Votez
I
II
III


Mars 553 AD (Jusqu'à la fin de l'Event)
 
Partagez
 

 Nymphéa - Présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
NympheaNympheaArmure :
Saint du Lotus

Statistiques
HP:
Nymphéa - Présentation G-bleu1200/1200Nymphéa - Présentation V-bleu  (1200/1200)
CP:
Nymphéa - Présentation G-rouge750/750Nymphéa - Présentation V-rouge  (750/750)
CC:
Nymphéa - Présentation G-jaune1200/1200Nymphéa - Présentation V-jaune  (1200/1200)
Message Nymphéa - Présentation   Nymphéa - Présentation EmptyVen 28 Aoû - 21:32
Nymphea
Qui est-elle ?


    Nom : Nymphea surnommée Phéa
    Date de naissance : En 537, date précise oubliée
    Âge : 15 ans, dans l'année de ses 16 ans
    Sexe : Féminin
    Armure demandée : Silver Saint du Lotus


Comment est-elle ?

    Ni l'aînée, ni la cadette de sa grande fratrie, Phéa est un peu l'oubliée. Elle n'a pas le poids que l'on met sur les épaules des plus grands, ni l'attention particulière que l'on porte aux plus jeunes. Néanmoins, elle trouve toujours une façon de se rappeler aux autres d'une façon qui la fait rougir jusqu'aux oreilles. Impossible de passer à côté de sa légendaire maladresse. C'est rare de ne pas lui voir d’égratignures ou d'écorchures quelque part. Sa place au sein de sa famille ne la dérange pas, elle en a l'habitude. Elle est même la première à chercher à protéger et s'occuper des plus jeunes, les couvrant de sa bienveillance et de sa douceur. Trop souvent réprimandée pour sa gaucherie, elle s'est un peu renfermée sur elle même, plutôt secrète, réservée voir même timide. Parfois, on lui trouve un air mélancolique. Ce n'est pas qu'elle est triste de son sort, non, elle pense simplement à ses grands frères partis faire la guerre et ne jamais en revenir.

    Quelle n'a pas été sa surprise lorsqu'elle a découvert ses dons fabuleux. Toutefois elle se demande… N'est-ce pas dangereux de l'avoir dotée de telles capacités alors elle n'est même pas capable de ne pas trébucher sur une surface plane ? La réponse vint assez vite, lorsqu'elle commença à maîtriser son cosmos et à s’entraîner à manier l'épée, son inhabileté s'estompa, mais seulement en phase de combat, peut-être parce qu'alors elle est bien plus attentive et concentrée. Son gros souci viendrait peut-être de son côté rêveur et tête en l'air alors. Un peu comme si elle n'était jamais complètement présente et que son esprit vagabondait ailleurs, dans les méandres de son imaginaire.

    Elle est menue, plutôt jolie, ses cheveux sont généralement laissés libres et parfois nattés. Ses yeux sont d'un beau vert vif et sa chevelure est étrangement de la même teinte. Elle n'est pas mécontente de devoir porter un masque depuis qu'elle est entrée au Sanctuaire, ainsi elle peut rougir sans que l'on s'en aperçoive. De plus, elle détesterait devoir épouser le premier venu ou perdre son temps à le tuer, car elle aurait bien du mal. Loin d'être l'une de ces grandes guerrières solitaires, elle est plutôt faite pour œuvrer en soutien dans une équipe. Quand elle ne leur marche pas sur les pieds accidentellement évidemment.

    Cloth:
     


Son Histoire

    Maladresse


    Printemps 543, encore une journée comme les autres pour la petite émeraude. Dans cette famille de sept enfants, tout est réglé à la minute près et c'est nécessaire si on ne veut pas se marcher sur les pieds dans cette petite maison thébaine. Chacun se lève et se met à sa tâche, les plus grands au champ, les plus jeunes à l'étude. Andra, l’aînée, enseigne aux quatre plus jeunes les rudiments de lecture, d'histoire et de calcul. Nymphea écoute avec attention. La salle à vivre s'est transformée en classe studieuse et sur la grande table, les enfants s'appliquent à tracer de belles lettres à l'encre. La petite émeraude est à l'écart. Toujours à l'écart. C'est une habitude maintenant, elle s'y est habituée et Andra la surveille du coin de l'oeil. C'est une bonne petite, appliquée et assez intelligente. Ses lettres sont bien formées et elle sourit satisfaite. Contente de son travail, elle soulève son parchemin un peu vite et renverse son pot d'encre. Sa mine s'assombrit alors que le liquide noir s'écoule sur la table.

    - Désolée…
    - Nettoie ça, vite avant que ça ne coule par terre !


    Andra semble dépitée, mais ne bronche pas plus que cela. Visiblement ce genre d'incident est régulier et elle se blâme elle-même pour n'avoir pas pensé à échanger la plume contre un crayon de bois depuis le temps. Nymphéa se précipite vers la bassine pour prendre un torchon et se cogne au coin de la table en passant. Elle grimace, étouffe un cri de surprise, mais ne s'énerve pas, résignée par sa maladresse habituelle. Pour elle, c'est juste un bleu de plus. Si on l’auscultait, on pourrait croire qu'elle est battue tellement son corps est recouvert d’hématomes et d'écorchures. L'avantage, c'est que maintenant elle a acquis une certaine endurance à la douleur. Pas de cris ni de pleurs lorsqu'elle se cogne ou se blesse. Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer par tous les moyens de faire attention, mais il faut croire qu'elle a la malchance qui lui colle aux chausses ou qu'elle attire les ennuis comme un aimant. L'encre finit par être épongée et le cours est terminé.

    Plus tard, le jeune garçon rejoint ses frères pour apprendre le métier des champs, quant aux deux fillettes ainsi que Nymphéa, elles poursuivent leur apprentissage de la lessive, la vaisselle, du tissage, et un peu de musique parfois grâce à la lyre familiale récupérée dans les ruines de la ville. Les ruines… Du plus loin qu'elle se souvienne, la Petite Émeraude a toujours connu le village dévasté par la guerre et les pillages de l'armée des Goths ayant eu lieu avant sa naissance. Les gens ont fui vers Athènes pour la plupart et seuls sont restés quelques habitants vivant de l'agriculture. Alors sa famille avait été quelques fois dans les maisons délabrées récupérer ce qui n'avait as été déjà dérobé ou détruit. C'était pour les enfants d'amusantes chasses au trésor. Depuis quelques années, de nouveaux habitants venaient s'installer et la vie reprenait peu à peu.

    Départ - 543


    Régulièrement, les trois aînés se rendent en ville pour acheter des produits que l'on ne trouve pas au village et vendre les récoltes. Cette année ne fait pas exception et la petite Nymphéa prend alors le relais pour surveiller ses trois plus jeunes frères et sœurs ainsi que pour effectuer les tâches ménagères. De temps en temps, elle arrive à ce qu'aucune catastrophe ne se produise comme faire tomber le tonneau de lessive ou tomber dedans par exemple. Elle attend le retour des autres avec impatience. Sans eux, ce n'est pas pareil, c'est plus vide, plus calme, peut-être parce que les habitudes sont chamboulées et qu'elle les adore, leur présence lui manque. Assise sur un rocher, elle s’entraîne à pincer les cordes de la lyre. Ses tâches sont terminées et les petits jouent dans la cour. Le soleil décline à l'horizon, mais on peut apercevoir un petit groupe progresser sur le chemin. Dès qu'elle les voit, la Petite Émeraude saute sur ses pieds, abandonne son instrument et court vers eux. À peine quelques mètres sont parcourus qu'elle se prend les pieds dans une racine et s'étale de tout son long sur le chemin. Rien qui ne l'arrête cependant. Persévérante, elle se redresse et s'élance à nouveau. Il faudra sans doute recoudre un bout de jupe déchiré, mais ce n'est pas grave. Plus elle approche et plus elle ralentit. Ce qu'elle voit l'inquiète. Andra est seule, ses deux frères ne sont pas là. À son regard interrogateur, cette dernière explique :

    - Ils sont partis. Admitos a rejoint un homme en armure, je ne sais pas trop pourquoi, il a parlé d’entraînement et de Sanctuaire…

    Elle hausse les épaules ne sachant pas ce que sa signifie. Tout ce qu'elle sait, c'est que sa décision était ferme et très enthousiaste.

    - Quant à Vion… Je pense qu'il a voulu ne pas être en reste. Tu sais comment il est, toujours à vouloir faire comme Admitos. Bref, il s'est engagé dans l'armée dès qu'il a entendu dire que l'on recrutait pour renforcer les troupes en Italie.

    Nymphéa ne répondit pas, se contentant de baisser la tête. Son air triste ne trompe pas. Elle aurait aimé qu'ils restent près d'elle. Mais elle ne peut pas les empêcher de voler de leurs propres ailes n'est-ce pas ? A minima, elle aurait voulu pouvoir leur dire au revoir. Ils vont lui manquer. La vie ne sera plus pareille désormais. Elle est encore trop jeune pour tout bien comprendre. Pour elle, cela ressemble à un abandon tout simplement. Les semaines passent et aucune nouvelle ne lui parvient de la part de Vion. Quant au second, une seule fois il a envoyé un message à destination des parents pour leur dire que tout va bien, qu'il est bien arrivé, que l'on ne doit pas s'inquiéter. Rien, absolument rien n'indique un éventuel retour ou même une simple visite. Le mot a dû être écrit à la hâte. C'est ce qu'elle préfère se dire, car il n'a pas pensé à lui écrire un petit mot en particulier, ni à elle ni aux autres de la fratrie. Il doit vraiment être très occupé. Morose, elle perd peu à peu espoir de les revoir l'un comme l'autre. Et le temps s'écoule malgré tout, immuable. Les années passent.

    Athènes – 547


    Elle a dans les dix ans à présent et toujours aucun signe des deux frères. Elle a perdu espoir et pense qu'ils sont probablement morts. Qui irait les prévenir si c'était le cas ? Personne. La communication c'est compliqué. Quoi qu'il en soit, depuis quelque temps déjà, c'est la petite Émeraude qui accompagne Andra jusqu'à Athènes pour aller vendre les récoltes. Grimpée sur la charrette tirée par leur fidèle âne, elle scrute l'horizon, attendant avec impatience de voir la cité apparaître. Elle en aime les rues grouillantes de vie, les personnes fantasques et les rencontres qu'elle peut y faire. Il leur faut quelques jours pour écouler toute leur marchandise sur la grande place du marché, alors le soir les deux sœurs campent et dorment à la belle étoile à l'extérieur de la ville. Leur père veille sur elles, car il n'est pas question de laisser deux filles seules. Autrefois les grands frères faisaient office de figures masculines, mais comme ce n'est plus le cas ils ont dû revoir leurs habitudes.

    Non loin de la plage, allongées sur une couverture, les deux sœurs papotent en observant les étoiles. À quelques pas de là, si elles tournent la tête, elles peuvent apercevoir quelques lumières provenant des navires accostés au port. Leur père entretient le feu qui les maintient au chaud. Le croissant de lune scintille et capte leur attention un instant.

    - T'as-on déjà raconté pourquoi maman t'a appelée Nymphéa ? La petite fait non de la tête.
    - Et bien une fois nous sommes partis en voyage jusqu'au lac Limni Paralimni, un peu plus au nord de la maison. Tu devrais voir ça il est giiiigantesque ! Et à un bout du lac, l'eau était recouverte de nénuphars. Au matin, les fleurs s'ouvraient aux premiers rayons du soleil puis se refermaient le soir. Elle a trouvé ça tellement « magique » qu'elle a décidé de te donner le nom de ces fleurs.

    La petite Émeraude sourit doucement.

    - J'aimerai bien les voir un jour autrement qu'en dessin. Mais c'est compliqué de voyager avec le travail qu'il y a à la maison. Surtout depuis...

    Elle ne termine pas sa phrase, mais il est évident qu'elle pense au départ des deux frères plus âgés. Tournant la tête pour penser à autre chose, elle voit le port, ou du moins, le peu que les quelques lampions laissent apercevoir. Au petit matin, c'est décidé, elle irait explorer ça de plus près. Andra exigera seulement qu'elle soit à l'heure sur la grande place d'Athènes. Aux premiers rayons de l'aube, elle se lève en vitesse et file vers le port. Gaiement, elle se promène sur les pontons et observe les grands bâtiments de bois avec leur majestueuse voile. Ce n'est pas aussi grandiose que ça le sera dans quelques siècles, mais pour la petite paysanne continentale, c'est suffisamment merveilleux. Ils sont plus gros qu'elle, plus gros presque que sa propre maison. Elle se demande comment ils peuvent flotter et ne pas tomber à pic au fond de la mer. Elle observe tout avec grand intérêt, il y a de l'animation. Les navires rentrent de leur nuit de pêche et déchargent leur cargaison de poisson frais. L'odeur d'iode est plus présente ici sans doute à cause de ça et des algues prises dans les filets. La fillette se félicite de n'avoir encore rien renversé dans sa légendaire maladresse. Encore faut-il ne pas parler trop vite. Un cordage traînant au sol suffit pour qu'elle se prenne les pieds dedans et tombe à l'eau. Personne ne la voit ou ne s'en soucie, trop occupé sans doute. Mais la petite ne sait pas nager et elle coule contrairement aux géants de bois. Elle se débat, s'empêtre dans sa robe et désespère d'arriver à remonter à la surface. Ses poumons la brûlent. Elle n'arrive plus à garder la bouche fermée. L'appel de l'air est trop fort. Impossible de crier, pourtant elle en a très envie. Alors qu'elle est à deux doigts de perdre espoir et de laisser ses lèvres s'entreouvrir, quelque chose la pousse vers le haut et en quelques secondes, elle se retrouve à l'air libre. Elle toussote. Respire à pleins poumons. Elle ne s'est pas rendu compte qu'une seconde plus tôt, une aura rose poudrée émanait d'elle. Un peu sonnée par le choc de la crise de panique qu'elle a eu, elle peine à revenir au présent. Il lui faut un moment pour se rendre compte qu'elle est en équilibre sur un nénuphar aussi large qu'elle et suffisamment puissant pour la soutenir. Étonnée, elle regarde autour d'elle. Tout ce qu'elle voit, ce sont les navires, les pontons et les gens qui n'ont même pas remarqué sa présence. Pas d'autre nénuphar. Bizarre. Ils ne poussent pas dans la mer d'habitude, et lorsqu'ils poussent, les feuilles sont rarement seules, surtout pas quand elles ont cette taille.

    - Ah bah j'ai de la chance que t'ai été là toi. Et zut… J'vais m'faire gronder, je suis trempée. Fiou ! C'était moins une ! Bon, bah… Faut que je sorte de là maintenant...

    Ses prunelles de jade se posent sur le ponton le plus proche et elle tend la main. Trop loin… Elle regarde tout autour d'elle, mais ne voit rien d'autre à quoi s'accrocher. Un moment elle se dit que peut-être quelqu'un pourrait la sortir de là, mais elle ne voit presque plus personne. La plupart sont déjà partis vers la place du marché ou rentrés chez eux pour dormir pendant que les femmes se chargent de vendre leur cargaison. Elle fait une petite moue et tend la main de nouveau. Peut-être qu'en se penchant un peu plus elle arrivera à attraper le bord. Tout doucement, elle a l'impression que le ponton se rapproche, à moins que ce ne soit elle ? Sans réfléchir, elle continue de se concentrer et de tendre la main. Ça lui prend plus de temps que prévu, car elle manque plusieurs fois de perdre l'équilibre. Lorsqu’enfin elle y est presque, une main s'empare de la sienne et la soulève comme si elle ne pesait presque rien puis la dépose sur le bois flotté. Une voix masculine inconnue s'adresse à elle.

    - Tout va bien ?
    - Euh… Oui merci.


    Levant la tête vers lui, elle remarque qu'il porte une drôle de boite dans son dos et qu'il est très grand. Bon, en même temps ce n'est pas compliqué, elle n'a que dix ans après tout. Il se tourne vers la mer et observe son radeau de fortune avec une expression étrange. Il ne lui fait pas peur, au contraire, de lui émane quelque chose de rassurant, un peu comme Admitos parfois. Mais elle sait que les apparences peuvent être trompeuses et elle est en retard pour rejoindre sa sœur.

    - Je dois y aller. Bonne journée ! Encore merci !

    Et elle file avant que l'homme n'ait l'idée de la kidnapper. Sait-on jamais… Il lui faut un certain temps avant d'arriver en ville, mais dès qu'elle y est elle n'a pas de mal à trouver la grande place en suivant le flot de gens. Durant quelques minutes elle cherche l'endroit où sa sœur et son père se sont installés puis les rejoint. La première ne manque pas de l'interroger sur son retard et ses péripéties d'un air blasé. Nymphéa se contente d'être assez vague, certaine que si elle disait avoir failli se noyer, on ne la laisserait plus se balader à sa guise, or elle était bien trop friande de liberté. Peu après, l'homme qu'elle avait croisé sur la berge vient devant leur charrette. Le nénuphar était dans ses mains. Il avait dû l'arracher. Il sourit en retrouvant la jeune fille aux cheveux émeraude, un signe singulier qui la rendait facile à trouver, puis lui tend la plante aquatique.

    - C'est à toi, il me semble.
    - Euh...


    Elle le regarde un peu étonnée, ne comprenant pas pourquoi il pense que c'est à elle. Cependant, elle récupère le nénuphar tendu. De toute évidence, elle pense qu'il y a erreur et en même temps, elle doute parce qu'effectivement elle s'est déjà fait la réflexion que c'était assez bizarre ce qui lui était arrivé. Lorsqu'elle le regarde plus attentivement, elle voit que lui n'a aucun doute. Elle plisse légèrement les yeux.

    - Tu ne devrais pas laisser traîner cela derrière toi.

    Il sourit doucement, se penche lentement vers elle sous le regard menaçant d'Andra et lui chuchote la suite.

    - Tu ne comprends pas n'est-ce pas ? Ce doit être la première fois que ça t'arrive. C'est toi qui l'a fait pousser. Tu es dotée de capacités extraordinaires. Je connais un endroit où tu peux apprendre à t'en servir, à maîtriser cela en t’entraînant. On l'appelle le Sanctuaire. Enfin, c'est si tu en as envie...

    Il la regarde, semble attendre une réponse. Et elle tique sur un mot en particulier, le Sanctuaire. Là où son frère est parti soi-disant. Mais il a rejoint un homme en armure et celui-là n'en porte absolument pas, alors est-ce que c'est bien le même endroit ? L'autre partie de ce qu'il lui dit est secondaire pour elle. Qu'elle y croit ou pas n'importe pas, elle n'a plus que son frère en tête.

    - Il y a des gens en armure là bas ?

    Il opine un peu étonné de la question.

    - Alors c'est d'accord !

    Le reste consiste en discussion avec le père et la sœur pour obtenir l'autorisation qu'elle accompagne l'homme.

    Le Sanctuaire – Juillet 550


    Trois ans ont passé. La fillette a bien retrouvé son frère et en est ravie. Au début, ils se voyaient beaucoup, car comme elle, il n'était qu'apprenti. Il a essayé de l'aider, mais il devait surtout penser à lui même. Quelque temps plus tard, il a gagné son armure et depuis, il est souvent en mission et elle est livrée à elle-même. Tout le monde l'évite, reste en retrait. Si elle a une facilité évidente à manier son cosmos, sa maladresse en fait d'elle un danger ambulant et les dommages collatéraux se comptent par dizaines. Avertis, ils veillent à ne pas se trouver sur son chemin lorsqu'elle s’entraîne. La solitude est pesante, les moqueries aussi. Elle les voit rire et a même entendu certains se demander comment elle allait faire pour devenir Chevalier avec son extrême malchance. « Ah, mais moi je refuserais de partir en mission avec elle hein ! Elle ferait tout rater dès le début. » Nymphéa soupire et s'éloigne. Elle trouve refuge dans un coin reculé de la grande plaine. Comme d'habitude, elle grimpe dans son arbre favori et s'installe sur sa branche habituelle. Combien de fois en est-elle tombée avant d'arriver à s'y hisser sans une égratignure ? Trop. Mais là au moins, elle n'entend plus les persiflages venimeux de certains de ses camarades. Elle ne désespère pas. Un jour elle suivra la même voie que son grand frère, elle y arrivera, même si ça doit lui prendre longtemps.

    Sa paix est interrompue par des bruits de combat inhabituels. Le Sanctuaire est attaqué. Elle saute et se rétame au passage, mais se redresse bien vite et bondit jusqu'au bruit pour voir ce qu'il se passe. Des hommes et des femmes portant des armures qu'elle ne reconnaît pas sont en plein combat contre les Chevaliers et les apprentis. Elle ne peut pas rester sans rien faire et se mêle aux siens pour repousser l'attaque. Elle se concentre, comme jamais auparavant. Les mouvements des uns et des autres sont le centre de son attention. Une mare d'eau se forme autour d'elle et elle s'en sert pour former des sortes de lianes d'eau qui s'enroulent autour de ses alliés et les soigne. Entre autres, elle fait pousser de longues tiges qui viennent s'enrouler autour d'un des envahisseurs pour l'immobiliser puis l'étrangler.

    Plus tard elle apprend qu'il s'agissait d'Oracles et de Berserkers, des ennemis récurrents à ce qu'elle peut comprendre. Lors de l'attaque, même si son aide n'eut pas de très grande portée, elle fut néanmoins remarquée. Sa maladresse semblait étrangement disparaître en situation de combat. L'un des chevaliers prit le temps de la mettre à l'épreuve pour tester cette théorie. Lorsque ce fut fait et qu'elle triompha avec brio, il en informa le nouveau Grand Pope Akritès. Plus souple et moins protocolaire que Bélisaire, ce dernier décida de la récompenser de la Cloth d'Argent du Lotus. Par la suite, la nouvelle Chevalier aida à la reconstruction du Sanctuaire.

    Notes de Guerres – 551 à 552


    En Septembre 551, alors que l'armée des Goths tente de conquérir l'Italie et notamment Rome depuis quelques mois, Nymphéa rejoint un des groupes envoyés pour attaquer l'alliance des Berserkers et des Oracles – encore eux – en pleine nuit afin de les prendre par surprise. Elle n'a pas beaucoup de souvenirs de cette guerre-là, ou bien est-ce parce qu'elle les refoule ? Tout ce que l'on peut dire, c'est que bien qu'ils en soient sortis victorieux, l'adolescente rentra au Sanctuaire avec un air dépressif et mélancolique sur le visage. Et pour cause, dans cette guerre, côté non-éveillés, elle a appris que Vion était mort sur le champ de bataille. Et, parce que son malheur n'en finit pas, son autre grand frère est mort aussi. Elle n'était pas là, pas dans son groupe du moins et n'a rien pu faire lorsqu'elle a senti son énergie cosmique s'éteindre.

    Septembre 552, un an plus tard, toujours mélancolique, bien décidée d'en découdre en mémoire de ses proches partis trop tôt, elle se porte volontaire pour aller attaquer ce que l'on appelle la Tour des Vents. Encore une bataille dont elle a peu de souvenirs et cette fois pour la simple raison que dans les premiers instants, elle fut assommée puis laissée pour morte. À son réveil, elle voit la Tour s’effondrer sur elle-même. C'est terminé.


Et vous, qui êtes vous ?

    Age : 30
    Avatar : Le nom du personnage de votre avatar, présenté de cette manière :
    Code:
    [b]FIRE EMBLEM[/b] → [i]Rhéa[/i] est [b]Nymphea[/b].
    Quelle est votre expérience des forums RP : Suffisante.
    Comment avez-vous connu le forum : Quitte la maison des fous pour la maison des saints.




Nymphéa - Présentation 49ky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2339-nymphea-chevalier-du https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2317-nymphea-du-lotus-journal
RymeRymeArmure :
Armure du Lion

Statistiques
HP:
Nymphéa - Présentation G-bleu1800/1800Nymphéa - Présentation V-bleu  (1800/1800)
CP:
Nymphéa - Présentation G-rouge1200/1200Nymphéa - Présentation V-rouge  (1200/1200)
CC:
Nymphéa - Présentation G-jaune1650/1650Nymphéa - Présentation V-jaune  (1650/1650)
Message Re: Nymphéa - Présentation   Nymphéa - Présentation EmptyVen 28 Aoû - 23:57
Rebienvenue et bon courage pour la validation !

Au vu de l'âge de ton perso...Au plaisir de te croiser inRP Smile



Nymphéa - Présentation Ryme_s10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t415-ariane-general-des-lyu
ChildéricChildéricArmure :
/

Statistiques
HP:
Nymphéa - Présentation G-bleu0/0Nymphéa - Présentation V-bleu  (0/0)
CP:
Nymphéa - Présentation G-rouge0/0Nymphéa - Présentation V-rouge  (0/0)
CC:
Nymphéa - Présentation G-jaune0/0Nymphéa - Présentation V-jaune  (0/0)
Message Re: Nymphéa - Présentation   Nymphéa - Présentation EmptySam 29 Aoû - 12:32
Le personnage est assez intéressant, j'aime beaucoup le côté maladroite assez poussé qui crée quelques aspérités et peut offrir tout un panel de situation rp assez drôle, ça manque d'humour au Sanctuaire ! Sinon, rien de plus à dire, je valide ça avec l'éveil 5. Bienvenue chez les saints après ton séjour chez les fous Wink Comme il s'agit d'un reroll d'un perso' qui a entre 4 & 6 mois d’ancienneté, je divise tes 302 xp par 2 (50% je suis fort en maths je sais), ce qui te fait un nouveau total de 151 si je suis toujours aussi fort en maths !


“Give as few orders as possible
once you've given orders on a subject, you must always give orders on that subject.”


Nymphéa - Présentation Deric_11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t231-childeric-chevalier-d- https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t1718-childeric
 
Nymphéa - Présentation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Naos :: Présentations :: Saints-
Sauter vers: