Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyDim 23 Aoû - 13:08


Vivre.
Un objectif qu'elle s'est trop longtemps interdite, certainement. Pourtant ce n'est pas le manque d'audace qui la caractérise...
Tout cela changerait à partir d'aujourd'hui, et quoi de mieux pour cela que se réconcilier avec les chevaux ? Du moins en partie. Puisqu'il n'était pas question de monter dessus, mais plutôt de se familiariser avec son nouveau jouet : Son char.

Certainement l'invention la moins appropriée en ce qui concerne une balade en foret.

Mais ça, elle s'en moque bien, puisque cela reste moins pire que de se retrouver sur le dos traître d'un canasson débile. Et puis il existe des zones plus ouvertes en direction des portes d'obsidienne où il devient possible d'exploiter tout le potentiel de ce véhicule particulièrement sexy. Alors c'est par là bas qu'elle va, d'abord timidement. Réalisant rapidement que ce qui la déplaît par dessus tout n'est autre que la sensation de ne pas toucher terre - Et qu'une fois encore la mobilité comme la stabilité de tout ce bousin dépend d'un équidé forcément contrariant.

Son enthousiasme l'emporte néanmoins sur l'appréhension. Ludmila veut se défouler et sent au plus profond de ses tripes que ce nouvel instrument lui est d'une certaine façon destiné. Alors une fois en terrain dégagé, elle contemple l'horizon puis assène un coup de hampe en pleine croupe de l'animal afin de communiquer son souhait : En avant !

L'étalon entêté ne se fait pas prier cette fois ci, cavale donc malgré sa charge. La structure tremble, aléatoirement selon la caillasse éjectée ou écrasée selon l'angle frappé par les roues. Le léger sentiment de panique de la vandale laisse peu à peu place à de la joie, même si elle en a laissé tomber sa hache à ses pieds pour plutôt s'agripper de toutes ses forces aux accroches. La course n'en finit plus, magnifique ligne droite sans obstacles...

... quelle vitesse !... Marmonne t'elle en mangeant une mèche de ses propres cheveux alors qu'elle fend l'air. Finalement, elle ose se libérer une main, récupérant Purpurine au passage par peur de s'écorcher le pied en la déconsidérant ainsi. Et puis, la sensation s'intensifie en lâchant prise. Son assise se rectifie, se corrige afin de maintenir un certain équilibre.
Alors bien sûr, la seconde pogne se retire également.
Et ça fonctionne ! Elle tient debout sur son char, pourtant guidé par ce crétin de canasson !
... Mais pas bien longtemps, puisque ce dernier perd en cadence. S'arrête même au bout d'un moment, sabotant l'allégresse de la "conductrice".

HEY ! AVANCE ! Hop !... allez! Son enthousiasme entaché, elle attrape une cordelette afin de tirer vivement, provoquant une réaction rotative chez son "ennemi", qui tire le véhicule sur le côté, faisant lentement, très lentement demi tour. NON, tout droit, TOUT DROIT CRÉTIN ! ROOUULE !

Mais ils ne se comprennent pas. Du moins il ne la comprend pas, car la vandale de son côté a parfaitement compris qu'il se rebellait. Alors une nouvelle frappe via le manche de sa hache, puis encore plus fort puisque c'est insuffisant. Et la machine repart. Enfin !

Nouvelle virée, puissante, lourde mais rapide ! Hâtive ! Le son de l'engin attise son engouement au moins autant que le souffle dû à la vitesse. Alors elle ose, lève les bras vers le ciel, hurle, ravie.

YIIIIIIIIIIIIIIHAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyDim 23 Aoû - 13:29
Quelle plaie.

C'est ce que pensait le colosse alors qu'il remontait le chemin sur le dos de son cheval. Directement le Dédale. Il préférait largement parcourir la terre sur ses deux jambes mais il devait admettre que son canasson était rapide et lui permettait de gagner du temps. Il revenait d'un des villages voisins, afin d'aller récolter quelques informations dont il avait besoin pour sa future mission. Il aurait pu tout aussi bien y envoyer un autre que lui mais voilà, il n'avait pas forcément confiance et cela lui donnait une excellente raison de quitter le dédale.

Au moins, ce petit voyage avait porté ses fruits et il allait enfin pouvoir lancer son équipe là où il fallait. Ne pas toucher aux voisins, puisque Védan le lui avait demandé. Ne pas s'approcher plus que de raison des Citadelles Byzantines. Là aussi, il l'avait promis. Mais voilà, il fallait bien qu'il décide d'une trajectoire pour que ses gars sachent où aller. Et les infos récupérées lui avaient permit de se faire une idée précise de sa destination future. Il avait hâte.

Pas parce que la mission le captivait. Mais parce que plus vite il commencerait et plus vite il en aurait terminé. Quelle idée à la con. Le dernier ordre d'Acamas. Mais pas le choix. Plongé dans ses pensées, il ne perçut pas de suite la poussière soulevée au loin. Il ne percevait pas le cri d'allégresse. Mais le comportement de son cheval changea. Ce dernier était loin d'être un canasson comme les autres. Les yeux noirs, la couleur du pelage grise. Des os saillants. Une odeur de mort puissante. Mais robuste. Bien assez pour porter le colosse et sa gigantesque lame. Bien assez pour supporter son poids même quand la cuirasse prenait possession de son porteur, bien assez pour porter celle qui recouvrait aussi le canasson quand la guerre éclatait.
    - Qu'est-ce que t'as encore à t'énerver, toi ?

Il leva le regard et perçut au loin la poussière. Et au centre, ce qui ressemblait à un petit véhicule. Une sorte de carriole ? Non, trop rapide. Un char alors ? Sans doute, mais qui aurait l'audace de conduire un char en ces contrées, si proche du domaine des Berserkers, et surtout à cette vitesse ?
    - On va jeter un oeil. ALLEZ !

Ses deux pieds frappèrent les flancs de la créature qui accéléra nettement l'allure. Aujourd'hui encore, le colosse ne portait pas son armure. Seul le manteau étrange, celui qu'il s'était taillé à même le cadavre d'un géant de glace, qui laissait s'échapper un froid presque surnaturel. Derrière le colosse et sa monture, la brume s'élève. Il ne leur faut pas longtemps pour atteindre le char lancé à vive allure. Là, un cri d'allégresse. Arrachant un sourire au géant qui reconnait la personne. Tiens, tiens. Il accélère donc la cadence jusqu'à arriver proche d'elle. Tourne sa tête vers elle. Lui sourit.

Ludmila. La femme au caractère de merde. Dans quelles dispositions seraient-elles aujourd'hui ?? Il le saurait rapidement. "Le Boiteux" suivait sans mal la cadence et Haldor était décidé à la suivre jusqu'à ce qu'elle s'arrête ou ralentisse l'allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyDim 23 Aoû - 14:33


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] I4goW8p

En pleine extinction de voix, la vandale penche la tête sur le côté. Plisse les yeux, incertaine de ce qu'elle voit.
Uh? Ce n'est pas un mirage: On lui fonce littéralement dessus. Le temps même de se faire cette réflexion, il est déjà trop tard, puisque le cavalier solitaire est déjà à son flanc. Bien heureusement il ne s'agit pas d'une charge, quoique tout de même d'un abordage.

Un frisson. Non pas que cette présence l'intimide, mais la faute revient plutôt à cette maudite aura glaçante qui étouffe sa propre ardeur. Ce Haldor a beau lui sourire, ce qu'il trimbale avec ou malgré lui n'a rien de bien chaleureux. Toutefois Ludmila n'est pas pour autant malpolie, alors elle lui retourne un grand sourire, évidemment fugace, puis adopte une moue totalement inverse l'instant suivant.
Sa dextre abat deux doigts en avant, délivrant quelques étincelles afin de mettre un peu le feu aux fesses de son canasson.
Il s'agit de tracer, là. Et plus vite que ça. Taïaut!
...
Par conséquent l'animal s'affole, pile après une chute progressive de cadence puis se cabre, agité malgré ses liens.
Dans le même temps, la frayeur peut évidemment se lire dans le regard de la conductrice désarçonnée - Abattue par le karma.
...
Quelques disgracieux roulés boulés plus tard, elle se relève d'un bond, balayant la poussière de son long manteau amarante. Fait comme si cet échec critique appartenait déjà au passé, reste tout de même renfrognée.
...
...Teh! Je ne t'avais pas vu, tu m'as surprise.
Annonce t'elle, autant accusatrice que de mauvaise foi.

Sous l'effet de la honte, elle hésite presque à délivrer sa hache plantée un peu plus loin afin de trancher l'échine de son destrier, mais se retient afin de ne pas s'enfoncer plus encore dans sa nullité. Et puis, l'image du propre cheval de son interlocuteur l'accapare. Tellement hideux... Elle se pince plutôt le nez. Oh, elle n'est pas douillette et l'odeur des charniers ne lui est pas étrangère, mais toute occasion d'accabler autrui de l'inconfort qu'on lui fait subir est bonne à saisir.
S'éloigne de quelques pas puis libère ses narines. Regardant d'abord l'état de son char, puis reconsidérant du coin de l’œil son massif interlocuteur.

Tu aimes me faire de l'ombre, toi, je me trompe ? Dit-elle en faisant référence à leur dernière rencontre, toute aussi improviste d'après la perception de la combattante. Peut-être aussi par rapport à l'imposante silhouette du Cardinal. Bon mais maintenant que t'es là, tu m'aiderais à calmer ce mauvais cheval ?

Préférant rejeter le sujet comme la faute sur la bestiole, elle la darde d'un regard impatient. Mais cette dernière est encore affolée, traînant désormais le char - intact, puisque seule Ludmila s'est envolée durant le freinage - sur quelques mètres, comptant sur des a-coups pour s'en libérer.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyLun 31 Aoû - 9:17
Il ne s'était certainement pas attendu à cela en rejoignant la femme guerrière. L'incident qui suivit prêtait d'ailleurs plus au sourire qu'à l'inquiétude : si un Berserkers devaient mourir de ce genre de chute, c'est qu'il n'aurait pas mérité son titre. Ainsi observait-il, intrigué, pendant que Ludmila s'approchait. Sa faute à lui ? Il haussa simplement les épaules, sachant très bien qu'il s'agissait ici d'orgueil. Et étant lui-même orgueilleux, il aurait été mal avisé de le lui reprocher.
    - Te surprendre toi ? Promis, la prochaine fois j'déboule en beuglant comme un ours. Comme ça, plus de surprise hein.

Il se mit à rire doucement. Il savait que la plupart n'appréciait pas de le voir approcher en gueulant. L'instinct de survie sans doute. Un colosse de plus de deux mètres avec une épée énorme dans le dos qui déboulait en mode "pousse toi, j'arrive", ça faisait toujours son petit effet. Mais hey ! Si c'est elle qui le demandait, elle serait servie.

De l'ombre. Oui peut-être un peu. Et à la requête de la demoiselle, il jeta un regard intrigué vers le cheval et son char. Il n'était pas courant de voir pareil véhicule dans le coin. Si lui-même n'appréciait que moyennement de pouvoir combattre là-dessus, il comprenait qu'on puisse en éprouver un certain intérêt. Mais lui, il avait besoin de se mouvoir sans la contrainte de ce char. Pouvoir virevolter parmi les rangs ennemis. Pas de cheval. Pas de char. Il gardait "Le Boiteux" seulement pour les grands trajets mais préférait de loin se mouvoir à pied. Ainsi était Haldor.
    - Si, j'peux au moins t'aider à calmer la bestiole. Avec "Ration de Survie", j'ai souvent le même problème. Et j'ai trouvé une technique qui marche à chaque fois avec lui. Si ça peut calmer un ours d'une tonne, ça calmera le canasson.

Tranquillement, il sauta de son propre cheval, adressant un petit clin d'oeil à Ludmila. Pas par provocation. Il était pour le coup ravi de revoir la jeune femme. Dans le dédale, et même s'il ne l'avait vu qu'une fois, elle sortait du lot. Un tel joyau méritait un peu plus d'attention que ce qu'il offrait aux autres. En dehors de quelques exceptions, Haldor ne se mêlait pas aux Berserkers. Pas parce qu'il était un ancien Asgardien - il avait gardé ce principe même avec la mémoire absente - mais seulement parce qu'il ne se retrouvait pas dans les mentalités de certains d'entre eux. Des cannibales. Des fous. Des psychopathes. Alors que lui, il était la raison. Le cerveau de la citadelle d'Arès. Oui c'est ça. Il était sans doute le plus sain.

S'approchant du canasson, il leva une main en signe d'apaisement. Le char continuait d'être traîné et Haldor ne se voyait pas parcourir des lieux pour arrêter la bête. Ne pas l'affoler. "Le Boiteux" était resté en retrait. Il savait que son maître n'avait pas besoin de lui pour le moment.
    - Doucement, stupide cheval de mes deux. Doucement. Hey ! Voilà ! Oh... Mais... MAIS T'ES COMPLÈTEMENT CON OU QUOI !!!!!!!!

A son approche, le cheval avait accéléré un peu l'allure et avait braqué, de sorte que le char avait failli percuter le colosse qui s'était approché par le côté. Malheureusement, le colosse n'était pas réputé pour sa grande patience. C'est ainsi qu'il opta pour la stratégie parfaite. La même qu'il employait pour son ours.
    - YATAAAAAAAAAAAA !

Un bond. Un seul. En un instant, il se retrouvait au dessus de l'animal, redescendant sur lui à vitesse grand "V". Le poing légèrement en arrière comme s'il s'apprêtait à cogner... Ce qui était l'idée visiblement. Son poing percuta l'arrière du crâne de la bête. Pas assez fort pour lui briser la colonne - Haldor connaissait sa force et savait doser - mais assez pour voir la créature s'effondrer sur le sol alors que le géant se réceptionnait d'une roulade, avant de se redresser, visiblement agacé.
    - 'Tain ! Elles m'emmerdent toutes ces bestioles à jamais écouter ! Jamais tu m'fais ça toi, sinon t'as droit à la même hein !

Son regard semblait se poser sur Ludmila. Mais en réalité il s'adressait au canasson derrière elle qui émit un faible hennissement. Secouant son manteau pour en enlever le gros de la poussière, il se rapprocha de la femme.
    - Me remercie pas, c'est cadeau.

L'animal vivait encore. Apparemment en tout cas. On pouvait néanmoins reprocher le côté "un peu brutal".
    - Alors, qu'est-ce que tu fous là, toi ? Simple balade pour essayer ton jouet ou mission spé' ? Sympa le char en tout cas. J'suis pas fan de ce genre de truc mais sympa quand même. Moi, j'préfère la mobilité !

Et c'était peu de le dire... Le colosse se laissa tomber au sol, se posant tranquillement. C'est que le Cardinal ne s'emmerdait pas de conventions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMar 1 Sep - 12:11

Ah d'accord.
A ce compte là, l'aide n'était pas réellement nécessaire. Dans ses souvenirs, la blonde platine puise cette image d'un Zvezdan taquinant le museau de l'équidé et lui susurant probablement quelques menaces afin d'en faire un destrier presque docile. Mais là non, le cheval est juste dans une position qui n'a rien de naturel. Complètement KO.
Trop surprise pour protester sur l'instant, elle reste bouche bée, recueillant même un semblant de menace qui ne lui est pas adressé - Cette journée de folle cavalcade prend des allures de bizutage équestre. Ni plus ni moins.

Un instant penaude, elle écoute passivement le colosse qui ne tarde pas à s'étaler à nouveau à même le sol cette fois-ci sans effectuer la moindre prise de catch. Pourquoi se dépoussière t-il si c'est pour aussitôt s'y re-frotter ? Telle est la question intime d'une Ludmila décontenancée.

J'avais prévenu : C'est un mauvais cheval. M'enfin... Oui, non, je me balade juste. Je me baladais.

Croisant les bras sans quitter des yeux la brute qui avait définitivement écourté son activité du jour, elle regagne en aplomb. C'est qu'elle est contrariée en fait. Même que c'est plutôt chiant cette histoire.

"Sympa" le char ouais... sympa... Mais en parlant de mobilité, je vais devoir le traîner comme une galerienne donc ? Non parce que là à part me donner une idée de repas pour ce soir, j'appelle pas ça de l'aide. Tu l'as juste frappé. Souligne t-elle en insistant du regard. Toujours accusatrice, quoiqu'une lueur dans celui-ci témoigne d'une attente de solution suite à ce nouveau problème. Il est tout neuf je vais quand même pas le laisser là.

A tous les coups il s'en fiche. C'est même sûr, il la fait marcher. Se venge peut-être même de leur dernière entrevue. Alors elle roule des yeux, se détournant du nonchalant couché au sol en balayant l'air de ses mains, comme l'air de dire "laisse tomber". Ses yeux détaillent le char, le cheval endormi puis enfin, l'autre affreux qui appartient au Cardinal.

Bon. C'est lui Ration de Survie ? Je commence à comprendre son nom... mais sinon, il a déjà tiré un char ? J'aimerai bien ramener ça au village avant que tu lui en colles une aussi ou que tu me laisses planter là.

Sans doute n'a t-elle pas vraiment fait attention à la mention de l'ours, certainement trop focalisée sur sa propre situation. Pivotant sa nuque afin de darder le colosse du regard, elle ajoute :

J'ai pas vraiment choisi cet endroit pour bivouaquer, si tu vois ce que je veux dire.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMar 1 Sep - 15:00
Ah... Oui... Oui, c'est pas con ça.

Haldor se grattait l'arrière du crâne, n'ayant clairement pas pensé à "l'après" dans cette histoire. On lui avait demandé de l'aide et il s'était exécuté sans sourciller. Il avait même veillé à pas buter l'animal. Mais vrai que maintenant, fallait se démerder avec ça. Ou attendre que le cheval se réveille. La loose. Il voyait déjà Mérion se foutre de sa gueule s'il apprenait l'histoire. Et comme elle appartenait à son armée, nul doute qu'il saurait. Sauf si elle fermait sa bouche ? Ah oui, fallait négocier ce point dans ce cas.
    - Ouais bon, désolé. J'ai pensé sur le moment que c'était une putain d'bonne idée. Apparemment, non. Comme quoi, même moi j'peux m'planter hein.

Il ne riait pas, véritablement emmerdé par l'action en question. Mais d'autres idées germaient déjà dans son esprit pour l'aider. Puis bon, ce n'était pas comme si il avait tué le canasson non plus. Du coup, inutile de parler de repas. Se rapprochant du Boiteux, il lui flattait l'encolure tandis qu'il tendait l'oreille à ce que lui balançait Ludmila. Char tout neuf. Mais cadeau de qui ? La question lui traversa l'esprit et quitta ses pensées dans l'instant.
    - T'emmerde pas, on va s'débrouiller. Et non. Lui, c'est "Le Boiteux". Fidèle compagnon de la Mort. Il sera largement assez fort pour tirer ton char, fais lui confiance.

L'idée était entérinée. Son cheval gérerait le retour sans problème. Elle tenait à son char, elle l'aurait donc. Et sans bobo. Le village n'était pas nécessairement très loin et cela ne représentait qu'un maigre défi pour le cheval d'un des quatre Cavaliers. Par contre, elle aurait à le guider. Au cas où. C'est qu'il était facile de se perdre dans le coin et elle, elle connaissait bien. Après tout, elle était une ancienne. Une des rares à avoir survécu même si la cuirasse était différente.
    - "Ration de Survie", c'est mon ours de compagnie. J'essaie de dresser cette bête mais il est coriace, l'animal. Et généralement, j'règle le problème à coup d'taloche dans la tronche quand il fait chier. Si t'as envie, j'te le présente la prochaine fois. J'l'ai choppé dans les bois bordant le dédale. y'a de sacrés bestiaux là-bas, ça m'rappelle mon pays.

Encore un projet étrange qui avait émergé de son esprit. Et à qui il avait donné vie. C'est que l'homme était prolifique après tout. Il se doutait qu'une fois encore, cela choquerait. Comme à chaque fois qu'il parlait de son idée de domestiquer une des créatures de la forêt. Mais Ludmila était différente. Peut-être ne jugerait pas sévèrement ce plan bancale. Quant à son pays, il se souvenait des ours qu'il affrontait étant môme. Cela avait forgé sa jeunesse.
    - Par contre, on fait un deal. Si tu veux pas rester ici, tu dis rien à ton boss. C'est qu'il aurait tendance à s'foutre de ma gueule s'il apprenait que j'ai calmé le cheval en le cognant. Il a tendance à dire que j'suis trop violent. J'essaie d'être moins bourrin du coup.

Ah... Tu parles d'un argument de merde. D'ailleurs cela lui rappelait leur dernière conversation. Lorsqu'il avait vu cette tronche, elle tirait la gueule. Bon, c'était encore le cas mais il y avait un petit quelque chose de différent. Elle avait sans doute vu son patron depuis le temps.
    - D'ailleurs, ça y est ? T'as vu le loustic ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMar 1 Sep - 15:51

Un petit sourire en coin. Impressionnant comme le colosse savait faire preuve d'une authentique sollicitude même après une bourde. Sans la recouvrir de tierce justifications comme l'aurait assurément fait son interlocutrice si les rôles étaient inversés - Ce qui n'aurait pas pu être le cas, évidemment. Du moins pas dans ce genre de situation.
Aussi, inutile d'insister ou d'accabler plus encore. Le problème est réglé et appartient déjà au passé ; comme le cheval à priori vivant qui, dans son malheur, gagne toutefois la liberté. Car il n'y a de toute évidence aucune place pour lui. Ludmila n'est pas une sauvage et ne compte pas le traîner par une corde reliée au sabot. Cela dit, vaut mieux pour lui qu'il se réveille pas trop longtemps après leur départ, mais ça... c'est son histoire de cheval crétin. Son odyssée, jonchée de bêtes sauvages affamées et aux aguets.

Haldor la rectifie au passage sur le nom du nouveau candidat pour tracter le char, enchaînant sur l'anecdote de l'ours. L'information ne manque pas de la surprendre. Elle connait les parages tout comme elle connait les phénomènes du Dédale. Gérer une telle bête sauvage est à la portée de beaucoup, néanmoins l'apprivoiser...

Eh bien eh bien ! Oui j'imagine qu'il faut être patient... et vigilant. Cette forêt n'est pas qu'une simple forêt. Se contente t-elle de réagir sur l'instant pour plutôt le laisser poursuivre.

La dracène a bien fait : Car si la proposition d'un arrangement l'inquiète aussitôt, la suite force instantanément un pouffement de rires. Qu'est-ce que c'est que ce deal à la noix ? Il a sept ans ou quoi ? Les sourcils arqués, sa dextre se levant sous l'incompréhension :

Pourquoi je lui raconterai ma vie ?! En guise de réponse... qu'elle confirme tout de même plus clairement. Au cas où. Sois sans crainte va ! Je ne raconterai rien. J'ai pas été très gracieuse non plus après tout...
...Et oui je l'ai vu. Mais ça ne te regarde pas.


Une réponse carrée, même si son attitude joviale reste inchangée. Bien qu'elle même de nature curieuse, ce sujet ne semble pas l'intéresser et l'écarte donc sans égard. Il faut dire que ces derniers jours de repos l'ont amené à faire un tri, au moins momentanément, entre son devoir de berserker et sa nouvelle routine. Avec comme preuve son projet du jour dont le seul but consistait à s'amuser un peu sans avoir à ressasser son impatience d'autrefois.

Je compte pas retourner au Dédale de toute façon. J'ai la charge d'un village, des alentours et de quelques clans qui y sont dispersés. Enfin d'ici qu'un plan de bataille pointe le bout de son nez.
Alors j'ai le temps de voir cet ours, j'imagine.
C'est bien plus facile à tuer qu'à dresser, généralement... alors "bourrin", "bourrin", certes, en attendant pour faire entendre raison à ce genre de bestiaux il ne vaut mieux pas lésiner. Déjà que même les chevaux se rebiffent parfois...


Tout en étalant sa piètre expertise du monde animal, la vandale s'attaque à l'attelage du char, "le Boiteux" se laissant apparemment faire en présence de son maître.

T'aurais pas dû l'appeler comme ça. Si t'arrives à le dresser ça serait triste d'avoir à l'achever... Sacré gâchis même. Enfin bon. Se permet-elle de commenter tout en poursuivant sa tâche.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMer 2 Sep - 13:14
VICTOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIRE !!!!!!!!

Intérieurement, Haldor jubilait. Jamais la Pestilence n'apprendrait cette mésaventure indigne d'un véritable Cardinal et il s'agissait là d'une véritable victoire. Le sourire ne quittait plus le visage du colosse. Sans le savoir, Ludmila venait de faire un heureux, simplement en promettant de se taire. Sans doute une leçon à en tirer : se taire = bonheur. Il le notait, histoire de vérifier sa thèse. Plus tard.

Par contre, elle refusait encore de lui parler. Pourtant, savoir comment cela s'était passé avec Mérion n'avait rien d'extraordinaire, si ? L'Argenté avait beau y réfléchir, cette culture du secret lui échappait complètement. Et c'est sans doute aussi pour cela que jamais il ne saurait être un jour comme Védan. Garder pour soi des informations, ce n'était pas pour lui. Après tout, demandait-on à une arme de réfléchir ?
    - Raaah, t'es chiante. Mais ok, j'te poserai plus la question. J'sais pas c'que vous avez tous, à en faire des montagnes pour que dalle. M'enfin. C'ton jardin privé. Comme dit le dicton : "chaque ours a sa tanière".

Inventé ? Pas vraiment. Un dicton que lui avait balancé un jour son paternel. Comme la plupart des histoires qu'il avait en magasin à dire vrai. Quoi qu'il en soit, la nana avait de quoi faire dans le coin et le dédale n'était pas une option pour elle. Elle avait de la chance, en quelque sorte. Car le labyrinthe de chair était quand même une purge et rare était celui à s'y plaire. En dehors peut-être de cette tête de piaf de Cézame. La protection village ? L'ancienne Guerre lui avait dit une chose un peu dans c'goût là une fois.
    - Pas plus mal, le dédale, c'est quand même de la merde.

Quant à l'ours, elle n'avait pas tort. Mais ne connaissait pas la fin de l'histoire. La capture et le dressage avaient été fastidieux et le pauvre plantigrade en portait encore les traces sur la gueule. Entre l'oreille à moitié arrachée, le museau abîmé et l’œil crevé, ce n'était clairement pas une partie de plaisir pour lui.
    - Clairement. Tu verras : l'bestiaux, c'est une montagne. Et j'crois qu'il peut encore grandir. On verra bien. Il est pas loin. J'suis parvenu à le faire réagir à mon cosmos, tu vois. Le seul hic, c'est qu'il a encore du mal à faire la part des choses. La dernière fois, il m'a dézingué deux gars qui faisaient les cons proche de lui. Du coup, on évite le dédale autant que possible. J'doute que Védan m'emmerde mais on sait jamais...

Il laissait Ludmila à son installation, tout en racontant sa petite histoire. Mine de rien, la première impression qu'il avait eu de cette fille se vérifiait et il appréciait ce tempérament et cette grande gueule. Qui pouvait se vanter de parler ainsi au colosse et d'avoir encore toutes ses dents après tout ?
    - Disons que j'suis pas l'plus doué pour trouver des noms, tu vois. Déjà que je renomme les trois-quart des loustics du dédale, alors t'imagine bien que j'vais pas m'emmerder pour l'ours. Mais ouais, ça m'ferait chier de devoir le dézinguer. C'est que j'l'aime bien.

Pas doué, c'était un grand minimum. Entre "Le Boiteux", "Ration" et les autres, on ne pouvait pas dire qu'il s'en sortait bien. Au point que cela générait des tensions parfois. L'Alien avait failli se faire dézinguer. Melon l'emmerdait souvent à propos des noms. Bref. Un problème mais lui, il était comme ça. Voyant qu'elle terminait, il reprit.
    - Village dans l'coin ? C'est que j'ai la dalle et tu m'dois au moins un repas. Pour "l'aide". Ensuite, j'te présenterai "Ration". Que tu vois un peu sa tronche. Comme ça, si tu l'recroises, t'éviteras peut-être de le buter.

Il avait réajusté son manteau. Le contact de la peau du géant de glace avec la sienne avait comme un effet apaisant sur lui. Peut-être parce que cela lui rappelait son passé ? Le climat ? Ou tout simplement cette bataille dantesque où il avait prélevé ce cadeau lui-même.
    - C'est loin ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMer 2 Sep - 15:05


Qui a dit que j'en faisais toute une montagne ? Il m'a peut-être juste demandé de ne rien te dire. Et comme je n'ai qu'une parole, éh. Clin d’œil.

Plutôt fière de conforter son assise - même au gré d'un détail aussi anodin - tout en balayant le sujet, la Dracène en termine avec l’attelage. Concluant même par une petite tape de satisfaction sur la croupe de l'affreuse monture pour marquer le coup. L'histoire de l'ours en arrière plan, elle récupère sa hache puis saute sur son char, se contentant de quelques manières non-verbales afin d'indiquer à son interlocuteur d'en faire autant.
Uh? Védan?
Mais elle comprend aussitôt, Haldor s'expliquant justement sur sa difficulté à nommer les autres. Zvezdan. Corrige t-elle entre deux phrases, à demi mot, d'un accent parfait.

Ouais. Mais les gens d'ici évitent les bêtes de la foret, ils connaissent les zones de chasse les plus sûres. Oh y'a bien des téméraires en quête de trophées. Certains s'en sortent et ça leur donne d'ailleurs souvent l'accès au Dédale. Quant aux autres... On a pas tous un destin flamboyant ! Bref. C'est leur histoire ça, pas la mienne. Je ne pense pas que Ration de Survie s'approche du village. Hommes ou Animaux, même s'ils ne se comprennent pas, le temps a établi des frontières pour eux afin qu'ils puissent plus ou moins cohabiter.

Et puis, si même dans des bois aussi obscurs l'humanité a su s'installer durablement, ce ne doit pas être anodin. Curieux que parmi tous les noms de prédateurs dont sont parfois affublées les cuirasses ne se trouve pas tout bonnement celui de l'Homme.
Mais outre cette petite explication, la vandale ne trouve pas tant de plaisir à traquer les grosses bestioles, les chevaux étant la seule espèce qui l'exaspère suffisamment pour générer de la maltraitance voire réveiller l'envie de meurtre. Alors elle se contente d’acquiescer, de toute façon intriguée par l'animal sans se projeter plus loin que sa simple contemplation.

Non c'est pas loin. Et ça va "je t'invite", y'a tout ce qu'il faut... On est des rois de toute façon ici. C'est eux qui m'ont fabriqué mon char et j'ai pas vraiment eu besoin d'insister. Continue t-elle, habituée à donner des informations comme si elle s'adressait toujours à des nouveaux venus dans l'armée d'Arès. Hm... Excuse-moi mais t'es là depuis quand en fait ?

Un moyen d'en apprendre plus sur ce Cardinal avant de lui faire l'étalage des environs, peut-être inutilement. Et puis aussi pour faire traîner la conversation et lui laisser l'initiative de faire avancer le char - Puisque sa chute passée ne la met pas à l'aise à ce propos. Encore moins avec une monture qui ne lui appartient pas.
Elle le laisse répondre, s'intéressant plutôt au manteau suspect qu'elle tâte du bout des doigts, ne se questionnant qu'à moitié sur la matière en question. Par ailleurs un peu perturbée. De la peau ? Encore un putain de dépeceur... Alala, ce Dédale...


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyJeu 3 Sep - 23:51
Qu'une parole hein ? Voilà au moins une chose qu'il comprenait et respectait. L'honneur n'était pas si fréquent au sein de ce monde particulier et le colosse passait pour un fou lorsqu'il mettait en avant cette qualité. Grande gueule, oui. Mais il faisait ce qu'il disait. Toujours. Avec lui, on savait où on mettait les pieds et personne ne pouvait lui reprocher l'inverse.

Quant à cette histoire de frontière, il n'était pas forcément du même avis même s'il estimait que les instincts préservaient effectivement son ours des mauvaises rencontres. Mais il avait vu de ses yeux que les hommes repoussaient peu à peu les frontières existantes. Un jour ou l'autre, ils franchiraient la limite qu'il ne fallait pas. C'est ce moment que l'Argenté redoutait. Mais il n'était pas question de polémiquer à ce sujet pour le moment alors que la promesse d'un festin pointait le bout de son nez.
    - Voilà qui est parlé ! Allons-y !

Déjà engageait-il le Boiteux sur la route en question, tout en réfléchissant à la question posée. A dire vrai, s'il n'était pas difficile de répondre à la question, il se demandait comment réagirait la Vandale face à ce qu'il allait balancer. C'est qu'il n'était pas le mec le plus secret de la terre, de fait parler de lui ne lui posait pas de problème. Malgré tout, son histoire était atypique. Et si d'autres en avaient aussi de belles, qui pouvait se targuer d'avoir appartenu à l'ancienne armée Nordique ?

L'allure était plutôt calme en tout cas, comme s'il ne désirait pas abîmer le char auquel tenait la demoiselle. Mais aussi et surtout parce qu'il préférait ce genre d'allure quand il était question de discussion. Le bruit du char arpentant la route fut pendant quelques minutes le seul son à se faire entendre. Avant que le colosse prenne la peine enfin de répondre.
    - Y'a deux réponses à cette question. La plus simple. J'suis là depuis quelques mois maintenant. J'suis arrivé en même temps que Melon et que Acamas. Juste après la campagne qui a mené à la mort du Gros Pape.

Il s'en souvenait. Cette même campagne qui avait validé son accession au rang de Cardinal. Sa cuirasse qui s'était imposée à lui en pleine bataille, libérant la véritable bête qui sommeillait alors en lui. La Mort était revenue sur terre ce jour là. Un jour particulier pour lui. Mais il existait aussi une version plus "complexe". Un étrange sourire sur le visage.
    - Mais sinon, j'peux aussi dire que j'suis véritablement là depuis que Védan est devenu le grand Patron... Quand j'suis arrivé ici, je n'étais pas totalement moi-même. J'n'avais plus de mémoire. Mon premier souvenir, c'était le moment où ils m'ont trouvés dans la neige, à moitié crevé. Mon second souvenir, cette saloperie de cuirasse qui tentait de me bouffer l'cul. Avant, rien du tout. Juste des sensations. Et des migraines de merde qui me fracassait le crâne dès qu'on m'posait des questions sur mon passé. Tu vois l'genre.

Ou peut-être pas. Il s'en moquait. Elle avait posé une question et il estimait y répondre. Peut-être qu'il en disait trop. Mais comme expliqué précédemment, ce n'était pas dans sa nature de cacher ce qu'il était. Elle saurait d'où il venait ? Et alors ?
    - Bref. Quand Guerre a su c'qu'il m'était arrivé, il a fait en sorte de virer les barrières mentales qu'on m'avait foutu là-dedans. Et là, waaaaaaaaaaaaw !

Il avait tapoté son crâne puis en conclusion, avant fait un grand geste. Style "explosion". Il se marrait en racontant mais l'on pouvait percevoir aussi une sorte de rancune. Légère. Mais bien présente.
    - J'me suis souvenu de tout. Mon ancien rôle de Guerrier Divin. Mes précédentes guerres contre les autres dieux. Et de qui j'avais été surtout. 'Tain, dire que c'était bloqué dans ma tête et que j'avais aucun moyen de déverrouiller cette merde seul. J'vais t'dire un truc... J'déteste ceux qui jouent avec nos souvenirs, avec nos pensées. Des faux-derches. De grosses tarlouzes, si tu veux mon avis.

Il aurait pu simplement répondre "plusieurs semaines". Mais la question, à ses yeux, amenait forcément les détails qu'il avait balancé. En tout cas, il prenait plaisir à converser. Il jeta un oeil en biais vers Ludmila. Étonnamment, il se souvenait parfaitement de son nom à elle. Il décidait d'ailleurs de la renommer "Lud'". Histoire de.
    - Enfin voilà. Tu sais. Et tu veux que j'te dise??? Heureusement qu'ils ont pensés à ramener avec eux l'arme que j'avais sur moi... Sinon, à mon réveil, j'les aurai tous bousillé. Eux et ce putain de dédale de mes couilles. Et toi du coup ? Tu m'as dit que t'étais là depuis un bail. T'as connu Guerre à l'époque du coup... Il était comment ?

Le sujet l'intriguait. Il appréciait réellement Védan et cela se voyait sans sa façon d'en parler. Mais pas comme un chef. Plutôt comme un frère d'armes. il se ravisa brusquement.
    - Oh ! A moins que ça aussi, ça soit un putain d'secret ?

De nouveau un rire. C'est qu'il s'amusait bien, le bougre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyVen 4 Sep - 15:48

Le duo reprend la route. Plus tranquillement. Ce qui n'est pas plus mal puisque le char se prête moins au terrain de plus en plus forestier. Le nordique semble concentré, s'accordant un temps de réflexion que son interlocutrice ne cherche pas à rompre, de toute façon satisfaite de se savoir ramenée à son domicile avec son véhicule en un seul morceau. Mais il en vient finalement à étaler son histoire ; énième récit aux détours délicats ou obscurs, qui n'est d'une certaine façon rien d'autre que la marque de fabrique du Dédale. Arès puise ses soldats dans les affres de la dévastation, physique ou psychologique, et la routine qui s'en suit ne fait qu'entretenir cette tendance. Voire la développer.

Néanmoins il existe des personnes capables de transcender tout cela. D'en jouer, même. Des grosses tarlouzes, des faux derches - Ou bien des éveillés à la perception plus aiguisée que la moyenne.

Ludmila en a suffisamment fait les frais pour ne pas s'offusquer de la description donnée par Haldor. Elle la comprend. Cependant sa première véritable "crise" ne s'est pas déroulée suite à l'obtention de sa cuirasse ni faute à un berserker vicieux, mais dans le feu du combat, plus précisément à Kiev lors de l'éveil d'Arès. Ce jour constituait cette fracture dans son existence. Car c'est à partir de cet instant qu'une métamorphose aussi profonde qu'étalée dans le temps s'est opérée. Mais le pire, c'est que tout en le sachant pertinemment, elle ne peut que se remémorer cette idée amère sans définir exactement qui elle avait été ni comment se recentrer ; comment renouer avec cette vague impression de son tempérament d'antan.
L'aigreur a aveuglément pris le pas sur l'introspection.
Maintenant, il ne s'agissait plus que de reconstruire par dessus. Quelque chose de nouveau, de plus sain. Quand bien même elle galère sérieusement.

Quoiqu'il en soit, elle se contente soit d'écouter passivement soit distribuer quelques sourires selon les mimiques adoptées par son interlocuteur et son discours largement imagé. D'ailleurs l'ambiance se détend malgré le fond quelque peu sérieux de l'anecdote. Au point même que sur la fin, il la ferait presque passer pour une castratrice !

Tssss. Bon ça va oui ? Je suis pas si secrète que ça. Peste t-elle malicieusement. Mais bon je vais te décevoir : La Guerre, "Zvezdan", n'a pas changé si tu veux tout savoir. C'est peut-être même sa plus grande force. Puisque oui, garder le cap tout en poursuivant ses ambitions propres dans ce typhon général qu'est le Dédale n'est pas une mince affaire - Quoiqu'en dise l’orgueil. J'ignore ce que tu sais de lui. Mais c'est quelqu'un d'hors norme.

Ses yeux mauves rencontrent aussitôt le regard du colosse, puis une main se lève comme pour mettre un grand stop à toutes paroles ou pensées chez ce dernier. Ne crois pas que je fais de la lèche ou que j'exagère. Ajoute t-elle d'un timbre de voix parfaitement sérieux. Car c'est justement le genre d'homme capable de déverrouiller n'importe quelle situation seul.

Mais t'es pas obligée de me croire de toute façon. Tu m'as donné ton avis je te donne le mien : On peut s'estimer heureux de l'avoir à la tête des Légions plutôt qu'un Thivan, Xanthe ou Acamas. Même si je connais pas ce dernier, Teh! Un nom de plus qui tombera dans l'oubli. T'as bien raison d'en modifier certains, qu'on puisse au moins en rire !

Mais sinon, oui. Parce que pour une fois on a un véritable seigneur de guerre aux commandes. Pas juste un intermédiaire pompeux à la botte d'Arès.


Peut-être se perd t-elle au travers de telles louanges. Mais avec ou sans parler, son regard lui ne trompe pas - Si Haldor la trouvait franche jusqu'ici il peut désormais constater une authentique sincérité. Au point de potentiellement pouvoir faire le tri à l'avenir parmi les propos de cette dernière.

Puis elle cligne des yeux, ne sachant trop si s'étendre sur une telle définition de Zvezdan plait tant que ça au Cardinal de la Mort. Même si après tout c'est lui qui a posé la question, en quête d'informations ou de petits secrets. Elle change d'attitude, se relâchant de plus belle.

Hin! Alors que toi à côté t'es bien comme tous les autres. "J'déteste ceci", "J'bousille cela", bla, bla, bla.

Sans doute se relâche t-elle un peu trop, d'ailleurs. Peut-être que cette petite pique non plus ne plaira pas. Une pique plutôt illégitime puisque venant de la bouche d'une ancienne dissidente avérée et aux caprices toujours capables de percer en toute circonstance.

Ma main à couper que ça va encore foutre la merde. Mais t'as au moins le mérite de le dire avec le sourire et sans détours. C'est dépaysant.

Dépaysant. Est-ce que ça passe comme flatterie ? Adoucir la forme d'un message ne compte pas parmi les spécialités de la Dracène. Mais la voilà lancée, et même si son intention de base ne se veut en rien agressive il y a de toute évidence un terreau propice à faire pousser la gueulante du côté d'Haldor. C'est ainsi. Elle ne lui en voudra pas de faire piler le char.
Puisque après tout... c'est encore la vérité.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyVen 4 Sep - 16:24
Il ne changeait pas ? Peut-être, il devait se fier à ce qu'elle balançait après tout. Il n'était pas présent à l'époque et ne se basait que sur une étude sommaire de ce qu'il savait de lui aujourd'hui. Il était sans nul doute celui qu'il suivrait sur le champ de bataille. Il lui avait donné sa parole : la où Guerre va, la Mort va. Une parole sur laquelle il ne reviendrait pas. Après tout, c'était là sa façon d'être.

Pour le reste, il pouvait clairement sentir un respect important de Ludmila envers Védan. Même si elle ne cessait de se tromper sur son nom, la pauvre. Il préférait ne pas la reprendre, au vu du caractère de la petite sauvage, il souhaitait éviter les esclandres. Car d'expérience, il n'y avait rien de pire que d'entendre une nana gueuler sur le trajet du retour, et ce sans raison.
    - Me décevoir ? Et pourquoi j'serai déçu en fait ?

La remarque du Centurion l'avait étonné. Il avait posé la question pour savoir mais sans véritablement se peindre un autre portrait que celui qu'il connaissait déjà. Se perdre dans les suppositions n'était pas pour lui. Il laisser ça aux intellos.
    - J'crois rien. Et tu peux faire de la lèche à qui tu veux, j'm'en branle. C'pas ça qui changera ma vie. Mais j'suis de ton avis concernant Guerre. Il a les épaules pour gérer. Même s'il a quand même sa p'tite guerre personnelle à gérer aussi. J'me demande ce que cela entraînera pour nous autre.

L'Empire Byzantin. Il le suivrait et verrait brûler Constantinople. N'empêche qu'il se posait quand même la question. Un chef qui était aveuglé par sa guerre pouvait-il amener les Berserkers là où Arès voulait ? Et surtout - plus important encore - que voulait le Dieu de la Guerre finalement ? Une question qu'il poserait à qui de droit, c'était évident.

Quant à la remarque sur lui, il ne put réprimer un grand éclat de rire. Qu'on puisse le comparer aux autres ne le dérangeait pas. Cette femme ne connaissait rien de lui ou de sa force. Ne se basait que sur ce qu'elle voyait - comme les autres finalement - et cela faisait son jeu que les gens le pensent bourrin ou stupide. Ils verraient. Tous autant qu'ils étaient. Ils verraient que la Bête du Nord était plus que ça. Cherchait-elle à l'énerver volontairement ? Il espérait que non. S'il appréciait sa franchise, il aurait tôt fait de lui écraser le crâne entre ses mains si elle tentait de l'insulter.

Telle était la seule erreur à ne pas faire avec lui. La seule.
    - Sauf que moi, j'ai les moyens de l'faire. Pas comme les autres grandes gueules qui chient dans leur froc face au premier dieu venu.

Là encore, il riait. Adressant même un petit clin d'oeil à la Vandale. Finalement, plus il l'observait, plus elle lui rappelait Védan. A croire qu'ils sortaient du même moule.
    - Du coup, on fait quoi pour ta main ? On la tranche ? Ce sera pas pratique pour combattre, hein.

Puis. Bon. Il hésitait. Avant de se dire qu'elle l'avait bien cherché finalement.
    - Sauf si le grand et valeureux Prince Védan déboule pour te sauver hein ? MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!

Riant de plus belle, il flanqua indirectement un coup sur les flancs du canasson. Qui s'emballa un bref instant. Un hennissement plus tard et il partait comme une flèche droit devant. Merde. Le Char ! Il parvint à calmer la bête rapidement et tourna de suite le regard vers le char.

Ouf ! Il était indemne. Fier, il reportait le regard vers Ludmila. Il espérait qu'elle se soit tenu correctement... C'est que sur le moment, il n'avait pensé qu'à calmer "Le Boiteux".
    - 'Tain, tous des cons ces chevaux... Mais j'crois qu'c'est aussi un peu ma faute. Ca roule ? Désolé hein. Il a prit un p'tit coup et voilà le résultat. Mais le char va bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptySam 5 Sep - 11:34

La force tranquille ancrée au flanc de la vandale accueille les remarques sans broncher. Son rire, retentissant par plusieurs reprises, ne camoufle pas le moindre gêne ni ne sert à appuyer un regard mauvais ou une irritabilité latente. Tout cela lui glisse dessus à l'instar de cette brise fendue par l'avancée constante du char.
A son tour elle sourit tendrement lorsqu'il lui annonce avoir les moyens de ses affirmations - Oh elle n'en doute pas. Quand bien même ils apprennent à se connaître, elle sait sur quel genre d'homme son regard s'est posé dès leur première rencontre devant les portes d'obsidienne. L'affabilité de Haldor lui plaît mais ne lui fait pas perdre le nord : Il s'agit d'abord d'un combattant émérite avant tout le reste. Et si elle s'esclaffe à son tour quand ce dernier parle de lui trancher la main, ses sens sont d'avantage happés par cette aura rude et glaciale accompagnant le colosse que par le trait d'humour pour le coup assez terre à terre.

Hin! C'est pas demain que t'auras ma main. Rétorque t-elle aussitôt, quoique cette phrase ne tarde pas à être ensevelie par une nouvelle remarque de son voisin. Puis par ce rire tonitruant.

Sauf que Ludmila est une experte lorsqu'il s'agit de répondre au tac au tac, et ce même si sa répartie n'est pas toujours des plus fines. Comme il est impossible pour elle de laisser passer cette allusion - certes bien sentie -, son menton se relève fièrement, ses mains se plaquent contre ses hanches alors qu'elle adresse un coup d’œil aussi strict que perçant - Prête à contester vivement et surtout cette fois ci bien décidée à planter un clou dans la peau rugueuse de son inatteignable partenaire de course.

Alors dé...

Mais son visage vient plutôt s'écraser contre l'avant bras du nordique, rencontrant non pas la peau de ce dernier mais plutôt celle du manteau. Elle s'y accroche d'ailleurs fermement en guise de rattrapage bien que de toute façon prise de court par l'emballement du cheval et les fatales conséquences sur la stabilité du char. Décidément elle en prend plein la tronche niveau maladresse ces derniers temps. Mauvais karma ? Non, encore la faute de ceux qu'elle côtoie ! Que ce soit Mérion avec son exigence de la voir grimper malgré sa convalescence ou ce beta de Haldor qui distribue des fessées à son cheval au beau milieu d'une conversation...
Enfin, plus de peur que de mal ou de honte, cette fois.

Oui-oui ça va. Marmonne t-elle, les yeux en biais, ne relâchant sa prise qu'une fois l'équilibre du char rétabli. Et c'est pas toujours la faute des chevaux hein! Ose t-elle, accusatrice, au plus grand mépris de ses propres compétences en la matière. Car en l'instant trop bougonne. Tss, enfin bon si ça t'amuse...

Au fond elle sait qu'il n'a pas fait exprès. Ce ne semble pas être son genre d'après l'attitude constatée jusqu'ici. Alors elle abdique, passe là dessus, greffe sa dextre à la paroi latérale du véhicule en se tournant vers le paysage. Sa main gauche se posant momentanément sur son front, le massant vite fait comme pour en dissiper le léger heurt.

T'es con. Finit-elle par lâcher de nul part après un vaste temps de silence, comme s'il s'agissait de la conclusion la plus réfléchie et travaillée du monde. Ne sait plus vraiment ce qu'elle comptait lui dire à l'origine de toute façon. Bon sinon faudra tourner vers la gauche avant le gros rocher là bas pour rejoindre le village.

La dracène continue de bouder. Cela lui permet entre autre de se calmer quelque peu, songeant à la discussion de tantôt. Mais garder le silence n'est pas son fort, encore moins cote à cote d'un protagoniste qui se rend au même endroit qu'elle. Et puis avant que la discussion ne parte de travers - comme le char - il existait encore quelques points d'intérêt. Elle y revient donc finalement comme si de rien n'était.

Et toi Haldor tu ne connais pas de petite guerre personnelle ? Hm? Tu fais ce qu'il faut pour ou contre les dieux et c'est tout ? Tu t'attends à être entraîné dans quoi de spécial au juste ? Si elle le bombarde de nouvelles questions, ce n'est pas pour tuer le temps ni amener de nouvelles piques. Simplement, au fond, elle se pose d'autres questions. Comment vit-il ? Qu'est qu'il aime ? Est-ce facile pour lui ?

Justement parce qu'il semble spontané. Satisfait par nature.
Ce n'est pas son cas à elle, même si c'est un travail auquel elle donne désormais le plus grand intérêt sans trop savoir par où commencer ni comment ériger de véritables fondations. Raison pour laquelle il s'avère plus simple d'interroger autrui sur des questions plus vagues ou en rapport avec les dieux, la guerre ou bien... Les dieux. Et la guerre.
Ah. Le Dédale aussi.
...
Quelle vie nulle.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyLun 7 Sep - 9:32
Elle avait raison, évidemment. "Pas toujours la faute des chevaux". Mais bon, quand même, si le Boiteux régissait si abruptement au moins petit coup donné par erreur, il s'en sortirait jamais. C'était aussi pour cela qu'il préférait se balader à pied plutôt qu'avec ce stupide canasson. M'enfin, le destrier faisait partie de la panoplie du Cardinal et il devait faire avec. Et en dépit de ça, il appréciait quand même le style quand il déboulait sur lui, en mode "attention les mecs, v'là le Cardinal de la Mort et son fidèle ami". Bref, il devait se montrer plus prudent. Surtout avec la râleuse en chef du Dédale.

Il reprenait donc doucement la route. Prenant note de l'information de Ludmila quant à la direction qu'il fallait prendre. Con, il l'était. Ce pourquoi il ne prenait pas ombrage de l'insulte. Surtout au vue de la situation dans laquelle il l'avait placé, elle avait parfaitement le droit de râler. Il l'avait mérité. Et si elle boudait, lui-même se sentait un peu penaud. Comme un enfant qu'on aurait prit à faire des bêtises. Une réaction naturelle. Mais peut-être pas pour l'un des plus puissants soldats d'Arès, si ?

Puis vont la question sur ses guerres personnelles. Il avait déjà la réponse à cette question. Une réponse légitime. Et un peu à l'image de ce que pensait Védan des Byzantins. Sauf que lui, son animosité était toute entière tournée vers un seul homme. Un seul groupe, même. Ceux qui l'avaient chassés de ses terres, ceux qui l'avaient laissés pour mort. Il s'en était sorti. Et leur ferait payer cet affront en versant leur sang.
    - On a tous nos petites guerres persos, je suppose.

Un peu de philosophie. Ce qui était rare pour lui mais pas surprenant non plus. Être une brute ne signifiait pas savoir réfléchir à des questions pertinentes. Surtout que là, il y avait quelque chose de grave qui se cachait derrière ses pensées. Derrière ses motivations. Et s'il ne craignait pas d'en parler ouvertement, c'est parce que Védan était déjà informé de la situation. Il leva les yeux vers le ciel, cherchant à voir l'emplacement où se trouvait l'étoile de Zeta. En journée comme en soirée, elle brillait tant qu'il pouvait la percevoir. Il reporta finalement son attention vers Ludmila.
    - Moi, j'veux attraper un fils de putain qui m'a chassé de mon ancien domaine. Qui a retourné mes frères d'armes contre moi, contre ma Prêtresse. Et quand ce jour arrivera, j'lui ferai bouffer son propre corps morceaux par morceaux. C'est que j'ai pas toujours été comme toi. Un soldat d'Arès. Avant de porter cette cuirasse, je servais Odin. J'étais Haldor de Mizar, Guerrier Divin de Zeta et protecteur d'Asgard.

Il jeta un coup d'oeil en biais pour voir sa réaction. Doutes ? Acceptation ? J'm'en foutiste ? Il saurait bien assez tôt. Et se moquait un peu de ce qu'elle en pensait à dire vrai. Il s'agissait là de son problème. Et s'il servait Arès, c'était aussi pour pouvoir un jour marcher sur la gueule d'Odin qui ne l'avait pas soutenu dans une situation critique. Un dieu qui n'aide pas ses plus fidèles soldats, un dieu qui laisse sa propre Prêtresse aux forces obscures du royaume, ce dieu là ne méritait pas qu'on le serve.
    - J'm'attends donc pas à pas grand chose pour le moment. J'aide Védan. Je sers Arès. Mais j'veux aussi refoutre la main sur quelque chose que j'ai perdu et j'veux me venger. Un jour ou l'autre, le chemin des Berserkers croisera forcément celui des guerriers du Nord. Et ce jour là, j'serai en première ligne. Tu peux m'croire.

Sans doute pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontrés, Haldor se montrait sérieux. Une étrange aura d'argent l'enveloppait naturellement. Se dégageant de lui, de sa lame. Les runes sur cette dernière réagissaient au pouvoir d'Haldor, s'illuminant brièvement. Ce qui n'avait rien d'étonnant puisque la lame était liée à son porteur et qu'elle avait elle-même été forgé sur les terres du Nord.
    - C'est puérile hein ? Mais c'est ma motivation.

Il ne posait pas d'autres questions. Il attendait. De voir sa réaction ou si elle-même souhaitait en apprendre plus. Oui, la discussion prenait une tournure plus sérieuse.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyLun 7 Sep - 17:47

D'entrée de jeu la vandale obtient la réponse attendue. Alors elle acquiesce.
Ce sujet se fait naturellement récurrent mais elle y accorde un regard plus neuf depuis quelque temps ; effectivement il ne s'agit que de guerres personnelles, effectivement il ne s'agit que d'intérêts. Est-ce que appartenir aux rangs berserkers rend plus mauvais ou plus disposé à faire couler le sang ? Bon, peut-être bien. Toutefois c'est d'abord la passion et l'obstination qui sont galvanisées par l'entité belliqueuse qui les rassemble. Au bon gré d'intérêts plus vastes appartenant ou représentant simplement cette dernière. Mais est-ce que cela empêchait réellement les serviteurs de la guerre de poursuivre leurs propres quêtes purement personnelles, intimes ? Est-ce que cela les contraignait tant à respecter Arès ou se sentir concerné par son rôle olympien ? Celui-ci disposait simplement d'eux. Les lâchait dans une bataille tout en leur faisant péter le cervelet de rage au besoin.
Alors à quoi bon flatter le divin.
Hommes et dieux s'utilisaient les uns les autres.

Je trouve ça plutôt sensé. Conteste t-elle aussitôt sur un ton similaire à son interlocuteur.

Des révélations de Haldor, rien ne la choque. Il n'y a pas de surprise puisqu'elle le sait ancien ase. Il n'y a pas non plus de moquerie puisque l'idée générale se tient. Simple mais logique. Encore plus lorsque l'on peut prétendre à une cuirasse de Cardinal et donc disposer d'un certain poids, voire une visibilité sur la stratégie relative à la guerre divine.
Dans le fond l'intérêt n'est pas différent de Zvezdan. Ni d'elle, ou de presque tout le monde. Peut-être que la crédit se révèle dans l'appartenance même à cette faction, bien plus apte à répondre à de telles attentes. Que ce soit par la volonté de l'Armée d'être en première ligne ou de par la nature du Dieu Vengeur lui même en tant qu’éternel exauceur de rancunes.

C'est probable que ce jour arrive : La Guerre concerne tout le monde. Je n'ai pas la moindre idée du sort que t'ont joué les dieux mais tôt ou tard leurs actions auront des répercussions. Et nous en faisons souvent partie. Alors, Teh!... sur un malentendu.

Les oracles n'étant pas les seuls à roder dans l'ombre du dieu destructeur et les discussions allant bon train, rien ne pouvait définitivement contredire à l'avenir l'apparition d'anciens ases ou ennemis de ceux-ci dans leur sillage. La colère générale à l'égard d'Athéna montait, et par la même fédérait. Ou tout du moins favorisait certaines rencontres.
Pour des intérêts personnels, toujours.
Bref, au delà de ces quelques songes la Dracène s'interroge plutôt sur les détails de la trahison vécue par le Cardinal. Alors sans perdre de temps elle persifle :

Dis-moi... Haldor de Mizèr ! Je veux pas remuer des choses qui ont l'air de te rendre soucieux mais je suis curieuse d'en apprendre plus sur cette histoire. Même si je sais bien que chaque ours a sa tanière... Malice dans son regard. T'as pas intérêt de me parler de jardin secret maintenant ! Pour être franche je ne sais rien des tiens. D'ailleurs je déteste le nord, il y fait trop froid. Remarque pas très réfléchie. Pourtant Ludmila semble profondément concernée, repensant à son terrible voyage sur la route de Kiev... Pas si haut, en soit.

Ton domaine est tombé aux mains de qui ? Le fils a un nom ? Ou celui de sa putain de mère ? La prêtresse est en vie ? Tu veux récupérer quoi ?...

Si elle ne le noie pas totalement de questions, elle en oublie quelque peu d'indiquer le chemin. D'une certaine façon, c'est plus fort qu'elle. La curiosité l'emporte, encore plus quand les dieux sont impliqués. Mais le fait elle par vague analyse militaire ou plutôt par bête commérage ? En tout cas, ça l'intéresse.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMer 9 Sep - 7:03
Des répercutions, hein... Ouais, sans doute qu'il y en aurait. Mais les conséquences seraient certainement à supporter par lui et par nul autre. Si haldor était grande gueule et motivé à faire payer ceux qui l'avait trahi, il n'était pas naïf au point de croire que le dieu Odin en aurait quoi que ce soit à faire. Ce dernier ne s'était pas préoccupé de lui et des siens alors que quelqu'un les avait manipulé, retourné les uns contre les autres. Alors pourquoi réagirait-il face à la vengeance de celui qui avait porté Zeta ?

Des questions, il en avait pas mal. Mais il ne doutait pas en tout cas. Sa détermination n'avait plus rien à envier à celle de Védan et si l'ennemi différait, il n'en restait pas moins avec cette même volonté de tout voir brûler. Et de tuer ce minable. Oui. Le tuer lui et ceux qui avaient osés trahir la cause.

A force de réflexion, le colosse ne faisait plus vraiment attention à la route qu'ils arpentaient et se fiait donc au Boiteux. Celui-ci lui avait déjà prouvé par le passé être capable de le diriger sans vrais ordres et il comptait sur ce talent particulier pour ne pas se perdre. Lentement, il tournait le visage vers la jeune femme. Avec un petit sourire en l'entendant reprendre son expression.
    - Ce fils de chienne a un nom, oui. Asher Dorana, guerrier divin de Delta. Un p'tit minable de l'époque. Mais va savoir comment ou pourquoi, il est parvenu à avoir accès à un pouvoir qui le dépasse. Il a réussi à retourner les coeurs des braves. M'enfin... Qu'importe son pouvoir. Qu'importe qui le protège. J'vais l'crever de mes mains.

Il avait conté la même chose au Pontifex. Et n'estimait pas que cela soit un secret à dire vrai. Le colosse se moquait de se dévoiler ainsi. Il avait sa mission. Et l'exécuterait. Alors qu'une personne de plus ou de moins l’apprennent, cela n'était pas dérangeant. Et puis sur le papier, ils risquaient peu-être tous ici de subir les foudres d'Asgard. Depuis que l'étoile de Zeta brillait dans les cieux, il était persuadé que le peuple du Nord savait pour lui. Ils reprendraient la chasse. Ou ? Comment ? Des infos qu'il n'avait pas. Mais il savait aussi que eux non plus n'en avaient aucune idée finalement.
    - Pour la Prêtresse, je ne sais pas. Car alors que je me battais avec les rares qui résistaient aux ennemis avec moi, un de mes frères d'armes m'a dégagé du champ de bataille. M'a comme exilé de force pour que ces chiens ne me mettent pas la main dessus. C'est après cela que j'ai été retrouvé par Acamas et Melon. A ce moment, elle vivait oui. Et elle semblait sous la garde de son plus fidèle allié. Mais aujourd'hui ? Comment être sûr ?

Sa Prêtresse. Elle qui l'avait sauvé de son exil précédent chez les Saints. Elle qui lui avait donné la possibilité de poursuivre son rôle de guerrier en lui donnant Zeta. Alors même que le Serpent-Monde avait trouvé un autre preneur entre temps. Des armures divines, il en avait arboré plus d'une. Une nature changeante lui avait-on dit. Mais pour lui, c'était plutôt parce qu'il évoluait. Sans cesse. La cuirasse de la Mort n'en était finalement qu'une preuve de plus.
    - Ils vont savoir que je suis de retour. Et ils vont me traquer. Jusqu'ici, s'ils l'apprennent. C'est sûr. Et comme t'as pu le voir, j'suis pas le bonhomme le plus discret de ce monde... Ils le sauront tôt ou tard. Ce jour là, ce sont eux qui apporteront la guerre sur cette terre.

C'était un fait. Et Vedan le savait. Lui, il était prêt à les accueillir. Mais de ce qu'il avait vu, nombre des Berserkers actuels n'étaient pas prêt à ce combat. Trop faibles. Pas assez expérimentés. Il y avait un monde entre buter des petits soldats byzantins et affronter de véritables guerriers entraînés depuis leur naissance. Telle était la force du Nord. Une force qui échappait à pas mal de monde finalement.
    - Moi, j'suis prêt à les accueillir. J'suis pas sûr, pour les autres.

Même si cela semblait claquer comme un reproche sur les armées d'Arès, cela n'était pas une critique. Il constatait seulement un fait. Qui lui apparaissait comme évident. Mais Ludmila était pas de ceux pour qui il craignait des problèmes. Sa grande gueule et son expérience aideraient, il en était sûr.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyLun 14 Sep - 19:57

A la curiosité assouvie s'ajoute désormais d'autres pensées. Des pensées facilitées par cette franchise transmise par Haldor tout du long de son récit, car son interlocutrice non plus n'hésite pas à étaler son opinion une fois une conversation bien amorcée. Même si cela doit déplaire, même si cela peut déranger l'ordre établi...
Alors elle se décide à sortir de son bref mutisme. D'abord pour répondre au doute final du Cardinal mais surtout pour rebondir par la suite sur le fond de cette drôle d'histoire. Si son implication émotionnelle n'est évidemment pas très chargée, son intérêt à l'encontre du colosse reste sincère. En cela elle compte bien mettre le doigt sur quelques détails.

La guerre est aussi bien notre berceau que notre tombeau alors crois-moi, "les autres" sont prêts, quelles que soient leurs destinées. Haussement d'épaules. Nombres de recrues comme de vétérans sont déjà tombés dans des batailles, mais l'Armée d'Arès ne faiblit pas. Ni l'ardeur de ses manigances. Alors elle se moque bien du constat défaitiste suggéré par la Mort. A ce propos...

Le vif du sujet arrive. De minces lueurs scintillent dans les yeux mauves de la vandale alors qu'elle rassemble en son esprit le fruit d'une supposition. Peut-être stupide. Peut-être fondamentale. Quoiqu'il en soit, son scepticisme habituel prend le relais, se transposant cette fois-ci sur le cas du conducteur de char.

Qui te dit que la discorde qui a frappé ton domaine n'est pas une manœuvre d'Arès, au juste ? "L'accès à un pouvoir qui nous dépasse", l'arrivée soudaine d'un chaos déterminant !..." Retourner le cœur des braves"... la fracture entre frères et la rancune qui s'en suit... Oh les dieux sont bien tous les mêmes dans le fond, toutefois on pourrait y reconnaître une certaine marque de fabrique.
En tout cas, moi, j'ai déjà assisté à ça.


Quel que soit l'effet provoqué par cette théorie chez Haldor, Ludmila continue, non pas par l'amour du vice mais plutôt par honnêteté. Elle le fixe, curieuse de découvrir si oui ou non ce pataud y avait déjà songé. Ou dans une moindre mesure si des contre-arguments évidents trancheraient net cette possibilité.

Quelle ironie : Tu te battrais pour Lui, et dans le même temps ceux qui d'après tes mots sont sensés amener la guerre jusqu'ici pourraient tout aussi bien être des alliés préalablement acquis...

Le jour où tu t'en rendras compte, ta rage sera si intense que tu auras déjà perdu la partie. Tu feras office. Une dernière et ultime fois. Puis ta cuirasse condamnera un nouveau porteur - C'est que celle-ci semble avoir pris goût aux épaules de guerriers issus d'autres contrées...

Ton peuple s'entendait-il avec le Sanctuaire en ce temps ?

Une bête question. Mais après tout... en faut-il plus pour finir de justifier un scénario potentiel ? La combattante attend une réaction plutôt que de poursuivre. Sa foi à l'égard des dieux est faible, sévère, et c'est d'autant plus vrai envers Arès lui-même. Pour sûr elle prendrait pitié du Cardinal si son destin lui réservait une telle voie.
Peut-être que cela se lit dans son regard. Une infime forme d'inquiétude, remplaçant les tentatives de provocation de tantôt ou les coutumières étincelles de mauvaise foi.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMer 16 Sep - 8:07
Elle semblait assurée. Les autres sauraient réagir. Mais lui n'en était pas si sûr. Il connaissait les guerriers du Nord et avait vu de ses yeux que ceux du dédale n'étaient pas tous des soldats aguerris. Certes, Ludmila faisait partie de l'élite et en elle, il ne pouvait douter. Mais même au sein de sa propre armée, il n'avait pas forcément foi. Akir était un homme bien et un guerrier dans l'âme mais pour l'avoir affronté, il doutait qu'il puisse peser lourd dans une bataille où sa vie était en jeu. Quant à Brohos, il doutait même de l'intérêt de le garder comme soldat. Si il s'écoutait, il l'attraperait au détour du dédale pour lui arracher la tête et la garder comme souvenir. Trop impétueux. Ce dernier se ferait écraser par les armées d'Asgard. Alors comment ne pas douter des autres ?

Il n'était pas comme elle. Un pur produit d'Arès. Non lui, il était le fruit d'un autre monde. D'une autre patrie. Si les soldats du Dieu de la Guerre étaient réputés, ceux des terres enneigées vivaient et mourraient en combattant. Tous ici ne pouvaient pas s'en vanter. Tous ici ne pouvaient pas le supporter. Mais il ferait avec. Védan comme Ludmila semblaient croire en ces soldats. Alors il essaierait lui aussi.

Pour le reste, il écoute. Décidément, cette femme est pleine de surprise. Et semble prêter à Arès des forces qu'il ne lui soupçonnait pas. Il eut néanmoins un sourire. L'idée ne lui était jamais apparue mais même en l'entendant ainsi, même si les arguments se défendaient, il ne parvenait pas à croire qu'un dieu comme Arès puisse parvenir à ses fins si aisément, pas sur les terres du Nord. Loin de son influence. Les dieux Asgardiens n'avaient rien à envier à ceux des Grecques.
    - Les dieux que je servais ne sont pas si faciles à duper. Et Arès, aussi vicieux soit-il, aussi fort soit-il, n'arrive pas à la cheville de certains d'entre eux en terme de fourberie...

Il se souvenait de l'image. Les Loups gigantesques, les serpents. Loki n'était pas comme les autres dieux du panthéon. Il était rusé. Il y avait de sa patte dans les événements. Mais comment en être assuré si ce n'était en y retournant ? Et il ne pouvait le permettre. Trop risqué. Pas seul.
    - Rien que sur la ruse et le chaos engendré par des projets pervers, Loki le dépasse. Non, je ne vois pas la patte du dieu de la Guerre dans ce que nous avons vécu. Mais plutôt celle d'une guerre intestine entre nos propres dieux. Pour prendre le pouvoir ? Pour libérer les forces du Chaos et déclencher le Ragnarök ? Qui sait vraiment...

Il ne saurait l'expliquer mais il était prêt à mettre sa main à couper que Arès n'y était pour rien. Après tout, ce dernier était déjà aveugle aux manigances qui se déroulaient au sein de son propre domaine - Velya en était la preuve ultime - alors comment croire qu'il ait du pouvoir sur les terres du Nord ? Non décidément l'idée n'avait aucune chance d'aboutir dans l'esprit du colosse.
    - Avec le Sanctuaire ? Non, c'était tendu avec eux. Une pseudo alliance avait été souhaité. On avait eu des échanges avec eux. Mais pendant longtemps, ils avaient muselés la combativité de nos soldats. C'qui a engendré de la colère et de la frustration pendant toutes ces années. J'étais moi-même leur prisonnier, un temps, comme gage de paix. Mais à mon retour, la tension était telle que la guerre contre eux était devenue inévitable. La plupart des miens voulaient les combattre. Et d'ailleurs, on a eu l'occasion de s'foutre sur la tronche quelques fois.

Mais à l'époque, la colère des Ases était telle qu'elle pouvait toucher toutes les autres Nations. Une guerre totale était toutefois inenvisageable. Et le colosse ne se souvenait pas des relations avec les autres factions telle que Apollon ou Arès. Pour Poséidon, il se souvenait qu'il était détesté lui aussi. Mais une sorte de statut quo existait à l'époque. Et aujourd'hui ?
    - Mais j'dois admettre que j'y pige que dalle aux affaires des dieux. Plus j'essaie d'comprendre, moins j'y arrive. C'est fatiguant. Moi, j'suis une arme. Désigne-moi mon adversaire et j'le détruirai. Mais demande moi d'essayer de comprendre les plans des dieux, alors là tu m'perdras.

Il la regardait, un instant. Elle paraissait plus tacticienne et réfléchie que lui. Jugerait-elle sévèrement cet état d'esprit ? En un sens, même s'il ne se l'avouait pas, il appréciait la femme et préférait qu'elle n'ait pas un avis trop négatif le concernant. Une véritable guerrière. Il n'y en avait pas tant au dédale en dépit des cuirasses déjà conquises.
    - As-tu déjà eu à combattre les Guerriers d'Asgard par le passé ?

Il s'interrogeait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyMer 16 Sep - 18:52

Comprendre le plan des dieux est un projet qui ne perd pas seulement le nordique. D'ailleurs Ludmila n'en émet pas réellement le souhait ni la prétention, tout cela la dépasse et a même tendance à lui apporter plus de mal que de bien. Néanmoins la simplicité avec laquelle son interlocuteur se décrit ne manque pas de la frapper - Oui à une période elle se serait également décrite comme telle. Elle le fait même encore au sein du Dédale. Mais en réalité, se réduire à ce simple rôle ne lui a jamais permis de s'épanouir. Même maintenant, elle demeure en quête de ces "petits quelques choses" qui ajouteraient sens et saveur à son existence.

Quoiqu'il en soit parler des dieux ou aborder le folklore ase la distrait, l'intrigue. La saga d'Haldor se complète à mesure qu'il contextualise son ancien quotidien et permet à la dracène de se faire une vision globale de ce qu'il a traversé.

Oh, tu étais donc un tribut. Relève t-elle en se rappelant brièvement le cas de Jehane. Sans grand tact. Ma foi tu as vu du pays jusqu'à aujourd'hui ! Comment était le sanctuaire ?

Énième curiosité qui précède à la propre question du colosse. Même si elle est effectivement vétéran dans l'armée d'Arès, outre quelques escarmouches à Kiev ou Jamir elle ne peut se targuer de connaître d'autres lieux que ce maudit dédale ou ses environs. Et d'une certaine façon, "Le Sanctuaire" demeurait pour elle une dénomination floue, sans images spécifiques associées.

Jamais je n'ai croisé le fer avec un des tiens. Ni même échangé le moindre mot en fait. Ton pays me parait bien lointain... et comme pour chez toi, il y a déjà une belle quantité de conflits qui gravite rien qu'autours de nos divas olympiennes.

Toujours accrochée à la rambarde du char la vandale balaye le paysage du regard. Rassurée, puisque le Boiteux peu soucieux de la conversation semble avoir pris les devants en empruntant intuitivement la bonne piste.

... Mais Guerriers d'Asgard ou d'ailleurs, j'imagine que c'est comme partout sur la planète : Doit y avoir des bons et des moins bons. Suggère t-elle tout en haussant les épaules. Loin de les redouter plus que n'importe quel autre ennemi. Je vois bien que tu es fier. Mais ça m'étonnerait qu'ils soient tous comme toi. Sinon qu'est-ce que ce Loki ou l'autre chien en auraient à faire de traquer un seul ennemi exilé dans des terres régies par d'autres influences ? Ton cas serait insignifiant. "Affaire bouclée" même.

Quand le Dédale s'est réveillé, crois bien qu'on en avait rien à faire que Jehane soit prise en otage... Un gage de paix, Teh !
Se permet-elle d'ajouter aussi gratuitement qu'honnêtement. Enfin... il paraît qu'elle a survécu malgré tout.

Assez difficile à croire. Surtout après ce qu'elle a vu à Kiev. Zvezdan lui avait répondu que Hadès n'y était peut-être pas pour quelque chose cette fois-ci, ce qui rendait le mystère encore plus délicieux. Du moins si c'était bel et bien vrai.

Tout ça pour dire que tes anciens compagnons ne chambouleront pas notre quotidien en s'aventurant jusqu'ici. T'occupe pas des soldats au cas par cas, au final y'a que l'Armée qui compte. Et rien ne perturbera son avancée. Ses sourcils se décontractent et dans le même temps, la dracène profite de la proximité pour administrer deux petites tapes familières sur l'épaule de son interlocuteur. Evidemment elle se doute bien que celui-ci ne s'inquiète pas réellement.
Bon par contre : On en parle ou pas de ce manteau ignoble ? Annonce t-elle soudainement, retirant ses doigts de l'évidente matière organique. Tu t'es mis à la mode du dédale ? "Mes gens" ne sont pas des plus civilisés mais quand même, à ce compte là c'est plus de la sauvagerie, c'est juste dérangeant !

Non. Dépecer un humain afin de pimper sa garde-robe ne semble pas être un concept très séduisant aux yeux de la guerrière. Même s'il s'agit d'un vieil ennemi auquel on a accordé tout son mépris et sa rancœur. Pour sûr, si ça ne tenait qu'à elle, le "vêtement" aurait déjà fini au feu de bois.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyJeu 17 Sep - 7:42
Tribut. Qu'est-ce qu'il pouvait haïr ce mot. Il lui préférait le mot "prisonnier", qui correspondait plus à son état d'esprit de l'époque. On ne lui avait pas laissé le choix. Les Saints avaient imposés de prendre avec eux un guerrier d'Asgard. Et les siens l'avaient choisis lui afin de le punir de sa trop grande gueule. Afin qu'il tire une leçon de cette aventure. Et aussi pour se débarrasser de lui quelques temps.

Il se souvenait de sa colère du moment. Du chevalier du Verseau qui l'avait accompagné. Une femme discrète, masquée. Mais qu'il avait apprécié. Il se souvenait de ses premières rencontres sur les terres ennemies. Silas. Qui avait été un temps son ami. Avant qu'il ne dévoile son véritable visage, celui d'un lâche sans honneur. Et d'autres encore. Oui, une période où il avait beaucoup appris. Sur lui-même. Sur ce qu'il pouvait représenter aussi. Il se souvenait de la peur dans le regard de ses geôliers. Du respect dans celui de ses pairs. Et il s'en était sorti.
    - C'était assez grandiose, j'dois l'admettre. Leur sanctuaire, c'est quelque chose. Leur protection était assez impressionnante et à l'époque, ils possédaient une armée assez ordonnée. On sentait la rigueur militaire tu vois. Mais quand tu grattes un peu... Bah tu t'rends compte que leur force, elle est surtout liée à leur nombre finalement. Individuellement, ils cassent pas trois pattes à un ours quoi.

Il en était sûr, c'était la bonne expression.

Quant à ses remarques, elles étaient toutes justifiées. Peut-être qu'aujourd'hui, ils étaient plus forts. Mais de ce qu'il avait aperçu lorsque la cuirasse s'était emparée de lui la première fois, ce n'était pas vraiment le cas. Même les douze chevaliers d'or ne représentaient aucun défi à ses yeux. Et pour l'heure, une seule personne au sein de leur armée méritait sa colère. Silas. Un jour viendrait, il lui ferait ravaler sa lâcheté. Il lui montrerait ce que c'est qu'un combat d'homme. Sans un traître qui le frappe dans le dos. Il cracha au sol tandis que le Boiteux poursuivait son avancée.
    - On n'aura aucun mal à leur marcher sur la tronche, je pense.

Un fait. Qui démontrait sans doute une trop grande assurance, le colosse le savait. Mais il était ainsi. Une bataille, ça se gagnait. Il n'était pas ici pour courber l'échine et pleurer sur la force de ceux qu'il affrontait. En parfait guerrier nordique qu'il était, il lui apparaissait comme évident que la mort devait le prendre sur un champ de bataille. Qu'importe l'ennemi en face. S'il devait fermer les yeux pour la dernière fois, ce serait en se faisant transpercer par une lance ou une lame. Se serrait en se faisant décapiter. Qu'importe. Ce serait en Brave !

Quant aux Asgardiens, elle avait raison. Il y avait les forts et les faibles, comme partout. Ainsi hochait-il simplement de la tête pour marquer qu'il était d'accord avec elle. A l'époque, il se souvenait des faibles. De ceux qui n'avaient pas mérités à ses yeux de porter une armure. Il se souvenait des grandes gueules. Il en était une, lui aussi. Mais avait les moyens de l'ouvrir. Là où ce n'était pas forcément le cas pour tous. Sans doute que Ludmila aurait eu sa place, parmi les braves. Il en était sûr et eut même un petit sourire en l'imaginant autour de la grande table, à s'envoyer des fions, à bouffer comme des gros. Oui, elle aurait eu sa place.

Le cas "Jehane" fut mit en avant. La Famine. Oui, il l'avait rencontré à l'époque. Et maintenant qu'il était la Mort, il avait aussi eu le loisir d'échanger avec elle. Une femme qu'il n'appréciait pas particulièrement. Trop sombre. Trop étrange à ses yeux. Il haussa les épaules. Puis il éclata de rire quand le sujet du manteau fut abordé. Il comprenait la réticence et sans doute aurait-il réagi à l'identique s'il s'était retrouvé à sa place. Il n'était pas le genre d'homme à agir ainsi mais l'histoire était trop particulière pour être ignorée. Il chérissait ce manteau. Car il était chargé d'histoire.
    - Oh, ça ?

Il calma son rire.
    - Ouais j'comprends ton dégoût mais y'a une putain d'histoire derrière ça. J'suis pas comme tu l'penses hein. Ce que tu vois, c'est la peau d'un géant des glaces. Un Jötunn, comme on les appelle sur nos terres du Nord. Des créatures de légende, qui appartiennent à une autre terre.

Il se souvenait de la taille de la créature. Du combat. De la mise à mort. Un sourire carnassier apparut sur son visage alors qu'il racontait l'histoire.
    - Un jour, on s'est retrouvé assiégé par plusieurs de ces Jötunn. Ils étaient tous gigantesques, ces salauds. Plusieurs mètres de haut. Des putains d'colosse, et c'est moi qui te dit ça hein ! Tous avec une force impressionnante. On défendait notre cité. Et les abattre n'était pas facile. J'me souviendrai toujours de ce jour... Quand j'suis arrivé et que j'ai vu ces enfants d'salopes nous attaquer, j'ai pété un câble. J'ai réussi à en isoler un et on s'est joyeusement foutu sur la gueule. Imagine un peu... T'es bercé toute ta jeunesse par ces histoires de guerre, de monstres, de géants qui tentent d'assiéger Asgard puis un jour, tu te retrouves face à plusieurs d'entre eux. J'étais excité comme un gosse. Et j'suis finalement parvenu à le vaincre. Par chez nous, il existe des légendes. Et l'on prête bien des propriétés à la peau des Jötunn. Le froid qui se dégage de ces créatures est surnaturel. Il renforce aussi les pouvoirs liés à la glace. J'n'ai donc pas hésité à prélever ce trophée, mérité. Une putain d'bagarre, mouhahahahahaha.

On pourrait croire à une fable. Et sans doute qu'un soldat ne connaissant pas l'univers des dieux le prendrait pour un fou. Pourtant, chaque mot était vrai. Et cela se ressentait tandis qu'il racontait l'histoire, renforçant les mots par la gestuelle - ce qui faisait qu'il lâchait régulièrement la bride de son cheval mais ce dernier se tenait toujours à carreau - et détaillant les moments qu'il avait préféré pendant la bagarre. Il se souvenait aisément en avoir terminé avec le géant des glaces avant ses autres camarades. Il se souvenait aussi de l'urgence de protéger la Prêtresse, cible à l'époque déjà des attaques en interne.
    - Crois-moi. J'ai l'habitude de prendre des trophées à mes adversaires les plus valeureux mais jamais ce genre de chose. La plupart du temps, je prends son arme. Parfois, s'il est vraiment fort, je garde sa tête. Comme un hommage, pour ne jamais l'oublier. Mais cette fois-là, c'était trop particulier. Et j'pouvais pas passer à côté de ce trophée. Tu dois m'prendre pour un dingue, hein. Mais ouais, un géant des glaces quoi. C'était ENOOOOOOOOOOOORME !!!!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1200/1200[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1500/1500[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyJeu 17 Sep - 17:13


Hin! Je veux bien te croire. Ma hache a déjà goûté aux pimpantes cloths dorées et j'escompte bien les "gratter" encore un peu... même si ces bougres savent quand sonner la retraite Teh!

Sans les sous-estimer, la rivalité naturelle existant entre les deux dieux de guerre pousse Ludmila à répondre sans réfléchir. Les saints représentaient ses seuls véritables ennemis, même si sa philosophie de vie ne la poussait pas à se faire tant d'amis quel que soit leurs affiliations.

Mais pour l'instant, l'histoire du manteau accapare d'avantage son attention que ce récurrent sujet que représente le Sanctuaire. L'enthousiasme de Haldor à ce propos se fait par ailleurs très vite contagieux. En l'écoutant on pourrait croire que chaque étape de sa vie est palpitante. Et justement elle le croit. Comprend mieux.
Même si son existence n'est pas aussi passionnante que ce partenaire, elle en a suffisamment vu pour ne pas grimacer devant de telles explications. Lui a vu et confronté des géants. De son côté, elle a pu observer le Voyzdh, cette entité propre au dédale qui avait également pris la forme d'un géant polycéphale, constitué de roche et de chair - Quoiqu'à moitié dévasté. Une abomination. Destructrice, horrifique. Celui-ci avait servi d'arme de siège... si l'on pouvait réellement le caser dans une catégorie.
Aujourd'hui encore, Ludmila ignore la nature exacte de cette chose. Un fragment de ce dédale couramment maudit par ses habitants ? Et qui existe toujours. Dormant quelque part. Constituant peut-être même l'une des zones de leur bastion.

Jo..toune. Répète t-elle bêtement comme pour marquer le nom de cette "espèce" dans son esprit. Assez séduite par cette histoire. Eh bien eh bien... c'est une jolie relique que tu as là. Au temps pour moi !

Une fois de plus, elle tâte la matière comme pour la reconsidérer, y accorder une vigilance accrue - Ressentir cette énergie ancienne qui explique peut-être par la même occasion l'aura si particulière de son interlocuteur. Son regard se plisse, se fait même un brin envieux, l'espace d'un instant. Puis son sourire refait apparition. Après le jugement du manteau, peut-être retravaille t-elle aussi son opinion au sujet du colosse. Par sa joie, son rire et ses histoires, il s'avère tout de même de bonne compagnie.

Hmm... J'avoue que je te jalouse plutôt que de te trouver dingue. Vu ton odyssée je comprends mieux pourquoi Arès t'a mis le grappin dessus... Tu as l'air précieux. Elle réfléchit, hésitant un peu. Ton prédécesseur aussi semblait habité par cette fibre "héroïque"... D'ordinaire je m'en méfie... Elle ment. Ce genre de parcours l'attire au contraire - Elle s'était par ailleurs montrée très avenante avec Arbhaal, toute aussi intriguée par ce qu'il laissait entrevoir de son passé... avant qu'il ne disparaisse aussi vite qu'il était venu. Faux-cul. ... mais j'ai pas l'impression que tu fasses partie de ces salopards tout juste bon à donner de faux espoirs.

Je serai ravie de me battre à tes côtés.
Lui confie t-elle, bien qu'assurée que ce jour arrivera rapidement.

On arrive au village. Un constat donné avec une touche de déception. Comme si cela arrive trop vite et casse quelque peu la conversation. On va le contourner, les baraquements sont plus loin et c'est là bas que y'a ma "tour". Inutile de se donner en spectacle à ces pauvres gens.

Un char de guerre nimbé d'une aura glaciale et trimbalé par un destrier étrange appartenant à un colosse recouvert d'un vêtement de chair... Certes, les autochtones ne sont pas totalement niais quant aux phénomènes sortant du Dédale, mais pour une raison ou une autre Ludmila ne semble pas vouloir déranger les civils. En fait, depuis son affectation, elle s'essaye intimement à se comporter le plus "normal" possible au delà des baraquements où son rôle de centurion l'emporte fatalement.
Un sujet de plus appartenant à son jardin secret.

Merci pour le dépannage. Rappelle t-elle sans se soucier que le dit dépanneur a lui-même créé le besoin en sonnant sa stupide monture. J'ai pas grand chose de magique à ajouter à ta vie bien remplie... mais un bon repas et de quoi boire, c'est déjà ça. La vie est assez simple par ici. Ma mission n'est pas des plus passionnantes, c'est pour ça que je "m'occupe" un peu.


[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
HaldorHaldorArmure :
Cardinal de la Mort

Statistiques
HP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-bleu1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-bleu  (1350/1350)
CP:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-rouge1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] G-jaune1350/1350[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] V-jaune  (1350/1350)
Message Re: [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]   [Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor] EmptyLun 21 Sep - 8:39
Relique en effet. Mais aux yeux du colosse, ce manteau était presque aussi important que sa lame. Elle lui rappelait un passé aujourd'hui révolu. Un passé et des frères d'armes. Cela lui manquait un peu. Même si avec les Berserkers, il avait trouvé une nouvelle cause à défendre. Ce n'était pas spécialement Arès qu'il servait. Non. C'était un nouveau destin et une envie de faire toujours plus. Comme il le disait, il était un soldat. Mais un soldat avec des aspirations. Une force qu'il mettait pour défendre les idéaux qui étaient les siens.

Quant au prédécesseur dont elle parlait, il s'en fichait. Le passé de sa cuirasse ne l'intéressait que peu. Salopard ? Lui ? Il l'était sans doute un peu, pour certain. S'il s'entendait avec beaucoup, il n'oubliait pas qu'il possédait un fort caractère. Une grande gueule. Et la force suffisante pour marquer les esprits s'il s'énervait. Donc oui, certains ne devaient pas le considérer autrement que comme un salopard. Mais on pouvait lui mettre une chose à son crédit : il ne donnait aucun espoir aux autres. Ni à ses amis, ni à ses ennemis. Encore moins à eux d'ailleurs. Ainsi haussait-il les épaules, sourire aux lèvres.
    - Je serai ravi aussi de t'avoir à mes côtés.

Il le pensait. Avec elle, les batailles prendraient une autre ampleur, il le sentait. Son expérience était indéniable à elle aussi, même si elle restait avare en information. Il ressentait sa force latente. Il ressentait sa détermination aussi. Elle faisait souvent la gueule - c'était peu de le dire et il le lui avait déjà signifié - mais cela n'enlevait en rien qu'elle surpassait bien des soldats au sein du dédale.

Puisqu'ils arrivaient au village, le colosse se fit plus discret et faisait emprunter à son cheval le chemin désigné par la maîtresse des lieux. Ne pas attirer l'attention plus que de raison. Il comprenait même s'il n'était naturellement pas le plus discret du monde. Pour le moment, ils contournaient donc le village pour se rendre vers les baraquements.
    - J'suis pas un homme qui a besoin de grand chose. Juste bouffer et picoler me suffit pour le moment. La simplicité peut avoir du bon parfois.

Sa vie était finalement assez peu "simple". Même s'il réclamait de l'action, il ne pouvait nier apprécier de temps à autre un temps calme. Trop rare. Mais qui justifiait l'importance qu'il y portait justement.
    - Bientôt, j'pense qu'on aura autre chose à foutre que simplement surveiller un village. Tous autant qu'nous sommes. J'dois déjà aller m'emmerder à balancer les cuirasses sans proprio près de villages désignés en avance. Histoire de se mettre en recrutement "forcé" tu vois. Perso, ça m'emmerde autant que c'que tu dois faire toi hein. Mais les ordres sont les ordres.

Lui, il obéirait. Mais après, il se lancerait dans sa quête : retrouver le Saphir. Retrouver l'armure de Zeta. Il la sentait. Elle l'appelait. Et même s'il était la Mort à 200% actuellement, il restait curieux de savoir ce que lui voulait son ancienne "alliée". Le saphir était important en tout cas et il en avait convenu avec Védan --> sa récupération primait.

Il regardait la guerrière. Une conclusion en tête. Qui sortait de nul part.
    - Tu sais quoi ? J't'aime bien, toi. Tes convictions. La force que tu dégages. J'ai hâte de t'voir en combat... Et de voir nos ennemis trembler face à ta hache.

Il le pensait. Un avis purement martial mais qui représentait énormément pour le colosse. Déjà faisait-il en sorte de faire ralentir la monture en vue de cette "tour" désigné par Ludmila. Alors que celle-ci ralentissait pour s'arrêter, il reprit.
    - Là, c'est bon ? Si oui, j'vais t'aider à détacher l'char. Je sens que le Boiteux va pas tarder à se casser. Il est du genre "esprit libre" quand j'ai plus trop besoin d'lui.

Une capacité en lien à son statut, certainement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1838-haldor-cardinal-de-l
 
[Février 553] Parle à mon cheval [Pv: Haldor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: