faut montrer patte blanche de chaque côté.

- Voyez un compromis. Je vous cède un Berserker qui non seulement s'avère utile pour ses connaissances druidiques, mais aussi pour ce qu'il pourrait vous apprendre sur les siens, sur les Oracles et sur nous-mêmes. Ce n'est pas rien, j'irais même jusqu'à dire que c'est un franc premier pas en avant. Mes mains se croisent, mon regard fixe. À ma voix, un ton qui appelle à la conciliation. Faites un pas vers moi, et alors cette entente pourra commencer sur de bons auspices.

Je laisse ouvert sur cette notion de pas en avant. Si ça ne doit pas être ça, alors peut-être que ça sera autre chose. Au final ? Au final, plus que l'information, je veux voir quel genre de rapports se dessinent réellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyLun 24 Aoû - 21:08

Aucune réaction ne suivait la remarque quant au fait que le Pontifex cherchait à faire virer capot des ennemis. Une orientation pourtant curieuse, car il était difficile d’imaginer que des éveillés sous la coupe d’autres factions ne doivent leur allégeance qu’à un lavage de cerveau. À moins qu’il n’ait une personne à l’esprit en particulier, obéissant spécifiquement à cette condition ; dans ce Dédale ou ailleurs. Quand bien même, cette glissade rhétorique avait de quoi interpeller. Enfin, cet homme pouvait bien cacher son jeu comme il l’entendait. La politique de son domaine lui appartenait, après tout, et Sin ne montrait aucune appétence en la matière, plus intéressée à faire aboutir sa demande dans la limite de ce qu’elle pouvait offrir en contrepartie. Lorsque son vis-à-vis revint à la métaphore de la pomme, un sourire prédateur apparut quelques secondes sur le visage de la Sluagh.

– Vos mots ne sauraient être plus justes... même s'ils vous dépassent.

À cet instant, l’aura se faisait plus oppressive, sans pour autant que son attitude ne trahisse le moindre signe tangible d’hostilité. Momentanément, Zvezdan put entendre un hurlement d’outre-tombe semblant s’échapper d’un coin de son esprit. Était-ce son imagination ? L’atmosphère s’était sensiblement refroidie. Les poils sur sa peau étaient à présent hérissés. Une autre présence semblait se tenir dans la salle. Ou peut-être plusieurs ? Quelque chose de particulièrement angoissant, bien que l’impression s’apaisait à mesure que filaient les secondes. Même après que son interlocuteur développe sa pensée, bien lointaine aux valeurs de la suivante de Mebd. Pour un peu, le sujet l’indifférait. Une fois de plus, cet homme pouvait bien penser ce qu’il veut, ce n’était pas ce qui l’intéressait en premier lieu.

Quand elle gagna de lui que Bran rejoigne les leurs, Sin adressa un signe de tête sobre. Une marque de respect inhabituelle, de sa part. En revanche, son expression s’assombrit tandis que la voix d’Arès insistait sur la question de leur allégeance divine. Une colère silencieuse couvait doucement. Ce qui la retenait de se libérer tenait pour beaucoup au ton de cet importun. Une neutralité bien efficace pour mieux enrober l’impertinence de sa démarche qui, pour un peu, n’y ressemblait plus vraiment. Un point de vue qui se défendait, même aux yeux d’une créature au sang chaud. Ceci dit, certains aspects de son argumentation avaient de quoi la faire tiquer.

– Nous en apprendre sur vous ? À peine est-il tombé de son nid… sur votre terre… que je l’ai ramassé. Ne surestimez pas la valeur de votre consentement... Le petit renard représentait pour vous une source de problèmes... que nous prenons en charge. Et ces connaissances que nous lui enseignons… vous en profiterez pour partie. Cet accord n’est pas un don de vous à nous. Il est une avancée vers une destination commune.

Le regard perçant, sa voix se faisait plus sèche.

– Ma patience pour les manipulations a ses limites. N’en abusez pas.


Prenant grand soin de garder contenance, Sin détourna un moment son regard de celui du Pontifex. Introspective, il était ostensible que les mots de Zvezdan la travaillaient. Après quelques secondes, elle renouait le contact visuel avec cet interlocuteur au verbe sans doute trop agile pour son propre bien, mais assez juste dans son ossature pour gagner gain de cause.

– Le Roisin Dubh est lié à Hadès.


Une confession lacunaire qui lui était désagréable de donner. Quoiqu’il en soit, un pas de plus avait été fait envers ce jeune homme, et non des moindres. De quoi assurer aux Berserkers d’inéluctables répercussions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ZvezdanZvezdanArmure :
Pontifex

Statistiques
HP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-bleu1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-bleu  (1650/1650)
CP:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-rouge1350/1350[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale G-jaune1650/1650[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale V-jaune  (1650/1650)
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptyMar 25 Aoû - 1:18

Au Pontifex, l'on répond que ses mots le dépassent.
À la Sluag, il répond d'un fin sourire. Trop fin pour ne pas dire quelque chose, à sa manière.

Tu n'es pas la première à me servir ce discours, Druidesse.
Si je devais écouter les voix du passé, ils ont été nombreux, à me dire que je joue un jeu qui me dépasse. Que je ne suis qu'un outil dans une gigantesque mascarade plus grande que nous tous réunis. Tu sais de qui j'ai pu entendre un discours de ce goût-ci ?
Bélisaire. Où est-il pour en parler, aujourd'hui ?


Son esprit s'égare à ce songe. Sans doute ses mots le dépassent effectivement, sans doute prennent-ils un tout autre sens, dans le grand schéma des choses. Sans doute le fil de sa pensée s'attarde sur ce que son Orgueil lui murmure : cette voix qui lui dit ce qu'il vaut. Cet Ego, à la fois redoutable pour autrui, et dangereux pour soi-même. Il veut dépasser plutôt qu'être dépassé, pour ses mener à bien ses ambitions, satisfaire ses lubies.
Il Doit dépasser plutôt qu'être dépassé, pour venger les siens, satisfaire leur ire d'outre-tombe.

Il le sent, lorsque cette aura s’alourdit. De nouveau. Par automatisme, la sienne s'impose, plus pesante. Comme une attitude miroir, pourtant, son comportement ne dégage rien d'hostile. Il entend le hurlement. Perçoit ces présences, perçoit le frisson qui lui court sous la peau. Ces manifestations ne sont finalement que de familières inconnues. Différentes de celles qu'il connaît, et pourtant, quelque chose y fait écho.

Elle pourra les apercevoir. Les visages mirages, brumeux, comme des espèces de volutes éthérées qui émanent du Vandale. Manifestées au monde, Les traits tirés en une grimace coléreuse, désespérée, apeurée ou démente le temps d'un souffle ; puis évaporées, renvoyées à l’inexistence... Ou peut-être à leur existence, là où elles devraient être... Ailleurs.
Une impression, là aussi. Rien de plus que ça. Et là aussi, quelque chose qui ne tarde pas à s'évanouir.

Pour autant, quelque chose qui ne ment pas sur la nature profonde du Berserker... Ou tout du moins l'une de ses facettes.

***

- Un problème que j'aurais pu résoudre de bien d'autres façons, oui. Le regard fixe, mon sourire troqué pour une expression relaxée, mais impassible. à ceux qui traquent, j'aurais pu donner sa tête. À lui qui court, j'aurais pu lui donner sa liberté, loin de mes terres, ses soucis tout aussi loin. La voix claire, le ton sans affect, j'énumère ces possibilités... que j'ai envisagé, oui. Parce que si je respecte le Corbeau, je n'aurais pas hésité à me débarrasser de lui, si ça voulait dire me débarrasser de problèmes dans son sillage. Des solutions plus définitives, sécuritaires. Potentiellement fructueuses, même. Va savoir ce que les siens auraient pu donner, en échange de son corps. Au lieu de ça, je vous le cède à vous, Dont je ne sais que le nom, l'appartenance au Roisin Dubh et l'alliance avec Velya. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce dernier point constitue un Moins plutôt qu'un Plus. Finalement, des traits plus sereins, sur mon visage. Un signe de tête. Mais maintenant que nous savons tous deux avec qui l'on traite, tout ça me semble plus clair.

Tu sais que je représente Arès, avec tout ce que ça implique.
Je sais que tu représentes Hadès, avec tout ce que ça implique là aussi.
Ce n'était pas si compliqué que ça, hm ?

- Pas d'inquiétude, cela dit. Mon regard s'attarde un moment, va chercher le sien. Je suis assis sur ce trône que depuis peu, mais le jour où j'aurais besoin de manipuler pour obtenir gain de cause dans cette salle n'est pas encore arrivé. La manipulation, c'est le recours de l'homme en position de faiblesse. Me penses-tu en position de Faiblesse, Druidesse? Tseh. Si tu m'estimes manipulateur dans ma démarche ici, qu'est-ce que sera le jour où je finirais bel et bien par vous manipuler... Non, je suis honnête, en l'état. Simplement... Appelons ça plutôt être dur en affaires.

Un fin sourire. Encore.

- Pour répondre à votre requête de plus tôt, j'accepte de vous accueillir un temps au Dédale afin que vous puissiez représenter les vôtres. Un détail, cependant : Je souhaite pouvoir rencontrer votre fille en temps et en heure. Le Pontifex se doit d'être familier de tous les invités sous ce toit.

Je me méfie déjà de certains résidents permanents de ce cloaque puant. Alors quand des étrangers y débarquent, je veux savoir. Les voir, les jauger, les sonder. Qui plus est des affiliés à Hadès.

Parce que les Enfers ont longtemps parait-il été des alliés des Berserkers... Mais je crois bien ne jamais en avoir vu la couleur auparavant, à vrai dire. Parce que les desseins de l'Outremonde ne sont pas les miens. Parce que je ne sais pas de quoi l'avenir est fait... Ou plutôt, justement, je sais, et donc je me prépare.

- Y avait-il autre chose que vous souhaitiez aborder?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2032-zvezdan-cardinal-de-
SinSinArmure :
...
Message Re: [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale   [Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale EmptySam 5 Sep - 11:06
Impassible aux manifestations émanant du Dédale, Sin était plus attentive à ce que donnait à voir Zvezdan qu’autre chose. Les mots ainsi que l’attitude du maître des lieux avait quelque chose d’irritant, mais la conversation avait assez duré pour que la Sluagh s’habitue à la température du bain et au tempérament de ce jeune Pontifex. Cette fois, il apparaissait simplement que moins d’éclats rhétoriques méritaient de s’y attarder. Visiblement, la suivante de Mebd ne prenait aucun plaisir à ces jeux et s’arrangeait pour qu’ils s’abrègent le plus rapidement. D’autant plus que ses mots n’y changeraient rien, en l’état actuel. Elle ne retenait finalement que l’essentiel, soit qu’elle ait obtenu gain de cause et qu’il lui soit demandé que sa fille se présente.

– Il en sera fait.

Répondait-elle, expéditivement. Et à la dernière interrogation, Sin ne ferait pas plus de cérémonie.

– Non. À présent, je vous laisse.

Attendant de voir si ultimement, son interlocuteur souhaitait lui dire quelque chose, la Sluagh se retournerait ensuite sans plus d’ambages, quittant les lieux pour laisser le Pontifex à ses projets. Un début de quelque chose allait se construire, restait à voir quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Février 553] Une nouvelle ambassade au Dédale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Dédale de Chair :: Autel des sacrifices-
Sauter vers: