Votez
I
II
III


Février 553 AD (Jusqu'au 30 Septembre 2020)
 
Partagez
 

 [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptySam 29 Aoû - 17:49

Son poulain arrive.

Poulain.
Ce mot ne doit pas être anodin quand on y pense.
En tout cas il ne l'est pas pour Ludmila, actuellement toujours en guerre contre le peuple équidé. Cela annonce des ennuis, des complications. De l'agacement.

Néanmoins elle s'est jurée de faire attention à ses actes comme ses paroles malgré sa science approfondie de la vie collective du Dédale, et donc de ne pas générer des problèmes là où il n'en existe pas encore. Aélinor n'est qu'une jeune recrue de plus qui met les pieds dans un monde détestable - Un monde où l'existence des dieux est confirmée, en même temps que tous les tracas qui y sont associés. Un monde où l'on peut pleinement se rendre compte que même en présence d'une caste supérieure, les solutions n'existent pas. Un monde où prier ne suffit même plus à se bercer d'illusion. Un monde où le seul moyen de vivre consiste tout d'abord à savoir se battre.
Bienvenue, Aélinor. Met toi bien.

Le jeune homme a été guidé jusqu'aux fondations d'une haute tour de guet par quelques autochtones du clan local, en marge du village. Et sitôt fait, une silhouette féminine couverte d'un long manteau amarante quitte la tente aérienne d'un saut soudain, atterrissant brusquement au sol.

Ludmila du Zmeï.
Cette dernière remet sa capuche puis lève une main, non pas pour saluer mais plutôt pour l'empêcher de parler si par mégarde il en avait eu l'idée.

[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  IKgL3h5
Bien !
Moi c'est Ludmila, derrière c'est ma maison, autours c'est mon village et encore plus autours c'est ma foret.
Enchaine t-elle vivement en gesticulant sa dextre toujours vers les hauteurs. Et partout là, ici et là bas, ce sont mes gens.
Une goutte de sang, un arbre qui brule, une masure qui se fissure, et tu es mort.
Enfin pas vraiment : Car il existe une Loi, le Glaive Rouge, qui m'empêche de te décimer même si tu fais des bêtises. Alors à la place je te causerai le plus grand mal. Tu mettras très longtemps à t'en remettre MAIS tu t'en remettras. Et une fois que tu seras rétabli, je t'attendrai à la sortie pour te servir le même discours et la même peine si tu n'as rien appris.


Elle claque alors fortement dans ses mains comme pour fermer la parenthèse, s'approchant jusqu'à gagner son flanc. Lui adressant un regard pétillant.

Mais si tu es vigilant alors tout se passera pour le mieux.
Tu as soif ? Tu as mangé ? Je viens de me lever alors prenons dix minutes pour faire connaissance si tu veux bien.
Poursuit-elle avec énergie, se dirigeant vers une table afin de se servir un jus de pomme.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 12:52
Une série d'instructions claires, comme toujours jusque-là de la part de Mérion : s'entraîner auprès de Ludmila, Centurion du Zmeï, dans les environs du Dédale. La même Ludmila qui avait failli abattre Akir et s'était ensuite engagée en duel comme son propre Cardinal. Si on lui avait vaguement expliqué l'histoire du Premier Sang et les conséquences que cela impliquait, l'ancien Atlante nourrissait encore quelques doutes sur le fait qu'une pareille barbare pouvait l'aider à réduire son manque de contrôle, pour finalement l'annuler. Enfin, peut-être que malgré les apparences, le Premier Sang terminé elle devenait une guerrière beaucoup plus expérimentée qu'il ne l'avait entrevu.

Un peu nerveux, du fait de l'environnement qu'il pouvait facilement réduire à néant s'il s'emportait, et on lui avait bien signalé de ne pas le faire, il se laissa conduire par le guide qu'on lui avait assigné jusqu'à un coin un peu perdu, parfait pour cacher un village. Là, une tour. Là, une Ludmila bien plus raisonnable à première vue que celle de l'Estomac. Et plus assurée, aussi.

Sur le moment, il avait avancé une jambe pour la rattraper dans sa chute, trop tard, trop lentement, pour finalement constater que la hauteur n'était assurément pas un problème pour cette femme -cette Éveillée-, et qu'il s'inquiétait pour rien. Et sans lui laisser le temps d'en placer une, elle posa le contexte, les limites. Au moins, pas d'ambiguïté sur le sort qu'elle lui réservait. Cela le mettait cependant encore plus mal à l'aise, car dans ce qu'elle énonçait, il semblait manquer quelque chose. Qu'il allait très vite ajouter, pour son propre bien.

A ses deux questions, il répondit d'un signe de tête négatif, puis la suivit vers la table où tacitement il se composa un rapide en-cas qui lui donna conscience d'avoir terriblement besoin de forces. Le Jij était un partenaire vorace, en constante recherche d'énergie. Pour lui il fallait du sang, pour son porteur de quoi tenir le rythme effréné des flammes jamais éteintes. Quand son estomac cessa de réclamer, il s'essuya rapidement et s'empressa de spécifier le point qui ne manquerait pas d'échapper à sa supérieure :

"J'ai bien compris : le domaine, le Glaive Rouge, la torture... Je n'ai aucune intention de provoquer cela si je peux éviter, mais il y a une condition au contrôle que j'ai sur mon pouvoir. Quelque chose qui, malheureusement pour moi, n'est pas négociable."

Il soupira, s'assura d'un regard que les civils s'étaient bien éloignés. Il n'avait aucune envie que sa principale faiblesse fasse le tour du quartier.

"Il me faut du silence. Ou, plus précisément, ni chant, ni musique. Je ne sais pas trop à quel point Mérion vous a informée de ma situation, mais quand j'en entends je... ne suis plus capable de penser. Vraiment plus. Cela ressemble un peu au Premier Sang, sauf que pour moi c'est à chaque fois. C'est là l'objet des premiers entraînements que j'ai eus : le contrôle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 13:51

La dracène sirote son jus de pomme, l'oreille tendue mais vraisemblablement nonchalente. Les derniers jours lui ont été profitables et il faut croire qu'elle se plaît dans cette nouvelle routine hors dédale, redoublant malgré tout d'activité plus innocentes et sportives que réellement pertinentes - Mais la mission n'est pas difficile à assumer. Les autochtones sont coopératifs et nul danger ne se présente à l'horizon. Si ce n'est la possible folie d'un berserker, évidemment. Un sujet qu'elle ne connait que trop bien.
Toutefois, si son introduction mérite d'être clair et annonce la couleur quant au fait qu'elle ne laissera pas le Jij saboter son travail prioritaire, elle dispose également d'une seconde tache : Celle de former ce dernier. Aussi elle le considère réellement, satisfaite de le voir conserver son calme. Tiquant tout de même lors de l'obscure explication.

Tu te moques de moi ? Soulève t-elle en arquant un sourcil. Développe. Depuis quand la musique ou les chants te font cet effet au juste ? Tu nous péterais dans les doigts si on fait raisonner les tambours de guerre avant une bataille ?

Son regard lache son interlocuteur afin de plutôt se porter sur les civils qui semblent le perturber. Qu'elle congédie aussi sec d'un fugace balayage de la main et d'une grimace fendue d'impatience.

Non négociable tu dis. Hmm... C'est navrant. Mais pas si déterminant. On peut toujours te crever les tympans pour palier à cet handicap. Une idée émise sur un ton purement pratique. Ou peut-être feigne t-elle l'impassibilité, attendant intimement une réaction d'indignation. Elle poursuit malgré tout : Les Dieux nous ouvrent peut-être un peu les yeux mais crois-moi la surdité peut avoir du bon auprès de certains. Enfin, tu comprendras quand un Saint te parlera de sa si douce et juste mamounette.
Oui enfin...
Si on trouve une autre solution et que tu te donnes les moyens de suivre le pas.


Terminant sa coupe, Ludmila la dépose sur la table et s'éloigne légèrement, portant sa vue sur la nature alentours.

La folie se paye toujours. Même lorsqu'on a de la chance. Souffle t-elle plus bas, un instant songeuse, sa voix ne regagnant en intensité que pour conclure. Alors je te conseille de rapidement faire un choix. Soit tu t'attaques sérieusement à ce problème, soit tu prépares le deuil concernant tes oreilles. Je t'assure, c'est un moindre mal.

Moins une menace qu'un réel tuyau. La vandale ne parle pas à un enfant - le Jij étant à priori aussi âgé qu'elle si ce n'est plus - et ne semble par conséquent pas disposée à tourner autours du pot. D'autant qu'elle n'a pas l'intention de le laisser partir maintenant que son Cardinal lui a confié cette responsabilité. Et ce même si à tout moment, des echos festifs peuvent naturellement se faire entendre du village dace, comme tout autre lieu marqué par la civilisation.

Ils prendront de la distance, bientôt. Mais avant cela elle devait vérifier la volonté de cet homme maintenant face à un pseudo-dilemme.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 15:01
Étonnement et incrédulité. C'est ce que le visage de Ludmila refléta lors du début d'explication, ce à quoi il s'attendait. A la question des tambours de guerre, il cilla et serra les poings de frustration, puis opina simplement.

"C'est précisément ce que j'ai fait lorsque l'entité m'a choisi."

Un souvenir désagréable, dégoûtant. Des monceaux de cadavres, des membres éparpillés, des bâtisses en ruines, et surtout l'odeur de bois et de chair brûlée emplissant toute une vallée. Pas un village dans le giron des Berserkers, heureusement, mais la nouvelle de "l'affrontement" non-revendiqué avait dû faire le tour des environs. Surtout quand on songeait que les deux camps avaient péri dans l'affaire.

"Cela fait 3 ans que je suis... comme ça. Mais tout juste quelques semaines que je fais partie de la légion et que mon écart a entraîné un carnage impliquant le cosmos. Fort heureusement Mérion m'a trouvé avant qu'il y en ait d'autres."

Une certaine gratitude envers ce jeune homme. Même s'il lui a proposé une chaîne, il n'a pas caché les conséquences qu'elle aurait sur lui. Et ses ordres vont dans un sens qui lui convient : la maîtrise, le dépassement du problème pour en faire une force. Une arme. Pour le moment, aucune autre ambition ne dépasse celle-ci. Récupérer son corps, son pouvoir, sa vie d'une certaine façon. Différente, mais sienne.

Le Zmeï évoqua alors l'idée de lui crever les tympans, surprenant Aelinor un instant. S'il voulait éviter de se mutiler d'une ou l'autre façon, l'idée pouvait être intéressante. Une qu'il n'avait pas envisagé jusqu'alors. Mais en pensant à l'après, il considéra la pratique : communiquer deviendrait fort compliqué, surtout s'il lui restait à apprendre d'autres choses, d'autres techniques, d'autres buts. Et puis, quelque chose de stupide mais... les Berserkers savaient-ils lire ? Depuis son arrivée dans l'horrible Dédale, l'ancien Atlante n'avait croisé si bibliothèque, ni salle d'études. Pas la moindre trace d'éducation, de culture. Si on voulait lui crever les tympans, quelqu'un saurait-il lui écrire après ? Et en quelle langue ? Ou parler une langue des signes ?

Attendez une seconde. Mamounette ? Est-ce qu'elle parlait de la déesse Athéna ?

"En admettant qu'on m'enlève l'ouïe, comment ferions-nous après ? Qui pourrait communiquer avec moi ? J'ai déjà fait mon choix, je ne vous ai pas attendue pour cela, Centurion. Si je ne voulais pas "m'attaquer sérieusement à ce problème", je ne serais pas ici, devant vous, à l'exposer alors que cela me met en danger, et à m'entraîner pour le réduire à néant."

A avoir quitté ma famille et mon foyer sans garantie de les retrouver un jour.

"Torturez-moi donc s'il le faut. Les maisons que j'aurais brûlées, je les rebâtirai. Les arbres, je les replanterai. Les vies... c'est votre travail de les protéger il me semble. Cette... Cette folie qui me ronge m'a suffisamment bouffé la vie ! Je veux la stopper ! Si vous pouvez y faire quoi que ce soit, alors disposez de moi comme bon vous semble ! C'est tout ce que je demande."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 16:51

Long soupir.
Son interlocuteur accepte presque l'idée, ce qui donne à la conversation une tournure tout à coup ennuyeuse. Parce qu'il est sincère ; parce qu'il veut juste vivre normalement ; parce qu'il semble volontaire pour servir du mieux possible. Or Ludmila n'est pas sans cœur, quoi qu'en disent les bruits de couloirs, et capte sans mal la détresse intérieure de ce dernier. Aussi elle se retrouve embrigadée dans une recherche pressante de solution là où elle s'imaginait simplement devoir éduquer voire dompter un cas sensible. Sauf que c'est même le monde à l'envers - Le Jij s'en remet totalement à elle, comptant hypothétiquement sur des sévices du moment que cela permet de faire progresser le bousin.
Alors elle roule des yeux, muette tout du long de la tirade adverse. Presque mal à l'aise.
Sur le plan militaire, il demeure possible de composer avec cette donnée en ne le lâchant que dans le feu de certaines vastes mêlées, ou en le contenant exclusivement dans le Dédale le reste du temps. Arès agit d'ailleurs allègrement ainsi. Mais humainement... Non. La vandale en sait aussi beaucoup à ce propos, revient même de loin, suffisamment pour ne pas lui souhaiter une telle fatalité. Une finalité qu'il ne saurait de toute façon pas gérer bien longtemps vu son désarroi actuel...

Stop. Notre armée n'a ni besoin d'un maçon ni d'un jardinier... Rétorque t-elle sèchement comme si son sort la laissait indifférente. J'ai pourtant été clair non ? S'il y a des dégâts tu deviens mon ennemi. Tu l'as dit : Je les protège.
Alors il y a surement eu un malentendu, parce que j'ai pas l'intention de dresser le profil psychologique de tous les patauds qui croisent ma route et de m'adapter à leurs casseroles.
La dracène fronce les sourcils, assumant des propos assurément ingrats compte tenu de tout ce qu'on a pu lui pardonner au fil du temps.

Mais est-ce vraiment le cas ? Après tout, cette jungle cosmique ne s'explore qu'à grand renfort de machette, et des obstacles infranchissables forcent parfois le changement. Consciemment ou non. Là où s'étaler en conversation n'amène que de la perte de temps, ne fait que porter à ébullition des esprits parfois déjà trop tumultueux.

Non si tu es ici auprès de moi c'est pour te tester. Apprend qu'il y a parfois des erreurs, des anomalies chez les éveillés. Des âmes qui n'accèdent au Divin que pour confirmer le potentiel ou l'assise d'autres éveillés. Une sélection naturelle. Là, tu m'as juste appris une chose. "Si mes gens jouent de la musique, je dois agir aussitôt".
Ce sera chose faite.


Ses paupières se ferment un instant, puis elle hausse le bras, délivrant de sous son manteau une hachette rougeâtre. Celle-ci vient bientôt se ficher dans la terre, en calcinant sobrement la surface, laissant à Ludmila le luxe de croiser les bras. Toujours calme malgré son timbre changeant.

Nombre d'arcanes maîtrisées par les nôtres permettent de faire passer des images par l'esprit. C'est totalement suffisant pour que tu sois utile.
Mais... Mais je vais rester franche : Je doute que ce soit nécessaire.
Ce monde est plus complexe que le précédent. Plus fourbe aussi. Ce n'est pas seulement tes sens le soucis, mais plutôt un vilain maux d'esprit. Ils sont légion. Surtout ici, Teh!


La blonde platine se rapproche, tapant vivement du doigt le torse de son interlocuteur.

Eeh oui. Ce n'est rien qu'un maux d'esprit. Et moi je ne suis rien d'autre que la personne qui te fera du mal si tu craques. Deux données non négociables.
Choisis ta préférée.
Il faudra bien combattre l'une ou l'autre de toute façon. Avec une réelle motivation, j'entends... Pas en piaillant...


Faisant volte face, elle regagne sa place de tantôt quelques mètres plus loin. Lentement. Car dès le premier pas, l'envie lui prend de fredonner. Doucement. L'air lointain d'une vieille comptine pour enfant qui lui revient en tête, moins par nostalgie que par incitation au crime.
Simple entrée en matière. Qui ne durera pas.
Mais qui dure encore un peu. Alors que des doigts teintés de vernis ocres caressent le manche de Purpurine, fidèle hache de guerre au tranchant partiellement enterré...


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 17:36
Un espoir d'être compris vite balayé.

Si Ludmila semblait appréhender le problème, et le prendre au sérieux surtout, la réponse qu'elle donna à ce sujet lança une vague d'effroi à travers le corps du bâtisseur. Les Berserkers pouvaient sans peine massacrer les leurs, sans état d'âme, sans pitié. On lui parlait d'un esprit de camaraderie, pour ensuite le poignarder directement entre les deux yeux. Quel objectif au juste souhaitait atteindre Arès avec une telle politique dans ses rangs ? Pouvait-on seulement parler de rangs dans cet enfer sans queue ni tête ?

Chaque fois qu'une solution semblait pointer le bout de son nez, on la lui retirait aussitôt du regard, pour mieux souligner à quel point sa situation était précaire, son existence en sursis. Ainsi donc, il avait quitté Atlantis pour seulement rallonger sa vie de quelques fichues années de souffrance. Peut-être valait-il mieux qu'il rentre en fin de compte, afin d'être achevé par des gens à qui il portait encore de l'estime, voire de l'amour.

Bien sûr, ce fut le moment qu'elle choisit pour appuyer au mauvais endroit.

Encore.

Le mécontentement de l'entité fut son dernier ressenti avant que les plaques blanches et le Jij ne prissent le pas sur sa raison. Comme les fois précédentes, son cosmos apparut sans préambule, les flammes léchant ses contours avidement. Comme les fois précédentes, il s'avança pour faire cesser la torture, à la vitesse rapide du Jij. Et comme les fois précédente la flamme explosa en un brasier de plusieurs mètres d'envergure, faisant hausser la température en quelques secondes et brûler l'herbe sous ses pas, si ce n'étaient les premières branches autour d'eux.
Quand la mélodie cessa, il était déjà à son niveau, lancé dans l'unique but de passer ses mains robustes autour de son sale petit cou traître. Sans aucune défense pour se prémunir du retour de hache qui garantissait d'être douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 18:47

Evidemment.
Un sourire fend le visage de Ludmila dès lors que la rage adverse explose. Ce n'est ni un sourire malsain ni la satisfaction de pouvoir se défouler qui l'habite, mais plutôt une réaction propre à une entreprise qui se déroule comme sur des roulettes.
Le Jij parlait tantôt de torture - Mais la torture n'a de sens que lorsqu'elle tire sur les bonnes cordes afin d'amener à un résultat. Le manque de finesse et l'habitude du risque animent donc peut-être la Centurion, néanmoins elle sait ce qu'elle fait. Alors lorsqu'elle se retourne en un éclair, c'est bien pour abattre sans l'ombre d'un doute Purpurine qui a quant à elle pris une nouvelle forme dans la foulée ; celle d'une bipène.
Fatalement.
Sauf que contrairement à ses dernières frasques il s'agit d'une action calculée. Aussi ce n'est pas l'un ou l'autre des tranchants qui vient rencontrer la silhouette embrasée, puisque d'ailleurs la rotation s'effectue avant même la charge aveugle, mais le plat de l'arme qui s'exprime. Abattant son courroux, provoquant une douche froide.
Littéralement.
Cette seconde détonation succède presque instantanément à la première, déversant à l'inverse une pluie torrentielle portée par une brise soudaine. L'eau pure du monde souterrain, Nav. Puisque tel est le domaine du Zmeï gardien quand il ne s'exprime pas lui-même par les flammes.

Les éléments se confrontent, le cœur de leur rencontre se muant en cendre et en vapeur alors que les alentours se voient plus détrempés que dévastés. Bien sûr cela ne suffit pas à éradiquer la hardiesse du Jij contrarié et un choc s'opère tout de même malgré cette pluie qui le fouette. De sa main gauche, la Dracène a attrapé un des bras masculins, les conduisant à pivoter tous les deux sur place au gré d'une proximité qui ne demande qu'à dégénérer.
Sauf si...

ASSSSEZ! Siffle t-elle le regard vif, concentrée. Son bras droit brandissant une fois de plus la hache cette fois-ci ardente, fumante. Pourtant contenue.

Elle ne craint pas la suite, toujours prête à livrer bataille et suffisamment orgueilleuse quant à ses capacités pour en assumer un déroulement quelconque. Même coûteux. Mais échanger des coups n'est pas son intention, quand bien même le prochain pouvait partir en un rien de temps et cette fois-ci dans l'idée de marquer la chair. Les yeux sont proches, se dardent. Au delà de l'affolement propre à l'adrénaline, on peut aisément lire dans les siens qu'elle aime ça. Pire : Qu'elle n'est certainement faite que pour ça.

...Tu es sûr ? Car si tu ne te réveilles pas très vite, je Le dompte pour toi.
Alors... c'est le moment de faire preuve de combativité. Si tu tiens vraiment à une vie qui ne soit pas bouffée...
Lui murmure t-elle au visage, toute en tension.

Elle n'est pas stupide - Chercher à capter l'attention de l'éveillé revient à lui laisser l'avantage d'une riposte sans foi ni loi. Mais si tel est le prix à payer pour poursuivre sa mission secondaire alors qu'il en soit ainsi. Aelinor peut bien se laisser consumer par ses propres flammes, néanmoins ces dernières ne se répandront pas bien au delà.
Cela, elle s'en porte garante.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W


Dernière édition par Ludmila le Dim 30 Aoû - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 19:28
Colère. Possessivité. Jalousie. Faim.

L'instant est très bref pendant lequel les coups s'échangent, pourtant les sensations pleuvent comme cette eau salvatrice pour le sol enflammé de la forêt. C'est là tout ce que perçoit l'ancien Atlante tandis que son corps se meut pour tuer la source de ce chant qui excite son mal.

Lorsqu'elle s'arrête pour le rappeler à l'ordre, tout ce peut voir Ludmila est un regard vide. Animé de l'intention de tuer certes, mais sans rien d'autre derrière. Et par-dessus, fait de flammes, si volatile qu'il est difficile d'en discerner exactement la forme, le Jij est là, s'agite, la darde agressivement. Elle ose prétendre dompter son hôte tout neuf à sa place ? Elle ose vouloir le lui prendre alors qu'elle a déjà son propre partenaire ? Qu'elle aille brûler ailleurs ! Aelinor est à lui !

Mais déjà la vindicte s'essouffle : la musique a cessé, donc le charme se rompt doucement. Le génie incandescent retourne dans ses plaques, et celles-ci sous la peau de son locataire -car c'est de là qu'il s'agit et non l'inverse. Le trentenaire revient à lui, retrouve un éclat d'intelligence, regarde autour de lui, constate leur proximité étrange.

"Qu'est-ce que vous avez fait ? Qu'est-ce que j'ai fait ?"

Souffle court. Confusion. Combien de temps s'est-il écoulé ? Il voit la hache brandie dans sa direction, ose effectuer un pas de recul pour se séparer de sa poigne et instaurer une distance de sécurité entre eux.

"Je sens l'entité qui gronde..."

Si au moins il pouvait se souvenir, essayer de comprendre ce qui se produit quand le voile tombe sur lui. Malheureusement c'est là le problème : le voile empêche tout raisonnement. Il bouge sans savoir ce qu'il fait, où il va, ce qu'il dit. Perd le contrôle. Tout le contrôle. Et ce que les Berserkers tentent de faire en provoquant ouvertement cet état, elle comme Mérion, il n'en tire aucune expérience, seulement la douleur, les conséquences. Qu'essaient-ils de provoquer ? Comment s'y prennent-ils ? Peut-il d'une manière ou d'une autre les aider ?

"J'espère que vous êtes satisfaite."

Voix sèche, regard agacé. Lui aussi commence à en avoir assez que l'on exploite sa faiblesse juste pour le plaisir. Il le voit, qu'elle aime ça. Qu'elle se défoule. Qu'elle en profite. Sans doute se sent-elle supérieure, reine. Et alors quoi ? C'est toute son utilité ? Servir de souffre-douleur aux champions d'Arès ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 21:07

L'emprise se rompt. Ludmila ne bouge pas, accueillant quelques balbutiements puis enfin une remarque plus vindicative. Ses muscles toujours rigidifiés, elle ne le quitte pas des yeux.

Satisfaite ..? Imbécile. Persifle t-elle, abaissant son arme. Tu es un fardeau. Pardonner le premier sang n'est pas toujours du goût de tous, alors une torche-humaine qui y cède tous les quatre matins... Tu penses bien qu'on ne trouvera satisfaction que lorsque tu seras mort.
Pourquoi d'après toi ? Parce qu'on est sadique ?
Sa tête pivote de gauche à droite. Parce que nous sommes une Armée. Et qu'un mauvais élément peut coûter la victoire. J... Elle hausse un sourcil, tout à coup furieuse alors qu'elle capte l'arrivée timide de quelques guerriers daces. QU'EST CE QUE VOUS REGARDEZ ?! FOUTEZ LE CAMP. Non sans grommeler, elle laisse tomber sa hache qui se plante à nouveau dans le sol puis serre le poing gauche - La paume de sa main ayant visiblement brûlé au contact de la plaque adverse. Roh puis laisse tomber!

Demi-tour toute. Voilà qu'elle repart se servir un jus de pomme, faisant fi de l'état déplorable de la table et de la température de la boisson qu'elle avale sans même l'apprécier. Puis toujours de dos elle reprend la parole. Têtue.

J'ai longtemps cru qu'il suffisait de se laisser bercer par cette folie pour briller, pour s'attirer les faveurs de "Sa Majesté Arès" et avoir une vie à peu près potable le reste du temps. Après tout, si nos cuirasses sont si traîtres, c'est bien que ça doit être Sa volonté non ? Teh!...

Dans le Dédale y'a bien des prédateurs. Plein même. Des chiens. Des corniauds qui sortiront jamais soit parce qu'ils sont trop fébriles pour prétendre à une cuirasse soit trop instables pour accomplir des tâches importantes là dehors.
Quelques secondes s'écoulent. Combien d'années passées dans ce lieu ? Combien de sorties attribuées, avant, ou même pendant ces cinq dernières années ?... Putain. C'est parce qu'ils ne sont pas encore des guerriers. S'avoue t-elle.

Chacune de nos cuirasses cristallise un mal profond. Traître, comme je disais... et prodigieux. Soit tu lui donnes corps, soit tu le combats. Tous les jours. Jusqu'à le déposséder de ses propres dons... car c'est ton dû, ton trophée.

Un léger vertige la gagne. Sa dextre caresse la table, s'y plaquant par la suite. Mais ses paroles s’enchaînent malgré tout.

Si t'es là, c'est que Merion n'a rien pu faire pour toi. Son ton se fait las, moins énergique. Peut-être même... qu'il attend une bavure de ma part... Que c'est moi qui suis testée... Peut-être... Stop. Il se passe quoi là. La dracène se redresse, se détachant de son appui pour mieux se focaliser sur sa stature. Se recentrer aussi. Ses sourcils sont toujours froncés mais plus faute au mécontentement, plutôt suite à un trouble.

Enfin... Tu veux la paix, t'es prêt à être torturé mais pas à ce qu'on te chantonne à l'oreille... teh. T'es qu'un fardeau. Et de mauvaise foi. Tu vas nul part... et tu sais quoi ça sera encore pire avec le temps... Car tu vas pas mourir, pas aujourd'hui du moins. Juste rejoindre ces autres corniauds qui ne peuvent se défaire de leur faiblesse...

Son monologue s'estompe. Elle se masse doucement la tempe.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyDim 30 Aoû - 22:25
Celle qui jusque-là n'acceptait pratiquement pas d'objection se mit à déverser son flot de paroles sans mâcher ni polir les bords de ses propos. Des mots forts et blessants surgirent, taillant dans les orgueils. Fardeau. Faiblesse. Bavure. Trophée. L'ancien Atlante laissa dire. Il connaissait sa valeur, du moins celle de jadis, ne s'était jamais considéré comme tel. Il avait trouvé sa place une fois, et même si c'était difficile, en gagnerait une autre jusqu'à avoir ce contrôle qui lui manquait tant.

Mais à l'entendre, à la voir, il commença à se demander si elle-même ne nourrissait pas quelques doutes sur sa fonction, son avenir, le but de son combat de Berserker. Il la suivit près de cette table pratiquement carbonisée, où les denrées avaient roussi pour la plupart, les boissons baissé de volume après leur ébullition, et ce qui avait pu servir un jour de nappe ou de serviette ne servait plus que de résidus charbonneux.

A la fin, là où plus d'un corniaud aurait pu fondre en larmes ou claquer la porte pour retourner au cœur du Dédale, il haussa simplement les épaules.

"Tu -je peux vous tutoyer ?- as raison. Je ne suis qu'un fardeau pour le moment. Je ne sais pas où je vais. Et comme je ne suis pas décidé à mourir, oui, la situation va empirer. En fait, voilà 3 ans que je me dis quelque chose de cet ordre. J'avais une femme et un fils, que j'ai quittés pour trouver un remède. Que je n'ai jamais revus puisque, comme on peut si bien le voir, j'ai toujours ce "mal d'esprit". C'est parfaitement juste."

Sa voix trembla à plusieurs reprises, de colère, de tristesse mêlée, sans qu'il sût trop si ces émotions appartenaient à sa propre psyché ou celle du Jij non loin sous sa peau.

"Mais si je ne suis pas le seul dans ce cas, c'est peut-être que l'approche n'est pas bonne ? Je veux dire, vous êtes bien aimables avec Mérion de me chanter vos petits refrains, mais est-ce que déchaîner le mal va le faire partir ? Je n'en suis pas si sûr. Si vous commenciez peut-être par m'expliquer ce qui se passe, hein ?"

Il croisa les bras, inspira un grand coup pour tuer le chaos d'émotions contradictoires qui se battaient dans son esprit. Quand il sentit son calme revenu, il reprit d'une voix plus posée :

"Au risque de me répéter, quand j'entends musique ou chant, ma conscience s'envole. Mérion et toi, qui avez survécu à ce phénomène... Qu'avez-vous vu ? Qu'est-ce que je fais ? Personne ne me répond, mais c'est une véritable question que je pose. Qu'est-ce que je fais ? Quel est mon but, quelle est mon attitude quand je perds pieds, hein ? En comprenant cela peut-être que... je ne sais pas. Peut-être que je pourrais comprendre aussi comment ce truc fonctionne et m'en défaire ?"

Il se mordit la lèvre, posa un instant les mains sur le bord de cette table malmenée.

"Si je devais m'associer à un élément, j'aurais dit le cours d'une rivière tranquille. Si je devais me définir en tant que part d'une société, j'aurais dit bâtisseur, façonneur. Au lieu de ça, je me retrouve en tête-à-tête avec un esprit du feu qui a constamment faim et est en colère perpétuelle, qui détruit tout ce qu'il a sous la main. Un mal profond c'est ça ? Le mal ici, c'est qu'on ne se comprend pas ! Et si on revenait aux bases, hum ? Je connais la théorie sur le cosmos. La théorie vraiment basique. Mais je n'ai jamais reçu d'entraînement. Sans le Jij je ne sais même pas éclater une pierre ou... ou creuser un cratère dans un arbre... ou fendre le cours d'un ruisseau en deux... Et si... C'est l'entité qui utilise mon cosmos. Qui l'éveille. Si je repars du début, si on m'explique ce que n'importe quel corniaud doit apprendre en arrivant, si j'apprends à maîtriser MON cosmos, moi-même, peut-être que j'aurais la force nécessaire ensuite pour comprendre comment NE PAS le déchaîner n'importe où et n'importe comment. Avec ou sans musique."

Il leva les avant-bras devant lui, les observant comme si les plaques de la Cuirasses étaient encore visibles. Avec cette dépense imprévue d'énergie, voilà qu'il avait de nouveau faim, et il le devait probablement à l'entité. Une autre facette de cette cohabitation qu'il devrait comprendre. Servait-il de carburant humain ?

"Ma théorie est peut-être complètement fausse. Après tout, les Berserkers connaissent beaucoup mieux les Cuirasses que moi. Mais puisque je suis là, et que Mérion n'a rien pu faire, est-ce qu'on pourrait essayer ? Et il faudrait aussi que vous m'expliquiez ce que vous attendez qu'il se passe quand vous chantez volontairement. Quelle réaction, autre qu'un brasier, vous pensez pouvoir obtenir. En clair, travailler AVEC moi, et pas contre. Ce sera toujours plus sûr pour les villageois et la forêt que de me forcer à brûler tout ce qui bouge, je crois. Et quand je serai familier avec mon pouvoir, je m'attaquerai à cette saloperie d'anomalie qui me ronge le cerveau depuis 3 ans."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMar 1 Sep - 11:23

Le retour de l'indignation.
Probablement à juste titre, même si cela ne semble pas déstabiliser la vandale pour autant. Oh évidemment elle entend l'appel à une pédagogie plus douce, raisonnée. Bien sûr elle capte la détresse d'Aelinor et son impuissance due à son inexpérience, à son éveil tardif. Effectivement elle comprend tout ce cheminement qui l'amène à se révolter au moins verbalement.

Alors quelle réaction attend t-elle au juste ? D'une part : La soumission du Jij. Un compromis tacite qui s'opère généralement lorsqu'un cosmos plus accablant s'ancre profondément, impose ses lois élémentaires et conditionne autrui. D'une autre : "L'implosion" d'Aelinor, qu'il prenne le dessus sur sa cuirasse. Même si dans ce second cas ses dernières paroles relèvent une évidence - Il n'y arrivera pas. Puisque ni l'approche de la mort ni l'abandon de sa famille n'a suffit à renverser la vapeur même momentanément. Quoique, par l'usure ?... L'impact d'une démesure subie et effectuée sans répit.
Un peu tard pour agir différemment puisque la cuirasse a déjà pris place sur ce non-aspirant. Du moins c'est ce que pense Ludmila, plus confiante dans l'optique du matage de Jij que dans l'éducation de A à Z d'un homme déjà mature. Ou peut-être trop impatiente. Certains éveillés choisissaient eux-mêmes leurs pupilles à bas âge afin de leur apprendre tout cela... mais là...

Un nouveau soupir prend place suite à ce retour de bâton oratoire. Bon sang, elle ne s'attendait pas à ce que son interlocuteur soit un total néophyte. D'un autre côté, ce n'est pas comme si elle avait posé beaucoup de questions, que ce soit à Mérion ou même au principal intéressé.

Chaque cuirasse est différente... Pour tout te dire, je n'ai même pas connu ce phénomène lors de l'obtention de ma première cuirasse. C'est venu bien plus tard, lorsque la Guerre a commencé. Souffle t-elle en se pinçant la peau entre les deux yeux, tâchant de dissiper son malaise. Mon avis c'est qu'on ne peut pas travailler "avec". Les cuirasses sont maudites, forcent à la vigilance et au maintien, à un combat perpétuel. Tu peux devenir plus puissant mais ça ne fera qu'offrir plus de ressources à celle-ci durant ses caprices tant que tu ne seras pas fort mentalement.

Ton Jij est un avatar de bas rang. C'est peut-être pour ça qu'il n'est pas très malin, Teh!
Conclut-elle sans grandes réflexions.
Ecoute. T'as trente ans c'est ça ?...
Dans le Dédale tu apprendras tout ce qui te fait défaut. Y'a des gens pour ça, c'est leur tâche de former les soldats. Là bas tu t'amélioreras sans risque de causer du tord à des innocents. Et si t'as raison alors tu te soigneras tout seul en même temps que tous les corniauds et autres enfants studieux, hm?

En cas de bataille tu en sortiras tout de même car le feu du Jij a de l'intérêt pour Arès. En bon "berserker". C'est comme ça.

Moi, personnellement, je n'ai qu'une seule solution à t'apporter : C'est de brûler ton Jij si fort qu'il en apprendra quelle est sa place dans cette ère et te laissera assez d'espace pour accélérer le rythme et augmenter tes performances.
Finesse. Mais après tout, cela lui apparaît comme le choix le plus approprié concernant cet interlocuteur dépassé par les événements.

Des fois, il suffit juste de prendre l'avantage quand on veut décanter une situation.
Souvent même. Hin.


La combattante blasée s'en retourne à son jus de pomme. Vide.
Soupir.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMar 1 Sep - 12:05
"Je garde l'idée de m'entraîner avec les corniauds alors. Si me pousser à bout ne suffit pas, on va dire."

La perspective de subir encore cette torture ne l'enchantait pas et il le laissa pleinement observer sur son visage. Néanmoins elle marquait un point en soulignant que les Cuirasses appelaient sans cesse au combat. Il avait fait les frais de cette particularité qui leur appartenait.

"Trente-deux. Je comprends ta logique mais tu veux faire ça en pleine forêt ? Je veux dire, je ne doute pas que tu sois plus forte et plus endurante que moi, mais si le feu prend les arbres et que je continue à vouloir attaquer pendant ce temps, tu penses pouvoir gérer ? Là nous sommes en hiver, mais quand il fera moins froid les incendies prendront bien plus vite..."

Un moment de réflexion, pendant lequel il tendit machinalement une boisson à Ludmila sans regarder ce qu'il y avait à l'intérieur. Il sentait juste le poids du liquide tournoyant sous son impulsion, se dit qu'elle se contenterait de ce qu'il y avait si elle avait vraiment soif. Et puis c'était elle et "ses" gens qui avaient dressé la table à l'origine, donc il ne devait y avoir que ce qu'elle avait voulu qu'il y ait. En théorie.

Quelque chose dans son raisonnement le tracassait cependant. Lors de sa rencontre avec Mérion, le Cardinal avait réussi à tempérer légèrement son mal, excluant les simples rythmes sans instrument ni paroles des déclencheurs. Un progrès plutôt net en comparaison des trois années solitaires qui l'avaient simplement éloigné de sa mer natale. Et le Jij avait été complice de la manœuvre plutôt que son détracteur, si Aelinor en croyait les sensations qu'il avait ressenties à ce moment-là.

"Je ne pense pas que le problème vienne du Jij en vérité. J'étais comme ça avant de porter la Cuirasse. Il n'a fait que réveiller mon cosmos enfoui. Il a forcé une vanne en quelque sorte. Je ne sais pas si pousser l'entité à bout aura raison de ce qui se passe dans mon esprit quand ça chantonne à proximité. Enfin, on peut toujours essayer..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMar 1 Sep - 14:52


Merci. Elle remplit sa coupe de la nouvelle boisson, avalant tout sec et répondant au tac au tac pour mettre fin aux justifications incessantes. Je prends ton Jij au sérieux tu sais. Si j'organise un petit manège en zone sûre il ne donnera aucun crédit à mes menaces. Ici j'ai pas le droit à l'erreur, pas plus que toi, tu vois ?

Jouer avec le feu. Dans tous les sens du terme. En la matière, la Dracène est une professionnelle. En cas de dérapage, Aelinor en répondra auprès d'elle qui en répondrait à son tour de Zvezdan et même de Mérion. Une hiérarchie simple, fluide, sans concessions.

Elle l'annonce d'ailleurs sur le ton de l'évidence sans y associer ses propres craintes. Se moque t-elle de sa mission, de ces gens impuissants face à telle situation ? Son impassibilité du moment tout comme sa manœuvre passée valident peut être cette analyse. Pour autant, ce n'est pas la vérité crue.

Mais je n'ai rien contre toi.
Ma propre existence m'intéresse bien plus que la tienne voilà tout. J'ai aussi mes problèmes. La seule chose qui nous lie c'est une Légion. Aujourd'hui cette Armée n'est pas seulement celle de Arès mais celle d'un Pontifex, Zvezdan, qui compte sur certaines doctrines pour ne pas répéter les erreurs du passé.

Alors un élément perturbateur tel que toi ? Il vaut mieux le mettre au placard que de s'essayer à composer avec. Vraiment.
Haussement d'épaules.
Mais... Pff. Ouais.

Ludmila fronce les sourcils. Difficile de poursuivre son discours là où ses pensées l’emmènent. Non, elle ne se voit pas dire qu'elle a eu "la chance" d'être formée dès son plus jeune âge. "La chance" d'avoir rencontré un compatriote - et supérieur - bienveillant dans cet enfer après toutes ces années d'acharnement. "La chance" de ne pas avoir été éliminée malgré ses coups de sang ou ses lubies personnelles, qui encore aujourd'hui ne la quittent pas totalement. Elle qui rêve encore d'autre chose. D'une vie meilleure. Loin de tout cela.
Intimement, elle y croit toujours. Du moins le souhaite. S'offre le bénéfice du doute.

J'ai peut-être eu tord de commencer par là. Je te présente mes excuses. Marmonne t-elle contre toutes attentes. Pas que je te donne raison. Mais c'est peut-être la voie de la facilité de te tordre en deux. Puis y parait qu'on a besoin de plus d'hommes alors autant faire un effort sans jeter l'éponge trop tôt.

Énième soupir. Comme si elle regrette déjà sa tempérance. Ce recul. Cette considération qu'elle n'accorde finalement qu'à elle-même puisque devenue bien trop aigre pour croire en les autres. Si les philosophes affirment pourtant qu'on apprend autant sur soi-même au contact des autres, il semble hélas que cette femme ait connu de trop nombreux contre-exemples pour se rappeler ou accepter profondément cette théorie. Du moins, presque.

Si... Si on met de côté les attentes de la hiérarchie, des dieux et tout le fatras qui les accompagne... de mon côté je n'ai toujours compté que sur ma propre volonté. Oh la rage a bon dos c'est sûr, mais je te parle de combativité là. Pour être tout à fait franche, je ne comprends pas que tu sois incapable de tenir tête au Jij - ne serait-ce qu'un peu! - maintenant que vos cosmos sont déjà entremêlés. Surtout vu tout ce qu'il t'a pris.
Ta vie ne t'appartient peut-être plus tout à fait, mais ton corps t'appartient, ton âme t'appartient. Rendre coup pour coup, c'est possible! Et même plus. Je ne plaisantais pas en disant que tu peux le déposséder... Il le fait bien, lui. Pour moi, se dépasser et se faire violence a fonctionné à terme. Toi, on dirait que tu acceptes déjà ton sort. Que tu as déjà fait le deuil de ta famille, de ton autonomie.

Un "façonneur" dis-tu ? Tu es trop coulant, je te crois pas.
Lui sert-elle comme drôle de tambouille, confrontant d'avantage une différence de tempérament qu'autre chose. Elle n'essaye toutefois plus de le railler. Juste discuter.

Si même face à une mort imminente tu n'y crois pas alors en quoi tu crois ? Ces cuirasses sont vivantes oui, mais là où elles sont fortes, c'est qu'elles attisent nos démons intérieurs... ce ne sont pas des afflictions anodines. Chercher des réponses existentielles auprès des autres peut surtout te disperser... Mais bon. Tu dis que tu étais déjà comme ça avant de porter cette cuirasse. Raconte. Si tu dois creuser quelque part, c'est plus par là que dans la vie de tes voisins. Non ?


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMar 1 Sep - 19:06
"Je vois."

Mais est-ce que le Jij s'embarrassait de savoir si on le prenait au sérieux ou pas ? S'il allait pouvoir brûler toute une forêt ou juste demeurer dans une arène qu'on aurait délimitée pour le contenir ? En fait, probablement que oui. Possessif, il l'était. L'orgueil attendait sans doute non loin.

"Un élément perturbateur ?"

Il haussa un sourcil. Étant donné son caractère conciliant et ses faibles protestations, il aurait donné d'autres adjectifs à son propos, comme "passif", "flegmatique" éventuellement, pourquoi pas "réservé". Mais perturbateur ? Comme quoi on en apprenait tous les jours.

Ludmila en revanche, avec son caractère bien trempé, aurait pu rentrer dans cette catégorie. Et elle confirma son impression en lui livrant un sommaire récit de sa façon de vivre, de ses valeurs. Elle avait l'air d'être une personne impulsive, brutale et obstinée, mais le plus étrange tenait à ce que dans ce chaos d'énergie, Aelinor trouvait quand même des blessures, des vides qu'il faudrait combler, des erreurs, des regrets, des remords. Est-ce qu'en l'aidant de la sorte elle faisait sa propre thérapie d'une certaine manière ?

"Je suis loin d'être un leader ou un meneur d'hommes. Quand je dis façonneur c'est plus... l'outil qui rend l'idée concrète. Imaginons que tu veuilles une maison. Tu sais comment tu veux qu'elle soit, mais tu sais que tu n'as pas les capacités techniques pour la réaliser. Moi je suis le maillon de la chaîne qui peut te dire sur quel terrain construire, ce qu'il n'est pas possible de faire, quel matériau utiliser. Si tu as des idées, mettons ajouter un jardin, une terrasse à l'étage et un grenier, je peux te dire jusqu'à quel point ton grenier pourra être grand avant qu'il ne s’effondre sur l'étage du dessous. Après, je peux m'entretenir avec un architecte pour des choses plus complexes, mais je demeure l'exécutant des travaux, la main, pas la tête."

Il cala son derrière sur un coin de la table, le regard plongeant quelque part dans les abysses d'Atlantis, à travers ces quelques années si longues. La scène, gravée dans son esprit au fer rouge, lui revint en détails, sans difficulté.

"Ça s'est passé dans une taverne. Un jour comme un autre, on venait de poser un carrelage, on jouait aux cartes avec des collègues. Certains buvaient, d'autres se remplissaient l'estomac. Il y avait un étranger assis au bar, qui avait payé une tournée pour éviter qu'on le dévisage trop. Faut dire, on voyait pas beaucoup d'étrangers. Ça suscite la méfiance et la convoitise. Surtout que celui-là avait un loup qui est sorti de nulle part. Une belle bête, assurément, qui aurait pu arracher une main sans problème. Un autre homme que je voyais pour la première fois, un noble du coin, est venu et s'est mis à bavarder avec. Jusque-là, ils attiraient l'attention parce qu'il était inhabituel de voir des gens aussi cotés dans cette taverne, mais à partir du moment où ils buvaient tranquillement dans leur coin, on a arrêté de faire attention à eux, à ce qu'ils se disaient.
On a donc repris nos propres conversations, jeux, repas... puis au bout d'un moment, on a entendu de la musique. Le type au loup avait sorti une vielle et jouait, un air superbe. Mais... Il a suffi d'une poignée de secondes pour que ça prenne les civils de la taverne à la tête. Certains se sont mis à chanter. D'autres dansaient. On allait presque se mettre à faire la fête, pour rien, alors on s'est levés, heureux comme tout. Et là... C'est un peu flou pour moi, mais on me l'a raconté après-coup. Ceux qui ne savaient ni chanter ni danser, dont moi, se sont mis à se taillader la chair, pour peindre avec leur sang. On s'en rendait pas compte, pour nous c'était juste une question d'embellir la taverne. J'allais, pour la première fois de ma vie, réaliser un portrait de ma femme, et je sentais que j'avais le pouvoir d'un maître-peintre, que ce serait forcément grandiose.
Le noble de chez nous, un Éveillé, a vu la chose et s'est mis en tête de faire stopper l'étranger. C'était sa musique qui nous rendait fous. Alors il a utilisé son propre chant, son cosmos. Les sirènes se sont mises à répondre à la musique. C'était magnifique... Puis ça hurlait... Dans nos têtes ça hurlait. On savait plus. On entendait des morceaux de paradis, soudain taillés en pièces par la réalité. On a perdu connaissance à ce moment-là. Du moins, ceux qui peignaient, je sais pas pour les autres.

On m'a ramené à la maison et tout semblait aller bien, mais je sentais que quelque chose était bizarre. J'ai posé les yeux sur la cithare de mon fils, sans plus pouvoir la quitter des yeux. Pendant des heures. Alors ma femme a voulu me rassurer en jouant un morceau, en me disant que c'était juste un mauvais souvenir. L'étranger était parti, tout finissait bien. Ce soir-là, j'ai été à deux doigts de l'étrangler. C'était la première fois que j'ai perdu le contrôle sans la présence du musicien Éveillé.

Après ça, je suis allé à l'hôpital de mon propre chef, pour résoudre le problème. On m'a mis en quarantaine. Les médecins ont essayé des drogues, des concoctions médicinales, des sortes d'hypnoses, du magnétisme et j'en passe... Chaque fois qu'un barde revenait me "tester", je perdais les pédales. A l'époque, je me contentais de leur taper dessus, de les insulter. Je voulais pas vivre comme ça, dans la crainte de faire du mal à mes proches, à ces gens que je connaissais et qui faisaient leur possible pour m'aider. Alors après quelques semaines j'ai demandé l'autorisation de partir, pas seulement de l'hôpital, mais aussi de la cité. L'exil m'a semblé plus souhaitable que... ça. Et depuis j'ai baroudé de ville en ville, à la recherche d'un remède. J'ai été emprisonné plusieurs fois pour avoir agressé des musiciens nomades, ou de simples gens qui fêtaient la vie.

Et puis il y a quelques semaines, j'ai entendu les tambours de guerre. Entre qui et qui, je ne sais pas. Quand le voile s'est levé, j'étais au milieu d'un bain de sang, l'entité sur les épaules, la tête d'un mec entre les mains qui avait transpercé un tambour. Mon cosmos a dû se réveiller à ce moment-là, je crois. Et Mérion est venu me trouver. Je crois... Je crois que j'ai passé une sorte de pacte avec le Jij : si je lui donnais le sang qu'il demandait pour assouvir sa faim, il me protègerait et ferait de moi quelqu'un de supérieur à un mortel normal. Il y a quelque chose de tacite entre nous. Un lien. De la confiance. Je sais pas vraiment l'expliquer. Mais je suis à peu près sûr que cette folie ne vient pas de lui. Il s'en sert juste pour faire ressortir mes pouvoirs.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 10:49

D'abord inquiète faute à l'appréhension ; ensuite assommée par l'anecdote détaillée ; finalement interloquée ; Ludmila retient tout de même un bâillement bien que certaines parties de l'histoire l'interessent. Il faut dire que pour contrer la fatigue et l'attente, elle a effectué les cent pas tout en hochant la tête en quelques occasions.

Tu saurais bâtir une belle maison sur pilotis donc ? Ou il te faut un architecte des grandes villes pour pondre des plans ? Commence t-elle l'air de rien, cette tranche de curiosité semblant à priori irrépressible. Surtout après avoir tant attendu pour poser la question.

Les regards se croisant, elle se pince un instant les lèvres et admet intimement que le reste de la conversation passe en priorité. Alors elle reprend, non sans cette impulsivité qui lui est propre.

Oui, bon. Je vois je vois.

Que lui répondre ? Rares sont les fois où la vandale s'est retrouvée face à un témoignage de victimes collatérales - nombreuses - à propos d'une tierce mission. Pour ne pas dire jamais. Ici, la responsabilité n'appartenait pas aux servants d'Arès, mais les dieux comme leurs pantins restaient bien tous les mêmes lorsqu'il s'agissait de valider des objectifs. Sans parler des bavures propres à la sensibilité de chaque éveillé.

Retrouver celui qui t'a maudit est l'option dans ce cas. Arès n'est pas un dieu de médecine mais un dieu vengeur. Si le Jij t'a été donné, c'est que ton histoire a su capter sa fibre en la matière. Annonce t-elle simplement, ouvrant les bras comme si elle lui annonçait la réponse à un million de pièces d'or.
As-tu prié, d'une façon ou d'une autre, comme le font nombre de mortels après cette histoire ? Les dieux sont plus accessibles qu'on ne le pense... même si évidemment, il n'y en a bien que pour eux, au final.

Sans tomber dans l'amertume ou même rentrer dans les détails à propos de ces derniers - surtout Arès envers qui elle ne sait qu'exprimer des sentiments haineux sinon troubles - la dracène semble toutefois désireuse de creuser cette piste. Après tout, maintes personnes juraient serment sur le nom du dieu vengeur afin de tirer au clair certaines affaires. Surtout ici bas où il avait toujours joui d'une meilleure réputation que ses propres soldats cosmiques.

Je te l'ai dit, même si nos propres cas sont parfois complexes, ça ne veut pas pour autant dire que la vie ou que les caprices des dieux le sont tellement... D'ailleurs c'est peut-être ton manque de disposition à savoir ce que tu veux et comment tu comptes te mettre au travail qui rend fou ton Jij, Teh! Hein, Façonneur ? Légère raillerie, cependant honnête et plus taquine que vile.

Bref. Lui comme toi êtes dans une impasse. Vous avez plus de chance de pourrir dans le Dédale que de régler quoique ce soit tant que vous aurez pas compris certains principes. On peut vous aider comme vous tuer. Répète t-elle, toujours persuadée que le moindre de ses mots touche deux interlocuteurs à la fois. Il y a moyen de retrouver le responsable et l'inciter à revenir sur cette malédiction.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 11:19
"Une maison sur... Euh, oui. Il me faut juste un terrain, la taille voulue pour la maison, les matériaux..."

La question vint de façon tellement inattendue que le bâtisseur avait répondu de façon automatique, les yeux ronds comme des billes. Est-ce qu'elle lui passait commande de façon détournée ? Est-ce qu'au moins les Berserkers avaient un salaire pour pouvoir se payer le luxe de posséder leur propre demeure alors que le Dédale servait plus ou moins de dortoir général ? Après, si en l'état cette compétence lui permettait de se trouver une place un peu moins ultra-violente dans l'armée de la Guerre, ne serait-ce que pour pouvoir se retrouver dans un cadre familier de temps en temps, alors pourquoi pas ? Pas qu'il était flemmard, mais se battre de façon permanente allait sans doute rapidement épuiser ses réserves si l'esprit des flammes s'amusait à piocher dedans lui aussi à chaque apparition.

"Maudit... Oui peut-être. J'ai bien pensé à aller le retrouver pour lui expliquer le problème, l'ennui c'est que j'ignore totalement qui était cette personne. Je sais juste qu'il avait les cheveux bleus et ce loup. Et qu'il jouait de la vielle, fatalement."

Et que sa définition de la musique méritait d'être quelque peu revisitée, mais là était un autre problème.

Aelinor opina simplement concernant la prière. Poséidon ne possédait pas vraiment les attributs de la guérison, mais il avait tenté sa chance, sans succès. Sans doute le dieu eut-il mieux à faire que se concentrer sur le cas d'un petit ouvrier sans envergure, à moins qu'Arès lui ait passé le mot de le lui envoyer pour utiliser son "don" à meilleur escient. Ce qui serait fortement surprenant tout de même.

"Si cela te dit quelque chose, je suis tout ouïe. Sinon... eh bien on peut toujours tenter la méthode musclée, ou la méthode basique. Puisque personne ne m'attend pour souper ce soir, j'ai tout le temps devant moi, hm ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 13:44


Hm. Mais va savoir - Un éveillé, ça se retrouve toujours. Sauf s'il est déjà mort. Nouvel haussement d'épaule. Pour elle rien de choquant. La description est suffisante ; pister un marina aux cheveux bleus avec un loup ou un colosse berserker accompagné d'un ours, c'est tout à fait possible. Bref j'en ai assez entendu. Prend ta journée. C'est moi qui t'attendrai ce soir, ici même. Te défile pas.

Cette conversation tombant dans une impasse, la Dracène décide de s'en tenir à son plan de base. Néanmoins quelques préparatifs s'imposent... et pas des moindres.

~~~~~~

La nuit approche naturellement mais n'est pas encore actée. Pourtant déjà des torches sont allumées ici et là. La zone a encore quelques stigmates des flammes de la matinée mais n'est plus tout à fait la même, puisque pour y accéder il faut désormais emprunter un ponton faute à des douves récemment creusées. Un large périmètre qui contient toujours quelques masures ainsi que la tour de guet de la vandale, quant à elle largement cerclée une deuxième fois par l'eau pure qui y reflète la lumière des torches ainsi que le ciel rouge. Les arbres a proximité ont été coupés. Beaucoup de gens sont là, discutent et rigolent, hommes comme femmes, mais on y devine de nombreux soldats dans le lot - Guerriers claniques ou familiers du dédale. Des tables éparpillées regorgent de victuailles et des fûts sont également dispatchés au plus grand plaisir de cette charmante populace.

A moitié cachée par un petit groupe qui l'entoure, on peut distinguer la Dracène. Bien qu'à visage découvert sa silhouette a gagné en volume, trahissant une cuirasse de mailles sous son long manteau amarante. Même sans flair, Aelinor peut aisément sentir le guet-apens à pleins naseaux. Lorsqu'elle aperçoit son poulain, elle l'invite à approcher d'un haut signe de la main, un franc sourire à l'appui. Trop franc. Trop enjoué.

AH ! Aélinor, tu es venu !

Ni une ni deux, un servant frappe d'un coup de bâton l'articulation arrière du genou afin de faire plier la jambe du porteur de Jij. Ce qui laisse tout le luxe à Ludmila de fuser sur sa jeune recrue pendant qu'une série de cliquetis métalliques se fait entendre durant l'action. Puis elle lui assène un vif coup de griffes de sa dextre armurée. Et ce tout le long du torse duquel se dégage une désagréable sensation. Elle n'a pas entaillé en profondeur pourtant son cosmos se répand comme une traînée de poudre dans le corps adverse, le chamboulant de l'intérieur, y dispersant des ondes rudes.
De sa main gauche, elle traîne une imposante chaîne dorée qu'elle s'empresse d'enrouler de façon experte autours de son futur compagnon de danse.




Pardonne la procédure, les arrangements à l'amiable sont souvent foireux d'après mon expérience. Bien ! BON, LES GARS ! Son ton change, en même temps que ceux à qui elle s'adresse. Le regard pétillant. QUE LA FÊÊÊTE COMMEEEENCE !

Une annonce parfaitement calculée, car déjà la musique commence doucement au loin. Quoique s'emballant rapidement dans un tintamarre propre à la culture locale. La poigne de Ludmila se fait forte, enrichie en cosmos qui par la même parcourt l'ensemble de sa cuirasse ; une énergie de guerre au service d'une danse. Elle ne laisse que peu de mou, mais suffisamment pour effectuer quelques pas rythmés, se joignant allègrement aux chants éloignés.

Une ambiance aussi soudaine qu'une charge de cavalerie.
Les participants semblent avoir été briefés car nombreux sont ceux à s'être éloignés au delà du premier cercle d'eau, et seuls les plus téméraires s'affirment au sein du second.
Ils ne sont bien que deux à proximité de la haute tour, en tant que véritables éveillés.
Mais la vandale ne cherche pas qu'à s'amuser : Elle compte bien tenir sa prise et continuer de réprimer sa flamme.




[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 15:01
"D'accord. Merci Ludmila."

Ce n'est peut-être rien, peut-être intéressé, peut-être qu'elle est complètement en train de se foutre de la gueule et Mérion par-dessus le marché. Ils ont l'air du genre à se tirer dans les pattes au Dédale. Mais au moins, quelqu'un écoute, et cela n'était pas arrivé depuis 3 ans. Alors Aelinor prit le temps de remercier la Centurion, pour son temps, pour ses idées. Si la piste ne mène à rien, tant pis. Si elle aboutit au contraire... le soldat sera tout dévoué à son nouveau dieu.

*

Le soir venu, le Berserker se présenta, comme ordonné. D'abord à bonne distance, constatant l'impressionnant dispositif mis en œuvre. Pour lui ? Il n'osait le croire, puisqu'elle avait dit qu'Arès, que Zvezdan auraient aussi bien fait de le mettre au placard. Pas assez arrogant pour imaginer qu'il serait bien le centre d'attention ce soir. Pourtant tout y est : de l'eau, de l'espace, et un attroupement susceptible de faire bien plus que fredonner. Même elle a revêtu sa propre Cuirasse, paraissant plus robuste, plus grande, plus puissante.

La peur un instant bloqua son pas, mais voilà qu'elle l'aperçut, lui faisant signe avant de le prendre en traître avec ses acolytes. Car il n'y avait pas de doute à avoir : "ses" gens suivaient un plan. Tous ils en suivaient un. Pour le prendre au piège. En un sens, c'était rassurant de voir que tout était sous contrôle. Qu'eux l'avaient, du moins.

Dévorer.

Au-delà de la douleur, cette espèce de sécurité le rassura quelque peu. Quoi qu'il pourrait faire, la Dracène le materait. Alors plutôt que de craindre la transformation qu'il savait arriver, il l'accueillit à bras ouverts et s'y abandonna, un sourire de défi aux lèvres.

"Je t'attends !"

Un instant plus tard, le voile tomba et son regard changea. Le prisonnier banda ses muscles avec la force d'un Éveillé tandis que l'entité comblait le vide, contrariée qu'on enchaînât son porteur alors que tant de nourriture potentielle trônait à proximité. Il tira sur son entrave, non pour attaquer Ludmila, plutôt pour franchir la distance qui le séparait de cette insupportable musique. Pourtant cette fois point de flammes : la griffure semblait comme en aspirer les prémices, empêchant le Jij de se déployer à son aise.

Aelinor gronda, hurla des sons inarticulés dignes d'une simple bête en cage et tira de plus belle. Sa patience limitée, il se retourna en constatant qu'il ne pouvait simplement aller détruire la source de sa souffrance. Il chargea alors Ludmila, malgré les chaînes, malgré son équilibre instable, dansa la valse qu'elle avait prévue pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 15:59

Une rage étouffée.
Seulement constatée visuellement par ceux au loin mais partiellement entendue par la proche vandale malgré la somptueuse cacophonie. Depuis quand ne s'est-elle pas permise de danser autrement que pour échanger des coups ? Lui revient en mémoire ses petites jambes à la souplesse improbable ; une enfance lointaine, apparaissant presque comme irréelle. En tout cas moins réelle que les dieux, les créatures, le dédale et les cauchemars. Elle aperçoit les silhouettes de ses frères ainsi que ses parents, même sans visages elle les redécouvre comme joyeux. Dansant eux aussi.
L’enivrement.
Et la brutalité. Celle de ses muscles qui se tendent tantôt sur son flan gauche, tractant l'instant suivant le poids adverse d'un bond en arrière. Puis une série de pas vers l'avant et une dextre habile qui le repousse sans jamais réellement forcer, se jouant du rythme et des impulsions afin de les faire siennes, d'accompagner le captif dans un sens ou dans l'autre. Lourdement mais toujours via des axes favorables.

Jouer avec le feu. Les contacts éphémères ne brûlent pas. Tordent juste la flamme au moment de passer au travers.

Mais il s'agit toujours d'un jeu dangereux. D'un combat. Non pas à mort mais pour la vie. L'essence reste la même ; les moyens employés également. Le cosmos de la dracène crépite lui aussi, s'impose et trouble sa silhouette de façon surnaturelle. Comme si elle se multipliait, se dirigeait de tous les côtés à la fois. Insaisissable puisque insondable.
L'ardeur de cet artifice ne durera pas. Conserver l'avantage n'en demeure pas moins sa spécialité. Ce Jij veut lutter ? Parfait, naturel même, car ce n'est pas juste son bon droit mais son devoir ! Pour égaler un centurion aguerri il devra laisser son légionnaire se fortifier. Que la malédiction d'un dieu ou d'un éveillé les torture ne peut rentrer en ligne de compte, pas sous la bénédiction d'Arès, pas en présence de l'énergie vorace et intraitable de son contingent direct.

De plus belle la hache d'arme fait son apparition, jetée en l'air comme pour flatter plus encore le ton donné par les festivités. Retombe par calcul sur une chaîne branlante, la mord, la saisit de ses tranchants. Imperturbable pilier supplémentaire avec lequel le Jij doit désormais composer, rattaché à deux entités : Ludmila d'une part, Purpurine de l'autre. La première déversant au cours de son ballet l'eau saine du royaume de Nav comme s'il s'agissait de sueur ; la seconde se refusant à tout mouvement, définitivement plantée et possiblement aussi brûlante que le cœur du Jij.
Le Zmeï aussi est là. Moins contrariant. Par nature satisfait. Il possède sa princesse, la laisse entre autre jouer de cette chaîne issue de son trésor personnel. L'admire passivement. Ne fermera sans doute ses yeux que lorsque son congénère ne pourra plus brûler le fruit déjà croqué de sa convoitise.

N'aime tu pas danser, Jij ? N'aime tu pas cette ambiance de fête ? C'est pourtant la tienne, en ton honneur, pour ton accueil ! Ce soir, ce sont aussi tes gens ! S'extasie t-elle, partant dans un rire bientôt enseveli par l'ambiance musicale. Les pas de danse se poursuivant, la guerrière jouant des invisibles distances de sécurité offertes par l’intransigeance de sa hache et de ses propres déplacements aussi esthétiques que stratégiques.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyMer 2 Sep - 16:35


Danser.

Pris entre deux étaux, Aelinor s'immobilisa un instant, reprit son souffle. Un regard pour Purpurine. Un pour Ludmila. Un pour l'orchestre qui l'empêchait de réfléchir à une quelconque stratégie. Sa peau commençait à marquer les traces de son acharnement aveugle, le sang pulsant ici et là en suivant les mouvements contraires.

C'est alors que l'effet de la griffure se dissipa.

Les plaques blanches apparurent, peau de métal recouvrant la peau de chair, puis les flammes caressèrent le Berserker sans lui infliger les moindre mal. A l'instant où la totalité du cosmos de la Zmeï s'estompa du corps de son porteur, la danse reprit et le brasier remplaça la docilité temporaire. La température monta autour de lui, rapidement, au point que les douves se peuplaient de petites ondulations annonçant la prochaine ébullition.
Hargneux, le Jij se débattait de plus belle, tirant, poussant, ruant sans limite. Les chaînes chauffaient elles aussi, coupables de vouloir emprisonner un esprit libre et affamé.

"Je vais te détruire et ensuite je m'occuperai d'eux."

L'intonation d'une promesse, le regard d'un démon. Qui commençait à apprendre la chorégraphie. Qui doucement parvenait déséquilibrer, juste un instant, le pas de la Centurion. Qui tentait, aussi, de déloger Purpurine de sa morsure de pierre.

Faim. Si faim...

Inconsciemment, l'hôte réagit à l'entité, déglutissant entre deux cris, se mettant à vouloir mordre avec l'espoir d'arracher un bout de chair plus que simplement réduire en miettes. Bave aux lèvres, il intensifia encore un peu la chaleur de son cosmos, rendit la chaîne dangereuse incandescente, les alentours aussi étouffants qu'en pleine canicule. Il parvint pendant une poignée de secondes à établir un rapport de force physique presque égale avec celui de sa supérieure : un pas de l'un ou de l'autre et celui qui tenait le moins bien sur ses appuis s'effondrerait sur le sol faute d'appuis convenables. Mais ce n'était que puissance brute et énergivore, un effort que l'ancien Atlante n'allait pas pouvoir endurer longtemps.

"Laisse-le manger ! LAISSE-LE DÉTRUIRE LA MUSIQUE ! LIBERE-NOUS !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyJeu 3 Sep - 16:42

La perte de contrôle est imminente. Mais est-ce seulement une raison pour arrêter ? Dès que les liens se briseront la Dracène en viendra au corps à corps - L'intérêt ici étant double. Faire durer la crise de son congénère tout en l'empêchant de considérer qui que ce soit d'autre qu'elle-même.

Les "invités" savent à quoi s'en tenir, aussi dès lors que les flammes percent et viennent lécher le manteau amarante - le consumant rapidement - de leur cheffe d'orchestre, ils sont nombreux à s'éloigner. Les non aguerris déguerpissent, pendant que les têtes brûlées s'occupent quant à elles de faire rouler des fûts puis de les éventrer, déversant non pas de la bière mais des quantités d'eau supplémentaires aux alentours. Celles-ci ne peuvent que s'évaporer à proximité du Jij, toutefois à distance elles permettent de dévorer les flammèches baladeuses. Les musiciens eux, poursuivent leur mission. Ne s'arrêteront que lorsque les gradés vigilants constateront l'évasion - probable - du captif.

La cacophonie perd malgré tout en intensité, privée d'une part conséquente de ses précédents gai-lurons. Mais cela ne fait rien. Il y en a assez, assez pour un avatar colérique sur-réagissant au moindre fredonnement.

Les paroles, qu'elles soient menaçantes ou suppliantes, ne font que glisser sur la vandale véloce. Cette danse corsée la ravit, attise sa passion belliqueuse et entretient ses réflexes. Elle compte poursuivre - Lui rit au nez en guise de réponse. Encore, encore un peu.
A chaque a-coup brutal, elle grogne mais réplique par le double, envoyant bientôt son compagnon dos au mur contre la fondation noircie de cette tour de guet prise en otage par le feu qui s'intensifie.

TU NE PEUX PAS GAGNER A TOUS LES COUPS JIJ ! LE SEVRAGE EST DIFFICILE MAIS C'EST TON SEUL SALUT ! Vocifère t-elle en rappelant Purpurine dans sa main droite, la chaîne incandescente toujours fermement maintenue dans la seconde.

Elle force. Insiste.
Mais ce n'est que le début. Leur première journée ensemble.
Deviendront-ils amis ? Si seulement telle était la question...


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyJeu 3 Sep - 17:12
Sevrage ?

L'idée revient. Pour la deuxième fois. Difficile de penser quand on est une flamme qui manque de combustible. Mais la Berserker ravive le souvenir. Et les conditions semblent réunies pour changer les choses. Cela implique de se rendre vulnérable un instant. Juste un instant.

Purifier Aelinor.

Il va falloir tuer l'Atlante et son sort, ce soir. Le tuer pour lui permettre de renaître en quelque chose de plus vrai, de plus flamboyant. Purificateur, y a-t-il inscrit dans son esprit. Très bien, c'est ce qu'on va faire de lui.

Sans prévenir, tous les flambeaux, les braséros, les torches, les feux de camp, et même les chaînes prêtes à fondre, tout ce qui est source d'une chaleur facile à manipuler s'éteint. Même les êtres humains sentent leur corps refroidir -assez pour frissonner, mais pas pour geler ou mourir. Et toute cette chaleur se concentre alors sur cette Cuirasse blanche qui reprend sa forme totémique en plein milieu de "l'arène", à côté de son porteur mais à distance de lui quand même. Une flamme brûle dans cette cuirasse à forme humaine, une flamme qui ressemble elle aussi à un Homme dans sa forme. Il devient la seule source de lumière des environs, la seule source de chaleur puisque la nuit est tombée.

L'absence soudaine de ce catalyseur fait perdre à Aelinor la force qui manquait pour s'opposer à la Vandale. Ses jambes cèdent alors sous la pression de sa force, il est tiré en arrière par la chaîne et s'effondre au sol. Son cosmos est là, existe, mais si faible que c'est à se demander comment il est perceptible. Un lien ténu le relie au Jij, qui observe en crépitant. Que va-t-elle faire maintenant, Ludmila ? Car malgré son absence de ses épaules, l'ancien Atlante cherche toujours à se relever, à attaquer les musiciens, ou elle, ou n'importe quelle cible qui peut souffrir de sa rage.

"Satanée... musique..."

Le Jij se balance doucement sur sa Cuirasse, passe de rougeoyant à blanc, blanc comme ses plaques, blanc comme la pureté qu'il espère instaurer dans l'esprit de l'homme en piteux état, là, à leurs pieds. Il sait qu'il n'a que peu de temps avant que son combustible s'épuise. Alors lentement, le génie à deux vitesses fait un pas en direction de son porteur. Puis un autre. Il regarda Ludmila. Avance encore. Va-t-elle l'empêcher de le faire, ce sevrage de son hôte ? Va-t-elle chercher à l'anéantir lui ? Quelque part le Jij cherche l'appui du Zmeï, son homologue. C'est un message qui ne se transmet pas par des mots mais par des sensations, des sensations qu'actuellement le Jij ne peut traduire d'aucune façon.

Il avance encore d'un pas dans ce cliquettement de métal blanc, s'agenouille vers le fou qui se débat dans son étreinte de chaînes. Qui ne le voit pas ni ne l'entend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyJeu 3 Sep - 17:39

Uh ?
Soudainement, un phénomène inattendu accapare l'attention de la vandale - Pas que la sienne d'ailleurs. Cela monopolise franchement celle du comité disparate. En soufflant tout ce qui peut être soufflé. Même Purpurine perd toute contenance, au plus grand mépris de sa pudeur.

De son regard toujours turbulent la porteuse de Zmeï s'offre donc un rapide état des lieux, puisque Aelinor se montre désormais aussi frêle que ses propres gens. Puis darde cette cuirasse peut-être lasse ? Renie t-elle son porteur ? Devenue simple spectatrice, maintes idées fusent en son esprit. Après tout, son propre chaos intérieur avait par le passé déclenché l'abandon de la Hyène, ou plutôt son rejet. Ici se déroulait potentiellement un scénario similaire - La dureté propre au légion d'Arès - ou plutôt de certains de ses représentants - venait sans doute à bout du mental écœuré de cet homme déjà écorché vif avant même de connaître tout cela.

Mais... Curieux tout de même que la cuirasse se mouve.
Plus encore que ce mannequin creux semble mimer un comportement humain en "la toisant", dégageant une sensation désagréable car trop peu naturelle pour qu'un cerveau aux mécanismes simples et routiniers ne puisse la traiter convenablement.

Habitée par une moue inquiète, suspicieuse, elle reste stoïque. Cette méfiance ne fait que la rapprocher plus encore de sa hache d'arme. Qu'elle serre toujours plus fort entre ses doigts. Réaction bête mais rassurante. Elle n'en fait toutefois rien. Plus curieuse qu'autre chose. S'imaginant tout de même des scénarios la prenant de court.
Ce n'est pas comme ça que ça devait se passer.
Le Jij devrait brûler sa maison.
Oui.
Et la reconstruire, bien sûr, du coup - Tel était son discours !
En mieux si possible. Une belle maison, sur hauts pilotis, à flanc de montagnes...

Soupir intérieur.


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
AelinorAelinorArmure :
Cuirasse du Jij
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyJeu 3 Sep - 18:49
La main de feu blanc s'avance dans son gantelet tout aussi blanc. Au moins Ludmila n'a-t-elle pas lâché Aelinor, ce qui lui facilite la tâche. Une première paume se pose sous le menton, une seconde sur le haut du crâne. Et soudain le feu se déforme en une grimace de bleu inattendu, dans les hurlements de douleur de l'ancien Atlante.
Spoiler:
 

*

Atlantis est là. Atlantis brûle. La fumée est retenue prisonnière par le dôme qui empêche les dangers d'entrer de l'extérieur. Ceux qui ne sont pas encore morts vont suffoquer avec les dernières cendres. Tu te tiens au milieu de ce chaos, toi l'homme sans envergure qui n'a d'autre but que d'aller travailler jour après jour, pour satisfaire ta position dans cette société bien réglée. Pour t'encourager à toujours garder la même routine, il existe des concepts que tu as intégrés depuis fort longtemps, qui t'enchaînent.

Lisèle te tend la main, celle à laquelle un anneau est passé, que tu as toi-même choisi et fait graver de vos noms en reliefs dorés. L'autre anneau, le tien, est conservé près de ton cœur, là où tu peux sentir sa présence en toutes circonstances.

Galadion te regarde, sa cithare toujours en morceaux à ses pieds. Lui tient la main de la femme devant toi, dont le souvenir t'appelle et te retient. C'est ce moment que tu as voulu peindre, immortel. Celui où on a t'a révélé ta vraie nature sans te prévenir.

Il te faut choisir maintenant. L'ancien Aelinor ou le nouveau. La crainte ou la liberté. Non, en fait, le choix n'a plus lieu d'être. Tu sais vers quoi et qui tu te diriges. Tu connais les conditions. Tu connais les maestros. Tout ce qu'il te manque, c'est accepter de tout perdre, de mourir, pour gagner autre chose. Je suis là pour t'y aider. Je suis là pour te faire renaître, pur et clair. Pour te faire accepter cet exil, ce voyage, cette musique, ces sirènes, ces flammes, cette faim dévorante, ce sang.

Ton souhait profond.


*

Les flammes blanches s'étendent progressivement à tout le corps, sans paraître attaquer pourtant. Seuls les cris témoignent du conflit qui se déroule. Puis s'éteignent.

En un instant, le Jij disparaît, retourne dans ses plaques à l'instar d'un génie qui a terminé de délivrer ses vœux. La Cuirasse reprend sa place sur son porteur, replonge aussitôt sous sa peau et l'obscurité recouvre tout sans cette présence lumineuse. Seule la musique, pour ceux qui auraient encore eu le courage de continuer, persiste à meubler la nuit et les étoiles. Ainsi qu'une respiration rapide, erratique, éreintée.

"J'ai faim..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2344-aelinor-legionnaire-du-jij#25
LudmilaLudmilaArmure :
Cuirasse du Zmeï

Statistiques
HP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-bleu1200/1200[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-bleu  (1200/1200)
CP:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-rouge1350/1350[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-rouge  (1350/1350)
CC:
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  G-jaune1500/1500[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  V-jaune  (1500/1500)
Message Re: [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]    [Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  EmptyJeu 3 Sep - 23:05

Amertume.
Une fois encore, la vandale a parié sur le mauvais... cheval.
Elle ne s'était pas imaginée les choses ainsi. Pour elle, ce scénario nocturne ne pouvait contourner la destruction évidente de son piètre domicile en forme de tourelle. Ainsi mis face à ses principes, Aelinor aurait pris en charge l'obscure étendue des travaux avec ses connaissances techniques et par la même occasion permis à sa supérieure d'élever le cachet de son quotidien. Sauf que non.
Rien de tout cela.
A la place, une scène totalement égoïste. Mais réellement étonnante. Car cette fugace matérialisation du cosmos n'a pas manqué de faire sursauter la Dracène secrètement intéressée. Tout comme le cri de son poulain qui s'en suivit. Se répétant même par le biais d'un tumulte personnel vaguement épié et surveillé par la protagoniste armée et reliée par la chaîne.

Celle-ci esquisse finalement un sourire. Elle y voit la fameuse confrontation entre cuirasse et porteur, ou tout du moins la rencontre souhaitée. Quelqu'en soit la finalité, une rencontre d'un autre ordre s'est exprimée en cette soirée, offrant par la même un merveilleux bouquet final aux festivités. Réservée à ceux qui ont eu le cran de rester, ou plutôt ceux qui y étaient habilités.

Accablé par l'épuisement, Aelinor marmonne un semblant de requête. L'orage est passé et il cesse de tirer sur sa laisse, pourtant Ludmila ne sait trop comment reprendre les choses en mains.

Hm. Je dois dire que c'est mérité. Mais qui me dit que ce n'est pas qu'une ruse pour exploser à nouveau ? Ose t-elle rétorquer, malgré tout consciente du fond sonore musical, preuve flagrante d'un progrès déjà considérable.

Non, elle n'en attendait pas tant en un jour. En une nuit. Son plan impliquait de la récidive et de l'usure. "Son plan", plus exactement, l'aurait transformé en tortionnaire plus qu'en cavalière, à bien y réfléchir.

Enfin... Après tout tes flammes n'ont pas atteintes les tables. Ni calcinées la maison. Cette soirée est tienne, c'est donc ton dû. Une décision comme une autre. Elle n'en est plus à sa première prise de risque. Rompt la tension du lien et effectue même quelques volées afin d'accroître le mou et ainsi faciliter la chute de celui-ci. Lâche finalement totalement la chaîne. Teh! Tu as le rythme dans la peau n'empêche. Il faudra remettre ça. Humour ou préparation de terrain ? Difficile à dire. Tout comme il devient sans doute compliqué à Aelinor de faire confiance à ce franc sourire animant le visage de sa comparse.

Une bonne soirée. Pas terminée pour autant, mais qui a su attiser un enthousiasme plus naturel que d'ordinaire - Du moins de son point de vue. Pour cause, cela ne lui vient pas encore à l'idée de poser des questions ou même de commenter la scène précédant cet éreintement dont le porteur de Jij est actuellement sujet.
Ils ont le temps, de toute manière. Les tambours de guerre ne raisonneront pas si tôt.
Ce qui est plutôt favorable en ce qui concerne la qualité de formation de cette nouvelle recrue...


[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]  NolCm9W
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.saint-seiya-ageofgold.com/t2271-ludmila-du-zmei
 
[Février 553] Pédagojij [Pv: Aélinor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Age of Gold :: Libro Scripturae :: Transylvania :: Forêts ombrageuses-
Sauter vers: